Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faulkner

 | 
Annick Chapdelaine
, 
Gillian Lane-Mercier

Introduction. Vers une traduction-texte par un travail sur la lettre

Corinne Durin

Texte intégral

1 Le présent ouvrage est l’aboutissement d’un projet entrepris en 1991 par le Groupe de recherche en traductologie (greti). Exposé des fruits de notre travail, il tente également d’en retracer le cheminement, de rendre compte de la vie du projet, de son mouvement. Car passés les tâtonnements prévisibles des premiers mois, le parcours semble s’être dessiné de lui-même : chaque hésitation, chaque désaccord, chaque retour en arrière ou changement de cap nous apparaissent, avec le recul, avoir fait partie intégrante d’un processus toujours légèrement en avance sur la conscience du groupe. Ainsi, à l’heure où la recherche tire à sa fin, on a la très nette impression que c’est le projet qui nous a menés à destination.

  • 1 William Faulkner, The Hamlet, dans Novels 1936-1940 (éd. Joseph Blotner et Noel Polk), New York, T (...)

2Le greti a été fondé en 1990 au Département de langue et littérature françaises de l’université McGill. Son objectif était double. D’une part, il s’agissait d’effectuer une retraduction décentrée des cent premières pages (le Livre I) du Hamlet1 de Faulkner. Empruntée à Henri Meschonnic, reprise par Antoine Berman, la notion de décentrement, qui s’oppose à celle d’annexion, signifie

[...] un rapport textuel entre deux textes dans deux langues-cultures jusque dans la structure linguistique de la langue, cette structure linguistique étant valeur dans le système du texte. L’annexion est l’effacement de ce rapport, l’illusion du naturel, le comme-si, comme si un texte en langue de départ était écrit en langue d’arrivée, abstraction faite des différences de culture, d’époque, de structure linguistique (Meschonnic 1973 : 308).

  • 2 Par rapport dialogique nous entendons, à la suite de Bakhtine, un rapport non dialectique, non hié (...)

3D’autre part, nous souhaitions contribuer aux études traductologiques en instaurant un véritable rapport dialogique2 entre la réflexion et la pratique, car nous considérons, à l’instar de Berman, que la traductologie est « la réflexion de la traduction sur elle-même à partir de sa nature d’expérience » (1985b : 39).

Pourquoi une retraduction ?

  • 3 Nous employons ce terme au sens que lui prête Antoine Berman : « [...] la translation d’une œuvre (...)

4Les travaux antérieurs d’Annick Chapdelaine, directrice de l’équipe, avaient fait état de la prépondérance de l’inscription du tragique, au détriment du comique, dans la « translation3 » française de Faulkner. The Hamlet, roman classé parmi les plus comiques par le faulknérien Michel Gresset, n’a pas échappé à ce traitement dans la traduction qu’en a faite René Hilleret en 1959 pour le compte des Éditions Gallimard.

  • 4 William Faulkner, Le hameau (trad. René Hilleret), Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 19 (...)
  • 5 La notion de signifiance, qui se distingue de celles de signification, de signifiant et de signifi (...)

5Cependant, si au départ notre désir de rétablir le comique, particulièrement occulté dans Le hameau4, a motivé tant le projet que le choix de l’œuvre à traduire, nous n’avons pas tardé à voir que ce gommage ne constituait qu’une des « défaillances » de la première traduction et qu’il était impossible de faire de cet aspect l’unique objet de notre travail. Notre tâche, dès lors, n’était plus de rétablir la seule dimension comique de l’œuvre. Au-delà des erreurs, omissions et contresens repérés ici et là dans la traduction française et ne portant pas atteinte, en dernière analyse, à la cohérence du texte, c’est l’absence de polyphonie, au sens bakhtinien de voix multiples dotées de perspectives idéologiques distinctes, qui nous est apparue comme la défaillance principale. D’une part, la voix narratoriale, distinctement faulknérienne, dense, tentaculaire, rythmée et modulée perd de son ampleur dans la version française pour davantage se conformer aux critères du bien-écrire. D’autre part, la voix sociolectale, par le truchement de laquelle sont représentés divers langages sociaux de provenance extratextuelle, est appauvrie, lorsqu’elle n’est pas supprimée, au moyen de stéréotypes, seuls marqueurs jugés acceptables et qui ne parviennent pas, par exemple, à recréer l’exploitation du vernaculaire du Sud des États-Unis dans The Hamlet. L’importance de ces deux voix, le rôle qu’elles jouent dans la signifiance5 de l’œuvre ainsi que les liens étroits qu’elles entretiennent nous sont apparus progressivement.

