Version classiqueVersion mobile

La langue de papier

 | 
Karim Larose

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Jean Marcel, notamment, définit la culture comme la source même du dépassement du principe d’ident (...)

1Au cœur du néo-nationalisme et de la pensée de la décolonisation, le concept d’identité a longtemps servi, au Québec, à articuler le rapport entre langue et collectivité. Cette logique identitaire aujourd’hui contestée, y compris de l’intérieur par ceux qui entendent rester fidèles à ce qu’elle sous-tendait de valable1, appartient à une configuration idéologique plus vaste qu’on peut appeler expressiviste, en suivant la terminologie de Charles Taylor. S’il n’est pas exclusif à la période couverte par mon corpus, l’expressivisme langagier s’y déploie cependant avec une force inaccoutumée dans la mesure où l’accent mis sur l’individu avec l’essor de la question sociale et le refus radical du mimétisme littéraire, à Liberté comme à Parti pris, ouvre la voie aux manifestations les plus singulières de la subjectivité. Formule emblématique du tournant des années 1960, l’« âge de la parole » peut être considéré comme l’un des multiples symboles de cette époque où se révèle le pouvoir de l’expressivisme.

2Ainsi que le souligne Charles Taylor, une telle approche du langage s’impose dans toute la modernité occidentale et le Québec n’y fait pas exception. Toutefois, elle revêt ici des enjeux qui lui sont propres et qui tiennent à la situation particulière du français dans le grand ensemble nord-américain. Tout au long de ce livre, je me suis intéressé, à partir d’angles différents d’un chapitre à l’autre, à la façon dont les traits principaux de l’expressivisme se sont articulés aux argumentaires des intellectuels québécois, avec de nombreuses variations qui découlent, entre autres, de leurs préoccupations pour l’instrumentation et l’enrichissement du « corpus » linguistique.

3Ce faisant, j’avais pour objectif d’exposer un autre versant de l’histoire de la tradition québécoise de spéculation sur la langue. Il s’agissait de surprendre et de faire entendre des voix, des pensées, des idées jusqu’alors inaudibles, en abordant les textes suivant une approche stéréophonique, c’est-à-dire en faisant ressortir leur relief et les logiques discursives qui les configurent. Dans l’introduction et au fil des chapitres, j’ai essayé de montrer que, malgré les nombreux travaux sur la langue écrits depuis un quart de siècle, des aspects majeurs de la question linguistique sont restés dans l’ombre. Il est significatif, par exemple, qu’une pléiade d’études aient été entreprises sur la Charte de la langue française sans qu’aucune n’essaie de retracer l’origine historique et idéologique du principe qui en constitue le cœur, en l’occurrence celui d’unilinguisme. En dehors de quelques survols sociopolitiques, rien n’existe sur le sujet. Ce point aveugle n’est pas un cas isolé, même s’il demeure sans doute l’un des plus frappants. Une telle situation s’explique par le fait que le courant dominant dans la littérature critique tend à négliger systématiquement la dimension proprement spéculative de la question linguistique.

4Quoique cet ouvrage soit dominé par des figures d’écrivains, le fait de mettre l’accent sur l’évolution des idées et des débats sur la langue m’a permis de donner voix au chapitre à des protagonistes qui, bien qu’importants, n’ont pas marqué l’histoire intellectuelle du Québec par la publication d’œuvres de fiction (notamment Henri Bélanger, Giuseppe Turi, René Lévesque, Gilles Lefebvre). J’ai tenu tout particulièrement à insister sur le fait que la conception de la langue mise de l’avant dans le champ littéraire au cours des années 1960 s’appuie sur une grille de lecture de la question linguistique qui s’impose vers la fin des années 1950, avec l’influence de l’École historique de Montréal. Le courant de pensée qu'elle fait naître rejoint et convainc des intellectuels aussi différents que Michel Brunet, Jean-Marc Léger, Raymond Barbeau et André d’Allemagne. Cardinales dans le développement de la réflexion sur la langue, les thèses néo-nationalistes sont reprises tout particulièrement par la très grande majorité des partisans de l’option indépendantiste.

