Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Chapitre 4. Pour la création d’une parole noire en français1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est une version remaniée d’un article paru en 1997 dans le numéro 51 de la revue Prése (...)
  • 2 Les extraits tirés de ces romans seront suivis entre parenthèses des sigles GR ou CSM et du numéro (...)
  • 3 Nous tenons à préciser dès à présent que, bien que la littérature antillaise soit notre principal (...)

1 Sauf Nétillard, qui n’a que parcimonieusement ponctué son texte à consonance créolisante, les traducteurs fran d’expressionsçais de Huckleberry Finn (W. L. Hughes, 1886 ; R. et Y. Surleau, 1950 ; A. Bay, 1961 ; L. Molitor, 1963 ; J. La Gravière, 1979 ; C. Laury, 1979) n’ont pour ainsi dire pas recouru aux possibilités langagières offertes par le français créolisé pour traduire le Black English. Or la langue française ne souffre d’aucune lacune pour rendre, comme Twain et d’autres écrivains américains l’ont fait, l’identité noire des personnages sur le plan de la parole. En effet, le français recèle bon nombre de ressources pour représenter la parole noire et les a exploitées dans une littérature devenue très connue aujourd’hui. Nous puiserons l’essentiel de ces ressources dans deux importantes œuvres romanesques antillaises, Gouverneurs de la rosée (1946) et Chroniques des sept misères (1986)2, respectivement écrites par Jacques Roumain, d’origine haïtienne, et Patrick Chamoiseau, d’origine martiniquaise, deux auteurs dont les préoccupations rejoignent les nôtres : marquer la parole noire sur le plan de l’écrit, signifier l’identité noire des personnages3. Notre visée ne sera pas de prescrire des procédés de traduction du parler noir, ni de mettre au point une méthode, voire une théorie de la traduction des sociolectes, mais uniquement de suggérer des possibles, de montrer des ouvertures dans la langue française pour recevoir le parler noir : « Tel est le point essentiel : rechercher dans la phrase française les mailles, les trous par où elle peut accueillir — sans trop de violence, sans trop se déchirer (mais en se déchirant quand même, n’en déplaise à Hugo) — la structure de la phrase latine [il est question ici de la traduction française de l'Énéide par Klossowski] » (Berman, 1985, p. 140).

2Nous verrons d’abord les liens littéraires qui s’établissent entre français créolisé et Black English pour ensuite faire ressortir les bases linguistiques communes à ces deux variétés de langues et, enfin, proposer quelques solutions de rechange à la traduction du parler noir, des stratégies de traduction, en fait, qui s’inspirent des procédés littéraires auxquels ont recours Jacques Roumain et Patrick Chamoiseau pour identifier la parole noire de leurs personnages romanesques. Il s’agira de suggérer, à titre purement indicatif, des procédés pouvant signifier la parole noire en français. Notre objectif sera, à partir de la problématique que représente la traduction du parler noir, de montrer la malléabilité de la langue française, déjà hautement exploitée par certains écrivains, mais à laquelle la plupart des traducteurs ont été peu sensibles.

Quelques explications

3Tel que ce fut démontré dans les chapitres précédents, c’est la fonction identificatrice manifestée par l’aspect matériel du parler noir dans Huckleberry Finn qui pose problème lors de la traduction. La référentialité proprement sociolinguistique du Black English passe difficilement en français. Or en littérature un lien peut être établi entre le Black English et le français créolisé, tous deux concourant à véhiculer une identité noire. Certains auteurs caribéens sont en effet parvenus à faire passer cette identité noire par la parole, en ayant recours à une langue réelle et qu’ils connaissaient au préalable, le créole. Twain n’a pas fait autre chose, le Black English que parle Jim, bien qu’ayant subi certains « effets de clôture » (Lane-Mercier, 1990, p. 61, n. 10), n’en demeure pas moins une langue que Twain avait entendue et qui existait bel et bien dans le réel. Le français créolisé n’est pas un équivalent du Black English, il reste que les traducteurs d’œuvres américaines où est représenté ce sociolecte pourraient s’inspirer ou bien des lexiques, glossaires, dictionnaires créole-français ou bien des romans caribéens d’expression française qui affichent une certaine parole noire. Cette dernière option sera la nôtre, car un sociolecte littéraire n’est jamais une copie conforme du parler réel extratextuel. Les auteurs, en effet, ne reprennent pas systématiquement toutes les tournures, prononciations, expressions utilisées par les locuteurs du sociolecte représenté ; ils font des choix. Le mandat du traducteur du Black English sera donc de prendre en compte non seulement les traits de surface du sociolecte, mais également la fonction identificatrice qu’il assume à l’intérieur de l’œuvre. Cette position théorique est également celle de Godeleine Carpentier, qui s’est intéressée à la traduction française du dialecte anglo-irlandais : « Dans la traduction de ce “parler écrit”, qui, après tout, n’est qu’illusion du réel, la fonction a, une fois de plus, été privilégiée par rapport à la forme [c’est-à-dire l’aspect matériel] » (1990, p. 89).

  • 4 À un niveau plus général, Berman tient sensiblement le même discours lorsqu’il analyse la traducti (...)

