Version classiqueVersion mobile

Mon cher Maître

 | 
Dorothy Speirs
, 
Yannick Portebois

Introduction

Texte intégral

Strange bed-fellows...

1On ne peut guère imaginer deux hommes plus différents que les deux protagonistes de cette correspondance, que pourtant bien des choses liaient. Ernest Alfred Vizetelly, d’origine italienne, fils d’un éditeur connu, perdit tout à la suite des deux procès subis par son père et se vit dans l’obligation de se reconstruire une carrière à l’âge de trente-cinq ans, alors qu’il était déjà chargé de famille. Émile Zola, fils d’émigrants italiens, fit seul son chemin et sa gloire ne fut due qu’à des années de labeur acharné, en dépit des difficultés. La rencontre laisse rêveur. Étrange dialogue que cette correspondance, où le romancier ne répond pas toujours à son traducteur. Où le traducteur plaide, supplie, menace, tempête, tour à tour...

  • 1 Nous n’incluons pas les lettres A à I qui, même si sept d’entre elles portent la signature E.A.V., (...)
  • 2 Voir les lettres 40 à 43.
  • 3 Voir les lettres 178,179,181,182.
  • 4 Voir la lettre 163, où Vizetelly dit avoir détruit les lettres « compromettantes » de Zola : « Vous (...)

2D’entrée de jeu, deux éléments retiennent l’attention. D’abord, il s’agit d’une correspondance inégale. Aux 186 lettres de Vizetelly, correspondent 82 lettres (connues) de Zola1. On est parfois même étonné du silence de l’écrivain, considérant la teneur des lettres du traducteur, qui réclamait avec insistance une réponse. L’affaire de la Société lutétienne est révélatrice à cet égard2, de même que la querelle qui opposa Ernest à son frère Edward à propos de certains droits de traduction3. Zola garda bien souvent une sorte d’obstiné silence, alors qu’un mot de sa part aurait suffi à aplanir bien des difficultés. L’on sait que Vizetelly a détruit bon nombre des lettres, missives et mots de l’exil, sans doute pour des raisons de discrétion sur la vie privée de Zola4. Des notes qui subsistent du séjour de Zola en Angleterre (durant l’exil forcé, à cause de l’affaire Dreyfus), on comprend que Vizetelly fut parfois placé dans une position délicate, allant reconduire Jeanne, Denise et Jacques Rozerot à la gare (la maîtresse et les enfants de Zola), pour ensuite, quelques jours plus tard, aller accueillir Alexandrine Zola (l’épouse de Zola) à la même gare. Mais la disparition de ces lettres du romancier n’explique qu’en partie certaines lacunes de correspondance.

  • 5 Albert Laborde à Amélie Laborde, CZ, X, p. 31.
  • 6 Le 31 octobre 1900, alors que la maison Chatto & Windus lui offrait la traduction de Travail, Vizet (...)
  • 7 Vizetelly s’en expliqua dans Emile Zola, Novelist and Reformer. An Account of His Life & Work, by E (...)
  • 8 Voir la lettre 170.
  • 9 Voir la lettre 161, n. 2, la lettre 163, n. 6 et la lettre 166. Alain Pagès souligne qu’à partir de (...)

3Deuxièmement, le lecteur est frappé par l’omniprésence des questions d’argent dans cette correspondance entre un auteur et son traducteur, qui se veut aussi son agent littéraire, son chargé de relations publiques, etc. Ce n’est pas là chose fortuite. Zola doit soutenir quatre maisons : rue de Bruxelles, domicile officiel ; rue du Havre, là où vivaient Jeanne et les enfants ; Médan, la maison de campagne où il séjournait avec Alexandrine ; et Verneuil, maison de campagne louée pour Jeanne et les enfants. Prouesse administrative qui entraîne chez Zola une attention constante aux questions financières et une vigilance accrue à l’endroit des rentrées régulières des fonds. De plus, les prises de position de Zola lors de l’affaire Dreyfus entraînèrent une gêne momentanée et l’on se souviendra que l’éditeur Eugène Fasquelle racheta une table appartenant à l’écrivain pour la somme de 32 000 francs afin d’éviter la mise en vente du mobilier complet à la suite des poursuites intentées contre Zola. D’ailleurs, après le retour d’exil, le ménage Zola connaissait des difficultés financières dont Alexandrine se plaignait, estimant nécessaire de vendre Médan, ce à quoi Zola s’opposera5. Vizetelly, quant à lui, paraît toujours à court de ressources, ses articles dans les journaux et ses traductions suffisant à peine à nourrir sa famille6. La ruine de la maison Vizetelly & Co. l’avait très sérieusement atteint sur le plan professionnel7. Sa situation financière était difficile, à en juger par le ton alarmiste de ses lettres (à ce jour, notre seule source d’information), par les demandes répétées de partage des bénéfices, par les calculs de pourcentage, et parfois même par des initiatives qui altéreront les rapports entre les deux hommes. Zola continuera de confier les traductions de ses romans, au moins pour la Grande-Bretagne, à Vizetelly, plaidant la cause du traducteur auprès des éditeurs8. Il l’aidera bien souvent à vendre son travail aux États-Unis, en dépit des difficultés causées par l’absence de législation protégeant les droits d’auteur et de traducteur entre les deux pays. Mais il se chargera lui-même des négociations avec les éditeurs et les journaux à partir de 1897, ce dont Vizetelly mettra un certain temps à se rendre compte9.

La famille Vizetelly

  • 10 An Account of the Vizetelly Family, completed for Private Circulation by Ernest Alfred and Francis (...)

4On ne sait que peu de chose sur Vizetelly & Co. car il ne demeure que très peu des archives de l’entreprise, sans doute dispersées après les procès retentissants de 1889. Par contre, Ernest Vizetelly a laissé un précieux document racontant l’histoire de la famille Vizetelly depuis le XVIe siècle10.

5Ce manuscrit autographe de 16 feuillets fut rédigé par Ernest Alfred, en collaboration avec son frère Francis Horace Vizetelly. Les deux frères y décrivirent les origines de la famille Vizetelly à Ravenne et ensuite à Venise, où elle s’établit et ouvrit une manufacture de verre. C’est en 1557 que Jacopo Vizzetelli s’installa à Londres et qu’il y installa la première verrerie anglaise. Selon la tradition familiale, la verrerie Vizzetelli créa, vers 1673, une imitation de la célèbre « galerie des glaces » du palais de Versailles pour George Villiers, deuxième duc de Buckingham. Elle fut installée dans la résidence londonienne du duc, York House.

  • 11 Le fils de James Henry Vizetelly, Henry Vizetelly (celui-là même qui allait publier Zola dans les a (...)
  • 12 Selon An Account of the Vizetelly Family, la maison Vizetelly & Co. publia non seulement une traduc (...)
  • 13 Ernest accompagna souvent son père Henry lors de ses déplacements dans Paris occupé, ainsi qu’il le (...)

6Au début du dix-huitième siècle, Alexander Vizzetelîy épousa une Anglaise, Mary Wayman, dont le père était libraire. À partir de 1760, il n’est plus question de verrerie dans les archives familiales, mais plutôt d’imprimerie : en 1804, James Henry Vizetelly (1790-1840), grand-père des auteurs du document, devint apprenti à l’imprimerie Cox & Baylis à Londres et, en 1811, s’établit imprimeur lui-même, sous la raison sociale Vizetelly, Branston & Co.11 James Henry Vizetelly eut trois fils, James Thomas George (1818-1897), Henry Richard (1820-1894) et Frank (1830-1883). Lors de la mort de leur père, en 1840, James et Henry établirent Vizetelly Brothers & Co., Printers and Engravers à Londres et imprimèrent plusieurs ouvrages importants, dont l’édition Orr en trois volumes de l’oeuvre de Shakespeare, illustrée par Kenny Meadows. Des livres portant l’imprimatur « Vizetelly & Co. » parurent pour la première fois à Londres dans les années 1850, notamment une traduction de Napoléon le Petit de Victor Hugo, offerte en édition populaire (« People’s Shilling Edition »12). En 1865, Henry Vizetelly s’établit à Paris avec sa famille en tant que correspondant du Illustrated London News, et collaborant simultanément à la Pall Mall Gazette. Durant la guerre franco-allemande, il envoya des rapports et des dessins aux journaux londoniens, par l’intermédiaire des ballons de Nadar13. De retour à Londres en 1880, Henry Vizetelly renoua avec le monde de l’édition, aidé de deux de ses fils, Arthur et Frank. Henry Vizetelly eut, de deux mariages, onze enfants, dont cinq n’atteignirent pas l’âge de dix ans. Des enfants survivants, Adrien (1845-1874) fit une brève carrière d’architecte et Annie (1862-1930) devint gouvernante et ensuite professeur de lycée en Russie ; Edward (1847-1903), Arthur (1855-1916), Frank (1864-1938) et Ernest Alfred (1853-1922), quant à eux, se consacrèrent tous les quatre au journalisme et à la littérature.

