Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Chapitre 3. Suzanne Nétillard et Huckleberry Finn : un début d’oralité

Texte intégral

1 Une période de 62 ans sépare la traduction de William-Little Hughes de la première retraduction des Adventures of Huckle-berry Finn de Mark Twain. Signée par Suzanne Nétillard, cette nouvelle traduction, préfacée par l’historien marxiste Jean Kanapa, est une version intégrale du texte original, la table des matières comptant aussi 43 chapitres.

2Diamétralement opposée au projet de Hughes, la traduction de Nétillard tend à réactiver (et même à accentuer à certains endroits), par divers moyens, le projet esthético-idéologique de l’œuvre de départ. En outre, sa traduction sera la première à être destinée à un public adulte. Deux indices nous portent à le croire : la longueur de la préface (elle fait plus de six pages) ; et le commentaire suivant de Kanapa : « Dans la mesure où cette nouvelle collection des éditions Hier et Aujourd’hui a pour objet de faire connaître les “classiques” peu connus, oubliés ou défigurés [...], les “classiques” du patrimoine progressiste universel, on ne peut que se féliciter de la voir inaugurée par une œuvre importante de ce “gêneur” de Sam Clemens » (Kanapa, 1948, p. VI-VII). Kanapa s’adressait, visiblement, à un public averti, donc adulte. Notons que Kanapa, qui ne dit rien sur la traduction, n’entendait pas le terme de défiguré au sens de mal traduit-, il faisait référence à la critique américaine qui aurait sciemment ridiculisé ou même occulté certains romans de Twain parce qu’ils étaient trop subversifs, trop revendicateurs. De nos jours, la traduction de Nétillard est publiée dans des formats pour enfants. Mise à part sa traduction de Huckleberry Finn, Nétillard a aussi traduit, en 1967, Wolf Soient de John Cowper Powys, écrivain britannique de la première moitié du XXe siècle.

3Le texte français de Nétillard ne manifestant pas de transformations massives de l’ordre de celles rencontrées dans la traduction de Hughes, nous procéderons à une analyse de la traduction des moments clés tels qu’identifiés dans le texte de départ ainsi qu’à une analyse du paratexte, dans ce cas-ci la préface de Kanapa. Considérant que le texte, avant toute chose, affiche le projet tel qu’il a été réalisé (Berman, 1995, p. 77), nous n’attacherons qu’une importance secondaire au paratexte. Notons enfin que trois autres traductions seront abordées dans ce chapitre : celles d’André Bay, de Lucienne Molitor et de Jean La Gravière.

4André Bay fut écrivain, critique, traducteur et éditeur chez Stock (où il a aussi dirigé la collection « Mon bel oranger »). Son œuvre romanesque, portant principalement sur le thème amoureux, comprend des titres comme La fonte des neiges et La carte du tendre publiés respectivement en 1953 et 1959 chez Gallimard. Traducteur prolifique, Bay a rendu en français, entre autres, Alice in Wonderland et Through the Looking-Glass de Lewis Carroll, Treasure Island de Robert Louis Stevenson et Gulliver’s Travels de Jonathan Swift. En 1961, Stock publiait sa traduction du célèbre roman de Twain intitulée Les aventures d’Huckleberry Finn.

5Deux ans plus tard, la collection « Bibliothèque Marabout Géant » de la maison Marabout publiait un livre au titre plutôt déroutant : Les aventures de Tom Sawyer et Huckleberry Finn. Il s’agissait là en fait d’un format combiné incluant les deux romans de Twain. On apprend d’ailleurs à la quatrième page de l’ouvrage que : « Les aventures de Tom Sawyer et celles de Huckleberry Finn ont été traduites de l’anglais respectivement par Paul Maury et Lucienne Molitor ». Non illustré, se présentant comme un texte intégral (renseignement que l’on retrouve en première de couverture), le texte français des Aventures de Huckleberry Finn serait donc l’œuvre de Lucienne Molitor.

6La traduction de La Gravière est parue en 1979 aux Éditions Rouge et Or et s’adresse, quant à elle, à un public jeunesse.

Le Black English en français

7Choix étonnant chez Nétillard étant donné la recherche linguistique dont témoigne sa traduction (on y reviendra), l'Explanatory de Twain sur les divers dialectes représentés dans le roman n’a pas été traduit. Cette note explicative était-elle seulement présente dans le texte de départ ? Cela est fort probable, car, jusqu’ici, toutes les éditions originales de Huckleberry Finn que nous avons consultées comprenaient l'Explanatory. Choix éditorial, peut-être ? Nous ne saurions le dire. Notons toutefois que deux des rééditions subséquentes de la traduction de Nétillard (1973 et 1982) ne font pas non plus état d’une note portant sur les sociolectes romanesques du texte source.

8Dans la traduction de Bay, l'Explanatory est traduit partiellement et intégré à une Note sur la traduction. Voici la note de Twain, suivie de celle du traducteur :

In this book a number of dialects are used, to wit : the Missouri negro dialect ; the extremest form of the backwoods South-Western dialect ; the ordinary « Pike County » dialect ; and four modified varieties of this last. The shadings have not been done in a hap-hazard fashion, or by guessguess-work ; but pains-takingly, and with the trustworthy guidance and support of personal familiarity with these several forms of speech.
I make this explanation for the reason that without it many readers would suppose that all these characters were trying to talk alike and not succeeding. (HF, p. 2) Mark Twain annonce dans une note liminaire qu’il a employé divers dialectes dans ce livre, au moins quatre, celui des nègres du Missouri, celui du Sud-Ouest, etc..., sans compter les subdivisions dialectales et il nous avertit aimablement de ce lait parce qu’on pourrait s’imaginer que tous ses personnages s'efforcent de parler de la même façon sans tout à fait y parvenir...
En employant systématiquement le style parlé, Mark Twain, en autodidacte conscient de ses limites, a opéré une véritable révolution dans la littérature américaine. Il lui a permis d’être enfin elle-même et non plus une branche de la littérature anglaise. Dans la présente traduction, nous nous sommes efforcés de conserver au récit son naturel un peu débraillé, familier, sans aller jusqu’à l’argot et en respectant autant que possible les règles de la grammaire. (Bay, p. 15)

9Bay se comporte ici en critique littéraire — le rôle de tout traducteur, en réalité —, puisqu’il fait état de l’influence de Twain sur la littérature américaine, pour enfin mentionner comment la traduction traite les dialectes source (« sans aller jusqu’à l’argot et en respectant autant que possible les règles de la grammaire »). Ce dernier renseignement indique déjà un élément important : Bay a tenté de rendre compte des sociolectes de départ. Notons enfin que la note de Twain n’est pas traduite intégralement (ce que signalent les points de suspension), le lecteur francophone ne sachant donc pas que l’auteur a représenté les dialectes avec soin et minutie et en fondant son travail sur une connaissance personnelle de ces divers parlers.

10Dans la version française de Molitor, l'Explanatory est partiellement inclus dans une Note de l'éditeur qu’on retrouve au début du livre (p. 4) ce qui rejoint l’option choisie par Bay :

Dans l’édition originale, l’auteur a tenu à faire remarquer que les personnages s’expriment dans plusieurs dialectes : celui que parlent les noirs du Missouri ; celui, le plus typique, de la frontière du sud-ouest ; le dialecte ordinaire du « Comté de Pike », et enfin quatre variations de ce dernier.
Il ha évidemment pas été possible de traduire en français les nuances de ces divers dialectes. Aussi le traducteur a-t-il adopté, dans tous les cas, une forme unique de langage populaire.

  • 1 Nous sommes consciente du fait qu’il s’agit, dans le cas de Molitor, d’une note faite par l’éditeu (...)

11Première question soulevée par cette Note de l’éditeur : la « forme unique de langage populaire » s’applique-t-elle uniquement à la traduction de Tom Sawyer par Paul Maury, ou également à la traduction de Huckleberry Finn par Molitor ? On serait tenté de répondre que seule la version de Maury est visée vu la mention du traducteur au masculin singulier. Toutefois, deux éléments pourraient servir l’argument inverse : d’abord, il se peut que Lucienne Molitor soit considérée comme un traducteur, d’où le recours au masculin ; ensuite, comme cette note est placée au début du livre (avant les deux traductions, donc), il est possible qu'elle s’applique aux deux textes traduits. La lecture de la traduction de Molitor confirmera cette dernière hypothèse, bien qu’il serait plus juste de parler, non pas d’« une forme unique de langage populaire », mais plutôt — et nous le verrons bientôt — d’une forme unique de langage marqué. Toujours est-il que, et une conclusion similaire pouvait être tirée de la Note sur la traduction de Bay, un élément du projet de traduction trouve sa manifestation ici1.

12L’omission de l’Explanatory dans la version de Nétillard n’aura pas empêché la traductrice de mettre en œuvre divers moyens linguistiques pour rendre en français le parler noir du texte anglais. Les toutes premières répliques de Jim en témoignent d’emblée, les voici :

Miss Watson’s big nigger, named Jim, was setting in the kitchen door ; we could see him pretty clear, because there was a light behind him. He got up and stretched his neck out about a minute, listening. Then he says,
« Who dah ? »
He listened some more ; then he come tip-toeing down and stood right between us ; we could a touched him, nearly. [...] Pretty soon Jim says :
« Say — who is you ? Whar is you ? Dog my cats ef I didn’hear sumf’n. Well, I knows what Is gwyne to do. I’s gwyne to set down here and listen tell I hears it agin. » (HF, chap. II, p. 10) Le grand nègre de Miss Watson, un nommé Jim, était assis à la porte de la cuisine, bien en vue, car il y avait une lumière derrière lui. Il se leva, resta une minute le cou tendu, et il dit enfin :
— Qui c’est qui est là ?
Il écouta encore, puis il sortit sur la pointe des pieds et vint se planter juste entre nous deux ; on aurait presque pu le toucher. [...]
Jim reprit bientôt :
— Hé là ! qui c’est qui est là ? Où c’est que vous êtes ? Je mettrais ma main à couper que j’ai entendu quéque chose. Mais je sais bien ce que je m’en vais faire : je m’en vais m’asseoir par terre, pour attend’ que ça recommence. (Nétillard, chap. II, p. 11)

13La traduction française manifeste déjà, en l’accentuant légèrement, une forme de répétition dans les répliques de Jim. Là où on retrouvait dans le texte anglais la reprise, qui créait aussi une rime, de la question : « who is you »/« whar is you », le texte français maintient et exploite la structure en la reprenant, d’une part, de la première à la seconde réplique (« qui c’est qui est là »/« Hé là ! qui c’est qui est là »), et, d’autre part, à l’intérieur de la seconde réplique (« qui c’est qui »/« où c’est que »). En outre, la repétition du syntagme « gwyne to » de l’original se retrouve aussi dans le texte traduit lorsque Jim dit « [...] ce que je m’en vais faire : je m’en vais m’asseoir [...] ». S’apparentant surtout à une forme hybride de parler paysan et familier, le sociolecte cible de Jim le différencie clairement de celui du narrateur Huck ; mais encore, ce n’est là qu’un début, les répliques suivantes de Jim montreront une plus grande diversité encore dans le choix des marqueurs.

14Lorsque Huck viendra demander à Jim ses prédictions quant au retour éventuel de son père, Jim lui rapportera ainsi les propos de la balle de crin :

« Yo’ole father doan’know, yit, what he’s a-gwyne to do. Sometimes he spec he’ll go ‘way, en den agin he spec he’ll stay. De bes’way is to res’easy en let de oie man take his own way. Deys two angels hoverin roun’‘bout him. One uv ‘em is white en shiny, en ‘tother one is black. De white one gits him to go right, a little while, den de black one sail in en bust it all up. A body can’t tell, yit, which one gwyne to fetch him at de las’. But you is all right. You gwyne to have considable trouble in yo’life, en considable joy. Sometimes you gwyne to git hurt, en sometimes you gwyne to git sick ; but every time you’s gwyne to git well agin. Dey's two gals flyin’‘bout you in yo’life. One uv ‘em’s light en ‘tother one is dark. One is rich en ‘tother is po’. You’s gwyne to marry de po’one fust en de rich one by-en-by. You wants to keep ‘way fum de water as much as you kin, en don't run no resk, ‘kase it’s down in de bills dat you’s gwyne to git hung. » (HF, chap. IV, p. 20) — Ton vieux père, il ne sait pas encore ce qu’il va faire. P’têt’ qu’il va partir, et p’têt’qu’il va rester. Le mieux, c’est de te tenir tranquille et de le laisser faire comme il voudra. Y a deux anges qui sont à voltiger autour de lui ; un qu’est tout noir et l'aut’qu’est tout blanc ! Le blanc le pousse au bien un p’tit bout de temps, et pis c’est le noir qui vient tout gâcher. Mais celui qui va gagner à la fin des fins, ça, personne ne peut le savoir.
Pour toi, tout va bien. Tu auras des grands malheurs dans l’ézistence, et des grands bonheurs. Quelquefois, tu auras de la souffrance, et pis de la maladie, mais toujours tu t’en sortiras. Dans ta vie, y a deux filles qui vont tourner autour de toi, une est blonde, et l'aut’est brune ; une est riche, et l'aut’ est pauv’. Tu vas d’abord te marier avec la celle qui est pauv’, et pis après avec la celle qui est riche. Faut que tu fasses attention à l’eau, et pis sois prudent, méfie-toi, car c’est écrit que tu finiras la corde au cou. (Nétillard, chap. IV, p. 24-25)

  • 2 Bien entendu, les marques de respect comme le vous et le tu n’ont pas de valeur intrinsèque, elles (...)

