Version classiqueVersion mobile

Mon cher Maître

 | 
Dorothy Speirs
, 
Yannick Portebois

Lettres

L’intendant de l’exil (19 juillet 1898-2 juin 1899)

Texte intégral

1Lorsque Zola débarqua à Londres, le 19 juillet 1898, ayant en toute hâte fui Paris la veille, à la recommandation de Labori et de Clemenceau, son premier soin fut d’entrer en contact avec Ernest Vizetelly. Le traducteur se mit immédiatement au service du romancier, lui présentant son avoué, Wareham, se chargeant des réservations d’hôtel, organisant des départs discrets afin de protéger Zola des regards curieux. Au bout de quelques semaines, Zola s’installa dans une villa à la campagne, Summerfield (maison située à Addlestone, à quelques kilomètres de Londres) et la vie s’organisa peu à peu, entre les visites et les lettres de Vizetelly, celles de Jeanne et d’Alexandrine, la découverte de la campagne anglaise, les séances de photographie, etc. Au début, Vizetelly lui fournissait presque quotidiennement un résumé des journaux anglais, surtout en ce qui touchait l’affaire Dreyfus. Zola, ayant compris que l’exil durerait sans doute plus longtemps qu’il ne l’avait d’abord cru, s’abonna par la suite aux journaux français (Le Figaro, Le Temps, Le Matin, La Petite République), qui étaient envoyés chez Vizetelly, lequel les faisait suivre à Zola. Une large part de la correspondance de ces onze mois d’exil est constituée, en quelque sorte, de deux corpus distincts : d’abord, les lettres analysant les rebondissements de l’affaire Dreyfus et les conséquences possibles pour le romancier en fuite ; ensuite, les lettres d’intendance, réglant les problèmes d’installation matérielle, l’acheminement des fonds et du courrier, etc. Dans le premier cas, Vizetelly se montrait souvent très alarmiste. Il développa une sorte d’obsession de l’indiscrétion, cherchant à protéger Zola des curieux et des journalistes, s’inquiétant de toutes les fuites, du moindre entrefilet de journal (voir par exemple les lettres de décembre 1898 et janvier 1899). Les demandes de visite ou d’entrevue avec Zola étaient soigneusement étudiées, repoussées dans la plupart des cas, avec une vigilance qui ne fit pas défaut. Dans le deuxième cas, il se montra d’une extraordinaire disponibilité. Accueillant tour à tour Jeanne et Alexandrine à la gare, faisant des courses, courant à la banque, jouant le rôle d’agent de change, de chargé de relations publiques, d’intermédiaire avec les fournisseurs, de traducteur, Vizetelly consacra le meilleur de son temps à faciliter la vie de Zola. Certains liens d’intimité se développèrent : Denise Rozerot (la fille de Zola, qui avait alors une dizaine d’années) et Violette Vizetelly (la fille aînée du traducteur ; elle avait environ quinze ans et servit de « gouvernante » au romancier durant les premiers mois d’exil) nouèrent des liens d’amitié et échangèrent nombre de petits cadeaux, par l’intermédiaire de leurs pères, une fois l’exil terminé.

279*

3[Londres]

  • 1 Vizetelly répond à une lettre de Zola qu’on peut dater du 19 juillet 1898, jour de son arrivée à Lo (...)

4[Le 20 juillet 1898]1

5mercredi soir

  • 2 « Pascal » est le premier pseudonyme, plutôt transparent d’ailleurs, derrière lequel Zola se cacha (...)

6Cher Monsieur Pascal2,

  • 3 Le 20 juillet, Zola et Vizetelly déjeunèrent avec Bernard-Lazare et Fernand Desmoulin au Grosvenor (...)

7J’ai vu une personne au sujet du renseignement que vous m’avez demandé3. Cette personne est d’avis que la question est fort compliquée, et au premier abord elle n’est pas disposée à la résoudre en votre faveur. Mais pour plus de sûreté elle consultera demain une personne sûre et de haute compétence en la matière. En attendant, la personne que j’ai vue estime que vous ne devrez faire aucune démarche de nature à vous porter préjudice. Par conséquent, elle croit que vous devrez renoncer à vos projets pour demain et m’accompagner dans le courant de l’après-midi chez elle, quand elle pourra vous donner tous les renseignements que vous pouvez désirer.

  • 4 Après avoir déjeuné avec Vizetelly et Desmoulin dans un restaurant de Victoria Street, Zola fit la (...)

8Néanmoins, je serai à l’hôtel demain matin à l’heure convenue et selon la décision que vous prendrez j’enverrai une dépêche à la personne en question pour lui dire si elle doit oui ou non nous attendre dans l’aprèsmidi. Ou, elle viendrait à l’hôtel vous voir dans votre chambre4.

9Vous me direz ce que vous en pensez demain matin. J’aurai alors l’occasion de vous offrir de la part de la personne que j’ai vue, d’autres conseils au sujet de votre installation ici qui pourront vous intéresser.

10Votre dévoué.

11E.A.V.

12L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

1380*

1416 Chestnut Road

15Raynes Park

16Londres S.W.

  • 5 Le « vendredi » en question est sans aucun doute le vendredi 22 juillet, cette lettre donnant logiq (...)

17[Le 22 juillet 1898]5

18vendredi soir

  • 6 Second pseudonyme choisi par Zola. Voir la lettre précédente, n. 2.

19Cher Monsieur Beauchamp6,

  • 7 Après avoir passé la nuit du 21 au 22 juillet chez Wareham à Wimbledon, Zola, Desmoulin, Wareham et (...)
  • 8 C’est-à-dire Alexandrine Zola, la femme du romancier. Voir la lettre suivante.

20Ce qui a été fait est bien. Dans tous les cas vous resterez à l’hôtel jusqu’à Dimanche7. À mon retour à la gare je me suis informé au sujet des autres hôtels du Pays : ils ne conviendraient pas du tout à une dame8. Je vous en dirai plus long Dimanche.

21Maintenant, faites adresser toute votre correspondance de France à

22F.W. Wareham Esq.

2370 Bishopsgate Street

24London. E. C.

  • 9 Le même jour, Zola écrivit à son éditeur parisien, Eugène Fasquelle : « Dès que vous aurez cette le (...)

25Tout argent, si vous le désirez, peut également être envoyé à F. W. Wareham qui vous en tiendra compte immédiatement9. Tant que vous resterez en Angleterre vous pourrez prendre l’adresse ci-dessus comme adresse permanente. Vous recevrez toujours vos lettres avec quelques heures de retard seulement tant que vous resterez dans le voisinage de Londres.

26J’ai bon espoir qu’on pourra vous garder plus longtemps à l’hôtel. Mais si par malheur le contraire viendrait à avoir lieu, nous nous arrangerons, Wareham et moi, pour vous caser ailleurs Dimanche soir. Nous allons nous occuper de cela demain Samedi.

27Pour ma part je désire vivement que l’on pourra vous donner des chambres à l’hôtel où vous vous trouvez pendant tout le temps que vous désirez y rester. Dimanche nous vous apporterons votre correspondance et aussi les journaux français qu’on pourra trouver à Londres demain Samedi. Je viens de revoir M. Wareham. Nous avons pris nos dispositions pour être à l’hôtel à 3 heures de l’après-midi. Dans tous les cas nous ne serons pas plus tard que 3.15. Et nous pouvons rester avec vous jusqu’à 9 heures.

  • 10 Pseudonyme attribué dans la correspondance à Fernand Desmoulin.

28Bien cordialement à vous et à M. Valentin10.

29E.A.V.

30L.a.s., coll. Dr Brigitte Emile-Zola.

3181*

32[Londres]

  • 11 La mention « samedi matin », ainsi que l’allusion aux difficultés encourues par Alexandrine Zola, n (...)

33[23 juillet 1898]11

34samedi

35onze heures matin

  • 12 Lettre non retrouvée.
  • 13 Selon Vizetelly, Alexandrine Zola, toujours à la résidence parisienne du couple, 21bis rue de Bruxe (...)

36J’ai ouvert cette lettre puisqu’elle m’était adressée12. J’ai vu cependant en l’ouvrant qu’elle vous était destinée, et par conséquent je n’ai pas voulu la lire en entier. Cependant les premiers mots m’ont sauté aux yeux et j’ai compris que ce venait [sic] de votre femme et qu’elle éprouvait de grandes difficultés à venir vous rejoindre13.

  • 14 En effet, Fernand Desmoulin repartit pour Paris et rapporta, le 29, une malle contenant du linge, a (...)

37Dans ce cas ne pourrait-on pas déménager de chez vous là-bas des vêtements de rechange, du linge, des chaussettes etc., les porter chez une personne sûre, là les mettre dans une valise qu’on expédierait par grande vitesse à M. Wareham, 70 Bishopsgate Street, Londres. On lui enverrait la clef de la valise par la poste sous pli recommandé14. Nous viendrons vous voir demain ainsi qu’il a été convenu.

38Cordialement.

39E.A.V.

40Je pense que vous recevrez cette lettre Samedi soir : c’est pourquoi je vous l’envoie par la poste.

41L.a.s„ coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

4282*

43[Londres]

  • 15 C’est la mention, dans les Pages d’exil, de la réception des livres en question qui nous fait dater (...)

44[Le 25 juillet 1898]15

45lundi soir

46Cher Maître,

  • 16 Il s’agit sans doute de la lettre de Zola du 23 juillet, dont nous ne possédons qu’un extrait (CZ, (...)
  • 17 C’est-à-dire une lettre d’Alexandrine Zola à son mari, que Vizetelly avait ouverte par mégarde. Voi (...)
  • 18 Il s’agit de Violette Vizetelly, alors âgée de quinze ans. Voir la lettre 106, n. 4.

47Je reviens du tribunal et j’ai trouvé votre lettre16. Je ne sais comment il se fait que la lettre de votre femme ne vous soit pas arrivée17. Elle a été mise à la poste à deux pas d’ici par ma fille et j’ai toute confiance en sa parole18. Demandez encore à l’hôtel. Pour sûr la lettre est partie d’ici, et à part un petit retard elle aurait dû vous arriver. Son contenu était tel que je vous l’ai dit ; elle ne contenait aucun nom rien de nature à compromettre qui que [ce] soit.

  • 19 Dans sa lettre du 23 juillet, Zola avait demandé : « Quels livres fiançais avez-vous ? Pouvez-vous (...)
  • 20 Vizetelly lui envoya également L’Envers de l’histoire contemporaine de Balzac et Le Rouge et le noi (...)

48Enfin je vais voir : je vous ai envoyé des livres19 ; je vous en enverrai d’autres demain matin et aussi un paquet de journaux20.

49À mercredi.

50À la hâte pour attraper le courrier.

51E.A.V.

52L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

5383*

54[Londres]

  • 21 Zola s’installa dans la maison « Penn », près de Weybridge, le 1er août, d’où la date que nous attr (...)

55[Le 27 juillet 1898]21

56mercredi soir

  • 22 Ce fut le samedi 23 que Zola et Desmoulin visitèrent quatre maisons à louer dans les environs de We (...)
  • 23 C’est-à-dire le 1er août. Zola répondit, le 29 : « Je suis contrarié de n’entrer à “Penn” que lundi (...)
  • 24 Dans sa lettre du 29 juillet, Zola suggéra lui-même un scénario : « Pour dépister les gens, voici c (...)

57Nous vous enverrons une dépêche ou une lettre pour vous dire l’heure à laquelle vous entrerez à Penn22. Tout est à peu près réglé mais ce sera pour Lundi seulement. Les autres quitteront Lundi matin23. Vous y entrerez l’après-midi probablement. Si je suis pris, ma femme et ma fille seront avec Wareham pour aller vous chercher. On arrangera les choses bien [sic] pour dérouter les gens de l’hôtel24. Je vous enverrai tous les détails Samedi.

  • 25 Le docteur Jules Larat, ami de Zola et cousin de Fernand Desmoulin, qui servait d’intermédiaire pou (...)

58Je crains que si vous adressez les lettres que vous envoyez en France il pourra arriver malheur ; car votre écriture se reconnaît facilement. Je vous adresserai des enveloppes si vous voulez bien m’indiquer les adresses. À tout hasard je vous envoie des enveloppes adressées au nom du Docteur25.

59À vous.

60V.

61Mes enveloppes sont bien minces ; j’en procurerai [sic] de plus épaisses.

62L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Émile Zola rédigeant Fécondité lors de l’exil en Angleterre, photo de René Vizetelly, tirée du livre d’Ernest Alfred Vizetelly, Emile Zola, Novelist and Reformer, London & New York, John Lane, The Bodley Head, 1904.

6384*

64[Londres]

  • 26 L’allusion au prochain déménagement de Zola, ainsi que la « fête de lundi » [August Bank Holiday] e (...)

65[Le 29 juillet 1898]26

66vendredi soir

  • 27 C’est-à-dire les cinq mille francs que Zola avait demandés à Eugène Fasquelle (→ lettre 80, n. 5). (...)
  • 28 C’est-à-dire la gare de Weybridge, gare qui desservait Oatlands Chase, où se trouvait « Penn ».
  • 29 Il s’agit sans doute de Fernand Desmoulin.

67J’ai vu notre ami qui vous apportera tous les fonds27. À cause des fêtes de Lundi le service régulier des trains est changé. J’en saurai la marche exacte demain, et je vous télégraphierai l’heure de notre arrivée à la gare de W.28 Soyez sans inquiétude ; j’ai prévenu l’ami29 ; tout a l’air d’aller très bien. À vous.

68V.

69L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

7085

71London

  • 30 Voir la lettre précédente, où Vizetelly assure Zola qu’il le renseignera le lendemain sur l’horaire (...)

72[Le 30 juillet 1898]30

73To : Beauchamp

74Oatlands Park Hotel

75Weybridge

  • 31 Rappelons que c’est le lundi 1er août que Zola devait s’installer à « Penn », maison qu’il avait lo (...)

76Soyez gare lundi trois heures quarante-cinq31

77Ernest

78Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

7986

80[Londres]

81Le lundi 1er août 1898

  • 32 Rappelons que la fille de Vizetelly, Violette, avait à l’époque quinze ans.

82Vizetelly a chargé sa femme d’une lettre pour Zola, et sa fille aînée, Violette, l’accompagne32. Zola n’a qu’à donner un peu d’argent à Violette, elle se chargera des courses et inscrira ses dépenses. Mais Vizetelly estime que les boîtes de victuailles qui ont été envoyées à Zola (et il joint à la lettre une liste de leur contenu) devraient largement lui suffire.

  • 33 C’est-à-dire les cinq mille francs que Zola se fit envoyer par Eugène Fasquelle (lettre 80,n. 5).

83Mme Vizetelly va lui remettre son compte et celui de Wareham, de même que son argent33.

  • 34 Zola resta à « Penn » jusqu’au 27 août, date à laquelle il s’installa, avec Jeanne Rozerot et les e (...)

84Deux semaines de location ont déjà été payées et Wareham voudrait savoir s’il doit louer encore pour deux semaines supplémentaires34.

  • 35 Alexandrine Zola ne rejoignit son mari en Angleterre que le 25 octobre (→ lettre 113, n. 2).

85Vizetelly annonce qu’il lui rendra visite dans quelques jours, et qu’il amènera Madame Zola sitôt qu’elle « réussira à partir de Paris35 ».

86Collection particulière.

8787*

88[Londres]

  • 36 C’est le 1er août que Zola s’installa à « Penn », maison qu’il loua à Weybridge, dans la banlieue d (...)

89[Le 1er août 1898]36

90Mon cher Maître,

  • 37 Dans ses Pages d’exil, Zola écrivit : « Cette petite maison, avec ses peintures claires, ses meuble (...)

91J’espère que vous êtes content de votre installation37. Il n’y a qu’une chose qui a frappé ma femme : C’est le nombre de chapelets quelle a vu[s] dans la maison. Il faut donc croire que les Venables sont catholiques ; et par conséquent il est bon d’être très prudent. Espérons que vous n’êtes pas tombé dans une jésuitière. Pour moi je n’avais rien vu de tout cela l’autre jour ; je n’avais remarqué qu’un bénitier, que je croyais être là tout bonnement comme ornement.

92L’ennui, c’est que si les gens de la maison sont catholiques, leurs parents dans le voisinage le seront également sans doute. Il faut donc se méfier quelque peu.

93À vous.

94E. A. Vizetelly

95L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

9688*

97[Londres]

98Le 4 août 1898

99jeudi

100matin

101Mon cher Maître,

  • 38 Il s’agit du procès en diffamation que Zola avait intenté en mai 1898 contre Ernest Judet, directeu (...)

102La 9e Chambre correctionnelle s’est encore occupée hier de votre affaire avec le Petit Journal. Le tribunal s’est déclaré compétent. Une vive agitation s’est produite lorsque Labori a fait savoir que vous aviez fait parvenir au parquet une plainte en faux contre Judet et coetera. Après les plaidoiries le tribunal a condamné Judet à 2000 frs d’amende, Lasseur et Marinoni chacun à 500 frs d’amende, les trois solidairement à 5 000 frs de dommages-intérêts. Le jugement doit paraître une fois dans le Petit Journal, et dans 10 autres journaux. Le coût de chaque insertion ne doit pas dépasser 100 frs. Pour chaque jour de délai dans les insertions à partir du 5 courant l’amende est fixé[e] à 100 frs38.

103Néanmoins Judet a été acclamé en sortant du palais, et un jeune homme qui avait osé crier « Vive Zola ! » a été jeté du haut des escaliers. Je prends ces renseignements dans les journaux anglais qui annoncent ainsi qu’une plainte en escroquerie a été addressée au parquet contre le Commandant Esterhazy par son parent M. Chrétien Esterhazy domicilié à Bordeaux lequel prétend que le Commandant lui aurait escroqué une somme de 35 000 frs.

104Les journaux parlent aussi de Du Paty lequel serait vivement défendu par Cavaignac. On parle d’un conseil de ministres au sujet de Du Paty que Cavaignac ne veut pas laisser poursuivre ; et on prévoit la prochaine dislocation du ministère. Selon les journaux d’ici Brisson et Bourgeois demanderaient des poursuites, et leurs collègues seraient d’un avis contraire.

105Si Desmoulin s’arrange pour me faire parvenir le Siècle et l'Aurore régulièrement, de façon à éviter des courses répétées à Londres, je vous les transmettrai de suite ; car il faut absolument que vous soyez tenu au courant des incidents les plus importants qui peuvent se produire.

106J’irai vous serrer la main dans quelques jours.

107Bien sincèrement à vous.

108Ernest A. Vizetelly

109L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

11089*

111[Londres]

112Le 5 août 1898

113Mon cher Maître,

  • 39 Lettre non retrouvée.

114J’ai bien reçu votre lettre ce matin, et j’ai envoyé directement chez Wareham39. Mais il avait, paraît-il, un rendez-vous pressé à Londres, et il était déjà parti de chez lui.

  • 40 Nous ignorons à quoi VizeteUy fait allusion. Il est possible cependant que Vizetelly parle de la bi (...)

115Il est maintenant midi ; et je ne sais si je pourrai le voir avant ce soir. Enfin, si l’on ne vous apporte pas la nouvelle machine dans la soirée, j’espère qu’on pourra vous la faire parvenir dans le courant de demain, samedi40.

  • 41 Le 8 août, Fernand Desmoulin écrivit à Zola : « Je pense que vous recevrez les journaux régulièreme (...)

116Ce n’est pas moi qui vous ai envoyé des journaux : ils ont dû vous être addressés [sic] par Desmoulin41.

117Votre bien dévoué.

118E.A.V.

119L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

12090*

121[Londres]

122Le 10 août 1898

123mercredi

124Mon cher Maître,

  • 42 C’est-à-dire Fernand Desmoulin.
  • 43 Accompagnés à la gare du Nord par Desmoulin et son ami, Louis Triouleyre, Jeanne et les deux enfant (...)

125J’ai reçu la dépêche de ma fille et il vient de m’en arriver une autre de Valentin42 m’annonçant l’arrivée de votre monde pour demain43.

126D’autre part la situation se gâte. Un journal d’ici a raconté Samedi (je n’ai pu le voir qu’hier au soir) que vous aviez séjourné à Oatlands Park Hotel pendant une quinzaine et que vous étiez accompagné d’un M. Valentin. Vous vous faisiez appeler M. Beauchamp, mais plusieurs personnes à l’hôtel vous auraient parfaitement reconnu d’après les nombreux portraits de vous qui ont paru ici. Enfin, selon ce journal vous seriez retourné à Londres le lundi de la fête.

127Le nom de Beauchamp devient dangereux. On vous addressera [sic] vos lettres désormais sous celui de Frost. Ma femme m’a dit que vous comptiez vous couper la barbe ce qui sera une bonne précaution. D’autre part demain je prendrai mesure de votre tête afin de vous procurer un chapeau de paille qui vous ira.

  • 44 Selon une lettre de Zola à sa femme en date du 28 août, Geoffrey Venables lut en effet le journal e (...)

128L’entrefilet dont je vous parle n’a paru que dans un seul journal. Aucun autre ne l’aurait reproduit. Donc il se peut qu’il n’éveille pas trop l’attention. Cependant si Venables, votre propriétaire, le voit aux bains de mer, tout sera éventé44. Peut-être aussi que les gens qui ont intérêt à vous trouver l’auront remarqué.

129L’arrivée de votre monde va aussi compliquer la situation. Changer une seule personne de place ne serait pas trop difficile, mais 4, cela donnera du travail. Il me vient aussi cette crainte. Si des mouchards français vous trouvent à Penn ils ne manqueront pas de dire que vous y êtes en compagnie d’une dame qui n’est pas votre femme, et dans ce cas il y aura un gros scandale. Je ne pourrai pas empêcher les bonnes de parler.

130Pour nous autres tout cela ne nous fait rien, mais sur le public cela pourra avoir un bien fâcheux effet. Dans ce cas je craindrais une explosion dans les journaux d’ici. Je vous recommande donc d’observer la plus grande prudence. Il est trop tard pour empêcher l’arrivée de votre monde mais pendant un certain temps cette dame et les enfants devront rester à la maison tout aussi bien que vous. Vous devriez aussi être prêts à vous disperser de nouveau au 1er signal.

131Je crois également qu’il ne sera pas bon de prolonger outre mesure le séjour de votre monde ici. Tôt ou tard on est sûr de vous trouver. La chose ne pourra pas se cacher indéfiniment. Et le jour, où malgré mes efforts, on réussira à vous trouver je souhaite que cela soit dans des conditions qui ne donneront lieu à aucun ennui.

  • 45 Le séjour de Jeanne et des enfants se prolongea jusqu’au 15 octobre.

132C’est à cela qu’il faut penser45.

133Je compte vous voir demain soir lorsque je vous amènerai votre monde. Nous causerons ensuite.

134Pour le moment comptez sur notre silence et croyez je vous prie à mon entier dévouement.

135Ernest A. Vizetelly

136L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

13791*

138[Londres]

  • 46 L’allusion à l’arrivée de Jeanne Rozerot et les enfants le 11 août nous fait dater cette lettre du (...)

139[Le 12 août 1898]46

140vendredi

14111 heures matin

142Mon cher Maître,

  • 47 Voir la lettre précédente.
  • 48 Dans la lettre de Desmoulin que Vizetelly communiqua à Zola, celui-là s’inquiéta, tout comme Vizete (...)

143Je reçois à l’instant une lettre de Desmoulin qui espère que j’aurai trouvé les voyageurs à Victoria et que tout se sera bien passé47. Il m’envoie aussi la lettre ci-incluse pour vous sans superscription puisque je lui avais dit que vous seriez sans doute obligé de changer encore une fois de nom48.

  • 49 Depuis la fin de juillet, Zola s’était remis à faire des photographies. Dans une lettre du 10 août, (...)

144J’ai vu Wareham qui va s’occuper des plaques photographiques et aussi d’une nouvelle maison49. Cet après-midi je tâcherai de vous procurer un chapeau de paille.

145Bien à vous.

146E.A.V.

147L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

14892

149Wimbledon

150Le 19 août 1898

  • 50 Un des pseudonymes de Zola, pris à la suite d’une alerte survenue le 6 août. Voir la lettre 90, n. (...)

151À : Frost50

152Penn

153Oatlands Chase

154Weybridge

  • 51 Vizetelly fait sans doute allusion à la lettre que Zola adressa à Andrew Chatto le 19 août, et que (...)

155aucune lettre pour Chatto arrivée51

156Ernest

157Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

15893*

159[Londres]

160Le 21 août 1898

161dimanche

162Mon cher Maître,

  • 52 C’est le 28 août que Zola raconta à sa femme les circonstances de son déménagement : « [J]’ai démén (...)

163Nous avons à vous faire voir Lundi une maison à Addlestone de l’autre côté de Weybridge52. Ma fille vous conduira à la gare de Walton et vous mettra dans le train qui passe à cette gare à 3 heures 2 minutes de l’après-midi. Elle vous prendra un retour pour Addlestone.

164Nous serons dans le train que vous prendrez à Walton. Wareham se mettra à la portière. Nous serons autant que possible sur [sic] le devant du train, en 3ième selon notre habitude.