5En dépit d’importantes différences, une telle influence est manifeste dans le cas de Jacques Ferron, dont la pensée demeure du reste, malgré le renouveau des études ferroniennes, tout à fait méconnue des histoires officielles de la question linguistique. Après examen des textes, l’auteur des Contes du pays incertain apparaît comme le premier intellectuel à avoir proposé l’unilinguisme et comme l’un de ses plus importants défenseurs au cours de la période cruciale des années 1958-1963. La filiation de sa réflexion avec l’École historique de Montréal est très nette dans la théorie des langues complètes qu’il développe au début des années 1960 et qui représente, dans mon corpus, le premier cadre spéculatif où s’élabore un refus du bilinguisme institutionnel (le pendant du « traduidu » mironien des années 1970). Sa théorie s’appuie sur la conviction néonationaliste de l’impossibilité d’un équilibre linguistique paisible entre deux nations dont les forces politiques et économiques sont inégales et, par conséquent, sur la dénonciation de la promotion active d’un bilinguisme dont les effets pervers ne se font sentir que sur la société québécoise.

6Grâce, entre autres, aux travaux de Ginette Michaud et de Pierre L’Hérault, on connaît mieux depuis une décennie la place tout à fait singulière de Ferron dans l’institution littéraire québécoise. J’ai tenté de montrer qu’il constitue également une figure de premier plan dans la pensée sur la langue. On peut ainsi considérer l’expérience gaspésienne du romancier, évoquée pour la première fois en 1960, comme l’événement déclencheur, dans le monde littéraire, d’une prise en compte de l’état de la langue à Montréal et, surtout, d’une inquiétude quant à la langue en tant que matériau et instrument d’écriture. Cette épiphanie semble au fondement du changement d’attitude qui se joue chez les écrivains au cours de l’année 1964 et qui se manifeste par une incorporation imaginaire de la langue. L’étude des textes de Langevin, de Miron et de Major confirme cette impression. Ferron apparaît comme le premier écrivain à avoir simultanément lié la question linguistique à la politique d’un côté et à la littérature de l’autre dans la perspective d’une réflexion sur la langue elle-même et non sur le langage, comme c’était le cas chez Gilles Hénault, par exemple.

7On peut considérer en outre que cette « longue passe » de Ferron donne le coup d’envoi d’une réflexion sur la question linguistique qui, à partir du milieu des années 1960, sera portée de manière décisive par les littéraires, alors que c’était loin d’être le cas 10 ans plus tôt. Plusieurs raisons expliquent que les écrivains jouent alors un rôle nouveau et marquant dans l’évolution des idées sur la langue. On a ainsi pu voir tout au long de ce travail plusieurs manifestations de leur surconscience linguistique, dont le point de départ demeure, ne l’oublions pas, une prise de conscience politique. Sans elle, l’épisode partipriste, par exemple, n’aurait sans doute pas eu lieu. Elle est la condition sine qua non d’un changement de perspective et explique l’émergence en 1964 de problématiques tout à fait nouvelles aussi bien dans les textes de Jacques Brault que dans ceux de Gérald Godin.

8Dès les années 1950, Jean-Marie Laurence anticipe de façon très juste l’écueil sur lequel butera bientôt l’institution littéraire, soit l’écart grandissant entre la langue de culture et la langue populaire. C’est également ce que souligne Jacques Ferron, qui insiste sur le fait que l’œuvre ne saurait durer sans l’existence d’un large lectorat intéressé à la lire et surtout à la relire. Dans un premier temps, la fragilité de l’état de la langue a pour effet de miner radicalement l’espérance de vie du Livre, sur le plan institutionnel. Le point de vue est moins pragmatique quand les écrivains, Ferron le premier, observent qu’au-delà de la question de la « publicité » de l’œuvre, l’inspiration et l’écriture elles-mêmes éprouvent des difficultés de plus en plus insurmontables au fur et à mesure que l’imaginaire et la vigueur de la langue parlée s’épuisent et s’amoindrissent. Dès lors, le constat de l’étrangeté du français au Québec se transpose dans le champ de la création, comme en témoignent certaines observations très sombres de Fernand Ouellette et de Laurent Girouard. Le destin de l’écriture est soumis aux mêmes aléas que le destin de l’oral : l’une s’éteindra avec l’autre.