15Le premier trait de surface caractérisant le parler de Jim et qui est immédiatement remarqué par le lecteur, est sans contredit l’élision représentée par une apostrophe. Les cas sont en effet nombreux : on retrouve deux occurrences du morphème peut-être orthographié « p’têt’«  (les lettres coupées sont représentées par l’apostrophe, et l’élision du trait d’union est compensée par une agglutination) ; deux occurrences du groupe qui est écrit « qu’est » ; trois occurrences du mot élidé « aut’ » ; une occurrence de l’adjectif « p’tit » ; et deux occurrences de l’adjectif « pauv ». D’autres types de marqueurs sont également mis à contribution par la traductrice. Revenons d’abord sur les transformations d’ordre lexical comme la nouvelle graphie du mot existence devenu « ézistence », ou encore l’élision de la lettre u dans la conjonction puis, désormais orthographiée « pis ». Ces nouveaux mots finiront, à force d’être vus et revus dans les répliques de Jim, par assumer une fonction identificatrice du même ordre que celle véhiculée par les apostrophes. Enfin, des variations syntaxiques se retrouvent aussi dans le parler de Jim : « y a deux anges qui sont à voltiger » au lieu de « deux anges voltigent » ; « y a deux filles qui vont tourner » au lieu de « deux filles tourneront » ; et « tu vas d’abord te marier avec la celle » au lieu de « tu te marieras d’abord avec celle ». Comme c’était le cas dans le texte de départ, ces transformations montrent que Jim dispose d’un espace langagier qui lui est propre, d’une autonomie discursive en quelque sorte ; on sent que Jim a sa manière de parler. D’autre part, Jim tutoie Huck, sa position n’est donc pas celle d’un subalterne ou d’un inférieur, mais plutôt d’un ami. La suite des événements viendra consolider et enrichir ce rôle actantiel2. En plus de témoigner d’une recherche linguistique évidente, le sociolecte traduit de Jim est également le lieu d’une recherche, stylistique cette fois. Les répétitions de mots ou d’expressions, conjuguées à une formulation inversée comme « Mais toujours tu t’en sortiras », donnent un souffle particulier au parler de Jim. Nétillard reproduit ici le fonctionnement du sociolecte source où des variations langagières non standard n’étaient pas synonymes de pauvreté intellectuelle, au contraire.

  • 3 Par visée traductive non dépréciative, nous entendons un projet de traduction qui rejoint le proje (...)
  • 4 Le chapitre suivant sera consacré précisément à cette option de traduction.
  • 5 L’étude de Lee A. Pederson montre d’ailleurs que les marqueurs relevant spécifiquement du Black En (...)

16Avant d’aborder le sociolecte de Huck, il serait opportun de fournir une liste non exhaustive des diverses trouvailles sociolectales faites par la traductrice Nétillard. Le parler de Jim sera en effet saupoudré des marques suivantes tout au long de la traduction : absence sporadique de la négation ne : « j’ai pas » (p. 49), « j’avais pas » (p. 49) ; variation morphologique je mai au lieu de je me suis comme dans « je m’ai caché » (p. 49), « je m’ai ruiné » (p. 51) ; élision du pronom, comme dans « y avait » (p. 49) au lieu d'il y avait-, et graphies transformées : « missié » (p. 49) au lieu de monsieur, « pasque » (p. 49) au lieu de parce que ; « neyé » (p. 55) au lieu de noyé-, « éfant » (p. 84-85) au lieu d'enfant, « niguedouilles » (p. 116) au lieu de niquedouilles, « pisque » (p. 116) au lieu de puisque, et « pitite » (p. 156) au lieu de petite-, sans compter, enfin, les élisions d’une ou de plusieurs lettres comme celles qui ont été vues dans les répliques citées plus haut. Toutes ces marques, mais surtout l’effet visuel créé par les multiples apostrophes, permettront d’identifier le personnage de Jim à son seul parler ; mais plus encore, elles assumeront une valeur de parler noir au sein de la traduction vu leur répartition limitée aux répliques des personnages noirs (on le verra un peu plus loin). Ainsi, le mot missié, traditionnellement le représentant littéraire par excellence d’un parler petit-nègre, étant donné la visée traductive non dépréciative dans laquelle il vient s’insérer, agit comme un marqueur positif de la parole noire3. Il serait même juste de parler, en raison de l’occurrence des mots missié et pitite — deux morphèmes souvent rencontrés dans la littérature antillaise d’expression française —, d’un début ou d’une tentative, chez Nétillard, de traduire le Black English en ayant recours au procédé de la créolisation linguistique4. Quoi qu’il en soit, les diverses marques que la traductrice a trouvées, bien qu’elles n’appartiennent pas toutes au même registre — certaines relèvent d’un niveau de langue familier, d’autres d’un vernaculaire, d’une simple oralité ou peut-être d’un créole —, parviennent, une fois intégrées à la logique de l’œuvre, à différencier le parler de Jim de celui de Huck, sans toutefois créer d’incohérence dans l’idiolecte cible de Jim. Car pas plus que Twain5, Nétillard n’a représenté avec exactitude le parler noir ; son travail, approximatif, en est un de création, la logique textuelle étant ensuite à l’œuvre pour conférer à certains traits de surface une visée ou une motivation qui les dépassent.

17Là où chez Nétillard se retrouvait une certaine constance dans le parler de Jim, chez Bay des différences se manifestent d’une réplique à l’autre. Voici les trois premières répliques de Jim :

— Qui est là ? (Bay, chap. 2, p. 23)
— Eh, qui c’est qu’est là ? Où qu’vous êtes ? Faut pas me la faire : j’ai entendu quéqu’ chose. Ben, j’sais c’que j'vas faire : j’vas m’asseoir ici et écouter jusqu’à ce que ça recommence. (Bay, chap. 2, p. 24)
— Ton père, [...] il sait pas encore ce qu’il va faire. Des fois, il pense qu’il va s’en aller, et des fois il pense qu’il va rester. Le mieux, c’est de pas t’en faire et de le laisser agir à sa fantaisie. Il y a deux anges qui volent au-dessus de lui : un est blanc, tout brillant, et l’autre est noir. L’ange blanc le fait aller tout droit un bout de temps ; puis l’ange noir arrive et démolit tout. On ne peut pas dire d’avance qui aura le dessus. Mais pour toi, Huck, il n’y a rien de mauvais [...]. (Bay, chap. 4, p. 39)

18L’écart entre la première et la deuxième réplique, puis entre la deuxième et la troisième réplique, est on ne peut plus frappant. Des marqueurs relevant d’un parler paysan sont représentés dans la seconde réplique : « qui c’est qu’est là », « où qu’vous êtes », « j’vas faire » ; d’autres appartenant à un niveau de langue familier ou plutôt oral : « faut pas me la faire », expression familière où on a omis la négation « ne », « quéqu’ chose » « j’sais », « c’que ». La première réplique, quant à elle, est transcrite en français standard, et la troisième manifeste surtout une certaine oralité grâce à l’omission de la négation, « il sait pas », « c’est de pas », et à la construction populaire, « des fois ». En plus de ne manifester qu’un saupoudrage au lieu d’un marquage systématique, les répliques de Jim affichent un saupoudrage purement aléatoire. Car contrairement à l’alternance contrôlée entre le tu et le vous (nous en traiterons un peu plus loin), le marquage sociolectal n’est régi par aucune situation d’énonciation particulière. Seul élément pouvant expliquer cette diversité dans la distribution, plus encore que la contrainte de la lisibilité, celle d’une certaine norme du bien-écrire. En effet, Bay l’a écrit ouvertement dans sa Note sur la traduction, il a tenté de « respecter autant que possible les règles de la grammaire », d’où peut-être son refus de marquer systématiquement le parler de Jim. Ainsi, cette note sur la traduction, loin de prédire l’absence de représentation matérielle, en expliquerait peut-être le caractère partiel.

19Autre différence entre la traduction de Nétillard et celle de Bay en ce qui a trait au parler de Jim : les traits sociolectaux attribués à Jim dans la version de Nétillard ne se retrouvent généralement pas dans les répliques de personnages blancs. Or dans la traduction de Bay, certains personnages blancs, pour la plupart secondaires, s’exprimeront de la même façon que Jim : Tom Sawyer dira : « Ben, alors ! » (p. 27) ; Judith Loftus : « Comment que vous vous appelez ? [...] Où que vous habitez ? [...] je vas [...] » (p. 79), « Ton vrai nom, c’est-y Tom [...] ? » (p. 83), « [...] combien qu’il y en a [...] » (p. 84) ; Bill (un des hommes sur l’épave Walter Scott) : « Mais comment que tu veux arranger ça ? » (p. 93) ; Buck Grangerford : « C’est-y qu’il y a des Shepherdson ? » (p. 124) ; Boggs : « D’où que tu viens [...] ? » (p. 168) ; un villageois blanc : « C’est-y eux ? » (p. 190) ; le duc : « [...] et alors où qu’il est cet argent ? » (p. 210), « Oui, ben, c’est pas possible [...] » (p. 243) ; et Madame Hotchkiss : « C’est-y pas ce que j’ai dit ? [...] Regardez-moi cette meule, que je dis » (p. 303), autant de variations linguistiques que les répliques de Jim afficheront aussi : « Un roi, combien que ça gagne ? » (p. 102), « Comment que ça se fait ? » (p. 104), « Un chat, c’est-y un homme [...] » (p. 105), pour n’en donner qu’une brève énumération. Le parler de Jim tel que représenté dans la version de Bay ne permet pas de l’identifier d’entrée de jeu comme étant un Noir, la fonction de départ est dès lors déphasée. L’absence de corrélation entre l’appartenance ethnique et la langue parlée peut avoir plusieurs raisons : une inattention en ce qui a trait aux différences sociolectales de l’œuvre de départ (hypothèse peu plausible) ; une volonté de ne pas être accusé de racisme (pourquoi un Noir parlerait-il différemment d’un Blanc ?) ; une incapacité à trouver des solutions de rechange pour varier les marqueurs... Quelle qu’en soit l’explication, il reste que l’œuvre traduite donne à lire une visée différente : Jim parle comme d’autres Blancs, il ne parle pas comme un esclave noir, l’importance de son identité est donc quelque peu amenuisée en français. Cependant, la force des thématiques abordées demeure sensiblement la même, c’est-à-dire que Jim veut s’affranchir, Huck met du temps à le considérer autrement que comme un simple esclave et aucun réseau d’ajouts ne vient déprécier le personnage noir, comme c’était le cas chez Hughes ou Laury, par exemple. Sans dire que le personnage noir reste exactement le même dans le texte traduit — ce serait nier l’importance et la signifiance de sa parole comme facteur de sa caractérisation —, il n’est pas permis d’affirmer qu’il est diamétralement opposé à son homologue original ; disons plutôt qu’il est privé d’un élément signifiant de son identité.

20Jim sera toutefois doté (pourrions-nous parler d’effet de compensation ?) d’un élément discursif permettant de transformer et d’enrichir sa caractérisation en français : son utilisation des titres de civilité, tu et vous. En effet, cinq occasions surgiront dans le roman au cours desquelles Jim délaissera le vouvoiement pour passer au tutoiement.

  • 6 Toutefois, il faut bien voir que Huck et Jim dans la traduction se comportent comme des amis et de (...)

21Mais avant d’analyser ces passages, notons que les marques de respect sont choisies avec minutie par Bay. Au lieu d’avoir recours à la voie la plus simple qui aurait été de n’utiliser qu’un pronom personnel et de l’appliquer à l’ensemble des personnages, le traducteur a attribué les marques sociales que sont le tu et le vous de façon motivée. Ainsi, les pronoms personnels que les personnages utiliseront entre eux seront déterminés par le rôle du personnage, sa caractérisation, son rang social, etc. Dès lors la règle générale qui s’installe entre Huck et Jim (où Huck tutoie Jim, tandis que Jim vouvoie Huck), n’est pas une règle innocente. Cette règle indique d’abord une différence de statuts : Huck tutoie Jim parce qu’il est un esclave et Jim vouvoie Huck parce que, en tant que Blanc, Huck est supérieur à lui dans la hiérarchie sociale véhiculée par le roman6. La transformation ponctuelle de ce système d’échange verbal est donc la résultante d’un changement dans les rapports que les deux personnages entretiennent. Revenons donc aux moments où Jim tutoie Huck.

22Il recourra au tutoiement lors de sa toute première conversation avec Huck (nous avons cité le passage plus haut, il s’agit de sa prédiction à l’aide de la balle de crin lorsque Jim dit : « Ton père », « Le mieux, c’est de pas t’en faire », « Mais pour toi, Huck »). Comme ce sera le cas pour les quatre occurrences subséquentes, la situation d’énonciation a une influence directe sur les titres utilisés. Dans le cas de la balle de crin, Jim tutoie Huck parce qu’il détient un savoir que Huck n’a pas, il se trouve donc en position de force vis-à-vis de lui. Ce sera la même chose lorsqu’il le tutoiera une seconde fois.

23Après s’être fait mordre par un serpent à sonnette, Jim réprimande Huck parce qu’il ne l’a pas écouté : « “Tu me croiras, peut-être, maintenant, me répétait-il, la prochaine fois que je te dirai que ça porte malheur de toucher à une peau de serpent !” » (Bay, chap. 10, p. 77), en anglais, le passage était rapporté en discours indirect : « Jim said he reckoned I would believe him next time » (HF, chap. X, p. 47). Les trois épisodes subséquents, en plus d’affirmer l’autorité de Jim, sont liés par une thématique particulière : la liberté.