4Dans la traduction, la matière doit donc être mise au service de la fonction du sociolecte source afin d’éviter de n’être qu’une copie littérale de ce dernier. Dès lors, il ne s’agira pas de traduire le sociolecte de manière symétrique, mais de compenser les pertes par des gains : « [...] il n’y a pas et ne peut y avoir de superposition systématique entre les marqueurs dialectaux de la langue-source et ceux de la langue-cible, le principal procédé utilisé est celui de la compensation4 ». (Carpentier, 1990, p. 89). Nous nous tournerons donc vers une variété de français créolisé représentée dans la littérature antillaise, variété qui pourrait, tant sur le plan explicite (marques de surface) qu’implicite (fonction), apporter une solution à la traduction française du Black English. Vu la cohérence qu’offre l’œuvre de fiction, ainsi que le plus grand effet de réel produit par le français créolisé, il pourrait s’agir d’une option opératoire. Le traducteur pourrait en effet tirer profit d’un parler dont les particularités lexicales, syntaxiques, phonétiques, ont déjà été systématisées et remotivées par le travail créateur de l’écrivain. Ce parler noir, correspondant « à un système clos de représentations approximatives placées sous l’égide des exigences de lisibilité et des contraintes de l’univers de discours » (Lane-Mercier, 1989, p. 164), pourra fournir des outils pour faire face aux difficultés que pose la traduction du Black English. En outre, le corpus littéraire grandissant au sein duquel se trouve représentée une langue française créolisée est en train de créer une tradition littéraire. Ainsi, la reprise des procédés propres à cette langue pourrait faire écho à ces œuvres de la Caraïbe, et ce rappel intertextuel permettrait à la langue créolisée de la traduction d’assumer, comme son modèle littéraire, une fonction identitaire noire. Nous croyons que Gouverneurs de la rosée et Chronique des sept misères, deux œuvres où La diversité des Langues est célébrée, où La distance vis-à-vis du français standard est frappante et où l’identité noire des personnages transparaît dans leurs paroles — nombreuses sont les correspondances avec la représentation littéraire du Black English —, nous croyons, donc, que ces deux œuvres peuvent receler des stratégies de traduction du parler noir. Puisqu’il s’agit bien, en effet, de stratégies au sens où le travail et les choix du traducteur sont toujours motivés. Comme l’écrit Lane-Mercier :

[...] au lieu de viser une impossible transparence du sociolecte d’arrivée par rapport au sociolecte de départ, il convient à la fois de forger une stratégie ré-énonciative [...] et d’assumer les partis pris idéologiques ainsi que les gauchissements et les transformations qu’une telle stratégie suscite. Prise à son tour dans un processus politique implicite ou explicite, la traduction des sociolectes [...] est une démarche qui, s’embrayant sur le projet esthético-idéologique du texte source pour s’intégrer à celui du texte cible, vise des fins précises en créant un lecteur apte à les saisir. (1995, p. 87)

5Ainsi, la référence intertextuelle que produirait la représentation d’un français créolisé dans une traduction de Huckleberry Finn, par exemple, serait, dans notre cas, tout à fait souhaitée et volontaire. Cette référence pourrait contribuer à accentuer la reconnaissance que connaît déjà cette littérature et, ainsi, faire porter à la traduction une revendication qui la dépasse. Enfin, en plus des liens littéraires existant entre les deux variétés de langue, liens qui puisent leur source dans le réel, d’autres corrélations, d’ordre historico-linguistiques celles-là, peuvent aussi être faites.

Black English et français créolisé : un passé linguistique commun ?

6Le passé historique des Noirs d’expressions française et anglaise du continent américain a une base commune incontournable : l’esclavage. Aussi n’est-il pas exclu de penser que cette Histoire commune ait été susceptible de laisser ses marques dans la langue même. Nous invoquerons en effet une raison d’ordre linguistique comme justification partielle de notre choix littéraire. Il s’agit de la correspondance existant entre Black English et français créolisé. Le Black English se trouverait être une variété de langue se situant, à l’intérieur d’un « continuum post-créole » (DeCamp, 1971, p. 350), c’est-à-dire à l’intérieur d’un « spectre continu de variétés de discours » (Garmadi, 1981, p. 144), quelque part entre les deux variétés constituant les extrêmes de ce spectre linguistique, un créole et la langue l’ayant relexifié, l’anglais. Telle est l’opinion de Loreto Todd:

[...] it is more profitable and more realistic to look at BE [Black English] not as a deviant dialect of British English but as a development of a creole English. [...] It can be argued that BE, because of its greater exposure to standard English, has retained fewer creole features and fewer lexical items of African origin than any other pidgin or creole English of the Atlantic type; but it is a verifiable fact that it possesses characteristics usually associated with Atlantic pidgins and creoles. (1990, p. 62)

  • 5 Holton fournit une synthèse intéressante des diverses théories avancées concernant les origines du(...)

7Le Black English serait donc une variété linguistique décréolisée d’un créole à base anglaise, d’où la correspondance avec le français créolisé dont une des composantes est également un créole, mais à base française. Or on a remarqué qu’il existait des parentés non seulement entre créoles français, mais aussi entre créoles français et créoles anglais, espagnols ou autres (Garmadi, 1981, p. 172). La théorie linguistique de la monogenèse avance que tous les créoles ont une origine commune, un proto-sabir portugais parlé par les marins portugais qui faisaient le commerce des esclaves à partir du XVe siècle et qui se serait relexifié au contact de langues comme le français, l’anglais, l’espagnol, etc. (Garmadi, 1981, p. 173-175). Cette parenté linguistique nous apparaît être une raison de plus pour justifier le recours à une variété de français créolisé pour traduire le Black English5.

