Version classiqueVersion mobile

Mon cher Maître

 | 
Dorothy Speirs
, 
Yannick Portebois

Lettres

Lettres A-I

Texte intégral

Ernest Alfred Vizetelly, tiré de My Days of Adventure. The Fall of France, 1870-71, London, Chatto & Windus, 1914.

A*

42 Catherine Street

Strand, London. W.C.

9 septembre 1886

  • 1 Ceci est la première lettre que nous possédons de la maison d’édition Vizetelly & Co. au romancier.

Monsieur1,

  • 2 Le romancier irlandais agissait comme intermédiaire entre Zola et la maison Vizetelly depuis 1884, (...)
  • 3 Dans une lettre datée du 15 août 1886, Zola annonça à Moore qu’il pensait terminer la rédaction de (...)

1Selon votre désir nous avons l’honneur de vous confirmer directement l’offre que nous vous avons fait[e] par l’intermédiaire de M. George Moore2 de vous acheter le droit exclusif de publier une traduction anglaise de votre nouveau roman La Terre dans la Grande Bretagne, ses colonies et autres dépendances pour la somme de trois mille francs3.

  • 4 Comme on le sait, La Terre lut le dernier des quinze romans de Zola publiés par la maison Vizetelly (...)

2Nous ajouterons que si cela vous est agréable nous sommes disposés à acquérir les mêmes droits pour tous les autres romans que vous ferez au sujet des Rougon-Macquart, et au même prix, c’est-à-dire trois mille francs par volume4.

Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de notre considération la plus distinguée.

  • 5 Cette lettre, ainsi que les 8 lettres qui suivent, est écrite sur papier à en-tête de la maison H. (...)

Vizetelly & Co.5

M. Émile Zola

À Médan (Seine et Oise)

L.a.s., coll. particulière.

B*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

February 21st [sic], 1887

Monsieur Émile Zola

à Médan (Seine et Oise)

Monsieur,

  • 6 Le premier feuilleton de La Terre parut dans le Gil Blas du 25 mai 1887.
  • 7 La lettre de Zola n’a pas été retrouvée ; mais dans sa biographie de Zola, Emile Zola, Novelist and (...)

3Ayant appris par les journaux que votre nouveau roman sera publié à Paris vers la fin Mai6, nous venons vous prier de bien vouloir nous écrire une courte lettre avec quelques explications sur la donnée de ce livre. À notre avis, son titre, La Terre ne donnera, au lecteur anglais, qu’une idée très imparfaite du sujet ; et c’est afin d’empêcher tout malentendu que nous vous prions de bien vouloir nous écrire une courte lettre explicative7.

  • 8 Dans The Athenaeum du 11 février 1888, on trouve l’annonce suivante : « Vizetelly & Co. New Books : (...)
  • 9 Le catalogue Vizetelly & Co. de mars 1887 (inséré dans Dr. Phillips, de F. Danby, pseudonyme de la (...)

4Cette lettre serait traduite en langue anglaise, et paraîtrait (par nos soins) dans les journaux de Londres8. Nous désirons aussi l’insérer dans le catalogue de nouveautés que nous préparons9.

5Nous espérons que vous ferez bon accueil à cette demande, et qu’il vous sera possible de nous envoyer cette lettre à bref délai. En attendant l’avantage de vous lire nous vous prions Monsieur de vouloir bien agréer nos très sincères et empressées salutations.

Vizetelly & Co

pp.

Ernest A. Vizetelly

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 1-2.

C*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

Le 23 Mars 1887

à Monsieur Émile Zola,

Paris.

Monsieur,

  • 10 Voir les lettres A et B de la présente série.
  • 11 Voir la lettre B. On remarquera que la réponse de Zola (→ lettre précédente, n. 2) date du 24 mars (...)

