Version classiqueVersion mobile

Les lettres romaines de Du Bellay

 | 
Marc Bizer

Introduction

Texte intégral

La grande facilité d’écrire des lettres doit avoir introduit dans le monde — du point de vue purement théorique — un terrible désordre des âmes : c’est un commerce avec des fantômes, non seulement avec celui du destinataire, mais encore avec le sien propre.
Franz Kafka, Lettres à Milena

  • 1 Une consultation de la base de données de la Modem Language Association au mot-clé « epistolary » (...)

1 À une époque où le courrier électronique et les télécopies envoyés dans le cyberespace remplacent les lettres manuscrites ou tapées à la machine, la critique manifeste un intérêt accru, renaissant dirons-nous, pour la littérature épistolaire1. Or, si les XVIe et XVIIIe siècles constituent les périodes de prédilection des chercheurs dans ce domaine, la littérature épistolaire du XVIe siècle reste encore largement inexplorée. Voilà qui peut surprendre, car bien que la lettre atteigne sa maturité comme catégorie de la création littéraire, comme genre, au XVIIe siècle, non seulement on en publie des recueils pendant la Renaissance, mais on fait un grand effort pour réfléchir sur sa nature et sur son rôle dans les relations amicales et professionnelles. Et pour cause, la lettre est la pierre angulaire du programme humaniste, fondé sur la notion de dialogue et de découverte de soi au contact de l’autre.

  • 2 Cependant, le premier recueil d’épîtres en vers, les Épistres morales et familières du Traverseur,(...)
  • 3 À l’époque que nous étudions, les termes « lettre » et « épître » sont quasi interchangeables ; au (...)
  • 4 Jean-Pierre Chauveau note : « La pratique [...] de l’épître en vers se développe à partir de 1630, (...)

2Avec un certain retard par rapport à l’Italie, les recueils de lettres en français commencent à faire leur apparition en nombre dans le dernier quart du XVIe siècle2. Cependant, on aurait tort de se limiter à des ouvrages qui s’identifient explicitement comme tels. En effet, la lettre avait un statut mal défini à l’époque : suivant les définitions des grands épistoliers modèles, Cicéron, Pétrarque et Érasme, c’est tout simplement un texte adressé dont la fonction consiste à remédier à une absence, renseignant son destinataire sur des affaires qu’il ignore. Cependant, Pétrarque et Érasme précisent que l’épistolier doit adapter la lettre au destinataire ; elle n’est donc pas simplement adressée, elle est orientée vers sa réception. Nous nous proposons de montrer que le genre de la lettre, et ainsi la tradition épistolaire, informe profondément un des recueils de sonnets les plus célèbres de la Renaissance française : les Regrets de Joachim Du Bellay. Composés pendant un séjour de quatre ans à Rome, entre 1553 et 1557, alors que celui-ci servait de secrétaire et d’intendant à son cousin, le cardinal Du Bellay, les Regrets puisent leur inspiration dans la lettre familière humaniste et l’épître ovidienne, horatienne ou marotique3 ; ils sont aussi le reflet du métier de secrétaire exercé par Du Bellay. Nous verrons que le recueil se situe au carrefour des traditions épistolaires classique et vernaculaire, tout en anticipant étonnamment sur les tendances littéraires des siècles suivants4.

  • 5 Mais à la différence du poète romain, il retrouve son patrimoine au lieu de le perdre au pays des (...)
  • 6 Je travaille dans le sillage de Thomas Greene, après avoir lu son œuvre magistrale : The Light in (...)
  • 7 François Paré fait un bilan de la recherche sur la nature épistolaire des Regrets : « Plusieurs co (...)
  • 8 C’est ce que fait Floyd Gray dans La poétique de Du Bellay (1978) ; le rapport entre la vie de leu (...)
  • 9 En général, la critique récente a passé sous silence l’importance de l’arrière-plan historique et (...)