165Notez, si vous ne pouvez pas monter dans notre compartiment, qu’il faut descendre à Weybridge pour y changer de train. Dans ce cas c’est là que nous nous retrouverons.

166J’ai envoyé toutes les instructions en Anglais à ma fille qui vous mettra bien dans le train.

167Si la maison à Addlestone ne convient pas nous pousserons un peu plus loin. Dans ce cas, vous rentrerez dîner un peu plus tard que d’habitude.

168N’oubliez pas : le train de 3 heures 2 m. à Walton se dirigeant sur [sic] Weybridge.

169Votre bien dévoué.

170E.A.V.

171L.a.s., cott. Dr Brigitte Émile-Zola.

17294*

173[Londres]

  • 53 L’allusion aux événements survenus le 30 août [→ n. 2] nous permet de dater cette lettre du lendema (...)

174[Le 31 août 189853]

  • 54 Le 30 août, le colonel Henry avait fait l’aveu de son faux à Godefroy Cavaignac, devenu ministre de (...)
  • 55 Les journaux français ne font pas état de manifestations. Mais l’agitation politique était réelle e (...)

175On ne trouve rien de neuf dans les journaux anglais de ce soir, qui ne font que répéter et discuter les incidents de mardi54. Toutefois on craint des bagarres pour demain Jeudi, quand la Cour de Cassation se réunira. Les Drumont, Déroulède, Millevoye et leur bande doivent se transporter à la Cour pour manifester, et peut-être aurons-nous des incidents graves55. La note générale de la presse anglaise c’est la stupéfaction.

176En cas d’incidents importants je vous télégraphierai.

177L.a.s, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

17895

179Wimbledon

180Le 1er septembre 1898

  • 56 On se rappellera qu’il s’agit du troisième pseudonyme choisi par Zola. L’orthographe en est parfois (...)

181À : Roger56

182Summerfields

183Spinney Hill

184Addlestone

  • 57 Voir la lettre précédente, n. 2.

185Dernières nouvelles suicide facilite convocation chambres imminente grande commission enquête arrestation Du Paty attendue nombreux généraux demandent révision Pellieux et plusieurs autres démissionnent sensation profonde57.

186Ernest

187Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

18896*

189[Londres]

  • 58 L’allusion aux entrefilets parus dans L’Écho de Paris et dans Le Petit Journal nous font dater cett (...)

190[Le 2 septembre 189858]

191vendredi

192après-midi

193Mon cher Maître,

  • 59 Le 16 septembre 1896, Lucie Dreyfus, l’épouse du condamné, avait demandé la révision du procès de s (...)
  • 60 Le lendemain, Cavaignac démissionna du gouvernement.

194Rien de bien neuf encore, sauf ce fait-ci que presque tous les journaux de Paris demandent la révision à cor et à cri59. Les dépêches anglaises annoncent que L’Écho de Paris la réclame « pour en finir » ; même que Judet au Petit Journal est du même avis. Il n’y a guère plus que des convertis. Mais La Cavagne paraît vouloir s’entêter, dans le but sans doute de protéger Du Paty60. Plusieurs journaux anglais flétrissent la conduite de Faure qui s’est enfui aussi lâchement au Havre, dans l’espoir de retirer son épingle du jeu.

195La démission de Pellieux paraît chose incertaine ; et jusqu’à présent on n’a aucune nouvelle sûre au sujet de l’arrestation de Du Paty. On paraît avoir lancé cette rumeur ici comme simple ballon d’essai.

196Enfin, la meilleure chose qui s’est produite jusqu’à présent, c’est la presque unanimité des journaux français pour réclamer la révision. Tous les journaux anglais de cet après-midi insistent sur ce fait. Donc, si la presse française garde cette attitude le ministère ne pourra plus résister. Cavaignac aura beau s’entêter, l’opinion publique le forcera à céder. L’affaire a fait un grand pas, c’est certain : la révision tant de fois demandée, tant de fois refusée, est à l’heure actuelle réclamée même par les Judet ! Les choses n’iront pas [comme] sur des roulettes sans doute ; il faudra patienter encore un peu. Mais il me semble que votre cause est dans la meilleure des voies, et que vous allez vous et vos amis sortir victorieux enfin de cette longue crise.

197Il est mutile que je vous félicite. Vous connaissez mes sentiments.

198À la première grande nouvelle je vous lancerai une dépêche.

199Cordialement à vous.

200Ernest A. Vizetelly

201L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

20297*

203[Londres]

  • 61 Nous datons cette lettre d’après les reportages des journaux anglais dont parle Vizetelly.

204[Le 3 septembre 189861]

205Mon cher Maître,

  • 62 Le 12 août 1898, la Cour de cassation avait prononcé un non-lieu en faveur d’Esterhazy, qui fut aus (...)

206La Cour de Cassation a rejeté l’appel fait par le Colonel Picquart contre la décision de la Chambre des mises en accusation qui avait rejeté la plainte du Colonel contre le Commandant Esterhazy62.

  • 63 Du Paty de Clam ne sera arrêté que le 1er juin 1899. Mais le 5 août, « la chambre des mises en accu (...)

207Par contre la Cour fait droit à l’appel du colonel contre la décision qui déclare M. Bertulus incompétent pour poursuivre le Colonel Du Paty de Clam63.

208Cependant cet avis n’entraînera pas, paraît-il, des poursuites contre Du Paty, puisque Esterhazy dont il fut le complice, ne doit pas être poursuivi. On ne peut poursuivre l’un sans l’autre.

  • 64 Il s’agit bien sûr d’un duel verbal : la démission de Cavaignac créa une instabilité ministérielle (...)

209Nombreux entretiens hier entre les ministres, mais aucune réunion du Conseil. Tant que Bourgeois ne revient pas à Paris on croit qu’il n’y aura pas de décision. Peytial est à Marseilles, Lockroy à Cherbourg. Ce sont Brisson et Sarrien qui essaient de vaincre les résistances de Cavaignac qui se montre intraitable sur la question de la révision. On dit que Du Paty n’est pas en France. Cavaignac aurait sacrifié Henry avec empressement dans le but de jeter une proie en pâture à la foule et de sauver Du Paty. Un député, La Siès, qui s’est entretenu avec Cavaignac hier, déclare que tant que ce ministre restera au pouvoir, il fera tout pour empêcher la révision. On attend le résultat du duel entre Brisson d’une part et Cavaignac de l’autre avec la plus grande curiosité64.

210On dit que Cavaignac et Sarrien se sont disputés hier au Ministère de la Justice lorsque l’arrêt de la Cour de Cassation a été annoncé.

211Voilà tout ce que je trouve d’intéressant dans nos journaux de ce matin. Les choses vont lentement il faut toujours patienter.

212Bien cordialement.

213Ernest A. Vizetelly

214L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

21598*

216[Londres]

  • 65 On sait que c’est le 3 septembre que Cavaignac remit sa démission, d’où la date que nous attribuons (...)

217[Le 4 septembre 189865]

218Encore une victoire !

  • 66 Voir lettre 96, note 3. La lettre officielle de démission, datée du 3 septembre, avait paru dans le (...)

219Cavaignac a démissionné. Je viendrai avec journaux français et anglais demain Lundi vers onze heures. Je serai à Londres à 8 hres 30 pour prendre des journaux français66.

220E.A.V.

221L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

22299

223Addlestone

224Le 5 septembre 1898

225À : Roger

226Summerfield

227Spinney Hill

228Addlestone

  • 67 Voir la lettre précédente, où Vizetelly annonce sa visite à Zola.

229Arriverai une heur [sic]67

230Vizetelly

231Télégramme, coll Dr Brigitte Émile-Zola.

232100*

233[Londres]

  • 68 Nous datons cette lettre d’après la réponse de Zola, envoyée le lendemain (→ n. 2).

234[Le 9 septembre 189868]

235vendredi soir

236Mon cher Maître,

237Voici le Temps et le Figaro. Je n’ai pas reçu de Petite République aujourd’hui.

238J’ai fait de concert avec Wareham prendre les prix chez plusieurs photographes pour faire développer et fixer vos plaques, puis pour faire imprimer 3 ex. de chaque. Ces prix sont bien plus élevés qu’en France. Nous ne pouvons trouver quoi que ce soit de rapprochant [sic] à vos prix. Ce qui nous paraît le meilleur marché, attendu que la maison est très compétente et peut faire le travail bien, le voici : Pour développer et fixer les plaques 3 shillings la douzaine soit 18 shillings ou 22 frs 50 c pour les 6 douzaines. Pour l’impression ; 11/2 shillings la douzaine soit 1 franc 90 c.

239Nous ne trouvons rien de meilleur marché à moins que ce ne soit chez les gens dont les travaux nous paraissent peu recommendables [sic].

240Vu ces hauts prix nous n’avons rien fait jusqu’à présent. Ce genre de travail, c’est-à-dire de fixer et de tirer le travail d’amateur paraît être peu répandu ici. Nous nous sommes adressés à une douzaine de maisons, soit ici soit à Londres. Plusieurs ont refusé de le faire à aucun prix.

  • 69 Vers la fin juillet, Desmoulin avait apporté à Zola une malle de vêtements, son appareil photograph (...)

241Je vous prie de m’aviser sur le parti que nous devons prendre69.

242Bien cordialement à vous.

243E.A.V.

244Rien de certain jusqu’à présent sur la fuite d’Esterhazy.

245L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

246101

247Cottenham Park

248Le 17 septembre 1898

249À : Roger

250Summerfields

251Spinney Hill

252Addlestone

  • 70 C’est le 17 septembre que le Conseil des ministres devait rendre sa décision relative à la révision (...)

253Conseil décide entamer immédiatement premières formalités révision démission Zurlinden probable non officielle70

254Vizitelly [sic]

255Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

256102*

25716 Chestnut Road

258Raynes Park

259Le 21 septembre [1898]

260Mon cher Maître,

  • 71 Nous n’avons pas retrouvé le compte annoté par Vizetelly.

261M. Wareham vient de m’envoyer son compte que je vous remets sous ce pli. Ce compte est établi jusqu’au 19 Septembre et M. Wareham me l’a expliqué quelque peu : j’ai donc donné à côté de ce qu’il a mis dessus [sic], quelques explications en français71.

  • 72 Zola habita cette maison, située à Addlestone, du 27 août au 10 octobre (→ lettre 93, n. 1).

262Au 19 Sept. il est dû à M. Wareham la somme de 9 livres 4 shillings. Pour votre séjour à Summerfield du 26 Sept. au 10 Octobre il doit payer en plus la somme de 10 livres 10 shillings72.

  • 73 Il s’agit des plaques photographiques (→ lettre 100, n. 2).

263En plus MM. Turner, les agents, lui ont écrit pour demander 1 livre 10 shillings pour votre séjour du Samedi au Lundi lors de votre entrée : c’est là une chose que vous avez expressément demandée : il m’a fait voir cettre lettre que je lui ai redonnée. Mais on peut vous l’envoyer en cas de besoin. Il aura aussi à payer pour avoir fait revêler [sic] vos plaques73, etc. ; et il doit également payer environ 4 livres pour la location du bicycle [sic]. Cela fait

Dû à Wareham —

9.04

demeure quinzaine à Summerfield —

10.10

Summerfield 2 jours en entrant —

1.10

Bicycle [sic] environ —

4.00

£ 25.04

264En plus il y aura les plaques etc. ; et peut-être quelques petits frais à venir. M. Wareham vous prie donc de lui faire parvenir une somme d’environ 30 livres.

  • 74 M. Venables avait écrit à Zola, le 5 septembre précédent, afin de lui témoigner son soutien. La let (...)
  • 75 Le 31 août, après avoir reçu une dépêche de Larat lui annonçant les événements du jour — notamment (...)

265Au sujet de ce compte je dois vous faire remarquer que si les frais de Wareham vous paraissent quelque peu élevés, il est en droit, comme avoué, de demander le paiement de chaque heure de son temps, ce que du reste il n’a aucunement fait. Mais on a eu un tas d’ennuis avec M. Venables qui depuis son retour à Londres est venu à tout bout de champ rechercher Wareham. À un moment c’était les délapidations [sic] à Penn, à un autre [un] vol de bijoux, et ensuite des visites avec des coupures de journaux à propos de vous : toutes choses qui ont dérangé Wareham et qui l’ont [sic] donné de l’ennui puisque le Venables voulait à toute force que vous fussiez Zola, et pour l’empêcher de le crier, il fallait lui fermer la bouche. Il est même venu ici 2 fois avec tout son attirail de policiers74. Mais pour ma femme et moi nous ne pouvons, ni ne devons vous demander aucune rémunération à part nos petits déboursés. Ces déboursés s’élèvent pour ma femme au sujet de 2 bonnes que vous avez en ce moment à environ 1 livre 10 shillings et pour moi y compris votre grammaire à environ 1 livre, soit en tout 2 livres et demie75.

  • 76 Vizetelly décrivit les habitudes d’écriture de Zola : « Zola’s books were written on small, unruled (...)

266Je n’ai pas encore acheté votre papier mais j’ai la feuille modèle et d’ici quelques jours vous en recevrez selon votre désir76.

  • 77 Zola accusa réception de la grammaire anglaise et des images — sans doute les photographies que le (...)

267J’espère que vous aurez reçu les images, et qu’elles étaient de nature à vous satisfaire. La grammaire vous a été adressée par le courrier suivant77.

268Ci-joint un bulletin des dernières nouvelles.

269Bien cordialement à vous.

270Ernest A. Vizetelly

271Vous avez dû recevoir la dépêche que je vous ai expédiée cet après-midi. Je mets l’original sous ce pli.

272Dernières nouvelles

273Les journaux anglais de ce soir Mercredi disent que l’affaire Picquart est venue à l’audience aujourd’hui ; le procureur de la République a demandé la remise de l’affaire sans fixation de date, attendu que l’accusation portée contre le prévenu doit être modifié [sic] par d’autres charges. Il paraîtrait qu’il est maintenant accusé d’avoir fabriqué le « petit bleu » et qu’il sera pour ce fait renvoyé devant un tribunal militaire.

  • 78 On se souviendra que le colonel Henry, emprisonné le 30 août, fut trouvé mort dans sa cellule du Mo (...)

274Labori s’est opposé avec beaucoup d’énergie à la remise de l’affaire ; mais c’était peine perdue. Enfin Picquart lui-même s’est levé, a protesté contre la façon indigne avec laquelle on faisait traîner son affaire, et a demandé à être jugé de suite. Il aurait ajouté qu’il s’attendait à être conduit dans une prison militaire le soir même, et que si l’on venait à le trouver la gorge coupée et un rasoir à côté de lui, on saurait qu’il avait été assassiné par ordre78. S’il venait à mourir de la sorte ce ne serait que par suite d’un crime, car jamais il ne se suiciderait. Il ne demandait qu’à être confronté avec ses ennemis.

275Ces paroles auraient produit une vive sensation dans Paris.

276D’après quelques lambeaux du discours de Labori je crois saisir que celui-ci prétend que le Général Chanoine tout en acceptant ou en laissant faire la révision tient à jeter le malheureux Picquart en pâture aux partisans du militarisme. Enfin nous verrons ça dans les journaux de demain. Vous sympathiserez assurément avec ce pauvre Picquart. Enfin il paraît qu’on n’est pas satisfait d’avoir un martyr — Dreyfus — dans cette affaire, il en faut un second : le malheureux Picquart.

277On annonce que la Commission de Révision ne pourra donner son avis que vers la fin Septembre. Cela confirme ce que je vous avais écrit il y a quelques jours.

278Post-scriptum

279Vous pourrez envoyer l’argent à Wareham par la poste sous pli recommandé. Que Violette ou la bonne aille vous prendre une enveloppe pour « registered letter » en toile au bureau de poste. Cela vaudrait mieux. Ici on n’accepte pas les valeurs déclarées. Si vous le préférez vous pourrez envoyer Violette ici avec la somme ; elle rentrerait au bout de quelques heures. Ici quand on envoie de l’argent en somme considérable c’est invariablement par un chèque mais vous n’en avez pas.

280L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

281103*

282[Londres]

283Le 25 septembre 1898

284dimanche

285Mon cher Maître,

286Le Figaro seul est venu hier soir Samedi. Vous le trouverez ci-inclus. Les autres journaux arriveront demain Lundi matin et je vous les enverrai immédiatement.

287Pour votre argent si je ne puis aller chez vous demain Lundi, j’irai assurément Mardi, ou si j’étais bien occupé ce serait ma femme. C’est dans le courant de demain que Wareham doit me remettre la somme mais je ne sais pas au juste à quelle heure. Je pense donc qu’il vaudra mieux vous le porter Mardi matin, d’autant plus que je compte recevoir votre papier demain soir et on pourrait vous porter cela en même temps.

  • 79 Ferdinand Sarrien était garde des Sceaux. Il avait reçu le résultat des délibérations de la commiss (...)

288La situation à Paris est malheureusement bien grave. J’ai consulté les quelques journaux de dimanche et toutes les dépêches semblent indiquer qu’on est à la veille d’une crise très sérieuse. La Commission de Révision paraît avoir remis son rapport à Sarrien hier samedi matin, et ce rapport ne serait pas favorable. Selon les uns il y aurait 4 membres contre et 2 pour ; mais d’autres dépêches s’accordent pour dire que la commission se trouve partagée 3 pour, et 3 contre ! 2 directeurs du ministère et un conseiller à la cour se trouvent pour, et un directeur et un conseiller contre. Donc le conseiller du cabinet n’a pu prendre de résolution. Réunion nouvelle du Conseil soit demain Lundi ou Mardi pour aviser à cette situation. Les ministres absents ont été rappelé [sic] par dépêche79.

  • 80 Le général Chanoine avait remplacé Zurlinden au poste de ministre de la Guerre. « Or, la première d (...)

289Picquart est au secret : on l’accuse maintenant non seulement du petit bleu mais d’avoir été le complice de Dreyfus dès le 1er jour. Le rôle de Chanoine reste très énigmatique. On ne sait au juste s’il approuve ce que fait Zurlinden ou non80.

290Votre bonne est venue ici hier toute éplorée, ayant par malheur manqué le train de 5 heures 19 à Wimbeldon. Un employé ne lui aurait pas indiqué la bonne plateforme et elle a vu filer le train sous son nez. Elle part par le seul train qu’il y a ce soir, et arrivera chez vous vers 9 heures 40. Elle vous prie de bien vouloir l’excuser pour ce retard tout à fait accidentelle [sic]. Puisqu’elle est ici je lui confie cette lettre.

291Bien cordialement à vous.

292Ernest A. Vizetelly

293L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

294104

295Wimbledon

296Le 26 septembre 1898

297À : Rogers

298Summerfield

299Spinney Hill

300Addlestone

  • 81 Voir la lettre 103, note 1.

301Révision adoptée tous documents seront envoyés cour cassation81

302Vizetelly

303Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

304105

305Wimbledon

306Le 28 septembre 1898

307À : Rogers

308Summerfield

309Spinney Hill

310Addlestone

  • 82 Zola croyait Alexandrine malade et craignait qu’on ne lui cache la vérité. Il écrivit à Jules Larat (...)

311Larat télégraphie inquiétude sans fondements Alexandre très bien portant courageux tout va bien82

312Vizetelly

313Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

314106*

315[Londres]

  • 83 La mention « samedi soir » et l’allusion au déménagement de Zola au Bailey’s Hotel (qui eut lieu le (...)

316[Le 8 octobre 189883]

317samedi soir

318Mon cher Maître,

  • 84 Ni les dépêches ni les réponses de Zola n’ont été retrouvées.
  • 85 C’est le 10 octobre que Zola s’installa au Bailey’s Hotel. Il y emménagea avec Jeanne Rozerot et le (...)

319Comme vous n’avez répondu que très tard hier à nos dépêches, nous n’avons pu communiquer avec l’hôtel qu’à une heure assez avancée, et la suite de chambres où l’appartement que nous avions eu a été prise par une autre personne dans le courant de la soirée84. Néanmoins, on nous a répondu que l’on pourrait toujours vous caser, et nous sommes allés cet après-midi pour voir. Cet hôtel s’appelle Bailey’s Hotel et se trouve à Kensington auprès de la gare de Gloucester Road sur le chemin de fer métropolitain85. C’est un très grand bâtiment, divisé en appartements de grandeur différente, 2 à 4 chambres, salon et ainsi de suite. Et même il y a une porte de vestibule à plusieurs de ces logements, et cette porte fermée on est tout à fait chez soi. L’appartement que nous avons en vue pour vous, se trouvait au 3e étage, et le gérant nous a dit cet après-midi que Mercredi prochain il en aurait un semblable de libre. En attendant il nous donne le nécessaire au 2e étage, c’est-à-dire une partie d’un logement plus vaste que celui que nous avions vu. Il y a un salon (grand et confortable), une grande chambre ; et quant aux enfants on peut leur donner soit à chacun une petite chambre, ou mettre 2 lits dans une seule chambre. On fera l’un ou l’autre, Lundi après-midi après votre arrivée : Vous verrez cela vous-même, et on fera selon votre désir. Vous occuperez ce logement au 2e jusqu’à Mercredi et alors on vous mettra au 3e dans un logement compact de 3 pièces.

320Le logement au 2e va coûter un peu plus cher que l’autre, cela fera une différence d’environ 6 shillings par jour, mais comme cela ne sera que pour 2 jours l’extra [sic] ne sera pas bien grand.

321Naturellement il y a un ascenseur pour monter et descendre et on m’a dit qu’il y a 2 ou 3 domestiques sachant le français. J’ai demandé à ce qu’on en met [sic] un de ces domestiques à votre service, ce qui sera fait.

322Quoique l’hôtel est [sic] grand, et fort bien agencé il est très retiré ou écarté pour ainsi dire, et après avoir vu 2 ou 3 autres hôtels plus petites [sic] j’ai été d’avis, et Wareham aussi, que c’était le meilleur que nous pourrions trouver, étant donné les facilités qu’il y a pour manger chez soi et ainsi de suite. Car vous n’aurez qu’à monter et descendre lorsque vous voudrez sortir ou rentrer. On ne vous dévisagera pas à la table d’hôte : ce qui pourrait tout perdre. Et enfin vous ne verrez qu’à peine les autres voyageurs séjournant dans la maison. C’est ce qu’il fallait pour toutes sortes de raisons.

  • 86 Rappelons qu’il s’agit de la fille d’Ernest Vizetelly, alors âgée d’une quinzaine d’années, qui all (...)
  • 87 Georges Charpentier, arrivé en Angleterre le 4 octobre, accompagna Zola, Jeanne et les enfants au B (...)

323Maintenant je viendrai Lundi de bonne heure et je vous aiderai à tout préparer pour votre départ. Violette86 descendra à Wimbeldon où le clerc de Wareham l’attendra et prendra la bicyclette. Nous autres nous descendrons à Vauxhall, la station avant la gare terminus de Waterloo. Là nous prendrons un fiacre à galerie et nous filerons sur [sic] l’hôtel. Je ne connais pas les intentions de M. Charpentier mais s’il voulait prolonger son séjour auprès de vous, il est certain qu’on pourrait lui trouver une chambre à part à l’hôtel pour un jour ou deux et qu’il pourrait prendre ses repas avec vous87.

324Du reste vous me direz cela Lundi matin : je crois qu’en prenant un des premiers trains je pourrai être chez vous vers 9 :30 ou 10 heures.

325Bien cordialement à vous.

326Ernest A.Vizetelly

327J’écris cette lettre à la hâte en revenant de Londres. Je vois que c’est rempli de fautes de français mais vous le comprendrez j’espère.

328EAV

329coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Violette Vizetelly en 1899, tiré de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.

330107*

331[Londres]

332Le 14 octobre 1898

333Mon cher Maître,

  • 88 Le Queen’s Hotel, où Zola résida jusqu’à la fin de son exil. La chambre occupée par Zola est longue (...)

334Nous vous avons trouvé un logement convenable dans un hôtel à une petite distance du Palais de Crystal, et vous y serez conduit demain88.

  • 89 Il s’agit bien sûr de Jeanne Rozerot.

335J’ai fait part à Wareham de vos intentions au sujet du départ de [sic] Bailey’s Hotel. Mais il ne les approuve pas. Il dit qu’il vaut infiniment mieux que vous partiez tous ensemble ; et il se propose de venir avec moi demain Samedi matin. Il me prie de vous dire qu’il vaudra mieux que vous fassiez demander votre note ce soir Vendredi par l’intermédiaire du jeune homme qui parle français : vous réglerez demain quand nous serons là — Soyez prêts pour 8 heures : Wareham se chargera de vous pour une heure et (madame partie89) je vous rejoindrai. Il faudra 2 cabs à galerie.

336À la hâte et bien sincèrement à vous.

337E.A.V.

338Prévenez les gens de l’hôtel que vous partirez à 8 heures 10.

339L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

340108*

341[Londres]

342Le 17 octobre [1898]

343Mon cher Maître,

  • 90 Zola réunissait des notes pour un ouvrage sur François Zola, son père, que le directeur du Petit Jo (...)
  • 91 Biographie universelle, ancienne et moderne, ou, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publiq (...)

