Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Chapitre I. Adventures of Huckleberry Finn : l’ironie comme outil dénonciateur

Texte intégral

« signs is signs, mine I tell you »
— réplique de Jim

1Adventures of Huckleberry Finn de Mark Twain est un roman qui recèle des couches sémantiques insondables, plongeant le lecteur au milieu de thématiques multiples (conflits raciaux, voyage initiatique, quête de la liberté, religion) et lui permettant de découvrir d’innombrables références intertextuelles (à Shakespeare, à la Bible, au roman d’aventures), ainsi qu’une richesse linguistique remarquable. Toutefois, malgré l’importance de la représentation des sociolectes au sein du livre, les critiques se sont peu intéressés, entre autres, à la parole de Jim, l’esclave en fuite aux côtés de Huck Finn. L’objet du présent chapitre sera donc de dégager le rôle du Black English, parler littéraire américain apte à véhiculer l’identité noire du personnage de Jim, en montrant comment il s’inscrit dans la logique du texte. Mis à part quelques rares auteurs (Fishkin, 1993 ; Sewell, 1987), la critique américaine contemporaine a majoritairement omis d’aborder la parole de Jim (Barksdale, 1992 ; Doyno, 1991 ; Messent, 1990 ; D.L. Smith, 1992) ou encore a fait preuve d’une profonde méconnaissance de ses enjeux en se cantonnant dans une interprétation fondée sur des critères d’authenticité et d’équivalence (Carkeet, [1979] 1991 ; Egan, 1977 ; Holton, 1984 ; Leonard et Tenney, 1992 ; Woodard et Mac Cann, 1992). Nous posons que l’utilisation du Black English dans Huckleberry Finn participe d’une double visée : donner un statut littéraire à la parole noire et revendiquer l’humanité de Jim.

2Chez des auteurs comme Hugh Henry Brackenridge (Modem Chivalry, 1792), James Fenimore Cooper (The Spy, 1821), William Gilmore Simms (The Yemassee, 1835), John Pendleton Kennedy (Swallow Barn, 1832) et Thomas Nelson Page (In Ole Virginia, « Marse Chan », 1887), le personnage noir incarnait la figure de l’esclave heureux, docile et souvent imbécile. L’histoire était généralement narrée par un Blanc qui parlait un anglais châtié, ce qui instaurait du même coup un rapport de place visant à inférioriser le personnage noir, dont les répliques faisaient état d’une transcription phonétique ridicule. Ainsi, dans la très grande majorité des cas, les auteurs blancs parodiaient le personnage noir, provoquant ainsi une attitude condescendante de la part du lecteur. Twain, pour sa part, libérera Jim de ce carcan esthétique. Jim ne sera donc pas un bouffon, ni un être infériorisé par son parler, ni un grand enfant, ni encore un modèle de bestialité, de soumission ou encore de stupidité. Son personnage, au contraire, détient de multiples qualités (intelligent, autonome, débrouillard, autoritaire, sensible) et sa langue, autrefois raillée dans le romanesque, est réhabilitée au sein de l’œuvre de Twain, car elle sert précisément à véhiculer une caractérisation multidimensionnelle.

3En outre, il convient de reconnaître, si l’on désire rendre compte de ce roman de Twain, que l’ironie en constitue la principale clé de lecture (Barksdale, 1992, p. 54 ; Mailloux, 1985, p. 124). Elle est introduite d’entrée de jeu par le biais de l’avertissement (Notice) dans lequel l’auteur nous interdit, sous peine de mort ou de poursuites judiciaires, de trouver une intrigue, une morale ou une intention à son histoire. L’importance que revêt la pratique rhétorique de l’ironie à l’intérieur du roman est réitérée par la toute première thématique abordée par le narrateur Huck qui nous apprend que Twain a plus ou moins dit toute la vérité dans The Adventures of Tom Sawyer.

4Voici le tout premier paragraphe de Huckleberry Finn, qui installe, dès les premières lignes, cette thématique du mensonge, ainsi que le style unique du parler de Huck, sa rythmique, sa teneur sociolectale :

You dont know about me, without you have read a book by the name of « The Adventures of Tom Sawyer, » but that ain’t no matter. That book was made by Mr. Mark Twain, and he told the truth, mainly. There was things which he stretched, but mainly he told the truth. That is nothing. I never seen anybody but lied, one time or another, without it was Aunt Polly, or the widow, or maybe Mary. Aunt Polly — Tom’s Aunt Polly, she is — and Mary, and the Widow Douglas, is all told about in that book — which is mostly a true book; with some stretchers, as I said before. (HF, chap. I, p. 7)

5Désormais célèbres, ces lignes ont donné du fil à retordre à Twain. Victor Doyno, auteur d’une critique génétique de Huckleberry Finn, retrace ainsi le parcours créatif de l’auteur, qui avait d’abord fait dire à Huck : « You will not know about me », pour remplacer cette phrase par : « You do not know about me », pour enfin écrire : « You dont know about me » (tiré de la première page non numérotée du manuscrit A, cité par Doyno, 1991, p. 42). Ce seul exemple, et il en existe de nombreux autres, permet de constater avec quel soin Twain transcrivait le sociolecte de Huck, mais aussi l’importance que l’auteur accordait à la justesse de l’expression comme véhicule de la caractérisation d’un personnage.

6Si l’on avait enfin pour tâche d’énumérer les thématiques abordées dans le roman de Twain, quelques lignes ne suffiraient pas. Dire que l’auteur fait feu de tout bois ne serait pas trop fort pour décrire le projet esthético-idéologique sous-jacent à cette œuvre. La principale visée de Twain pourrait effectivement se résumer ainsi : dénoncer ou remettre en question la société blanche (esclavagiste) du Sud des États-Unis de la période pré- et post-guerre de Sécession. Tous les travers de ces gens sont mis au jour, de la bigoterie (au sens français du terme) de la classe moyenne, à la violence gratuite des Blancs pauvres, en passant par l’idéalisation du roman d’aventures (Doyno, 1991, p. 28 et III ; Mailloux, 1985, p. 121 ; Fishkin, 1993, p. 64-65). La dénonciation du système esclavagiste traverse l’ensemble de l’œuvre, mais en revêtant des formes diverses. En effet, Twain a recours à des procédés variés pour subvertir et critiquer les préjugés racistes qui organisent le discours suprémaciste blanc. Il y parvient, entre autres, par le biais d’une représentation particulière du parler noir du personnage de Jim et en attribuant à ce personnage des possibles discursifs qui le qualifient positivement et respectueusement ; il y parvient également en caractérisant négativement les personnages de pap Finn et de Miss Watson, deux représentants du monde esclavagiste ; et, enfin, par la sémiotisation de certains termes, comme carpet-bag, snake, white et black, et même de chapitres entiers, une sémiotisation visant à véhiculer une charge symbolique subversive. On voit, à partir de cette mise en relief, que le parler noir n’est pas l’unique élément par lequel s’exprime la visée de l’auteur. Il s’agirait plutôt d’un des traits textuels par lesquels le projet de l’auteur se manifeste et, comme tel, il s’insère dans une mosaïque d’éléments étroitement corrélés qui donne à l’œuvre sa cohésion, sa signifiance. Nous nous attacherons à mettre en lumière ce tout signifiant du texte, en accordant une importance particulière au parler noir, en montrant de quelle manière il fonctionne dans cette dynamique textuelle. Après avoir analysé le personnage de Jim et son parler, nous nous pencherons sur le rôle joué par les personnages de pap Finn et de Miss Watson, ainsi que sur la valeur symbolique assumée par des mots comme white, black, etc.

La caractérisation du personnage de Jim

  • 1 La notion n’est pas neuve, nous nous inspirerons de la définition qu’en livre Fishkin: « In traditi (...)
  • 2 Le darky est un personnage d’esclave noir soumis et innocent, fier de son sort et plutôt idiot, qui (...)

7Le programme discursif du personnage de Jim comporte des facettes multiples. Capable à la fois d’émouvoir, d’être affectueux et autoritaire, d’argumenter et de manipuler (en jouant le trickster1), le personnage de Jim est loin du darky que certains l’accusent de représenter2. Avant d’aborder la question du lien existant entre le programme discursif de Jim et sa caractérisation, arrêtons-nous sur l’opinion de ceux qui lisent Huckleberry Finn comme une œuvre raciste qui ridiculiserait les personnages noirs par le biais d’une caractérisation stéréotypée.

Un bouffon grotesque ?

  • 3 Ce terme désigne une représentation orthographique non standard ne transformant pas la prononciatio (...)

8Relativement nombreux sont les critiques américains pour qui Jim (et les autres personnages noirs) représentent la figure du bouffon naïf, ou darky. James S. Leonard et Thomas A. Tenney définissent ainsi le darky. « The black-American-as-darky is the white fiction by which an unequal relation between races is rendered harmless, natural, just, ethical » (1992, p. 3). Le darky, qui provient de la dénomination minstrel darky, serait issu de ce type de spectacle, populaire au XIXe siècle, appelé negro minstrel show ou encore blackface minstrelsy, dans lequel des acteurs blancs se maquillaient le visage de noir et, par le biais de chansons et de blagues, se moquaient des Noirs (Leonard, 1992, p. 121). La plupart des critiques s’entendent pour dire que la caractérisation du personnage de Jim traverse trois étapes : au début du roman, Jim est présenté de façon ridiculisante, au milieu du livre, il s’élève au-dessus de cette image nivelée pour afficher les qualités d’un homme, et non d’un bouffon ou d’un enfant, pour enfin revêtir le costume du darky à la fin du roman lorsqu’il devient le jouet de Tom Sawyer. Telle est l’opinion de Michael Egan: « [...] the eye-rolling darky we encounter in chapter two has nothing in common with the dignified and often complex figure of chapters eight to fifteen. [...] The Jim of chapter two, and of the late, evasion chapters, is not this man. He is a caricature and a travesty [...] » (1977, p. 13). Egan poursuit en disant que, dans ces chapitres finals, « Jim forfeits his dignity, his manhood, his three-dimensionality, reverting once again to stage-niggerdom » (1977, p. 31). Carmen Subryan, auteure d’une analyse biographique des écrits de Twain dans le collectif Satire or Evasion ? (1992, p. 91-102), considère elle aussi que le personnage de Jim évolue jusqu’au milieu du livre, puis finit par régresser. L’auteure fournit les exemples suivants pour appuyer son interprétation selon laquelle Jim jouerait le rôle du bouffon dans le roman : Jim est superstitieux, il raconte que des sorcières l’ont enlevé après que Tom lui a tendu un piège ; il se fait jouer un tour par Huck (Subryan fait référence à la morsure par un serpent à sonnettes) ; il ne comprend pas la logique du roi Salomon ; Jim ne comprend pas que des individus puissent parler des langues différentes ; et Huck fait croire à Jim qu’ils ne se sont pas perdus dans le brouillard. Ce dernier événement est un point tournant : après cela, Jim ne sera plus représenté comme un « stereotypical buffoon » (Subryan, 1992, p. 97), sauf dans les derniers chapitres du livre où il sera de nouveau réduit à ce rôle dévalorisant. Sans mentionner le cas des chapitres d’évasion, Janet Holmgren McKay, dont l’étude traite surtout de la représentation des sociolectes dans le roman, a l’opinion suivante : « Jim as a character changes in the course of the novel. As a slave he seems simple and childlike, but as an independent partner with Huck in their river trip, his superstitions become usefùl insights and his feelings and thoughts become more profound. As Huck’s respect for Jim grows, so does Jim’s character » (McKay, 1985, p. 76-77). Bernard W. Bell, également l’auteur d’une biographie de Twain, note ceci: « In chapter 4 Twain uses eye dialect3 and the magical power of “a hair-ball [...]” to burlesque Jim’s prediction of Huck’s fate with his father » (1992, p. 136). Bien que Huckleberry Finn soit un roman où se manifeste une mise en question du mythe de l’infériorité des Noirs, admettent Fredrick Woodard et Donnarae MacCann, il n’empêche que, pour eux, le personnage de Jim est ancré dans les conventions du minstrel darky, qui présente le Noir comme un grand enfant (1992, p. 141-153). Pour ces deux auteurs, de nombreux épisodes dans Huckleberry Finn dépeignent Jim sous les traits du minstrel. Ils mentionnent, à peu de choses près, les mêmes passages que ceux invoqués par Subryan pour prouver que Jim est décrit comme un idiot (« a fool ») ou encore comme un grand enfant (Woodard et MacCann, 1992, p. 145). Pour Julius Lester, Huckleberry Finn est un livre raciste et « immoral in its major premises, one of which demeans blacks and insults history » (1992, p. 201).

9Dans l’ensemble, tous ces auteurs appréhendent le texte de Huckleberry Finn de la même façon : ils en font une lecture essentiellement littérale. Ils ne tiennent pas compte, en effet, de l’ironie qui opère au sein du texte, leur interprétation se situe au premier degré, c’est-à-dire qu’elle ignore les couches implicites contenues dans le texte. Or la plupart des exemples qui ont été donnés pour appuyer la lecture selon laquelle le roman de Twain serait raciste peuvent être interprétés différemment, en faisant ressortir leur caractère subversif et déstabilisant.