3La nature épistolaire des Regrets ressort à la fois sur le plan générique et sur le plan formel. Du point de vue générique, tout en renouant avec la tradition des recueils de sonnets italiens, des anthologies de Rime, qui étaient adressés aux amis, Du Bellay rattache d’emblée son recueil au genre de l’épître élégiaque par le titre et le contenu des Regrets, qui s’inspirent ouvertement des Tristia et des Epistulæ ex Ponto d’Ovide5. En effet, à Rome, Du Bellay vit un double exil, éloigné de sa patrie, mais aussi de son patrimoine antique, irrémédiablement perdu6. À travers ses sonnets, le poète exprime des sentiments d’aliénation et de nostalgie, nous faisant entrer dans son intimité et semblant nous livrer des confidences. Au plaisir de l’intimité qu’éprouve le lecteur s’ajoute celui de l’indiscrétion, car ce n’est pas à nous que le poète s’adresse, mais à des tiers, qui sont signalés dans le texte par autant de noms propres. Sur le plan formel, ces nombreux destinataires constituent un indice très important du caractère épistolaire des Regrets. Or c’est justement cet aspect du recueil qui prête à controverse. Attentive à la dimension extratextuelle créée par les destinataires, la critique récente n’a pas manqué de soulever la question de la nature épistolaire du recueil, sans toutefois en faire l’objet d’une étude systématique et approfondie7. D’autres critiques, toutefois, ont choisi de se concentrer sur les aspects purement poétiques des noms propres, par exemple sur leur fonction phonique8, sans doute par réaction à l’« autobiographisme à outrance » pratiqué par la génération précédente9.

4Quoi qu’il en soit, il faut souligner que la présence d’un destinataire ne justifie pas à elle seule l’appellation épistolaire : c’est le souci marqué de la réception qui distingue les Regrets des autres sonnets composés à la Renaissance, presque toujours aussi adressés à un destinataire. La lettre permettait à Du Bellay d’entretenir ses rapports avec des amis en France et en Italie. C’est pourquoi le lecteur a l’impression de pénétrer dans une correspondance privée. De surcroît, ces lettres-sonnets sont émaillées de références aux œuvres de leurs destinataires, ou inversement elles sont mentionnées dans ces dernières ; le recueil semble tisser les liens d’un réseau humaniste à la fois romain et français.

  • 10 Voir « L’Adresse lyrique », p. 81. C’est aussi l’avis de Jean-Charles Montferran et d’Olivia Rosen (...)
  • 11 Selon Roman Jakobson, le langage poétique se définit précisément par la tendance vers l’autonomie (...)

5Enfin, en nous demandant à quel « tu » s’adresse le « je », nous dégagerons non seulement la nature des Regrets, profondément épistolaire, mais aussi celle du poète Du Bellay, car, comme le dit si éloquemment Joëlle de Sermet, « comprendre d’abord à qui l’on parle permettra peut-être de mieux saisir qui parle10 ». Nous proposons ainsi un retour à l’historicisme : les Regrets gagnent à être envisagés comme reflet de la vie d’un poète étroitement aux prises avec le monde politique et culturel de son temps. Mais de notre point de vue, cette historicité n’exclut nullement la fonction poétique11. La lettre et ses jeux permettent à Du Bellay de se situer dans l’histoire, face à son destinataire, et en même temps de déjouer l’importance du cadre historique.

  • 12 B.N. ms. lat. 8589, f. 44. Cette lettre est la première du recueil, édité par Pierre de Nolhac sou (...)

6Deux exemples devraient suffire pour illustrer la valeur d’une approche épistolaire des Regrets. Nous avons la bonne fortune de disposer d’un certain nombre de lettres manuscrites de Du Bellay, dont le rapprochement avec les sonnets des Regrets permettra de souligner certaines similitudes fondamentales et de dégager les caractéristiques de l’écriture épistolaire du poète. Cette comparaison sera d’autant plus valable que nous avons choisi une lettre et un sonnet adressés à la même personne, en l’occurrence l’un des destinataires les plus importants du recueil : Jean de Morel, l’ami et le protecteur du poète. Considérons d’abord la phrase d’ouverture d’une lettre autographe12 :

Monsieur et frère, à ceste heure congnoys-je véritablement que je suys sourd, puys que je demeure si longuement sans entendre ung seul mot de votz nouvelles.