344Vous trouverez ci-inclus des résumés des ouvrages de votre père qui se trouvent à la bibliothèque du Musée Britannique90. On y a joint quelques détails sur un livre de l’abbé Zola de Brescia, et un aperçu de la notice consacrée à cet ecclésiastique dans la Biographie universelle de Michaud91.

345Je viendrai vous voir demain Mardi dans la matinée.

346Bien cordialement à vous.

347Ernest A. V.

348L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

349109*

350[Londres]

351Le 19 octobre 1898

352Mon cher Maître,

  • 92 Voir la lettre suivante.
  • 93 Voir la lettre 100, note 2.

353M. Yves Guyot est en Angleterre92 : il a écrit à Wareham pour lui dire qu’il était forcé de se rendre en province, mais qu’il sera de retour à Londres vers Samedi prochain. Je lui ai écrit à l’adresse qu’il a donnée, pour le prier de me fixer un rendez-vous dès qu’il reviendrai[t] afin que je puisse le conduire auprès de vous puisqu’il désire vivement pouvoir vous serrer la main. En toute probabilité donc, M. Guyot m’accompagnera lorsque j’irai chez vous soit Samedi ou Dimanche prochain. M. Wareham va immédiatement s’occuper des photographies93.

354Votre bien dévoué.

355Ernest A. Vizetelly

356L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

357110*

358[Londres]

359Le 21 octobre 1898

360Mon cher Maître,

  • 94 Zola ne parla de cette visite à personne. Ce que nous en savons, c’est par une lettre de Reinach à (...)
  • 95 Il s’agit de Joseph Hiam Levy, économiste britannique d’origine juive. Après des études supérieures (...)

361M. Guyot rentre à Londres aujourd’hui et viendra vous voir demain Samedi. Il retourne en France demain soir94. Il m’a demandé instamment de pouvoir amener avec lui un ami anglais, la personne chez qui il est descendu ici, et dont il garantit la discrétion la plus complète. Ce monsieur s’appelle Levy et doit être d’origine israélite. Il s’occupe d’économie politique et j’ai déja entendu parler de lui95. Puisque M. Guvot en répond formellement je n’ai pas cru devoir refuser sa requête. Donc, ces deux messieurs viendront avec moi, et si vous avez quelque chose de particulier à dire à M. Guyot j’amenerai l’autre à l’écart.

362Puisque M. Guyot doit repartir pour Paris le soir même et qu’il n’aura que le milieu de la journée de libre je ne pouvais faire autrement de lui dire qu’il ferait bien de venir vous trouver à l’heure du déjeuner et de partager un de vos « repas d’exil ». Et comme il tient tant à amener ce monsieur avec lui il faudra donc recevoir ce dernier aussi à votre table.

363Je compte que nous serons tous les trois chez vous à midi et demi, et je vous mets sous ce pli un petit mot pour prévenir le garçon que vous aurez 3 convives.

364Naturellement si vous vous opposez formellement à ce que M. Guyot amène son ami, il faut me prévenir par dépêche ce soir même, et alors j’avertirai M. Guyot, mais personnellement je ne crois pas qu’il y ait du danger à recevoir cette personne.

365Bien cordialement à vous.

366Ernest A. Vizetelly

367J’ai prévenu M. Guyot qu’on ne pourrait lui offrir qu’un déjeuner bien modeste et tout à fait à l’anglaise.

368L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

369111*

370Alma Tavern

371499 York Road

372Wandsworth, S.W.

  • 96 Les reportages des journaux anglais dont parle Vizetelly nous font dater cette lettre du 25 octobre

373[Le 25 octobre 189896]

374Mon cher Maître,

  • 97 Déroulède avait fait un virulent discours en chambre, exigeant la démission du gouvernement Brisson (...)

375D’après les dernières dépêches de l'Evening Standard, le Globe, et la Pall Mall Gazette il y a eu des scènes terribles à Paris aujourd’hui97. Manifestation Place de la Concorde. Cris comme d’ordinaire ; coups de poing, bâtons, etc., beaucoup de violence. Puis à la Chambre batterie générale. Brisson demande ajournement des interpellations. Déroulède attaque le ministère : Chanoine se lève et déclare qu’il n’a accepté le Ministère que pour protéger l’armée contre ses ennemis. Avec grand éclat il se sépare de ses collègues et donne sa démission ! ! scène à tout casser dans la Chambre, beaucoup de députés se battent. Puis Brisson monte à la tribune et avec grande émotion appelle à la chambre pour maintenir la suprémacie du pouvoir civil. Il défend Chanoine, déclare que toute décision ministérielle prise au sujet de l’affaire Dreyfus a été prise en la présence de Chanoine et s’étonne de la démission de ce général qui est contraire à tous les précédents. La séance continue d’après les dernières dépêches, les uns déclarent que Chanoine a trahi le ministère sous la pression de l’Élysée et de ses collègues militaires et, entre temps, batteries, et engueulades à n’en plus finir. Enfin séance suspendue. Tout à fait dernière heure. Le ministère va peut-être sauter mais Brisson aurait déclaré sa résolution de prendre le Ministère de la Guerre lui-même et de mettre Vallé à l’intérieur. Je vous écris ceci fort rapidement avant de rentrer chez moi ayant trouvé les derniers journaux à la Jonction. Je suis désolé de vous donner de si mauvaises nouvelles.

  • 98 Voir la lettre 112, qui est en fait un télégramme résumant les principaux événements du jour.

376Demain je vous enverrai un petit aperçu d’après tous les journaux anglais : vous l’aurez le soir même98. Mon appréciation, la voici : le complot militaire se dessine enfin et il y a de mauvais jours à attendre. Jusqu’à présent j’ai toujours été optimiste, mais la défaillance ou la trahison de Chanoine m’a profondément remué.

377À vous et à Madame. Bien cordialement.

378Ernest A.V.

379L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

380112

381Wimbledon

382Le 26 octobre 1898

383À : Richards

384Queen’s Hotel

385Norwood

  • 99 On se souviendra que « Richards » (ou « Richard ») était l’un des pseudonymes de Zola. Le gouvernem (...)

386Ministère renversé par ordre de Mahy demandant répression de la campagne contre armée ministère Ribot probable chambre ajournée au quatre November [sic]99

387Vizetelly

388Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

389113*

390[Londres]

391Le 28 octobre 1898

392Mon cher Maître,

  • 100 Dernière nouvelle écrite par Zola, Angéline fut rédigée les 17,18 et 19 octobre 1898. Traduite en a (...)

393J’ai porté Angéline au Star mais je n’ai pu voir le directeur qu’à six heures ce soir100. Il m’a promis qu’un chèque me serait envoyé dans les premiers jours de la semaine à venir. Cela est certain ; car ce sont des gens de parole, qui ont de l’argent. Demain Samedi j’irai chez vous, pour vous demander à déjeuner, et je vais tâcher de vous apporter quelque argent [sic] anglais pour que vous n’ayez pas à changer des billets français. À ce propos je regrette le retard du Star mais ce n’est qu’un retard.

394Tout va bien à la Cour de Cassation ; mais Paris, paraît-il, serait dans un état d’émotion contenue qui pourrait tourner mal. Enfin, espérons pour le mieux.

395Nous causerons demain.

  • 101 Il ne s’agit plus de Jeanne, repartie le 15 octobre (voir la lettre 106, n. 3), mais d’Alexandrine, (...)

396Mes bien sincères compliments à Madame101.

397Et bien cordialement à vous.

398Ernest A. Vizetelly

399L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

400114*

401[Londres]

402Le 9 novembre 1898

403Mon cher Maître,

  • 102 Il s’agit de la résidence d’Addlestone (« Summerfield »), où Zola séjourna du 27 août au 10 octobre (...)

404Les photographies sont livré[e]s et je vous les apporterai demain Jeudi dans la matinée. J’ai également reçu de Wareham son état de compte et les factures se rapportant à Summerfield, etc.102

405Je pense être chez vous vers midi.

406Mes compliments à madame et bien sincèrement à vous.

407Ernest A. Vizetelly

408L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

409115*

410[Londres]

411Le 24 novembre 1898

412Mon cher Maître,

  • 103 Vizetelly raconta la persévérance de certains journalistes désireux de voir Zola, qui allaient jusq (...)

413Il y a eu des indiscrétions à Paris. Tous les journaux anglais de ce soir, ou peu s’en faut, annoncent votre présence en Angleterre et pendant deux heures durant [sic], je n’ai cessé de donner audience à des reporters. Aux uns j’ai clos le bec, mais devant certaines affirmations qui se sont produites je n’ai pu faire autrement que d’avouer que vous aviez été dans le courant de l’été !, dans une maison de campagne très retirée. Mais je me suis bien gardé d’avouer que vous étiez ici en ce moment103. Et dans tous les cas votre adresse exacte demeure inconnue.

  • 104 Voir la lettre 113, n. 1.
  • 105 Linton illustra la nouvelle (une seule illustration, représentant Angéline, sortant de sa tombe et (...)
  • 106 Angéline parut aussi dans le New York Herald, sous le titre The Haunted House, en même temps qu’en (...)

414Depuis une huitaine voilà que j’ai plusieurs entretiens avec M. Parke, le directeur du Star au sujet d’Angéline104. Je l’ai vu Samedi, puis Mardi, puis aujourd’hui à sa demande. Il est à peu près certain que ce conte sera illustré par Sir James Linton (parent du Linton, le célèbre graveur, et lui-même artiste très renommé ici : il est président de la Société Royale des Aquarellistes d’Angleterre)105. La chose n’est pas précisément faite, mais elle est en bonne voie. D’autre part M. Parke aurait eu bien des ennuis qui ne me surprennent pas. Il a fait son possible pour vendre les droits de feuilleton d’Angéline aux États-Unis106 et messieurs les Américains, que je connais de longue date, ont bien voulu dire oui, mais en offrant des sommes absolument dérisoires. C’est là bien le système américain : tout avoir pour rien. Enfin Parke en est désolé et me dit que s’il en tire 500 francs pour le tout, c’est-à-dire la « copie » et les clichés de ses gravures ce sera le diable. Et il prétend que pour les clichés il lui faudrait retenir la moitié de la somme. Je lui ai répondu que 250 frs pour les droits de feuilleton là-bas ne seraient pas assez, même pour un conte court comme celui-là, et qu’il fallait davantage. Il est vrai que vous retiendrez toujours vos droits de librairie si jamais vous refaites un volume de contes et que vous voudriez [sic] comprendre Angéline dans ce volume.

  • 107 Lettre non retrouvée. Nous savons cependant que Vizetelly toucha la somme de 5 livres, soit 125 fra (...)

415D’autre part je devrais bien participer moi-même à cette publication en feuilleton en Amérique. Je vous demande donc de bien vouloir m’écrire une lettre signée de votre nom, m’indiquant quelle serait la somme la plus basse pour laquelle vous seriez disposé à vendre seulement vos droits de feuilleton pour Angéline là-bas. Dans cette somme veuillez comprendre cent francs pour moi107.

416Il est certain que Parke a agi en gentleman pour les droits anglais et il faut lui en tenir compte. D’autre part cependant je ne suis pas d’avis de laisser les droits de feuilleton américains pour rien. Il se peut très bien que lui Parke ne peut [sic] en obtenir que quelques centaines de francs ; mais il me semble que le chiffre qu’il offre c’est-à-dire 250 francs à partager entre vous et moi est bien trop ridicule. Enfin donnez-moi votre avis là-dessus de suite.

417Bien cordialement à vous.

418Ernest A. Vizetelly

419On vous rendra votre manuscrit très prochainement.

420L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

421116

422Victoria

423Le 5 décembre 1898

424À : Richards

425Queens Hotel

426Upper Norwood

  • 108 Alexandrine quitta l’Angleterre le 5 décembre et c’est Vizetelly qui l’accompagna à la gare. Voir l (...)

427Bien partie mer calme108

428Vizetelly

429Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

430117*

431[Londres]

  • 109 L’allusion au règlement de comptes pour la publication d’Angéline dans le Star nous fait dater cett (...)

432[Le 8 décembre 1898109]

433jeudi soir

43410 heures

435Mon cher Maître,

436Je vous envoie tous les journaux qui me sont arrivés ce soir. Il n’y avait rien hier soir, ni ce matin par suite, sans doute, de la tempête. Et même ce soir je n’ai pas reçu un seul des journaux qui ont paru à Paris ce matin.

437Une lettre qui est arrivée à 8 heures ce soir fait partie de ce courrier.

  • 110 Le bulletin météorologique du Figaro (7, 8 et 9 décembre 1898) signalait les pluies violentes qui s (...)

438J’irai chez vous demain Vendredi après-midi à moins que le temps ne soit vraiment trop mauvais. Mais pour l’instant il a l’air de se calmer110.

439Je ne sais pas au juste à quelle heure je pourrai être chez vous mais ce sera je pense de 3 à 4 heures.

  • 111 Ce chèque devait couvrir les droits de publication d’Angéline. Aucun document relatif à l’entente é (...)

440J’ai reçu un chèque du Star et avant d’aller chez vous je le changerai contre des billets de banque. Vous vous rappelez n’est-ce pas qu’il a été convenu que je dois toucher 5 livres sur les 100, — pour moi. C’est donc 95 livres que je vous remettrai soit 2 375 francs111.

441Mes hommages à Madame ; et bien sincèrement à vous.

442Ernest A. Vizetelly

443L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

444118*

445[Londres]

446Le 12 décembre 1898

447Mon cher Maître,

  • 112 Zola était déjà au courant de l’existence de l’entrefilet, paru le 10 décembre et daté de Bruxelles (...)
  • 113 Voir la lettre 115.

448Nous venons de recevoir un mot de madame Zola pour nous dire qu’elle avait fait un assez bon voyage, que Fasquelle et Desmoulin doivent m’écrire, et que L’Événement de Paris a publié la nouvelle qu’elle était revenue en France, accompagnée par moi112 ! Puis paraît-il L’Événement disait que vous habitiez du côté du Palais de Crystal ! D’où peut venir cette nouvelle ? Je ne sais, car je n’ai vu aucun journaliste depuis une quinzaine ; et même l’autre fois quand on est venu ici, je me suis borné à admettre qu’il y avait un fond de vérité dans ce qu’on affirmait de votre séjour ici, durant l’été113. Cela était impossible à nier, car à Walton on a dû parler de vous, et M. Venables, je pense, a été indiscret. Mais à part cela, je fis mon possible pour faire croire que vous n’étiez plus en Angleterre, le climat pluvieux de l’hiver ne vous convenant pas.

449Pour moi donc, l’indiscrétion au sujet de Madame et de son retour à Paris doit venir de ce qu’on l’aurait reconnue à Victoria. Cependant il n’y avait pas beaucoup de monde ce jour-là à la gare et je n’ai rien vu de suspect. Toutefois je me suis absenté un moment pour prendre le billet pendant que les bagages attendaient dans une autre salle pour l’enregistrement. On a pu donc les examiner et s’ils portaient une étiquette marquant leur provenance du Crystal Palace, cela pouvait donner l’éveil.

450D’autre part il se peut que je sois surveillé : je vais voir, et si cela est vrai je prendrai de grandes précautions. Quant à déménager je crois cela inutile pour vous en ce moment. Attendons un jour ou deux pour voir s’il se produit quelque chose de suspect. Madame nous dit quelle vous envoie l’entrefilet de L’Événement. Vous seriez bien aimable de le mettre sous pli et de me l’envoyer, afin que je puisse voir au juste ce qu’on y dit.

451Si vous croyez devoir quitter l’hôtel, prévenez-moi et je me mettrai à la recherche d’une autre retraite.

452Bien cordialement à vous.

453E.A.V.

454Je n’ai rien vu dans les journaux anglais au sujet de la note de L’Événement. Par ce fait, cette note aurait-elle été rédigée à Paris ? Ne pourrait-elle pas provenir de quelques indiscrétions là-bas ?

455L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

456119*

457[Londres]

  • 114 C’est l’allusion aux abonnements aux journaux qui nous permet de dater cette lettre. Le 22 décembre (...)

458[avant le 22 décembre 1898114]

459Ni Matin ni Petite République ce soir. Rien que Le Figaro, que je vous envoie.

460À noter d’ici à 4 ou 5 jours les abonnements du Temps, de la Petite République, et du Figaro vont expirer [sic]. Si vous voulez les renouveler, vous devrez de suite avertir Larat.

461Je viendrai vous voir Jeudi ou Vendredi. Je vous dirai ça demain.

462E.A.V.

463L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

464120

465Cottenham Park

466Le 29 décembre 1898

467À : Richards

468Queens Hotel

469Upper Norwood

  • 115 Zola répondit le soir même, par lettre plutôt que par télégramme, qu’il acceptait l’offre (CZ, IX, (...)

470Un journal viennois offre trente livres pour publier Angéline en feuilleton seulement en allemand en Autriche et Allemagne reponce [sic] urgente j’ai accepté approuvez-vous répondez par dépêche115

471Ernest

472Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

473121*

474[Londres]

  • 116 L’allusion à l’article du Temps, en date du 28 décembre, nous fait dater cette lettre du même jour.

475[Le 28 décembre 1898116]

  • 117 Le correspondant parisien du London Times, Henri Stefan de Blowitz, avait publié un article, le 27 (...)
  • 118 Il y a ici une allusion au départ précipité de Zola, le 19 juillet 1898. Selon de Blowitz, au momen (...)

476Vous verrez par Le Temps que je vous envoie qu’on revient encore sur l’article du Times117. Maintenant il est question de Charpentier, de Desmoulin et coetera ! Et on répète l’histoire de madame Zola et de la chemise de nuit, qui va devenir une légende. Attendez-vous à une caricature quelconque vous montrant en toilette de nuit. C’est tout indiqué118.

  • 119 Apprenti tapissier, puis industriel, journaliste, administrateur, Ernest Vaughan (1841-1929) adhéra (...)

477Pour moi, ça doit être Desmoulin qui a jasé, et qui, ne voulant pas vous perdre, a dû inventer toute l’histoire de votre arrivée ici. Je crois que vous devriez faire démentir par Vaughan la plupart de ces insanités119.

478E.A.V.

479Post-scriptum

480Si vous faites paraître un démenti dans L’Aurore ou un journal quelconque veuillez m’en aviser. Si vous ne pouvez pas m’écrire vous-même, je serais heureux si Mme Zola voudrait [sic] bien m’indiquer les choses principales qui seraient usées [sic] par votre démenti.

481V

482L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

483122*

48416 Chestnut Road

485Raynes Park

486[Londres] S.W.

487Le 29 décembre 1898

48810 heures 30 du soir

489Mon cher Maître,

  • 120 Voir la lettre 115.

490Je suis allé ce matin à Londres, et dans le courant de l’après-midi j’ai été voir M. Parke, le rédacteur en chef du Star pour lui réclamer le manuscrit d’Angéline et lui demander des nouvelles de sa combinaison américaine120. Le manuscrit m’a été remis en fort bon état, et je l’ai actuellement ici.

491Quand [sic] à la combinaison américaine M. Parke m’a dit qu’une épreuve de ma traduction est actuellement entre les mains de son correspondant à New York, qui a été chargé de prendre des arrangements définitifs là-bas, mais qu’un retard est survenu par suite du temps pris par Sir James Linton pour les dessins qui doivent illustrer le conte, de sorte que rien n’était encore conclu définitivement. Du moins, me dit-il, je n’ai pas de nouvelles précises ; des épreuves des dessins doivent actuellement être arrivées là-bas et la solution ne peut tarder. Parke voudrait bien placer ses gravures, chose naturelle, mais il m’a dit que si l’on ne faisait pas affaire avec ces gravures, son correspondant avait ordre de vendre le texte seul, et dans tous les cas de protéger vos droits et les miens. Dès qu’il aura une nouvelle définitive, il me versera les 20 livres convenues.

492Mais, m’a-t-il dit, il y a une autre combinaison pour laquelle j’allais justement vous télégraphier. Un journal de Vienne dont nous connaissons le correspondant voudrait acheter les droits de feuilleton d’Angéline et nous prendre des clichés si le prix total n’est pas trop élevé. On ne publierait qu’en même temps que nous, en Allemand, et comme le journal pénètre en Allemagne, tout en étant publié en Autriche, il faut les droits de feuilleton pour les deux pays. Je voulais d’abord communiquer avec vous mais la chose pressait : je ne pouvais pas vous télégraphier du Star et vous dire d’y répondre : ç’aurait été une communication indirecte de votre adresse. Puis Parke désirait donner la réponse ce soir même. J’ai débattu la question d’intérêts avec lui, et tout étant bien considéré je ne crois pas avoir fait une trop mauvaise affaire en acceptant 30 livres soit 750 francs pour les droits de feuilleton seulement, en langue allemande, d’un conte d’environ 4 000 mots. Naturellement c’est à l’acheteur de le faire traduire mais je dois fournir le texte français.

  • 121 Voir la lettre 120.

493En rentrant chez moi, je vous ai télégraphié pensant que si la chose ne vous plaisait pas vous me répondriez de même. Je n’ai pas eu votre réponse, mais probablement vous m’écrirez, et, dans tout cas [sic], si je dois arrêter la chose, faites-le-moi savoir avant une heure de l’après-midi demain, par une dépêche si c’est nécessaire121.

494J’ai apporté le manuscrit d’Angéline ici et toute ma soirée a été consacrée à le copier : j’ai transcrit environ 2 tiers jusqu’à présent. Je finirai le texte demain matin. Puis, dans l’aprèsmidi [sic], je dois porter ma copie au Star pour terminer avec M. Parke et le correspondant Viennois, et prendre les arrangements nécessaires pour le paiement, que M. Parke m’a déjà garanti de vive voix, personnellement.

495Voilà donc le programme qui se présente, et j’irai, comme c’est convenu, à moins de recevoir contre ordre [sic] de votre part.

496Demain soir je vous ferai part du résultat. Je ne vous écris pas plus long pour le moment. Car voilà 3 heures et demie que je passe à recopier Angéline et ma main commence à se fatiguer. Naturellement je vous apporterai votre manuscrit à vous.

497Nouvelle tempête aujourd’hui ! Aucun journal n’est arrivé de France. On ne parle plus de vous ce soir dans les journaux anglais que j’ai vu[s].

498Bien cordialement.

499Ernest A. Vizetelly

500Nos compliments à Mme Zola.

501L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

502123*

503[Londres]

  • 122 Il est à peu près impossible de dater cette lettre avec précision. C’est pourquoi nous la rejetons (...)

504[1898122]

505vendredi soir

506Mon cher Maître,

  • 123 Rappelons que Wareham recevait, sous double pli, les lettres destinées à Zola.

507Je serai chez vous demain à midi sans faute. J’ai vu Wareham : s’il a des lettres pour vous demain matin je vous les apporterai123.

508À vous.

509Ernest A. Vizetelly

510L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

511124*

512[Londres]

513Le 2 janvier 1899

514Mon cher Maître,

  • 124 Le roman des frères Margueritte, Le Désastre, avait paru en 1898. Il appartenait au cycle romanesqu (...)

515Ce matin 2 Janvier, à 10 heures, un Monsieur se nommant Frédéric Lees, ancien rédacteur à différents journaux à Paris, sujet américain, traducteur anglais du roman des frères Margueritte Le Désastre, s’est présenté au bureau de Wareham à Londres pour l’interviewer et lui demander des renseignements sur vous124.

516Ce monsieur Lees s’est présenté à Wareham en qualité de correspondant parisien de la Westminster Gazette (mon journal) et selon lui c’était pour cette gazette qu’il désirait avoir les renseignements qu’il demandait.

517Wareham y a opposé une fin de non-recevoir et m’a immédiatement télégraphié. Je me suis transporté à Londres au bureau de mon journal, où M. Gould, le sous-Directeur (en absence de mon ami Spender) m’a dit n’avoir jamais envoyé M. Lees auprès de qui que ce soit. En outre, M. Gould m’a affirmé que Lees n’a jamais été le correspondant attitré du Westminster à Paris, qu’il n’avait fait paraître que quelques rares articles dans cette gazette et qu’il n’avait aucune qualité pour se présenter en quelque lieu que ce soit au nom du journal. Du reste, me dit M. Gould, c’est sur vous que nous comptons pour tout ce qui peut concerner l’affaire Dreyfus en général ou M. Zola en particulier, et nous n’avons jamais eu la moindre pensée de confier à un autre rédacteur soit un service de renseignements soit des articles d’appréciation à cet égard, puisque vous, Vizetelly, êtes chargé du tout. Nous allons, me dit Gould, lui tirer les oreilles à Lees [sic], s’il vient au bureau ; nous ne savions même pas qu’il fut à Londres ; et nous n’admettons pas qu’il ait pu se présenter chez qui que ce soit en notre nom.

518J’ai remercié Gould de ses bonnes paroles, que, du reste, j’attendais ; et de chez lui je me suis rendu au bureau de Wareham dans la cité. C’est alors qu’il m’a dit que ce M. Lees s’est présenté chez lui comme venant de la part de M. Yves Guyot dont il avait une lettre en poche, qu’il a fait voir à M. Wareham. Cette lettre était ainsi conçue :

519Mon cher Confrère,

520Pour ce que vous me demandez il faut vous adresser à M. Wareham solicitor, 70, Bishopsgate Street à Londres etc. etc.

  • 125 Rappelons que Guyot avait rendu visite à Zola le 22 octobre 1898. Voir la lettre 110.