9Toutefois, si la littérature s’avère indispensable à la réflexion sur la question linguistique, c’est d’abord et avant tout parce qu'elle met en jeu un puissant expressivisme s’appuyant sur la langue. Adoptant la « création » comme valeur suprême de la subjectivité, la modernité ne peut que trouver dans l’art et la littérature une référence incontournable. Par sa visée, l’œuvre semble, de façon exemplaire, incarner le principe d’expression, ce qui explique sans doute que la réflexion sur la langue, à partir des interventions de la génération de Liberté/L’Hexagone, trouve ses utopies et ses idées les plus singulières chez des écrivains. Brault, notamment, revient souvent sur le fait que la liberté de parole ne sera jamais possible sans la liberté de langue ; il ajoute que l’écrivain a précisément pour charge, par l’écriture, de ramener Eurydice à la lumière du jour dans un univers où l’expression libre aurait une place fondamentale. Les essais de Miron font également voir que l’écriture, comme la langue natale, constitue un supplément irrépressible qui signale et affiche la possibilité d’un autre usage de la langue. On peut se demander si ces voix d’écrivains ayant mis la notion d’expression au cœur de leur vision de la langue ont vraiment été entendues dans l’espace public et notamment dans l’univers des linguistes qui, depuis les années 1980, ont eu à réfléchir sur l’« aménagement » linguistique au Québec. Il n’est pas certain, notamment, que l’idée de Jean Marcel — mettre la langue à la disposition du locuteur — ait joué un rôle significatif dans la théorisation et l’instrumentation du français québécois.

10Il faut cependant aussi rappeler que la réflexion des écrivains sur la langue n’a pas toujours présenté le même intérêt ni la même valeur. Ainsi, dans le monde littéraire de la fin des années 1950, l’originalité de Jacques Ferron, par exemple, demeure une exception. La véritable révolution dans les idées est à ce moment portée surtout par des intellectuels militants, dans des institutions universitaires ou au sein de mouvements politiques, mais leur pensée sur la langue n’a donné lieu à aucune étude spécifique. En mettant de l’avant une interprétation où domine la logique du conflit et de la lutte, Michel Brunet, entre autres, impose une approche aisément repérable tant à Liberté avec Hubert Aquin que chez les partipristes ou même chez Gaston Miron. Le néo-nationalisme inspire aux intellectuels québécois et particulièrement aux écrivains le désir de trouver des solutions nouvelles aux problèmes proprement langagiers en mettant en lumière le fait que l’évolution de la société est d’abord et avant tout conditionnée par des événements politiques ou économiques dont les effets structurels compromettent considérablement les possibilités d’action des individus isolés.

11Comment comprendre la nécessité du passage du social au politique à la fin des années 1950 sous l’impulsion conjointe de Michel Brunet, JeanMarc Léger, Raymond Barbeau et André d’Allemagne ? Comment expliquer un changement de paradigme aussi important, dont témoignent aussi bien la démission de Ferron du PSD que la prise de conscience, chez Miron, de l’empreinte du colonialisme au Québec à la suite d’une remarque d’Albert Béguin ou encore la « conversion » au Québec que vit Gérald Godin ? La réponse est d’autant plus importante que l’alliance du social et du politique constitue le point d’appui théorique du renouveau de la spéculation linguistique. Cela apparaît avec clarté dans les années 1970, alors que l’équilibre des perspectives libérale et nationaliste dans la réflexion sur la langue se rompt en raison de la prérogative accordée au point de vue social par Henri Bélanger ou encore par la nouvelle gauche incarnée notamment par Victor-Lévy Beaulieu.

  • 2 Avant que s’amorce le début d’une contre-offensive généralisée à l’égard des idées de l’École hist (...)

12Les textes montrent que la rupture entre la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval et l’Institut d’histoire de l’Université de Montréal est consommée2 parce que la critique d’inspiration sociologique ne semble pas vouloir tirer les conséquences logiques de ses analyses et que, contrairement aux intellectuels nationalistes, elle évite de poser son regard, ordinairement d’une grande rigueur, sur un certain nombre de réalités nécessitant des solutions urgentes. Comme le note Pierre Daviault, la question linguistique constitue l’un de ces objets qui, dans les faits, demeurent invisibles aux sciences sociales d’alors. Il faut bien voir que le passage au politique ne devient essentiel qu’en l’absence d’une prise en charge de la problématique linguistique par les intellectuels qui, traditionnellement, ont cherché à serrer au plus près les conditions dans lesquelles vivent les individus au quotidien.

