Version classiqueVersion mobile

Mark Twain et la parole noire

 | 
Judith Lavoie

Introduction

Texte intégral

1 Ernest Hemingway a écrit que toute la littérature moderne américaine procédait d’un seul livre, Adventures of Huckleberry Finn de Mark Twain. Or, malgré l’importance de ce roman sur la scène littéraire internationale, aucune étude d’envergure n’a traité de ses traductions françaises. Il s’agit pourtant d’une oeuvre fertile en la matière puisqu’elle recèle une panoplie de parlers vernaculaires posant des défis de taille à la traduction. Tel fut d’ailleurs le catalyseur de notre recherche : comment les traducteurs avaient-ils réagi devant l’éventail linguistique de l’oeuvre originale, en particulier devant le parler du personnage de Jim, l’esclave en fuite aux côtés de Huck Finn. La langue de Jim se veut une représentation littéraire d’un sociolecte désigné sous le terme de Black English. Cette parole noire, reconnaissable d’entrée de jeu par un lecteur anglo-américain puisqu’elle réactive un certain nombre de marqueurs phonétiques, morphologiques et stylistiques traditionnellement associables au Black English, représente un obstacle pour la traduction, car elle place le traducteur face à l’obligation d’inventer une langue apte à véhiculer les mêmes valeurs sociales, culturelles, politiques et idéologiques que celles portées par le Black English. En effet, comment le traducteur peut-il parvenir à faire parler Jim de manière à ce que le lecteur francophone puisse reconnaître son identité, son statut, mais aussi sa caractérisation, sa pensée, ses idées ? Quel véhicule langagier utiliser pour réactiver le projet initial ? Voilà autant de questions auxquelles les traducteurs de ce roman de Twain ont dû répondre, consciemment ou non.

2Notre tâche était donc double : mettre au jour les choix retenus par les traducteurs de Twain, mais avant, élucider les visées mêmes de l’auteur. Il s’agit en effet d’une démarche nécessaire : en premier lieu, la lecture du texte original ; en second lieu, la lecture des traductions. D’ailleurs, la lecture d’une traduction est essentiellement comparative. On a presque toujours une idée préconçue de l’oeuvre originale, d’autant plus que l’intérêt pour la traduction naît généralement d’une problématique soulevée par le texte de départ. On peut se demander par exemple comment sont traduits l’humour, les dialectes, les sociolectes présents dans une oeuvre romanesque. Mais avant toute chose, il importe de savoir ce que signifient cet humour, ces dialectes, ces sociolectes. D’où l’importance de revenir au texte de départ afin de comprendre les visées de l’auteur, et, dans le cas qui est le nôtre, d’interpréter le rôle du Black English, les fonctions qu’il assume au sein du texte, d’analyser l’ensemble de la caractérisation de Jim, celle de Huck Finn (le narrateur du livre), pour mettre au jour, en définitive, le projet de Twain. Une fois cette étape réalisée, la comparaison avec les traductions est possible. Et comme aucun traducteur n’a laissé de mémoires ou de journal de bord nous permettant d’avoir accès aux raisons ayant motivé ses choix, il a fallu interroger le texte traduit afin de faire émerger le projet de traduction (Brisset, 1990). Ce projet se manifeste dans le bougé de la traduction. En effet, les multiples petits déplacements qui jalonnent inévitablement une traduction, tous ces légers mouvements, à peine perceptibles, permettent de voir émerger, cohérent et homogène, le projet de traduction tel qu’il a été réalisé dans le texte. Le présent essai propose donc une analyse sémiotique des textes, de l’oeuvre originale d’abord, des traductions françaises ensuite.

3Samuel Langhorne Clemens (de son nom de plume Mark Twain) naît le 30 novembre 1835, à Florida (Missouri), de John Marshall Clemens et Jane Lampton. Ses parents possèdent une petite ferme et quelques esclaves. Clemens n’a que 12 ans lors du décès de son père ; il devient alors apprenti-typographe. Après quelques années à pratiquer ce métier, il se fait pilote de bateau à vapeur sur le Mississippi. Il emprunte d’ailleurs le pseudonyme de Mark Twain à la terminologie maritime : il s’agissait en effet d’une manière de calculer la profondeur de l’eau. Trois longueurs de sonde se disaient en anglais, mark three ; deux longueurs de sonde, mark twain. Adolescent, Clemens était rempli de préjugés. L’esclavage avait fait partie de sa vie, de ses moeurs. En 1853 (à l’âge de 17 ans), il écrit une lettre à sa famille dans laquelle il affirme qu’il devrait peut-être se peindre la figure en noir, car dans ces Etats de l’Est (il se trouve alors à New York) les Noirs sont mieux traités que les Blancs. À l’âge de 25 ans, il se joint à l’armée confédérée (sudiste). Il en sortira trois semaines plus tard. Certains affirment qu’il aurait pris cette décision en guise d’appui aux unionistes (Twain luimême n’a jamais confirmé cette thèse), il serait probablement plus juste de penser qu’une blessure à une cheville et la peur de se faire tuer ont pesé plus lourd dans la balance.