Les premiers rapports de Zola avec Vizetelly & Co (1880-1889)

  • 14 Emile Zola, Novelist and Reformer, p. 249.

7Henry Vizetelly avait séjourné en France au moment où la littérature réaliste et naturaliste prenait son essor et il avait été séduit par les idées nouvelles. Lorsqu’il revint à Londres, en 1880, il était toujours sous l’influence de cette littérature. Ayant repris la direction de Vizetelly & Co., il lança une nouvelle collection, intitulée « Popular French Novels », comprenant des traductions des romans et contes de Daudet, Theuriet, About, Sand et Mérimée, entre autres. Malgré quelques succès, comme le Carmen, de Mérimée, et en dépit d’une intense campagne publicitaire, les ventes furent décevantes : Henry Vizetelly se rendit vite compte, selon Ernest, « that if French fiction was to be offered to English readers at all, it must at least be sensational14 ». La collection qui suivit, dont les ouvrages se vendaient 1 shilling, proposa des oeuvres de Gaboriau et de Boisgobey, qui devinrent tout de suite des best-sellers pour Vizetelly & Co. Mais ce ne furent ni les oeuvres de Boisgobey ni celles de Gaboriau qui devaient assurer la renommée de Vizetelly & Co. — ou du moins une notoriété durable — dans le monde de l’édition britannique victorienne.

8Dans les années 1880, la réputation d’Émile Zola commençait tout juste à traverser la Manche. Le marché anglais fut alors brusquement inondé de traductions pirates américaines des œuvres du romancier français, traductions qui s’enlevaient sitôt leur mise en vente en Angleterre. Il va sans dire que ces traductions se vendaient uniquement chez des libraires non autorisés : Zola (et le naturalisme), dans l’Angleterre victorienne, était synonyme de « pornographie » et aucun de ses romans ne circulait « officiellement ». On se rappellera en effet que les Mudie’s et les Smith’s, les plus puissantes des « circulating libraries » de l’époque, avaient le monopole de la distribution et de la vente des œuvres romanesques en Angleterre.

  • 15 King, 1978, p. 231.

9Mudie avait lancé sa « Select Library » à Londres en 1842 et, dix ans plus tard, son système avait bouleversé le monde de l’édition. La clé de voûte de ce système, c’était le roman en trois volumes, innovation éditoriale due à Mudie lui-même. Publier un livre en trois volumes, c’était, bien entendu, en interdire l’achat au lecteur moyen — pour cause de prix élevés —, le forçant ainsi à se diriger vers la « circulating library » la plus proche. Au fur et à mesure que les « circulating libraries » se multiplièrent en Angleterre, avec quelque 7,5 millions de volumes en 1890, l’influence de Mudie crut proportionnellement auprès des éditeurs et des auteurs. En fait, on peut dire qu’entre 1850 et 1890, les « circulating libraries » jouissaient d’un monopole sur l’ensemble du territoire anglais dans le domaine de la vente et de la distribution des oeuvres romanesques anglaises. De plus, Mudie et Smith n’hésitaient pas à jouer le rôle d’arbitres en ce qui touchait la moralité des ouvrages mis en circulation : si un ouvrage ne se prêtait pas à la consommation familiale, il était rapidement rayé des listes de Mudie et de Smith, ce qui faisait du système des « circulating libraries » une forme de censure littéraire fort efficace. Mudie lui-même prétendait qu’en rejetant des ouvrages qui froissaient la moralité victorienne, il répondait à la volonté des lecteurs « to have a barrier of some kind between themselves and the lower floods of literature15 ». La « Select Library » portait bien son nom...

Les procès (1888 et 1889)

  • 16 Voir la lettre A.
  • 17 Griest, 1970, p. 83. Mudie achetait généralement de grandes quantités d’un même ouvrage : 3 250 exe (...)
  • 18 Voir la lettre I.
  • 19 King, p. 232, et Griest, 1970, en particulier le chapitre 3.

10C’est dans ce climat de rigueur morale que Zola fit officiellement son entrée en Angleterre grâce au romancier George Moore, qui servit d’intermédiaire entre le romancier et Henry Vizetelly16. Notons que George Moore, bien qu’il ne fût pas la seule victime des « circulating libraries », avait été particulièrement malmené par le système : Mudie avait blackboulé son premier roman, A Modem Lover (1883), n’en avait acheté que cinquante exemplaires et ne le prêtait que sur demande express des abonnés, ainsi que Mudie lui-même l’expliqua à Moore17. Suivant les conseils de Moore, Henry Vizetelly lança une collection de « realistic fiction », comprenant des romans écrits par des « English and foreign authors of repute ». Vizetelly, à qui les traductions de Sand et de Daudet n’avaient pas rapporté grand-chose, se souvint de l’accueil bruyant que le public parisien avait réservé à la parution de L’Assommoir, en 1877. Il en acheta rapidement les droits de traduction en anglais, de même que ceux de Nana. Il publia les deux romans en 1884, qui furent vendus directement au public — sans l’intermédiaire de Mudie, donc —, dans un format bon marché, et en un seul volume. Les deux romans connurent un grand succès et Henry Vizetelly signa par la suite un accord avec Zola pour l’achat des droits de traduction en anglais de tous ses ouvrages, déjà parus et à venir18. King fait remarquer que cette entente fut une des premières attaques dirigées contre le système du roman en trois volumes, qui disparut d’ailleurs avant la fin du siècle19.

11Bien au courant du goût du public anglais victorien, Vizetelly présenta son nouvel auteur comme une sorte de Charles Dickens français, c’est-à-dire comme un grand moraliste. Afin d’éviter d’éventuelles accusations d’obscénité, sinon de pornographie, Henry effectua coupures et modifications dans les romans et il fit également composer des préfaces (le plus souvent anonymes), dans lesquelles était souligné le caractère strictement moral des ouvrages. Ainsi, pour la préface de L’Assommoir :

[Zola] is one of the most moral novelists of France, and it is really astonishing how any one can doubt this. He makes us note the smell of vice, not its perfume ; his nude figures are those of the anatomical table, which do not inspire the slightest immoral thought ; there is not one of his books, not even the crudest, that does not leave in the soul, pure, firm and immutable aversion or scorn for the base passions of which he treats. Brutally, pitilessly, and without hypocrisy, he strips vice naked, and holds it up to ridicule, standing so far off from it that he does not graze it with his garments. Forced by his hand, it is Vice itself that says : ‘Detest me and pass by !’. His novels, he himself says, are really ‘morals in action.’ The scandai which cornes from them is only for the eyes and ears. And as he holds back, as a man, from the mire in which his pen is dipped, so does he, as a writer, keep completely aloof from the characters which he has created. Herein lies his greatest merit. He has flung into the air with one kick all the toilet articles of literature, and has washed with a dish-cloth the bedizened face of Truth.

12Malgré les assurances des préfaciers de la maison Vizetelly cependant, les protestations contre la publication des oeuvres de Zola en Angleterre augmentaient, notamment de la part de l’« establishment » littéraire anglais. Alfred Lord Tennyson, par exemple, dans Locksley Hall, six years after, inventa un nouveau terme, afin d’exprimer son mépris :

Rip your brothers’ vices open, strip your own foul passion bare ; Down with Reticence, down with Reverence — forward — naked — let them stare —
Set the maiden fancies wallowing in the troughs of
Zolaism,
Forward, forward, ay and backward, downward too into the abysm.

