Versión clásicaVersión móvil

Faulkner

 | 
Annick Chapdelaine
, 
Gillian Lane-Mercier

Chapitre 4. L’impossible unicité : le conflit des subjectivités et des réceptions

Gillian Lane-Mercier

Texto completo

  • 1 Cette réflexion portait uniquement sur la représentation littéraire de dans le réel — et ce, quel (...)

1 Il me semble important de fournir tout d’abord quelques précisions sur ma au greti afin de mieux élucider sur participation et, tout, de mieux situer les propos qui suivent. Codirectrice du projet, je n’ai pourtant pas collaboré à la retraduction du Hamlet, mon rôle se limitant à la conceptualisation de certains problèmes posés tant par le texte même de Faulkner que par les partis pris traductionnels du groupe, lesquels, on le sait, n’ont cessé d’évoluer au fur et à mesure que le projet avançait. Plus précisément, j’avais pour tâche principale de réfléchir, d’une part, sur les multiples difficultés liées à la représentation littéraire de sociolectes (ou vernaculaires) extratextuels, définis comme langages « non standard » dont l’incorrection ou l’hypercorrection phonétique, syntaxique et/ou lexicale signalent l’appartenance du locuteur à un ou plusieurs (sous-)groupes socioculturels1, et, d’autre part, sur les enjeux esthétiques, idéologiques, politiques et éthiques que soulève leur traduction.

2C’est ainsi que j’ai été amenée à postuler dans une série d’articles théoriques publiés dans le cadre du projet (1991, 1995a, 1995b, 1997, 1998) que, à un premier niveau, les discours directs en général et les sociolectes littéraires en particulier constituent a priori des zones textuelles où priment des considérations de « vérité », d’« authenticité », ou encore d’« exactitude » sociolinguistique. Or, à un deuxième niveau, les sociolectes littéraires s’avèrent être des points névralgiques où s’inscrivent de manière singulièrement « visible », outre des configurations linguistiques et identitaires « autres » par rapport à une « norme » implicite ou explicite, le positionnement socio-idéologique de l’auteur par rapport à ces configurations, de même que des positions de lecture particulièrement puissantes où se dessine, en filigrane, la figure du lecteur modèle. Conçus dès lors moins en termes de mimésis qu’en termes d’une pratique rhétorique de la mimésis, constitutifs non pas tant d’une stratégie de représentation que d’une stratégie, avouée ou inavouée, d’orientation des effets de lecture, les sociolectes littéraires se présentent comme le lieu par excellence du croisement, voire de l’entrechoquement, de subjectivités disparates. Comme tels, ils ne sauraient se soustraire ni à la visée argumentative globale de l’œuvre, en raison, précisément, de leurs soubassements socio-idéologiques, ni au travail herméneutique du lecteur empirique, en vertu des hypothèses interprétatives et des effets perlocutoires qu’ils préfigurent.

  • 2 Voir par exemple Lefevere (1992 : 49-50) qui cite « the two mutually incompatible strategies avail (...)

3Dans le même ordre d’idées, les discours directs traduits, et à plus forte raison ceux qui se lestent de marqueurs explicitement sociolectaux, reflètent et réfractent la (ou les) position(s) de lecture effectivement retenue(s) par le traducteur, la visée esthétique et idéologique de son projet traductif, son propre positionnement idéologique par rapport aux divisions langagières de la culture source comme de la culture d’arrivée et les positions de lecture, souvent fort différentes de celles ménagées par le texte source, offertes aux lecteurs cibles. À cet égard, théoriciens et praticiens de la traduction n’ont pas manqué de souligner à la fois l’inévitable non-coïncidence entre les valeurs sociales, culturelles et idéologiques véhiculées par les sociolectes de la culture source et celles véhiculées par les sociolectes de la culture cible, tout remplacement de « l’étranger du dehors par celui du dedans » (Berman 1985a : 78) constituant, au mieux, une opération des plus risquées en raison des nouvelles associations qui s’y greffent, au pire, une opération vouée à l’échec en raison de la perte massive des couches présuppositionnelles et connotatives originelles qu’il entraîne. Par ailleurs, ils n’ont pas manqué d’indiquer les divers choix qui sont à la disposition du traducteur, lesquels peuvent être regroupés autour de deux tendances principales2, soit l’effacement des marqueurs sociolectaux présents dans l’original, soit leur maintien au moyen de stratégies traductionnelles déterminées, qui vont du remplacement du sociolecte de départ par un sociolecte perçu comme « équivalent » dans le système cible à l’invention pure et simple, en passant par l'« imitation » plus ou moins servile des « déviances » linguistiques et logiques caractéristiques des sociolectes du texte source. Il va sans dire que, historiquement déterminés, de tels choix ont été diversement axiologisés selon les cultures et les époques, s’inscrivant ainsi dans une véritable éthique du traduire. Celle-ci est symptomatique, d’un côté, de la façon dont une société donnée conçoit le rapport à l’Autre (celui du dehors comme celui du dedans), la fonction de la traduction et le statut du texte traduit et, d’un autre côté, de la façon dont le traducteur formule son propre projet de traduction, situé dès lors au confluent de déterminations socioculturelles internalisées et d’une « position traductive » (Berman) dont il se doit d’assumer la responsabilité.

4Dans cette perspective, les sociolectes traduits démasquent de manière on ne peut plus éloquente les manipulations et les gauchissements inhérents à l’activité traductive en général, de même que le travail d’appropriation sur lequel cette activité repose. Ce faisant, ils contribuent à la mise en évidence des partis pris du sujet traduisant et des stratégies de persuasion déployées en vue d’assurer l’adhésion des lecteurs, tout en manifestant les valeurs, croyances, attitudes et représentations en vigueur au sein du polysystème linguistique, littéraire et culturel d’arrivée. C’est dire que l’exemple de la traduction des sociolectes littéraires confirme en l’affichant la spécificité de l’acte de traduire qui, à l’instar de tout acte de réénonciation, n’est nullement transparent ou désintéressé. Bien au contraire, l’acte de traduire engage la double dialectique de la reproduction et de la transformation, de la perte et du supplément au cours de laquelle l’œuvre de départ est réécrite en fonction du projet traductif du traducteur et des préconstruits esthétiques, idéologiques, axiologiques et épistémologiques de sa culture.

5Dans ce sens, non seulement la traduction « wields enormous power in the construction of national identities for foreign cultures, and hence [...] potentially figures in ethnic discrimination, geopolitical confrontations, colonialism, terrorism, war » (Venuti 1995 : 19 ; je souligne), mais elle implique une éthique, diversement formidable en termes de « respect » pour la différence linguistique, esthétique, culturelle et idéologique du texte source (Berman, Folkart, Venuti), de « fidélité » aux valeurs, aux normes et aux causes de la communauté culturelle à laquelle appartient le traducteur (Arrojo, Brisset, Lefevere, Toury), de « loyauté » à l’horizon d’attente et aux critères de pertinence des lecteurs cibles (Gutt, Nord) et, enfin, de prise de conscience, d’expansion des catégories du savoir comme des modalités de voir le monde du lecteur empirique (Robinson, Chevrel). En d’autres mots, à partir du moment où, « pour comprendre la logique du texte traduit nous sommes renvoyés au travail traductif lui-même et, par-delà, au traducteur » (Berman 1995 : 73), on peut considérer que la non-coïncidence flagrante entre sociolectes sources et sociolectes cibles crée une « faille » à l’intérieur de laquelle se laisse appréhender, précisément, le processus traductionnel, à savoir non seulement le « résidu distortionnel » (Folkart) que, invariablement, il engendre, mais aussi et peut-être surtout la mise en phase des énonciations et des réceptions — ou encore des subjectivités — qui le déterminent. C’est sur cette mise en phase, et plus spécifiquement celle qui fait s’entrechoquer, au sein des passages sociolectaux traduits, des positions de lecture et des figures de lecteur divergentes, voire antagonistes, telle qu’elle peut être pensée à partir de la retraduction du Hamlet du greti, que j’aimerais revenir dans ce qui suit, afin de faire ressortir les fondements idéologiques, politiques et, enfin, éthiques des choix et stratégies mobilisés pour traduire les réseaux sociolectaux originels.

  • 3 Berman définit ainsi la position traductive : « La position traductive est [...] le “compromis” en (...)
  • 4 Par « projet de traduction », Berman entend « la manière dont, d’une part, le traducteur va accomp (...)
  • 5 « [...] l’ensemble des paramètres langagiers, littéraires, culturels et historiques qui “détermine (...)

6N’ayant pas participé au travail de retraduction, je ne saurais évaluer en soi ni les partis pris traductionnels du greti ni son positionnement idéologique, lesquels ont été amplement décrits dans l’appareil paratextuel (articles, notes, conférences, l’introduction et le chapitre i du présent volume) qui « étaye » (Berman) sa retraduction du Hamlet, pas plus que je ne saurais en fournir une description « neutre », « objective ». Plutôt, mon rôle ressemble à celui que Berman (1995) attribue au critique des traductions qui s’efforce, à partir de la lecture du texte traduit et de l’appareil paratextuel, d’y repérer les représentations, pour la plupart implicites, de la position traductive3, du projet de traduction4 qui en découle et de l’horizon d’attente5 qui les informe, en vue de cerner la subjectivité du traducteur conçue dès lors comme effet, ou encore comme stratégie textuelle (Eco). Et si je me permets d’élargir quelque peu le programme esquissé par Berman afin de tenir surtout compte de la subjectivité du lecteur, c’est-à-dire des multiples instances réceptrices fictives et positions de lecture engendrées par la position et le projet traductifs du greti, il convient de souligner dès maintenant ce qu’une telle « critique » doit simultanément à ma propre conception du traduire et à ma propre lecture de la retraduction du greti. Cette lecture ne cesse de se manifester pour ainsi dire en creux de l’analyse que je me propose d’effectuer des stratégies traductionnelles successivement adoptées, expérimentées, modifiées, rejetées par le groupe pour traduire les sociolectes du Hamlet, et des enjeux idéologiques, politiques et éthiques qui les sous-tendent. Cela explique le caractère forcément « décalé » de cette « critique » qui, loin de prétendre dire la « vérité » sur le travail du greti, vise à en proposer, à travers un prisme conceptuel qui, comme tout prisme, découpe, grossit, réfracte, une théorisation possible.

  • 6 Rappelons toutefois que le groupe a peu à peu délaissé toute comparaison systématique avec la trad (...)

7Une dernière précision. Mon analyse porte aussi bien sur la retraduction « définitive » du greti telle qu'elle se donne à lire dans le présent volume que sur l’« étayage traductif » qui l’accompagne et l’explicite. Elle porte également sur les versions successives de cette retraduction « définitive » qui, à la manière d’autant de palimpsestes, la précèdent en la sédimentant. À cet égard, il importe d’insister sur le fait que le projet du greti relève, à tous les niveaux, du multiple : multiplicité des sujets traduisants, multiplicité des versions traduites et retraduites, multiplicité des partis pris, des choix et des stratégies traductionnels, multiplicité des lecteurs visés, multiplicité des finalités. C’est cette multiplicité qui constitue, à mon avis, l’originalité et l’intérêt du projet, en ce sens que se trouve récusée, à tout moment et sur tous les plans, une quelconque stabilisation des voix, des procédés, des tactiques, des subjectivités. C’est cette multiplicité qui assure aussi la nature foncièrement dialogique — donc polyphonique, ouverte — du projet, le greti n’ayant jamais cessé de dialoguer avec le texte de Faulkner et avec la traduction de Hilleret6, de confronter, interroger, réviser les retraductions que les membres du groupe préparaient individuellement ou ensemble, de discuter les points de vue de chacun, de formuler, quitte à les repenser, leur politique et leurs choix traductionnels, enfin de construire et de déconstruire, pour ensuite les reconstruire à partir de bases nouvelles, des lecteurs modèles et des positions de lecture dès lors fluctuantes, plurivoques, hétéroclites. Et peut-être est-ce, précisément, à propos des questions concernant l’identité des lecteurs modèles et empiriques de la retraduction en général et des sociolectes traduits en particulier que cette multiplicité s’est révélée la plus proliférante et, par là, la plus problématique.

Le conflit des subjectivités et des réceptions

  • 7 Certains des membres du groupe possédaient de solides connaissances sur la critique faulknérienne, (...)

8D’entrée de jeu, l’activité de lecture s’est trouvée au centre des préoccupations du greti. D’abord lecteurs du texte faulknérien7 et de la traduction de Hilleret, les membres du groupe sont rapidement devenus lecteurs des passages retraduits par chacun, le processus traductionnel reposant dès lors sur une dialectique de la lecture et de la traduction des plus dynamiques. On ne saurait trop souligner le rôle primordial joué par les nombreuses relectures du texte source et, surtout, des traductions préliminaires successives dans l’évolution de la politique de traduction du groupe, notamment en ce qui a trait aux sociolectes. Par ailleurs, s’il y avait consensus, dès le commencement du travail, sur le projet traductif à adopter — en l’occurrence une approche à la fois « transparente » (Tophoven) et « littérale » (Berman) destinée à restituer les réseaux sociolectaux plus ou moins occultés par Hilleret afin d’y réinscrire tant le comique faulknérien que le plurilinguisme dans lequel il s’ancre —, il est loin d’être certain que tous partageaient la même position traductive. Bien au contraire, la nature collective du projet empêchait une coïncidence parfaite tant du concept de traduction que des choix et des stratégies préconisés par les différents membres, tout comme elle rendait impossible une interprétation unique et fixe de la notion bermanienne de traduction littérale.

9D’où la nécessité, explicitée dans l’introduction, d’une réflexion et d’une négociation constantes autour des partis pris traductionnels ; d’où, également, les nombreux débats concernant le genre de lectorat(s) visé(s) (traductologues ? faulknériens ? non-spécialistes ? étudiants de Ier cycle ? des cycles avancés ? Québécois ? Français ? francophones ?) et, partant, la finalité même de la retraduction (pédagogique ? théorique ? critique ? littéraire ?) ; d’où, enfin, la mise en place, simultanée ou successive, de lecteurs modèles et de positions de lecture disparates, la légitimité desquels n’ayant pas toujours fait l’unanimité.

  • 8 Les remarques qui suivent portent exclusivement sur les stratégies mobilisées pour traduire les so (...)

10C’est ainsi que l’activité de lecture et de relecture a tôt fait de mettre au jour des problèmes, autrement délicats, ayant trait à l’identité des lecteurs modèles et empiriques, dont la diversité réelle est apparue graduellement et dont l’importance pour le processus traductif s’est imposée peu à peu. Ce sont les enjeux soulevés par ces problèmes que j’aimerais élucider, en prenant pour hypothèse de départ que non seulement les sociolectes tels qu’ils apparaissent dans la retraduction « définitive » du greti mettent en phase une pluralité non hiérarchisée de figures de lecteurs, ouvrant de la sorte une pluralité de positions de lecture que les lecteurs empiriques peuvent accepter ou refuser, mais que ces figures et ces positions sont à la fois tributaires de celles présentes dans les multiples versions antérieures et présupposées par la multiplicité du sujet traduisant lui-même8.