24En effet, le troisième épisode au cours duquel Jim tutoie Huck constitue un passage important dans la vie de Jim (surtout en ce qui a trait à sa vie future), il s’agit du moment où il découvre le cadavre de pap Finn. Voici les segments source et cible en question :

There was something laying on the floor in the far corner that looked like a man. So Jim says :
« Hello, you ! »
But it didn’t budge. So I hollered again, and then Jim says :
« De man ain’t asleep — he’s dead. You hold still — I’ll go en see. »
He went and bent down and looked, and says :
« It’s a dead man. Yes, indeedy ; naked, too. He’s ben shot in de back. I reck’n he’s ben dead two er three days. Come in, Huck, but doan'look at his face — it’s too gashly. » (HF, chap. IX, p. 44-45) Dans un coin quelque chose qui ressemblait à un homme. Jim crie :
— Hé ho ! vous là-bas !
Il ne bouge pas. Je le hèle à mon tour. Alors Jim dit :
— C’est pas qu’y dort : il est mort. Attends ici ; je vas aller voir.
Il entre par la fenêtre, se courbe et va voir. Il dit :
— C’est un mort, et tout nu encore. On lui a tiré une balle dans le dos. Je pense qu’il y a deux ou trois jours qu’il est mort. Entrez Huck, mais ne regardez pas. Il est trop affreux. (Bay, chap. 9, p. 73)

25Passage central s’il en est, Jim décide de prendre sa propre destinée en main : il cache à Huck la mort de son père pour s’assurer que Huck restera à ses côtés. Harold Beaver ([1987] 1991, p. 190) qualifie cette décision de Jim de troisième acte décisif. La liberté est donc au cœur de cette scène, ce sera également le cas lors des épisodes suivants. Le tutoiement momentané (« Attends ici ») signale une transformation dans le programme discursif de Jim : il peut désormais cacher une vérité pour parvenir à ses fins.

26Jim tutoiera Huck une quatrième fois : il se croit arrivé à Cairo, dans le feu de l’action et sous le coup de l’émotion — il s’agit effectivement d’une émotion très forte, si cette ville est bien Cairo, il sera alors libre —, il parle à Huck en le tutoyant.

I went to looking out sharp for a light [...]. By-and-by one showed. Jim sings out :
« We’s safe, Huck, we’s safe ! Jump up and crack yo’heels, dat’s de good ole Cairo at las’, I jis knows it ! »
I says :
« I’il take the canoe and go see, Jim. It mightn't be, you know. »
He jumped and got the canoe ready, and put his old coat in the bottom for me to set on, and give me the paddle ; and as I shoved off, he says : « Pooty soon I’ll be a-shout’n for joy, en I’ll say, it’s all on accounts o’Huck ; I’s a free man, en I couldnt ever ben free ef it hadn’ben for Huck ; Huck done it. Jim won’t ever forgit you, Huck ; you’s de bes’fren Jim’s ever had ; en you’s de only fren’ole Jim’s got now. » (HF, chap. XVI, p. 74) [...] j’ouvre grand les yeux avec l’espoir de voir une lumière. Et voilà que j’en vois une ! Jim s’écrie :
« Hourrah, Huck ! nous voilà sauvés ! Saute vite dans le canoë. Perds pas de temps, c’est enfin Cairo, j’en suis sûr ! »
—Je vais prendre le canoë et aller voir, Jim. Peut-être que c’est pas ça, répondis-je prudemment.
Il fait un bond, amène le canoë, étend son vieux paletot pour que je m’assoie dessus, me donne la pagaie, et me dit :
—Y en a plus pour longtemps maintenant. Et je dirai partout ; c’est grâce à Huck que je suis libre... Sans Huck, je n’aurais jamais été libre... C’est grâce à Huck ! Je ne l’oublierai jamais, Huck ! Huck ! Vous êtes le meilleur ami que Jim ait jamais eu ; et maintenant, vous êtes le seul ami du vieux Jim. (Bay, chap. 16, p. 115-116)

  • 7 D’ailleurs, le plan de Jim fonctionne, Huck ne parvenant pas à le trahir. Parions toutefois qu’il (...)

27Beaver ([1987], 1991, p. 191) a montré que ce passage constitue le quatrième acte décisif de Jim. En effet, l’épisode qui précède tout juste cette scène est celui du brouillard, à la fin duquel Jim traitait Huck de « trash ». Or, quelques pages plus loin, il dit de lui qu’il est son ami, le meilleur et le plus loyal ami qu’il ait jamais eu, un gentleman, etc. D’après Beaver, ce revirement d’attitude résulterait du fait que Jim se doutait que Huck allait peut-être le dénoncer. Ainsi, pour désarmorcer cette intention, Jim use de persuasion et de bons sentiments, il lui fait une sorte de chantage émotif, espérant faire douter Huck et, ultimement, mettre fin à sa décision de le dénoncer7. Dans le texte traduit, le tutoiement, même s’il n’est que passager, attire l’attention sur un passage qui aurait pu laisser indifférent. Ce déplacement, dans la traduction de Bay, résulterait peut-être de la nécessité du texte, ou plutôt du fait que s’y trouvait une sorte de nœud, de moment clé qui exigeait une rupture de ton, un changement quelconque. Le fait que Jim tutoie Huck au moment où il se croit si près de la liberté n’est pas anodin dans la logique interne du texte traduit : Jim, en tant qu’homme presque libre, considère désormais Huck comme son égal sur le plan social, d’où le fait qu’il lui dise tu. La cinquième et dernière occasion où Jim fera la même chose est d’ailleurs similaire en ce qui concerne la situation d’énonciation.

28Les aventures sont terminées, Jim est libre, c’est le moment qu’il choisit pour avouer à Huck que l’homme de la maison flottante était son père :

Jim says, kind of solemn :
« He ain’t a comin’back no mo’, Huck. »
I says :
« Why, Jim ? »
« Nemmine why, Huck — but he ain’t comin back no mo’. »
But I kept at him ; so at last he says :
« Doan you ‘member de house dat was float’n down de river, en dey wuz a man in dah, kivered up, en I went in en unkivered him and didn’let you come in ? Well, den, you k’n git yo’money when you wants it ; kase dat wuz him. » (HF, chapter the last, p. 229) Jim a pris un air grave et dit :
— Il ne reviendra pas, Huck.
— Et pourquoi ?
— J’ai pas besoin de te dire pourquoi. Il ne reviendra pas.
Je l’ai harcelé jusqu’à ce qu’il dise : « Tu te rappelles cette maison qui flottait sur le fleuve en crue ? Il y avait dedans un homme mort, enveloppé d’un drap. Je suis allé écarter le drap, sans te laisser venir. Eh bien, tu toucheras ton argent quand tu en auras besoin, parce que c’était lui. » (Bay, chap.43, p. 316)

29Comme nous le notions plus haut, la situation d’énonciation explique le changement de rôle : Jim cesse de vouvoyer Huck parce que, sur le plan de la hiérarchie sociale, il n’est plus inférieur à lui. Le texte traduit, grâce à ces légers déplacements, génère une intensification des compétences narrative et discursive de Jim. Sur le plan narratif, Jim agit sur son destin, il n’est donc pas passif et, sur le plan discursif, cette action passe par son dire. L’efficacité de ce dire, quant à elle, est tributaire de la maîtrise de deux compétences : savoir cacher/dévoiler la vérité au bon moment et recourir au tutoiement comme moyen de persuasion. Les stricts marqueurs de surface (parler standard, oralisé, familier) dans la traduction de Bay ne permettent peut-être pas toujours de véhiculer des fonctions riches et diverses comme c’était le cas dans le texte original, toutefois, l’alternance motivée des titres de civilité compense dans une certaine mesure pour la perte encourue sur le plan matériel.

30La note de l’éditeur le laissait prévoir, Molitor a également été sensible au parler noir dans le roman de Twain. Revenons donc sur la traduction des répliques avec lesquelles Jim fait son entrée dans le roman :

Le grand domestique noir de Miss Watson, Jim [...] dit :
—Qui est là ? [...]
—Dites-donc, qui êtes-vous ?... Où êtes-vous ?... Que j sois maudit si j’n’ai pas entendu quelque chose ? Bon ! J’sais c’que j’vais faire. J’vais m’asseoir ici, et attendre jusqu’à ce qu’y ait de nouveau du bruit. (Molitor, chap. II, p. 245-246)

31On retrouve ici un parler truffé de transformations phonétiques courantes représentées par des traits facilement perceptibles visuellement, des apostrophes manifestant de multiples élisions, la plupart d’une seule voyelle, sauf pour le cas de « qu’y » où le pronom il est élidé. Cette représentation matérielle assez prudente, soit dit au passage, manifeste surtout un parler oralisé. Toutefois, comme elle est presque exclusivement réservée aux répliques des personnages noirs, elle les identifie d’emblée comme tels et assume, dans la logique interne de la traduction, la fonction symbolique d’un parler noir.

  • 8 Précisons au passage que, bien que le vouvoiement soit presque généralisé dans la traduction de Mo (...)

32La traduction de Molitor, mis à part ce parler parsemé d’apostrophes, fait état d’un choix de traduction absolument unique à travers tous les textes français de Huckleberry Finn que nous avons eu l’occasion de lire : Jim et Huck se vouvoient. L’effet créé par un tel choix est stupéfiant : Huck exprime du respect pour Jim, ce qui entraîne que le vous qu’utilise Jim en s’adressant à Huck n’est aucunement teinté de soumission. Les tensions mises au jour dans l’original sont en quelque sorte reproduites ici : le fait que Huck, un enfant blanc, vouvoie un esclave noir, déstabilise les attentes du lecteur. Une sorte de force centrifuge semble être à l’œuvre ici, comme c’était le cas dans le texte de départ. Bien entendu, le fait que Jim vouvoie Huck pourrait créer une distance entre les personnages, or il n’en est rien, leur relation opère sur un mode égalitaire et non hiérarchique. En outre, malgré le fait que Jim parle différemment de Huck — les répliques de ce dernier n’étant effectivement pas truffées d’élisions —, il reste que le vouvoiement que Huck emploie lorsqu’il s’adresse à Jim compense pour leur parler différent. Le projet de traduction de Molitor tend à accentuer l’humanité de Jim : ce vouvoiement mutuel entre les deux protagonistes participe de cette visée8.

33Quel que soit le procédé utilisé (une variété de marqueurs comme le fait Nétillard ; un marquage inégal et non exclusif — personnages noirs et blancs partageant certains traits de surface — combiné à un jeu sur les titres de civilité comme le fait Bay ; ou encore le recours à un unique trait de surface comme le fait Molitor), les trois traductions à l’étude témoignent toutes d’une volonté de faire savoir au lecteur que Jim, en tant que personnage noir, se distingue de Huck, qu’il ne partage pas son monde. La partie suivante s’attachera à montrer quelles sont les différences (ou les parentés) linguistiques entre chacun des deux personnages.

La langue de Huck

34Les premières lignes de Huckleberry Finn suffisent pour savoir que Huck n’est pas un narrateur ordinaire. Délaissant les tournures relevées ou correctes pour des doubles négations (« that ain’t no manner »), des constructions fautives (« I never seen anybody ») et des répétitions multiples, le narrateur Huck est un enfant provenant d’un milieu modeste et qui ne tente d’impressionner personne. Qu’advient-il de cette langue populaire — à la fois contestataire du bon parler littéraire et indice de mesure des autres parlers du roman — une fois effectué le passage vers le texte traduit ? Une analyse du premier paragraphe cible rendu par Nétillard nous permettra d’en donner un bref aperçu :

You dont know about me, without you have read a book by the name of « The Adventures of Tom Sawyer, » but that ain’t no matter. That book was made by Mr. Mark Twain, and he told the truth, mainly. There was things which he stretched, but mainly he told the truth. That is nothing. I never seen anybody but lied, one time or another, without it was Aunt Polly, or the widow, or maybe Mary. Aunt Polly — Tom’s Aunt Polly, she is — and Mary, and the Widow Douglas, is all told about in that book — which is mostly a true book ; with some stretchers, as I said before. (HF, chap. I, p. 7) Si vous n’avez pas lu Les Aventures de Tom Sawyer, vous ne savez pas qui je suis, mais ça n’a pas d’importance. C’est M. Mark Twain qui a fait ce livre, et ce qu’il y raconte, c’est la vérité vraie, presque toujours. Il exagère quelquefois, mais il n’y dit guère de menteries. Bah ! ce n’est pas bien grave... Ça arrive à tout le monde de mentir de temps à autre, sauf à tante Polly peut-être, ou à la Veuve, ou encore à Mary ? On parle de tante Polly dans ce livre — la tante Polly de Tom — et de Mary, et de la veuve Douglas ; et presque tout ce qui s’y passe est vraiment arrivé, malgré quelques exagérations, je vous l’ai déjà dit. (Nétillard, chap. I, p. 7)

  • 9 Notons que cette reproduction d’un verbe anglais familier (to light oui) par un verbe français éga (...)
  • 10 Car, et il en a été question dans le premier chapitre, Huck et Jim utilisent parfois les mêmes exp (...)

