Version classiqueVersion mobile

Mon cher Maître

 | 
Dorothy Speirs
, 
Yannick Portebois

Lettres

Le traducteur mécontent (20 juillet 1899-19 août 1902)

Texte intégral

1Cette dernière période des relations entre Ernest Vizetelly et Émile Zola est jalonnée de petits incidents relatifs aux traductions et à leur vente, tant en Angleterre qu’aux États-Unis. Deux de ces incidents retiennent l’attention par ce qu’ils révèlent des positions respectives du traducteur et du romancier : l’affaire de Fécondité et l’étrange dispute qui survint entre Ernest et son frère aîné, Edward, qui traduisit, avec la permission de Zola, La Bête humaine et Thérèse Raquin (Grant Richards, 1902 et 1901).

2En mars 1899, Vizetelly avait accepté, par traité avec Chatto & Windus, de traduire Fécondité, alors en cours de rédaction. Lorsqu’il prit connaissance de l’ouvrage, le traducteur prit peur. Il annonça renoncer à traduire le roman, évoquant, dans une lettre ouverte envoyée à The Athenaeum (21 octobre 1899), le péril qui le guettait en tant que traducteur :

So far as I am concerned, there are peremptory private reasons why I should do nothing to revive scandal such as followed the publication by my father of certain of M. Zola’s former works, notably La Terre. I admired La Terre, and I admire Fécondité, which deals, to my thinking, in a masterly fashion with a crying evil. [...] At all events, whether that be the case or not, I cannot in my position — having given hostages to fortune, having been involved in the ruin which over took my father, and having then had to begin my life afresh — I cannot undertake, even in the more than doubtful case of publishers being willing, to fight, or help to fight, the battle which the publication of a faithful English rendering of Fécondité would, in my estimation, entail.

3Sur les insistances de Chatto & Windus, Vizetelly finira tout de même par traduire le roman, qui parut en mai 1900 dans sa version anglaise (voir les lettres 159-169 pour le déroulement de cette affaire).

4Durant l’automne 1901, Edward Vizetelly, frère aîné d’Ernest, traduisit deux des anciens romans de Zola, Thérèse Raquin et La Bête humaine, pour le compte de l’éditeur Grant Richards. Ernest, qui n’avait pas été mis au courant, en prit ombrage et écrivit, le 19 mars 1902, au journal The Times, au nom de Zola et sans prévenir ce dernier, affirmant que son frère Edward n’avait pas de relations avec le romancier et que ce dernier ne souhaitait pas non plus avoir de relations avec Edward. Edward répondit dans le même journal deux jours plus tard, et assigna son frère Ernest devant les tribunaux pour diffamation. Ernest demanda l’intervention de Zola, lui demandant de confirmer ses dires par une lettre au Times. L’écrivain ne répondit pas et on ignore comment se termina cette affaire (voir les lettres 178, 179, 181 et 182).

5La toute dernière lettre que nous possédons du traducteur est entièrement consacrée aux questions financières relatives à la publication de Vérité, en feuilleton en Angleterre et en volume aux États-Unis : droits d’auteur, épreuves, échéances, pourcentages. Cette correspondance se termina donc comme elle avait commencé : par une lettre d’affaires...

6150*

716 Chestnut Road

8Raynes Park

9Londres, S.W.

1025 juillet 1899

11dimanche

12Mon cher Maître,

  • 1 Dès son retour à Paris, le 5 juin, Zola avait été happé par le tourbillon des amis, de la presse, e (...)

13J’ai bien reçu les 3 photographies. J’ai envoyé à M. Venables celle qui lui était destinée, et j’ai remis à Wareham la sienne, pour laquelle il me charge de vous exprimer ses meilleurs remerciements. Merci aussi pour le portrait que vous avez ajouté aux autres à mon intention et pour les bonnes paroles qui l’accompagnent1.

14Il n’y a absolument rien de neuf pour Fécondité, dont j’ai reçu les épreuves, et qui m’occupe toujours comme vous devez le penser. Mais on ne cesse de me demander s’il est vrai que vous allez maintenant faire un roman sur l’affaire Dreyfus. J’ai répondu non à plusieurs personnes tant anglais qu’américains [sic]. J’ai dit qu’à ma connaissance, vous alliez faire paraître plus tard un volume ou deux sur l’affaire, mais que je ne croyais pas que cela serait rédigé en forme de roman, à moins, toutefois que vous n’ayez modifié les intentions que vous m’avez exprimées il y a quelques mois. On ne cesse de dire et d’imprimer ici que vous allez vous mettre à ce roman sur l’affaire, et que vous avez également traité pour un drame sur la même donnée, qui serait joué en Amérique. Plusieurs journaux, et notamment le Star, veulent savoir aussi si vous comptez aller à Rennes lors du procès, et si vous consentiriez à écrire des impressions, soit sur le procès, soit sur Dreyfus lui-même lorsqu’enfin vous l’aurez vu. Jusqu’à présent j’ai envoyé promener tout le monde, mais si vous avez un moment pour m’écrire il serait peut-être bon que je sache s’il y a quelque chose de vrai dans ce qu’on dit du roman sur l’affaire, puisque cette question paraît beaucoup intéresser les journaux. Quant à Rennes, je penche à croire que si vous allez au procès vous n’aurez ni le temps ni la tranquilité [sic] voulue pour écrire quoi que ce soit, même si vous étiez disposé (ce dont je doute) à écouter des propositions.

15Nous nous portons tous bien à la maison, et nous espérons que vous vous trouvez — vous et Madame Zola — en bonne santé et remis enfin quelque peu de tous les tracas de l’année qui vient de s’écouler.

16Ma femme envoie ses meilleurs compliments à Madame Zola et je désire y adjoindre mes hommages.

17À vous mon cher maître une bonne poignée de mains et le souhait que le dénoûment [sic] qui s’approche répondra à tous vos desirs.

18Ernest A. Vizetelly

  • 2 Cette explication se trouvera développée et précisée dans With Zola in England : « Another thing wh (...)

19P.S. : J’ai appris que le nom Ly-ee-Moon, qui vous avait tant intrigué à Norwood, est Chinois (on l’écrit quelquefois Laï-Mun). On avait donné ce nom à un vaisseau, faisant le commerce dans les mers de Chine dont le capitaine propriétaire se retira plus tard à Norwood où il donna à sa maison le nom de son ancien bâtiment2.

20L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Page couverture de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.

21151*

22Londres

23Le 17 août 1899

24Mon cher Maître,

  • 3 Le second procès de Dreyfus s’était ouvert le 7 août, à Rennes. Le 14 août, Labori fut victime d’un (...)

25La « note » ici est de plus en plus mauvaise depuis le malheureux attentat sur Labori3. Je vous envoie un Daily Telegraph qui vous donnera une idée de ce qu’on écrit. On dirait que Labori absent, le prévenu doit forcément être perdu. C’est là l’avis général ; et c’est pourquoi j’ai voulu vous envoyer le correspondant du Star pour avoir une bonne parole.

26J’ai essayé de re-agir [sic]. Peine perdue. On me dit : « Mais tous les correspondants anglais à Rennes sont d’avis que Dreyfus est perdu dorénavant ».

  • 4 Edgar Demange, « dont la prudence redoutait toute manifestation », fit, pour cette raison, retarder (...)

27On prétend aussi que Picquart est bien ennuyé, que la famille Dreyfus est dans la consternation et ainsi de suite. Enfin on ne voit plus que des pessimistes. Je suis convaincu qu’ils ont tort. Certes la perte de Labori est bien ennuyeuse. Et sans doute Demange à lui seul ne peut pas tout faire. Mais ici les journalistes, ignorants de la procédure française, ne cessent de reprocher à Demange sa faiblesse et sa mansuétude. On le traîne parfois presque dans la boue en disant qu’il ne défend pas son client4.

28Si vous pouvez sortir de votre réserve je serais heureux d’avoir de vous un mot que je pourrais publier, quelque chose qui arrêterait l’espèce d’affolement qui s’est emparé de tant de journaux ici. Ils renchérissent même sur les dires de leurs correspondants.

  • 5 Le 20 août, Zola répondit : « Mon cher ami, je ne veux rien dire, et je vous prie de ne rien dire e (...)

29Je suis persuadé que vous devez rester absolument confiant dans le dénûement [sic] final, et c’est cela même que je vous prierais de me dire dans une lettre de quelques lignes, à moins qu’il n’y ait d’empêchement absolu5. J’aurais bien voulu avoir aussi l’avis de la famille Dreyfus elle-même mais je ne la connais pas et si j’écrivais à Rennes, ma lettre resterait sans doute sans réponse. Il se peut cependant que vous connaissez [sic] les sentiments intimes de quelques-uns de ceux que ce terrible drame touche de plus près. Et je serais content de savoir si ces sentiments sont conformes aux vôtres.

30Je ne veux pas méconnaître la haute valeur de Me Labori, mais je soutiens ici, qu’avec lui, ou sans lui, Dreyfus sera forcément acquitté.

31Ma femme se joint à moi pour vous envoyer à vous et à Madame Zola tous nos meilleurs vœux.

32Votre bien dévoué.

33Ernest A. Vizetelly

34L.a.s., collection Dr Brigitte Émile-Zola.

35152*

36Londres

37Le 23 août 1899

38Mon cher Maître,

  • 6 Voir la lettre 151, n. 3.

39J’ai bien reçu votre carte et je vous en remercie6.

  • 7 Voir la lettre 20, n. 10.
  • 8 Zola connaissait William L. Thomas, lequel avait contacté l’écrivain en novembre 1893. Thomas organ (...)

40Aujourd’hui je viens vous entretenir d’une proposition qui m’a été faite par M. Thomas, le directeur, et en partie le propriétaire des deux journaux le Graphic hebdomadaire, et le Daily Graphic. C’est pour ainsi dire le patron de Lucien Wolf7. Je connais M. Thomas (qui a été l’ami de mon père) depuis longtemps. Il me dit qu’à la suite du procès de Rennes il aurait l’intention de publier un supplément spécial du Graphie hebdomadaire ; journal qui ressemble, vous le savez peut-être, à l'Illustration et au Monde illustré. Et, si faire se peut, il aurait bien voulu obtenir votre concours8.

  • 9 Vizetelly fait peut-être référence au fameux Napoléon le petit, publié après le coup d’État de déce (...)

41Ce qu’il désirerait obtenir de votre plume ce serait non pas un historique detaillé de l’affaire, mais une sorte de tableau brossé à larges traits, divisé si vous le jugiez convenable, en 3 ou 4 parties, qui feraient comme une suite d’esquisses. Victor Hugo, comme Thomas me l’a rappelé, a plus d’une fois fait des choses de ce genre9.

42Naturellement si vous entrez dans nos vues toute latitude vous serait laissée. Vous traiteriez le sujet absolument comme vous l’entendriez. Et on ne vous demande pas quelque chose de politique ou de secret, ou de compromettant soit pour vos intérêts personnels soit pour les intérêts des autres. Ce serait, dans la pensée de Thomas, plutôt une page de littérature, qui évoquerait les grandes phases de l’affaire et qui pourrait peut-être vous servir de base ou de maquette pour un ouvrage plus considérable dans l’avenir.

43Thomas m’a parlé si bien que je me suis laissé séduire quelque peu par l’idée qu’il m’a développée, et tout en allant peut-être au devant d’un refus, je crois devoir vous en entretenir.

44Vous voudriez [sic] bien noter les points suivants.

45Publication

461. On ne publierait rien tant que l’arrêt du conseil de guerre ne serait pas rendu : mais on tiendrait à publier le plus tôt possible après cette décision.

47J’ai écarté bien souvent, comme inadmissibles, des proposition venues d’autres journaux, pour des choses à publier maintenant. J’ai bien saisi que vous ne voudriez pas et que vous ne pouviez pas les accepter. Mais dans cette proposition du Graphic, il y a une différence sensible.

48Toutefois, si vous l’acceptez, on estime qu’il serait bon que le journal eut en mains d’avance une partie de l’étude, que vous compléteriez lorsque l’arrêt serait rendu. Cette fin on l’attendrait avant de ne rien faire, mais le restant pourrait être traduit d’avance afin de gagner du temps.

492. Longueur de l’article

50Sous ce rapport on laisse tout à votre appréciation, mais on pourrait publier de mille à vingt mille mots, à votre choix.

51Si vous ne vouliez faire que très court vous le pourriez ; s’il vous plaisait de vous étendre plus longuement, vous en seriez libre.

  • 10 À propos d’Angéline, voir la lettre 113, n. 1.

52Pour ma part j’ai pensé à Angéline10. Quelque chose de cette longueur-là ou peut-être un peu plus longue [sic] serait, je crois, bien.

53Mais, je répète, c’est à votre choix jusqu’à concurrence de 20 000 mots.

543. Conditions

55Le prix qu’offre Thomas pour les droits en langue anglaise est de cinquante livres par mille mots. Dans cinquante livres, il y a mille shillings, donc un shilling soit 1 fr.25c par mot.

56Cela comprendrait les frais de traduction, mais ces frais seraient relativement minimes, et vous n’auriez qu’à me dire votre idée là-dessus pour que j’accepte votre chiffre.

57Par exemple si vous écriviez quelque chose un peu plus longue [sic] qu’Angéline, qui comptait je crois dans les 6 000 mots, vous toucheriez autant de francs et même plus.

58Mettons 10 000 mots si vous voulez, cela ferait 10 000 shillings, soit cinq cents livres ou 12 500 francs. Supposons que vous me donniez cinquante livres sur les cinq cents, soit 1 250 francs, vous toucheriez net 11 250 francs.

59Les droits en langue anglaise comprendrait [sic] l’Amérique ; le Graphic y ferait à sa guise.

60Les droits français et autres vous resteraient ; mais le Graphic tiendrait à avoir la primeur de l’article, que vous pourriez publier ailleurs dans un délai pour lequel il serait bon d’avoir vos indications.

61D’autre part, Thomas m’a dit que si vous vouliez lui vendre le droit de propriété en entier, langue française aussi bien que langue anglaise, il était prêt à discuter un prix total avec vous. Dans ce cas, il ferait publier par son agence à Paris une édition française de son supplément. Mais ne sachant quelles pourraient être vos idées là-dessus, il se contente pour le moment de vous faire la proposition ferme d’un franc 25 par mot, pour les droits en langue anglaise.

62Au point de vue de l’argent je trouve l’offre bon [sic]. Mettons de 8 à 9 mots par ligne, cela vous ferait environ 10 francs la ligne. Et au point de vue du sentiment et des convenances en la matière, j’estime que tôt ou tard vous aurez toujours à écrire quelque chose sur l’affaire, que vous ne pouvez pas toujours garder un silence absolu, et aussi qu’une fois l’arrêt du Conseil de Guerre rendu, beaucoup des objections qui existent aujourd’hui tomberont d’elles-mêmes. Et pour revenir à ce que j’ai dit plus haut, on ne vous demande rien qui puisse porter préjudice soit à votre cause, soit à vous-même, mais simplement une bonne page de littérature, d’histoire si vous voulez, non pas de polémique, qui depeindrait à très grands traits les faits, les incidents principaux de l’affaire. Et j’ajouterai, au point de vue de vos susceptibilités en la matière, qu’à mon avis, personne ne pourrait voir dans ce récit la moindre spéculation de votre part.

63Enfin, à vous de me dire si vous acceptez la proposition, si vous voulez vendre à Thomas les droits en langue anglaise, ou même les droits français également. Dans ce dernier cas, il faudrait indiquer un prix.

64Et si votre réponse est favorable, tout au moins pour la question anglaise, vous pourrez vous mettre à l’œuvre de suite, et m’envoyer le commencement de l’étude lorsqu’il sera prêt, quitte à la compléter après l’arrêt. Cela vous serait peut-être possible, si vous divisiez l’article en parties ou chapitres. Dans ce cas, vous laisseriez de côté ce qui pourrait se rapporter au Conseil de guerre de Rennes, et qui ferait, par exemple, la dernière partie du récit. Pour le reste, si je le recevais au fur et à mesure, j’en pourrais préparer la traduction et prendre les dernières dispositions avec le Graphic.

65D’avance, nous prenons l’engagement, le Graphic et moi, vis-à-vis de vous, de ne rien publier tant que nous n’aurons pas la fin et que le jugement ne sera pas rendu.

66Par contre on voudrait pouvoir publier le plus tôt possible après ce jugement.

  • 11 Zola continuait de vouloir garder le silence (voir la lettre 151, n. 3). Le 28 août, il répondit à (...)

67Enfin répondez-moi par un oui ou un non ; et dans le premier cas, donnez-moi une idée du nombre de mots ou de lignes qui vous conviendrait11.

68Pour la question d’argent, vous devez savoir que le Graphie est un journal absolument sûr.

69Mes hommages à Madame Zola et mes meilleurs vœux à elle et à vous.

70Votre bien dévoué.

71Ernest A. Vizetelly

  • 12 On se rappellera que le second procès militaire de Dreyfus s’était ouvert le 7 août, à Rennes. Le C (...)

72P.S. : Les correspondants anglais à Rennes estiment pour la plupart que le procès ne pourra guère se terminer avant le 12 Septembre12.

73L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

74153*

7516 Chestnut Road

76Raynes Park

77Le 11 septembre 1899

78Mon cher Maître,

  • 13 Voir la lettre 152, n. 7. La réaction des journaux britanniques fut immédiate et indignée, mais les (...)
  • 14 Labori avait demandé à l’empereur d’Allemagne et au roi d’Italie, « au nom de l’humanité, de bien v (...)

79Nous avons été, ma femme et moi, douleureusement [sic] émus par le résultat du procès, qui soulève ici un long cri d’indignation13. Partout du reste c’est la même chose ; en Amérique on a brûlé le drapeau français dans les rues ; on a sifflé la France dans les théâtres ; on a expulsé les ouvriers français des fabriques et cela dès que le résultat a été connu. En Allemagne on proteste avec fureur contre l’insulte tacite que le verdict adresse à l’empereur14 ; et on ne veut plus participer à l’exposition de Paris. Même note en Amérique, en Autriche, en Hongrie et ailleurs contre l’exposition. Même ici on prédit déjà que cette exposition sera perdue car de nombreuses puissances s’abstiendront. Bref, d’après les dépêches qui affluent de tous les pays, c’est une sorte de crise universelle, on est stupéfait, et on met la France au ban de la civilization [sic].

80Vos journaux français ne publieront guère ces nouvelles c’est pourquoi je vous les indique. Après tout, vos nationalistes auront beau se boucher les oreilles, ce cri universel ne tardera pas à pénétrer auprès d’eux, et lorsqu’ils verront l’Europe refuser sa participation à l’exposition, peut-être comprendront-ils trop tard le mal formidable qu’ils viennent de faire à la France.

81Je ne sais si maintenant vous aurez l’occasion de prendre la plume au sujet de l’Affaire, mais dans le cas affirmatif le Graphie vous serait très reconnaissant si vous pouvez lui donner le droit de publier ici ce que vous écrivez. Par example [sic], si vous publiez quelque chose dans L’Aurore ou un autre journal de Paris, peut-on s’arranger pour que le Graphie reproduise votre article ici, le même jour ? — en anglais, bien entendu. Dans ce cas, il faudrait avoir une épreuve 24 heures d’avance. Cette épreuve serait remise au correspondant du Graphie à Paris, ou vous pourriez me l’envoyer — cela n’aurait pas d’importance.

82On vous paierait ce que vous pouvez demander pour ce droit de publication simultanée.

83Peut-être pouvez-vous faire cela — car ce ne serait pas écrire quelque chose spécialement pour un journal étranger, mais simplement autoriser la reproduction à l’étranger d’un article fait pour un journal de France.

84M. Thomas et Wolf et moi, nous vous serions tous très reconnaissants si un tel arrangement peut être fait.

85Naturellement tout dépend de ce que vous ferez en France. Si vous v écrivez quelque chose sur l’affaire, donnez-nous le droit de reproduction ici. C’est tout ce que nous vous demandons.

86Et faites votre prix vous-même à moins que vous ne désiriez que je traite l’affaire au mieux de vos intérêts.

  • 15 Le 14 septembre, Zola apprit à Vizetelly que le roman devait paraître à Paris « le 10 ou le 12 octo (...)

87Et Fécondité. Avez-vous une idée de la date de publication en volume ? Ne vaudrait-il pas mieux reculer cela un petit peu ? Répondez-moi à ce sujet le plus tôt possible15.

88Nous vous envoyons à vous et à Madame Zola tous nos meilleurs souhaits et malgré les ennuis de l’heure actuelle nous sommes persuadés que la victoire finira bien par se mettre du côté de la vérité et la justice.

89Votre tout dévoué.

90Ernest A. Vizetelly

  • 16 Télégramme non retrouvé.

91Au moment de fermer cette lettre le Graphic me fait de nouvelles propositions que je vous ai télégraphié [sic]16. Mais c’est là chose à part et à cette lettre il n’y a rien à changer. Si vous écrivez le message demandé par dépêche, de 20 à 30 lignes suffiraient.

92E.A.V.

93L.a.s., collection Dr Brigitte Émile-Zola.

94154*

95Londres

96Le 11 septembre 1899

97Mon cher Maître,

  • 17 Voir la lettre 153, note 4.

98Je vous ai télégraphié aujourd’hui pour vous rappeler de dire par la voie du journal le Graphic un mot réconfortant au monde exaspéré17. Dans ma dépêche je ne pouvais vous dire tout ce que j’avais, que j’ai encore, sur le cœur.

99À l’heure actuelle vous disposez pour votre pays, vis-à-vis du monde entier, de plus de puissance morale que ne possède soit le Président Loubet, soit M. Waldeck-Rousseau soit M. Le Général de Galliffet soit aucun ministre ou ambassadeur de France. Le monde est en état de révolution, la France est mise au ban de toutes les nations civilisées ; d’heure en heure les dépêches affluent de tous les pays du globe ne répétant qu’un immense refrain : « Honnie soit la France, honnis soient les Français ! » Le drapeau tricolore est brûlé, traîné dans la boue ; les ouvriers français à l’étranger sont jetés hors des fabriques ; l’indignation contre la France se propage d’instant en instant d’un bout à l’autre de l’univers.

100Et de partout s’élève un cri féroce : « Sus à Paris, sus à l’exposition ! N’y exposons pas, n’y allons pas. Mettons Paris à l’index. » Et déjà les comités s’organisent contre l’exposition, déjà les préparatifs se font en Amérique, en Angleterre, en Hollande, en Belgique, en Autriche, en Italie, en Suède, au Danemarck, et ailleurs. « Nous ne voulons plus aller en France ; nous ne voulons plus y exposer ; nous ne voulons plus faire de commerce avec des Français ! Nous allons faire le grand blocus de l’humanité autour des frontières françaises ! » Voilà le cri que poussent tous les peuples en réponse au triste verdict de Rennes.

101Mais cela est excessif. Le monde, ému par son amour du droit et de la justice et distinguant mal les reponsabilités, rejette sur la France toute entière la responsibilité du crime. Et c’est pourquoi je vous supplie de parler, soit par la voie que je vous ai indiquée soit par toute autre voie.

  • 18 Ernest Judet collabora à divers journaux puis, en 1886, il entra au Petit Journal. Il y mena de vir (...)

102Vous pouvez faire beaucoup : vous pouvez même faire tout. Vous pouvez rendre le bien pour le mal, vous pouvez relever la France aux yeux de l’univers. Vous pouvez empêcher qu’on n’élève [sic] autour d’elle une muraille de Chine faite de colère et de mépris. « Ah Seigneur », disait Jésus, « pardonnez-leur car ils ne savaient ce qu’ils faisaient. » Cette parole qui a retenti à travers les âges est d’application aujourd’hui. Savaient-ils seulement ce qu’ils faisaient, les Judet, les Meyer, les Q. de Beaurepaire e tutti quanti18 ? Ils ont fait surgir autour de la France une nouvelle sainte alliance — celle de la Vérité et la Justice. Ils ont fait honnir les noms de France et de Français chez les peuples les plus humbles comme chez les plus puissants ; ils ont soulevé le dégoût et le mépris de tous côtés, de sorte qu’à l’heure présente, la France reste seule, absolument seule, ainsi qu’une pestiférée, au milieu de tout l’univers. Et l’année prochaine, quand devait sonner l’heure de paix et de concorde, quand les nations en liesse devaient se rendre dans la grande ville pavoisée, il n’y aura plus personne, personne ! Paris ne sera qu’un désert.

103Voilà ce qu’a fait la grande presse nationaliste de France ! Voilà ce qu’a fait le Conseil de Guerre de Rennes ! L’humanité outragée se venge, et la France paiera l’écot.

104Mais cela ne peut être. La France, pays de lumière et de gloire, ne peut être rendue responsable du forfait de quelques imbéciles. Hélas ! pour remettre les choses en état, pour calmer l’indignation déchaînée, pour avertir [sic] peut-être les malheurs les plus terribles, il faudrait des paroles telles que je peux en concevoir mais qui venant d’un petit comme moi n’auraient aucun poids. À vous de les prononcer, à vous de les dire, à vous de prêcher le calme et l’espérance, la confiance inaltérable dans la Justice et la Vérité. À vous de dire que la France est toujours grande, qu'elle est toujours le pays de l’idéal, du droit suprême, et que chez elle, quelque [sic] soit l’amertume de l’heure actuelle, l’ère de la réparation quoique lente à venir finira par prévaloir.

105Cette parole je vous supplie de la prononcer. Il est en votre pouvoir aujourd’hui de rendre à votre pays un service suprême ! Votre voix sera entendue, écoutée par le monde entier ; on connaît votre loyauté, votre amour de la Vérité, vous serez applaudi, et la paix, l’espoir et la confiance, renaîtront.

  • 19 En 1870-1871, Vizetelly avait été correspondant de guerre pour les journaux britanniques. Il avait (...)
  • 20 À cette lettre pour le moins alarmiste, Zola répondit, le 14 septembre : « Quant à intervenir entre (...)

106Que cet appel, basé sur des faits qui s’accumulent d’heure en heure, vous serve de motif. Répondez-y je vous en prie, au nom de mon affection pour vous et de mon affection pour la France, au nom du drapeau tricolore que j’ai suivi dans la boue et dans la neige à travers les heures les plus noires de l’invasion de 187019. Car la France, vous le savez bien, est ma seconde patrie, c’est pour elle, pour son honneur et pour sa gloire, que je vous supplie ainsi. Et dites bien qu’elle restera quand même grande et glorieuse, terre de liberté et de justice, quelques [sic] soient les défaillances de certains des ses fils, tristes rejetons d’une décadence qui n’a plus rien d’humaine [sic]20.

107Je vous embrasse et je signe, comme par le passé, votre tout dévoué.

108Ernest A. Vizetelly

  • 21 Le 12 septembre, soit le lendemain de cette lettre, Zola publiait « Le cinquième acte » dans L’Auro (...)

109Si vous voulez répondre à cet appel par la voie des journaux, faites-le. Et si dans ce que je viens d’écrire vous trouvez quelques phrases à citer pour expliquer pourquoi vous sortez enfin de votre long silence, j’en serais bien content. En tout cas il faut que vous parliez. La vôtre est la seule voix autorisée en France pour parler au monde dans les tristes circonstances d’aujourd’hui. Vous avez là un devoir à remplir vis à vis [sic] de votre pays21.

110L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

111155*

112[Londres]

  • 22 Pour la datation de cette lettre, voir la lettre suivante.

113[Le 11 septembre 189922]

114Mon cher Maître,

  • 23 Nous ne possédons pas de renseignements sur Dormoy.

115Monsieur Dormoy23 représentant du Graphic (24 cité Trévise) se présentera chez vous demain Mardi et si selon la dépêche d’aujourd’hui vous consentez envoyer [sic] un message pour tranquilliser l’opinion publique donnez-le à M. Dormoy en toute confiance.

116Bien cordialement à vous.

117Ernest A. Vizetelly

118P.S. : Le Graphie vous offre pour un message assez long la somme de 2 000 francs ; mais si vous ne voulez faire que très court on s’arrangera.

119L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

120156*

  • 24 Nous datons cette lettre d’après la date de publication du « Cinquième acte ».

121[Le 12 septembre 189924]

122mardi soir

123Mon cher Maître,

  • 25 Il s’agit du « Cinquième acte », paru le jour même dans L'Aurore et dans le Times de Londres. Voir (...)

124Je viens de voir la reproduction anglaise de votre article [paru] dans L'Aurore25 — Je comprends que j’ai été trop tard pour la question d’une publication en même temps en Angleterre.

  • 26 Voir la lettre 155.
  • 27 Voir la lettre 154.

125Je ne sais encore si vous avez vu aujourd’hui Dormoy du Graphie qui devait aller chez vous26. Mais puisque vous avez parlé à votre pays vous pouvez fort bien maintenant parler aux étrangers, et aider à calmer le mouvement d’hostilité envers la France entière qui s’accentue d’heure en heure. Voulez-vous le faire : si oui, faites-le-moi savoir de suite, promettez-moi un message pour un jour déterminé et je m’arrangerai avec le Graphie. Si vous avez déjà convenu quelque chose avec Dormoy, inutile de me répondre : mais lisez surtout ma dernière lettre et si, après avoir repéré Dormoy vous pensez pouvoir revenir sur votre refus, pour les raisons patriotiques que je vous ai signalé [sic]27, faites-le-moi savoir par dépêche.

126Télégraphiez tout bonnement « oui » suivi du jour quand je recevrais la copie.

127Je regrette bien d’avoir manqué [sic] pour une reproduction de l’article dans L’Aurore mais le Graphic m’a prié de vous écrire trop tard.

128Cordialement à vous.