  • 3 Il serait cependant faux de penser que l’optique moralisante disparaît entièrement de la vision de (...)

13Paradoxalement, la solution politique s’impose donc dans le contexte d’un vacuum idéologique où seuls les intellectuels nationalistes s’intéressent aux questions de langue. Encore faut-il qu’ils envisagent eux-mêmes la « politique » et l’État comme des chevaux de bataille dans leur vision des changements sociaux. On sait que l’École historique de Montréal accomplit cette révolution au milieu des années 1950 : si la réflexion sur la langue adopte un nouveau paradigme, c’est donc aussi parce que le nationalisme lui-même s’est profondément transformé. Dans les argumentaires, on voit alors apparaître des analyses d’inspiration sociolinguistique marquées par un refus des solutions morales et pédagogiques3, car l’application du concept de structure au champ des phénomènes langagiers conduit à conclure que seul le pouvoir politique peut changer la donne de façon conséquente, c’est-à-dire de manière à réaliser une amélioration notable des conditions dans lesquelles le français est parlé au Canada français. Parallèlement, le sentiment d’impuissance et de dégradation semble être vécu, de façon beaucoup plus intense que par le passé, comme une injustice et comme un déni de la dignité à laquelle tout locuteur devrait avoir droit, quelle que soit sa langue.

  • 4 Comme je l’ai souligné au premier chapitre, il s’agit là du terme qu’emploient expressément les in (...)

14Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le Québec se trouve selon plusieurs observateurs devant un choix de société difficile dont l’enjeu est, à plus ou moins long terme, la vie ou la mort de la langue française. Ces images organiques apparaissent dans d’innombrables textes du tournant des années 1960. Elles vont de pair avec un nouveau rapport à la critique, marqué comme on l’a vu par un réalisme4 qui se veut lucide et que Brunet, Léger et D’Allemagne opposent explicitement à toute pensée messianique, qu'elle prenne la forme du nationalisme traditionaliste de Lionel Groulx ou de l’utopie fédéraliste d’un pacte canadien soudant l’égalité entre deux nations dites fondatrices. En raison de sa marginalité, cet impératif critique a été interprété à l’époque comme une marque de pessimisme, alors qu’il ne s’agissait pour le néo-nationalisme qui le prônait que de briser le penchant généralisé des élites canadiennes-françaises à user d’une rhétorique creuse, conservatrice et confortable. Aux yeux de Brunet et de Léger, trop d’éloquence avait fini par éteindre le sens politique de leurs concitoyens. Grâce à l’instauration d’un ton différent, plus incisif et insolent, la critique peut mettre en place une façon nouvelle de considérer les faits sociaux et politiques, dont la question linguistique.

  • 5 C’est cette approche du temps long, conjuguée à un profond réalisme, qui le distingue des considér (...)

15Le réalisme néo-nationaliste, je l’ai mentionné, a profondément influencé le développement de la pensée des intellectuels indépendantistes des années 1960 et 1970. Ils reprennent notamment l’idée que la politique se définit toujours par le conflit, un concept appelé à rompre l’harmonie unanimiste dans laquelle se complaît d’après eux l’élite traditionnelle. Lorsque la conscience du conflit se surimpose à l’analyse des structures sociales, le regard ne peut que se porter sur la longue durée. Pour le néo-nationalisme, le futur lointain est le seul critère de mesure valable pour penser les phénomènes politiques5. Tant Léger que Barbeau ou D’Allemagne insistent, par exemple, sur le fait que la pratique du bilinguisme doit être évaluée d’après ses effets à long terme sur les langues. Alors seulement,il apparaît clairement qu'elle représente, comme le souligne Aquin, une phase transitoire entre deux unilinguismes. La hantise de l’assimilation, du passage de l’autre au même et du même à l’autre, est l’une des constantes de ces années. C’est ce que Louis Landry, quant à lui, cherche à dénoncer dans la pensée des intellectuels indépendantistes. On trouve un bon exemple de la problématique qui sous-tend cette obsession de l’identitaire chez Maurice Séguin lui-même, dont un ancien étudiant rapporte l’une des analogies qu’il aimait exposer, avec le flegme dont savait faire preuve le théoricien de l’École historique de Montréal. À ceux qui lui demandaient si l’assimilation ne valait pas mieux qu’une éternelle subordination, il répondait :

  • 6 Exemple donné par Maurice Séguin et rapporté par Jean-Pierre Wallot, cité dans Jean Lamarre, Le de (...)

