Version classiqueVersion mobile

Les lettres romaines de Du Bellay

 | 
Marc Bizer

Remerciements

Texte intégral

1 Nos travaux sont rarement en rupture avec les précédents. On se rend compte qu’ils s’insèrent bel et bien dans une continuité. En relisant récemment le rapport qu’Anthony Grafton avait fait en tant que membre de mon jury de thèse, je me suis aperçu que le présent travail reprenait sa question sur la fonction sociale de la poésie néolatine en l’appliquant au domaine de la poésie vernaculaire. Outre le professeur Grafton, je tiens à remercier les seiziémistes qui m’ont formé pendant mes années à l’Université de Princeton, et dont l’amitié et le soutien ont beaucoup contribué à cet ouvrage à ses débuts : Kenneth Lloyd-Jones et François Rigolot. Sans les longues discussions avec mon collègue Douglas Biow, qui menait lui aussi une réflexion sur les professions de la Renaissance, et en particulier celle du secrétaire, ce livre aurait été bien diminué. Je suis aussi redevable à la U.S. Information Agency pour avoir bien voulu m’accorder une bourse Fulbright, qui m’a permis de poursuivre des recherches à Paris en 1996-1997, ainsi qu’à l’Université du Texas, qui m’a octroyé une bourse complémentaire et qui m’a autorisé à prendre deux congés de mes responsabilités d’enseignant. Qu’il me soit permis de remercier la University Co-Op Society de l’Université du Texas à Austin pour sa généreuse subvention à la publication de ce livre.

2Les recherches qui sous-tendent ce travail sont évidemment le fruit d’une fréquentation assidue de la Bibliothèque nationale de France, rue de Richelieu, et des chercheurs qui y travaillaient. Je sais ainsi gré à tout le personnel de cette institution, et tout particulièrement aux bibliothécaires de la Réserve pour l’aide qu’ils m’ont apportée. Je suis très reconnaissant à Jean Dupèbe de m’avoir orienté au début de mon travail et prodigué des conseils tout au long de cet effort. D’autres érudits ont bien voulu écouter et critiquer mes idées : Daniel Ménager, Jean Céard, Pierre Laurens, Richard Cooper, Jean Lecointe. Mes amis Niloufar Sadighi, Judith Surkis, Mauro Piras, Déborah Blocker et Claire Lelouch ont écouté mes idées et m’ont tenu compagnie pendant mes séjours parisiens. Nancy Grey m’a soutenu pendant les dernières phases du travail et elle a proposé des critiques perspicaces sur la conclusion. Last but not least, je voudrais exprimer ma plus vive reconnaissance à Catherine Magnien, qui m’a aidé dans mes recherches bibliographiques, a lu et corrigé tous les chapitres de cet ouvrage, et qui m’a aussi ouvert de nouvelles perspectives sur les aspects ludiques des Regrets. Enfin, que tous mes remerciements soient exprimés à Catherine Delyfer, qui a assumé la tâche herculéenne de corriger ma prose difficile, trop éloignée du genus humile. Toute infélicité d’expression reste, toutefois, ma seule et entière responsabilité.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search