Le personnage du trickster

10Ni temps mort dans le récit, ni simple divertissement sans valeur, la composante dialogale est apte à transmettre un contenu purement diégétique. Telles sont en effet les conclusions auxquelles est arrivée Gillian Lane-Mercier, qui a démontré que « le narratif, le descriptif et le dialogal entretiennent des relations de complémentarité et [...que] le dialogal s’avère capable de véhiculer des charges plus ou moins lourdes de descriptivité et de narrativité » (1990, p. 56). Les répliques de Jim étant conformes à ce constat, nous verrons donc dans les pages suivantes le type de caractérisation quelles transmettent.

11Le personnage de Jim s’apparente, en certaines occasions, au personnage du trickster. Le trickster est un être en position de faiblesse, qui agit de manière à se conformer aux attentes de ses interlocuteurs en position de force, mais qui, en fait, les manipule et les trompe à son propre avantage. Les interlocuteurs de Jim étant des Blancs, ce dernier affichera les comportements et le discours qui correspondent à leurs attentes, pour la plupart fondées sur des préjugés racistes, et parviendra ainsi à tirer profit des situations de faiblesse dans lesquelles il se trouve. Le trickster tel qu’incarné par Jim sera donc superstitieux, aura des croyances païennes et prédira l’avenir. Le premier épisode dans lequel Jim assume ce rôle s’intitule « The Boys Escape Jim », il s’agit du début du chapitre II : Tom et Huck se sauvent de la maison, Jim entend du bruit, et Tom décide de jouer un tour à Jim, il accroche son chapeau à une branche. Le narrateur Huck raconte:

Tom said he slipped Jim’s hat off of his head and hung it on a limb right over him, and Jim stirred a little, but he didn’t wake. Afterwards Jim said the witches bewitched him and put him in a trance, and rode him all over the State, and then set him under the trees again and hung his hat on a limb to show who done it. And next time Jim told it he said they rode him down to New Orleans; and after that, every time he told it he spread it more and more [...]. Jim was monstrous proud about it, and he got so he wouldn’t hardly notice the other niggers. [...] Niggers is always talking about witches in the dark by the kitchen fire; but whenever one was talking and letting on to know all about such things, Jim would happen in and say, « Hm! What you know ‘bout witches? » and that nigger was corked up and had to take a back seat. Jim always kept that five-center piece around his neck with a string and said it was a charm the devil give to him with his own hands [...]. Niggers would come from all around there and give Jim anything they had, just for a sight of that five-center piece [...]. Jim was most ruined, for a servant, because he got so stuck up on account of having seen the devil and been rode by witches. (HF, chap. II, p. II)

12Il apparaît clairement ici que ce n’est pas tant Jim qui a été dupé par Tom que l’inverse. En effet, Jim s’est servi à son avantage du préjugé entretenu par les Blancs selon lequel les Noirs croient aux sorcières et aux fantômes. Au lieu de demeurer passivement la victime, il récupère l’événement pour inventer une histoire qui lui permettra de ne pas éveiller les soupçons des Blancs puisqu’il leur servira exactement ce à quoi ils s’attendaient (Robinson, [1988] 1991, p. 213).

13D’autre part, cet épisode montre bien que le pouvoir passe par la parole (D.L. Smith, 1992, p. 109-110). Les talents de conteur de Jim lui permettent en effet de se défaire de ses tâches quotidiennes et de devenir un héros auprès de ses pairs, de susciter le respect et l’admiration, et même de recevoir des cadeaux (argent, objets, l’histoire ne le dit pas) des auditeurs qui viennent l’entendre. De plus, pour Fishkin, cette histoire de sorcières inventée par Jim tirerait ses origines de légendes appartenant à la tradition orale noire. Fishkin s’inspire des travaux de Gladys-Marie Fry, auteure d’un livre basé sur des témoignages d’esclaves, expliquant que dans ces légendes un Noir se faisait pourchasser par un être surnaturel toute la nuit jusqu’au stade de l’épuisement (tiré de Fry [1975], 1991, p. 72, cité par Fishkin, 1993, p. 83). D’après Fry, ces contes assumaient « the cultural function of preserving the heroic exploits of a suppressed people. The theme in evidence is that the Black, though manipulated, overpowered, and mistreated, emerges to some extern as a culture hero » (Fry [1975], 1991, p. 9-10, cité par Fishkin, 1993, p. 84).

14Il existe également d’autres arguments tendant à confirmer que Jim n’a pas été dupe des deux garçons lors de l’épisode « The Boys Escape Jim ». Tout d’abord, le ton de la réplique de Jim lorsqu’il surprend Huck et Tom est plutôt comique et blagueur, on croirait entendre un père faire mine de se laisser prendre par ses enfants, Jim dit en effet : « “Say — who is you ? Whar is you? Dog my cats ef I didn’ hear sumf’n. Well, I knows what I’s gwyne to do. I’s gwyne to set down here and listen tell I hears it agin” » (HF, chap. II, p. 10). Cette réplique laisse croire qu’il s’agit d’une sorte de jeu, que Jim connaît les petites escapades des enfants et qu’il en rajoute pour mousser leur plaisir et leur soif d’aventures. Ensuite, Huck nous apprend que Jim se serait endormi adossé à un tronc d’arbre, voilà qui est plutôt invraisemblable et fantaisiste ; Jim fait probablement semblant de s’endormir, il met d’ailleurs du temps avant de ronfler pour que les enfants soient encore plus fébriles. Enfin, l’histoire des sorcières qui suivra confirme que Jim joue la comédie depuis le début : en effet, lorsque l’on sait les avantages que cette histoire occasionnera (respect, admiration, écoute, dons des esclaves, et tromperie des Blancs), on ne peut douter du fait que Jim l’a inventée de toutes pièces. Il existe d’ailleurs un dernier avantage qui n’a pas encore été mentionné : l’argent. En effet, Huck nous apprend que Jim porte toujours cette pièce de cinq cents autour de son cou et qu’il prétend qu’il s’agit d’un fétiche que le diable lui aurait donné de ses propres mains. Ironie du sort, le diable en question n’est nul autre que Tom Sawyer, qui a laissé une pièce de cinq cents en guise de paiement pour les chandelles qu’il avait prises ce soir-là. Jim aurait recours ici, en comparant de manière sous-entendue Tom Sawyer au diable, au procédé appelé signifying, pratique discursive dans laquelle un énoncé, en apparence parfaitement inoffensif, cache un sens implicite subversif. Fishkin définit ainsi la pratique du signifying:

In the New World, these African rhetorical traditions of indirection stood the slaves in good stead. Here caution and circumspection were necessary for survival: in an environment where slaveholders exercised total, absolute power, the ironic doubleness of « signifying » speech and song became the source of impunity with which slaves could voice the unspeakable. On the surface, nothing subversive may have been said. Below the surface, however, the speaker sketched a highly subversive critique of the strong by the weak. For « signifying » speech can generate two meanings: one appears neutral and unobjectionable; the other may embody potentially dangerous information and ideas. (1993, p. 61)

15Jim n’est pas le seul personnage à recourir au procédé du signifying ; Jack, l’esclave qu’on retrouve dans les chapitres sur les Grangerford, fait de même. Il prétend emmener Huck voir des serpents d’eau (HF, chap. XVIII, p. 91), alors qu’il le dirige vers Jim, caché dans les bois, à l’abri des dangers. Derrière un énoncé en surface anodin et inoffensif se camoufle un sens contestataire (aider un esclave à s’affranchir). En se servant de ce principe du double sens, en étant capable de sous-entendre le non-dit, Jack ne pourra jamais être accusé d’avoir participé à l’évasion de Jim (Fishkin, 1993, p. 62). Huck, pour sa part, agit lui aussi en trickster à plusieurs reprises. C’est le cas, notamment, au chapitre XVI, lorsqu’il parvient à se débarrasser de deux chasseurs d’esclaves en leur faisant croire qu’il les invite sincèrement à venir sur son radeau (Fishkin, 1993, p. 66) ; au chapitre XXVII, lorsqu’il accuse, sans leur nuire, les esclaves d’avoir volé l’argent du duc et du roi ; au chapitre XXXI, lorsqu’il se renseigne auprès d’un garçon pour savoir s’il a vu Jim tout en feignant d’avoir peur de lui ; de même qu’au chapitre XXXII, lorsqu’il dit à la tante Sally que « only a nigger » a été tué dans le prétendu accident de bateau. À toutes ces occasions, Huck se sert de la pratique du signifying, il présuppose que ces gens considèrent les Noirs comme des voleurs (c’est le cas du duc et du roi), des êtres dangereux (c’est le cas du garçon du chapitre XXXI) ou inférieurs (c’est le cas de la tante Sally) afin d’écarter les soupçons sur ses intentions réelles. Il base ses répliques sur un savoir partagé admettant l’inhumanité des Noirs pour arriver à ses fins.

16Lorsque Jim, au chapitre IV, dit la bonne aventure à Huck à l’aide d’une boule de crin, il agit de nouveau en trickster. Huck vient le voir pour qu’il lui révèle l’endroit où se trouve son père, pap Finn :

Miss Watson’s nigger, Jim, had a hair-ball as big as your fist, which had been took out of the fourth stomach of an ox, and he used to do magic with it. He said there was a spirit inside of it, and it knowed everything. So I went to him that night [...]. Jim got out his hair-ball, and said something over it, and then he held it up and dropped it on the floor. [...] Jim got down on his knees and put his ear against it and listened. But it warn’t no use; he said it wouldn’t talk. He said sometimes it wouldn’t talk without money. I told him I had an old slick counterfeit quarter that warn’t no good because the brass showed through the silver a little, and it wouldn’t pass nohow [...]. (I reckoned I wouldn’t say nothing about the dollar I got from the judge.) I said it was pretty bad money, but maybe the hair-ball would take it, because maybe it wouldn’t know the difference. Jim smelt it, and bit it, and rubbed it, and said he would manage so the hair-ball would think it was good. He said he would split open a raw Irish potato and stick the quarter in between and keep it there all night, and next morning you couldn’t see no brass, and it wouldn’t feel greasy no more, and so anybody in town would take it in a minute, let alone a hair-ball. Well, I knowed a potato would do that, before, but I had forgot it.
Jim put the quarter under the hair-ball and got down and listened again. This time he said the hair-ball was all right. He said it would tell me my whole fortune if I wanted it to. I says, go on. So the hair-ball talked to Jim, and Jim told it to me. He says:
« Yo’ole father doan’ know, yit, what he’s a-gwyne to do. Sometimes he spec he’ll go way, en den agin he spec he’ll stay. De bes’way is to res’ easy en let de ole man take his own way. Dey's two angels hoverin’roun’‘bout him. One uv ‘em is white en shiny, en ‘tother one is black. De white one gits him to go right, a little while, den de black one sail in en bust it all up. A body can’t tell, yit, which one gwyne to fetch him at de las’. But you is all right. You gwyne to have considable trouble in yo’life, en considable joy. Sometimes you gwyne to git hurt, en sometimes you gwyne to git sick; but every time you’s gwyne to git well agin. Dey's two gals flyin'‘bout you in yo’life. One uv ‘em’s light en ‘tother one is dark. One is rich en ‘tother is po’. You’s gwyne to marry de po’one fust en de rich one by-en-by. You wants to keep ‘way fum de water as much as you kin, en dont run no resk, ‘kase it’s down in de bills dat you’s gwyne to git hung. »
(HF, chap. IV, p. 19-20)