521Yves Guyot125

522Voilà à peu près le texte d’après les souvenirs de Wareham : ni plus, ni moins.

523Cependant ce M. Lees voulait tout savoir, votre vie ici, votre résidence actuelle, vos opinions sur ceci et cela. En présence de la lettre de Guyot, que l’autre a sortie de sa poche au moment où Wareham allait tout nier, ce dernier n’a pu faire autrement que d’avouer qu’il avait eu dans le temps quelques relations avec vous, mais pour le restant, et surtout pour la question de votre résidence actuelle, il a affirmé qu’il ne savait rien.

  • 126 Comme Sherard le dit lui-même dans son autobiographie, il fut, pendant un temps, soupçonné d’être a (...)

524Pour moi, qui connaît [sic] quelque peu les correspondants anglais à Paris, ce Lees appartient à la bande à Sherard126, et je regrette vivement que Guyot lui ait donné l’adresse de Wareham. La meilleure preuve que Lees ne désirait pas être renseigné pour un journal anglais, c’est l’aveu qu’il a fait en dernier lieu à Wareham qu’il comptait retourner à Paris cette nuit même.

525Je viens donc vous aviser de tout cela. De toutes les indiscrétions qui ont eu lieu, celle-ci, de Guyot à Lees, est bien la plus sérieuse, puisque cela peut menacer nos communications, en livrant au public, et par le fait au gouvernement et au parquet français le nom de la personne qui reçoit ici les lettres qui vous sont envoyées par vos amis de France. Or, parmi ces amis peuvent se trouver des gens comme Clemenceau, Labori, Momard, etc., dont les billets, vont, à l’avenir, passer par le « Cabinet noir » s’ils continuent à être adressés à Wareham.

526Veuillez donc à l’avenir, pour toutes choses secrètes, prier vos correspondants d’adresser leurs lettres à :

527A.W. Pamplin Esqre

52855 Queen’s Road

529Wimbledon

  • 127 Wareham continuait de recevoir le courrier de Zola. L’adresse suggérée par Vizetelly, celle de Pamp (...)

530Londres S.W.127

531Il faut dès à présent prendre cette précaution car, en présence de cette indiscrétion inqualifiable de M. Guyot, on ne sait ce qui pourrait arriver. Sans doute Guyot vous dira que Lees est un homme sûr. Mais n’en croyez rien. Je me méfie beacoup de lui. C’est d’abord un besoigneux [sic], garçon d’un certain talent qui veut faire son chemin. Tout est bon pour sa hotte de journaliste chiffonnier ; dans un cas comme celui-ci on lui offrirait 5 Louis qu’il les refuserait, mais on ajouterait 20 au bout qu’il dévoilerait immédiatement tout ce qu’il pourrait savoir au sujet de vous et de votre séjour en Angleterre.

  • 128 Voir la lettre 118.
  • 129 Il s’agit de l’article paru le 27 décembre 1898, dans lequel de Blowitz racontait le départ de Zola (...)
  • 130 Il s’agit de Victor-René Vizetelly, fils du traducteur. Né à Boulogne, Victor-René (1884-1965) fit (...)

532Vous me permettez de vous faire observer que toutes les indiscrétions au sujet de votre présence ici sont venues de France. La nouvelle du retour de Mme Zola l’autre jour est venue de Paris et s’est propagée par la voie de Bruxelles128. Tout l’article du Times est aussi venu de Paris et principalement par la faute de Desmoulin129. Le curé anglais, cité dans cet article, n’est autre que Wareham même, dont Desmoulin a le portrait en robe et en rabat. Puis la petite fille de 12 ans, l’enfant de l’hôtelier, n’est autre que ma fille Violette, dont Desmoulin a aussi la tête, avec les cheveux pendants : Victor130 avait fait ces portraits de Wareham et Violette, et moi-même je les ai envoyés à Desmoulin. Tout vient de là. Ce portrait de Wareham en robe a beaucoup aidé à la légende, j’en suis convaincu, et je regrette vivement que Desmoulin l’ait montré à tort et à travers.

  • 131 Toujours dans sa réponse du 3 janvier, Zola promit d’écrire à Guyot. Cette lettre n’a pas été retro (...)

533Enfin, sachez-le bien : les indiscrétions viennent de France et non pas d’ici. Tout journaliste que je suis, je mets, dans le cas actuel, vos intérêts au-dessus de tout. Wareham de son côté est lié par le secret professionnel. Cependant, il est lamentable de voir, que tandis que nous autres nous nous échinons à tenir tête aux curieux du journalisme, d’autres, vos amis de France, de longue date, livrent noms et adresses au premier venu, ou se plaisent à raconter des romans absurdes, bien faits pour appeler l’attention sur vous, et pour piquer la curiosité des reporters en quête de pièces de cent sous. Il arrive constamment des petites choses dont nous ne vous entretenons pas, Wareham et moi, car nous ne voulons pas vous mettre en éveil un jour pour vous rassurer le lendemain. Nous subissons ces petites alertes sans vous en prévenir. Car avant tout il vous faut de la tranquillité. Cependant aujourd’hui, par suite de l’indiscrétion de Guyot vis-à-vis de Lees, la situation se présente mal. C’est pourquoi je vous écris cette lettre d’avertissement, en vous priant de bien vouloir savonner la tête à tous ces bavards de Paris131.

534Mes hommages à Mme Zola, et à vous, cher maître, une bien bonne poignée de mains.

535Ernest A. Vizetelly

536N’oubliez pas l’adresse de Pamplin pour les choses secrètes : c’est une adresse sûre.

  • 132 Rappelons que Vizetelly avait fait paraître, dans le New York Herald, sa traduction de Lourdes (voi (...)

537J’ai des raisons pour croire que le nommé Lees, tout en se présentant comme rédacteur à mon journal, agissait pour le compte de Gordon Bennett et du New York Herald132.

538Il a dû inventer quelque histoire pour se faire donner l’adresse de Wareham par Guyot.

539Voici ce qui est écrit sur la carte de l’individu en question :

540Frédéric Lees

54129 Rue Fresnel

542Paris

543The Artist

544L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

545125*

546[Londres]

  • 133 L’allusion à la publication d’Angéline, ainsi que la mention « vendredi soir », nous font dater cet (...)

547[Le 6 janvier 1899133]

548vendredi soir

549Mon cher Maître,

  • 134 Voir la lettre 115.

550J’ai eu un mot de Parke d’après lequel il paraîtrait que l’on a vendu Angéline pour être traduit en Allemand, et que l’argent de Norvège doit être actuellement en route, et peut arriver d’un instant à l’autre134.

  • 135 Voir la lettre 113, note 1.

551C’est le 16 Janvier que le Star publiera ce conte et il est bien entendu, n’est-ce pas, qu’aucun journal de Paris ne le publiera plus tôt135.

552Je vous dis cela, parce que Parke me le répète dans sa lettre. Toutefois je crois que vous n’avez même pas encore envoyé le manuscrit à Paris.

553Je pense aller vous demander à déjeuner Dimanche quand je vous apporterai les journaux du Samedi soir. Mais si ce jour-là vous gêne, écrivez-moi un mot demain pour que je le reçoive le soir même.

  • 136 Communication non retrouvée.

554J’ai télégraphié en Norvège selon vos instructions136.

555À dimanche donc, à moins d’un contre-ordre de votre part ; et bien cordialement à vous.

556E.A.V.

557L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

558126*

559[Londres]

560Le 18 janvier 1899

561Mercredi

562Mon cher Maître,

563Je suis assez souffrant : si je ne peux aller vous voir d’ici à 2 jours ma femme ira à ma place. Ci-joint deux journaux : Le Temps, Le Figaro. Rien autre ce soir. Cependant j’ai reçu aujourd’hui un inspecteur de l’administration centrale des postes, à laquelle je me suis plaint, et j’espère qu’il 7 aura un meilleur service à l’avenir. Wareham m’écrit qu’il a vos photographies. Je vais m’en occuper.

564Bien cordialement à vous.

565Ernest A. Vizetelly

566L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

567127*

568[Londres]

  • 137 Lettre non datée mais qu’il serait logique de situer après le 16 janvier. C’est le 16 janvier, en e (...)

569[après le 16 janvier 1899137]

570M. Parke, du Star, m’a envoyée [sic] la dépêche suivante :

  • 138 Journal d’information à grand tirage. D’abord favorable à la campagne anti-dreyfusarde, il changea (...)

571« Riban, rédacteur Matin138, Hôtel de Paris, Leicester Square demande adresse de Zola. »

572J’y réponds ce soir ainsi qu’il suit :

573« Cher M. Parke, j’ai reçu votre dépêche ; j’en fais part à M. Zola mais je ne crois pas qu’il soit disposé à recevoir ce Monsieur Riban, car il ne veut voir que quelques amis personnels et ceux-là savent où le trouver. Je vous prie instamment de répondre aux demandes de M. Riban et à toutes demandes analogues que vous ignorez l’adresse de M. Zola et que vous ne pouvez rien. Inutile de me mêler à tout cela, car je suis déjà suffisamment assiégé par ceux qui connaissent mon adresse. »

574L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

575128*

576[Londres]

577Le 30 janvier 1899

578Mon cher Maître,

579J’irai vous voir demain Mardi vers l’heure du déjeuner pour vous causer de différentes choses.

  • 139 Il s’agit probablement d’un chèque pour les droits de Paris (publié l’année précédente). La maison (...)

580Je crains qu’il me sera impossible de vous porter l’argent de votre chèque du Macmillan Company139 : car j’ai seulement appris hier au soir que vous l’aviez donné à ma femme qui l’a encore et qui aurait dû me le donner pour le faire encaisser. Et attendu que c’est un chèque croisé, on ne peut l’encaisser que dans un délai de 3 jours.

581Malheureusement à la suite de tous mes paiements de fin d’année je n’ai plus que très peu de chose en compte courant sans quoi j’aurais prélevé là-dessus afin de vous porter votre argent, quitte à me rembourser lorsque votre chèque serait payé.

582Mais, le cas échéant, ma femme ira vous porter la somme soit Mercredi ou Jeudi.

583Je regrette ce retard qui n’est pas de ma faute. Ma femme s’imaginait que c’était un chèque qu’on pouvait changer partout mais dès qu’un chèque est croisé avec les mots « non negotiable », on ne peut l’encaisser que par l’intermédiaire d’un banquier. Telle est la loi anglaise, faite pour empêcher l’encaissement par suite d’un vol.

584Ma femme a dû vous dire que j’ai été fort souffrant, au point même que je ne pouvais plus même écrire, une lassitude invincible s’est emparée de moi pendant un moment. Un détraquement général accompagné d’un très fort rhume. Ça a dû être une espèce d’influenza, mais n’importe, me voilà de nouveau debout.

  • 140 Voir la lettre 115, n. 4.
  • 141 Communications non retrouvées.

585Je n’ai eu aucune solution précise jusqu’à présent des dernières négociations au sujet d’Angéline. La Tribuna de Rome ne paraît pas avoir répondu aux offres ; j’ignore si un journal de Copenhague qui s’était mis sur les rangs, a traité enfin avec le Star, et même ce qui s’est fait au juste, au point de vue de l’Amérique140. Puis il y a eu un Mons[ieu]r Reyer, correspondant de journaux de Bruxelles qui m’a écrit force lettres et à qui j’ai demandé une offre ferme qui n’est jamais venu[e]141. Enfin je vais tâcher de débrouiller tout cela ces jours-ci dès que Parke le directeur du Star revient de l’Irlande où il se trouve en ce moment.

  • 142 Après des études de droit à Cambridge, Sir Charles Wentworth Dilke (1843-1911) voyagea quelques ann (...)

586Demain je voudrai [sic] pouvoir vous causer de ces nouveaux faits suscités par l’affaire. On s’indigne ici du projet Dupuy de réunir toutes les chambres de la Cour de cassation pour continuer l’enquête. On envisage cela comme une injure vis-à-vis de la Chambre Criminelle et on s’étonne que cette chambre ne donne pas sa démission en masse ! J’ai causé Samedi soir avec Sir Charles Dilke142 et autres personnalités anglaises qui s’occupent beaucoup de nos relations de pays à pays, et l’étonnement le plus douloureux a été la note de la soirée. On n’a causé que de cela, et on n’en revient pas.

  • 143 Cette visite eut lieu en septembre 1893, alors que Zola fut invité au Congrès de la Société des jou (...)
  • 144 Sur le Docteur Richard Garnett, voir la lettre 30, n. 4.
  • 145 Il s’agit de R. Garnett, The Universal Anthology (London, The Clarke Co. Ltd., 1899). De toute évid (...)

587Mais j’ai à vous entretenir demain d’autre chose. Vous vous rappellerez votre visite au Musée Britannique il y a 7 ans143 : le vieux littérateur, alors sous-directeur de la partie bibliothèque du musée, qui nous fit les honneurs ce jour-là, en est maintenant directeur pour de bon. Il s’appelle le Docteur Garnett ; je ne connais pas d’homme plus estimable. D’abord c’est un critique littéraire de haute valeur, ensuite c’est la bonté même144. Or ce vieux Garnett a pensé à moi pour demander un article très serré sur vos principes en littérature. On va publier, paraît-il, une espèce d’anthologie de la littérature universelle. Cette anthologie paraîtra en langue anglaise et sera mise en vente et ici et aux États-Unis. Et l’article Zola m’incomberait145. Il y a là toutes sort[e]s de choses à revoir, à éplucher ; etc., et je désire avoir un bon entretien avec vous dans lequel je vous expliquerais l’affaire entière. Je ne puis vous dire dans une lettre ce qu’on me demande. C’est un sujet à causerie, et si vous vouliez bien me donner une heure demain nous l’approfondirions. En attendant, croyez, je vous prie, à mes meilleurs sentiments de dévouement.

588Ernest A. Vizetelly

  • 146 Effectivement, on voit que l’écriture de Vizetelly dégénère d’une facon marquée vers la fin de la l (...)

589Voilà ma crise qui me reprend146.

590L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

591129*

592[Londres]

593Le 3 février 1899

594Vendredi soir

595Mon cher Maître,

596La lettre ci-incluse est arrivée par l’intérmédiaire du Star : c’est pour cela que je l’ai ouvert [sic], pensant que ce serait quelque lettre d’affaires au sujet d’Angéline ou de chose analogue.

597Attendu que vous ne recevrez ni Moore, ni Chatto, ni aucun anglais de connaissance, je pense que vous ne voudrez pas recevoir ce M. Graham.

  • 147 Il s’agissait d’une lettre demandant un rendez-vous, lettre envoyée par William Graham, universitai (...)

598Il y a bien un William Graham qui a écrit des ouvrages sur la religion et la science, et sur différentes questions sociales. Et je pense que ce doit être lui qui vous a écrit la lettre en question147.

599Si par politesse vous voudrez [sic] lui répondre, envoyez-moi une lettre à lui adressée et je la mettrai à la poste à Londres même le 1er jour que je m’y trouverai.

600Mes hommages à Madame, et à vous cher maître, une bonne poignée de mains.

601Ernest A. Vizetelly

602L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

603130*

604[Londres]

605Le 14 février [1899]

606au soir

607Mon cher Maître,

  • 148 Le 14 février, Le Figaro, dans sa section « Gazette des tribunaux », relatait le procès : « Cour d’ (...)

608Voici les seuls journaux qui soient arrivés. Je viens d’y lire le compte rendu du procès des agresseurs de ce M. Roger de La Grande Bataille148. Les prévenus sont tous acquittés ! Or, je veux bien qu’il n’y avait que des preuves morales contre Guérin, et comme membre du jury j’aurais pu, moi-même admettre que, malgré toutes les probabilités, il n’y avait là pas de preuve suffisante pour rendre contre ce Guérin un verdict de culpabilité. Mais pour les autres il y avait presque le flagrant délit : il y avait également leurs propres aveux ; et cependant, vous verrez cela, il y a eu acquittement général. C’est monstrueux. Il est certain que la justice est morte en France. Il n’y a pas à discuter cela : ça saute aux yeux. Vous êtes bien dans une période révolutionnaire, un 92 en attendant le 93.

609Dire qu’un jury de la Seine dans un simple procès de coups et blessures ne peut rendre justice au plaignant parce qu’il se trouve être Dreyfusard ! C’est la fin de tout. C’est une prime offerte à tous les attentats. Pour moi il n’y a plus rien à espérer de la part de ce peuple trompé et hypnotisé par les chefs des antirévisionistes [sic]. Je comprends et je partage toutes vos angoisses, car vraiment il y a de quoi désespérer de la France.

610Votre tout dévoué.

611Ernest A. Vizetelly

612L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

613131*

61416 Chestnut Road

615Raynes Park

616[Londres] S.W.

617Le 15 février 1899

618Mon cher Maître,

  • 149 Voir la lettre 129.
  • 150 Esterhazy avait quitté la France au début de septembre 1898. Voulant à la fois se venger de l’état- (...)

619Mon Graham est encore revenu ce matin149, flanqué d’une Madame Abbott ; et ma foi j’ai cru bon de les recevoir, afin d’en finir tout à fait. Alors ils m’ont raconté que ce ne sont pas tant eux qui désirent vous voir, mais bien Madame Beer (dont la femme Abbott est le représentant direct). Cette Madame Beer est la propriétaire du journal l'Observer, elle est juive, fille d’un des Sassoon, financiers de Londres. Elle se dit toute dévouée à la cause de Dreyfus, et ça été [sic] dans ce sens quelle a fait venir Esterhazy à Londres il y a quelque temps pour lui extorquer une confession150. Cela lui aurait coûté quinze cents livres sterling. Aujourd’hui elle voudrait vous voir personnellement, pourquoi on ne veut pas me le dire, mais à mon avis ça ne peut être que dans le but d’avoir quelque chose de vous pour son journal.

620À toutes les demandes de Graham j’ai opposé des refus catégoriques, me basant sur ce que vous avez dit à ma femme lundi ; et j’ai ajouté que vos amis mêmes n’étaient pas admis auprès de vous, et qu’on ne pouvait faire aucune exception en faveur de Mme Beer.

  • 151 Le 16 février, Zola écrivit à Reinach, lui demandant de ne donner son adresse à personne. Le 19, Re (...)

621C’est alors que Graham m’a dit que Madame Beer avait de nombreux amis parmi les israélites français, et qu’au nombre de ces personnes il y en auraient [sic] bien qui la recommanderaient auprès de vous. Et on m’a cité le nom de M. Joseph Reinach. Vous voilà donc averti pour le cas où Reinach viendrait à vous écrire pour vous prier de recevoir sa co-religionnaire, Mme Beer151.

622Pour ma part je n’ai rien répliqué à tout cela. Je me suis contenté de dire que je ne faisais que remplir mes instructions, lesquelles portaient que vous ne pouviez recevoir personne. Et là-dessus notre entretien à [sic] pris fin.

  • 152 Il s’agit de Percy Spalding. Voir la lettre 9, n. 3.
  • 153 Fécondité parut en feuilleton dans L’Aurore, du 15 mai au 4 octobre 1899, puis en volume chez Fasqu (...)

623Une demie heure [sic] avant l’arrivée de Mons. Graham j’avais reçu la visite de Spalding, l’associé de Chatto, que je n’avais pas vu depuis quelque temps152. Il est venu me demander ce qu’on faisait pour Fécondité et aussi pour le petit ouvrage sur vos impressions d’Angleterre, dont il a été question autrefois. Pour Fécondité je lui ai dit que ce livre ne pourrait guère paraître en librairie avant le mois d’octobre ; et pour l’autre ouvrage que tout ça était à peu près resté dans les nuages153. Spalding a été très gentil, nous avons causé quelque peu de vous, et il m’a prié de vous présenter ses compliments et ceux de M. Chatto.

624Je lui ai dit que les circonstances seules vous avaient empêché de le voir, lui et Chatto, ainsi que vous aviez promis de le faire dans le temps. Mais qu’assurément vous seriez heureux de les voir, si on pouvait trouver une bonne occasion. Pour ma part, connaissant la discrétion de Chatto et de Spalding, qui ont agi, comme vous le savez, très honorablement dans les premiers temps de votre séjour ici, je crois que vous pourriez faire une exception en leur faveur, sans crainte aucune. Ils n’ont aucun intérêt à vous nuire : bien au contraire. Consentiriez-vous à les voir ? Pourrais-je vous les amener un jour à déjeuner par exemple ?

  • 154 Zola avait choisi de ne recevoir personne, même s’il aurait été « ravi », en d’autres circonstances (...)

625Vous pouvez être persuadé que je ne ferais pas une telle proposition si je ne me fiais pas absolument à la bonne foi et à la discrétion de ces deux hommes. Par contre je crois que cela leur ferait rudement plaisir de vous voir, et de votre côté cette petite visite pourrait vous donner une bonne heure de distraction. Répondez-moi à cet égard154. Si vous êtes de mon avis, vous fixerez un jour et une heure, et je ferai le nécessaire. Bien entendu, de mon chef, je ne ferai rien. Je n’ai même pas parlé de votre adresse actuelle lorsque Spalding est venu me voir ce matin.

626J’espère que Madame Zola se porte maintenant un peu mieux.

627Croyez je vous prie à mes sentiments dévoués.

628Ernest A. Vizetelly

  • 155 Nous ignorons de quoi il est question.

629Vous n’avez pas répondu au sujet du livre de Mme Wareham. Dans tous les cas je n’ai rien reçu ici. Il est peut-être perdu ce malheureux volume155.

630L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

631132

632Victoria

633[Londres]

634Le 27 février 1899

635To : Richards

636Queens Hotel

637Upper Norwood

  • 156 Alexandrine était repartie le jour même pour Paris, affligée d’une bronchite. Vizetelly avait sans (...)

638Partie tout bien156

639Vizetelly

640Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

641133*

642[Londres]

  • 157 L’allusion au voyage de Labori, d’abord prévu par Zola pour la semaine du 12 mars et ensuite remis, (...)

643[Le 12 ou 19 mars 1899157]

644Dimanche soir

645Mon cher Maître,

  • 158 Le 14 mars, Zola écrivit à Labori : « Si je ne puis rentrer vers la fin d’avril, [...] je suis déci (...)

646Vous trouverez déjà ci-inclus des renseignements sur le voyage en Italie par voie d’Ostende, Luxembourg et Bâle, qui paraît-il, d’après l’agence Cook, est la seule voie bonne à suivre ; à moins de passer par la France158.

  • 159 La visite de Labori fut plusieurs fois retardée. L’avocat arriva à Londres le 26 mars et eut quelqu (...)

647J’ai été pris hier d’une mauvaise attaque de lumbago, et depuis lors je n’ai pu me baisser, ni pour ainsi dire bouger, sans éprouver des douleurs atroces. J’ai dû prendre froid. Enfin ce soir, ça va mieux, et j’espère être rétabli demain. Je compte toujours aller vous voir Mercredi. À ce sujet vous me disiez l’autre jour que Me Labori pourrait venir à Londres159. Dans ce cas, et sans vouloir assister à vos conférences, j’aurais été bien content de me trouver un jour avec Me Labori pour faire sa connaissance, ce qui plus tard pourrait peut-être m’être utile, car son nom est déjà célèbre dans toute l’Europe et il ne saurait s’arrêter en si beau chemin. Naturellement je serais absolument muet sur sa présence ici en ce moment. Dans le cas donc où son séjour ici se prolongerait pendant un peu de temps vous me feriez grand plaisir en me mettant à même de le voir soit à Londres, soit chez vous un jour quand vous n’auriez rien d’important à vous dire, car je ne voudrais pour rien au monde me rendre coupable d’indiscrétion.

648Bien cordialement à vous.

649Ernest A. Vizetelly

650L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

651134*

65216 Chestnut Road

653Raynes Park

654Londres S.W.

655Le 27 mars 1899

656Mon cher Maître,

  • 160 À propos de Fécondité, voir les lettres 158-169. Le lendemain, soit le 28 mars, Zola tenta de rassu (...)

657J’ai bien reçu ce matin les épreuves de la 1ère et de la 2e partie de Fécondité, et je viens de les parcourir, un peu hâtivement il est vrai, mais avec assez d’attention pour pouvoir me rendre compte des choses principales que contiennent ces chapitres. Je vois bien, ainsi que vous me l’avez dit, que l’œuvre est une œuvre morale qui ne fait que flétrir les vices et les procédés qu’elle décrit. Et à ce point de vue je ne puis qu’y applaudir. Tout ce que j’y trouve ne fait que confirmer ce que j’ai pu entendre dire par-ci par-là, et je crois donc que c’est là une œuvre vraie en même temps qu’une œuvre morale. Mais si mes sentiments personnels sont tout à fait avec vous, j’ai par contre, à donner un avis pratique sur la possibilité de publier un tel ouvrage, en langue anglaise, en Angleterre. Quelle que soit mon opinion sur le fond, quelle que soit ma sympathie avec les vues que vous exprimez, je dois vous déclarer nettement, qu’à mon avis, un tel livre est pour ainsi dire impossible ici, car, publié comme le sont les romans ordinairement, il entraînerait forcément une condamnation d’au moins six mois de prison, pour celui qui oserait l’éditer160.