Quelques précisions théoriques

11Mais au préalable, il serait sans doute utile de définir les concepts de lecteur modèle, de position de lecture et de lecteur empirique. Si ce dernier est a priori peu problématique, englobant simultanément « readerships, kinds of readers, and kinds of readings ; [...] différentiations, for example, between reading as professionals [...] and reading as apprentices [...], or between reading as a leisure activity and reading as work » (Pratt 1986 : 61), il n’en va pas de même en ce qui concerne les deux autres. Le terme de lecteur modèle, inséparable sur le plan heuristique de celui d’auteur (ou de traducteur) modèle, désigne l’instance réceptrice fictive ou encore la figure de lecteur qui, encastrée dans les couches implicites du texte, doit être conçue non pas en tant qu’identité « pleine » mais comme stratégie textuelle autorielle au moyen de laquelle sont mis en place un ou plusieurs espaces identitaires :

D’un côté, [...] l’auteur empirique en tant que sujet de l’énonciation textuelle formule une hypothèse de Lecteur Modèle, et en la traduisant en termes d’une stratégie qui lui est propre, il se dessine lui-même, auteur en tant que sujet de l’énoncé, comme mode d’opération textuelle. Mais d’un autre côté, le lecteur empirique, en tant que sujet concret des actes de coopération, doit lui aussi se dessiner une hypothèse d’Auteur en le déduisant justement des données de stratégie textuelle (Eco 1985 : 77).

  • 9 Voir à ce sujet l’article, fort intéressant, de F. Schuerewegen (1986/1987).

12Pur construit textuel, le lecteur modèle assure néanmoins une fonction de médiation entre réalité et fiction, se donnant d’une part pour lieu privilégié de l’insertion d’idéologèmes extratextuels issus du contexte socio-idéologique de l’auteur, et d’autre part pour lieu d’inscription d’un vouloir/savoir/pouvoir/devoir-lire préformé, car engendré dans et par les hypothèses de réception autorielles. Il s’ensuit que le lecteur modèle comme stratégie textuelle est définissable à la fois en termes, ontologiques, de construction identitaire et en termes, rhétorico-pragmatiques, de compétence discursive, c’est-à-dire de savoirs, d’images, d’attitudes, de valeurs, de croyances et de finalités « individuels » qui, ancrés dans une formation idéologique historiquement déterminée, sont conférés par l’auteur empirique aux lecteurs empiriques. Autrement dit, le lecteur modèle représente une stratégie textuelle proprement illocutoire qui non seulement fonde les conditions de lisibilité de l’œuvre, mais propose/impose aux lecteurs empiriques une configuration identitaire — une position subjective — à partir de laquelle ils sont interpelés et avec laquelle ils peuvent choisir ou non de s’identifier9.

13Par position de lecture, il convient d’entendre la mise en place stratégique d’un ou plusieurs espaces herméneutiques qui s’embrayent sur la ou les figures de lecteur pour orienter (ou désorienter) tant les calculs inférentiels que les prises de position effectives des lecteurs empiriques. C’est par le truchement de ces espaces herméneutiques que sont tissés selon un processus dialogique des rapports de pouvoir et de place entre sujet écrivant (ou traduisant) et sujet lisant au moyen de la présence (ou l’absence) de mécanismes de contrôle interprétatif spécifiques :

One must be able to talk about reader/text/author relations that are coercive, subversive, conflictive, submissive, as well as cooperative, and about relations that are some or all of these simultaneously or at different points in a text (Pratt 1986: 70).

  • 10 Je tiens à reconnaître ici l’influence des remarques de Mary Louise Pratt (1986) concernant la ten (...)

14Il va de soi que ces espaces identitaires et herméneutiques sont hautement idéologiques, tributaires aussi bien de formations discursives précises (ce qui peut et doit être écrit/traduit/lu à partir d’une position socioculturelle donnée) que des formations idéologiques (ensembles de valeurs redevables à des positions de classe et de milieu) présupposées par celles-ci. De plus, en tant que stratégies textuelles idéologiquement déterminées, ces espaces représentent des lieux malléables, notamment dans la mesure où ils ont l’aptitude d’accepter un nombre plus ou moins élevé de lecteurs modèles et de positions de lecture dont les frontières peuvent être plus ou moins étanches et dont les intérêts (finalités, valeurs, croyances) peuvent se révéler plus ou moins antagonistes10. À ce propos, nous verrons que tout en construisant un nombre élevé de lecteurs modèles aux configurations identitaires relativement distinctes (traductologues, étudiants, critiques littéraires, etc.), les premières versions de la retraduction du greti n’offrent que très peu de positions de lecture en raison des mécanismes de contrôle interprétatif rigides qui y opèrent, chaque lecteur modèle étant dès lors censé procéder à des calculs inférentiels fortement balisés et essentiellement identiques. En revanche, la version « définitive », libérée de la quasi-totalité des mécanismes de contrôle interprétatif, a tendance à situer chaque lecteur modèle au confluent de configurations identitaires et de calculs inférentiels multiples, brouillant de la sorte toute hiérarchie et donnant libre cours au conflit des réceptions susceptible d’en découler.

Les sujets traduisants

  • 11 On sait que non seulement la retraduction s’est faite à plusieurs, mais aussi que le nombre et l’i (...)

15Compte tenu de l’indissociabilité des liens qui s’instaurent entre instances de production et de réception, avant d’aborder les phénomènes de réception soulevés par le projet du greti, il est nécessaire de faire quelques remarques ayant trait à l’identité et au statut textuels des sujets traduisants. S’il est vrai que la pluralité des sujets traduisants empiriques11 explique jusqu’à un certain point la pluralité des choix et des stratégies traductionnels du greti, la multiplicité des versions et des lecteurs modèles, ainsi que la « mouvance » qui en résulte, il ne faut pas perdre de vue les pendants proprement philosophique et idéologique d’une telle pluralité empirique. Car cette hétérogénéité et cette indétermination réelles, attribuables à l’interaction entre des déterminismes socio-idéologiques, des positions traductives et des vouloir-traduire divergents, sont inscrites dans la matérialité même des versions successives, où elles viennent cautionner la conception du sujet traduisant — voire du Sujet tout court — véhiculée par la pratique traductionnelle du greti. Redevable à l’une des épistémès fondamentales de la modernité et de la postmodernité, à savoir la fragmentation du Sujet, son impossible unité, son décentrement, sa plurivocalité et son plurilinguisme incontournables, cette conception est particulièrement sensible dans les différents traitements que le groupe a fait subir aux sociolectes faulknériens. À la pluralité des sujets traduisants empiriques correspond en conséquence la pluralité de ce que l’on pourrait nommer les traducteurs modèles, dont les contours ontologiques et idéologiques peuvent être reconstitués, entre autres, à partir des stratégies retenues lors de la traduction des sociolectes de départ.

16Dans un article intitulé « Le français national », Renée Balibar écrit ceci :

[...] une langue commune existe nécessairement dans une situation historique où plusieurs pratiques linguistiques sont liées entre elles, antagonistes entre elles. C’est pourquoi dans les sociétés modernes le « multilinguisme » est de plus en plus visible, de plus en plus conflictuel. Il s’agit dès lors de conférer un statut (une définition, une fonction) aux pratiques linguistiques génératrices de conflits, de créer pour elles un rapport institutionnel, donc de prendre part, à l’aide des connaissances scientifiques, soit pour un camp soit pour un autre. On ne discerne pas immédiatement les voies de la domination, l’intérêt général de la classe tendanciellement dominée, les objectifs à brève et longue échéance (1976 : 65 ; je souligne).

17En choisissant de respecter la représentation du parler des « country whites » effectuée par Faulkner, le greti a opéré une première série de prises de position par rapport aux antagonismes enracinés dans la langue de départ, par rapport à leur « définition » et leur « fonction » au sein du texte de Faulkner et par rapport aux conventions gouvernant les formes dominantes de l’acte traductionnel, lesquelles préconisent l’effacement/l’exotisation/la vulgarisation/l’ennoblissement des réseaux sociolectaux. Partie intégrante de la position et du projet traductifs initiaux du greti, ces décisions engageaient déjà, à travers la figure du lecteur modèle, une certaine conception du lecteur empirique qui serait avant tout désireux de voir restituée la lettre du Hamlet et sensible aux effets comiques qui auraient été gommés par Hilleret. Dans cette optique, qui est essentiellement esthétique, le choix du vernaculaire rural québécois relève d’une stratégie de « rectification » des images reçues forgées par l’institution française lors de la parution des premières critiques et traductions de l’œuvre faulknérienne, soit la construction d’un auteur tragique et monologique.

  • 12 Il est intéressant de constater que, avant d’opter pour l’emploi du seul vernaculaire québécois, l (...)
  • 13 Un relevé préliminaire nous permet de postuler que, sur les quelque 650 traductions ou (plus rarem (...)

18Par suite, en choisissant de traduire les sociolectes par le vernaculaire rural québécois12 au lieu d’un dialecte ou patois français, le greti a opéré une deuxième série de prises de position par rapport aux hiérarchies du polysystème littéraire et sociolinguistique de la langue cible, par rapport aux antagonismes dont elles témoignent et par rapport à leur « définition » et leur « fonction » au sein du texte traduit. À leur tour partie intégrante de la position et du projet traductifs initiaux du greti, ces décisions nuançaient quelque peu, toujours à travers la figure du lecteur modèle, la conception du lecteur empirique, désormais appelé à être sensible non seulement aux effets esthétiques escomptés, mais aussi aux multiples noyaux de résistance idéologique dont la transcription littéraire du vernaculaire rural québécois était le point de convergence : résistance face à l’emploi quasi systématique, tant chez les écrivains que chez les traducteurs français, d’un ensemble restreint de patois ou dialectes français « acceptables » (le vendéen, le berrichon, le normand, le provençal, notamment) ; résistance face à la stigmatisation corrélée de patois et de dialectes « inacceptables » (dont le parler québécois) au sein du littéraire ; résistance face à l’emploi, quasi de rigueur depuis les années 1960, du joual chez les écrivains québécois ; résistance, par conséquent, face aux schèmes de lecture et aux attentes des lecteurs français et, jusqu’à certain point québécois, ces derniers n’étant pas habitués à retrouver dans les romans traduits (en France comme au Québec) leur propre sociolecte13. J’y reviendrai.

19Par ailleurs, de même que les sociolectes du Hamlet, conçus comme autant d’inscriptions d’une altérité linguistique, sociale et culturelle à l’intérieur de cet Autre que représente le texte original, introduisent des discontinuités discursives qui minent la prétendue homogénéité des voix du narrateur extradiégétique et de l’auteur modèle, de même la décision de les maintenir dans le texte traduit oblige à chercher des solutions fondées à leur tour sur l’inscription au sein de ce dernier d’une altérité — linguistique, sociale et culturelle qui, inhérente à la langue et à la culture d’accueil, disloque l’apparente homogénéité de la voix traduisante. Il s’ensuit que la pluralité des sujets traduisants empiriques se trouve tout d’abord reflétée et réfractée, d’une part, dans cette pluralité des langages sociaux fictifs — celui/ceux du narrateur, ceux des personnages — qui, calqués sur les stratifications sociolinguistiques de la culture d’arrivée, traduisent les sociolectes faulknériens, et, d’autre part, dans la manière dont les langages sociaux fictifs des premières versions sont eux-mêmes fracturés, refaçonnés, repositionnés sous l’action des stratégies et partis pris traductionnels adoptés dans les versions subséquentes.

  • 14 Si tout émetteur (empirique ou fictif) présuppose l’existence d’un récepteur (empirique ou fictif) (...)

20La pluralité des sujets traduisants empiriques se trouve reflétée et réfractée ensuite dans le fait que, loin de privilégier en la réifiant la voix de l’auteur au détriment de celle du sujet traduisant dès lors effacée, et loin de privilégier, dans un mouvement de réification inverse, la seule voix du traducteur dès lors substituée à celle de l’auteur, le greti s’est efforcé d’amorcer un dialogue — au sens bakhtinien de métissage, de croisement — entre sujet écrivant et sujet traduisant en faisant résonner la multiplicité des intentions et des voix socio-idéologiques qui les sillonnent. Cette pluralité des sujets traduisants empiriques se trouve encore reflétée et réfractée dans le refus de recourir à ce que Berman nomme l’hypertextualité et ce que Venuti nomme « fluency », à savoir des stratégies qui cautionnent, selon un processus déformant de réappropriation et de domestication, la réécriture du texte source conformément aux valeurs dominantes du polysystème d’arrivée et aux attentes des lecteurs cibles. C’est cette résistance, incarnée par le choix d’un parler marginalisé inattendu sur le double plan de l’histoire et de l’institution littéraire, qui permet, d’un côté, la mise en phase potentielle de lecteurs modèles et de positions de lecture multiples, enchevêtrés, contradictoires, et, de l’autre, la possibilité de préfigurer des réceptions extrêmement hétéroclites de la part des lecteurs empiriques14 :

[...] fluency leads to the choice of a distinctive, realistic dialect [•••] because realism makes the text unequivocal and therefore readable [...]; resistancy leads to the choice of a dialect [...] the resulting linguistic discrepancy [of which...] frustrat [es] ethnocentric expectations and forc[es] a more careful consideration of the aliens and possibly some selfreflection and revaluation.[...] The realistic dialect that produces fluency creates a stable subject position for the audience to occupy, and the translated text becomes a transparent window on « reality » [...]; the dialect that produces resistancy offers no stable subject position — the [...] characters are split between different languages, different values — so that the linguistic discrepancy makes the translation opaque, the translator’s labor becomes visible and the audience may be moved to reflect on the ideological contradiction in the representation of the [characters] (Venuti 1986: 207).

21Enfin, cette pluralité des subjectivités — celle des sujets traduisants empiriques et modèles, celle des lecteurs modèles — mises en phase par la retraduction « définitive » du greti, si elle est reflétée et réfractée à travers les différentes solutions préconisées à tour de rôle pour la traduction des sociolectes du Hamlet, est à saisir non seulement dans la « faille » qui sépare invariablement les sociolectes de départ des sociolectes traduits, mais aussi dans les « marges » des versions successives. C’est là que se laisse entrevoir, sous forme de « résidu distortionnel », le processus traductionnel dans tout son dynamisme et qu’il est possible de reconstituer, outre les contradictions, volte-face, ambivalences et hésitations des membres du groupe face aux problèmes soulevés par la traduction des réseaux sociolectaux faulknériens, les fluctuations de leurs positions et de leurs projets traductifs respectifs, ainsi que les présupposés axiologiques, idéologiques et politiques que ces derniers charrient. Car ce qui est notable, ce n’est pas tant le fait que chacune des solutions leur paraissait, pendant un temps, légitime, mais plutôt le fait que toutes, en dépit de leurs dissemblances parfois flagrantes et de la diversité des stratégies mobilisées, visaient la traduction littérale des sociolectes originels.