17Non seulement Jim hérite-t-il d’une pièce qu’il pourra éventuellement utiliser, mais il ne dit à Huck que des généralités sur son père, généralités qu’il invente au fur et à mesure, et qui, comme dans l’épisode des sorcières du chapitre II, servent à renforcer, au-delà de l’image du Noir superstitieux, le préjugé selon lequel les Blancs feraient le bien et les Noirs, le mal. Jim a délibérément recours à ces catégories stéréotypées afin de tromper Huck. En effet, en lui disant ce qu’il veut entendre, Jim s’assure que Huck sera satisfait du service obtenu et qu’il reviendra le voir pour d’autres conseils du même genre. Le pouvoir de Jim passe une fois de plus par les mots, par le discours. Sa caractérisation est livrée au lecteur par le biais de son programme discursif. Jim détient une compétence discursive évidente : savoir jouer le rôle du trickster pour améliorer son sort. C’est pourquoi, contrairement aux critiques qui considèrent ce passage dégradant pour les Noirs, nous sommes d’avis que Jim sort une fois de plus gagnant de la rencontre. C’est également la position de D.L. Smith, qui montre que Twain se sert de la convention voulant que le Negro soit superstitieux — un des traits qui lui était généralement attribué dans le discours racial du XIXe siècle —, pour subvertir ce préjugé. Smith écrit, au sujet du Negro: « “Race” in America means white supremacy and black inferiority, and “the Negro”, a socially constituted fiction, is a generalized, one-dimensional surrogate for the historical reality of Afro-American people. It is this reified fiction that Twain attacks in Huckleberry Finn » (1992, p. 104). Lorsque Smith parle de race, il fait référence à la notion de racial discourse, une formation discursive s’articulant autour de relations basées sur de prétendues différences physiques. En d’autres termes, la notion de race implique des comportements et des capacités spécifiques et inhérents à chaque groupe, servant à maintenir un segment de la population dans un statut permanent d’infériorité (D.L. Smith, 1992, p. 104). La pensée de Smith rejoint la théorie de Colette Guillaumin qui montre que le concept de race, apparaissant au XIXe siècle, établit des différences entre les groupes, différences qui seraient biologiquement déterminées. On est confiné à son groupe en vertu de sa race, qui est biologique, naturelle, donc inchangeable : « [...] la nature garantit maintenant les particularités de chaque groupe » (Colette Guillaumin, 1972, p. 26). Le déterminisme biologique implique que la nature instaure la division entre les races, division qui est dès lors irréversible car inhérente. Le Blanc raciste qui exploite un groupe justifie ses actions en se disant ceci : « Je ne suis pas responsable puisque c’est biologique. Ils sont autres car en nature ils ne peuvent être moi. En fait ils sont responsables de l’oppression que j’exerce sur eux par leur incapacité naturelle à être moi-même, à se faire moi-même » (Guillaumin, 1972, p. 42). Or Twain subvertit les « contenus pragmatiques » (Folkart, 1991, p. 321) du mot nigger. Dans des expressions comme runaway nigger ou « helped a nigger to get his freedom » (HF, p. 68), le mot signifie esclave, c’est-à-dire une personne privée de liberté vivant sous l’emprise d’un maître. Mais il y a plus. Le nigger n’est pas qu’un esclave, le nigger, terme chargé de haine et de mépris, peut être menteur, voleur, hypocrite, paresseux, violent, sauvage ; le nigger, en définitive, n’est pas un homme. Ainsi, en anglais, dire nigger au lieu de slave comporte une double conséquence : atténuer la réalité de l’esclavage (le nigger est un esclave, mais on ne le dit pas explicitement) ; et justifier, par le langage, l’exploitation des Noirs par les Blancs (le nigger n’étant pas un humain, il est normal qu’il soit dominé). Telle est la charge pragmatique contenue dans le mot nigger. Or l’utilisation qu’en fait Twain dans Huckleberry Finn vise précisément à déstabiliser ces idées reçues en donnant des qualités humaines à Jim. Smith invoque les épisodes des sorcières au chapitre II, de la boule de crin au chapitre IV et de la discussion sur le français (il en sera question plus loin) au chapitre XIV (D.L. Smith, 1992, p. 109-111) pour démontrer que Jim n’est pas ridiculisé lors de ces scènes : « Throughout the novel Twain presents Jim in ways which render ludicrous the conventional wisdom about “Negro character”. As an intelligent, sensitive, wily, and considerate individual, Jim demonstrates that race provides no useful index of character » (D.L. Smith, 1992, p. 112). Twain se trouve donc à remettre en question la base même du discours racial. En donnant à Jim des qualités, des compétences que sa « race » n’est pas censée avoir par nature, l’auteur révoque la thèse du déterminisme biologique.

18Rapportée en discours indirect cette fois, la capacité de Jim à manipuler Huck en lui servant des paroles empreintes de croyances païennes et superstitieuses sera une fois de plus mise en évidence dans ce passage où il est question du cadavre qu’ils ont vu dans la maison flottante :

After breakfast I wanted to talk about the dead man and guess out how he come to be killed, but Jim didn’t want to. He said it would fetch bad luck; and besides, he said, he might come and ha’nt us; he said a man that warn’t buried was more likely to go a-ha'nting around than one that was planted and comfortable. That sounded pretty reasonable, so I didn’t say no more; but I couldn’t keep from studying over it and wishing I knowed who shot the man, and what they done it for. (HF, chap. X, p. 45-46)

19Sur le plan explicite, Jim affiche un discours superstitieux ; or, sur le plan implicite, il ne dit pas la vérité à Huck. Il sait en effet qu’il s’agit de pap Finn, et s’il ne le dit pas à Huck, c’est qu’il se doute bien que ce dernier n’aurait alors plus de raisons de fuir avec lui. On peut donc supposer que Jim invente cette histoire de malchance et de cadavre qui vient hanter les vivants pour clore le sujet le plus rapidement possible. Cette stratégie manipulatrice grâce à laquelle Jim protège ses intérêts personnels — il est moins dangereux pour un esclave d’être accompagné d’un Blanc —, renforce notre lecture des épisodes précédents voulant que Jim agisse en trickster.

20Tout en étant mise à profit de façon différente, la personnification du trickster sera reprise par l’esclave Nat qui affirmera, lui aussi, être victime du harcèlement de sorcières durant la nuit. Nat dira d’ailleurs au sujet de ces prétendues sorcières : « [...] en dey do mos’kill me [...] » (HF, chap. XXXIV, p. 187), réplique qui n’est pas sans rappeler le commentaire de Huck (déjà cité) qui raconte, en parlant de Jim, que les sorcières « tired him most to death » (HF, chap. II, p. n). Comme Jim, Nat table sur les préjugés des Blancs (en jouant l’esclave superstitieux et naïf) pour éviter de se faire maltraiter verbalement ou physiquement. Voici l’extrait en question dans lequel Nat est témoin des retrouvailles de Jim avec Huck et Tom Sawyer. Il n’arrive pas à croire que Jim connaît ces deux garçons. Pour ne pas faire échouer son plan d’évasion, Tom lui fait croire qu’il n’a rien vu ni entendu, et Nat admet que Tom a raison en invoquant le travail des sorcières et en disant que si le maître Silas était là, il n’aurait plus le choix de croire aux sorcières lui aussi :

« [...] I jis’ wish to goodness he [le maître Silas] was heah now — den what would he say! I jis’ bet he couldn’ fine no way to git aroun’ it dis time. But it’s awluz jis’ so; people dat’s sot, stays sot; dey won’t look into nothn’ en fine it out f’r deyselves, en when you fine it out en tell um ‘bout it, dey doan’ b’lieve you. »
Tom give him a dime, and said we wouldn’t tell nobody; and told him to buy some more thread to tie up his wool with [...].
(HF, chap. XXXIV, p. 187)

21Sans le dire ouvertement, Nat menace de tout aller raconter à son maître Silas Phelps, c’est pourquoi Tom lui donnera dix cents. La stratégie de Nat ne restera d’ailleurs pas sans résultat étant donné que Tom achètera son silence (un événement similaire à l’épisode du chapitre II : « The Boys Escape Jim »). Nat est donc beaucoup plus malin qu’il veut bien le laisser croire.

La figure du père

22En plus d’assumer le rôle du trickster, Jim peut également se comporter comme un père le ferait avec son enfant. Tour à tour affectueux, autoritaire et moralisateur, Jim fait souvent des remarques à Huck qui ont pour but de contester ses opinions, de le réprimander, ou encore de lui témoigner l’attachement qu’il a pour lui. On en a un exemple au chapitre IX lorsque Jim rappelle à Huck que s’il n’avait pas insisté pour qu’ils déplacent leur campement dans la caverne sur l’île Jackson, ils seraient tous deux trempés :

« Well, you wouldn’t a ben here, ‘f it hadn’t a ben for Jim. You’d a ben down dah in de woods widout any dinner, en gittn’ mos’ drownded, too, dat you would, honey. Çhickens knows when its gwyne to rain, en so do de birds, chile. » (HF, chap. IX, p. 44)

23Non seulement le propos est ici moralisateur, mais les désignations de Huck et Jim viennent en renforcer le caractère paternel. Jim appelle Huck honey et chile comme un père le ferait avec son fils et il se désigne lui-même en disant Jim, au lieu d’utiliser la première personne du singulier. Ces dénominations servent à signaler le ton à la fois affectueux et autoritaire de la réplique.

24On rencontre un passage similaire un peu plus loin. Huck confronte Jim en arguant que la peau de serpent qu’il avait trouvée quelques jours plus tôt n’a pas entraîné la malchance annoncée par Jim ; ce dernier lui répond : « “Never you mind, honey, never you mind. Dont you git too peart. It’s a-comin’. Mind I tell you, it’s a-comin’” » (HF, chap. X, p. 46). En plus d’avoir un ton moralisateur, on sent que Jim est quelque peu agacé, mais sans être agressif, toutefois, l’agressivité et la violence étant des traits de caractère ne pouvant en aucun cas être associés à son personnage.

25On vient de le voir, Jim agit parfois avec Huck comme il le ferait avec son propre enfant. Ce rôle de père resurgit véritablement lorsqu’il raconte comment il s’est senti après avoir frappé sa petite fille, qui ne pouvait pas lui obéir puisqu’elle était sourde :

« En wid dat I fetch’ her a slap side de head dat sont her a-sprawlin’. Den I went into de yuther room, en ‘uz gone ‘bout ten minutes; en when I come back, dah was dat do’ a-stannin’ open yit, en dat chile stannin’mos’ right in it, a-lookin’ down and mournin’, en de tears runnin down. My, but I wuz mad, I was agwyne for de chile, but jis’den — it was a do’dat open innerds — jis’ den, ‘long come de wind en slam it to, behine de chile, ker-blam!— en my lan’, de chile never move’! My breff mos’hop outer me; en I feel so — so — I doan’ know how I feel. I crope out, all a-tremblin’, en crope aroun en open de do’ easy en slow, en poke my head in behine de chile, sof’en still, en all uv a sudden, I says pow! jis’ as loud as I could yell. She never budget Oh, Huck, I bust out a-cryin’ en grab her up in my arms, en say, ‘Oh, de po’little thing! de Lord God Amighty fogive po’ ole Jim, kaze he never gwyne to fogive hisself as longs he live!’ Oh, she was plumb deef en dumb, Huck, plumb deef en dumb — en I’d been a’treat’n her so! » (HF, chap. XXIII, p. 125-126)

  • 4 Bien qu’il arrive effectivement à Huck d’être ému ou attristé par un événement, ses compétences dis (...)

26La réplique de Jim véhicule avec force et justesse toute la culpabilité qu’il a ressentie après avoir posé ce geste. Une culpabilité telle d’ailleurs que Jim n’ose pas admettre qu’il a effectivement battu sa fille ; il reprend donc ses propres mots du début, lourds de non-dit et de douleur voilée. Cet acte est soumis à une sorte de mutisme. Jim dit qu’il ne sait pas comment il s’est senti au moment où il a compris que sa fille était sourde ; il en perdait ses mots, lui qui peut être si loquace ; la violence et la honte ne se disent pas. Plein de zones d’ombre, de mots cachés et de silences éloquents, ce passage confère aux propos de Jim du relief et une fragilité touchante. La compassion qu’éprouve le lecteur est liée à ce que Jim raconte, mais aussi au fait que Jim est séparé de sa famille, une douleur également présente dans ce passage, l’injustice de l’esclavage étant dès lors dénoncée. Que cette scène soit percutante à ce point tout en étant écrite en sociolecte noir suffit à prouver la validité de ce parler comme porteur d’une force littéraire et idéologique. Mais peut-être pourrions-nous inverser l’argument et dire que c’est justement le parler noir qui confère à ce passsage une telle intensité émotionnelle. La profusion de la conjonction and, transcrite par en — un syntagme qui n’entrave pas la lecture vu la fluidité qu’il produit ; le dédoublement de la phrase « she was plumb deef en dumb » de même que la construction syntaxique de cette phrase ; les nombreuses répétitions (« jis’ den [...] jis’ den ; en I feel so — so — I doan’ know how I feel ») ; tous ces éléments ajoutent au caractère dramatique de la scène. Est liée à ces marqueurs de surface la capacité qu’a Jim de véhiculer un contenu émotionnel. Le seul personnage, avec Huck, capable de le faire4. L’humanité de Jim, de même que son humanisme, transcende cet extrait, mais encore, Jim se désigne en disant « ole Jim » dans ce passage, la preuve que cette dénomination est associée à son rôle de père. La caractérisation de Jim en tant qu’homme sensible et tendre passe la rampe, ici. Victor Doyno considère que cette réussite est la résultante d’une dévernacularisation de son parler ; nous ne partageons pas son avis.

27En effet, d’après Doyno, cette réplique de Jim manifeste une diminution des marqueurs du Black English: « [...] while revising this emotionally powerful scene, Twain twice wrote “never”, and one of the changes is the highly unusual modification of dialect form to standard language » (Doyno, 1991, p. 122-123). Généralement, le terme never est orthographié nuvver dans les répliques de Jim. Toutefois, ce changement est plutôt isolé. D’ailleurs, Twain (comme bien des auteurs qui ont recours à des parlers sociolectaux) ne transcrit pas de façon systématique un mot ou une expression de la même manière. On retrouve, par exemple, une occurrence du mot never à la page 39 orthographié correctement ; aux pages 65-66, le mot was est écrit de façon standard à trois reprises ; et, dans un même extrait, la transcription en eye dialect (wuz) est utilisée conjointement avec la transcription usuelle (was), c’est le cas aux pages 70 et 229, de même que dans l’extrait qui nous intéresse, où la transcription visuelle est accentuée par l’auteur. Il y a bien quelques marqueurs en moins dans la réplique de Jim, mais une si légère diminution ne suffit pas pour affirmer que son parler est dévernacularisé. L’un des marqueurs les plus distinctifs du parler de Jim, et qui n’est aucunement réduit, est le remplacement du th par le son d, transformation qui distingue vraiment son parler de celui de Huck, la différence acquiert ici valeur d’identification. D’autre part, l’association que fait Doyno entre dévernacularisation et scène tragique est contradictoire avec la fonction contestataire que revêt le parler noir au sein de l’œuvre. En effet, si la visée de Twain était de montrer que le parler noir peut véhiculer un éventail de compétences discursives, il n’est pas logique qu’il réduise le nombre de traits vernaculaires lorsqu’il souhaite faire passer une émotion particulièrement humaine. D’ailleurs, les marqueurs du sociolecte noir ne subissent aucune clôture dans le passage « In the Fog » lorsque Jim traite Huck de « trash », une réplique qui est pourtant puissante sur le plan dramatique (ce passage est analysé dans le chapitre 2).