6Mais nos critiques des « défaillances » de la traduction de René Hilleret demandent à être nuancées. Il va de soi qu’elles sont avant tout attribuables à notre propre lecture, lecture modelée par un recul de trente années au cours desquelles la critique faulknérienne s’est considérablement enrichie, l’horizon littéraire s’est transformé et les études traductologiques ont pris leur essor. S’ajoute à cela le fait que le premier traducteur du Hamlet disposait d’un délai des plus contraignants pour accomplir sa tâche, délai qui rendait pratiquement impossible toute réflexion approfondie sur le texte. Toutefois, l’insuffisance de la traduction est peut-être davantage imputable aux normes qui régissaient le polysystème d’accueil à l’époque : « C’est nul doute la pression assimilatrice exercée par le polysystème et la tradition d’arrivée qui explique que l’esthétique traductionnelle soit si souvent rétrograde par rapport à celle de l’écriture directe », note Barbara Folkart (1991 : 415). On sait par ailleurs que la tradition littéraire française a longtemps été réfractaire à l’inscription du vernaculaire, résistance d’autant plus forte dans le cas des textes traduits :

[...] in French translations, Anglo-American slang comes into conflict with both the norms of «official French slang» and the very strong literary requirements of grammatically correct usage. French translators thus face some problems. First of all, any regional connotations in the American original (especially expressions characteristic of the U.S. South) disappear. Secondly, while characters in the original texts may often use ungrammatical constructions, this almost never occurs in the French versions. And finally, all of the slang terms used in the French translations are part of a repertoire of exclusively French «standard argot» which can be found in any standard dictionary (Robyns 1994: 65).

  • 6 Ce concept est l’axiome de base de la pensée d’Antoine Berman, pour qui « la traduction est traduc (...)

7Le but des considérations qui précèdent n’est pas de clouer René Hilleret au pilori, mais plutôt de nettement démarquer notre projet du sien. Formé dans un contexte universitaire, disposant des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires, le groupe fonctionnait dans des conditions nullement comparables à celles du premier traducteur du Hamlet. Ces conditions privilégiées nous ont permis de mettre sur pied un véritable projet de traduction, relativement affranchi des contraintes ayant pesé sur la version française. Nous pouvions dès lors refuser de soumettre l’œuvre-en-traduction aux normes que pourrait imposer une édition commerciale, et entreprendre « le travail sur la lettre » (Berman) que nous souhaitions accomplir6. Nous n’étions pas davantage tenus de respecter le « canon » faulknérien hexagonal, canon dont l’emprise sur les modalités de (re)traduction est patente, comme l’illustre la remarque suivante de Michel Gresset :

[Le traducteur] ne peut pas se permettre de traduire trop différemment ce que ses prédécesseurs ont déjà traduit du même texte dans d’autres états, car, s’il le faisait, le lecteur perdrait la possibilité de percevoir, d’un texte à l’autre, tous les phénomènes de variation dans la répétition qu’on peut nommer des échos, et qui, dans le cas de Faulkner, constituant le « travail » même de l’écrivain, finissent par tisser des réseaux thématiques et/ou fantasmatiques (Gresset 1987a : 17).