  • 6 Auteur prolifique né à la Martinique, Glissant a écrit des romans (dont La lézarde, prix Renaudot (...)
  • 7 Voici tout de même quelques titres consultés, mais dont les ressources étaient soit moins nombreus (...)

8Enfin, le choix plus précis de Gouverneurs de la rosée et de Chronique des sept misères comme sources de procédés et de stratégies de traduction du parler noir n’est pas arbitraire. Ce sont là deux romans qui ont été hautement appréciés par la critique et dont la grande qualité littéraire est particulièrement féconde pour un travail comme le nôtre. Hoffmann dit de Roumain qu’« [il] a su jouer sur toute une gamme de registres linguistiques, les harmoniser pour créer une écriture profondément originale, qui apporte en même temps un enrichissement considérable au patrimoine littéraire de la Francophonie » (1982, p. 148-149) et Édouard Glissant6, signataire de la préface de Chronique des sept misères, écrit : « L’explosion des trouvailles de Chamoiseau, souvent et ingénument ancrées dans des transpositions littérales, qui s’avouent pour telles, nous procure une rare félicité de lecture » (1986, p. 6). Il aurait par ailleurs été redondant et peu pertinent de citer plusieurs œuvres qui, bien qu’utilisant certains procédés communs à Roumain ou à Chamoiseau, ne dépassent pas ces auteurs dans leur recherche et leur travail littéraires7 :

En fait, sauf exception notoire — et je crois que Chamoiseau constitue l’une de ces exceptions, notamment à cause du jeu auquel il se livre sur la langue dans Chronique des sept misères — la littérature créole en français tend à être une « littérature régionaliste », pas toujours très originale, dans laquelle la bouillabaisse et les « peuchère » de Pagnol sont remplacés par de la « morue salée » cuite dans un « canari » par « M’man Tine ». Cette littérature qui cherche à faire « couleur locale » donne souvent d’intéressants témoignages sur les modes de vie ; même si elle reste « mineure » elle peut présenter un réel intérêt anthropologique, voire historique. Malgré tout, la valeur littéraire de telles œuvres n’est pas toujours exceptionnelle. (Hazaël-Massieux, 1990, p. 292)

Stratégies pour accueillir le parler noir

  • 8 Les auteurs auxquels Jonassaint s’est intéressé sont Frédéric Marcelin, Fernand Hibbert, Justin Lh (...)

9Jean Jonassaint, critique de littérature haïtienne, a montré comment certains écrivains haïtiens parvenaient à marquer leurs œuvres du sceau de leur identité nationale, en d’autres mots, de leur haïtianité. Cette dernière se manifestant par le biais de trois types de stratégies : éditoriales, scriptoriales et narratoriales8 (Jonassaint, 1992-1993, p. 39-48).

Stratégies éditoriales

10Par « stratégies éditoriales », Jonassaint entend « un péritexte affirmant ou soulignant l’haïtianité de l’œuvre » (1992-1993, p. 40). Les auteurs voulant revendiquer le caractère national de leurs romans auront donc recours à toutes sortes de moyens pour y arriver, comme écrire un « plaidoyer pour une littérature nationale », une « préface », une « dédicace (préfacielle) » qui, tous, affirment et affichent la profonde haïtianité de leurs œuvres (Jonassaint, 1992-1993, p. 40-41). La préface à Chronique des sept misères, signée par Edouard Glissant et intitulée « Un marqueur de paroles », constitue elle aussi une stratégie éditoriale au sens où le lecteur est amené à voir les manipulations linguistiques de Chamoiseau, non pas comme dégradation du français, mais comme création artistique, comme célébration de la langue. Ces procédés paratextutels pourraient être repris par les traducteurs lorsqu’ils sont aux prises avec la traduction d’un ou de plusieurs sociolectes. Tel a d’ailleurs été le choix de Françoise Brodsky, traductrice de l’écrivaine noire américaine Zora Neale Hurston, qui nous présente ses choix traductionnels dans des « Notes sur la traduction ». Un appareil paratextuel expliquant les difficultés, les problèmes rencontrés lors de la traduction du sociolecte serait déjà une façon de montrer l’importance de ce parler dans l’original et d’attirer l’attention du lecteur sur sa présence dans le texte traduit. Le rôle de la préface n’est pas à négliger selon Sherry Simon :

Le langage de la préface est double : il veut dire et faire, exprimer des savoirs et conjurer des pouvoirs. Discours d’escorte, vedette américaine dont la seule véritable fonction est de préparer son public, le sens de la préface semble être tout entier dans son efficacité à capter la bienveillance d’un lecteur désigné, comme disait bien son nom — la captatio benevolentiae — chez les anciens. Depuis le Moyen Âge la préface est le point de jonction entre l’écriture et les puissances politiques et commerciales qui l’accueillent, tantôt bouclier destiné à protéger l’œuvre des dangers qui la guettent, tantôt fer de lance cherchant à prendre d’assaut des marchés nouveaux. (1990, p. 98)

11La préface permettra non seulement d’influencer la réception de l’œuvre par le lecteur, mais elle aura aussi comme conséquence de lui faire prendre conscience qu’il lit non pas l’original, mais une traduction. Elle peut donc également jouer un rôle de promotion, aussi bien de la traduction que du traducteur en tant que sujet traduisant. Enfin, la préface pourrait remettre en question « [l]e mythe de l’objectivité [qui] érige en donnés, c’est-à-dire en entités saisissables en dehors de toute interaction avec le sujet qui les produit, les reçoit ou les observe, aussi bien les énoncés (de départ et d’arrivée) que l’opération énonciative ou ré-énonciative » (Folkart, 1991, p. 367).