129Ernest A. Vizetelly

130L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

131157*

132Le 13 septembre 1899

133Mon cher Maître,

  • 28 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.
  • 29 Le 11 septembre, à Rennes, Théodore Duret avait rencontré M. Fullerton, journaliste au Times, qui a (...)

134Merci pour votre lettre28. Je ne vous importunerai plus. Mais je dois vous faire remarquer au sujet de votre article « Le Cinquième Acte », que toute la partie importante de cet article a paru textuellement à Londres, dans le Times, à l’heure même quand ça paraissait à Paris. Et comme M. Thomas du Graphic me dit fort bien, cela indique une entente — non pas entre vous et de Blowitz personnellement, mais tout au moins entre L’Aurore et le Times29, car autrement ce dernier journal ne pouvait publier votre texte à Londres en même temps qu’il paraissait à Paris. Et c’était là justement une des choses que nous désirions obtenir. Enfin, pour cela, je vous ai certainement écrit trop tard ; et c’est inutile de vous en dire plus long.

  • 30 Documents non retrouvés.
  • 31 Voir la lettre 153, n. 1.

135Afin que vous puissiez juger de l’état de l’opinion ici je vous envoie des extraits de la presse anglaise30. Il n’y aura peut-être pas d’abstention officielle du gouvernement anglais au sujet de l’exposition, mais les exposants se retirent individuellement ; chaque jour il y en a une dizaine ; certains membres de la Commission Britannique démissionnent ; et ainsi de suite. Même chose dans d’autres pays31.

136Or c’est cela que j’aurais voulu combattre par votre parole en laissant l’affaire elle-même de côté autant que possible. Vous n’en auriez parlé qu’incidemment. Enfin puisque vous croyez devoir garder le silence n’en parlons plus.

  • 32 Le 14 septembre, Zola continua de refuser les offres qui lui étaient faites : « Je ne me fais pas p (...)

137Toutefois, vous pourriez peut-être traiter la chose dans L’Aurore, et alors nous faciliter la reproduction de votre article, ainsi qu’il a été fait pour le Times au sujet du « Cinquième Acte »32.

138Bien cordialement à vous.

139Ernest A. Vizetelly

140« Le 5ième Acte » est très applaudi.

  • 33 Le dimanche 17 septembre, on avait en effet prévu « une grande manifestation à Hyde Park en plein m (...)
  • 34 Il s’agit de Ferdinand II (1810-1859), roi des Deux-Siciles depuis 1830. Il fut surnommé « Il Re Bo (...)

141Voici quelques renseignements : Il y aura une grande manifestation dans Hyde Park dimanche prochain, avec 100 orateurs inscrits ! qui parleront de 24 estrades ! Le gouvernement vient d’autoriser ce meeting à condition qu’on n’adressera aucune insulte à la France. Mais il y aura assurément des écarts de parole, et si une partie de la foule se transportait vers l’ambassade de France on verrait des choses déplorables33... Exprimer sa sympathie pour Dreyfus et sa famille cela se comprend fort bien pour un étranger ; mais on est surexcité ici comme au temps des insurrections de Pologne, et des abominations du Roi « Bomba » à Naples34 ; et je crains bien que tout cela n’ait une bien triste influence sur les relations entre la France et l’Angleterre. Je prêche le calme autant que je le peux ; mais sans l’aide des voix autorisées d’hommes éminents en France il n’y a rien à faire. Si vous ne faites rien, voyez Guyot ou un autre. Renseignez-le et dites-lui de faire un article.

142Le mouvement ici et en Amérique contre les Français est du genre de celui qui eut heu contre les Allemands à la suite de 70. Les uns ne veulent plus aller en France, les autres ne veulent plus rien acheter de Français ; des négociants font résilier des achats de soieries et autres articles français ; et ainsi de suite. Tout cela devient stupide tellement ça dépasse la mesure, mais enfin il faut reconnaître que ça y est.

143E.A.V.

144L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

145158*

14616 Chestnut Road

147Raynes Park

148Le 5 octobre 1899

149Mon cher Maître,

  • 35 Voir la lettre 134. Le 29 septembre, Zola avait envoyé un mot à Vizetelly au sujet de Fécondité : « (...)

150Monsieur Spalding, l’associé de M. Chatto, doit aller vous voir au sujet de Fécondité, qu’il compte mettre dans les mains d’un autre traducteur, puisque moi, à mon très vif regret, je ne vois aucun moyen de surmonter les difficultés que je vous ai déjà signalées lorsque vous étiez en Angleterre35. Il est impossible à mon avis de faire un travail d’adaptation qui donnerait un résultat à peu près propre. J’ai essayé à différentes reprises, et de toutes les manières, de rédiger quelque chose qui répondrait à ce qu’on me demande, sans entamer trop profondément votre œuvre. Et je n’ai pu réussir. J’ai pris conseil de différents côtés, mais inutilement. Il y a là, dans la première moitié du livre toute une suite de chapitres [sic] qui sont impossibles en Angleterre, de l’aveu de tous ceux que j’ai consulté [s]. Or, je ne puis biffer soit un tiers, soit au moins un quart de votre œuvre. Et encore le pourrais-je, que je ne voudrais pas le faire. Pour rien au monde je ne prêterais la main à un pareil massacre.

151Je dois vous dire que ma manière de voir est partagée par les rédacteurs-en-chef du Star, du Daily Mail, du Weekly Times, des représentants du New York Herald ici, et d’autres encore — des confrères — auxquels j’ai soumis votre texte, soit dans le but de leur vendre le livre, soit simplement pour avoir leur avis.

152De l’avis général, publier le livre en entier ou avec quelques petites rognures est chose impossible ; et d’autre part si l’on se met à rogner sérieusement il ne reste qu’une œuvre informe, disgracieuse, et même stupide, quelque chose de monstrueux, de décapité, de châtré, dont je ne pourrais jamais prendre la responsabilité.

153Que Chatto fasse faire cela par un traducteur ou un adapteur [sic] quelconque, c’est là son affaire ; mais après tout, si je ne suis que votre traducteur, j’ai une conscience littéraire, et il y a des choses que je ne puis faire. Dans le cours de mes traductions de vos livres, il est arrivé que j’ai[e] dû sacrifier par-ci par-là quelques passages de votre texte pour ne pas trop effrayer le cant anglais, mais dans le cas de Fécondité je me suis trouvé en présence de chapitres entiers dont la donnée même, sans entrer dans le détail des mots, offusque les gens de ce pays. Du reste, tous ceux à qui j’ai donné à lire ces chapitres me l’ont dit.

  • 36 Voir la lettre 160, n. r.
  • 37 Nous n’avons pas la première lettre à laquelle Vizetelly fait allusion. Mais le 5 octobre, le jour (...)
  • 38 Toute cette affaire de la traduction de Fécondité paraît assez embrouillée (voir les lettres 160-16 (...)

154Il ne s’agit pas ici d’une critique de votre œuvre qui est vraiment belle, et bonne, et d’une très haute portée morale ; mais il s’agit de l’hypocrisie anglaise, de l’impossibilité où les anglais se trouvent d’accepter votre livre tel qu’il est, et de l’impossibilité pour moi de le décapiter et de l’amputer de façon à le rendre acceptable par eux. Maintenant Chatto veut essayer quand même à en tirer parti — il y a des chapitres traduits par moi dont son adaptateur pourra se servir si cela lui plaît ; et je pense que vous ne perdrez rien au point de vue de l’argent. J’ai écrit il y a déjà quelques temps [sic] aux Macmillan, pour leur exposer la situation36. Je leur écris encore et je pense qu’ils s’arrangeront avec Chatto pour publier ce que celui-ci fera faire37. De cette manière, vous n'aurez pas d’ennui au sujet de l’argent. Je m’arrangerai avec Chatto et avec Macmillan, pour le remboursement des provisions que j’avais reçues personnellement38.

155Ma faute dans tout cela, et ma très grande faute, je l’avoue, c’est d’avoir laissé traîner les choses si longtemps, d’avoir pris vingt fois ma plume en main pour aborder les passages difficiles, d’avoir fait un travail quelconque qui me déplaisait lorsque je le relisais, à tel point que je le jetais, séance tenante, au feu. Puis, d’avoir recommencé avec le même résultat, me leurrant toujours de l’espoir que j’arriverais à vaincre les difficultés. C’est là toute l’histoire de ma malheureuse tentative de traduire Fécondité, sauf, que le temps s’écoulant, je me suis trouvé au désespoir, ne sachant plus quoi faire, n’osant plus dire que pour moi le livre ne pouvait être traduit. Enfin, Chatto va faire son possible, il y aura un petit retard, mais d’après ce que je comprends vos intérêts ne souffriront pas. Je suis même d’avis qu’un retard dans la publication anglaise ne portera pas de tort à l’adaptation que Chatto fera faire, car voici la guerre qui s’avance à grands pas, et tout le monde ici en est tellement préoccupé qu’un roman même de vous ne pourrait qu’en souffrir s’il paraissait ces jours-ci.

156Je vous prie, mon cher maître de croire à tous mes regrets. Croyez-le bien je n’ai renoncé qu’à contrecœur à faire le travail que j’avais entrepris, mais je me suis trouvé, ainsi que je l’ai expliqué plus haut, dans une impasse, d’où je ne pouvais sortir qu’en rebroussant chemin. C’est ce que j’ai fait bien tard, et c’est là ma faute. J’aurais dû trouver le courage de le faire plus tôt. Mais je voulais éviter, si cela était possible, une rupture même momentanée dans nos relations. Laissez-moi espérer que plus tard ces relations se renoueront.

157Votre bien dévoué.

158Ernest A. Vizetelly

159L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

160159*

16116 Chestnut Road

162Raynes Park

163Londres

164Le 25 octobre 1899

165Mon cher Maître,

  • 39 Il s’agit de la guerre, commencée le 11 octobre, qui opposa l’Angleterre aux Boers jusqu’en mai 190 (...)

166Il m’arrive de différents côtés de très mauvaises nouvelles au sujet de la réaction faite à Fécondité en Angleterre. Il était certain du moment que le pays se trouvait en état de guerre qu’un livre étranger, même de vous, ne pouvait attirer ici toute l’attention qu’il aurait reçu dans un autre moment39. Mais sans que j’aie fait quoi que ce soit pour influencer l’opinion il s’est trouvé que tout le monde à peu près, s’est mis de mon avis. On a vu partout, autrefois, l’édition française de Rome, et celle de Paris, mais Fécondité ne se trouve que chez quelques libraires, de loin en loin.

  • 40 Sur W.H. Smith, voir l’introduction du présent volume.

167Je ne sais au juste si les Smith, qui <...> ici les Hachette de chez vous, ont formellement refusé à M. Fasquelle de mettre en vente le volume mais je constate qu’on ne le trouve nullement dans les bibliothèques des gares soit à Londres soit dans les environs et que les employés, interrogés par des personnes que j’ai envoyées, répondent qu’ils n’ont pas cet ouvrage, et qu’ils ne comptent pas le recevoir40.

  • 41 The Speaker, dans sa livraison du 21 octobre, publiait, sous la signature F.Y.E., un article assez (...)

168D’autre part les articles sur le livre que j’ai lus, soit dans la presse quotidienne, soit dans les revues hebdomadaires telles que le Speaker, le Saturday Review etc. sont tout ce qu’il y a de plus mauvais41. Quelques journaux, ceux qui ne vous veulent que du bien ont préféré ne rien dire de Fécondité, plustôt [sic] que de vous attaquer. Mais les autres critiquent le livre avec la dernière violence, et voilà que le vieux cri de « pornographie » s’élève de nouveau.

  • 42 Il ne s’agit pas d’une déclaration, mais d’une lettre, parue dans The Athenaeum le 21 octobre 1899  (...)
  • 43 Malheureusement, ces lettres n’ont pas été retrouvées.
  • 44 Le 5 octobre, Chatto avait écrit à Zola : « [...] this morning, Mr. Spalding at once went to see Mr (...)

169J’ai fait presque à mon corps défendant, une déclaration dans l’Athe naeum (la plus vieille et la plus autorisée de nos revues littéraires hebdomadaires) et j’y ai dit tout simplement que j’admirais Fécondité mais, qu’à mon grand regret j’avais dû renoncer à en faire une traduction anglaise, attendu que les préjudices [sic], l’hypocrisie de ce pays s’opposaient à une traduction intégrale, et que je ne pouvais prendre sur moi de sabrer votre livre de telle façon qu’il n’en resterait que des lambeaux : seul moyen de satisfaire les puristes d’Angleterre42. J’ai dû faire cette déclaration par suite de différents articles qui ont paru dans les journaux, par suite aussi des lettres qui m’ont été écrites au sujet de Fécondité par des gens de toutes sortes43. Cette déclaration n’engage que moi, car j’y ai dit expressément que d’après mes informations, Messieurs Chatto désiraient quand même lancer une traduction de votre livre44. Bref, mis en cause de différents côtés j’ai donné tout bonnement un avis personnel, qui se résume ainsi : tout le monde estime qu’une traduction intégrale de Fécondité est chose impossible, quant à moi je ne veux pas massacrer le livre au point voulu : que d’autres le fassent, c’est leur affaire.

170Ce que j’ai pû [sic] dire a paru à la suite des différents entrefilets et articles indépendants dans lesquels votre livre se trouve malmené. Je me suis tu aussi longtemps que possible pour ne pas faire du tort au volume ; et ce n’est qu’à la suite de l’explosion que j’ai dû placer mon mot.

  • 45 Voir la lettre 1, note 9.
  • 46 Voir la lettre 160, n. 2 et 3.

171J’ai tenu à vous donner ces explications, du reste je vous les devais. Je ne sais au juste ce que fait Chatto au sujet de Fécondité. Je lui ai écrit dans ces derniers temps mais il ne m’a pas répondu. À mon avis, franchement, en tant que cela se peut, nous sommes revenus au lendemain de La Terre45. Certes on ne s’occupe pas de Fécondité comme on s’est occupé autrefois de La Terre : La guerre ne le permet pas ; mais ce qu’on en dit me reporte dix ans en arrière. Enfin que voulez-vous ? Tout cela était à peu près certain d’avance, étant donné la manière dont on envisage ici la discussion de toutes les questions sexuelles. Mêmes les gens qui louent l’intention de Fécondité prétendent que vos descriptions sont beaucoup trop crues46.

  • 47 Voir l’interview de Zola sur La Terre publiée le 14 septembre 1889 dans le supplément littéraire du(...)

172Je crois vous connaître assez pour savoir que tout ce que peuvent dire les Anglais ne vous fera pas écarter de votre chemin47. Pour moi j’ai l’intention de ne plus rien dire mais de laisser passer l’orage. Pour engager une bataille ici autour du livre il faudrait avoir le temps et l’argent pour faire campagne ; car en se dépensant de ce côté-là il faudrait négliger le petit gain quotidien. Et encore ce serait difficile de trouver un journal de valeur qui consentirait à ouvrir ses colonnes à un tel débat. Enfin tout cela me chagrine beaucoup, car je n’aurais pas voulu être condamné à rester là inactif, et voir s’en aller au moins en bonne partie, le résultat de plusieurs années d’efforts et de travail.

  • 48 Zola ne semble pas avoir répondu à cette lettre. by Messrs. Chatto & Windus ; but that version will (...)

173Je vous remercie, mon cher maître, pour l’exemplaire de Fécondité que vous avez bien voulu m’envoyer, et je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments devoués48.

174Ernest A. Vizetelly

175L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Page titre de The Soil (La Terre), dans l’édition donnée par la maison Vizetelly & Co. en 1888.

Page titre de Fruitfulness (Fécondité), dans la traduction d’Ernest Vizetelly publiée par Chatto & Windus en 1900.

176160*

177Londres

178Le 17 janvier 1900

179Mon cher Maître,

180Je vous aurais bien écrit plus tôt pour vous souhaiter la bonne année et vous donner quelques nouvelles mais on vit ici dans un tel coup de vent qu'on ne sait au juste ce qu'on devient.

  • 49 Nous n’avons pas cette lettre de Macmillan à Chatto ; mais le 21 novembre 1899, Macmillan écrivait (...)

181Je croyais, il y a longtemps, avoir fini avec l’affaire de Fécondité mais elle m’est revenue. Les Chatto ont cru pouvoir faire quelque chose avec, mais en fin de compte ils n’ont pu trouver personne pour en faire une adaptation à peu près bien. Et alors ils sont revenus crier misère à ma porte. Entretemps on avait publié des entrefilets disant qu’ils allaient quand même en faire une traduction, et cela a été reproduit même en Amérique, de sorte que les Macmillan, à qui du reste vous aviez écrit, ont fini par adresser à Chatto une lettre dont je possède une copie dans laquelle ils disent « être au désespoir, après de vains efforts pour trouver un moyen quelconque de publier cet ouvrage »49.

182Puis les Chatto et les Macmillan se sont réunis pour me bombarder de semaine en semaine. J’ai reçu au moins une douzaine de lettres des deux maisons et j’ai maintes fois vu Chatto qui m’a relancé jusqu’à chez moi, pour tâcher de me persuader de faire de nouveaux essais. Et en fin de compte, quoi que la chose m’ennuie énormement et que le travail ne pourra jamais être rémunérateur pour moi j’ai consenti à faire tant bien que mal une adaptation de Fécondité. Mais cela ressemblera à votre œuvre comme la caserne de Neuilly au palais de Versailles. D’abord je suis forcé de supprimer énormément. L’ouvrage ne se divisera plus en « livres », les chapitres se suivront. Les chapitres IV et V de votre Livre 1er ne font plus qu’un seul. Les chapitres I, II, III, du Livre 2 ne font également qu’un seul. De même pour les chapitres IV et V.

183Le livre III reste à peu près tel quel, sauf de longues rognures.

184Mais au livre IV les 4 premiers chapitres sont réduits à un seul qui couvre une période de je ne sais plus combien d’années.

  • 50 Il s’agit des hystérectomies pratiquées par le Dr Gaude, qui sont décrites assez crûment par Zola : (...)

185De tous les chapitres sacrifiés je suis obligé de donner un court résumé, mais tous les détails sont absolument sacrifiés. Impossibilité absolue de décrire soit les avortements ou les opérations de Gaude. De ces dernières on ne peut même pas parler clairement50.

  • 51 Sans jamais être clairement décrites, on comprend que les « fraudes » concernent la contraception. (...)
  • 52 Après avoir menacé encore une fois d’abandonner Fécondité (→ lettre 163), Vizetelly termina sa trad (...)

186Impossibilité aussi de parler même des fraudes51. Je reste des quatre jours sur une même page, puis ne pouvant en sortir je supprime brutalement. Bref c’est un massacre ignoble et c’est bien pour cela que personne d’autre, soit en Angleterre soit en Amérique, ait [sic] voulu se charger du travail. Il restera peut-être un volume de 450 pages mais je ne saurai préciser, car je n’ai pas encore bien étudié la fin de l’ouvrage, c’est-à-dire les livres V et VI. Je pense que j’aurai fini vers la fin de Mars, pas avant, car les difficultés sont énormes52. Cela ne fera honneur ni à vous ni à moi ; et j’aurais été bien bien content si un autre avait voulu se charger du travail.

187J’ai fini par prendre cela en mains (tout en rechignant) moitié pour céder aux instances de Chatto, moitié pour ne pas laisser tomber tout à fait le livre au point de vue d’une édition anglaise, car Chatto m’a dit textuellement : « Si vous ne pouvez ou ne voulez pas l’entreprendre, il n’y a plus rien à dire. Nous retirerons toute mention du volume de notre catalogue de nouveautés, et nous passerons à profits et pertes la somme payée à M. Zola. » Et c’est alors que j’ai cédé, et que je me suis attelé à ce travail ingrat ; je dis « ingrat » car je crois avoir quelque peu d’amourpropre, et j’aime autant que possible faire du bon travail, ce qui dans ce cas-ci n’est guère facile.

188Enfin, les Chatto ont vu une partie de ce que j’ai fait car j’ai dû reprendre la traduction du commencement même et ils en semblent assez satisfaits. Par contre, les Américans n’ont encore rien vu (à part nécessairement les quelques chapitres de ma première traduction que je leur avais envoyés l’été dernier et dont ils n’étaient pas du tout contents) mais je leur ai écrit, leur promettant des épreuves du nouveau travail et en leur disant que ce serait à prendre ou à laisser, et que s’ils ne l’acceptaient pas tel qu’il plaisait à Chatto, ce serait à eux de trouver quand même un autre traducteur. J’ai ajouté cependant qu’ils pourraient faire eux-mêmes des changements sur mes épreuves, s’ils aimaient mieux cela, mais que dans ce cas il leur faudrait supprimer mon nom sur le titre de l’ouvrage. J’ai dit cela parce qu’ils sont parfaitement capables de faire les pires bêtises avec mes épreuves ; car ils sont encore 10 fois plus difficiles que Chatto.

  • 53 C’est le Star qui avait publié Angéline, en janvier 1899. Voir la lettre 113.

189Enfin, d’une manière ou d’une autre, la chose va sans doute finir par s’arranger. Tout ce que j’espère maintenant c’est que votre prochain livre ne présentera pas, pour moi, les mêmes difficultés que Fécondité. Ce sera Travail, n’est-ce pas ? C’est là un sujet populaire, et peut-être pourrait-on vendre le droit de feuilleton au Star ou plutôt à son édition du matin le Morning Star, qui est très lu par la classe ouvrière53. En temps voulu vous voudrez bien me donner des détails et j’irai voir le directeur Parke. Je crois que je le trouverais fort bien disposé, car il n’a refusé Fécondité que parce que ce livre présentait de si grandes difficultés qu’on le jugeait impossible.

  • 54 Travail fut publié en feuilleton dans L’Aurore, du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901. Il ne semble p (...)
  • 55 Voir la lettre 173, n. 4.

190Enfin, j’espère bien qu’il y aura moyen de vendre Travail à un journal ici, avant de le faire publier par Chatto54. J’en ai causé avec Chatto l’autre jour et il m’approuve. D’autre part ce serait pour moi la seule compensation possible pour toutes [sic] les déboires et les pertes que j’ai essuyées avec Fécondité. J’ai lu dans le Siècle le compte rendu de la petite cérémonie de l’autre jour. Ici on ne parle plus de l’affaire, sauf pour colporter des bruits que Dreyfus est actuellement à Londres. La guerre ne cesse de nous occuper : elle est loin d’être finie. Cependant les affaires ici ont l’air d’assez bien marcher. Les journaux font du bruit, mais le monde reste fort tranquille, tout en critiquant très sévèrement le manque d’habileté des généraux anglais et les ridicules préparatifs militaires du gouvernement55. Ainsi que je l’ai dit dans un article que j’ai envoyé à Guyot pour le Siècle, on pense sérieusement à une réorganisation militaire qui entraînerait une sorte de conscription. Voilà qui va fort vous déplaire car ce sera une nouvelle victoire pour le militarisme.

191Et maintenant, mon cher maître, laissez-moi vous souhaiter à vous et Madame Zola une bien bonne année de santé et de prospérité. Ma femme se joint à moi pour vous adresser ces vœux.

192Nous nous portons tous à peu près bien sauf que ma vue baisse de plus en plus.

193Bien cordialement à vous.

194Ernest A. Vizetelly

  • 56 Violette Vizetelly avait sans doute voulu envoyer un souvenir aux enfants Zola, qui habitaient rue (...)

195J’ai dû (à la demande de Violette) vous adresser vers la Noël deux images. Je n’avais plus l’adresse à Paris, c’est-à-dire je me rappelais de la rue, mais pas du numéro. Et alors j’ai pris le parti de vous envoyer cela rue de Bruxelles. Peut-être n’aurais-je pas dû le faire, mais devant l’insistance de Violette je me suis trouvé dans l’embarras56.

196L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

197161*

1986 Chestnut Road

199Raynes Park

200Londres S.W.

201Le 13 février 1900

202Mon cher Maître,

  • 57 L’édition anglaise de Fécondité parut en fait le 11 mai 1900, sous le titre Fruitfulness. C’est Dou (...)

203J’ai reçu une lettre importante de M. Brett de la Macmillan Company de New York. Il avait reçu à la date de sa lettre environ 128 pages (épreuves) de ma traduction de Fécondité. Il approuve cette traduction. Toutefois il voudrait voir encore une partie du texte avant de se prononcer tout à fait. Dans ces derniers temps je lui ai expédié environ 50 pages de plus, et j’ai absolument tout lieu de croire que les Macmillan publieront Fécondité en même temps que Chatto, c’est-à-dire en Avril57.

204J’ai dit à Brett que s’il accepte de publier cette traduction j’estimais qu’on s’en tiendrait aux conventions signées par vous et par moi au Queen’s Hotel. Il me répond « parfaitement pourvu que M. Zola approuve et que nous puissions publier en même temps que Chatto ».

205Je viens donc vous demander d’écrire à Brett (Macmillan Company, 66 Fifth Avenue, New York City) pour lui dire que dans le cas où il publierait ma traduction de Fécondité vous serez, de votre côté, tout disposé à remettre en vigueur les conventions signées aux [sic] Queen’s Hotel. Dans ce cas toutes sommes avérées qui peuvent vous être dues par les Macmillan vous seront envoyées à bref delai.

  • 58 Zola écrivit à Brett le 16 février, confirmant qu’il acceptait les termes du traité signé à Londres (...)

206Je vous prie d’écrire à Brett dès que vous le pourrez afin qu’on ne perde pas de temps lorsqu’il aura reçu la suite de la traduction58.

207Pour la date de publication je verrai Chatto et je compte m’arranger avec lui de manière à satisfaire les Macmillan.

208Puisque M. Brett approuve tout ce qu’il a vu de la traduction jusqu’à présent je suis persuadé qu’il approuvera le restant et je regarde l’affaire comme faite.

  • 59 Zola ne semble pas avoir répondu à Vizetelly. Voir la lettre 162.

209Envoyez-moi je vous prie deux mots pour m’aviser que vous écrivez à Brett dans le sens que j’ai indiqué plus haut59.

210Depuis que je vous ai écrit j’ai été très malade de la grippe et j’ai dû même m’aliter, mais je suis debout maintenant et je tâche de rattraper les quelques semaines que cette maladie m’a encore fait perdre.

  • 60 Cette visite n’eut pas lieu. Voir la lettre 163.

211Ma femme m’a quitté Samedi pour se rendre en toute hâte à Lyon auprès de sa mère mourante. Je n’ai pas encore de ses nouvelles et je ne sais combien de temps durera son absence. Mais lorsqu’elle repassera par Paris, si elle peut s’y arrêter, il est possible qu’elle passe chez vous si vous pouvez lui consacrer quelques instants60. Elle ne va pas très bien elle-même ; et j’ai même craint pour elle ce long voyage en cette saison de tempêtes et de neiges, mais elle avait à remplir un de ces devoirs impératifs qu’on ne peut mettre de côté lorsqu’on a du cœur.

212Mes hommages à Mme Zola.

213Votre bien dévoué.

214Ernest A. Vizetelly

215L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

216162*

21716 Chestnut Road

218Raynes Parle S.W.

219Le 19 février 1900

220Monsieur Zola à Paris,

  • 61 Voir la lettre précédente.

221Ma femme repassera par Paris jeudi soir : elle peut aller vous voir le soir même ou le lendemain si vous voulez la recevoir61.

222Je n’ai reçu de vous aucune réponse à ma dernière lettre.

223J’en suis profondément blessé.

  • 62 Voir la lettre 161, note 2.

224Je désire recevoir de vous un mot par retour du courrier au sujet de Brett et de l’Amérique62. Je ne tiens pas à dépenser là-bas des centaines de francs inutilement pour votre bon plaisir et parce que vous ne voulez écrire à personne. C’est ridicule à la fin, et franchement je m’insurge.

225Si vous désirez briser toutes relations entre nous ayez au moins la franchise de le dire. On n’agit pas comme vous le faites après avoir mis le monde dans le pétrin le plus affreux par un livre dont aucun pays ne veut sans un remaniement complet. J’en suis dégoûté à la fin. Je ne sais plus quoi faire. Je trouve cela ignoble et je suis encore à en chercher la raison.

  • 63 Nous ne possédons pas la réponse de Zola, mentionnée par Vizetelly dans la lettre suivante.

226Dites-moi au moins pourquoi vous ne voulez pas écrire. On ne peut laisser les gens dans un pareil embarras. Vous me direz peut-être que je vous ai laissé sans nouvelles de Fécondité pendant tout le temps que j’étais à courir et à dépenser un argent fou pour trouver un moyen de le publier sans trop l’estropier. Mais il n’y a aucune comparaison à établir. Je veux encore croire que vous avez tout bonnement mis ma dernière lettre de côté, avec votre négligence habituelle ; mais j’espère recevoir un mot quelconque par retour du courrier63.

227À vous.

228Ernest A. Vizetelly

229L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

230163*

23116 Chestnut Road

232Raynes Park S.W.

233Le 3 mars 1900

234à Monsieur Zola, à Paris

  • 64 Voir la lettre 162.
  • 65 Cette lettre ne nous est pas parvenue.

235Je vous offre mes excuses pour la vivacité de ma dernière lettre, qui a été écrite sous le coup d’ennuis de toutes sortes. Je regrette si elle vous a blessé64. Quant à la vôtre, datée du 20 Février65, j’y aurais répondu plus tôt si je n’avais pas eu à m’occuper de tristes choses. Puis avant de vous écrire, je voulais tirer quelque peu les affaires au clair. Je prends acte de votre lettre mais elle ne me suffit guère car elle ne dit pas ce que vous me reprochez.

236Je sais, ainsi que vous le dites, que M. Spalding est allé vous voir il y a quelques mois, et j’ai su que vous aviez pris de nouveaux arrangements avec lui, ce [...]