  • 161 Voir la lettre 1, n. 9.

658Cela me chagrine infiniment d’avoir à vous écrire ceci ; mais c’est un devoir que je vous dois. Je ne puis faire autrement du reste. Des coupures, assez faciles dans certains de vos ouvrages, me semblent ici impossibles : parmi les 10 chapitres que j’ai devant moi, il n’en est pas un dont je ne serais forcé de rogner un tiers, peut-être la moitié, car on ne tolérerait pas ici dans un volume bon marché, livré au public en général, des descriptions et ainsi de suite, telles que je trouve dans les épreuves. On dirait ce qu’on a toujours dit ici, que mettre les relations de telles pratiques sous les yeux des masses, des jeunes gens surtout, serait porter ces pratiques à leur connaissance et par suite les corrompre. Par le fait, ils sont corrompus déjà, mais le vieil argument reparaîtrait, le clergé se lèverait en masse, et ce serait, pour ainsi dire, la répétition de l'affaire de mon père et de votre roman La Terre161.

  • 162 Les difficultés avec Brett (de la maison Macmillan) résulteront plutôt du retard de la traduction q (...)

659Une rognure par-ci, par-là, dans le courant d’une traduction est encore possible, mais si je commence à couper dans Fécondité il ne restera rien du livre ! Détruire est une chose que je ne voudrais pas faire et je me demande donc quel parti je dois prendre. Il me semble que la chose la plus honnête à faire sera d’aller exposer la situation à Chatto. Il a, dans sa maison, un employé de confiance qui connaît bien le français : je leur ferai voir les épreuves. Naturellement s’ils veulent que je fasse quand même une traduction quelconque je la ferai, mais je m’attends bien à ce qu’ils me demandent la résiliation du traité. D’autre part, malgré la conversation de M. Brett à déjeuner l’autre jour, j’ai également grand’peur de son côté, car en montant de la gare chez vous, il m’avait tant soit peu catéchisé au sujet du livre et m’avait dit qu’il comptait sur moi pour enlever du volume (le cas écheant) tout ce qui pourrait froisser les susceptibilités de ses compatriotes162.

660Par le fait il ne s’agit ici ni de mon sentiment personnel, ni de celui de Chatto ni de celui de Brett. Sur le fond nous sommes tous trois d’accord avec vous. Mais les préjugés anglais et américains sont grands ; et les lois des deux pays sont des plus sévères ; et attendu, que, selon ces lois, la personne poursuivie n’est pas l’auteur du livre, mais celui qui l’édite et le met en vente, je ne serais aucunement étonné de voir Chatto et Brett se récuser immédiatement. Quand Chatto va voir que ce n’est pas dans un chapitre par-ci, par-là, mais dans 10 chapitres de suite qu’il va falloir rogner, détruire, changer et coetera sous peine de faire de la prison, il va refuser le volume.

  • 163 À propos de cette avance consentie par Chatto, voir la lettre 158, note 3.

661Je regrette bien tout cela, car nous aurons peut-être des complications au sujet des affaires d’argent. Cependant, à ce point de vue, Chatto, à qui j’ai pris un acompte l’année dernière, sera sans doute assez accommodant avec moi163. D’autre part, je ne puis offrir le livre à un journal anglais cela est dorénavant certain : ce ne serait que peine perdue. Et je prévois donc que j’aurai sous peu à m’occuper d’autre chose.

  • 164 Jeanne Rozerot et les enfants arrivèrent à Londres le 29 mars. C’est Vizetelly qui alla les prendre (...)

662Cependant je ne veux pas encore désespérer. Il me sera impossible de voir Chatto demain mais je passerai chez lui soit Mercredi (avant d’aller prendre votre monde à la gare164) soit Jeudi matin. Et rien ne sera décidé à la légère. On discutera la chose à tous les points de vue. Pour ma part, je me garderai bien de trop charger le livre auprès de lui : je lui dirai tout bonnement ce que j’y ai trouvé, et si, par hasard, il me disait de marcher quand même, et bien ! je marcherais : car en somme la responsabilité de ce qui pourrait en résulter lui incomberait.

663Si Chatto veut marcher, Brett marchera. Par contre, si Chatto se récuse par crainte d’une poursuite judiciaire, tout tombera dans l’eau. Franchement, dans ce cas-là, je ne vois pas un éditeur anglais ou américain qui consentirait à courir les risques que Chatto aurait déclinés.

664Je considère la situation comme grave ; mais c’est à Chatto de se prononcer et tant qu’il ne l’aura pas fait il restera de l’espoir. Car, après tout, je puis me tromper.

  • 165 Wareham continuait de s’occuper des questions financières, des transferts de fonds, etc.

665J’ai fait le nécessaire auprès de Wareham165 et vous pouvez compter sur moi pour Mercredi. En attendant, croyez-moi, mon cher maître,

666Bien cordialement à vous.

667Ernest A. Vizetelly

668L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

669135*

670[Londres]

  • 166 Vizetelly répond, selon toute vraisemblance, à une lettre de Zola datée du 28 mars, au matin (CZ, I (...)

671[Le 28 mars 1899166]

672mardi soir

673Mon cher Maître,

  • 167 Voir la lettre précédente, n. 1.

674Pour Chatto, je ne ferai rien avant de vous avoir vu167.

675Le Figaro seul est arrivé ce soir. Pour La Petite République, la non arrivée ne m’étonne pas. Mais voilà 2 jours de suite qu’il n’y a pas de Matin. L’abonnement serait-il terminé ?

  • 168 Le secrétaire de Labori s’appelait Joseph Hild. Vizetelly raconte une anecdote comparable (1899, p. (...)

676J’ai vu Wareham pendant 5 minutes : il paraît qu’un monsieur, dont il vous a télégraphié le nom et l’adresse, est venu le trouver aujourd’hui : il vous porte une lettre de Charpentier ! Il est avocat, et se dit secrétaire de Labori : mais il ne s’appelle pas Hild. Wareham avait laissé sa carte au bureau et ne pouvait me dire au juste son nom168.

  • 169 Voir la lettre 134, note 5.

677Ma femme est tombée très souffrante [sic] : ce soir elle va un peu mieux, et dans tous les cas je ferai le nécessaire demain pour vous conduire votre monde au nouveau [sic] hôtel169.

678Bien cordialement à vous.

679E.A.V.

  • 170 Rappelons que le quatrième enfant de Marie Vizetelly, appelée également Marie, naquit en 1891.

680P.S. : C’est une fausse couche que ma femme vient d’avoir. Elle n’avait pas eu ses règles au mois de janvier. En février cependant, cela s’est produit, mais avec moins d’intensité que d’habitude. Samedi, elle est allée en bicycle [sic] jusqu’au palais de Hampton Court : à son retour elle s’est trouvée indisposée, puis ce matin elle a commencé à perdre d’une manière effrayante. On a été chercher le médecin et à 5 heures ce soir tout était enrayé. Mais elle devra rester alitée pendant quelques jours. Je ne crois pas qu’il y ait le moindre danger maintenant, mais pendant un instant ce matin, sous le coup de la lecture de vos épreuves, j’ai eu presque peur. À noter : Depuis la naissance de son dernier enfant, il y a 7 ans, ma femme a toujours souffert d’un dérangement de la matrice. Et cela seul est la cause de ce qui est arrivé170.

681L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

682136

683Victoria

684[Londres]

685Le 29 mars 1899

686To : Roger

687Crystal Palace Hotel

688Upper Norwood

  • 171 Voir la lettre 134, note 5.

689Grand retard train arrive six heures trente cinq171

690Ernest

691Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

692137*

693[Londres]

  • 172 La réponse de Zola à cette lettre date du 1er avril. Voir la lettre suivante.

694[Le 31 mars 1899172]

695Mon cher Maître,

  • 173 Le 2 avril était la date d’anniversaire de Zola (il allait avoir cinquante-neuf ans) et Vizetelly a (...)

696René m’a demandé permission [sic] d’accompagner sa sœur demain, et j’ai pensé que vous n’y verriez peut-être pas d’inconvénient. Ils arriveront donc ensemble vers l’heure du déjeuner : c’est-à-dire entre midi et demie [sic] et une heure173.

697E.A.V.

698L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

699138*

700Raynes Park

701[Londres]

702Le 1er avril 1899

703Mon cher Maître,

  • 174 Voir la lettre 137.

704René et Violette devant se rendre tout à l’heure auprès de vous174, je profite de l’occasion pour vous exprimer non seulement mes souhaits personnels, mais aussi ceux de ma femme et de toute ma famille à l’occasion de l’anniversaire de votre naissance que vous célébrerez demain, Dimanche. Nous vous prions d’accepter les très sincères vœux que nous faisons pour vous et tous les vôtres, pour votre santé, votre bonheur, et la réussite de toutes vos entreprises.

  • 175 Il s’agit d’Alfred Dreyfus, exilé depuis janvier 1895. Il ne revint en France qu’en juillet 1899, p (...)

705Nous espérons aussi que la situation s’éclaircira avant peu, et qu’il vous sera possible de rentrer en France. Certes c’est chose pénible d’avoir à passer cet anniversaire de votre vie dans un pays étranger, après tout ce que vous avez fait pour l’honneur de votre patrie et pour la grande cause du droit. Mais vous avez trop de courage, trop de foi dans l’avenir et dans la justice immanante [sic] des choses, pour vous laisser abattre par des pensées amères. Votre triomphe peut être reculé, mais il n’en est pas moins sûr. Le jour viendra où justice pleine et entière vous sera rendue, à vous aussi bien qu’à ce malheureux de l’île du Diable175. Et même à supposer (ce que je n’admets guère) qu’une telle cause menée par tant d’hommes d’admirable énergie, pût un jour sombrer sous les coups désespérés d’adversaires déloyaux, il vous restera toujours et quand même la haute satisfaction d’avoir fait, pour la vérité, pour la justice, pour votre pays et pour vous-même, tout ce que le sentiment du devoir pouvait vous demander. Il n’est pas, vous le savez bien, de plus grand contentement que celui de pouvoir se dire : « Tant pis, je devais le faire, et je l’ai fait. » L’homme qui est fortifié par la conscience d’avoir bien agi reste l’homme invincible, quels que soient les coups du destin.

706Pour moi je fais des vœux pour votre victoire, pour le triomphe de tout ce qui est juste et vrai. Mais si la grande bataille doit se terminer autrement, il est une chose dont je tiens à vous assurer : Advienne que pourra, comptez toujours sur mon dévouement et mon concours, dans toute circonstance où je pourrais vous être utile.

  • 176 Zola répondit, le même jour : « Mon cher confrère et ami, merci de vos bons souhaits, à l’occasion (...)

707De longues années, une bonne santé, la victoire, et le bonheur. Voilà mon dernier mot, voilà tout ce que je voudrais mettre dans la bonne et cordiale poignée de main que je vous envoie par l’intermédiaire de mes deux enfants176.

708Ernest A. Vizetelly

709L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

710139*

711[Londres]

  • 177 L’allusion à la visite de Vizetelly, prévue pour le 6 avril, nous fait dater cette lettre du 4. Voi (...)

712[Le 4 avril 1899177]

713mardi soir

714Mon cher Maître,

  • 178 Sur George R Brett, voir la lettre 70, n. 9.

715Notre homme, M. Brett de la Macmillan Company178, est arrivé, et m’écrit pour me demander d’aller le voir à Londres demain Mercredi de 3 à 5 heures.

  • 179 Vizetelly ne semble pas avoir rédigé le compte rendu annoncé.

716Par conséquent, ce sera seulement Jeudi que j’irai chez vous. Du reste demain soir je vous écrirai un mot pour vous faire part de ce qui se sera passé entre M. Brett et moi179.

717Cordialement à vous.

718Ernest A. Vizetelly

719L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Alexander Macmillan, propriétaire de la maison d’édition Macmillan & Co., qui publia quelques-unes des traductions américaines des romans de Zola, tiré de Letters of Alexander Macmillan, edited with Introduction by his Son, George A. Macmillan, Printed for Private Circulation, Glasgow, 1908.

720140*

721[Londres]

722le 5 avril 1899

723Mercredi

724Mon cher Maître,

725Je me propose d’aller vous voir demain Jeudi, à moins que le temps ne soit exceptionellement mauvais. Mais dans tous les cas, je ne crois pas pouvoir aller le matin. Attendez-moi donc plus tôt [sic] pour après le déjeuner, c’est-à-dire vers deux heures.

726Bien cordialement à vous.

727E.A.V.

728L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

729141*

730[Londres]

  • 180 L’allusion au départ de Jeanne et des enfants, prévu pour le mardi 11 (→ » n. 3), nous fait dater c (...)

731[Le 9 avril 1899180]

732dimanche soir

733Mon cher Maître,

  • 181 Voir la lettre 143, note 3. Zola avait fait la connaissance de Wolf à l’automne 1893, lors de sa vi (...)

734J’ai écrit à Wolf au Daily Graphic pour avoir son adresse particulière mais jusqu’à présent point de réponse181.

735J’ai également écrit à Chatto pour Jeudi. J’aurai sa réponse demain sans doute. J’ai prévenu Wareham pour la poste mardi, pour vos plaques et pour son compte.

  • 182 Jeanne Rozerot et les enfants repartirent pour la France le mardi 11 avril. Les deux fillettes (Den (...)

736Je serai à Victoria Mardi matin ainsi qu’il a été convenu ; je regrette que ma femme va [sic] vraiment mal de sorte qu’elle ne pourra pas se trouver à la gare avec moi. Mais Violette viendra sans doute pour dire adieu à Jacques et à Denise182.

  • 183 Le 2 avril précédent, Labori avait écrit à Zola, lui disant qu’il estimait son retour probable et p (...)

737J’ai dit deux mots au directeur de mon journal au sujet de la nouvelle lettre que vous vous proposez de faire publier dans L’Aurore. Il en désire vivement un résumé dans les conditions que je vous ai indiquées l’autre jour183. Je vous prie donc de faire venir une 2e épreuve pour moi. Je n’ai pas parlé au journal de votre départ : j’ai tout bonnement dit que vous comptiez écrire quelque chose pour L’Aurore très prochainement. Il est certain que les agences télégraphiques enverront ici un résumé de votre article dès qu’il paraîtra dans L’Aurore. L’avantage, pour nous autres de la West-minster Gazette, sera de pouvoir donner un résumé plus soigné et détaillé. Nous publions notre 1ère édition à une heure de l’après-midi. Il faudrait que je donne ma copie au plus tard de très bonne heure le matin même et je devrais donc avoir l’épreuve la veille au plus tard. J’espère que L’Aurore ne publiera pas cela Dimanche, car dans ce cas il n’y aurait rien à faire et je perdrais les 6 livres que je me suis fait promettre. Enfin, tant pis, la chose ira comme elle pourra.

738Je vous avertirai pour Wolf et Chatto dès que j’aurai des nouvelles : naturellement je n’ai pas invité Wolf, je lui ai simplement fait savoir que vous désiriez lui écrire.

739Cordialement à vous.

740Ernest A. Vizetelly

  • 184 Le 31 mars, Le Figaro avait commencé à publier l’enquête de la Chambre criminelle de la Cour de cas (...)

741Le témoignage du commandant Hartmann dans Le Figaro que je vous envoie est excessivement intéressant. Voilà un admirable témoin qui démolit tout un tas de choses alléguées par le général Roget et les autres de l’état-major184.

742L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

743142

744Victoria

745[Londres]

746Le 11 avril 1899

747To : Richard

748Queens Hotel

749Norwood

  • 185 Vizetelly, qui avait raccompagné Jeanne et les enfants à la gare, rassurait Zola : le départ avait (...)

750Partis tout bien185

751Ernest

752Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

753143*

754[Londres]

  • 186 La lettre de Lucien Wolf dont il est question (→ n. 3) nous fait dater cette lettre du 15 avril.

755[Le 15 avril 1899186]

756samedi soir

757Mon cher Maître,

  • 187 Il ne s’agit vraisemblablement pas de l’article dont il est question à la lettre 141 (voir la n. 4) (...)

758Je me suis bien occupé de l’affaire de l’article, mais ces messieurs du Sunday Mail ne sont pas larges, paraît-il, quoi qu’ils m’aient bombardé de dépêches 2 jours durant. Et il est certain qu’on ne peut avoir d’eux un prix qui vous compenserait pour votre peine. D’autre part Lesage, le directeur et représentant de Lawson au Telegraph (qui publie maintenant une édition du dimanche) et à qui j’ai dit deux mots m’a prié de lui faire connaître votre juste prix, pour un article tel que nous l’avons dit, s’étendant autant que possible à 1 500 mots. Je lui ai promis une réponse pour demain Lundi matin. Voulez-vous fixer un chiffre ? Je serais content de faire l’affaire avec lui, et si la somme demandée n’est vraiment pas trop forte, je crois qu’il la ferait. Mais le Sunday Mail ne voulant pas entendre parler de 2 000 francs je suis un peu hésitant pour ce qu’il faudrait demander au Telegraph pour ces quelques notes187.

759Enfin donnez-moi une idée et ajoutez à la somme que vous voulez pour vous-même quelque petite chose [sic] pour moi : je ne pourrais demander au Telegraph, personnellement, que le prix de traduction.

760Enfin si vraiment cela ne vous dérange pas trop, faites toujours l’article en allant sur le 1 500 mots, et je vous promets formellement que je ne le lâcherai qu’à votre prix ; car même si j’échouais avec le Telegraph, je trouverais bien ailleurs.

761Je vous envoie ce mot par René au risque de vous déranger ; mais je n’ai eu la réponse définitive du Sunday Mail qu’à la dernière heure ce soir. Ces messieurs m’ont dit que, ne voyant pas possibilité de se mettre d’accord avec moi sur la question de prix, ils renonçaient à regret à l’affaire.

  • 188 Zola souhaitait probablement rencontrer le journaliste et s’en était ouvert à Vizetelly, qui avait (...)

762Ci-joint un mot de Wolf à qui j’avais écrit188. René vous donnera aussi les journaux.

763Bien cordialement à vous.

764E. A. Vizetelly

765Je devrais recevoir l’article Mercredi matin. Si je fais affaire avec le Telegraph, l’article paraîtrait Dimanche prochain.

766L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

767144*

768[Londres]

769Le 18 avril 1899

770le mardi soir

771Mon cher Maître,

  • 189 Wareham continuait de recevoir le courrier de Zola, qu’il transmettait à Vizetelly, qui ensuite le (...)

772Ci-jointe [sic] une lettre qui m’est arrivée ce soir de Paris189.

  • 190 On se souviendra que Picquart avait été accusé de faux et d’usage de faux et qu’il faisait l’objet (...)

773À noter : les entrefilets dans les journaux au sujet du rapport Ballot-Beaupré et la décision de la Cour. Les journaux révisionnistes semblent croire que Dupuy veut escamoter une décision défavorable à Dreyfus. Si cette nouvelle se confirme n’aurez-vous pas à intervenir ? La chose me paraît assez grave190.

774Bien cordialement à vous.

775E.A.V.

776L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Frederick Wareham, l’avoué d’Ernest Vizetelly, qui facilita le séjour de Zola en Angleterre, tiré de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.

777145*

778[Londres]

779Le 25 avril 1899

780Mon cher Maître,

  • 191 Voir la lettre 135. Le 28 mars, Madame Vizetelly avait fait une fausse couche, dont elle se remetta (...)

781Ma femme est toujours très patraque et a dû se recoucher. Même, le médecin parle d’une opération qui pourrait devenir nécessaire. Tout cela m’ennuie énormément, comme vous devez bien le penser. Enfin, demain je saurai au juste ce que propose le médecin et si je le peux j’irai vous voir pendant une heure ou deux. Je ne puis encore rien préciser, mais il est probable que je n’irais guère que vers l’heure du thé. Quant à l’état de ma femme, je dois dire que le médecin ne s’en alarme pas. Selon lui il n’y a pas de danger mais ça peut être assez long et onéreux. Enfin, j’espère toujours pour le mieux191.

  • 192 Voir la lettre 131, n. 2, à propos des « confessions » qu’Esterhazy aurait faites à Strong. Le Time (...)

782Strong, le correspondant de l'Observer s’est rencontré (dit-on dans les journaux anglais d’aujourd’hui) avec un confrère anglais sur le Boulevard Magenta hier ; et ce confrère, qui était accompagné de Boisandré, le rédacteur de La Libre Parole, a voulu se jeter sur Strong, en lui reprochant son témoignage devant la Cour de cassation192.

  • 193 Il y eut échange d’injures plutôt que de coups. Sherard, dans L’Aurore du 25 avril, reprocha à Stro (...)

783Strong a riposté en brisant sa canne sur le dos de son assaillant, puis lui a administré une raclée de coups de poing193 !

784Pour moi son adversaire n’est autre que Sherard ! Quelle aventure ! Et voyez-vous cette malheureuse affaire qui fait même [se] battre des étrangers entre eux !

  • 194 Vizetelly semblait n’avoir que peu d’amitié pour Sherard. Les deux hommes se connaissaient pourtant (...)

785Je me rappelle fort bien vous avoir dit, dès l’origine des démêlés d’Esterhazy avec la presse anglaise, que Strong était un tout autre individu que Sherard et que je le connaissais pour être un garçon honorable194. Je suis donc convaincu que Strong a dit à la Cour au moins dans ses grandes lignes la vérité sur ses relations avec Esterhazy. Cela ne m’empêche pas de croire que l’histoire du bordereau, telle que Esterhazy l’a donné [sic] à Strong, ne serait qu’un roman inventé pour la circonstance.

786Bien cordialement à vous.

787Ernest A. Vizetelly

788L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

789146

790Wimbledon

791[Londres]

792Le 6 mai 1899

793To : Richards

794Queens Hotel

795Norwood

796Subitement indisposé ne puis sortir aujourd’hui

797Vizetelly

798Télégramme, coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

799147*

800[Londres]

  • 195 Les allusions aux événements politiques, notamment au dépôt imminent du rapport de Ballot-Beaupré, (...)

801[fin mai 1899195]

  • 196 Le 29 mai, Ballot-Beaupré, président de la Chambre civile, fit l’exposé de son rapport devant la co (...)
  • 197 Le 27 mai, Blowitz écrivait, dans le Times : « The situation in France (from our own correspondent) (...)

802Tous les correspondants anglais, celui du Times, celui du Daily News, celui de mon journal s’accordent pour représenter la situation comme très grave : le rapport Ballot-Beaupré serait presque prêt et serait très défavorable à la révision196. On compte une majorité à la cour de 10 voix contre la révision, qui serait rejetée. Par contre, des lettres de grâce serait [sic] accordées à Dreyfus, attendu qu’il serait démontré que ce qu’il a pu livrer n’avait pas une importance capitale, et que la peine déjà subie par lui serait une punition suffisante. Voilà les on-dit des journaux anglais. Cependant, Blowitz, du Times, prédit une agitation nouvelle, très prolongée et de plus en plus violente197.

803Il se peut qu’il soit dans le vrai.

804E.A.V.

805L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

806148*

  • 198 L’allusion à la rentrée en France de Marchand (→ n. 4) nous fait dater cette lettre du 1er juin.

807[le 1er juin 1899198]

808jeudi soir

80910hrs30

810Mon cher Maître,

  • 199 Loïe Fuller (1862-1928), danseuse d’origine américaine, créa à New York, en 1891, sa célèbre « dans (...)

811Je peux aller vous voir Samedi, ou peut-être demain Vendredi, vers le thé. Mlle Loie Fuller199 vous supplie de signer une douzaine de portraits qu’elle a remis à Chatto, qui me les envoie. C’est toujours pour une vente de charité patronnée, celle-ci, par l’ambassadeur des États-Unis d’Amérique. Je reçois les photographies à l’instant, mais impossible de vous les envoyer à cette heure.

  • 200 Il s’agit de la comtesse Alice de Bective (1867-1928). Fille du quatrième marquis de Downshire, ell (...)

812D’autre part, Macmillan m’avise de l’envoi des volumes de votre œuvre qui seraient vendus par la Comtesse de Bective au profit de l’hôpital de Charing Cross200. Je pense les avoir demain matin et dans ce cas, je pourrai aller chez vous vers l’heure du thé.

813J’apporterais le tout avec moi.

  • 201 Le 23 février 1899, jour des obsèques du président Félix Faure, Paul Déroulède, président de la Lig (...)

814En même temps que la révision, l’acquittement de Déroulède et l’arrivée de Marchand produisent une émotion extraordinaire à Paris201. Tout en sachant fort bien comment les manifestations se font, je penche à croire qu’un moment critique est arrivé. Tout au moins, vous allez avoir du boucan à Paris pendant quelque temps. Ce qui console, c’est que la Chambre et le Sénat, comme le dit Cornély dans Le Figaro, que je vous envoie, sont bien révisionnistes à l’heure actuelle. Mais, par exemple, le Cabinet Dupuy pourra bien sauter.

815Bien à vous.

816Ernest A. Vizetelly

817L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

818149*

  • 202 Voir la lettre précédente, qui est datée de « jeudi soir ».

819[2 juin 1899202]

820vendredi

821Mon cher Maître,

822Violette vous remettra les photographies que la Loïe Fuller veut vous faire signer. La vente à laquelle elle s’intéresse a lieu Lundi : donc il faut lui faire parvenir les photos demain, chose que Chatto ferait si vous rendez les photos à Violette.