35Bien que n’affichant pas de marqueurs appartenant au même niveau que ceux de l’original (aucun des traducteurs de Huckleberry Finn n’a osé, à ce jour, faire parler Huck dans une langue réellement fautive), il reste que la langue de la narration est un peu relâchée, l’occurrence des morphèmes « ça » et « Bah ! », de la tournure familière et répétitive « la vérité vraie », du terme vieilli « menteries » et des points de suspension témoignant d’un style oralisé. Nétillard a d’ailleurs été sensible (en partie) aux répétitions de l’original : les mots « exagère » et « exagérations » reproduisent les morphèmes source « stretched » et « stretchings », tandis que le syntagme « la vérité vraie » et l’adverbe « vraiment » reprennent, d’une certaine façon, les segments de départ « he told the truth, mainly » ; « mainly, he told the truth », ainsi que « a true book ». Ces reprises dans le texte de départ, tout en servant à montrer que Huck a peu de vocabulaire, créent un rythme particulier, ce qui, paradoxalement, réunit tout à la fois pauvreté et richesse du langage. La connivence que le parler de Huck établit avec celui de Jim dans l’œuvre originale réside précisément dans cet amalgame de langue populaire et de langue poétique. Dans la traduction de Nétillard, cette connivence se manifeste aussi, et ce, à plus d’un titre. On vient de le voir, Huck, comme Jim, parle en répétant parfois les mêmes mots, et son parler n’appartient pas à la langue standard. Voici cette fois des exemples d’expressions familières retrouvées dans la narration de Huck, expressions qui collent à sa caractérisation d’enfant peu instruit : « pour de vrai » (p. 18) ; « les gosses » (p. 19) ; « une andouille » (p. 19) ; « on avait marqué » (au sens d’inscrit, p. 107, nous soulignons) ; « elles ne m’emballaient pas trop » (p. 107) ; « il n’avait pas l’air ravi de tout le foin qu’on faisait autour de ce duc-là » (p. 127, nous soulignons) ; « les nippes » (p. 158) ; « fripouille » (p. 158) ; « une occasion de saisir l’occase » (p. 208) « des trucs » (p. 230) ; « le machin » (p. 231) ; « râfler un melon » (p. 239) ; « bigrebigrement » (p. 286). Ce niveau de langue familier, tout en permettant l’établissement d’un lien de solidarité avec le sociolecte de Jim, se trouve à reproduire partiellement la fonction d’antinorme extratextuelle assumée par le sociolecte source de Huck. Il s’agit d’une reproduction partielle, car la présence des marqueurs familiers n’est pas assez répandue pour pouvoir réellement parler d’une narration qui déstabilise complètement les attentes du lecteur. Mais pour revenir à ce lien de solidarité entre les parlers de Huck et de Jim, arrêtons-nous sur l’expression familière « j’ai filé » qu’ils emploient tous les deux. Au début du roman, Huck raconte qu’il trouvait insupportable la vie pleine de bonnes manières que lui imposait la veuve, alors, dit-il, « I lit out » (HF, chap. I, p. 7), ce que Nétillard traduit par « j’ai filé » (Nétillard, chap. I, p. 7)9. Quelques chapitres plus loin, lorsque Jim racontera à Huck pourquoi il a pris la fuite, il dira : « I lit out mighty quick » (HF, chap. VIII, p. 39), et en français : « J’ai filé, et au galop » (Nétillard, chap. VIII, p. 49). Cette répétition signale, en anglais et en français, une double connivence entre les protagonistes Huck et Jim, des destins parallèles et des sociolectes qui partagent certains traits10.

36Il reste maintenant à voir si le parler des autres personnages noirs du roman fait état de choix similaires à ceux rencontrés dans celui de Jim.

Autres sociolectes du roman

37On l’a vu dans le chapitre précédent, Jack et Nat sont deux personnages noirs secondaires dans Huckleberry Finn. Nétillard a choisi des marqueurs similaires à ceux de Jim pour traduire leur parler. Voici un bref exemple pour chaque cas (Jack d’abord, Nat ensuite) :

« You shove right in dah, jist a few steps, Mars Jawge, dah’s whah dey is. I’s seed ‘m befo’, I dont k’yer to see ‘em no mo’. » (HF, chap. XVIII, p. 91)
— Faites encore deux trois pas, missié George. C’est là qu’ils sont. Je les ai vus et j’ai pas envie de les revoir ! (Nétillard, chap. XVIII, p. 115)
« [...] Didn'he jis’dis minute sing out like he knowed you ? » (HF, chap. XXXIV, p. 186)
— [...] Mais, à la minit’, il vient pas de le dire ? (Nétillard, chap. XXXIV, p. 233)

  • 11 Bernard Vidal, dans un article portant sur la traduction du Black English chez Alice Walker et Zor (...)

38Jack dit « missié » et « c’est là qu’ils sont », construction plutôt orale au lieu de la forme écrite standard « ils sont là » ; Nat, quant à lui, prononce le mot minute différemment, disant « minit’«  ; et on retrouve, dans les deux extraits, l’absence de la négation ne. Mais encore, Nat dira, un peu plus loin, « j’y suis p’êt » (p. 246) au lieu de « je suis prêt », « missié » (p. 246), « tout partout » (p. 246), « j'voudrais »« j'voudrais » (p. 246), et « mett’ » (p. 246). Tous ces marqueurs reprennent ceux propres au sociolecte de Jim et confèrent une cohérence à l’œuvre traduite. De plus, et ce pour un court instant, Nétillard se permettra une petite avancée dans sa représentation sociolectale. Lize, une esclave au service des Phelps, viendra prévenir sa maîtresse qu’un drap a été volé en disant : « “Clah to goodness I hain’t no notion, Miss Sally. She [le drap] wuz on de clo’s-line yistiddy, but she done gone ; she ain’ dah no mo’, now” » (HF, chap. XXXVII, p. 199), segment que Nétillard traduit ainsi : « —J’y sais pas, madame Sally. L’était sur la corde hier au soir. Mais il y est plus, aujourd’hui » (Nétillard, chap. XXXVII, p. 249). La construction « J’y sais pas » reprend le segment « j’y suis p’êt » dit par Nat un peu plus haut, mais la formulation « L’était » au lieu d’« il était » représente une nouveauté dans la traduction et n’est pas sans rappeler aussi bien une construction paysanne française que la forme créole de la troisième personne du singulier, il11. Le mot minit’ vu un peu plus haut fait d’ailleurs le lien avec certains traits qui nous paraissent créoles ou créolisés comme missié et pitite. L’occurrence de la forme « l’était » semble ici être corrélée à ces lexèmes aux inflexions créolisantes.

39Nétillard ne s’en est pas tenue qu’aux personnages noirs dans sa recherche sociolectale, elle a également trouvé des moyens de représenter, entre autres, le parler de personnages sudistes comme Mrs Hotchkiss et Mrs Damrell, les commères discutant de l’évasion de Jim chez les Phelps :

« Well, Sister Phelps, I've ransacked that-air cabin over an I b’lieve the nigger was crazy. I says so to Sister Damrell — didn’t I, Sister Damrell ? — s’I, he’s crazy, s’I — them’s the very words I said. You ail hearn me : he’s crazy, s’I ; everything shows it, s’I. Look at that-air grindstone, s’I ; want to tell met any cretur ‘ts in his right mind ‘s agoin’to scrabble all them crazy things onto a grindstone, s’I ? Here sich ‘n’sich a person busted his heart ; n’here so n’so pegged along for thirty-seven year, ‘n all that — natcherl son o’Louis somebody, ‘n sich everlast’n rubbage. He’s plumb crazy, s’I ; it’s what I says in the fust place, it’s what I says in the middle, ‘h it’s what I says last n’all the time — the nigger’s crazy — crazy’s Nebokoodneezer, s’I. » « An’look at that-air ladder made out’n rags, Sister Hotchkiss, » says old Mrs. Damrell [...]. (HF, chap. XLI, p. 218) Le pire, c’était la vieille Mme Hotchkiss ; elle n’arrêtait pas de faire marcher sa langue, avec l’accent traînant du Sud.
—Eh bien ! chère sœur Phelps, j’ai fouillé dans tous les coins d’cette ca-ase, et j'crois bien qu’vot’nègre était fou. J’l’ai dit à la chère sœur Damrell, pas vrai, soeur Damrell ? J’lui ai dit : « Il est fou, que j’ai dit comme ça — tout le monde m’a entendu — il est fou, que j’ai dit. Regardez un peu cette meu-eule, que j’ai dit : vous allez pas m’dire qu’un sain d’esprit irait marquer toutes ces histoires-là sur un’meu-eule ? que j’ai dit : “Ici, çui-ci ou çui-là a eu le cœur bri-i-sé ; ici, un tel ou un aut’a langui pendant trente-sept ans”, et des histoires de fils naturel de Louis Dieu sait quoi, et tout ! Fou à lier, que j’ai dit ; qu’on le prenne par un bout ou par un au-aut’, le nègre est fou, aussi fou que Nabuchodonoosor », que j’ai dit.
—Et r’gardez donc c’t’ééchelle en étoffe, sœur Hotchkiss, dit la vieille Mrs Damrell. (Nétillard, chap. XLI, p. 272)

40Que ce soit en anglais ou en français, les deux passages sont comiques et très marqués. L’idée du tiret pour créer un effet d’étirement à la lecture est judicieuse et efficace ; mais elle n’aurait pas si bien fonctionné si Nétillard n’avait pas ajouté le segment où il est question de « l’accent traînant du Sud », mention absente du TD. Cet ajout fait partie de la stratégie de traduction du sociolecte source, il sert à préparer la lecture et ainsi augmente l’efficacité des procédés stylistiques mis en œuvre comme le tiret et le dédoublement d’une lettre ou d’un son. Nétillard souhaite ici signaler, sans jugement de valeur, les particularités sociolinguistiques déployées dans le texte de départ.

41Conséquent dans ses choix, Bay fait parler les personnages noirs comme les personnages blancs, c’est-à-dire en ayant recours à un français relativement correct, sauf pour certaines constructions non standard ou plus oralisées comme ces segments provenant des répliques de Jack ; « c’est là qu’ils sont » (p. 137), « J’ai jamais vu pareil remue-ménage » (p. 140) et « il ne voulait pas vous mêler à ça, M’sieur Buck » (p. 140), ou cette question de Nat : « [...] M’sieur Sid, comment que je vais faire [...] » (p. 275), ou encore cette affirmation de Lize : « —M’dame, y a un drap qu’est parti ! » (p. 279). Pas plus que Jim, ces personnages ne parlent une langue pouvant être associée à un sociolecte noir ; le projet de Bay demeure inchangé.

42Dans la version de Molitor, le procédé mis au point pour traduire le parler de Jim — en l’occurrence l’élision représentée par une apostrophe — est repris pour le cas des personnages de Lize, de Nat et de Jack. Ce dernier s’exprimera donc ainsi : « —Vous allez prendre tout droit... quelques pas seulement, Mas’er Gowg, et vous y serez. Moi, j’les ai d’jà vues, j’nai plus envie d’les voir... » (Molitor, chap. XVIII, p. 365) ; Nat : « — [...] Mais ne vient-il pas d’crier comme s’il vous connaissait ? » (Molitor, chap. XXXIV, p. 503) ; et enfin, Lize : « —Si je l’savais, ma’ am ! Il pendait à la corde à linge, hier, mais maintenant, il n’y est plus, ça, je peux vous l’dire ! » (Molitor, chap. XXXVII, p. 522). Comme l’apostrophe est presque exclusivement réservée aux répliques des personnages noirs, elle en vient à signaler d’emblée leur identité noire, ce que les marqueurs source, bien que plus variés, faisaient également.

43Sauf la traduction de Bay, dans laquelle le parler de Jim est similaire à celui des autres personnages (Bay a surtout différencié Huck et Jim par le biais de l’alternance du tu et du vous), la traduction de Nétillard (à l’aide d’une recherche stylistique assez considérable) et celle de Molitor (grâce à l’élision principalement) affichent toutes deux une représentation matérielle particulière en ce qui a trait non seulement aux paroles de Jim, mais aussi à celle des autres personnages noirs. De plus, les trois traducteurs n’ont pas cherché à stéréotyper les Noirs du roman par le biais de procédés comme ceux mis au point par Laury (élision généralisée du r) et Hughes (ajout du titre massa ; traduction du nom de Nat en Sambo). Nous verrons, dans la partie suivante, que ces choix de traduction positifs sont entièrement tributaires de leur lecture globale de l’œuvre, laquelle se manifeste, entre autres, à travers leur traduction des principaux moments clés du roman.

Le dire de Jim

44Les deux sections qui suivent porteront sur la caractérisation discursive de Jim telle qu'elle ressort des textes de Nétillard et de Molitor.

La figure du protecteur affectueux

45L’analyse du texte original l’a mis au jour, Jim se comporte souvent comme un père protecteur avec Huck, l’appelant tour à tour « honey » ou « chile », l’accueillant à bras ouverts lorsqu’ils ont été séparés, le remplaçant pour ses quarts de guet, etc. Nétillard avait le choix de reproduire, d’occulter ou d’accentuer cette qualité, or son texte en affiche une légère amplification. La traductrice a en effet rendu les termes honey et chile par « mon cœur » et « mon fils », respectivement. L’effet produit en français par ces deux expressions est très percutant ; l’homme noir qui appelle le jeune garçon blanc « mon cœur » est moins banal, passe moins inaperçu que le « honey » anglais, ce qui, soit dit au passage, n’enlève rien à la signifiance du mot honey dans le texte original. Le seul fait de traduire entraîne automatiquement un décalage et, dans ce cas-ci, le décalage crée une surcharge sémantique. Mais revenons plus ponctuellement au texte de Nétillard, où l’amplification ne résulte pas uniquement du passage vers la traduction, mais aussi d’un ajout lexical tangible. Lors de leur rencontre sur l’île Jackson, Huck demande à Jim depuis quand il est sur l’île, Jim de répondre :

— Je suis venu la nuit après ta mort !
— Il y a si longtemps que ça ?
— Oui, mon fils. (Nétillard, chap. VIII, p. 48)

46tandis qu’en anglais, le dialogue est le suivant :

« I come heah de night arter you's killed. »
« What, all that time ? »
« Yes-indeedy. » (HF, chap. VIII, p. 38)

47L’ajout du syntagme « mon fils » crée plus qu’une relation d’amitié entre Huck et Jim en français, il place Jim dans un rôle de père vis-à-vis de Huck. Le texte traduit accentue donc un comportement important de Jim et prépare déjà le lecteur à recevoir ultérieurement ce trait de caractère.