  • 66 Une partie de la lettre ne nous est pas parvenue.

237[...]66 avoir dépassé mes instructions et je ne vois aucun grief possible contre moi.

  • 67 Le romancier avait écrit, dans sa lettre du 6 octobre 1899 : « De vive voix, je vous ai souvent rép (...)
  • 68 Voir les lettres 134 et 158. Effectivement, Zola avait écrit, dans une lettre datée du 28 mars 1899 (...)

238Quant à tous les ennuis qui sont survenus avec Fécondité vous ne pouvez m’en rendre responsable. Ce serait extrêmement injuste. Lorsque je vous ai écrit que Spalding allait vous voir à Paris et que je renonçais à traduire Fécondité vous m’avez répondu (en date du 6 Octobre 99) que vous m’aviez souvent dit d’abandonner la traduction si elle m’inquiétait67 ; et il est vrai que nous avions souvent causé de tout cela, mais j’ai encore un billet de vous me priant de ne pas prévenir Chatto de mes angoisses au sujet du livre avant de vous avoir vu68. C’est alors que nous avons eu un entretien décisif dans une chambre au Crystal Palace Hotel. Et dans cet entretien, bien loin de me pousser à lâcher le travail, vous avez fait tout le contraire, et j’ai donc persévéré dans ma tâche. Voilà la stricte vérité.

239Mais peut-être dans tout cela il y a autre chose. Quoi je n’en sais rien. Vous ne pouvez pas me reprocher des indiscrétions. Après votre départ j’ai même détruit presque toutes vos lettres d’Angleterre pour anéantir toutes les allusions qu’elles contenaient à votre situation ici. Et quoi qu’il arrive vous pouvez être sûr que moi je garderai toujours comme par le passé le silence le plus absolu sur toutes choses intimes. D’ailleurs, je ne crois pas qu’il y ait eu la moindre indiscrétion de la part des miens.

  • 69 Voir la lettre 160. On croit comprendre que Zola n’a pas formellement informé Vizetelly qu’il n’ava (...)

240Je reste donc dans la même situation d’incertitude au sujet de vos griefs. Il est certain que les Chatto n’ont jamais cru que vous ne vouliez plus correspondre avec moi puisqu’ils m’ont eux-mêmes dit de vous écrire il y a peu de temps au sujet de votre nouveau livre Travail, ce que j’ai fait du reste69.

241Pour moi dans tout cela il y a un très grand malentendu et c’est pourquoi je regrette que ma femme ne vous ait pas vu lorsqu’elle a passé à Paris, car alors il y aurait eu une explication sérieuse. Ce qui aurait mieux valu à tous les points de vue.

  • 70 Vizetelly n’abandonnera pas sa traduction, ainsi qu’il l’annonçait. L’ouvrage parut le 11 mai (→ le (...)

242Quant à ma dernière lettre je répète que je la regrette extrêmement mais elle a été écrite sous le coup de toutes sortes de peines. J’étais profondément ennuyé et en colère contre le monde tout entier. Dès le lendemain cependant je me suis dit que je n’aurais pas dû vous écrire ainsi. Et certes si je n’avais pas été jeté hors de moi je ne l’aurais pas fait. Tenez donc cette lettre pour nulle et non avenue. Vous savez fort bien que je n’ai pas l’habitude d’écrire ainsi. Pour le restant vous ferez comme vous le jugerez convenable. Pour ma part je crois avoir toujours agi dans cette malheureuse affaire de Fécondité pour le mieux et pour vous et pour moi ; et s’il est une chose à laquelle je ne m’attendais pas c’est d’avoir récolté votre désapprobation pour prix de mes efforts. Vous me dites que j’aurais dû comprendre votre silence, mais vraiment je n’y attachais pas grande importance dans les premiers temps, sachant que vous deviez avoir toutes sortes d’ennuis à Paris. Ce n’est que dernièrement que cela avait commencé à m’intriguer, puis peu à peu à me mettre en colère. Quant à l’avenir je n’attends plus de vos nouvelles. Je lâche Fécondité pour de bon. Je ne le finirai pas70. Les éditeurs feront ce qu’ils voudront. Mais je termine en vous adressant à vous et aux vôtres pour la dernière fois mes vœux.

243Ernest A. Vizetelly L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

244164*

245Londres

246Le 8 mai 1900

247Mon cher Maître,

248Vous trouverez ci-joint un memorandum sur l’état des négociations pour la vente de Fécondité en Amérique.

249Agréez, je vous prie, mes salutations.

250Ernest A. Vizetelly

251Memorandum Fécondité en Amérique

  • 71 C’est à la recommandation de Brett, de passage à Londres en mars 1900, que Vizetelly, avec l’autori (...)

252M. Reynolds a télégraphié ainsi qu’il suit71 :

253« Fécondité vendu. Vous écris ». Les détails ne peuvent arriver par lettre que dans une dizaine de jours. De communications précédentes, il résulte que M. Reynolds a eu beaucoup de peine dans ses négociations ayant offert le livre à plusieurs maisons qui n’en ont pas voulu. Il a été nécessaire de lui donner carte blanche pour faire le mieux qu’il pourrait.

  • 72 Le 15 août 1899, Vizetelly avait écrit à Macmillan & Co. à ce sujet : « The sales of Paris seem to (...)

254Il a été convenu avec lui que dès que tout serait terminé, il écrirait directement à M. Zola, aussi bien qu’à M. Vizetelly. Il paraît que les ventes de Paris et de Rome en Amérique ont eu de l’influence sur les premières maisons auxquelles M. Reynolds a offert Fécondité. On a été d’avis que ces ventes n’étaient pas encourageantes. Il est certain cependant qu’elles auraient été bien plus fortes si la maison Macmillan n’avait pas cru devoir vendre les volumes à un prix si élevé (2 dollars, soit 10 francs). Malheureusement, Rome surtout était fort long, et les Macmillan ne voyaient pas la possibilité de le vendre à un prix populaire. Les éditeurs Américains et M. Reynolds semblent être d’avis que si M. Zola voulait écrire des volumes de 400 pages environ, ses ouvrages, mis en vente à des prix populaires, pourraient trouver un très grand nombre de lecteurs. Mais avec chaque centaine de pages en plus les difficultés augmentent énormément ; on ne peut plus éditer qu’à un prix extravagant, et on perd des milliers d’acheteurs. M. Vizetelly a fait des demandes répétées auprès des Macmillan pour faire abaisser les prix de Rome et de Paris et on lui a toujours répondu par un « non possumus »72.

255Il est donc à peu près certain, étant donné les prix de la main-d’œuvre, du papier etc. en Amérique, que tant que M. Zola écrira des ouvrages aussi longs que Rome et Fécondité, les éditeurs Américains ne pourront pas les vendre à des prix populaires, et qu’ils devront se contenter d’un public fort restreint, au lieu de vendre par 30 et 40 mille exemplaires comme ils prétendent pouvoir faire si au moins on leur donnait des livres de dimensions ordinaires. Par conséquent ils ne peuvent offrir à l’auteur les conditions qu’un ouvrage à grande vente comporterait.

256L.a.s., colt. Dr Brigitte Émile-Zola.

257165*

25816 Chestnut Road

259Raynes Park

260Londres S.W.

261Le 14 mai 1900

262Mon cher Maître,

  • 73 Nous ne possédons aucun renseignement sur ce journaliste.
  • 74 Henryk Sienkiewicz (1846-1916), d’origine polonaise, auteur du célèbre roman Quo Vadis (1895).

263Cette lettre vous sera remise par Monsieur Louis Van Norman, journaliste américain, attaché à la rédaction de différentes publications importantes — littéraires et politiques — de New York et de Chicago. Monsieur Van Norman est venu d’Amérique pour faire le tour de l’Europe, et il désirerait vivement obtenir de vous la très grande faveur d’un entretien73. Il a été reçu ici par différentes personnalités du monde littéraire, et il doit voir Sienkiewicz à Cracovie74 et Tolstoï en Russie avant de rentrer en Amérique.

264Il voudrait vous causer, non pas de politique, mais de vos travaux littéraires, et notammement de votre roman Fécondité (dont ma traduction va paraître en Amérique) et des ouvrages que vous avez l’intention d’écrire pour compléter la série des « quatre évangiles ».

265J’ai pensé que vous voudriez peut-être consentir à la demande de Monsieur Van Norman, ce qui vous permettrait de faire parvenir au grand public américain quelques mots au sujet de Fécondité et des livres qui doivent suivre cet ouvrage. Cela ne serait peut-être pas sans utilité, puisque Fécondité a été assez discuté par les critiques d’Amérique.

  • 75 Rien, dans la correspondance, n’indique que la visite projetée eut lieu.

266Monsieur Van Norman n’abuserait pas de vos instants, et se rendrait à Medan n’importe quel jour que vous voudrez bien lui indiquer s’il vous est possible de le recevoir75. Il doit rester à Paris une quinzaine de jours.

267Agréez je vous prie, mon cher Maître, mes bien cordiales salutations.

268Ernest A. Vizetelly

269L.a.s, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

270166

27116 Chestnut Road

272Raynes Park

273Londres

274Le 15 mai 1900

  • 76 Voir la lettre 164, n. 1 et la lettre 168, n. 1.

275Il annonce que c’est Doubleday, Page et Compagnie (NY) qui publiera Fécondité en Amérique. Il vient d’apprendre la nouvelle du représentant de la maison à Londres, mais ne pourra rien confirmer avant la fin de la semaine76. Il n’y a que deux courriers par semaine entre New York et l’Angleterre, le samedi et le mercredi.

276Monsieur Doubleday sera en Angleterre au début de juin, et il compte aussi aller à Paris, pour l’exposition. Il en profitera sans doute pour voir Zola et discuter de propositions d’affaires.

  • 77 La famille Harper abandonna la direction de la maison d’édition à l’automne 1899.

277Selon les renseignements obtenus par Vizetelly, la maison Doubleday est bonne. Elle a d’ailleurs tâché de sauver Harper de la faillite, mais n’y a pas réussi77.

  • 78 Rien, dans la correspondance, n’indique que ce rendez-vous eut lieu.

278Il ne croit pas qu’il verra Monsieur Doubleday, car il part à la mer. Mais il souhaite que Zola puisse le rencontrer, soit à Paris, soit à Médan78.

  • 79 Voir la lettre 163, n. 6.
  • 80 Voir la lettre 58, n. 5. De nombreux comités de soutien aux Boers furent créés un peu partout à tra (...)

279Chatto lui aurait envoyé de l’argent et demandé des renseignements sur son prochain roman et il semble que Zola n’ait pas encore répondu à cette lettre79. La guerre fait beaucoup de tort au commerce de la librairie et Chatto, comme les autres éditeurs, en subit les conséquences. L’opinion publique souhaite l’annexion des territoires boërs. Vizetelly estime que cette guerre durera encore cinq ou six mois80.

280Collection particulière.

281167*

28216 Chestnut Road

283Raynes Park

284Londres S.W.

285Le 5 juin 1900

286Mon cher Maître,

  • 81 Ce n’est que le 19 juin que Frank Doubleday eut un entretien avec Zola. Le 20 juin, le romancier éc (...)

287Cette lettre vous sera présentée par Monsieur Doubleday qui a édité la traduction anglaise de Fécondité en Amérique. Si vous vous trouvez à Paris lors du séjour de M. Doubleday dans cette ville, il sera content de causer avec vous au sujet de ce qu’il a fait par rapport à Fécondité et aussi au sujet de vos livres à venir81.

288Croyez mon cher maître à mes sentiments dévoués.

289Ernest A. Vizetelly

290L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

291168*

29216 Chestnut Road

293Raynes Park Londres

294Le 6 juin 1900

295Mon cher Maître,

  • 82 Voir la lettre 164, n. 1. Dans sa réponse du 20 juin, Zola fait le point sur les conditions de vent (...)

296J’ai reçu de M. Reynolds une courte lettre par laquelle il m’a fait savoir qu’il n’a pu vendre Fécondité à un prix ferme à la maison Doubleday de New York82, mais qu’il l’a vendu aux conditions suivantes :

29710 % sur le prix du volume à vous

2985 % idem à moi

  • 83 Voir la lettre 158, n. 3.

299À notre charge les frais faits par les Macmillan pour sauvegarder les droits, etc. Brett m’avait dit que cela ne dépasserait pas 250 frs83.

300Il paraît que les américains n’ont pas eu assez de temps devant eux pour publier le 13 Mai. Même à la date où Reynolds m’a écrit je crois que le livre n’avait pas encore paru là-bas. Mais il me dit : « Je vais toucher à valoir sur les droits la somme de cent quarante livres et j’enverrai votre part à Chatto cette semaine ».

301Voici à mon avis la situation : Remise à Reynolds, 10 % sur la somme en livres touchée — ci. 14

302Aux Macmillan mettons — 10

303à déduire des £ 140 — 24

304Il resterait : £ 116

305Sur ces 116 livres vous recevrez je pense un peu plus de 1900 francs. La somme totale serait de 2 900 francs environ donc vous avez à prendre les deux tiers soit 1 932 frs, mais je ne sais si le cours du change est en faveur de l’argent français ou de l’argent américain.

  • 84 La suite de cette lettre ne nous est pas parvenue.

306Je vous répète que Reynolds a reçu mes [...]84

307L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

308169*

3096 Chestnut Road

310Raynes Park S.W.

311Le 13 juin 1900

312Mon cher Maître,

  • 85 Voir la lettre 167.
  • 86 Il s’agit sans doute de la lettre de Vizetelly, en date du 6 juin (voir la lettre 168).

313Monsieur Doubleday l’éditeur américain de Fécondité doit être actuellement à Paris. Il est porteur d’un petit mot de moi qui doit le [sic] servir de lettre d’introduction auprès de vous85. Mais comme vous avez laissé la lettre explicative que je vous avais envoyée à Medan sans réponse86, je n’ai pu lui donner des indications précises pour vous trouver. D’après ce qu’il m’avait dit il ne doit rester que 5 ou 6 jours en France et peut-être va-t-il trouver porte close Rue de Bruxelles. Si vous ne pouvez pas le recevoir il valait infiniment mieux m’en prévenir par un simple mot sur une carte. Mais peut-être n’étiez-vous pas à Médan lorsque je vous ai écrit : c’est pourquoi j’adresse cette lettre à Paris.

  • 87 Voir la lettre 168, n. 1.

314Vous devez savoir que la maison Doubleday a payé Reynolds87. Ce dernier m’a averti qu’il vous avait envoyé votre argent. Il ajoute : « La maison Doubleday m’a présenté une convention qui n’était pas tout à fait de mon goût. J’en ai fait préparer une autre que je vais soumettre à ces messieurs, et dès que nous serons d’accord je vous en enverrai copie, à vous et à M. Zola ».

315Je crois devoir vous avertir de cela. Reynolds ne me dit pas quelles étaient les stipulations de la maison Doubleday qu’il n’a pas approuvées.

316Quant à Doubleday personnellement et ses démarches auprès de vous, je ne peux plus rien. Mais puisque selon lui s’il a prolongé son voyage d’Amérique jusqu’à Paris c’était largement dans le but de vous causer au sujet de Fécondité et de vos autres livres, il sera assurément ennuyé s’il ne vous trouve pas.

  • 88 Il s’agit du Fisher Act, « purporting to affect the importation into Canada of books published unde (...)

317Sa maison paraît-il, voulait vendre Fécondité au Canada : elle ne le peut pas ; vous êtes lié avec Chatto pour toute l’étendue de l’empire britannique. Je crois aussi, d’après ce que Spalding m’a dit, que vous êtes lié de même pour votre prochain livre Travail. Cependant, pour plus tard, je vous conseille de vous réserver le Canada et de céder vos droits pour ce pays soit à un éditeur américain soit à un éditeur canadien. Car il se prépare quelque chose d’assez important. Le Canada en toute probabilité va se pourvoir de droits littéraires particuliers à la colonie même et ne reconnaîtra plus les droits anglais. Il y a un projet de loi dans ce sens actuellement soumis à la législature canadienne88. Cependant, dans tous les cas l’éditeur américain serait mieux placé que Chatto pour s’occuper du Canada. Chatto avoue qu’il y fait très peu d’affaires, mais puisque ses traités comprennent le Canada jusqu’à présent, il maintient nécessairement ses droits. Enfin j’estime que si vous faites un traité avec le Canada pour les droits de traduction des livres à venir vous pourriez y récolter de 1 000 à 2 000 fis par volume. Il se peut que Doubleday vous cause du Canada si vous le voyez ; c’est pourquoi je vous avertis. Je voulais vous écrire ceci l’autre jour mais je n’en avais pas le temps.

318Agréez mes salutations.

319Ernest A. Vizetelly

320J’ignore à quel hôtel l’éditeur américain peut être descendu à Paris.

321(Fécondité et coetera)

  • 89 Voir la lettre 164.

322Memorandum sur les questions soulevées entre la Maison Doubleday et Page New York, d’une part, et M. Vizetelly et M. Reynolds d’autre part89.

323Questions soulevées par la Maison Doubleday, soit avec M. Reynolds soit avec M. Vizetelly (Pour servir de guide à M. Zola dans le cas où il verrait M. Doubleday à Paris)

  1. Vente au Canada — dont il est question dans ma lettre.

    • 90 Voir la lettre 164.

    Raisons qui nécessitent la vente de Fécondité en Amérique à un prix élevé90.

    • 91 En fait, Doubleday ne publiera plus rien de Zola.

    Désir d’acquérir les ouvrages à venir de M. Zola et de traiter avec lui91.

    • 92 Il s’agit de Travail, publié dans la traduction de Vizetelly, sous le titre Work, par Chatto & Wind (...)

    Demande de renseignements au sujet de la date de publication du prochain livre de M. Zola92.

  2. Propositions et demande de facilités pour en sauvegarder les droits en Amérique.

    • 93 Travail fut publié dans le Harper s Weekly, du 26 janvier au 30 mars 1901.

    Offre d’essayer de faire publier ce prochain livre dans un journal américain en même temps qu’à Paris93. Ceci tout à fait à part des conventions pour l’ouvrage en volume.

    • 94 Voir la lettre 170, n. 1.

    M. Vizetelly a déclaré à M. Doubleday qu’il lui fallait traiter directement avec M. Zola. Que pour sa part, dans ce cas où il traduirait le prochain roman de M. Zola en Anglais il serait prêt à céder cette traduction à M. Doubleday à raison de 5 pour cent sur la vente. Mais il ne pouvait répondre aux questions précitées et il fallait que M. Doubleday s’adressât directement à M. Zola. Même la question de savoir si la traduction du prochain roman de M. Zola serait faite par M. Vizetelly n’était aucunement décidée. Si M. Vizetelly était sûr de vendre cette traduction et en Angleterre et en Amérique, il l’entreprendrait ; mais la somme payée par Chatto seul ne lui suffirait pas, attendu qu’elle était en moyenne de 1500 francs, et que le travail prenait à l’ordinaire de 3 à 4 mois. M. Vizetelly ne pouvait donc pas traduire un livre de M. Zola pour M. Chatto seul. Il lui fallait l’appoint de l’Amérique pour rentrer dans ses frais de temps, etc. Ceci, du reste, a été dit à M. Chatto précédemment94.

324M. Doubleday a exprimé par la suite le désir de voir M. Zola, et d’arriver à une entente avec lui pour la publication de ses prochains livres, puisqu’il était impossible à M. Vizetelly de le renseigner exactement.

325M. Vizetelly a écrit à M. Zola à Médan pour lui faire part du désir qu’avait M. Doubleday de le voir. Aucune reponse n’ayant été reçue, M. Doubleday est parti à Paris quand même, espérant que pendant ses quelques jours de séjour il pourrait se rencontrer avec M. Zola.

326L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

327170*

32816 Chestnut Rd.

329Raynes Pk. S.W.

330Londres

331Le 31 octobre 1900

332Mon cher Maître,

  • 95 Voici le texte de cette lettre : « 16 Chestnut Rd, Raynes Pk, S.W., Londres. Le 31 octobre 1900. (t (...)
  • 96 Travail parut dans L’Aurore du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901, puis en volume chez Fasquelle le 1 (...)

333Je vous envoie ci-contre une traduction d’une lettre que j’ai adressée à Mess. Chatto et Windus en réponse à ce qu’ils m’ont écrit au sujet de votre nouveau livre. Puisque vous leur avez dit de m’offrir la traduction, il est bon que vous sachiez ce que j’ai cru devoir répondre95. J’espère que vous aurez du succès avec Travail et je suis très content d’apprendre que c’est dans L’Aurore que cet ouvrage paraîtra en feuilleton96.

334Je vois votre nom de temps à autre dans les journaux, on vous cite à Versailles, ou vous citez l’un ou l’autre à Paris ; mais quand donc tout cela va-t-il finir ? Votre situation doit rester très ennuyeuse, et j’en suis tout à fait chagriné pour vous.

  • 97 Il s’agit de Path of Thorns, publié par Chatto & Windus en 1900 (446 pages).

335J’ai été passer huit jours à Paris, avec ma femme, vers la fin de l’été, mais nous y sommes allés en très simple équipage et je n’ai voulu importuner personne. Franchement j’ai trouvé l’exposition beaucoup trop vaste et c’est là un très grand défaut. Si la mode des expositions doit persister, il faudra au moins revenir aux expositions restreintes. Enfin j’ai eu hâte de gagner avec ma femme les montagnes de la Savoie qui me plaisent infiniment mieux que tous les trottoirs roulants du monde. Je me suis retrempé sur les hauteurs du Mont Cénis et j’y ai échafaudé un court roman dont j’écris en ce moment les dernières pages97.

336Nous vous adressons et à vous et à Madame Zola nos meilleurs souhaits. Je comptais retourner à Paris en Septembre au même moment que le lord maire (pour rendre compte de son équipée) et alors je serais allé vous voir. Mais tout cela est tombé dans l’eau ; et maintenant je n’irai certainement pas à Paris avant Avril ou Mai prochain. D’ici là votre nouveau roman aura paru et vous aurez sans doute une heure de libre quand j’irai frapper chez vous soit à Paris soit à Médan.

337Ma femme a subi de très sérieuses opérations pour sa jambe ; mais depuis lors elle souffre beaucoup moins et la vie lui est redevenue possible. Quant à moi je n’ai qu’à me plaindre de ma vue, je suis forcé de ménager mes yeux autant que possible.

338Donc bonne chance avec Travail, et croyez toujours aux meilleurs sentiments de votre dévoué.

339Ernest A. Vizetelly

340L.a.s., colt Dr Brigitte Émile-Zola.

341171*

34216 Chestnut Road

343Raynes Parle

344Londres S.W.

345Le 5 novembre 1900

346Mon cher Maître,

  • 98 Voir la lettre précédente, n. 1. On se rappellera que George Brett, de la compagnie Macmillan, avai (...)
  • 99 Voir la lettre 170, n. 1.

347Merci pour votre lettre. J’ai bien pensé que tout était fini avec les Macmillan, et là-dessus je vous approuve. Mais j’avais espéré que vous auriez continué peut-être avec Doubleday qui tenait tant à avoir la suite de la série commençant par Fécondité qu’il a publié quand personne d’autre n’en a voulu98. Enfin, n’en parlons plus ; mais je vous prie instamment de ne jamais plus me recommander pour un travail par lequel je ne récolterais que la moitié de ce que je récoltais autrefois et par lequel je ne gagnerais pour mes enfants que du pain sec. Une telle recommandation ne pourrait être que dérisoire maintenant que vous connaissez les prix de Chatto et ceux que moi je demande. Je croyais du reste vous avoir écrit il y a longtemps que les prix de Chatto seul ne me permettraient pas de traduire, mais il se peut que je me trompe à ce sujet99. Enfin vous connaissez tout maintenant, et vous vous réglerez là-dessus.

  • 100 Les Quatre Évangiles se vendaient difficilement en feuilleton. D’autre part, les éditeurs américain (...)

348Je ne puis traduire à moitié prix, et puisque Chatto affirme qu’il lui est impossible de mieux payer la traduction, par suite de tous les autres frais du volume, vous ne trouverez pas étonnant que j’aie définitivement renoncé à faire le travail. Je dois, n’est-ce pas ?, songer à mes propres intérêts ; c’est tout naturel. Si l’on m’interroge plus tard pour savoir pourquoi la traduction de Travail n’est pas de moi, je ne pourrai que dire la vérité, c’est-à-dire démontrer qu’après avoir traduit La Débâcle, Le Dr. Pascal, Paris, Lourdes, Rome et Fécondité, on a cru que je continuerais à traduire tout en ne touchant que la moitié de mon ancien gain — dont l’autre moitié est venue parfois d’un journal, parfois de l’Amérique : deux sources qui n’existent plus actuellement100.

349Dans l’espèce donc, il n’y a aucun mauvais vouloir de ma part, il y a impossibilité matérielle. Si je faisais ce travail au prix qu’offre Chatto je me trouverais à la suite avec mille francs de perte, que je devrais à mes fournisseurs car je n’arriverais pas à joindre les deux bouts pendant la durée du travail. Je ne suis pas au point d’accepter une misérable pitance d’aucun éditeur ; et plutôt que d’abaisser mes prix d’un seul centime, j’aimerais mieux renoncer à écrire et me faire manœuvre sur la grand’route. D’autre part je n’en veux pas à Chatto, car il est certain qu’en vous donnant le prix que vous lui demandez, et qu’en vendant au prix que la nécessité exige des ouvrages aussi longs que les vôtres qui coûtent tant d’argent à établir, il est obligé de réduire ses autres frais au minimum. Et par la force des choses le traducteur doit souffrir.

  • 101 Voir la lettre 170, n. 3.

350D’autre part, j’ai traité avec Chatto pour le roman que j’écris en ce moment, et je n’ai aucunement à me plaindre des conditions que j’ai obtenues de lui101. Mais ça, c’est autre chose car naturellement il n’y a pas de traducteur à payer ! Quant à Travail et à vos romans à venir, il les donnera à quelque jeune homme qui fera ce travail de mercenaire qui m’est impossible, et ainsi tout sera dit. Encore une fois n’en parlons plus ; mais quand je retournerai à Paris, j’irai vous voir tout simplement par amitié.

351Cordialement à vous.

352Ernest A. Vizetelly

353Pour vous naturellement l’Amérique existe toujours ; mais notez que dans les bureaux de journaux ici tous les directeurs sont d’accord pour dire que vos livres, malgré leur très grande valeur, font des feuilletons exécrables. Jamais un directeur de journal anglais n’a été satisfait de l’effet produit par un de vos livres en feuilleton, pas même Kibblewhite, qui publia La Débâcle et Le Docteur Pascal. Ils disent tous : « De très grands et de très beaux livres, mais en feuilleton, non, non et non. » Je suis un peu de cet avis, et je crois que vous le partagez vous-même. Enfin, ici, c’est l’opinion de tout le monde, même de vos plus grands admirateurs.

354L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

355172*

356[Londres]

357Le 9 novembre 1900

  • 102 Nous n’avons pas retrouvé cette lettre. Mais le 8 novembre, Zola recevait une lettre de Chatto & Wi (...)

358Les Américains qui ont, les premiers, demandé à s’arranger, viennent de faire savoir par dépêche à leur représentant ici, qui était en communication avec Ch. & W., qu’ils ont définitivement pris d’autres dispositions. Je ne ferai donc que pour Ch. & W. aux conditions nouvelles indiquées dans ma lettre d’hier102.

359D’après Ch., il se pourrait que les Américains n’aient pas été tout à fait contents des arrangements qu’ils avaient déjà pris pour le travail ; puis après avoir télégraphié à leur représentant ici d’aller trouver Ch. & W. ils se seraient ravisés. Ou peut-être ont-ils trouvé nos conditions trop onéreuses ou trop strictes. Enfin ça m’est égal, vu leur réputation. Pour vous je confirme les conseils de ma lettre. Veillez sur vos intérêts. Il n’y a pas péril en la demeure mais il faut être prudent.

360E. A. V.

361L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

362173*

36316 Chestnut Road

364Raynes Park

365Londres S.W.

366Le 24 décembre 1900

367Mon cher Maître,

  • 103 Le 9 novembre, Zola avait écrit à Vizetelly pour lui annoncer qu’il venait d’envoyer à Chatto le Li (...)

368M. Chatto vient de m’envoyer quelques chapitres du 2e livre de Travail103. Je n’ai pas encore eu le temps de parcourir ces épreuves mais j’espère qu’elles seront corrigées ; car les épreuves de la 1ère partie ne l’étaient pas, et pour certaines phrases qui y sont assurément mal imprimées j’ai eu pas mal de difficultés. Je vous prie donc à l’avenir d’envoyer toujours des épreuves corrigées même s’il devait en résulter un retard de quelques jours.

  • 104 Le 18 février, Zola répondit : « Les légères fautes que vous me signalez sont des fautes qui m’écha (...)

369J’ai trouvé aussi dans le 1er paquet d’épreuves des noms propres imprimés de diverses façons, par exemple Formerie, et Formeries. C’est là peu de chose, et je verrai par la suite quelle est l’orthographe exacte. Mais si, comme vous avez fait dans le temps pour Paris, vous vous décidez à changer des noms de personnages, je vous prie instamment de bien vouloir m’en avertir car presque tous les journaux anglais m’avaient attaqué pour avoir, moi, changé les noms des personnages de Paris, tandis que je n’avais fait que donner les premiers noms choisis par vous104. — Nous avons dû faire quelques centaines de corrections pour la 2e édition du volume afin de donner les mêmes noms que dans le texte français...

  • 105 Vizetelly fait allusion à la « Lettre à M. Émile Loubet », parue dans L’Aurore le 22 décembre 1900. (...)