Les actions du personnage de Jim

28On l’a vu, le programme discursif d’un personnage est apte à véhiculer des éléments descriptifs, en l’occurrence sa caractérisation. Ce même programme peut aussi se charger de composantes narratives, telles que les actes posés par un personnage. Nous avons d’ailleurs constaté une coïncidence entre les gestes et les paroles de Jim, au sens où ses gestes renforcent les possibles discursifs dont il a été doté.

Une autonomie actantielle

29Loin d’être représenté, sur le plan de ses actions, comme un personnage innocent et dépendant, Jim agit de façon posée et réfléchie, son jugement est sensé. Le plan qu’il met au point pour prendre la fuite au début du livre témoigne de cet esprit fin et astucieux. Il raconte ce qu’il a fait en ces termes:

« Well, when it come dark I tuck out up de river road, en went ‘bout two mile er more to whah dey warn’t no houses. I’d made up my mine ‘bout what I’s agwyne to do. You see ef I kep’ on tryin’ to git away afoot, de dogs ud track me; ef I stole a skift to cross over, dey’d miss dat skift, you see, en dey’d know ‘bout whah I’d lan’ on de yuther side en whah to pick up my track. So I says, a raff is what I’s arter; it doan’ make no track. » (HF, chap. VIII, p. 40)

30Jim le dit lui-même : « I’d made up my mine ‘bout what Is agwyne to do », signalant ainsi que cette évasion avait été planifiée avec attention. Le ton de la réplique révèle d’ailleurs une assurance ; à deux reprises, Jim dit à Huck « you see ». Cette longue explication que Jim fournit à Huck semble suggérer que le rapport de place n’est pas celui d’un esclave à un Blanc, mais témoigne plutôt d’une égalité, sinon d’un léger renversement des rôles, Jim étant en position de supériorité vis-à-vis de Huck, une position cautionnée par la longueur de sa prise de parole. En effet, Jim donne de nombreux détails sur son évasion, il parle longtemps, l’autorité du dire est ici corrélée à celle du faire.

31Un moment similaire à celui que l’on vient de décrire, similaire en ce qu’il est lié à la survie de l’esclave, se produit au chapitre XVIII, qui porte sur la vieille chicane opposant Grangerford et Shepherdson. Jim raconte à Huck ce qui lui est arrivé après qu’un bateau à vapeur a foncé droit sur eux sur le fleuve, brisant leur radeau et les séparant l’un de l’autre (Huck parle en premier) :

« Why didn’t you tell my Jack to fetch me here sooner, Jim? »
« Well, ‘twarn’t no use to ‘sturb you, Huck, tell we could do sumfn — but we’s all right, now. I ben a-buyin’ pots en pans en vittles, as I got a chanst, en a patchin’ up de raf’, nights, when — »
« 
What raft, Jim? »
« Our ole raf’. »
« You mean to say our old raft warn’t smashed all to flinders? »
« No, she warn’t. She was tore up a good deal — one en’ of her was — but dey warn’t no great harm done, on’ y our traps was mos’ all los’. Ef we hadn’ dive’ so deep en swum so fur under water, en de night hadn’ben so dark, en we warn’t so sk’yerd, en ben sich punkin-heads, as de sayin’ is, we’d a seed de raf. But it’s jis’ as well we didn’t, ‘kase now she’s all fixed up agin mos’ as good as new, en we’s got a new lot o’stuff, too, in de place o’what ‘uz los’. »
(HF, chap. XVIII, p. 92)

32L’assurance de Jim est une fois de plus palpable. Il a agi de manière efficace sans attendre que Huck vienne s’occuper de lui. L’analyse qu’il fait de la situation que tous deux ont vécue témoigne de cette assurance, mais aussi du rapport de place qu’il entretient avec Huck, un rapport d’égal à égal. Jim se permet en effet d’affirmer qu’ils ont peut-être mal agi, à cause de la peur entre autres, et va jusqu’à dire qu’ils se sont comportés — tous les deux — comme des idiots (punkin-heads).

33Les actes et les paroles de Jim témoignent d’un esprit prévoyant et intelligent : il rachète les choses qu’ils ont perdues et répare le radeau. De même, les autres esclaves chez les Grangerford — dont Jack, qui, on l’a vu, est très astucieux — posent des gestes qui témoignent de leur sens de la collectivité. Jim nous apprend en effet qu’ils lui ont trouvé un endroit où se cacher, à l’abri des chiens, et qu’ils lui apportent de la nourriture. Les esclaves pratiquent ici une forme de marronnage, ils s’entraident pour résister à la domination blanche. Lilian Pestre de Almeida définit ainsi la notion :

Marron aux Antilles est l’esclave qui fuit la servitude et l’univers concentrationnaire des Plantations pour vivre en liberté dans les bois ou sur les hauteurs. Traqué sans cesse, il doit sans cesse ruser pour échapper à ceux qui le poursuivent. D’où le verbe marronner et le substantif marronnage. Le concept de marronnage culturel, revendiqué par les critiques antillais et tout d’abord par René Depestre, relève d’une poétique de résistance, d’une pratique systématique du détour devant les obstacles qu’on ne peut guère dépasser, d’une ruse d’autodéfense liée souvent à une situation diglossique et parfois à une économie de subsistance. (1992-1993, p. 63)

34Les esclaves chez les Grangerford manifestent, à l’égard de Jim, une réelle solidarité. Il ressort de ce passage un portrait positif des esclaves, qui s’entraident en ayant mis au point des mécanismes de survie. On ne retrouve pas cette solidarité chez les Blancs, surtout pas dans ce chapitre, où deux familles s’entretuent sans raison. Le contraste est frappant. C’est l’humanité et l’humanisme des Noirs qui ressortent ici, par opposition à la sauvagerie des Blancs. Cette opposition se manifeste nettement dans le passage qui suit tout juste la conversation qu’ont Huck et Jim, où Huck écrit : « I dont want to talk much about the next day. I reckon I’ll cut it pretty short » (HF, chap. XVIII, p. 93). Huck fait référence à la mort de son ami Buck, une scène d’une grande violence ; l’expression de la sauvagerie des Blancs atteindra son paroxysme dans les pages qui suivront cette conversation. Les préjugés sont une fois de plus renversés, les forces centrifuges étant à l’œuvre pour déstabiliser le discours dominant.

35L’autonomie actantielle dont Jim fait preuve répond à l’autonomie discursive qu’il possède, les deux pratiques devant faire intervenir des qualités comme la ruse, l’intelligence et le pragmatisme. L’humanité de Jim émane donc tant de son discours que de ses gestes, ce qui montre la cohérence de sa caractérisation.

Le rôle du mentor

36En plus d’être capable de planifier une évasion seul, de survivre et de se débrouiller, Jim peut guider Huck en lui enseignant à reconnaître son humanité, comportement qui n’est pas sans rappeler le rôle de père qui a été décrit plus haut.

  • 5 Doyno écrit à ce sujet: « The very act of doubling, which Blair calls “motif with variation” and Ba (...)

37Cette humanité, Jim la manifeste à plusieurs reprises, mais nous nous arrêterons d’abord sur deux moments, ceux où il remplace Huck pour ses tours de garde. Ces deux passages sont traités ensemble parce qu’ils révèlent ce qu’on pourrait appeler, en français, une double variation5. Voici le premier épisode:

I had the middle watch, you know, but I was pretty sleepy by that time, so Jim he said he would stand the first half of it for me; he was always mighty good, that way, Jim was. I crawled into the wigwam, but the king and the duke had their legs sprawled around so there warn’t no show for me; so I laid outside — I didn’t mind the rain, because it was warm, and the waves warn’t running so high, now. About two they come up again, though, and Jim was going to call me, but he changed his mind because he reckoned they warn’t high enough yet to do any harm; but he was mistaken about that, for pretty soon all of a sudden along comes a regular ripper, and washed me overboard. It most killed Jim a-laughing. He was the easiest nigger to laugh that ever was, anyway. (HF, chap. XX, p. 104)

38Voici le deuxième:

I went to sleep, and Jim didn’t call me when it was my turn. He often done that. When I waked up, just at day-break, he was setting there with his head down betwixt his knees, moaning and mourning to himself. I didn’t take notice, nor let on. I knowed what it was about. He was thinking about his wife and his children, away up yonder, and he was low and homesick; because he hadn’t ever been away from home before in his life; and I do believe he cared just as much for his people as white folks does for their’n. It dont seem natural, but I reckon it’s so. He was often moaning and mourning that way, nights, when he judged I was asleep, and saying, « Po’ little ‘Lizabeth! po’ little Johnny! It’s mighty hard; I spec’I ain’t ever gwyne to see you no mo’, no mo'! » He was a mighty good nigger, Jim was. (HF, chap. XXIII, p. 125)

39Comme celui de la page 104, cet épisode commence ainsi : Jim remplace Huck pendant la nuit pour son quart de guet. Cependant, alors qu’en page 104 la suite était comique (Huck tombe à l’eau et Jim rit), ici, la suite est tragique : Jim pleure les siens, il s’ennuie de sa femme et de ses deux enfants. Enfin, dans les deux cas, l’épisode se termine par un commentaire raciste de la part de Huck : Jim est un nigger qui rit facilement, et Jim, contre toute attente, est comme les Blancs, il se fait du souci pour ses proches, c’est un bon nigger. Il s’agit d’une double variation, on passe du comique au tragique ; les idées de Huck, toutefois, demeurent les mêmes : Jim est un nigger, sans humanité, Huck n’arrive pas à aller au-delà de ses préjugés, ces derniers font obstacle à sa compréhension du monde. Twain a recours, pour une énième fois, au procédé ironique par lequel un comportement positif est suivi d’un commentaire dévalorisant. Huck, qui se croit supérieur à Jim, est victime de ses propres préjugés, préjugés qui rejaillissent sur lui pour dévoiler un système de pensée qui le dépasse : « [...] in making Jim the instrument of Huck’s development of moral consciousness, Twain confers significance of a high order on the black slave. Jim’s role is to instruct or redeem, and this role elevates him. Those who are blind to Jim’s role misread Twain. Far from affirming racist views, Twain’s intention is to reveal racism for what it is: a refusai to acknowledge the humanity of a people » (Jones, 1992, p. 163). Holton ne dit pas autre chose, écrivant que: « Certainly Jim functions in the role of teacher, and one lesson Jim surely teaches and Huck less surely learns is that in order to be truly free and to understand fully the meaning of being human, one has to separate himself from society and its values. And society’s racial values are very much at issue. Central to Huck’s education is his learning to relate to Jim as a “man” instead of as a “nigger” » (1984, p. 87).

40Le personnage de Jim assume donc un rôle de mentor auprès de Huck en lui enseignant à rejeter les préjugés et les valeurs racistes de sa société. Ce rôle actantiel est intimement lié au programme discursif de Jim : l’humanité s’enseigne par le faire et le dire. Huck lui-même en est conscient lorsqu’il écrit, au moment de sa deuxième crise de conscience :

And got to thinking over our trip down the river; and I see Jim before me, all the time, in the day, and in the night-time, sometimes moonlight, sometimes storms, and we a floating along, talking, and singing, and laughing. But somehow I couldn’t seem to strike no places to harden me against him, but only the other kind. I’d see him standing my watch on top of his’n, stead of calling me, so I could go on sleeping; and see him how glad he was when I come back out of the fog; and when I come to him again in the swamp, up there where the feud was; and such-like times; and would always call me honey, and pet me, and do everything he could think of for me, and how good he always was; and at last I struck the time I saved him by telling the men we had small-pox aboard, and he was so grateful, and said I was the best friend old Jim ever had in the world, and the only one he’s got now; and then I happened to look around, and see that paper. (HF, chap. XXXI, p. 169)

41La poéticité de cet extrait lui confère un ton solennel. Huck est impressionné par les actions et les mots de Jim, il vit une sorte de moment de lucidité, pendant lequel il voit émerger la réelle humanité de Jim. L’unité de l’œuvre résulte de l’interdépendance et de la concordance des composantes romanesques où la diégèse intègre ce que la composante dialogale avait déjà mis au jour, les traits de caractère du personnage de Jim.

