Version classiqueVersion mobile

Le livre avalé

 | 
Éric Méchoulan

Remerciements

Texte intégral

1Pour un ouvrage aussi préoccupé de grâce et de dette, il serait peu gracieux de ne pas souligner tout ce que je dois. Cependant, durant les dix années de recherche qui ont trouvé ici une forme, on peut bien imaginer que le nombre de personnes rencontrées qui m’ont, ici ou là, permis d’avancer (ou de reculer) et qui ont enrichi mes réflexions est trop considérable pour que je puisse nommer chacun.

2Je ne mentionnerai donc que les dialogues privilégiés, à commencer par celui que j’ai entretenu avec Alain Viala. Il a fait preuve d’un soutien, d’une patience et d’un sens critique qui sont dignes d’un ami. De son côté, Christian Jouhaud a su me ramener avec doigté à certaines réalités de l’écriture de l’histoire et n’a cessé de m’engager dans de justes débats. On aura également senti les marques des travaux d’Hélène Merlin dans ces pages, mais j’ai surtout le souvenir de son passage à Montréal qui fut lumineux.

3Il me faut ajouter les membres de mon jury d’Habilitation dont les remarques, à un stade presque final, ont été fort utiles : Nicholas Cronk, Marie-Madeleine Fragonard, Georges Molinié et Jacques Rancière, ainsi que Hélène Merlin et Alain Viala (derechef). Je remercie également Bernard Beugnot et Benoît Melançon de leurs suggestions de lecture sur certains sujets, ainsi que les deux lecteurs (ou lectrices) anonymes du Programme d’aide à l’édition savante pour leurs commentaires judicieux.

4Enfin, pour toutes ces années, même les plus hasardeuses, je ne saurais assez dire ma gratitude envers Marie-Pascale Huglo.

5Par ailleurs, je suis redevable à plusieurs institutions de leur soutien : King’s College, Cambridge ; Conseil de recherche en sciences humaines du Canada ; Université de Montréal. Elles m’ont permis de poursuivre ces recherches durant toutes ces années.

6Certains textes ont déjà été publiés et sont repris ici de façon plus ou moins modifiée : « La fabrique des contes de fées à la fin du XVIIe siècle : de la mémoire à la culture », Les lieux de mémoire et la fabrique de l’œuvre, éd. V. Kapp, Tübingen, Biblio 17,1993, p. 91-102 ; « Du style de Dieu et de sa traduction au XVIIe et au début du XVIIIe siècles », L’histoire et les théories de la traduction : Actes du colloque international de Genève, 3-5 octobre 1996, Genève, ASTTI, 1997, p. 159-174 ; « Les deux vies de Saint-Hyacinthe dans les marges du Dr Mathanasius », Tangence, no 57, éd. J. Goulemot, P. Popovic, 1998, p. 23-39 ; « Le gracieux et le gratuit : civiliser la grâce dans les traités de savoir-vivre aux XVIe et XVIIe siècles », De la grâce et des vertus, éds. M.-F. Wagner et P.-L. Vaillancourt, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 259-293 ; « Les deux plus rares choses du monde : être vrai et paraître vrai », Mélanges Bernard Beugnot, Montréal, Paragraphes, 1999, p. 83-98 ; « Le goût et le ragoût », Les dérèglements de l’art. Formes et procédures de l’illégitimité culturelle en France (1715-1914), éd. Pierre Popovic, Erik Vigneault, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000, p. 112-129.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search