370J’ai vu par les journaux que « l’affaire » est encore ressuscitée, ce qui semble étonner le monde ici105. Il est à peu près certain qu’on ne se passionnera plus en Angleterre au sujet de tout cela, puisque le pays s’occupe d’autre chose. Puis, pour les journaux anglais, taper sur des généraux français tels que M. Mercier, ce serait un non-sens actuellement, puisqu’à l’exception du Morning Reader et du Star, la presse de Londres toute entière est devenue militariste et consacre une bonne partie de ses colonnes à excuser et à blanchir les fautes et les inepties des généraux anglais.

  • 106 « L’armée anglaise des années 1898-1899 n’était pas à la hauteur des ambitions impériales définies (...)

371Nous en avons 3 ou 4 qui sous les ordres de Wellington, auraient passé en conseil de guerre, mais le vieux Roberts s’est contenté de les renvoyer, et ici dès leur retour on leur a donné de grasses prébendes106. Personnellement j’ai toujours cru que cette guerre pouvait être évitée par des moyens diplomatiques et j’ai signé des pétitions à cet effet. Mais les événements s’étant précipités, on ne pouvait faire autrement que de se battre ; et je suis certain que si l’Angleterre avait reculé au dernier moment, nous étions finis comme grande puissance.

  • 107 Aucune concession ne fut faite aux Boers : les deux républiques, le Transvaal et l’État libre d’Ora (...)

372Cependant tout en acceptant cette triste nécessité de la guerre, j’ai cherché dans tous mes articles ici (avec bien peu de succès, je l’avoue) à restreindre les passions populaires. Pour moi, cette guerre est comme l’expédition du Mexique, elle finira mal ; et ainsi que j’ai dit la semaine dernière dans la Westminster Gazette, je ne vois nullement comment nous pourrons la terminer honorablement sans faire quelques concessions aux Boers107. À mon avis, ils avaient besoin d’une forte correction, mais nous aurions dû leur laisser non pas l’indépendance complète, mais une certaine autonomie. Malheureusement, le gouvernement anglais se montre intransigeant, et cette guerre qui aurait pu être terminée il y a plusieurs mois à des conditions honorables et avantageuses pour l’Angleterre s’éternise tellement que je deviens de plus en plus pessimiste.

  • 108 Zola réunit tous les textes relatifs à l’affaire Dreyfus en brochure, qui parut en février 1901, so (...)

373Dès que j’avais lu samedi matin dans le Telegraph que vous deviez publier une lettre dans L’Aurore, j’ai écrit à la librairie française à Londres pour me faire envoyer un exemplaire, mais il paraît qu’on a reçu ma lettre trop tard. Impossible de se procurer ce numéro de L’Aurore ici. On a tout vendu immédiatement. Et malheureusement, les journaux anglais n’ont donné qu’un résumé de 20 à 30 lignes. J’espère trouver des extraits dans le Siècle (que je reçois toujours, puisque de temps à autre je fournis des renseignements à Guyot). Mais si vous republiez cette lettre en brochure, vous seriez bien aimable de m’en envoyer un exemplaire108. J’ai, je crois, toutes vos autres lettres « à la jeunesse » et ainsi de suite — et j’aimerais bien pouvoir compléter la série. Puis cette dernière m’indiquerait la note à suivre si je dois parler dans le journal de la reprise de l’affaire. Je ne reçois plus L’Aurore depuis assez longtemps.

374Le jour de l’An est maintenant bien proche et je termine donc en vous offrant à vous et aux vôtres tous mes vœux d’avenir. Ma femme et mes enfants se joignent à moi, et je vous prie de me croire comme par le passé, votre bien dévoué.

375Ernest A. Vizetelly

376L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

377174*

37816 Chestnut Road

379Raynes Park S. W.

380Le 7 mai 1901

381Mon cher Maître,

  • 109 La version française de Travail avait été mise en vente le 18 avril 1901 et La Vérité en marche en (...)

382J’ai été si malade tous ces derniers temps qu’il m’a été impossible de vous écrire. Même la traduction anglaise de Travail a subi un petit retard par suite du mauvais état de ma santé, qui m’a forcé à prendre un aide pour terminer le volume. Aujourd’hui ça va un peu mieux, mais pas aussi bien que je le voudrais. Je vous remercie de m’avoir envoyé l’exemplaire de Travail et aussi celui de La Vérité en Marche que j’ai bien reçu il y a quelque temps109.

383L’état de la librairie ici est de plus en plus mauvais, en partie sans doute à cause du nombre excessif des livres que les éditeurs ne cessent de jeter sur le marché. C’est une production qui ne s’arrête plus, un nouveau roman chaque jour de la semaine, et au milieu de cet encombrement bien peu de volumes arrivent à une vente réelle.

  • 110 Becker (1993, p. 424) et King (1978, p. 427) donnent, pour Travail (en version française), des chif (...)
  • 111 The Saturday Review consacra quelques lignes à l’ouvrage, dans son numéro du 4 mai 1901 : « Work. B (...)

384Hier, j’ai eu de bien mauvaises nouvelles au sujet de l’édition anglaise de Travail. J’avais pris un cab pour me rendre chez plusieurs de nos principaux libraires au sujet d’une publication dans laquelle je suis intéressé. Je suis allé ainsi dans 18 maisons ; et au bout de quelque temps voilà qu’on me parle de Travail en me disant que ça ne marchait pas du tout, pas même aussi bien que Fécondité, dont la vente n’a pas été grande110. À la suite de ce renseignement, j’ai interrogé les autres libraires chez qui je me rendais, et je regrette d’avoir à le dire, j’ai appris partout la même chose. Il paraît certain qu’on a perdu le gros public. L’impression générale chez les libraires, c’est qu’on trouve vos derniers ouvrages beaucoup trop longs et beaucoup trop sérieux. Ici on tend à raccourcir le roman de plus en plus ; tous les volumes de cette année qui ont eu du succès sont des volumes courts — 300 et 350 pages. On n’a plus le temps de lire des livres de 5 et 600 pages, et les critiques aident à propager la théorie du roman court, en dénonçant immédiatement tous ceux qui paraissent être un peu longs. Voilà quelques années que ce mouvement se dessine, et maintenant il est arrivé à son plein. Plus tard peut-être verrons-nous un revirement, mais il est certain que pour le moment on ne peut avoir du succès ici qu’à la condition de faire court. Et c’est là assurément une des raisons pour lesquelles le gros public anglais s’éloigne de vos livres. Puis, franchement, on les trouve beaucoup trop sérieux pour des romans111. Il n’y a plus que des intéressés, des sociologues et ainsi de suite, qui achètent des ouvrages tels que Fécondité et Travail, et quant à la classe ouvrière, qui pourrait en faire son profit, elle ne peut les acheter à cause du prix, qu’on ne peut pourtant pas baisser, car il serait impossible de publier des ouvrages tels que Fécondité et Travail au prix de sixpence, par exemple, ce qui les mettraient à la portée des petites bourses. Reste la bourgeoisie, et celle-ci, au lieu d’acheter Travail, aimerait mieux le voir brûler par l’exécuteur des hautes œuvres.

385Donc, au point de vue pratique, la situation n’a jamais été plus mauvaise. Je ne sais comment Fasquelle s’arrange avec les libraires qui vendent ici l’édition française de Travail, mais on m’a affirmé que cette édition (toutes proportions gardées) ne se vendait pas mieux que ma traduction. Des gens chez qui j’ai vu des dix et douze exemplaires de Travail en français m’ont dit qu’ils en avaient vendu un ou deux ; tandis qu’il y a quelques années et pour des livres autres que Travail, ils auraient écoulé leur petit stock en très peu de temps.

  • 112 Zola n’apprécia sans doute guère d’être associé à Tolstoï. Ainsi que le soulignait Dorothy Speirs : (...)

386Un libraire, très connu ici, m’a fait cette remarque : « M. Zola devient prophète comme Tolstoi. C’est son affaire, mais il arrivera pour ses livres ce qui est arrivé pour ceux de Tolstoi. Malgré tout le bruit fait autour de Résurrection, cela s’est très peu vendu en Angleterre112. » Bref, on demande au romancier de rester romancier, la vente est à ce prix.

387Naturellement vous ne vous écarterez pas de votre route, mais il est bon, je pense, que je vous donne ces renseignements. D’autant plus que Chatto va subir le contrecoup de tout cela et va pousser des gémissements dès que je le verrai. Naturellement, moi, je ne lui dirai rien de ce que j’ai appris dans ma tournée d’hier. Il le saura toujours assez tôt.

  • 113 Alfred Dreyfus avait fait paraître chez Fasquelle Cinq années de ma vie, ouvrage où il racontait sa (...)

388Si vous voyez M. Fasquelle, vous pouvez lui dire que le volume de Dreyfus paraît se vendre assez bien et en français et en anglais. Mais les éditeurs anglais ont fait une bêtise en le mettant au prix de 6 shillings. À trois shillings sixpence, ils auraient eu une vente bien meilleure. D’autre part, Dreyfus n’a pas eu une bien bonne presse, les journalistes n’ont cessé de répéter, comme s’ils suivaient un mot d’ordre, que c’est là tout bonnement un livre de sentiment dont les pages principales étaient déjà à peu près connues113.

  • 114 L’opéra fut créé à Paris le 29 avril 1901, sur une musique d’Alfred Bruneau. Le 30 avril, Gustave C (...)
  • 115 La première de La Dame aux camélias, avec Sarah Bernhardt dans le rôle-titre, eut lieu le 11 juin 1 (...)

389Votre presse à vous, pour Travail, a été, jusqu’à présent, assez bonne. Les notices aussi sur L’Ouragan, et pour la fable et pour la musique, ont été excellentes ici114. Si jamais L’Ouragan devait se jouer ici, en anglais, pensez à moi s’il y a possibilité. J’aimerais bien m’essayer à une traduction de cela. Cependant je pense que si cet opéra se joue ici plus tard, ce ne sera qu’en français. D’autre part, on prépare souvent des livrets en anglais pour permettre aux spectateurs de suivre la pièce. J’ai vu ça pour Sarah Bernhardt. La 1ère fois que je l’ai vu [sic] jouer la Dame aux Camélias ici, la moitié de la salle avait en mains une brochure de la pièce de Dumas en langue anglaise115. Enfin, je ne vous dis tout cela que pour mémoire car sans doute beaucoup de temps va s’écouler avant une représentation de L’Ouragan à Londres. Puis les directeurs d’ici vont avoir leurs traducteurs à eux.

  • 116 À cela Zola répondit, toujours dans sa lettre du 8 mai : « Vos nouvelles sont bien pessimistes sur (...)

390Je pense que vous serez actuellement à Médan, mais comme cette lettre n’est pas pressante, je l’envoie à Paris. Elle vous arrivera toujours. Avant d’aborder la suite des Quatre Evangiles, ne pourriez-vous pas écrire quelque chose de court et de gai, ou de dramatique, pour tâcher de resaisir ce public anglais qui nous échappe. Il faut assurément faire quelque chose ici si l’on veut enrayer le mouvement qui se dessine116.

391Présentez, je vous prie, mes hommages à Madame Zola, et croyez, mon cher Maître, à mes sentiments dévoués.

  • 117 Il s’agit des ouvrages suivants : Paul Alexis, Émile Zola, notes d’un ami, paru chez Charpentier en (...)

392Ernest A. Vizetelly Postscriptum Je rouvre ma lettre car je viens de recevoir d’un journal hebdomadaire assez répandu un mot me demandant si je pourrais lui donner un article sur votre jeunesse, pour prendre place dans une série sur la jeunesse des sommités contemporaines. J’ai bien des petites choses ici, et aussi le livre de Sherard, dans lequel je pourrais glaner, mais je n’ai pas le volume d’Alexis117. Voudrez-vous me le faire envoyer par Fasquelle, s’il est toujours en vente. Il me serait bien utile, car n’est-ce pas, il doit contenir des renseignements exacts. Étant donné la situation, je crois utile maintenant de profiter de toutes les occasions possibles pour faire de la publicité autour de votre nom. Il faut que je ramène l’attention du public sur vous. Faites-moi donc envoyer le volume d’Alexis aussitôt que possible. J’ai peur de ne pas le trouver ici en librairie, et ce serait un dérangement que d’avoir à courir au Musée britannique pour le consulter.

393Recevez d’avance tous mes remerciements.

394E.A.V.

  • 118 Revue de critique littéraire (1897-1901) publiée par The Times, sous la direction du journaliste et (...)
  • 119 Cette lettre n'a pas été retrouvée.

395Une revue très répandue, Literature, appartenant aux propriétaires du Times, veut publier des portraits spéciaux d’écrivains célèbres118. Ce sera peut-être de Blowitz qui va s’adresser à vous à ce sujet. Dans tous les cas, si vous n’avez pas encore eu de lettre à ce sujet, vous en recevrez une d’ici quelque temps119. On veut photographier chaque écrivain dans son intérieur, paraît-il, et publier en même temps une notice sur son œuvre, faite par l’un ou l’autre de nos meilleurs critiques. Je vous avertis de cela d’avance. Ce sera assez important.

396L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

397175*

39816 Chestnut Road

399Raynes Park S. W.

400Le 30 août 1901

401Mon cher Maître,

402Au retour de mes vacances, je suis allé voir Chatto, et dans le cours de notre entretien, il m’a demandé si j’avais des nouvelles de votre prochain volume. Il voudrait savoir si Vérité doit paraître à une date assez rapprochée — par exemple dans les premiers mois de l’année prochaine ; car dans ce cas, nous aurions à nous en occuper ici avant la fin de cette année-ci. Par exemple, c’est au mois de Novembre dernier que j’ai commencé la traduction de Travail ; et si je devais me mettre à celle de Vérité vers la même saison, il serait bon que je le sache quelque temps d’avance afin de prendre des arrangements pour d’autres travaux, dans lesquels je ne voudrais pas trop me lancer si, d’ici à Novembre ou Décembre, je devais donner toute mon attention à l’édition anglaise de Vérité.

  • 120 Zola ne répondit à cette lettre que le 12 septembre : « Mon cher confrère, rien ne presse, et vous (...)

403Lorsque vous aurez un moment, veuillez donc, je vous prie, m’envoyer un petit mot pour me dire si j’aurais [sic] à commencer la traduction de Vérité à la fin de l’automne. J’ai lu par-ci par-là que vous étiez en train d’écrire ce nouveau volume, mais je ne sais si votre travail est assez avancé pour nous permettre d’indiquer une date120.

  • 121 Il s’agit de Labor, a novel by Emile Zola, New York and London, Harper Brothers, 1901. Le Times du (...)

404J’ai lu la traduction américaine de Travail, laquelle, pour les choses ordinaires, n’était pas mauvaise ; mais il est certain que le traducteur n’avait aucune connaissance des choses techniques, car tout ce qui a rapport à l’industrie du fer et de l’acier est fort mal traduit, plein de fautes grossières et ridicules121. Du reste, les journaux américains n’ont pas manqué de signaler ce défaut, qui étonne d’autant plus que les Américains sont arrivés à être les premiers du monde en tout ce qui concerne les industries métallurgiques. Mais la faute en est aux Harper, qui ont confié la traduction à une personne ne connaissant que le français de tous les jours — et sans instruction pour les choses techniques. Pour ma part, j’ai pu éviter ces fautes, ayant acheté d’avance deux ou trois petits volumes anglais, tels que les métallurgistes lisent eux-mêmes. Et la lecture de ces livres avait grandement facilité mon travail.

405Je pense que vous serez actuellement à Médan, et j’y envoie cette lettre. Veuillez présenter nos compliments à Madame Zola, et agréez, je vous prie, mon cher Maître, mes meilleures salutations.

406Ernest A. Vizetelly L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

407176*

40816 Chestnut Road

409Raynes Park S. W.

410Le 28 décembre 1901

411Mon cher Maître,

  • 122 « Merci de vos bons souhaits », répondit Zola le 4 janvier 1902, « et veuillez recevoir les nôtres, (...)

412L’année touche à sa fin, et je viens, tout d’abord, vous offrir, à vous et à tous les vôtres, nos meilleurs souhaits pour celle qui va s’ouvrir. Nous espérons recevoir, un de ces jours, lorsque vous aurez un peu de loisir, un bon rapport sur votre santé et celle de Mme Zola. Ici nous nous portons tous bien et nous n’avons pas de raison pour être trop mécontents, quoique les affaires ne soient pas très brillantes. Mon fils vient de terminer la première partie de ses études : il a 17 ans. Et fort prochainement, il va se mettre dans de grands ateliers de fabrication (fers et aciers, locomotives, ponts, etc.) où il doit travailler comme ouvrier pendant deux ans, afin de se familiariser avec toutes sortes de choses avant de reprendre ses études pour en terminer. Nous en sommes très satisfaits. Il est sorti avec le n° 1 pour le dessin de machines, etc. et il a poussé l’étude de l’électricité aussi loin que cela est possible dans une école scientifique secondaire. Et qu’il réussisse ou non dans cette partie d’ingénieur qu’il s’est choisie, j’aime mieux le voir là-dedans qu’aux prises avec cette sacrée marâtre, la littérature122.

  • 123 La reine Victoria était décédée le 22 janvier 1901, après cinquante-cinq années de règne. C’est son (...)

413Maintenant, je voudrais savoir où vous en êtes avec Vérité. Je termine en ce moment un volume de biographie historique, et je pense en être débarrassé vers le 20 Janvier. Dès cette époque, je serai libre. Cependant, je dois vous dire que les Chatto et moi, nous désirons vivement voir reculer la publication de Vérité jusqu’à l’automne de 1902. En voici la raison : le commerce de la librairie n’a jamais été dans un pire état. Cela provient de la guerre, et surtout de ce que les éditeurs qui avaient tenu de nombreux livres en réserve, les ont tous jetés sur le marché dans ces derniers mois. On a vu paraître 300 nouveaux romans en quatre semaines ; et il en est résulté une grosse déconfiture. Il faudra tout le printemps pour que le marché se relève un peu ; mais à partir de la fin Avril, rien ne se vendra. Pendant les mois de Mai et de Juin, Londres va s’emplir d’empereurs, de rois, de princes et d’ambassadeurs extraordinaires convoqués pour assister au sacre du roi Edouard123 ; et pendant tout ce temps, les publications spéciales seules auront une vente ici.

414Donc, lancer ici un livre comme Vérité dans le courant du printemps serait le condamner d’avance à une mévente certaine. D’autre part, si l’on peut publier le livre au mois de Septembre ou Octobre, on aura toutes les chances pour soi. D’ici là même, cette sacrée guerre pourra être terminée. N’ayant pas reçu de vos nouvelles depuis assez longtemps, je pense que le livre ne doit pas être dans un état fort avancé. Et si vous pouvez prendre des dispositions pour le publier en volume à l’automne, cela vaudrait infiniment mieux pour nous et même pour M. Fasquelle au point de vue de la vente du volume français en Angleterre. Néanmoins, si l’état du livre me permet d’en commencer la traduction vers la fin Janvier, je serais heureux de m’y mettre, car cela me donnerait de l’occupation dès la fin de mon travail actuel. Et puis, j’aime pouvoir travailler sans être trop bousculé, trop pressé ; car lorsqu’il faut faire une traduction rapidement, le résultat n’est jamais bon.

  • 124 Voir la lettre 175.
  • 125 Voir la lettre suivante.

415Pensez aussi à moi pour l’Amérique, si faire se peut. Si vous vendez le livre là-bas, parlez de moi à l’acheteur, ou indiquez-moi son nom afin que je puisse essayer de m’entendre avec lui. Je vous ai écrit dans le temps au sujet de la traduction Harper de Travail ; cela n’était pas du tout mauvais par endroits, mais il était évident que le traducteur n’était jamais entré de sa vie dans une aciérie, qu’il ne connaissait rien du tout à la fabrication ; et de là des erreurs ridicules, que les lecteurs ont dû souvent vous attribuer, car ils ne pouvaient toujours savoir que la faute en était au traducteur124. Enfin, si l’on peut s’arranger pour que ma traduction de Vérité soit donnée à votre acheteur américain, je ferai tout ce qu’il dépendra de moi pour arriver à une entente. À mon avis, cela vaudrait bien 1500 francs, mais j’accepterais peut-être un peu moins si le livre n’est pas trop long125.

416En vous renouvelant, mon cher maître, tous nos vœux pour l’année prochaine, je vous prie aussi d’agréer l’assurance de mes sentiments dévoués.

417Ernest A. Vizetelly

418L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

419177*

42016 Chestnut Road

421Raynes Park

422Londres

423Le 10 mars 1902

424Mon cher Maître,

  • 126 Nous n’avons pas retrouvé de réponse de Zola à cette lettre. Voir la lettre 182, n. 5.

425Je serais heureux de me mettre à la traduction de Vérité, dès que vous pourrez m’en envoyer les épreuves. Ne m’oubliez pas lorsque vous traiterez pour l’Amérique. Peut-être pourra-t-on arranger quelque chose126. Bien cordialement à vous.

426Ernest A. Vizetelly

427L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

428178*

42916 Chestnut Road

430Raynes Park S. W.

431Le 19 mars 1902

432Mon cher Maître,

  • 127 Carte non retrouvée.

433Merci pour votre carte, au sujet de Vérité127. Je regrette infiniment ce retard, mais enfin, partie différée n’est pas perdue.

  • 128 Cette communication ne nous est pas parvenue. Le u juillet 1894, Vizetelly avait pourtant annoncé à (...)
  • 129 Zola avait autorisé Edward Vizetelly à traduire certains romans. Voir la lettre 41.

434Maintenant, voici autre chose : je vous ai écrit l’automne passée pour vous signaler une traduction anglaise de La Bête humaine128. Lorsque je vous ai écrit, je ne savais pas que le traducteur était mon frère Edouard Vizetelly, celui avec lequel j’ai tant de difficultés. Voici maintenant qu’il vient de publier chez le nommé Grant Richards, éditeur, Henrietta Street à Londres, une traduction de Thérèse Raquin. Il n’y a rien à dire là-dessus au point de vue de la loi car pour les traductions vous ne possédez pas ici de droits dans ce livre, qui est très vieux129.

435Mais M. Edouard Vizetelly écrit des préfaces, soit à La Bête humaine, soit à Thérèse Raquin, qui donnent à croire qu’il vous connaît bien, et qui laissent supposer que ces traductions paraissent avec votre assentiment. On pourrait croire, d’après ce qu’on me rapporte, qu’il vous connaît. En même temps, et de différents côtés, il essaie de me faire à moi, personnellement, toutes les méchancetés possibles. Autrefois, j’ai fait tout mon possible pour lui ; je l’ai aidé avec mon argent ; j’ai donné à manger à sa femme et à ses enfants quand il était, de par sa faute, dans la misère, et il nous récompense, ma femme et moi, depuis des années, en nous faisant toutes les vilénies [sic] qu’on puisse imaginer. Enfin, ces jours-ci, les choses sont arrivées à un tel point, sa femme étant venue ici faire du scandale, que j’ai dû la faire renvoyer par la police.

436Il est excessivement jaloux de ce que j’aie traduit plusieurs de vos livres, et c’est principalement pour me narguer, je crois, qu’il a fait La Bête humaine et Thérèse Raquin.

  • 130 C’est le 16 mars qu’Ernest Vizetelly fit sa communication au Times : « M. Zola’s Thérèse Raquin. Si (...)

437Enfin, je n’ai pu restreindre plus longtemps [sic]. J’ai écrit au journal le Times pour dire que M. Edouard Vizetelly n’avait aucune relation avec vous, et que si il [sic] avait, de par les lois actuelles, le droit de traduire La Bête humaine et Thérèse Raquin, il était bon de faire savoir que ces traductions avaient été faites sans votre assentiment130.

  • 131 Voir la lettre suivante, n. 1.

438Je me rappelle d’une conversation que nous avons eu [sic] à Norwood, dans laquelle vous m’avez dit que mon frère vous avait écrit pour essayer de me faire retirer mon travail et de l’obtenir pour lui-même131. Vous m’avez dit à cette occasion que vous ne teniez pas à avoir de relations avec lui.

439J’ai donc écrit dans ma lettre au Times : « Non seulement M. Zola n’a aucune relation avec M. Edouard Vizetelly, mais encore il ne tient pas à en avoir. »

  • 132 Voir la lettre suivante.

440Je pense que vous approuverez ce que je viens de faire, et que vous confirmerez ma lettre si l’éditeur Grant Richards vous écrivait. C’est pour vous mettre au courant que je vous écris aujourd’hui ; et si le Times publie une réplique soit de mon frère, soit de son éditeur, je vous en avertirai132.

441La situation est rendue pire parce que mon frère mène une vie tout à fait désordonnée. Il a même comparu devant un tribunal de police sous l’inculpation d’ivresse et de tapage nocturne, et j’ai lu dans certains journaux que le prévenu s’appellait [sic] « E. Vizetelly, journaliste ». Tout le monde aurait pu supposer qu’il s’agissait de moi, et j’ai dû faire écrire aux journaux par Wareham pour obtenir les rectifications nécessaires. Ce seul fait vous démontrera la nécessité d’une lettre telle que celle que j’ai écrit [sic] au Times. S’il est possible d’empêcher les agissements de M. Edouard Vizetelly, il est au moins utile de faire savoir qu’il n’a aucun rapport avec vous.

442Tout cela est ennuyeux et même triste. Je ne tiens aucunement à faire paraître dans les journaux des récits d’un tas d’ennuis de famille ; mais il arrive des moments quand on est forcé d’agir afin de se sauvegarder. Je vous tiendrai au courant s’il se produit du nouveau, mais je pense que ma lettre au Times suffira pour préciser la situation. Ce journal est lu par tous les éditeurs anglais de quelque valeur, et ils sauront donc à quoi s’en tenir au sujet des prétentions de M. Edouard Vizetelly.

443Si on vous écrivait, je vous prierai de répondre que c’est avec votre approbation que j’ai déclaré que M. Edouard Vizetelly n’a aucune relation avec vous.

444J’espère bien que le retard avec Vérité ne provient pas d’une mauvaise santé. Ici, nous nous portons tous assez bien.

445Je vais patienter pour les épreuves, je trouverai bien quelque petit travail pour m’occuper en attendant.

446Croyez, mon cher Maître, à mon sincère dévouement.

447Bien cordialement à vous.

448Ernest A. Vizetelly

449L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

450179*

45116 Chestnut Road

452Raynes Park S. W.

453Le 21 mars 1902

454Mon cher Maître,

  • 133 Edward Henry Vizetelly fit paraître la lettre suivante dans The Times du 21 mars 1902 : « M. Zola’s(...)
  • 134 Voir la lettre 41.

455Mon frère a répliqué dans le Times de ce matin133. Il rappelle qu’il a traduit autrefois Les Contes à Ninon et les Mystères de Marseille, et que vous avez consenti à cela134. Ceci est exact (j’ai été l’intermédiaire) et il n’y a pas à revenir là-dessus. J’ai encore plusieurs lettres se rapportant à cette affaire. Mais là n’est pas la question.

  • 135 Cette lettre d’Edward Vizetelly semble perdue, de même que la réponse de Zola.

456Il dit que par la suite il vous avait offert 300 livres pour Rome qui ne furent pas acceptés [sic] il avoue donc qu’il travaillait contre moi, à un moment où il savait que je devais traduire ce livre135.

457Puis il se lance dans ces considérations au sujet de La Bête humaine et de Thérèse Raquin, en disant (ce qui est vrai) qu’il avait le droit légal de traduire ces deux livres et qu’il trouve que c’est une impertinence de dire que vous ne tenez pas à avoir des relations avec lui — ainsi que moi j’avais écrit.

458Je dois vous dire qu’en écrivant moi-même au Times, j’ai dit que je faisais cette communication avec votre approbation. J’ai affirmé cela parce que j’en étais sûr d’avance ; et je ne crois pas que vous me démentiez. Du reste, j’ai un mot de vous au sujet de La Bête humaine, qui démontre que cette traduction avait été faite sans votre assentiment. Cependant mon frère réclame une confirmation de ce que j’ai dit, et sans doute pour vous amadouer, il couvre Thérèse Raquin de fleurs en disant que c’est là votre « chef d’œuvre », comme si vous aviez besoin de son approbation. Cependant, ajoute-t-il, pour faire ce qu’il a fait, il n’avait pas besoin de vous faire de cadeau, puisque les droits étaient périmés, etc., etc.

459Or, je viens vous demander d’écrire deux mots au Times. Pouvez-vous écrire une lettre telle que celle qui suit :

460Monsieur,

461M. Ernest A. Vizetelly vous a fait savoir que les traductions anglaises de La Bête humaine et de Thérèse Raquin faites par M. Edouard Vizetelly ont été publiées sans mon assentiment. M. Ernest Vizetelly vous a dit aussi que je n’avais pas de relations avec M. Edouard Vizetelly, et que je ne tenais pas à en avoir. Ces affirmations ne sont que l’expression de la vérité.

462Quelque chose dans ce genre. Puis signez. Ni plus ni moins. Il est inutile, je pense, d’entrer dans des détails, ou de dire si oui ou non vous m’aviez autorisé à faire cette communication, ce que j’avais laissé supposer.

463J’aimerais bien voir votre lettre, pourriez-vous me l’envoyer ? Je la ferais parvenir au Times, avec une traduction anglaise, de sorte que la lettre serait publiée et en français et en anglais par le journal.

  • 136 Voir la lettre 182.

