Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Chapitre 2. William-Little Hughes et Huckleberry Finn : traduire pour aseptiser

Texte intégral

« Jim, comme beaucoup de nègres, savait coudre. »
—W.-L. Hughes

1 Publiée en 1886 aux éditions Bibliothèque nouvelle de la jeunesse sous le titre Les aventures de Huck la traduction de William Finn, Little Hughes constitue la toute première traduction française du roman de Twain. Irlandais d’origine, le traducteur avait déjà traduit The Adventures of Tom Sawyer et prêté sa plume à d’autres auteurs comme John Habberton et Edgar Allan Poe (Arnavon, 1951, p. 73). Notre visée sera ici de dégager, en confrontant le texte d’arrivée au texte de départ, le projet de traduction ou encore ce qu’on pourrait appeler la mosaïque signifiante traductive. Cette mosaïque signifiante résulte des choix de traduction du traducteur, choix qui, vu les déplacements qu’ils opèrent, sont porteurs de sens et nous révèlent non seulement la présence du traducteur, mais sa position, sa propre lecture de l’œuvre originale.

  • 1 Garbagnati, dont l’étude plutôt brève (sept pages) inclut la traduction de Suzanne Nétillard (qui (...)

2La position idéologique du traducteur Hughes est en réalité contraire à celle révélée par le texte original. Là où l’anglais déstabilisait les idées reçues, le texte français les maintient et les renforce. Comme le constate Lucile Garbagnati, Hughes « veut transformer un texte subversif en un texte en tout point respectueux d’un certain conformisme social, et d’une certaine conception de l’enfance et de la littérature » (1984, p. 222)1. Le projet de traduction de Hughes a pour effet d’aseptiser la visée contestataire du roman de départ. Ce nouveau texte est la résultante de multiples transformations, mineures ou majeures, qui touchent aussi bien la narration, la description que la composante dialogale. On verra, par exemple, qu’il y a une corrélation, dans le texte de Hughes, entre l’expression diégétique le nègre, utilisée par le narrateur Huck pour nommer Jim, et l’élément dialogal massa, prononcé par Jim pour désigner Huck. Jim appelle Huck massa parce qu’il est le nègre du roman en français, et la portée de ce syntagme dépasse celle d’un marqueur qui servirait strictement à identifier le personnage. La caractérisation de Jim chez Hughes est donc homogène à travers les trois composants textuels. Que ce soit par le biais de son dire, de son faire ou de la description du narrateur, le personnage de Jim est présenté au lecteur comme un serviteur-esclave, à la fois docile et stupide. Cette unité thématico-structurelle se manifeste également sur un plan qu’on pourrait qualifier de transformationnel, c’est-à-dire qui touche tout ce que la traduction comporte d’ajouts, d’omissions et de déplacements. Enfin, la caractérisation des personnages de Huck et de Miss Watson sera également modelée par Hughes afin de s’intégrer à son projet. Notons que des références aux autres traductions du roman seront faites au passage afin de donner un bref aperçu de certaines options retenues par les traducteurs de Huckleberry Finn.

Traduire le Black English : nivellement, re-création ou petit-nègre ?

3Le constat qui est fait d’emblée lorsque l’on commence à lire la traduction de Hughes est que le Notice et l'Explanatory que Twain avait placés dans les pages liminaires de son roman n’ont pas été traduits en français. L’Explanatory nous intéresse ici davantage étant donné que Twain l’a inclus pour informer son lecteur que tous les personnages de son roman ne s’exprimaient pas de la même façon, qu’ils employaient des sociolectes différents, comme le « ordinary “PikeCounty” dialect » ou encore le « Missouri negro dialect » (HE, p. 2). En français, cette note explicative disparaît. On peut en déduire qu’il s’agit d’un choix éditorial, le roman jeunesse se prêtant plus ou moins aux nuances de ce type. Mais encore, cette omission est peut-être une première manifestation du malaise ressenti par le traducteur vis-à-vis des sociolectes romanesques. En effet, ce dernier a pu se demander quelle serait la pertinence de traduire une note qui n’éveillerait aucune référence sociolinguistique chez le lecteur français. Une chose est sûre, l’omission de cette note n’est pas le fait d’un simple oubli, pas plus qu'elle ne signifie que Hughes était insensible aux sociolectes source. On verra, en effet, que le Black English ne l’a pas laissé indifférent.

4Avant d’entrer dans les détails des choix du traducteur, revenons sur les deux premières répliques de Jim en anglais, deux répliques qui l’identifiaient, d’entrée de jeu, comme un personnage noir :

Miss Watson’s big nigger, named Jim, was setting in the kitchen door ; we could see him pretty clear, because there was a light behind him. He got up and stretched his neck out about a minute, listening. Then he says,
« Who dah ? »
He listened some more ; then he come tip-toeing down and stood right between us ; we could a touched him, nearly. [...] Pretty soon Jim says :
« Say — who is you ? Whar is you ? Dog my cats ef I didn’hear sumf’n. Well, I knows what I’s gwyne to do. I’s gwyne to set down here and listen tell I hears it agin ». (HF, chap. II, p. 10)

5Il s’agit, dans le texte de départ (TD), de la première intervention de Jim, que le narrateur Huck présente d’ailleurs comme étant « Miss Watson’s big nigger, named Jim ». Son parler n’est donc pas seul à avoir valeur identificatrice dans le TD, puisque le discours d’escorte que représente ce segment véhicule également ce type de renseignement. Mais les marqueurs utilisés par l’auteur pour qu’on identifie Jim à son groupe d’appartenance sociale auraient amplement suffi. L’absence de verbe dans la première réplique, la nouvelle graphie du morphème there qui devient dah, les variations morphologiques contenues dans la seconde réplique, who is you au lieu de who are you, I knows au lieu de I know par exemple, l’orthographe transformée de something qui devient sumf’n et de going qui devient gwyne sont autant de façons dont dispose un auteur pour dessiner les contours d’un sociolecte noir. Les répétitions contenues dans la seconde réplique, who is you/whar is you et I's gwyne to do/I’s gwyne to set down sont quant à elles clairement associables à l’idiolecte de Jim. En anglais, Jim est donc un personnage noir qui, tout en maniant le code linguistique de façon non standard, sait en faire une utilisation stylistique personnelle.

6La traduction proposée par Hughes, en raison d’une longue scène ajoutée par le traducteur, déplace aussi bien la structure même du texte original que la portée de ces deux premières répliques. Hughes a en effet ajouté un long passage avant ces deux répliques, passage dans lequel Jim est présenté pour la première fois au lecteur de la façon suivante : « Un beau matin, Tom fut très étonné quand Jim, le nègre de miss Watson, lui remit une lettre où je l’engageais à venir dîner chez la veuve » (Hughes, chap. I, p. 5). Il s’agit, en français, de la toute première fois dont il est question de Jim et il est décrit comme un serviteur qui, tout en étant la possession de Miss Watson, peut également être mis au service de Huck. Alors que dans le texte anglais Jim appartient exclusivement à Miss Watson et qu’aucun lien de type maître/subalterne ne l’unit à Huck, le texte français déplace cette situation pour en proposer une où le statut de serviteur du personnage noir est mis en relief. Ainsi, la réception que fera le lecteur des deux premières répliques de Jim en français sera transformée par ce pré-texte qui représente ici un nouveau co-texte. Voici les répliques en question :

Jim se tenait assis à la porte de la cuisine. Nous le voyions très bien, parce qu’il y avait une lumière derrière lui. Il se leva et avança la tête en prêtant l’oreille.

— Qui est là ? demanda-t-il au bout d’une minute.
Après avoir encore écouté un instant, il s’avança de notre côté et s’arrêta entre Tom et moi. Nous aurions presque pu le toucher ; mais nous nous gardions bien de bouger. [...] Bientôt Jim dit ;
— Ah ça ! qui êtes-vous ? Où êtes-vous ? Pour sûr, j’ai entendu quelque chose... Bon, je sais ce que je vais faire. Je ne bougerai pas d’ici, et de cette façon je verrai bien si je me suis trompé. (Hughes, chap II, p. 9)

7Les marqueurs qui permettraient d’identifier le parler de Jim à un sociolecte noir dans ces deux répliques sont inexistants en français. De plus, les variations non standard disparaissent, de même qu’une des deux répétitions qui avaient été identifiées plus haut. Jusqu’ici, aucun trait linguistique de surface ne distingue le parler de Jim de celui du narrateur ou des autres personnages. La traduction de Hughes, malgré l’absence de marqueurs « autres », n’en manifeste pas moins un travail. En effet, comme l’écrit Folkart,

[...] la traduction n’est jamais une transformation nulle. Elle ajoute toujours de la valeur, crée inévitablement des distorsions (bruit), des décalages ou des sollicitations (modulation) qui permettent de toucher du doigt à la ré-énonciation, de mesurer le décalage énonciatif qui se creuse entre la voix de l’instance de ré-énonciation et celle de l’instance d’énonciation, d’appréhender le dire du traducteur en flagrant délit de conflit avec celui de l’auteur. De ce conflit d’énonciations témoignent les indices de ré-énonciation dont est entaché tout système traductionnel [...]. (1991, p. 127)

  • 2 Comme la scène de la boule de crin n’est pas traduite par Hughes (on y reviendra), la rencontre su (...)
  • 3 Notons au passage que la réplique source de Jim ne reste pas sans écho dans le TD. En effet, Tom a (...)
  • 4 À noter que le vous n’est pas dégradant de manière intrinsèque, tout dépend des éléments qui l’ent (...)

8Le choix de Hughes de traduire le Black English en français standard témoigne de la présence de Hughes tout autant que s’il avait choisi un parler paysan ou petit-nègre. Il serait toutefois difficile, à partir de ce passage spécifique, d’indiquer les conséquences d’un tel choix sur l’ensemble de la traduction. D’ailleurs, les choses changeront lors de la troisième réplique de Jim, réplique qui constitue la première interaction qu’ont Huck et Jim en français et qui affiche l’ajout d’un marqueur clairement associable à un parler petit-nègre2. Voici la réaction de Jim — en anglais d’abord, en français ensuite — lorsqu’il revoit Huck, qu’il prend pour un fantôme : « “Doan’ hurt me — dont ! I hain’t ever done no harm to a ghos’. I awluz liked dead people, en done all I could for ‘em. You go en git in de river agin, whah you b’longs, en doan’do nuffn to Ole Jim, ‘at uz awluz yo’ fren’.” » (HF, chap. VIII, p. 38) ; et : « —Ne me faites pas de mal, massa Huck, dit-il enfin. Je n’ai jamais fait de mal à personne, moi. Il fallait rester au fond de l’eau ; c’est la vraie place d’un noyé. Le vieux Jim a toujours été votre ami ; laissez-le tranquille » (Hughes, chap. V, p. 47)3. Deux nouveaux marqueurs apparaissent dans la réplique de Jim : le vouvoiement et l’expression massa pour désigner Huck. Or ces deux marqueurs, une fois reliés, d’une part, à la figure du serviteur dans laquelle le personnage de Jim est cantonné dès les premières pages de la traduction et, d’autre part, à l’ensemble de sa caractérisation (qu’on verra dans les parties suivantes), agissent comme des insignes d’un rapport de soumission4. En tant que subalterne, Jim vouvoie son supérieur ; en tant qu’esclave noir soumis, il l’appelle massa Huck. Le segment source n’affichait effectivement aucun Mister, « Misto » Huck, ni Master, « Mars » Huck, ni massa Huck. Cette seule expression — et cela apparaîtra avec plus de force une fois l’ensemble de la caractérisation de Jim mise au jour — contribue à renverser le rapport de place que Jim et Huck avaient dans l’original et à réduire le personnage de Jim à un trait prédominant, son statut de serviteur-esclave.

9Avant d’aller plus loin dans la traduction de Hughes, permettons-nous de jeter un coup d’œil à une autre traduction de Huckleberry Finn, celle-là réalisée par Claire Laury en 1979. Cette dernière propose un texte dont les déplacements, aussi nombreux que substantiels, servent à présenter un portrait caricatural et exotisant du personnage noir, doublé d’une attitude paternaliste de la part de Huck. Lorsqu’elle a été aux prises avec le Black English, la traductrice semble avoir d’abord hésité entre diverses options de traduction. En effet, les trois premières répliques de Jim en français témoignent d’un certain malaise à l’égard de ce sociolecte revenons d’abord sur les deux premières :

Jim, le grand esclave noir de Miss Watson, qui s’affairait près de la porte de la cuisine, avait levé la tête en entendant mon cri et il vint regarder ce qui se passait dans la nuit :
— Qué que c’est qui va là ? grogna-t-il avec surprise.
Il écouta un moment puis, sortant, il avança sur la pointe des pieds et arriva si près de nous que nous aurions pu le toucher. [...] Le grand Jim hurlait d’une voix menaçante :
— Hé, vous là-bas, vous êtes qui, vous êtes quoi ? Hé, dites donc, je m’en vais pas d’ici jusqu’à ce que vous vous en alliez !
Sans nous avoir vus, le grand nègre s’assit dans l’obscurité [...]. (Laury, chap. II, p. 11-12)

10Notons d’abord que les paramètres situationnels introduits par le narrateur diffèrent de ceux du TD. Le fait que Jim « grogne » et qu’il « hurle d’une voix menaçante » a pour conséquence de le caractériser comme étant un personnage potentiellement violent (on pourrait presque parler d’une image bestiale), ce que le texte original ne sous-entendait d’aucune façon. Ensuite, les traits de surface utilisés pour marquer le parler de Jim ne sont pas tout à fait les mêmes de la première à la deuxième réplique. La phrase « Qué que c’est qui va là » semble appartenir à un parler paysan. Quant à la deuxième réplique, on y retrouve des traits oralisants, comme l’inversion « vous êtes qui », l’absence de négation ne, et une construction fautive : « [...] je m’en vais pas d’ici jusqu’à ce que vous vous en alliez ». Ces deux premières répliques, vu le manque d’homogénéité dont elles font preuve, montrent que Laury cherche une façon de rendre le Black English, sans y parvenir de façon cohérente encore. La troisième prise de parole de Jim, qui passe inaperçue dans le texte original vu son caractère anodin, acquiert une valeur signifiante dans le texte traduit, car la traductrice y inscrit la solution qu'elle a trouvée pour pallier les difficultés posées par le parler noir. Il s’agit d’une solution relevant d’un choix de traduction assez conventionnel, l’élision du r. Voici les deux versions, source et cible, d’un même extrait tiré de l’épisode « The Boys Escape Jim » que nous avons cité plus en détail au chapitre précédent :

[...] but whenever one was talking and letting on to know all about such things, Jim would happen in and say, « Hm ! What you know ‘bout witches ? » and that nigger was corked up and had to take a back seat. Jim always kept that five-center piece around his neck with a string [...]. (HF, chap. II, p. II)
Mais à chaque fois qu’il entendait un de ces narrateurs, Jim l’interrompait d’un air supérieur :
— Hm ! Quéqu’vous connaissez aux so’ciè’es, vous aut’es, pau’es Noi’s ? Vous fe’iez mieux de la boucler, c’oiez-moi !
Comme chacun sait, les Noirs d’Amérique parlent anglais sans prononcer les r. Cela leur donne un langage étrange, mais nous y sommes habitués et nous n’avons aucune peine à les comprendre.
Jim garda toujours la pièce de monnaie percée [...]. (Laury, chap. II, p. 13)

11La voix de la traductrice est palpable dans ce commentaire intra-diégétique ajouté qui comprend non seulement un contenu aux prétentions didactiques, mais également un jugement de valeur. La traductrice, par un effet rhétorique (« Comme chacun sait »), justifie son choix de traduction. En outre, ce parler est qualifié d’« étrange », mais il est quand même compréhensible pour Huck. Aussi bien le choix du marqueur petit-nègre que constitue l’élision du r que ce commentaire ajouté se posant comme une vérité (« Comme chacun sait, les Noirs d’Amérique... ») véhiculent une charge condescendante et ont pour fonction de ridiculiser le personnage noir. Ces choix présentent Jim comme radicalement autre, comme appartenant à une catégorie ontologique distincte. Une rupture se dessine entre l’être blanc, défini comme le point de référence, la normalité, et le Noir, celui qui est différent, à part. Ce segment cible permet ainsi de voir se dessiner les contours du projet de traduction de Laury où Jim est décrit comme un être naïf qui a besoin d’être pris en charge par Huck, le Blanc paternaliste. Pour revenir à la réplique de Jim, notons qu’on retrouve encore une marque paysanne dans le « quéqu’vous » du début. Laury semble encore hésiter entre des traits linguistiques ruraux et petit-nègre pour le personnage noir, bien que, par la suite, elle privilégie nettement la deuxième option. D’ailleurs, l’insertion de son commentaire intradiégétique en fournit la preuve. Enfin, l’élision du r constitue la marque la plus utilisée dans cette traduction pour identifier les répliques de Jim. Laury n’a plus recours à d’autres traits de type « paysan », elle cantonne le parler de Jim dans une matérialité figée, où des tournures plus recherchées ne sont pas de mise. L’élision du r comme unique procédé représentant le parler noir nous paraît un choix réducteur et simpliste. On retrouve bien quelques ben, quelques m’sieu saupoudrés ça et là, mais il s’agit de traits également utilisés par des personnages blancs. Le recours à ce seul marqueur petit-nègre — vu les fortes connotations péjoratives qu’il génère et l’ensemble du projet dans lequel il vient s’insérer — a pour effet d’exclure toute richesse langagière : le programme discursif d’arrivée du personnage noir est simpliste, on en déduit que le personnage noir est lui-même simple, lecture qui ne rappelle en rien la matrice de départ.

La langue de Huck

  • 5 Nous montrerons, dans la quatrième partie de ce chapitre, les éléments cible ajoutés, omis ou dépl (...)

12La corrélation, dans le texte original, entre la caractérisation de Huck, petit garçon anticonformiste et peu instruit, et son parler, truffé aussi bien de déviations morphologiques que de tournures poétiques, n’est plus à prouver. Les impertinences verbales de Huck Finn sont devenues indissociables de sa personnalité. Dans la traduction de Hughes, il en va tout autrement. Huck s’exprime en un français très correct, il se sert aussi bien du passé simple que du plus-que-parfait du subjonctif. Les paramètres situationnels qu’il emploie pour introduire les répliques des personnages sont plus recherchés qu’en anglais, où il ne se sert que du verbe to say, alors qu’en français on retrouve des incises du genre : « me demanda un vieux monsieur » (p. 6), « répliquai-je » (p. 6), « s’écria Tom » (p. 12), « reprit Tom » (p. 14), « cria la femme » (p. 66), « murmurai-je » (p. 82). Enfin, Huck inverse le sujet et le verbe lorsqu’il commence une phrase par la conjonction aussi qui marque un rapport de conséquence avec la proposition précédente : « Aussi fus-je presque tenté » (p. 7). Bien que n’ayant rien de similaire avec son homologue anglais, le parler de Huck en français n’en demeure pas moins lié à sa caractérisation. Le bon petit garçon qu’il est devenu dans le texte cible se prête plutôt bien aux exigences d’une langue soutenue5. Le lien, tout en étant considérablement altéré, demeure donc présent, dans la traduction, entre sociolecte et caractérisation.

13Comme il est identifié à un parler non standard dans l’original, le sociolecte de Huck fonctionne, on l’a vu, comme une antinorme sur le plan du hors-texte. Cette fonction source disparaît dans le texte cible en raison des nouvelles qualités linguistiques dont le parler de Huck est doté. La fonction normative, quant à elle, est maintenue dans la traduction par la force des choses, Huck demeurant le narrateur, mais le lien de solidarité que son sociolecte manifestait avec le parler noir est transformé. En effet, comme le parler cible de Huck diffère de celui de Jim à deux égards : Huck ne se sert pas de la désignation massa pour interpeler un interlocuteur et il ne vouvoie pas Jim, le lien de connivence est remplacé par un écart de nature hiérarchique. Il apparaît donc que la solidarité langagière qui ressortait du TD entre les parlers de Huck et de Jim est complètement minée : résultat des déplacements effectués par Hughes créant une relation de type dominant/dominé entre Huck et Jim.

Parler des autres personnages noirs

14Il en a été question dans l’analyse du TD, d’autres personnages noirs sont présents dans Huckleberry Finn : entre autres Jack, qui appartient aux Grangerford, et Nat, qu’on retrouve chez les Phelps lors des chapitres d’évasion. La traduction proposée par Hughes est d’une grande cohérence en ce qui a trait au parler de ces deux personnages. Jack, dans le TD, s’exprime comme Jim ; voici deux de ses répliques (en versions originale et traduite) dans lesquelles il raconte à Huck les derniers événements qui ont eu lieu dans la famille Grangerford :

« Dont you know, Mars Jawge ? » [...]
« Well, den, Miss Sophia’s run off ! ‘deed she has. She run off in de night, sometime — nobody don’t know jis’ when — run off to git married to dat young Harney Shepherdson, you know — leastways, so dey ‘spec. De fambly foun it out, ‘bout half an hour ago — maybe a little mo’— en I tell you dey warn’t no time los’. Sich another hurryin’up guns en hosses you never see ! De women folks has gone for to stir up de relations, en ole Mars Saul en de boys tuck dey guns en rode up de river road for to try to ketch dat young man en kill him ‘fo’he kin git acrost de river wid Miss Sophia. I reck’n deys gwyne to be mighty rough times. » (HF, chap. XVIII, p. 93) — Quoi, massa, vous ne savez pas ce qui est arrivé ? [...] — Les Shepherdson sont en campagne. Ils se sont emparés de miss Sophie. On croit qu’ils l’ont tuée et tout le monde est à cheval pour la venger. Nous allons entendre le bruit de la bataille, massa Huck, et elle sera terrible. (Hughes, chap. XIV, p. 123)

15La troncation doublée du déplacement sémantique que subit la réplique cible de Jack résulte de deux visées : une réduction de la présence noire et un changement narratif. En effet, Hughes a radicalement modifié l’épisode se déroulant chez les Grangerford. Contrairement au TD, l’histoire se termine bien, Miss Sophia et Harney Shephersdon se marient, Buck Grangerford ne meurt pas et Huck est indirectement responsable de cette réconciliation des deux familles rivales, alors que dans le TD il avait contribué, également sans le vouloir, à l’enclenchement de toute la tuerie. Une telle transformation de l’action, liée peut-être au public jeunesse de la traduction, n’est pas sans changer la thématique de départ où la bonté des Noirs s’opposait à la cruauté des Blancs. Quant aux marqueurs choisis par le traducteur, ils sont similaires à ceux qui caractérisent les répliques de Jim : le mot massa et le vouvoiement. En ce qui a trait au personnage de Nat, devenu Sambo dans le texte de Hughes (dénomination ridiculisante sur laquelle nous reviendrons plus loin), il parle lui aussi comme Jim et Jack : il vouvoie son interlocuteur et l’appelle massa.

16Fidèle en cela à sa visée, le traducteur conserve le même type de marques linguistiques pour signaler la parole du personnage noir en français : il garde le marqueur massa et le vouvoiement. Ainsi, dans la version française, la communauté langagière entre les personnages noirs montre qu’il existe une unité dans le projet du traducteur. L’analyse du dire de Jim, on le verra, viendra renforcer cette unité encore fragmentaire.

Le dire de Jim

  • 6 Les omissions touchent parfois aussi des scènes dans lesquelles sont présents des personnages noir (...)

17Notons d’entrée de jeu que la traduction de Hughes compte une réduction plus ou moins substantielle des répliques des personnages noirs, de celles de Jim surtout6. Cette compression quantitative de la parole noire, entraînant du même coup une diminution de la présence noire, place d’entrée de jeu le personnage de Jim au second plan. En outre, comme Jim se trouve limité sur le plan illocutoire, l’éventail de son expression est réduit, ce qui crée un personnage linéaire et stéréotypé, cette dernière propriété étant souvent le produit d’une caractérisation unidimensionnelle. Or, chez Hughes, la perte quantitative subie par les répliques de Jim est compensée par une augmentation de la présence de certains personnages blancs, comme Huck, à qui des pages supplémentaires sont consacrées au début du livre, ou encore comme le juge Thatcher qui conseille Huck sur le retour éventuel de son père, au lieu que Jim le fasse, le passage de la boule de crin ayant, corrélativement, été tronqué.

  • 7 Nous nous sommes d’une certaine façon inspirée, dans l’organisation de cette partie, de la méthode (...)

18Dans la traduction française, le statut de subalterne qui incombe au personnage de Jim est la résultante de divers déplacements. Ces derniers créent effectivement un portrait de Jim le présentant au lecteur comme un serviteur soumis, bête, qui n’est pas habilité à penser, inoffensif en fait, et paresseux. Cette caractérisation trouve son actualisation par le biais de trois types de transformations, l’ajout, l’omission et le déplacement de ce qui a été identifié dans le texte source comme un moment clé7. Sans vouloir faire une hiérarchisation des types de transformations, il reste que l’omission semble, à première vue, beaucoup moins percutante que ne l’est un ajout du traducteur. Toutefois, omissions et ajouts sont généralement corrélés ; nous tenterons donc de faire ressortir la cohérence des transformations opérées par le traducteur.

Ajouts

19Dans le texte original, aussi bien les gestes posés par Jim que ses paroles le dépeignent comme un personnage décidé, autonome, qui prend sa destinée en mains. La traduction de Hughes comprend quant à elle des ajouts, sur les plans iliocutoire et narratif, qu’il vaut la peine de prendre en considération. Revenons d’abord sur un passage signifiant, tant dans l’œuvre de départ que d’arrivée, l’aveu de Jim expliquant sa présence sur l’île Jackson :

« Maybe I better not tell ».
« Why, Jim ? »
« Well, dey's reasons. But you wouldn’tell on me ef I ‘uz to tell you, would you, Huck ? »
« Blamed if I would, Jim ».
« Well, I b’lieve you, Huck. I — I run off ». « Jim ! »
« But mind, you said you wouldn’t tell — you know you said you wouldn’t tell, Huck ».
« Well, I did. I said I wouldn’t, and I’ll stick to it. Honest injun I will. People would call me a low down Ablitionist and despise me for keeping mum — but that dont make no difference. I ain’t agoing to tell, and I ain’t agoing back there anyways. So now, le’s know all about it ».
« Well, you see, it ‘uz dis way. Ole missus —dat’s Miss Watson — she pecks on me all de time, en treats me pooty rough, but she awluz said she wouldn’sell me down to Orleans. But I noticed dey wuz a nigger trader roun’de place considable, lately, en I begin to get oneasy ». (HF, chap. VIII, p. 39) — Je ferais peut-être mieux de ne pas le dire... Mais vous ne me trahirez pas, Huck ?
— Jamais de la vie !
— Eh bien, je me suis sauvé.
— Jim... je ne me serais pas attendu à ça de ta part.
— Oui ; mais vous avez promis de ne pas me dénoncer.
— Si l’on apprend que je t’ai gardé le secret, on me traitera de canaille d’abolitionniste et on me montrera du doigt. N’importe, j’ai promis, je tiendrai...
— Vous vous êtes sauvé aussi, massa Huck.
— Oh ! ce n’est pas la même chose ; je n’appartiens à personne ; on ne m’a pas acheté.
— Et on ne peut pas vous vendre, non plus. Je n’aurais pas mieux demandé que de rester ; seulement, dans les derniers temps, les allées et venues d’un planteur de coton m’ont mis la puce à l’oreille. J’ai des raisons pour ne pas aimer les planteurs. (Hughes, chap. V, p. 49-50)

20Le premier ajout dans lequel Huck dit à Jim « qu’il ne se serait pas attendu à ça de sa part » doit ici être pris au sérieux. Étant donné le rôle de serviteur dans lequel Jim est présenté au lecteur dès le début de la traduction de Hughes, la remarque de Huck signifie qu’il croyait avoir affaire, avec Jim, à un domestique loyal, fidèle et obéissant. Cette remarque de Huck ne contient d’ailleurs aucune pointe d’ironie, le commentaire de Jim qui suivra quelques lignes plus bas, « Je n’aurais pas mieux demandé que de rester », en fournissant la preuve. De plus, cette réplique de Jim n’est que la résultante de la « parole-type » qui lui a été attribuée : « [...] un personnage échappe rarement à la paroletype actantielle (sujet, opposant, adjuvant, etc.), et thématique (parole de médecin, de précepteur, d’amoureux, d’ambitieux) qui lui a été dévolue par la logique textuelle, dont il ne peut que décliner un ensemble de variantes linguistiques et illocutoires tracé d’avance » (Lane-Mercier, 1989, p. 282). L’ajout de ce commentaire (« Je n’aurais pas mieux demandé que de rester ») explique d’ailleurs l’omission du passage source dans lequel le lecteur apprend que oie Missus était souvent sur le dos de Jim. Ces trois transformations déplacent la thématique originale subversive pour la remplacer par un discours dans lequel l’esclavage est expliqué et cautionné. Si on est bien traité, on reste. Le TA renverse les rapports de place, il situe la position de chaque actant dans des cases bien précises. Ainsi, les convenances sociales doivent être respectées. Ce maintien de l’ordre établi, on le verra, est une thématique qui traverse l’ensemble du texte de Hughes.