13En dépit de ces oppositions, la maison Vizetelly & Co. prospéra : en 1887, on vendait mille exemplaires par semaine des romans de Zola. À cette époque, trois des quatre fils Vizetelly travaillaient pour leur père : Arthur et Frank assuraient la direction de la maison et Ernest Alfred, le cadet, fut embauché comme éditeur et traducteur. À la fois plus conservateur et plus craintif que son père, Ernest était préoccupé par les réactions négatives des Britanniques à l’endroit du naturalisme français. Néanmoins, lorsque Henry Vizetelly reçut de Zola une lettre annonçant un nouveau roman de la série des Rougon-Macquart, consacré cette fois à la classe paysanne, les Vizetelly se réjouirent d’avance de leur prochain best-seller.

  • 20 Vizetelly, 1904, p. 254. Voir aussi la lettre H.

14Sitôt le manuscrit de La Terre reçu cependant, le traducteur de la maison fit remarquer à Henry Vizetelly que le roman dépassait les bornes acceptables. Henry demanda par conséquent à son fils de revoir le texte : Ernest fut immédiatement frappé par « the boldness of the story, which seemed to surpass in outspokenness any of the novelist’s previous works20 », ce qui l’amena à recommander des coupures et des modifications supplémentaires.

  • 21 Le « Manifeste des cinq » parut dans Le Figaro du 18 août 1887. Il était signé par Paul Bonnetain, (...)

15En même temps qu’arrivait le dernier paquet d’épreuves de La Terre chez Vizetelly & Co. arrivaient également des rapports sur le scandale provoqué par la publication du roman à Paris. Un groupe de cinq jeunes écrivains avaient dénoncé Zola comme pornographe — en première page du Figaro — dans leur « Manifeste des cinq »21 Malgré la réaction française au roman, Henry Vizetelly opta pour la publication de The Soil : la décision allait entraîner la chute de la maison.

  • 22 Henry Vizetelly, 1894, p. 432.
  • 23 Comme le rappelle Felice Flanery Lewis, ce que les censeurs craignaient par-dessus tout, c’était «  (...)

16Henry Vizetelly l’affirma dans son volume de souvenirs, Glances Back through Seventy Years : « The persecution by a band of fanatics brought about my pecuniary ruin22 » L’éditeur, alors âgé de soixante-neuf ans, devint la cible des attaques de W.T. Stead, rédacteur en chef de la Pall Mall Gazette (à laquelle avait pourtant collaboré Henry Vizetelly), et des dirigeants de la National Vigilance Association. La campagne contre Vizetelly débuta par un article de Stead, en mars 1888, dans lequel ce dernier prétendait que les éditeurs anglais de Zola n’avaient fait aucun effort pour expurger des romans immondes et que Vizetelly se contentait de s’enrichir en mettant en marché pareils déchets23.

17Malgré les protestations de Vizetelly, la National Vigilance Association contacta ensuite Samuel Smith, député de Flintshire, qui soumit la plainte à la Chambre des communes, où le débat sur la question s’ouvrit le 8 mai 1888. Samuel Smith se donna pour tâche d’expliquer à ses confrères ce qu’était le mouvement réaliste en France :

  • 24 Ernest précisa qu’en 1888, Vizetelly & Co. « were selling all the novels that Zola had written, wit (...)

Zola is its Prophet. Realism, according to latter-day French lights, means nothing short of sheer beastliness ; it means going out of the way to dig up foul expressions to embody filthy ideas ; it means not only the insinuations of petty intrigue, but the laying bare of sores in their most loathsome forms. In a word, it is dirt and horror pure and simple ; and the good-humoured Englishman, who might smilingly characterize the French novel as ‘rather thick’will be disgusted and tired with the inartistic garbage which is to be found in Zola’s La Terre. Yet Messrs Vizetelly, of Catherine Street, Strand, are allowed with impunity to publish an almost word for word translation of Zola’s bestial chef d’oeuvre24.

18Smith cita ensuite un article du Sentinel, dans lequel il était question d’un garçon de quatorze ans qu’on avait surpris en train d’examiner un exemplaire de The Soil — ouvert — dans la vitrine d’une librairie. « The matter was of such a leprous character », dit Smith, « that it would be impossible for any young man who had not learned the Divine secret of self-control to have read it without committing some form of outward sin within twenty-four hours after ! » « Now », conclut-il, « are we to stand still while the country is corrupted by literature of this kind ? Are we to wait until the moral fibre of the English race is eaten out, as has almost happened to the French ? Look what such literature has done for France — it overspread that country like a torrent, and its poison is destroying the whole national life. Indeed, France today is rapidly approaching the condition of Rome at the time of the Caesars ! » À la fin du plaidoyer de Smith, les députés présents approuvèrent avec enthousiasme sa recommandation selon laquelle la loi contre les publications obscènes devait être raffermie.

  • 25 Qui eut lieu à l’Old Bailey le 31 octobre 1888. Sir Edward Clarke, futur défenseur d’Oscar Wilde, a (...)
  • 26 Ce travail de « bowdlerization » des grands textes anglais avait pourtant été entrepris dès le débu (...)

19C’est à l’automne de 1888 qu’on intenta un procès à Henry Vizetelly pour avoir publié trois romans obscènes : Piping Hot ! (Pot-Bouille), The Soil (La Terre) et Nana. Vizetelly s’expliqua longuement dans une lettre qu’il adressa au Prosecuting Treasury Solicitor, mais son cas était perdu d’avance : plusieurs grands quotidiens avaient pris fait et cause pour la National Vigilance Association qui, elle, chantait victoire depuis le premier jour. Malgré cette opposition écrasante, Henry Vizetelly ne se découragea pas : travaillant jour et nuit avant son procès25, il réussit à publier un livre, composé d’extraits des ouvrages des plus célèbres écrivains anglais, dont Shakespeare, Dryden, Congreve, Swift et Fielding, qu’il intiintitula : Extracts Principally front the English Classics : showing that the legal suppression of M. Zola’s novels would logically involve the bowdlerising of some of the greatest works in English Literature. Il y posait la question suivante : si le jury trouvait que les romans de Zola étaient en effet obscènes, comment pourrait-on permettre aux éditeurs anglais de continuer à publier les ouvrages qu’il citait dans son volume, étant donné qu’ils étaient, à son sens, tout aussi « obscènes » que les oeuvres de Zola26 ?

20Le jour du procès, lorsque Sir Edward Clark commença à lire à haute voix devant l’assemblée des passages de la traduction anglaise de La Terre, on comprit tout de suite que Vizetelly était perdu. L’avocat de Vizetelly modifia le plaidoyer de son client : Vizetelly plaida coupable, et demanda l’indulgence de la Cour. Sir Edward Clarke n’exigea pas que Vizetelly fût emprisonné, et l’éditeur fut condamné à 100 livres d’amende.

  • 27 Voir Vizetelly, 1904, p. 262 ; 285-286, qui souligna que, dès mars 1888, le public anglais fut amen (...)

21Malheureusement, Vizetelly n’était pas au bout de ses peines. Quelques mois plus tard, bien qu’il eût fait modifier certaines traductions des romans de Zola par Ernest, Henry Vizetelly fut de nouveau assigné à comparaître devant la Cour, cette fois pour tous les romans de Zola que la maison Vizetelly & Co. avait à son catalogue, de même que pour d’autres ouvrages « réalistes » : The Assommoir, Germinal, Fat and Thin, The Rush for the Spoil, Abbé Mouret’s Transgression, How Jolly Life is !, The Fortune of the Rougons, His Excellency E. Rougon ; Madame Bovary, de Flaubert ; A Love Crime, de P. Bourget ; A Woman’s Life et A Ladies’Man, de Maupassant27. Lors de ce second procès, l’avocat de Henry Vizetelly lui apprit que, selon lui, aucune défense n’était valable. Abasourdi, Vizetelly plaida coupable, et fut condamné à trois mois de prison, à Pentonville. Malgré une pétition signée par George Du Maurier, Thomas Hardy, Rider Haggard, Havelock Ellis et Henry Irving, entre autres, Vizetelly, vieilli et souffrant, n’obtint aucune diminution de peine.

22Pendant cette période trouble, la maison Vizetelly & Co. connut de grandes difficultés : les entrepôts de la maison regorgeaient de traductions des romans de Zola qui ne se vendaient plus, les créanciers réclamaient qu’on règle leurs comptes. À cause du procès, les libraires anglais refusaient de vendre les livres de la maison Vizetelly & Co. : la maison dut cesser ses activités.