7Le sonnet 33 des Regrets, également adressé à Morel, commence ainsi :

Que feray-je, Morel ? Dy moy, si tu l’entends,
Feray-je encor icy plus longue demeurance [...] ? (v. 1-2)

8Pour ce qui est de la forme, on notera que le sonnet et la lettre commencent de la même manière : loin d’être précédée d’une longue formule de suscription, la lettre porte simplement au dos de la feuille juste le nom « Monseigneur de Morel », et s’adresse tout de go à son destinataire, exactement à la manière du sonnet 33. Cependant, leurs formats ne peuvent pas être rigoureusement identiques : en effet, la forme du sonnet impose des contraintes auxquelles une lettre en prose n’est pas soumise. Néanmoins, les deux types de lettres se terminent par des formules : les lettres en prose adressées aux amis sont closes par une signature de nature affective, alors que les Regrets finissent le plus souvent par une pointe spirituelle, conformément aux tendances des sonnets de l’époque. En effet, à « Votre obéissant et affectionné amy à vous faire service », tournure employée dans la lettre en prose, répond en quelque sorte la traduction d’un adage au dernier vers du sonnet : « Car je tiens, comme on dit, le loup par les oreilles. »

  • 13 Voir infra, p. 36.

9Néanmoins, dans la lettre en prose adressée à Morel, Du Bellay emploie un ton beaucoup plus formel, le vouvoyant alors que le sonnet tutoie « Morel ». En revanche, les deux textes sont marqués par leurs jeux de mots, et nous verrons plus loin à quel point la conception de la lettre au XVIe siècle se prête à de pareils tours ludiques13. La lettre autographe nous offre un exemple de l’humour typiquement autodénigrant de Du Bellay, qui fait de sa surdité une occasion de formuler un reproche typiquement épistolaire : il n’a pas reçu de nouvelles de son cher destinataire Morel. Le sonnet, en revanche, repose sur un ludisme poétique, caractéristique des Regrets, qui consiste à faire des calembours étymologiques sur le nom du destinataire : Du Bellay demande à Morel, dont le nom se rapproche du latin mora signifiant « délai, retard », si son séjour romain de trois ans devrait se prolonger davantage. En fin de compte, ces deux textes sont de nature profondément épistolaire étant donné que Du Bellay se tourne activement vers son ami et cherche à l’engager dans un dialogue ; sur ce point, le sonnet des Regrets le fait bien plus vigoureusement grâce aux formules d’interrogation et à l’emploi de l’impératif.

  • 14 Nous renvoyons toujours à l’édition Laumonier :
    Ce pendant que tu vois le superbe rivage
    De la rivie (...)

10Outre le fait qu’on peut trouver de nombreuses exemples dans le recueil où, comme dans une lettre, la matière d’un sonnet semble avoir un rapport direct avec son destinataire, il existe également des cas d’échange épistolaire à proprement parler. Ces échanges se font souvent avec d’autres poètes, par exemple Ronsard. Dans la Continuation des Amours III14, celui-ci avait attiré l’attention sur la décision de Du Bellay de composer des poèmes en latin. Ce choix ne manque pas de le surprendre de la part de l’auteur de la Deffence et illustration de la langue francoyse, manifeste qui avait exhorté les écrivains à se détourner du latin au profit de leur langue maternelle. Du Bellay répond à Ronsard dans le sonnet io des Regrets :

Ce n’est le fleuve Thusque au superbe rivage,
Ce n’est l’air des Latins ny le mont Palatin,
Qui ores (mon Ronsard) me fait parler Latin,
Changeant à l’estranger mon naturel langage.