48La traduction de Molitor dépasse celle de Nétillard en ajoutant des qualificatifs à Jim. Lorsque Huck retrouve Jim sur l’île Jackson, il écrit : « I bet I was glad to see him » (HF, chap. VIII, p. 37), phrase que Molitor traduit par : « Je ne puis dire combien je fus heureux de retrouver ce compagnon ! » (Molitor, chap. VIII, p. 286). Le TA accentue le rapport d’amitié que suggérait le TD : d’une part, en mentionnant que Huck était « heureux » de revoir Jim (le segment source n’allait pas aussi loin) et, d’autre part, en qualifiant Jim de « compagnon ». Voici trois autres ajouts de Molitor allant dans ce sens :

When breakfast was ready, we lolled on the grass and eat it smoking hot. Jim laid it in with all his might, for he was most about starved. (HF, chap. VIII, p. 38)
Le déjeuner prêt, nous nous installâmes sur l’herbe, et nous le mangeâmes tout fumant. Jim y fit honneur, car il était affamé, le pauvre ! (Molitor, chap. VIII, p. 287) Then Jim manned the oars, and we took out after our raft. (HF, chap. XIII, p. 61)
Alors, mon compagnon prit les rames, et nous partîmes à la recherche du radeau. (Molitor, chap. XIII, p. 322) [...] and so I judged the raft must be butting into the bank every now and then, or else it would get further ahead and clear out of hearing — it was floating a little faster than what I was. (HF, chap. XV, p. 69)
Je compris alors que le radeau de Jim devait souvent s’accrocher à la rive, sinon le courant l’aurait déjà emporté et je n’aurais plus entendu les cris de mon pauvre compagnon. (Molitor, chap. XV, p. 334)

49Huck a manifestement du respect pour Jim, d’autres déplacements renforceront cet élément. Nous venons de le voir, les textes de Molitor et de Nétillard, avant même l’occurrence des « honey »/« chile » de l’original, accentuaient le lien d’amitié existant entre Huck et Jim, accentuation qui servait en quelque sorte à prédisposer le lecteur à percevoir cette thématique.

50Voyons maintenant ce qu’il advient en français de ce doublet signifiant « honey »/« chile » chez Nétillard d’abord. La scène est la suivante : sur les recommandations de Jim, lui et Huck ont rangé tout leur avoir dans la caverne au cas où ils auraient à se cacher en vitesse ; il pleut à verse et Huck dit à Jim qu’il se sent bien où il est et ne voudrait se voir nulle part ailleurs, Jim lui rétorque :

  • 12 La traductrice étant conséquente dans ses choix : Nat dira aussi « mon cœur » (chap. XXXVI, p. 246 (...)

« Well, you wouldn’t a ben here, ‘f it hadn’t a ben for Jim. You’d a ben down dah in de woods widout any dinner, en gittn’mos’drownded, too, dat you would, honey. Chickens knows when its gwyne to rain, en so do de birds, chile. » (HF, chap. IX, p. 44)
— Sans Jim, tu serais pas ici. Tu serais là-bas, dans le bois, sans dîner dans ton vent’ et à moitié neyé. Ça, c’est sûr, mon cœur. Les poulets savent quand il va tomber de l’eau, mon fils, et les oiseaux aussi12. (Nétillard, chap. EX, p. 55)

51La parole de Jim s’auréole ici de sagesse et d’autorité (les expressions « mon cœur » et « mon fils » conférant ce ton au segment cible) ; on croirait entendre un homme mûr et sûr de lui qui, tout en prenant Huck sous son aile, le réprimande affectueusement, lui rappelant qu’il a eu tort un peu plus tôt de ne pas vouloir l’écouter. Car en effet Jim lui avait bel et bien fait remarquer — en discours direct dans le TA — qu’il allait pleuvoir, Nétillard ayant modifié légèrement la nature du discours rapporté. Voyons les deux passages, en anglais et en français :

Jim was for putting our traps in there right away, but I said we didn’t want to be climbing up and down there all the time.
Jim said if we had the canoë hid in a good place, and had all the traps in the cavern, we could rush there if anybody was to come to the island, and they would never find us without dogs. And besides, he said them little birds had said it was going to rain, and did I want the things to get wet ? (HF, chap. IX, p. 43) Jim aurait voulu y mettre tout de suite toutes nos affaires ; moi je ne me sentais pas envie d’avoir tout le temps à grimper là-haut et à en redescendre.
Mais Jim pensait qu’une fois le canot caché et tout notre matériel monté dans la caverne, on pourrait s’y réfugier si jamais quelqu’un mettait le pied sur l’île. Sans chiens, personne ne nous y découvrirait.
— Et puis tu as oublié que les petits oiseaux ont annoncé la pluie ; tu voudrais que tout soit trempé, disait Jim. (Nétillard, chap. IX, p. 54)

  • 13 Cette variation syntaxique semble appartenir au parler de Jim, car, à peine quelques lignes plus b (...)

52Même si elle était paraphrasée par Huck, la voix de Jim était perpectible dans le segment source : la question rhétorique étant présente, « and did I want the things to get wet ? » (procédé souvent utilisé par Jim dans le texte original), de même qu’une construction relevant plus particulièrement du Black English, « them little birds »13. La parole singulière de Jim ressortait à tel point du passage original qu’elle a en quelque sorte appelé le changement de modalité ré-énonciative. Dans le texte traduit, cette transformation structurelle crée une amplification de la présence discursive de Jim, voilà qui fait contraste avec la version de Hughes. Notons enfin la présence de la conjonction mais au début du second paragraphe, assumant ici le rôle d’un « connecteur d’opposition » (Maingueneau, 1996, p. 17) ; Nétillard souhaitant montrer que Jim parle sur un ton assuré, qu’il conteste l’avis de Huck. Le passage en discours direct est d’ailleurs corrélé à cette conjonction additionnelle.

53La version de Molitor manifeste une tendance à accentuer certains traits de la caractérisation de Jim. Voici sa traduction des deux passages déjà cités :

Jim was for putting our traps in there right away, but I said we didn’t want to be climbing up and down there all the time.
Jim said if we had the canoë hid in a good place, and had all the traps in the cavern, we could rush there if anybody was to come to the island, and they would never find us without dogs. And besides, he said them little birds had said it was going to rain, and did I want the things to get wet ? (HF, chap. IX, p. 43)
Jim, désireux de s’installer immédiatement, proposa d’aller chercher sans tarder tout ce dont nous avions besoin ; j’hésitais à l’approuver, car nous aurions dû dans ce cas descendre et remonter la petite colline combien de fois par jour ? Mais Jim me fit remarquer que si nous cachions le canoë à proximité après avoir mis notre bagage entier dans la grotte, nous y aurions ainsi un refuge sûr si jamais quelqu’un venait dans l’île ; sans chiens, il serait impossible de nous trouver. D’ailleurs, ajouta-t-il, les petits oiseaux avaient annoncé la pluie ; est-ce que je voulais quelle abîme tous nos effets ?
Il avait raison. (Molitor, chap. IX, p. 294-295) « Well, you wouldn’t a ben here, ‘f it hadn’t a ben for Jim. You’d a ben down dah in de woods widout any dinner, en gittn’mos’drownded, too, dat you would, honey. Chickens knows when its gwyne to rain, en so do de birds, chile. » (HF, chap. IX, p. 44)
— Eh bien ! sans moi, vous n’seriez pas ici. Vous seriez toujours là au milieu des bois, sans avoir dîné, et presque noyé, mon garçon, c’est moi qui vous l’dis ! Les poussins savent quand il va pleuvoir, et les oiseaux aussi, vous me croyez maintenant ? (Molitor, chap. IX, p. 295-296)

54Dans le premier extrait traduit, Huck écrit « Mais Jim me fit remarquer », alors qu’on ne retrouvait aucun but dans le texte original. La conjonction mais n’est pas anodine, elle montre que Jim désapprouve ; plus bas, le « And besides » du TD assumait un rôle similaire, unité que Molitor rend par « D’ailleurs ». De plus, Molitor maintient la dernière affirmation sous forme de question rhétorique. Enfin, le TA fait état d’un ajout, « Il avait raison » ; cet ajout renforce l’orientation générale du segment cible où Jim semble exercer un ascendant sur Huck. Sa réplique, dans l’extrait suivant, viendra d’ailleurs étayer cette attitude avec l’adjonction du segment « vous me croyez maintenant ? », segment que le TD ne comptait pas. De manière générale, Jim se comporte de façon plus autoritaire et un peu moins affectueuse avec Huck : Molitor ayant traduit « ’f it hadn’t a ben for Jim » par « sans moi » et le doublet « honey »/« chile » par l’expression « mon garçon », expression moins chaleureuse que l’originale et moins percutante que le choix de Nétillard qui s’était arrêté sur « mon cœur »/« mon fils ». Le personnage de Jim agit comme une sorte de mentor dans ce passage cible, ce qui rejoint la thématique du passage source, tout en en proposant une intensification.

55La traduction de Molitor comptera un autre épisode au cours duquel l’assurance de Jim sera accentuée, celui du serpent à sonnette. À la fin de cet épisode, Huck se promet de ne plus jamais toucher à une peau de serpent de sa vie, vu tout le tort qu’elle leur a causé. Après quoi on retrouve les paroles de Jim rapportées en discours indirect : « Jim said he reckoned I would believe him next time. And he said that handling a snake-skin was such awful bad luck that maybe we hadn’t got to the end of it yet » (HF, chap. X, p. 47), ce que Molitor traduit par : « Jim me dit qu’il espérait bien que dorénavant, je le croirais et suivrais ses conseils. Et il revint encore sur le fait que j’avais touché la peau du serpent, d’où il pouvait s’ensuivre que nous ne fussions pas encore au bout de nos malheurs » (Molitor, chap. X, p. 301). Deux segments intensificateurs apparaissent dans le passage cible : « et suivrais ses conseils » et « Et il revint encore sur le fait que ». En accentuant le côté à la fois autoritaire, protecteur et éducateur du personnage de Jim, la traduction de Molitor contribue à renforcer l’humanité de Jim, préparant et consolidant ainsi une thématique qui sera au cœur de son projet de traduction.

56Avant de revenir à la traduction de Nétillard, permettons-nous une brève incursion dans la traduction de Jean La Gravière. Le passage de la caverne a été complètement modifié par le traducteur pour en faire un dialogue, voici le résultat :

Jim was for putting our traps in there right away, but I said we didn’t want to be climbing up and down there all the time.
Jim said if we had the canoë hid in a good place, and had all the traps in the cavern, we could rush there if anybody was to come to the island, and they would never find us without dogs. And besides, he said them little birds had said it was going to rain, and did I want the things to get wet ? (HF, chap. IX, p. 43) — On devrait venir s’installer ici, Huck, dit Jim.
— Pour grimper et redescendre tout le temps cette pente ? Merci bien !
— Si tout not’ matériel était ici et le canot caché, on pourrait se réfugier en vitesse dans cette grotte si jamais quelqu’un venait dans l’île. Sans chiens, ils ne nous trouveraient jamais. Et puis, les petits oiseaux ont dit qu’il allait pleuvoir. Tu veux que nos affaires soient trempées et qu’on dorme sous la pluie ? (La Gravière, chap. III, p. 50-51)

57Justifié peut-être par une des exigences de la littérature jeunesse voulant que les dialogues soient plus vivants que la narration, ce déplacement entraîne une intensification aussi bien de la présence verbale de Jim que de son ascendant sur Huck car l’impact produit par une réplique est généralement plus fort que du discours indirect. Les choses ne s’arrêteront pas là, le traducteur ajoutera un segment après la réplique suivante de Jim :

« Well, you wouldn’t a ben here, ‘f it hadn’t a ben for Jim. You’d a ben down dah in de woods widout any dinner, en gittn’mos’drownded, too, dat you would, honey. Chickens knows when its gwyne to rain, en so do de birds, chile. » (HF, chap. IX, p. 44) — Ouais, et sans moi où tu serais, hein ? Là en bas sous les arbres, sans feu, le ventre vide et à moitié noyé !
Jim avait raison, et moi j’avais bien de la chance de l’avoir rencontré. (La Gravière, chap. III, p. 50-51)

58Corrélé à la transformation précédente (le discours indirect est rendu en discours direct), cet ajout vient renforcer l’autorité de Jim, son côté protecteur et la confiance que Huck a en lui. Signalons toutefois la réduction de la réplique, ainsi que l’absence des appellations affectueuses, pertes qui ne modifient tout de même pas la valeur illocutoire du segment cible.

59Notons que les trois traductions que nous venons de voir ont toutes (à plus ou moins grande échelle) maintenu ou même amplifié l’ascendant que Jim a sur Huck, alors que la version de Hughes avait ajouté un segment dans lequel Huck dénigrait ostensiblement les suggestions de Jim (« Je n’avais pas besoin de l’avis des oiseaux »).

60Les épisodes « In the Fog » et « ’Lizabeth » ont été identifiés comme étant deux moments forts du livre sur le plan dramatique. Ces deux passages permettaient de faire ressortir l’attitude tour à tour ferme et affectueuse de Jim ; ils permettaient, en définitive, de mettre au jour l’humanité de ce personnage. Le passage vers la traduction a donné lieu à divers déplacements, de plus ou moins grande importance. Comme elle le fait depuis le début, Nétillard maintient ses choix de traduction en ce qui a trait au parler de Jim et en ce qui touche les expressions qu’il emploie pour désigner Huck. Voici la réplique de Jim lorsque Huck refait surface après leur pénible séparation dans le brouillard :

« Goodness gracious, is dat you, Huck ? En you ain’dead — you ain’drowned — you’s back agin ? It’s too good for true, honey, it’s too good for true. Lemme look at you, chile, lemme feel o’you. No, you ain’dead ! you’s back agin, ‘live en soun’, jis de same ole Huck-— de same oie Huck, thanks to goodness ! » (HF, chap. XV, p. 70) — Grand Dieu du ciel, c’est toi, Huck ? T’es pas mort ? T’es pas neyé, t’es bien là ? C’est trop beau pour êt’vrai, mon cœur, trop beau pour êt’vrai ! Laisse que je te regarde, mon fils, laisse que je te touche. Non, t’es pas mort, t’es bien revenu, le même vieux Huck, le même vieux Huck, grâce à Dieu ! (Nétillard, chap. XV, p. 91)

61Les répétitions du TD sont reproduites dans le TA, ce qui confère une certaine efficacité au passage. Le programme discursif de Jim est donc également doté, en français, de cette particularité idiolectale voulant qu’il répète une même phrase, un même mot. Dans ce cas-ci, les redites amplifient le caractère émotif et affectueux des propos de Jim : ce dernier est extrêmement heureux de retrouver Huck sain et sauf. Les expressions « mon cœur »/« mon fils » et les marqueurs associables au parler de Jim comme « t’es pas mort », « neyé » et « êt’ », assurent, quant à eux, une cohésion à l’ensemble du texte traduit.