464Il est bon de ne pas donner de motifs, car ce serait allumer tout un scandale — par exemple, les relations de mon frère avec M. Fasquelle136. Tout ce que je vous demande, c’est une lettre de cinq ou six lignes dans le genre que j’ai indiqué. Je n’y ajouterai rien ; et je n’écrirai plus au journal, même dans le cas d’une réplique ; car par le moyen des quelques lignes que je vous prie d’écrire, mon but sera atteint c’est-à-dire d’empêcher mon frère de laisser supposer aux éditeurs qu’il est au mieux avec vous. Je n’ai pas de preuves absolues de cela, mais on m’a dit beaucoup de choses. On a même prétendu que c’était lui qui devait traduire Vérité lorsque ce livre serait prêt.

  • 137 Cette carte n’a pas été retrouvée.

465Je le répète : je l’ai aidé de mon mieux pendant longtemps. Même si j’ai eu des difficultés d’argent avec vous, c’est en partie par sa faute. Mais je ne veux plus du tout avoir affaire à lui. Je veux travailler bien tranquillement dans mon coin sans être ennuyé par lui, et par les lettres anonymes et obscènes qu’il me fait adresser maintenant que je ne veux plus rien faire pour lui. Je vous envoie une carte qui est écrite par sa femme, qui est à moitié détraquée137. C’est un spécimen bien bénin de tout ce que je reçois.

466Envoyez-moi la lettre pour le Times afin que je puisse clore l’incident. Je vous enverrai le journal aussitôt paru.

467Votre bien dévoué.

468Ernest A. Vizetelly

469Vous pourrez communiquer l’adresse de M. Edouard Vizetelly à M. Fasquelle, qui serait peut-être content de l’avoir. Je ne la connaissais pas moi-même avant de la lire dans le Times.

470L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

471180*

47216 Chestnut Road

473Raynes Park S. W.

474Londres

475Le 29 avril 1902

476Mon cher Maître,

  • 138 On n’a pas retrouvé de réponse de Zola à cette lettre.

477Vous penserez à moi, n’est-ce pas ?, lorsqu’il vous sera possible de corriger les premières épreuves de Vérité afin que je puisse commencer ce travail138.

  • 139 Voir la lettre 176, n. 2.

478En ce moment-ci — en attendant le sacre du roi et la fin de la guerre139, il n’y a pas grand’chose à faire ici, à part le petit train train journalier d’un court article de journal et je serais heureux de pouvoir commencer Vérité afin de déblayer le terrain et d’être quelque peu en avance car nous nous attendons tous à voir un grand renouveau d’activité dans toutes les choses littéraires et journalistiques lorsque l’automne sera venu. J’aurai aussi à faire face à ce moment de presse, et c’est pourquoi, si faire se peut, je voudrais pouvoir utiliser le loisir forcé qui m’est imposé momentanément par la situation ici.

  • 140 Vizetelly met ici un astérisque, qui renvoie à la fin de la lettre, où il écrit : « Progress = Prog (...)

479Mais naturellement, si vous n’avez rien de prêt encore, il me faudra attendre. Vers la fin de l’année dernière, j’ai publié ici un roman de moi intitulé The Lover’s Progress*140, dont la donnée était fort simple et j’ai épuisé là-dedans bien des souvenirs de jeunesse. Pour cette raison, je n’y ai pas mis mon nom. Le livre se compose de trois parties, et raconte les expériences d’amour d’un jeune homme : d’abord, le premier amour, la jeune fille qu’on aime tout d’abord d’un amour tout sentimental et quelque peu enfantin, qui devient le rêve, qui passe en laissant un souvenir impérissable, et qu’on revoit en pensée même dans la vieillesse, à travers toute la brume des années. Puis le second amour, la passion, la maîtresse ; et troisièmement, la femme qu’on épouse.

  • 141 Il s’agit du roman intitulé Le Chemin d’amour (Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques (...)

480Ce volume n’a pas manqué d’intriguer quelque peu les critiques des journaux anglais. Le résultat en a été assez bon, étant donné la situation du marché ici, et j’ai fini par avouer que le livre était de moi. Je l’ai vendu en Amérique, c’est seulement au mois de Mars qu’on a pu le mettre en vente là-bas. J’en reçois des avis très favorables et l’acheteur, Brentano, qui a boutique à Paris, vient de m’en acheter les droits de traduction en français. Lorsque je saurai au juste dans quelles conditions ce volume paraîtra en France, je vous en ferai tenir un exemplaire. Pour l’édition française, j’avais proposé ce titre : Le Chemin de l’amour, mais on m’avertit que les Rosny ont publié un roman portant ce nom ; et je laisse donc au traducteur de Brentano le soin d’en trouver un autre141.

  • 142 Il s’agit de Bluebeard : An Account of Comorre the Cursed and Gilles de Rais. With summaries of var (...)

481La semaine prochaine, je lance ici un volume historique sur les originaux de Barbe-Bleue : le Roi Comorre, Gilles de Rais, le Sire de Beaumanoir, etc. Depuis de longues années, j’avais collectionné des livres et des documents sur ces personnages et autrefois, en parcourant la Bretagne et la Vendée, j’avais pris des notes que j’ai utilisé [sic] pour le volume. C’est un grand in-octavo de 400 pages avec quelques gravures. Je vous l’enverrai quand j’aurai reçu des exemplaires de Chatto142.

482Agréez, je vous prie, mes bien cordiales salutations.

483Ernest A. Vizetelly

484Tous nos compliments à vous-même et à Mme Zola. J’adresse cette lettre à Médan, car je pense que vous y serez, puisque nous voici à la fin d’Avril.

485L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

486181*

48716 Chestnut Road

488Raynes Park S. W.

489Londres

490Le 12 juin 1902

491au soir

492Mon cher Maître,

  • 143 Voir la lettre 179.

493Je viens d’apprendre qu’à la suite de la correspondance qui a paru dans le Times au mois de mars dernier, au sujet de vos romans Thérèse Raquin et La Bête humaine, mon frère, Edouard Vizetelly, m’assigne en diffamation en me réclamant plusieurs milliers de francs en dommages-intérêts143.

494Vous serez étonné du délai qui a eu lieu, car nous voici au mois de Juin. Mais j’apprends d’une source indirecte que depuis le mois de Mars mon frère aurait offert des traductions de différents romans de vous à des éditeurs de Londres, et que ceux-ci auraient refusé de traiter avec lui par suite de ce que j’avais écrit au Times. Sans pouvoir l’affirmer positivement, j’ai lieu de croire que cela est vrai ; et que le procès qu’il m’intente provient de ces refus. Enfin, il prétend que je lui ai porté un grand préjudice au point de vue de ses intérêts, et il m’assigne pour avoir dit dans ma lettre au Times que : Ses traductions de Thérèse Raquin et de La Bête humaine auraient été faites sans l’assentiment et sans la connaissance de M. Zola.

495Que M. Zola n’a aucune relation avec M. Edouard Vizetelly et qu’il ne tient aucunement à en avoir.

496Tout cela, selon lui et ses avoués, serait faux et diffamatoire.

497Je suis tenu à répondre à cette assignation dans un délai de quelques jours mais selon Wareham et son associé, que j’ai consulté [sic], il est à peu près certain que les avoués de la partie adverse (à qui mon frère a dû raconter les choses à sa façon) arrêteraient l’affaire de suite si l’on pouvait mettre sous leurs yeux une pièce émanant de vous qui confirmerait mes dires dans le Times.

498Je vous rappelle que j’avais écrit cette lettre comme si j’avais été autorisé par vous à dire que ces traductions avaient été faites sans votre assentiment. Ma lettre est datée du Dimanche 16 Mars. Or, je viens vous demander si vous voulez bien m’écrire une lettre dans le sens du modèle no 1 que je vous envoie en la datant du Vendredi 14 Mars : ou, s’il existe des raisons importantes pour ne pas faire cela, si vous voulez bien m’écrire une lettre datée du temps actuel (modèle n° 2), laquelle dirait que ce que j’ai affirmé dans le Times au mois de Mars dernier était conforme à la vérité.

499Il est inutile, n’est-ce pas, pour moi, d’encourir de grands frais de justice. Il est beaucoup plus simple d’arrêter les choses immédiatement, d’autant plus que quel que soit le résultat d’un procès, je ne rentrerais jamais dans mes frais, car Edouard Vizetelly n’a rien du tout et ce qu’il essaie en ce moment est tout bonnement du chantage et rien d’autre.

500Je vous ai donné dans le temps des détails complets sur l’affaire, et vous vous en souviendrez sans doute. Si vous aviez voulu en ce moment-là écrire deux mots au Times, ainsi que je vous l’avais demandé, tout aurait été dit. Mais vous ne l’avez pas fait, ou du moins le Times n’a rien publié de vous.

  • 144 Le 17 juin, Zola répondit : « Mon cher confrère, je ne puis vous écrire que la lettre ci-jointe, et (...)

501J’espère que vous partagerez ma manière de voir, et que vous m’écrirez (dans l’un ou l’autre sens, indiqué plus haut) une très courte lettre que je pourrai donner à Wareham, à qui j’ai confié mes intérêts144. Dans tous les cas, écrivez-moi deux mots, le plus tôt possible, car j’aurai à répondre à la citation par un acte judiciaire.

  • 145 Toujours dans la lettre du 17 juin, Zola ajoutait : « Très prochainement, j’enverrai à Chatto le pr (...)

502Merci pour votre bonne promesse au sujet des épreuves de Vérité145, mais cette affaire-ci, que je voudrais terminer de suite, est encore plus pressée. Nos bons souvenirs à vous et aux vôtres.

503Votre bien dévoué.

504Ernest A. Vizetelly

505Projet de lettre n° 1

506Paris, le 14 Mars 1902

507Mon cher confrère,

508J’apprends qu’on publie à Londres en ce moment une traduction de mon roman Thérèse Raquin, et que le traducteur serait votre frère Edouard Vizetelly. Je tiens à vous laisser savoir que je n’ai nullement autorisé cette traduction, pas plus que celle de La Bête humaine que votre frère a fait paraître à Londres l’année dernière. Ainsi que vous le savez, je n’ai pas de rapports avec M. Edouard Vizetelly et je ne désire pas en avoir. Pour préciser la situation, il est bon que les éditeurs anglais sachent cela et je vous autorise (je vous prie de) à faire le nécessaire pour le porter à leur connaissance.

509&c. &c.

510C’est une lettre dans ce sens-ci que je préférerais. Elle me couvrirait plus complètement et terminerait l’affaire de suite.

511Projet de lettre n° 2

512Médan, le Juin 1902

513Mon cher confrère,

514Vous me faites savoir que votre frère Edouard Vizetelly vous intente un procès en diffamation pour avoir écrit au journal le Times, au mois de Mars dernier, une lettre dans laquelle, après avoir affirmé que les traductions de mes romans Thérèse Raquin et La Bête humaine avaient été faites par votre frère sans mon autorisation, vous avez ajouté que je n’avais aucune relation avec M. Edouard Vizetelly et que je ne désirais pas en avoir.

515Ces affirmations, qui ont été faites avec mon assentiment, n’étaient que l’expression de la vérité, et c’est pour les confirmer que je vous écris ces quelques lignes.

  • 146 Voir la lettre suivante. Aucune lettre de Zola n’a paru dans le Times. Nous ignorons les suites de (...)

516&c. &c.146

517L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

518182*

51916 Chestnut Road

520Raynes Park S. W.

521Londres

522Le 16 juin 1902

523Mon cher Maître,

  • 147 Voir la lettre précédente.

524Je vous remercie pour votre lettre, mais elle ne me suffit guère puisqu’elle ne vise aucunement la déclaration que j’ai fait [sic] le 19 mars dans le Times à l’effet que j’agissais pour vous147. Il est parfaitement vrai que j’ai fait cette démarche sans vous consulter, mais je l’ai fait [sic] pour de bonnes raisons. Aujourd’hui il faut que je vous les dise, toutes entières.

  • 148 Alphonse Daudet, Froment Junior & Risler Senior, London, Hutchinson, 1894. Le tirage de cette éditi (...)

525Un jour, lorsque vous étiez en Angleterre, au Queens Hotel, vous avez dit à ma femme, dans le cours d’une conversation, que vous regrettiez que je ne m’étais pas mis en règle avec M. Fasquelle au sujet d’une ancienne affaire de clichés d’une édition de Froment jeune et Risler aîné148 Ma femme a été stupéfaite d’apprendre que je devais de l’argent à M. Fasquelle au sujet de cette affaire, et à quelque temps de là, est venue me dire qu’une femme, à Londres, lui en avait causé. Elle ne m’a parlé de vous que longtemps après ; tout d’abord, elle m’a laissé supposer que la nouvelle lui provenait indirectement d’un des libraires français installés ici.

526J’écrivis immédiatement à M. Fasquelle, qui me répondit à la date du 22 décembre 1898, et dont j’ai gardé soigneusement la lettre. Or, il est parfaitement vrai qu’il m’avait demandé, en 1894, de lui placer les clichés de Froment. Je les avais offert [sic] à deux ou trois maisons sans résultat.

527Sur ces entrefaites, mon frère Edouard, absent d’Angleterre depuis de longues années, débarque à Londres sans un sou vaillant, même sans une chemise de rechange. Il me demande un secours. Je lui donne de l’argent, je lui fais avoir du travail pour le Star, et pour d’autres journaux ; et un jour, voyant le volume de Froment chez moi, il offre de placer les clichés. J’étais très occupé ; je lui confie ce soin, et je le mets en rapport avec M. Fasquelle. Plus tard, il me fait savoir qu’il a placé les clichés chez M. Hutchinson, et, en effet, le livre paraît, et je n’en entends plus parler. J’avais tout lieu de croire que l’affaire avait été réglée directement par M. Hutchinson. Je ne supposais même pas que l’argent avait passé par les mains de mon frère qui, du reste, me fit savoir qu’il avait reçu de M. Fasquelle la remise de 10 % sur l’affaire qui avait été convenue.

528Mais il s’était arrangé, paraît-il, pour recevoir l’argent de M. Hutchinson, et il avait retenu non seulement sa remise, mais une partie de la somme principale, et n’envoyant à Fasquelle que des effets qui ne furent pas payés à présentation, ou la première ou la seconde fois. Quatre ans se passent, et j’ignore absolument tout cela ! Jamais M. Fasquelle ne m’en avait écrit [sic] ; et si vous n’en aviez pas causé à ma femme, je serais sans doute complètement ignorant de tout cela même aujourd’hui.

529Enfin, le 22 décembre 1898, M. Fasquelle me fit connaître la vérité en réponse à la demande d’explications que je lui avais adressée. Il vous confirmera tout ce que je viens de vous dire vous n’avez qu’à le lui demander.

  • 149 Edward Vizetelly et sa femme, Marie-Honorine (née Clerget) eurent cinq enfants : Juliette (née en 1 (...)

530Mais, pour revenir à mon frère, si j’étais resté ignorant de l’affaire de ces clichés, j’en avais appris bien d’autres. Il avait laissé en France une maîtresse avec un enfant, il les fait venir ici, et il y épouse la fille149. Les affaires ne vont pas, ou plutôt il dépense de suite à boire et à se galvauder tout ce qu’il gagne, de sorte que la femme et l’enfant restent la plupart du temps dans la misère. Par suite des mensonges qui nous sont débités par lui, et même par elle, nous ne comprenons pas bien, ma femme et moi, la raison d’être de cette situation.

531Nous les aidons constamment, en argent, en vivres, en mille services. Nous finissons même par garantir, puis par payer leur loyer. La femme accouche de nouveau, nous l’aidons encore ; bref, à plusieurs reprises, ils nous sont complètement à charge.

532Enfin, on se lasse, après avoir donné, ou prêté, pas mal d’argent, d’abord de petites sommes, tardivement remboursées, puis, sous prétexte de facilités des affaires, qui n’existaient que dans l’imagination de mon frère, des sommes plus élevées qu’on ne rembourse pas du tout, ce qui finit par me mettre moi-même dans de sérieux embarras.

533Enfin, Monsieur se retire à la campagne, y loue une maison, la meuble à crédit, et y vit comme un rentier, s’endettant chez tous les fournisseurs et ne payant pas son loyer. De là saisie, vente des meubles qui n’étaient même pas payés, et plusieurs jugements qui se terminent par une arrestation et un séjour de plusieurs semaines à la prison de Lewes. Tout cela s’étant passé au fond de la campagne, encore une fois je n’en aurais rien su si, un beau soir, la femme et les mioches n’étaient venus chez nous, sans argent y chercher un abri. Donc, encore une fois, il a fallu les secourir... Enfin, cette épisode terminée [sic], Monsieur se rapproche de Londres, s’installe à Surbiton et à Kingston. Et là, encore, à dix kilomètres de chez moi, il arrive toutes sortes d’histoires. Un nouveau temps de prison, au sujet d’une dette quelconque, de nombreuses comparutions devant le tribunal civil de Kingston, où Wareham et son clerc ont souvent à faire. J’ai des nouvelles par eux de cette vie de polichinelle ; puis des voisins, qui ont affaire au tribunal, reviennent en me disant qu’ils y ont entendu condamner mon frère. Un autre jour, un ami m’arrête dans la rue à Wimbledon et se met à me blaguer en me demandant comment il se fait que je me suis pochardé à Surbiton quelques jours auparavant. J’en suis stupéfait, mais voilà qu’on me montre un journal où je lis que « Monsieur E. Vizetelly », journaliste, a comparu devant les magistrats sous l’inculpation d’ivresse et de tapage nocturne ! Nécessairement, je suis obligé d’exiger une explication du journal, qui reconnaît que le prévenu était tout bonnement mon frère Edouard.

534Puis, un soir, ma femme rencontre la femme de mon frère à la gare de Wimbledon. Elle y attend mon frère, qui sort ce soir-là de la prison de Wandsworth, dit-elle. Enfin, de tous les côtés arrivent de sales histoires dont le compte serait long.

  • 150 Thérèse Raquin, translated by Edward Vizetelly, London, Grant Richards, 1897. Selon King, cette tra (...)

535Pour terminer, au bout de son rouleau, il se dit que si on ne veut rien d’autre de lui chez les éditeurs, ils prendront au moins des Zola. Son nom de Vizetelly lui servira pour les écouler. Donc, il bâcle des traductions infectes150 (je ne le dis pas par jalousie), et il trouve à les vendre : d’abord, La Bête humaine, ensuite Thérèse Raquin. À la suite de l’apparition du 1er de ces volumes, j’avais voulu faire quelque chose, ainsi que vous le savez. Enfin, je n’ai agi que prudemment, ce qui a amené mon frère et sa femme, qui maintenant est tout à fait d’accord avec lui, à me faire toutes sortes de misères. Puis, à la publication de Thérèse Raquin, je n’ai pu me retenir plus longtemps, et j’ai écrit au Times, comme si vous m’aviez autorisé à le faire. J’ai dit ce que vous savez ; et je suis convaincu qu’en disant que vous ne teniez à avoir aucune relation avec M. Edouard Vizetelly, j’ai affirmé ce que vous auriez affirmé vous-même si vous aviez connu, comme moi, la vie échevelée et même honteuse menée par ce monsieur. Du reste, l’affaire Fasquelle suffirait pour expliquer une telle attitude de votre part. Je n’y ai été pour rien, mon seul et vif regret est d’avoir mis monsieur Fasquelle en rapport avec mon frère. Mais à ce moment-là, je ne me doutais de rien.

536Pour cette affaire-là, M. Fasquelle pourra vous renseigner. Pour plusieurs autres choses, Wareham pourra corroborer mes dires. Cependant, il est certain que sur le point de droit, mon frère pourrait obtenir un jugement contre moi si je ne puis produire un papier de vous me disant notamment que vous n’avez pas de relations avec lui et que vous ne désirez pas en avoir. Il paraît que c’est surtout cette dernière phrase qui porte atteinte à sa considération. Et justement, il n’est pas question de cette dernière phrase dans la lettre que vous m’envoyez. Causez donc, si faire se peut, avec M. Fasquelle : il vous en dira assez pour justifier une telle attitude de votre part. Puis, vous reviendrez peut-être sur votre décision et vous m’écrirez plus tôt [sic] dans le sens que je vous avais demandé. Si vous ne dites pas que vous ne tenez pas à voir M. Edouard Vizetelly accoler son nom au vôtre, on n’arrêtera rien, et il arrivera un de ces jours quelque sale histoire, car je suis persuadé qu’il s’est servi de votre nom en vendant les traductions dont il est question.

537Croyez à mes sentiments bien dévoués.

538Ernest A. Vizetelly

539Vérité

  • 151 La maison Chatto & Windus acheta Fécondité pour 500 livres et offrit la même somme pour Travail (43 (...)

540P.S. J’ai lieu de croire que Chatto a été fort éprouvé par la guerre, qui a été bien mauvaise pour la librairie en général. Il a eu l’air de dire, dans ces derniers temps, que rien ne marchait, et qu’il vous payait trop cher. Je ne sais au juste quelles sont vos conventions actuelles avec lui. Est-ce absolument entendu que Vérité doit lui être vendu au même prix que les volumes précédents ? Dans ce cas, il faudra qu’il s’exécute151. Au cas contraire, s’il était question d’une diminution, il faut hésiter à l’accepter, car vous pourriez peut-être trouver mieux ailleurs. Chatto devient trop vieux jeu, il ne fait pas assez de publicité, il ne pousse pas assez sa vente, et s’il a souffert plus que d’autres dans ces derniers temps, c’est parce qu’il a compté trop sur la vieille réputation de sa maison et s’est laissé distancer par d’autres qui sont plus jeunes et plus énergiques.

  • 152 Sur la maison d’édition Heinemann, voir la lettre 7, n. 2.

541J’ai eu dans ces derniers temps quelques rapports avec Heinemann, dont les affaires paraissent être bonnes ; car justement il est parmi nos éditeurs les plus énergiques152. Un jour, il m’a demandé en plaisantant si j’avais une proposition à lui faire de votre part. Je lui ai dit que non. Cependant, nous avons causé, et je lui ai donné à entendre que si vous aviez un roman à lui proposer, vous ne traiteriez pas à moins de 10 ooo francs, ce que Chatto, je pense, continue à vous donner. Et j’ai ajouté qu’en toute probabilité, il vous faudrait une augmentation de cette somme ; puis la traduction se compterait à part. Il est devenu sérieux, et il m’a dit : « Eh bien, si M. Zola avait une proposition à me faire, faites-le-moi savoir, je pourrais peut-être m’entendre avec lui. » Etant un peu préoccupé de la situation de Chatto, je crois utile de vous dire cela. Si Chatto songe à diminuer vos prix, faites-le-moi savoir, et, si vous le voulez, j’aurai une simple conversation avec Heinemann, et je vous ferai écrire directement par lui. Puis, s’il y avait lieu, vous vous entendriez ensemble. Certainement, je ne désire pas vous voir quitter Chatto, si tout doit aller bien, mais sa maison vieillit, et j’ai par moments des inquiétudes. C’est pourquoi, dans ces derniers temps, j’ai porté différents travaux ailleurs. Naturellement, tout ceci est strictement entre nous. Peut-être, avant de lui envoyer les épreuves de Vérité, vous pourrez trouver un prétexte pour lui écrire au sujet de vos conventions. Vous verrez alors ce qu’il dira.

542N’oubliez pas de penser à moi pour l’Amérique, si faire se peut.

543L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

544183*

54516 Chestnut Road

546Raynes Park S. W.

547Le 8 août 1902

548Mon cher Maître,

  • 153 Dans une lettre du 10 juillet, Zola écrivait : « Je n’ai pas encore traité avec l’Amérique. Voyez s (...)
  • 154 Le 30 juillet 1901, Theodore Stanton avait annoncé au romancier que seulement 2 092 exemplaires de (...)

549Voici la situation au sujet de l’Amérique153. Il faut reconnaître que ni Fécondité ni Travail n’a eu [sic] beaucoup de succès là-bas154. Les Harper paraissent être très mécontents des résultats de Travail, et la maison de New York m’avertit qu'elle ne veut pas acheter Vérité. J’ai essuyé deux autres refus, qui sont basés, j’en ai la conviction, uniquement sur le peu de succès des derniers volumes, et non pas sur le mérite que le livre actuel, Vérité, peut avoir.

  • 155 La maison Macmillan rachetait, de Chatto & Windus, les droits de traduction pour l’Amérique, ce qui (...)
  • 156 John Lane (1854-1925), que rien ne semblait destiner au commerce du livre, s’intéressa très tôt au (...)

550Mais voici ce qui se présente. Vous vous rappellerez que le système avec les Macmillan avait marché assez bien jusqu’aux ennuis de Fécondité155. Or, il y a une autre maison ici, celle de John Lane. Vigo Street, Regent Street156, qui a boutique à New York, et qui serait disposée à prendre Vérité, dans les mêmes conditions que les Macmillan ont pris Rome, etc. La maison existe depuis peut-être 20 à 25 ans ; elle s’était fait connaître anciennement par des éditions des petits poètes c’était, en somme, autrefois, une maison Lemerre anglaise. Puis, des changements sont venus et, dans ces dernières années, elle a publié plusieurs romans qui ont eu un vrai succès et en Angleterre et en Amérique. La maison est solide et bien notée ; et la maison-mère étant à Londres, on aurait des facilités de communication.

551Malheureusement, M. Lane, le chef de la maison, est actuellement à Bude, dans le pays de Cornouaille, et il m’a fallu correspondre avec lui à coups de lettres et de dépêches télégraphiques. Jusqu’à présent, je n’ai pu lui montrer aucune épreuve de la traduction de Vérité, mais ces jours-ci, j’en ai reçu 70 pages, que je dois lui envoyer pour son retour ici, Lundi ou Mardi. En attendant, il m’a télégraphié qu’il prendrait Vérité dans les mêmes conditions que les Macmillan ont pris les anciens volumes, c’est-à-dire en payant 15 % sur le prix d’édition, 10 % à vous, et 5 % à moi. J’ai répliqué en disant qu’il faudrait une avance, et que cette avance devrait être au moins de £ 150. Il me répond ce soir par une longue dépêche dans laquelle il me dit que, n’ayant rien vu du livre, et n’ayant que mes affirmations pour le guider, il croit ne pouvoir payer en avance plus de £ 100 sterling.

552C’est le contrecoup du peu de succès de Fécondité et de Travail là-bas. Cet homme va tous les ans en Amérique pour surveiller sa maison, il suit ce qui se passe là-bas, et il a peur de s’aventurer. Je viens de lui télégraphier que je vous faisais part de sa proposition, et que j’envoyais les quelques épreuves que j’avais à son bureau afin qu’il en prenne connaissance avant de me voir Mercredi prochain.

  • 157 Voir la lettre suivante.

553Que dois-je faire ? La maison est bonne et je la crois honnête. Dois-je accepter en principe sa proposition, tout en insistant sur une avance un peu plus grande que celle qu’elle offre. Par exemple, elle propose £ 100 = 2 500 francs ; faut-il demander £ 120 = 3 000 francs, soit 2 000 pour vous et mille pour moi ? Une chose sur laquelle j’insisterais le plus possible, ce serait pour des rendement [sic] de comptes tous les 6 mois ; et aussi pour des éditions populaires un peu plus tard, si faire se peut. Enfin, répondez-moi sans faute par retour du courrier157. Si vous ne voulez pas d’un tel arrangement, dites-le-moi franchement, je suis persuadé que ce livre se vendra bien par la suite, mais il est vrai aussi qu’il est d’un placement un peu difficile parce qu’il y a tant d’éditeurs anglais et américains qui ne veulent pas d’un livre attaquant la religion, même catholique. Je crois Lane au-dessus de ces préjugés.

554Il sera ici Lundi soir ou Mardi matin, mais je ne dois le voir que Mercredi matin. Toutefois, je désire avoir votre réponse de suite, afin d’avoir le temps de réfléchir là-dessus, si les circonstances l’exigent.

  • 158 Le feuilleton parut dans le Reynold’s Newspaper, du 14 septembre 1902 au 15 février 1903, puis en v (...)

555Maintenant, d’accord avec Chatto, j’ai offert le livre à deux journaux ici comme feuilleton, et peut-être pourrais-je arriver à obtenir un prix assez modeste. J’en ai causé avec Kibblewhite du Weekly Times, qui a publié autrefois La Débâcle, mais il ne veut donner que très peu de chose, et j’ai essayé ailleurs. Dès que j’aurai une certitude quelconque, je vous écrirai158.

  • 159 Le 10 juillet, Zola avait annoncé à Vizetelly qu’il faisait parvenir à Chatto les quatre premiers c (...)

556Je termine en ce moment la traduction du Livre 1er159. Dès que vous le pourrez, vous nous enverrez d’autres épreuves.

557Je crois qu’il est impossible de vendre Vérité en Amérique pour un prix ferme, c’est-à-dire pour un chiffre sérieux. J’ai fait de mon mieux, j’ai vu plusieurs représentants ici, et il ne m’ont pas encouragé à poursuivre les négociations, puis, comme j’ai dit plus haut, les Harper, les Brentano, etc., ont refusé par suite du peu de succès des derniers volumes.

558En attendant votre réponse, croyez à tout mon dévouement.

559Ernest A. Vizetelly

560Personnellement, je trouve le livre très bien. Il y a beaucoup plus de mouvement que dans Travail.

561J’oubliais de vous dire que si l’on s’arrange avec Lane, vous auriez à signer un contrat que nous vous enverrions, et que lui vous enverrait votre argent directement.

562L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

John Lane, propriétaire de la maison d’édition The Bodley Head, qui publia Zola et Vizetelly, tiré de J. Lewis May, John Lane and the Nineties, London, John Lane, The Bodley Head, 1936.

563184*

56416 Chestnut Road

565Raynes Park S. W.

566Le 12 août 1902

567Mon cher Maître,

  • 160 Lettre du 10 août 1902 (CZ, X, l. 379).
  • 161 Dans la lettre du 10 août, Zola disait accepter les conditions offertes par Lane : « Mon cher confr (...)
  • 162 Le 25 juillet, Zola avait été contacté par John Joseph Conway, correspondant parisien du New York J (...)