C’est l’ennuy de me voir trois ans & d’avantage
Ainsi qu’un Promethé, cloué sur l’Aventin
Ou l’espoir misérable & mon cruel destin,
Non le joug amoureux, me détient en servage, (v. 1-8)

11C’est ainsi son « cruel destin » et son long « servage » qui forcent Du Bellay à composer en latin. Comment son état d’esprit et le sujet choisi pourraient-ils déterminer la langue dans laquelle Du Bellay compose ses vers ? Le premier tercet nous apporte une réponse :

Et quoy (Ronsard) & quoy, si au bord estranger
Ovide osa sa langue en barbare changer
Afin d’estre entendu, qui me pourra reprendre
D’un change plus heureux ? (v. 9-12)

12La filiation est claire : le poète a pris pour modèle Ovide, qui se lamente sur son exil de Rome dans ses propres épîtres en vers, les Tristia et les Epistula ex Ponto. De fait, Du Bellay explique à Ronsard, en français, la nouvelle poétique latine qu’il a mise au point et qui influencera même son œuvre française. Il faut noter ici que Du Bellay se sert du sonnet épistolaire pour distinguer sa propre poétique de celle de Ronsard. Alors que Ronsard est prisonnier du « joug amoureux », et par là, de la poésie amoureuse, notamment d’inspiration pétrarquiste, Du Bellay s’essaie à l’épître ovidienne.

  • 15 On n’a qu’à se référer aux lettres autographes de Du Bellay pour trouver des exemples de lettres a (...)

13Remarquons aussi à quel point ce sonnet, apparemment si limpide, est indirect, allusif, voire obscur, même sous sa forme publiée : si une pareille densité d’allusions paraît bien caractéristique du langage poétique, elle l’est aussi d’une correspondance privée. Il s’agit bel et bien d’une lettre, c’est-à-dire d’un texte fourmillant d’allusions privées qui visent surtout le destinataire15. En même temps, les renvois érudits à la poétique ovidienne et pétrarquiste sont accessibles à d’autres lecteurs : ils supposent l’existence d’une communauté de lecteurs connaissant bien la poésie et le programme de la Pléiade, d’un cercle d’humanistes français et italiens. Cette épître contribue à souder son lectorat par le fait même qu’elle en dépend pour être comprise.

  • 16 Voir Thomas Greene, « The Flexibility of the Self in Renaissance Literature ».
  • 17 George H. Tucker considère aussi Du Bellay comme secrétaire, parlant du « Cardinal Jean Du Bellay (...)

14Ce travail comprendra trois volets. D’abord, une approche générique. Nous nous efforcerons de démontrer comment les Regrets se trouvent au carrefour de trois traditions épistolaires, à savoir celle de l’épître en vers latine (tradition ovidienne et horatienne), celle de l’épître en vers français (tradition marotique), et celle de l’épître en prose, dite « familière » (tradition cicéronienne mais surtout pétrarquiste et érasmienne). Erasme fait de la lettre le plus souple de tous les genres, car elle n’est soumise qu’à une seule exigence, s’adapter à son destinataire. D’où une tension propre à la lettre, et perceptible dès Pétrarque, entre la nécessité d’être fidèle à soi-même et celle de plaire à son correspondant. L’écriture épistolaire impose à l’auteur un cadre de pensée en accord avec ce qu’il est convenu d’appeler la mentalité de la Renaissance : l’écrivain doit se façonner et se métamorphoser continuellement en fonction de son destinataire16. L’écriture des Regrets a aussi un aspect professionnel, qu’il importera de souligner : à Rome, Du Bellay a exercé les fonctions de secrétaire, métier qui possédait sa propre tradition épistolaire ; la figure du secrétaire apparaît comme thème dès le premier sonnet17.

