Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Conclusion

Texte intégral

1 L’étude qui précède a permis de montrer le caractère opératoire du concept de mosaïque textuelle. Qu’il s’agisse du texte original ou des traductions, ce concept déploie toute sa force et toute son utilité. On l’a vu dans le cas du TD, l’analyse du Black English ne peut se faire sans tenir compte des éléments textuels qui l’entourent. Les divers traits de caractère de Jim (autonome, intelligent, affectueux, généreux, protecteur) confèrent à son sociolecte des fonctions diverses. L’une des plus importantes est sans conteste celle qui attribue un statut littéraire à cette langue qui avait traditionnellement servi à créer un effet de réel (telle était d’ailleurs l’intention initiale de Twain) ou à faire rire. La parole noire dans Huckleberry Finn va en effet bien au-delà de ces visées : en tant que véhicule des qualités de rhétoricien de Jim, de son humanité, d’un contenu émotionnel sans égal dans le roman et de la clé de lecture de l’œuvre (l’ironie), elle acquiert un rôle esthétique et idéologique de remise en cause du système esclavagiste, ce qui sous-entend une reconnaissance des droits des Noirs.

2D’autres éléments textuels convergent vers une visée similaire. La solidarité des personnages noirs fait contraste avec l’attitude foncièrement mesquine des personnages blancs. Prenons Miss Watson qui, tout en se faisant la porte-parole de principes religieux prônant l’amour du prochain, encourage un système social dans lequel des êtres humains sont asservis. En plus d’être le dépositaire de cette contradiction morale, son personnage est décrit de façon péjorative tant par Huck que par Jim. Il se fait dès lors une association dans l’esprit du lecteur entre personnage à caractérisation négative et attitude pro-esclavagiste (raciste). Une équation similaire s’applique au personnage de pap Finn, son discours raciste étant discrédité par son ivrognerie et ses comportements violents avec son fils. D’autres personnages blancs participent également de ce procédé : Tom Sawyer, qui cautionne le système esclavagiste (Huck est d’ailleurs étonné du fait que Tom accepte de l’aider à libérer Jim, ce qui n’a rien de surprenant quand on sait que Jim est libre), est décrit comme un garçon détestable ; le duc et le roi, qui vendent Jim au fermier Silas Phelps, sont des escrocs. Rappelons que tous ces éléments sont pour la plupart sous-entendus, de la même façon que les crises de conscience de Huck, tout en manifestant une caution de l’esclavage sur le plan explicite (Huck, n’ayant pas été capable de dénoncer Jim aux deux hommes sur le fleuve, considère qu’il n’a pas plus de courage qu’un lapin !), visent en réalité à critiquer ce système. Le monde blanc sera d’ailleurs rejeté en bloc par Huck, ce dernier refusant de se laisser civilizer (sic !) par la tante Sally (celle-là même qui avait trouvé anodine la mort, inventée, d’un nigger sur un bateau à vapeur). Le Black English s’inscrit donc également dans cette logique textuelle voulant que l’implicite ait force de loi. Loin de ridiculiser le personnage de Jim, ce sociolecte sert plutôt à véhiculer sa caractérisation multidimensionnelle ; ainsi, en tant que médium par lequel l’humanité est révélée, il remet en question des conventions idéologiques et littéraires selon lesquelles le Noir serait inférieur au Blanc.

3Tâche ingrate s’il en est, les traducteurs devaient faire passer cette langue en français ; plus encore, ils devaient faire passer le message véhiculé par cette langue. La traduction de Hughes, en 1886 a renversé la matrice organisationnelle du TD, elle a neutralisé la force du procédé ironique qui est au cœur de l’efficacité de Huckleberry Finn. D’une œuvre subversive, on passe en français à un livre réactionnaire, où l’esclavage est cautionné, où le personnage de Jim est réduit à un stéréotype ridicule, où Huck devient le porte-parole d’un système inégalitaire. Il convient en effet de rappeler les multiples ajouts, les coupes importantes, les déplacements signifiants qui convergent tous pour donner à lire une œuvre aux idées rétrogrades. Hughes, qui décrit Jim comme un personnage soumis, bête, superstitieux et paresseux, lui fait dire « qu’il n’aurait pas mieux demandé que de rester » ; corrélativement, les autres personnages noirs sont décrits comme étant idiots, dont Nat qui « paraissait encore moins intelligent que ses camarades » ; Huck domine la situation, prend Jim en charge, décide de le délivrer et, renversement majeur, il accepte de se laisser civiliser. Le texte de Laury est proche de celui de Hughes en ce qu’il neutralise les contenus subversifs de l’original. Il discrédite le personnage de Jim par le biais d’un marqueur ridiculisant (élision du r) et transforme la nature rebelle de Huck en une attitude paternaliste. Bien que comportant des déplacements de moins grande envergure que ceux rencontrés dans les TA de Hughes et de Laury, la version française des Surleau entraîne tout de même une atténuation de la multidimensionnalité de la caractérisation de Jim, ce qui crée, du même coup, une œuvre moins riche que le TD. Ces trois textes traduits produisent donc un nivelage du texte original, de ses thématiques, de ses trouvailles stylistiques, de ses procédés textuels (la parole noire comme véhicule identitaire et affirmation de l’humanité). L’un des principes moteurs de notre analyse — la traduction comme transformation (Folkart) — prend ici tout son sens. Ce sont ces déplacements mineurs (Folkart, 1991, p. 13) qui, une fois corrélés, donnent à lire un texte autre. Il fallait faire émerger cette altérité du texte traduit pour avoir accès au nouveau sens qu’il véhicule.