Stratégies scriptoriales

  • 9 Nous préférons employer le terme de « créolité » plutôt que celui de « négritude » créé par Aimé C (...)

12Les stratégies scriptoriales représentent tous les procédés (typographiques ou linguistiques) mis en œuvre par les auteurs et les traducteurs pour marquer, à l’intérieur du texte ou en ses bordures, l’identité noire des personnages, leur « créolité9 » Parmi les procédés typographiques étudiés par Jonassaint, on trouve d’abord des « procès de traduction », c’est-à-dire l’inscription dans le texte du sens de mots, phrases ou expressions haïtiens, sous forme de « parenthèses ou notes explicatives, traductions littérales ou littéraires, glossaires, etc. » (1992-1993, p. 42-43). Ces procès de traduction visent à créer une distance vis-à-vis de la langue française :

Qu’ils soient explicites ou non, qu’ils soient en marge ou dans le corps du texte, qu’ils soient discours du narrateur, d’un personnage ou du scripteur, les procès de traduction se donnent toujours comme trace d’une opposition entre un sens national (une sémantique haïtienne) et un sens autre (une sémantique française ou européenne), et ont, entre autres finalités, de marquer l’haïtianité du français du récit — langue d’écriture. (Jonassaint, 1992-1993, p. 45)

  • 10 Notons au passage que les exemples seront tirés autant de la diégèse que des dialogues vu l’omnipr (...)

13Comparativement à Roumain, Chamoiseau a plus souvent recours au procès de traduction. Cependant, il se sert rarement de la note en bas de page, préférant inclure la traduction de la phrase créole directement à sa suite entre parenthèses. Ce qui donne, par exemple : « [...] Man ni bel yanmes vini ouê mwen ! (J’ai de belles ignames, venez me voir10 !) » (CSM, p. 21). Roumain, quant à lui, se sert de la note en bas de page et transcrit le créole en italique. Il s’agit probablement d’une manœuvre visant à attirer l’attention du lecteur sur un mot ou un groupe de mots qui seront réutilisés sans italique ni note un peu plus loin dans le texte. Précisons dès lors que l’italique ne relève pas d’une « volonté de distanciation » (Lane-Mercier, 1990, p. 46) de la part de l’auteur par rapport au créole puisque tout le texte de Roumain est truffé de français créolisé. Quoi qu’il en soit, chaque auteur parvient à afficher sa créolité par le biais de ce procédé typographique.

  • 11 D’après le Dictionnaire créole-français, le verbe bêtiser s’écrira bétizé (Ludwig, 1990, p. 73), d (...)

14Autre procédé typographique auquel les auteurs ont recours moins souvent, mais qui apparaît tout de même à quelques reprises, Veye dialect. Chamoiseau transformera donc la graphie de qu’est-ce en « kesse » (CSM, p. 33) ou en « quesse » (CSM, p. 41) et celle de est-ce en « esse » (CSM, p. 68). Par opposition à ces variantes orthographiques, il s’agit peut-être d’un moyen, par le biais de la graphie, de prêter une langue un peu plus châtiée aux personnages qui utilisent les formes standard est-ce et qu’est-ce (Hazaël-Massieux, 1988, p. 126). Le seul cas d’eye dialect chez Roumain est la transformation de c’est en cê. Même s’il est très peu utilisé par chacun des auteurs, ce procédé ne manque pas d’attirer l’attention lorsqu’il surgit dans le texte et pourrait constituer un moyen compensatoire pour traduire le Black English. En effet, en ayant recours à une graphie s’inspirant de l’orthographe du Groupe d’études et de recherches en espace créolophone (GÉREC) qui met l’accent sur une transcription graphique phonétique s’éloignant de l’orthographe francisante (Ludwig, 1990, p. 13), il serait possible, d’une manière emblématique, de signifier l’identité noire des personnages11. Bien entendu, comme le spécifie Ross (1989, p. 99), une utilisation excessive d'eye dialect peut nuire à la lisibilité et créer des interférences lors de la lecture ; aussi un certain dosage doit-il accompagner le choix du marquage.

  • 12 Ce sont deux catégories non étanches, la variation pouvant être à la fois lexicale et syntaxique.

15D’autres procédés, linguistiques cette fois et visant une véritable créolisation du français, sont également mis à contribution par les auteurs. Ces procédés ont pour conséquence une transformation de la langue française afin d’y introduire une structure nouvelle, un lexique nouveau et, ultimement, une pensée nouvelle, étrangère. Roumain et Chamoiseau sont tous deux reconnus comme étant passés maîtres dans l’art de créoliser le français. Cette variation linguistique du français se fait surtout à travers le calque du créole. On distinguera deux types de variation : la variation lexicale et la variation syntaxique12.