Des versions « préliminaires » à la version « définitive » du Hamlet de Faulkner

22Loin d’être unitaire, la version « définitive » de la retraduction du Hamlet contient les traces des partis pris constitutifs des versions précédentes, tout comme les versions précédentes sont autant de préalables à la version « définitive » qui se compose, je l’ai dit, dans sa matérialité même, des choix et des stratégies effectivement retenus comme de ceux ayant été rejetés. Il s’ensuit que toute possibilité d’attribuer aux choix et stratégies retenus une valeur axio-idéologique stable se trouve constamment déjouée, en ce sens qu’aussi bien les stratégies écartées que celles effectivement maintenues représentent des possibles traditionnels dont aucun n’est en soi « le meilleur » et dont tous ont été jugés — insistons là-dessus — plus ou moins efficaces, plus ou moins justifiés en tant que traduction littérale des réseaux sociolectaux du texte source. De même, la possibilité de voir dans la version « définitive » une retraduction prescriptive ou définitive (sans guillemets) est résolument subvertie, les stratégies rejetées ne cessant d’informer, selon un mouvement de retour inéluctable qui les relativise, les stratégies retenues. C’est dire que l’existence d’une telle perméabilité — au sens de non-clôture, d’indétermination, de palimpseste — de la retraduction « définitive » du greti à ses versions antérieures atteste simultanément de l’historicité de toute (re)traduction et de l’histoire de la pratique traduisante du greti.

23Je ne reviendrai pas ici sur les questions concernant l’historicité de la retraduction du greti, soit la manière dont elle s’insère dans la triple histoire de la traductologie, de la critique faulknérienne et des traductions antérieures de ses œuvres ; questions déjà traitées dans plusieurs des articles du groupe ainsi que dans les chapitres qui précèdent, et dont la validité n’a jamais été remise en cause par ses membres. En revanche, il me paraît capital de revenir sur les divers moments de l’histoire de sa pratique traduisante qui ont eu une incidence directe sur la composante sociolectale telle qu'elle se donne à lire dans la version « définitive », soit l’établissement, suivi de l’abolition progressive, d’un appareil paratextuel imposant, d’une part, et les différentes phases découlant de la politique de dévernacularisation, de l’autre. Traces, certes, des nombreux revirements méthodologiques du groupe et, surtout, de la reconceptualisation qu’a peu à peu subie la notion bermanienne de traduction littérale, ces moments offrent avant tout un témoignage précieux des divers lecteurs modèles qui se sont profilés au cours de l’évolution du projet, des positions de lecture corrélées qui ont peu à peu émergé et des fluctuations de leurs soubassements axio-idéologiques et politiques.

24D’aucuns pourraient qualifier la position et le projet traductifs du greti d’élitistes. Souvent associé aux pratiques traditionnelles « littérales » qui, fondées sur le respect de l’altérité linguistique et culturelle du texte source, ressortissent à ce que Douglas Robinson nomme « translational aversion » (1991) ou « neoliteralism » (1997), l’élitisme consisterait à produire des traductions dont la difficulté, voire l’illisibilité, exige de la part du lecteur des compétences littéraires et théoriques nettement supérieures à la moyenne ; de plus, le lecteur serait invité à faire montre d’une admiration excessive pour le prestige de l’œuvre et de l’auteur source. Dans les deux cas, et en laissant provisoirement de côté leur dimension éthique, le traducteur manifesterait une parfaite indifférence à l’égard du lecteur empirique « moyen » :

[...] the neoliteral tradition has been, and continues to be, by and large a celebration of unabashed cultural elitism, scorning the « masses » and their demand for instant understanding on their own terms, addressing translations to a tiny cosmopolitan intelligensia that reads them not for access to the foreign text (they already possess that) but for a new (yet still worshipful) perspective on it (Robinson 1997: 82).

25Qui pis est, son « radical idealism » l’amènerait à refuser à la fois l’ancrage historique de son lectorat et son propre rôle de lecteur historiquement déterminé du texte source. Sur le plan pratique, cet élitisme du traducteur se révélerait avant tout, comme le note André Lefevere, dans une tendance à recourir aux notes explicatives

[so as] to ensure that the reader reads the translation — interprets the text [...] — in the « right » way. He will also use the note to « resolve » any discrepancies that may be thought to exist between the actual text of the original and the current authoritative interpretation of that text, gladly changing both translation and notes as that interpretation changes (Lefevere 1992: 50).

  • 15 Pour une critique de la conception des traductions néolittérales, telles celle prônée par Berman e (...)

26— pratique que Lefevere taxe de conservatrice (pour ne pas dire opportuniste) sur le double plan idéologique et poétologique et que Robinson, nettement plus incisif, taxerait sans doute de « protofasciste » (1997) sur le plan sociopolitique15. Quant aux positions de lecture ménagées par de telles traductions, elles seraient stables et essentiellement univoques en vertu non seulement du degré de sophistication culturelle nécessaire à l’appréhension de l’étrangeté du texte source — seuls quelques lecteurs « avertis » y ont accès —, mais aussi de l’autoritarisme dont est grevée toute pratique traduisante qui contraint en les orientant, grâce à des notes explicatives, les hypothèses interprétatives du lecteur empirique.

27Dans cette optique, il est indéniable que le greti, en s’alignant sur l’approche littérale, « sourciste » définie par Berman (pour qui, on le sait, le lecteur tient peu de place : « [...] le traducteur qui traduit pour le public est amené à trahir l’original » [1985 b : 64]), et en recourant lors des premières phases du projet à des fiches terminologiques, des commentaires et des notes de bas de page dont certains devaient fournir des précisions sur le sens de mots et expressions vernaculaires, court le risque de se voir accusé d’élitisme et/ou de conservatisme. D’où la question de savoir si les choix méthodologiques du greti ne constituent pas une contradiction idéologique interne de son projet dont la dimension progressiste, contestataire, est dès lors minée aussi bien par l’« idéalisme radical » de toute approche littérale que par le travail de rationalisation inhérent aux discours métatextuels.

28Vu la gravité des enjeux soulevés par une telle question, il convient de s’y arrêter afin de nuancer ce qu’une analyse de l’histoire de la pratique traduisante du greti permet, précisément, de démentir. Car loin de « tourner le dos » au lecteur et à l’histoire, les membres du groupe n’ont cessé d’en tenir compte, manifestant une conscience aiguë de leur statut de lecteurs de Faulkner et de sujets traduisants situés au carrefour de déterminismes linguistiques, socio-idéologiques, géographiques et culturels précis. S’ils conditionnaient leur position et leur projet traductifs, ces déterminismes les instauraient en tant qu’agents auxquels il incombait d’assumer la responsabilité de leurs partis pris comme de leurs choix traductionnels. Cette conscience était d’autant plus forte que le projet de traduction littérale du greti s’inscrivait — on ne saurait assez le répéter — en porte-à-faux par rapport à la pratique traductionnelle dominante dont il ne cessait de récuser la tendance au monologisme, à l’ethnocentrisme et à l’effacement du travail du traducteur, engageant par là une certaine conception — historiquement déterminée — non seulement du traduire mais aussi des instances réceptrices modèles et empiriques. Et loin de ne s’adresser qu’aux seuls « initiés », le greti n’a cessé de réfléchir sur le potentiel pédagogique de son projet, a priori destiné aussi bien aux spécialistes qu’aux non-spécialistes. Dans ces conditions, la décision d’établir un appareil paratextuel relevait non pas d’une tentative autoritaire de coercition interprétative, mais plutôt d’un souci d’initiation, d’apprentissage et d’ouverture : expliciter le processus traductionnel ; faire connaître le plurilinguisme et le comique de cette œuvre de Faulkner ; faire apprécier aux francophones, où qu’ils soient, les ressources du vernaculaire québécois pour la traduction.

  • 16 On se souviendra que le paratexte se composait, dans un premier temps, de fiches terminologiques e (...)
  • 17 À titre d’indication, et sous forme d’aparté, ces propos de J.-P. Saint-Gérand au sujet des norman (...)

29Tel était son objectif affiché. Or, il est vrai que d’un autre point de vue, ce lourd étayage de l’acte traductif se lestait d’implications tout autres, lesquelles devaient effectivement constituer, jusqu’à la toute dernière phase du projet, l’une de ses contradictions fondamentales. Elles devaient également renforcer le conservatisme/élitisme latent de certains des présupposés axio-idéologiques véhiculés par ses partis pris méthodologiques. En effet, la présence du paratexte16 constituait une incohérence heuristique. Soucieux d’amalgamer traduction littérale de Berman et méthode transparente de Tophoven, le greti ne s’est pas tout de suite aperçu qu’en réalité, ces deux approches du traduire s’annulaient. D’un côté, Berman refuse la tendance ethnocentrique qui consiste à restituer pour l’édification des lecteurs cibles, dans un geste annexioniste axé sur la lisibilité, l’acceptabilité, la sujétion de l’Autre à Soi et de la différence au même, le sens du texte source au détriment de sa lettre. À cet égard, on connaît la virulence de ses attaques contre la rationalisation et la clarification, notamment, qui portent atteinte à l’étrangeté de l’original. D’un autre côté, la démarche de Tophoven vise la restitution du processus traductionnel par le biais de l’explicitation des partis pris et l’explication des choix. S’il est vrai que Tophoven se situe sur le plan du métatexte, alors que Berman, lui, se réfère au texte traduit, il n’empêche qu’un tel travail d’élucidation et de rationalisation ne saurait ne pas détruire ce que la démarche littérale s’efforce de conserver : en l’occurrence l’étrangeté du texte de Faulkner que le greti voulait respecter par le recours au vernaculaire québécois, désormais rendu lisible, accessible, familier grâce aux notes de bas de page et aux commentaires explicatifs17.

30Or, cet étayage de l’acte traductif comportait par ailleurs des incohérences plus spécifiquement axio-idéologiques au regard du projet affiché du greti. Premièrement, l’existence même d’un tel appareil paratextuel instaurait, par définition, des rapports de force sinon coercitifs, du moins inégalitaires entre sujets traduisants et lecteurs modèles, pour autant que toute stratégie à orientation explicative (et, partant, persuasive) présuppose la circulation du savoir-pouvoir à l’intérieur de hiérarchies articulables en termes de dominant/dominé, supérieur/inférieur.

  • 18 Ces observations auraient besoin d’être développées davantage. À titre d’indication, on peut noter (...)

31Deuxièmement, et de manière corrélée, l’orientation didactique des fiches, commentaires et notes, si elle s’adressait selon toute apparence à des spécialistes (traductologues, étudiants, traducteurs) et nonspécialistes (lecteurs « moyens » désireux de lire une nouvelle traduction du Hamlet), mettait en place surtout des lecteurs modèles aux contours fortement institutionnalisés (universitaires), détenteurs d’une compétence discursive (formation universitaire) qui, pour être variable (connaissance/non-connaissance préalable de l’approche bermanienne, par exemple), n’était manifestement pas celle du lecteur « moyen » en raison des intérêts quelle reflétait. Sur ce point précis, soulignons rapidement que le fait que des extraits de plusieurs versions de retraduction préliminaires ont été publiés bien avant que le groupe ait articulé sa politique traductive « définitive » permet d’attirer l’attention sur le rôle, omniprésent dans le cas de toute recherche universitaire subventionnée, assumé par ce qu’André Lefevere (1992) nomme le « système de patronage ». Défini par Lefevere comme ensemble de mécanismes de régulation et de contrôle qui se déploient pour la plupart en dehors du système littéraire, le système de patronage exerce, par l’entremise des institutions (universités, revues savantes, organismes subventionnaires, maisons d’édition, etc.) sur lesquelles il s’appuie, des pouvoirs d’ordre idéologique, économique et symbolique susceptibles de « further or hinder the reading, writing, and rewriting of literature » (Lefevere 1992 : 15). L’exigence plus ou moins explicite de publier sous forme d’articles savants les résultats, partiels, de son projet au fur et à mesure qu’il avançait a obligé le greti à cibler, dès la première année de la subvention, un lectorat spécialisé, pour qui il s’agissait d’expliquer la méthodologie et les partis pris en les illustrant à partir d’exemples ponctuels de passages retraduits. Sans pour autant exclure un lectorat de non-spécialistes, les espaces identitaires et herméneutiques dès lors institués, et a fortiori les intérêts qui s’y encastraient, ressortissaient à des stratégies traductionnelles tributaires des contraintes institutionnelles dont elles reflétaient les valeurs idéologiques et symboliques18.

32Troisièmement, l’existence de fiches, commentaires et notes comportait des implications de nature plus spécifiquement politique qui cautionnaient la mise en place hiérarchisée de lecteurs modèles, tant spécialisés que non spécialisés, se distinguant les uns des autres à partir de critères géographiques, dont certains s’avéraient nettement plus déterminants que d’autres. Si, à un premier niveau, il importait d’assurer aux passages traduits « en québécois » une certaine lisibilité aux yeux des lecteurs empiriques non québécois, à un second niveau l’hétérogénéité potentielle de ces lecteurs modèles avait tendance à être résorbée, dans un mouvement d’escamotage et de hiérarchisation caractéristique du travail de l’idéologie, par la nature tacitement polarisée de bon nombre de commentaires et notes rédigés non plus à l’intention d’un ensemble, somme toute indifférencié, de lecteurs modèles non québécois pour qui il fallait « définir » les termes vernaculaires, mais bien à l’intention d’un lecteur modèle français dont il fallait contester/déstabiliser la dominance culturelle, linguistique et institutionnelle par le biais d’explications en apparence « neutres ». Insistons sur cette remarque, en précisant que si des lecteurs français, belges, haïtiens et mauriciens étaient tous susceptibles d’éprouver des difficultés face à l’emploi du vernaculaire québécois, il n’en reste pas moins que les commentaires et notes du GRETI ne les construisaient pas de la même façon, pour la simple raison, historique, que les rapports entre les Français et les Québécois s’articulent à partir de l’opposition dominant/dominé. Dans cette perspective — qui est celle de la plupart des contextes postcolonialistes — le fait d’« expliquer » le vernaculaire québécois à un lecteur modèle français n’engageait pas les mêmes enjeux idéologiques et politiques que celui d’« expliquer » le vernaculaire québécois à un lecteur modèle haïtien, belge, etc. Reste à souligner que, si ces commentaires et notes reposaient sur une dichotomie entre lecteur modèle non québécois (français) et lecteur modèle québécois, ils problématisaient le statut textuel de ce dernier qui, confronté à des définitions en français standard de termes et d’expressions provenant de son propre sociolecte, se révélait être le lieu d’investissements identitaires antagonistes et de luttes de légitimation multiples.

33Il en résulte que, en dépit des intentions progressites explicites du greti, la présence somme toute massive d’éléments paratextuels se pliant à des fins didactiques et institutionnelles bloquait en le rationalisant tout accès véritable à l’étrangeté du texte faulknérien. De plus, cette présence inhibait l’ouverture sur un lectorat diversifié, non stratifié, au profit de lecteurs modèles sans doute multiples (étudiants, chercheurs appartenant à diverses disciplines), mais dont l’ancrage patronal impliquait des savoirs et des compétences généralement hors de la portée du lecteur « moyen ». Enfin, l’apparente neutralité de l’ancrage géographique des lecteurs modèles (étudiants et chercheurs québécois/non québécois) était déjouée par des rapports de pouvoir déséquilibrés, problématiques et hautement politisés (lecteurs québécois/français). D’où, effectivement, les assises conservatrices des premières versions ; d’où, également, la nécessité de repenser le principe même de traduction littérale et « transparente ». Et c’est ici que l’histoire de la pratique traduisante du greti assume toute sa signification.