21La thématique du respect des rôles se manifeste, dans les répliques de Jim, à trois autres reprises. Le passage suivant a lieu lorsque Jim, fait prisonnier chez les Phelps après avoir été vendu par le roi, retrouve Huck et Tom qui, l’espère-t-il, vont vite l’aider à couper la chaîne qui le retient attaché à son lit :

He was so glad to see us he most cried ; and called us honey, and all the pet names he could think of ; and was for having us hunt up a cold chisel to cut the chain off of his leg with, right away, and clearing out without losing any time. (HF, chap. XXXVI, p. 195)

22Ce fut en pleurant presque de joie qu’il s’écria :

— Je savais bien, Huck ; je savais bien, massa Tom, que vous me tiendriez parole. Vous venez me délivrer, pas vrai ? Cette chaîne est trop épaisse. Où est votre lime ? (Hughes, chap. XXIX, p. 236)

23L’ajout contenu dans le TA montre clairement que Jim n’est pas habilité à décider de son propre sort, il dépend des enfants. Cette inversion des rapports de force est appuyée par l’omission du segment source dans lequel Huck nous dit que Jim les a appelés « honey » et tous les « pet names » auxquels il a pu penser. La version française ne montre pas que le rapport de place unissant Jim à Huck et Tom en est tout de même un du type adulte-enfant. En français, l’inverse est plutôt présupposé : les enfants décident pour Jim, ils pensent pour lui et Jim accepte de se faire prendre en charge par eux. Enfin, depuis l’arrivée du personnage de Tom dans l’histoire, Jim n’appelle plus Huck, massa Huck, mais Huck tout court, et appelle Tom, massa Tom. Ce changement résulte peut-être du fait que Tom est devenu le nouveau maître de Jim ou encore du fait que le traducteur a désormais décidé de suivre le TD, où on retrouve la désignation Misto Tom. Quoi qu’il en soit, l’occurrence du titre de massa Tom s’inscrit logiquement dans le tissu narratif du TA.

24Un second passage, inventé entièrement par Hughes — on ne retrouve effectivement rien de similaire dans le TD (chap. XL, p. 215) —, présente Jim comme un serviteur dévoué (il s’agit de la scène de l’évasion où Tom est blessé par balles) :

Tom s’était assis sur l’herbe.
— Jim, demanda-t-il au nègre, pourrais-tu me porter sur tes épaules jusqu’au canot ? C’est une course de dix minutes. Huck te guidera.
— Je vous porterais pendant une journée, massa Tom, et Huck pardessus le marché.
— Eh bien, laisse-moi grimper sur ton dos. (Hughes, chap. XXXII, p. 260)

25La réplique de Jim (« Je vous porterais pendant une journée, massa Tom, et Huck par-dessus le marché ») vise à rappeler au lecteur qu’il est campé dans un rôle de subalterne, et qu’il est soumis et satisfait de son sort. Le vouvoiement et l’expression « massa Tom » auxquels Jim a recours renforcent cette caractérisation. De même, l’appellation de « nègre » dont Jim est qualifié par le narrateur Huck contribue à désincarner le personnage, à le délester d’une quelconque polyvalence actantielle.

26Quelques lignes plus loin, la figure du serviteur dévoué sera reprise, mais par le biais d’un passage traduit cette fois. Voici les deux extraits en question :

« Now, old Jim, you’re a free man again, and I bet you won’t ever be a slave no more. »
« En a mighty good job it wuz, too, Huck. It ‘uz planned beautiful, en it ‘uz done beautiful ; en dey ain’t nobody kin git up a plan dat’s mo’ mixed-up en splendid den what dat one wuz. »
We was all as glad as we could be [...]. {HF, chap. XL, p. 215) — Hourra ! Jim ! te voilà libre ! m’écriai-je.
— Oui, grâce à vous, Huck, et à massa Tom. Je ne l’oublierai pas, allez.

27Il dansait de joie. (Hughes, chap. XXXII, p. 261) Le ton du TA est paternaliste : Jim dit que c’est grâce à Huck et Tom s’il est libre, et qu’il ne l’oubliera pas, il leur sera donc redevable de ce bon geste. Les rôles sont clairement définis : Jim, en tant que serviteur-esclave, doit être reconnaissant à ceux qui, en tant que bons maîtres blancs, le prennent en charge et le protègent. Cette version opère également une dilution de l’ironie présente dans le TD où Jim mettait l’accent sur la prétendue belle complexité du plan d’évasion. Enfin, le segment source dans lequel Huck écrit qu’ils étaient tous contents est omis dans la version cible où Jim est le seul à danser de joie. Cette scission du we entraîne du même coup une division des rôles, Jim a certains comportements et réactions, alors que Huck en a d’autres. La partie qui suit, traitant des omissions, fera ressortir cette tendance traductionnelle à répartir les rôles et les comportements.

Omissions

28Certaines transformations de Hughes entraînent, d’une part, la réduction de la teneur critique ou subversive des propos de Jim et, d’autre part, l’annulation du contenu émotif de ses répliques. De telles transformations ont pour effet de laminer l’éventail de son expression. La première omission dont on traitera est représentative de cette volonté de rendre inoffensif le discours de Jim. Le passage original est le suivant : Huck retrouve Jim dans les marais chez les Grangerford et ce dernier lui raconte pourquoi ils n’ont pas retrouvé leur radeau le soir où ils ont été séparés par un vapeur. Voici le texte original suivi de sa traduction en français :

« Why didn’t you tell my Jack to fetch me here sooner, Jim ? »
« Well, ‘twarn’t no use to ‘sturb you, Huck, tell we could do sumfn — but we’s all right, now. I ben a-buyin pots en pans en vittles, as I got a chanst, en a patchin’up de raf’, nights, when — »
« What raft, Jim ? »
« Our ole raf’. »
« You mean to say our old raft warn’t smashed all to flinders ? »
« No, she warn’t. She was tore up a good deal — one en of her was — but dey warn’t no great harm done, on y our traps was mos’all los’. Ef we hadn dive’so deep en swum so fur under water, en de night hadn’ben so dark, en we warn’t so sk’ yerd, en ben sich punkin-heads, as de sayin’is, we’d a seed de raf’. But it’s jis’as well we didn’t, ‘kase now she’s all fixed up agin mos’as good as new, en we’s got a new lot o’stuff, too, in de place o’what uz los’. » (HF, chap. XVIII, p. 92) — Pourquoi ne m’as-tu pas fait prévenir plus tôt ?
— Cela n’aurait servi à rien, massa Huck. Nous ne pouvions pas songer à repartir. Aujourd’hui, c’est différent. Chaque fois que l’occasion se présentait, j’ai acheté des provisions, des couvertures, tout ce qui nous manquait, et j’ai passé des nuits à rafistoler le radeau...
— Quel radeau, Jim ?
— Notre vieux radeau, parbleu !
— Quoi, il n’a pas été mis en miettes ?
— Non, il a été pas mal endommagé, mais il n’y a pas eu grand mal, en somme. Si la nuit avait été moins noire, nous aurions vu le radeau remonter sur l’eau. Ça n’en vaut que mieux peut-être, car le voilà remis à neuf et bien ravitaillé. (Hughes, chap. XIV, p. 122)

29L’ajout, dès la première réplique de Jim, de cette dénomination (il s’agit presque d’un titre) de « massa Huck », replace Jim dans le rôle qui lui incombe dans le TA, celui du domestique. Le ton est donné dès le départ, le reste de la réplique ira dans le même sens. En français, Jim ne donne plus son opinion complète concernant les raisons pour lesquelles ils n’ont pas vu le radeau ce soir-là. Comme il s’agissait d’un commentaire critique de la part d’un Noir sur le comportement d’un Blanc, il a été coupé. Jim est intégré, dans le texte traduit, à une logique narrative différente : un programme discursif limité lui est attribué dans lequel certains sujets, certaines attitudes ne sont pas de mise. Ce programme discursif découle de son rôle de serviteur. Jim doit parler, penser et agir comme un serviteur, or un serviteur ne critique pas son patron, il ne le traite pas d’imbécile. La réplique cible est donc lue à travers cette nouvelle grille narrative : Jim, en tant que serviteur, a « passé des nuits à rafistoler le radeau », il l’a remis « à neuf et bien ravitaillé ». Ce geste, qui témoignait du sens pratique et de la débrouillardise de Jim dans le TD, acquiert, dans le nouveau co-texte que représente le TA, une dimension différente : il cautionne le statut de subalterne de Jim. De la même façon qu’un critique peut citer un passage hors contexte et ainsi en changer le sens, le traducteur Hughes traduit « hors contexte » ou plutôt en « nouveau contexte ». Ainsi, là où Folkart parle de « re-sémantisation du fragment cité » (1991, p. 96), on pourrait parler de re-sémantisation du fragment traduit. D’ailleurs, ce qu'elle écrit sur les déplacements entraînés par la citation s’applique tout aussi bien à la traduction : « [...] le fragment enchâssé dans le texte-source, récupéré par une visée radicalement autre, ensemencé, voire phagocyté au point d’échanger sa vérité initiale contre celle de sa nouvelle matrice, ne fonctionn[e] plus pour l’essentiel que comme un segment du texte citant. Régi par l’énonciation monolithique qui traverse tout l’énoncé citant, le fragment ne s’appartient plus » (Folkart, 1991, p. 99). Ainsi, le segment cible, intégré à la nouvelle matière qu’est la traduction, se fond dans cette matière, il devient un morceau de la mosaïque et acquiert un sens, une signifiance, en fonction des éléments cibles qui l’entourent.

30La deuxième omission qui sera analysée appartient au même épisode que celui que l’on vient de voir : Jim explique à Huck que les esclaves des Grangerford avaient trouvé le radeau et qu’ils se disputaient pour savoir qui en était le propriétaire. Voici les deux segments, source et cible :

« [...] en dey wuz so much jawin’bout which un ‘um she [le radeau] b’long to de mos’, dat I come to heah ‘bout it pooty soon, so I ups en settles de trouble by tellin’‘um she dont b’long to none uv um, but to you en me ; en I ast ‘m if dey gwyne to grab a young white genlman’s propaty, en git a hid’n for it ? Den I gin ‘m ten cents apiece, en dey uz mighty well satisfied, en wisht some mo’raf’s ‘ud come along en make ‘m rich agin. Dey's mighty good to me, dese niggers is, en whatever I wants ‘m to do fur me, I doan’have to ast ‘m twice, honey. Dat Jack’s a good nigger, en pooty Smart. »
« Yes, he is. He ain’t ever told me you was here [...]. » (HF, chap. XVIII, p. 92-93) Votre Jack m’a raconté qu’ils se chamaillaient pour savoir à qui il appartenait. Alors j’ai mis le hola en disant que le radeau n’était à aucun d’eux, mais à vous, et qu’on leur tannerait le cuir s’ils osaient vendre la propriété d’un blanc. J’ai donné dix cents à chacun et tout le monde a été satisfait. Jack n’a rien voulu accepter.
— Oh ! Jack est un malin. Il ne m’a jamais dit que tu étais ici [...]. (Hughes, chap. XIV, p. 122-123)

31De la réplique source « she don t b’long to none uv um, but to you en me », deux petits mots sont coupés — en me — et la position du traducteur fait surface puisqu’il écrit : « le radeau n’était à aucun d’eux, mais à vous ». Jim est catégorique, le radeau appartient à Huck, c’est « la propriété d’un blanc ». C’est également ce qui apparaissait dans le texte de départ, mais doublé d’une certaine pointe d’ironie, Jim disant « a young white genlman’s propaty », or Huck est tout sauf un gentleman. En affirmant, dans le texte traduit, que le radeau n’appartient qu’à Huck, Jim admet, de manière sous-entendue, que Huck est le maître. Aussi, plus une omission est réduite, dans ce cas-ci deux mots seulement sont tronqués, plus elle paraît motivée. En effet, lorsqu’une phrase entière est escamotée ou résumée, la raison peut être d’ordre stylistique, comme éviter les répétitions ou les longueurs. Cependant, si le segment coupé ne touche que quelques mots, la motivation n’est plus alors stylistique, mais bien plutôt liée à la dimension idéologique du projet de traduction. En outre, Hughes omet de traduire le segment source dans lequel Jim donne son opinion sur les esclaves qui lui viennent en aide, ainsi que sur Jack qui est, dit-il, « pooty smart ». Le sens du jugement que Jim manifestait en anglais disparaît en français. On retrouve donc chez Hughes une seconde répartition des rôles : non seulement le radeau est-il la seule propriété de Huck, mais c’est Huck qui émet son opinion sur autrui ; quant à Jim, il est désormais dépourvu de cette compétence illocutoire, il n’est pas habilité à penser, ce n’est pas le rôle d’un Noir. La visée présente dans ce passage était donc la suivante : priver Jim de son sens critique. D’autre part, Hughes fait dire à Jim « Votre Jack », ajout visant à bien étiqueter le personnage de Jack comme le serviteur de Huck Finn, un choix qui s’intègre parfaitement à la logique de cette traduction. Il n’est pas anodin non plus que Hughes ait ajouté la phrase dans laquelle Jim dit que Jack n’a pas voulu prendre d’argent (« Jack n’a rien voulu accepter »). Cet ajout s’inscrit dans le projet de Hughes, qui est de présenter les personnages noirs comme des serviteurs dévoués : Jack ne veut pas d’argent, car il est dans l’ordre des choses qu’il se conduise comme il le fait, son geste est « naturel », il ne doit pas être récompensé puisqu’il va de soi. Enfin, et on y reviendra, le mot honey n’est pas rendu dans la traduction.

32Le passage qui suit contient une omission visant elle aussi à évacuer l’attitude déterminée de Jim. Dans cette citation, tirée de l’épisode des Phelps, l’oncle Silas explique aux enfants qu’il n’y aura probablement pas de spectacle au village, car le duc et le roi se sont fait arrêter :

« No », says the old man, « I reckon there ain’t going to be any ; and you couldn’t go if there was ; because the runaway nigger [il s’agit de Jim] told Burton and me all about that scandalous show, and Burton said he would tell the people ; so I reckon they’ve drove the owdacious loafers out of town before this time ». (HF, chap. XXXIII, p. 182) — Non, répondit M. Phelps d’un ton qui n’admettait pas de réplique. C’est un attrape-nigauds et je suis tenté de plaindre ceux qui l’ont organisé, car on menace de les jeter à l’eau. Burton les a reconnus et, pour peu que la moitié de ce qu’il a raconté soit vraie, ils n’auront que ce qu’ils méritent, si on se contente de les chasser de la ville à coups de trique. (Hughes, chap. XXVI, p. 216-217)

33En français, la présence de Jim est annulée et, du même coup, l’acte illocutoire qu’il pose : dénoncer les deux malfaiteurs. Harold Beaver définit d’ailleurs ce geste de Jim comme étant un acte capital : « Once out of their clutches, once they have informed on him — he seizes the initiative. Jim, in his turn, informs on them. He betrays their shoddy swindle. [...] The lovable mask is dropped as soon as he feels secure in his revenge » ([1987] 1991, p. 192). Hughes déleste Jim d’une prise de position et d’une action importantes ; il passe sous silence un trait de caractère qui allait à l’encontre de la typologie du serviteur noir qu’il souhaitait véhiculer par le biais de sa traduction : un serviteur est content d’être serviteur, il ne doit pas se révolter. Conséquent avec ses choix, Hughes ajoutera, une page plus loin : « Au moment où le caméléopard commençait ses gambades, M. Burton avait donné le signal, et... vous savez le reste » (p. 218), alors que le TD ne mentionnait aucun Mister Burton : « [...] the poor old king was in the middle of his cavortings on the stage ; then somebody give a signal, and the house rose up and went for them » (p. 182).

34De la même manière que les ajouts mentionnés servaient à encadrer Jim dans un certain type de comportement — il est plutôt satisfait de son sort et ne souhaite pas se rebeller, il n’aurait d’ailleurs pas mieux demandé que de rester chez Miss Watson —, les omissions ont pour effet de maintenir Jim dans ce cadre : il ne critique pas les réactions de Huck, admet que le radeau lui appartient et ne dénonce pas le roi et le duc. Cohérentes avec les ajouts, les omissions témoignent dès lors de l’unité du projet de traduction de Hughes.

35Le deuxième type d’omission qui touche les répliques de Jim représente une atteinte à sa capacité de véhiculer un contenu émotif. La scène des retrouvailles entre Huck et Jim, suite à l’épisode des Grangerford, en constitue un bon exemple (scène tout juste précédée, on l’a vu dans le chapitre I, par le passage dramatique où Huck racontait comment Buck s’était fait tuer) :

Then I raised a yell. A voice not twenty-five foot from me, says —
« Good lan’ ! is dat you, honey ? Doan’make no noise. »
It was Jim’s voice — nothing ever sounded so good before. I run along the bank a piece and got aboard, and Jim he grabbed me and hugged me, he was so glad to see me. He says—
« Laws bless you, chile, I uz right down sho’you’s dead agin. Jack’s been heah, he say he reck’n you’s ben shot, kase you didn’ come home no mo’ ; so I’s jes’dis minute a startin’de raf’down towards de mouf er de crick, so’s to be all ready for to shove out en leave soon as Jack comes agin en tells me for certain you is dead. Lawsy, I’s mighty glad to git you back agin, honey ». (HF, chap. XVIII, p. 95) Je me mis à appeler le nègre. Une voix me répondit.
Je courus le long de la berge, je sautai à bord et Jim me serra dans ses bras. (Hughes, chap. XIV, p. 125)

36Les deux répliques source de Jim montrent à quel point Huck et lui sont près l’un de l’autre ; elles sont la preuve du lien d’amitié qui les unit. Il y a d’ailleurs une corrélation entre le passage narré et le passage dialogué : Jim exprime des paroles affectueuses à l’endroit de Huck et Huck reconnaît cette affection lorsqu’il écrit : « It was Jim’s voice — nothing ever sounded so good before ». La suppression des deux répliques de Jim a la résultante suivante : en français, Jim n’exprime pas ses émotions sur le plan illocutoire. La preuve en est, les petits mots tendres comme honey et chile ne sont pas traduits chez Hughes : tel est le cas dans un passage déjà cité (voir plus haut) et dans l’épisode intitulé « The Cave » lorsque Jim rappelle à Huck que sans lui il serait dehors au froid et complètement trempé (HF, chap. IX, p. 44 ; Hughes, chap. VI, p. 56). L’omission des deux répliques citées plus haut a pour effet d’annuler l’attitude paternelle que Jim manifeste envers Huck. En français, Jim devient un personnage non seulement linéaire, mais stéréotypé. En effet, l’expression surajoutée « le nègre » utilisée pour le désigner fait basculer le caractère touchant de la scène originale vers des retrouvailles pour le moins sobres. L’omission et l’ajout vont ici de pair : ils annulent, tour à tour, aussi bien l’humanité de Jim que la relation amicale que Huck et lui avaient dans le TD.

Moments clés

37Il ressort de l’analyse du roman original que Jim détient de véritables talents de rhétoricien. Deux moments clés dans le texte source permettent de les voir à l’œuvre ; il s’agit de deux conversations entre les deux protagonistes, l’une portant sur le roi Salomon et sa sagesse légendaire, l’autre sur la langue parlée par les Français. Avant d’aborder la première conversation, il convient de la replacer en contexte. Au début du chapitre XIV, Huck et Jim échappent de justesse à une situation dangereuse, sinon mortelle, ils parviennent à quitter l’épave sur laquelle se trouvaient trois voleurs, peut-être même des tueurs. Huck relate ainsi les événements qu’ils ont vécus :

I told Jim all about what happened inside the wreck, and at the ferryferry-boat ; and I said these kinds of things was adventures ; but he said he didn’t want no more adventures. He said that when I went in the texas and he crawled back to get on the raft and found her gone, he nearly died ; because he judged it was ail up with him, anyway it could be fixed ; for if he didn’t get saved he would get drownded ; and if he did get saved, whoever saved him would send him back home so as to get the reward, and then Miss Watson would sell him South, sure. Well, he was right ; he was most always right ; he had an uncommon level head, for a nigger. (HF, chap. XIV, p. 64)

38Ici, ladite « aventure » décrite par Huck n’en est pas une : lui et Jim ont failli y laisser leur vie ; par conséquent, les propos de Huck sont dénués de toute crédibilité et de toute logique. En effet, tant ce qu’il dit au sujet de ce qui leur est arrivé sur l’épave que sur l’intelligence de Jim ne peut être pris au sérieux par un lecteur attentif. Soulignons toutefois que Huck est encore un enfant, sa vision du monde est donc teintée à la fois du discours de la société dans laquelle il a grandi et de sa propre expérience. L’ensemble de l’œuvre s’attache d’ailleurs à montrer cette tension intérieure vécue par Huck, tension qui oppose un bon cœur d’enfant à des valeurs racistes déjà profondément ancrées : « Huck’s conscience is simply the attitudes he has taken over from his environment. What is still sound in him is an impulse from the deepest level of his personality that struggles against the overlay of prejudice and false valuation imposed on all members of the society in the name of religion, morality, law, and refinement » (H.N. Smith, 1962, p. 122). Le choix d’un narrateur-enfant était donc astucieux de la part de Twain. Il lui permettait, grâce à la naïveté qui caractérise Huck, de mettre au jour les préjugés des Blancs tout en faisant ressortir, on le verra plus loin, les qualités de Jim. L’ambivalence de Huck sert ainsi d’intermédiaire entre le point de vue subversif de l’auteur et un lectorat qui a le choix de se reconnaître dans l’une ou l’autre des deux positions internalisées par Huck.

39Par opposition aux propos dénués de discernement de Huck — opposition clairement signalée par la conjonction but—, l’analyse de Jim apparaît comme la seule qui ait du sens, la seule qui soit réaliste. Jim voit le monde tel qu’il est : cette exploration de l’épave aurait pu lui coûter la vie ou la liberté. Jim apparaît ici comme la figure de l’adulte sensé, alors que Huck est ridiculisé, non seulement par sa perception des événements — il voit de l’aventure là où il n’y en a pas —, mais aussi par ses propres préjugés racistes. En effet, c’est l’objet même de son mépris (l’esclave noir) qui apparaît supérieur, alors que son intention était l’inverse : tel est pris qui croyait prendre. Le terme nigger sert donc ici à ridiculiser aussi bien l’utilisateur que les contenus racistes qu’il véhicule. Par un effet de rebond (généré par l’ironie), celui qui souhaitait mépriser Jim est lui-même méprisé. Victime des forces centrifuges à l’oeuvre dans le texte source, l’étiquette nigger sera sans cesse remise en question. Twain montre le fonctionnement même du racisme de son époque : les Blancs se sentent à un tel point supérieurs aux Noirs qu’ils ne peuvent voir leur intelligence, ils y sont littéralement aveugles. Leurs préjugés imprègnent tellement leur vision du monde qu’ils continuent de se croire supérieurs, même quand ils sont dans l’erreur. Il s’agit d’ailleurs d’un procédé auquel Twain aura souvent recours pour mettre au jour les effets pernicieux du système esclavagiste (voir par exemple le grand discours raciste de pap Finn et l’épisode du vol de l’argent appartenant au duc et au roi chez les Wilks). Si l’ironie est ici présente, elle n’est pas nécessairement accessible dès la première lecture : en surface, le passage est raciste, sous cette surface, le racisme est dénoncé. Cette mise en contexe a pour intérêt de dévoiler un autre aspect de la caractérisation de Jim : son sens du discernement. Huck, quant à lui, manque encore de maturité. Cette opposition refera souvent surface, ainsi qu’en témoigne la conversation autour du roi Salomon, conversation qui commence en ces termes :

I read considerable to Jim about kings, and dukes, and earls, and such, and how gaudy they dressed, and how much style they put on, and called each other your majesty, and your grace, and your lordship, and so on, ‘stead of mister ; and Jim’s eyes bugged out, and he was interested. He says :
« I didn’know dey was so many un um. I hain't hearn ‘bout none un um, skasely, but ole King Sollermun, onless you counts dem kings dat’s in a pack er k’yards. How much do a king git ? »
« Get ? » I says ; « why, they get a thousand dollars a month if they want it [...]. » (HF, chap. XIV, p. 64)

  • 8 On peut même se demander si Jim ne fait pas lui-même de l’ironie.

40Cette réplique de Jim (« onless you counts dem kings dat’s in a pack er k’yards » [c’est-à-dire « jeu de cartes »]) fait rire8, mais il s’agit d’un rire qui tourne vite au vinaigre. Si l’on se rend aux couches profondes, force est de constater que cette réplique résulte du système dans lequel les Noirs ont été maintenus par les Blancs : un système où l’instruction est interdite aux Noirs, ce qui les confine dans leur ignorance. En fin de compte, Jim tient de tels propos à cause de la société dans laquelle il vit. Le message de Twain est clair : l’influence du milieu dicte les connaissances, les propos, les gestes, les attitudes d’un individu. Or la discussion sur le roi Salomon, comme on le verra, aborde précisément cette thématique. Doyno souligne d’ailleurs le fait que la satire de la noblesse dans Huckleberry Finn doit être liée aux positions de Twain sur l’hérédité par opposition à l’influence du milieu : « [...] Twain explored the conflict between birth-determined status and individualism by contrasting characters of supposed nobility and low morality with people of low status and better morals, such as Jim and Huck » (Doyno, 1991, p. 114).