8Ainsi libéré des impératifs commerciaux et littéraires habituels, le projet du GRETI revêt un caractère expérimental qui en situe les enjeux sur un tout autre plan : celui, épistémologique, de la réflexion sur et par la traduction.

Réfléchir, mais comment ?

9C’est donc par sa dimension réflexive que notre projet s’éloigne le plus fondamentalement de l’entreprise de René Hilleret. Ce retour sur l’expérience, s’il fait toujours partie du processus traductionnel, devenait ici l’enjeu central du projet. Et, doit-on ajouter, le catalyseur de son évolution. La nécessité de formuler les problèmes rencontrés, les idées et les résistances de chacun, de les mettre, en quelque sorte, à l’épreuve du groupe et de « négocier » un résultat était évidemment au cœur de la démarche.

10Nous avons d’abord tenté, en nous inspirant du protocole de la traduction transparente élaboré par Elmar Tophoven, de conserver les traces du faire traducteur, de « rendre conscient le “travail de transmutations” et noter la suite des changements de termes pour indiquer la raison du choix définitif » (Tophoven 1987 : 96). Ce protocole avait l’avantage d’être aisément applicable. Il s’agissait de présenter, sous forme de lexies, le texte original et la traduction de 1959, ainsi que les révisions successives ayant mené à notre version finale. Chaque lexie devait être accompagnée de commentaires explicitant nos choix et prises de position, commentaires que nous regroupions par catégories : Syntaxe, Prosodie, Morphologie, Lexique, Interculturel et Sociolecte. Nous espérions, à partir de la mine d’informations obtenues, monter un répertoire de problèmes et de trouvailles, un lexique anglais-français de termes spécialisés et d’expressions rurales, ainsi qu’une banque des stylèmes faulknériens et de leur traduction possible. En plus de constituer un précieux outil d’uniformisation de la traduction, une telle base de données nous semblait susceptible de fournir un savoir réutilisable par d’autres traducteurs de Faulkner et présenter un potentiel pédagogique certain. Les deux premiers articles publiés par le greti sont des tentatives d’application de la méthode (greti 1991 ; Vidal et al. 1992).

11Mais nous n’en étions pas totalement satisfaits. La rédaction des fiches s’avérait fort laborieuse et donnait lieu à d’interminables discussions en vue de rationaliser notre choix de tel terme plutôt que tel autre. La voie d’une première remise en question de la démarche était ainsi ouverte. En quoi l’articulation de chacun de nos choix pouvait-elle être d’une utilité réelle et pour qui ? Pourquoi nous semblait-elle artificielle et comme plaquée après coup ? Que présupposait la comparaison systématique de notre traduction avec celle de Hilleret ? Autant de questions qui, bien entendu, n’ont pas trouvé de réponse immédiate, mais qui ont graduellement réorienté le projet.

12Certaines des interrogations qu’avait suscitées la traduction des extraits présentés dans les articles nous semblaient toutefois valables : les problèmes de lisibilité qu’entraînait notre parti pris d’éviter l’ennoblissement, le rejet des relations temporelles ne convenant pas au ton de chronique verbale de la narration, l’emploi du vernaculaire québécois et la problématique de l’annexion sont quelques exemples d’éléments qui nous semblaient mériter d’être conservés et approfondis, en vertu de leur pertinence par rapport à l’œuvre et par rapport à la traductologie. Dès lors, nous avons laissé de côté les traces microscopiques de notre travail pour au contraire privilégier les commentaires ayant trait à la signifiance de l’œuvre ou à notre positionnement traductionnel global. Un article subséquent du GRETI (Chapdeleine 1994) témoigne de ce changement de cap. On y trouve, à la suite d’un résumé de notre politique de traduction des dialogues, un extrait de la traduction accompagné de notes de bas de page donnant des précisions ponctuelles sur certains aspects du texte, telle la situation d’énonciation des personnages. Les recherches lexicales portant sur les termes spécialisés et sur les particularismes québécois ont également été éliminées, signe de notre remise en cause de l’approche strictement microtextuelle. Enfin, l’extrait correspondant traduit par René Hilleret n’est plus offert en comparaison, ce qui témoigne d’un décentrement culturel pleinement assumé.