568Merci pour votre lettre160. Je verrai donc Lane demain matin, et je vous avertirai de ce qu’il me dira161. S’il accepte la publication en feuilleton par un journal américain, je vous télégraphierai brièvement ; et, dans tous les cas, je vous enverrai par la poste une suite des épreuves pour votre journal, c’est-à-dire de celles qui sont prêtes. Même je crois bon de vous adresser cette suite aujourd’hui afin que vous puissiez l’envoyer à votre journal si vous traitez l’affaire162. Et, pour ce journal, vous devriez vous décider de suite, c’est-à-dire dès que je vous ferai connaître le sentiment de Lane, car nous voici à la mi-Août, et même si vous agissez rapidement, il ne resterait après l’arrivée des épreuves là-bas qu’une quinzaine de jours pour le journal américain de prendre ses dispositions. La traversée se fait rapidement, mais la distribution des lettres et des papiers souffre des retards constamment, et je compte toujours une dizaine de jours d’ici, Londres.

  • 163 Les Américains avaient refusé de signer la convention de Berne car ils considéraient les livres com (...)

569Maintenant, si Lane accepte la publication en feuilleton là-bas, autant tenir que de courir ; et on pourrait peut-être lui laisser envoyer des épreuves à New York par le courrier de samedi prochain afin qu’il puisse veiller aux formalités pour la sauvegarde des droits163. Si sa réponse est favorable et si vous traitez aussi avec le journal, vous pourriez me donner le titre de cette feuille afin que celle-ci et sa maison là-bas (John Lane, 251 Fifth Avenue, New York City) puissent s’entendre pour les formalités.

  • 164 Voir la lettre suivante.

570Enfin, ou vous recevrez une dépêche de moi demain, ou une lettre explicative Jeudi164 ; et selon ce que je vous dirai, vous pourrez traiter avec votre journal. Je désire surtout voir mes droits sauvegardés pour le 10 Septembre, et je pense que ce journal ne demandera pas mieux que de se servir d’une traduction qui sera toute prête.

571Je ne sais ce qu’il voudrait me donner pour cela, mais je vous laisse cette question. Quant à la suite des épreuves, je vous l’enverrai directement, ou si vous le préférez, au journal même.

  • 165 « Ce journal publierait seulement Vérité en feuilleton », écrivit Zola le 10 août, « et me laissera (...)

572La chose principale est de faire parvenir le commencement à ce journal le plus tôt possible. Donc, si vous acceptez sa proposition165, vous pourrez lui envoyer ce commencement de traduction. En cas de difficultés, on n’aurait qu’à ne pas envoyer le restant.

573Si ce journal ne veut pas de ma traduction, je serais forcé de faire enregistrer celle-ci par Lane ou par un autre. Donc, si faire se peut et pour éviter une non-réussite irréparable au dernier moment, vous voudrez bien me répondre de suite à la communication que je vous enverrai demain, de manière à ce que, le cas échéant, je puisse envoyer une suite d’épreuves là-bas, par le courrier de Vendredi soir ou de Samedi matin. J’ai coupé le bas des épreuves que je vous envoie parce qu’il y avait là des indications qui ne concernaient pas l’Amérique.

574Cordialement à vous.

575Ernest A. Vizetelly

576L.a.s., colt Dr Brigitte Émile-Zola.

577185*

578111 St. Martiris Lane

579London, W.C.

580Le 13 août 1902

581Mon cher Maître,

  • 166 Voir la lettre précédente.
  • 167 Voir la lettre 183.

582Lane, après avoir fait des réserves, consent au feuilleton américain pourvu que l’acheteur du feuilleton fasse les formalités nécessaires pour protéger le livre en Amérique166. Mais il prétend que le feuilleton fera décliner quelque peu la vente du volume : il adhère donc à son chiffre d’avances, c’est-à-dire 2 500 francs, soit 1 666 francs pour vous et 833 francs pour moi, qu’il offre de payer dès que la totalité de la traduction lui est remise, c’est-à-dire vers la fin Novembre prochain167.

583Ces sommes ne seraient que des avances sur le tant pour cent (15 %) de la vente. Chatto, de chez qui je vous écris, me conseille d’accepter. Répondez courrier par courrier si faire se peut. Et dites-moi si je dois donner une promesse à Lane qui, dans le cas affirmatif, voudrait dès maintenant faire de la publicité.

  • 168 Les négociations pour la publication en feuilleton aux États-Unis n’aboutirent pas. Voir la lettre (...)

584Dans tous les cas, acceptez l'offre du journal américain168. Je vous ai mis encore des épreuves à la poste, que vous adjoindrez aux autres.

  • 169 Dans sa réponse, en date du 14 août, Zola répondit : « Il est très vrai que Chatto a, en toute prop (...)

585Autre question : Chatto vient de me montrer votre convention avec lui, d’après laquelle il devient propriétaire absolu des droits anglais de vos livres actuels ; cependant, il ne veut pas s’opposer à la vente en feuilleton de Vérité à un journal ici, quoi qu’il aurait (dit-il) le droit de le faire169. Bref, un journal républicain anglais, le Reynolds, organe connu mais pas du tout riche, est en pourparlers avec moi, avec l’assentiment de Chatto, et je pourrai vous faire avoir encore environ 1 000 francs de ce côté, d’ici un peu de temps. Je vous écrirai plus longuement à ce sujet dans quelques jours. Il s’agit maintenant pour vous d’accepter la proposition du journal américain et de me dire si je dois donner une vraie promesse à Lane.

586Cordialement.

587Ernest A. Vizetelly

588L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

589186*

59016 Chestnut Rd.

591Raynes Park S.W.

592Le 19 août 1902

593Mon cher Maître,

594Je n’ai pu obtenir que la promesse d’une avance de £ 100 sterling de Lane, dont 2/3 vous seront envoyés dans la huitaine à suivre la remise de la fin de ma copie. Il est bien entendu que votre argent vous sera envoyé par Lane directement.

595Les comptes seront établis deux fois par an, jusqu’à la fin Juin et jusqu’à la fin Décembre. On nous les fournira deux mois après avec l’argent, c’est-à-dire en Août et en Février. Du reste, tout est inscrit dans le traité dont je vous envoie les 3 exemplaires pour votre signature. Vous y trouverez en manuscrit les mots « dont les deux tiers (two thirds) seront payés à M. Zola et un tiers (one third) à M. Vizetelly. » (Voir en bas de la 1ère page, et en haut de la seconde). Le tout me semble conforme aux usages.

596Vous voudrez bien signer ces exemplaires. Vous m’en retournerez un ; le second vous enverrez directement à

597M. John Lane

598« The Bodley Head »

599Vigo Street

600Regent Street

601Londres W.

602Le troisième exemplaire est pour vous.

603Lane a mieux aimé ne faire qu’un seul traité, mais il n’y a rien là-dedans qui vous rend responsable pour moi, ni moi pour vous. Quant aux conditions pour les corrections d’épreuves, elles me regardent naturellement puisque le texte acheté par Lane est le texte de ma traduction. Mais il est douteux si on aura le temps de me soumettre des épreuves de tout le volume américain.

604On a déjà envoyé les épreuves à New York. Toutefois, vous pourrez me renvoyer celles que je vous avais adressées, elles peuvent m’être utile [sic] autrement.

  • 170 Le 25 août, Zola répondit point par point à la lettre du traducteur : « Mon cher confrère, j’envoie (...)

605Tout est entendu en principe avec le Reynolds Newspaper, mais ils veulent une traduction écourtée (ne paraissant qu’une fois par semaine) et j’aurai à faire tout un travail de concentration. Ils commenceraient le 13 Septembre. Il est entendu que vous recevrez 1 000 francs, mais auparavant, il faut que j’aie le temps de leur fournir une bonne partie de la copie, telle qu’ils la veulent, et cela me prendra un peu de temps. Pour Chatto, j’ai fini tout ce que j’avais. Je compte sur la suite prochainement170.

606Votre bien dévoué.

607Ernest A. Vizetelly

608L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Notes

1 Dès son retour à Paris, le 5 juin, Zola avait été happé par le tourbillon des amis, de la presse, etc. Le 20 juillet, il avait envoyé, avec un retard dont il s’excusait, des photographies à ses amis anglais.
Les « bonnes paroles » renvoient sans doute au commentaire de Zola, relatif à la série d’articles publiés par Vizetelly dans The Evening News (du 7 au 29 juin), puis en français dans Le Matin. Ces articles furent réunis en volume et publiés chez Chatto & Windus à la fin de 1899 : With Zola in England. A Story of Exile.
Le romancier écrivit : « J’ai lu dans Le Matin vos articles sur mon séjour en Angleterre. Ils sont très bien et restent habilement dans les limites que je vous avais demandé de ne pas dépasser. » (CZ, IX, l. 396). Ces « limites » touchaient probablement certains détails de l’affaire Dreyfus : Zola préférait garder le silence tant que la conclusion du second procès demeurait incertaine.

2 Cette explication se trouvera développée et précisée dans With Zola in England : « Another thing which amused and interested M. Zola when he took his walks around Norwood was to note the often curious and often high-sounding names bestowed on villa residences. As a rule the smaller the place the more grandiose the appellation bestowed on it. Some of the names M. Zola, having now made progress with his English, could readily understand ; others, too, were virtually French, such as Bellevue, Beaumont, and so forth ; but there were several that I had to interpret, such as Oakdene, Thornbrake, Beechcroft, Hillbrow, Woodcote, Fernside, Fairholme, Inglenook, etc. And there was one name that I could not explain to him at all — an awful name, which I fancied might be Gaelic or Celtic, though I appealed in vain to Scottish, Irish, and Welsh friends for an interpretation of its meaning. It was written thus : ‘Ly-ee-Moon’. Nobody of my acquaintance was able to explain it to me. M. Zola wrote it down in his memorandum-book as an abstruse puzzle. However, while this narrative was appearing in the Evening News, several correspondent® kindly informed me that Ly-ee-Moon (at times written ‘Lai-Mun’) was Chinese, being the name of a narrow passage or strait between the island of Hong-Kong and the mainland of China (now transferred to Great Britain), at the eastern entrance to the harbour of the city of Victoria on the island. It seems also that Ly-ee-Moon is a name often given to ships sailing in the China seas. And in the case of the Norwood house, built by a retired shipowner and sea captain, the name was taken from a vessel plying on the Australian coast for many years, and ultimately wrecked with great loss of life. The owner of the Norwood house had an engraving of the ship executed on a plate-glass window of his hall. Until these explanations reached me both M. Zola and myself were quite as much at sea (with regard to ‘Ly-ee-Moon’) as ever its owner and captain was. » (Vizetelly, 1899, p. 170-172).

3 Le second procès de Dreyfus s’était ouvert le 7 août, à Rennes. Le 14 août, Labori fut victime d’une tentative d’assassinat alors qu’il se rendait au lycée de Rennes, où avait lieu le procès ; son agresseur ne fut pas retrouvé.
Le 15 août, on lisait dans le Times : « The Rennes Trial. Attempt to kill M. Labori. [...] I do not exaggerate the general impression when I affirm that with M. Labori absent the bottom seemed to have dropped out of the defense. [...] M. Demange is, no doubt, a great lawyer [...]. [...] Yet for a thousand reasons the qualifies of M. Labori — his astonishing readiness in repartee, his quick-wittedness in general, his admirable enthusiasm, his courage, his range of eloquence, his unrivalled knowledge of the case, and, above all, his simply incomparable powers of cross-examination — are qualifies which M. Demange does not possess. »

4 Edgar Demange, « dont la prudence redoutait toute manifestation », fit, pour cette raison, retarder plus d’un an la publication de la première brochure de Bernard-Lazare sur l’affaire (Une erreur judiciaire, 1896 ; voir Becker, 1969, p. 32). Pourtant, c’est à Demange (1841-1925), « avocat, lié à la société de l’Empire, de famille militaire, patriote, catholique notoire et d’une conscience scrupuleuse », que Mathieu Dreyfus confia le dossier de son frère, en 1894. C’est lors du procès de Rennes que Labori lui est adjoint, « d’une tournure d’esprit et d’un type d’éloquence assez différents. [...] Labori était plus passionné ; il appelait les coups [...] ». (DBF, X, p. 958).
Zola semblait lui aussi inquiet de l’attitude de Demange. Le 23 août, il écrivit à Labori : « Mon cher, mon grand, mon vaillant ami, votre rentrée a été triomphale, je le prévoyais, et surtout elle a été décisive pour la vérité. [...] Pendant les huit jours de votre absence, j’ai cru tout perdu, j’ai passé des journées abominables, en voyant ainsi le mensonge s’étaler, sans qu’une voix protestât et le confondît. » (CZ, IX, l. 408).

5 Le 20 août, Zola répondit : « Mon cher ami, je ne veux rien dire, et je vous prie de ne rien dire en mon nom. Il faut attendre fermement la victoire. » (CZ, IX, l. 405).

6 Voir la lettre 151, n. 3.

7 Voir la lettre 20, n. 10.

8 Zola connaissait William L. Thomas, lequel avait contacté l’écrivain en novembre 1893. Thomas organisait alors une collecte pour Henry Vizetelly, qui avait fait faillite à la suite du procès intenté par la National Vigilance Association en 1889 (voir l’introduction du présent volume et CZ, VIII, l. 41). William Luson Thomas (1830-1900) avait lancé The Graphie en 1864, revue qui connut un succès remarquable. En 1890, il créa le Daily Graphic, premier quotidien illustré publié en Angleterre.

9 Vizetelly fait peut-être référence au fameux Napoléon le petit, publié après le coup d’État de décembre par la maison Vizetelly & Co.

10 À propos d’Angéline, voir la lettre 113, n. 1.

11 Zola continuait de vouloir garder le silence (voir la lettre 151, n. 3). Le 28 août, il répondit à Vizetelly : « Mon cher confrère, je ne puis malheureusement accepter les propositions du Daily Graphie, si flatteuses et rémunératrices qu’elles soient. Il y a d’abord ma volonté formelle de ne rien publier à l’étranger sur l’affaire Dreyfus, puisque je ne publie rien en France. Et puis, comment veut-on que j’écrive une seule ligne, tant que le verdict ne sera pas rendu ? Cela est impossible. » (CZ, IX, l. 411). Vizetelly reviendra à la charge le 11 septembre, demandant cette fois un droit de reproduction simultanée pour le Graphic. Voir la lettre 153.

12 On se rappellera que le second procès militaire de Dreyfus s’était ouvert le 7 août, à Rennes. Le Conseil de guerre rendit son verdict le 9 septembre : Dreyfus fut à nouveau trouvé coupable, mais on lui reconnaissait des « circonstances atténuantes ».

13 Voir la lettre 152, n. 7. La réaction des journaux britanniques fut immédiate et indignée, mais les mesures à prendre ne faisaient pas l’unanimité : « [...] les appels à l'action directe contre la France sont négligeables, alors que la sanction préférée, montée comme une campagne selon les nombreuses lettres publiées dans les journaux, est le boycottage de l’Exposition à Paris annoncée pour 1900. D’autres déconseillent de suivre ce chemin car ce ne serait qu’imiter l’injustice des Français. Rares sont ceux qui font remarquer que ce serait ‘mauvais pour le commerce’. Le boycott n’est pas conseillé par le gouvernement, et sur plus de 2 000, seulement 23 entreprises se retirent. » (Cornick, in Drouin, 1994, p. 579).

14 Labori avait demandé à l’empereur d’Allemagne et au roi d’Italie, « au nom de l’humanité, de bien vouloir autoriser leurs anciens attachés militaires, sinon à venir déposer, du moins à se laisser interroger par la commission rogatoire » (L’Aurore, 6 septembre 1899). Mais depuis le début de l’affaire Dreyfus, depuis l’automne 1894 donc, les deux gouvernements, et le gouvernement allemand en particulier, niaient avoir eu quelque rapport que ce soit avec Dreyfus. Des démentis officiels avaient été publiés dès décembre 1894. Permettre aux attachés militaires Von Schwarzkoppen et Panizzardi de témoigner, c’était reconnaître la pratique de l’espionnage, avec ou sans Dreyfus.

15 Le 14 septembre, Zola apprit à Vizetelly que le roman devait paraître à Paris « le 10 ou le 12 octobre ». (CZ, IX, l. 422). L’ouvrage parut le 12 octobre, chez Fasquelle.

16 Télégramme non retrouvé.

17 Voir la lettre 153, note 4.

18 Ernest Judet collabora à divers journaux puis, en 1886, il entra au Petit Journal. Il y mena de virulentes campagnes, notamment contre la révision du procès de Dreyfus. En mai 1898, Judet avait publié des articles diffamatoires contre le père de Zola. Voir la lettre 88, n. 1.
Arthur Meyer, directeur du Gaulois depuis 1879, fit de son journal un grand quotidien monarchiste. Meyer fut l’auteur de nombreux articles antisémites et antidreyfusards.
Sur Quesnay de Beaurepaire et son rôle lors de l’affaire Dreyfus, voir la lettre 144, n. 2.

19 En 1870-1871, Vizetelly avait été correspondant de guerre pour les journaux britanniques. Il avait séjourné de longues années en France et épousé une Française, Marie Tissot. Sur l’épouse du traducteur, voir la lettre 11, n. 1.

20 À cette lettre pour le moins alarmiste, Zola répondit, le 14 septembre : « Quant à intervenir entre la France et le monde, je ne le veux ni ne le puis, pour toutes sortes de raisons. Je ne crois pas du reste, malgré la gravité des symptômes, que notre Exposition soit réellement menacée. Tout cela s’apaisera. » (CZ, IX, l. 422).

21 Le 12 septembre, soit le lendemain de cette lettre, Zola publiait « Le cinquième acte » dans L’Aurore. Zola y exprimait la stupeur éprouvée par les révisionnistes devant le jugement de Rennes : « Nous nous étions imaginé que le procès de Rennes était le cinquième acte de la terrible tragédie que nous vivons depuis bientôt deux ans. Toutes les péripéties dangereuses nous semblaient épuisées, on croyait aller vers un dénoûment d’apaisement et de concorde. Après la douloureuse bataille, la victoire du droit devenait inévitable, la pièce devait se terminer heureusement par le triomphe classique de l’innocent. Et voilà que nous nous sommes trompés, une péripétie nouvelle se déclare, la plus inattendue, la plus affreuse de toutes, assombrissant encore le drame, le prolongeant et le lançant vers une fin ignorée, devant laquelle notre raison se trouble et défaille. » (Becker, 1969, p. 159).

22 Pour la datation de cette lettre, voir la lettre suivante.

23 Nous ne possédons pas de renseignements sur Dormoy.

24 Nous datons cette lettre d’après la date de publication du « Cinquième acte ».

25 Il s’agit du « Cinquième acte », paru le jour même dans L'Aurore et dans le Times de Londres. Voir la lettre 154, n. 5.

26 Voir la lettre 155.

27 Voir la lettre 154.

28 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.

29 Le 11 septembre, à Rennes, Théodore Duret avait rencontré M. Fullerton, journaliste au Times, qui avait couvert le procès de Rennes. Fullerton venait de voir le fils du propriétaire du Times, qui lui avait confié que les documents que le Times avait eus en sa possession prouvaient la complicité d’Henry et d’Esterhazy. Duret avait alors demandé à Fullerton si, dans le cas d’un nouveau procès Zola en cour d’assises, le Times soutiendrait les efforts du romancier pour que toute la vérité soit faite. Il avait relaté la rencontre à Zola le soir même (B.N., MSS, n.a.f. 24518, fos 361-362). Il est vraisemblable que l’entente de publication simultanée Times/Aurore ait résulté de cette rencontre. « Le cinquième acte » fut rapidement rédigé, le lendemain du verdict. C’est Alexandrine Zola qui alla porter l’article à L’Aurore (lettre à Elina Laborde, 12 septembre 1899, coll. Morin-Laborde).

30 Documents non retrouvés.

31 Voir la lettre 153, n. 1.

32 Le 14 septembre, Zola continua de refuser les offres qui lui étaient faites : « Je ne me fais pas payer en France mes articles sur l’affaire Dreyfus, et j’accepterais encore moins l’argent d’un journal étranger. » (CZ, IX, l. 422).

33 Le dimanche 17 septembre, on avait en effet prévu « une grande manifestation à Hyde Park en plein milieu de Londres afin de marquer la solidarité des Britanniques avec les Dreyfus. Le symbolisme de cet endroit est signifiant : le Speaker’s Corner à Hyde Park est le lieu sacré de l’expression directe de la démocratie. Une vingtaine de “plate-formes” sont prévues, mais en l’occurrence il n’y en a qu’une dizaine. Les manifestants comprennent des syndicalistes, des socialistes, et quelques suffragettes. Une foule d’une cinquantaine de milliers de personnes y assistent [sic], et même si quelques Français sont malmenés, tout se passe assez calmement : selon le reportage du Times, l’ambiance de la manifestation est celle d’une “respectabilité petite-bourgeoise” ; il est “impossible de distinguer les spectateurs des manifestants”, et l’on attend avec impatience l’ouverture des pubs. » (Cornick, in Drouin, 1994, p. 579).

34 Il s’agit de Ferdinand II (1810-1859), roi des Deux-Siciles depuis 1830. Il fut surnommé « Il Re Bomba » (« le roi Bombe ») à cause des bombardements auxquels il soumit les villes « révoltées » et ses sujets durant la révolution sicilienne.

35 Voir la lettre 134. Le 29 septembre, Zola avait envoyé un mot à Vizetelly au sujet de Fécondité : « Mon cher confrère et ami, je reçois la lettre ci-jointe, à laquelle je ne puis répondre, puisque vous me laissez absolument sans nouvelles au sujet de Fécondité. Veuillez donc répondre vous-même. » (CZ, IX, l. 436). Nous ne possédons pas la lettre à laquelle Zola fait allusion.

36 Voir la lettre 160, n. r.

37 Nous n’avons pas la première lettre à laquelle Vizetelly fait allusion. Mais le 5 octobre, le jour même de sa lettre à Zola, donc, il écrivit une longue lettre explicative à la maison Macmillan : « Gentlemen, I have received your recent letters with respect to M. Zola’s Fécondité, and I would have written to you on the subject previously, but for the fact that this work has long been with me the subject of the most anxious consideration, & that I have been endeavouring to find a means of preparing of it such a version in the English language as might possibly find favour both with publishers and the public. But I deeply regret to say that the work is of so outspoken a nature that I find my task an impossibility. With due regard for the penal laws in force both in Great Britain and in America I regard a translation of Fécondité as impossible unless publisher & translater are prepared to face the costs, worry, and risk of punishment to which the issue of certain Works renders one liable. And it is expressly stated in my agreement with you that the work is not to be in any sense of a libellous nature. The same applies to my understanding with English publishers & I have no desire to go to prison for six months as my father did with respect to his bowdlerized version of M. Zola’s La Terre. On the other hand the matter of an objectionable character which is contained in Fécondité is not scattered here & there through the work in such wise that one might delete it or tone it down. It constitutes almost the whole of the first half of the book. If it were cut out nothing would remain. An adaptation is to my thinking an impossibility. I do not say that this matter is indecent. There is indeed no passage of real vice in the book, but scene follows scene of women at mid wives’establishments, of operations of all sorts performed on them, of some of them dying from the effects thereof in lakes of blood, of other being unsexed by surgical operations, of others taking every precaution possible to prevent childbirth ; the whole described so boldly, so vividly, at such length, in such detail, that neither British or American hypocrisy could for one moment tolerate such a recital. And, as I have said, toning down is in my opinion impossible, & absolute omission would so castrate the book that virtually nothing would remain. At all events I could not, I would not, whatever might be the price offered me, say £1,000, undertake to produce any adaptation even, of the work in the English language. It is with the greatest reluctance, after months of trying to devise something practical, after long correspondence & repeated interviews on the subject with M. Zola, that I have finally & definitely arrived at this conclusion. I regard the book as a great book, as the very gospel of nature itself ; and in France & elsewhere among those who brush the cant of so called Christianity on one side, it will be hailed with plaudits. But in the more or less Puritan countries, in England & on your side, I anticipate a chorus of blame & condemnation. Personally I have given hostages to fortune, & I cannot afford, either from the moral standpoint or the pecuniary standpoint, to fight the great battle which the issue of such a book implies. Secondly it is my duty to point out to publishers the risk that such issue would involve. You are, I think, well aware of my devotion to M. Zola’s interests & my admiration for his genius ; & you will therefore, I trust, believe what I Write. A few years back you refused from me a most carefully expurgated English version of L'Assommoir. I had left in that version really nothing that, to my thinking, could give the least offense. Nevertheless you wrote me (I still have your letter) that this version was too strong for you. Well, I take you at your own standard, & I tell you that, short of the omission of about half the book (of which at no price would I be a party), Fécondité, however much one might try to tone it down would remain, from the standpoint I have indicated, ten times worse than the aforesead version of L’Assommoir. I need hardly point out that all this is in more respects than one a great blow to all the parties concerned, Zola, myself, Mssr. Chatto & the Macmillan Co. M. Zola personally is much distressed at it ; he fears, he tells me, that my turning from him as it were after the lapse of so many years to be misconstrued. He has made many suggestions to me but I regard none as practical. If the non-appearance of an English version of the book from my pen provokes comment (as is probable), I shall explain my position through the medium of the press, pointing out that my admiration for M. Zola & for his literary work remains entire ; but that I am not prepared singlehandedly, to face even for him millions of English and American hypocrites. My father attempted to do so (so far as England was concerned) and was imprisoned, ruined & hounded to death for his pains. So far then as I am concerned in the matter I desire our agreement to be determined. I may say that I deeply regret having sold you, as it were ‘a pig in a poke’, but I trust that we shall be able to adjust matters financially. At the time when I saw Mr. Brett in England I had seen but verv little of the work and M. Zola in his description of it had given me no reason to believe that it would prove of such a dangerous character. If I had. for one moment, imagined that such difficulties would arise, I should have warned Mr. Brett & have adjourned the negotiations. I desire to add that what I have here written of the book is not simply my own personal impression. The French text has been shown <...> than one English literary man, also to the New York Herald people who declined it at once, & the opinions expressed to me on the subject have invariably coincided with my own. Nevertheless, should you desire to see the French text & submit it to competent opinion in America I am prepared to forward it to you. Perhaps some unscrupulous adaptator on your side may be willing to murder the book & produce for you something which may yet bear Zola's name though but faintly resembling his work. For myself I have too much respect for my craft & for Zola to do such a thing.

38 Toute cette affaire de la traduction de Fécondité paraît assez embrouillée (voir les lettres 160-169). Le 12 octobre 1899, Zola reçut la visite de Percy Spalding, l’associé de Chatto, à propos de la traduction du roman. Spalding transmit alors un « dossier » à l’écrivain, contenant notamment un engagement signé par Zola (touchant la vente de Fécondité à Chatto) en date du 22 août 1898. Cet engagement lui-même donnait suite à une lettre de Zola à Andrew Chatto, en date du 19 août 1898 : « Vizetelly vous expliquera à la suite de quelles circonstances il se trouvait [sic] un peu gêné en ce moment. Il vous soumettra la situation, et je veux simplement vous dire que, si vous pouvez lui être agréable, vous me le serez par là même. La cession que je suis prêt à vous faire de mon prochain roman vous sera, j’espère, une garantie suffisante. » (CZ, IX, l.176). Visiblement, il y eut erreur d’interprétation de part et d’autre quant à la teneur de la lettre du romancier : Zola ne cédait pas la somme prêtée à Vizetelly sur ses futurs droits d’auteur, mais demandait à l’éditeur de faire une avance à Vizetelly sur ses futurs droits de traduction.
Un an plus tard, la situation était devenue passablement confuse, mais elle se clarifia peu à peu. Le 18 octobre 1899, après la visite de Spalding, Zola écrivit directement à Chatto & Windus, concluant un nouveau traité et considérant que « [Vizetelly] seul reste votre débiteur. J’ajoute que je ne veux faire aucun tort à M. Vizetelly et que j’intercède auprès de vous pour que vous lui donniez encore du travail et que vous le choisissiez pour continuer à traduire mes romans. Mais il est entendu que ce sera sous votre responsabilité et que je vous adresserai directement le texte, sans avoir à m’occuper en rien du traducteur. » (CZ, X, l. 18). Cette lettre reprenait en partie la lettre de Spalding, envoyée le 16 octobre et donnant suite à la visite de l’éditeur : « Mr Chatto desires me to assure you that there is not a doubt in his mind that you did not receive any portion whatever of the £ 60, which we paid to Mr. E.A. Vizetelly on account, and we have decided to look only to Mr. E.A. Vizetelly for repayment. I shall go, as you wish, to see Mr. Vizetelly at an early date, and do not doubt he will admit that he alone received the money, and we anticipate he will make little difficulty in arranging with ourselves for the liquidation of it. » (arch. Chatto & Windus).
Tout semblait à peu près réglé, Vizetelly étant maintenant dégagé de ses fonctions d’« agent littéraire », lorsque George Brett, président de la maison Macmillan, écrivit à However I will mail you the French text if you desire it. If you take such a course as that, there would I think be no reason to disturb your financial arrangements with M. Zola personally. As regards the arrangements with myself, I received from you £60 on <...> of future royalties. You will please repay yourselves at once so much of that amount as may be represented by the royalties which would be payable to me next November. As regards the surplus I would ask you to be good enough to carry it forward temporarily (letting me know the exact figure), or at all events to give me some little time for refunding it. Perhaps I might be able to clear it off by selling you some literary work. But this I doubt, as you are so difficult to deal with, or, I would rather say, to please. Reiterating my sincere regrets, & assuring you positively that my decision with respect to Fécondité is final & irrevocable, that it has only been arrived at after long & most anxious consideration & adopted by me as a most painful necessity & at considerable cost to myself, I am, dear Sirs, yours faithfully, Ernest A. Vizetelly. — Oct. 5 (night) P.S. Since writing the above I have heard ffom MM. Chatto that they intend trying to get somebody (less scrupulous than myself) to concoct something in the way of an adaptation of the book. I am therefore tending them my French proofs. I am in doubt whether what might please Chatto could please you (in fact all the evidence I have, relating to former books, is rather against that view) & thus it might be best for you to prepare your own version. In any case I will send out the French text by next mail. If however you should care to try whatever version Chatto may arrange for, you had better communicate with them direct. I am now about to draft a statement of my position for the newspapers, & will mail you a copy of it. » (arch. Macmillan & Co.). Zola, le 27 octobre 1899, annonçant renoncer à publier Fécondité : la traduction de Vizetelly ne lui était toujours pas parvenue. Puisque l’édition française était déjà en marché (depuis le 12 octobre), il ne pouvait contrer les traductions piratées. Il demandait donc à Zola le remboursement des frais encourus pour Fécondité (avances, publicité, protection des premiers chapitres, etc.). Zola lui répondit, le 8 novembre : « Il est vrai que la convention que j’ai signée chez vous n’a pas été exécutée, mais il ne faut pas oublier que M. Vizetelly est le seul fautif dans cette affaire : c’est parce qu’il ne vous a pas envoyé sa traduction dans les délais que le roman n’a pas pu paraître chez vous en même temps qu’en France. Jusqu’à ces derniers temps, j’ignorais que sa traduction n’était pas prête et qu’il n’avait pas l’intention de l’achever. Il m’avait bien parlé des obstacles qu’il prévoyait et des soucis qu’il se faisait à cause des préjugés anglais, mais puisqu’il était avisé depuis longtemps de la date de publication en France, et qu’il n’avait rien dit de son intention d’abandonner la traduction, je supposais qu’elle était prête, et qu’il vous l’avait envoyée lui-même dans les délais convenus. C’est par l’intermédiaire de mon éditeur de Londres, M. Chatto, que j’ai appris la fâcheuse situation actuelle. Un associé de M. Chatto, M. Spalding, a dû venir à Paris pour m’expliquer l’affaire et arrêter les bases d’un nouveau traité, que nous avons conclu. » (CZ, X, l.31). Voir la lettre 160, n. 1.