41La raison pour laquelle il nous semble fondé d’interpréter cette réplique de Jim à partir de la question de l’instruction est la suivante : l’ignorance de Jim avait déjà été abordée, de façon implicite, par la phrase de Huck, « Jim’s eyes bugged out ». Cette phrase assume la fonction de ce que Folkart appelle des « paramètres situationnels » (1991, p. 51). Le fait que Huck dise toujours he says, I says, pour introduire les répliques d’un personnage ou les siennes, fait en sorte qu’on ne sait pas comment il juge, présente, interprète lesdites répliques, dans ce cas-ci, celles de Jim. Il faut dès lors chercher ailleurs la manipulation de l’énoncé rapporté par le narrateur Huck, c’est-à-dire « la constellation de paramètres situationnels [qui] ne saurait être restituée que de façon sélective et intéressée par la subjectivité réréénonciatrice » (Folkart, 1991, p. 51). Dans le cas qui nous intéresse, les mots « Jim’s eyes bugged out » agissent comme des paramètres situationnels, ils manifestent l’intervention subjective de Huck : une description de la réaction de Jim. L’intérêt de cet élément descriptif (qui ne contient pas de jugement de valeur de la part de Huck, il ne nous dit pas que Jim est idiot ou stupide d’être étonné par ses propos) est le suivant : il permet de constater le manque de connaissances de Jim, manque de connaissances qui sera confirmé par sa réplique, « onless you counts dem kings dat’s in a pack er k’yards ».

42Cette réplique de Jim contient également une allusion à l’absurdité de la monarchie. En effet, en comparant les vrais rois à ceux des jeux de cartes, Jim se trouve à abaisser le souverain, ainsi que l’autorité qu’il s’octroie, à une entité de papier, parfaitement inoffensive, sans pouvoir, et destinée à distraire. Le système monarchique est ici tourné en dérision, c’est une isotopie qui sera reprise plus loin dans le roman.

43Il faut enfin tenir compte de ce que Huck lui-même dit des rois et de la monarchie. Si les propos de Jim révèlent une méconnaissance de la question, ceux de Huck ne témoignent pas non plus d’une grande érudition. Huck répète des choses qu’il a entendues. Il ne connaît pas vraiment la vie des rois ni le fonctionnement du système monarchique ; il relate des histoires qu’il croit vraies (HF, chap. XIV, p. 64-65), mais le lecteur n’est pas dupe, il s’aperçoit que Huck ne fait que jouer au grand connaisseur et que ce n’est qu’une façade, ses idées sur la monarchie étant en général des lieux communs. La réplique de Jim doit donc aussi être prise dans ce contexte : on verra d’ailleurs que ce dernier dirige habilement la conversation sur le roi Salomon. En voici les dernières répliques, Huck parle d’abord :

« Well, but he [le roi Salomon] was the wisest man, anyway ; because the widow she told me so, her own self. »
« I doan k’yer what de widder say, he warn't no wise man, nuther. He had some er de dad-fetchedes’ways I ever see. Does you know ‘bout dat chile dat he ‘uz gwyne to chop in two ? »
« Yes, the widow told me all about it. » (HF, chap. XIV, p. 65)

44Jim compare alors l’enfant dans l’histoire du roi Salomon à un billet d’un dollar. Il considère qu’une moitié de billet ne vaut rien, pas plus qu’un demi-enfant d’ailleurs. Il poursuit :

« [...] En what use is a half a chile ? I would’n give a dern for a million un um. »
« But hang it, Jim, you’ve clean missed the point — blame it, you’ve missed it a thousand mile. »
« Who ? Me ? Go ‘long. Doan’talk to me ‘bout yo’pints. I reck’n I knows sense when I sees it ; en dey ain no sense in sich doin’s as dat. De ‘spute warn’t ‘bout a half a chile, de ‘spute was ‘bout a whole chile ; en de man dat think he kin settle a ‘spute ‘bout a whole chile wid a half a chile, doan know enough to come in out’n de rain. Doan’talk to me ‘bout Sollermun, Huck, I knows him by de back. »
« But I tell you you don't get the point. »
« Blame de pint ! I reck’n I knows what I knows. En mine you, de real pint is down furder — it’s down deeper. It lays in de way Sollermun was raised. You take a man dat’s got on’y one er two chilien ; is dat man gwyne to be waseful o'chilien ? No, he ain’t ; he can’t ‘ford it. He know how to value ‘em. But you take a man dat’s got ‘bout five million chilien runnin’roun de house, en it’s diffunt. He as soon chop a chile in two as a cat. Dey's plenty mo’. A chile er two, mo’er less, warn’t no consekens to Sollermun, dad fetch him ! »
I never see such a nigger. If he got a notion in his head once, there warn’t no getting it out again. He was the most down on Solomon of any nigger I ever see. So I went to talking about other kings, and let Solomon slide. (HF, chap. XIV, p. 66)

45L’efficacité des répliques de Jim passe par plusieurs éléments. Celui qu’on remarque d’emblée est sans contredit lié au plan matériel : les répétitions qui jalonnent ses prises de parole confèrent à son discours une rythmique particulière. Elles sont en effet nombreuses — « De ‘spute warn’t ‘bout a half a chile, de ‘spute was ‘bout a whole chile » ; « I knows what I knows » ; « de real pint is down furder — it's down deeper » ; « A chile er two, mo’er less » — et manifestent une réelle richesse verbale qui, à son tour, présuppose une richesse intellectuelle. Se profile ainsi, derrière ces choix purement stylistiques, une fonction esthético-idéologique assumée par le parler noir : élever ce parler au rang de sociolecte littéraire et revendiquer l’humanité des Noirs.

46Avant d’aborder les compétences discursives de Jim, arrêtons-nous sur le contenu propositionnel de la discussion. Il semble que ni Huck ni Jim ne soient capables de dire pourquoi le roi Salomon était sage ; Huck le sait, mais l’a oublié, c’est pourquoi il ne cesse de répéter à Jim qu’il ne comprend pas (« you’ve cleaned missed the point ») ; et Jim, quant à lui, a probablement entendu vaguement l’histoire, mais sans qu’on la lui explique dans le détail, c’est pourquoi, Huck a raison, il ne comprend pas. Nous verrons que dans la traduction de Hughes les choses vont autrement.

  • 9 Il s’agit d’un concept mis au point par Grice, qu’il définit ainsi : « Que votre contribution conv (...)
  • 10 On retrouve ici la voix de l’auteur : le milieu a une influence sur les individus, et non les lien (...)

47Si les talents de rhétoricien de Jim passent par l’aspect matériel de ses répliques, ils se manifestent aussi par le biais de ses actes illocutoires. En effet, Jim détient un « savoir-argumenter » qui trouve sa réalisation dans plusieurs éléments. Il affiche une assurance dans ses affirmations lorsqu’il se sert de la question de façon purement rhétorique. Il s’agit d’un procédé d’argumentation qui apparaît souvent dans les prises de parole de Jim et qui est généralement mis au service d’une volonté de faire reconnaître et accepter son point de vue. En voici deux exemples : dans le premier, Jim se demande ce qu’un homme sage peut bien vouloir faire dans un harem et dans le second, il raconte comment il aurait agi s’il avait eu à trouver le propriétaire du dollar (qu’il compare à l’enfant) : « “[...] Yit dey say Sollermun de wises’man dat ever live’. I doan take no stock in dat. Bekase why : would a wise man want to live in de mids’er sich a blimblammin’all de time ? No — ‘deed he wouldn’t. [...]” », et : « “[...] en dish-yer dollar bill’s de chile. Bofe un you claims it. What does I do ? Does I shin aroun’mongs’de neighbors en fine out which un you de bill do b’long to, en han it over to de right one, all safe en soun’, de way dat anybody dat had any gumption would ? No — I take en whack de bill in two [...]” » (HP, chap. XIV, p. 65 pour les deux extraits). Cette formulation est à la fois efficace et radicale et n’est pas sans renforcer la remise en question catégorique des dires de la veuve (rapportés par Huck), de même que ceux de Huck. À trois reprises, Jim conteste l’opinion de ces deux personnages (« I doan k’yer what de widder say » ; « Doan’talk to me ‘bout yo’pints » ; « Blame de pint ! »). Cette remise en question des dires de Huck se manifeste, sur le plan matériel, par le recours à des dénominations particulières pour désigner Huck : il l’interpelle en lui disant Huck et you et non honey ou chile, et il se désigne lui-même en disant I et non ole Jim ou Jim. En contestant le savoir des Blancs (ceux de Huck et de la veuve Douglas), Jim commet une impertinence sociale qui sera reprise par une impertinence pragmatico-linguistique. En effet, non seulement détournera-t-il le sujet de la conversation (enfreignant ainsi le principe de coopération9), mais il s’engagera dans une diatribe contre les gens riches, que l’abondance rend injustes et égoïstes10. Par le biais de ce détournement discursif — mis en évidence par de longues répliques qui, sans interrompre Huck, ne le laissent pas beaucoup parler —, Jim parvient à parler de ce qu’il connaît vraiment et à émettre une opinion qui demeure intimement liée à son statut. Il serait d’ailleurs légitime de se demander si cette opinion ne contient pas une attaque implicite à l’endroit du système esclavagiste comme tel. Ces gens riches qui sont prêts à couper un enfant en deux, ne rappellent-ils pas ces Blancs qui coupent des familles en deux ? Enfin, cette référence aux enfants ne restera pas sans écho puisque Jim l’abordera à nouveau, mais de façon tout à fait explicite cette fois, lorsqu’il racontera à Huck comment il a appris que sa petite fille ‘Lizabeth était devenue sourde. Cet incident sera analysé en détail plus loin.

48Derrière ce programme discursif où le « savoir-argumenter » est clairement mis de l’avant, se dessinent plusieurs traits de caractérisation de Jim : il détient une indépendance d’esprit, il possède un sens critique et des convictions idéologiques, ses explications sont articulées et claires, il est sensé et sûr de lui. Jim a raison de le dire : « [...] he knows sense when he sees it. » Nous sommes loin de la figure du minstrel darky que d’aucuns l’accusent de représenter.

49La traduction de Hughes, quant à elle, fait état de nombreux déplacements qui ont pour conséquence de laminer l’éventail des compétences illocutoires de Jim en le présentant comme un être idiot. En outre, dès le début de la conversation, Jim nous est décrit implicitement comme étant paresseux, alors que le texte anglais ne sous-entendait rien de tel. Voici les deux passages :

« Get ? » I says ; « why, they get a thousand dollars a month if they want it ; they can have just as much as they want ; everything belongs to them. »
« Ain dat gay ? En what dey got to do, Huck ? »
« They dont do nothing ! Why how you talk. They just set around. »
« No — is dat so ? » (HF, chap. XIV, p. 64-65) — Combien il gagne ? Rien du tout. Il prend ce qu’il veut — mille dollars par mois et même davantage, si cela ne lui suffit pas.
— Bah ! il aurait de la peine à dépenser mille dollars par mois. Et qu’a-t-il à faire, massa Huck ?
— En voilà une question ! Est-ce que tu te figures qu’il est obligé de travailler ?
— C’est un métier qui m’irait assez. (Hughes, chap. X, p. 88)

50Cette réplique ajoutée par Hughes, « C’est un métier qui m’irait assez », a pour effet de discréditer le personnage de Jim. Présentant Jim comme un être paresseux qui n’aime pas travailler, cet ajout n’est pas un cas isolé. On le verra, il fait partie d’un réseau thématique organisé et qui traverse l’ensemble de l’œuvre traduite. Là où la discussion en anglais s’amorçait dans un climat de camaraderie (les questions de Jim semblent presque railleuses), la traduction insère un jugement de valeur. Il faut tout de même noter que le ton de la traduction est également léger, bien que la dénomination « massa Huck » l’alourdisse quelque peu.

51Huck et Jim se mettent ensuite à parler du roi Salomon. Voici les deux extraits, source et cible (Huck parle d’abord) :

  • 11 Dans le segment de départ, the widow avait raconté cette histoire à Huck et non pas Miss Watson. H (...)

« Well, but he [le roi Salomon] was the wisest man, anyway ; because the widow she told me so, her own self. »
« I doan k’yer what de widder say, he warn’t no wise man, nuther. He had some er de dad-fetchedes’ways I ever see. Does you know ‘bout dat chile dat he ‘uz gwyne to chop in two ? »
« Yes, the widow told me all about it. » (HF, chap. XIV, p. 65) — Mais non, mais non, Jim. Il n’y a jamais eu un roi plus sage ; miss Watson me l’a dit11.
— Elle peut dire ce qui lui plaira. Vous ne connaissez donc pas l’histoire du bébé qu’il voulait couper en deux ?

— Si, je la connais, et elle prouve justement combien Salomon était sage. (Hughes, chap. X, p. 89)

52Jim en français ne dit pas qu’il n’a rien à faire (I doan k’yer) de ce que la veuve (dans ce cas-ci Miss Watson) peut dire, il ne dit pas non plus que Salomon n’était pas un homme sage ni qu’il avait les façons de faire les plus saugrenues qu’il ait jamais vues. Sa position est atténuée dans la traduction. Quant à Huck, il semble dès le début comprendre la logique de l'affaire puisqu’il dit que l’histoire du bébé prouve justement la sagesse du roi. L’assurance dont Jim faisait preuve en anglais est diminuée en français, non seulement en raison des omissions que sa réplique compte, mais aussi des connaissances que Huck paraît avoir. La suite de la conversation accentuera cet état de fait (la première réplique est de Jim) :

« [...] En what use is a half a chile ? I would’n give a dern for a million un um. »
« But hang it, Jim, you’ve clean missed the point — blame it, you've missed it a thousand mile. »
« Who ? Me ? Go ‘long. Doan’talk to me ‘bout yo’pints. I reck’n I knows sense when I sees it ; en dey ain’no sense in sich doin’s as dat. De ‘spute warn’t ‘bout a half a chile, de ‘spute was ‘bout a whole chile ; en de man dat think he kin settle a ‘spute ‘bout a whole chile wid a half a chile, doan’know enough to come in out’n de rain. Doan’talk to me ‘bout Sollermun, Huck, I knows him by de back. »
« But I tell you you dont get the point. »
« Blame de pint ! I reck’n I knows what I knows. En mine you, de real pint is down furder — it’s down deeper. It lays in de way Sollermun was raised. You take a man dat’s got on’y one er two chilien ; is dat man gwyne to be waseful o’chilien ? No, he ain’t ; he can’t ‘ford it. He know how to value ‘em. But you take a man dat’s got ‘bout five million chilien runnin’roun’de house, en it’s diffunt. He as soon chop a chile in two as a cat. Deys plenty mo’. A chile er two, mo’er less, warn’t no consekens to Sollermun, dad fetch him ! »
I never see such a nigger. If he got a notion in his head once, there warn’t no getting it out again. He was the most down on Solomon of any nigger I ever see. So I went to talking about other kings, and let Solomon slide. (HF, chap. XIV, p. 66) — [...] Je vous demande un peu à quoi sert une moitié d’enfant ? Je ne donnerais pas un liard d’un million d’enfants coupés en deux, ni vous non plus.

— Tu n’as rien compris à cette histoire, Jim.
— Qui ? Moi ? Je ne suis pas plus bête qu’un autre et je comprends qu’il n’y a pas l’ombre de bon sens dans l’affaire du roi Salomon. Personne ne demandait une moitié d’enfant. On voulait l’enfant tout entier, et un juge qui croit arranger la dispute en coupant l’enfant en deux n’en sait pas assez pour ouvrir son parapluie afin de se garer d’une averse.
— Je te répète que tu n’y as rien compris.
J’eus beau chercher à lui expliquer que Salomon n’avait pas la moindre intention de tuer l’enfant et qu’il tenait seulement à découvrir la vraie mère, je n’y pus réussir. Lorsque Jim se fourrait une idée dans la tête, impossible de l’en faire démordre. (Hughes, chap. X, p. 89)

  • 12 L’omission de ce passage fait partie d’une grande coupe ; deux pages et demie du texte original ne (...)

53Hughes remplace la réplique source de Jim — « Go ‘long. Doan’talk to me ‘bout yo’ pints. I reck’n I knows sense when I sees it » — par la réplique cible suivante : « Je ne suis pas plus bête qu’un autre. » On sent le doute derrière ce commentaire de Jim en français ; commentaire qu’il n’aurait pas pu faire en anglais étant convaincu qu’il avait raison. Ainsi, non seulement ce choix de traduction comporte-t-il une perte de l’aplomb que Jim manifestait dans le TD, mais il ajoute un élément qu’on n’y retrouvait pas : la bêtise. La construction de cette phrase contient un présupposé linguistique évident : Jim est bête, mais pas plus qu’un autre. Or la suite de la discussion portera le lecteur à croire qu’il est bel et bien bête, mais encore, qu’il l’est davantage que Huck, puisqu’il ne comprend pas le stratagème de Salomon, alors que Huck le comprend aisément. Le passage cible, en raison de l’écart de compréhension manifesté entre chacun des personnages, acquiert une dimension sérieuse aussi bien en surface qu’en profondeur, alors que le passage source apparaissait sérieux dans ses couches implicites seulement. Par conséquent, Jim est décrit en français comme un individu ignorant et borné, car le commentaire de Huck, « Lorsque Jim se fourrait une idée dans la tête, impossible de l’en faire démordre », est lu comme une vérité. Il confirme en effet ce que l’ensemble de la discussion a cherché à prouver en investissant Huck d’un savoir que Jim n’a pas. Ainsi, l’omission du segment source « I never see such a nigger. [...] He was the most down on Solomon of any nigger I ever see » n’affecte en rien la valeur dépréciative du propos de Huck puisqu’il est remplacé par des transformations qui accentuent la hiérarchie des places. Or le texte original annulait la portée de ce commentaire, car Jim et Huck ne savaient pas trop comment expliquer le comportement de Salomon, mais encore, Jim était parvenu à monopoliser la discussion en en détournant le sujet. Hughes, quant à lui, omet de traduire cette longue réplique de Jim dans laquelle il exprime son opinion sur le monde monarchique et, implicitement, sur les riches en général. L’acuité de son jugement est dès lors perdue, de même que son astuce langagière. Le savoir-argumenter de Jim est rendu nul dans la traduction, car la discussion cible sert des fins inverses à celles du texte source : décrire Jim comme un être naïf à l’esprit obtus. L’omission de cette réplique est d’ailleurs corrélée à une autre suppression : celle du passage dans lequel il parle de sa fille ‘Lizabeth12. Hughes est une fois de plus conséquent avec ses choix : la thématique des enfants, un sujet qui est au cœur des préoccupations de Jim et qui lui permet d’exprimer la plus grande intensité dramatique du roman, est évacuée dans l’ensemble du texte. Enfin, on l’a vu dans la partie précédente sur les omissions, Hughes déleste Jim de cette compétence discursive à émouvoir, mais aussi de son côté paternel. Jim, en français, n’est pas un père pour Huck, il ne l’appelle pas honey ou chile, et il n’est pas un père tout court. Cette dimension de sa caractérisation est occultée, car Huck est le héros, Jim doit donc s’effacer. Mais encore, Huck est un héros dominateur ; Jim, dans ce nouvel ordre des choses, ne pourrait donc pas se comporter avec lui comme un père. L’épisode « In the Fog » manifestera le même schéma. Jim s’en tiendra à son programme discursif, il agira donc, avec Huck, comme un domestique.

54La discussion qu’ont Huck et Jim sur le français constitue un autre moment dans le roman original où Jim exerce un ascendant sur Huck sur le plan verbal. L’échange commence ainsi : Huck raconte à Jim que le fils de Louis XVI se serait enfui de prison et serait venu en Amérique. Jim lui demande s’il y a des rois aux États-Unis, Huck lui répond que non, alors Jim dit :

« Den he cain’t git no situation. What he gwyne to do ? »
« Well, I dont know. Some of them gets on the police, and some of them learns people how to talk French. »
« Why, Huck, doan'de French people talk de same way we does ? »
« No, Jim ; you couldn’t understand a word they said — not a single word. » « Well, now, I be ding-busted ! How do dat come ? »
« /dont know ; but it’s so. I got some of their jabber out of a book. Spose a man was to come to you and say Polly-voo-franzy — what would you think ? » (HF, chap. XIV, p. 66)

55Il est intéressant de remarquer que pour Jim, tous les Américains parlent de la même façon (« de same way we does »), il ne fait donc pas de différence entre son sociolecte et celui de Huck. Une telle remarque n’a pas lieu d’étonner vu le statut de Jim, qui l’empêche non seulement de reconnaître l’altérité du parler de Huck, mais aussi de produire ce parler autre. Ce qu’il faut bien voir, toutefois, c’est que Jim ne se sent pas différent, à tout le moins sur le plan discursif. Il considère qu’il parle comme les autres, il considère donc qu’il est comme les autres. L’identité passe par la parole, mais encore, l’humanité passe par la parole. Telle sera la conclusion que Jim tirera de cette discussion, qui s’achève en ces termes (Huck tente de faire comprendre à Jim qu’il est normal qu’un Français ne parle pas comme un Américain) :

« Looky here, Jim ; does a cat talk like we do ? »
« No, a cat dont. »
« Well, does a cow ? »
« No, a cow dont, nuther. »
« Does a cat talk like a cow, or a cow talk like a cat ? »
« No, dey dont. »
« It’s natural and right for em to talk different from each other, ain’t it ? »
« ‘Course. »
« And ain’t it natural and right for a cat and a cow to talk different from us ? »
« Why, mos’sholy it is. »
« Well, then, why ain’t it natural and right for a Frenchman to talk different from us ? You answer me that. »
« Is a cat a man, Huck ? »
« No. »
« Well, den, dey ain’t no sense in a cat talkin’like a man. Is a cow a man ? — er is a cow a cat ? »
« No, she ain’t either of them. »
« Well, den, she ain’t got no business to talk like either one er the yuther of ‘em. Is a Frenchman a man ? »
« Yes. » « Well, den ! Dad blame it, why doan’he talk like a man ? You answer me datl »
I see it warn’t no use wasting words — you can’t learn a nigger to argue. So I quit. (HF, chap. XIV, p. 67)

56Non seulement Jim n’a pas perdu le ton assuré qu’il avait quelques lignes plus haut lors de la discussion sur le roi Salomon, mais il a gagné un sens de la logique par lequel il réfute l’argumentation de Huck pour en proposer une autre, plus efficace. Cette assurance atteint son paroxysme lorsque Jim reprend et transforme l’injonction railleuse de Huck en disant « You answer me datl ». L’occurrence du mot dat, prononcé incorrectement et souligné par l’italique, visait à déstabiliser non seulement le raisonnement de Huck, mais aussi son statut : en tant que Blanc, il prononce bien les mots, mais cela n’empêche pas qu’il perd la discussion. Comme l’écrit Mailloux :

Who wins the debate ? Jim has skillfully replicated the pattern of Huck’s argument, and by burying a false premise — « All men should speak English » — he beats Huck at his own game. [...] Far from demonstrating Jim’s inferior knowledge, the debate dramatizes his argumentative superiority, and in doing so makes a serious ideological point through a rhetoric of humor.

  • 13 Robinson ne dit pas autre chose, il souligne lui aussi les compétences rhétoriques de Jim, de même (...)

These rhetorical performances, then, function simultaneously as amusing entertainments and as ideological critiques of white supremacy (1985, p. 117)13.

57Nous irions plus loin que Mailloux en affirmant que la prémisse sur laquelle Jim base son raisonnement sophistique est la suivante : je suis un homme, je parle anglais, donc tous les hommes parlent anglais. La méconnaissance de Jim est liée à son manque d’instruction, mais ce qui importe c’est que Jim se définit en tant qu'homme, il croit donc lui-même en sa propre humanité (que Huck ne reconnaît pas). Une humanité qui s’actualise dans le parler noir : la fonction déstabilisatrice des convenances sociales qu’assume le discours de Jim est ici mise en évidence. En effet, contrairement au code faisant autorité dans la société de Twain, qui veut qu’un Noir ne soit pas un homme, Jim exprime sa propre humanité par le biais d’un parler qui est censé la nier. Se manifestent ici des forces que Messent (1990, p. 209), à la suite de Bakhtine, désigne comme étant centrifuges, par opposition aux forces centripètes, qui tentent d’établir un système homogène en mettant de l’avant un discours monoglossique étroitement lié à des valeurs nationales dominantes. Les forces centrifuges, quant à elles, visent à déstabiliser ce système en créant des formes qui subvertissent l’hégémonie. Le pouvoir déstabilisant de la voix de Jim ne sera pas sans résonance. On en retrouvera une manifestation plus loin, lors de l’épisode « In the Fog », où Jim affichera explicitement ses positions.

58En ce qui a trait à cette discussion dans le texte traduit, il faut se replacer dans le contexte à partir duquel elle s’amorce. En fait, il s’agit du nouveau co-texte que constitue l’épisode du roi Salomon, épisode dans lequel Jim était présenté comme un personnage bête étant donné qu’il ne comprenait pas le comportement de Salomon, par opposition à Huck qui, lui, le comprenait. Voici la traduction de Hughes :

« [...] Is a Frenchman a man ? » [dit Jim]
« Yes. »
« Well, den ! Dad blame it, why doan’he talk like a man ? You answer me dat ! »
I see it warn’t no use wasting words — you can’t learn a nigger to argue. So I quit. (HF, chap. XIV, p. 67) — [...] un Français est-il un homme ? [dit Jim]
— Oui.
— Eh bien alors, pourquoi diantre ne parle-t-il pas comme un homme ? Répondez à ça.
Je vis que ce serait perdre mon temps que de vouloir discuter avec Jim. On ne peut pas apprendre à un nègre à raisonner. (Hughes, chap. X, p. 91)

59Or la dernière phrase de la discussion sur le français, « On ne peut pas apprendre à un nègre à raisonner », une fois intégrée à ce nouveau co-texte, se trouve dépourvue de la satire qu'elle véhiculait en anglais. En effet, comme Jim n’avait pas raisonné correctement dans l’épisode précédent, ce commentaire final de Huck est lu littéralement, car, dans les faits, Jim a tort de dire qu’un Français devrait parler comme un homme, donc comme lui. Pour ne pas s’étonner de voir Jim se demander pourquoi un Français ne parle pas comme lui, il faut admettre qu’on est en train de lire une traduction. Si ce contrat de lecture n’est pas respecté, le passage traduit n’a presque aucun sens. De fait, et il est intéressant de le souligner, ce passage original pose des problèmes de taille à la traduction : que faire avec le très comique et astucieux « Polly-voo-franzy » de Twain ? Hughes opte pour l’allemand, il fait dire à Huck, « Si un colporteur se campait devant toi et te disait : Sprechen Sie Deutsche que dirais-tu ? » (Hughes, chap. X, p. 90). Sans retranscrire phonétiquement la question allemande comme Twain l’avait fait avec le français (il aurait alors fallu écrire quelque chose du genre spréchenne zi dohitche, ce qui, tout en conservant l’orthographe française, reproduit — le mot est fort — les sons allemands), Hughes reprend tout de même l’écart entre la langue traduisante et une langue étrangère. Il s’agit toutefois d’une reproduction partielle puisque, à la fin de la discussion, Jim ne parlera plus d’un Allemand mais d’un Français. L’incohérence créée par l’alternance entre le français et l’allemand était à prévoir. Hughes ne voulait probablement pas déraciner l’ancrage culturel du TD, il a donc conservé la référence française là où elle se manifestait, même si, d’emblée, un tel choix ne fonctionne pas dans un texte français. Car comme l’écrit Folkart : « [...] il existe des cas où le signifiant onomastique, en porte-à-faux au départ, signifie en vertu précisément de la distance qui le sépare de son co-texte » (1991, p. 139). L’expression « Polly-voofranzy » et les références au « French people », sans être des signifiants onomastiques, s’appliquent parfaitement à la remarque de Folkart. L’épisode cible sera donc moins percutant et aussi moins drôle en français étant donné les déplacements qu’il contient, déplacements qui résultent du choc même de la traduction. Il n’y a pas que l’ignorance de Jim qui soit soulignée dans cette discussion chez Hughes, son côté borné l’est également. Jim est donc ridiculisé dans les deux épisodes, aussi bien celui du roi Salomon que celui du français, car l’ironie n’est pas rendue dans la traduction.