23Zola demeura relativement indifférent à toute l’affaire. Dans une entrevue donnée au Figaro, le 14 septembre 1889, il déclara :

  • 28 Voir Speirs et Signori, 1990, p. 43-44.

Nous autres, Français, nous nous soucions bien peu de ce qu’on pense de nous à l’étranger. C’est un vice ; je suis des premiers à le reconnaître. [...] Et pour ce qui tient à l’opinion des étrangers sur mon compte, je suis demeuré malheureusement très Français. Toutes les fois qu’on m’annonce la saisie d’une traduction de mes livres, j’accueille la nouvelle avec la plus parfaite indifférence. [...] En tout cas, je n’avais traité que pour La Terre, avec l’éditeur. L’aventure arrivée à ce malheureux est bien pénible, d’autant plus qu’il est très âgé, à ce qu’on m’a appris. Mais ces mesures arbitraires n’ont, je crois, aucune signification au point de vue artistique. La littérature n’a rien à y voir. Elle passe au-dessus. Nous avons simplement affaire, là, à des moeurs spéciales. Et cela saute aux yeux, dès l’abord, car c’est une société, une assemblée de sectaires qui a dirigé les poursuites, n’est-ce pas28 ?

  • 29 Vizetelly, 1904, p. 284.

24Ernest Vizetelly jugea de même l’attitude de Zola : « As for the issue of the affair for the Vizetellys, of whom Zola then knew little, having only had a few business transactions with them, he did not feel deeply affected, for the matter seemed to him to resolve itself into a moderate pecuniary loss which, he imagined, the defendant would be well able to incur, having made considerable profits on the incriminated book29. »

25En 1904, Ernest éprouva le besoin de s’expliquer sur son rôle dans l’affaire, ayant été indirectement blâmé de n’avoir pas suffisamment « expurgé » les romans de Zola avant leur remise en vente à la suite de la première condamnation :

  • 30 Ibid., p. 285.

A good deal of this work [de nettoyage] was entrusted to Ernest Vizetelly, but he was hampered by important restrictions. He learnt that the books were stereotyped and that his alterations must be such as might be effected in the plates, for it would be too expensive to reset the books in their entirety, though a few pages might be reset here and there. Under these conditions, as sentences and paragraphs often had to be struck out or considerably abbreviated, it became very difficult to fill the gaps which occurred. Ernest Vizetelly at least did the best he could. He spent two months on the work and deleted or modified three hundred and twenty-five pages of the fifteen volumes handed to him. Henry Vizetelly was in poor health at the time ; but he himself attended to a few volumes, and his son’s work was sent to him for inspection before it was forwarded to the printers. Whether he himself went through it in its entirety or not cannot be stated positively ; but at all events the work was passed, and some of the Zola volumes were reissued30.

26« La condamnation de mon père », « le procès de mon père » : ces expressions reviennent comme des leitmotiv dans la correspondance entre Zola et Ernest Vizetelly. Et pour cause : Ernest, âgé de trente-cinq ans et chargé de famille, perdit à la fois son emploi et tous ses espoirs d’héritage.

Ernest Vizetelly (1853-1922) : A man of many trades...

  • 31 Voir la lettre 176. Pour la liste des traductions et des ouvrages d’Ernest Vizetelly, on se reporte (...)
  • 32 in Peril, London, Tinsley Brothers, 1882 ; Berlin under the New Empire : its institutions, inhabita (...)
  • 33 Reminiscences of a Bashi Bazouk, Bristol, J.W. Arrowsmith, 1897 ; From Cyprus to Zanzibar by the Eg (...)
  • 34 Le New York Times du 22 décembre 1938 consacra une longue notice nécrologique à Frank Vizetelly, so (...)

27Journaliste, chroniqueur, agent littéraire, romancier, traducteur... Comme son père et ses frères, en particulier Edward et Frank, Ernest vécut de sa plume, consacrant le meilleur de son temps à « cette sacrée marâtre, la littérature », comme il l’écrivit à Zola, dans une lettre en date du 28 décembre 190131. L’encre coulait certainement dans les veines de cette famille hors de l’ordinaire. Henry, le père, en plus de son activité journalistique et éditoriale, écrivit de nombreux ouvrages sur les vins, les cognacs, la situation politique en France et en Allemagne, etc.32 Edward, lui, séjourna plusieurs années au Moyen-Orient, où il fut, entre autres choses, éditeur en chef du Times of Egypt. Il traduisit Les Contes à Ninon, Thérèse Raquin, Les Mystères de Marseille et La Bête humaine, et rédigea, en trois volumes, le récit de ses aventures au Moyen-Orient. Son retour en Angleterre fut cependant semé de difficultés : il tenta de s’établir comme traducteur, de Zola bien sûr, mais aussi de Gyp et de Daudet. L’aventure tourna un peu court et rien ne semble avoir paru après les traductions de Zola33 Frank fit une carrière de chroniqueur linguistique aux États-Unis, publiant un nombre extraordinaire d’ouvrages sur la langue et l’usage, dont un dictionnaire intitulé The Soldier’s Service Dictionary of English and French Terms : Embracing 10,000 Military, Naval, Aeronautical, Aviation, and Conversational Words and Phrases used by the Belgian, British, and French Armies, with their French Arms, with their French Equivalents carefully pronounced, the whole arranged in one alphabetical order, designed especially for instant use in the United States Service (1917)34.

  • 35 Voir CZ, X, p. 86.
  • 36 Voir les exemples de « L’adresse aux étudiants », lettres 17 et 19 ; de « Justice », lettre 141 ; d (...)

28Ernest Vizetelly fut lui aussi journaliste, un journaliste prolifique à en juger par ce qu’il dit lui-même de ses nombreuses collaborations avec les journaux et comme le révèle également sa correspondance avec Zola. Mais Vizetelly, immobilisé à Londres par sa situation familiale, n’était sans doute plus un journaliste « moderne ». Les grands journaux avaient, depuis les années 1880, des correspondants dans la plupart des grandes villes européennes. Ces correspondants relayaient les nouvelles par télégraphe en quelques heures à peine, ce qui signifie qu’un journal londonien du soir pouvait offrir à ses lecteurs les nouvelles parisiennes du jour même. L’analyse de l’actualité politique étrangère cédait la place à la dépêche de presse, puis d’agence. Henri Stephan de Blowitz, le correspondant parisien du Times, fut le premier à se servir du seul télégraphe pour envoyer ses dépêches à Londres35. Vizetelly, en tant que journaliste, faisait face à forte concurrence et son expérience d’ancien correspondant de guerre ne suffisait plus : son principal ennemi était le télégraphe, qu’il s’agissait de battre de vitesse afin de donner et de commenter l’actuahté française. C’est pourquoi on le voit tant insister pour obtenir à l’avance le texte des articles de Zola : il souhaitait en publier la traduction dans les journaux londoniens en même temps que paraissait l’original à Paris36.

  • 37 Vizetelly, 1904, p. 481. Le dépouillement de la Westminster Gazette a permis de retrouver huit arti (...)

29Celui qui avait connu l’époque héroïque des ballons de Nadar durant la guerre de 1870-1871 se trouvait battu par les nouveaux moyens d’information. L’étude de l’activité journalistique d’Ernest Vizetelly reste à faire, notamment en ce qui concerne l’affaire Dreyfus. Vizetelly, dans sa biographie de Zola, souligna qu’il publia, dans The Westminster Gazette, « numerous articles on the Dreyfus case which [...] were largely inspired by Zola37 ».

  • 38 Ouvrage publié par Chatto & Windus (Londres) et Brentano (New York) en 1901. Voir les lettres 176 e (...)
  • 39 Rebaptisées « Paradis Parisien » dans le roman.
  • 40 .On ignore de qui il s’agit.
  • 41 Sur Marie Tissot, voir la lettre 11, n. 1.

30On ne sait que peu de chose de la vie d’Ernest Vizetelly avant 1891, c’est-à-dire avant le début de ses rapports avec Zola. Sur sa vie personnelle et amoureuse, il laissa une autobiographie, The Lover’s Progresse38, qui, pour romancée qu’elle soit, n’en révèle pas moins qu’après la guerre franco-allemande (dont il fut le plus jeune correspondant de guerre), Ernest mena une vie relativement aventureuse. Il se fit chroniqueur de mode et critique de théâtre avant de devenir comptable aux FoliesBergère39. Il y devint amoureux d’une jeune actrice, elle-même fille d’une cantatrice et d’un musicien40 Après le décès de la jeune femme (dont le destin ressemble fort à celui de la Dame aux camélias), Ernest Vizetelly fit, lors d’une expédition en montagne, la rencontre d’une jeune Française, Marie Tissot, qu’il épousa en mars 188141.