  • 19 Je rappelle que les commentaires se présentaient, à l’instar de la méthode de Barthes dans S/Z, so (...)
  • 20 Encore faudrait-il préciser que, une fois prise la décision de reléguer le paratextuel à des notes (...)

34À partir du moment où il a été décidé, lors de la première réorientation majeure du projet, d’abandonner la rédaction de fiches et de commentaires, la dimension pédagogique des versions initiales s’est trouvée considérablement affaiblie et les hiérarchies/exclusions qu'elle supportait tant soit peu désarticulées. La suppression de l’intertexte barthésien19 ainsi que des perturbations occasionnées par l’intercalation de commentaires métacritiques, en restaurant au texte traduit sa continuité, lui a reconféré une apparence plus conventionnelle et l’a (r)ouvert à un lectorat moins spécialisé, moins imprégné des paradigmes de la critique littéraire postmoderne. Toutefois, la décision alors prise par le groupe de reverser les commentaires métadiscursifs dans des notes de bas de page, où il s’agissait de privilégier désormais, outre des problématiques relatives au processus traductionnel, la dimension sémiotique de l’œuvre de départ, coïncidait simultanément avec l’apparition de nouvelles stratégies de traduction et avec une réarticulation des espaces identitaires et, surtout, herméneutiques des versions subséquentes. Ne cherchant plus à « instruire » au moyen de la transmission d’explications de nature linguistique20, le greti s’efforçait, grâce à des observations centrées sur des problèmes de signifiance, de préfigurer la « bonne » lecture des lecteurs empiriques. D’où la persistance de la dimension didactique, même affaiblie, ainsi que la ténacité des positions de lecture inégalitaires, même désarticulées. D’où également la stabilité de ces dernières qui, fortement balisées, visaient à orienter en la contraignant la liberté interprétative des lecteurs empiriques. C’est dire que l’hétérogénéité apparente des lecteurs modèles a été de nouveau résorbée, cette fois par la régulation de leurs hypothèses de lecture, au profit d’un lectorat de nouveau spécialisé (universitaire) et essentiellement passif dont le rôle perlocutoire escompté se limitait à un travail de coopération. À titre d’exemple, cette note composée vers décembre 1993, qui se réfère aux problèmes soulevés par la traduction de « you » :

Nous traduisons le glissement de niveau de langue de Jody par un passage du « vous » au « tu » en français ; la marque de condescendance de sa réplique veut affirmer son statut de supériorité, son niveau de pouvoir, plus assuré qu’au début du dialogue, puisqu’il est maintenant presque « patron » et qu’il peut traiter Ab en subalterne (même lorsque Flem aura le dessus, il ne tutoiera pas les autres. Le tutoiement signale non seulement le pouvoir, mais aussi la familiarité. Flem est toujours distant, contrairement aux Varner).

35Ce n’est donc qu’à la suite de la deuxième réorientation majeure de la pratique du greti, soit l’élimination complète de l’appareil méta-textuel, que la dimension dirigiste, didactique des versions antérieures a été enfin écartée, du moins des paliers explicites de la retraduction, et, partant, les contradictions méthodologiques et idéologiques que cette dimension véhiculait. Parallèlement, la non-congruence quelque peu paradoxale entre la construction de lecteurs modèles hétérogènes (étudiants, traductologues, etc.) et la mise en place d’un nombre restreint de positions de lecture disparaissait, si bien qu’une fois levés les mécanismes de régulation de la circulation du savoir, ces dernières se sont démultipliées selon un mouvement situé aux antipodes du conservatisme décrit par Lefevere. Et c’est là qu’il fallait en venir, car l’évacuation des jalons explicatifs représente une stratégie traductionnelle qui prévoit simultanément des lecteurs modèles spécialisés, auxquels toutefois il importe moins de fournir des savoirs que de présupposer des connaissances suffisantes en traductologie pour que les enjeux conceptuels et méthodologiques du projet du greti soient appréhendés, et des lecteurs modèles non spécialisés, aux contours identitaires (compétenciels, géopolitiques) des plus indéterminés. Ajoutons néanmoins que dans la mesure où de nombreuses données destinées à figurer dans des commentaires ou des notes ont tout simplement été réintégrés aux articles (dont ceux du présent volume) qui « entourent » la version « définitive », ces savoirs n’ont pas entièrement disparu, étant toujours à la disposition de lecteurs empiriques qui souhaiteraient en prendre connaissance. Dans cette optique, non seulement la version « définitive » du greti contient les lecteurs modèles des retraductions antérieures, grâce à cette perméabilité des versions évoquée plus haut, mais elle ne possède ni centre ni périphérie absolus, chaque lecteur modèle jouissant d’une légitimité et d’une efficacité stratégique entières. En dernière analyse, le projet traductif progressiste du greti n’est nullement compromis ; seule se trouve reconceptualisée et resituée — j’y reviendrai à la fin de mon analyse — la notion bermanienne de traduction littérale.

36« C’est en définitive une véritable expérience de lecture que nous souhaitons offrir au coeur de cet ouvrage, avec l’espoir que ressortira clairement le dialogisme à l’œuvre ici entre traduction et réflexion » (« Introduction », p. 17). Cette remarque, qui vient élucider les modifications encourues tant par la position traductive initiale des membres du greti que par son projet de traduction, s’applique aux rapports dialogiques qui s’instaurent tout à la fois entre original/traducteurs/retraduction « définitive » par le biais du processus traductionnel et entre traducteurs/retraduction « définitive »/lecteurs par le biais du processus de lecture. Il ne faudrait cependant pas en conclure que la retraduction « définitive » du greti repose sur la mise en phase anarchique de lecteurs modèles que plus aucun protocole de lecture ne vient orienter. Il ne faudrait pas en conclure non plus que l’absence de hiérarchie des lecteurs modèles signifie leur coexistence harmonieuse à l’intérieur d’un espace homogène que plus aucun conflit ne vient déranger. Bien au contraire, la suppression des instructions interprétatives explicites contenues dans le paratexte a eu pour effet de les déplacer tout simplement vers les couches implicites de la version « définitive » où elles continuent à exercer un certain contrôle — nettement plus diffus, il est vrai — sur les stratégies inférentielles prévues par le greti (voir infra). Corollairement, la suppression de toute hiérarchisation effective des lecteurs modèles a eu pour effet, d’une part, de libérer la nature potentiellement conflictuelle, antagoniste, des intérêts et des finalités qui les divisent et, d’autre part, de responsabiliser les lecteurs empiriques dès lors appelés à réfléchir aussi bien sur cette absence de hiérarchisation que sur leur propre positionnement axio-idéologique et politique par rapport aux divisions ainsi représentées.

  • 21 Voir cette observation de Raymond Williams : « Any hegemonic process must be especially alert and (...)

37Car la présence de rapports dialogiques n’équivaut pas forcément à la mise en place, utopique, de positions subjectives égalitaires que plus aucune antinomie ne traverse. On pourrait avancer que, si l’autoritarisme et le monologisme impliquent des systèmes idéologiques fondés sur le refoulement des divergences et la naturalisation (l’universalisation) d’une « logique » forgée dans et pour les seules classes dominantes, la démocratie et le dialogisme impliquent des systèmes idéologiques fondés sur le « retour du refoulé » idéologique, soit la « libération » (la dénaturalisation, l’historicisation) des voix dominées qui viennent dès lors travailler, en les métissant, les voix dominantes21. En d’autres termes, si l’autoritarisme (le dirigisme, le didactisme) vise l’étouffement des conflits socioculturels, le dialogisme vise leur « mise en visibilité » — au sens de prise de conscience, de responsabilisation —, de sorte que l’on touche ici, me semble-t-il, outre à la dimension politico-idéologique de la version « définitive » du greti, à sa dimension proprement éthique.

38Dans la mesure où le dialogisme caractérise avant tout les passages sociolectaux, en raison non seulement des stratifications socio-idéologiques et plurilingues intrinsèques à ces derniers, mais aussi de l’évolution des stratégies traditionnelles dont se sont prémunis les membres du greti pour traduire ce qui constitue, pour une large part, l’étrangeté du texte faulknérien, il convient de revenir plus explicitement sur le problème de la traduction des sociolectes littéraires. Ce problème s’ajuste à celui de l’étayage de l’acte traductif examiné ci-dessus selon au moins deux modalités : d’abord, nous l’avons vu, par l’existence de commentaires et de notes définissant certains termes vernaculaires ; ensuite, par le fait, à première vue contradictoire, que l’élimination de l’appareil paratextuel a eu pour effet de contrebalancer en le désamorçant, grâce à la diminution de lisibilité ainsi provoquée, l’accroissement de lisibilité déclenché par la politique de dévernacularisation.

Le vernaculaire rural québécois

  • 22 Si dans ce qui suit je me réfère systématiquement à la langue franco-canadienne, le vernaculaire r (...)

39Afin de bien comprendre les présupposés axio-idéologiques sous-jacents aux diverses stratégies adoptées par le greti, ainsi que les espaces identitaires et herméneutiques qu’elles construisent, il me semble nécessaire d’ouvrir une longue parenthèse sur les enjeux engagés par la décision, jamais contestée par les membres du greti, de recourir au vernaculaire rural québécois22 pour traduire les sociolectes des « country whites » du Hamlet.

  • 23 Je suis parfaitement consciente du caractère extrêmement général et, par là, réducteur des remarqu (...)

40Rappelons dans un premier temps que l’identité des Québécois repose essentiellement sur des critères linguistiques23 C’est, entre autres, grâce à la langue qu’ils parlent et à la manière dont ils la parlent qu’ils se définissent comme communauté culturelle distincte des communautés anglophones d’Amérique du Nord et de celles de la francophonie. On sait sans doute que, dès la fin du XIXe siècle, leur manière de parler le français fut stigmatisée par les Canadiens anglais et les Américains, qui la caractérisèrent de « patois, incompréhensible pour les Français et, à fortiori, pour les étrangers ayant une connaissance du français. À ce French Canadian Patois, on opposa dès lors le Parisian French [...] » (Bouchard 1990 : 36). On sait également qu’à la querelle du French Canadian Patois qui s’ensuivit entre anglophones et Canadiens français succéda à partir de 1960 la querelle du joual, parler populaire des classes ouvrières urbaines fortement contaminé par l’anglais que les Canadiens français eux-mêmes opposaient « non plus au français de Paris, mais à une nouvelle variété moins étroitement identifiée à des schémas culturels précis : au français international, notion des plus abstraites » (45).

  • 24 Cette présence était double : d’une part, il s’agissait d’un discours sur le joual ; de l’autre, d (...)

41Mais on connaît peut-être moins les réactions des Canadiens français face à ces phénomènes de stigmatisation de provenance externe et interne, que Chantal Bouchard (1988, 1990, 1998) a analysées à partir d’articles parus dans la presse québécoise entre 1878 et 1970. Selon elle, ces réactions ont oscillé entre un sentiment d’« insécurité linguistique [...] apparemment plus aigu chez les lettrés d’ailleurs que dans les autres couches de la population » et « l’apparition et la disparition [d’]attitudes de défense systématique de la langue des Canadiens français [...] » (1990 : 37). Ainsi, en schématisant à l’extrême, entre 1880 et 1910 les Canadiens français entretinrent une opinion plutôt négative de leur langue ; opinion qui fut remplacée entre 1910 et 1945, alors que la querelle du French Canadian Patois battait son plein, par une attitude plus positive qui visait à parer aux attaques des anglophones en leur démontrant que la langue franco-canadienne était bien le français. Ce n’est qu’après 1940, au moment où la querelle du French Canadian Patois s’essoufflait et que débutaient les grands mouvements d’urbanisation et d’industrialisation, que de nombreux Canadiens français, inquiets de l’état de détérioration de leur parler au contact de l’anglais, prirent le parti de préconiser l’emploi d’un français plus standard, plus « international ». Enfin, la présence de plus en plus visible du joual dans les appareils culturels du Québec (médias, écoles, littérature24) au cours des années 1960, si elle fut décriée par ses détracteurs, coïncida avec une attitude à la fois positive et militante de la part de ses défenseurs, qui situèrent le joual au centre de leurs luttes sociopolitiques et culturelles en revendiquant pour lui le statut de langue nationale québécoise.

  • 25 En anticipant, il est important de souligner que, tout en défendant leur langue, les lettrés ne ch (...)

42Cela dit, il faut tenir compte des valeurs proprement culturelles dont témoignent ces attitudes tantôt négatives, tantôt positives, tantôt mitigées, ambiguës25 ; attitudes qui sont tributaires de la dichotomie, hautement idéologique, entre langue dominante (l’anglais, le français de France) et langue dominée (la langue du Québec) :

[...] un individu qui juge mal sa façon de parler [...] appartient aux classes dominées de sa communauté et il partage les jugements de valeurs qui définissent les normes de prestige d’après le sociolecte de la classe dominante. Son propre sociolecte est stigmatisé socialement et il admet ce jugement (Bouchard 1988 : 7-8).

  • 26 Anonyme, « Trudeau : À Québec d’améliorer d’abord son “mauvais français” », Le Devoir, 15 février (...)

43D’une part, les valeurs culturelles véhiculées par de telles attitudes sont d’ordre socio-économique et politique. C’est ainsi par exemple que, voyant leurs revendications politiques et civiques remises en question tant qu’ils n’auront pas amélioré leur « français pouilleux » (« lousy French » — Pierre Elliot Trudeau, alors ministre fédéral de la justice26), les Québécois répondent en accélérant l’implantation de nouvelles législations linguistiques :

C’était bien, en effet, ce genre de raisonnement que les Canadiens français craignaient depuis un demi-siècle : qu’on prenne prétexte du soi-disant patois pour réduire leurs droits politiques et les pousser irréversiblement dans la voie de l’assimilation. Puisqu’on les attaquait sur le terrain linguistique, les Québécois, tout compte fait, prirent les mesures politiques qui s’imposaient pour protéger leur langue d’une plus grande contamination par l’anglais (Bouchard 1990 : 48).

44D’autre part, ces valeurs culturelles sont partie intégrante de ce que Sherry Simon appelle « a history of the linguistic expressions of alterity » (1992 : 168). Le parler franco-canadien, comme le joual, a contribué à la construction d’identités — de soi, de l’autre — définissables en termes de formations discursives pourvues d’« un ensemble de règles anonymes, historiques » (Foucault, cité dans Brisset 1990 : 23) qui, se manifestant sous forme de « topoï », de représentations, de schèmes argumentatifs, de scénarios préformés, déterminent ce qui peut et doit être dit à un moment historique donné.

  • 27 Précisons que ces discours étaient présents tant au Québec qu’ailleurs au Canada, certains se mani (...)
  • 28 En effet si les élites canadiennes-françaises s’acharnent tant à combattre le mythe du French Cana (...)