60L’épisode « In the Fog », moment fort du texte source, est l’objet de transformations dans la traduction de Hughes qui en dévient l’orientation. Arrêtons-nous d’abord sur deux extraits de la conversation précédant ce passage. Huck et Jim se sont perdus dans le brouillard et lorsque Jim retrouve Huck, ses paroles, marquées par un élan de tendresse et d’affection, sont ponctuées des mots honey et chile et portées par un sentiment de soulagement et de vive émotion. Huck ne laisse pas tomber son idée de faire croire à Jim qu’il a rêvé toute cette mésaventure. La figure du père telle qu’incarnée par le personnage de Jim fait réellement surface ici, la preuve en est, Huck demande à Jim s’il a bu ; or on sait que son père biologique est alcoolique, comme s’il se faisait une association d’idées spontanée dans l’esprit de Huck entre paternité et ivresse. Voici l’extrait en question (en anglais d’abord, en français ensuite) :

I made fast and laid down under Jim’s nose on the raft, and begun to gap, and stretch my fists out against Jim, and says :
« Hello, Jim, hve I been asleep ? Why didn’t you stir me up ? »
« Goodness gracious, is dat you, Huck ? En you ain’dead — you ain’drowned — you’s back agin ? It’s too good for true, honey, it’s too good for true. Lemme look at you, chile, lemme feel o’you. No, you ain’dead ! you’s back agin, ‘live en soun’, jis de same ole Huck — de same ole Huck, thanks to goodness ! »
« What’s the matter with you, Jim ? You been a drinking ? »
« Drinkin’ ? Has I ben a drinkin’ ? Has I had a chance to be a drinkin’ ? » (HF, chap. XV, p. 70) J’amarrai, je me couchai sur le radeau sous le nez de Jim ; puis je me mis à bâiller et à m’étirer les bras de façon à donner un coup de coude dans les côtes du nègre :
— Ah çà, Jim, est-ce que j’ai dormi ? Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé ? lui demandai-je, dès qu’il eut ouvert les yeux.
— Bonté du ciel ! s’écria-t-il. C’est bien vous ? Vous voilà revenu, mon vieux Huck ?
— Qu’est-ce qui te prend, Jim ? Tu as donc bu ?
— Bu ? Ai-je eu l’occasion de boire ? (Hughes, chap. XI, p. 95)

61Bien que cela ne soit pas encore l’objet de notre propos, on peut noter que le « Jim » du TD est rendu par la dénomination « le nègre » (« stretch my fists out against Jim »/» donner un coup de coude dans les côtes du nègre »). Cette dénomination ancre les rapports de place dans une thématique de condescendance, Huck étant celui qui domine la situation et la relation. La réduction de la réplique de Jim entraîne une fois de plus une occultation de son expression paternelle et des répétitions dont était truffé le segment original. Ces changements sont liés : l’expression « le nègre » implique une froideur, une distance entre les personnages, de même que la réplique de Jim en français n’est porteuse d’aucune émotion forte, Jim serait tout au plus étonné de revoir Huck vivant, alors que dans le texte anglais il était ému par son retour (« It’s too good for true, honey, it’s too good for true. Lemme look at you, chile, lemme feel o’you. No, you ain’dead !

62you’s back agin, ‘live en soun »). Nous verrons, à partir du passage suivant, que le ton de Jim fluctue dans la version originale. De l’extrait précédent, où il était extrêmement tendre et affectueux, Jim deviendra plus autoritaire avec Huck, l’appelant « Huck » et même « Huck Finn ». Ce dernier parle d’abord :

« How ? why, hain’t you been talking about my coming back, and all that stuff, as if I’d been gone away ? »
« Huck — Huck Finn, you look me in de eye ; look me in de eye. Hain’t you ben gone away ? »
« Gone away ? Why, what in the nation do you mean ? I hain’t been gone anywheres. Where would I go ? » [...]
« Well you answer me dis. Didn’t you tote out de line in de canoe, fer to make fas’to de tow-head ? » (HF, chap. XV, p. 70) — Alors pourquoi bats-tu la campagne ? Tu parles de mon retour comme si j’étais parti.
— Huck, Huck Finn, regardez-moi bien en face et répondez-moi. Est-ce que vous n’êtes pas parti ?
— Mais non ! mais non !
— Vous plaisantez, massa Huck. Ne vous ai-je pas vu monter dans le canot pour amarrer le radeau à un arbre ? (Hughes, chap. XI, p. 95)

63Jim fait maintenant preuve d’autorité, il tente d’ébranler Huck en répétant la même phrase : « [...] you look me in de eye », une phrase qu’un parent pourrait dire à son enfant pour s’assurer qu’il ne lui ment pas. L’humanité que Jim revendiquait de façon implicite dans la discussion sur le français prend ici une forme achevée : Jim ne passe pas par quatre chemins, il transforme, avec force et assurance, les rapports de place à partir desquels ils échangaient. Il réprimande Huck, l’appelant non plus « honey », mais Huck, et même Huck Finn, son nom complet, ce qui est une manière supplémentaire de lui parler comme à un enfant. Dans la traduction, par contre, Jim s’adresse à Huck en l’appelant « massa Huck » ; cette désignation renforce la position de dominé qu’il occupe, position que le syntagme « le nègre » ajouté plus haut signalait d’ailleurs d’emblée. Huck demande ensuite à Jim ce que signifient les débris qui jonchent le radeau, Jim lui répond :

« What do dey stan for ? I’s gwyne to tell you. When I got all wore out wid work, en wid de callin’for you, en went to sleep, my heart wuz mos’broke bekase you wuz los'en I didn'k’yer no mo’what become er me en de raf’. En when I wake up en fine you back agin’, all safe en soun, de tears come en I could a got down on my knees en kiss’yo’foot I’s so thankful. En all you wuz thinkin’‘bout wuz how you could make a fool uv ole Jim wid a lie. Dat truck dah is trash ; en trash is what people is dat puts dirt on de head er dey fren’s en makes ‘em ashamed. » [...]
It was fifteen minutes before I could work myself up to go and humble myself to a nigger — but I done it, and I warn’t ever sorry for it afterwards, neither. I didn’t do him no more mean tricks, and I wouldn’t done that one if I’d a knowed it would make him feel that way. (HF, chap. XV, p. 72) — Je vais vous le dire, massa Huck. Tout à l’heure, quand je me suis endormi de fatigue, j’avais le cœur gros, parce que je vous croyais perdu. Je ne m’inquiétais plus de ce qui pourrait m’arriver, au radeau ou à moi. Lorsque je vous ai revu là, sans une égratignure, les larmes me sont montées aux yeux. J’étais si content que j’avais envie de me jeter à vos pieds et de les embrasser. Vous, vous n’avez pensé qu’à vous moquer du vieux Jim et à lui faire honte de sa bêtise avec vos menteries. Oui, il y a un tas de saletés sur le radeau, et ces saletés, ce sont les gens qui font des avanies à leurs amis.
[...] Ce ne fut qu’au bout d’un quart d’heure que je me décidai à m’humilier devant le nègre ; mais je le fis. Je ne le regrette pas et je n’en ai jamais rougi depuis. Je ne lui aurais certes pas joué ce tour-là si je m’étais douté qu’il prendrait la chose à cœur. (Hughes, chap. XI, p. 96-97)

  • 14 Il est intéressant de noter que l’épisode « In the Fog » s’articule autour du pouvoir de la parole (...)

64Les marqueurs de force illocutoire sont implicites, mais Jim n’en atteint pas moins la cible. Sa prise de parole est construite comme un crescendo (comme tout ce chapitre, d’ailleurs), la tension monte graduellement, le ton est confiant d’entrée de jeu — Jim se sert de la question de façon rhétorique, comme il le fait souvent —, l’émotion est ensuite palpable, il raconte à Huck comment il s’est senti, l’espoir perdu et retrouvé, pour enfin donner le coup final, la déception. D'illocutoire, son énoncé devient perlocutoire, la culpabilité et le remords étant les effets qu’il produit sur Huck. L’humanité de Jim est ici plus grande que nature, Huck est profondément ébranlé par ce qu’il vient d’entendre, mais ses préjugés sont tenaces, puisqu’il écrit qu’il a mis quinze minutes avant de faire des excuses à Jim. Twain ironise une fois de plus en ridiculisant les préjugés racistes ; contre toute attente, l’homme noir fait preuve d’humanité, l’enfant blanc, d’un manque d’humanité. Les rôles sont renversés, les forces centrifuges opèrent ce renversement. Forces qui ont été à l’œuvre tout au long de cet épisode, atteignant un point culminant dans la réplique de Jim et cette dernière remarque de Huck14.

65Dans le segment cible, le fait que Jim veuille se jeter aux pieds de Huck cadre bien avec son statut de domestique. Le texte original ne sous-entendait pas cette lecture en raison du rapport amical et complice unissant les deux personnages. En outre, Hughes ajoute un petit élément dans cette version, la bêtise de Jim. Le roman de départ disait « make a fool of ole Jim », segment que la version « vous moquer du vieux Jim » rendait intégralement. La caractéristique de la bêtise est un fil conducteur permettant de relier les trois épisodes dont on vient de parler. En effet, dans le passage portant sur le roi Salomon, Hughes faisait dire à Jim ceci : « Je ne suis pas plus bête qu’un autre » ; et ici Jim parle une fois de plus explicitement de sa bêtise. Le projet de Hughes, actualisé par des ajouts et des déplacements comme ceux que l’on vient de voir, jette un nouvel éclairage sur l’ensemble de l’œuvre traduite et sur ce passage en particulier. En effet, comme l’accent est mis sur la bêtise de Jim et sur son caractère soumis (il appelle Huck massa Huck, entre autres), cette réplique cible de Jim ne produit pas le même impact dramatique qu’elle le faisait dans le texte source. Jim en français n’est pas autoritaire comme il l’était en anglais ; son autorité est celle d’un domestique avec un enfant, pas d’un adulte avec un enfant. Il s’agit d’une autorité artificielle et passagère, le statut de Jim demeurant celui d’un subalterne, même à travers une réplique comme celle-là, où Huck se fait réprimander. Le rapport que Jim entretient avec Huck n’est pas transformé par son énoncé pour la raison suivante : dans le texte français, les places qu’occupe chacun des personnages les autorisent à se parler ainsi, un code domestique-adulte/maître-enfant permet de telles interactions. La position de Jim demeure donc la même dans le texte traduit, celle d’un domestique soumis. Enfin, un dernier élément convient d’être souligné : le passage de a nigger à le nègre. Ces deux unités, source et cible, ne transmettent pas les mêmes connotés dans les deux textes. En anglais, Jim se fait rarement appeler nigger, et ce morphème sert le plus souvent à déstabiliser le discours dominant, les mécanismes du racisme étant mis au jour. Or, en français, le syntagme le nègre est récurrent et véhicule une signifiance étrangère à celle du texte anglais. Ainsi, là où dans le texte source les conceptions racistes de Huck étaient dévoilées par le recours à cette expression, le texte cible ne provoque pas de surprise puisqu’il reprend les mêmes termes qu’au début de l’épisode. La récurrence de l’expression française le nègre a pour effet de la banaliser, par conséquent de neutraliser ses contenus potentiellement subversifs. Dans le texte original, Jim mettait en pièces les prétendues caractéristiques du nigger, la traduction les reprend pour les cimenter une fois pour toutes.

66La version de Laury de l’épisode « In the Fog » contient des déplacements massifs qui ont pour conséquence de déprécier le personnage de Jim. Ce passage représente en quelque sorte une cristallisation du projet de la traductrice. Le début en est transformé, Huck et Jim ne seront pas séparés l’un de l’autre pour les mêmes raisons. En anglais, vu le brouillard qui commence à les envelopper, Huck et Jim s’approchent d’une petite île pour s’amarrer. Huck monte dans le canot pour attacher le radeau à l’île, mais le courant, trop fort, entraîne le radeau vers l’avant, ce qui brise la corde et sépare les deux protagonistes ; Huck écrira alors : « I see the fog closing down, and it made me so sick and scared I couldn’t budge for most a half a minute it seemed to me — and then there warn’t no raft in sight ; you couldn’t see twenty yards » (HF, chap. XV, p. 68). Or la version de Laury est radicalement différente :

[...] la seconde nuit après notre départ de Mot, un brouillard à couper au couteau recouvrit toute la région. [...]
Jim ne cessait de se lamenter. Alors, exaspéré, je l’abandonnai dans le radeau, promettant de revenir quelques heures après, et je partis seul avec la barque, en éclaireur, pour être sûr que nous avancions bien dans la bonne direction.
Eh bien ! ce qui m’arriva fut horrible : je m’égarai dans la brume, je ne rencontrai pas une âme ; je ne savais plus où j’étais ni où j’allais. J’étais à la fois furieux et désespéré [...]. (Laury, chap. VII, p. 48)

67En plus de dominer la situation, Huck est en charge de Jim puisqu’il l’abandonne sur le radeau et promet de revenir plus tard. Jim est donc dépendant de Huck, mais encore, il est présenté comme celui qui est à l’origine de leurs malheurs et de cette séparation, étant donné que Huck le quitte parce qu’il se plaignait au lieu d’agir. Huck ne sera d’ailleurs pas furieux sans raison, Jim en est la principale cause. Le ton paternaliste, manifeste dans cet extrait, traverse tout le passage. Dans le texte traduit, lorsque Huck retrouve Jim, il ne comprend pas pourquoi le radeau est sens dessus dessous. Huck, dans le texte original, savait pertinemment ce qui s’était produit en son absence, c’est pourquoi il n’était pas étonné de retrouver Jim assis sur le radeau, la tête penchée entre les genoux, endormi, au beau milieu des débris.

It was the raft.
When I got to it Jim was setting there with his head down between his knees, asleep, with his right arm hanging over the steering oar. The other oar was smashed off, and the raft was littered up with leaves and branches and dirt. So he’d had a rough time.
I made fast and laid down under Jim’s nose on the raft, and begun to gap, and stretch my fists out against Jim, and says :
« Hello, Jim, have I been asleep ? Why didn’t you stir me up ? »
« Goodness gracious, is dat you, Huck ? En you ain’dead — you ain’drowned — you’s back agin ? It’s too good for true, honey, it’s too good for true. Lemme look at you, chile, lemme feel o'you. No, you ain’dead ! you’s back agin, ‘live en soun’, jis de same ole Huck — de same ole Huck, thanks to goodness ! »
« What’s the matter with you, Jim ? You been a drinking ? »
« Drinkin’ ? Has I ben a drinkin’ ? Has I had a chance to be a drinkin’ ? » (HF, chap. XV, p. 70)

68Huck demande enfin à Jim ce que représentent toutes ces branches brisées sur le radeau :

« What do dey stan’for ? I’s gwyne to tell you. When I got all wore out wid work, en wid de callin’for you, en went to sleep, my heart wuz mos’broke bekase you wuz los’, en I didn’k’yer no mo’what become er me en de raf’. En when I wake up en fine you back agin, all safe en soun’, de tears come en I could a got down on my knees en kiss’yo’foot I’s so thankful. En all you wuz thinkin ‘bout wuz how you could make a fool uv ole Jim wid a lie. Dat truck dah is trash ; en trash is what people is dat puts dirt on de head er dey fren’s en makes em ashamed. » [...]
It was fifteen minutes before I could work myself up to go and humble myself to a nigger — but I done it, and I warn’t ever sorry for it afterwards, neither. I didn’t do him no more mean tricks, and I wouldn’t done that one if I’d a knowed it would make him feel that way. (HF, chap. XV, p. 72)

69Laury écrit quant à elle :

Notre radeau, enfin ! En quelques coups de rame je le rejoignis et, prestement, je sautai dessus.
Alors je m’aperçus qu’il était rempli de débris de branchages arrachés par le vent, que le wigwam tenait à peine debout, qu’une des rames était brisée et que l’autre gisait aux pieds de Jim qui, assis au milieu de cet affreux désordre, dormait tranquillement, la tête penchée sur la poitrine.
Il dormait ! Cela m’irrita et, sans chercher à comprendre ce qui s’était passé en mon absence, je le secouai brutalement.
— Hé ! Jim, sacré vieux nègre, est-ce que tu t’es soûlé ? Est-ce que tu rêves ? Qu’est-ce qui est arrivé sur ce radeau pendant que je n’y étais pas ? Raconte-moi ce qui s’est passé.
À ces mots Jim s’éveilla en sursaut et leva vers moi un visage marqué d’une grande tristesse. Mais, me voyant devant lui, il s’écria avec une émotion joyeuse :
— Oh ! Dieu du ciel ! Huck, mon che’ petit copain, tu n’es donc par mo’t... te voilà de etou’... Oh ! c’est t’op beau pou’ êt’e v’ai... Oh ! laisse-moi te ‘ega’der, te tâter, t’emb’asser... Oh ! Huck, que c’est bon de te ‘et’ouver !
Mais moi, je continuai à le gronder avec mauvaise humeur :
— Vieil imbécile, pendant que je risquais ma vie en naviguant dans le brouillard, tu as dû trop boire et tu as lait un beau gâchis sur notre radeau... c’est du propre vraiment !
— Mais Huck, tu n’étais pas là... j’étais inquiet, je t’ai che’ché pa’tout dans l’obscu’ité. Je t’appelais et tu ‘épondais jamais... J’ai alo’s pensé qu’il t’était a”ivé malheu’, que tu étais mo’t. Oh ! mon ami, j’avais le cœu’ b’isé !
Jim avait beau parler, je restais sottement fâché et je l’accablais d’injures blessantes.
Alors le pauvre nègre me regarda d’un air de reproche et alla s’étendre sous le wigwam en répétant à mi-voix d’un ton affreusement mélancolique et chagrin :
— Ben oui, je me suis endo’mi pa’ce que mon cœu’ était empli de douleu’... je pensais que puisque tu n’étais plus aup’ès de moi, je n’avais plus du tout envie de vive... je voulais mou’i’ puisque mon petit Huck ne evenait plus.
Ces phrases si simples et si sincères me firent honte. L’amitié entière et dévouée du pauvre esclave me fit regretter ce que je venais de lui crier. Mais il me fallut au moins un quart d’heure pour trouver le courage de m’humilier devant un Noir. Je le fis cependant et je vous assure que, de ma vie, je ne l’ai plus injurié. (Laury, chap. VII, p. 48-49)

70L’ambivalence de la conduite de Huck — il passe du mépris en traitant Jim de « sacré vieux nègre » à la compassion en s’auto-condamnant à deux reprises — se solde par une attitude paternaliste. Cette fausse sollicitude est d’ailleurs au cœur du projet de Laury. Jim, pour sa part, demeure verbalement soumis, n’exerçant aucun ascendant sur Huck. Il ne répond effectivement ni à la première ni à la deuxième insulte de Huck. Par rapport au TD, Jim apparaît comme dysfonctionnel sur le plan illocutoire, jouant le rôle de la victime qui inspire de la pitié plutôt que celui du père autoritaire que nous avons mis au jour dans notre analyse de l’œuvre originale (en français, il ne traite pas Huck de « trash »). En plus d’être décrit comme étant paresseux (« Jim [...] dormait tranquillement ») et dépendant (il ne manifeste effectivement aucune débrouillardise), Jim ne peut avoir recours qu’à une sorte de chantage émotif pour que Huck cesse de le réprimander (« le pauvre nègre me regarda d’un air de reproche [...] en répétant à mi-voix d’un ton affreusement mélancolique et chagrin »). Jim s’exprime donc, tant sur le plan matériel (élision du r), propositionnel (son discours ne contient aucun élément de révolte) que pragmatique (il n’interrompt pas Huck, ne le menace pas, ne le critique pas), comme ce qu’il est, c’est-à-dire un domestique soumis. Aussi bien son personnage que celui de Huck sont de véritables stéréotypes ; chacun est campé dans un rôle au cadre précis et délimité : Huck est autoritaire, dominateur, hautain et condescendant ; Jim est dépendant, passif et loyal.

71Nous terminons cette partie avec la traduction du segment « signs is signs ». Voici la version française de cette réplique de Jim dans la traduction de Hughes, précédée du passage original :

« Dah, now, Huck, what I tell you ? — what I tell you up dah on Jackson islan ? I tole you I got a hairy breas’, en what’s de sign un it ; en I tole you I ben rich wunst, en gwineter to be rich agin ; en it’s come true ; en heah she is ! Dah, now ! doan’ talk to me — signs is signs, mine I tell you ; en I knowed jis’‘s well ‘at I uz gwineter be rich agin as I’s a stannin’heah dis minute ! » (HF, chapter the last, p. 228) — Là, massa Huck, s’écria le nègre en faisant sauter les dollars dans sa main, ne vous avais-je pas dit que je redeviendrais riche un jour, parce que j’ai les bras longs ? C’est un signe qui ne rate jamais. Avec cet argent et celui que je gagnerai je finirai par avoir de quoi racheter ma femme. (Hughes, Conclusion, p. 273)

  • 15 L’expression est de Berman : « [La traduction] ne nous dit la vérité du projet qu’en nous révélant(...)

72Le choix de traduire « signs is signs » par « C’est un signe qui ne rate jamais », en plus de ne pas reprendre la structure stylistique de l’original (les répétitions de toute la réplique n’ont d’ailleurs pas été reproduites), porte atteinte à la macro-forme discursive du texte de départ. Jim n’est plus celui par qui la clé de lecture du roman nous est livrée, par conséquent ni lui ni son parler ne sont dotés des qualités esthétique (donner au parler noir un statut littéraire) et idéologique (postuler l’humanité des Noirs) qu’ils avaient en anglais. Cependant, de telles fonctions n’auraient pu être présentes dans la traduction de Hughes en raison du projet qui la sous-tend. D’ailleurs, cette réplique cible reprend les termes qui sont les siens, Jim dit « massa Huck » et se fait appeler « le nègre », voilà des « signe[s] qui ne rate[nt] jamais ». Jim demeure l’être soumis et redevable qu’il a toujours été dans le texte français — la réduction dont sa réplique est une fois de plus l’objet en témoignant. Le fait qu’il ne dise pas que les signes c’est les signes n’est que la « conséquence du projet15 » de Hughes : d’une part, Jim en français n’aurait pas pu dire cette phrase en raison du parler qui est le sien et du niveau de langue de l’ensemble de la traduction ; et, d’autre part, cette phrase n’aurait pas été porteuse de la même signifiance que dans le texte source, car l’ironie est précisément l’une des plus importantes pertes encourues par cette traduction. Enfin, si l’on considère la nouvelle caractérisation de Jim, mais aussi celle des autres personnages noirs, il aurait été inconséquent que Jim prononce une phrase d’une telle portée. Le rôle cible de Jim lui interdit cette compétence ; Jim n’est, en français, que le nègre du roman, sa voix est donc le véhicule de cette caractérisation.

73Le dire de Jim, tel qu’il est rendu dans le texte traduit, a littéralement perdu les qualités qui lui donnaient toute sa portée dans le texte original. La principale cause de cette perte est liée à l’orientation idéologique du projet de traduction : une inversion radicale de la problématique principale de départ, la dénonciation de l’esclavage. Par conséquent, la parole de Jim ne peut que véhiculer les forces conservatrices et ridiculisantes qui la sous-tendent, et non plus une visée subversive de l’ordre de celle livrée par le Black English.

Actes de Jim

74Les actions de Jim sont cohérentes avec ses possibilités illocutoires, c’est pourquoi il a été question en introduction de ce chapitre d’une unité thématico-structurelle, au sens où aussi bien en actes qu’en paroles Jim se comporte comme un serviteur docile. En outre, comme ce fut le cas pour la section précédente, cette partie sera divisée selon les types de transformations qu'elle manifeste : ajouts, omissions, moments clés. Si Jim est obligé de dire certaines choses et non pas d’autres, s’il est, en définitive, prisonnier de sa parole-type, il est aussi prisonnier d’un rôle-type, dès lors confiné à certains gestes bien précis qui contribuent à accentuer sa caractérisation de subalterne.

Ajouts

75Hughes a ajouté un passage au début du livre dans lequel Jim apparaît dans le rôle d’un serviteur (il porte une lettre à Tom de la part de Huck). D’autres ajouts vont exactement dans le même sens, les voici :

[...] everything was quiet, and we [Huck et « a couple of men », le duc et le roi, en fait] paddled over to the tow-head and hid in the cotton-woods and was safe. (HF, chap. XIX, p. 98)
[...] les fugitifs respiraient à l’aise dans un bois de cotonniers où Jim avait établi sa cuisine. (Hughes, chap. XV, p. 128) So we shortened up one of the calico gowns and I turned up my trowser-legs to my knees and got into it. (HF, chap. X, p. 47)
Jim, comme beaucoup de nègres, savait coudre. Il se mit aussitôt à l’oeuvre et eut bientôt arrangé à ma taille une robe de calicot et un jupon ramassés dans la maison flottante. Je ramenai le bas de mon pantalon jusqu’aux genoux [...]. (Hughes, chap. VI, p. 63) Well, that was all easy, so we done it. All through dinner Jim stood around and waited on him [...]. (HF, chap. XIX, p. 101)
— Soyez tranquille, répondis-je, Jim a servi chez des gens civilisés et il vous soignera.
En effet, durant le dîner, le nègre se tint derrière Bridgewater [...]. (Hughes, chap. XV, p. 132) My bed was a straw tick — better than Jim’s, which was a corn-shuck tick [...]. (HF, chap. XX, p. 103)
Le mien [le lit] se composait d’un matelas acheté à mon intention par Jim, qui se contentait d’un tas de paille. (Hughes, chap. XVI, p. 137)

76Le premier extrait se passe presque de commentaires, Jim fait la cuisine, il s’agit d’une des tâches associées à son statut. Le second extrait contient une omission (on passe du pronom personnel we à la troisième personne du singulier, Jim ; on en verra d’autres exemples dans la section suivante) et un double ajout : Jim coud pour Huck (il est donc à son service) et la plupart des nègres savent coudre. La formulation généralisante de ce dernier ajout entraîne un glissement de sens vers le préjugé raciste : en tant que membre du groupe ontologique distinct et caractérisé au sein du texte comme étant inférieur, Jim est réduit à un comportement que Huck ne peut partager. Les deux derniers passages, quant à eux, servent explicitement la visée du traducteur : Jim est identifié comme étant un domestique, mais encore, un domestique qui peut être mis au service de tous, de ces deux brigands comme de Huck lui-même, dont il semble être le serviteur attitré. En outre, Jim est un domestique en qui on peut avoir confiance puisqu’il « a servi chez des gens civilisés ». Le renversement opéré par ce changement est frappant : la civilité est ici préconisée et respectée, alors que dans le TD elle était l’objet de dérisions multiples (Huck ne veut pas être sivilized ; deux êtres malhonnêtes et mesquins se prétendent duc et roi ; Miss Watson fait partie des gens civilisés qui possèdent et vendent des esclaves ; le gentleman qu’est le colonel Grangerford enseigne à ses enfants la haine et le meurtre). Le recours à l’expression « le nègre » pour désigner Jim dans ce troisième exemple contribue à désincarner le personnage et à renforcer le stéréotype que la réplique de Huck véhiculait.