39 Il s’agit de la guerre, commencée le 11 octobre, qui opposa l’Angleterre aux Boers jusqu’en mai 1902. Voir la lettre 58, n. 5. Vizetelly parle ici de la version française du roman, parue le 12 octobre précédent.

40 Sur W.H. Smith, voir l’introduction du présent volume.

41 The Speaker, dans sa livraison du 21 octobre, publiait, sous la signature F.Y.E., un article assez caustique : « The conscience of the reader is satisfied : the author has drawn a contrast and pointed a moral. Only, it is a very long sermon ; and it might have been possible to preach this gospel by example and by precept in less than 750 pages. But M. Zola is justly proud of the reproductive powers his pen possesses, and will lose no occasion of demonstrating that what he has written once he can write again. [...] Nothing can redeem this limitation, which is perhaps only the exaggeration of M. Zola’s most obvious idiosyncrasy, his concentration, his capacity for being absorbed by one idea which colours all his world ; neither a few beautiful or powerlul scenes, such as the scene of Mathieu’s return home in the first book and the death of Madame Morange ; nor a dozen really wonderful phrases, qui font image, scattered up and down the novel ; nor all the author’s talent for description ; nor his intense vitality. [...] Meanwhile I for one am thankful to M. Zola — whose novel is not amusing — for having refrained from boring us still more by indulging in obvious topical allusions to events of the hour. His exemplary detachment is astonishing in a man of his sensational temperament who has had a journalistic training. »
Le 9 novembre, le
Times avait publié un entrefilet, plutôt nuancé, d’une trentaine de lignes, sur Fécondité : « It is not easy to explain completely to an Anglo-Saxon audience the full signification of M. Zola’s remarkable work, Fécondité [...]. Naturally such a theme carries him amidst scandalous habits and customs. But side by side with these terrible scenes he describes for us almost romantically, and in pages which are among the most eloquent he has ever penned [...] the book itself is a series of contrasts, at one time full of beauty, at another reeking with monstrous suggestion. M. Zola more and more reveals himself as a poet, and a romantic poet, rather than a writer of sober prose. »

42 Il ne s’agit pas d’une déclaration, mais d’une lettre, parue dans The Athenaeum le 21 octobre 1899 : « I should be glad to have the privilege of making in the Athenaeum a Personal statement with respect to M. Zola’s new novel Fécondité, which was issued in Paris on October 10th. A translation of that work from my pen has repeatedly been announced, and lately I have been receiving quite a number of letters asking when it would appear. I have no doubt that an English version of Fécondité will be published before long

43 Malheureusement, ces lettres n’ont pas été retrouvées.

44 Le 5 octobre, Chatto avait écrit à Zola : « [...] this morning, Mr. Spalding at once went to see Mr. Vizetelly at Raynes Park and was much astonished to learn from him that scarcely anything had been done with the translation, and he was also informed for the first time that Mr. Vizetelly feels himself quite unable to undertake the translation of the volume [...]. We are therefore at the last moment compelled to resort to another translator, whose report, as to whether he can undertake the translation at such short notice we are now awaiting. » (arch. Chatto & Windus). C’est Vizetelly qui traduira Fécondité. Voir la lettre suivante et la lettre 163, n. 5.

45 Voir la lettre 1, note 9.

46 Voir la lettre 160, n. 2 et 3.

47 Voir l’interview de Zola sur La Terre publiée le 14 septembre 1889 dans le supplément littéraire du Figaro. Zola y déclarait à Ange Galdemar : « Et pour ce qui tient à l’opinion des étrangers sur mon compte, je suis demeuré malheureusement très Français. Toutes les fois qu’on m’annonce la saisie d’une traduction de mes livres, j’accueille la nouvelle avec la plus parfaite indifférence. » (Speirs & Signori, 1990, p. 43).

48 Zola ne semble pas avoir répondu à cette lettre. by Messrs. Chatto & Windus ; but that version will not be mine, and if I ask leave to make a statement, it is to explain why I have passed the work on to others. For some years now my name has frequently been associated with that of M. Zola, and a sudden break in our connexion is liable to be misinterpreted. In fact, I have already learnt privately that such is the case. The plain truth, however, is this. I have not translated Fécondité because, in my humble opinion, an adequate translation of the book is an impossibility. I have studied the French text with great care, and hold that in the present State of English opinion — prejudice, hypocrisy, call it what you will — no English publisher of repute would care to issue anything approaching a Verbatim rendering of the book. Such issue, in my estimation, would be inevitably followed by controversy of the most unpleasant kind, and a prosecution might well ensue. So far as I am concerned, there are peremptory private reasons why I should do nothing to revive scandai such as followed the publication by my father of certain of M. Zola’s former works, notably La Terre. I admired La Terre, and I admire Fécondité, which deals, to my thinking, in a masterly fashion with a crying evil. But although some may argue that English fiction has ‘moved’since the days of La Terre, and that certain outspokenness, then so universally censured, has now largely become permissible, I consider such a degree of outspokenness as distinguishes Fécondité to be still far in advance of us. At all events, whether that be the case or not, I cannot in my position — having given hostages to fortune, having been involved in the ruin which overtook my father, and having then had to begin my life afresh — I cannot undertake, even in the more than doubtful case of publishers being willing to fight, or help to fight, the battle which the publication of a faithful English rendering of Fécondité would, in my estimation, entail. It may be said, however, that it was open to me to employ what is currently called the ‘toning-down’ process ; and it is true that I have employed it in some of my translations which have been received so indulgently by the press and the public. But I found that no mere ‘toning-down’ would suffice for Fécondité. It appeared to me, after the most careful consideration, that I should have to sacrifice at least a quarter — perhaps a third — of the book, so mangling and amputating it that whatever might remain would be utterly unworthy of either M. Zola or myself. Here I may mention that various literary friends whom I consulted, and also the editors of different English and American journals who would have liked to publish Fécondité serially, expressed views similar to my own. Thus I was placed in a dilemma. A faithful translation seemed impossible, and I felt that I could not utterly maim and mangle the book, and then offer the sorry remnants to English readers as being in any degree representative of M. Zola’s work. M. Zola, I may say, gave me carte blanche to act as I pleased, and again and again expressed to me, both by word of mouth and in writing, his hope that there would be no break, even temporary, in our connexion. Again, the English publishers, Messrs. Chatto & Windus, refrained from exercising any pressure on me. ‘Mais à l’impossible nul n’est tenu,’ and after months of the most anxious consideration, after repeatedly striving to find some means of overcoming the difficulties of the task, I reluctantly threw it up. I should like to add, by way of stopping some silly chatter, that there has been no quarrel whatever between either M. Zola or Messrs. Chatto and myself. Some day, I hope, I shall again be privileged to lay the great French writer’s views before those readers of this country and the United States who unfortunately cannot study him in the original. »

49 Nous n’avons pas cette lettre de Macmillan à Chatto ; mais le 21 novembre 1899, Macmillan écrivait à Zola : « I am not even yet in receipt of a copy of the French edition of your recent book Fécondité and have not been able to procure one on this side : hence I cannot speak definitely, but have gathered that the production of a translation likely to be satisfactory to the American public will be a somewhat difficult matter. I am, however, by no means despairing of accomplishing this feat and am in the meantime asking Mr. Chatto kindly to let me see immediately proof sheets of his edition, with the idea of purchasing from him the right to use them for our American issue of the book. » (arch. Macmillan & Co.).

50 Il s’agit des hystérectomies pratiquées par le Dr Gaude, qui sont décrites assez crûment par Zola : « Le docteur, qui ne dédaignait pas l’argent, très âpre au contraire, avec les clientes riches, aimait également la gloire, mettait un orgueil éclatant à réussir les très dangereux essais qu’il risquait sur les pauvres femmes de sa clinique. Les journaux s’occupaient constamment de lui, il montrait au plein jour de la publicité ses opérées sans importance, ce qui encourageait les belles dames à tenter l’aventure. Au demeurant, pessimiste et gai, il châtrait une femme comme on châtre une lapine [...]. » Zola met aussi dans la bouche de Santerre, le romancier, la description des opérations de Gaude : « Alors Gaude vous prend une femme, deux femmes, trois femmes, et avec une maestria extraordinaire, avec un brio qu’on est tenté d’applaudir, il leur enlève tout, absolument tout, en un tour de main, sans que cela tire à aucune conséquence fâcheuse, affirme-t-il. » (OC, VIII, p. 47 et 119).

51 Sans jamais être clairement décrites, on comprend que les « fraudes » concernent la contraception. Le Dr Boutan, le médecin de famille des Séguin, des Beauchêne, des Froment, n’a pas de mots assez durs pour stigmatiser ces pratiques et leurs conséquences : « On fait grand bruit de notre névrose moderne, de notre dégénérescence, de nos enfants de plus en plus chétifs, mis au monde par des femmes malades, détraquées, affolées. Mais, avant bien d’autres causes, moins graves, la fraude est la première, la grande cause, celle qui empoisonne la vie à sa source ! Mais c’est la fraude, la fraude universelle, préméditée, obstinée, vantée, qui nous jette à cette décrépitude précoce et qui nous achèvera !... Songez donc ! On ne trompe pas impunément un organe. Imaginez-vous un estomac qu’on nourrirait d’un continuel leurre, dont des corps indigestes appelleraient sans cesse le sang, en ne donnant jamais rien à la digestion ? Toute fonction, qui ne s’accomplit pas dans l’ordre normal, devient un danger permanent de troubles. Vous énervez la femme, vous ne contentez chez elle que le spasme, vous en restez à la satisfaction du désir, qui est simplement l’appât générateur, sans consentir à la fécondation, qui est le but, l’acte nécessaire et indispensable. Et vous ne voulez pas que, dans cet organisme dupé, bousculé, détourné de son usage, se déclarent de terribles désordres, les déchéances, les perversions ! Ajoutez que, si le mari a fraudé, l’amant fraude de plus belle. C’est un assaut de toutes les heures. Dès que la peur de l’enfant ne modère plus les appétits, l’organe est mis au régime du plaisir facile, répété, exténuant. » (ibid., p. 287).

52 Après avoir menacé encore une fois d’abandonner Fécondité (→ lettre 163), Vizetelly termina sa traduction sans doute vers le début avril, comme l’indique la date inscrite à la fin de la préface rédigée par le traducteur (avril 1900). La version anglaise du roman, publiée sous le titre de Fruitfulness (London, Chatto & Windus, mai 1900), compte 412 pages.

53 C’est le Star qui avait publié Angéline, en janvier 1899. Voir la lettre 113.

54 Travail fut publié en feuilleton dans L’Aurore, du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901. Il ne semble pas y avoir eu de publication en feuilleton dans les journaux anglais. Le 3 novembre 1900, Zola écrivit à Theodore Stanton, le représentant de la maison américaine Harper : « Travail ne paraîtra pas en Angleterre dans un journal ni dans une revue, et je vous répète que le volume ne peut être publié en librairie qu’au moment même où le volume original français sera lui-même publié. » (CZ, X, l.156). Travail fut publié en feuilleton aux États-Unis, dans Harper’s Weekly, du 26 janvier au 30 mars 1901, dans une traduction qui n’était pas de Vizetelly. Voir la lettre 172, n. 1.

55 Voir la lettre 173, n. 4.

56 Violette Vizetelly avait sans doute voulu envoyer un souvenir aux enfants Zola, qui habitaient rue du Havre, avec Jeanne Rozerot, et non rue de Bruxelles (domicile de Zola et d’Alexandrine).

57 L’édition anglaise de Fécondité parut en fait le 11 mai 1900, sous le titre Fruitfulness. C’est Doubleday qui publia Fruitfulness aux États-Unis, Macmillan s’étant récusé. Voir la lettre 164, note 1.

58 Zola écrivit à Brett le 16 février, confirmant qu’il acceptait les termes du traité signé à Londres le 25 mars 1899. Mais il ajoutait : « Seulement, il est entendu qu’à l’avenir, si nous traitons pour les romans que je dois écrire, je m’engagerai avec vous directement et tout seul, sans lier mon sort en aucune façon avec M. Vizetelly ; ce qui ne vous empêchera pas de traiter avec lui, comme traducteur, mais sans que je sois responsable en rien de ce qu’il pourra advenir entre lui et vous. » (CZ, X, 1.178).

59 Zola ne semble pas avoir répondu à Vizetelly. Voir la lettre 162.

60 Cette visite n’eut pas lieu. Voir la lettre 163.

61 Voir la lettre précédente.

62 Voir la lettre 161, note 2.

63 Nous ne possédons pas la réponse de Zola, mentionnée par Vizetelly dans la lettre suivante.

64 Voir la lettre 162.

65 Cette lettre ne nous est pas parvenue.

66 Une partie de la lettre ne nous est pas parvenue.

67 Le romancier avait écrit, dans sa lettre du 6 octobre 1899 : « De vive voix, je vous ai souvent répété, à Upper Norwood, d’abandonner la traduction de Fécondité, si ce travail vous inquiétait. [V]ous auriez dû au moins me répondre franchement, au lieu de garder un silence dont j’étais stupéfait. » (CZ, X, l. 5).

68 Voir les lettres 134 et 158. Effectivement, Zola avait écrit, dans une lettre datée du 28 mars 1899 : « Mon cher confrère, je vous prie de ne parler de rien à Chatto avant de m’avoir vu. Rien ne presse. » (CZ, IX, l. 328).

69 Voir la lettre 160. On croit comprendre que Zola n’a pas formellement informé Vizetelly qu’il n’avait plus l’intention d’avoir recours à ses services comme agent littéraire (voir les notes de la lettre 158 et la lettre 161, note 2). Le romancier répondit, le 28 mars : « Vous vous trompez sur mon attitude à votre égard, je n’ai ni colère ni rancune contre personne au monde, je tiens seulement à traiter directement pour mes livres à venir avec les éditeurs anglais et américains, tout en les priant de vous choisir comme traducteur. Mon unique désir en faisant cela est de n’accepter que la responsabilité des engagements que je puis tenir, en ne liant pas mon sort à celui du traducteur, qui sera ainsi directement responsable de sa traduction devant les éditeurs. Cela est bien légitime et ne saurait blesser personne. Mais je reconnais que, pour Fécondité, je me trouve encore engagé avec vous, et je ne refuse pas de vous aider à liquider cette affaire au mieux de vos intérêts et des miens. Je vous autorise donc à faire le nécessaire, soit auprès de ce M. Reynolds dont vous parlez, soit auprès de n’importe quel éditeur américain. » (CZ, X, l. 93). Voir la lettre 164, n. 1.

70 Vizetelly n’abandonnera pas sa traduction, ainsi qu’il l’annonçait. L’ouvrage parut le 11 mai (→ lettre 161, n. 1). Dans une lettre à Chatto & Windus (15 mai 1900), Zola se réjouissait de cette « affaire heureusement terminée, grâce à votre bon vouloir et celui de M. Ernest Vizetelly, et j’espère que nous aurons tous à nous applaudir d’un tel dévouement. » (CZ, X, l.103). Les éditeurs anglais, quant à eux, se félicitaient que le livre ait vu le jour : « We consider it a matter of congratulation that the work has been done by our mutual friend, Mr. E.A. Vizetelly, who has with a little compression, brought the work within the reach of the English reading public, and, at the same time, we think he has succeeded in keeping well in view the high and lofty aims which are so admirably enunciated in the original. We are extremely pleased with the way in which Mr. Vizetelly has performed his task and we trust that his work will also meet with your approbation. » (11 mai 1900, arch. Chatto & Windus).

71 C’est à la recommandation de Brett, de passage à Londres en mars 1900, que Vizetelly, avec l’autorisation de Zola (→ lettre 163, n. 6), confia les épreuves de Fécondité à Paul Revere Reynolds, représentant de divers éditeurs anglais et de nombreux écrivains célèbres (Joseph Conrad, George Bernard Shaw, Tolstoï, etc.). Voir la lettre 168, n. 1. Reynolds s’était déjà occupé de vendre Rome aux États-Unis. Voir la lettre 64.

72 Le 15 août 1899, Vizetelly avait écrit à Macmillan & Co. à ce sujet : « The sales of Paris seem to be ridiculously small ; and only tend to confirm the opinion that the price at which the work is sold is now much too high. Rome, dealing with religious matters, appeals, no doubt, to a different class of readers, & it might be as well to keep it at its present price. But assuredly Paris will only move again if it is lowered at such a popular price as will place it within the reach of the classes who it is likely to interest. The figures for Paris as given in the accounts now received cannot fail to disappoint M. Zola as much as they disappoint myself. There is a more popular element in Paris than there is in Rome, & this ought to be taken into account in pricing it, particularly now that the first demand is over. » (arch. Macmillan & Co.).

73 Nous ne possédons aucun renseignement sur ce journaliste.

74 Henryk Sienkiewicz (1846-1916), d’origine polonaise, auteur du célèbre roman Quo Vadis (1895).

75 Rien, dans la correspondance, n’indique que la visite projetée eut lieu.

76 Voir la lettre 164, n. 1 et la lettre 168, n. 1.

77 La famille Harper abandonna la direction de la maison d’édition à l’automne 1899.

78 Rien, dans la correspondance, n’indique que ce rendez-vous eut lieu.

79 Voir la lettre 163, n. 6.

80 Voir la lettre 58, n. 5. De nombreux comités de soutien aux Boers furent créés un peu partout à travers le monde. Aux États-Unis, le mouvement était dominé par les immigrants irlandais, hollandais et allemands. Après la chute de Pretoria, en juin 1901, Arthur Lynch, correspondant de guerre australien ayant combattu aux côtés des Boers, se rendit aux États-Unis afin de mobiliser l’opinion publique. Mais le président McKinley avait proclamé la neutralité des États-Unis et il refusa d’intervenir, obligeant Webster Davis, sous-secrétaire d’État à l’intérieur à démissionner pour avoir publiquement soutenu la cause boer. Sur la fin de la guerre, voir la lettre 173, n. 4 et 5.

81 Ce n’est que le 19 juin que Frank Doubleday eut un entretien avec Zola. Le 20 juin, le romancier écrivit à son traducteur : « J’ai vu hier M. Doubleday, qui était de passage à Paris et qui s’est présenté avec une lettre de vous. Mais je n’ai pu que lui dire poliment que j’étais heureux d’être entré en affaire avec sa maison, car il m’a été impossible de causer avec lui de mes romans à venir. Je suis fatigué et souffrant, je ne sais quand j’aurai un roman terminé. Et, d’autre part, je veux examiner auparavant plusieurs propositions que j’ai reçues d’Amérique. Quand l’heure sera venue, je lui écrirai, s’il y a lieu. » (CZ, X, l.115). Voir aussi les lettres 168 et 169.

82 Voir la lettre 164, n. 1. Dans sa réponse du 20 juin, Zola fait le point sur les conditions de vente à Doubleday, telles qu’elles lui avaient été expliquées par Reynolds dans sa lettre du 26 mai 1900 : « I don’t know whether you have heard through Mr. Vizetelly that I have arranged the publication of your novel Fécondité with Messrs. Doubleday, Page & Co. of this city. The arrangement is that they are to pay the sum of 140 pounds on account of a 15 % royalty. I agreed to let them take the book for 140 pounds on a 15 % royalty, or for 300 pounds outright, and they decided to choose the former proposition. I received front them a check for $681.80, which is the equivalent of 140 pounds in American money. I deducted my commission of 10 % and $32.60 which I had to pay Macmillan for work done in printing and copyrighting the book. I also deducted $1.25 for a cable which I sent to Mr. Vizetelly. This leaves the sum of $579.77.I have taken out one-third of this and sent to Mr. Vizetelly, and I am sending you $386.52 in the form of a draft on Paris for 1,990.60 francs. I trust that this arrangement will be satisfactory. »

83 Voir la lettre 158, n. 3.

84 La suite de cette lettre ne nous est pas parvenue.

85 Voir la lettre 167.

86 Il s’agit sans doute de la lettre de Vizetelly, en date du 6 juin (voir la lettre 168).

87 Voir la lettre 168, n. 1.

88 Il s’agit du Fisher Act, « purporting to affect the importation into Canada of books published under an Imperial Copyright. The Act provides that if a book had acquired Imperial Copyright by first publication in the British Dominions outside Canada, and a licence has been granted for its reproduction in Canada, the Canadian Minister of Agriculture may prohibit the importation into Canada of any copies of such book printed out of Canada and imported without the licensee’s consent. » (MacGillivray, 1902, p. 188-189).

89 Voir la lettre 164.

90 Voir la lettre 164.

91 En fait, Doubleday ne publiera plus rien de Zola.

92 Il s’agit de Travail, publié dans la traduction de Vizetelly, sous le titre Work, par Chatto & Windus, en 1901. L’ouvrage parut aux États-Unis, chez Harper, sous le titre Labour (sans mention de traducteur).

93 Travail fut publié dans le Harper s Weekly, du 26 janvier au 30 mars 1901.

94 Voir la lettre 170, n. 1.

95 Voici le texte de cette lettre : « 16 Chestnut Rd, Raynes Pk, S.W., Londres. Le 31 octobre 1900. (traduction) À MM. Chatto & Windus, à Londres. Messieurs, je vous accuse réception de votre lettre du 30 courant par laquelle vous me faites savoir que le nouveau roman de M. Zola paraîtra en feuilleton dans L’Aurore à partir du 3 Décembre prochain, et qu’on le lancera en librairie vers la fin de Mars. M. Zola, me dites-vous, a exprimé le désir de me voir confier la traduction de ce livre, et vous m’offrez pour cette traduction la somme de 1750 francs. J’aurais pu sans doute m’arranger avec vous si j’avais pu espérer que ma traduction serait en même temps utilisée en Amérique, où elle m’aurait rapporté une somme analogue à celle que vous m’offrez ; mais je n’ai aucun renseignement à ce sujet, et attendu qu’il ne reste qu’un mois pour faire paraître et enregistrer là-bas les premiers chapitres, sous peine de voir tomber les droits dans le domaine public, je suis persuadé que M. Zola a dû traiter avec une maison américaine que je ne connais pas, et que la traduction doit être faite en partie déjà par un autre que moi. Dans ces circonstances, il m’est naturellement impossible d’accepter votre offre. Il me faut de 3 à 4 mois pour traduire un roman de M. Zola. Je n’ai jamais consacré moins de 3 mois à un de ses livres, et s’il a plu aux critiques de dire que ces traductions étaient bien faites, c’est tout bonnement parce que j’y ai mis le temps nécessaire. La malheureuse aventure de Fécondité s’est terminée par une perte pour moi de 3 à 3 500 francs, attendu que cela m’a pris plus de 5 mois à débrouiller et que je n’ai récolté de part et d’autre qu’une somme de 3 500 francs. Mais en prenant comme moyenne une période de 3 à 3 mois et demi, pour la traduction d’un livre de M. Zola, il me faut comme honoraires une somme d’au moins 3 000 francs. Je dépense par mois environ 1 000 francs pour vivre. Lorsque je m’attèle [sic] à une de ces traductions, je suis forcé de négliger tous mes autres travaux, et même lorsque ces traductions se présentent dans les meilleures circonstances, j’arrive à peine à joindre les deux bouts avec ce que j’en récolte. Je comprends fort bien que de votre côté vous ne pouvez augmenter indéfiniment les frais d’établissement d’une de ces traductions, et qu’il se peut, comme vous le dites, que la somme que vous payez à l’auteur pour ses droits vous empêche de mieux traiter le traducteur ; mais de mon côté je ne puis travailler à perte. J’ai de lourdes charges de famille qui augmentent tous les ans, et si j’acceptais le prix que vous m’offrez j’aurais perdu, mon travail fini, une somme de 1 000 à 1500 francs. D’autre part, je reconnais que les traducteurs sont toujours très mal payés et qu’il y a cependant une foule de jeunes gens qui ne demandent qu’à mettre du français en anglais pour des prix qui ne cessent de diminuer. Pourquoi donc ne pas vous adresser à un jeune, qui n’aura pas les charges qui m’incombent à moi, et qui ne sera que trop content de gagner 500 francs par mois pendant un trimestre et de voir imprimer son nom comme traducteur d’un roman de M. Zola. C’est là, croyez-le-moi [sic], la meilleure solution à une situation qui découle, tout naturellement, des lois économiques de l’offre et de la demande. Quant à moi, puisque vous ne pouvez augmenter votre prix, je ne pourrais accepter votre offre que si la traduction pour l’Amérique m’était assurée ; mais, pour les raisons que j’ai données au début de cette lettre, il est à peu près certain que cette traduction se trouve déjà en d’autres mains. Toutefois je vais faire part à M. Zola de ce que je vous écris, et si je recevais de lui un renseignement utile, je vous le communiquerais. Bien cordialement à vous, E.A. Vizetelly. »
Le 3 novembre, Zola répondit : « Mon cher confrère, vous avez parfaitement raison de demander à MM. Chatto et Windus une augmentation, si vous estimez que votre travail et votre situation la justifient. C’est justement afin de vous laisser une liberté entière vis-à-vis d’eux et pour n’accepter moi-même aucune responsabilité dans votre besogne, que j’ai préféré nous dégager l’un de l’autre. Quant à l’affaire d’Amérique, je vous dirai que la maison Macmillan m’a blessé par son attitude, au moment de Fécondité [...]. J’ai reçu des propositions supérieures à celles qu’ils m’ont faites, et j’ai accepté. » (CZ, X, l.157). Il s’agit de la maison Harper, qui publia Travail aux États-Unis, mais dans une traduction qui n’est pas de Vizetelly. Voir la lettre 172, n. 1.

96 Travail parut dans L’Aurore du 3 décembre 1900 au 11 avril 1901, puis en volume chez Fasquelle le 18 avril 1901.

97 Il s’agit de Path of Thorns, publié par Chatto & Windus en 1900 (446 pages).

98 Voir la lettre précédente, n. 1. On se rappellera que George Brett, de la compagnie Macmillan, avait exigé le remboursement des sommes avancées à Zola pour Fécondité parce que la traduction n’avait pu être publiée en même temps que le texte français. (Voir la lettre 158, n. 3). Quant à Doubleday, Vizetelly lui avait fait une lettre d’introduction pour Zola (voir la lettre 167, n. 1).

99 Voir la lettre 170, n. 1.

100 Les Quatre Évangiles se vendaient difficilement en feuilleton. D’autre part, les éditeurs américains n’achetaient pas toujours la traduction faite par Vizetelly, d’où la diminution sensible des gains du traducteur.