  • 42 Vizetelly, 1904, p. 253.

31Eu égard à la vie professionnelle, particulièrement en ce qui touche les activités de traduction, il faut se tourner vers la biographie de Zola, rédigée en 1904 par Vizetelly, Emile Zola, Novelist and Reformer, où le traducteur entremêla le récit de sa propre vie à celle du célèbre romancier. On y renoue le fil abandonné de l’histoire commencée avec The Lover’s Progress. Ernest et Marie Vizetelly s’établirent donc à Londres, et en 1887 Ernest entra au service de son père, Henry, chez Vizetelly & Co., comme lecteur, éditeur et traducteur42 Son premier travail de traducteur de Zola, il le fit pourtant en 1884 — alors qu’il était encore en France —, au moment de la publication de la version anglaise de L’Assommoir :

  • 43 Vizetelly, 1904, p. 252. Vizetelly, dans cet ouvrage, parle toujours de lui-même à la troisième per (...)

When, therefore, in 1884, he suddenly heard that Vizetelly & Co. were about to produce L’Assommoir and Nana in an English dress, it seemed to him that the firm was taking an audacious course and he did not hesitate to write and say so. He was answered, that, being resident abroad, he did not fully understand the position ; and, as some difficulty had arisen with the translation of L’Assommoir, he was asked to translate a small portion of it, some chapter towards the end of the book, which he did. That, for the time, was the extent of his share in the Zola translations43.

  • 44 Voir par exemple les lettres relatives à l’affaire de Fécondité (158-169). Vizetelly alla même jusq (...)

32Sa méfiance à l’endroit de ce qu’il appelait « l’hypocrisie anglaise » ne se démentit jamais. Elle se trouva en fait nourrie par les événements entourant la publication de la traduction anglaise de La Terre, dont le souvenir allait hanter le traducteur toute sa vie44.

Ernest Vizetelly, traducteur d’Émile Zola

  • 45 Le Rêve fut traduit par Eliza Chase.

33Comme en témoigne la liste de ses ouvrages et de ses traductions, Ernest Vizetelly fut le traducteur d’un seul romancier, Émile Zola. Entre 1892 et 1903, Vizetelly traduisit La Débâcle, Le Docteur Pascal, L’Argent, Rome, Lourdes, Paris, Fécondité, Travail et Vérité. Après la mort de son père, en janvier 1894, Ernest racheta les droits des romans qui avaient été traduits et publiés par la maison Vizetelly & Co. entre 1884 et 1888. Il « retraduisit », adapta, expurgea, émonda toute la série des Rougon-Macquart (sauf Nana, Pot-Bouille, La Bête humaine, La Curée, et bien sûr, La Terre45). Il consacra une douzaine d’années de sa vie à ces travaux de traduction, dans des conditions parfois difficiles, qui tiennent à trois facteurs : la méthode de travail de Zola lui-même, la question de la publication simultanée en anglais et en français, enfin la vente des romans, en feuilleton et en volume, à la fois en Angleterre et aux États-Unis.

La méthode de travail de Zola

34Sauf dans le cas des romans déjà publiés et remis en marché par Vizetelly à partir de 1894, le traducteur ne connaissait jamais d’avance la totalité du roman qu’il avait à traduire. Cette méthode avait été instaurée dès la publication de La Terre, en 1887, comme le rapporta Ernest :

  • 46 Vizetelly, 1904, p. 255.

But as successive instalments of the proofs reached Ernest Vizetelly, he found in them a good deal of matter, which in his opinion needed ‘toning’for the English reader. And he was confronted by a difficulty which pursued him subsequently when he himself translated some of Zola’s Works ; that is to say, the French proofs arrived in sections, the translation was supplied in the same manner, and it was therefore difficult to determine what incidents and facts might be really essential, and how far expurgation might be carried without rendering the book unintelligible46.

  • 47 Voir la lettre 5.

35Pour La Débâcle, le traducteur dut choisir un titre « sans connaître le sujet du livre autrement que par des on-dits [sic] », écrivit-il à Zola47. Dans le cas de Paris, la situation se compliqua encore : Vizetelly avait vendu les droits du livre à Chatto & Windus et les droits de feuilleton au journal The People. Le traducteur pensait n’avoir qu’une seule traduction à faire pour l’éditeur et le quotidien, d’où la perspective d’un gain intéressant. Mais le journal s’était effrayé de certaines scènes et avait réclamé des coupures. Le 20 septembre 1897, c’est un Vizetelly exaspéré qui écrivit :

  • 48 Voir la lettre 73.

36J’aurai bientôt fini la 1ère partie de Paris, tâchez de m’en envoyer d’autres épreuves. Surtout pour ce travail d’expurgation qu’on me demande je devrais avoir la suite : je travaille dans l’obscurité ne sachant si je biffe une chose importante, nécessaire pour la suite du roman et peut-être aurai-je encore tout à refaire. J’en deviens écœuré avec toutes ces exigences, ça prend tout mon temps, ça réduit mon gain à zéro, et encore personne n’est content48.

  • 49 Voir la lettre 186, note 1.

37Il allait en être ainsi jusqu’à la mort de Zola, sinon même après. Dans une lettre de février 1903, Ernest écrivit à Alexandrine Zola que le Reynold’s Newspaper, journal londonien qui publiait Vérité (Truth) en feuilleton, continuait d’exiger de lui des coupures et des aménagements au roman, ce qui le laissait, encore une fois, « écœuré »49.

La publication simultanée

  • 50 On consultera notamment les revues littéraires, comme The Athenaeum, Literature, Bookman, ou les gr (...)
  • 51 Cette internationalisation ouvrait autant de possibilités qu’elle créait de difficultés, comme le s (...)

38Bon nombre des critiques littéraires britanniques lisaient le français et rendaient compte des romans dans leur version originale, comme en témoignent de nombreux articles consacrés aux romans de Zola50. Si la traduction anglaise d’un roman français paraissait après l’original français, personne n’en parlait. D’où la pratique de la publication simultanée, en feuilleton d’abord, et en volume ensuite, d’abord à Paris, puis à Londres et enfin à New York51. La simultanéité de publication dans les journaux exigeait une savante orchestration et la coordination de la mise en épreuves du texte original français, des envois postaux aux éditeurs et au traducteur à Londres, de la traduction, de la mise en épreuves de cette dernière, de l’acheminement du texte anglais au journal, etc. La publication simultanée en volume était techniquement moins complexe. Mais les éditeurs Chatto & Windus y tenaient beaucoup car les répercussions sur la réception et sur les ventes de la traduction se faisaient immédiatement sentir. Vizetelly servait donc d’intermédiaire entre Zola, les éditeurs français et britanniques, relayant les demandes des uns et des autres, ce qui n’allait pas toujours sans acrimonie, ainsi qu’en témoignent éloquemment les lettres 64 et 73, par exemple.

L'Angleterre et les États-Unis

  • 52 Voir La Convention de Berne, chapitre 1,1986.

39Les États-Unis n’avaient pas signé la Convention de Berne, considérant que le livre était un « objet manufacturé » tout aussi bien qu’un « bien intellectuel » étant donné que relieurs, fondeurs, fabricants de papier, etc., participaient à la fabrication d’un livre52. Avant 1891, les traductions n’étaient pour ainsi dire pas protégées. Après cette date, les Américains accordèrent aux auteurs étrangers le privilège du copyright, dans la mesure où les ouvrages étaient composés et imprimés sur le territoire des États-Unis et que deux copies aient été envoyées à la Bibliothèque du Congrès, avant ou le jour même de la publication. La protection des traductions devenait une course contre la montre au royaume des traductions pirates, d’autant qu’il n’y avait que deux courriers par semaine entre Londres et New York dans les années 1890.