62Par le biais d’un autre effet de traduction, une cohésion ressort cette fois du passage traduit comme tel. Lorsque Huck demande à Jim de quel brouillard il parle, Jim lui répond :

« Why de fog. De fog dat’s ben aroun’all night. En didn’t you whoop, en didn’t I whoop, tell we got mix’up in de islands en one un us got los’en ‘tother one was jis’as good as los’, ‘kase he didn know whah he wuz ? En didn’t I bust up agin a lot er dem islands en have a turrible time en mos’git drownded ? » (HF, chap. XV, p. 70-71)

63Réplique que Nétillard rend par :

— Le brouillard, pardi ! Le brouillard qu’il y a eu toute la nuit. T’as pas appelé, et j’ai pas appelé, et puis on s’est pas embrouillé au milieu des îles tous les deux, avec un perdu et faut’qui valait pas mieux, puisqu’il savait plus où il était lui-même ? Et je me suis pas flanqué sur des tas de bancs et j’ai pas été obligé de me démener comme un perdu et j’ai pas failli êt’neyé ? (Nétillard, chap. XV, p. 92)

64Nétillard reproduit la rythmique du passage original avec des choix comme « T’as pas appelé, et j’ai pas appelé » (l’anglais mentionnant « En didn’t you whoop, en didn’t I whoop ») ; « c’est vrai tout ça ou c’est pas vrai » (traduction de : « ain dat so [...], ain’it so »). Mais encore, la traductrice rend le participe passé « los’«  par un nom, « un perdu ». Cette substantivation, en plus de produire une intensification sémantique — le fait d’être perdu devenant un état —, cimente l’épisode. En effet, le segment « j’ai pas été obligé de me démener comme un perdu », traduction de « En didn’t I [...] have a turrible time », en accentuant cette thématique de la perte, créera une nouvelle résonance lorsque le lecteur lira la réplique finale de Jim, réplique dans laquelle la détresse associée à la séparation refait surface. Or la récurrence, bien que se manifestant dans le texte original également, est beaucoup plus évidente dans la traduction vu les déplacements opérés par la traductrice et, ainsi, génère une cohérence pour tout l’épisode. Voici la réplique finale de Jim (il explique la présence de débris de branches sur le radeau) :

« What do dey stan’for ? I’s gwyne to tell you. When I got all wore out wid work, en wid de callin for you, en went to sleep, my heart wuz mos’broke bekase you wuz los’, en I didn’k’yer no mo’what become er me en de raf’. En when I wake up en fine you back agin’, all safe en soun’, de tears come en I could a got down on my knees en kiss’yo’foot I’s so thankful. En all you wuz thinkin’‘bout wuz how you could make a fool uv ole Jim wid a lie. Dat truck dah is trash ; en trash is what people is dat puts dirt on de head er dey fren’s en makes em ashamed. » (HF, chap. XV, p. 72) — Qu’est-ce que c’est ? Je m’en vais te le dire. Après m’êt’crevé à naviguer et à t’appeler, j’ai fini par m’endormir, mais mon cœur était en morceaux pour ainsi dire, de penser que tu étais perdu, et je me fichais bien de ce qui arriverait au radeau ou à moi. Et quand je me suis réveillé, que je t’ai vu là, sain et sauf, mes larmes ont coulé, et je me serais bien mis à genoux pour baiser tes pieds, tellement j’étais heureux. Mais toi, tu pensais qu’à te moquer du vieux Jim avec tes mensonges ; ce que tu vois là, c’est de la saleté qui vaut rien du tout, et ceux qui se moquent de leurs amis, ils valent pas cher non plus. (Nétillard, chap. XV, p. 93)

65Notons que ce sentiment de la perte d’un être cher représente une sorte de préfiguration de la scène du monologue de Jim sur sa fille. Comme on le verra, les deux épisodes se répondaient dans le TD, et leur parenté sera tout aussi intense dans le TA.

  • 14 Jim sera représenté dans cette position une troisième fois. La scène est rapportée par le médecin (...)

66En effet, l’épisode « In the Fog » et le monologue de Jim sur ‘Lizabeth se rejoignent d’emblée de par leur grande intensité dramatique. Mais il y a plus. Lorsque Huck retrouvait Jim sur le radeau après que le brouillard s’était dissipé, le TD mentionnait : « When I got to it [le radeau] Jim was setting there witb his head down between his knees, asleep, with his right arm hanging over the steering oar » (HF, chap. XV, p. 70) ; tandis que la scène menant au monologue de Jim sur ‘Lizabeth commencera ainsi : « When I waked up, just at daybreak, he was setting there with his head down betwixt his knees, moaning and mourning to himself » (HF, chap. XXIII, p. 125). L’image est forte : Jim est accroupi, tête appuyée sur les genoux, il a baissé sa garde, ne se préoccupant plus des dangers éventuels, son attitude physique dénote un abandon (abandon de l’état de veille, abandon des forces pour continuer) ; Jim est fatigué et vulnérable14. Autre lien unissant les deux scènes : la thématique de la séparation d’un être cher. Dans le brouillard, Jim avait été séparé de Huck, il croyait l’avoir perdu ; dans la scène qui mènera au monologue sur ‘Lizabeth, Jim parlera de la séparation d’avec sa femme et ses enfants. La traduction de Nétillard a reproduit ces liens source. Revenons sur la posture de Jim dans les deux épisodes : « Quand j’arrivai près de lui [le radeau], Jim était assis la tête entre les genoux et il dormait, le bras droit sur l’aviron qui servait de gouvernail » (Nétillard, chap. XV, p. 91), et : « Quand j’ouvrais les yeux au petit jour, je le [Jim] voyais assis, la tête entre les genoux, qui se lamentait et gémissait tout seul » (Nétillard, chap. XXIII, p. 155). Voici enfin les dernières lignes du monologue de Jim sur sa fille :

« En wid dat I fetch’ her a slap side de head dat sont her a-sprawlin’. Den I went into de yuther room, en ‘uz gone ‘bout ten minutes ; en when I come back, dah was dat do’a-stannin’ open yit, en dat chile stannin’mos’right in it, a-lookin’ down and mournin, en de tears runnin’ down. My, but I wuz mad, I was agwyne for de chile, but jis’ den — it was a do’dat open innerds — jis’ den, ‘long come de wind en slam it to, behine de chile, ker-blam !— en my lan’, de chile never move’ ! My breff mos’hop outer me ; en I feel so — so — I doan know how I feel. I crope out, all a-tremblin’, en crope aroun en open de do’ easy en slow, en poke my head in behine de chile, sof’en still, en all uv a sudden, I says pow ! jis’ as loud as I could yell. She never budge ! Oh, Huck, I bust out a-cryin en grab her up in my arms, en say, ‘Oh, de po’little thing ! de Lord God Amighty fogive po’ole Jim, kaze he never gwyne to fogive hisself as longs he live !’Oh, she was plumb deef en dumb, Huck, plumb deef en dumb — en I’d been a'treat’n her so ! » (HF, chap. XXIII, p. 125-126) Et, avec ça, je lui envoie une tape sur le côté de sa tête qui la flanque par terre. Après, je vais dans la pièce à côté et, au bout de dix minutes, me voilà de retour ; cette porte était encore ouverte, et cette pitite était en plein dans le passage, à regarder le plancher, la pauv’, avec des larmes qui coulaient sa figure. Te dire si j’étais en colère ! Je vais vers la pitite et, juste à ce moment-là (la porte s’ouvrait du dehors), juste à ce moment-là, le vent la claque derrière elle. Pan ! et, miséricorde, elle ne bouge pas ! J’ai cru que mon cœur allait me sortir par la bouche, et j’étais si, si... tiens, je sais pas comment j’étais. Je sors tout doucement, en tremblant tout partout, je fais le tour de la maison, j’ouv la porte, je passe la tête derrière le dos de l’enfant, sans faire de bruit, et tout d’un coup je dis ; « Hou ! hou ! » aussi fort que je peux... Elle n’a pas bronché, Huck ! Oh ! Huck, j’ai éclaté en sanglots et je l’ai prise dans mes bras en disant : « Oh ! ma pauv’ pitite ! Il faut que le bon Dieu pardonne au pauv vieux Jim, car lui ne se pardonnera jamais ce qu’il a fait. » Tu sais pas, Huck, elle était sourde et muette, sourde et muette comme une pierre, et je lui avais fait une chose pareille. (Nétillard, chap. XXIII, p. 156)

67En plus de maintenir le lien manifeste entre les deux épisodes source, la version française témoigne d’une unité toute ponctuelle, c’est-à-dire qui apparaît à l’intérieur même du passage cible sur ‘Lizabeth. Cette unité est la résultante de deux reprises lexicales qui n’étaient pas présentes dans le texte original, celles des mots « cœur » et « pitite » (ou « tite »). Voici les segments originaux accompagnés de leur traduction respective :

« he was low » (p. 125) => « il avait le cœur gros » (p. 155)
« What makes me feel so bad » (p. 125) => « Ce qui me fait le cœur si lourd » (p. 155)
« My breff mos’ hop outer me » (p. 126) => « J’ai cru que mon cœur allait me sortir par la bouche » (p. 156)

« Po’ little ‘Lizabeth ! » (p. 125) => « Pauv’ tite Elizabeth ! » (p. 155)
« my little ‘Lizabeth » (p. 125) => « ma tite Lisabeth » (p. 155)
« dat chile » (p. 126) => « cette pitite » (p. 156)
« de chile » (p. 126) => « la pitite » (p. 156)
« de po’little thing » (p. 126) => « ma pauv’ pitite » (p. 156)

  • 15 L’édition de 1982 parue chez Gallimard donne ceci : « [...] avec des larmes qui coulaient sur sa f (...)

68L’intensité dramatique du passage cible résulte de l’unité stylistico-thématique qui en émane. En effet, la triple occurrence du mot cœur rappelle la douleur vécue par Jim, tandis que le mot tite ou pitite, repris à cinq occasions, rappelle la cause de cette douleur. Jim, celui-là même qui, en français, appelle Huck « mon cœur », souffre intensément ; sa condition d’esclave, la séparation de sa famille, la dureté qu’il a manifesté envers sa fille lui brisent le « cœur ». Nétillard a recréé le ton tragique de la scène grâce à cette isotopie qui fait écho à l’ensemble de la traduction. Enfin, la reprise de certaines répétitions de départ comme « jis’ den [...] jis’ den » par « juste à ce moment-là [...] juste à ce moment-là », ou encore, « she was plumb deef en dumb, Huck, plumb deef en dumb » par « elle était sourde et muette, sourde et muette comme une pierre » ; l’occurrence d’une construction non conventionnelle (presque poétique), « des larmes coulaient sa figure »15 ; ainsi que la présence d’expressions familières comme « j’ai entendu quéque chose qu’on aurait dit » et « en tremblant tout partout », augmente la cohérence du passage d’arrivée et contribue à la richesse du parler de Jim. Le savoir-dire de ce dernier est désormais doté d’une compétence à émouvoir qui rejoint (et peut-être même dépasse) celle du texte original vu la résonance créée par le mot cœur, ce que le terme chile produisait en anglais, mais de façon un peu moins frappante (Jim appelle Huck et sa fille, « chile »).

69La traduction de Nétillard a généralement maintenu les éléments du TD caractérisant Jim comme un être sensible, chaleureux et autoritaire. Mais encore, son texte a accentué ces traits en recourant au syntagme mon cœur, qui exploite la corde sensible et crée une unité dans le TA. La partie qui suit, portant sur les qualités argumentatives de Jim, fera état de choix de traduction conformes à cette orientation.

Les qualités de rhétoricien de Jim

70Dans le texte de Nétillard, Jim argumente finement avec Huck sur la sagesse du roi Salomon. Voici la fin de cette conversation (Jim parle d’abord) :

« [...] En what use is a half a chile ? I would’n give a dern for a million un um. »
« But hang it, Jim, you’ve clean missed the point — blame it, you’ve missed it a thousand mile. »
« Who ? Me ? Go ‘long. Doan’talk to me ‘bout yo’pints. I reck’n I knows sense when I sees it ; en dey ain no sense in sich doin’s as dat. De ‘spute warn’t ‘bout a half a chile, de ‘spute was ‘bout a whole chile ; en de man dat think he kin settle a ‘spute ‘bout a whole chile wid a half a chile, doan’know enough to come in out’n de rain. Doan talk to me ‘bout Sollermun, Huck, I knows him by de back. »
« But I tell you you dont get the point. »
« Blame de pint ! I reck’n I knows what I knows. En mine you, de real pint is down furder — it’s down deeper. It lays in de way Sollermun was raised. You take a man dat’s got on’y one er two chilien ; is dat man gwyne to be waseful o’chilien ? No, he ain’t ; he can’t ‘ford it. He know how to value ‘em. But you take a man dat’s got ‘bout five million chilien runnin’ roun’ de house, en it’s diffunt. He as soon chop a chile in two as a cat. Dey's plenty mo’. A chile er two, mo’er less, warn’t no consekens to Sollermun, dad fetch him ! »
I never see such a nigger. If he got a notion in his head once, there warn’t no getting it out again. He was the most down on Solomon of any nigger I ever see. So I went to talking about other kings, and let Solomon slide. (HF, chap. XIV, p. 66) — [...] Eh bien ! je te demande à quoi ça peut servir [...] une moitié d’éfant, alors ? On m’en donnerait un million que j’en voudrais pas.
— Mais, Jim, tu n’y es pas. Tu n’y es pas du tout.
— Moi ? Allons donc, où est-ce que je suis, alors ? Je sais ce que c’est que le bon sens et y a pas de bon sens à faire de choses pareilles. C’est pas sur une moitié d’éfant quelles se disputaient, c’était sur un éfant entier ; et celui qui se croit capable de les mett’ d’accord avec deux moitiés d’éfant, il n’est pas bien malin. Ne me parle plus de Salomon, Huck ! Je le connais assez !
— Mais je te dis que tu n’as pas compris l’histoire !
— Tu m’embêtes avec ton histoire. Je sais ce que je sais, et tu peux me croire si je te dis que ça va plus loin que ça, et que ça remonte plus haut. Tout ça, c’est à cause de l’éducation de Salomon. Prends un bonhomme qui a un ou deux gosses, est-ce que tu es d’avis qu’il va s’amuser à les gaspiller ? Sûr que non. Qu’est-ce qui lui resterait ? Il sait ce que ça vaut ! Mais prends un aut’ qui en a quatre ou cinq millions à trotter tout partout dans la maison, pour celui-là, couper son gosse ou un chat en deux, c’est kif-kif.