42L’humanité de Jim sera également révélée lorsqu’il choisira de rester au chevet de Tom, risquant ainsi sa propre liberté. Huck, de nouveau prisonnier de ses préjugés, remarquera en parlant de Jim: « I knowed he was white inside, and I reckoned he’d say what he did say — so it was alil right, now, and I told Tom I was agoing for a doctor » (HF, chap. XL, p. 216). Huck voit toujours le monde à travers une grille idéologique basée sur la ségrégation et l’inégalité des groupes : les Blancs sont supérieurs, les Noirs inférieurs. Sa société continue de parler à travers lui, Huck demeure incapable de rejeter les idées reçues, l’humanité continue de se définir par le biais de critères biologiques. Twain raille le discours suprémaciste blanc, plusieurs exemples en ont d’ailleurs été donnés jusqu’ici. Ce n’est pas un compliment de se faire dire qu’on est white inside parce que, comme le constate Messent, « [...] given the behaviour of such as Pap, the king and the duke, the Grangerfords etc., the words carry a powerfùl ironic thrust of which Huck himself is unaware. And [...] it shows Huck as absolutely caught within the language and (racist) ideology of that culture which has helped mould him » (1990, p. 224).

43On en a eu maintes fois la preuve : Jim est rationnel et sensé, il a un bon jugement, il voit le danger, les risques, il sait évaluer ses chances de se sortir d’une situation difficile, il peut être compatissant et généreux. Non pas un bouffon destiné à faire rire, Jim apparaît plutôt comme un être « plein » dont la caractérisation est multidimensionnelle : il est capable de tendresse (il appelle Huck, « honey », « chile »), de finesse (histoire des sorcières, boule de crin), d’ingéniosité (son plan d’évasion), d’autorité (histoire du brouillard), de richesse verbale (monologue sur sa fille ‘Lizabeth), autant de qualités qui font défaut à la plupart des personnages blancs du roman. Le programme narratif de Jim est renforcé par son programme discursif, et vice versa, de même que par la composante diégétique descriptive, la longue réflexion de Huck citée plus haut en fournissant la preuve. Toutefois, il existe un élément qui, jusqu’ici, a été peu abordé : la matérialité du parler noir. Il apparaîtra que cette dernière n’entre pas en contradiction avec les autres éléments textuels qui ont été décrits, contribuant plutôt à en renforcer la signifiance.

Le Black English : instrument de ridicule ?

44Parallèlement à ces critiques pour qui le personnage de Jim n’est qu’une représentation caricaturale de l’homme noir, certains considèrent son sociolecte comme un parler petit-nègre dont les déviations morphologiques, syntaxiques et lexicales servent à le ridiculiser. C’est le cas notamment de Woodard et MacCann pour qui « Jim’s exaggerated dialect types him as a clown whenever he speaks. Twain’s charm as a vernacular writer is a strength of Huckleberry Finn, but his densely packed deviations from standard orthography in dialogue attributed to blacks isolate them from the other homespun figures and their colloquialisms, and suggest ignorance of a different (and greater) dimension » (1992, p. 152, note 15). Nichols, quant à lui, considère le parler de Jim comme un « absurd dialectal speech » (1992, p. 212) et Leonard et Tenney écrivent que « [t] he speech of Jim and other black characters in the novel is marked by extreme forms of eye dialect, while that of the white characters usually is not; the resuit exaggerates the ignorance and/or deviance of black speakers as compared to white » (1992, p. 5).

45Moins radical que ces derniers, Egan s’en prend pour sa part au manque d’authenticité du parler noir dans Huckleberry Finn: « [...] despite Twain’s pride in depicting “the Missouri negro dialect”, black speech in the novel is not accurately rendered. Twain largely limits himself to the basic phonemic differences between black and conventional dialects, especially the substitution of the “d” phoneme for the standard “th”, ignoring such complexities in black speech as immediate and continuous aspect, the distribution of plural markers in modifiers, and the zero relative pronoun [...] » (1977, p. 50, n. 1).

46L’analyse du parler noir sous l’angle fonctionnel, c’est-à-dire en tenant compte de son insertion dans l’espace romanesque, permet de relativiser la notion d’authenticité d’un sociolecte construit et d’en dégager une interprétation tout autre. Comme l’a démontré Lane-Mercier (1989), un sociolecte intratextuel répond davantage aux structures intrinsèques de l’œuvre qu’aux lois de l’authenticité. En effet, un sociolecte littéraire n’est pas une copie conforme du parler réel qu’il est censé représenter (ce qui serait, au surplus, sinon impossible, du moins illisible), mais bien plutôt un véhicule des visées esthétiques et idéologiques de l’auteur.

Pour un statut littéraire de la parole noire

  • 6 La bibliothèque publique de Concord au Massachusetts bannissait le roman en ces termes : « The Conc (...)

47Le sociolecte de Jim ne saurait être appréhendé sans d’abord le comparer au parler du narrateur de l’œuvre. Or le parler de Huck assume une double fonction dans le roman. En tant qu'antinorme extratextuelle, il vise à contester le bon usage, le bon parler et les bonnes manières ; en d’autres termes, à déstabiliser le canon littéraire de la genteel tradition. Dès sa première parution en 1885, Huckleberry Finn est critiqué et a ses détracteurs. On reproche alors au livre de ne pas être didactique et convenable sur le plan moral et de ne pas respecter la genteel tradition (Williams, 1992, p. 229)6. Le personnage de Huck est le principal point de mire de la critique: « His language — filled with slang and irreverent allusions, with no regard for the rules of grammar — left much to be desired. He was disrespectful of adults and seemed to have little interest in telling the truth » (Williams, 1992, p. 229).

48Subversif et déstabilisant sur le plan du hors-texte, le parler de Huck n’en continue pas moins d’assumer une fonction normative à l’intérieur du texte, normative au sens où son sociolecte a une valeur d’étalon à partir duquel les autres parlers littéraires sont mesurés et comparés (Carkeet, [1979] 1991, p. 113 ; Sewell, 1987, p. 85).

49Le sociolecte de Huck, en tant que véhicule de la narration, détient donc un rôle de norme intratextuelle, la hiérarchie du roman dictant cette convention. Toutefois, comme il s’agit d’un anglais vernaculaire, le parler du narrateur ne produit pas un effet de contraste, mais au contraire de solidarité vis-à-vis du parler des autres personnages, et surtout vis-à-vis de Jim, qui parle lui aussi une langue qui pourrait être qualifiée de « non standard ». Ce rapport de solidarité trouve en partie son expression à travers la transcription en eye dialect du mot sivilized. Cette représentation matérielle strictement visuelle ne transmet aucune variation phonétique qui permettrait de l’associer à un parler réel, c’est pourquoi elle peut être interprétée comme une attaque délibérée à l’endroit du monde blanc. Le symbole même du code de bienséance des Blancs étant mal orthographié, il est, du même coup, tourné en dérision. De la même manière, lorsque Jim dit wuz au lieu de was, le but n’est pas de le ridiculiser, car dans la logique interne du roman, ne pas respecter la langue standard — contrairement à la littérature traditionnelle — n’est pas nécessairement le signe d’un manque d’intelligence. Le non-respect de la langue standard se manifeste d’ailleurs aussi bien à travers le parler de Huck qu’à travers celui de Jim, et ce, par le biais de marqueurs identiques. En voici quelques exemples. L’absence sporadique de marque verbale pour signaler le passé (« I see » au lieu d’I saw ou « Jim says » au lieu de Jim said) est partagée par Huck et Jim, de même que la marque de la troisième personne du singulier pour conjuguer un verbe à la première ou à la deuxième personne (« you’s got » au lieu de you've got ou « I’s rich » au lieu de I’m rich). Huck et Jim se servent également tous les deux des adjectifs considerable et powerful en tant qu’adverbes (Fishkin, 1993, p. 43) ; dans ce dernier cas, la concordance inédite de Huckleberry Finn par Villy Sorensen mentionne que Jim utilise le mot powerful de cette façon à deux occasions, comparativement à 16 pour Huck (dans Fishkin, 1993, p. 156, n. 34) ; un rapport assez proportionnel, compte tenu des répliques de chaque personnage. Or en plus des deux occurrences du mot powerful utilisé comme adverbe dans les répliques de Jim rapportées en discours direct (HF, p. 39 et 205), nous avons relevé une occurrence du mot utilisé de la même manière dans une réplique en discours indirect (« Jim whispered and said he was feeling powerful sick », HF, p. 57), et une occurrence du néologisme powerfullest (Jim disant « dog my cats ef it ain’t de powerfullest dream I ever see », HF, p. 71). La double négation se retrouve tant chez Jim (« So dey didn none uv us git no money », HF, p. 42; « I wouldn want no mo’ », HF, p. 42) que chez Huck (« that dont make no difference », HF, p. 39; « I won’t let no runaway niggers get by me », HF, p. 76). Enfin, Huck et Jim disent tous deux ain’t ou ain' (seul Jim alterne entre les deux formes, Huck disant uniquement ain't). La nuance est importante, à la fois norme et non-norme, le parler de Huck-narrateur sert de point de comparaison, mais d’une comparaison dont la nature est plus horizontale que verticale. Les remarques des Woodard et MacCann, Nichols, Leonard et Tenney, selon qui le parler de Jim serait simpliste et servirait à le stigmatiser, pourraient donc s’appliquer aussi bien au parler de Huck, sociolecte qui n’est pas plus « correct » d’un point de vue normatif que celui de Jim.

50La représentation du sociolecte de Jim s’inscrit dès lors dans ce contexte littéraire où le parler du narrateur indique une connivence, non seulement grâce à sa matérialité, mais grâce à l’absence de paramètres situationnels visant à étiqueter le parler noir comme bas, pauvre, simple ou ridicule. En effet, le narrateur Huck ne fait jamais de remarques désobligeantes sur le sociolecte de Jim. Le choix de Twain était donc clair : réhabiliter la parole noire au sein du romanesque. Ainsi, comme l’explique Lane-Mercier, la représentation des sociolectes constitue un excellent moyen de saisir les positions d’un auteur sur le parler de ses personnages :

[...] le narrateur et, « derrière » lui, l’auteur, ont toujours la possibilité de signaler implicitement ou explicitement leur « dissociation » par rapport à un parler actoriel qui n’est pas le leur. À cet égard, il est rare que le narrateur parle comme ses personnages, et ce à plus forte raison lorsque ses personnages « parlent mal ». Se crée ainsi ce qu’on pourrait nommer une « faille » dialogique au sein de laquelle sont susceptibles de s’immiscer diverses stratégies de distanciation ou de rapprochement, de parodie ou de revendication, de nivellement ou de renforcement des stratifications sociolinguistiques extratextuelles. (1995, p. 80)

51Or non seulement le sociolecte noir n’est-il pas parodié par le biais d’un narrateur qui parlerait un anglais châtié, mais il est doté de qualités exclusivement littéraires. Comme on l’a déjà mentionné, les répliques de Jim témoignent d’une richesse langagière particulière, mais il y a plus. La nature répétitive qui caractérise ses répliques n’est pas anodine, elle culmine dans une des dernières prises de parole de Jim pour nous livrer la clé de lecture du roman. Il s’agit de l’épisode suivant (Jim vient de recevoir quarante dollars de Tom en guise de remerciement pour avoir fait le prisonnier) :

« Dah, now, Huck, what I tell you? — what I tell you up dah on Jackson islan’? I tole you I got a hairy breas’, en what’s de sign un it; en I tole you I ben rich wunst, en gwineter to be rich agin; en it’s come true; en heah she is! Dah, now! doan talk to me — signs is signs, mine I tell you; en I knowed jis’ ‘s well at I uz gwineter be rich agin as I’s a stannin’ heah dis minute! » (HF, chapter the last, p. 228)

52Avant d’aborder la clé de lecture du roman, revenons sur le style qui caractérise le parler de Jim. On y retrouve une rythmique toute particulière, une poéticité créée par les nombreuses répétitions. Ces qualités ne sont pas nouvelles. Qu’il s’agisse des retrouvailles après le brouillard ou du monologue sur ‘Lizabeth — passages cités plus haut —, le sociolecte de Jim est constamment truffé de répétitions. Bien qu’on en retrouve également dans le parler de Huck, ces redites sont plus signifiantes chez Jim parce qu’il prend moins souvent la parole.

53Le segment « signs is signs » contient, en creux, la clé qui permet de lire cette oeuvre : l’ironie, procédé qui oblige à interpréter les signes parce que leur sens n’est jamais livré directement. Jim est effectivement le seul personnage à détenir cette compétence verbale, un sens de la formule « choc » qui rend son discours efficace. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’une efficacité vide. Il s’agit, au contraire, d’une économie du langage qui sert Jim, et ne le dessert pas. On peut d’ailleurs l’associer à la pratique du marronnage mise au point par les esclaves, une économie de la subsistance qui leur appartient en propre. Les esclaves jouent un double jeu, ils ne disent pas vraiment ce qu’ils pensent. Leurs paroles ne doivent donc pas être prises au pied de la lettre, elles contiennent un double sens, un sens caché. Ainsi, la matérialité de la phrase « signs is signs » est révélatrice de la macro-structure qui organise toute l’œuvre : l’implicite. Les signes ont une importance capitale dans la logique interne de ce texte, un texte qui ne doit pas être lu, donc, au premier degré.