  • 203 Voir la lettre 148, n. 3.

823Demain j’irai vous demander à dejeuner et alors j’apporterai les volumes de la Comtesse de Bective203.

824Vous pourrez alors me dire s’il y a du nouveau.

825Bien cordialement à vous.

826Ernest A. Vizetelly

827Votre nom seulement suffira sur les portraits.

828L.a.s., coll. Dr Brigitte Émile-Zola.

Notes

1 Vizetelly répond à une lettre de Zola qu’on peut dater du 19 juillet 1898, jour de son arrivée à Londres. « Mon cher confrère », écrivit-il, « ne dites à personne au monde, et surtout à aucun journal, que je suis à Londres. Et ayez l’obligeance de me venir voir demain matin mercredi à onze heures, à Grosvenor Hotel. Vous demanderez M. Pascal. Et surtout silence absolu, car il y [va] des plus graves intérêts. » (CZ, IX, l.150). Selon son volume de souvenirs, With Zola in England, Viztelly contacta Zola dès son arrivée, par le moyen d’un télégramme, adressé à « Pascal, Grosvenor Hotel » : « Rely on me, tomorrow, eleven o’clock. Ernest. » (1899, p. 17). Cette lettre, écrite au soir, date du même jour.

2 « Pascal » est le premier pseudonyme, plutôt transparent d’ailleurs, derrière lequel Zola se cacha au début de son exil en Angleterre. « Pascal » fut vite remplacé par « Beauchamp », et ensuite par « Roger » ou « Rogers ». Voir à ce propos Vizetelly, 1904, p. 470.

3 Le 20 juillet, Zola et Vizetelly déjeunèrent avec Bernard-Lazare et Fernand Desmoulin au Grosvenor Hotel, près de la gare Victoria, à Londres. Dans With Zola in England, Vizetelly décrit le repas et le « conseil de guerre » qui le suivit. Il fallait tout de suite prendre deux décisions : 1° où Zola allait-il loger ? et 2° comment contacter Mr. Fletcher Moulton, un avocat anglais à qui Fernand Labori avait écrit une lettre d’introduction pour Zola (1899, p. 19-24). Mr. Fletcher Moulton étant absent de Londres, Vizetelly leur proposa de parler à son « soliciter », Frederick William Wareham. Né au Lancashire et fils d’un pasteur anglican, Frederick William Wareham (1872-1959) fit ses études à Manchester et fut reçu « soliciter » à l’âge de 21 ans. En 1894, il ouvrit une étude à Londres et à Wimbledon, où il demeurait. En 1901, il devint l’associé de son confrère londonien, Leonard Gregson, et, en 1904, il prit la direction de l’étude Gregson, fondée en 1788. Il y exerça jusqu'à la fin de sa vie (CZ, IX, l.152).

4 Après avoir déjeuné avec Vizetelly et Desmoulin dans un restaurant de Victoria Street, Zola fit la connaissance de Wareham dans le fumoir du Grosvenor Hotel, l’après-midi du jeudi 21 juillet. Wareham expliqua au romancier les mesures dont pouvait se prévaloir le gouvernement français à l’endroit d’un citoyen séjournant à l’étranger (Vizetelly, 1899, p. 38-42).

5 Le « vendredi » en question est sans aucun doute le vendredi 22 juillet, cette lettre donnant logiquement suite à la précédente (lettre 79).

6 Second pseudonyme choisi par Zola. Voir la lettre précédente, n. 2.

7 Après avoir passé la nuit du 21 au 22 juillet chez Wareham à Wimbledon, Zola, Desmoulin, Wareham et Vizetelly partirent en landau, le 22, à la recherche d’un logement dans le voisinage. Aucune des propriétés cependant ne plut à Zola : « Nothing in the way of a terrace house would suit, for M. Zola was not yet a phalansterian. And in like way he objected to the semi-detached villas. He wished to secure a somewhat retired place, girt with foliage and thus screened from the observation of neighbours and passers-by. The low garden railings and fences usually met with were by no means to his taste. The flimsy party walls of the semi-detached villas, through which every Sound so swiftly passes, were equally objectionable to him. » (Vizetelly, 1899, p. 63). En fin de compte, Zola s’installa, à la recommandation de Wareham, à l’hôtel Oatlands Park, ancien emplacement d’un des palais d’Henri VII. Situé dans le Surrey, entre Weybridge et Walton-on-Thames, à une trentaine de kilomètres de Londres, l’hôtel Oatlands Park reste un endroit fort agréable. Zola y séjourna jusqu’au 1er août (→ lettre 86).

8 C’est-à-dire Alexandrine Zola, la femme du romancier. Voir la lettre suivante.

9 Le même jour, Zola écrivit à son éditeur parisien, Eugène Fasquelle : « Dès que vous aurez cette lettre, envoyez-moi cinq mille francs. Adressez-les directement à M. F.W. Wareham, solicitor, 70 Bishopsgate Street, London E.C. Et que mon nom ne soit pas prononcé. » (CZ, IX, l.152). Sur Frederick Wareham, voir la lettre précédente, n. 3.

10 Pseudonyme attribué dans la correspondance à Fernand Desmoulin.

11 La mention « samedi matin », ainsi que l’allusion aux difficultés encourues par Alexandrine Zola, nous font dater cette lettre du 23 juillet.

12 Lettre non retrouvée.

13 Selon Vizetelly, Alexandrine Zola, toujours à la résidence parisienne du couple, 21bis rue de Bruxelles, fut suivie constamment lorsqu’elle quittait l’appartement. Toujours selon Vizetelly, « detectives were permanently stationed » devant l’appartement parisien et à la maison de campagne de Médan (1899, p. 83). Ne voulant point trahir la présence de Zola en Angleterre, Alexandrine préféra rester à Paris. Le 22 juillet, elle écrivit à son mari : « Tu me dis de venir, comment veux-tu que je bouge d’ici ? Je ne puis faire un pas ni à Paris ni à la campagne, on sait tout ce que je fais minute par minute, il y a de la [police] secrète à nos portes et des reporters. [...] Toutes les gares sont gardées et surveillées, tu penses si dans ces conditions je serais filée. » (coll. Dr Brigitte Émile-Zola).

14 En effet, Fernand Desmoulin repartit pour Paris et rapporta, le 29, une malle contenant du linge, ainsi que le dossier préparatoire de Fécondité. Selon Vizetelly, Desmoulin mit également dans la malle un appareil photographique. On sait que Zola, photographe très doué, capta son séjour anglais dans une série de photos de la région et de ses personnalités.

15 C’est la mention, dans les Pages d’exil, de la réception des livres en question qui nous fait dater cette lettre du 25 juillet.

16 Il s’agit sans doute de la lettre de Zola du 23 juillet, dont nous ne possédons qu’un extrait (CZ, IX, l.154). Dans With Zola in England, Vizetelly nous apprend qu’à l’époque de l’arrivée de Zola en Angleterre, il fut sommé à servir comme membre du jury à la Cour criminelle centrale de Londres. Le lundi 25 juillet, les séances commencèrent. Le premier jour, on ne fit pas appel à Vizetelly, mais à partir du mardi, il dut se prononcer sur quatre ou cinq crimes violents, dont un meurtre (1899, p. 89-91).

17 C’est-à-dire une lettre d’Alexandrine Zola à son mari, que Vizetelly avait ouverte par mégarde. Voir la lettre précédente. Le 26 juillet, Zola rassura Vizetelly : « Mon cher confrère, je n’ai eu la lettre qu’hier soir. C’était donc un simple retard, tout va bien. » (CZ, IX, l.156).

18 Il s’agit de Violette Vizetelly, alors âgée de quinze ans. Voir la lettre 106, n. 4.

19 Dans sa lettre du 23 juillet, Zola avait demandé : « Quels livres fiançais avez-vous ? Pouvez-vous me prêter Les Caractères de La Bruyère et La Chartreuse de Parme de Stendhal ? » (CZ, IX, l. 231). Ayant reçu les livres dans la matinée du 25 juillet, Zola remercia Vizetelly le lendemain : « J’ai reçu les livres, et je vous remercie infiniment, car ils m’ont aidé à passer une bonne journée hier. » (CZ, IX, l. 156). Dans les Pages d'exil, Zola note en effet qu’il passa une après-midi fort agréable, dans le parc de Oatlands Park Hotel, à lire La Chartreuse de Parme (OC, XIV, p. 1142-1143).

20 Vizetelly lui envoya également L’Envers de l’histoire contemporaine de Balzac et Le Rouge et le noir de Stendhal (Pages d’exil, OC, XIV, p. 1147-1148).

21 Zola s’installa dans la maison « Penn », près de Weybridge, le 1er août, d’où la date que nous attribuons à cette lettre.

22 Ce fut le samedi 23 que Zola et Desmoulin visitèrent quatre maisons à louer dans les environs de Weybridge. Dans les Pages d’exil, Zola raconte la journée : « Il faudra repasser dans l’une, une autre est louée, une autre ne nous plaît guère, et nous arrivons à celle appelée “Penn”, charmante au milieu des bois. Cinq guinées par semaine. Nous promettons de revenir le lendemain avec Vizetelly. » (OC, XIV, p. 1142). Le 27, Zola informa Vizetelly et Desmoulin qu’il avait décidé de louer « Penn » (ibid., p. 1145).

23 C’est-à-dire le 1er août. Zola répondit, le 29 : « Je suis contrarié de n’entrer à “Penn” que lundi, car je sens que mon séjour ici [à l’hotel Oatlands Park], sans madame Beauchamp, que j’ai annoncée, commence à paraître étrange. Mais enfin il faut bien accepter les circonstances. » (CZ, IX, l.160).

24 Dans sa lettre du 29 juillet, Zola suggéra lui-même un scénario : « Pour dépister les gens, voici ce qu’il faut faire. Qu’on vienne me prendre lundi de deux à trois heures, avec un des landaus de louage qui se trouvent à la gare (pas un de l’hôtel). La voiture attendra ici que j’aie réglé, et nous emmènera tous à la gare, comme si je repartais pour Londres. Vous aurez laissé à la gare la valise qui sera sûrement arrivée d’ici là chez M. Wareham ou chez vous. On reprendra alors cette valise, on attendra un peu et on remontera dans une autre voiture pour revenir à la maison. Moi-même je pourrai ne pas monter dans cette seconde voiture et gagner à pied la maison. — Je crois que ce plan est le plus sage. » Pour ce qui était du personnel de l’hôtel, poursuivit-il, « il faudra, ici, conter une petite histoire. Vous direz par exemple que, madame Beauchamp étant retenue en France auprès d’un parent malade plus longtemps que je ne croyais, et moi-même m’ennuyant seul, je retourne à Londres l’attendre chez des amis ; et vous ajouterez que, si nous avons l’envie de revenir passer un mois ici, quand elle sera là, nous avertirons par lettre, en demandant s’il y a une chambre convenable. » (CZ, IX, l.160).

25 Le docteur Jules Larat, ami de Zola et cousin de Fernand Desmoulin, qui servait d’intermédiaire pour la correspondance de Zola tout au cours de la période de l’exil.
Né en 1857, Jules Larat fit des études de médecine à Paris et fut reçu docteur en 1881. Spécialiste de l’électrothérapie, il publia en 1890 un Précis d’électrothérapie et, en 1900, un Traité pratique d’électricité médicale, et fut, pendant plusieurs années, co-directeur de la Revue internationale d’électrothérapie. Il devint par la suite chef du service d’électrothérapie à l’hôpital des Enfants-Malades (CZ, IX, l.158).

26 L’allusion au prochain déménagement de Zola, ainsi que la « fête de lundi » [August Bank Holiday] en question, nous font dater cette lettre du 29 juillet 1898.

27 C’est-à-dire les cinq mille francs que Zola avait demandés à Eugène Fasquelle (→ lettre 80, n. 5). Frederick Wareham apporta à Zola l’argent le 1er août (Pages d’exil, OC, XIV, p. 1148). Le lendemain, Zola accusa réception de l’argent à Fasquelle : « Merci mille fois, mon cher ami. Les fonds sont arrivés, et je vous en donnerai un reçu, dès que je le pourrai. » (CZ, IX, l.161).

28 C’est-à-dire la gare de Weybridge, gare qui desservait Oatlands Chase, où se trouvait « Penn ».

29 Il s’agit sans doute de Fernand Desmoulin.

30 Voir la lettre précédente, où Vizetelly assure Zola qu’il le renseignera le lendemain sur l’horaire des trains.

31 Rappelons que c’est le lundi 1er août que Zola devait s’installer à « Penn », maison qu’il avait louée pour quatre semaines, sous le nom de Jean Beauchamp. Voir la lettre 83, n. 2.

32 Rappelons que la fille de Vizetelly, Violette, avait à l’époque quinze ans.

33 C’est-à-dire les cinq mille francs que Zola se fit envoyer par Eugène Fasquelle (lettre 80,n. 5).

34 Zola resta à « Penn » jusqu’au 27 août, date à laquelle il s’installa, avec Jeanne Rozerot et les enfants, à « Summerfield », dans le village d’Addlestone (→ lettre 93, n. 1).

35 Alexandrine Zola ne rejoignit son mari en Angleterre que le 25 octobre (→ lettre 113, n. 2).

36 C’est le 1er août que Zola s’installa à « Penn », maison qu’il loua à Weybridge, dans la banlieue de Londres (lettre 83).

37 Dans ses Pages d’exil, Zola écrivit : « Cette petite maison, avec ses peintures claires, ses meubles de style si spécial, ses bibelots enfantins, ses clairs vitrages, nous dit combien nous sommes loin de France. En tout cas, elle m’est hospitalière, je la désire ainsi. » (OC, XIV, p. 1148).

38 Il s’agit du procès en diffamation que Zola avait intenté en mai 1898 contre Ernest Judet, directeur du Petit Journal. Le 23 mai, Judet publia, dans Le Petit Journal, un article qu’il intitula « Zola père et fils », dans lequel il attaqua le père de Zola, rapportant un vol qu’il aurait commis en 1831, lorsqu’il était lieutenant dans la Légion étrangère. Judet lança une seconde flèche deux jours après, lorsqu’il fit paraître « Zola récidiviste » (Le Petit Journal, 25 mai 1898). Dans cet article, Judet reproduit un témoignage du général Henry de Loverdo, qui déclara avoir entendu parler de François Zola par son père à lui, Nicolas de Loverdo, mort en 1837. Selon Judet, le portrait présenté par le vieux général était des moins flatteurs. Pour toute réponse, Zola assigna Judet devant le tribunal correctionnel pour diffamation, et prit la défense de son père dans un article qu’il publia dans L’Aurore du 28 mai, « Mon père », où il brossait le tableau d’un homme dévoué, compétent, imaginatif, constructeur d’un canal à Aix qui porte son nom (OC, XIV, p. 1005-1010).
Les 18 et 19 juillet, Judet renouvela ses attaques contre le père de Zola dans les colonnes du Petit Journal, y publiant deux lettres du colonel Michel Combe, commandant de la Légion étrangère en 1832. Selon ces lettres, François Zola se serait rendu coupable de détournement de fonds et se serait retiré de l’armée française. Zola intenta par conséquent un nouveau procès à Judet le 1er août par l’intermédiaire de Sam Wimpfheimer, parent d’Alfred Dreyfus et ami de Fernand Labori. Voir la lettre 108, n. 1. Pour de plus amples renseignements sur l’affaire Zola-Judet, voir Guillemin, 1961, p. 253-264 et Pagès, 1991, p. 226-234.

39 Lettre non retrouvée.

40 Nous ignorons à quoi VizeteUy fait allusion. Il est possible cependant que Vizetelly parle de la bicyclette que Zola loua pendant son séjour en Angleterre et dont il se servit pour la première fois, selon les Pages d’exil, le 8 août.

41 Le 8 août, Fernand Desmoulin écrivit à Zola : « Je pense que vous recevrez les journaux régulièrement maintenant. Du reste, je vais aller m’assurer que le service est bien fait comme je l’ai dit. » (B.N., MSS, n.a.f. 24517, f° 438). Une lettre de Zola à sa femme en date du 7 août nous apprend qu’il s’agit de L’Aurore et du Siècle (CZ, IX, l.166). Voir la lettre 98, n. 2.

42 C’est-à-dire Fernand Desmoulin.

43 Accompagnés à la gare du Nord par Desmoulin et son ami, Louis Triouleyre, Jeanne et les deux enfants firent le voyage en train et en bateau, arrivant le 11 août à la gare Victoria de Londres, où ils furent accueillis par Vizetelly. Le lendemain, Zola écrivit à Desmoulin : « Mon bon ami, les enfants et Jean [Jeanne Rozerot] sont arrivés hier soir sans trop d’avaries. Seulement, ces pauvres enfants ont, parait-il, été fort malades sur le bateau, bien que la mer fût admirable. On les a couchés, ils ont bien dormi, et ce matin les voici gais comme des pinsons. Ils vont m’être d’une grande consolation, dans ma solitude. » (CZ, IX, 1.172).

44 Selon une lettre de Zola à sa femme en date du 28 août, Geoffrey Venables lut en effet le journal en question (on ignore lequel), tout en gardant une discrétion absolue, paraît-il, sur l’identité de son locataire (CZ, IX, l.185). Voir la lettre 102, n. 4.

45 Le séjour de Jeanne et des enfants se prolongea jusqu’au 15 octobre.

46 L’allusion à l’arrivée de Jeanne Rozerot et les enfants le 11 août nous fait dater cette lettre du lendemain, c’est-à-dire du 12.

47 Voir la lettre précédente.

48 Dans la lettre de Desmoulin que Vizetelly communiqua à Zola, celui-là s’inquiéta, tout comme Vizetelly, de l’attention que les nouveaux venus pouvaient attirer : « Ne craignez-vous pas que la maison n’attire davantage l’attention, maintenant qu’elle est peuplée de ces petits êtres remuants et un peu bruyants ? Et puis, mon pauvre ami, si le mauvais sort voulait qu’on découvre votre retraite, ne pensez-vous pas que votre situation, dans ce pays du “Cant”, prendrait une forme fâcheuse en vous attirant des antipathies et des haines ? » (B.N., MSS, n.a.f. 24517, f° 486). Et Zola de répondre, le 13 : « Je vous remercie de me témoigner vos craintes sur le séjour de Jean et des enfants ici avec moi. Mais tout ce que vous vous êtes dit, je me le suis dit à moi-même, voici longtemps déjà. Et vous ne savez pas pourquoi j’ai passé outre ? C’est parce que je m’en fous ! [...] je vais pourtant prendre toutes les précautions possibles, mais sans m’en tourmenter davantage, car je suis à bout de lutte et de chagrin. » (CZ, IX, l.173).

49 Depuis la fin de juillet, Zola s’était remis à faire des photographies. Dans une lettre du 10 août, Zola avait prié Vizetelly de lui procurer « six boîtes de plaques photographiques » pareilles à celles que Vizetelly lui avait achetées à Londres le 30 juillet (CZ, IX, l.169). Pour ce qui est de la nouvelle maison, voir la lettre 93, n. 1.

50 Un des pseudonymes de Zola, pris à la suite d’une alerte survenue le 6 août. Voir la lettre 90, n. 3.

51 Vizetelly fait sans doute allusion à la lettre que Zola adressa à Andrew Chatto le 19 août, et que Vizetelly devait remettre à l’éditeur. Dans sa lettre, Zola remercia l’éditeur d’avoir gardé un « silence discret » sur son séjour en Angleterre, et lui promit un prochain rendez-vous : « Je désire d’ailleurs vous entretenir un peu de mes projets littéraires. J’ai commencé ici un nouveau roman, que je vais pousser le plus possible, si les événements le permettent. » (CZ, IX, l.176). Il s’agit de Fécondité, rédigé lors du séjour en Angleterre.

52 C’est le 28 août que Zola raconta à sa femme les circonstances de son déménagement : « [J]’ai déménagé hier, je me suis réfugié plus loin de la capitale, dans un endroit plus désert. Ici le jardin est vaste et bien ombragé, ce qui me fait grand plaisir pour les enfants, qui peuvent au moins courir à leur aise. Il y a toutes sortes de coins perdus, dans ce jardin, où ils vivront très heureux. La maison est aussi plus commode, et le prix de la location en est le même. Comme je n’avais loué l’autre que pour quatre semaines et que le propriétaire revenait de la mer, j’étais forcé de déménager. Mais j’en ai été ravi, j’aurais de toutes manières changé de refuge, car je ne me sentais plus en sûreté. [...] J’ai changé de nom une fois de plus, je suis dans un pays où personne ne viendra me chercher. Maintenant, me voilà absolument convaincu qu’on ne me trouvera pas. » (CZ, IX, l.185).

53 L’allusion aux événements survenus le 30 août [→ n. 2] nous permet de dater cette lettre du lendemain, c’est-à-dire du 31 août.

54 Le 30 août, le colonel Henry avait fait l’aveu de son faux à Godefroy Cavaignac, devenu ministre de la Guerre dans le nouveau cabinet Brisson. Henry fut immédiatement arrêté. Il se suicida dans sa cellule de la prison du Mont-Valérien, vingt-quatre heures plus tard. Cavaignac n’en demeurait pas moins persuadé de la culpabilité de Dreyfus. Voir à ce propos Bredin, 1983, p. 304 et suiv.

55 Les journaux français ne font pas état de manifestations. Mais l’agitation politique était réelle et il y eut plusieurs démissions politiques tout au long de l’automne (→ lettre 98, n. 2).

56 On se rappellera qu’il s’agit du troisième pseudonyme choisi par Zola. L’orthographe en est parfois variable.

57 Voir la lettre précédente, n. 2.

58 L’allusion aux entrefilets parus dans L’Écho de Paris et dans Le Petit Journal nous font dater cette lettre du 2 septembre.

59 Le 16 septembre 1896, Lucie Dreyfus, l’épouse du condamné, avait demandé la révision du procès de son mari. Suite au suicide du colonel Henry et à la démission de Cavaignac, le Conseil des ministres se déclara favorable à la révision le 26 septembre 1898. Voir la lettre 103, n. 1.

60 Le lendemain, Cavaignac démissionna du gouvernement.

61 Nous datons cette lettre d’après les reportages des journaux anglais dont parle Vizetelly.

62 Le 12 août 1898, la Cour de cassation avait prononcé un non-lieu en faveur d’Esterhazy, qui fut aussitôt libéré. Il quittera la France le 4 septembre.

63 Du Paty de Clam ne sera arrêté que le 1er juin 1899. Mais le 5 août, « la chambre des mises en accusations de la cour d’appel de Paris, persuadée par les conclusions du procureur général, rendait un arrêt qui déclarait le juge d’instruction Bertulus incompétent pour instruire contre du Paty de Clam sur la plainte en faux et usage de faux déposée par Picquart. [...] La Cour de cassation devait casser cet arrêt le 2 septembre, et déclarer le juge d’instruction compétent pour instruire contre du Paty. » (Bredin, 1983, p. 299).

64 Il s’agit bien sûr d’un duel verbal : la démission de Cavaignac créa une instabilité ministérielle qui allait entraîner la chute du gouvernement le 25 octobre. Sur Sarrien, voir la lettre 103, n. 1.

65 On sait que c’est le 3 septembre que Cavaignac remit sa démission, d’où la date que nous attribuons à cette lettre.

66 Voir lettre 96, note 3. La lettre officielle de démission, datée du 3 septembre, avait paru dans les journaux du 4. Cavaignac y réitérait qu’il était convaincu de la culpabilité de Dreyfus et entendait continuer de s’opposer à la révision.
Les résumés des journaux anglais envoyés par Vizetelly ne suffisaient sans doute plus à Zola, qui se « ronge[ait] de n’avoir pas de journaux français », écrivait-il, le 5 septembre, à Jules Larat. Il lui demandait donc d’abonner Vizetelly, pour un mois, au Figaro, à La Petite République et au Temps (CZ, IX, l.191).

67 Voir la lettre précédente, où Vizetelly annonce sa visite à Zola.

68 Nous datons cette lettre d’après la réponse de Zola, envoyée le lendemain (→ n. 2).

69 Vers la fin juillet, Desmoulin avait apporté à Zola une malle de vêtements, son appareil photographique et le dossier préparatoire de Fécondité (→ lettre 81, n. 4). On sait que Zola fut un photographe passionné. Le séjour en Angleterre fut pour lui l’occasion de prendre de très nombreuses photos. Voir Émile-Zola et Massin, 1979. Mais il avait l’habitude de les tirer lui-même : « Comme tous les vrais amateurs de l’époque, il tient à honneur de développer et de tirer lui-même ses épreuves, et il a deux laboratoires, l’un à Médan, l’autre dans la cave de la rue de Bruxelles. » (CZ, VIII, p. 18). Le 10 septembre, Zola répondit à Vizetelly : « [...] comme je désire absolument que les plaques soient révélées et que des épreuves soient tirées ici, je suis bien forcé d’accepter les prix. » (CZ, IX, l.198).