C’est sûr que le mouton, une fois mangé par le lion, est certainement dans un être plus fort, plus puissant. Est-ce que c’est mieux ou non moralement ? Il n’y a pas de réponse à cette question-là. Mais ce qu’on peut dire cependant c’est que le mouton n’existe plus. Et peut-être, s’il avait le choix, [qu’]il préférerait exister. Et c’est certain [que] quand vous mettez un mouton et un lion dans un même pré, vous créez une situation structurelle qui fait que le lion va manger le mouton6.

16Sont ici mis en évidence les principaux éléments caractéristiques du néonationalisme : l’expérience d’une différence, le conflit, la structure, l’espace commun, le mode de contact, l’assimilation au sens métaphorique (la dévoration, ici) et enfin le principe du choix, qu’il soit individuel, moral ou politique. Toute la réflexion de Barbeau, de Léger et de D’Allemagne sur le bilinguisme et l’unilinguisme est fondée sur cette vision de l’existence collective et sur l'éventualité de la suppression des différences tant et aussi longtemps qu’aucun dispositif ne vient s’interposer entre des entités dont les forces sont disproportionnées.

17La proposition d’unilinguisme, qui est la principale innovation des années 1960 sur le plan de la spéculation linguistique, sera précisément conçue comme un recours institutionnel permettant de faire en sorte que, par l’adoption d’une mesure législative, la collectivité la plus faible soit désormais dans une situation structurellement normale. Ce n’est pas contre le bilinguisme proprement dit que les intellectuels indépendantistes en ont, car la polyglossie leur paraît un bénéfice non négligeable sur le plan individuel. Ils ne rejettent que l’illusion visant à faire croire qu’il est possible d’instituer un bilinguisme à l’échelle de la collectivité sans que l’une ou l’autre des langues en présence ne finisse par l’emporter. Au moment où il est mis de l’avant, l’unilinguisme est d’abord l’expression d’une résistance aux effets concrets du bilinguisme.

*

18Les intellectuels qui le défendent cherchent alors, pour étayer leur position, à faire la preuve qu’un individu devrait avoir le droit de parler sa langue maternelle et d’en faire usage sans contraintes dans sa vie de tous les jours, dans le milieu de travail comme partout ailleurs. On voit alors se développer des argumentaires linguistiques qui mettent en lumière l’unité profonde des phénomènes sociaux. Dans les années 1950 et 1960, on fait ainsi ressortir non seulement le rapport général entre langue et société (la langue étant soumise aux pressions sociales, aussi bien économiques que politiques), mais aussi le fait que, s’il est difficile de prendre dans l’abstrait le pouls d’une collectivité, l’état de la langue, miroir fidèle et tangible, nous donne l’occasion d’en évaluer la situation d’un seul coup d’œil. Cet aller-retour constant de la société à la langue et de la langue à la société est un signe de l’intensification des corrélations dont la langue devient le pivot. Tout semble mis en œuvre pour effectuer, sur le plan théorique, un rapprochement entre l’homme et la langue. De plus en plus, on met également la langue en relation avec la culture, un type de rapport qui à l’époque est encore neuf. La projection de la société dans la langue renvoie au corps de l’homme, à sa faim, à son travail, aux structures économiques, tandis que la projection de la culture dans la langue évoque son cœur et son esprit. Dans les deux cas, il s’agit de mettre en évidence la profondeur de l’enracinement de la langue dans le sujet, sa pensée, sa vie, ses désirs et son imaginaire. Le projet de l’unilinguisme trouve donc, en dernière instance, sa pertinence et son appui dans une approche foncièrement expressiviste du langage. Parce que l’homme ne fait qu’un avec la langue, l’état qui lui convient le mieux ne peut être que l’unilinguisme — tel est l’argumentaire.