77L’exemple qui suit n’a pas été intégré aux autres, car il dépasse leur portée. Une brève remise en contexte s’impose : les aventures sont terminées et Huck a appris de Tom que Jim avait été affranchi par Miss Watson. Le ton du TD reste cynique, Jim n’est pas dorloté parce qu’il est libre, mais bien parce qu’il a pris soin de Tom ; celui du TA est ultraconformiste :

We had Jim out of the chains in no time, and when Aunt Polly and Uncle Silas and Aunt Sally found out how good he helped the doctor nurse Tom, they made a heap of fuss over him, and fixed him up prime, and give him all he wanted to eat, and a good time, and nothing to do. (HF, chapter the last, p. 228)
Il va sans dire que Jim n’était pas resté longtemps dans son cachot. Lorsque tante Polly avait appris qu’il s’était dévoué par amitié pour Tom, elle l’avait rhabillé à neuf et offert de le prendre à son service. (Hughes, Conclusion, p. 273)

78Alors que dans le TD le traitement de faveur comportait de la bonne nourriture et du repos, celui du TA consiste en des habits neufs et une offre de service. Or le sens même de l’affranchissement est que Jim n’a plus à travailler pour autrui, pourtant la version de Hughes contient une négation de cet état de fait. Ce choix de traduction implique qu’il est naturel que Jim, le nègre du roman, soit à la solde des Blancs (voilà qui rappelle le deuxième extrait cité plus haut). La répartition des rôles atteint ici sa forme achevée ; on verra, avec les omissions qui suivent, que cette orientation est au cœur du projet de Hughes.

Omissions

79Jim coud, fait la cuisine, achète un matelas pour Huck et sert chez des gens civilisés (la tante Polly aimerait bien le prendre à son service, d’ailleurs), voilà autant de tâches qui lui sont assignées exclusivement par le biais du traducteur. Certains des passages source qui entraient en contradiction avec ce nouveau programme narratif ont été occultés, assurant dès lors une plus grande cohérence à l’ensemble. Ce ne seront donc plus Huck et Jim qui prépareront les repas, rameront, etc., mais Jim seulement :

So we [Huck et Jim] built it [a fire] there and cooked dinner. (HF, chap. IX, p. 43)
Jim alluma son feu sur cette dalle, que les buissons protégeaient contre le vent, et notre dîner fut vite préparé. (Hughes, chap. VI, p. 55) Then we [Huck et Jim] got out the raft and slipped along down in the shade [...]. (HF, chap. XI, p. 54)
Jim détacha le traîneau et nous glissâmes à l’ombre des arbres [...]. (Hughes, chap. VII, p. 74)

80When the first streak of day begun to show, we [Huck et Jim] tied up to a tow-head in a big bend on the Illinois side, and hacked off cottonwood branches with the hatchet and covered up the raft with them so she looked like there had been a cave-in in the bank there. (HF, chap. XII, p. 54) Dès que le jour commença à paraître, nous amarrâmes notre radeau dans un petit renfoncement de la côte de l’Illinois. Jim abattit avec la

hache assez de branches de cotonniers pour en recouvrir le train de bois et les arrangea si bien qu’à vingt pas vous auriez juré que les arbres avaient été renversés par un éboulement. (Hughes, chap. VIII, p. 75) [...] so we [Huck et Jim] would take some fish off of the lines, and cook up a hot breakfast. (HF, chap. XIX, p. 97)
Nous relevons nos lignes et Jim prépare un bon déjeuner. (Hughes, chap. XV, p. 126) [...] they [le roi et le duc] made Jim and me back her [le radeau] out and float her down the middle of the river and fetch her in and hide her about two mile below town. (HF, chap. XXIII, p. 122)
[...] le duc dit à Jim de démarrer. On s’arrêta à 2 milles environ au-dessous de la ville et on établit le radeau dans un endroit où il aurait fallu de bons yeux pour le découvrir. (Hughes, chap. XVII, p. 155) When me and Jim heard that, we didn’t feel so brash as what we did before. [...] so we laid him [Tom] in the wigwam and tore up one of the duke’s shirts for to bandage him [...]. (HF, chap. XL, p. 215-216)
Je n’avais plus envie de chanter et Jim n’était plus disposé à danser. Il courut chercher de l’eau pour laver la blessure [de Tom] et déchira une des chemises du duc pour faire un bandage. (Hughes, chap. XXXII, p. 261)

81Comme on l’a remarqué plus haut, plus l’omission est réduite, plus elle semble motivée. Les exemples qui précèdent font tous état d’un déplacement mineur sur le plan stylistique, on passe du pronom personnel we à la troisième personne du singulier, il ou Jim ; mais il s’agit d’un déplacement majeur sur le plan narratif : les tâches manuelles sont séparées selon le personnage et le rôle qui lui est attribué. Jim effectue plus souvent que Huck les gestes quotidiens de faire un feu, de cuisiner, de cacher le radeau, tandis que les tâches intellectuelles, on le verra, appartiennent au domaine de Huck. La caractérisation de Jim qui ressort de ses actes est donc clairement confinée au statut de subalterne.

82En plus d’assumer le rôle de serviteur dans le texte traduit, Jim est également décrit comme étant maladroit, puisqu’il sera d’une certaine façon responsable de la blessure de Tom à la fin du livre. Voici un extrait de la scène de l’évasion de Jim chez les Phelps, en anglais d’abord, en français ensuite :

[...] we [...] slipped stealthy towards the fence, in Injun file, and got to it, all right, and me and Jim over it ; but Tom’s britches catched fast on a splinter on the top rail, and then he hear the steps coming, so he had to pull loose, which snapped the splinter and made a noise [...]. (HF, chap. XL, p. 215) Tom et moi, nous escaladâmes la barrière sans avoir fait plus de bruit qu’une araignée ; mais le pantalon de Jim s’accrocha à la traverse d’en haut et ne se décrocha qu’en brisant un éclat de bois. (Hughes, chap. XXXII, p. 259-260)

83On retrouve ici un contresens par rapport au TD : en anglais, Tom lui-même déclenchait l’alarme en faisant du bruit, il ne pouvait donc s’en prendre qu’à lui-même pour cette blessure, alors qu’en français, Jim peut être implicitement accusé d’avoir fait une erreur. Bien qu’aucune accusation ne soit portée par la suite, le déplacement que manifeste le TA suffit pour induire une certaine réception : Jim n’est pas aussi agile que les enfants, il est pataud. Or cette transformation est incohérente sur le plan narratif puisque des trois personnages qui s’enfuyaient, Jim aurait dû être le plus silencieux et le plus adroit vu son désir de quitter cet endroit. D’ailleurs, le fait que Tom ait fait du bruit dans le texte original n’est probablement pas un hasard, car lui seul avait intérêt à faire échouer le plan pour que l’aventure se prolonge indéfiniment. Cependant, en ce qui a trait à la caractérisation cible de Jim, le changement apporté par Hughes peut presque être justifié : on a vu que Jim est bête, soumis et inoffensif, sa maladresse ne détonne donc pas lorsque liée à de tels attributs.

Moments clés

84Les deux passages source dans lesquels Jim remplace Huck pour son tour de garde avaient été identifiés, dans le chapitre précédent, comme des moments où Jim enseigne à Huck, par le biais de gestes concrets, à reconnaître son humanité. Si ces deux épisodes avaient été intégrés tels quels à la traduction de Hughes, il est fort probable que leur sens aurait été interprété différemment étant donné leur nouveau contexte cible. En effet, ces gestes de Jim auraient alors été lus comme cadrant bien avec sa caractérisation de domestique. Or Hughes en a décidé autrement. Voici les deux segments :

I had the middle watch, you know, but I was pretty sleepy by that time, so Jim he said he would stand the first half of it for me ; he was always mighty good, that way, Jim was. I crawled into the wigwam, but the king and the duke had their legs sprawled around so there warn’t no show for me ; so I laid outside — I didn't mind the rain, because it was warm, and the waves warn’t running so high, now. About two they come up again, though, and Jim was going to call me, but he changed his mind because he reckoned they warn’t high enough yet to do any harm ; but he was mistaken about that, for pretty soon all of a sudden along comes a regular ripper, and washed me overboard. It most killed Jim a-laughing. He was the easiest nigger to laugh that ever was, anyway. (HF, chap. XX, p. 104) Peu à peu l’orage se calma. Jim pouvait se passer de moi maintenant, et je me dirigeai vers le wigwam ; mais pour y entrer il aurait fallu marcher sur les jambes du roi ou sur celles du duc. Je m’allongeai donc en plein air. Il ne pleuvait presque plus et je me moquais de la pluie, parce qu'elle n’était pas froide. (Hughes, chap. XVI, p. 138)

85Le segment source dans lequel on apprenait que « Jim he said he would stand the first half of it for me ; he was always mighty good, that way, Jim was » n’est pas rendu dans la version de Hughes. Jim n’est donc pas autorisé à réfléchir, à émettre une idée ; sa voix est occultée, et, du même coup, la générosité qu’il manifestait en anglais est évacuée, de concert avec la façon dont Huck perçoit ce geste. Une répartition des rôles se présente ici : Jim est un domestique, il ne peut donc pas prendre d’initiative ; Huck est le maître, il a le mandat de prendre des décisions. Le segment cible « Jim pouvait se passer de moi maintenant » reproduit d’ailleurs cette division : Huck est le seul à analyser la situation. Le sens de ce segment est toutefois ambigu, il peut sous-entendre deux lectures : ou bien, vu l’apaisement de l’orage, Huck et Jim n’ont plus besoin d’être deux pour manœuvrer le radeau, ou bien Jim n’est pas capable de naviguer seul, il manque de savoir-faire et il est trop dépendant pour se débrouiller sans Huck. La tendance générale qui se dégage de la version de Hughes fait que la deuxième option vient d’emblée à l’esprit lors de la lecture. Enfin, dans le TD, l’épisode se terminait par un événement plutôt cocasse : Huck tombait à l’eau et Jim riait de lui. Dans le TA, ce segment est omis. Voilà un choix qui n’a pas lieu d’étonner ; le projet de Hughes est conséquent : aucun Noir ha la chance ni le droit de se moquer (un tant soit peu) d’un Blanc. Le second tour de garde, quant à lui, n’est pas traduit. Jim ne peut donc pas exprimer ses sentiments concernant ses enfants comme il le faisait en anglais.

86Une fois mis en commun les ajouts, les omissions et la traduction de deux moments clés dans le texte français, la caractérisation de Jim apparaît unidimensionnelle : son humanité ne transparaît pas dans ses gestes, il demeure un domestique dépendant de Huck et sans ascendant sur lui. La présence de Jim est réduite ou alors son rôle se limite à celui d’un subalterne, deux options qui se complètent. Le même phénomène se produira dans la narration faite par Huck. Ainsi, les comportements seront distribués selon le rôle de chacun : Jim en tant que domestique noir sera superstitieux, bête, paresseux et naïf ; Huck sera paternaliste et autoritaire.

  • 16 C’est-à-dire que leur version (Surleau, chap. XX, p. 142) n’affiche pas la traduction de la phrase (...)

87À ce stade-ci de l’analyse, une nouvelle parenthèse s’impose. Arrêtons-nous cette fois sur les choix de Yolande et René Surleau, auteurs d’une traduction française de Huck Finn (1950), choix qui ne sont pas sans rappeler les positions de Hughes. Les Surleau omettent également de rendre le remplacement du premier tour de garde16. Cette omission pourrait être liée à la volonté des traducteurs d’évacuer la dimension émotive de la caractérisation de Jim. Quoi qu’il en soit, la résultante est la même que chez Hughes, l’humanité de Jim ne passe pas. Toutefois, la fin de l’épisode est traduite, ce qui fait que le côté cabotin de Jim demeure.

88Avant d’aborder la traduction du deuxième tour de guet, il nous faut nous arrêter sur un élément signifiant et récurrent de la version des Surleau : la dénomination diégétique de Jim. Ce dernier se fait effectivement appeler « le nègre », « le pauvre nègre » ou « le brave nègre » à quelques reprises dans le texte français. Or le terme de nigger est utilisé dans le texte original, mais ses contenus racistes sont généralement neutralisés. La situation change dans le texte traduit, en voici des exemples :

[...] the snake’s mate was there, and bit him.
He jumped up yelling [...]. (HF, chap. X, p. 46)
[...] la femelle de mon serpent était là. Elle mordit le pauvre nègre qui bondit aussitôt sur ses pieds et se mit à hurler. (Surleau, chap. X, p. 65) His foot swelled up pretty big, and so did his leg ; but by-and-by the drunk begun to come [...]. (HF, chap. X, p. 47) Le pied de Jim enfla terriblement, mais le brave nègre but tant de whisky que le venin ne put, à la longue, y résister. (Surleau, chap. X, p. 66) It was the raft.
When I got to it Jim was setting there [...]. (HF, chap. XV, p. 70)
Je ramai de plus belle et la tache sombre grossit jusqu’à devenir un radeau qui portait une cabane en son milieu et un nègre endormi à l’arrière. (Surleau, chap. XV, p. 97) He was in the river, under the stern oar [...]. (HF, chap. XVI, p. 76)
Mon nègre était dans l’eau, à l’arrière du radeau. (Surleau, chap. XVI, p. 106) Toward daybreak we tied up, and Jim was mighty particular about hiding the raft good. Then he worked all day fixing things in bundles, and getting all ready to quit rafting. (HF, chap. XVI, p. 77)
Vers le jour nous amarrâmes le radeau à la rive, et Jim veilla tout spécialement à ce qu’il fut bien caché. Le brave nègre passa le reste de la journée à emballer notre matériel. (Surleau, chap. XVI, p. 106) [...] and found a man laying there asleep — and by jings it was my old Jim !
I waked him up, and I reckoned it was going to be a grand surprise to him to see me again, but it warn’t. He nearly cried, he was so glad, but he warn’t surprised. (HF, chap. XVIII, p. 92)
Un homme dormait là : c’était Jim !
Je le réveillai, pensant lui faire une surprise, mais il n’en fut rien. Le brave nègre pleura de joie, mais ne fut pas étonné le moins du monde de me revoir. (Surleau, chap. XVIII, p. 125)

89Il se dessine ici un ensemble de signifiants dont la résultante est de créer une distance entre les personnages, de renverser les rapports de force et de désincarner Jim. Ainsi, contrairement au TD où Jim ressortait comme un personnage décidé et autoritaire, le TA le présente au lecteur de façon paternaliste, le réduit à un personnage unidimensionnel dont la principale caractéristique est d’être un nègre.

90Pour revenir au second passage dans lequel Jim fait le guet à la place de Huck, voici l’extrait en anglais et sa traduction :

I went to sleep, and Jim didn’t call me when it was my turn. He often done that. When I waked up, just at day-break, he was setting there with his head down betwixt his knees, moaning and mourning to himself. I didn’t take notice, nor let on. I knowed what it was about. He was thinking about his wife and his children, away up yonder, and he was low and homesick ; because he hadn’t ever been away from home before in his life ; and I do believe he cared just as much for his people as white folks does for their’n. It dont seem natural, but I reckon its so. He was often moaning and mourning that way, nights, when he judged I was asleep, and saying, « Po’little ‘Lizabeth ! po’litle Johnny ! Its mighty hard ; I spec I ain’t ever gwyne to see you no mo’, no mo’ ! » He was a mighty good nigger, Jim was. (HF, chap. XXIII, p. 125) Cette nuit-là, Jim ne me réveilla pas à l’heure où je devais prendre mon tour de garde. Souvent le brave nègre me laissait dormir et prenait le quart à ma place. En m’éveillant, à l’aube, je trouvai Jim assis, la tête sur les genoux, et gémissant de façon lamentable. Je fis mine de ne rien remarquer, mais je savais fort bien de quoi il retournait. Jim songeait à sa femme et à ses enfants. Je crois qu’il aimait sa famille aussi profondément qu’un blanc aime la sienne. Je sais bien que ça paraît extraordinaire, mais je crois qu’il en était pourtant ainsi. Souvent, la nuit, je l’entendais gémir :
« Pauv’p’tite Liza ! Pauv’p’tit Johnny ! Je crois que je ne vous reverrai jamais plus ! » Mon Jim était quand même un brave nègre ! (Surleau, chap. XXIII, p. 161-162)

  • 17 Huck appelle Jim « Mon Jim », il s’approprie la personne de Jim, en quelque sorte.

91La double occurrence de la dénomination « le brave nègre » confère à ce passage un ton paternaliste qui n’est pas récupéré par une visée subversive comme c’était le cas dans le TD. En effet, le segment « He was a mighty good nigger, Jim was » une fois devenu « Mon Jim était quand même un brave nègre » perd la charge implicite de renversement des idées reçues qu’il véhiculait dans le texte source : l’humanité de Jim ne ressort donc pas dans la traduction, son statut de domestique tient toujours17. La raison de cette lecture littérale en français est la suivante : la traduction de « good nigger » par « brave nègre », vu la signifiance de cette expression dans l’ensemble de l’œuvre cible (nous venons de le voir) et dans ce passage en particulier, opère ce que nous avons appelé plus haut une re-sémantisation du segment traduit. Par conséquent, il apparaît qu’une traduction exacte sur le plan sémantique peut véhiculer un sens différent, si ce n’est contraire au sens original.

La description comme facteur de caractérisation

92Dans la traduction de Hughes, les traits de caractère révélés par le dire et le faire de Jim (bêtise, paresse) seront partiellement repris par la narration de Huck, tandis que de nouveaux attributs émergeront (superstition, naïveté). C’est pourquoi, étant donné l’importance de chacune de ces propriétés, la présente partie sera divisée selon une thématique particulière, et non plus suivant les transformations textuelles (ajout, omission, moment clé).

La superstition

93L’une des caractéristiques initiales décrivant Jim dans la traduction de Hughes, mis à part son statut de domestique (il porte une lettre à Tom) est la superstition. Le premier passage auquel nous nous intéresserons est tiré du contexte suivant : après avoir envoyé valser une araignée dans la flamme d’une chandelle, Huck ne sait pas s’il est parvenu à conjurer le mauvais sort en tournant trois fois sur lui-même et en attachant une mèche de ses cheveux avec du fil :

[...] but I hadn’t ever heard anybody say it was any way to keep off bad luck when you’d killed a spider.
I set down again, a shaking all over, and got out my pipe for a smoke [...]. (HF, chap. I, p. 9) Ces moyens-là [...] suffisent-ils dans le cas actuel ? J’en étais rien moins que sûr. Aussi fus-je presque tenté de descendre en tapinois à la cuisine afin de consulter le grand nègre de miss Watson.
Jim était plus à même que personne de me renseigner là-dessus. Tout à coup je me souvins que Tom Sawyer m’avait prévenu que notre bande de voleurs était presque organisée [...]. J’oubliai aussitôt l’araignée, la salière, et j’allumai ma pipe. (Hughes, chap. I, p. 7-8)

94En français, on nous présente Jim comme étant le spécialiste des questions occultes. Huck verse aussi dans ces croyances, mais on verra que Jim en est le principal représentant et que, contrairement à ce qui se produit dans le TD, il ne se sert pas des préjugés païens à son avantage, il n’agit donc pas en trickster. Mais avant, arrêtons-nous sur un autre ajout qui renforce le précédent :

I had heard about some of these things before, but not all of them. Jim knowed all kinds of signs. He said he knowed most everything. I said it looked to me like all the signs was about bad luck, and so I asked him if there was any good-luck signs. (HF, chap. VIII, p. 41) Les nègres sont très forts pour reconnaître les mauvais présages. Une fois lancé sur ce terrain-là, Jim eut l’air de ne plus pouvoir s’arrêter et la plupart de ses histoires n’avaient rien de neuf pour moi.
— Ah çà ! Jim, lui demandai-je enfin, est-ce qu’il n’y a pas de signes qui annoncent qu’on aura de la chance ? (Hughes, chap. V, p. 52)

  • 18 Voici l’extrait inventé par Hughes (Huck et Jim se trouvent sur l’île Jackson) : « Le temps commen (...)

95On passe, en anglais, d’une certaine admiration de la part de Huck pour Jim, à une réaction paternaliste en français. En effet, Huck est fatigué d’entendre les histoires de Jim, insinuant qu’il parle pour ne rien dire ; un commentaire similaire apparaîtra une dizaine de pages plus loin, où la vacuité des propos de Jim sera une fois de plus soulignée, ainsi que l’attitude souverainement condescendante de Huck (« je me serais démonté la mâchoire à force de bâiller »18). Dans le passage tiré de la page 52 du texte français, les rapports de place sont transformés en regard du segment source, Huck occupant la place dominante dans le segment cible. De plus, on retrouve une formulation où circule un préjugé raciste vu le générique utilisé, « les nègres ». Garbagnati s’est également penchée sur cette version de Hughes, elle écrit : « Si pour Huck les superstitions de Jim [dans le TD] apparaissent comme dignes d’attention, voire dignes de foi au même titre que les histoires tirées de la Bible, cette attitude apparaît comme inacceptable au traducteur » (1984, p. 219).

96La traduction de deux moments clés, l’histoire des sorcières et la boule de crin, renforce cette caractérisation (la superstition de Jim) chez Hughes. Mais avant de rendre compte de la version française de l’épisode des sorcières, revenons sur les quelques lignes qui l’introduisent, lignes à travers lesquelles un certain portrait de Jim se dessine :

[...] Tom whispered to me and wanted to tie Jim to the tree for fun ; but I said no ; he might wake and make a disturbance [...]. (HF, chap. II, p. 10)
[...] Tom me proposa de revenir en arrière et d’attacher Jim à l’arbre. Moi, je ne voulais pas risquer de réveiller le nègre ; il aurait donné l’alarme [...]. (Hughes, chap. II, p. 10) [...] and I was in a sweat to get away, but nothing would do Tom but he must crawl to where Jim was, on his hands and knees, and play something on him. I waited, and it seemed a good while, everything was so still and lonesome. (HF, chap. II, p. 10)
[...] je voulus prendre mes jambes à mon cou ; mais Tom tenait à jouer un tour au nègre, et je dus l’attendre tandis qu’il rampait sur les genoux jusqu’à l’arbre. (Hughes, chap. II, p. 10) Tom said he slipped Jim’s hat off of his head and hung it on a limb right over him [...]. (HF, chap. II, p. 11)
Tom me raconta qu’il s’était contenté d’enlever le chapeau du nègre et de l’accrocher à une branche d’arbre, juste au-dessus de la tête du dormeur. (Hughes, chap. II, p. 10)

97Les trois occurrences de la désignation « le nègre » à l’intérieur de la même page aplatissent la caractérisation de Jim en faisant ressortir un seul aspect de son personnage, son groupe d’appartenance ethnique. Conjugués aux premières pages de la traduction où Jim était présenté sous les traits du domestique, ces trois ajouts ne peuvent que déterminer la réception de l’épisode des sorcières qui suivra (notons que sur un total de z6 lignes en anglais pour cet épisode, on passe à sept en français) :

Afterwards Jim said the witches bewitched him and put him in a trance, and rode him all over the State, and then set him under the trees again and hung his hat on a limb to show who done it. And next time Jim told it he said they rode him down to New Orleans ; and after that, every time he told it he spread it more and more [...]. Jim was monstrous proud about it, and he got so he wouldn’t hardly notice the other niggers. [...] Niggers is always talking about witches in the dark by the kitchen fire ; but whenever one was talking and letting on to know all about such things, Jim would happen in and say, « Hm ! What you know ‘bout witches ? » and that nigger was corked up and had to take a back seat. Jim always kept that five-center piece around his neck with a string and said it was a charm the devil give to him with his own hands [...]. Niggers would come from all around there and give Jim anything they had, just for a sight of that five-center piece [...]. Jim was most ruined, for a servant, because he got so stuck up on account of having seen the devil and been rode by witches. (HF, chap. II, p. 11) Le surlendemain, Jim se rappela fort bien avoir passé au moins une heure à la Nouvelle-Orléans, et plus tard il se vanta d’avoir fait le tour du monde à cheval sur un manche à balai. Cette aventure, dont il n’entretenait que ses camarades, le rendit très fier. Les nègres, entre eux, ne se lassent jamais de parler des exploits des fées ou des sorcières, et Jim se montrait trop convaincu pour ne pas rencontrer beaucoup d’auditeurs crédules. (Hughes, chap. II, p. 10-11)

98Ces deux ajouts, « Cette aventure, dont il n’entretenait que ses camarades » et « Les nègres, entre eux », montrent, avec plus de force encore que ne le faisait le segment source, que le monde des Blancs et celui des Noirs sont exclusifs. La division des fonctions apparaît une fois de plus ici. Une division qui est renforcée par l’ajout des « auditeurs crédules », ajout contenant un jugement de valeur sur les Noirs que l’on décrit comme étant naïfs, alors que Huck semble, pour sa part, tout à fait sceptique. Cette caractérisation faisant de Jim un être superstitieux est à mettre en parallèle avec l’omission des extraits présentant Jim sous les traits du trickster. En effet, contrairement au TD, Jim, dans le TA, ne reçoit pas de cadeaux de ceux qui viennent l’entendre et ne parle pas non plus des cinq sous qu’il aurait reçus du diable lui-même, probablement Tom Sawyer. D’ailleurs, la réduction considérable de ce passage entraîne une diminution de la présence du personnage de Jim sur le plan narratif, atténuant du même coup la signifiance de cet épisode au sein de l’œuvre. Car en effet, Jim n’est pas le seul à faire allusion aux sorcières, l’esclave Nat le fait aussi, parvenant du même coup à soutirer de l’argent à Tom Sawyer. Or en français la situation est transformée ; voici ce qui se produit :

« [...] I jis’wish to goodness he was heah now — den what would he say ! I jis’bet he couldn’fine no way to git aroun’it dis rime. But it’s awluz jis’so ; people dat’s sot, stays sot ; dey won’t look into nothn’en fine it out f’r deyselves, en when you fine it out en tell um ‘bout it, dey doari b’lieve you. »
Tom give him a dime, and said we wouldn’t tell nobody ; and told him to buy some more thread to tie up his wool with [...]. (HF, chap. XXXIV, p. 187) — Non, cela n’arrive qu’à moi. C’est un tour des sorcières.
— Comment, Sambo, tu donnes dans ces bêtises ? Si je t’offrais un demi-dollar, croirais-tu qu’on t’a jeté un sort ?
— Non, répliqua le nègre dont les yeux brillèrent, ou, du moins, je trouverais qu’on ne m’a pas jeté un mauvais sort.
— Eh bien, voilà de quoi acheter du fil pour t’attacher les cheveux. (Hughes, chap. XXVII, p. 224)

  • 19 En français, le mot sambo n’existe pas. Celui de zambo existe, par contre, et le Grand dictionnair (...)