Je n’ai jamais vu un nègre comme celui-là ; s’il se fourrait une idée dans la tête, il n’y avait plus moyen de la dénicher. Il en voulait à Salomon, plus que tous les autres nègres ensemble. Aussi je me suis mis à parler d’autres rois, et j’ai laissé tomber Solomon [sic] [...]. (Nétillard, chap. XIV, p. 85)

  • 16 Nétillard ne s’en tient pas à ce seul passage. Lorsque Huck et Jim s’étaient retrouvés sur l’île J (...)

71Fidèle en cela à son projet, Nétillard continue de marquer le parler de Jim (« éfant », « mett’ », « gosses », « aut’ », « tout partout », « kif-kif »), De plus, les répliques de Huck et de Jim sont intimement liées dans le TA, Nétillard ayant reproduit la corrélation qui ressortait du TD avec des choix comme : « Mais, Jim, tu n’y es pas. Tu n’y es pas du tout. — Moi ? Allons donc, où est-ce que je suis, alors ? », ce que le TD donnait pour : « “But hang it, Jim, you’ve clean missed the point — blame it, you’ve missed it a thousand mile.” “Who ? Me ? Go ‘long. Doan’ talk to me ‘bout yo’ pints [...]” » ; ou encore, en français : « Mais je te dis que tu n’as pas compris l’histoire ! Tu m’embêtes avec ton histoire [...] », tandis qu’en anglais : « “But I tell you you dont get the point.” “Blame de pint !” [...]. » L’assurance de Jim est manifeste à l’intérieur d’un tel procédé (tant en français qu’en anglais), ce dernier rejette sans ambages le point de vue de Huck sur un ton presque exaspéré. Notons aussi que, contrairement à la traduction de Hughes, les répliques de Jim sont rendues intégralement chez Nétillard. Enfin, comme il le faisait dans le TD, Jim utilise la question de façon rhétorique dans le TA16. Il dit en effet : « “[...] Yit dey say Sollermun de wises’ man dat ever live’. I doan take no stock in dat. Bekase why : would a wise man want to live in de mids’er sich a blimblammin’all de time ? No — ‘deed he wouldn’t. [...]” » (HF, chap. XIV, p. 65) et en français : « Et pourtant le monde dit que Salomon était le plus sage des hommes ! Moi, j’y crois pas, et je vais te dire pourquoi : est-ce qu’un homme voudrait viv’ au milieu de tout ce tapage-là ? Non, alors ! » (Nétillard, chap. XIV, p. 84) ; et plus loin : « “[...] en dish-yer dollar bill’s de chile. Bofe un you claims it. What does I do ? Does I shin aroun’mongs’de neighbors en fine out which un you de bill do b’long to, en han’it over to de right one, all safe en soun’, de way dat anybody dat had any gumption would ? No — I take en whack de bill in two [...]” » (HF, chap. XIV, p. 65), ce qui devient dans la traduction : « [...] et le billet d’un dollar, là, c’est l’éfant. Toi, tu le veux, et elle aussi. Qu’est-ce que je fais ? Je vais trouver la voisine pour savoir à qui il est, et puis je le donne à celui qu’il faut, comme un homme sensé ? Non ! j’attrape le billet, je le déchire en deux [...] » (Nétillard, chap. XIV, p. 85). Jim est absolument convaincu d’avoir raison ; il est également très sûr de lui, il dit :» je vais te dire pourquoi. » Mais encore, et le déplacement n’est pas innocent, alors que l’anglais mentionnait le mot anybody dans la deuxième réplique, en français on retrouve le mot « homme ». Or la thématique de la discussion suivante portera précisément sur cette question : pourquoi un Français ne parle-t-il pas comme un hommet La caractérisation de Jim qui ressortira de l’ensemble du passage (discussions sur Salomon et le français incluses) pourrait être définie dans les termes suivants : Jim apparaît comme un homme sensé. La traduction de Nétillard accentue donc, une fois de plus, non seulement la cohérence du passage entier, mais l’une de ses principales thématiques, la reconnaissance de l’humanité de Jim.

72La discussion sur le français, telle que traduite par Nétillard, comporte peu d’éléments à signaler. La traductrice a choisi de maintenir le sujet de discussion sur la langue française, créant de la sorte une légère « entropie » (Folkart). En effet, des personnages s’exprimant en français se demandent comment il est possible que des Français ne parlent pas comme eux. Le passage vers la traduction crée cette incohérence, passage qui a eu pour effet, donc, de « neutraliser une tension porteuse de sens » (Folkart, 1991, p. 139). La tension dans le TD se manifestait au niveau des langues : surgissait une phrase en français dans un texte en anglais. La traduction abolit la distance. Pour que le texte français soit compréhensible, le lecteur doit admettre qu’il lit une traduction (ce qui est bien peu demander, au fond). Quoi qu’il en soit, comme c’était le cas dans le texte original, dans la traduction française, Jim remporte la partie oratoire, ses talents de rhétoricien sont efficaces ; tandis que Huck perd la face, se repliant dans une attitude renfrognée.

73Pour conclure, rappelons que la traduction française a affiché des options cohérentes, Jim demeurant habile pour discuter et les commentaires racistes de Huck ayant pour effet de le déprécier lui-même et non de dénigrer Jim, comme c’était aussi le cas dans le TD. Mais encore, en plus de maintenir les visées originales, le texte de Nétillard a accentué l’humanité de Jim.

Actes de Jim

74Les plans dialogal et descriptif l’ont montré, le personnage de Jim ressort du texte traduit comme un être à la fois sensible et autoritaire, logique et intelligent. Les actions qu’il posait dans le texte original venaient renforcer ces caractéristiques ; la traduction de Nétillard affichera une correspondance similaire.

75En ce qui a trait au plan d’évasion de Jim, le texte français présente peu de variations par rapport au texte original. Notons seulement que l’une des phrases clés du passage, « I’d made up my mine ‘bout what I’s agwyne to do. You see [...] », est rendue en français par : « Je savais bien ce qu’il fallait faire. Tu comprends [...] » (Nétillard, chap. VIII, p. 50). Décidé et sûr de lui, le personnage de Jim en français présente les mêmes qualités que son homologue anglais.

76En comparaison avec le texte de Hughes, la traduction de Nétillard a maintenu les deux scènes dans lesquelles Jim monte la garde à la place de Huck. L’humanité de Jim ressortira donc de ces deux passages cible, et l’ironie fonctionnera pour mettre au jour les préjugés de Huck (il trouve étonnant que Jim, en tant que Noir, se fasse du souci pour sa famille comme le ferait un Blanc).

77Enfin, l’épisode des Grangerford au cours duquel Jim répare le radeau, etc., est rendu en français sans que des pertes ou des ajouts signifiants ne viennent en modifier le récit. Ainsi, comme c’était le cas dans l’ensemble du texte original, la traduction de Nétillard montre que les actions de Jim peuvent être corrélées à ses paroles : il est logique, intelligent et humain.

Huck et pap Finn : leur passage vers le français

78L’élément central dans l’analyse du personnage de Huck est sans conteste lié aux deux crises de conscience de ce protagoniste. Nous traiterons uniquement de la première crise, qui, dans la traduction de Nétillard, fait état de quatre déplacements légers, mais signifiants. Le premier déplacement est le suivant : le segment source, « I didn’t run Jim off from his rightful owner [...] » (HF, chap. XVI, p. 73), devient dans le texte cible « Jim s’était enfui tout seul de chez sa patronne » (Nétillard, chap. XVI, p. 95). La traductrice déplace l’angle de focalisation en mettant le libre-arbitre de Jim et son autonomie au cœur de la réflexion de Huck. Toutefois, le choix de traduire « rightful owner » par « patronne » atténue quelque peu la valeur choquante de l’original. Deuxième déplacement pertinent : le segment dans lequel la conscience de Huck lui dit que Miss Watson « tried to learn you your book [...] » (p. 73), devient en français : « [...] elle [Miss Watson] a essayé de t’apprendre la Bible [...] » (p. 95). Le passage de « your book » à « la Bible » était nécessaire puisque, en français, aucune autre dénomination n’existe pour désigner ce texte sacré (à moins de parler des « Écritures »). Le segment cible apparaît donc tout aussi ironique que le segment source : Miss Watson, cette bonne croyante pratiquante, possède des esclaves et souhaite même en vendre un. Le projet de traduction de Nétillard rejoint ici le projet de départ : dénoncer l’esclavage, ainsi que les personnes et l’institution religieuse qui le soutiennent. Troisièmement, Nétillard traduit la phrase « I was sorry to hear Jim say that, it was such a lowering of him » (p. 74) par « J’avais du regret d’entendre Jim parler de la sorte : je l’aurais cru plus digne de mon estime [...] » (p. 96). Ce choix de traduction (« a lowering of him » devenant « je l’aurais cru plus digne de mon estime ») rend le texte français encore plus cynique que l’anglais. Un autre déplacement focal opère ici : Huck devenant le centre d’intérêt au lieu de Jim. Ce déplacement constitue une telle rupture narrative — il est en effet surprenant d’entendre Huck considérer Jim de la sorte quand on sait qu’il s’en est voulu de lui avoir joué un tour lors de l’épisode du brouillard — que le lecteur français ne peut faire autrement que de renverser le sens de l’extrait et comprendre que les préjugés de la société blanche esclavagiste sont à l’origine de cette affirmation. Ainsi, comme c’était le cas en anglais, le texte français doit être lu au second degré. Ce sera d’ailleurs le cas lorsque Huck dira, après être parvenu à semer les deux chasseurs d’esclaves : « Une fois qu’ils furent partis, je retournai à bord du radeau, honteux et pas fier, parce que je savais bien que j’avais mal agi [...] » (p. 98, nous soulignons). Le texte original ne disait pas autre chose : « They went off, and I got aboard the raft, feeling bad and low, because I knowed very well I had done wrong [...] » (p. 76, nous soulignons). Le contraste entre le bien et le mal ressort clairement des segments source et cible. Les deux entités étant mises en apposition, l’effet ironique est encore plus évident, le mal faisant précisément référence au bien. Ce quatrième et dernier extrait ne constitue donc pas un déplacement par rapport au TD, mais une reprise de la structure, ce qui engendre, dans le TA, une lecture similaire.

  • 17 Le même constat s’appplique en ce qui concerne le personnage de Miss Watson. En voici un exemple : (...)

79Le personnage de pap Finn, quant à lui, n’échappera pas à la logique traductive du texte de Nétillard où caractérisation et parler sont liés17. Il s’exprimera donc de façon plutôt orale où affleurent, dans le passage qui suit, colère et comique. Car le dialogue dans lequel le père de Huck lui interdit de s’instruire est plutôt drôle en anglais aussi :

« [...] And looky here — you drop that school, you hear ? I’ll learn people to bring up a boy to put on airs over his own father and let on to be better’n what he is. You lemme catch you fooling around that school again, you hear ? Your mother couldn’t read, and she couldn’t write, nuther, before she died. None of the family couldn’t, before they died. I can’t ; and here you’re a-swelling yourself up like this. I ain’t the man to stand it — you hear ? Say — lemme hear you read. » (HF, chap. V, p. 21) — [...] Et tu vas me laisser ton école tranquille, tu m’entends ? En voilà du monde, qui enseigne à un gosse à prendre des grands airs avec son propre père et à essayer de se faire passer pour ce qu’il n’est pas ! Que je t’y reprenne, à faire l’imbécile à ton école, et tu verras. Ta mère ne savait ni lire, ni écrire de son vivant, ni personne de ta famille, moi pas plus que les autres ; et te voilà à faire le singe savant ! Mais je ne le supporterai pas, tu as compris ? Dis donc, lis-moi un coup, pour voir ! (Nétillard, chap. V, p. 27)

80Bien entendu, le niveau de langue en français ne rejoint pas celui de l’original, les tournures non standard étant nettement moins nombreuses. Il reste que des choix comme « un gosse », « faire l’imbécile à ton école » (traduction de « fooling around that school »), « faire le singe savant » (« you’re a-swelling yourself up ») rendent bien le ton de l’original, c’est-à-dire tout à la fois le réel mépris que pap Finn éprouve vis-à-vis de l’instruction, de même que la frustration qu’il a d’être illettré, sa jalousie de ceux qui sont instruits. D’ailleurs, l’expression « faire l’imbécile à ton école » fait sourire vu la contradiction qu'elle véhicule (le segment source était similaire).

81Étant donné le maintien, dans le texte traduit, de la caractérisation négative du personnage de pap Finn, la condamnation implicite de l’esclavage et des gens qui le cautionnent opère également. Le projet de traduction de Nétillard rejoint donc celui de l’auteur. Huck, en français, s’interroge sérieusement sur la moralité de ses actions et de ses croyances, tandis que son père demeure représenté comme un être minable, batteur d’enfant, alcoolique et raciste. Comme on va maintenant le voir, les options retenues par la traductrice étaient pour la plupart inscrites dans l’appareil paratextuel du TA, représenté ici par la préface de Kanapa.