  • 13 À noter qu’il s’agit du créole haïtien. Ce dictionnaire, laissé en notes manuscrites par Faine en (...)

16Chamoiseau et Roumain semblent créer des mots nouveaux, mais en fait ils empruntent directement à la langue créole. En effet, « dérespecter » (GR, p. 46), « bêtiser » (GR, p. 28), « insolenceté » (GR, p. 60), « avant-jour » (GR, p. 63), « tremblade » (CSM, p. 52), « du temps-longtemps » (CSM, p. 211 et GR, p. 40), « ici-dans » (CSM, p. 54), « tout partout » (GR, p. 40 et CSM, p. 54) sont tous des termes attestés soit dans le dictionnaire de Ludwig (1990), soit dans le Dictionnaire français-créole13 de Jules Faine (1974). Pour le lecteur francophone non averti, ces emprunts ressemblent à des variations lexicales et contribuent à marquer l’identité noire des personnages.

  • 14 Il s’agit en effet de la traduction créole du terme monsieur. Le dictionnaire de Ludwig l’orthogra (...)

17Le cas particulier du terme créole misié14 est intéressant en ce qui concerne la traduction du Black English. Cet emprunt est en effet perçu comme du parler petit-nègre parce qu’une certaine littérature française a représenté le parler des Noirs par un français pauvre et a fait du mot missié la marque stéréotypée et, par là même, stigmatisante, des personnages noirs. Or, lorsqu’il est intégré à un texte qui rend le parler des Noirs sans les ridiculiser — comme c’est le cas pour Roumain et Chamoiseau chez qui on retrouve « missié » (CSM, p. 32) et « mussieu » (CSM, p. 44 et GR, p. 99) —, cette forme créole, entourée d’autres formes créoles ou créolisantes, se trouve dès lors réhabilitée par le texte et ne renvoie plus une image stéréotypée et dégradante du Noir. La traduction du Black English, en faisant sienne cette pratique littéraire, aurait le pouvoir, elle aussi, de changer les habitudes de lecture et de réception du parler noir (c’est d’ailleurs ce qui se produisait dans la traduction de Nétillard ; voir le chapitre précédent).

  • 15 Ni le dictionnaire de Faine ni celui de Ludwig ne comportent d’attestation du verbe cauchemarder, (...)
  • 16 On trouve l’acception de démarche sous le terme marcher, orthographié maché dans le dictionnaire d (...)

18Outre le recours à l’emprunt et en s’inspirant du créole toujours, Chamoiseau et Roumain changent parfois la catégorie grammaticale des mots. Sous la plume de Chamoiseau, le verbe intransitif cauchemarder deviendra donc un verbe transitif, produisant ainsi une modification sémantique, on passe de faire des cauchemars à transformer en cauchemar (« ces aboiements vengeurs qui cauchermardaient les rêves les plus secrets » CSM, p. 39). De même pour propreté qui sera employé comme verbe chez Roumain15 (« ils avaient, jadis, nettoyé et propreté ce jardin » ; GR, p. 103). Le contraire est également possible, c’est-à-dire qu’un verbe soit substantivé : « Anatole-Anatole garda son marcher16 tranquille » (CSM, p. 33). Hazaël-Massieux note, pour sa part, qu’existe chez Chamoiseau la « [création] d’adverbes sur le modèle “souvemment”, “vitement”, attesté aux Antilles : on trouve “malement” [CSM, p. 53] » (Hazaël-Massieux, 1988, p. 125). Chamoiseau a également recours à ce qu’Hazaël-Massieux appelle des « spécificateurs créoles » (1988, p. 125). On lira donc des expressions telles que « sans pièce problème » (CSM, p. 149) et « une charge de fois » (CSM, p. 212), toutes deux calquées du créole : pyès (pour pièce) signifie « aucun » (Ludwig, 1990, p. 349) et onchaj ou onchay signifie « beaucoup, abondamment » (Ludwig, 1990, p. 243).

19La composition, très utilisée par Chamoiseau, est aussi un procédé de création lexicale propre au créole. Il se manifeste par le remplacement de la conjonction ou par l’union de termes que l’usage n’accolerait pas. On trouvera donc dans Chronique des sept misères des noms composés comme « herbes-médecine » (p. 49), « marchandes-poissons » (p. 51), « à droite-gauche » (p. 20) pour les cas où la conjonction disparaît, mais encore « herbes-à-tous-maux » (p. 51), « Jésus-Marie-Joseph » (p. 39), « sa gamelle de morue-frite-avocats-choux durs » (p. 20) et, dans Gouverneurs de la rosée, « demain-si-dieu-veut » (p. 72) et « après-demain-si-dieu-veut » (p. 81), tous syntagmes qui, pour un non-créolophone, créent un certain effet de surprise vu leur étrangeté. C’est d’ailleurs un des procédés qu’emploie Brodsky d’« agglutiner les mots (nfait, jsuis, jui...) ou, lorsque cela n’était pas possible, [de] remplacer l’apostrophe par un tiret (c-que, d-dépenser...) » (1993, p. 12). Le caractère inusité d’un tel procédé peut parvenir à créer une distance vis-à-vis de la représentation traditionnelle des sociolectes littéraires français et, par là, devenir un marqueur symbolique du parler noir.