15Dans un deuxième temps, nous examinerons en détail en quoi consiste le caractère épistolaire des Regrets. On verra que le rôle du secrétaire, qui s’écrit en quelque sorte à lui-même, constitue le point de départ épistolaire du recueil. Du Bellay fera du secrétaire, et donc de lui-même, un antipoète dont les activités professionnelles s’opposent catégoriquement à la création poétique. L’adoption du genre humile, caractéristique de la lettre, permettra à Du Bellay d’introduire, dans le cadre formel du sonnet, une poétique de la prose différente du style de Ronsard. Il faudra ensuite aborder le phénomène de la « destination ». On se demandera d’abord comment les Regrets peuvent s’adresser à la fois à un lectorat restreint et à un public général ; de fait, le style simple des sonnets donne une impression de limpidité, mais il peut être aussi très allusif et énigmatique lorsqu’il transmet un message visant en priorité ses destinataires. Deuxièmement, il conviendra d’étudier la dynamique de la relation qui existe entre le « je » des sonnets et les destinataires : si Erasme affirme que la lettre est essentiellement une réponse au destinataire, le « je » du poète n’en disparaît pas pour autant. Les personnes à qui s’adressent les Regrets sont présentes dans les sonnets à différents degrés : certaines n’ont apparemment que l’épaisseur de leur nom, alors que d’autres informent profondément ces poèmes. Mais les Regrets sont, avant tout, un portrait du poète : en comprenant mieux à qui Du Bellay parle, nous cernerons beaucoup mieux qui il est.

16Dans un troisième temps, on examinera comment les Regrets nous livrent, en quelque sorte, les traces d’une communauté littéraire et politique, d’une multitude de communautés. Leur existence est confirmée par un autre recueil de sonnets, celui des Souspirs d’Olivier de Magny, qui partage avec les Regrets un grand nombre de destinataires communs. Ces deux recueils, œuvres de deux secrétaires-poètes, entretiennent des rapports inégaux, car si Magny rend abondamment hommage à Du Bellay, celui-ci s’adresse rarement à lui. Enfin, dans un sonnet adressé à l’évêque Pierre Du Val, Du Bellay fait part de son intention de « chanter de Dieu » et annonce ainsi une poésie essentiellement religieuse.

17En fin de compte, une approche épistolaire des Regrets révèle une alliance de la poésie et de l’histoire qu’on ne soupçonnait pas chez notre poète. Comme l’affirme Kafka, la lettre est un « commerce avec les fantômes » qui « a apporté [...] un terrible désordre des âmes », et ce sont justement les dimensions de ce « désordre » poétique et spirituel que nous entendons analyser.

Notes

1 Une consultation de la base de données de la Modem Language Association au mot-clé « epistolary » a révélé 53 publications entre 1963 et 1980, mais 524 entre 1981 et septembre 1999 (toutes langues et périodes confondues). Un des premiers numéros de la revue Chroniques de la Bibliothèque nationale de France (no 3, mai-juin-juillet 1998) est consacré justement à la correspondance.

2 Cependant, le premier recueil d’épîtres en vers, les Épistres morales et familières du Traverseur, date de 1545. Voir la discussion infra, p. 54.

3 À l’époque que nous étudions, les termes « lettre » et « épître » sont quasi interchangeables ; aussi les utiliserons-nous comme synonymes dans ce travail. Le sens d’« épître » change à partir du siècle suivant.

4 Jean-Pierre Chauveau note : « La pratique [...] de l’épître en vers se développe à partir de 1630, et s’insère dans le prodigieux essor de la littérature épistolaire, dans le goût grandissant pour le “tour” épistolaire perceptible jusque dans des genres à première vue éloignés de la lettre : la poésie lyrique, mais aussi le roman (insertion de lettres dans le récit en prose, lettres en prose ou en vers : L’Astrée sert de modèle ; roman épistolaire), et même les mémoires [...] » (p. 18).