45C’est ainsi que de multiples discours circulant depuis le XIXe siècle sur la langue et le peuple franco-canadiens ont peu à peu convergé pour construire, vers 1910, le double « topos » du paysan Canadien français comme « un être fruste, bon et simple, pour ne pas dire simplet, une sorte de “bon sauvage” » (Bouchard 1988 : II) et de son parler comme l’incarnation des vraies valeurs sociales et spirituelles27. « Le paysan devient, idéologiquement, le dépositaire de toutes les vertus de la race » (Bouchard 1998 : 119). Adoptée aussi bien au Canada anglais qu’au Canada français, cette image du Canadien français servait toutefois des intérêts antagonistes28 : si les écrits et traductions du Canadien anglais William Hume Blake, par exemple, relevaient d’un « elegant propagandizing in favor of the nobility and archaic virtues of French Canada » qui plongeait le lecteur « into a genteel and paternalistic universe » (Simon 1992 : 163), en revanche, le désir de défendre leur « patois incompréhensible » des attaques qui, entre 1910 et 1940, n’ont cessé de fuser, a amené les Canadiens français à forger des tactiques argumentatives visant à asseoir sa légitimité :

On assiste donc, à partir de 1910, à une vaste réhabilitation de la classe paysanne, et de sa langue surtout, menée par des lettrés dont les objectifs consistent, semble-t-il, à combattre la détérioration de l’image que les Canadiens français se font d’eux-mêmes. [...] il est désormais urgent d’abandonner l’autocritique et de consolider, voire de reconstruire une image positive (Bouchard 1998 : 120-121).

  • 29 Exemples cités dans Bouchard (1988 : 16).

46À ces fins, on appuie la thèse selon laquelle la langue franco-canadienne est celle de Louis XIV, accordant une axiologisation positive à ses particularités linguistiques dont il faut conserver « les mots les plus savoureux, les expressions les plus imagées » (Bouchard 1988 : 12). On multiplie les recherches étymologiques, on glorifie l’authenticité du parler paysan, on procède à des amalgames de lieux communs issus de discours connexes — ceux de l’Église (« apôtre de la langue »), de la famille (« vieux français de nos pères »), de la noblesse (« sa majesté la langue française »)29 — dont la fonction rhétorique consiste à maintenir les valeurs traditionnelles et passéistes. Mieux, certains vont jusqu’à proclamer la supériorité de cette langue paysanne sur les patois de France :

À le bien prendre, je crois qu’il n’y a pas de pays au monde où l’on patoise moins qu’au Canada. [...] Je puis même ajouter, sans exagération ni chauvinisme, que les différences, quand il s’en rencontre, entre notre langage populaire et celui des paysans de France, sont généralement à l’avantage des nôtres (Louis Lalande, cité dans Bouchard 1988 : 14).

47On a affaire, selon toute apparence, à

[...] une espèce de fétichisation de la culture traditionnelle, à la construction d’une identité réactionnelle dont l’élaboration vise d’abord à permettre aux Canadiens français de résister à l’érosion [sociale]. On s’appuie sur ce qui semble le plus solidement acquis, ce qui n’est pas remis en cause par les Anglo-Canadiens, sur la valeur commune et distinctive des Canadiens français, leur catholicisme (Bouchard 1998 : 129).

  • 30 « La classe instruite [...] sera maintes fois critiquée à partir des années 1935-1940 ; on lui rep (...)

48Enfin, on dénonce la lourde présence d’anglicismes qui caractérise aussi bien le parler populaire des villes industrialisées que la langue des classes bourgeoises30 tous deux se trouvant dès lors opposés non seulement au français international, mais aussi au français des paysans, perçu comme plus pur car non « perverti » par l’anglais.

49Cependant, avec l’essor de l’urbanisation, « on oublie rapidement les paysans, classe réduite en nombre et surtout en importance dans l’identité québécoise » (Bouchard 1988 :17). Non seulement on se rend compte que « la culture de l’ouvrier urbain n’a plus grand-chose de commun avec celle du traditionnel habitant dont on avait tant vanté les vertus pendant trente ans » (Bouchard 1998 : 133), mais, plus grave encore, l’anglicisation finit par toucher la classe paysanne elle-même :

Le discours d’exaltation du français des paysans en vient [...], malgré les intentions initiales qui étaient de légitimer la langue des Canadiens français, à se retourner contre la majorité d’entre eux et à devenir un discours de stigmatisation assez violent. [...] Le moment n’est pas loin où le discours apologétique devient impossible, parce que cela reviendrait à condamner toute la société (Bouchard 1998 : 138-144).

50Ce moment, c’est l’après-guerre. Se manifeste alors, chez les lettrés, une nette préférence pour le français standard, de sorte que même l’emploi littéraire de régionalismes, si applaudi depuis 1910, est récusé :

Je ne me suis jamais si bien rendu compte que ce régionalisme, qui m’avait tant déplu d’abord, est, en définitive, à l’insu de ces auteurs, sans doute, un moyen d’anglicisation. Un moyen indirect d’isoler les Canadiens français, de les condamner à vivre parmi les gens normaux comme un troupeau de sourds-muets (P. Baillargeon, chronique « Mélanges ; l’erreur des régionalistes », La Patrie, 16 novembre 1947, cité dans Bouchard 1998 : 213).

  • 31 Pour un excellent aperçu des pratiques traductionnelles des dramaturges québécois entre 1968 et 19 (...)
  • 32 Une analyse de la querelle du jouai se trouve dans Bouchard (1998 : 229-284).

51Désormais redevables à une « philosophy of cultural anticolonialism » (Simon) de plus en plus articulée, les luttes linguistiques se déplacent, débordent les seules considérations défensives d’(in)correction et d’(im)pureté linguistiques pour assumer des allures nettement plus offensives. Déclenchée à la faveur d’un climat politique effervescent en 1959, la querelle du joual s’accompagne, du côté de ses défenseurs toujours plus nombreux, de revendications multiples. Contestation de l’hégémonie du français écrit parisien, création d’un répertoire culturel québécois, légitimation du joual comme langue nationale, reflet de « the aggressive clash of alterities » (Simon 1992 : 172) constitutif de la réalité culturelle de l’époque, rejet de la domination politico-économique imposée depuis deux siècles par les Canadiens anglais, affirmation de la spécificité identitaire et culturelle des Québécois31, ces revendications ont pour dénominateur commun la destruction du statu quo, la création d’une société radicalement nouvelle. Nous sommes loin ici des valeurs traditionnelles, conservatrices sous-jacentes aux débats linguistiques de la première moitié du siècle32.

52Pourquoi cette digression ? Parce que d’aucuns pourraient voir dans la réutilisation du parler rural québécois du début du siècle pour traduire les réseaux vernaculaires du Hamlet un geste qui ou bien le stigmatise de nouveau en réactivant le mythe aujourd’hui révolu du French Canadian Patois comme parler dégradé, ou bien parodie les valeurs positives dont se lestait le langage du paysan franco-canadien. Cette interprétation serait d’autant plus justifiée que non seulement les « country whites » faulknériens sont dotés de traits caractérologiques essentiellement négatifs — manque d’instruction, ruse, opportunisme, exploitation, dégénérescence, amoralité —, mais que c’est entre autres par le biais de la représentation de leur parler non normatif que Faulkner a cherché à créer un certain relief comique. D’autres, au contraire, pourraient voir dans ce choix un geste réactionnaire qui, en évitant l’emploi du joual pour renouer avec une vision du monde propre à l’époque de la colonisation, court-circuite, outre toute revendication véritable, les acquis de la Révolution tranquille et du mouvement anticolonialiste qui l’a portée. Car si le choix du vernaculaire rural québécois est motivé sur le plan proprement littéraire, pour autant qu’il établit des congruences traductionnelles heureuses (le parler des « country whites » du Hamlet remonte à la même époque, est d’ordre rural, paysan, etc.), en revanche sa nature a priori anachronique par rapport à la situation d’énonciation du greti et de ses lecteurs empiriques déclenche sur les plans historique et idéologique des incongruences plus ou moins massives.

  • 33 « Ce militantisme [...] est essentiellement défensif. Les mesures visent à repousser les menaces i (...)

53Quoiqu’il en soit, dans un cas comme dans l’autre, le projet traductionnel affiché du greti et surtout sa dimension explicitement contestataire vis-à-vis des pratiques traductionnelles hypertextuelles se verraient doublement compromis. Loin de résister à l’hégémonie linguistique dont jouit le français standard au sein de l’institution littéraire, la version « définitive » du greti et, à plus forte raison, la totalité de ses versions précédentes ne feraient, en somme, qu’entériner le statut « inférieur » du vernaculaire rural du Québec. Et (ce qui revient en quelque sorte au même) loin de revêtir une efficacité argumentative susceptible de contester les pratiques traductionnelles dominantes afin de donner à lire le texte faulknérien dans toute son étrangeté, l’emploi littéraire du vernaculaire rural, contrairement à l’emploi littéraire du joual qui comporte en lui les traces d’une résistance culturelle réelle, ne ferait que perpétuer le statu quo socio-idéologique et esthétique que ces pratiques dominantes s’efforcent de naturaliser. Historiquement liés à un mouvement non de résistance mais bien de défense33, les discours sur le vernaculaire rural, de même que les imitations littéraires que l’on en proposait, servirent en effet à promouvoir des valeurs (pureté, patrimoine, vertu, noblesse) constitutives des intérêts de nos institutions les plus conservatrices et, à travers elles, du discours dominant.

  • 34 Il me semble que, toutes proportions gardées, la notion de « foreignizing » proposée par Venuti, a (...)

54D’où la question de savoir si le choix du vernaculaire rural québécois ne constitue pas une deuxième contradiction idéologique interne du projet de retraduction du greti, déposant à son tour des valeurs réactionnaires au cœur même d’un projet qui se veut progressiste. Cette question paraît d’autant plus pressante que, d’une part, on est en droit de se demander jusqu’à quel point les stratégies littérales (« foreignizing strategies » — Venuti) visant à rendre l’étrangeté du texte source sont en soi plus fidèles à la spécificité culturelle et linguistique de ce dernier. Ne réinscrivent-elles pas tout simplement, au sein du texte source, des valeurs marginalisées de la culture cible, consolidant ainsi des intérêts tout aussi ethnocentriques que les stratégies hypertextuelles ? Comme le remarque Françoise Massardier-Kenney, « adapting the radical gesture of the text could very well be another way of making the text “culturally fluent”, of making it fit our own contemporary expectations of what constitutes “resistant” writing » (1994 : 15)34 D’autre part, la politique de dévernacularisation que le greti a fini par adopter impliquait un processus de normalisation et de standardisation instauré, du moins dans ses phases initiales, sous la pression d’une revalorisation explicite des contraintes de lisibilité et des règles du « bien écrire » (dont le conservatisme est bien connu). Cette revalorisation explicite était accompagnée d’une revalorisation implicite des principes mêmes contre lesquels Berman ne cessait de s’insurger et que le greti avait fait siens : acceptabilité, accessibilité, conformité aux attentes linguistiques et culturelles des lecteurs cibles, hypertextualité et ethnocentrisme.

55Il en découlerait, dans le premier cas, une exacerbation de l’ethnocentrisme inévitable inhérent à la traduction des sociolectes littéraires et, dans le deuxième cas, une atténuation progressive de la portée contestataire des dernières versions sur le triple plan esthétique, traductologique et pragmatique, pour autant que la lisibilité désormais recherchée par le groupe témoignerait d’un mouvement d’esquive par rapport au projet de départ (exploiter les ressources du vernaculaire québécois comme langue littéraire ; déstabiliser les attentes des lecteurs), d’une diminution de l’étrangeté du texte d’arrivée au profit d’une domestication nettement plus évidente, et d’un désir de se conformer davantage à l’horizon d’attente des lecteurs tant québécois que non québécois.

  • 35 D’où les suppléments de sens qui caractérisent les sociolectes traduits et dont il a été question (...)
  • 36 Je tiens à rappeler qu’il s’agit ici de faire une distinction entre, d’une part, les figures de le (...)

56Un premier élément de réponse à cette question aux ramifications si multiples est sans doute à chercher dans la situation d’énonciation du greti. Le choix du vernaculaire rural québécois de la première moitié du XXe siècle pour traduire l’anglais non standard du Hamlet place nécessairement (et minimalement) l’entreprise du greti à la fois par rapport à l’histoire de la langue française au Québec, par rapport à l’évolution du système axio-idéologique qui informe cette histoire, par rapport aux multiples enjeux — politiques, culturels, institutionnels, économiques, ethniques — qui la constituent et, enfin, par rapport à l’histoire des pratiques discursives en général et des pratiques traductionnelles en particulier. Les représentations du parler rural québécois du début du siècle ne sauraient en conséquence ne pas s’infuser de valeurs et d’intérêts actuels, pas plus qu’elles ne sauraient constituer des anachronismes de fait. Au lieu de transmettre, dans toute sa pureté et plénitude, un état de langue passé, ces représentations sont « construction de l’intelligible de notre temps » (Barthes 1964 : 257), manifestant ainsi une position traductive qui conçoit l’acte traductionnel non pas comme la reconstitution d’une « origine », quelle qu'elle soit (texte, auteur, sens, lettre, parler), mais comme un processus historiquement et culturellement déterminé qui s’ancre dans une dialectique de la reproduction et de la transformation. Non seulement le GRETI assume pleinement, dans un double mouvement socio-idéologique et éthique, la responsabilité des incongruences historiques et idéologiques que la représentation littéraire d’un parler de l’époque de la colonisation socio-économique du Québec suscite, de même que les éventuelles lectures « à rebours » évoquées plus haut, mais il lui accorde, par le biais d’un projet traductionnel qui se veut anti-institutionnel, progressiste, des valeurs anticolonialistes de résistance et de contestation habituellement dévolues à la représentation littéraire du joual35. C’est donc à travers ces incongruences historiques et idéologiques, dès lors transformées en stratégies traductionnelles, qu’il est possible de reconstituer, à partir des versions de retraduction successives, tant les multiples positions et projets traductifs du greti que les espaces identitaires et herméneutiques que ces positions et ces projets mettent en phase36.

57Un deuxième élément de réponse est à chercher du côté de la politique de dévernacularisation. Rappelons que le choix du vernaculaire rural québécois a activé des idéologèmes géopolitiques dont l’apparente neutralité était contrecarrée par la polarisation tacite des rapports de pouvoir sous-jacents ; polarisation que venait aggraver le caractère survernacularisé, « illisible » des premières versions. Nous avons vu que, si aux termes du projet traductionnel initial du greti il s’agissait de « travailler cette langue [québécoise], l’ouvrir, en explorer le potentiel créateur et la rendre accessible au lecteur francophone, quel qu’il soit » (chapitre I, p. 21), cette accessibilité n’engageait pas les mêmes enjeux selon que ce lecteur francophone était Québécois ou non-Québécois. Car le fait même de repenser les rapports de pouvoir entre le français standard et les vernaculaires afin d’affirmer/réhabiliter les ressources du parler rural québécois, tout en sapant l’hégémonie des institutions culturelles françaises, favorisait, outre la déstabilisation des attentes des lecteurs empiriques, l’établissement de liens de solidarité et de désolidarité, d’inclusions et d’exclusions que cautionnent des revendications disparates. Se dessinaient alors des intérêts antagonistes qui opposaient un lecteur modèle québécois dès lors sommé de reconnaître/assumer son identité et un lecteur modèle français dont il importait d’ébranler les images, les représentations, les attitudes et les stéréotypes sociolinguistiques en l’amenant à s’ouvrir à l’Autre.