20En plus de leur travail sur le lexique, les deux auteurs étudiés reprennent également des structures, des constructions propres au « français haïtien » tel que décrit par Pradel Pompilus. Par exemple, le oui ou le non intonatif placé en fin de phrase est défini, par Pompilus, comme étant « l’habitude, chez les sujets parlants [haïtiens] de toutes les classes sociales et de tous les niveaux de culture, de souligner l’affirmation ou la négation par un oui ou un non qui se place à la fin de l’énoncé ou qui le brise, et qui se prononce sur une intonation différente du reste de la phrase » (1961, p. 47). On lira donc, autant chez Chamoiseau que chez Roumain, des phrases du type : « Je te dis bonsoir, oui, Annaïse » (GR, p. 106), ou « Tu n’as pas répondu à ma question, non » (GR, p. 123), ou encore « tu peux la prendre, oui » (CSM, p. 29). Le renforcement du pronom est aussi caractéristique du français haïtien (Pompilus, 1961, p. 78) et se retrouve sous la plume de Roumain : « Moi, j’aime bien les cigares bien forts, moi-même » (GR, p. 46). L’absence de l’article devant le substantif (Hazaël-Massieux, 1988, p. 124) est assez fréquente chez Chamoiseau, et Pompilus relève ce type de construction comme étant courant en français haïtien (1961, p. 61-62). Le texte de Chronique des sept misères présentera des phrases sans article comme « pourrir jusqu’à poussière » (p. 213) ou encore « s’alourdirent comme sacs de sel » (p. 35). De la même manière, seul Chamoiseau a recours à ce qu’Hazaël-Massieux a décrit comme étant des « constructions sérielles, rares dans le créole des Antilles, mais qui sont [...] utilisées un peu comme marqueurs symboliques d’un français “créolisé” » (1988, p. 125) : « [...] elle prit-courir pour elle sur la route chaude » (CSM, p. 33) et « Pipi, lui, [...] dissipait ses journées à tourner-virer entre les paniers » (CSM, p. 59) en constituent des exemples (nous soulignons). Ces constructions sérielles s’apparentent à l’un des choix de traduction de Brodsky pour rendre le « double passé composé » du Black English. Par exemple, pour traduire l’anglais « Spunk’s done gone too fur » (Hurston, 1985, p. 2), la traductrice se sert de la redondance : « Spunk a trop poussé-charrié » (Hurston, 1993, trad. de Brodsky, p. 14, nous soulignons).

21En somme, il apparaît clairement qu’une certaine littérature francophone ait réussi à inscrire son identité dans le texte romanesque et qu'elle recèle dès lors des outils, des ressources qui pourraient aider à la traduction de l’aspect matériel et des fonctions du Black English.

22Ces ressources ont déjà été mises à profit par Brodsky, qui a signé la première version française du recueil de nouvelles intitulé Spunk de Zora Neale Hurston. En voici un extrait, précédé de l’original, qui illustre de manière plus substantielle l’application de certains des procédés que nous avons décrits :

Clarke spoke for the first time. «Tain’t no law on earth dat kin make a man be decent if it ain’t in ‘im. There’s plenty men dat takes a wife lak dey do a joint uh sugar-cane. It’s round, juicy an’ sweet when dey gits it. But dey squeeze an’ grind, squeeze an’ grind an’ wring every drop uh pleasure dat’s in em out. When deys satisfied dat dey is wrung dry, dey treats em jes’ lak dey do a cane-chew. Dey thows em away. Dey knows whut dey is doin’ while dey is at it, an’ hates theirselves fuh it but they keeps on hangin after huh tell she’s empty. Den dey hates huh fuh bein’ a cane-chew an’ in de way.»
« We oughter take Syke an’ dat stray ‘oman uh his’n down in Lake Howell swamp an’ lay on de rawhide till they cain’t say Lawd à mussy. He allus wuz uh ovahbearin niggah, but since dat white oman from up north done teached ‘im how to run a automobile, he done got too beggety to live — an’ we oughter kill ‘im, » Old Man Anderson advised. (Hurston, [1925] 1985, p. 43-44)

Pour la première fois, Clarke prit la parole. « Y a pas une loi sur terre qui peut faire d’un homme un gars décent s’il a pas ça en lui. Y a plein dtypes qui prennent femme comme on prend un bout dcanne à suc’. C’est rond, juteux et sucré quand y la prennent. Mais y pressent et y broient, y pressent et y broient, et y tordent jusqu’à c-qu’ils en tirent la dernière goutte de plaisir. Quand y sont convaincus qu'elle est tordue-essorée, y la traitent comme on fait d’une mâchouillure de canne. Y la jettent. Y savent c-qu’y font au moment-même, et y sdétestent de lfaire, mais y s’accrochent à elle jusqu’à c-qu’elle est vide. Après, y la détestent pasqu’elle est qu’une mâchouillure de canne sur leur chemin.
— On dvrait emmener Sykes et sa clocharde aux marais du lac Howell et leur donner dla lanière de cuir jusqu’à c-qu’y puissent pus dire Seigneur aie pitié. L’a toujours été un nèg’ arrogant, mais depuis qucette Blanche du Nord lui a appris-montré comment conduire une automobile, l’est devnu trop morveux pour viv’— on dvrait ltuer, nous aut’ », conseilla le vieil Anderson. (Hurston, 1993, trad. de Brodsky, p. 65-66)

23On constate en examinant ces deux extraits qu’il ne s’agit pas là d’une traduction littérale, mais qu’un effet d’ensemble comparable est obtenu même si chaque marqueur source n’est pas précisément rendu par un marqueur en langue cible.