101 Voir la lettre 170, n. 3.

102 Nous n’avons pas retrouvé cette lettre. Mais le 8 novembre, Zola recevait une lettre de Chatto & Windus lui indiquant que la maison britannique avait définitivement choisi Vizetelly comme traducteur pour Travail. Au bout du compte, c’est la maison Harper qui publiera Labor (Travail) aux États-Unis, d’abord en feuilleton dans Harper’s Weekly, du 26 janvier au 30 mars 1901, puis en volume la même année (→ CZ, X, l.144), dans une traduction non signée, mais qui n’est pas de Vizetelly (voir King, 1978, p. 413). Les deux traductions comportent des variantes importantes, selon King : « This appears to be the only novel in the Les Quatre Evangiles series to exist in two translations and the marked differences in a number of passages prompts the belief that the American publishers received proofs from Zola bearing many alterations and additions at variance with those sent to Vizetelly. Apart from this the Harper translation is considerably more straight-forward in its use of language than Vizetelly’s, especially in the dialogue. »
Ces différences trouvent en partie leur explication dans une lettre de Zola à Theodore Stanton, en date du 18 février 1901 : « Cher monsieur Stanton, je vous envoie, en double exemplaire, la fin de Travail, et cette fois, c’est bien le texte définitif et corrigé. Faites remarquer au traducteur que le texte des trois derniers chapitres que je vous ai remis dernièrement, sur vos insistances, n’est pas le bon, et qu’il faut qu’il traduise sur celui-ci, s’il veut donner une traduction fidèle. » (CZ, X, l.194). Voir la lettre 175 : Vizetelly critiqua la traduction américaine, qu’il estimait mal faite.

103 Le 9 novembre, Zola avait écrit à Vizetelly pour lui annoncer qu’il venait d’envoyer à Chatto le Livre I de Travail, soit cinq chapitres.

104 Le 18 février, Zola répondit : « Les légères fautes que vous me signalez sont des fautes qui m’échappent à ma première lecture, et que je corrige sur la mise en pages. Malheureusement, ces dernières corrections ne peuvent vous être soumises ; et, malgré toute ma bonne volonté, des différences, infimes d’ailleurs, existeront toujours entre l’original et votre tratraduction.» (CZ, X, l.195). Le critique du Times, rendant compte de la version anglaise de Paris, ne mentionne pas ces différences (1er mars 1898).

105 Vizetelly fait allusion à la « Lettre à M. Émile Loubet », parue dans L’Aurore le 22 décembre 1900. Zola y passait « en revue les principaux épisodes de l’affaire Dreyfus et renouvel[ait], en conclusion, les accusations portées, en janvier 1898, dans “J’accuse”. » (CZ, X, 1.180).

106 « L’armée anglaise des années 1898-1899 n’était pas à la hauteur des ambitions impériales définies par le pouvoir politique. [...]. Un autre problème, structurel celui-là, était posé par l’amateurisme de nombreux officiers mondains, issus de l’aristocratie [...]. » (Lugan, 1998, p. 120). L’arrogance de certains officiers coûta la vie à de nombreux soldats, que l’on faisait marcher la nuit, en terrain inconnu, sans reconnaissance préalable, comme lors de la bataille de Maggesfontein en décembre 1899, bataille dirigée par Sir Henry Buller. Buller (1839-1908) fut relevé de son commandement pour ses erreurs durant la campagne, renvoyé à Londres en octobre 1900 et mis en retraite avec une demi-solde.
Frederic Sleigh Roberts (1832-1914) fit une brillante carrière dans l’armée coloniale et en 1880 fut fait baronet. Nommé field marshal en 1895, il passa quelques années en Irlande puis fut nommé commandant en chef en Afrique du Sud en 1900. Ayant donné une nouvelle orientation aux opérations militaires britanniques, il prit la ville de Pretoria le 5 juin 1900.

107 Aucune concession ne fut faite aux Boers : les deux républiques, le Transvaal et l’État libre d’Orange, furent annexées à la couronne britannique le 31 mai 1902.

108 Zola réunit tous les textes relatifs à l’affaire Dreyfus en brochure, qui parut en février 1901, sous le titre La Vérité en marche.

109 La version française de Travail avait été mise en vente le 18 avril 1901 et La Vérité en marche en février 1901.

110 Becker (1993, p. 424) et King (1978, p. 427) donnent, pour Travail (en version française), des chiffres de vente qui, s’ils n’atteignent pas les records des Rougon-Macquart, n’en demeurent pas moins bien au-dessus des moyennes (77 000 exemplaires en 1903 pour Travail). Nous n’avons pas les chiffres pour la version britannique.

111 The Saturday Review consacra quelques lignes à l’ouvrage, dans son numéro du 4 mai 1901 : « Work. By Emile Zola. London : Chatto and Windus. 1901 Mr. Vizetelly’s translation is good ; but the French language is much missed in the didactic parts of the book, which might be almost described as a treatise on Social and Labour problems. Like others of M. Zola’s later books, the story is completely dominated by the intention expressed in the title, consquently the work is hard reading ; it is, however, indisputably worth reading, and for those interested in the problems immensely valuable. »
The Athenaeum, le 11 mai 1901, était plus sévère : « Travail. Par Émile Zola (Paris, Charpentier). Work. By Emile Zola. Translated by E.A. Vizetelly (Chatto & Windus). M. Zola’s new book describes the life of the iron-workers of France, as Germinal did that of the coalworkers, but less well. The second part of his enormous volume develops a Socialist dream which is wholly at variance with the author’s ordinary powers of observation of real fact as applied in the first part. The novel is, even more than usual, a physical distress to the reader, on account of the crowding of the pages, the imperfections of the printing, and the irritating misprints. Mr. E.A. Vizetelly provides, as usual, the translation of the book under the title Work, which he prefers to Labour, as indicating excessive toil, whereas M. Zola desires work with gaiety — a thing rather hard for the British public to realize. The translation is fluent. »

112 Zola n’apprécia sans doute guère d’être associé à Tolstoï. Ainsi que le soulignait Dorothy Speirs : « [...] Tolstoï représentait pour Zola un rival dont il fallait se méfier ; car, si tous deux s’orientaient de plus en plus, à mesure qu’ils vieillissaient, vers un utopisme socialisant sinon socialiste, ils avaient choisi, pour parvenir aux pays de leurs rêves des chemins fort différents. À l’encontre de Zola, Tolstoï rejeta l’éthique du travail, y préférant ce qu’il appelait la doctrine du “non-agir” [...]. Qui plus est, l’horreur que Tolstoï ressentait et exprimait vis-à-vis de la femme, de l’amour charnel et de la fécondité, ses constatations sur la relativité de la science, et son refus de la technicité, voire de la civilisation en général, jetaient le défi aux conceptions les plus chères de Zola. Dans une certaine mesure, donc, Paris et, encore plus, Travail constitueraient la réponse de Zola à une philosophie qu’il trouvait extrêmement dangereuse. » (Speirs, 1977, p. 28-29).

113 Alfred Dreyfus avait fait paraître chez Fasquelle Cinq années de ma vie, ouvrage où il racontait sa détention à l’île du Diable. Zola avait lu l’ouvrage et écrivit à Dreyfus, le 8 mai : « Cher monsieur Dreyfus, j’achève la lecture de Cinq années de ma vie, et je ne sais rien de plus poignant, de plus éloquent, dans la simplicité et la concision. [...] [Ces pages] disent quel homme vous êtes et quel martyr vous avez été. Maintenant, la figure est complète, et d’une grande beauté d’innocence et de souffrance. » (CZ, X, l. 246). La version anglaise avait paru simultanément, sous le titre Five Years of my Life. (Translated from the French by James Mortimer. With portraits and illustrations, London, George Newnes Ltd.). Le 1er mai 1901, le Times notait : « To-day appears simultaneously in most of the capitals of Europe the volume in which Captain Dreyfus presents the story of his sufferings [...]. It is a deeply pathetic story, but we may say at once that it adds little to what was known before, and that it throws no light upon what the French call ‘les dessous de l’affaire’, that secret history of intrigue and underground machination [...]. »

114 L’opéra fut créé à Paris le 29 avril 1901, sur une musique d’Alfred Bruneau. Le 30 avril, Gustave Charpentier signait une longue critique très élogieuse dans Le Figaro : « L’influence de L’Ouragan sur les destinées de la Musique sera considérable. Il faut être reconnaissant à M. Émile Zola d’avoir apporté au Drame Musical l’autorité, le prestige, les ressources d’un talent que — à part M. Catulle Mendès et quelques rares contemporains — les musiciens ont rarement rencontré chez leurs collaborateurs. » Le 8 mai, Zola répondit à Vizetelly : « Et je vous promets de songer à vous, s’il est jamais question d’une traduction anglaise de L’Ouragan. Mais, comme vous le dites, le cas est bien improbable. » (CZ, X, l. 249). L’opéra ne semble pas avoir été joué à Londres et les dépouillements effectués à ce jour dans les journaux anglais n’ont pas révélé de critiques sur le spectacle.

115 La première de La Dame aux camélias, avec Sarah Bernhardt dans le rôle-titre, eut lieu le 11 juin 1881. La pièce avait d’abord été interdite pour des raisons morales : « As, however, the performance was given in French, as was always the case in Sarah’s productions, the language barrier, in this instance, helped create an acceptable and comfortable moral distance between the characters and the puritanical English public. » (Alston, 1989, p. 48).

116 À cela Zola répondit, toujours dans sa lettre du 8 mai : « Vos nouvelles sont bien pessimistes sur la vente de Travail, en Angleterre. Je regrette l’état des choses, à tous les points de vue ; mais je n’y puis rien. Jamais je n’ai consulté le public sur ses goûts, et je suis trop vieux pour me refaire une conduite. Après Vérité et Justice, il se peut que je fasse des romans plus courts, si la volonté m’en vient. Personnellement, j’aurais tout à y gagner ; et, si je ne le faisais pas, ce serait que je croirais ne pas devoir le faire. »

117 Il s’agit des ouvrages suivants : Paul Alexis, Émile Zola, notes d’un ami, paru chez Charpentier en février 1882 et Robert Sherard, Emile Zola. A Biographical and Critical Study, publié par Chatto & Windus en novembre 1893. L’article, intitulé « In the Days of my Youth », parut dans The Bookman : A Magazine of Literature and Life, vol. XIV, n° 4, December 1901, p. 343-348. Il s’agit en fait d’un « collage » de divers passages empruntés à Alexis et traduits en anglais par Vizetelly. Voir à ce sujet l’article d’Owen Morgan, paru dans The Bulletin of the Emile Zola Society, April 2001, p. 4-6.

118 Revue de critique littéraire (1897-1901) publiée par The Times, sous la direction du journaliste et universitaire Henry D. Traill. La revue s’était donné pour mission de servir d’intermédiaire entre le public lettré et lecteur et les écrivains. Chaque semaine, un écrivain était invité à parler de ses lectures et une chronique était consacrée aux parutions nouvelles. De plus, on y publiait des photos d’écrivains, des chroniques américaines signées Henry James, etc. Entre mai et décembre 1901 (moment où cessa de paraître la revue), on ne trouve qu’un article de Miss Hannah Lynch, intitulé : « Zola’s Work. A ‘Personal View’. », qui critique le « sentimentalisme » des dernières œuvres de l’écrivain : « [...] Luc himself interests so long as he remains an unpractical dreamer and is on the point of disastrous failure in his scheme. But Luc successful, surrounded by adoring women, the president of a Utopian republic, where there is no division of classes, where bourgeois and artisans intermarry, where every one laughs, dances, makes love the live-long day, and the very babies are born without peril or pain, repels us as a fatuous and impossible creation. We are thankful for the diversities and divergency of real life, and note that poverty and hard labour are not all incessant gloom and groans. [...] »

119 Cette lettre n'a pas été retrouvée.

120 Zola ne répondit à cette lettre que le 12 septembre : « Mon cher confrère, rien ne presse, et vous n’aurez pas à vous occuper de Vérité avant quelques mois. Je ne pense pas en effet que le roman puisse commencer à paraître dans un journal de Paris avant mars ou avril ; et, dans ce cas, il ne serait publié en volume, chez Fasquelle, qu’en juillet. Peut-être même ne paraîtra-t-il en librarie qu’en octobre. » (CZ, X, l. 292). Selon Colette Becker, « Vérité parut dans L’Aurore à partir du 10 septembre et s’acheva le 15 février 1903, après la mort du romancier qui n’avait pu corriger qu’une partie des épreuves. La première édition en volume fut publiée sous une couverture encadrée de noir. » (Becker, 1993, p. 442).

121 Il s’agit de Labor, a novel by Emile Zola, New York and London, Harper Brothers, 1901. Le Times du 15 juin 1901 relevait en effet les différences entre les versions anglaise (Work) et américaine (Labor) du roman : « Of the two translations before us, neither is entirely satisfactory. Work appears to be too literal. The French idiom is too often rendered word for word into English, and the possible eloquence of the dash is disregarded. But Mr. Vizetelly knows his technical French thoroughly, and the exactness with which he has reproduced the minute descriptions of blast furnaces, &c., leaves nothing, as far as facts are concerned, to be desired. The same cannot be said of the translater who has produced Labor. Many of the renderings here are ludicrous, while the Englishing of the technical words and phrases savors of frantic and ill-judged appeals to the dictionary. » Selon King, « If at times the prose in the Harper version is a little less lyrical that it might have been it is, by today’s standards, far more readable than the Chatte text. » (1978, p. 413).

122 « Merci de vos bons souhaits », répondit Zola le 4 janvier 1902, « et veuillez recevoir les nôtres, pour vous et pour toute votre famille. Je suis heureux des bonnes nouvelles que vous me donnez de votre fils. Je le crois très intelligent, et il réussira. » (CZ, X, l. 331). Sur René Vizetelly, voir la lettre 124, n. 7.

123 La reine Victoria était décédée le 22 janvier 1901, après cinquante-cinq années de règne. C’est son fils aîné, Edward, qui lui succéda, régnant de 1901 à 1910 sous le nom d’Edward VII. Son sacre donna lieu à de grandes festivités, du 24 juin au 1er juillet 1902. Étant donné l’importance de l’événement, plusieurs mois durant le Times eut une colonne intitulée « The Coronation », qui faisait quotidiennement le bilan des préparatifs, des invités attendus, etc.

124 Voir la lettre 175.

125 Voir la lettre suivante.

126 Nous n’avons pas retrouvé de réponse de Zola à cette lettre. Voir la lettre 182, n. 5.

127 Carte non retrouvée.

128 Cette communication ne nous est pas parvenue. Le u juillet 1894, Vizetelly avait pourtant annoncé à Zola son intention de traduire ce roman. Voir la lettre 40.

129 Zola avait autorisé Edward Vizetelly à traduire certains romans. Voir la lettre 41.

130 C’est le 16 mars qu’Ernest Vizetelly fit sa communication au Times : « M. Zola’s Thérèse Raquin. Sir, I am instructed by M. Zola to write and ask you to be good enough to give publicity to the following disclaimer : Within the last few days [en fait, cinq mois plus tôt] Mr. Grant Richards has issued an English version of M. Zola’s novel Thérèse Raquin, ‘translated and edited with a preface by Edward Vizetelly.’M. Zola desires it to be known that this translation, like a previous one of La Bête humaine, has been made and issued without his knowledge and consent. M. Zola cannot prevent Mr. Edward Vizetelly from translating a work ail copyright in which has lapsed in this country ; but he considers it right that publishing firms and others should know that he has no connexion whatever with Mr. Edward Vizetelly, and that he declines to have any. May I add that Mr. Edward Vizetelly never had any connexion with the firm of Vizetelly and Co., publishers ? The only living members of the family connected with that business are Mr. Arthur Vizetelly, Mr. Frank Vizetelly, and myself. I have the honour to be, Sir, your very obedient servant, Ernest Alfred Vizetelly. »

131 Voir la lettre suivante, n. 1.

132 Voir la lettre suivante.

133 Edward Henry Vizetelly fit paraître la lettre suivante dans The Times du 21 mars 1902 : « M. Zola’s Thérèse Raquin. To the Editor of The Times. Sir, In regard to the letter of my younger brother, Mr. Ernest Alfred Vizetelly, in your issue of the 19th, under the above title, allow me to say that some years ago, when I translated Contes à Ninon for M. Heinemann, and Les Mystères de Marseille for Messrs. Hutchinson and Co., I paid M. Zola £40 to authorize me in writing to do so, although both books were out of copyright. Since then I have not communicated with him, except on one occasion, when I offered him £300 for the copyright of Rome, which was not accepted, so that the declaration that he declines to have any connexion with me is an uncalled-for piece of impertinence which I have not deserved. It is true I have only the bare statement of Mr. Ernest Alfred Vizetelly that he is instructed by M. Zola to write as he does. It would perhaps have been more satisfactory had he sent you M. Zola’s letter. In bringing out translations of La Bête Humaine through Messrs. Hutchinson and Co., and Thérèse Raquin through Mr. Grant Richards, I have only exercised my undoubted right. I confess I have not thought it expedient, for reasons that it is not necessary to go into, to make M. Zola another present. The sun shines for all. M. Zola had ten years wherein to introduce La Bête Humaine to the English-reading public, and did not choose to do so. Now that I have translated the volume, in order to fill a gap in the important Rougon-Macquart series, there cornes a protest, which recalls the fable of the manger. It is the same with this powerful novel, Thérèse Raquin, which is considered by the best judges to be M. Zola’s masterpiece, and which Mr. Grant Richards has just brought out. For some time past there has been a strong demand for the book, and that want, through the enterprise of my publisher, I have supplied, because no one else did. As Mr. Ernest Vizetelly claims to have been connected with Vizetelly and Co., publishers, I must ask you to allow me, in the interest of truth, to point out that he was not connected with the business in the sense he seems to wish to indicate. He merely worked at his own home, on books for the firm, just as others did, and as we both work for publishers at this hour. He was never employed in the office like my other two brothers, and had nothing whatever to do with the firm beyong being engaged as I have mentioned. As for myself, I have never pretended that I was connected with Vizetelly and Co., whose publishing business came to such a lamentable end. I was in the Near East at the time. And I may add that throughout life I have been contented to stand alone, without having to cling to the paternal coat-tails for a living. I am, Sir, your faithful servant, Edward Henry Vizetelly (the head of the family). 44 Clifton Road, Kingston-Hill, Mardi 20. »
Ce même jour, soit le 21 mars, Ernest lui répondait, toujours dans le
Times : « Sir, I dacline to enter into any discussion with Mr. Edward Vizetelly. I will merely say that, if he translated M. Zola’s Mystères de Marseille and Les Contes à Ninon with M. Zola’s assent, it was by reason of my good offices in the matter. The authorisation for the former work, held by Messrs. Hutchinson, was prepared by me, acting as M. Zola’s representative. That for Les Contes à Ninon, published by Mr. Heinemann, was supplied by M. Zola in accordance with the application I made to him at the request of Mr. Edward Vizetelly, several of whose letters on the subject are now before me, together with a card from M. Zola approving of the terms specified. With respect to what Mr. Edward Vizetelly terms M. Zola’s ‘uncalled-for impertinence’in declining to have any connexion with him, M. Zola will doubtless write to you directly, as I am now sending him a copy of Mr. Edward Vizetelly’s letter, with a Verbatim translation of it. In all probability you will receive a communication from M. Zola within the next few days. I need not enter into the other matters raised by Mr. Edward Vizetelly. By his own admission (he then being in the East) he knows virtually nothing of my connexion with Messrs. Vizetelly and Co., for whom I acted as editor and reader ; about half the books published by them from 1886 onwards having passed in one way or another through my hands. I am, Sir, your very obedient servant, Ernest Alfred Vizetelly. »

134 Voir la lettre 41.

135 Cette lettre d’Edward Vizetelly semble perdue, de même que la réponse de Zola.

136 Voir la lettre 182.

137 Cette carte n’a pas été retrouvée.

138 On n’a pas retrouvé de réponse de Zola à cette lettre.

139 Voir la lettre 176, n. 2.

140 Vizetelly met ici un astérisque, qui renvoie à la fin de la lettre, où il écrit : « Progress = Progrès dans le sens de route, chemin, voyage. Lover veut dire et amant et amoureux ; nous n’avons qu’un seul mot pour les deux. »

141 Il s’agit du roman intitulé Le Chemin d’amour (Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques, 1901), qui connut de nombreuses rééditions. L’ouvrage de Vizetelly ne semble pas avoir été traduit.

142 Il s’agit de Bluebeard : An Account of Comorre the Cursed and Gilles de Rais. With summaries of various taies and traditions, with nine illustrations, London, Chatto & Windus, 1902.

143 Voir la lettre 179.

144 Le 17 juin, Zola répondit : « Mon cher confrère, je ne puis vous écrire que la lettre ci-jointe, et je pense qu’elle vous suffira. » (CZ, X, l.362). Cette lettre n’a pas été retrouvée.

145 Toujours dans la lettre du 17 juin, Zola ajoutait : « Très prochainement, j’enverrai à Chatto le premier quart de Vérité. » (CZ, X, l. 362).

146 Voir la lettre suivante. Aucune lettre de Zola n’a paru dans le Times. Nous ignorons les suites de cette affaire, Vizetelly n’en faisant plus mention après juin 1902.

147 Voir la lettre précédente.

148 Alphonse Daudet, Froment Junior & Risler Senior, London, Hutchinson, 1894. Le tirage de cette édition, dans une traduction d’Edward Vizetelly et illustrée de 19 gravures, fut limité à 100 exemplaires.

149 Edward Vizetelly et sa femme, Marie-Honorine (née Clerget) eurent cinq enfants : Juliette (née en 1892), Henry Edward (né en 1895), Nazlet Elizabeth (née en 1897), Georgette (née en 1900) et Esmé (née en 1902).

150 Thérèse Raquin, translated by Edward Vizetelly, London, Grant Richards, 1897. Selon King, cette traduction de Thérèse Raquin n’est pas si mauvaise qu’Ernest Vizetelly voulait le laisser croire : « That there should exist at least six different English translations of this relatively minor novel [1887,1952,1955,1956, 1960 et 1962] is an indication of its standing as a popular drama. The narrative moves along at satisfying clip, and with its economy of language and absence of lyrical descriptive passages, few demands confront the translater. The Vizetelly text, by Edward Vizetelly, is about the best Zola translation [...]. » (1978, p. 375).
The Monomaniac parut en 1901, chez Hutchinson & Co., à Londres. King l’attribue à Ernest plutôt qu’à Edward (p. 407). Sur The Mysteries of Marseille et Stories for Ninon, voir la lettre 41.

151 La maison Chatto & Windus acheta Fécondité pour 500 livres et offrit la même somme pour Travail (430 livres pour les droits d’auteur de Zola et 70 livres pour les droits de traduction d’Ernest Vizetelly dans les deux cas). Nous n’avons que peu de renseignements au sujet de Vérité. Mais c’est John Lane qui en acheta les droits américains pour la somme de 100 livres, plus 15 % des ventes (10 % pour Zola et 5 % pour Vizetelly).

152 Sur la maison d’édition Heinemann, voir la lettre 7, n. 2.

153 Dans une lettre du 10 juillet, Zola écrivait : « Je n’ai pas encore traité avec l’Amérique. Voyez si vous pensez y trouver acquéreur en utilisant votre traduction. Mais il faudrait trouver quelque chose de convenable et de solide. Pour cela, vous n’avez que deux mois devant vous, puisque le premier feuilleton de L’Aurore paraîtra le 10 sept. » (CZ, X, l. 371).

154 Le 30 juillet 1901, Theodore Stanton avait annoncé au romancier que seulement 2 092 exemplaires de Travail avaient été vendus aux États-Unis (CZ, X, l. 282, n. 2).

155 La maison Macmillan rachetait, de Chatto & Windus, les droits de traduction pour l’Amérique, ce qui obligeait l’éditeur américain à protéger les romans dès avant leur publication en français afin de battre de vitesse les traductions pirates, rapidement mises en marché. À propos de la publication de Fécondité en Amérique, voir la lettre 158, n. 3.

156 John Lane (1854-1925), que rien ne semblait destiner au commerce du livre, s’intéressa très tôt au livre ancien, alors qu’il était commis à la Railway Clearing House. En 1887, il s’associa à Charles Elkin Mathews, propriétaire d’une librairie. Les deux hommes ouvrirent The Bodley Head, maison d’édition qui allait connaître un grand succès. En 1894, Mathews se retira et Lane demeura seul à la tête de l’entreprise, qui publia les plus grands noms de la littérature anglaise, d’Oscar Wilde à Max Beerbohm, en passant par C.S. Forester, Agatha Christie et James Joyce. Lane et sa femme, Annie Eichenberg King (d’origine américaine), recevaient chez eux artistes, écrivains et hommes politiques. Lane mourut d’une pneumonie en février 1925, admiré et célébré pour son flair en matière d’édition.

157 Voir la lettre suivante.

158 Le feuilleton parut dans le Reynold’s Newspaper, du 14 septembre 1902 au 15 février 1903, puis en volume chez Chatto & Windus à Londres et chez John Lane à New York (1903 dans les deux cas). En 1904, Vérité en était au onzième mille, comme l’indique la page de publicité insérée dans Emile Zola, Novelist and Reformer (publié chez John Lane en 1904).

159 Le 10 juillet, Zola avait annoncé à Vizetelly qu’il faisait parvenir à Chatto les quatre premiers chapitres de Vérité (CZ, X, l. 371).

160 Lettre du 10 août 1902 (CZ, X, l. 379).

161 Dans la lettre du 10 août, Zola disait accepter les conditions offertes par Lane : « Mon cher confrère, je suis d’avis qu’il est raisonnable de traiter avec M. Lane, aux conditions que vous me dites, une avance de mille francs pour vous et de deux mille francs pour moi, 15 % sur la vente du volume, et des comptes tous les six mois. » Voir la lettre précédente.

162 Le 25 juillet, Zola avait été contacté par John Joseph Conway, correspondant parisien du New York Journal, qui se montrait intéressé par la publication de Vérité en feuilleton. Les deux hommes se rencontrèrent pour discuter, le 30 juillet, mais les négociations n’aboutirent pas, comme Zola le signalera à Vizetelly, dans sa lettre du 14 août : « Mon cher confrère, je ne traite pas avec le journal de New York, dont les prétentions sont inacceptables, et je vous donne donc l’autorisation de traiter avec M. Lane, aux conditions qui vous sembleront les meilleures. » (CZ, X, l. 380).

163 Les Américains avaient refusé de signer la convention de Berne car ils considéraient les livres comme des objets manufacturés et non comme un seul « produit intellectuel ». En 1886, selon le gouvernement des États-Unis, « [...] s’agissant d’œuvres imprimées, les tarifs douaniers en vigueur risquaient de compromettre toute tentative de protection internationale puisque l’auteur n’était pas seul en cause et que le fabricant de papier, le fondeur de caractères d’imprimerie, l’imprimeur, le relieur et beaucoup d’autres personnes dans le commerce étaient aussi parties prenantes. » (La Convention de Berne, 1986, p. 19).
La protection des droits des ouvrages étrangers aux États-Unis était une procédure complexe : « No person is entitled to copyright unless he : In the case of a book [...] delivers (or mails within the United States) to the Librarian of Congress, on or before the day of publication, in the United States or elsewhere a printed copy of the title of the work ; delivers (or mails within the United States) to the Librarian of Congress, not later than the day of publication, in the United States or elsewhere two copies of the work. [...] The deposit of title and delivery of copies as prescribed by the statutes are conditions precedent to copyright and not merely declaratory. There is no common law right after publication, and therefore if a work is published without the proper formalities having been observed it becomes
publici juris, and any one may make what use of it he pleases. » (MacGillivray, 1902, p. 250-251).
À partir de 1891, le gouvernement américain accorda aux auteurs étrangers les privilèges du copyright aux États-Unis dans la mesure où « the two copies required to be delivered must be printed from type set within the limits of the United States or from plates made therefrom, or from negatives or drawings on stone made within the limits of the United States, or from transfers made therefrom. » (ibid., p. 254). La situation était également difficile pour la protection des traductions, la loi étant vague et ne prévoyant aucune mesure précise : « Authors and their assigns have the exclusive right of translating their works into any language. Before 1891 the translating right had to be expressly reserved by the author, presumably by notice printed on every published copy of his work. No reservation is now required. Before 1870 there was no exclusive right of translation at all. » (ibid., p. 286).

164 Voir la lettre suivante.

165 « Ce journal publierait seulement Vérité en feuilleton », écrivit Zola le 10 août, « et me laisserait la propriété du volume. Il s’agit de savoir si M. Lane s’opposerait à ce que l’œuvre parût dans un journal avant qu’il la publiât en librairie. » (CZ, X, l. 379).

166 Voir la lettre précédente.

167 Voir la lettre 183.

168 Les négociations pour la publication en feuilleton aux États-Unis n’aboutirent pas. Voir la lettre 184, n. 3.

169 Dans sa réponse, en date du 14 août, Zola répondit : « Il est très vrai que Chatto a, en toute propriété, la traduction pour l’Angleterre. Entendez-vous donc avec lui, et agissez pour le mieux de ce côté. » (CZ, X, l. 380).

170 Le 25 août, Zola répondit point par point à la lettre du traducteur : « Mon cher confrère, j’envoie à M. Lane le traité signé. C’est donc une affaire faite. Vous n’aurez plus qu’à la surveiller et à me prévenir s’il survenait des incidents. Par le même courrier, j’adresse à Chatto le Livre deuxième de Vérité. Vous pouvez le lui réclamer. La Petite République annonce ce matin que le Reynolds Newspaper commencera le roman le 10 septembre. J’en conclus que vous avez traité définitivement. Le journal ne paie pas cher pour un roman de cette importance. Mais, enfin, cela vaut toujours mieux que rien. » Vérité parut en feuilleton dans le Reynolds Newspaper du 14 septembre 1902 au 15 février 1903, dans une version écourtée.

Table des illustrations

Légende Page couverture de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Page titre de The Soil (La Terre), dans l’édition donnée par la maison Vizetelly & Co. en 1888.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Page titre de Fruitfulness (Fécondité), dans la traduction d’Ernest Vizetelly publiée par Chatto & Windus en 1900.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende John Lane, propriétaire de la maison d’édition The Bodley Head, qui publia Zola et Vizetelly, tiré de J. Lewis May, John Lane and the Nineties, London, John Lane, The Bodley Head, 1936.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search