19On comprend mieux par ce détour l’importance stratégique qu’il y a, chez D’Allemagne notamment, à souligner que le bilinguisme provoque un choc psychique chez l’individu (idée qu’on trouvera chez Miron sous une autre forme, plus complexe, par le biais d’une réflexion sur l’affichage). Les spéculations linguistiques s’orientent vers tout ce qui permet de montrer que le sol se dérobe sous les pieds du sujet dès que l’on porte atteinte à sa langue. Dans cette perspective, même l’apparition et l’exploitation du concept de culture peuvent être interprétées comme une façon d’introduire un moyen terme mettant l’accent sur la création — donc sur le sujet dans la représentation de la langue — et de rapprocher ni plus ni moins la « nation », entité collective abstraite, de la réalité linguistique quotidienne.

20Il faut en outre se rappeler que la réflexion sur la langue, jusqu’aux années 1950 et même au-delà, est saturée par un discours traditionaliste désincarné qui n’a pas prise sur le réel. Établie jusqu’alors dans le ciel des Idées, la langue devient, avec les Brunet, Barbeau et surtout Léger et D’Allemagne, une réalité que l’on porte en soi, dont l’homme doit se sentir solidaire. Désormais, le sujet vit et souffre avec sa langue, pulsation secrète de la collectivité. Les intellectuels indépendantistes n’iront jamais jusqu’à accorder toute la place à la langue, car leur parti pris pour le réalisme leur interdit de le faire. Sociolinguistes avant la lettre, ils insistent au contraire sur le fait que les phénomènes linguistiques n’ont aucune autonomie, soumis comme ils le sont aux logiques économique, sociale et politique. Barbeau et D’Allemagne font à ce sujet des mises en garde très claires.

21En ce sens, il est naturel que la position de la majorité des intellectuels qui, dans les années 1970, s’opposent à la québécitude, s’articule à partir du rejet d’une conception de l’identité qui ne laisse aucune place à l’altérité et à la médiation et qui, en un sens, peut être considérée comme un dévoiement de l’expressivisme du néo-nationalisme. Dans l’institution littéraire, nul n’a davantage remis en question cette vision essentialiste que Jacques Brault, dont les interventions constituent, avec celles de Jean Marcel, l’un des points d’appui importants d’une nouvelle orientation de la réflexion sur la langue, qui apparaît au cours de l’année 1973 et s’approfondit par la suite. Il est moins étonnant qu’il ne semble que Brault joue un rôle décisif dans ce virage. Dès 1964, il met de l’avant une approche de l’identité caractérisée par la déprise et par l’inclusion de l’altérité. L’ancienneté de sa réflexion sur ce thème donne à ses prises de position des années 1974-1976 une richesse et une complexité peu communes parmi les intellectuels de l’époque. L’importance de sa contribution n’étonne pas non plus dans la mesure où il a été l’un des seuls intellectuels à ne pas reprendre le schéma néo-nationaliste, même s’il défend l’unilinguisme et le projet souverainiste.

  • 7 Jacques Brault, « Débats » [octobre 1974], Liberté, vol. 17, nos 97-98, janvier-avril 1975, p. 285

22Au fil des ans, Brault a exprimé un certain nombre de critiques par rapport aux perspectives dominantes sur la langue. On se souvient qu’en 1965, dans « Un joual, des chevaux », il se désolidarise de l’attitude peu rigoureuse consistant à propager, sous couvert d’un emploi « révolutionnaire » du joual, une conception somme toute pédagogique de la littérature. Il reproche alors à certains indépendantistes l’empressement dont ils font preuve et qui a des effets tangibles sur leur approche de la question linguistique. Mais c’est au cœur de la querelle du joual, lors de la Rencontre des écrivains de 1974, que Brault émet pour la première fois des réticences substantielles sur la façon d’aborder la question linguistique au Québec. Dans un premier temps, il met en doute l’idée qu’on puisse se frayer un passage théorique et ainsi « aller7 » de la langue à la culture, à la mentalité ou au peuple, mais l’essentiel de sa critique se situe en fait ailleurs. Par les arguments qu’il convoque, on voit que ses réserves ne portent pas sur l’existence possible d’une relation entre langue et culture, par exemple. Elles portent plutôt sur le verbe « aller » lui-même, c’est-à-dire sur la tendance générale qu’ont les intellectuels québécois, depuis les années 1960, à mettre en valeur d’innombrables liens visant à démontrer que la langue se « décalque » profondément dans le territoire du sujet, qu’il s’agisse de la société, de la politique, de la nation ou de la culture.