40La maison Chatto & Windus, qui publiait les romans de Zola en Angleterre, possédait, grâce à l'Imperial Copyright Act, les droits pour la Grande-Bretagne et ses colonies. Elle ne semblait guère intéressée par le marché américain qui, lui, s’intéressait pourtant à Zola. Étant donné le marché du livre et les questions relatives au copyright sur le plan international, trois combinaisons de vente et de publication aux États-Unis étaient possibles :

  • une maison américaine achetait les droits du roman et faisait faire sa propre traduction (comme dans le cas de Harper pour Travail — lettre 160) ;

  • une maison américaine achetait les droits du roman et la traduction déjà faite par Vizetelly (comme dans le cas de Doubleday pour Fécondité — lettres 166 et 168) ;

  • une maison anglaise ayant aussi des bureaux à New York achetait les droits américains et se chargeait de faire protéger la traduction aux États-Unis (comme dans le cas de Macmillan pour Rome — lettre 54, ou de John Lane The Bodley Head pour Vérité — lettre 182) alors que Chatto & Windus publiait à Londres.

41Chaque combinaison représentait des enjeux différents pour Vizetelly. Dans le premier cas, il ne recevait que ce que lui versait la maison Chatto & Windus pour la traduction britannique. Dans le deuxième cas, il devait parfois faire des aménagements à la version américaine de sa traduction. Le troisième cas constituait sans doute la meilleure combinaison pour le traducteur : ses interlocuteurs, tant britanniques qu’américains se trouvaient à Londres, ce qui facilitait les échanges. C’est pourquoi on verra Vizetelly suggérer à Zola de quitter Chatto & Windus pour John Lane The Bodley Head.

42Le cas de Rome est assez représentatif des difficultés éprouvées par Vizetelly. Douze lettres furent échangées à propos de ce roman, entre novembre 1895 et avril 1896 (lettres 54-65). Afin de fournir sa traduction en temps voulu aux différents journaux provinciaux et coloniaux qui publiaient Rome en feuilleton, Vizetelly, ne pouvant faire lui-même plusieurs copies de son texte, tâta d’une nouveauté technologique, la machine à écrire, mais il recula devant la dépense, ce qui l’obligea à faire mettre en épreuves sa traduction (lettre 54). Pour le volume, le traducteur dut s’occuper de la protection des droits américains (lettres 55 et 56), contacter une douzaine de maisons d’édition (lettre 60), embaucher un agent littéraire new-yorkais pour accélérer les négociations (lettre 64) et s’occuper de vendre sa traduction en plus des droits du roman. Il devait en aller de même jusqu’à la publication de Vérité...

La postérité des traductions d’Ernest Vizetelly

  • 53 Voir les lettres 1, 14,16, 47, etc.
  • 54 Voir la lettre 159, n. 4.
  • 55 Voir la lettre 14, n. 4.
  • 56 Voir la lettre 16, n. 4 et la lettre 34, n. 7.
  • 57 Voir la lettre 16, n. 4.

43En dépit des critiques de Colburn et de King sur la qualité des traductions d’Ernest Vizetelly, elles continuent de circuler, certaines ayant été republiées aussi tard qu’en 1993. En toute justice, on ne saurait se prononcer sans tenir compte à la fois de la personnalité du traducteur et des préjugés de l’époque. Vizetelly demeura très profondément marqué par les procès intentés à son père. Ses nombreuses demandes de réassurance à propos de la « moralité » des romans en témoignent éloquemment53. Comme on l’a vu, l’affaire de La Terre éclaire l’affaire de Fécondité : la lettre envoyée à The Athenaeum établissait le lien qui, pour Ernest Vizetelly, existait entre tout ce qui traitait de sexualité et les difficultés de l’entreprise familiale à la fin des années 188054. Il n’hésita donc pas à couper, émonder, résumer, avec l’accord tacite de Zola. Pour Le Docteur Pascal, exemple parmi plusieurs, le romancier écrivit à son traducteur : « Je m’engage, d’autre part, à ce que le roman ne contienne rien qui puisse offenser la pudeur de vos compatriotes ; et, d’ailleurs, je vous donne le droit de modifier, dans votre traduction, les passages qui vous sembleraient inquiétants55 » Les préfaces du traducteur, à certains égards, sont peut-être plus éloquentes que ses traductions. Vizetelly n’y parle que peu de son travail ; mais il prend grand soin de le justifier. Dans le cas de Money, par exemple, la publication du roman en langue anglaise, en 1894, devient dictée par les exigences de l’actualité, c’est-à-dire la faillite du groupe financier Liberator, qui avait entraîné la ruine de milliers de petits épargnants56. Dans cette même préface, la première rédigée pour la mise en marché des « anciens » romans de Zola, Vizetelly admit ouvertement avoir retouché le texte original français ; mais il en blâmait le lectorat britannique : « Certain passages have been condensed, and others omitted ; [...] Nobody can regret these changes more than I do myself, but before reviewers proceed to censure me [...] I would ask them to consider the responsibility which rests upon my shoulders. If they desire to have Verbatim translations of M. Zola’s works, let them help to establish literary freedom57 »

44Après la mort de Zola, Vizetelly porta un jugement sévère sur le monde du livre et sur l’univers de la traduction. Jusqu’à sa disparition en 1922, le traducteur choisit de ne pas renouer avec une activité aussi lourdement chargée de souvenirs pour lui. Il désapprouvait les conditions de travail imposées aux traducteurs et l’organisation du « marché du livre », qui avaient pour conséquence l’avilissement de la littérature, son abaissement au rang de bien de consommation immédiate :

  • 58 Vizetelly, 1904, p. 386.

At the present day, with respect to contemporary works, excellence in translation is scarcely to be obtained, for commercial conditions militate against it. An author may give years to the writing of a book, whereas the English translator is compelled to prepare his version in a few months, at times even in a few weeks, for it is often stipulated by the publisher that the translation must appear at the same time as the original. It may be necessary also for the English translator to attend to some serial publication, and to provide for copyright in America, with the resuit that the work has to be done hastily, in a rough and ready manner. Again, the prices paid for translations are usually so low that few men of real ability are willing to undertake them. The writer, though he has had great experience in these matters, can suggest no remedy, for undoubtedly the commercial as well as the literary side of the question has to be considered, and even if a translator, regardless of gain, were to bestow on his work ail the time and care it might deserve, the chances would be that no publisher would look at it, for the market would be gone — so swiftly do even very able books perish in these modem days58.

Le romancier et son traducteur : correspondance

  • 59 On se rappellera que le 29 septembre 1902, Zola mourait, asphyxié dans sa chambre à coucher de son (...)
  • 60 Le lecteur se reportera, pour des détails complémentaires sur chacune des périodes, aux notes qui o (...)

45Les rapports entre les deux hommes peuvent être organisés en trois périodes distinctes, qui correspondent à ce qu’on pourrait considérer comme étant trois phases de leurs relations professionnelles et personnelles : 1891 à 1898,1898 et 1899, enfin 1899 à 1902. La première période est celle d’une « fructueuse association » entre le traducteur et le romancier. La deuxième période (juillet 1898 à juin 1899) est dominée par l’affaire Dreyfus. La troisième période (juillet 1899 à septembre59 est marquée par une modification des relations entre les deux hommes60

1. Une fructueuse association (30 juin 1891-26 janvier 1898)

46Le groupe de douze lettres (1-12) éclairant la publication anglaise de La Débâcle donne, d’entrée de jeu, le ton de la correspondance. Tous les éléments qui jalonneront les rapports entre Vizetelly et Zola sont déjà présents : les questions relatives à la pudeur, l’aspect monétaire, les problèmes de traduction, la vente en feuilleton et en volume, et même le silence de Zola.

  • 61 Voir la lettre 13, n. 12 et la lettre 14, n. 7.
  • 62 Voir les lettres 34 à 40.
  • 63 Voir la lettre 20, où Vizetelly donne la liste de ces romans. Dans une lettre à l’éditeur américain (...)
  • 64 Voir la lettre 16.
  • 65 Voir la lettre 46.