99Alors qu’en anglais Nat était celui qui dirigeait la situation en manipulant Tom à l’aide de subtils sous-entendus, en français Tom décide de tout et la place de Nat est réduite tant sur le plan quantitatif (sa réplique passe de neuf lignes en anglais, à une en français) que qualitatif, Nat devient « Sambo », un clown sans envergure19. Le fait que Hughes traduise le nom de Nat par celui de Sambo révèle une visée non seulement exotisante, mais également condescendante étant donné l’ensemble de son projet de traduction. De plus, l’ignorance de Sambo est soulignée par la question de Tom qui lui demande s’il croit en « ces bêtises », question qui n’est pas sans rappeler l’épisode des sorcières où la crédulité des Noirs était mise en relief. En fait, les choix de Hughes sont conséquents : Sambo, pas plus que Jim, ne se conduit en trickster. Et l’omission du passage de la boule de crin s’inscrit dans cette tendance ; impossible de voir les talents manipulateurs de Jim à l’œuvre puisque Huck sollicitera les bons conseils du juge Thatcher concernant ses soupçons sur le retour éventuel de son père (Hughes, chap. III, p. 20-22).

  • 20 Cette lecture rejoint d’ailleurs celle de certains critiques américains qui associent Jim, dans le (...)

100Il ressort du texte traduit l’annulation complète des comportements de trickster de Jim, ce dernier étant confiné à de nouvelles exigences narratoriales et dialogales : en tant que subalterne, il ne peut tirer les ficelles de l’intrigue en amenant Huck (et Tom) à le croire inoffensif et naïf, alors qu’il est intelligent et manipulateur. Son rôle doit se limiter, et se limite effectivement, à celui d’un personnage simple et superstitieux20. La logique traductive étant à l’œuvre, Huck, à son tour, est sceptique quant aux dires de Jim sur la prétendue visite des sorcières. Ce principe dualiste (séparation des compétences actantielles de chaque personnage) se manifestera également dans l’attribution d’un autre trait de caractère à Jim : la bêtise.

La bêtise

101La scène des retrouvailles entre Huck et Jim sur l’île Jackson acquiert une valeur de moment clé dans la logique interne de la traduction française de Hughes. Les déplacements présents dans le texte cible témoignent de la signifiance du passage source (signifiance qui n’avait pas été soulevée lors de l’analyse du TD) et de sa nature hautement problématique, comme si cette scène cristallisait les rapports unissant Huck et Jim. Après s’être fait prendre pour un revenant par Jim, Huck écrit : Well, I warn’t long making him understand I warn’t dead. I was ever so glad to see Jim. I warn’t lonesome, now. I told him I warn’t afraid of him telling the people where I was. I talked along, but he only set there and looked at me ; never said nothing. Then I says :

« It’s good daylight. Les get breakfast. Make up your camp fire good. » […]
« Well, you must be most starved, ain’t you ? » [demande Huck]
« I reck’n I could eat a hoss. I think I could. How long you ben on de islan’ ? »
« Since the night I got killed. »
« No ! W’y, what has you lived on ? But you got a gun. Oh, yes, you got a gun. Dat’s good. Now you kill sumfn en I’ll make up de fire. » (HF, chap. VIII, p. 38)

102Et dans la version de Hughes :

J’eus assez de peine à le rassurer. Mes gambades auraient pourtant dû lui prouver qu’il ne se trouvait pas en face d’un noyé. Je lui racontai comment je m’étais échappé de la cabane. Je lui dis que la vue de son foyer m’avait joliment effrayé ; mais que l’idée de ne pas être seul sur l’île ne me faisait plus peur. Je ne craignais pas d’être trahi par lui. J’étais si ravi d’avoir quelqu’un avec qui causer que je jacassai comme une pie borgne. Jim, cependant, demeurait agenouillé ; il me regardait bouche bée, sans répondre un mot.
— Dis donc, Jim, lui demandai-je, as-tu jamais vu manger un noyé ?
— Jamais, répliqua Jim.
— Eh bien, dépêche-toi de jeter une brassée de bois sur ton feu et tu me verras remuer les dents. Le jour arrive au grand galop, il s’agit de déjeuner.
— Vous ne vous moquez pas de moi ? demanda le nègre qui s’était levé. [...]
— Alors tu dois être affamé ? [demande Huck]
— Je crois que je mangerais un cheval ! Et de quoi vous êtes-vous nourri, massa Huck ?... Ah ! je vois que vous avez un fusil. Voilà qui est bon. Tâchez de tuer quelque chose. (Hughes, chap. V, p. 47)

103Notons d’abord le contresens apparaissant dans la première phrase traduite ; alors qu’en anglais Huck affirme n’avoir pas mis de temps à faire comprendre à Jim qu’il n’était pas un fantôme qui venait le hanter, en français, le segment contient un élément descriptif opposé : Jim serait plutôt lent d’esprit, puisque Huck a eu de la difficulté à le raisonner. Le même élément ajouté sera repris lors du passage dialogué : Huck ridiculise sciemment Jim en faisant de nouveau référence à son faux état de noyé. Jim, quant à lui, est dupe et soumis, sa réplique, « Vous ne vous moquez pas de moi ? » (il vouvoie Huck), et la désignation massa Huck contribuant à accentuer ces deux caractéristiques. L’effet de balancier est ici bien calibré : Huck est condescendant (il utilise l’expression « le nègre ») ; Jim est bête. L’omission du segment « I was ever so glad to see Jim. I warn’t lonesome, now » s’inscrit dans cette logique traductive : un rapport de connivence et d’amitié n’étant pas de mise ici. Huck en français est heureux d’avoir « quelqu’un » pour bavarder, l’importance de la présence de Jim est du même coup remise en cause ; ce pourrait être, aussi bien, quelqu’un « d’autre ». Jim apparaît ici dans un rôle purement instrumental. La relation des deux personnages est superficielle, ils n’ont pas de réelle amitié ; tout le passage cible contribue à intensifier cet état de choses.

104Le TA fait ressortir la bêtise et la naïveté de Jim, par opposition à la supériorité de Huck. D’autres ajouts servent à montrer que Jim est stupide, en voici des exemples :

So Jim and me set to majestying him [le roi], and doing this and that and t’other for him, and standing up till he told us we might set down. This done him heaps of good, and so he got cheerful and comfortable. (HF, chap. XIX, p. 102)
Après avoir ainsi établi ses droits, sa majesté retrouva sa bonne humeur, bien que Jim s’obstinât à l’appeler massa [...]. (Hughes, chap. XV, p. 134) « [...] Cut loose and let her slide ! » [dit Huck]
So, in two seconds, away we went, a sliding down the river, and it did seem so good to be free again and all by ourselves on the big river and nobody to bother us. (HF, chap. XXIX, p. 162)
Filons ! [dit Huck]
Bon gré, mal gré, je dus donner quelques explications au nègre avant de sortir le radeau de la petite anse où nous l’avions caché. (Hughes, chap. XXII. p. 193) [...] while I got Nat’s notice off, Tom shoved a piece of candlestick into the middle of a corn-pone that was in Jim’s pan, [...] and it just worked noble ; when Jim bit into it it most mashed all his teeth out ; and there warn’t ever anything could a worked better. Tom said so himself. Jim he never let on but what it was only just a piece of rock or something like that that’s always getting into bread, you know ; but after that he never bit into nothing but what he jabbed his fork into it in three or four places, first. (HF, chap. XXXVI, p. 196)
[...] tandis que je détournais l’attention de Sambo, Tom fourra un des fragments du chandelier dans un pain destiné au prisonnier.
[...] Eh bien, les livres ont beau conseiller ce moyen-là, il n’est pas toujours bon, même quand le prisonnier est prévenu, surtout s’il a trop faim. Du moins, il ne réussit pas dans le cas de Jim, qui, oubliant les recommandations de la veille, mordit dans le pain juste au mauvais endroit et faillit se casser plusieurs dents.
C’était sa faute, et Tom le lui fit avouer plus tard en l’engageant à ne plus rien manger désormais sans avoir sondé ses provisions de bouche à coups de canif. Par bonheur, il n’eut pas le temps de se plaindre. (Hughes, chap. XXIX, p. 237)

  • 21 L’échec du plan d’évasion à fin du chapitre XXXII dans la version de Hughes (dont nous avons déjà (...)

105Les trois exemples qui précèdent contiennent des ajouts intégrés à la diégèse ayant pour effet de discréditer le personnage de Jim. Le premier exemple montre que Jim est lent d’esprit et entêté puisqu’il faut lui répéter les choses (il ne s’habitue pas à appeler le roi Sa Majesté). Comme on l’a montré plus haut, les actions se divisent selon le rôle de chaque personnage, ainsi les compétences intellectuelles obéissent au même modèle dualiste. Ce modèle se manifeste également dans le deuxième exemple, où Jim, « le nègre », est celui qui ne comprend pas la situation, alors que Huck est obligé de « donner quelques explications ». L’omission du segment source dans lequel Huck dit qu’il est heureux de se retrouver enfin libre avec Jim cadre avec les transformations que ce passage affiche. Enfin, le troisième exemple contient trois contresens par rapport au TD : tout d’abord, dans le texte anglais, le plan avait bien fonctionné, alors que dans le texte français, on apprend qu’il échoue, et ce, à cause de Jim, qui a oublié les consignes qu’on lui a données (manifestation du modèle dualiste21) ; ensuite, Jim décidait de son propre chef de tester sa nourriture, alors que dans le TA, Tom lui dit (lui ordonne ?) de le faire ; enfin, Jim ne se plaignait de rien en anglais, tandis que dans le TA, heureusement, il n’a pas eu le temps de le faire (allusion au côté jacasseur de Jim). Résultat, ces trois transformations créent un portrait dévalorisant de Jim : il est bête, dépendant, plaignard et n’a pas de mémoire. Notons aussi la dénomination le « prisonnier », servant une fois encore à créer une distance entre les personnages.

106Dans la traduction de Hughes, le personnage de Jim n’est pas le seul à recevoir l’étiquette de la bêtise ; Nat, devenu Sambo (on l’a dit, il s’agit d’ailleurs d’une traduction ridiculisante), se voit attribuer la même propriété :

[...] Jim’s nigger was piling up a tin pan with bread and meat and things […].
This nigger had a good-natured, chuckle-headed face, and his wool was all tied up in little bunches with thread. That was to keep witches off. (HF, chap. XXXIV, p. 186) Celui que nous cherchions était en train d’empiler des provisions dans un panier [...]. Il paraissait encore moins intelligent que ses camarades. Ses cheveux crépus étaient attachés çà et là en petites mèches laineuses avec des bouts de fil. Tom et moi, nous savions fort bien que les noirs emploient ce moyen-là pour se garantir contre les sorcières, auxquelles la plupart d’entre eux ont la niaiserie de croire. (Hughes, chap. XXVII, p. 223)

  • 22 Folkart écrit que lorsqu’on « le naturalise [le signifiant onomastique], [...] il se démarque tant (...)

107La phrase ajoutée par Hughes, « Il paraissait encore moins intelligent que ses camarades », contient le présupposé sémantique suivant : les Noirs sont stupides, mais celui-là est plus stupide que les autres. Ce segment ajouté, en tant que formulation généralisante, véhicule un contenu raciste. Car en effet la valeur raciste d’un énoncé résulte du fait que l’ensemble d’un groupe (social, culturel) est assimilé à un comportement particulier, et que l’appartenance au groupe est précisément la cause dudit comportement. En d’autres termes, parce qu’il est noir, Sambo est bête. Or, en plus d’être idiot, Sambo est superstitieux, ce qui représente une croyance niaise nous dit Huck-Hughes, croyance que Tom et Huck ne partagent pas (modèle dualiste). Cet énoncé cible est discriminatoire pour les Noirs. Il faut noter que l’occurrence du mot « niaiserie » doit être liée à la réplique de Tom disant à Sambo, « tu donnes dans ces bêtises » (déjà citée). La récurrence est signifiante : la superstition est ouvertement discréditée. La traduction du « signifiant onomastique » (Folkart, 1991, p. 136) Nat par celui de Sambo apparaît dès lors motivée par le nouveau programme narratif assigné au personnage. Devenu idiot et superstitieux, Nat doit porter un nom qui colle à sa caractérisation, le nom de Sambo est apte à le faire22.

108Hughes ajoutera un peu plus loin un nouvel élément servant à étayer la caractérisation tant de Sambo que des Noirs en général. Voici le contexte : après l’évasion de Tom, Huck et Jim, des commères se réunissent chez les Phelps et cherchent à comprendre la signification des inscriptions retrouvées sur les objets dans la cabane de Jim ; l’une d’elles, bourrée de préjugés et de mauvaises intentions — elle est convaincue qu’il s’agit d’une langue africaine, alors que Tom en est l’auteur —, considère que les niggers qui ont fait cela méritent le fouet. Porte-parole de son groupe, les poor whites du Sud, cette commère tient un discours empreint de hargne ; son attitude rappelle d’ailleurs celle de pap Finn, pour qui l’instruction est néfaste (son grand discours raciste contenait effectivement une attaque contre un Noir instruit et mieux vêtu que lui) :

« [...] Look at that shirt — every last inch of it kivered over with secret African writ’n done with blood ! Must a ben a raft uf ‘m at it right along, all the time, amost. Why, I’d give two dollars to have it read to me ; n’as for the niggers that wrote it, l ‘low I’d take ‘n lash ‘m t’ll —. » (HF, chap. XLI, p. 219) Une des vieilles dames dit qu'elle donnerait 2 dollars pour déchiffrer les signes mystérieux tracés sur la chemise. C’était sans doute une écriture africaine, quoique Sambo assurât que les nègres n’avaient pas d’écriture. (Hughes, chap. XXXIII, p. 265)

109Ainsi donc, les « nègres » — le choix du terme est d’ailleurs motivé —, contrairement aux Blancs, ne possèdent aucun système linguistique écrit. Il s’agit d’une affirmation qui, dans le contexte de la traduction de Hughes, sert à déprécier le groupe ethnique des nègres et renforce le procédé dualiste (Blancs-instruits par opposition à Noirs-incultes). Notons que la vieille dame ne dit pas vouloir fouetter celui qui a fait ces inscriptions, Hughes ne souhaitant pas montrer la cruauté de ces bigotes.

110En tant que représentant du groupe ethnique noir, Jim est décrit dans le texte cible comme un être qui n’est pas vif d’esprit (il met du temps à comprendre que Huck n’est pas vraiment mort ; il ne se déshabitue pas d’appeler le roi massa ; il oublie les ordres de Tom). Les autres membres de son groupe sont également dépeints de la sorte, sauf le personnage de Jack qui, Huck le dit à la place de Jim, « est un malin ».

La paresse

111En plus d’être bêtes et superstitieux (deux caractéristiques qui se complètent), Jim et d’autres personnages noirs sont à quelques occasions décrits comme étant paresseux.

[...] and Jim allowed the inscription was going to be the toughest of all. That’s the one which the prisoner has to scrabble on the wall. (HF, chap. XXXVIII, p. 202)
Lorsqu’il [Tom] eut expliqué au nègre qu’un prisonnier doit se désennuyer en couvrant d’inscriptions les murs de son cachot, Jim se rebéqua. Il déclara qu’il aimait mieux dormir. (Hughes, chap. XXXI, p. 246) [...] he [Tom] said, what he had planned in his head [...] was for us to [...] get out all the niggers around, and have them waltz him [Jim] into town with a torch-light procession and a brass band, and then he would be a hero, and so would we. But I reckened it was about as well the way it was. (HF, chapter the last, p. 228)
— Oh ! j’avais mon plan, Huck [dit Tom]. [...] Tous les nègres seraient venus au-devant de nous, musique en tête, avec des torches ; ils nous auraient portés en triomphe...
— Tu crois ?
— J’en suis sûr, répondit Tom en poussant un gros soupir. Le coup est manqué. On a mis le grappin sur notre radeau et on a tant gâté Jim qu’il refuserait de bouger. (Hughes, Conclusion, p. 273) Each person had their own nigger to wait on them — Buck, too. My nigger had a monstrous easy time, because I warn’t used to having anybody do anything for me, but Buck’s was on the jump most of the time. (HF, chap. XVIII, p. 88)
Nous avions tous un domestique à notre service. Mon négrillon et celui de Georges se donnaient du bon temps. Nous n’avions pas souvent besoin d’eux et ils s’aidaient à ne rien faire. (Hughes, chap. XIV, p. 115) They [le duc et le roi...] said it was all right, now, because a nigger only makes up the feather bed, and dont turn over the straw tick only about twice a year, and so it warn’t in no danger of getting stole, now. (HF, chap. XXVI, p. 142)
— Les nègres ne retourneront que le lit de plume, dit le roi ; ils sont trop paresseux pour se donner la peine de remuer la paillasse plus d’une ou deux fois par an. Voilà notre argent à l’abri des voleurs. (Hughes, chap. XX, p. 177)

  • 23 Bien entendu, comme c’est le roi qui parle, il serait justifié de n’attribuer aucune valeur à son (...)

112Le premier extrait cité se passe de commentaires. Le second passage, tiré de la fin du livre au moment où le lecteur apprend que Jim a été affranchi, contient deux éléments. D’une part, pour Tom il semble anormal que Jim, vu son statut de subalterne, soit traité avec respect. Car dans l’esprit de Tom, Jim est et restera toujours un domestique ; telle sera d’ailleurs l’attitude de la tante Polly qui souhaitera, quelques lignes plus bas, « prendre Jim à son service » (passage déjà cité). Et, d’autre part, ce segment cible ajouté véhicule l’idée selon laquelle un traitement équitable mène nécessairement à l’inertie. Le troisième exemple dépasse le personnage de Jim pour toucher d’autres membres de son groupe. Enfin, le dernier segment cité affiche explicitement ses couleurs : les « nègres » sont paresseux23. Or le segment source ne faisait aucune allusion à cette caractéristique. En outre, la cohérence du projet de traduction de Hughes s’actualise à travers les trois composantes romanesques. Rappelons effectivement la réplique de Jim lors de la discussion sur le roi Salomon qui affirmait qu’un métier grâce auquel il ne serait pas obligé de travailler lui conviendrait (ajout de Hughes déjà cité).

La naïveté

113Le principe dualiste sur lequel sont basés de nombreux choix de traduction sert une fois de plus les visées du traducteur Hughes. On a montré que ce procédé était assez répandu dans la répartition des actions entre autres. Il intervient également sur le plan de la description des émotions. Tandis que les réactions plutôt irréfléchies sont du ressort de Jim, les réflexions rationnelles relèvent quant à elles du programme discursif de Huck. Revenons d’abord sur deux passages dans lesquels le personnage de Huck est supprimé pour faire ressortir le penchant plus émotif de Jim :

You bet you Jim and me stared, this time. (HF, chap. XIX, p. 101)
Pour le coup, Jim ouvrit de grands yeux. (Hughes, chap. XY, p. 132)

Well, he [le roi] cried and took on so, that me and Jim didn’t know hardly what to do, we was so sorry — and so glad and proud we’d got him with us, too. (HF, chap. XIX, p. 101)
De grosses larmes mouillaient ses joues. Aussi ce bon Jim le plaignit-il encore plus qu’il n’avait plaint le duc. Pour ma part, je me reprochais d’avoir traité de gueux le fidèle Simon, et en même temps j’étais fier de voyager avec un Dauphin. (Hughes, chap. XV, p. 133-134)

114Contrairement à Jim, qui est étonné d’apprendre que le vieil homme qu’ils ont recueilli sur la route est un roi de France — il s’agit du contexte du premier exemple —, Huck n’a pas de réaction, comme s’il n’était pas dupe de la supercherie du faux roi. La suite prouvera pourtant le contraire, le deuxième exemple le confirmant en effet (Huck se dit « fier de voyager avec un Dauphin »), cependant, les attitudes des deux personnages, qui étaient parfaitement similaires dans le TD, divergeront dans le TA. Jim devient « ce bon Jim », dénomination paternaliste s’il en est, et il continue de croire aux balivernes du roi, comme il l’avait fait pour le duc. Or Huck réagit différemment, le syntagme « pour ma part » servant précisément à montrer l’écart entre les réactions des deux personnages. Enfin, Hughes, dans la foulée de sa coupe des pages 123 à 126, omet de traduire une réplique importante de Jim concernant sa perception des deux hommes, réplique dans laquelle il disait : « “But, Huck, dese kings o’ourn is regular rapscallions ; dat’s jist what dey is ; dey's reglar rapscallions” » (HF, chap. XXIII, p. 123). Jim, dans le texte anglais, n’était donc pas crédule, le texte français ne le montre pas.

115De la même façon que le traducteur accentue le côté naïf de Jim tout en effaçant celui de Huck, il fait ressortir le caractère raisonnable de Huck en occultant, cette fois, le même trait chez Jim. Lorsque le vieil homme se prétend roi, le jeune homme se faisant passer pour un duc prend un air renfrogné, se trouvant dans un rapport d’infériorité avec le prétendu roi. Ce dernier lui demande alors de ne pas en faire une histoire, tous deux n’étant pas responsables de leur (faux) titre respectif (l’ironie de Twain est ici palpable : les titres, les statuts, accordés selon les origines familiales, ne sont qu’hypocrisie). Le roi demande alors au duc de lui serrer la main : « The duke done it, and Jim and me was pretty glad to see it » (HF, chap. XIX, p. 102), ce que Hughes rend par : « À ma grande joie, le duc y consentit [...] » (Hughes, chap. XV, p. 134). Ainsi, seul Huck est conscient de l’importance de la bonne entente au sein d’un groupe, Jim étant occulté dans le segment traduit. Quelques chapitres plus loin, un scénario semblable se reproduit : le duc et le roi étant certainement en train de comploter une nouvelle machination, Huck et Jim commencent à s’inquiéter : « Jim and me got uneasy. We didn’t like the look of if. We judged they was studying up some kind of worse deviltry than ever » (HF, chap. XXXI, p. 166), alors qu’en français seul Huck est apte à réfléchir : « Cela m’inquiéta un peu, parce qu’ils ne se gênaient guère en général pour s’expliquer devant moi. J’eus beau prêter l’oreille, je n’entendis pas un mot de leur entretien » (Hughes, chap. XXIV, p. 198).

116La corrélation entre le dire, le faire et la description de Jim témoigne de l’unité du projet de traduction de Hughes. On l’a vu, les répliques de Jim contiennent des éléments similaires à ceux rencontrés au niveau de la description : certains passages dialogués montrent qu’il est bête (il ne comprend pas la sagesse de Salomon ; il n’est pas habilité à réfléchir puisqu’il ne dira pas que « Dat Jack’s a good nigger », etc.), et de nombreux passages diégétiques affichent la même caractéristique (Jim n’assimile pas rapidement de nouvelles informations : il met du temps à comprendre que Huck n’est pas mort ; il appelle le roi « massa » ; etc.). Jim affirmera qu’il aimerait avoir un métier dans lequel on n’a rien à faire, réplique le décrivant comme étant paresseux, et la diégèse ira dans le même sens : Jim préfère dormir plutôt que de graver des inscriptions sur les murs. En outre, la division des rôles ou des comportements est un procédé que l’on retrouve à travers les trois composantes romanesques à plus ou moins grande fréquence (Jim affirme que le radeau appartient à Huck, alors que l’anglais disait « you en me » ; les actions des deux personnages sont divisées : Jim allume le feu, coud, etc. alors que dans le TD, Huck et Jim faisaient ensemble toutes ces choses ; sur le plan descriptif, une séparation des rôles s’opère aussi : Jim seul est surpris d’apprendre que le vieil homme est un roi, tandis que Huck est le seul à se réjouir de la réconciliation des deux hommes). Enfin, Jim a un discours soumis sur l’esclavage, ce qui est renforcé par les gestes concrets qu’il pose, ceux d’un serviteur. Ce discours soumis sera d’ailleurs intensifié par l’attitude condescendante de Huck, ce dont il sera question dans la section suivante.

Huck et Miss Watson : éléments d’un projet homogène

117Tant ses gestes que ses répliques l’ont montré : Jim assume le rôle du serviteur soumis dans la traduction de Hughes (il n’aurait pas mieux demandé que de rester chez Miss Watson, il porterait Tom sur ses épaules pendant une journée). D’autres passages cible servent à renforcer cette caractérisation : le personnage de Miss Watson y contribue effectivement, mais avant, arrêtons-nous sur des épisodes mettant Huck en scène, épisodes dans lesquels il adoptera une attitude tour à tour paternaliste et autoritaire.

Le paternalisme de Huck

118Le premier épisode auquel nous nous intéresserons constitue en fait le préambule à la seconde crise de conscience de Huck. Ce dernier se rend compte que le roi et le duc ont vendu Jim à Silas Phelps :

After all this long journey, and after all we’d done for them scoundrels, here was it all come to nothing, everything all busted up and ruined, because they could have the heart to serve Jim such a trick as that, and make him a slave again all his life, and amongst strangers, too, for forty dirty dollars.
Once I said to myself it would be a thousand times better for Jim to be a slave at home where his family was, as long as he’d got to be a slave, and so I’d better write a letter to Tom Sawyer and tell him to tell Miss Watson where he was. (HF, chap. XXXI, p. 168) Non, je n’aurais pas cru ces deux gredins capables de nous jouer un pareil tour après tout ce que nous avions fait pour eux. Je pouvais me vanter d’avoir rendu un mauvais service à ce pauvre Jim. S’il devait rester esclave, il aurait été cent fois plus heureux à Saint-Pétersbourg, où personne ne le maltraitait. Ma première idée fut d’écrire à miss Watson afin qu'elle le réclamât. (Hughes, chap. XXIV, p. 200-201)

  • 24 Nous reviendrons sur le deuxième, « où personne ne le maltraitait », un peu plus loin.

119Le premier ajout24 (« Je pouvais me vanter d’avoir rendu mauvais service à ce pauvre Jim ») signifie, étant donné la tournure des événements, que Huck regrette d’avoir aidé Jim à fuir. La charge paternaliste de ce segment ajouté trouve sa forme achevée dans la dénomination « ce pauvre Jim ». Or en anglais Huck n’affirmait nulle part être responsable du sort de Jim ; pourtant en français il semble que Huck décide à la place de Jim, que c’est lui qui le prend en charge. La fin de cet épisode renforcera d’ailleurs cette lecture, Huck écrivant : « Je me sentais toujours honteux d’être l’ami d’un nègre — néanmoins je résolus de ne pas abandonner Jim » (Hughes, chap. XXIV, p. 201). Le passage original, devenu célèbre parce qu’il cristallisait en quelques lignes tout le cynisme du livre, disait ceci :

I happened to look around, and see that paper [la lettre destinée à Miss Watson dans laquelle Huck lui dit où se trouve Jim].