13Une dernière étape restait à franchir. Si notre décision de ne pas inclure les recherches lexicales dans les notes s’explique par la nouvelle orientation du projet (et l’élimination de son volet linguistique), elle nous a également amenés à interroger l’opportunité de l’appareil paratextuel envisagé. En effet, si les notes rédigées jusqu’alors convenaient pour un court extrait, qu’en serait-il pour la traduction du texte au complet ? Que resterait-il du texte faulknérien entrecoupé d’un tel métadiscours et « orienté » par lui ?

14C’est en définitive une véritable expérience de lecture que nous souhaitons offrir au cœur de cet ouvrage, avec l’espoir que ressortira clairement le dialogisme à l’œuvre ici entre traduction et réflexion.

15L’ouvrage comporte quatre chapitres. Est tout d’abord exposée, sous forme de synthèse, la politique de traduction du greti, telle qu’elle a évolué depuis le début du projet. La traduction du Livre I vient ensuite, libre de tout commentaire. Enfin, deux études complètent le volume : la première fait état de l’ouverture sur le texte à laquelle a donné lieu le processus de traduction, tandis que la seconde propose une réflexion sur les figures du lecteur sous-jacentes au projet.

Notes

1 William Faulkner, The Hamlet, dans Novels 1936-1940 (éd. Joseph Blotner et Noel Polk), New York, The Library of America (Literary Classics of the United States), 1990 [Ire édition : New York, Random House, 1940], édition utilisée : New York, Vintage, 1991. Les extraits tirés de ce texte seront suivis entre parenthèses des lettres HAM et du numéro de la page.

2 Par rapport dialogique nous entendons, à la suite de Bakhtine, un rapport non dialectique, non hiérarchique, non clôturé entre réflexion et pratique. Autrement dit, aucun des deux termes n’est privilégié au détriment de l’autre, tout comme aucune synthèse (ou tierce entité) entre pratique et réflexion n’est possible.

3 Nous employons ce terme au sens que lui prête Antoine Berman : « [...] la translation d’une œuvre étrangère dans une langue-culture [...] n’advient pas qu’avec la traduction. Elle advient aussi par la critique et de nombreuses formes de transformations textuelles (ou même non textuelles) qui ne sont pas traductives. L’ensemble constitue la translation d’une œuvre » (1995 : 17).

4 William Faulkner, Le hameau (trad. René Hilleret), Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1959. Les extraits tirés de ce texte seront suivis entre parenthèses du nom de Hilleret et du numéro de la page.

5 La notion de signifiance, qui se distingue de celles de signification, de signifiant et de signifié, sera précisée plus loin. Une définition concise est proposée au chapitre 3.

6 Ce concept est l’axiome de base de la pensée d’Antoine Berman, pour qui « la traduction est traduction-de-la-lettre, du texte en tant qu’il est lettre » (1985b : 45). Selon Berman, traduire la lettre de l’œuvre, c’est traduire ses « systématismes », ses « réseaux signifiants sous-jacents », en un mot son « étrangeté » ou encore sa signifiance, tout ce qui est modifié — ennobli, clarifié, rationalisé, supprimé — par les « tendances déformantes » propres aux pratiques traductionnelles normatives dans l’espace occidental, dont la dimension annexioniste, « hypertextuelle », provient du fait qu’elles cherchent avant tout à rendre le sens de l’œuvre. Traduire la lettre, ce n’est donc pas faire du littéralisme pur, ce n’est pas tomber dans un essentialisme servile, c’est rendre le caractère motivé de la texture de l’original (voir Berman 1985b, 1995).

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.