47C’est le moment où Vizetelly entreprit son travail de traduction, d’abord avec La Débâcle, qui connaîtra du succès et de très bonnes ventes en Angleterre61. Puis, peu à peu, il se chargea de négocier avec les éditeurs, notamment avec Chatto & Windus, et de vendre les romans en feuilleton avant leur publication en volume, tant en Angleterre que dans les colonies. En 1894, ayant racheté les droits des traductions publiées par Vizetelly & Co. (après la mort d’Henry survenue le 1er janvier 1894), Ernest traduisit, ou plutôt retraduisit, adapta et expurgea soigneusement presque tous les romans de la série des Rougon-Macquart62 (sauf Nana, Pot-Bouille, La Terre, La Bête humaine et La Curée, romans qu’il estimait encore trop « dangereux » pour être offerts au public63). L’idée lui en était venue après le succès de La Débâcle et du Docteur Pascal64. Il commença par lancer L'Argent, qui n’avait pas été publié par Vizetelly & Co. De 1894 à 1902, Vizetelly remit en marché quinze romans de Zola, se servant parfois des romans en cours d’écriture comme de leviers auprès des éditeurs65.

2. L’intendant de l’exil (20 juillet 1898-2 juin 1899)

48Zola était en exil en Angleterre, arrivé à Londres le 19 juillet 1898. L’exil dura onze mois. Le traducteur devint un véritable « intendant de l’exil », s’occupant de faire suivre le courrier du romancier, servant de relais-poste, s’entremettant, fournissant à Zola des résumés des journaux anglais, faisant des courses, etc. On le sent heureux d’être le « protecteur » de l’illustre romancier en exil. Il se dépensa sans compter, organisant les déménagements successifs de Zola et protégeant l’anonymat de celui que poursuivait la justice française.

3. Le traducteur mécontent (25 juillet 1899-19 août 1902)

  • 66 Les réclamations concernant la longueur des romans correspondent à la disparition rapide, entre 189 (...)

49Plusieurs incidents étaient survenus, notamment les questions relatives à la traduction de Fécondité. Roman des familles nombreuses écrit durant l’exil, Fécondité comportait de très nombreux passages considérés comme scabreux par Vizetelly, qui demeurait hanté par l’affaire de La Terre et les procès de 1888 et 1889. Forcé de traduire le roman, après des mois de tergiversations, Vizetelly se plaignit de plus en plus de la « nouvelle manière » de Zola (Les Trois Villes et Les Quatre Évangiles), estimant les romans intraduisibles, trop longs, trop « moralisants », etc., allant jusqu’à recommander au romancier d’écrire « quelque chose de court et de gai » afin de regagner le public anglais66. Le « traducteur mécontent » ne trou vait plus son compte, disait ne plus pouvoir nourrir sa famille, Les Quatre Évangiles étant fort difficiles à placer en feuilleton dans les journaux anglais (source appréciable de revenus pour Vizetelly). Et comme Zola se chargeait directement des relations avec les éditeurs depuis 1897, on voit peu à peu le traducteur faire du romancier son agent littéraire, lui demandant de bien vouloir parler de ses traductions aux éditeurs américains intéressés. Étrange retournement de situation...

Notes

1 Nous n’incluons pas les lettres A à I qui, même si sept d’entre elles portent la signature E.A.V., émanent de la firme Vizetelly & Co., et non d’Ernest en tant que traducteur. Une seule lettre de Zola à Henry Vizetelly a été retrouvée, celle du 24 mars 1887, donnant le schéma romanesque de La Terre. On ne la connaît que par la traduction qu’en donna Ernest Vizetelly dans sa biographie de Zola (voir Vizetelly, 1904, p. 231-232 et CZ, VI, lettre 48). De même, il semble ne subsister qu’une lettre à Edward Vizetelly, en date du 28 octobre 1894, traitant des autorisations de traduction pour Les Mystères de Marseille et les Contes à Ninon (CZ, VIII, lettre 139). Cf. infra.

2 Voir les lettres 40 à 43.

3 Voir les lettres 178,179,181,182.

4 Voir la lettre 163, où Vizetelly dit avoir détruit les lettres « compromettantes » de Zola : « Vous ne pouvez pas me reprocher des indiscrétions. Après votre départ j’ai même détruit presque toutes vos lettres d’Angleterre pour anéantir toutes les allusions qu’elles contenaient à votre situation ici. »

5 Albert Laborde à Amélie Laborde, CZ, X, p. 31.

6 Le 31 octobre 1900, alors que la maison Chatto & Windus lui offrait la traduction de Travail, Vizetelly écrivit une longue lettre aux éditeurs anglais, leur expliquant que le prix qu’ils offraient, en regard du travail nécessaire à la traduction d’un roman de Zola, était insuffisant. Voir la lettre 170, n. 1.

7 Vizetelly s’en expliqua dans Emile Zola, Novelist and Reformer. An Account of His Life & Work, by Ernest Alfred Vizetelly, Illustrated by Portraits, Views & Fac-Similes, London & New York, John Lane : The Bodley Head, 1904, notamment dans le chapitre relatif à la faillite de Vizetelly & Co. (IX). Cet ouvrage avait été commencé du vivant de Zola, comme l’indique une lettre (28 août 1900) de Vizetelly à George Brett, le président de Macmillan & Co. (New York) : « A Mr. Sherard wrote a book on Zola, here, and Chatto published it. It was a big book (in size) and soon sold out. But it was very imperfect and in some respects even badly informed. My book would be of a more popular character and would be issued here uniform with the novels at 3 s 6 p. or so. At any time when you are writing to me, kindly let me know if you think there would be any sale for such a work in the States.
I don’t propose issuing the book till next year. I want to see the curtain fïnally rung down in the Dreyfus business, which it will be after the Paris exhibition, when Zola will either be arrested or sentenced definitively. That will mark the end of a period in his career and form an appropriate finale. Of course I should only give 2 or 3 chapters to the Dreyfus business. I should take Zola from his birth, account his childhood, early struggles and so forth, correcting, on my way, many erroneous stories now current. I have heaps of notes and materials for such a book. »
(arch. Macmillan & Co.).

8 Voir la lettre 170.

9 Voir la lettre 161, n. 2, la lettre 163, n. 6 et la lettre 166. Alain Pagès souligne qu’à partir de 1891, « Zola assume lui-même la vente de ses livres à l’étranger — fonction qui, en principe, relève du métier de l’édition. Il a enlevé cette tâche à son éditeur Georges Charpentier, qu’il juge incompétent en ce domaine. » (Pagès, 1977, p. 429).

10 An Account of the Vizetelly Family, completed for Private Circulation by Ernest Alfred and Francis Horace Vizetelly, document manuscrit déposé aux archives de l’Université Sussex. Le document semble avoir été rédigé vers 1918.

11 Le fils de James Henry Vizetelly, Henry Vizetelly (celui-là même qui allait publier Zola dans les années 1880), parle de son père dans son autobiographie, Glances Back Through Seventy Years. Autobiographical and other Reminiscences, London, Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893. Collaborant à de nombreux périodiques, J.H. Vizetelly fut également poète et éditeur, notamment de deux journaux destinés à la jeunesse, Boy’s Own Book et Cruikshank Comic Almanach, qui parut de 1835 à 1840. Ami intime d’Edmund Kean et de nombreux autres comédiens célèbres, J.H. Vizetelly fut lui-même un acteur doué qui, selon l’histoire familiale, remplaça à plusieurs reprises Edmund Kean sur la scène, lorsque ce dernier était ivre mort.

12 Selon An Account of the Vizetelly Family, la maison Vizetelly & Co. publia non seulement une traduction de Napoléon le Petit, mais également « an almost microscopical edition of the French text, which was smuggled into France » (p. 10).

13 Ernest accompagna souvent son père Henry lors de ses déplacements dans Paris occupé, ainsi qu’il le raconta dans la première partie de son roman autobiographique The Lover’s Progress (1901). Il devint lui-même correspondant de guerre alors qu’il n’avait que dix-sept ans.

14 Emile Zola, Novelist and Reformer, p. 249.

15 King, 1978, p. 231.

16 Voir la lettre A.

17 Griest, 1970, p. 83. Mudie achetait généralement de grandes quantités d’un même ouvrage : 3 250 exemplaires des Missionary Travels in South Africa, de Livingston, 2 500 exemplaires de History of England, de Macaulay, c’est-à-dire, bien souvent, une édition tout entière (Griest, 1970, p. 20-38).

18 Voir la lettre I.

19 King, p. 232, et Griest, 1970, en particulier le chapitre 3.

20 Vizetelly, 1904, p. 254. Voir aussi la lettre H.

21 Le « Manifeste des cinq » parut dans Le Figaro du 18 août 1887. Il était signé par Paul Bonnetain, J.-H. Rosny, Lucien Descaves, Paul Margueritte et Gustave Guiches. Pour la réaction de Zola sur cette attaque dirigée contre La Terre, voir Speirs et Signori, 1990, p. 8-11.