6Il y a quelque temps n[ou]s vous avons écrit à Médan, au sujet de votre prochain roman La Terre10. Vous vous rappellerez que n[ou]s n[ou]s sommes entendus avec vous au sujet de la traduction anglaise de ce livre. Or, ainsi que n[ou]s vous le disions dans notre dernière lettre n[ou]s aurions voulu présenter ce roman au public anglais avec quelques mots d’explication. La lettre que vous avez choisi[e] est fort compréhensible pour tout lecteur français, mais pour le lecteur anglais ce serait autre chose. L’expression La Terre n’est pas usitée chez nous dans le même sens que chez vous. C’est pourquoi n[ou]s vous avons prié de bien vouloir nous écrire une petite note, indiquant d’une manière générale la donnée de votre livre. Nous aurions fait paraître cette note dans les journaux anglais à titre de renseignement pour le public et il est certain qu'elle aurait beaucoup facilité la vente de la traduction anglaise de votre livre11.

7Étant persuadés que vos occupations seules vous ont empêché, jusqu’à présent, d’accéder à notre demande, nous vous la renouvelions [sic] et nous espérons qu’il vous sera possible de nous écrire la petite note en question.

8En attendant l’avantage de vous lire nous vous prions, Monsieur, de bien vouloir agréer nos très sincères salutations.

Vizetelly & Cie

p.p.

E.A.V.

L.a.s., British Library, Add. 74212, f’3-4.

D*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

le 9 Mai 1887

M. Émile Zola à

Médan

Monsieur,

  • 12 Lettre non retrouvée. Il s’agit selon toute vraisemblance des épreuves de La Terre, dont la publica (...)

9Nous avons l’honneur de vous accuser réception de votre lettre du 4 courant et du paquet d’épreuves qui l’accompagnait12.

  • 13 Allusion à la publication de Germinal et de L’OEuvre dans The People et à l’achat des droits de pub (...)

10Nous tiendrons bon compte de ce que vous dites à propos de la date de publication etc. Quant au mode de paiement, nous sommes tout prêts à accepter celui qui a été suivi pour vos deux derniers ouvrages que vous avez vendus au propriétaire du Globe et dans l’achat desquels nous étions intéressés, c’est-à-dire la moitié de la somme convenue au reçu de la moitié de l’ouvrage, et le reste de cette somme lorsque nous aurons reçu les dernières épreuves13. Nous espérons que cet arrangement vous conviendra, et nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos bien sincères salutations.

Vizetelly & Co.

M. Émile Zola

à Médan

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 5-6.

E*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

Le 16 Mai 1887

Monsieur,

  • 14 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.

11Nous étions aussi très-surpris d’apprendre par votre lettre du 10 courant que vous n’avez pas été payé le prix convenu pour votre dernier roman14.

12M. Vizetelly est allé voir l’administrateur du Globe pour avoir une explication, et voici ce que l’on lui a dit :

  • 15 Zola reçut de M. Madge, co-propriétaire des journaux The Globe et The People, la somme de 1000 fran (...)
  • 16 Nous ne possédons aucun renseignement sur ces négociations entre A. Vandam et les propriétaires du (...)

13Que pour Germinal, le propriétaire du Globe s’est entendu avec vous directement, et que vous avez été payé la somme convenue intégralement15. Que pour L’Œuvre, c’est M. Vandam qui s’est entendu avec vous pour son propre compte, et que ce n’était que lorsqu’il s’était entendu avec vous qu’il leur a offert sa traduction et le droit de publication. Le propriétaire du Globe l’a acheté[e] pour une certaine somme (M. Vandam a sans doute enchéri sur celle qu’il devait vous payer), et il a donné des à comptes [sic] à M. Vandam à mesure qu’il lui livrait sa traduction. L’administrateur du Globe nous affirme que par une erreur M. Vandam a été payé même plus que la somme convenue16.

14Il est vrai que M. Vandam était autrefois le correspondant du Globe à Paris, mais il paraît qu’il leur a causé tant d’ennuis au journal qu’il ne l’est plus. Nous croyons même qu’il a quitté Paris, l’ayant vu à Londres dernièrement.

  • 17 Dans Émile Zola, Novelist and Reformer, Vizetelly précise : « Under date Nov. 20,1884, Zola sold al (...)

