Version classiqueVersion mobile

La langue de papier

 | 
Karim Larose

Remerciements

Texte intégral

1Jamais ce livre n’aurait été publié sans le concours d’un certain nombre de personnes qui m’ont soutenu, de bien des manières, tout au long des dernières années.

2Je tiens tout particulièrement à remercier Pierre Nepveu et Éric Méchoulan, qui ont été des directeurs complices, des alliés attentifs tout au long de l’écriture de La langue de papier, à l’origine une thèse de doctorat. Leur présence, leurs conseils, leur écoute et leur immense générosité, dans des moments parfois difficiles, n’ont jamais fait défaut. Ils ont fait de cette recherche l’occasion d’un dialogue vif, léger et grave à la fois, sur la littérature, la langue et ses circonstances.

3Dans un second temps, ce livre a beaucoup profité des lectures serrées de Marie-Andrée Beaudet, de Ginette Michaud et de Micheline Cambron. De nombreux aspects de ce travail ont été approfondis, précisés et nuancés à la suite de leurs suggestions toujours pertinentes, inspirées et inspirantes.

4Brigitte Faivre-Duboz, qui a été depuis le début au cœur de ce projet, ainsi qu’Alec Larose ont accepté avec une passion et une rigueur toujours égales de lire, de relire et de relire encore le manuscrit de ce livre. Ils se sont consacrés à cette tâche sans compter leur temps et leurs efforts ; je ne saurais assez les en remercier. Murielle Dupuis Larose et Pierre Larose ont effectué d’ultimes lectures ; leur apport intellectuel et gastronomique me fut précieux tout au long de cette recherche.

5Deux protagonistes importants du débat linguistique, Jean-Marc Léger et André Major, ont également eu la gentillesse de bien vouloir m’accorder une entrevue et répondre à mes questions ; je garde bien entendu l’entière responsabilité de l’interprétation que j’ai faite de leur pensée sur la langue, mais tiens à leur témoigner ici ma chaleureuse reconnaissance.

6Au cours des dernières années, j’ai pu compter sur l’appui financier, essentiel il va sans dire, du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).

7Sur un plan institutionnel toujours, je voudrais remercier pour son soutien Robert Boily, ancien directeur général du Centre de recherche Lionel-Groulx, ainsi que Marie Léveillé et François Dumas, qui ont facilité le travail en archive que j’ai eu à y faire.

8Pour l’aide financière accordée au projet d’anthologie Les intellectuels et le français au Québec, que je prépare en collaboration avec Karine Cellard, j’aimerais également remercier la Bibliothèque nationale du Québec, sa directrice générale, Lise Bissonnette, et sa directrice de la recherche et de l’édition, Claudine Jomphe, ainsi que le Secrétariat à la politique linguistique du Gouvernement du Québec et le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises de l’Université Laval, sa directrice, Marie-Andrée Beaudet, et son coordonnateur scientifique, Guy Champagne. La langue de papier a tiré grand profit de la recherche effectuée dans le cadre de ce projet.

9Enfin, un merci tout particulier à Anne-Marie Desmeules, Élisabeth Cormier, Marie-Joëlle Savoie, Manon Plante, Sophie Létourneau, Renaud Jean et Jonathan Livernois pour m’avoir aidé, au cours de la dernière année, à rassembler un certain nombre de documents complémentaires, nécessaires à l’accomplissement de ce travail.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search