4Dix ans plus tard, en 1870, Twain fera une rencontre marquante : Olivia Langdon deviendra sa femme. Or les membres de la famille Langdon sont des abolitionnistes convaincus, leur maison avait été une station sur l’Underground Railroad, la route de la liberté pour les esclaves. Le contact de ces personnes sera certainement déterminant dans la vie de Twain. Plus jamais, dans ses écrits personnels non fictifs (correspondance, articles), Twain n’utilisera le mot nigger. Mais cette sensibilité n’est peut-être pas attribuable uniquement à la famille Langdon. Twain n’avait-il pas écrit un article incendiaire en 1869 dénonçant la bestialité de Yankees qui avaient pendu un Noir accusé de viol. Le lendemain du châtiment, le vrai coupable, un Blanc, était arrêté. Twain, en colère et avec son cynisme habituel, écrira que la chose n’est pas bien grave, que ce n’est qu’un nigger qui a été tué pour rien après tout. Il s’agit là, vraisemblablement, d’une préfiguration de la célèbre réplique de Huck Finn à la tante Sally, « Only a nigger killed ». Le mot nigger était nécessaire, tant dans le roman que dans l’article, car il agit comme un révélateur de la suprématie que s’accordent les Blancs. Pour les attaquer, Twain utilise leurs armes, il les place devant leurs propres préjugés, leurs propres faiblesses.

5Les années de jeunesse furent certainement marquées par des préjugés sur les Noirs, mais la vie adulte les sublimera, d’une certaine façon, dans des oeuvres comme Huckleberry Finn et The Tragedy of Puddn’head Wilson, mais aussi dans une nouvelle comme « A True Story », parue en 1874, soit deux ans avant que Twain ne commence à écrire Huckleberry Finn. « A True Story » donne la parole à une esclave, Aunt Rachel, qui raconte ses retrouvailles avec un de ses fils après la guerre civile. Mary Ann Cord, une ancienne esclave qui travaillait comme servante à la maison d’été des Clemens (Quarry Farm), a raconté à Mark Twain l’histoire qui est devenue « A True Story ». Cette histoire a d’abord été publiée dans l'Atlantic Monthly et a paru ensuite dans un livre intitulé Sketches New and Old. Le parler noir utilisé par le personnage montre que ce sociolecte revêtait déjà une grande importance pour Twain. On voit, à travers cette nouvelle émouvante, que Twain était préoccupé par le parler des Noirs, qu’il reconnaissait une richesse et un potentiel créateur à ce sociolecte. De plus, dans « A True Story », il apparaît clairement que le parler noir ne sert pas à ridiculiser le personnage d’Aunt Rachel, au contraire, il est un véhicule dramatique fort, rôle que ce sociolecte assumera aussi dans Huckleberry Finn, entre autres lorsque Jim parlera de sa fille ‘Lizabeth — même thématique que celle abordée dans la nouvelle, d’ailleurs. La nouvelle « A True Story » fait ressortir le caractère inhumain de l’esclavage, ainsi le parler noir, porteur de ce message, contenait déjà une charge de revendication idéologique identitaire.

6Deux ans à peine après la parution de cette nouvelle, Twain met en chantier Huckleberry Finn. La rédaction commence donc en 1876 et se termine en 1883, un travail difficile qui sera entrecoupé de longues pauses, l’orientation initiale du livre étant plusieurs fois remise en question. Twain avait d’abord pensé écrire la suite des Adventures of Tom Sawyer, ce qu’il appelait alors another boys book. Mais son histoire prendra une autre direction, les enjeux devenant de plus en plus sérieux. À l’été 1876, quelques mois à peine après avoir commencé, Twain a déjà rédigé le quart du manuscrit. Mais il s’arrête brusquement. Huck et Jim sont sur le point d’atteindre la ville de Cairo, ce qui leur aurait permis de remonter vers le Nord et d’atteindre les États libres, lorsque leur radeau percute un bateau à vapeur. Le radeau est scindé en deux, Huck et Jim sont séparés, et Huck se retrouve chez les Grangerford, une famille qui fait la guerre aux Shepherdson depuis plusieurs générations. Le dilemme qui se pose à l’auteur est évident : Jim va-t-il s'affranchir ou demeurer un esclave ? La deuxième option est retenue et, par un concours de circonstances totalement invraisemblable, Huck et Jim continueront de s’enfoncer encore davantage dans le Sud profond. Au moment où Twain délaisse son manuscrit, les troupes fédérales, venues occuper le Sud après la guerre de Sécession, se retirent. Cet événement marque la fin de la Reconstruction américaine et le début — ou la continuation — d’une vie extrêmement difficile pour les Noirs. Une fois l’armée partie, les Sudistes avaient tout le loisir de traiter leurs anciens esclaves comme ils le voulaient. La liberté des Noirs était dès lors presque complètement artificielle, les derniers chapitres du roman de Twain ne seront pas sans subir l’influence d’une telle tournure des événements. L’auteur reprend son manuscrit en 1879, trois ans après l’avoir délaissé, et le termine en 1883. Pendant les sept années que dure la rédaction, il écrira A Tramp Abroad (1880), The Prince and the Pauper (1882), Life on the Mississippi (1883), quelques nouvelles et une série d’articles dans des revues. Mais sa plus grande réalisation demeure, aux dires de presque tous les critiques, Adventures of Huckleberry Finn.