15Nous regrettons que M. Vandam s’est [sic] si mal conduit envers vous. Quant à nous, notre arrangement avec le propriétaire du Globe était celui-ci. Lorsqu’il vous a acheté Germinal il nous a offert le droit de publication en volume. Nous lui avons acheté ce droit, et nous avons fait de même pour L’Œuvre lorsqu’il est entré en pourparlers avec M. Vandam. Il n’aurait pas acheté ce dernier livre autrement, n’ayant pas très-bien réussi avec le premier17.

  • 18 Voir la lettre D, n. 2.

16Les traductions de M. Vandam laissant beaucoup à désirer, nous avons été obligés de faire traduire la plus grande partie de ces deux livres à nouveau, donc nous avons préféré traiter avec vous directement pour votre roman La Terre. Et c’est parce que nous traitons directement avec vous, et que nous sommes bien connus de M. George Moore qui est de vos amis, que nous ne croyons pas devoir varier notre mode de paiement18. En même temps nous ne nous blessons pas du tout de ce que vous dites, et nous comprenons très-bien que vous avez à vous plaindre beaucoup des procédés de M. Vandam.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos bien sincères salutations.

Vizetelly & Co.

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 7-8.

F*

42, Catherine Street

Strand, London, W.C.

2 janvier 1888

Monsieur,

  • 19 Voir les lettres A et suivantes.
  • 20 Le lecteur se rappellera que La Terre ne parut pas en feuilleton en Angleterre.
  • 21 Allusion, entre autres, au « Manifeste des cinq », violente diatribe contre La Terre, publiée dans (...)

17Depuis quelque temps déjà nous avons eu l’intention de vous écrire à propos de votre dernier ouvrage La Terre dont nous nous étions arrangés avec vous pour l’édition anglaise19. Lorsque nous avons fait cet arrangement nous ne croyions pas que la républication [sic] dans ce pays offrirait des difficultés. Au reçu de vos feuilles nous les avons fait traduire et composer en type [sic], afin de pouvoir entrer en relations avec les administrateurs de plusieurs journaux pour la publication du roman en feuilleton20. Plus tard nous avons rencontré plusieurs articles de journaux appelant l’attention sur le ton général du livre, et alors nous avons attentivement examiné la traduction que nous avions fait faire, afin de modifier les passages qui pourraient nous causer des embarras avec les autorités ici21.

  • 22 La publication du feuilleton dans le Gil Blas prit fin le 15 septembre 1887, alors que le volume pa (...)

18Lorsque ceci avait été fait des rumeurs nous sont parvenues qui affirmaient que des difficultés étaient survenues dans la publication de l’ouvrage en volume en France. Comme cette publication n’a eu lieu que longtemps après la date premièrement fixée, nous pensions que ce délai était causé par quelque révision du texte pour laquelle vous vous étiez décidé22. Mais lorsque le livre a enfin paru nous avons vu qu’aucun changement, du moins d’importance, n’y avait été fait.

  • 23 La première traduction allemande de La Terre, Mutter Erde, parut en deux volumes à Budapest, chez G (...)
  • 24 Pour de plus amples détails sur la réception critique de Zola en Russie, voir Lescinskaja, G. I. Em (...)
  • 25 Les dépouillements des principaux journaux londoniens n’ont rien révélé. 8. Voir la lettre A, n. 3.

19Pendant ce temps les journaux annonçaient la suppression de l’édition allemande dans l’Allemagne23et l’Autriche et que diverses revues russes avaient été forcées de discontinuer la publication en feuilleton24, et de plus les journaux anglais réclamaient du gouvernement l’interdiction d’une édition anglaise25. Et ces articles continuent de paraître constamment, et nous placent dans une position très-difficile. Vous comprendrez aisément que vu le ton du livre, et tous ces articles qui le condamnent, il nous a été impossible de faire des arrangements avec aucun journal pour la publication du roman en feuilleton.

20En soumettant notre traduction modifiée à un de nos plus grands légistes pour ce genre de question, nous avons été informé [s] que si nous la publions telle qu’elle est on nous poursuivra certainement en police correctionnelle, et qu’il est absolument nécessaire que nous supprimions une partie assez considérable du livre. Cela nous causera une forte dépense, vu que la plus grande partie du livre est déjà imprimée, sans oublier qu’à cause du délai la somme considérable que nous avons dépensée en annonces est pour ainsi dire de l’argent perdu.