70 C’est le 17 septembre que le Conseil des ministres devait rendre sa décision relative à la révision. Mais comme le 17 septembre 1898 tombait un samedi, Zola craignait de devoir attendre jusqu’au lundi matin pour connaître l’issue de la discussion. Le 15 septembre, il avait ainsi demandé à Jules Larat de lui « faire connaître le résultat, en adressant dès quatre ou cinq heures, plus tôt si vous pouvez, une dépêche à Vizetelly, dont vous avez l’adresse. » (CZ, IX, l. 200). Vizetelly transmettait donc l’information reçue de Paris.
Le général Zurlinden venait de succéder à Cavaignac au ministère de la Guerre (5 septembre). D’abord ouvert à la révision, il changea d’idée après avoir vu quelques « pièces secrètes ». Ayant plaidé contre la révision auprès de ses collègues du Conseil des ministres, il partit en claquant la porte le 17 septembre. Pour de plus amples renseignements, voir Bredin, 1983, p. 313 et suiv.

71 Nous n’avons pas retrouvé le compte annoté par Vizetelly.

72 Zola habita cette maison, située à Addlestone, du 27 août au 10 octobre (→ lettre 93, n. 1).

73 Il s’agit des plaques photographiques (→ lettre 100, n. 2).

74 M. Venables avait écrit à Zola, le 5 septembre précédent, afin de lui témoigner son soutien. La lettre est sans équivoque : M. Venables savait que « Mr. Beauchamp », à qui la lettre est adressée, n’est autre que Zola : « My dear Sir, I have heard with much pleasure & satisfaction that my house has afforded you a rest & respite front the persecution which you have suffered at the hands of the Government of your Country. I have followed with much sympathy & the utmost admiration the account of the heroic stand you have made on behalf of the right, which we in this country hold so dear, of an open [&] fair trial for every member of the Community be he who he may. I trust & believe that the future, if not the present generation of your countrymen, will, ere long, recognise the justice of your contention. With every assurance of my respect & good wishes for you success, believe me yours faithfully, E. Geoffrey Venables. » Voir la lettre 90, n. 3.

75 Le 31 août, après avoir reçu une dépêche de Larat lui annonçant les événements du jour — notamment le suicide d’Henry —, Zola tenta de lire quelques journaux anglais, sans y parvenir. Dans Pages d’exil, il raconte : « [...] mon angoisse devant cette langue inconnue, devant ces phrases qui m’intéressaient tant et qui restaient obscures [...]. » D’où sa demande pour une grammaire anglaise, que Vizetelly lui procura, de même qu’un « reader » anglais (recueil de textes faciles, le plus souvent destinés aux enfants qui apprennent à lire) : « [...] [Zola] spoke to me of his desire to familiarise himself in some degree with the English language, with the object principally of arriving at a more accurate understanding of the telegrams from Paris which he found in the London newspapers. A dictionary, a conversation manual, and an English grammar for French students were then obtained ; and whenever he felt that he needed a little relaxation, he took up one or another of these books and read them, as he put it to me, ‘from a philosophical point of view’. [...] How far M. Zola carried his study of English I could hardly say, but during the last months of his exile he more than once astonished me by his knowledge of an irregular verb or of the correct comparative and superlative of an adjective. And if he seldom attempted to speak English, he at least made considerable progress in reading it. By the time he returned to France he could always understand any Dreyfus news in the English newspapers. Of course the language in which the news was couched was of great help to him, as in three instances out of four it was simply direct translation from the French. » (Vizetelly, 1899, p. 145-148).

76 Vizetelly décrivit les habitudes d’écriture de Zola : « Zola’s books were written on small, unruled quarto paper, almost invariably of a very stout quality and highly glazed. [...] The script of his books was as a rule beautifully clear and open. On each slip he left a margin about two-thirds of an inch in width ; his Unes, on an average one and twenty per page, were straight and regular. » (Vizetelly, 1904, p. 373-374).

77 Zola accusa réception de la grammaire anglaise et des images — sans doute les photographies que le romancier avait demandé à Vizetelly de faire développer et tirer (→ lettre 100, n. 2) — dans une lettre datée du 21 septembre (CZ, IX, l. 207).

78 On se souviendra que le colonel Henry, emprisonné le 30 août, fut trouvé mort dans sa cellule du Mont-Valérien le 31 août, un rasoir à la main et la gorge tranchée. Pour certains (notamment la presse nationaliste), il ne s’agissait pas d’un suicide mais d’un assassinat (voir Bredin, 1983, p. 304-309). Lorsque Picquart fut à son tour emprisonné, le 21 septembre, il déclara : « J’irai peut-être ce soir [à la prison du] Cherche-Midi. C’est probablement la dernière fois, avant cette instruction secrète, que je puis dire un mot en public. Je veux que l’on sache, si l’on trouve dans ma cellule [...] le rasoir d’Henry, que ce sera un assassinat, car jamais un homme comme moi ne pourra avoir un instant l’idée du suicide. » (ibid., p. 314).

79 Ferdinand Sarrien était garde des Sceaux. Il avait reçu le résultat des délibérations de la commission de révision. Cette commission formée de six membres (trois conseillers à la Cour de cassation et trois fonctionnaires) était divisée : les trois magistrats étaient hostiles à la révision alors que les fonctionnaires l’appuyaient. Le 26 septembre, le Conseil des ministres acceptait (à six voix contre quatre) de transmettre à la Cour de cassation la requête de Lucie Dreyfus (demande d’annulation du procès de 1894) : « Il avait fallu près d’un mois, depuis les aveux d’Henry, pour que la procédure de révision fût mise en marche. C’était quand même un grand pas franchi sur le chemin de la vérité. Et un bouleversement des forces en présence. Le pouvoir exécutif, le pouvoir militaire ne maîtrisaient plus seuls l’Affaire. Il leur fallait maintenant compter avec le pouvoir judiciaire. » (Bredin, 1983, p. 315-316).

80 Le général Chanoine avait remplacé Zurlinden au poste de ministre de la Guerre. « Or, la première décision du nouveau ministre de la Guerre, prise le 20 septembre, est de réintégrer Zurlinden, qui n’avait pas, faute de temps, été remplacé dans ses fonctions de gouverneur militaire de Paris. À peine revenu dans son bureau des Invalides, Zurlinden, après avoir consulté Chanoine, signe mandat d’informer contre Picquart, sous l’inculpation de faux. » (ibid., p. 314).

81 Voir la lettre 103, note 1.

82 Zola croyait Alexandrine malade et craignait qu’on ne lui cache la vérité. Il écrivit à Jules Larat, le suppliant de le rassurer sur l’état de santé de sa femme : « Mon cher ami, je viens de vous envoyer une dépêche pour vous demander la vérité vraie sur la santé de ma femme. Il vient de me prendre une terrible inquiétude : je m’imagine qu’elle est malade et qu’elle me cache la gravité de son état. [...] Je m’adresse donc à votre honneur, je vous supplie de m’écrire tout de suite et de me dire ce qu’il en est. » (CZ, IX, l. 212). Vizetelly transmit donc la nouvelle télégraphiée par Larat : Alexandrine se portait bien, encore qu’un peu secouée par la mort du chien de Zola (survenue le 20 septembre).

83 La mention « samedi soir » et l’allusion au déménagement de Zola au Bailey’s Hotel (qui eut lieu le 10 octobre) nous font dater cette lettre du 8 octobre.

84 Ni les dépêches ni les réponses de Zola n’ont été retrouvées.

85 C’est le 10 octobre que Zola s’installa au Bailey’s Hotel. Il y emménagea avec Jeanne Rozerot et les enfants, venus le rejoindre le 11 août précédent. Ils repartiront pour la France le 15 octobre (→ lettre 90, n. 2).

86 Rappelons qu’il s’agit de la fille d’Ernest Vizetelly, alors âgée d’une quinzaine d’années, qui allait servir d’interprète et de « gouvernante » à Zola durant quelques mois : « [...] I settled with M. Zola that my eldest daughter, Violette, should stay with him to act in some measure as his housekeeper and interpreter. [...] a Parisienne by birth and speaking French from her infancy, it was easy for her to understand and explain the master’s requirements. » (Vizetelly, 1899, p. 116-117).

87 Georges Charpentier, arrivé en Angleterre le 4 octobre, accompagna Zola, Jeanne et les enfants au Bailey’s Hotel. Charpentier (1846-1905) reprit, en 1871, la maison d’édition fondée par son père et en fit une maison d’avant-garde, publiant Zola, Flaubert, Daudet, Goncourt, etc. Sa femme, Marguerite Lemonnier, tint un salon très en vogue, où se côtoyaient écrivains, hommes politiques, artistes, musiciens et gens du monde. Les Charpentier étaient très liés au ménage Zola, dont ils étaient les amis intimes.

88 Le Queen’s Hotel, où Zola résida jusqu’à la fin de son exil. La chambre occupée par Zola est longuement décrite par Vizetelly : « I can still see before me the sitting-room on the second floor of the Queen’s Hotel, in which M. Zola spent so much of his time and wrote so many pages of Fécondité during the last six months or so of his exile. A spacious room it was, if a rather low one, with three Windows overlooking the road which passes the hotel.
A very large looking-glass in a gilt frame surmounted the mantelpiece, on which stood two or three little blue vases. Paper of a light colour and a large flowing arabesque pattern with a broad frieze covered the walls. There was not a single picture of any kind in the room, neither Steel engraving nor lithograph, nor chromo ; and remembering what pictures usually are, even in the best of hotels, it was perhaps just as well that there should have been none in that room at the Queen’s. Yet during the many hours I spent there the bareness of the walls often worried me.
Against the one that faced the fireplace stood a small sideboard. Then on another side was a sofa, and here and there were half a dozen chairs. The room was rich in tables, it counted no fewer than five. On a folding card-table in one corner M. Zola’s stock of letter and ‘copy’paper, his weighing scales for letters, his envelopes, pens, and pendis, were duly set out. Then in front of the central window was the table at which he worked every morning. It was of mahogany, little more than three feet long and barely two feet wide. Whenever he raised his eyes front his writing, he could see the road below him, and the houses across the way. On a similar table at another of the Windows he usually kept such books and reviews as reached him from France.
In the centre of the room, under the electric lights — which, however, were only fitted towards the end of M. Zola’s sojourn at the hotel, so that throughout the winter a paraffin lamp supplied the necessary illumination — stood the table at which one lunched and dined. It was round and would just accommodate four persons. Finally, beside M. Zola’s favourite arm-chair, near the fireplace, was a little gipsy table, on which he usually kept the day’s newspapers, and perchance the volume he was reading at the time. A doorway on the same side as the fireplace gave ingress to the bedchamber, which was smaller than the sitting-room, and adequately, but by no means luxuriously furnished. »
(Vizetelly, 1899, p. 189-191).

89 Il s’agit bien sûr de Jeanne Rozerot.

90 Zola réunissait des notes pour un ouvrage sur François Zola, son père, que le directeur du Petit Journal, Ernest Judet, avait attaqué dans une série d’articles diffamatoires (→ lettre 88, n. 1). Le romancier ne compléta pas le projet. La bibliographie de François Zola comprend une dizaine d’ouvrages de toutes sortes, notamment des mémoires concernant des travaux de voirie et d’ingénierie : Lettre adressée à M. le directeur général des Ponts-et-chaussées, prouvant : l’inopportunité de la modification apportée au canal de sortie depuis le bassin de carénage jusqu’à Endoume ; les inconvénients graves et l’impossibilité de substituer le remorquage à la vapeur à ce canal de sortie (mars 1838) ; Lettre adressée à M. le maire et à MM. les membres du Conseil municipal de la ville de Marseille, accompagnant le traité et le projet pour la distribution dans la ville de Marseille et sa banlieue des eaux provenant des crues de l’Huveaune (juillet 1838), etc.

91 Biographie universelle, ancienne et moderne, ou, Histoire, par ordre alphabétique, de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, ouvrage entièrement neuf, rédigé par une société de gens de lettres et de savants, à Paris, chez L.-G. Michaud, libraire-éditeur, 1828. Le tome 52 comprend une longue notice (p. 417-418) sur l’abbé Joseph Zola (1739-1806), né à Brescia, près de Venise. Bibliothécaire, professeur de morale puis d’histoire ecclésiastique à Pavie, il laissa de nombreux ouvrages manifestant son zèle contre « l’hildebrandisme [...] nom sous lequel [on désignait] des sentiments et des principes autorisés dans l'Église » (p. 418). Au moins deux des livres de l’abbé Zola furent mis à l’Index. Nous ignorons quels étaient les liens de parenté entre l’abbé Brescia et Émile Zola.

92 Voir la lettre suivante.

93 Voir la lettre 100, note 2.

94 Zola ne parla de cette visite à personne. Ce que nous en savons, c’est par une lettre de Reinach à Zola ; le 25 octobre, Reinach lui disait avoir obtenu de ses nouvelles par Guyot, qui s’était arrêté à Norwood le samedi 22 octobre : « Mon cher maître et ami, j’ai eu hier des nouvelles, toutes fraîches, de vous par notre excellent Guyot. » (B.N., MSS, n.a.f. 24523, fos 167-168 et Wood, 1977, p. 202).

95 Il s’agit de Joseph Hiam Levy, économiste britannique d’origine juive. Après des études supérieures à la City of London School, il entra à la fonction publique, puis au ministère de l’Éducation (Board of Education). Membre très actif du National Liberal Club et rédacteur du journal The Individualist et du Personal Rights (organe du Personal Rights Association), il s’intéressa principalement à l’économie et à la politique.

96 Les reportages des journaux anglais dont parle Vizetelly nous font dater cette lettre du 25 octobre.

97 Déroulède avait fait un virulent discours en chambre, exigeant la démission du gouvernement Brisson, même si cela « devait éclabousser le général Chanoine », avait-il déclaré. Ces mots provoquèrent la colère de Chanoine (nommé ministre de la Guerre le 17 septembre précédent), qui tenta de s’en prendre physiquement à Déroulède avant de donner sa démission. Le même jour, le gouvernement Brisson tombait. Selon Bredin, les deux hommes (Chanoine et Déroulède) pourraient s’être concertés afin de permettre à Chanoine de démissionner, Chanoine se disant convaincu de la culpabilité de Dreyfus alors que Brisson poussait à la révision. (1983, p. 317-318).

98 Voir la lettre 112, qui est en fait un télégramme résumant les principaux événements du jour.

99 On se souviendra que « Richards » (ou « Richard ») était l’un des pseudonymes de Zola. Le gouvernement Brisson tomba à la suite de la démission du général Chanoine de son poste de ministre de la Guerre (voir la lettre précédente, n. 2). Le 3 novembre, un nouveau gouvernement, dit d’Union républicaine, fut formé et présidé par Charles Dupuy.

100 Dernière nouvelle écrite par Zola, Angéline fut rédigée les 17,18 et 19 octobre 1898. Traduite en anglais par Vizetelly, elle parut dans le Star du 16 janvier 1899, puis en français dans Le Petit Bleu de Paris le 4 février 1899. Angéline raconte l’histoire d’une maison hantée par le fantôme d’une fillette morte à dix ans. Elle fut directement inspirée par le séjour de Zola en Angleterre et Vizetelly fait le récit de la genèse de la nouvelle : « At some distance from the house where he was residing, in the midst of large deserted grounds, overrun with grass and weeds, there stood a mournful-looking, unoccupied private residence of some architectural pretensions, on the building of which a considerable sum had evidently been expended. The place took M. Zola’s fancy the first time he passed it on his bicycle. The iron entrance gate was broken, and he was able to enter the garden and peep through the ground-floor Windows. All spoke of decay and abandonment ; and when, through my daughter, M. Zola began to make inquiries about the place, he was told a fantastic tragic story. A murder, it was said, had been committed there many years previously ; a poor little girl had been killed by her stepmother, and her remains had been buried beneath a scuUery floor. There was also talk of the child’s father, who at night drove up to the house in a phantom carriage drawn by ghostly horses, and hammered at the door of the mansion and shouted aloud of his dead child ! [...] The story not only impressed my daughter Violette, but it greatly interested M. Zola, on whose behalf I made various inquiries. For instance, I closely questioned an old gardener who had known the district for long years. All he could tell me, however, was that there were certainly some strange rumours abroad among the womenfolk, but that for his own part he had never heard of any crime and had never seen any ghost. And at last others told me a quite different story of the house’s abandonment, and this I here venture to give, though I certainly cannot vouch for its accuracy. The place had been built, it seemed, some forty years previously by a retired and wealthy London pawnbroker, a gaunt, shrivelled old man, who, mounted on a white mare, had in his declining years been a familiar figure on the roads of the district. [...] It seems that the old fellow in question had three daughters, whom he kept more or less imprisoned on his recently-acquired property, though they were charming girls well worthy of being sought in marriage ; and the story I heard was that three officers sojourning in the district had one day espied the three forlorn damsels over the garden hedge, and had forthwith begun to court them, much to the ire of the misanthropic, retired pawnbroker. That stem old gentleman ordered his daughters into the house, and there kept them in stricter confinement than ever. But love laughs at locksmiths, and the amorous officers eventually carried the place by storm, and beat down all parental resistance. Three weddings followed on the same day, and all ended for a time as in a fairy tale. But the old pawnbroker subsequently married again to relieve his solitude, and after his death his will was attacked, and an interminable lawsuit ensued, with the result that the property was left unoccupied. Now, it appeared, it was for sale, and before long would probably be cut up into building plots. Whatever romantic element there might be in the story of the pawnbroker and his daughters, M. Zola much preferred the popular and gruesome legend of the little girl murdered in the scullery ; and, some time later, when he consented to Write a short story for The Star, it was this legend which he took as his basis, buüding thereon the pathetic sketch of Angeline, the scene of which he transferred to France. » (Vizetelly, 1899, p. 122-125 et Morel, 2000, p. 4-13).

101 Il ne s’agit plus de Jeanne, repartie le 15 octobre (voir la lettre 106, n. 3), mais d’Alexandrine, arrivée en Angleterre quelques jours plus tôt. Elle repartira le 5 décembre (voir lettre 116).

102 Il s’agit de la résidence d’Addlestone (« Summerfield »), où Zola séjourna du 27 août au 10 octobre. Voir la lettre 102, où Vizetelly commente les sommes dues à Wareham pour la location de la maison.

103 Vizetelly raconta la persévérance de certains journalistes désireux de voir Zola, qui allaient jusqu’à questionner les commerçants (1899, p. 154-156).

104 Voir la lettre 113, n. 1.

105 Linton illustra la nouvelle (une seule illustration, représentant Angéline, sortant de sa tombe et passant devant le narrateur, ébahi et terrifié). Sir James Linton (1840-1916), peintre de genre et aquarelliste, fut l’élève de Leigh et de la Saint Martin School of Arts de Londres. Membre du Royal Institute of Painters in Water Colours, il exposa en Allemagne. Certaines de ses œuvres se trouvent au Victoria and Albert Museum à Londres.

106 Angéline parut aussi dans le New York Herald, sous le titre The Haunted House, en même temps qu’en Angleterre et en Allemagne.

107 Lettre non retrouvée. Nous savons cependant que Vizetelly toucha la somme de 5 livres, soit 125 francs, pour sa traduction (voir la lettre 117).

108 Alexandrine quitta l’Angleterre le 5 décembre et c’est Vizetelly qui l’accompagna à la gare. Voir la lettre 118.

109 L’allusion au règlement de comptes pour la publication d’Angéline dans le Star nous fait dater cette lettre du jeudi 8 décembre.

110 Le bulletin météorologique du Figaro (7, 8 et 9 décembre 1898) signalait les pluies violentes qui s’abattaient sur l’Europe et relevait que la mer était « très houleuse ».

111 Ce chèque devait couvrir les droits de publication d’Angéline. Aucun document relatif à l’entente évoquée par Vizetelly n’a été retrouvé.

112 Zola était déjà au courant de l’existence de l’entrefilet, paru le 10 décembre et daté de Bruxelles, qu’Alexandrine lui avait fait parvenir. Le texte de L’Événement ne disait pas que Vizetelly était rentré en France avec Alexandrine, mais bien qu’il l’avait accompagnée à la gare Victoria : « Un journal du soir annonce que Mme Zola a quitté hier Londres se rendant à Paris. Madame Zola a été accompagnée à Victoria Station par M. Ernest Vizetelly, auteur de la traduction anglaise des œuvres de l’auteur de Germinal. » Le lendemain, 13 décembre, Zola répondit à Vizetelly : « Mon cher confrère et ami, je vous envoie la coupure de L’Événement. Je ne comprends pas ce qui a pu se passer. D’ailleurs, si les choses en restent là, on peut attendre. » (CZ, IX, l. 257).

113 Voir la lettre 115.

114 C’est l’allusion aux abonnements aux journaux qui nous permet de dater cette lettre. Le 22 décembre, Zola écrivit à Larat, lui demandant de renouveler les abonnements aux journaux : « Mon cher ami, [...] je m’aperçois que Le Matin ne m’arrive plus. Si ce n’est déjà fait, veuillez donc renouveler tout de suite l’abonnement pour un mois. Et songez à prendre note que l’abonnement au Matin doit être renouvelé vers le 18, tandis que ceux au Temps, au Figaro et à La Petite République doivent l’être vers le 5 de chaque mois. » (CZ, IX, l. 265). Sur le docteur Jules Larat, voir la lettre 83, n. 5.

115 Zola répondit le soir même, par lettre plutôt que par télégramme, qu’il acceptait l’offre (CZ, IX, l. 269). La nouvelle fut publiée simultanément à New York (voir la lettre 115), Berlin et Christiania (Morel, 2000, p. 4-13).

116 L’allusion à l’article du Temps, en date du 28 décembre, nous fait dater cette lettre du même jour.

117 Le correspondant parisien du London Times, Henri Stefan de Blowitz, avait publié un article, le 27 décembre 1898 : « M. Zola’s flight to England », où il racontait les détails de la fuite du romancier, embellissant le récit de quelques détails inattendus. (Voir Burns, 1989, p. 80-81). L’article publié dans Le Temps le lendemain reprenait en grande partie le récit de Blowitz. Voir la lettre 124.

118 Il y a ici une allusion au départ précipité de Zola, le 19 juillet 1898. Selon de Blowitz, au moment de quitter la France, Alexandrine avait remis au romancier une chemise et quelques articles de toilettes roulés dans un journal.

119 Apprenti tapissier, puis industriel, journaliste, administrateur, Ernest Vaughan (1841-1929) adhéra à l’Internationale en 1867. Exilé en Belgique après la Commune, il revint en France en 1880. Proche des socialistes, il fonda, en 1897, L’Aurore, où parut le fameux « J’accuse » de Zola, le 13 janvier 1898. L’écrivain ne semble pas avoir demandé le démenti souhaité par Vizetelly.

120 Voir la lettre 115.

121 Voir la lettre 120.

122 Il est à peu près impossible de dater cette lettre avec précision. C’est pourquoi nous la rejetons en fin d’année.

123 Rappelons que Wareham recevait, sous double pli, les lettres destinées à Zola.

124 Le roman des frères Margueritte, Le Désastre, avait paru en 1898. Il appartenait au cycle romanesque Une époque et décrivait la guerre de 1870-1871. Il avait été traduit en anglais l’année même de sa publication, sous le titre The Disaster (translated, and with an introductory memoir, by Frederic Lees, New York, D. Appleton and Company, 1898). Né en 1872, George Frederic William Lees, journaliste et traducteur, publia une quinzaine d’ouvrages, notamment sur la peinture (The Art of the Great Masters, 1913), sur l’histoire et la politique (Napoleon at Work. Translated from the French, with a foreword by G.F. Lees, 1914) ou la littérature (Anatole France and his Circle : heing his table-talk, authorized translation by Frederic Lees, 1922).

125 Rappelons que Guyot avait rendu visite à Zola le 22 octobre 1898. Voir la lettre 110.

126 Comme Sherard le dit lui-même dans son autobiographie, il fut, pendant un temps, soupçonné d’être anti-dreyfusard. Voir Sherard, 1905, p. 471-484, ainsi que la lettre 145, n. 3.

127 Wareham continuait de recevoir le courrier de Zola. L’adresse suggérée par Vizetelly, celle de Pamplin, était celle d’un ami de Wareham. Dans sa réponse, en date du 3 janvier, Zola suggéra plutôt d’attendre la suite des événements « avant de décider si les arrangement concernant la correspondance doivent être changés. » (CZ, IX, l. 275).