24L’emploi du français créolisé devra effectivement être fonction de l’interprétation, par le sujet traduisant, du rôle des traits textuels du parler noir dans le système global du texte. Ce travail interprétatif orientera également la sélection des procédés de créolisation disponibles afin que le texte traduit manifeste le même projet esthéticoidéologique que signalaient les marques de surface sociolectales de l’original. Une harmonisation entre marqueurs sociolectaux et non sociolectaux sera donc à rechercher pour que soient recréés en français des « réseaux de redondances » qui fassent corps avec le texte ; pour que soient reconstruites les fonctions assumées par le sociolecte original.

  • 17 De fait, nous renvoyons à l’article de Françoise Brodsky paru dans la revue TTR (1996) où la tradu (...)

25Espérons que ce chapitre, même s’il est loin d’être exhaustif17, constituera un apport, tant à la réflexion sur la traduction des sociolectes littéraires qu’à la pratique même de cette traduction. Nous avons surtout tenté de dévoiler des possibles dans la langue française pour accueillir le parler noir et peut-être, ultimement, notre recherche aura-t-elle contribué à préparer l'« espace de jeu d’une retraduction » (1995, p. 17), pour reprendre la magnifique formule d’Antoine Berman.

Notes

1 Ce chapitre est une version remaniée d’un article paru en 1997 dans le numéro 51 de la revue Présence francophone.

2 Les extraits tirés de ces romans seront suivis entre parenthèses des sigles GR ou CSM et du numéro de la page.

3 Nous tenons à préciser dès à présent que, bien que la littérature antillaise soit notre principal objet d’étude, d’autres littératures sont également susceptibles d’offrir des modes de représentation de l’oralité noire (voir notamment l’article de Gabriel Kuitche Fonkou (1996) qui propose une analyse des romans négro-africains sous l’angle de la question sociolectale).

4 À un niveau plus général, Berman tient sensiblement le même discours lorsqu’il analyse la traduction qu’a faite Klossowski de l'Énéide : « De fait, il s’agit d’implanter en français le caractère “disloqué” de la syntaxe latine, d’introduire les rejets, les inversions, les déplacements, etc., du latin qui permettent le jeu des mots dans le dire épique, mais sans pour autant reproduire naïvement, servilement, les rejets, inversions, déplacements de l’original ; sans les copier “tels quels”. La différence est de taille : ce qui est “traduit”, c'est le système global des inversions, rejets, déplacements, et non leur distribution factuelle tout au long des vers de l’Enéide » (1985, p. 140).

5 Holton fournit une synthèse intéressante des diverses théories avancées concernant les origines du Black English. La position la plus ancienne est celle des anglicistes, datant environ du début du XXe siècle, selon qui le parler des Noirs du Sud des États-Unis était un dérivé de l’anglais paysan, mais ne contenant aucune racine africaine. Melville Herskovits, en 1941, et Lorenzo Dow Turner, à sa suite en 1949, rejettent la thèse angliciste. Turner a estimé qu’avant 1808, 100 000 esclaves avaient été emmenés d’Afrique directement en Caroline du Sud et en Géorgie et se partageaient une vingtaine de langues. Mise à part la position des anglicistes, on retrouve celle des dialect geographers. Ces derniers sont d’accord avec les résultats d’Herskovits et de Turner sur l’étymologie africaine de mots anglais, mais ils proposent tout de même une autre théorie. Menés par Hans Kurath et Raven McDavid, les dialect geographers considèrent que sur un territoire donné, tous les locuteurs parlent le même sociolecte. Ainsi, les Blancs comme les Noirs partageraient essentiellement la même variété de langue au sein d’une région géographique donnée. Enfin, et c’est la position que nous privilégions, il existe un groupe de linguistes (dont J. L. Dillard fait partie) s’opposant au dialect geographers et qui, se réclamant des idées de Herskovits et Turner, adoptent une position créoliste concernant les racines linguistiques du Black English (Holton, 1984, p. 19-31).

6 Auteur prolifique né à la Martinique, Glissant a écrit des romans (dont La lézarde, prix Renaudot 1958), des essais (Le discours antillais, paru en 1981, est un des plus connus), de la poésie et du théâtre. Dans son ouvrage intitulé Introduction à une poétique du divers (1995), ouvrage pour lequel il a reçu le prix de la revue Études françaises et de la francophonie, Glissant défend une vision englobante de l’art, considérant que l’écrivain fait partie de ce qu’il appelle le « chaos-monde », univers métissé inclusif où s’inscrit la multiplicité de notre monde.

7 Voici tout de même quelques titres consultés, mais dont les ressources étaient soit moins nombreuses, soit moins variées que celles des œuvres à l’étude : Le drame de la terre (1933) de Jean-Baptiste Cinéas ; La famille des Pitite-Caille (1905) et Zoune chez sa Ninnaine (1906) de Justin Lhérisson ; Marilisse (1903) de Frédéric Marcelin ; Bon Dieu rit (1952) d’Édris Saint-Amand ; La bête de Musseau (1946) de Philippe Thoby-Marcelin et Pierre Marcelin ; Un grand pas vers le Bon Dieu (1989) de Jean Vautrin (prix Goncourt 1989) ; Diab’là (1948) et La rue Case-Nègres (1950) de Joseph Zobel.