21Cela étant, il nous reste à faire de deux choses l’une : ou de supprimer le livre entièrement, et ainsi perdre l’argent qu’il nous a déjà coûté, ou de changer la traduction d’une manière si considérable qu’il n’y aurait pas lieu pour les autorités ici (qui sont bien plus sévères qu’en France) d’en prendre offense. Que nous adoptions l’une ou l’autre de ces alternatives, nous aurons toujours, à ce que nous croyons, une perte à subir, et il nous sera impossible de vous payer le prix que nous nous étions proposé de vous verser si nous avions pu publier le livre sans cette double révision et la perte de la partie de l’édition qui est déjà imprimée.

  • 26 Voir la lettre A, n. 3.

22Nous sommes désireux d’adhérer à notre arrangement avec vous autant que cela est praticable et nous vous faisons les propositions suivantes : Ou nous nous retirerons entièrement de l’affaire et annulerons notre traduction et la partie qui en est imprimée ; ou nous ferons faire les changements nécessaires dans la traduction et publierons le livre de telle façon que les autorités ici n’auront pas à en redire. Dans ce second cas, quoique nous ne pensons [sic] pas que la vente de l’ouvrage nous rapportera aucun bénéfice à cause des frais que cela aura entraînés, et la vente en feuilleton nous ayant été pour ainsi dire prohibée, nous nous proposons de vous verser la somme de 2  000 francs au lieu des 3 000 francs dont il avait été question entre nous26.

23Nous vous prions, Monsieur, de nous faire parvenir votre réponse à ce sujet et, en attendant le plaisir de vous lire, d’agréer nos salutations les plus empressées.

Vizetelly & Co.

À M. Émile Zola

L.a.s., collection particulière.

G*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

Le 10 Janvier 1888

à M. Émile Zola

Monsieur,

  • 27 Voir la lettre précédente. Au dos de la lettre, Zola écrivit au crayon :
    no C4 99439
    The Union Bank o (...)

24Nous avons le plaisir de vous adresser ci-inclus un chèque pour £ 80, soit deux mille francs ; veuillez nous en envoyer un reçu spécifiant que ce paiement est pour le droit de traduire et publier votre roman La Terre en anglais27.

25S’il y avait eu moyen de publier ce roman en feuilleton nous vous aurions très-bien versé les trois mille francs, même si nous n’étions pas parvenus à le placer ; mais vous comprendrez aisément qu’il était tout à fait impossible de rien faire de la sorte avec un tel livre dans un pays comme le nôtre.

  • 28 Voir la lettre F.

26Nous regrettons ce contretemps aussi vivement que vous, car nous pensions faire une bonne affaire avec votre livre, mais vu les attaques dont il a été l’objet de la part d’une foule de journaux28, nous craignons que cela n’est [sic] plus possible.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations les plus empressées.

Vizetelly & Co.

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 9-10.

H*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

Le 13 Janvier 1888

à M. Émile Zola

Monsieur,

27M. Pedro Gill, sur les boulevards, est l’agent de l’Union Bank à Paris. Nous pensions que vous auriez versé le chèque chez votre banquier qui en aurait fait toucher le montant ; cependant, vous pourrez aussi bien le verser chez le Crédit Lyonnais ou la Société Générale, qui ont des représentants ici et qui reçoivent souvent des traites à toucher chez nous.

  • 29 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.
  • 30 Vizetelly fait sans doute allusion au « Land Act » de 1881 qui portait notamment sur la situation a (...)
  • 31 Rappelons que Vizetelly & Co. publia certains des ouvrages les plus controversés de G. Moore, entre (...)
  • 32 Il s’agit d’un frontispice dû à H. Gray, représentant le vieux Fouan menaçant Buteau et accompagné (...)