It was a close place. I took it up, and held it in my hand. I was a trembling, because I’d got to decide, forever, betwixt two things, and I knowed it. I studied a minute, sort of holding my breath, and then says to myself :
« All right, then, I’ll go to hell » — and tore it up. (HF, chap. XXXI, p. 169)

  • 25 George P. Elliott, qui signe la postface de Huckleberry Finn dans l’édition Signet Classic, écrit (...)
  • 26 La première crise de conscience de Huck dans la traduction produit un déplacement similaire à celu (...)

120L’ironie présente dans le segment original est littéralement aseptisée par la traduction de Hughes, le segment traduit faisant état d’une perte de l’intensité dramatique, mais témoignant surtout d’un paternalisme patent : Huck, le bon Blanc, décide de ne pas laisser tomber Jim/le nègre, « ce pauvre Jim ». Or cet extrait source est central dans Huckleberry Finn, il agit comme un point tournant dans la logique interne du texte25. Par conséquent, rendre ce moment clé par une phrase qui fige Huck dans un héroïsme sans épaisseur ni humanité, c’est porter atteinte à la structure même de l’œuvre et donner à lire une autre histoire, un autre projet idéologique. En effet, le projet de traduction de Hughes est animé par une conception colonialiste du statut des Noirs et des Blancs, dès lors contraire à celle du TD. Pour Hughes, la logique semble être la suivante : il est dans l’ordre des choses, si ce n’est l’ordre de la nature, que les Noirs soient des domestiques, des subalternes et les Blancs, des maîtres décideurs. Par conséquent, si un Noir doit se sortir de sa condition, ce sera avec l’aide d’un Blanc qui le prendra en charge. Toutefois, dans le texte source, cet ordre des choses est constamment remis en question, l’auteur ne cessant d’interroger les convenances, les règles de cette société blanche en apparence pleine de savoir-vivre et de bonnes manières (le bénédicité avant les repas...), mais en réalité injuste et inhumaine. Twain secoue ce monde blanc ; il dénonce (de manière sous-entendue, bien souvent), l’hypocrisie d’une société où un Blanc en la compagnie d’un Noir est mal vu et menacé de finir en enfer. Cette crise de conscience de Huck synthétise l’aspect subversif du texte de Twain, dès lors, sa traduction en deux lignes insipides teintées d’une touche paternaliste déplace la position source vers celle du texte cible : défendre un certain conformisme social. Comme l’écrit d’ailleurs Garbagnati : « [...] la découverte fondamentale du héros, celle de son libre arbitre est totalement escamotée, et de la sorte toute la problématique du roman » (1984, p. 220). Ce conformisme social est renforcé par de nombreux autres choix de traduction saupoudrés tout au long du texte cible, comme la répartition des tâches, le vouvoiement, le terme massa et la dénomination le nègre, entre autres26.

121Huck n’est pas le seul à manifester une attitude condescendante vis-à-vis de Jim, Tom le considère également comme un simple serviteur. Lorsque Tom revoit Huck avant l’épisode des Phelps, Huck lui explique qu’il compte libérer Jim :

« All right ; but wait a minute. There’s one more thing — a thing that nobody dont know but me. And that is, there’s a nigger here that I’m a trying to steal out of slavery — and his name is Jim — old Miss Watson’s Jim. »
He says :
« What ! Why Jim is — » (HF, chap. XXXIII, p. 178) —Bon, je m’en rapporte à toi... Attends un peu, j’ai un secret à te confier. Il y a là-bas un nègre que je chercher à faire évader — Jim, le nègre de miss Watson.
—Jim ? répéta Tom. Tu n’as pas besoin de t’occuper de lui. Il a eu plus de chance qu’il n’en mérite ; sa maîtresse... (Hughes, chap. XXVI, p. 213)

  • 27 Par ailleurs, le segment source « old Miss Watson » devient en français « miss Watson », une trans (...)

122Dans le TD, il est question du « Jim » de Miss Watson, alors que dans le TA, il s’agit maintenant du « nègre » de Miss Watson. Voilà un ajout mineur, mais qui vient renforcer le saupoudrage de cette appellation à travers l’ensemble de la traduction. En outre, le traducteur fait dire à Tom ceci : « Tu n’as pas besoin de t’occuper de lui. Il a eu plus de chance qu’il n’en mérite. » Cette dernière phrase sous-entend qu’il est dans l’ordre des choses que Jim, en tant que Noir, soit au service des autres, qu’il n’ait qu’un statut de subalterne. Enfin, se profile à travers la première phrase du segment ajouté, « Tu n’as pas besoin de t’occuper de lui », une vision colonialiste et paternaliste du rôle des Blancs : il n’y a qu’eux pour choisir ou non de libérer les Noirs de leur condition, les Noirs eux-mêmes ne le pouvant pas (par nature ?). De la même façon que Huck ne voulait pas abandonner Jim, Tom considère qu’un Noir ne peut se débrouiller seul : les deux jeunes garçons blancs du livre partagent le même présupposé idéologique27.

123La traduction des avant-dernières lignes du roman confirmeront d’ailleurs cette lecture ; les voici en anglais et en français (il s’agit du passage qui suit tout juste la réplique « signs is signs ») :

« [...] signs is signs, mine I tell you ; en I knowed jis’ ‘s well at I uz gwineter be rich agin as Is a stannin’heah dis minute ! » [dit Jim]
And then Tom he talked along, and talked along, and says, les all three slide out of here, one of these nights, and get an outfit, and go for howling adventures amongst the Injuns, over in the Territory, for a couple of weeks or two ; and I says, all right, that suits me, but I aint got no money for to buy the outfit, and I reckon I couldn’t get none from home, because it's likely pap’s been back before now, and got it all away from Judge Thatcher and drunk it up.
« No he ain't,” Tom says ; “ifs all there, yet — six thousand dollars and more ; and your pap hain’t ever been back since. Hadn’t when I come away, anyhow. »
Jim says, kind of solemn :
« He ain't a comin’back no mo’, Huck. » (HF, chapter the last, p. 228-229) — [...] C’est un signe qui ne rate jamais. Avec cet argent et celui que je gagnerai je finirai par avoir de quoi racheter ma femme [dit Jim].
—Eh bien, répliqua Tom, j’irai causer avec M. Thatcher à notre retour là-bas et tu finiras par avoir de quoi plus tôt que tu ne penses.
—Oui, ajoutai-je, et si Mme Douglas tient toujours à me civiliser, je tâcherai de me laisser faire, pourvu qu'elle vienne en aide à Jim.
—Tu auras raison, me dit Tom, car elle t'a joliment regretté. Ce n’est pas elle qui nous empêchera de nous amuser. Elle a presque promis de demander à notre tuteur, M. Thatcher, de m’acheter un fusil aux vacances prochaines, et j’espère que tu en auras un aussi.
—Un fusil ! qu’elle chance !... Mais non... Tu oublies que M. Thatcher ne doit plus avoir d’argent à moi. On me croyait mort et mon père n’aura pas manqué de réclamer ma part.
—Tu te trompes. Tes 6000 dollars sont toujours là, avec les intérêts. Ton père ne s’est pas remontré.
—Il ne reviendra jamais, dit le nègre. (Hughes, Conclusion, p. 273-274)

124Le passage cible diffère à un tel point du passage source qu’il serait légitime de se demander s’il s’agit réellement de sa traduction. C’est pourtant bel et bien le cas, les répliques d’introduction et de conclusion servant précisément à le démontrer. Hughes omet de traduire le segment dans lequel on apprend que Huck et Tom souhaiteraient une fois de plus quitter leur famille pour vivre des aventures, et le remplace par de nouvelles intentions, plus nobles celles-là : en bons petits garçons (blancs) qu’ils sont, Tom et Huck désirent aider Jim à s’en sortir ; le ton est paternaliste à l’excès. Le déplacement fait par Hughes contient un contresens par rapport au texte original : Huck accepte de se laisser civiliser. Il s’agit ici d’un choix de traduction qui transforme radicalement le projet de départ, projet au sein duquel Huck rejetait, ouvertement et pour la deuxième fois, les valeurs et les règles de la société des Blancs. Pour Hughes, le respect de l’ordre social prévaut sur la liberté des individus.

125Notons enfin la présence des paramètres situationnels « kind of solemn » introduits par Huck vers la fin du passage original. Comme on l’a déjà noté, ils sont tellement rares dans l’œuvre, qu’il convient de leur accorder une attention particulière. Ils signalent ici un moment important, Huck faisant l’effort de qualifier l’attitude de Jim. Ce moment est d’ailleurs lourd de sens, mais surtout de non-dit : Jim avoue avoir caché à Huck la mort de son père, d’où le ton plutôt solennel. Il s’agit d’un acte délibéré de la part de Jim, acte grâce auquel il a pu profiter de la présence de Huck, un enfant blanc qui lui assurait une plus grande sécurité. Le TA n’omet pas le versant propositionnel du segment source, mais en transforme l’impact, d’une part en ne traduisant pas ses paramètres situationnels et, d’autre part, en remplaçant le nom de Jim par l’expression « le nègre ». Enfin, le dernier paragraphe traduit reprend les visées conformistes de Hughes :

Tom's most well, now, and got his bullet around his neck on a watchguard for a watch, and is always seeing what time it is, and so there ain’t nothing more to write about, and I am rotten glad of it, because if I’d a knowed what a trouble it was to make a book I wouldn’t a tackled it and ain’t agoing to no more. But I reckon I got to light out for the Territory ahead of the rest, because Aunt Sally she’s going to adopt me and sivilize me and I can’t stand it. I been there before.
THE END. YOURS TRULY, HUCK FINN. (HF, chapter the last, p. 229) Mes aventures sont finies, car tante Polly nous a ramenés à Saint-Pétersbourg, où je suis en train de me civiliser. Mon vieux Jim possède une petite ferme que sa femme et ses deux enfants l’aident à cultiver. Si Tom boite encore un peu de temps à autre, c’est qu’il le fait exprès ; il est bien aise qu’on lui demande à voir la balle qui l’a blessé et qui figure parmi les breloques attachées à sa chaîne de montre. (Hughes, Conclusion, p. 274)

  • 28 Alors qu’en anglais Jim n’était redevable de son statut d’homme libre qu’à Miss Watson, qui lui av (...)
  • 29 Huck et Tom ne sont pas les seuls à se conduire de la sorte vis-à-vis de Jim ; le médecin qui soig (...)

126Alors que le texte anglais ne mentionnait pas le sort de Jim, le lecteur étant censé supposer que ce dernier tente par tous les moyens de faire libérer sa famille, sans y parvenir probablement (notre lecture rejetant l’interprétation de la fin heureuse, voir le chapitre 1), le texte français expose la destinée de Jim de façon explicite. Cette destinée est entre les mains de Huck étant donné que, comme il l’a promis, il acceptera de devenir civilisé si Mme Douglas accepte d’aider Jim. Jim est donc redevable à Huck de la tournure des événements28. Dévoué et soumis, tels sont les traits de caractère de Jim véhiculés par cette version française (il se fait d’ailleurs appeler « Mon vieux Jim ») ; Huck, pour sa part, adopte une attitude bienveillante à son égard : autre marque de paternalisme29.

127Bien que la traductrice Laury n’ait pas rendu les derniers chapitres du livre, il reste intéressant de se pencher sur sa version — inventée — de la fin du roman étant donné qu'elle affiche des choix similaires à ceux retenus par Hughes :

Le lendemain, nous [Huck et Jim] naviguâmes loin des bords du large fleuve afin de ne pas être remarqués par les riverains. J’étais si fatigué que je dormis presque tout le temps, mais Jim n’avait fait que se reposer pendant mon absence, il était frais et dispos et il rama avec énergie et sans discontinuer.
Puis, le surlendemain, je choisis un endroit de la côte assez désert et je fis la toilette de mon ami : je lui ôtai son barbouillage bleu, je jetai au loin sa longue chemise, qui lui donnait l’air d’un fantôme et je peignis ses cheveux tout ébouriffés.
— Je me sens civilisé maintenant, déclara alors Jim en souriant.
Et nous continuâmes notre voyage, moi content de mon insouciance reconquise, Jim impatient d’arriver dans un Etat où l’esclavage n’existait pas. Aussi, parfois, il me demandait timidement :
— Dis, Huck, nous a”ivons bientôt ?
Je ne répondais pas pour ne pas lui donner de fausses espérances car nous avancions bien lentement [...]. (Laury, chap. XX, p. 122-123)

128L’attitude protectrice de Huck à l’égard de Jim apparaît de façon évidente lorsqu’il lui enlève son maquillage, mais se manifeste aussi dans les décisions qu’il est le seul à prendre, Huck « choisi[t] un endroit » où s’amarrer, Huck connaît la région, Huck sait combien de temps il faudra pour arriver dans un état libre, Huck prend Jim en charge. La conduite soumise de Jim complète quant à elle le tableau : grâce à Huck, il se sent « civilisé » ; sans Huck, il ne saurait où aller puisqu’il demande « timidement » (figure du serviteur naïf et docile) s’ils « a”iv[ent] bientôt ». La fin de la traduction intensifiera la relation d’aide que Huck entretient avec Jim puisqu’il décidera de lui prêter ses six mille dollars pour qu’il s’affranchisse et qu’il affranchisse sa famille. En effet, comme Laury n’a pas traduit les chapitres finaux d’évasion dans lesquels Tom était présent et apprenait à Huck et Jim que Miss Watson l’avait libéré, une nouvelle option s’imposait pour que Jim devienne un homme libre. La traductrice choisit de faire intervenir Huck dans ce processus : étant donné l’ensemble de son projet de traduction, un tel choix n’a pas lieu de surprendre. La ressemblance avec le texte de Hughes est frappante : dans les deux versions, Huck prend la situation en mains, Jim ne fait que subir les décisions des autres passivement.

L’autorité de Huck

129Dans la traduction de Hughes, un comportement autoritaire de la part de Huck vient se greffer à cette attitude paternaliste envers Jim. D’entrée de jeu, la répartition du vouvoiement et du tutoiement crée une relation hiérarchisée plaçant Huck dans une position d’autorité. En outre, il arrive à quatre occasions que Huck traite Jim comme un domestique. La première occasion, nous y avons souvent fait référence, montre Jim en train d’apporter une lettre à Tom de la part de Huck. La deuxième occasion est la suivante : là où l’anglais écrivait « I made Jim lay down in the canoe » (HF, chap. IX, p. 45), le français dit : « J’obligeai Jim à se coucher au fond du canot » (Hughes, chap. VI, p. 59).

130L’épisode de la caverne (il s’agit de la troisième occasion), fait ressortir avec plus d’acuité encore cette relation de type dominant-dominé où Huck apparaît comme celui qui a le mandat de prendre les décisions qui s’imposent, tandis que Jim ne fait que des suggestions :

The cavern was as big as two or three rooms bunched together, and Jim could stand up straight in it. It was cool in there. Jim was for putting our traps in there, right away, but I said we didn’t want to be climbing up and down there all the time.
Jim said if we had the canoe hid in a good place, and had all the traps in the cavern, we could rush there if anybody was to come to the island, and they would never find us without dogs. And besides, he said them little birds had said it was going to rain, and did I want the things to get wet ?

So we went back and got the canoe and paddled up abreast the cavern, and lugged all the traps up there. Then we hunted up a place close by to hide the cano in, amongst the thick willows. (HF, chap. IX, p. 43) Elle [la caverne] n’était pas très grande ; mais Jim pouvait s’y tenir debout et on n’y avait pas trop chaud. Mon compagnon parut ravi de cette découverte. Il me proposa de repartir aussitôt pour emménager nos provisions et nous installer dans la grotte.
—Il n’y a qu’à amarrer le canot juste en face de l’endroit où nous sommes, me dit-il. D’ici, je verrai arriver les curieux de loin, s’il en vient, et nous serons sur la côte de l’Illinois avant qu’ils aient abordé. Et puis les oiseaux nous ont avertis qu’il va pleuvoir. Quand la pluie tombe dans cette saison, elle tombe bien ; les provisions seront perdues.
Je n’avais pas besoin de l’avis des oiseaux pour deviner que le temps allait changer, et je savais aussi que les gens qui se mettraient en quête de Jim partiraient de Saint-Pétersbourg, c’est-à-dire du côté du Missouri. Je me laissai donc convaincre. La barque, amenée jusqu’au milieu de l’île, fut cachée sous les saules. (Hughes, chap. VI, p. 54)

131Notons d’abord l’omission du segment source dans lequel Huck dit ne pas vouloir passer son temps à monter et descendre la pente qui mène à la caverne : le côté paresseux de Huck est ici occulté. Ensuite, Huck discréditera les propos de Jim (« Je n’avais pas besoin de l’avis des oiseaux [...], et je savais aussi que [...] »). On retrouve dans le TD des passages construits sur le même principe. Toutefois, dans le TD, ces passages agissent comme des procédés visant à mettre en doute la parole de Huck. Le commentaire ajouté de Huck en français agit différemment : vu la caractérisation de chaque personnage et l’absence d’ironie dans l’ensemble du TA, ce commentaire est pris au pied de la lettre, il déprécie donc les idées de Jim. L’autorité de Huck ressort du segment cible « Je me laissai donc convaincre », qui n’est pas sans lien avec sa réplique dans l’extrait qui suit, « ton idée n’est pas mauvaise ».

132Cette réplique s’insère dans ce dernier passage, un long paragraphe qui, en plus d’expliquer l’intrigue au lecteur, montre (pour la quatrième fois) le rapport de force inégal qui unit Huck et Jim :

One night we catched a little section of a lumber raft — nice pine planks. (HF, chap. IX, p. 44) Un soir — nous évitions autant que possible de sortir du bois en plein jour — Jim poussa un cri de joie à la vue d’un radeau échoué sur la rive. Quand je dis un radeau, je me trompe ; ce n’était que la moitié d’un grand train de bois [...].
— Il n’y a pas de quoi se frotter les mains, dis-je à Jim. Les planches ne se mangent pas. Elles rapporteraient gros dans un chantier ; par malheur, il faudrait aller loin pour les vendre.
— Justement, massa Huck ! J’espère que nous irons assez loin quand l’eau baissera un peu, et, sur le Mississipi, il vaut mieux voyager sur un bon radeau que dans une coquille de noix. Et puis, l’île Jackson est trop près de la ville. Je voudrais déjà être parti. Personne ne viendra vous chercher ici, parce qu’on vous croit mort ; moi, c’est une autre histoire.
— Pas du tout, Jim. Comme je ne suis pas mort, on nous prendrait du même coup et on me ramènerait là-bas. Sois tranquille, je ne tiens pas plus que toi à être pris. En attendant, ton idée n’est pas mauvaise ; fixons le radeau de façon à ce qu’il ne s’envole pas. (Hughes, chap. VI, p. 57)

133La première phrase traduite montre que Jim est énervé, alors que Huck, plus rationnel, constate dans la deuxième phrase que « ce n’était que la moitié d’un grand train de bois ». Sa réplique, également ajoutée par Hughes, renforcera cette division des attitudes, surtout lorsqu’il dit à Jim — et il s’agit d’une remarque méprisante —, que « Les planches ne se mangent pas ». Quant à la réplique de Jim, bien qu'elle témoigne ponctuellement de son intelligence, elle demeure inefficace, et ce, pour les raisons suivantes : elle ne répond pas à l’attaque de Huck ; elle commence par la dénomination « massa Huck » ; elle vise surtout à rappeler au lecteur pourquoi Huck et Jim veulent partir ; elle attribue à Jim l’initiative de la fuite, alors que le TD ne mentionnait rien de tel ; elle sera annulée par la deuxième réplique de Huck, tout aussi condescendante et autoritaire que la première : « Sois tranquille » et « ton idée n’est pas mauvaise ». En dernière analyse, donc, Huck décide de ce qu’ils feront, il a la situation bien en mains. Enfin, Huck s’adressera à Jack avec impatience à deux reprises :

« Mars Jawge, if you’ll come down into the swamp, I’ll show you a whole stack o’ water-moccasins. »
Thinks I, that’s mighty curious ; he said that yesterday. He oughter know a body dont love water-moccasins enough to go around hunting for them. What is he up to anyway ? So I says — « All right, trot ahead. » (HF, chap. XVIII, p. 91)
— Massa, si vous voulez venir du côté du marais, je vous montrerai une belle gerbe de souliers de Notre-Dame.
— Laisse-moi tranquille, répliquai-je ; les souliers de Notre-Dame ne sont pas assez rares pour qu’on s’amuse à courir après.
— Tout de même, il y en a un que vous ne serez pas fâché de voir.
Je me rappelai que, la veille, il avait déjà proposé de m’emmener du côté du marais ; son air mystérieux m’intriguait.
— Eh bien, montre-moi le chemin, lui dis-je. (Hughes, chap. XIV, p. 121)
« Dont you know, Mars Jawge ? »
« No, » says I, « I dont. » (HF, chap. XVIII, p. 93)
— Quoi, massa, vous ne savez pas ce qui est arrivé ?
— Qu’est-il arrivé ? parle ! (Hughes, chap. XIV, p. 123)

134Il apparaît clairement, dans ces deux extraits cible, que Huck exerce un certain pouvoir sur le personnage de Jack. Il lui parle sur un ton cassant ; il dénigre son propos (premier passage) et lui donne des ordres (deuxième passage). Le programme illocutoire de Huck est donc radicalement transformé dans le texte français. Le projet de Hughes va plus loin ici que lorsque Huck interagissait avec Jim, comme si le traducteur se permettait plus de libertés avec un personnage mineur.

La caractérisation globale de Huck

  • 30 Mais encore, le narrateur Huck avait appelé Jim en utilisant le qualificatif de nègre à trois repr (...)

135Les ajouts servant à montrer que Huck est dominant vont de pair avec l’omission d’un passage le décrivant négativement. Il s’agit de l’épisode du serpent à sonnette qui fut brièvement abordé au chapitre 1. Après que Jim s’est fait mordre, Huck regrette de lui avoir joué ce tour et s’avoue à lui-même qu’il en est en partie responsable. Le texte français, par contre, ne le dit pas ; voici le segment source non traduit par Hughes (chap. VI, p. 60-61) : « That all comes of my being such a fool as to not remember that wherever you leave a dead snake its mate always comes there and curls around it. [...] Then I slid out quiet and throwed the snakes clear away amongst the bushes ; for I warn’t going to let Jim find out it was all my fault, not if I could help it » (HF, chap. X, p. 46). Le lecteur français ne sait donc pas que Huck aurait pu éviter l’accident et qu’il cache à Jim la responsabilité de son méfait en quelque sorte30.

136La transformation que subit l’épisode du serpent a donc pour effet de présenter le personnage de Huck comme un petit garçon honnête et bienveillant, le lecteur ne sachant pas qu’il efface les traces de sa mauvaise action. D’autres déplacements, apparaissant au tout début de l’histoire, préparaient déjà cette lecture. Il faut rappeler que la première thématique introduite dans Huckleberry Finn est le mensonge. Or la version de Hughes invite le lecteur à une réalité légèrement modifiée, voici sa traduction du paragraphe initial de l’œuvre :

You dont know about me, without you have read a book by the name of « The Adventures of Tom Sawyer, » but that ain’t no matter. That book was made by Mr. Mark Twain, and he told the truth, mainly. There was things which he stretched, but mainly he told the truth. That is nothing. I never seen anybody but lied, one time or another, without it was Aunt Polly, or the widow, or maybe Mary. Aunt Polly — Tom’s Aunt Polly, she is — and Mary, and the Widow Douglas, is all told about in that book — which is mostly a true book ; with some stretchers, as I said before. (HF, chap. I, p. 7) L’ami de Tom, c’est moi, Huckleberry Finn. Si vous n’avez pas lu les Aventures de Tom Sawyer, vous ne me connaissez pas. Cela ne fait rien : nous aurons vite lié connaissance. M. Mark Twain vous a raconté l’histoire de Tom, et il y a mis un peu du sien, même en parlant de moi. Cela ne fait rien non plus, puisqu’on m’assure qu’il n’a ennuyé personne. La tante Polly, Mary Sawyer et la veuve Douglas ne disaient jamais que la vérité, et elles n’étaient pas toujours amusantes. Je parle de la tante de Tom, de sa cousine, et de la veuve qui m’avait adopté.
Au fond, sauf quelques enjolivements, M. Mark Twain a rapporté les faits tels qu’ils se sont passés. Pour ma part, je n’ai pas assez d’esprit pour inventer, je raconterai donc simplement la suite de mes aventures. (Hughes, chap. I, p. 1)

137L’isotopie du mensonge, bien que présente en français, perd de sa force. Le terme de « truth » (apparaissant à trois reprises en anglais sous sa forme substantive ou adjectivale) n’est pas traduit ; les doubles « stretchers » deviennent « y mettre du sien » et « quelques enjolivements ». Huck, quant à lui, nous dira, en une langue soutenue, toute la vérité, n’ayant « pas assez d’esprit pour inventer » — ajout du traducteur. L’allusion implicite à l’hypocrisie que l’on retrouvait dans le TD fait place à une candeur tout enfantine ; les positions idéologiques sont déplacées. Comme on l’a déjà montré, les scènes suivantes renforceront ce déphasage. L’une d’entre elles mérite qu’on s’y attarde, mettant en scène aussi bien Huck que Miss Watson.

La gentillesse de Miss Watson

138De manière générale, les transformations faites par le traducteur en ce qui concerne le personnage de Miss Watson — qu’il s’agisse d’ajouts ou d’omissions — convergent vers une tendance à rendre le personnage sympathique, à le bonifier, en quelque sorte. Voici la première description qu’en fait Huck dans les deux textes, anglais et français :

Her sister, Miss Watson, a tolerable slim old maid, with goggles on, had just come to live with her, and took a set at me now, with a spellingbook. She worked me middling hard for about an hour, and then the widow made her ease up. I couldn’t stood it much longer. Then for an hour it was deadly dull, and I was fidgety, Miss Watson would say, « Dont put your feet up there, Huckleberry » ; and « dont scrunch up like that, Huckleberry — set up straight » ; and pretty soon she would say, « Dont gap and stretch like that, Huckleberry — why dont you try to behave ? » Then she told me all about the bad place, and I said I wished I was there. She got mad, then, but I didn’t mean no harm. [...] She said it was wicked to say what I said ; [...] she was going to live so as to go to the good place. Well, I couldn’t see no advantage in going where she was going, so I made up my mind I wouldn’t try for it. [...]
Now she had got a start, and she went on and told me all about the good place. [...]
Miss Watson she kept pecking at me, and it got tiresome and lonesome. (HF, chap. I, p. 8) Alors la soeur de la veuve, miss Watson — une vieille fille qui n’était pas méchante au fond — se mettait de la partie. « Huck, ne pose pas les coudes sur la nappe ; Huck, tiens-toi droit. » Puis elle me faisait rire en imitant mes bâillements, et les fourmis décampaient pour le moment. Miss Watson avait été maîtresse d’école. C’est sans doute pour cela qu'elle me reprenait à tout propos. Avec elle pourtant, pas moyen de se fâcher.
Ma mère m’avait un peu appris à lire et à écrire ; mais, comme mon père refusa plus tard de me laisser aller à l’école, c’était presque à recommencer ; grâce à miss Watson, je me rattrapai vite. Les leçons s’allongeaient et ne m’ennuyaient plus autant.
— Est-ce que j’arriverai jamais à écrire aussi bien que Tom ? lui demandai-je un jour.