Analyse du paratexte

82Nétillard n’a pas signé la préface de sa traduction, cette tâche est plutôt revenue à l’historien marxiste Jean Kanapa. Pour lui, Twain n’était pas seulement un auteur comique, son humour avait des visées proprement subversives : « Ce n’est pas de détailler son talent d’humoriste, de très grand humoriste, qu’il faut faire grief à sa réputation ; c’est de négliger à dessein le contenu de cet humour, c’est de taire qu’il s’agit là d’un humour critique » (Kanapa, 1948, p. III). En attribuant à Twain cette étiquette de comique, on ne le prend pas au sérieux, nous dit Kanapa. Or, sous le couvert de l’humour, Twain dénonce les inégalités sociales et l’exploitation ; il critique sa société :

Il [Twain] déteste la discrimination raciale et s’arrange (on le constatera dans Huckleberry Finn) pour le dire. Il déteste l’asservissement des êtres, particulièrement des enfants, aux tyrannies petites-bourgeoises : et c’est encore une des leçons de Huckleberry Finn que cette revanche que prennent les enfants à la recherche d’un monde libre, heureux et sain, sur le monde terne et pesant de leurs parents. Il déteste, d’un mot, l’injustice et s’arrange pour le dire, toujours et partout.

Sa faiblesse est qu’il s’en tient aux apparences, au drame superficiel. [...] Reste que ce qu’il a effectivement passé au crible de sa critique, humoristique tant qu’on voudra, c’est un type de société très réelle, un aspect spécifique de la très réelle société de son temps et de son pays. Et que ce crible, il est tendu par une impérissable passion démocratique. (Kanapa, 1948, p. III-IV)

83Cette citation montre le type de contrat de lecture que cherche à instaurer Kanapa. Son objectif est de préparer le lecteur à interpréter ce roman comme une œuvre contestataire, qui recèle une dénonciation de l’esclavage et de la mentalité des Blancs du Sud ; le lecteur doit d’entrée de jeu savoir que Huck prend position pour la liberté. Bien qu’on ne sache pas si Kanapa a lu ou non la traduction pour laquelle il a écrit cette préface, il reste quelle semble tout à fait convenir au projet qui s’en dégage.

84Le cas de Bay est moins problématique puisqu’il signe lui-même la présentation de sa traduction. Sa position rejoint celle de Kanapa ; voici ce qu’il écrit sur Twain : « C’est peu de dire que Mark Twain n’avait pas de préjugés de race. Il était si spontanément bienveillant avec les noirs que sa femme lui dit un jour : “Tu devrais considérer a priori que tout être humain est un noir, et cela jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est vraiment blanc” » (p. 9). La position de Bay est claire : pour lui, Twain n’est pas raciste. On peut conclure que le traducteur considère cette œuvre comme une œuvre visant, entre autres choses, la dénonciation des inégalités raciales. Ce qu’il écrit sur Huck et le mensonge dans l’œuvre va d’ailleurs dans ce sens : « En fait, comme bien on le devine, Huckleberry Finn ne ment, comme Mark Twain, que pour mieux dégager la Vérité, pour mieux la servir. Les mensonges de son héros marquent au fer rouge l’hypocrisie du monde » (Bay, p. 13). Le traducteur fait référence ici à l’ironie, maints passages dans le texte fonctionnant grâce à ce procédé. Bay, comme Kanapa, considère donc que Twain fait de l'humour critique.

85Les traductions de Molitor et de La Gravière affichent toutes deux un résumé anonyme de l’histoire de Huckleberry Finn. Celui de Molitor met l’accent sur le message antiesclavagiste véhiculé par le roman et souligne l’ironie sur laquelle le roman est construit. La quatrième de couverture de la traduction de La Gravière comporte elle aussi un résumé de l’histoire où la thématique de l’aventure est clairement mise de l’avant. On souhaite, semble-t-il, accrocher le lecteur avec une intrigue palpitante, aux rebondissements imprévus.

86Les paratextes aux traductions de Nétillard, Bay et Molitor, qu’ils soient signés ou non par le traducteur ou la traductrice, ont tous la même visée : préparer le lecteur à lire une œuvre dont l’un des messages est la dénonciation de l’esclavage. Mis à part le cas de Bay, on ne peut faire autrement que croire que Kanapa et l’éditeur chez Molitor avaient lu la traduction française, car leur vision du livre est effectivement conforme à celle qui s’en dégage. On aurait d’ailleurs du mal à imaginer la préface de Kanapa au texte français de Hughes, par exemple. Le projet se dégageant de la traduction de Hughes pourrait aussi expliquer la raison pour laquelle les Éditions Hier et Aujourd’hui ont proposé une nouvelle traduction du livre, plus conforme à leur lecture, à leur compréhension de l’œuvre.

87À travers l’étude des principaux textes, il apparaît que des choix matériels différents peuvent donner lieu à des projets similaires (tutoiement mutuel dans la version de Nétillard et vouvoiement mutuel dans celle de Molitor) et, inversement, que des options matérielles similaires ou ressemblantes (tutoiement-vouvoiement chez Hughes et Bay ; et missié et massa chez Nétillard et Hughes respectivement) peuvent être porteuses de lectures divergentes. Extrêmement sensible à la matérialité du signe (qu’il s’agisse de sociolectes ou de répétitions), Nétillard propose une traduction qui parvient à véhiculer un projet esthético-idéologique très proche de celui qui fut dégagé du texte original. La parole noire, grâce à des traits de surface distinctifs (missié, pisque, pitite, etc.), devient porteuse d’un message subversif et contestataire : l’intelligence et l’humanité de Jim passent par ses paroles. Comme c’était le cas en anglais, la version française de Huckleberry Finn par Nétillard est une œuvre plurilingue et plurivoque : divers sociolectes s’y côtoient, diverses valeurs s’y confrontent.

88Enfin, il faut noter que ses trouvailles en matière de traduction du Black English constituent une sorte de préfiguration des possibilités qui étaient offertes par le français créolisé. Cependant, tout en admettant que sa traduction du parler noir rend les fonctions mises au jour dans le TD, force est de constater qu’une utilisation amplifiée du français créolisé comme option de traduction du parler noir américain serait tout à fait souhaitable. En effet, et on le verra dans le chapitre suivant, tant la richesse linguistique que présente le français créolisé que sa double référence littéraire et sociolinguistique en font un choix extrêmement fécond pour rendre, en français, la parole noire.

Notes

1 Nous sommes consciente du fait qu’il s’agit, dans le cas de Molitor, d’une note faite par l’éditeur et non par la traductrice ; la validité de la déduction que nous venons de faire pourrait dès lors être mise en doute. Il reste que nous avons tout de même constaté une corrélation entre le texte traduit et l’avertissement contenu dans la note.

2 Bien entendu, les marques de respect comme le vous et le tu n’ont pas de valeur intrinsèque, elles doivent être interprétées en contexte et non dans l’absolu, comme c’est le cas pour les traits sociolectaux.

3 Par visée traductive non dépréciative, nous entendons un projet de traduction qui rejoint le projet revendicateur de Twain.

4 Le chapitre suivant sera consacré précisément à cette option de traduction.

5 L’étude de Lee A. Pederson montre d’ailleurs que les marqueurs relevant spécifiquement du Black English dans le parler de Jim sont peu nombreux, la prononciation d du th et les formes kase et bekase pour cause et because en constituant quelques-uns (Pederson, 1965-1966, p. 1-4).

6 Toutefois, il faut bien voir que Huck et Jim dans la traduction se comportent comme des amis et des complices, le texte traduit ne faisant état d’aucun déplacement visant à altérer la nature de ce lien. Au contraire, certains passages traduits en affichent plutôt une accentuation. En voici un exemple : Jim raconte comment il a récupéré le radeau pendant que Huck se trouvait chez les Grangerford : « [...] en I ast ‘m if dey gwyne to grab a young white genlman’s propaty, en git a hid’n for it ? » (HF, chap. XVIII, p. 92), cette réplique devient en français : « [...] et je leur ai demandé s’ils allaient nous dérober notre bien et se faire tanner la peau pour vol » (Bay, chap. 18, p. 139). Dans le segment cible, Jim se voit comme l’égal de Huck, il parle du radeau comme d’un objet leur appartenant à tous deux. Par conséquent, l’utilisation chez Huck et Jim du tutoiement/vouvoiement respectif manifeste seulement la position dans l’échelle sociale de chaque personnage et ne véhicule aucune charge paternaliste ou méprisante. Le parler de Jim ne compte d’ailleurs aucun marqueur petit-nègre, un choix qui aurait transformé la valeur du vous dans son discours.

7 D’ailleurs, le plan de Jim fonctionne, Huck ne parvenant pas à le trahir. Parions toutefois qu’il n’aurait jamais eu la force de le faire, même si Jim ne lui avait pas fait son numéro de charme.

8 Précisons au passage que, bien que le vouvoiement soit presque généralisé dans la traduction de Molitor, il reste que certains personnages se tutoient entre eux. C’est le cas entre Tom et Huck, et entre Huck et son père.

9 Notons que cette reproduction d’un verbe anglais familier (to light oui) par un verbe français également familier, compense pour la légère perte encourue par la traduction des deux occurrences du mot « sivilize » (p. 7 et p. 229) par l’expression « me transformer en civilisé » (p. 7 et p. 286) qui, bien qu'elle ne soit pas très courante, ne compte tout de même aucune faute d’orthographe frappante comme c’était le cas avec le sivilize anglais. Il reste que, fidèle à ses choix précédents, Nétillard rend une des dernières phrases du livre : « But I reckon I got to light out for the Territory [...] » (p. 229) par : « Mais je crois qu’il va falloir que je file au Territoire [...] » (p. 286) ; la cohérence traverse tout le roman, tant dans le texte source que dans le texte cible.

10 Car, et il en a été question dans le premier chapitre, Huck et Jim utilisent parfois les mêmes expressions ou les mêmes marqueurs en anglais. En français, ils ont en commun le syntagme tout partout.

11 Bernard Vidal, dans un article portant sur la traduction du Black English chez Alice Walker et Zora Neale Hurston, inclut un « Mini-lexique de créole louisianais établi à partir des contes, fables et autres histoires du folklore » (1994, p. 207) où l’on retrouve des phrases en français standard comme « Il est revenu », « Il est malade », traduites en Gombo (c’est-à-dire en créole de la Louisiane) par « Li révini » et « Li malade ». Jean-Robert Léonidas traduit des expressions françaises en créole haïtien dans son lexique de Prétendus créolismes (1995) et on retrouve le même pronom personnel qu’en Gombo pour signifier la troisième personne du singulier, c’est-à-dire li.

12 La traductrice étant conséquente dans ses choix : Nat dira aussi « mon cœur » (chap. XXXVI, p. 246), traduction de « honey » (chap. XXXVI, p. 197). Cette option sera d’ailleurs maintenue pour l’ensemble du TA.

13 Cette variation syntaxique semble appartenir au parler de Jim, car, à peine quelques lignes plus bas, Huck écrira : « [...] so the birds was right about it » (p. 43), alors qu’il aurait pu dire « so them birds was right about it ». De plus, d’autres occurrences de cette construction apparaissent dans les répliques de Jim : « [...] he’s one er dem chuckleheads [...] » (HF, chap. VIII, p. 42) ; « onless you counts dem kings dat’s in a pack er k’yards » (HF, chap. XIV, p. 64) ; « En didn’t I bust up agin a lot er dem islands [...] ? » (HF, chap. XV, p. 70).

14 Jim sera représenté dans cette position une troisième fois. La scène est rapportée par le médecin qui a soigné Tom blessé par balle dans les chapitres d’évasion, il dit : « “[...] the nigger was setting by the pallet with his head propped on his knees, Sound asleep [...]” » (HF, chap. XLII, p. 223), après quoi, il donnera le signal à deux hommes qui passaient par là de capturer Jim. On connaît la suite.

15 L’édition de 1982 parue chez Gallimard donne ceci : « [...] avec des larmes qui coulaient sur sa figure » (p. 208, nous soulignons). Nétillard avait-elle délibérément omis la conjonction dans la première édition ? C’est probable ; quoi qu’il en soit, le texte de la première édition affiche cette structure inédite, et l’effet est convaincant.

16 Nétillard ne s’en tient pas à ce seul passage. Lorsque Huck et Jim s’étaient retrouvés sur l’île Jackson, Huck avait voulu savoir depuis combien de temps Jim se trouvait là, comment il avait fait pour se sauver, de même que ce qu’il avait mangé. Après s’être fait demander pourquoi il n’avait pas attrapé de tortues d’eau douce, Jim a répondu : « “How you gwyne to git'm ? You can’t slip up on um en grab um ; en how’s a body gwyne to hit um wid a rock ? How could a body do it in de night ? en I warn’t gwyne to show myself on de bank in de daytime.” » (HF, chap. VIII, p. 40). En français, Jim dit : « —Les attraper ? Et comment ? On peut pas les prend’comme ça, et pis comment taper dessus, avec une pierre ? Et en pleine nuit en plus ? Tu crois que j’allais me montrer sur le bord pendant la journée ? » (Nétillard, chap. VIII, p. 50). La reprise de ce procédé dans la discussion sur Salomon dans la traduction de Nétillard contribue à consolider la voix du personnage de Jim.

17 Le même constat s’appplique en ce qui concerne le personnage de Miss Watson. En voici un exemple : « “Take your hands away, Huckleberry — what a mess you are always making” » (HF, chap. IV, p. 18) ; « —Enlève tes mains de là, Huckleberry, me dit-elle, quelle maladresse que la tienne » (Nétillard, chap. IV, p. 22). Plus relevé en français qu’en anglais, le parler de Miss Watson fera contraste tant avec celui de Huck que celui de pap Finn, compensant ainsi pour la moins grande quantité de marqueurs dans les répliques cible de pap Finn.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search