28Nous vous remercions pour votre offre de votre nouveau roman et nous vous écrirons de nouveau, mais plus tard, à ce sujet29. Quant à La Terre ce n’est pas nous qui avons à redire sur le livre, c’est la presse qui a fait son possible pour l’anéantir. Personnellement nous trouvons le roman excessivement intéressant, surtout la question de la terre qui y est traitée d’une manière à intéresser le public anglais vis-à-vis de la même question en Irlande30. Mais il faut avouer qu’en de certains endroits votre langage est un peu trop franc pour la modeste Albion. Pour vos autres livres dont nous avons fait des traductions, nous avons rendu ces traductions tout-à-fait textuelles, à une ou deux exceptions près. M. Moore vous dira que nous ne sommes pas aisément effarouchés, et que nous publions un grand nombre de livres qu’aucun autre éditeur ici n’oserait mettre en vente31. Nous cherchons toujours à rendre justice à vos ouvrages, et si nous supprimons ou changeons quelquefois un passage, c’est que nous y sommes forcés. Sans doute vous savez très-bien que l’on n’a pas la même licence ici qu’à Paris. Nous avons fait faire une gravure pour illustrer La Terre, par un artiste français, et nous aurons le plaisir de vous en envoyer une épreuve32.

Veuillez agréer, Monsieur, nos bien empressées salutations.

Vizetelly & Co.

  • 33 Il s’agit du Rêve, publié en 1889 chez Charpentier. La traduction anglaise (The Dream) fut due à El (...)

29Voudriez-vous avoir l’obligeance de nous dire si votre prochain roman appartient aux Rougon-Macquart, et quel en est le sujet ? Ce n’est pas sur l’armée n’est-ce pas33 ?

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 11-12.

30I*

42, Catherine Street, Strand, London, W.C.

Le 3 Avril 1888

Monsieur,

  • 34 Voir la lettre précédente, n. 4.

31Nous avons le plaisir de vous adresser une épreuve de la gravure que nous avions fait faire pour La Terre34.

  • 35 C’est-à-dire le même contrat que pour La Terre. Voir la lettre G.
  • 36 Rappelons que la maison Vizetelly & Co. cessa ses activités au cours de l’été 1889, à la suite du p (...)

32Pour ce qui est de votre prochain roman, dont vous nous avez parlé, il y a quelque temps, nous sommes tout disposés à en acquérir les droits exclusifs de traduction et publication en anglais pour la somme de deux mille francs ; et si nous trouvons à le placer en feuilleton, nous vous payerons mille francs en plus, c’est-à-dire trois mille francs en tout35. Nous ferons notre possible pour le placer en feuilleton, mais si nous ne réussissons pas, nous ne pourrions pas vous en offrir plus des deux mille francs. Si nous le plaçons, il est probable que cela ne nous rapportera qu'environ les mille francs que nous vous donnerons. Veuillez réfléchir sur cette offre et nous faire parvenir votre réponse. Si vous l’acceptez, dites-nous vers quelle date nous pourrons publier le roman, et quand vous commencerez à nous en envoyer des épreuves36.

  • 37 Il s’agit de la Convention de Berne signée le 5 septembre 1887. Le traité garantissait aux auteurs (...)
  • 38 Pot-Bouille parut en feuilleton dans Le Gaulois, du 23 janvier au 14 avril 1882, et en volume chez (...)
  • 39 La Lutetian Society publia, en 1895, une nouvelle traduction de Pot-Bouille due à Percy Pinkerton. (...)
  • 40 Il s’agit de L’Assommoir (1877), Nana (1880), Pot-Bouille (1882), Au Bonheur des dames (1883), La J (...)