— D’ici à un mois tu écriras beaucoup mieux et tu feras moins de fautes d’orthographe que lui, si tu veux te donner un peu de peine. Je n’ai jamais eu un meilleur élève que toi, Huck.
Pour le coup je me sentis fier et je pensai moins au tonneau, que je regrettais cependant parfois. (Hughes, chap. I, p. 4-5)

139Dans le passage original, Huck semble trouver Miss Watson exaspérante. La religion est tournée en dérision, Huck se promettant déjà de tout faire pour ne pas aller au même endroit qu'elle, le paradis. Les règles de la morale chrétienne sont d’entrée de jeu ridiculisées et continueront de l’être, les deux crises de conscience de Huck le plaçant devant le même dilemme à chaque fois. Le passage traduit, toutefois, fait état de transformations massives. D’abord, le personnage de Miss Watson est sympathique — les ajouts allant dans ce sens sont nombreux : « elle me faisait rire en imitant mes bâillements » ; « Avec elle pourtant, pas moyen de se fâcher » ; « grâce à miss Watson, je me rattrapai vite » ; et Miss Watson disant : « Je n’ai jamais eu un meilleur élève que toi, Huck. » Ensuite, les références religieuses sont escamotées. Enfin, Huck est devenu un enfant sage, il veut s’instruire et être comme les autres. Tout l’anticonformisme que manifestait le TD est évacué. On peut supposer que le public jeunesse est à l’origine de tels changements dans la traduction, étant donné que, comme l’écrit Garbagnati : « Le roman pour enfants [doit] avant tout sauvegarder l’ordre et la morale [...] » (1984, p. 220). Toutefois, Garbagnati n’aborde pas les conséquences de ces déplacements sur l’ensemble de l’œuvre traduite. Ils ont pourtant un impact certain sur le projet esthético-idéologique qu'elle véhicule : la représentante du Sud esclavagiste n’étant plus personnifiée par une bigote hypocrite et irritante, il devient impossible de faire le lien entre la pratique religieuse et l’esclavage, et, du même coup, de percevoir la dénonciation implicite de cette connivence et de ce système. De la même façon que le segment source dans lequel Huck écrit que « Miss Watson she kept pecking at me » n’est pas traduit en français, d’autres omissions serviront à maintenir cette caractérisation positive de Miss Watson.

140Au chapitre II du TD, Tom Sawyer crée une bande de brigands. Pour faire partie de cette bande, il faut signer un serment qui stipule que la révélation d’un secret par un membre entraînera l’assassinat de la famille dudit membre. Pap Finn n’étant pas considéré, en raison de ses longues absences, comme un candidat convenable à ce règlement, la bande est sur le point d’expulser Huck, au moment où celui-ci a une idée : « [...] I offered them Miss Watson — they could kill her. Everybody says : “Oh, she’ll do, she’ll do. That’s all right. Huck can come in” » (HF, chap. II, p. 12). Ce segment n’est pas rendu dans la traduction, il est plutôt remplacé par la phrase suivante : « Le cas était embarrassant ; mais, grâce à Tom, on finit par consentir à ne pas rayer mon nom de la liste » (Hughes, chap. II, p. 13). L’opinion défavorable de Huck à l’égard de Miss Watson est occultée, de même que le côté comique du passage. Un peu plus loin, Hughes supprimera un long passage représentant négativement le personnage de Miss Watson. Dans ce passage, elle traitait Huck d’idiot, et Huck expliquait qu’il existait, selon lui, deux providences, l’une avantageuse, enseignée par la veuve Douglas, l’autre, désavantageuse, décrite par Miss Watson. La première providence préconisait le bien, l’entraide et l’amour d’autrui (ce qui, à la grande déception de Huck, incluait Miss Watson), tandis que la deuxième, que Huck n’explique pas sauf pour dire qu'elle laisse peu de chance à quelqu’un de s’en sortir, semble austère et difficile. Quoi qu’il en soit, Huck arrive à la conclusion suivante : « I thought it all out, and reckoned I would belong to the widow’s [...] » (HF, chap. III, p. 15). La version de Hughes n’affiche aucun passage se rapprochant de ce qui vient d’être décrit. Les transformations du personnage de Miss Watson dans le TA ne sont pas anodines, elles annulent la dimension contestataire du TD et déterminent la suite des événements. En effet, des morceaux signifiants tombent en place pour former une réelle mosaïque traductive, c’est-à-dire un ensemble construit et cohérent de choix de traduction. Revenons d’abord sur l’aveu de Jim : ce dernier affirme qu’il « n’aurait pas mieux demandé que de rester », tandis que son commentaire critique sur Miss Watson (« she pecks on me all de time, en treats me pooty rough ») est supprimé. Rappelons ensuite que Huck écrira, lors de sa deuxième crise de conscience, que Jim, « s’il devait rester esclave, [...] aurait été cent fois plus heureux à Saint-Pétersbourg, où personne ne le maltraitait. » Sans être cautionné ouvertement, il reste que l’esclavage n’est pas dénoncé comme c’était le cas dans le texte original. Car la caractérisation positive de Miss Watson (elle devient effectivement généreuse et aimable), ainsi que l’absence de références religieuses, écartent la macro-forme discursive originale. Ainsi, le texte cible manifeste un respect pour les titres et les statuts, tandis que le texte source véhicule une attaque implicite contre une société qui, sous le couvert de la foi chrétienne et de la morale, prend des êtres humains en esclavage et les vend au plus offrant.

141Dans l’ensemble, la traduction de Hughes, au lieu de renverser les lieux communs et les convenances, renforce aussi bien les règles de la bonne conduite (Huck est un petit garçon studieux, il prend Jim en charge, accepte de se laisser civiliser pour lui) que certaines discriminations sociales (Jim accepte son statut de domestique-esclave, il est souvent au service de Huck, il réfléchit moins que Huck, il ne critique pas les Blancs, il fait preuve de peu d’intelligence). En outre, vient se greffer au syntagme identificateur le nègre une constellation de sens absente du TD. Dans le TA, le « nègre » est un serviteur (« Jim, comme beaucoup de nègres, savait coudre », p. 63 ; « durant le dîner, le nègre se tint derrière Bridgewater », p. 132 ; « Jim, demanda-t-il [Tom] au nègre, pourrais-tu me porter sur tes épaules ? », p. 260), il est superstitieux (« les nègres sont très forts pour reconnaître les mauvais présages », p. 52) et il est ignorant (« —Et tout cela est vrai ? me demanda le nègre », p. 62 ; « Sambo assurât que les nègres n’avaient pas d’écriture », p. 265). Enfin, le syntagme ajouté massa Huck, une fois intégré à cette logique traductive, assume une valeur ridiculisante propre à un parler petit-nègre. Cette marque symbolique charrie à elle seule tout le projet de traduction de Hughes, un projet visant à caractériser Jim comme un domestique au service de Huck, ce dernier représentant la figure du maître blanc paternaliste.

142Il serait permis, à ce stade-ci de l’analyse, de se demander si Hughes n’a pas été influencé par la tradition américaine du plantation novel dans sa caractérisation de Jim et, plus précisément par une nouvelle d’Edgar Allan Poe intitulée « The Gold Bug » (1843). Hughes n’a pas traduit cette nouvelle (ce fut plutôt l’œuvre de Baudelaire en 1856, de Charles Simond en 1887 et de J. H. Rosny en 1892), mais il est probable qu’il l’ait lue puisqu’il a traduit les Œuvres choisies d’Edgar Poe. « The Gold Bug » (« Le scarabée d’or », en français) met en scène un personnage d’esclave, Jupiter, présentant une caractérisation presque en tous points similaire à celle de Jim revue par Hughes. Jupiter est un esclave affranchi, mais qui reste aux côtés de son maître, massa Will — dénomination familière —, par esprit de dévotion et de soumission. De nombreux passages dans la nouvelle décrivent Jupiter sous les traits d’un idiot, dont un dans lequel Jupiter se traite lui-même d’imbécile. Les liens entre la nouvelle de Poe et le projet de Hughes sont frappants mais encore fragmentaires. Toutefois, ils gagneraient à être fouillés, car ils permettent de valider l’idéologie manifeste au sein de la traduction de Hughes en confirmant par exemple que le choix de massa n’était pas arbitraire.

143Les choix de traduction des Surleau sont subtils et presque minimes par rapport à ceux que nous avons relevés dans la traduction de Hughes, mais une fois reliés à divers déplacements, telles les expressions utilisées par Huck pour désigner Jim comme « le nègre », « le brave nègre », « le pauvre nègre », « mon pauvre Jim », ils contribuent à atténuer certains traits de la caractérisation de Jim (comme son autorité, son émotivité, sa richesse verbale) et à en dessiner un portrait linéaire qui aseptise son personnage.

144En comparaison, la brève adaptation de Laury est totalement extrémiste : en effet, des chapitres entiers sont tronqués, de longs passages descriptifs ou explicatifs sont ajoutés, prêtant à Jim un sociolecte simpliste ainsi qu’un programme illocutoire limité (il se fait insulter par Huck sans réagir). Ainsi, l’adaptation de Laury renverse totalement les visées de départ, elle neutralise la thématique contestataire originale en rendant le personnage de Huck paternaliste et en exotisant le parler de Jim.

Notes

1 Garbagnati, dont l’étude plutôt brève (sept pages) inclut la traduction de Suzanne Nétillard (qui sera vue au chapitre suivant) et celle de Hughes, rejoint notre lecture. En effet, bien que ses perspectives d’analyse soient différentes — Garbagnati s’intéresse principalement aux déplacements thématiques et non à la traduction du parler de Jim —, il reste que nos interprétations se recoupent.

2 Comme la scène de la boule de crin n’est pas traduite par Hughes (on y reviendra), la rencontre sur file Jackson entre Huck et Jim constitue leur première réelle interaction.

3 Notons au passage que la réplique source de Jim ne reste pas sans écho dans le TD. En effet, Tom a une réaction assez similaire à celle de Jim lorsqu’il revoit Huck pour la première fois depuis sa fausse mort : « “I hain't ever done you no harm. You know that. So then, what you want to come back and ha’nt me for” ? [...] “Dont you play nothing on me, because I wouldn’t on you. Honest injun, now, you ain’t a ghost ?” » (HF, chap. XXXIII, p. 177). Lorsque Tom dit « I hain’t ever done you no harm » on croirait entendre Jim dire « I hain’t ever done no harm to a ghos’ » . Là où le TD manifeste une double variation dont l’effet est surtout comique, le texte d’arrivée (TA) diffère. Tom dit effectivement en français : « —Pas possible ! C’est toi, Huck ? Les bras m’en tombent ! [...] Ah ! tu peux te vanter de m’avoir fait peur. On te croyait mort. Tu n’as donc pas été noyé ? Comment te trouves-tu ici ? » (Hughes, chap. XXVI, p. 212). Dans la version de Hughes, vu la réaction transformée de Tom Sawyer, aucune corrélation n’est possible entre les deux passages. De plus, le personnage blanc est beaucoup plus rationnel que le personnage noir, il n’est pas crédule et se rend tout de suite compte de ce qui se passe.

4 À noter que le vous n’est pas dégradant de manière intrinsèque, tout dépend des éléments qui l’entourent. D’où la nécessité et la validité d’appréhender le texte comme une mosaïque signifiante.

5 Nous montrerons, dans la quatrième partie de ce chapitre, les éléments cible ajoutés, omis ou déplacés qui ont pour effet de créer un portrait de Huck s’éloignant considérablement de celui du texte source.

6 Les omissions touchent parfois aussi des scènes dans lesquelles sont présents des personnages noirs secondaires. En voici une preuve : « A nigger woman come tearing out of the kitchen with a rolling-pin in her hand, singing out, “Begone ! you Tige ! you Spot ! begone, sah !” and she fetched first one and then another of them a clip and sent him howling, and then the rest followed ; and the next second, half of them come back, wagging their tails around me and making friends with me. There ain’t no harm in a hound, nohow. And behind the woman comes a little nigger girl and two little nigger boys, without anything on but tow-linen shirts, and they hung onto their mother’s gown, and peeped out from behind her at me, bashful, the way they always do. And here comes the white woman running from the house, about forty-five or fifty year old, bareheaded, and her spinning-stick in her hand ; and behind her comes her little white children, acting the same way the little niggers was doing. She was smiling all over so she could hardly stand — and say : “It’s you, at last ! — ain’t it ?” I out with a “Yes’m,” before I thought » (HF, chap. XXXII, p. 174) ; « Par bonheur, une négresse sortit à temps de la cuisine, un rouleau de pâtissier à la main. —Veux-tu te taire, Tige ! Veux-tu te sauver, Spot ! Aussitôt toute la meute détala. Une minute après, elle revint, remuant la queue et prête à me lécher les mains. Au même instant, une dame de quarante à quarante-cinq ans se montra sur le seuil de la maison, suivie de deux enfants qui se cachaient derrière ses jupes et me regardaient d’un air intimidé. —Que signifie ce tapage ? demanda la dame. Mais, dès qu'elle me vit, son visage s’épanouit et elle accourut en s’écriant : — C’est donc toi, enfin ! —Oui, madame, c’est moi, répliquai-je machinalement » (Hughes, chap. XXV, p. 207). Le segment cible est en fait un résumé du segment source, mais un résumé où se manifeste clairement une occultation de la présence noire, alors que le TD faisait part égale entre la famille noire et la famille blanche. On retrouvait en effet une symétrie frappante dans le passage original avec la reprise des mêmes formulations (« A nigger woman come tearing out » « And here cornes the white woman running » ; « with a rolling-pin in her hand » « and her spinning-stick in her hand » ; « And behind the woman cornes » « and behind her comes »), symétrie grâce à laquelle l’auteur montrait aussi bien la séparation des deux mondes par le recours naturel aux étiquettes blanc/noir, que les ressemblances qui les unissent. Il faut voir aussi que le regard attendri que Huck pose sur la famille noire n’est pas rendu. Hughes est conséquent dans ses choix, il réduit le rôle de tous les actants noirs du livre, aussi mineurs soient-ils.

7 Nous nous sommes d’une certaine façon inspirée, dans l’organisation de cette partie, de la méthode ponctuelle suggérée par Berman, qui explique que : « La confrontation [entre la traduction et le texte original] s’opère, en principe, sur un quadruple mode. Il y a en premier lieu une confrontation des éléments et passages sélectionnés dans l’original avec le “rendu” des éléments et passages correspondants dans la traduction. Il y a, ensuite, confrontation inverse des “zones textuelles” jugées problématiques ou, au contraire, accomplies, de la traduction avec les “zones textuelles” correspondantes de l’original. [...] Il y a également confrontation — au sein des deux premières — avec d’autres traductions (dans la plupart des cas). Enfin, il y a confrontation de la traduction avec son projet, qui fait apparaître le “comment” ultime de sa réalisation [...] » (1995, p. 85-86). Bien qu’en apparence plutôt impressionniste, la « méthode » de Berman s’avère, en pratique, opératoire. Ces zones textuelles dites problématiques représentent des passages, des phrases ou des mots qui étonnent le lecteur. On sent que ces zones ont déplacé quelque chose, une sorte d’intuition qui, la plupart du temps, se révèle fondée. La section qui suit (intitulée Ajouts) en présente des exemples significatifs.

8 On peut même se demander si Jim ne fait pas lui-même de l’ironie.

9 Il s’agit d’un concept mis au point par Grice, qu’il définit ainsi : « Que votre contribution conversationelle corresponde à ce qui est exigé de vous au stade atteint par celle-ci, par le but ou la direction acceptés de l’échange parlé dans lequel vous êtes engagé » (Grice, 1979, p. 61).

10 On retrouve ici la voix de l’auteur : le milieu a une influence sur les individus, et non les liens du sang.

11 Dans le segment de départ, the widow avait raconté cette histoire à Huck et non pas Miss Watson. Hughes accentue la présence de ce personnage en français, un choix qui n’est pas innocent, puisqu’il fait écho à d’autres ajouts du même genre.

12 L’omission de ce passage fait partie d’une grande coupe ; deux pages et demie du texte original ne sont pas traduites par Hughes. Ces pages contiennent notamment le monologue de Jim sur sa fille, mais aussi le deuxième remplacement du tour de garde de Huck par Jim. Cette suppression entraîne une réduction massive de la présence du personnage de Jim, réduction qui produit deux effets : l’occultation d’une dimension importante de sa caractérisation, sa capacité à véhiculer un contenu émotionnel et l’annulation d’un geste qui témoignait de son humanité.

13 Robinson ne dit pas autre chose, il souligne lui aussi les compétences rhétoriques de Jim, de même que l’ironie sous-jacente à la remarque finale de Huck ([1988] 1991, p. 217).

14 Il est intéressant de noter que l’épisode « In the Fog » s’articule autour du pouvoir de la parole, une thématique qui est au cœur de Huckleberry Finn. La discussion qu’ont Jim et Huck est purement fictive et verbale ; ce sur quoi repose le sujet de discussion — le brouillard a-t-il été rêvé ou réellement vécu ? — est une invention langagière de Huck. La parole est ici au centre de l’action, la parole fait l'action. Le duel entre les deux personnages est uniquement verbal et fait intervenir, en guise d’armes de combat, les mots. On retrouve une problématique similaire lors des discussions sur le roi Salomon et sur le français.

15 L’expression est de Berman : « [La traduction] ne nous dit la vérité du projet qu’en nous révélant comment il a été réalisé (et non, finalement, s’il a été réalisé) et quelles ont été les conséquences du projet par rapport à l’original » (1995, p. 77).

16 C’est-à-dire que leur version (Surleau, chap. XX, p. 142) n’affiche pas la traduction de la phrase suivante : « I had the middle watch, you know, but I was pretty sleepy by that time, so Jim he said he would stand the first half of it for me ; he was always mighty good, that way, Jim was » (HF, chap. XX, p. 104).

17 Huck appelle Jim « Mon Jim », il s’approprie la personne de Jim, en quelque sorte.

18 Voici l’extrait inventé par Hughes (Huck et Jim se trouvent sur l’île Jackson) : « Le temps commençait à me paraître long. Je ne m’ennuyais guère davantage dans la cabane de mon père. Jim débitait sans cesse les mêmes histoires. Je me félicitai d’avoir été à l’école ; sans les livres que nous avions emportés, je me serais démonté la mâchoire à force de bâiller. Ils étaient presque tous amusants, excepté un, où l’on racontait comment on a coupé la tête à Louis XVI, je ne sais pas pourquoi. Jim aimait mieux l’histoire de Robinson Crusoé. —Et tout cela est vrai ? me demanda le nègre » (Hughes, chap. VI, p. 62). En plus de dénigrer le personnage de Jim, Hughes fait dire à Huck qu’il était fier d’être allé à l’école. Est-il nécessaire de souligner qu’une telle réflexion représente l’antithèse de l’attitude de Huck telle qu'elle apparaît dans le TD ?

19 En français, le mot sambo n’existe pas. Celui de zambo existe, par contre, et le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle (1866-1876) en fournit la définition suivante : « zambo : [...] Anthropol. Descendant d’un nègre et d’une mulâtresse ou d’une femme indigène : “Le zambo, d’un brun noir cuivré, est robuste, mais féroce, voleur et peu susceptible de civilisation”. (Famin.) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, Nîmes, C. Lacour Éditeur, coll. « Rediviva », 1991, p. 1452, réimpression de l’édition de 1866-1876. Le Dictionnaire encyclopédique Quillet donne un sens similaire au mot zambo : « zambo : n.m. syn. de griffe. Terme employé dans l’Amérique latine pour désigner le descendant d’un Noir et d’une femme indigène », dans Raoul Mortier (dir.), Dictionnaire encyclopédique Quillet, Paris, Librairie Aristide Quillet, 1962, vol. 6, p. 6190. Le mot sambo existe en anglais. Il comporte plusieurs acceptions. L’une d’entre elles est la même que celle du mot français zambo. Le mot anglais a aussi un sens méprisant. Le Oxford English Dictionary résume bien la situation : « sambo : [...] 2. (With capital S.) A nickname for a Negro. Now used only as a term of abuse. Also attrib., esp. with reference to the appearance or subservient mentality held to be typical of the black American slave. [Perh. a different word ; it has been suggested that it may be the Foulah sambo unde.] », dans J. A. Simpson and E. S. C. Weiner, The Oxford English Dictionary, second edition, vol. XIV, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 426. La deuxième définition du Random House est la suivante : « Disparaging and offensive. Negro [...] », dans Jess Stein (dir.), The Random House Dictionary of the English Language, New York, Random House, 1966, p. 1264. Enfin le dictionnaire bilingue, Robert-Collins, donne « sambo [...] (pej) noiraud(e) [...], moricaud(e) [...] (pej) », dans Beryl T. Atkins et al., Robert-Collins. Dictionnaire français-anglais, anglais-français, nouvelle édition, Paris, Dictionnaire Le Robert, London, Glasgow & Toronto, Collins, 1987, p. 600. Nancy Tischler, qui s’est intéressée aux personnages noirs dans la littérature sudiste américaine, écrit : « This comic Negro type — Sambo or Rastus — whatever his origin in fact later became fixed in the minstrel-show darkey, ludicrous to others and forever laughing at himself » (1969, p. 43). Le roman de Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom's Cabin, compte deux personnages secondaires du nom de Sambo. Le premier, décrit comme étant costaud, joue à l’amuseur public, au clown, en faisant des tours et des grimaces qui font rire les autres esclaves. Le second est en fait l’homme de mains d’un planteur qui a fait de lui un être féroce et méchant. Hughes a-t-il inventé ce nom de Sambo ? La question demeure sans réponse, mais bien des éléments (littérature américaine ; existence du terme français zambo) laissent croire qu’il a pu puiser son inspiration quelque part.

20 Cette lecture rejoint d’ailleurs celle de certains critiques américains qui associent Jim, dans le roman original, à la figure du minstrel darky (voir chapitre précédent).

21 L’échec du plan d’évasion à fin du chapitre XXXII dans la version de Hughes (dont nous avons déjà parlé plus haut) fait d’ailleurs écho à ce manque de savoir-faire de la part de Jim.

22 Folkart écrit que lorsqu’on « le naturalise [le signifiant onomastique], [...] il se démarque tant par rapport à son homologue de départ que par rapport aux présupposés narratifs du texte » (1991, p. 139), cependant, par rapport au texte traduit, il devient, dans ce cas-ci à tout le moins, partie intégrante et signifiante de la macro-forme discursive cible et ne produit pas d’effet de rupture.

23 Bien entendu, comme c’est le roi qui parle, il serait justifié de n’attribuer aucune valeur à son énoncé.

24 Nous reviendrons sur le deuxième, « où personne ne le maltraitait », un peu plus loin.

25 George P. Elliott, qui signe la postface de Huckleberry Finn dans l’édition Signet Classic, écrit au sujet de ce passage : « Surely not all of Uncle Tom's Cabin embodies a greater indictment of the slave-based code than this scene, in which the right course is shown to be perfectly evil and the wrong perfectly good — shown not by expostulation but by a literarily complex irony and by a good person’s dreadful dilemma, both of them under perfect control » (1959, p. 288).

26 La première crise de conscience de Huck dans la traduction produit un déplacement similaire à celui que l’on vient de voir. En voici les dernières lignes ; Huck est parvenu à se débarrasser de deux hommes à la recherche précisément d’esclaves en fuite : « They went off, and I got aboard the raft, feeling bad and low, because I knowed very well I had done wrong, and I see it warn’t no use for me to try to learn to do right ; a body that dont get started right when he’s little, ain’t got no show — when the pinch cornes there ain’t nothing to back him up and keep him to his work, and so he gets beat. Then I thought a minute, and says to myself, hold on, — s’pose you’d a done right and give Jim up ; would you felt better than what you do now ? No, says I, I’d feel bad — I’d feel just the same way I do now. Well, then, says I, what’s the use you learning to do right, when ifs troublesome to do right and ain’t no trouble to do wrong, and the wages is just the same ? I was stuck. I couldn’t answer that. So I reckoned I wouldn’t bother no more about it, but after this always do whichever corne handiest at the time » (HF, chap. XVI, p. 76), et en français : « Ils s’éloignèrent à la hâte, tandis que je me dirigeais sans me presser vers le radeau, étonné de me sentir aussi tranquille que si j’avais livré le nègre et rempli mon devoir d’homme blanc » (Hughes, chap. XII, p. 102). Non seulement l’ironie est-elle perdue, mais également le choix éclairé que faisait Huck : Jim devient le nègre, les catégories que le TD dénonçaient sont reprises de manière littérale dans le TA.

27 Par ailleurs, le segment source « old Miss Watson » devient en français « miss Watson », une transformation mineure, mais qui n’est pas anodine, étant donné qu'elle peut être liée au réseau de déplacements visant à présenter un portrait mélioratif de ce personnage en français. On y reviendra.

28 Alors qu’en anglais Jim n’était redevable de son statut d’homme libre qu’à Miss Watson, qui lui avait rendu sa liberté sur son lit de mort (certains critiques américains trouvent d’ailleurs cette finale choquante, elle manifeste pourtant toute l’hypocrisie de l’esclavage et tout le sarcasme de Twain). En français, en plus de devoir sa liberté à Miss Watson, Jim doit celle des siens à Huck et à Tom.

29 Huck et Tom ne sont pas les seuls à se conduire de la sorte vis-à-vis de Jim ; le médecin qui soignera Tom affichera le même comportement lorsqu’il dira à Huck, qui était venu lui demander de l’aide : « —Ton Jim est un brave nègre, dit le docteur en sautant à bord, sans cela, il ne t’aurait pas donné un si bon conseil, au risque d’être repris. Je tâcherai de le tirer d’affaire quand il m’aura aidé à extraire la balle... » (Hughes, chap. XXXIII, p. 264). Le TD ne mentionnait aucune réplique analogue (HF, chap. XLI, p. 216-217).

30 Mais encore, le narrateur Huck avait appelé Jim en utilisant le qualificatif de nègre à trois reprises à l’intérieur de la même page lors de cet épisode : « Le nègre détourna la conversation » (p. 60) ; « —Eh bien, demandai-je au nègre [...] » (p. 60) ; « [...] je ne pus m’empêcher de rire d’avance de la peur qu'elle causerait au nègre » (p. 60). Enfin, en plus d’étiqueter Jim de ce nom méprisant, Hughes intégrera trois phrases de son cru un peu plus loin, phrases contenant des éléments paternalistes comme ceux vus plus haut : « —Prends garde, Jim, lui dis-je. Tu n’es pas habitué à boire. Si tu continues, tu tomberas bientôt ivre mort » (p. 61) ; « Mon pauvre Jim avait toujours, à juste titre, passé pour un modèle de sobriété » (p. 61) ; « Il [Jim] attribua sa guérison au rôti que je lui avais servi ; mais je crois que le whisky y fut pour quelque chose » (p. 62). Dans ce dernier extrait, Huck discrédite les paroles rapportées de Jim — paroles inventées par Hughes, ne l’oublions pas. D’ailleurs, le fait d’avoir intégré les propos de Jim en discours indirect n’est pas innocent, cela exclut toute possibilité de réplique de la part de Jim.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search