  • 7 Holton fait une constatation similaire à propos du parler de Fleece, un personnage noir dans Moby-D (...)

54Jim étant celui par qui la clé de lecture de l’œuvre nous est livrée, la valeur positive tant de son personnage que de son parler est du même coup attestée. Par conséquent, une visée idéologique est corrélée à cette visée esthétique : Jim et le parler qui est le sien sont valorisés. Le segment « signs is signs » est dès lors sémiotisé, il agit en tant que syntagme (Folkart, 1991, p. 257), il signifie d’ailleurs à deux niveaux. Sur le plan implicite, on l’a vu, il fait émerger la structure même de l’œuvre ; sur le plan explicite, il signale une virtuosité purement verbale et, du même coup, renforce la valeur riche et a-stéréotypée du sociolecte noir. Cette construction, de par sa répétition et sa faute syntaxique, en d’autres mots, les marqueurs de surface de la phrase « signs is signs » en ce qu’ils parviennent à livrer des contenus esthétique et idéologique, témoignent de la valeur positive dont est chargé le Black English dans Huckleberry Finn. Pur parler romanesque, le sociolecte noir est désormais doté de qualités qui le dépassent, il ne sert plus, comme c’était traditionnellement le cas, à faire rire, ou uniquement à identifier le personnage comme étant noir7. Étayé par les compétences tant discursives que narratives de Jim, le parler noir sert de support à la principale thématique de l’œuvre : la subversion des présupposés qui organisent le discours suprémaciste blanc. Cette fonction ne sera d’ailleurs pas sans résonance, d’autres éléments du texte, qu’il s’agisse de la caractérisation de Miss Watson, de celle de pap Finn, ou de certaines isotopies, viendront lui répondre et en cautionner la valeur.

Pap Finn

55Il existe une complémentarité entre les diverses composantes romanesques, une complémentarité qui sert de ciment à l’œuvre. Sans la caution des autres éléments textuels — tant ceux qu’on a vus, relevant plus spécialement de la caractérisation et des programmes discursif et narratif de Jim, que ceux qu’on verra —, la fonction idéologique contestataire du parler noir ne saurait être affirmée avec autant de conviction. Ainsi, sans la présence de personnages comme pap Finn ou Miss Watson ou Tom Sawyer, sans la récurrence de thématiques telles que la religion comme caution morale de l’esclavage, ou le rapport perverti qu’entretiennent l’argent et l’esclavage, la valeur subversive du parler de Jim serait sinon nulle, du moins très faible. Or ce n’est pas le cas, de nombreux éléments intratextuels viennent contribuer à soutenir la thématique principale de l’œuvre et, du même coup, à renforcer le rôle déstabilisant attribué au parler noir dans Huckleberry Finn.

  • 8 Notons la minuscule à la lettre p de pap Finn, un choix probablement délibéré de la part de l’auteu (...)

56L’un des personnages qui véhiculent de façon quasi explicite la thématique centrale de l’œuvre est sans contredit le père de Huck, pap Finn8. Twain parvient, en se servant de ce personnage, à subvertir le discours raciste. Il se dessine un réseau thématique autour du personnage de pap Finn s’articulant sur les termes suivants : la mort, la violence, le racisme, l’alcoolisme et ce qu’on pourrait appeler l’« isotopie blanche ». Nous entendons, par isotopie blanche, la sémiotisation négative du terme de white à l’intérieur de l’œuvre, l’auteur parvenant ainsi à renverser les idées reçues voulant que les Blancs soient intelligents et supérieurs, et les Noirs, idiots et inférieurs.

57La toute première description physique qui est faite de pap Finn permet de voir émerger cette isotopie :

He was most fifty, and he looked it. His hair was long and tangled and greasy, and hung down, and you could see his eyes shining through like he was behind vines. It was all black, no gray; so was his long, mixed-up whiskers. There warn’t no color in his face, where his face showed; it was white; not like another man’s white, but a white to make a body sick, a white to make a body’s flesh crawl — a tree-toad white, a fish-belly white. As for his clothes — just rags, that was all. (HF, chap. IV, p. 20)

58La blancheur de la peau, d’ordinaire liée, dans la hiérarchie sociale de l’époque, à un statut de pouvoir — Messent parle d’un « ideological System built on the notion of “white’ as unitary concept » (1990, p. 210) —, véhicule ici des impressions pour le moins négatives. Le personnage de pap Finn est décrit physiquement — une description qui rejaillit sur sa caractérisation —, comme un être qui n’attire pas la confiance, mais au contraire qui éveille la peur. Les actes et les paroles de pap viendront confirmer cette première impression. Comme l’écrit Egan: « Pap is the first, and in many ways the most viciously articulate, exponent of Southern racism. So his whiteness [...] acts on both the literal and symbolic levels — he is simultaneously a white man and The White Man; a living emblem of European prejudice against Blacks and its most vivid embodiment. And at the same rime, of course, because of all these things and because he is so physically revolting, he is meant to fill us with loathing » (1977, p. 74). La tendance centripète associée au mot white (Messent, 1990, p. 209) est ici déstabilisée par la valeur négative que Huck attribue à la blancheur de peau de son père. Toute la caractérisation de pap Finn contribuera à accentuer cette valeur négative et ainsi à subvertir l’acception consacrée dans la culture blanche dominante du terme white. En effet, son grand discours raciste (chap. VI, p. 26-27), de même que sa crise de delirium tremens (p. 28) contiennent une description psychologique du personnage le présentant comme un ivrogne injuste, égoïste, illettré, malhonnête, violent et dangereux. Permettons-nous de citer ce discours qui expose les préjugés racistes du personnage de façon directe et sans équivoque :

« Oh, yes, this is a wonderful govment, wonderful. Why, looky here. There was a free nigger there, from Ohio; a mulatter, most as white as a white man. He had the whitest shirt on you ever see, too, and the shiniest hat; and there ain’t a man in that town that s got as fine clothes as what he had [...]. And what do you think? They said he was a p’fessor in a college, and could talk all kinds of languages, and knowed everything. And that ain’t the wust. They said he could vote, when he was at home. Well, that let me out. Thinks I, what is the country acoming to? It was ‘lection day, and I was just about to go and vote, myself; if I warn’t too drunk to get there; but when they told me there was a State in this country where they’d let that nigger vote, I drawed out. I says I'll never vote agin. Them’s the very words I said; they all heard me; and the country may rot for all me — I’ll never vote agin as long as I live. And to see the cool way of that nigger — why, he wouldn’t a give me the road if I hadn’t shoved him out o'the way. I says to the people, why ain’t this nigger put up at auction and sold? — that’s what I want to know. And what do you reckon they said? Why, they said he couldn’t be sold till he’d been in the State six months, and he hadn’t been there that long yet. There, now — that’s a specimen. They call that a govment that can’t sell a free nigger till he’s been in the State six months. Here’s a govment that calls itself a govment, and lets on to be a govment, and thinks it is a govment, and yet’s got to set stock-still for six whole months before it can take ahold of a prowling, thieving, infernal, whiteshirted free nigger, and —. » (HF, chap. VI, p. 26-27)

  • 9 Les positions de Mailloux (1985, p. 123) et D.L. Smith (1992, p. 106) vont dans le même sens.

59En ayant recours à un tel porte-parole pour véhiculer l’idéologie suprémaciste blanche, Twain discrédite cette même idéologie, de même que ceux qui la partagent : « As a satirist who depends on an unstated but known norm, Twain can only assume that no reader will be persuaded by so ludicrous a figure as Pap ; his racism is simply one more vile aspect of his nature. Obviously, Pap Finn is no fit spokesman for views Twain would endorse; rather, he and his racism are the target of a satiric attack » (Jones, 1992, p. 160)9. Ces éléments, une fois associés à la principale thématique de l’œuvre, contribuent à témoigner de la valeur positive tant du personnage noir que de son parler. En effet, sans la présence d’un personnage blanc dont la crédibilité est invalidée par l’ensemble de ses gestes et de ses paroles, le contraste avec le personnage noir n’aurait pas lieu. Or, comme le fait remarquer Egan, il est possible de faire des liens entre la caractérisation du personnage de pap Finn et certaines parties de l’intrigue : « Pap, the typical and representative Southern poor white, is also the archetypal Southern racist. [...] His eloquent prejudices, situated early in the novel, release into the narrative atmosphere a kind of racist miasma that makes Jim’s flight credible and adds significance to many of the pivotal encounters in the action, such as the coming of the bounty hunters and the recapture by the Phelpses » (1977, p. 75). Le personnage de Jim ressort grandi de cette comparaison, sa caractérisation multidimensionnelle est confirmée, la valeur positive attribuée à son parler, attestée. Pap Finn, le « poor white », n’est pas le seul point de mire de Twain, la classe petite-bourgeoise est également la cible de ses attaques, Miss Watson en faisant la preuve la plus évidente.

Miss Watson

60Presque parfaitement monolithique et unidimensionnel, comme celui de pap Finn d’ailleurs, le personnage de Miss Watson est aussi celui par lequel l’intrigue est déclenchée. Si Miss Watson n’avait pas eu l’intention de vendre Jim, il n’aurait pas décidé de s’affranchir. Son rôle, bien que peu soutenu étant donné sa présence extrêmement limitée, n’est pas qu’accessoire : sans la présence de Miss Watson, ni l’intrigue de cette histoire, ni sa morale ne seraient les mêmes. Catalyseur de l’action, son personnage contribue également à mettre en doute la légitimité d’un système esclavagiste reposant sur des arguments chrétiens.

61Avant de faire le portrait du personnage de Miss Watson, il convient de noter que la religion est d’entrée de jeu raillée par le narrateur Huck. De pair avec les règles de civilité et de bonnes manières, la pratique religieuse chrétienne est ridiculisée dès la première page du livre, Huck écrivant en effet : « The Widow Douglas, she took me for her son, and allowed she would sivilize me [...] » (HF, chap. I, p. 7), et plus bas : « The Widow she cried over me, and called me a poor lost lamb, and she called me a lot of other names, too, but she never meant no harm by it. [...] When you got to the table [...] you had to wait for the widow to tuck down her head and grumble a little over the victuals, though there warn’t really anything the matter with them » (p. 7). La transcription en eye dialect du terme sivilize sert ici à ridiculiser cette prétendue civilité, autrement dit à subvenir la valeur positive qui lui est généralement associée. Le groupe social prônant ces règles du savoir-vivre est dès lors attaqué en bloc. Or cette même « Widow Douglas », qui désire civiliser Huck, est également pratiquante et croyante. Le dernier passage cité est comique parce que Huck ne saisit pas les références biblique et religieuse qui s’y trouvent dissimulées : la brebis égarée et le bénédicité. Le rire n’est pas tant dirigé contre Huck que contre ces gens qui pratiquent la religion :

When he describes the widow’s behaviour at table [...] he is not aware that his word « grumble » is in competition (both linguistically and ideologically) with the word(s) the widow would have used, « say grace » or « pray ». The humour emerges precisely because of our knowledge, and Huck’s ignorance, of the de-privileging of discourse which is occuring as the widow’s word for a formai ritual, part of the day to day fabric of her Christian respectability, is set against Huck’s puzzled and pragmatic description of her activity. [...] what is [...] implicitly at stake is the whole meaning of Christianity as it relates to everyday action and experience. Here, as so often in Twain, what initially merely encourages readerly laughter at Huck’s naiveté will later connect up with, switch into, a more serious argument about the relationship between Christianity and racist ideology in the pre-and post-war South. (Messent, 1990, p. 215)

  • 10 Quant à Egan, et bien qu’il prenne la veuve Douglas pour Miss Watson — c’est en effet la première q (...)

62Cette thématique de la religion chrétienne comme caution morale du racisme s’actualisera surtout à travers le personnage de Miss Watson. Rappelons d’abord que Miss Watson est clairement identifiée, assez tôt dans le roman, comme la propriétaire de Jim, et ce, à trois reprises. Notons aussi qu'elle est la sœur de la veuve Douglas et que, comme elle, elle fait partie de la classe petite-bourgeoise pratiquante et adepte des bonnes manières et du bon langage. Huck raconte d’ailleurs qu'elle est toujours sur son dos pour qu’il se tienne bien et qu’il se comporte correctement, et quelle lui parle souvent de ce qu’il appelle « the good place » et « the bad place » (HF, chap. I, p. 8), le paradis et l’enfer. Mais Miss Watson ne détient pas cette bonté de l’âme, cette compréhension et cette générosité qui caractérisent sa sœur, elle est plutôt irritante, sans cesse à l’affût du geste impoli ou de la parole déviante. Huck et Jim la décrivent d’ailleurs tous deux de la même façon, utilisant les mêmes mots, Huck écrit : « Miss Watson she kept pecking at me, and it got tiresome and lonesome » (HF, chap. I, p. 8) ; et plus loin : « [...] have old Miss Watson pecking at you all the time » (HF, chap. VI, p. 24), et Jim dit : « “[...] Ole Missus — dat’s Miss Watson — she pecks on me all de time, en treats me pooty rough [...]” » (HF, chap. VIII, p. 39). La triple occurrence de cette phrase n’est pas à négliger, elle agit comme témoin de sa valeur signifiante : Miss Watson est agaçante, elle critique et réprimande constamment, voilà un trait important de son caractère. Le portrait n’est pas flatteur, la suite des propos de Jim ne fera rien pour l’améliorer. On apprendra, en effet, que l’esprit mercantile de Miss Watson sera à l’origine de sa décision de vendre Jim. Ce dernier nous apprend ceci: « “[...] en I hear ole missus tell de widder she gwyne to sell me down to Orleans, but she didn’t want to, but she could git eight hund’d dollars for me, en it ‘uz sich a big stack o'money she couldn resis’. De widder she try to git her to say she wouldn’do it, but I never waited to hear de res’. [...]” » (HF, chap. VIII, p. 39). Bien que demeurant sous-entendu, le rapport unissant le christianisme, l’argent et l’esclavage n’est pas difficile à établir. Malgré ses croyances religieuses, autrement dit, malgré l’importance qu’elle accorde aux notions de bien et de mal, Miss Watson détient des esclaves ; il semble y avoir une contradiction dans les termes, or, de toute évidence, il n’y en a pas puisque aucune question morale ne se pose à elle : « Twain dialogizes Huck’s language with the various political, religious and moral discourses represented in the novel. It is the use of his voice which allows us to recognize the gap between Miss Watson’s Christian discourse and her selling of Jim for eight hundred dollars away from his wife and children » (Messent, 1990, p. 224)10. Il est établi qu’être croyant et posséder des esclaves ne sont pas deux comportements qui s’opposent, on verra, au contraire, qu’ils entretiennent un lien d’intime solidarité.