33Vous savez sans doute que la nouvelle convention littéraire vous donne, depuis le mois de Décembre dernier, les droits d’auteur ici sur ceux de vos ouvrages qui ont ete publiés pendant les six dernières années en France37. Avant cette convention le plus grand nombre de vos ouvrages était, quant à l’Angleterre, dans le domaine public. Et cette convention fait exception pour les traductions qui avaient déjà parues. Nous ne savons pas au juste lesquels de vos livres ont été premièrement publiés dans ce délai de temps ; mais il en est un, Pot-Bouille, lequel nous croyons rentre dans cette catégorie. N’est-ce pas que cet ouvrage a premièrement paru vers 188138 ? Si cela est ainsi, nous sommes tout prêts à vous en acheter les droits pour l’Angleterre, si toutefois cela vous est agréable. Bien entendu, nous ne pourrions pas vous payer une forte somme pour ces droits. L’ouvrage est maintenant pour ainsi dire ancien, et notre traduction a été publiée dans le temps où le livre était dans le domaine public. Le seul avantage que nous avons à acquérir ces droits c’est que nous pourrions alors empêcher qu’on en fasse ici de nouvelles traductions, ce qui est du reste peu probable39. Si vous le voulez bien nous vous donnerons 300 frs. pour ces droits. Si vous acceptez cet [sic] offre, veuillez nous dire en nous répondant lesquels de vos livres ont premièrement paru depuis 1878, surtout en feuilleton, et nous verrons alors si nous pourrons vous les acheter aussi40. Les livres publiés avant cette époque restent dans le domaine public. Nous avons déjà acquis les droits pour les ouvrages suivants :

Au Bonheur des Dames — Germinal — L’Œuvre — La Terre

34En attendant le plaisir de vous lire nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos bien sincères salutations.

Vizetelly & Co.

L.a.s., British Library, Add. 74212, fos 13-14.

Notes

1 Ceci est la première lettre que nous possédons de la maison d’édition Vizetelly & Co. au romancier.

2 Le romancier irlandais agissait comme intermédiaire entre Zola et la maison Vizetelly depuis 1884, époque où Zola négociait avec W.T. Madge, directeur du People, pour la publication en feuilleton de la traduction anglaise de Germinal (→ CZ, V, lettres 181 et 380). Sur George Moore, qui était également publié par la maison Vizetelly, voir la lettre 1, n. 10 de la présente édition.

3 Dans une lettre datée du 15 août 1886, Zola annonça à Moore qu’il pensait terminer la rédaction de La Terre à la fin du mois de mars 1887 : « Voyez tout de suite, ajouta-t-il, ce que votre éditeur m’offrirait pour la propriété de la traduction anglaise » (CZ, V, 1. 380). « Mon éditeur vous propose 3 000 francs, répondit Moore dans une lettre non datée. [...] Si vous [êtes] décidé d’accepter l’offre du sieur Vizetelly, écrivez-lui tout de suite » (B.N., MSS, n.a.f. 24522, f° 411).

4 Comme on le sait, La Terre lut le dernier des quinze romans de Zola publiés par la maison Vizetelly & Co. (→ lettre 1, n. 9 et Introduction de la présente édition).

5 Cette lettre, ainsi que les 8 lettres qui suivent, est écrite sur papier à en-tête de la maison H. Vizetelly & Co., Publishers, 42 Catherine Street, Strand, Londres. L’en-tête, couronné par le sigle de la maison Vizetelly, porte des annonces pour les romans de E.C. Grenville-Murray et George Sala, best-sellers de la maison Vizetelly, ainsi que des annonces publicitaires pour la traduction anglaise de Salammbô et de Madame Bovary, de Sappho, Le Maître de forges, Crime et châtiment et Anna Karénine.