58Le didactisme latent d’une telle stratégie est évident : on avait bien affaire à une tentative d’orientation du lecteur empirique opérant non pas uniquement au niveau paratextuel (les fiches, les notes de bas de page), mais aussi à partir des paliers textuels présuppositionnels. Encore une fois, l’hétérogénéité apparente des lecteurs modèles (la francophonie) et des positions de lecture créés par le projet de traduction initial du groupe se voyait résorbée par la polarisation des revendications ainsi représentées, polarisation que camouflait tant bien que mal l’étrangeté des passages dialogués survernacularisés. À cela s’ajoutait le statut problématisé, déjà évoqué, du lecteur modèle québécois : confronté à des « définitions » dans la langue de l’Autre — le « Français de France » — de son propre parler, il était confronté par ailleurs à une image de lui-même qui lui parvenait, réfractée, à travers celle de l’Autre — les « country whites » du Sud américain. Double source d’antagonismes et de conflits ayant pour base des questions, on ne peut plus sensibles, d’identité, d’aliénation et de dominance aussi bien linguistiques que culturelles (on se souvient de la querelle du French Canadian Patois). Autrement dit, ostensiblement au service d’une démarche littérale censée contester la portée ethnocentrique des traductions hypertextuelles, la tendance à la survernacularisation avait pour conséquence inattendue de saborder le travail sur la lettre que le greti souhaitait réaliser. D’un côté, le groupe s’est éloigné du texte source dans un mouvement guetté par l’hypertextualité et l’ethnocentrisme, de l’autre, il a été amené à révéler son positionnement axioidéologique par rapport aux stratifications sociolinguistiques de la culture cible et par rapport aux luttes socioculturelles et institutionnelles proprement domestiques qui les constituent.

  • 37 Sur ce point, voir Brisset (1990). Selon elle, les « traductions en québécois » — c’est-à-dire en (...)

59C’est bien ce que les membres du groupe ont rapidement compris. Comme le précise Corinne Durin dans le chapitre I, le problème de la lisibilité des passages vernaculaires s’est alors posé de manière particulièrement urgente, entraînant dans son sillage celui des exigences réelles de l’approche bermanienne. La politique de dévernacularisation avait donc pour but, d’une part, de circonvenir le « piège hypertextuel » de l’exotisation en proposant une traduction littérale à la fois plus fidèle aux systématismes du texte faulkérien et moins inféodée aux valeurs et intérêts du polysystème culturel cible. Si processus de normalisation et de standardisation il y avait, il ne s’orientait ni vers un ethnocentrisme accru37 ni vers une volonté de lisibilité (d’appropriation) totale — à preuve, le rôle considérable attribué, dans le cadre de la politique de dévernacularisation, aux marqueurs vernaculaires d’ordre lexical —, mais plutôt vers une résistance (un travail sur la lettre) susceptible simultanément de mieux respecter le dosage sociolectal du texte faulknérien et d’éviter, sans toutefois l’esquiver entièrement, une surcharge aliénante de revendications politiques spécifiques aux luttes québécoises des trois dernières décennies. D’autre part, la politique de dévernacularisation ayant pour but de faciliter la lecture des non-Québécois et plus spécifiquement (en raison de la polarisation des tensions décrite plus haut) des Français, ces derniers ont continué, pendant un certain temps, à occuper une place prépondérante.

60Or, qui dit réduction des conflits axio-idéologiques ne dit pas forcément élimination. À cet égard, soulignons la nature fondamentalement idéologique des contraintes de lisibilité. Si, en effet, on peut considérer que la diminution du nombre de marqueurs sociolectaux a pour but apparent de faciliter la lecture, il convient toutefois de demander : la lecture de qui ? D’un lecteur qu’il s’agissait de rassurer en renforçant ses habitudes de lecture et, du coup, ses idées reçues tant littéraires que sociolinguistiques ? D’un lecteur qu’il s’agissait d’initier, sans trop le brusquer, à un parler « autre » dont on a soigneusement présélectionné les traits pertinents ? Ou encore d’un lecteur que l’on essayait de rallier à un projet de réhabilitation d’un parler dominé ? Dans le cadre du projet de retraduction affiché du Hamlet, la réponse immédiate se situe sans doute du côté de ce dernier cas de figure. Mais l’histoire de la pratique traduisante du greti démontre clairement que les deux autres n’ont nullement été exclus, tous trois constituant à l’intérieur de la version « définitive » des positions de lecture complémentaires. Créées dans et par la politique de dévernacularisation, celles-ci contribuent à assouplir les contours trop figés du lecteur modèle français construit par les passages survernacularisés, en réarticulant les intérêts de ceux-ci et en redessinant leurs finalités.

61De même, qui dit composer davantage avec les contraintes de lisibilité inhérentes au polysystème littéraire d’accueil ne dit pas forcément pactiser avec elles : il s’agissait toujours de rendre visible le parler rural québécois afin de lui conférer une légitimité littéraire par le biais de la double déstabilisation des pratiques traductionnelles dominantes et des instances culturelles hégémoniques. Il s’agissait également d’éviter, dans la mesure du possible, la confrontation et la hiérarchisation (donc l’exclusion, la fermeture) au profit du ralliement, de la coexistence et d’un dialogisme dès lors inscrits au sein même des multiples lecteurs modèles. Ce dialogisme englobe les lecteurs modèles québécois, à qui le processus de dévernacularisation n’était a priori pas destiné, le démantèlement des stratégies responsables de leur statut problématique servant à atténuer les conflits identitaires dont jusque-là ils avaient été le lieu de déploiement et à les faire participer à des relations fondées moins sur des affrontements polarisés que sur des entrecroisements identitaires et herméneutiques davantage fluides.

62Autrement dit, en nivelant les rapports de force immanents aux lecteurs modèles, en démultipliant les positions de lecture, le greti a cherché à minimiser les lieux textuels à partir desquels un rejet, aussi bien de sa position traductive que de son projet de retraduction, serait envisageable de la part des lecteurs empiriques. Et si l’on se rappelle que le processus de dévernacularisation s’est effectué parallèlement à la suppression progressive de l’appareil paratextuel, on peut constater qu’au lourd didactisme de ce dernier faisait maintenant écho celui, nettement plus diffus, nettement moins dirigiste et autoritaire, véhiculé par ces nouvelles stratégies traductionnelles qui mettaient en place des lecteurs modèles à qui l’on faisait confiance quant à leurs capacités de restituer, en plus du sens des lexèmes et des constructions morphosyntaxiques vernaculaires, la configuration plurilingue du texte source. Projet fondamentalement démocratique et éthique, le projet ultime du greti est également d’ordre épistémologique, en ce qu’il consiste dans une réarticulation des catégories du savoir des lecteurs empiriques francophones qui, amenés à se positionner par rapport à un parler qui affirme son altérité, ne sauraient y rester indifférents.

63Troisième et dernier élément de réponse, maintes fois annoncé au cours du présent chapitre et qu’il convient maintenant d’aborder de front : la politique de dévernacularisation a eu pour résultat — capital — d’amener le greti à reconnaître l’idéalisme et l’essentialisme de l’approche littérale de Berman, du moins telle qu’il l’avait définie avant la publication de son dernier ouvrage (1995). Désir d’accéder à « la pure visée » (1984 : 17), à « l’essence voilée de toute traduction » (1985a : 67), qui consistent toutes deux à « accueillir l’Étranger comme étranger » (68), à « accentuer son étrangeté » (67) ; refus de tenir compte des attentes du lecteur, la conception bermanienne de traduction littérale conduit néanmoins à la constatation de l’intraduisibilité des sociolectes sources. Précisant que

[t]raditionnellement, il existe une manière de conserver les vernaculaires en les exotisant. L’exotisation peut prendre deux formes. D’abord, par un procédé typographique (les italiques), on isole ce qui, dans l’original, ne l’est pas. Ensuite, et plus insidieusement, on en « rajoute » pour « faire plus vrai », en soulignant le vernaculaire à partir d’une certaine image (d’Épinal) de celui-ci. [...]
L’exotisation peut rejoindre la vulgarisation en s’efforçant de rendre un vernaculaire étranger par un vernaculaire local : l’argot parisien traduira le « lunfardo » de Buenos Aires (78).

64Berman ajoute aussitôt :

Malheureusement, le vernaculaire, collant au terroir, résiste à toute traduction directe dans un autre vernaculaire. Seules les langues « cultivées » peuvent s’entre-traduire. Une telle exotisation, qui rend l’étranger du dehors par celui du dedans, n’aboutit qu’à ridiculiser l’original (78).

  • 38 En fait, il y plus grave : Berman présuppose que seuls les vernaculaires « collent au terroir » et (...)

65Foncièrement élitiste, contradictoire par rapport à ses thèses principales (voir Lane-Mercier 1997), cette constatation à propos de l’« exotisation ridiculisante » dévoile les assises métaphysiques de sa conception de traduction littérale, ainsi que l’absurdité d’envisager, comme Berman le suggère ici, la possibilité (même impossible !) de rendre l’étranger du dehors par celui du dehors, ou encore un vernaculaire étranger par un vernaculaire étranger38 En choisissant de traduire le parler non standard des « country whites » par le vernaculaire rural québécois — mais le choix de tout autre sociolecte, conventionnel ou non, aurait abouti au même résultat —, le greti n’a fait qu’entériner le fait que « foreignism [...] isn’t foreign at all » (Robinson 1997 : 94), que la traduction

[...] assumes the impossibility of any autonomous cultural value and views the foreign as at once irredeemably mediated and strategically useful, a culturally variable category that needs to be constructed to guide the translator’s intervention into the current target-language scene (Venuti 1995: 205).

66Il s’ensuit que le projet du greti, dans ses formulations initiales comme dans ses formulations ultérieures, récuse cet aspect élitiste du concept de traduction littérale et la contradiction qui la sous-tend. Plutôt que de prôner l’intraduisibilité des sociolectes sources, le greti a tout simplement déplacé les impératifs bermaniens d’étrangeté et d’altérité qui, au lieu de se référer aux seuls texte et culture de départ, se rattachent aussi au texte et à la culture d’arrivée. Le choix d’un vernaculaire par nécessité « local », « du dedans » (comment en serait-il autrement ?) doit son étrangeté et son altérité non pas au fait qu’il permet un accès à l’étrangeté et à l’altérité du Hamlet, mais à son statut marginalisé relativement aux institutions culturelles dominantes de la société d’accueil. Le métissage de soi et de l’autre dès lors opéré engage, selon un geste inéluctablement ethnocentrique, les langages standard et non standard, dominants et dominés de la culture d’arrivée, de sorte que l’idéalisme intrinsèque à la conception bermanienne du traduire est déjoué — nous l’avons vu — par un historicisme que le greti a pleinement assumé : il lui était impossible de faire autrement, à moins de contrevenir aux fondements mêmes de son projet de traduction et d’effacer (ou d’ennoblir), à l’instar des pratiques traductives dominantes, les sociolectes faulknériens. Voilà, me semble-t-il, une première reconceptualisation, majeure, de la traduction littérale bermanienne qui a permis au greti de maintenir le caractère progressiste (non élitiste, non conservateur) de son projet de traduction.

67Mais il en est une deuxième, qui a plus particulièrement trait à la politique de dévernacularisation. Nous l’avons vu : a priori indice du rejet de Soi et du Même au profit de l’Autre et de la Différence, la survernacularisation pratiquée au commencement du projet véhiculait, malgré la politique de décentrement au regard des conventions littéraires et traductionnelles dont elle procédait, une image on ne peut plus familière de Soi — du Québécois, de son parler, ses luttes politiques, ses ambiguïtés identitaires, ses revendications culturelles —, submergeant l’altérité du texte de Faulkner par des considérations par trop domestiques. Parallèlement, la survernacularisation a amené le greti à faire dévier le travail sur la lettre, le texte de Faulkner proposant un nombre nettement plus restreint de marqueurs vernaculaires. C’est dire que la survernacularisation correspondait bien à une forme d’exotisation (en rajouter pour faire plus vrai) que la politique de dévernacularisation n’a eu cesse de rectifier afin de respecter, précisément, les principes de toute traduction littérale. Mais ce faisant, la survernacularisation a eu pour effet — bénéfique — d’attirer l’attention du greti sur l’incontournabilité des questions de lisibilité et de lectorat, dans la mesure où le groupe s’est rendu compte qu’une vernacularisation trop appuyée risquait d’inviter des réactions, fâcheuses dans une perspective bermanienne, de non-adhésion et de repli sur soi : malaise chez les lecteurs québécois et rire condescendant de la part des lecteurs non québécois qui refuseraient dès lors toute ouverture sur l’Autre.

  • 39 Seules les versions antérieures au processus de dévernacularisation correspondent à ce que Robinso (...)

68Le processus de dévernacularisation reposait donc explicitement (mais non exclusivement) sur des problèmes de réception, comme j’ai tenté de le démontrer ci-dessus, avec pour conséquence que la retraduction « définitive » accorde aux lecteurs une place et un rôle de fait, installant au centre d’une pratique traduisante littérale des figures de lecteur et des positions de lecture qui font partie intégrante des stratégies traductionnelles du greti. On est de nouveau loin du rejet radical du lecteur prôné par Berman, et beaucoup plus proche, à quelques nuances près39, de la perspective de Robinson, pour qui les traductions littérales ne sauraient pas ne pas agir sur le lecteur, de par le fait qu’elles sont

[...] motivated by serious ethical concerns — specifically, a concern to avert cultural facility, cultural superficiality, cultural aridity [...]: through an ostensible expression of aversion for the « reader », the translator pragmatically teaches the real reader aversion for [...] a submissive role that encourages interpretation along institutionally approved lines. [...] Once this aversion [...] has been conveyed, then [... it] takes on enormous transformative power — the power to defamiliarize the familiar landscape of ideosomatic [institutionalized] world views, to articulate the buried inarticulated glimmerings of another reality (an unprogrammed experience [...]), and to move the reader toward accessing that reality. [...] Translation as liberation (Robinson 1991 : 247-249).

69Nul besoin de signaler la ressemblance frappante avec le projet du greti. L’étrangeté des passages traduits en québécois, même si elle a été diluée par le processus de dévernacularisation, assure, justement, ce rôle essentiellement transformateur, iconoclaste et libérateur par rapport aux habitudes, valeurs et catégories du savoir des lecteurs empiriques. Or, il ne s’agit plus de s’adresser à un lectorat d’élites : bien au contraire, la politique de dévernacularisation a également permis de comprendre que

[the heterogeneity [of registers] needn’t be so alienating as to frustrate a popular approach completely; if the remainder [i.e. the non standard elements] is released at significant points in a translation that is generally readable, the reader’s participation will be disrupted only momentarily. Moreover, a strategic use of minority elements can remain intelligible to a wide range of readers and so increase the possibility that the translation will cross the boundaries between cultural constituencies, even if it cornes to signify different meanings in different groups (Venuti 1996: 95).