63Deux événements révèlent à quel point la religion apporte sa caution à l’esclavage. Il s’agit des crises de conscience de Huck. La première se produit lorsque Huck et Jim croient être rendus à Cairo, la ville au confluent des rivières Mississippi et Ohio d’où ils pourraient prendre un vapeur et monter vers les États libres. Huck se rend compte, tout à coup, qu’il est bel et bien en train d’aider un esclave à s’affranchir et cela ne l’avait jamais frappé auparavant avec autant de force : « Conscience says to me, “What had poor Miss Watson done to you, that you could see her nigger go off right under your eyes and never say one single word ? What did that poor old woman do to you, that you could treat her so mean? Why, she tried to learn you your book, she tried to learn you your manners, she tried to be good to you every way she knowed how. That’s what she done.” » (HF, chap. XVI, p. 73). L’ironie tourne ici à plein régime. Huck tente de se convaincre de la véracité de ses propres arguments, or il n’a cessé depuis le début de se plaindre des traitements irritants de cette Miss Watson qu’il appelle désormais « poor old woman ». Le lecteur n’est pas dupe, Miss Watson est celle-là même qui, on l’a vu, à cause d’un profit intéressant, hésitait à peine à vendre un esclave et à le séparer des siens, celle-là même qui réprimande Huck parce qu’il a sali ses vêtements et qui le traite d’idiot parce qu’il ne comprend pas le sens de la prière (HF, chap. III, p. 14). Le raisonnement de Huck n’a aucune crédibilité, le lecteur sachant que d’enlever son esclave à Miss Watson est un acte faisant preuve d’une réelle noblesse de sentiments, et non l’inverse. Egan écrit, concernant cette première crise de conscience de Huck : « [...] Twain’s emphasis at this point is on the role of religion in supporting the iniquitous System ; so he has Huck dwell on his religious indoctrination (Miss Watson had learned him his book well) » (1977, p. 120).

64La seconde crise survient au moment où Huck apprend que le duc et le roi ont vendu Jim aux Phelps. Huck se dit que tant qu’à être esclave, Jim serait plus heureux parmi les siens. Il décide donc d’écrire à Miss Watson pour la prévenir de la tournure des événements, mais s’aperçoit qu’un tel choix pourrait être néfaste aussi bien pour Jim que pour lui :

And then think of me! It would get all around, that Huck Finn helped a nigger to get his freedom [...]. The more I studied about this, the more my conscience went to grinding me, and the more wicked and lowdown and ornery I got to feeling. And at last, when it hit me all of a sudden that here was the plain hand of Providence slapping me in the face and letting me know my wickedness was being watched all the time from up there in heaven, whilst I was stealing a poor old woman’s nigger that hadn’t ever done me no harm, [...] I most dropped in my tracks I was so scared. Well, I tried the best I could to kinder soften it up somehow for myself, by saying I was brung up wicked, and so I warn’t so much to blame; but something inside of me kept saying, « There was the Sunday school, you could a gone to it; and if you’d a done it they’d a learnt you, there, that people that acts as I’d been acting about that nigger goes to everlasting fire. » (HF, chap. XXXI, p. 168)

  • 11 Il faut bien voir, d’ailleurs, pour revenir à l’argumentation que Huck a lui-même construite pour s (...)

65Le recours à la religion comme caution morale à l’institution de l’esclavage apparaît ici de façon beaucoup plus manifeste. La conscience de Huck est prisonnière d’un endoctrinement profondément ancré, l’esclavage est bien et l’abolitionnisme est mal, une rhétorique binaire à laquelle les préceptes chrétiens apportent leur soutien. La référence à Miss Watson, et ce, en des termes similaires à ceux utilisés précédemment — il s’agit donc d’une double variation —, prouve que le lien entre ce personnage et le discours religieux en tant que caution de l’esclavage est signifiant dans l’œuvre. Malgré toute la méchanceté dont il croit faire preuve, Huck décidera tout de même de renoncer à prévenir Miss Watson et, d’un geste assuré, déchirera la lettre, ce qui fait dire à D.L. Smith : « [...] since the pre-Civil War Southern church taught that slavery was God’s will, Huck’s decision flatly repudiates the church’s teachings regarding slavery » (1992, p. 113)11.

66Huckleberry Finn se présente comme une œuvre construite sur le double sens, où les référents ne veulent pas toujours dire ce qu’ils disent, où les idées reçues sont souvent renversées. Les Blancs sont donc, contre toute attente, plus souvent méchants que bons et les Noirs, l’inverse. Miss Watson, malgré son statut, sa foi et sa morale, peut faire le mal ; de la même manière, le déterminisme biologique apparaît faux, Jim se révèle plus malin que superstitieux, il sait faire preuve d’autorité, il agit même comme un mentor auprès de Huck. Dans ce même ordre d’idées, le sociolecte noir n’est pas un objet de ridicule, il est sémiotisé positivement. Le parler noir n’est pas le seul à être investi de fonctions liées à la logique interne de l’œuvre, d’autres éléments agissent également comme des syntagmes, c’est-à-dire que, sur le plan symbolique, ils signalent davantage que leur simple dénoté. C’est le cas des termes white, black, snake et carpet-bag, ainsi que de l’ensemble des chapitres d’évasion, qui doivent être lus au deuxième degré.

Quelques cas de sémiotisation

67Il en a déjà été question, l’isotopie blanche peut symboliser la peur et le danger. C’est d’ailleurs ce qui se produit lorsque Huck et Jim sont séparés l’un de l’autre dans le brouillard, il s’agit d’un épais brouillard blanc: « [...] the tow-head warn’t sixty yards long, and the minute I flew by the foot of it I shot out into the solid white fog, and hadn’t no more idea which way I was going than a dead man » (HF, chap. XV, p. 68), et plus loin, « [i]n another second or two it was solid white and still again. I set perfecdy still, then, listening to my heart thump, and I reckon I didn’t draw a breath while it thumped a hundred » (HF, chap. XV, p. 69). Or, tandis que ce brouillard blanc représente l’incertitude, le danger, la violence (on l’a vu avec pap Finn) qu’on peut associer au monde réel des Blancs, la couleur noire symbolise à maintes reprises les valeurs inverses, le calme, la paix, le bonheur, la tranquillité. En voici quelques exemples, le premier faisant suite aux deux extraits qui viennent d’être cités : « I looked away down stream, and seen a black speck on the water. I took out after it; but when I got to it it warn’t nothing but a couple of saw-logs made fast together. Then I see another speck, and chased that; then another, and this time I was right. It was the raft » (HF, chap. XV, p. 70), c’est une tache noire à l’horizon qui guide Huck vers le radeau, et ce n’est pas la première fois que cela arrive. Une dizaine de pages plus haut, en effet, le même phénomène s’était produit : « [...] a flash showed us a black thing ahead, floating, and we made for it. It was the raft, and mighty glad was we to get aboard of it again » (HF, chap. XIII, p. 61) ; enfin, ce dernier extrait, à la fois poétique et réaliste où Huck raconte leur vie sur le radeau :

It was kind of solemn, drifting down the big still river, laying on our backs looking up at the stars, and we didn’t ever feel like talking loud, and it warn’t often that we laughed, only a little kind of a low chuckle. We had mighty good weather, as a general thing, and nothing ever happened to us at all, that night, nor the next, nor the next.
Every night we passed towns, some of them away up on black hillsides, nothing but just a shiny bed of lights, not a house could you see.
(HF, chap. XII, p. 55)

  • 12 Précisons qu’il ne saurait s’agir d’un système figé ; les mots white et black n’ont pas toujours le (...)

68À d’autres moments, l’orage est décrit dans des tons de bleu et de noir, et Huck dit à Jim qu’il se sent bien, qu’il ne voudrait être nulle part ailleurs (HF, chap. IX, p. 43-44), et plus loin, les berges noires signalent l’absence de danger étant donné que les gens sont endormis, les fenêtres de leur maison étant dépourvues de lueur (HF, chap. XIX, p. 98). Par opposition à l’isotopie blanche, l’« isotopie noire » est ce qui véhicule un sentiment de bien-être et de quiétude12. La dichotomie traditionnelle selon laquelle le Blanc représente le Bien, et le Noir, le Mal, est ici renversée, les forces centrifuges agissant pour déstabiliser les idées reçues.

  • 13 Doyno note également la présence d’événements répétés : « An equal contrast exists between Pap’s ad (...)
  • 14 Définition tirée de Frederick C. Mish et al, Webster's Ninth New Collegiate Dictionary, Markham (On (...)

69Le serpent véhicule, dans Huckleberry Finn, une thématique rattachée à l’esclavage et, plus particulièrement, à la domination des Blancs sur les Noirs. Les allusions y sont effectivement nombreuses. Revenons d’abord sur deux épisodes qui forment une double variation13. Le premier épisode, le delirium tremens de pap Finn, se déroule ainsi : pap Finn, complètement ivre, croit voir des serpents lui grimper sur les jambes et lui mordre la joue, il finit par se coucher, pour se relever et se mettre à courir après Huck qu’il prend pour l’ange de la mort (HF, chap. VI, p. 28) ; dans le deuxième épisode, Jim, qui s’est fait mordre le talon par un serpent à sonnette, boit le whisky de pap Finn pour contrer l’empoisonnement (HF, chap. X, p. 46). Les mêmes éléments se retrouvant dans chacun des épisodes, on peut en déduire que le deuxième épisode fait en quelque sorte écho au premier et qu’il permet d’associer la thématique de l’esclavage au serpent. Perçu comme un danger imaginaire par un Blanc, devenant un danger réel pour un Noir, le serpent représente ce qui est en train de ronger le Sud, l’esclavage. Enfin, dans un autre épisode, Tom décide que Jim a besoin d’un serpent dans sa cabane en guise d’animal domestique, comme l’ont fait tous les grands prisonniers (HF, chap. XXXVIII). Ce n’est pas un, mais plusieurs serpents qui lui sont apportés, accompagnés d’araignées, de rats, de toutes les petites bestioles que Huck et Tom ont pu trouver (HF, chap. XXXIX, p. 209). Le mauvais traitement que Jim subit ici n’est pas sans rappeler les abus et violences de toutes sortes qu’ont endurés les esclaves, tant pendant qu’après l’esclavage. Enfin, l’esclave Jack fait lui aussi référence à une sorte particulière de serpents lorsqu’il emmène Huck retrouver Jim, des « water-moccassins ». Le « water-moccassin » est une vipère venimeuse semi-aquatique qu’on retrouve dans le Sud des États-Unis et qui, selon le Webster, est « closely related to the copperhead14. » Or la deuxième définition du copperhead est la suivante : « [...] a person in the northern States who sympathized with the South during the Civil War » (Webster, p. 289) et le terme de snake peut aussi vouloir dire en anglais : « [...] a worthless or treacherous fellow » (Webster, p. 1114). Si ces multiples recoupements n’ont pas suffi à prouver la sémiotisation dont sont chargés certains traits de surface, l’analyse du terme de carpet-bag offre un argument supplémentaire en faveur de cette interprétation.