8 Les auteurs auxquels Jonassaint s’est intéressé sont Frédéric Marcelin, Fernand Hibbert, Justin Lhérisson et Antoine Innocent. Les stratégies narratoriales se caractérisent par « cette insistance sur le mode (ou registre) oral de l’échange [qui] se traduit particulièrement par un recours au “nous”, et au possessif, “notre” — ce qui tend à présenter (ou à identifier) narrateur et narrataire, ou narrateur et personnages comme haïtiens —, et par l’emploi du verbe “dire” pour interpeller l’autre — narrataire ou personnage — ou pour préciser le procès de communication » (1992-1993, p. 47). Ce type de stratégies ne sera pas retenu étant donné l’impossibilité de l’appliquer à la présente étude.

9 Nous préférons employer le terme de « créolité » plutôt que celui de « négritude » créé par Aimé Césaire et qui renvoie à une affirmation identitaire, à une célébration de l’Afrique au sein des Antilles, mais dont le propre créateur n’a pas puisé dans la langue créole pour afficher son identité noire : « Le recours scriptural de Césaire doit en effet être défini par son caractère monoglossique. Il s’agit même d’une monoglossie opérant en amont, du côté de la langue haute (en français), et dans la frange la plus châtiée de la langue haute » (Bernabé, 1992-1993, p. 33). La créolité, quant à elle, admet ce travail sur la langue française que la négritude refusait. Elle est ce par quoi l’identité noire s’affirme en s’appropriant le français à sa façon, en le créolisant. Comme l’écrivent Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant : « La créolité, comme ailleurs d’autres entités culturelles a marqué d’un sceau indélébile la langue française. Nous nous sommes approprié cette dernière. Nous avons étendu le sens de certains mots. Nous en avons dévié d’autres. Et métamorphosé beaucoup. Nous l’avons enrichie tant dans son lexique que dans sa syntaxe. Nous l’avons préservée dans moult vocables dont l’usage s’est perdu. Bref, nous l’avons habitée. En nous elle fut vivante. En elle, nous avons bâti notre langage » (1989, p. 46-47).

10 Notons au passage que les exemples seront tirés autant de la diégèse que des dialogues vu l’omniprésence de l’oralité dans les deux romans étudiés. Dans Gouverneurs de la rosée par exemple, la voix du narrateur se fait parfois subjective, empruntant des expressions plus souvent usitées par les personnages : « C’est que les choses prenaient mauvais visage, la faim se faisait sentir pour tout de bon, le prix du gros-bleu montait en ville, alors on avait beau racommoder le linge, il y en avait dont le derrière, sauf votre respect, paraissait par les baillements du pantalon comme un quartier de lune noire dans les déchirures d’un nuage, ce qui n’était pas honorable, non, on ne pouvait le prétendre » (GR, p. 99 cité par Hoffmann, 1976, p. 159). Chez Patrick Chamoiseau, l’oralité est également présente, mais se manifeste autrement, apparaissant en style indirect libre à l’intérieur de la narration : « Les fillettes de Félix Soleil devinrent des femmes. Un jour incroyable, elles trouvèrent en elles-mêmes le courage de l’envoyer paître, lui, ses poules, ses cochons, ses moutons, ses crabes, et toute la compagnie que tu veux car on a assez maintenant avec toi » {CSM, p, 24).

11 D’après le Dictionnaire créole-français, le verbe bêtiser s’écrira bétizé (Ludwig, 1990, p. 73), de même que quelque chose sera orthographié kèchòy ou kèchòz (Ludwig, 1990, p. 169). L’écrivain québécois Jean-Claude Germain a aussi recours à l’eye dialect en écrivant, par exemple, borre au lieu de bord, ou morre au lieu de mort. L’utilisation de ce procédé a pour effet de créer une distance vis-à-vis du français de France (Brisset, 1988, p. 100).

12 Ce sont deux catégories non étanches, la variation pouvant être à la fois lexicale et syntaxique.

13 À noter qu’il s’agit du créole haïtien. Ce dictionnaire, laissé en notes manuscrites par Faine en 1937, n’a pas paru de son vivant, mais une équipe de spécialistes dirigée par le linguiste Gilles Lefebvre de l’Université de Montréal a revu l’ouvrage afin de le publier, pour la première fois, en 1974.

14 Il s’agit en effet de la traduction créole du terme monsieur. Le dictionnaire de Ludwig l’orthographie misyé (1990, p. 377), tandis que celui de Faine propose plusieurs variantes : m'sieu, m’sié, mouché et m'ché (1974, p. 304).

15 Ni le dictionnaire de Faine ni celui de Ludwig ne comportent d’attestation du verbe cauchemarder, mais propreter apparaît dans les deux sources (Faine, 1974, p. 314 et Ludwig, 1990, p. 378).

16 On trouve l’acception de démarche sous le terme marcher, orthographié maché dans le dictionnaire de Ludwig (1990, p. 215).

17 De fait, nous renvoyons à l’article de Françoise Brodsky paru dans la revue TTR (1996) où la traductrice expose, plus en détail, les motivations se profilant derrière ses choix de traduction.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search