6 Le premier feuilleton de La Terre parut dans le Gil Blas du 25 mai 1887.

7 La lettre de Zola n’a pas été retrouvée ; mais dans sa biographie de Zola, Emile Zola, Novelist and Reformer, Ernest Vizetelly cite le texte qu’il reçut de Zola, daté du 24 mars 1887, et qu’il avait lui-même traduit en anglais : « La Terre will treat of the French peasant’s passion for the soil, his long struggle to acquire possession of it, his crushing labour, his brief joys and his great wretchedness. He will be studied too in connection with religion and politics, his present condition being explained by his past history ; even his future will be indicated, that is the part he may possibly play in a Socialist revolution. All that, of course, will lie beneath the drama unfolding in the book, the drama of a father dividing his land among his children before his death, whence slow and abominable martyrdom will ensue, a perfect tragedy setting some sixty characters, an entire village of La Beauce, in motion ; without counting a secondary plot, the passionnel side of the story, a quarrel between two sisters, separated by the advent of a man, still and ever in connection with a question of land. To sum up, I wish to do for the peasant what I did in L’Assommoir for the Paris workman, that is, recount his history, manners, passions, and sufferings, such as environment and circumstances have fatally made them. » (Vizetelly, 1904, p. 231-232).
On reconnaît dans ce texte de nombreux passages repris du « prière d’insérer » qui parut dans le Gil Blas du 16 mai, afin de présenter le nouveau roman aux lecteurs : « La Terre est une étude du paysan français : son amour du sol, sa lutte séculaire pour le posséder, ses travaux écrasants, ses courtes joies et ses grandes misères. Et cela, dans un drame poignant, toute une action tragique, qui met en branle un village entier, près de cinquante types pris sur nature, comiques ou douloureux, attendris ou terribles. En somme, l’auteur a tenté de faire pour le paysan, dans La Terre, ce qu’il a fait pour le peuple industriel, dans L’Assommoir et dans Germinal : écrire son histoire, dire ses moeurs, ses passions, ses souffrances, sous la fatalité du milieu et des circonstances sociales. »

8 Dans The Athenaeum du 11 février 1888, on trouve l’annonce suivante : « Vizetelly & Co. New Books : M. Zola’s much discussed novel. Now ready, in crown 8vo. 6s. The Soil (La Terre) by Émile Zola. With a frontispiece by H. Gray ». Il ne semble exister aucune autre annonce entre le début février et le 30 mars 1888 dans les journaux londoniens.

9 Le catalogue Vizetelly & Co. de mars 1887 (inséré dans Dr. Phillips, de F. Danby, pseudonyme de la romancière Julia Frankau) annonce la parution (« to be ready during June ») de La Terre.

10 Voir les lettres A et B de la présente série.

11 Voir la lettre B. On remarquera que la réponse de Zola (→ lettre précédente, n. 2) date du 24 mars 1887.

12 Lettre non retrouvée. Il s’agit selon toute vraisemblance des épreuves de La Terre, dont la publication en feuilleton devait commencer à Paris dans le Gil Blas du 25 mai.

13 Allusion à la publication de Germinal et de L’OEuvre dans The People et à l’achat des droits de publication en volume par la maison Vizetelly & O). Voir la lettre 13, n. 5 de la présente édition. Pour ce qui est du règlement de compte de Zola, on trouve à la première page de cette lettre une note de la main de Zola : « la moitié au milieu — la moitié à l’avant-dernier envoi ». Voir la lettre suivante.

14 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.

15 Zola reçut de M. Madge, co-propriétaire des journaux The Globe et The People, la somme de 1000 francs. Voir CZ, V, 1.121.

16 Nous ne possédons aucun renseignement sur ces négociations entre A. Vandam et les propriétaires du journal.

17 Dans Émile Zola, Novelist and Reformer, Vizetelly précise : « Under date Nov. 20,1884, Zola sold all his rights in Germinal for Great Britain to Mr. W.T. Madge, manager of The People. Vizetelly & Co. acquired book rights from the latter and published a fuller translation. Their rights were subsequently purchased by E.A. Vizetelly and sold by him to Chatto and Windus » (p. 221, n. 2).

18 Voir la lettre D, n. 2.

19 Voir les lettres A et suivantes.

20 Le lecteur se rappellera que La Terre ne parut pas en feuilleton en Angleterre.

21 Allusion, entre autres, au « Manifeste des cinq », violente diatribe contre La Terre, publiée dans Le Figaro du 18 août 1887. Voir l’introduction de la présente édition, n. 21.

22 La publication du feuilleton dans le Gil Blas prit fin le 15 septembre 1887, alors que le volume parut le 15 novembre, chez Charpentier. Dans une lettre à Jacques van Santen Kolff, en date du 30 octobre 1887, Zola écrivit : « Si La Terre n’a paru et ne paraîtra que le 15 novembre, c’est tout simplement que le volume n’est pas prêt. J’ai été pris de grandes paresses, j’ai traîné pour les corrections littéraires que j’ai l’habitude de faire sur les feuilletons ; et c’est ainsi que les épreuves sont restées sur ma table de travail » (CZ, VI, 1.156).