5 Mais à la différence du poète romain, il retrouve son patrimoine au lieu de le perdre au pays des Gètes. Dans son livre sur les Antiquitez de Rome, George H. Tucker parle de « the accompanying physical and moral “exile” to a foreign land, culture, and language, which, unlike Ovid’s exile to Tomis, paradoxically also involves a return to cultural roots (those of ancient Rome and modem Italy) » (p. 15).

6 Je travaille dans le sillage de Thomas Greene, après avoir lu son œuvre magistrale : The Light in Troy : Imitation and Discovery in Renaissance Poetry.

7 François Paré fait un bilan de la recherche sur la nature épistolaire des Regrets : « Plusieurs commentateurs des Regrets ont noté avec raison le caractère épistolaire des sonnets » (p. 261). Richard Cooper reconnaît tacitement la nature épistolaire d’un des sonnets des Regrets (le sonnet 124): « Here the poet invites della Rovere to reply to critics in Rome of French policy in Italy » (« Two figures from the Regrets in Italy with the Du Bellays », p. 491). Marie-Dominique Legrand parle même de « la forme épistolaire dans Les Regrets », mais elle minimise son importance en affirmant d’abord quelle est « essentiellement d’ordre rhétorique » (« Exil et poésie », p. 35) ; cependant, elle revient à la question dans un autre article, « Le Modèle épistolaire dans Les Regrets de Joachim Du Bellay », dans lequel elle souligne la parfaite conformité de certains sonnets à la définition de la lettre : « [...] il existe dans Les Regrets une importante série qui personnalise les propos, faisant apparaître une véritable correspondance, où Du Bellay communique ses soucis, aux uns plutôt qu’aux autres, en fonction de leur identité » (p. 202). Dans sa thèse, Henri Weber va jusqu’à se plaindre de ce caractère épistolaire dont le recueil est si profondément imprégné : « Si le frémissement direct d’une sensibilité froissée apparaît presque toujours au détour d’un vers, il est souvent étouffé dans le reste du sonnet par les conventions épistolaires qui règnent sur les correspondances des humanistes » (p. 461). Daniel Aris et Françoise Joukovsky s’intéressent plus strictement à la possibilité que les Regrets soient une correspondance, et en particulier avec Ronsard : « Cette réflexion sur des problèmes littéraires devient dès le sonnet 8 un dialogue avec Ronsard, et à cet égard les Regrets relèvent de la correspondance » (Œuvres poétiques de Du Bellay, éd. D. Aris et F. Joukovsky, t. II, p. xxxix).

8 C’est ce que fait Floyd Gray dans La poétique de Du Bellay (1978) ; le rapport entre la vie de leurs destinataires et la matière des sonnets n’attire généralement pas son attention. Il faut attendre l’étude de Gisèle Mathieu-Castellani, « Poétique du nom dans les Regrets » pour que cet aspect du recueil soit mis en lumière : « Désignant des lieux ou des personnages — fussent-ils fabuleux ou mythiques —, le nom semble choisi, non point en vertu de ses qualités sonores ou de son spectre sémique, mais d’abord à cause du référent » (p. 237). Or, elle s’intéresse essentiellement à la fonction poétique des noms, comme si on pouvait la séparer de la fonction référentielle : « On voudrait essayer de montrer comment pourtant ce Nom s’intègre dans le sonnet, et comment, dans certains cas privilégiés de réussite, il perd ou atténue sa fonction strictement référentielle, au profit de la fonction poétique » (p. 238).