22 Henry Vizetelly, 1894, p. 432.

23 Comme le rappelle Felice Flanery Lewis, ce que les censeurs craignaient par-dessus tout, c’était « the publication of erotic fiction in a form that would make it appealing and accessible to the wider public », ce qui explique que les efforts « to censor literature have frequently been tied to the size or type of audience that a work might be expected to reach — for instance, some novels have been attacked only after being reprinted in a cheap edition. » (Flanery Lewis, 1976, p. 18-23).

24 Ernest précisa qu’en 1888, Vizetelly & Co. « were selling all the novels that Zola had written, with the exception of Les Mystères de Marseille, La Confession de Claude, and Le Rêve, which last only appeared in Paris in the latter part of that year. The publication of those books had been going on for four years unchallenged. [...] But the critics rushed upon The Soil, the English version of La Terre, and one man, who can never have compared it with the original, had the impudence to assert that it was ‘an almost word for word translation of Zola’s bestial book’. » (1904, p. 261-262).

25 Qui eut lieu à l’Old Bailey le 31 octobre 1888. Sir Edward Clarke, futur défenseur d’Oscar Wilde, agissait pour la National Vigilance Association.

26 Ce travail de « bowdlerization » des grands textes anglais avait pourtant été entrepris dès le début du19e siècle, l’exemple le plus célèbre étant le Family Shakespeare, publié par le Dr Bowdler. Voir Noel Perrin, Dr. Bowdler’s Legacy. A History of Expurgated Books in England and America, New York, Atheneum, 1969.

27 Voir Vizetelly, 1904, p. 262 ; 285-286, qui souligna que, dès mars 1888, le public anglais fut amené à croire que Vizetelly & Co. se spécialisait dans la vente de pornographie.

28 Voir Speirs et Signori, 1990, p. 43-44.

29 Vizetelly, 1904, p. 284.

30 Ibid., p. 285.

31 Voir la lettre 176. Pour la liste des traductions et des ouvrages d’Ernest Vizetelly, on se reportera à sa bibliographie en fin de volume.

32 in Peril, London, Tinsley Brothers, 1882 ; Berlin under the New Empire : its institutions, inhabitants, industry, monuments, museums, social life, manners, and amusements, London, Tinsley Brothers, 1879 ; Facts about port and madeira : with notices of the wines vintaged around Lisbon, and the wines of Tenerife, London, Peter Willis, 1880 ; Facts about Champagne and other sparkling wines, London, Ward, Lock & Co., 1879.

33 Reminiscences of a Bashi Bazouk, Bristol, J.W. Arrowsmith, 1897 ; From Cyprus to Zanzibar by the Egyptian Delta : The Adventures of a Journalist in the Isle of love, the home of miracles, and the land of cloves, London, C.A. Pearson, 1901 (les chapitres XVIII et XIX de cet ouvrage sont consacrés aux divers journaux auxquels collabora Edward) ; The Warrior Woman, London, Anthony Treherne, 1902.
Les traductions :
The Mysteries of Marseilles, A Novel, London, Hutchinson, 1895 ; Stories to Ninon, London, William Heinemann, 1897 ; Thérèse Raquin, A novel by Emile Zola. Translated and edited with a preface by Edward Vizetelly, London, Grant Richards, 1902 ; The Monomaniac, London, Hutchinson, 1902.
Sur la dispute avec Ernest à propos des traductions des œuvres de Zola, voir les lettres 178, 179, 181 et 182. Edward eut également des démêlés avec la maison Hutchinson, avec laquelle il échangea quelques passes d’armes bien senties dans The Athenaeum, 24 et 31 août, 7,14 et 21 septembre 1895. Pour la note biographique d’Edward, voir la lettre 41, n. 2.

34 Le New York Times du 22 décembre 1938 consacra une longue notice nécrologique à Frank Vizetelly, soulignant notamment qu’il anima, durant plusieurs années, une chronique linguistique à la radio.

35 Voir CZ, X, p. 86.

36 Voir les exemples de « L’adresse aux étudiants », lettres 17 et 19 ; de « Justice », lettre 141 ; du « Cinquième acte », lettres 152,153,154 et 155, les trois dernières ayant été écrites le même jour (11 septembre 1899). Nous reviendrons plus loin sur les questions de publication simultanée pour les romans de Zola.

37 Vizetelly, 1904, p. 481. Le dépouillement de la Westminster Gazette a permis de retrouver huit articles signés par E.A. Vizetelly et commentant l’actualité politique française. Voir Speirs et Portebois, « Emile Zola in The Westminster Gazette », Bulletin of The Emile Zola Society, n° 23, April 2001, p. 7-14.

38 Ouvrage publié par Chatto & Windus (Londres) et Brentano (New York) en 1901. Voir les lettres 176 et 180.

39 Rebaptisées « Paradis Parisien » dans le roman.

40 .On ignore de qui il s’agit.

41 Sur Marie Tissot, voir la lettre 11, n. 1.

42 Vizetelly, 1904, p. 253.

43 Vizetelly, 1904, p. 252. Vizetelly, dans cet ouvrage, parle toujours de lui-même à la troisième personne.

44 Voir par exemple les lettres relatives à l’affaire de Fécondité (158-169). Vizetelly alla même jusqu’à faire paraître un article dans Th eAthenaeum sur ce qu’il estimait être d’aveugles préjugés.

45 Le Rêve fut traduit par Eliza Chase.

46 Vizetelly, 1904, p. 255.

47 Voir la lettre 5.

48 Voir la lettre 73.

49 Voir la lettre 186, note 1.

50 On consultera notamment les revues littéraires, comme The Athenaeum, Literature, Bookman, ou les grands journaux comme The Times.

51 Cette internationalisation ouvrait autant de possibilités qu’elle créait de difficultés, comme le soulignait John Feather : « Old simplicities vanished. A novel written in 1891 [...] could have been published originally in a magazine, in both Britain and the United States, reprinted as a book in both countries, in special editions for Canada and for other parts of the British Empire, and subsequently as a cheap edition for the domestic market. [...] At every stage in the process, new income was generated as new outlets were created by new technology and by social change. » (1994, p. 178).

52 Voir La Convention de Berne, chapitre 1,1986.

53 Voir les lettres 1, 14,16, 47, etc.

54 Voir la lettre 159, n. 4.

55 Voir la lettre 14, n. 4.

56 Voir la lettre 16, n. 4 et la lettre 34, n. 7.

57 Voir la lettre 16, n. 4.

58 Vizetelly, 1904, p. 386.

59 On se rappellera que le 29 septembre 1902, Zola mourait, asphyxié dans sa chambre à coucher de son domicile de la rue de Bruxelles.

60 Le lecteur se reportera, pour des détails complémentaires sur chacune des périodes, aux notes qui ouvrent chacune des trois sections chronologiques du présent ouvrage.

61 Voir la lettre 13, n. 12 et la lettre 14, n. 7.

62 Voir les lettres 34 à 40.

63 Voir la lettre 20, où Vizetelly donne la liste de ces romans. Dans une lettre à l’éditeur américain George Brett (de Macmillan & Co.), en date du 28 août 1900, Vizetelly le répétera encore une fois : « Chattos will publish these [les anciens romans] at intervals. Of the twenty vol. of the Rougon-Macquart set I shall hve given English versions of 15. The 5 I omit as impossible are Nana, Pot-Bouille, La Terre, La Bête humaine and La Curée. » (arch. Macmillan & Co.). Vizetelly omet Le Rêve, qu’il n’avait pas traduit.

64 Voir la lettre 16.

65 Voir la lettre 46.

66 Les réclamations concernant la longueur des romans correspondent à la disparition rapide, entre 1894 et 1897, du fameux « three-decker », c’est-à-dire le roman en trois volumes qui avait été imposé par Mudie. Véritable « lit de Procuste », le roman en trois volumes avait créé une forme de « roman à rallonge », où les intrigues étaient souvent diluées à l’extrême afin d’atteindre le nombre de page exigé par les « circulating libraries ». Voir l’article de Arthur Quiller-Couch, « On the Length of Novels », The Speaker, Oct. 1,1898, et Griest, 1970, p. 45-52.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search