4De plus, tout en révélant un projet différent, la traduction de Hughes contient, à sa manière, une critique de l’œuvre originale (Berman). Agissant comme un négatif en photographie, sa traduction fait émerger, par contraste, la structure du texte original. Les transformations qu’affiche le texte traduit sont alors autant de pistes qui permettent d’avoir accès au TD. Les choix de traduction de Hughes, par exemple, de par les déplacements qu’ils opèrent par rapport au texte original, attirent l’attention sur des réseaux de sens, des particularités textuelles, des dénominations qui auraient pu passer inaperçus. Lorsque Hughes fait dire « massa Huck » à Jim, il fait apparaître, par contraste, le fait que Jim n’appelle précisément pas Huck de cette façon dans le TD et entraîne un questionnement sur la nature des rapports unissant Jim et Huck en anglais. Le choix de Hughes devient un révélateur a contrario de la visée de Twain. De la même manière, la scission du pronom personnel we du TD en un je ou un il dans le TA accentue l’importance du pronom source.

5En ce qui a trait aux traductions de Nétillard, Bay, Molitor et La Gravière, elles se distinguent de celle de Hughes en ce qu'elles ne révèlent pas le contrepied de la matrice source, mais plutôt un prolongement, ou même une amplification. Le doublet « mon cœur »/« mon fils » chez Nétillard, par exemple, tout en attirant l’attention sur les termes de départ (« honey »/« chile »), intensifie l’attitude amicale et protectrice que Jim adopte vis-à-vis de Huck. Par conséquent, la nature essentiellement transformatrice et critique du traduire ressort des principaux textes analysés.

6En définitive, les traducteurs ne peuvent être fidèles qu’à leur propre projet de traduction ; ils feront donc des choix cohérents par rapport à ce projet. Et cette cohérence est manifeste aussi bien dans le TA de Hughes que dans celui de Nétillard. Conséquents en cela avec leur projet, les traducteurs effectuent des choix qui sont unifiés qu’il s’agisse de la narration, de la description ou des dialogues, ou encore des personnages de Jim, de Huck ou de Miss Watson, les déplacements se tiennent. L’analyse de l’œuvre en tant que mosaïque textuelle constitue donc une perspective d’analyse féconde. Pris isolément, un marqueur comme missié (ou massa) peut vouloir dire tout et rien ; seule sa prise en compte à partir du contexte dans lequel il émerge lui confère un sens valable. L’occurrence du terme massa dans les répliques de Jim (traduction de Hughes) véhicule une valeur méprisante en raison des ajouts et omissions visant à présenter Jim comme un esclave soumis et bête, ce que le mot missié (traduction de Nétillard) ne sous-entend pas vu la mosaïque traductive à laquelle il s’intègre où l’ironie est fonctionnelle, où l’esclavage est dénoncé, où la parole de Jim sert à faire ressortir son humanité. C’est cette cohérence que nous avons tenté de mettre au jour, que ce soit dans le texte original de Huckleberry Finn ou dans ses traductions.

7Une fois lus et relus les textes, que reste-t-il à faire ? Les voies sont multiples et diverses. Les traductions par Hughes de Tom Sawyer, de Poe et de Habberton pourraient être étudiées afin de voir si certaines tendances se dégagent, si des options de traduction particulières sont récurrentes, si des positions idéologiques se manifestent, etc. Une étude de la traduction du Black English dans d’autres romans serait également pertinente, les travaux en ce sens étant assez peu nombreux.

8Enfin, et pour terminer avec une voie esquissée dans le dernier chapitre, le français créolisé comme option de traduction du Black English gagnerait à être exploré davantage. Voilà une voie fascinante et qui mène, ultimement, à la retraduction, dans son intégralité, du roman de Twain. Car malgré l’efficacité, sur le plan de la logique textuelle, des choix de Nétillard en ce qui a trait au sociolecte de Jim, il reste que le parler du personnage est privé d’une fonction intrinsèque au Black English, l’identité noire. Ainsi, la double référence sociolinguistique et littéraire véhiculée par le français créolisé fait de ce médium un choix convaincant pour traduire le parler noir américain. Mais encore, qu’en est-il de la langue poétique et sociolectale de Huck ? Aucun traducteur n’a véritablement osé, à ce jour, faire parler Huck comme le petit garçon peu instruit qu’il est en anglais. Un projet possible serait donc celui-ci : donner à lire, en traduction, toutes les voix du roman original, c’est-à-dire, entre autres, une narration truffée de redites et de fautes linguistiques, ainsi qu’une parole noire française. Une telle entreprise de traduction permettrait dès lors de faire renaître l’œuvre de Twain et de réactiver à sa pleine mesure la charge profondément revendicatrice qu'elle véhicule.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search