23 La première traduction allemande de La Terre, Mutter Erde, parut en deux volumes à Budapest, chez Gustav Grimm en 1888. La traduction fut due à Armin Schwarz.

24 Pour de plus amples détails sur la réception critique de Zola en Russie, voir Lescinskaja, G. I. Emil'Zolja. Bibliograficeskij ukazatel'russkix perevodov i kriticeskoj literatury na russkom jazyke 1865-1974. Moscou, Izd. Kniga, 1975. [Emile Zola. Index bibliographique des traductions russes et de la littérature critique en langue russe : 1865-1974. 4420 entrées — bibliographie analytique]. Voir aussi Baguley, 1976. Les dépouillements des principaux

25 Les dépouillements des principaux journaux londoniens n’ont rien révélé. 8. Voir la lettre A, n. 3.

26 Voir la lettre A, n. 3.

27 Voir la lettre précédente. Au dos de la lettre, Zola écrivit au crayon :
no C4 99439
The Union Bank of London
Chancery Lane Branch

28 Voir la lettre F.

29 Nous ne possédons pas cette lettre de Zola.

30 Vizetelly fait sans doute allusion au « Land Act » de 1881 qui portait notamment sur la situation agraire en Irlande et sur la division des terres entre les fermiers et les propriétaires terriens.

31 Rappelons que Vizetelly & Co. publia certains des ouvrages les plus controversés de G. Moore, entre autres A Mummer’s Wife (1885) et A Drama in Muslin (1886).

32 Il s’agit d’un frontispice dû à H. Gray, représentant le vieux Fouan menaçant Buteau et accompagné de la légende suivante : « Hold your tongue or I strike. Am I not the master ? » 5.

33 Il s’agit du Rêve, publié en 1889 chez Charpentier. La traduction anglaise (The Dream) fut due à Eliza Chase, et publiée en 1893 chez Chatto & Windus. Pour plus de détails sur la traduction du Rêve, voir CZ, VI, lettre 212 et suivantes.

34 Voir la lettre précédente, n. 4.

35 C’est-à-dire le même contrat que pour La Terre. Voir la lettre G.

36 Rappelons que la maison Vizetelly & Co. cessa ses activités au cours de l’été 1889, à la suite du procès intenté à La Terre.

37 Il s’agit de la Convention de Berne signée le 5 septembre 1887. Le traité garantissait aux auteurs provenant d’un des pays de l’Union (soit l’Empire britannique, la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Suisse, la Tunisie et Haïti) les mêmes droits que ceux dont jouissaient les auteurs du pays où était publié l’ouvrage. De plus, « [t]he rights conferred included the sole right of making a translation of the work for ten years of its first publication. The Convention was retrospective ; that is to say, it applied to copyright Works published before its coming into existence, each country being allowed to protect vested interests, or copies already made by others, as it should think best ». Dans ce contexte, on comprend pourquoi Vizetelly & Co. souhaitait obtenir les droits pour les œuvres de Zola.

38 Pot-Bouille parut en feuilleton dans Le Gaulois, du 23 janvier au 14 avril 1882, et en volume chez Charpentier, le 12 avril. Selon King, la première traduction anglaise parut chez Vizetelly & Co. en 1885 (1978, p. 392).

39 La Lutetian Society publia, en 1895, une nouvelle traduction de Pot-Bouille due à Percy Pinkerton. Sur cette traduction, voir la lettre 40, n. 1 de la présente édition.

40 Il s’agit de L’Assommoir (1877), Nana (1880), Pot-Bouille (1882), Au Bonheur des dames (1883), La Joie de vivre (1884), Germinal (1885), L’Œuvre (1886), La Terre (1887), Le Rêve (1888).

Table des illustrations

Légende Ernest Alfred Vizetelly, tiré de My Days of Adventure. The Fall of France, 1870-71, London, Chatto & Windus, 1914.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search