  • 1 Pour une analyse détaillée de l’ensemble des traductions, voir notre thèse de doctorat : La parole (...)

7Paru aux États-Unis en février 1885 (il était sorti en Angleterre et au Canada en décembre 1884), le roman de Mark Twain sera traduit l’année suivante en France par William-Little Hughes et, au cours des ans, les lecteurs francophones auront droit à sept retraductions du livre : Suzanne Nétillard (1948), Yolande et René Surleau (1950), André Bay (1961), Lucienne Molitor (1963), Claire Laury (1979), Jean La Gravière (1979) et Hélène Costes (1980). Dans ce livre, nous nous attarderons principalement à deux traductions : celle de Hughes et celle de Nétillard1. Le choix de ces deux textes ne relève pas du hasard. En plus de représenter respectivement la première traduction et la première retraduction du roman, ils font état de choix de traduction qui s’opposent radicalement sur le double plan esthétique et idéologique. Les options retenues par Hughes ont pour résultat de saboter le message ironique de Twain, de le nettoyer de ses accents anticonformistes, de le transformer en un discours réactionnaire et colonialiste. Le personnage de Jim est donc transformé en un être soumis et bête — sa parole renforçant cette caractérisation —, et Huck devient le représentant de la figure du Blanc paternaliste.

  • 2 La traduction d’Hélène Costes, par contre, ne sera pas abordée, car elle présente peu d’intérêt su (...)

8Le projet de traduction de Nétillard, quant à lui, se situe aux antipodes de celui de Hughes. Notons que le terme « projet de traduction » n’est pas à prendre ici au sens de visée ou encore d’intention ; il signifie plutôt un système de choix de traduction actualisés dans le texte. Ainsi, la traduction de Nétillard réitère, à l’aide de moyens linguistiques dans certains cas plutôt conservateurs, dans d’autres, novateurs, un contenu idéologique contestataire. Son texte traduit tend à maintenir le projet de départ (et même parfois à l’accentuer), pour présenter une image non ridiculisante du personnage de Jim, dont les qualités discursives demeurent le véhicule d’une pensée logique, d’une autonomie et d’une affection certaines. Notons en terminant que, pour des fins de comparaison et à titre indicatif, nous donnerons à lire en parallèle certains extraits pertinents et significatifs des autres traductions françaises du roman2.

  • 3 Les citations du texte anglais de Huckleberry Finn renvoient à l’édition par Sculley Bradley et al (...)

9La double référence littéraire et sociolinguistique du Black English représentant tout à la fois un écueil et un défi considérables pour la traduction, le problème se posait d’entrée de jeu : quel véhicule langagier adopter pour rendre l’identité noire en français ? Les travaux de Bernard Vidal proposaient une solution féconde : le français créolisé. Cette langue aux confluents du français et du créole trouve son actualisation dans de nombreuses oeuvres romanesques antillaises. Nous nous pencherons sur deux d’entre elles, écrites par Jacques Roumain et Patrick Chamoiseau, pour dessiner l’esquisse de solutions de rechange à la traduction de la parole noire américaine. Présente en germe dans le texte français de Suzanne Nétillard, cette option de traduction gagnerait à être exploitée davantage vu la fonction identitaire noire qu'elle véhicule dans le littéraire. Voilà donc où la critique productive (Berman) semble nous avoir menée : peut-être faudra-t-il, un jour, retraduire Huckleberry Finn3...

Notes

1 Pour une analyse détaillée de l’ensemble des traductions, voir notre thèse de doctorat : La parole noire en traduction française : le cas de Huckleberry Finn, Montréal, Université McGill, 1998, p. 82-249.

2 La traduction d’Hélène Costes, par contre, ne sera pas abordée, car elle présente peu d’intérêt sur le plan de l’analyse.

3 Les citations du texte anglais de Huckleberry Finn renvoient à l’édition par Sculley Bradley et al. (Twain. [1885] 1977), que nous désignerons par le sigle HF. Quant aux traductions, elles seront désignées par le nom de leurs auteurs respectifs.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search