70L’analyse génétique de Doyno a en effet démontré que Twain écrivait en choisissant ses mots avec attention, sachant pertinemment qu’un seul terme pouvait entraîner des interprétations particulières selon le contexte ou l’époque. Le mot carpet-bag, qui, dans les années 1880, en est venu à porter « a heavy burden of extremely damaging connotations, referring to Northerners who profiteered from the South's post-war misery » (Doyno, 1991, p. 228), en constitue un bon exemple. Pouvant être associé au profiteur nordiste de l’après-guerre de Sécession, le mot carpet-bag devait en effet être utilisé avec circonspection :

A [...] sensitivity about word choice occurred in the Phelps farm section when Twain decided to revise Huck’s « carpet bag » to his « baggage » (MS, 474). Similarly, Twain converted the word or dropped « carpet bag » on pages 475, 476, 487. Probably Twain considered that, in the post Civil War era, his first choice would carry distracting negative connotations, especially since Huck could be regarded as a semi-Northerner in Southern Arkansas. In contrast, when the king had been planning to rob the Wilks family, he ordered Huck: « Now hustle back, right off, and fetch the duke up here and the new carpet-bags » (MS, 229). Thus Twain was careful to impose this provocative association only where it would do the most harm. The first description of the king and duke concluded a paragraph with « and both of them had big fat ratty-looking carpet bags » (161). (Doyno, 1991, p. 92, n. 1)

71Une révision de ce type montre clairement que Twain était conscient des lourdes connotations qu’un mot ou un groupe de mots pouvaient véhiculer. La sémiotisation attribuée aux termes white, black et snake apparaît du même coup fondée.

72De la même manière que le terme de « carpet-bag » contient des connotations historiques, nombreux sont les critiques à interpréter les chapitres d’évasion de Huckleberry Finn comme représentant une transposition allégorique de l’époque réelle de la post-Reconstruction, période durant laquelle les droits des Noirs étaient non seulement officieusement, mais officiellement bafoués. Une telle période n’a pas pu faire autrement que d’influencer Twain, qui a précisément rédigé le roman entre 1876 et 1883. Le virage dans Huckleberry Finn peut donc être assimilé à cette époque, la quête de la liberté de Jim est interrompue pour culminer dans un théâtre de l’absurde, à l’image des événements réels des années 1870 et 1880 (Fishkin, 1993, p. 73-74). En effet, les Blancs pouvaient légalement, grâce à ce qu’on appelait alors le convict-lease System, emprisonner les Noirs libérés pour cause de « vagabondage » ou d’« intention de voler » (Doyno, 1991, p. 231). Mise à part la satire des romans d’aventures sous-entendue dans les chapitres d’évasion de Huckleberry Finn, le réemprisonnement de Jim par Tom Sawyer peut aussi être interprété comme une reprise, sur le plan symbolique, du sort réel réservé aux Noirs après la guerre de Sécession :

  • 15 Charles H. Nilon interprète les derniers chapitres du livre de la même manière (1992, p. 62).

Was there any Reconstruction-era social System that involved the captivity, imprisonment, or re-enslavement of legally freed Black men, that made them work for white people, that made them follow white-determined rules and orders which they had not known, that permitted transfer of the control over the Black men for much less money than they had been worth as slaves? Moreover, did any such System use the vocabulary of the Phelps episode, including terms such as « prison », « prisoner », « chains », « shackles », « guards », and « escape »? Unfortunately, yes. Tom Sawyer’s participation in Jim’s captivity may represent figuratively the injustice done to coundess Black freedmen under the convict-lease System15. (Doyno, 1991, p. 229)

73On apprendra effectivement à la fin du livre que Jim était libre. Miss Watson, honteuse d’avoir voulu le vendre à un marchand d’esclaves, l’avait affranchi juste avant de mourir. Tom Sawyer le savait, il avait donc emprisonné un homme libre pour s’amuser.

74Le pessimisme sous-jacent à cette lecture des derniers chapitres peut être transposé sur la structure même de l’œuvre, une structure s’articulant autour du double. À la toute fin du roman, Huck affirme vouloir s’enfuir pour ne pas être sivilized (notons la reprise de la faute d’orthographe) par la tante Sally (au début, il quittait la veuve Douglas pour la même raison). Jim répète pour sa part que les signes c’est les signes et — le lien vaut la peine d’être noté — il ajoute, comme lorsqu’il avait parlé du serpent à sonnette qui n’avait pas fini de leur porter malheur, mine I tell you, les mêmes mots qu’il avait déjà utilisés. Cette récurrence peut être interprétée comme signalant, elle aussi, la fatalité des événements à venir. Sur le plan strictement narratif, les derniers passages du livre reprennent, en symétrie, la structure du début : alors que dans le premier chapitre, la narration par Huck était suivie d’une réplique de Jim en discours direct, à la fin, Jim a la dernière réplique et le narrateur Huck termine le livre. C’est le retour à la case départ, la boucle est définitivement bouclée. La double structure dans Huckleberry Finn explique le sens de l’œuvre : la vie se répétera sans cesse.

75Bâtie autour de répétitions, de reprises, de retours et de redites, Huckleberry Finn est une œuvre qui traite de stabilité. Malgré tout ce mouvement, malgré cette longue descente sur le fleuve et toutes ces aventures ; malgré tous ces mots, toutes ces expressions sans cesse réénoncés par un même ou différents personnages, ce roman de Twain est ancré dans l’immobilité : une immobilité des valeurs, une stabilité idéologique. Les événements se répètent, mais ce n’est que pour mieux faire ressortir leur caractère perpétuel. Ils se répètent parce qu’ils ne changeront pas. Huck quitte Miss Watson pour ne pas être sivilized, il voudra quitter la tante Sally pour les mêmes raisons ; Jim fuit l’esclavage, il trouvera pire ; les Grangerford et les Shepherdson s’entretuent de génération en génération ; Tom ne connaît que l’argent pour acheter le silence de ceux qu’il opprime et qu’il manipule ; les Blancs continueront d’exploiter les Noirs, ils répéteront, sous une autre forme — celle prévue par le convict-lease System par exemple —, des comportements similaires à ceux qu’ils avaient pendant l’esclavage ; les Noirs, même libres, ne seront pas libres. Telle est la signifiance des multiples doubles variations dans Huckleberry Finn : montrer la répétition des événements, une répétition qui révèle en fin de compte une absence de mouvement, une forme circulaire.

76La répétition du mot signs dans la phrase « signs is signs », que Jim prononce à la fin du livre, fait écho, sur le plan micro-structurel, à la macro-structure même de l’œuvre. Comme le personnage de Fleece dans Moby-Dick, Jim détient, grâce à son parler, une compétence diégétique unique : véhiculer l’unicité du texte. Le parler noir, vu cette fonction purement diégétique, fonction qui doit être corrélée aux compétences discursives et narratives dont Jim est doté, acquiert dès lors une valeur positive signifiante. Loin de le représenter comme un bouffon comique et naïf, le sociolecte noir de Jim, grâce aux possibilités exégétiques qu’il génère, confère au personnage un statut esthético-idéologique contestataire.

Notes

1 La notion n’est pas neuve, nous nous inspirerons de la définition qu’en livre Fishkin: « In traditional trickster tales from both Africa and the United States, a weak figure outwits a stronger and more powerful one with cleverness and guile » (1993, p. 65). Il s’agit d’une acception plutôt large, nous la restreindrons plus loin, en l’associant au procédé du signifying, qui sera également explicité.

2 Le darky est un personnage d’esclave noir soumis et innocent, fier de son sort et plutôt idiot, qui fait rire à ses dépens.

3 Ce terme désigne une représentation orthographique non standard ne transformant pas la prononciation d’un mot : « “Uv” for “of”, “wuz” for “was”, “wer” for “were” look like dialect but do not change the words’ sounds » (Ross, 1989, p. 99).

4 Bien qu’il arrive effectivement à Huck d’être ému ou attristé par un événement, ses compétences discursives en la matière n’atteignent pas le degré d’efficacité de celles de Jim, le seul personnage réellement apte à toucher avec justesse la sensibilité du lecteur. Une compétence fort probablement liée à son rôle actantiel, Jim, en tant qu’esclave en fuite, possède en effet toutes les raisons du monde de nous émouvoir.

5 Doyno écrit à ce sujet: « The very act of doubling, which Blair calls “motif with variation” and Baldanza names “repetition with variation,” calls attention to the partial, fictional nature of each occurrence. Within the novel’s world, examples of repetition cannot be avoided » (1991, p. 240). Egan ajoute, quant à lui, qu’un événement est présenté deux fois, d’abord sous une forme tragique, ensuite sous une forme comique, mais que parfois l’inverse peut aussi se produire (1977, p. 36), ce qui sera le cas ici.

6 La bibliothèque publique de Concord au Massachusetts bannissait le roman en ces termes : « The Concord (Mass.) Public Library committee has decided to exclude Mark Twain’s latest book from the library. One member of the committee says that, while he does not wish to call it immoral, he thinks it contains but litle humor, and that of a very coarse type. He regards it as the veriest trash. The librarian and the other members of the committee entertain similar views, characterizing it as rough, coarse and inelegant, dealing with a series of experiences not elevating, the whole book being more suited to the slums than to the intelligent people » (Boston Evening Transcript, 17 Mardi 1885, p. 6, cité dans Champion, 1991, p. 13).

7 Holton fait une constatation similaire à propos du parler de Fleece, un personnage noir dans Moby-Dick: « The chiasmus achieved here (whale eut him, 'stead of him eat whale) could not have been achieved in Standard English; thus Melville here suggests that Fleece’s “special” language not only gives Fleece a certain rhetorical ascendancy over the arrogant, patronizing, but rather perceptually blunted Stubb, but also demonstrates an intrinsic capability for communication that is unavailable to the more Standard English speakers. In this passage — and it is certainly one of the earliest such passages in American literature — the dialect speaker is not simply a “substandard” speaker. Here the “spedalness” of speech implies “special” awareness, even “special” verbal capabilities, skills that seem akin to prophetie powers » (1984, p. 68). Voilà un commentaire qui pourrait s’appliquer presque sur mesure au sociolecte de Jim. Fishkin fait un parallèle similaire: « I agree with William Andrews’s interesting suggestion that Fleece’s famous sermon to the sharks in Moby Dick [...] may “[anticipate] some of the important changes that Mark Twain brings to the depiction of dialectal speakers and black dialect as well” (William Andrews, personal communication) » (1993, p. 195, n. 33).

8 Notons la minuscule à la lettre p de pap Finn, un choix probablement délibéré de la part de l’auteur, vu sa reprise pour les noms du duke et du king, qui s’écrivent tous deux sans la majuscule malgré les titres qu’ils signalent. Twain souhaitait ainsi ridiculiser la noblesse (Doyno, 1991, p. 1x5).

9 Les positions de Mailloux (1985, p. 123) et D.L. Smith (1992, p. 106) vont dans le même sens.

10 Quant à Egan, et bien qu’il prenne la veuve Douglas pour Miss Watson — c’est en effet la première qui marmonne au-dessus de la nourriture et non la deuxième —, il n’a pas tort d'affirmer que: « In Huckleberry Finn Twain’s attack on religionism [...] is exemplified, for example, by the pious Miss Watson who “grumbles” a little over her food before eating, and who invites her servants in for evening prayers but has, at the same time, no compunction about separating a man from his family when a quick profit is to be made » (Egan, 1977, p. 116).

11 Il faut bien voir, d’ailleurs, pour revenir à l’argumentation que Huck a lui-même construite pour se convaincre de dénoncer Jim, que le lecteur ne prend pas son propos au pied de la lettre. Tout ce qu’il dit signifie en fait son contraire : sa méchanceté est de l’humanisme, la pauvre vieille femme n’en est pas une, les principes véhiculés par l’Église sont hypocrites et mesquins (Egan, 1977, p. 26). Le même procédé s’appliquait lorsque Huck a eu sa première crise de conscience. Il culminait alors en un passage à la fois comique et ironique dans lequel Huck rencontre deux hommes à la recherche d’esclaves en fuite sur le fleuve qui lui demandent s’il est accompagné d’un Blanc ou d’un Noir sur son radeau : « “[...] Is your man white or black ?” I didn’t answer up prompt. [...] I warn’t man enough — hadn’t the spunk of a rabbit. I [...] says — “He’s white.” » (HF, chap. XVI, p. 75). Or Jim n’est pas blanc, il est noir, et Huck, contrairement à ce que lui-même croit, agit réellement cette fois comme un homme, il est vraiment humain,

12 Précisons qu’il ne saurait s’agir d’un système figé ; les mots white et black n’ont pas toujours le sens connoté qui leur est ici attribué, et ce, pour deux raisons. D’abord, chaque personnage possède un système de valeurs qui lui est propre et, donc, les mots white et black sont susceptibles de véhiculer des significations qui seront conformes à ce système — Messent donne l’exemple de la notion de liberté, dont l’acception n’est pas la même pour Huck et pour Jim (1990, p. 229-230). Ensuite, il est permis de penser que toutes les expressions, toutes les phrases, tous les passages d’un roman ne sont pas sémiotisés, certains sont « marqués », d’autres, « non marqués » (Berman, 1995, p. 71), de sorte que les mots white et black peuvent parfois tout simplement signifier white et black.

13 Doyno note également la présence d’événements répétés : « An equal contrast exists between Pap’s addictive, disgusting, frightening, lethal drunkenness and Jim’s deliberate, situational drunkenness to combat the snake bite » (1991, p. 240).

14 Définition tirée de Frederick C. Mish et al, Webster's Ninth New Collegiate Dictionary, Markham (Ontario), Thomas Allen & Son, 1989, p. 1332.

15 Charles H. Nilon interprète les derniers chapitres du livre de la même manière (1992, p. 62).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search