70Il est désormais possible de mesurer jusqu’à quel point la retraduction « définitive » du greti constitue une véritable démocratisation de l’approche littérale.

  • 40 Notons que dans son œuvre posthume intitulée Pour une critique des traductions : John Donne, Berma (...)

71En accordant une place et un rôle de fait aux lecteurs, non seulement le greti a rompu, à nouveau, avec la conception bermanienne de la traduction littérale, mais il a modifié en la déplaçant la notion, tout aussi bermanienne, de visée éthique de la traduction. Et voici la troisième reconceptualisation importante effectuée par le groupe, qui découle en quelque sorte des deux autres. Pour Berman, il existe une visée éthique négative (hypertextualité, domestication, ethnocentrisme) associée aux pratiques traductionnelles fidèles au sens du texte source, à laquelle s’oppose une visée éthique positive (neutralisation de l’ethnocentrisme, ouverture sur l’Autre) associée aux pratiques traductionnelles fidèles à la lettre du texte source. D’après lui, ces deux visées éthiques sont constitutives de l’acte de traduction qu’elles règlent pour ainsi dire de l’intérieur, grâce à un système axiologique dualiste exprimable en termes de bonne/mauvaise traduction : « J’appelle mauvaise traduction la traduction qui, généralement sous couvert de transmissibilité, opère une négation systématique de l’étrangeté de l’œuvre étrangère » (Berman 1984 : 1740).

72La politique de dévernacularisation du greti démasque la relativité d’une telle dichotomie. D’une part, la survernacularisation des premières versions a clairement montré que certaines « foreignizing strategies » fondées sur un travail sur la lettre (une politique de décentrement) sont susceptibles de verser, à l’insu du/des traducteurs, dans l’ethnocentrisme et la domestication. D’autre part, le processus de dévernacularisation amorcé afin de corriger une telle entorse aux préceptes de la traduction littérale, tout en relevant d’une standardisation linguistique perçue comme ethnocentrique, et tout en prenant en considération les valeurs/attentes/habitudes du lecteur cible (tactiques de réappropriation), est paradoxalement moins ethnocentrique, plus fidèle aux systématismes — à l’étrangeté — du Hamlet.

  • 41 Tout en confirmant la teneur de la note 34, ces remarques la nuancent de trois manières. D’une par (...)

73Il s’ensuit que la ligne de démarcation entre visées éthiques négatives et positives demeure foncièrement indéterminée, ce qui oblige à repenser à la fois la notion d’une éthique de la traduction et les conditions de possibilité mêmes de la « fidélité » à la lettre du texte original, quels que soient les efforts déployés par le/les traducteur(s) afin d’en respecter l’étrangeté. Berman le dit lui-même : aucun vernaculaire d’arrivée ne saurait être équivalent (fidèle) au vernaculaire de départ, si bien que le traducteur ne peut qu’assumer les pertes et les gains massifs — linguistiques, idéologiques, rhétoriques, politiques — que déclenche invariablement la traduction des sociolectes littéraires selon des modalités toujours plus ou moins acclimatisantes. Mais ce faisant, le traducteur se doit de prendre position par rapport à ces pertes et ces gains, dans un mouvement proprement éthique qui découle non pas de l’acte de traduire en soi mais bien du code éthique auquel le traducteur adhère en tant qu’agent historiquement déterminé, certes, mais néanmoins responsable de ses choix. C’est de ce code éthique que découlent son positionnement relatif aux sociolectes source et cible, sa position traductive et les stratégies traductionnelles qui en émanent41.

74Dans cette optique, j’espère avoir montré, grâce à certaines observations disséminées çà et là à travers la présente étude, que le greti n’a jamais cherché à refuser ni la responsabilité des pertes/suppléments de sens occasionnés par ses décisions traductionnelles, ni les incongruences idéologiques et historiques provoquées par le recours au vernaculaire rural québécois. Au contraire, de même que le travail paratextuel avait — et a toujours — pour raison d’être l’explicitation/conceptualisation de ces décisions, de même son élimination du corps du texte traduit indique « un décentrement culturel pleinement assumé » (« Introduction », p. 16). Les modifications peu à peu apportées aux fondements élitistes et idéalistes de la conception bermanienne de traduction littérale revêtaient une nécessité interne au projet du greti, pour autant qu’elles permettaient à la fois de ne pas en compromettre la portée contestataire et de réduire les contradictions idéologiques qui travaillaient les premières versions de retraduction. Cela dit, les modifications ont également permis aux membres du greti de rester fidèles à leur rôle de lecteurs historiquement situés désireux d’entretenir un dialogue non seulement avec l’œuvre de Faulkner et avec leurs lecteurs empiriques, mais aussi, sur un plan plus spécifiquement heuristique et conceptuel, avec les écrits de Berman, lesquels se trouvent à leur tour pris dans ce mouvement dialogique d’ouverture et de métissage dès lors généralisé qui, selon moi, constitue la profonde originalité de leur projet.

*

75Dans Interprétation and overinterpretation, Umberto Eco établit un lien dialectique entre l’intentio operis et l’intentio lectoris :

The classical debate [is] aimed at finding in a text either what its author intended to say, or what the text said independently of the intentions of its author. Only after accepting the second horn of the dilemma can one ask if what is found is what the text says by virtue of its textual coherence and of an original underlying signification System, or what the addressees found in it by virtue of their own Systems of expectations. [...] The initiative of the reader basically consists in making a conjecture about the text’s intention. [...] A text is a device conceived in order to produce its model reader. [...] The empirical reader is only an actor who makes conjectures about the kind of model reader postulated by the text. Since the intention of the text is basically to produce a model reader able to make conjectures about it, the initiative of the model reader consists in figuring out a model author that is not the empirical one and that, in the end coincides with the intention of the text. [...] To recognize the intentio operis is to recognize a semiotic strategy (Eco 1992: 63-64).

76En effet, j’aimerais conclure en nuançant quelque peu cette observation d’Eco. Outre le fait qu’il conviendrait de convertir le singulier (« the reader, the author ») au pluriel et qu’il serait souhaitable d’élargir ce lien dialectique pour y inclure Y intentio auctoris définissable en termes, éthiques, de responsabilité, de partis pris, de toute une intentionnalité rhétorico-pragmatique et argumentative qui amène l’auteur à agir non pas uniquement à partir des multiples déterminismes qui le sillonnent mais aussi pour ou contre eux, il faudrait avant tout préciser que cet acteur qu’est le lecteur empirique fait plus, me semble-t-il, que des conjectures conformément aux prévisions du texte.

77Les multiples lectures « à rebours » que j’ai moi-même effectuées au cours de l’analyse qui précède représentent autant de prévisions de lecture que les différentes versions de retraduction du greti s’efforcent toutes — y compris les versions préliminaires —, avec un degré de succès plus ou moins élevé il est vrai, sinon d’annuler du moins de décourager. On pourrait bien entendu m’objecter que si j’ai pu les faire, c’est parce quelles ont bel et bien été prévues par les retraductions du greti, ce à quoi je répondrais ceci : redevables aux contradictions idéologiques présentes dans les versions préliminaires, contradictions que les versions subséquentes ont progressivement réduites, ces lectures « à rebours » ont toujours constitué la face « négative » de ces dernières. Si donc elles s’y trouvent inscrites, il importe d’en préciser tant le statut argumentatif marginal qui leur est dévolu (la retraduction du greti cherche à construire des lecteurs modèles aptes à en saisir le caractère progressiste) que la dévalorisation axiologique dont elles sont l’objet (les positions de lecture qui préfigurent ces lectures « à rebours » sont affectées d’une valeur négative). À cet égard, on se souviendra que le choix du vernaculaire rural québécois est indissociable d’une visée rhétorico-pragmatique implicite qui cherche à orienter les calculs inférentiels des lecteurs empiriques, à les amener à reconnaître/admettre sa légitimité esthétique, à entériner les revendications multiples dont il se leste et à modifier tant les catégories du savoir que les croyances et les attitudes de ces mêmes lecteurs. Dans ces conditions, il est inévitable que certaines positions de lecture construites au fil des versions successives se donnent pour plus acceptables que d’autres, que celles qui ont été écartées — sans pour autant disparaître — soient discréditées, et que les multiples conflits sociolinguistiques, institutionnels, géopolitiques, idéologiques qui se nouent et se dénouent soient rattachés à un système axio-éthique responsable de la distribution de positivités et de négativités.

78Dans ce sens, il est effectivement possible de postuler, à la suite d’Eco, que chaque lecteur empirique « makes conjectures about the text’s intention », mais il me semble que le travail du lecteur empirique consiste aussi à évaluer la fonction des conjectures ainsi réalisées et, surtout, à se positionner par rapport à elles. De cette manière, les multiples espaces identitaires et herméneutiques mis en phase par les stratégies traductionnelles du greti constituent, nous l’avons vu, autant de positions subjectives que les lecteurs empiriques peuvent accepter ou rejeter, contester ou approuver, passivement subir ou activement assumer, soit en bloc, soit partiellement, soit à tour de rôle, soit encore simultanément dans un acte de lecture parodique, ambigu, ironique. Car tout comme les membres du greti, en tant que sujets traduisants empiriques traversés d’un multilinguisme aux intérêts antagonistes, ont choisi de « prendre part [...] pour un camp » (Balibar 1976 : 65) — celui d’un parler historiquement dominé qu’il importe de réhabiliter sur le double plan esthétique et institutionnel —, les lecteurs empiriques, en tant que sujets lisants eux-mêmes situés par rapport au plurilinguisme qui sillonne leur propre contexte culturel, ne sauraient ne pas prendre parti à leur tour. De même, tout comme il existe une éthique de la traduction, il existe une éthique de la lecture du texte traduit, la responsabilité des constructions inférentielles du lecteur empirique ressortissant, en dernière analyse, à une prise de position tant herméneutique que socio-idéologique et culturelle qu’il lui faut désormais assumer.

79Voilà ce qui me paraît constituer l’un des « enseignements » fondamentaux de la version « définitive » du greti. Je l’ai dit : la « dépolarisation » et la dialogisation graduelles des figures de lecteur et des positions de lecture ont eu pour effet de « libérer » le conflit, jusque-là contenu, circonscrit, polarisé, balisé, des réceptions et des subjectivités, de lui accorder un visage davantage démocratique en favorisant l’émergence d’une pluralité de positions subjectives métissées qui interpellent les lecteurs empiriques en les responsabilisant, en les invitant à réfléchir sur cette multiplicité même, sur « the ideological contradiction[s] in the representation of the [characters] » (Venuti 1986 : 207) et, par extension, sur les contradictions socio-idéologiques de la société d’accueil. Projet par définition décalé par rapport au projet faulknérien, où la représentation du parler des « country whites » impliquait de tout autres enjeux esthétiques, institutionnels, idéologiques et politiques, le projet du GRETI assume les pertes/suppléments de sens ainsi réalisés. Et c’est précisément au sein de cette « faille » séparant les sociolectes originels des sociolectes traduits que se laissent appréhender aussi bien le processus traductif que le conflit des énonciations et des réceptions que, tout à la fois, ce processus engendre et sur lequel il repose.

Notas

1 Cette réflexion portait uniquement sur la représentation littéraire de dans le réel — et ce, quel que soit le degré de stylisation ou d’« inauthenticité » de ces représentations —, à l’exclusion donc de sociolectes littéraires « créés de toutes pièces », comme il en existe dans certains romans de science-fiction, par exemple. Pour une définition plus complète du concept de sociolecte, voir Chapdelaine et Lane-Mercier (1994), Lane-Mercier (1997), ainsi que l’entrée « Sociolecte » que j’ai rédigée pour Robert Escarpit (dir.), Dictionnaire international des termes littéraires/International Dictionary of Literary terms, en ligne : <www.ditl.unilim.frs>.

2 Voir par exemple Lefevere (1992 : 49-50) qui cite « the two mutually incompatible strategies available to translators grappling with these problems », stratégies décrites par John Hookham Frere dans l’introduction à sa traduction de Lysistrata d’Aristophane (1820).

3 Berman définit ainsi la position traductive : « La position traductive est [...] le “compromis” entre la manière dont le traducteur perçoit en tant que sujet pris par la pubion de traduire, la tâche de la traduction, et la manière dont il a “internalisé” le discours ambiant sur le traduire (les “normes”) » (1995 : 74-75). Elle comprend par ailleurs la position langagière du traducteur et sa position scripturaire.

4 Par « projet de traduction », Berman entend « la manière dont, d’une part, le traducteur va accomplir la translation littéraire, d’autre part, assumer la traduction même, choisir un “mode” de traduction, une “manière de traduire” » (1995 : 76).

5 « [...] l’ensemble des paramètres langagiers, littéraires, culturels et historiques qui “déterminent” le sentir, l’agir et le penser du traducteur » (1995 : 79), le « ce-à-partir-de-quoi » il traduit.

6 Rappelons toutefois que le groupe a peu à peu délaissé toute comparaison systématique avec la traduction de Hilleret (voir l’introduction).

7 Certains des membres du groupe possédaient de solides connaissances sur la critique faulknérienne, d’autres sur la grande majorité des écrits récents sur la traductologie, ainsi que les principaux courants critiques contemporains. C’est grâce à cette diversité des formations individuelles qu’il a été possible de puiser dans un fonds relativement vaste de lectures, lesquelles ont contribué à ce que Berman nomme l’étayage de l’acte traductif.

8 Les remarques qui suivent portent exclusivement sur les stratégies mobilisées pour traduire les sociolectes faulknériens, tels qu’ils paraissent dans les discours directs (dialogues) des personnages, dans les « tall tales » racontées par le personnage de Ratliff, lequel assume le statut de narrateur intradiégétique, et, plus rarement, dans le discours du narrateur extradiégétique.

9 Voir à ce sujet l’article, fort intéressant, de F. Schuerewegen (1986/1987).

10 Je tiens à reconnaître ici l’influence des remarques de Mary Louise Pratt (1986) concernant la tendance de la critique littéraire actuelle à se référer à/auteur, le lecteur (et, pourraiton ajouter, le traducteur, le lecteur de traductions) et, ce faisant, à ériger en norme théorique et idéologique internalisée l’acte de communication privée. Démasquant les présupposés idéologiques d’une telle tendance, Pratt insiste sur la nécessité de repenser la prétendue univocité de ces positions subjectives en vue de les resituer par rapport à la multiplicité des déterminants socioculturels, idéologiques, etc. qui les traversent. Si, dans ce qui suit, j’ai choisi d’employer systématiquement le pluriel, c’est en vue de faire ressortir jusqu’à quel point les stratégies traductionnelles déployées simultanément ou à tour de rôle par le greti construisent une instance réceptrice multiforme pourvue de savoirs et d’attitudes variés et variables.