128 Voir la lettre 118.

129 Il s’agit de l’article paru le 27 décembre 1898, dans lequel de Blowitz racontait le départ de Zola pour l’Angleterre. Après le récit de diverses péripéties, de Blowitz concluait : « [...] M. Zola reached the village and alighted at the hotel named on the paper, M. Clemenceau having added a word of recommendation to the landlord. The latter called his daughter, 12 years old, who had a smattering of French, but who the next day, having seen the traveller’s portrait in an illustrated paper, went in a fright to her father, saying : ‘Do you know who our visitor is ? It is M. Zola.’The landlord, who had also recognized M. Zola, replied : ‘You must be mistaken, Kate ; but, anyhow, as he has not give his name, you ought not to appear to know it.’So the girl held her tongue till M. Zola left for a place in Middle-sex, for he has stayed at five different places in England. However, next day, the dergyman, without mentioning M. Zola’s name, called on him, and, understanding French, invited him to his house, where he received him with an urbanity and discretion by which M. Zola was much touched. The dergyman also directed him in making necessary purchases. By the end of a week, indeed, all the inhabitants knew who he was, yet neither during his six weeks’stay nor since has there been the slightest indiscretion, and, after more than five months, the newspaper which first spoke of his being in England stated that he was in London, whereas he has simply passed through it. He speaks with admiration of this fidelity in preserving his secret, which he had not even requested, and of the delicate attentions everywhere paid to him, and if on his return he writes, as is expected, his impressions of England, they will certainly show his gratitude for these good people who have thus softened for him the tedium and bitterness of exile. He now reads English newspapers fluently, studies the laws and customs of the country, and certainly appreciates the liberty, legality, and toleration the benefit of which he has enjoyed. » Nous ne possédons pas de lettre de Zola à Desmoulin concernant cette affaire. Voir la lettre 121.

130 Il s’agit de Victor-René Vizetelly, fils du traducteur. Né à Boulogne, Victor-René (1884-1965) fit des études de génie à Merton (Surrey) avant de faire carrière comme ingénieur mécanique. Voir la lettre 176.

131 Toujours dans sa réponse du 3 janvier, Zola promit d’écrire à Guyot. Cette lettre n’a pas été retrouvée.

132 Rappelons que Vizetelly avait fait paraître, dans le New York Herald, sa traduction de Lourdes (voir la lettre 22, n. 4).

133 L’allusion à la publication d’Angéline, ainsi que la mention « vendredi soir », nous font dater cette lettre du 6 janvier 1899.

134 Voir la lettre 115.

135 Voir la lettre 113, note 1.

136 Communication non retrouvée.

137 Lettre non datée mais qu’il serait logique de situer après le 16 janvier. C’est le 16 janvier, en effet, que parut Angéline, dans The Star. À la suite de cette publication, quelques personnes tentèrent d’entrer en contact avec Zola en envoyant des courriers au journal. Voir, par exemple, la lettre 129.

138 Journal d’information à grand tirage. D’abord favorable à la campagne anti-dreyfusarde, il changea prudemment d’orientation vers la fin de 1897.

139 Il s’agit probablement d’un chèque pour les droits de Paris (publié l’année précédente). La maison Macmillan faisait ses comptes en fin d’année.

140 Voir la lettre 115, n. 4.

141 Communications non retrouvées.

142 Après des études de droit à Cambridge, Sir Charles Wentworth Dilke (1843-1911) voyagea quelques années, puis fit ses débuts en politique, comme membre du parti radical. À la mort de son père, en 1869, il devint propriétaire de The Athenaeum et de Notes and Queries. Il quitta le Parlement en 1886 et se consacra à la publication d’études politiques : The Present Position of European Politics (1887), The British Army (1888) et Problems of Greater Britain (1890). Il revint à l’arène politique en 1892 et y resta jusqu’à sa mort, s’intéressant surtout aux questions de politique étrangère et militaire.

143 Cette visite eut lieu en septembre 1893, alors que Zola fut invité au Congrès de la Société des journalistes britanniques. Voir les lettres 25 et suiv.

144 Sur le Docteur Richard Garnett, voir la lettre 30, n. 4.

145 Il s’agit de R. Garnett, The Universal Anthology (London, The Clarke Co. Ltd., 1899). De toute évidence, ce n’est pas Vizetelly qui fut chargé de l’article Zola. Plusieurs raisons nous incitent à l’affirmer : la courte notice biographique est très négative. L’auteur écrit, par exemple : « The twenty volumes published from 1871 to 1893 under the general title of ‘The Rougon-Macquart Family’[...] profess to apply rigorous scientific method and scrupulous realism of detail to social studies, but in fact are entirely unscientific and largely fanciful. [...] He has also written many short stories ; several volumes of collected essays, and much scattered work defending his work and artistic principles, and some not notable plays. » Les titres des romans sont curieusement traduits et ne correspondent à aucun titre des traductions offertes à l’époque : Au Bonheur des dames devient To the Ladies’Happiness, etc. L’extrait de Lourdes est donné dans une traduction non signée, mais qui n’est pas celle de chez Chatto & Windus (donc qui n’est pas celle de Vizetelly).

146 Effectivement, on voit que l’écriture de Vizetelly dégénère d’une facon marquée vers la fin de la lettre manuscrite.

147 Il s’agissait d’une lettre demandant un rendez-vous, lettre envoyée par William Graham, universitaire irlandais, professeur de droit et d’économie politique. Il avait tenté de rejoindre Zola par l’intermédiaire du Star, Angéline avait été publiée le 16 janvier précédent. Graham ne voulait pas d’entrevue avec Zola. Dans sa lettre, très laudative, il disait souhaiter une discussion, une « conversation » avec Zola, dont il admirait « la conduite héroïque et patriotique ». Graham publia divers ouvrages, dont The Social Problem (1886). Le 16 février, Zola écrivit à Vizetelly : « Vous avez eu raison de refuser mon adresse à M. [Graham]. Je refuse absolument de voir qui que ce soit. [...] [V]ous savez également que ma femme est très souffrante en ce moment et je suis moi-même en mauvaise santé. Nous serions de tristes hôtes » (CZ, IX, l. 297).

148 Le 14 février, Le Figaro, dans sa section « Gazette des tribunaux », relatait le procès : « Cour d’assises : L’affaire Philibert Roger. Tout ce qui touche à l’affaire Dreyfus prend immédiatement une envergure extraordinaire. [...] Dans la soirée du 13 septembre [1898], M. Philibert Roger, rédacteur du journal dreyfusiste La Grande Bataille, était à moitié assommé, rue Saint-Marc, par trois individus qui se ruèrent sur lui par derrière, le renversèrent et le rouèrent de coups de pied et de coups de poing. [...] Quelle raison pouvait avoir cet intéressant trio d’assommer M. Philibert Roger ? C’est là que gît tout l’intérêt du procès. Les trois accusés prétendent qu’ils ont assouvi une vengeance personnelle. Le ministère public et la partie civile soutiennent qu’ils n’ont été que des malfaiteurs à gages, payés par M. Jules Guérin, directeur de L’Antijuif, pour faire passer un mauvais quart d’heure à M. Philibert Roger. » En dépit de leurs aveux (les trois accusés ayant reconnu être les auteurs de l’agression), le jury prononça le même jour un verdict général d’acquittement.

149 Voir la lettre 129.

150 Esterhazy avait quitté la France au début de septembre 1898. Voulant à la fois se venger de l’état-major de l’armée française (qui l’avait mis en réforme, ce qui le privait de sa retraite) et faire un coup d’argent, Esterhazy avait proposé à Rowland Strong (correspondant de l'Observer à Paris) de lui faire d’intéressantes révélations, à propos du bordereau, contre espèces sonnantes. L’affaire allait se retourner contre lui : « À peine débarqué Outre-Manche, ses exigences excessives vont en effet le brouiller avec l'Observer, dont la propriétaire, Mrs. Beer, n’hésitera pas, avec une totale absence de scrupules, à publier, sans les payer à leur auteur, les confidences verbalement faites sans méfiance à Strong. Ainsi grugé, l’escroc en sera réduit à démentir aussitôt et à intenter une coûteuse action judiciaire contre Mrs. Beer. » (Thomas, in Drouin, 1994, p. 178). Un règlement, négocié avant le procès, rapporta 500 livres à Esterhazy.

151 Le 16 février, Zola écrivit à Reinach, lui demandant de ne donner son adresse à personne. Le 19, Reinach lui répondit : « Comment pourrais-je donner votre adresse à mes amis de Londres ou de Paris, puisque je ne l’ai pas ? Clemenceau et Mirbeau m’ont dit leurs conversations avec vous, quelque part vers le Palais de Cristal. Mais je n’en sais pas plus. Et alors même que j’aurais eu l’intention de faire ce civet indiscret, le lièvre me faisait défaut. » (B.N., MSS, n.a.f. 24523, fos 202-203).
Vizetelly parle ici de Rachel Beer, directrice de l’Observer en effet, journal qu’elle vendit à Sir Alfred Harmsworth en mai 1905. Fin février, Zola répondit à Vizetelly qu’il ne souhaitait recevoir « ni le monsieur ni la dame » (CZ, IX, l. 307).

152 Il s’agit de Percy Spalding. Voir la lettre 9, n. 3.

153 Fécondité parut en feuilleton dans L’Aurore, du 15 mai au 4 octobre 1899, puis en volume chez Fasquelle le 12 octobre. La traduction (Londres et New York) parut en mai 1900 (voir les lettres 158-169). Zola ne tenait pas à publier le roman avant le règlement définitif de l’affaire Dreyfus. Vaughan, le directeur de L’Aurore, dans une lettre à Zola en date du 16 février, insistait sur la publication. Il estimait inutile « d’ajourner indéfiniment la publication de Fécondité », la solution de l’affaire Dreyfus lui semblant encore bien lointaine (B.N., MSS, n.a.f., 24524, f° 519). Le livre sur les impressions d’exil ne fut jamais rédigé, même si Zola en avait l’intention. Il l’avait d’ailleurs annoncé, le 19 août 1898, dans une lettre à Andrew Chatto : « D’autre part, je songe à raconter, en un volume illustré, les deux mois forcés que je vais passer en Angleterre ; et Vizetelly vous donnera des détails sur ce volume, qui pourrait avoir ici un vif succès. » (CZ, IX, l.176). À propos de Fécondité, voir la lettre 92, n. 2.

154 Zola avait choisi de ne recevoir personne, même s’il aurait été « ravi », en d’autres circonstances, de voir M. Chatto et son associé (CZ, t. IX, l. 297).

155 Nous ignorons de quoi il est question.

156 Alexandrine était repartie le jour même pour Paris, affligée d’une bronchite. Vizetelly avait sans doute, encore une fois, raccompagné Madame Zola à la gare.

157 L’allusion au voyage de Labori, d’abord prévu par Zola pour la semaine du 12 mars et ensuite remis, nous dicte l’attribution de la date de cette lettre (voir CZ, IX, l.313 et 316).

158 Le 14 mars, Zola écrivit à Labori : « Si je ne puis rentrer vers la fin d’avril, [...] je suis décidé à quitter l’Angleterre. Ma femme y a été si souffrante, qu’elle a dû rentrer à Paris. Me voilà donc seul, et comme je ne veux pas l’y faire revenir, je préfère l’envoyer en Italie, où j’irai la rejoindre, dans le cas où la France me serait fermée deux ou trois mois encore. » (CZ, IX, 1. 316).
L’agence Cook, fondée au milieu du 19e siècle par Thomas Cook et son fils, avait lancé un nouveau mode de tourisme en organisant, pour les voyageurs, des itinéraires par train ou par bateau. L’agence avait pignon sur rue. Zola avait sans doute demandé à Vizetelly de se renseigner sur le moyen le plus rapide et le plus sûr de gagner l’Italie, sans passer par la France.

159 La visite de Labori fut plusieurs fois retardée. L’avocat arriva à Londres le 26 mars et eut quelques entretiens avec Zola. Il n’a pas été possible de déterminer si Vizetelly eut l’occasion de faire la connaissance de Labori.

160 À propos de Fécondité, voir les lettres 158-169. Le lendemain, soit le 28 mars, Zola tenta de rassurer Vizetelly, lui disant « de ne parler de rien à Chatto avant de [l’] avoir vu. Rien ne presse. » (CZ, IX, l. 328).

161 Voir la lettre 1, n. 9.

162 Les difficultés avec Brett (de la maison Macmillan) résulteront plutôt du retard de la traduction que des susceptibilités des Américains. Voir les lettres 158-169.

163 À propos de cette avance consentie par Chatto, voir la lettre 158, note 3.

164 Jeanne Rozerot et les enfants arrivèrent à Londres le 29 mars. C’est Vizetelly qui alla les prendre à la gare, pour les conduire au Crystal Palace Royal Hotel, où Zola s’était installé pour les vacances de Pâques.

165 Wareham continuait de s’occuper des questions financières, des transferts de fonds, etc.

166 Vizetelly répond, selon toute vraisemblance, à une lettre de Zola datée du 28 mars, au matin (CZ, IX, l. 328).

167 Voir la lettre précédente, n. 1.

168 Le secrétaire de Labori s’appelait Joseph Hild. Vizetelly raconte une anecdote comparable (1899, p. 93-100), relative à la visite d’un inconnu se disant envoyé par Labori et porteur d’une enveloppe à remettre à Zola en mains propres.

169 Voir la lettre 134, note 5.

170 Rappelons que le quatrième enfant de Marie Vizetelly, appelée également Marie, naquit en 1891.

171 Voir la lettre 134, note 5.

172 La réponse de Zola à cette lettre date du 1er avril. Voir la lettre suivante.

173 Le 2 avril était la date d’anniversaire de Zola (il allait avoir cinquante-neuf ans) et Vizetelly avait chargé ses enfants de porter au romancier une lettre d’amitié et de bons vœux. Voir la lettre 138.

174 Voir la lettre 137.

175 Il s’agit d’Alfred Dreyfus, exilé depuis janvier 1895. Il ne revint en France qu’en juillet 1899, pour la réouverture de son procès militaire (le fameux procès de Rennes).

176 Zola répondit, le même jour : « Mon cher confrère et ami, merci de vos bons souhaits, à l’occasion de l’anniversaire de ma naissance. J’en suis très touché, dans l’émotion triste où je suis. Vous m’écrivez de bonnes et justes choses qui vont droit à mon cœur. Et je vous remercie, en ce jour, du dévouement et des attentions discrètes que vous n’avez cessé d’avoir pour moi, depuis le jour où j’ai mis le pied sur cette terre d’exil. » (CZ, IX, l. 330).

177 L’allusion à la visite de Vizetelly, prévue pour le 6 avril, nous fait dater cette lettre du 4. Voir la lettre suivante.

178 Sur George R Brett, voir la lettre 70, n. 9.

179 Vizetelly ne semble pas avoir rédigé le compte rendu annoncé.

180 L’allusion au départ de Jeanne et des enfants, prévu pour le mardi 11 (→ » n. 3), nous fait dater cette lettre du 9 avril.

181 Voir la lettre 143, note 3. Zola avait fait la connaissance de Wolf à l’automne 1893, lors de sa visite à Londres au moment du Congrès des journalistes.

182 Jeanne Rozerot et les enfants repartirent pour la France le mardi 11 avril. Les deux fillettes (Denise et Violette) avaient noué des liens d’amitié et Zola donnait régulièrement des nouvelles de Violette à Denise (voir, par exemple, CZ, IX, lettres 245, 248, 351).

183 Le 2 avril précédent, Labori avait écrit à Zola, lui disant qu’il estimait son retour probable et possible pour la fin mai et qu’un « bon article vous précédant sera ce qui conviendra » (B.N., MSS, n.a.f. 24521, f° 91). Zola écrivit dès ce moment une première version de cet article, qui ne fut publié que le 5 juin 1899 dans L’Aurore, sous le titre « Justice ». Nous ne possédons pas de documents relatifs aux conditions évoquées par Vizetelly.

184 Le 31 mars, Le Figaro avait commencé à publier l’enquête de la Chambre criminelle de la Cour de cassation dans l’affaire Dreyfus, enquête entreprise avant le désaisissement. Voir la lettre 144, n. 2. Le 1er avril, on publiait la déposition de Du Paty de Clam ; le 2, celles de Charles Dupuy et de Cavaignac ; le 4 et le 5, celle du général Roget, etc. Le 8, les lecteurs du Figaro avaient pu prendre connaissance de la déposition de Hartmann, commandant d’artillerie (déposition du 19 janvier 1899). Hartmann y fournissait des précisions importantes concernant le fameux canon de 120 court, mentionné dans le bordereau de 1894 (qui avait entraîné la condamnation de Dreyfus). Hartmann révélait notamment que le canon était connu et testé depuis 1890.

185 Vizetelly, qui avait raccompagné Jeanne et les enfants à la gare, rassurait Zola : le départ avait eu lieu sans encombre.

186 La lettre de Lucien Wolf dont il est question (→ n. 3) nous fait dater cette lettre du 15 avril.

187 Il ne s’agit vraisemblablement pas de l’article dont il est question à la lettre 141 (voir la n. 4). Dans sa réponse au traducteur, en date du 16 avril, Zola dit qu’il ne souhaitait pas écrire l’article dont parle ici Vizetelly : « Je faisais l’affaire pour vous ; mais puisqu’elle se présente comme peu rémunératrice, votre intérêt n’y est pas grand ; et quant à moi, je suis vraiment gêné de sortir de mon grand silence, pour dire à l’Angleterre, mon hôtesse, des choses de si peu d’intérêt. » (CZ, IX, l. 344).

188 Zola souhaitait probablement rencontrer le journaliste et s’en était ouvert à Vizetelly, qui avait fait les démarches nécessaires (→ lettre 141). Le 14 avril, la veille, donc, Wolf avait écrit au romancier (il s’agit de la note transmise par Vizetelly) qu’il ne voulait pas de « confidences journalistiques », mais qu’il espérait simplement « lui serrer la main » (B.N., MSS, n.a.f., 24524, f° 559).

189 Wareham continuait de recevoir le courrier de Zola, qu’il transmettait à Vizetelly, qui ensuite le faisait suivre au romancier.

190 On se souviendra que Picquart avait été accusé de faux et d’usage de faux et qu’il faisait l’objet d’une enquête de la Chambre criminelle. En décembre 1898, Quesnay de Beaurepaire, président de la Chambre civile de la cour de cassation et anti-dreyfusard, accusait ses confrères de la Chambre criminelle de favoritisme à l’endroit de Picquart. Après une vive campagne de presse, Quesnay de Beaurepaire démissionna de son poste de président, le 8 janvier 1899. On ouvrit une enquête, qui ne retint aucune des accusations portées par Beaurepaire, mais qui recommandait de « désaisir » la Chambre criminelle du dossier Picquart et de le confier aux Chambres réunies (les trois chambres de la Cour de cassation : la Chambre criminelle, la Chambre civile et la Chambre des requêtes). La loi de dessaisissement fut votée le 1er mars 1899. Les Chambres réunies, devant maintenant juger de l’affaire Picquart, eurent pour enquêteur rapporteur Ballot-Beaupré, qui avait remplacé Beaurepaire à la Chambre civile. Le 29 mai, Ballot-Beaupré conclut en faveur de la révision.

191 Voir la lettre 135. Le 28 mars, Madame Vizetelly avait fait une fausse couche, dont elle se remettait mal.

192 Voir la lettre 131, n. 2, à propos des « confessions » qu’Esterhazy aurait faites à Strong. Le Times du 25 avril reproduisit les dépositions faites par divers témoins devant la Chambre criminelle de la Cour de cassation, dont celle de Rowland Strong. Voir la lettre 141, n. 5.

193 Il y eut échange d’injures plutôt que de coups. Sherard, dans L’Aurore du 25 avril, reprocha à Strong d’avoir, dans sa déposition publiée par Le Figaro, incorrectement narré les circonstances de sa première rencontre avec Esterhazy, une quinzaine de mois plus tôt. Les deux journalistes britanniques se croisèrent le même soir, alors que Sherard était accompagné de Boisandré. Ce dernier injuria Strong, mais il n’y eut pas de bataille, aux dires mêmes de Boisandré : « La confrontation entre M. Strong et moi n’a pas été longue, en effet. J’ai tout juste eu le temps d’appliquer à M. Rowland Strong deux qualificatifs qui n’étaient que la reproduction verbale des épithètes que je lui ai décochées dans une douzaine de numéros de La Libre Parole. M. Strong a ensuite sauté dans un fiacre, et j’ai jugé parfaitement superflu de courir après la voiture pour prolonger la confrontation. » (La Libre Parole, 27 avril 1899).

194 Vizetelly semblait n’avoir que peu d’amitié pour Sherard. Les deux hommes se connaissaient pourtant depuis longtemps. Dès les premiers contacts avec Zola, en 1891, Vizetelly avait suggéré au romancier de se renseigner auprès de Sherard (→ lettres 4 et 12). Il y eut peut-être un froid en 1893, quand Sherard publia chez Chatto & Windus une biographie de Zola, en dépit du fait que Vizetelly ait été son « traducteur attitré ». Voir la lettre 4, n. 4.

195 Les allusions aux événements politiques, notamment au dépôt imminent du rapport de Ballot-Beaupré, nous font dater cette lettre de la fin mai 1899.

196 Le 29 mai, Ballot-Beaupré, président de la Chambre civile, fit l’exposé de son rapport devant la cour de cassation : il concluait en faveur de la révision. Le 3 juin, les Chambres réunies choisirent de casser le jugement du Conseil de guerre de 1894 (dégradation et bannissement à perpétuité) et de renvoyer Dreyfus devant un nouveau Conseil de guerre, qui se réunira à Rennes en août et septembre 1899. Le lendemain (4 juin), il y eut une manifestation à Auteuil, contre Loubet, durant laquelle le président fut frappé par le baron Christiani, anti-dreyfusard notoire. En réponse, les républicains organisèrent une autre manifestation, le 11 juin, à Longchamp cette fois. Rappelons que Zola rentra en France le 5 juin.

197 Le 27 mai, Blowitz écrivait, dans le Times : « The situation in France (from our own correspondent). The week now ending is like a colourless preface to the week which is at hand. As if intentionally, all sorts of sensational incidents seem to be about to be crowded into the next week. It is as if the contest of passions of the last 18 months were on the point of resulting in a general outburst. [...] This afternoon, it was strongly asserted that M. Ballot-Beaupré has concluded in favour of revision. The rumour to this effect has been persistent. » Et encore le 29 mai : « M. Ballot-Beaupré’s report. M. Ballot-Beaupré [...] has concluded in favour of revision of the trial of 1894, with the sending of Captain Dreyfus before a new Court-martial. [...] It is probable that orders have already been given for the repatriation of Dreyfus, if he be not even now en route. He will, no doubt, be brought back directly to the place chosen for the new trial, a portion of the programme which will have to be carried out with caution, for folly and hatred have taken possession of all coarse and uncultivated minds, urging them to vengeance and wrath [...]. »

198 L’allusion à la rentrée en France de Marchand (→ n. 4) nous fait dater cette lettre du 1er juin.

199 Loïe Fuller (1862-1928), danseuse d’origine américaine, créa à New York, en 1891, sa célèbre « danse serpentine ». Elle se produisit en 1892 à Paris, où son succès fut immédiat. En 1898, elle avait envoyé deux télégrammes de félicitations à Zola, l’un le 25 février et l’autre le 3 avril. Zola ne semble pas avoir répondu à ces télégrammes et nous ignorons s’il signa les portraits.

200 Il s’agit de la comtesse Alice de Bective (1867-1928). Fille du quatrième marquis de Downshire, elle épousa Thomas, comte de Bective, lui-même fils du troisième marquis de Headfort. La vente dont il est question eut lieu les 21 et 22 juin 1899, au Royal Albert Hall de Londres. Artistes, écrivains, musiciens firent don d’œuvres, qui furent vendues au profit de l’hôpital. L’album souvenir de l’événement (Souvenir of the Charing Cross Hospital Bazaar, London, Nassau Press, 1899) ne contient cependant pas trace de la contribution de Zola.

201 Le 23 février 1899, jour des obsèques du président Félix Faure, Paul Déroulède, président de la Ligue des patriotes, avait tenté un coup de force pour renverser le gouvernement. Immédiatement arrêté, Déroulède avait comparu en procès le 29 mai et fut acquitté, à la majorité des voix, le 31 mai.
Le capitaine Marchand venait de rentrer à Paris. Durant l’automne 1898, Marchand tenta de prendre Fachoda (Soudan), mais fut obligé de battre en retraite devant les forces bien supérieures de Kitchener, à la tête des troupes britanniques. « Malgré les efforts des diplomates, le public français est assailli par les voix de nationalistes enragés par cette “humiliation” de la France par la “perfide Albion”, toujours D'ennemie héréditaire”. En France, les nationalistes tels que Henri Rochefort et Charles Maurras créent un lien explicite entre Fachoda et l’agitation dreyfusarde, alléguant que “l’inspiration première et certainement l’argent” pour leur cause venaient d’Angleterre. » (Cornick, in Drouin, 1994, p. 575).

202 Voir la lettre précédente, qui est datée de « jeudi soir ».

203 Voir la lettre 148, n. 3.

Table des illustrations

Légende Émile Zola rédigeant Fécondité lors de l’exil en Angleterre, photo de René Vizetelly, tirée du livre d’Ernest Alfred Vizetelly, Emile Zola, Novelist and Reformer, London & New York, John Lane, The Bodley Head, 1904.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Violette Vizetelly en 1899, tiré de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Alexander Macmillan, propriétaire de la maison d’édition Macmillan & Co., qui publia quelques-unes des traductions américaines des romans de Zola, tiré de Letters of Alexander Macmillan, edited with Introduction by his Son, George A. Macmillan, Printed for Private Circulation, Glasgow, 1908.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Frederick Wareham, l’avoué d’Ernest Vizetelly, qui facilita le séjour de Zola en Angleterre, tiré de With Zola in England. A Story of Exile, London, Chatto & Windus, 1899.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search