9 En général, la critique récente a passé sous silence l’importance de l’arrière-plan historique et biographique pour la compréhension du recueil, préférant insister sur ses aspects formels, propres à constituer un monde poétique clos. Le critique le plus opposé à l’idée que la fonction extrapoétique des noms propres des Regrets joue un rôle important, est G. M. Sutherland: « The names are not pointers but dramatis personæ; and information “about” the “real” people to whom they “refer” is not merely gratuitous but inimical to the apprehension of the poem and goes directly against its grain, since all such information is material not element, and has not been used by the poet [...]. Certainly the poet tues proper names, since poetry serves for the enhancement of the imaginative life of men and women; but he uses them never to point beyond the poem, but always in such a way as to stay within its frontiers » (p. 278). Enfin, dans son livre sur les Regrets, Yvonne Bellenger avoue qu’« il est tentant de se demander si leur mention n’a pas un sens » (p. 169). Or après avoir reconnu que « l’on ne saurait prétendre qu’il s’agit d’inventions poétiques » (p. 169) et même constaté l’« évidente netteté » de « la relation entre le thème et le ton des sonnets et leur destinataire » (p. 171), elle est néanmoins amenée à conclure, un peu trop vite à notre avis, que « c’est dire combien cette chasse à l’état civil des personnages des Regrets a de chances d’être décevante et vaine » (p. 173) puisqu’elle se heurte au manque de renseignements sur certains personnages. Bien plus, Bellenger finit par refuser aux Regrets toute fonction référentielle en affirmant : « Ne faut-il pas, faisant litière de tous scrupules historiques et biographiques, s’attacher à ces noms [...] comme s’ils représentaient [...] une création de du Bellay ? » (p. 179), et par rejoindre littéralement, hélas, la prise de position de Sutherland, c’est-à-dire « la non-pertinence du réalisme anecdotique et de l’historicisme (ce qui n’est pas l’histoire) en matière de critique littéraire » (p. 179).

10 Voir « L’Adresse lyrique », p. 81. C’est aussi l’avis de Jean-Charles Montferran et d’Olivia Rosenthal : « [...] comme dans l’univers satirique, nommer ses compagnons, c’est un peu se nommer soi-même ; sous couvert de nommer l’autre, le poète Du Bellay se désigne et fonde ainsi son identité » (p. 312).

11 Selon Roman Jakobson, le langage poétique se définit précisément par la tendance vers l’autonomie linguistique, à laquelle devraient normalement s’opposer les références extratextuelles que représentent les noms propres et les allusions historiques des Regrets. Voir dans ses Essais de linguistique générale le chapitre intitulé « Linguistique et poétique ».

12 B.N. ms. lat. 8589, f. 44. Cette lettre est la première du recueil, édité par Pierre de Nolhac sous le titre, Lettres de Joachim Du Bellay (p. 23).

13 Voir infra, p. 36.

14 Nous renvoyons toujours à l’édition Laumonier :
Ce pendant que tu vois le superbe rivage
De la riviere Tusque, & le mont Palatin,
Et que l’air des Latins te fait parler latin,
Changeant à l’étranger ton naturel langage,
Une fille d’Anjou me detient en servage (t. VIII, p. 118, v. 1-5).

15 On n’a qu’à se référer aux lettres autographes de Du Bellay pour trouver des exemples de lettres abordant des sujets confidentiels avec une grande discrétion : « [...] je vouldroys vous communiquer quelque chose qui m’est de grande importance. Et vous sçavez qu’en tous mes petiz affaires j’ay tousjours recours à vous comme ad sacram anchoram. Plura non licet per occupationes. Tu impudentiam nostram excusabis et valebis. Votre obéissant frère, serviteur et amy, J. Dubellay » (p. 33).

16 Voir Thomas Greene, « The Flexibility of the Self in Renaissance Literature ».

17 George H. Tucker considère aussi Du Bellay comme secrétaire, parlant du « Cardinal Jean Du Bellay and his private secretary Joachim » (p. 105) ; de même, François Rouget écrit dans son édition des trois premiers livres des Odes d’Oliver de Magny : « Pangeas était secrétaire du cardinal d’Armagnac à Rome, et Du Bellay, arrivé en avril 1553, celui du cardinal Jean Du Bellay » (p. 167). Joachim énumère ses activités au sonnet 15 : « Qui me presente un compte, une lettre, un memoire » (v. 9).

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search