11 On sait que non seulement la retraduction s’est faite à plusieurs, mais aussi que le nombre et l’identité des traducteurs a varié au cours des années. D’autre part, le travail de révision « définitive » a été effectué par trois des membres (A. Chapdelaine, C. Durin, C. Mayer), qui formaient ce qu’on pourrait nommer le « noyau » du greti. C’est dire que le sujet traduisant était à la fois multiple et mouvant, sans identité « fixe », ce qui n’était bien entendu pas sans avoir une incidence sur les versions préliminaires et « définitive » de la retraduction.

12 Il est intéressant de constater que, avant d’opter pour l’emploi du seul vernaculaire québécois, le greti avait eu l’intention de se servir également d’autres vernaculaires nord-américains d’origine française, dont surtout l’acadien des provinces maritimes du Canada et le cajun de l’État de la Louisiane. Cette possibilité avait été rapidement écartée, faute de connaissance directe de ces derniers. Par ailleurs, il est à noter que le problème de la diversité réelle des vernaculaires ruraux québécois, chaque région manifestant ses propres particularités, avait été réduit, d’entrée de jeu, à des considérations chronologiques (choix d’un état de langue de la première moitié du XXe siècle afin de respecter l’inscription temporelle des personnages de Faulkner) et compétencielles (appel à la mémoire linguistique de certains membres du groupe dont les parents et grands-parents avaient parlé telle ou telle variété rurale 1 appel à la mémoire littéraire de ceux parmi les membres du groupe ayant une bonne connaissance des œuvres des écrivains québécois régionalistes du début du siècle, qui ont proposé des représentations littéraires du parler canadien-français).

13 Un relevé préliminaire nous permet de postuler que, sur les quelque 650 traductions ou (plus rarement) retraductions de romans publiés au Québec entre 1968 et 1995, un nombre infime contient des marqueurs sociolectaux spécifiquement québécois (voir à titre d’indication Jack Kerouac, Pic, traduit par Daniel Poliquin, Montréal, Québec Amérique, 1987 et Hugh McLennan, Deux solitudes, traduit par Louise Gareau-Desbois, Montréal, HMH, 1978).

14 Si tout émetteur (empirique ou fictif) présuppose l’existence d’un récepteur (empirique ou fictif) et inversement, une pluralité d’émetteurs empiriques ne présuppose ni une pluralité d’émetteurs modèles, ni une pluralité de récepteurs modèles et/ou de positions de lecture. Comme le suggère la citation de Venuti qui suit — et nous verrons que la pratique traduisante du greti le confirme — l’homogénéité ou l’hétérogénéité des instances modèles comme des positions de lecture résulte du type de stratégie employé.

15 Pour une critique de la conception des traductions néolittérales, telles celle prônée par Berman et celle pratiquée par le GRETI, comme protofascistes, voir Lane-Mercier (1998).

16 On se souviendra que le paratexte se composait, dans un premier temps, de fiches terminologiques et de commentaires sous forme de lexies et, dans un deuxième temps, de notes de bas de page.

17 À titre d’indication, et sous forme d’aparté, ces propos de J.-P. Saint-Gérand au sujet des normandismes présents dans L’ensorcelée de Barbey d’Aurevilly :
[...] l’écrivain accompagne les citations de normandismes d’une glose métalinguistique, dont la fonction est double, puisqu’elle souligne le trait dialectal et en même temps l’explicite à l’usage de l’étranger, qui se trouve ainsi progressivement associé au système des valeurs connotées par l’usage du patois [...] (Saint-Gérand 1993 : 275).
Il est en effet intéressant de constater la volte-face subie par la notion d’« étranger » : au lieu de caractériser le texte (par extension : le texte source), elle caractérise le lecteur (du texte d’arrivée) qu’il s’agit d’instruire dans sa propre langue. L’épreuve de l’étranger est donc médiatisée par le propre. J’y reviendrai.

18 Ces observations auraient besoin d’être développées davantage. À titre d’indication, on peut noter, d’une part, que les instances patronales responsables de l’approbation du projet du greti (le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada [CRSH]) comme de la diffusion de ses résultats (universités, sociétés et revues savantes québécoises, canadiennes, américaines, européennes) cherchant activement à encourager (« further ») la traductologie, ne témoignent nullement du conservatisme inhérent, selon Lefevere, au système patronal dans son ensemble, lequel ne ferait qu’entériner la poétique dominante. D’autre part, il nous était interdit de ne réaliser que la retraduction du Hamlet (règlement du CRSH), l’exigence d’un appareil métatextuel élaboré se trouvant inscrite tant dans les contraintes patronales que dans le projet même du greti.

19 Je rappelle que les commentaires se présentaient, à l’instar de la méthode de Barthes dans S/Z, sous forme de lexies intercalées entre deux segments textuels.

20 Encore faudrait-il préciser que, une fois prise la décision de reléguer le paratextuel à des notes de bas de page, le groupe envisagea, pendant un certain temps, de continuer à y inclure des définitions de termes québécois. En témoigne cette note, rédigée aux alentours de janvier 1993 : « Nous avons fréquemment recours à des termes tirés de la langue francoquébécoise pour la traduction des dialogues, et nous avons choisi de ne pas systématiquement les expliquer, mais de le faire uniquement lorsqu’il nous semble que des précisions sont nécessaires à la compréhension du texte. » Cette dernière proposition a été par la suite entourée de crochets, et l’annotation « est-ce jamais le cas ? » inscrite dans la marge...

21 Voir cette observation de Raymond Williams : « Any hegemonic process must be especially alert and responsive to the alternatives and oppositions which question and threaten its dominance. The reality of cultural process must then always include the efforts and contributions of those who are in one way or another outside or at the edge of the terms of the specific hegemony » (1977 : 77).

22 Si dans ce qui suit je me réfère systématiquement à la langue franco-canadienne, le vernaculaire rural, le joual, etc., il va cependant de soi que ces entités sociolinguistiques sont stratifiées, chaque variété possédant ses propres variantes.

23 Je suis parfaitement consciente du caractère extrêmement général et, par là, réducteur des remarques qui composent la présente parenthèse. Elles visent uniquement à esquisser l’arrière-fond axio-idéologique du développement quelles servent à introduire. Pour un excellent aperçu de la question, voir Bouchard (1998).

24 Cette présence était double : d’une part, il s’agissait d’un discours sur le joual ; de l’autre, de l’emploi du jouai, par exemple dans les écrits littéraires des écrivains du groupe de la revue Parti pris et dans des séries télévisées.

25 En anticipant, il est important de souligner que, tout en défendant leur langue, les lettrés ne cherchaient ni à l’enseigner ni à la faire entrer, autrement que par petites touches stylisées, dans la littérature. La langue de référence, dans ces domaines, reste le français standard de France. Voir Bouchard (1998 : 141, 144-146, 222-224).

26 Anonyme, « Trudeau : À Québec d’améliorer d’abord son “mauvais français” », Le Devoir, 15 février 1968 (cité dans Bouchard 1990 : 47).

27 Précisons que ces discours étaient présents tant au Québec qu’ailleurs au Canada, certains se manifestant dans les traductions d’œuvres canadiennes-françaises effectuées par des Canadiens anglais comme Charles G. D. Roberts et William Hume Blake (voir Simon 1992), d’autres dans la littérature anglophone, en particulier les œuvres de William Henry Drummond, qui décrivent le Québec et ses habitants (voir Simon 1992 ; Bouchard 1988), d’autres encore, nous l’avons vu, dans les écrits des Canadiens français. Vu la diversité des enjeux et des intérêts, il est évident que ces discours suscitaient des discours « dissidents ». Dans ce qui suit, je ne tiens pas compte de ces derniers, préférant indiquer les contours généraux d’un discours qui, s’il est loin d’être homogène, semble revêtir pendant plusieurs décennies le statut de discours dominant. On se souviendra à ce propos de la manière dont les classes dominées tendent à internaliser les valeurs promues par la classe dominante.

28 En effet si les élites canadiennes-françaises s’acharnent tant à combattre le mythe du French Canadian Patois propagé par les Canadiens anglais et les Américains, c’est bien parce qu’il
[...] sous-tend l’ignorance, l’inculture, une forme de déchéance, il tend à isoler les Canadiens français de leurs origines, à leur nier le prestige qui s’y attache ; cela permet de remettre en doute les institutions, en particulier l’instruction, et l’utilité de perpétuer les droits politiques du français au Canada (Bouchard 1998 : 147).

29 Exemples cités dans Bouchard (1988 : 16).

30 « La classe instruite [...] sera maintes fois critiquée à partir des années 1935-1940 ; on lui reproche le snobisme de l’anglicisation et la paresse de ne pas utiliser ce qu'elle a eu la chance d’apprendre contrairement aux autres : le “bon” français » (Bouchard 1988 : 14).

31 Pour un excellent aperçu des pratiques traductionnelles des dramaturges québécois entre 1968 et 1988, voir Brisset (1990).

32 Une analyse de la querelle du jouai se trouve dans Bouchard (1998 : 229-284).

33 « Ce militantisme [...] est essentiellement défensif. Les mesures visent à repousser les menaces immédiates [...]. Elles ne s’attaquent pas aux sources mêmes du mal qui sont l’affaiblissement socio-politique et économique de la nation canadienne-française, sa prolétarisation et le manque de prestige qui s’ensuit » (Bouchard 1998 : 127).

34 Il me semble que, toutes proportions gardées, la notion de « foreignizing » proposée par Venuti, ainsi que celle, plus récente, de « minoritizing » qui la remplace, confirment cette réflexion de Massardier-Kenney. En effet, si Venuti dit souscrire à la conception bermanienne : « Good translation is demystifying : it manifests in its own language the foreigness of the foreign text » (1996 : 93), il reste que ce parallèle n’est que partiel. Son projet traductionnel, tel que la notion de « minoritizing » empruntée aux travaux de G. Deleuze et F. Guattari l’indique, se place explicitement à l’enseigne de la domestication :
[...] it is the stylistically innovative text that makes the most striking intervention into a linguistic conjuncture by exposing the contradictory conditions of the standard dialect, the literary canon, the dominant culture, the major language. [...] Certain literary texts increase this radical heterogeneity by submitting the major language to constant variation, forcing it to become minor [...]. In releasing the remainder [non-standard linguistic varieties], a minor literature indicates where the major language is foreign to itself.
[...] I prefer to translate foreign texts that possess minority status in their cultures, a marginal position in their native canons — or that, in translation, can be useful in minoritizing the standard dialect and dominant cultural forms in American English (1996: 92; je souligne).
Selon moi, cette conception de Venuti diffère radicalement de celle de Berman, pour qui l’étranger est invariablement à chercher du côté du texte et de la culture source. Comme je le démontrerai plus loin, c’est à mon sens la conception de Venuti, plutôt que celle de Berman dont pourtant il se réclame, que le projet du greti finit par corroborer, du moins en ce qui a trait à l’emploi du vernaculaire rural québécois pour traduire les réseaux sociolectaux du texte de départ. Sur ce point, on se souviendra que les membres du greti avaient postulé l’existence d’une double étrangeté : celle du texte de départ et celle des langages sociaux non standard de la culture cible.

35 D’où les suppléments de sens qui caractérisent les sociolectes traduits et dont il a été question au chapitre I du présent volume : « Notre recréation de la composante dialogale revêt dès lors un caractère innovateur dont était dépourvu le projet sociolectal faulknérien, qui pour sa part s’inscrivait tout à fait dans la tradition littéraire du Sud américain » (chapitre I, p. 23). En effet, cette valeur contestataire conférée aux sociolectes du texte d’arrivée est absente des sociolectes du texte de départ, dont les enjeux étaient autres.

36 Je tiens à rappeler qu’il s’agit ici de faire une distinction entre, d’une part, les figures de lecteur modèle et les positions de lecture engendrées par l’appareil paratextuel, analysées plus haut, et, d’autre part, les figures de lecteur modèle et les positions de lecture engendrées par l’emploi du vernaculaire rural, analysées dans la présente section. Je l’ai dit : si ces figures et ces positions se correspondent jusqu’à un certain point, la dimension didactique explicite véhiculée par le paratexte a tendance à être reléguée aux couches implicites des passages vernaculaires. D’où une accentuation des divergences proprement idéologiques et politiques par le truchement de ces derniers.

37 Sur ce point, voir Brisset (1990). Selon elle, les « traductions en québécois » — c’est-à-dire en jouai — réalisées au cours des années 1960 et 1970 par certains dramaturges engagés dans une tentative de création et de légitimation d’un théâtre québécois relèvent d’un travail d’appropriation hautement ethnocentrique qui, refusant toute ouverture à l’Autre, préconise un repli total sur soi. Pour sa part, le greti a toujours voulu s’écarter d’une entreprise de cette nature, ce que le recours au vernaculaire rural lui a permis de faire.

38 En fait, il y plus grave : Berman présuppose que seuls les vernaculaires « collent au terroir » et que, en revanche, les « langues cultivées » (ou standard, ou nationales, dont le français, l’anglais, etc.) sont a-contextuelles. Une telle conception est redevable aux théories du langage positivistes dont l’idéalisme n’est plus à démontrer.

39 Seules les versions antérieures au processus de dévernacularisation correspondent à ce que Robinson décrit ici comme « an ostensible expression of aversion for the “reader” ». En revanche, les versions subséquentes affichent « an ostensible expression of concern for the reader ». Cela dit, les autres remarques de Robinson me semblent extrêmement pertinentes dans le cadre de celles-ci.

40 Notons que dans son œuvre posthume intitulée Pour une critique des traductions : John Donne, Berman (1995) assouplit sa définition de ce qu’il nomme désormais l’éthicité de la traduction.

41 Tout en confirmant la teneur de la note 34, ces remarques la nuancent de trois manières. D’une part, le greti n’a aucunement cherché à reconduire, comme le fait Venuti, la distinction on ne peut plus manichéenne faite par Berman entre une « bonne » et une « maumauvaise » traduction. Sur ce point, la conception du greti, telle que je l’ai interprétée du moins, se démarque à la fois de celle de Berman et de celle de Venuti. D’autre part, on est en mesure de mieux entrevoir en quoi, au-delà de cette importante similitude, les conceptions de Berman et de Venuti diffèrent l’une de l’autre ; différence que, à ma connaissance, Venuti n’a jamais formulée de façon (suffisamment) explicite. Enfin, il est peut-être possible d’avancer que le greti a fini par éviter l’écueil de l’élitisme avec lequel, selon Robinson, Venuti n’a cessé de pactiser, tout en le dénonçant avec virulence :
[...] Venuti’s advocacy of foreignism also rather uneasily allies him with a number of cultural elitists whose theories he admires but whose politics he dislikes, especially Friedrich Schleiermacher and Antoine Berman. [...] this conflict is the bind in the swing of Venuti’s ideological gate: how to distance himself from the aristocratic or haute-bourgeois elitism of the vast majority of foreignizers through the ages and transform their preferred method —-for so long a channel of contempt for the great unwashed, a means of regulating or even completely blocking popular access to various sacred and classical texts — into a form of grass-roots dissidence [...]. What has always troubled me about Venuti’s work [... is] its uncomfortable rapprochements with elitism (1997: 98-99).

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search