  • 8 Ibid.

23Sur le plan théorique, « aller » ainsi de la langue aux autres sphères de la réalité permet bien sûr de souligner sa proximité avec le locuteur, mais cela peut conduire également vers des horizons inattendus. Brault situe le problème le plus sérieux dans le fait que la langue, suivant une telle approche « existentielle », tend à être considérée comme une véritable « émanation » du sujet8. On reconnaît ici le reproche que le poète fait au schéma expressif en général, qui tend, selon lui, dans les domaines de la littérature, de la traduction ou encore sur le plan idéologique, à assurer un passage serein de la signature à l’auteur, de l’original à la traduction et du sujet à la langue qu’il parle. Le reproche de Brault met l’expressivisme en face de son impasse la plus impitoyable, c’est-à-dire la question de la médiation. Tournée vers la « projection » de soi, l’expression semble ne laisser place qu’aux profondeurs intérieures du sujet. En quête d’une authenticité qui puisse résister aux aliénations du monde, elle ne peut représenter et accueillir ce qui lui est extérieur et conduit ainsi naturellement du même au même, de ce qui est imprimé en soi à son expression au dehors de soi. Un tel schéma se retrouve fréquemment dans les essais québécois jusqu’aux années 1970. Mais alors qu’au tournant des années 1960 la nécessité impérieuse de penser une nouvelle subjectivité politique ne poussait guère à s’embarrasser des nuances, dans les années 1970, avec l’émergence de l’idéologie de la québécitude, ce problème apparaît dans toute son ampleur.

  • 9 Gaston Miron, « Décoloniser la langue » [Maintenant, avril 1973], L’homme rapaillé, op. cit., p. 2 (...)

24À l’essentialisme du sujet des années 1960 et à sa glorification dans les années 1970, les interventions de Brault répondent en faisant valoir un nouvel équilibre de l’expressivisme qui donne la première place à ce qui constitue, dans les essais du poète, l’autre du Sujet, à savoir l’histoire. Le poète n’est bien entendu pas seul à mettre de l’avant une telle idée. On pourrait même dire que le néo-nationalisme porte en son sein un antidote aux dérives possibles de sa propre conception de l’expressivisme, dans la mesure où son réalisme critique l’incite à rester au plus près des faits historiques, sobrement et sans céder au lyrisme ou à l’éloquence d’un Beaulieu, par exemple. De même, le natal chez Miron peut être considéré comme une utopie mettant en scène l’historicité fondamentale de tout rapport à la langue ; c’est ce que signifie littéralement la proposition selon laquelle « la langue qu’on parle » n’est pas « notre » langue9. Quoique d’une façon bien différente, le courant de réflexion sur la langue incarné dans les années 1960 par Jacques Ferron, dont les héritiers principaux sont André Major et Jean Marcel, va également dans le sens d’une insistance sur l’objet langue et sur l’histoire concrète des aléas auxquels il est soumis, en tant qu’« instrument » (Ferron) ou comme « véhicule » (Marcel). Insister de la sorte sur la distance qui sépare le sujet de sa langue signale une volonté d’échapper à toute tentation visant à la faire émaner du sujet.

25Cela dit, Brault, sans doute en raison de sa conception d’une identité mouvante, est l’un de ceux qui ont le plus insisté sur le concept même d’histoire. Dès les années 1960, il semble dire qu’il n’y a jamais identité, seulement identification, c’est-à-dire processus ou encore, pour le dire autrement, « histoire ». Son importance est manifeste aussi bien dans la valeur que Brault accorde à la parole, par laquelle l’écriture et le sujet s’ouvrent à la « situation », que dans sa passion pour les accidents du quotidien d’où surgissent les discrètes épiphanies de l’existence. Sa conception de la traduction est portée par l’une et l’autre de ces nuances. Indissociable de la situation du traducteur, celle-ci se définit comme réécriture et poïesis. Par le fait même, elle n’est pas un refus de l’expression, mais, poursuivant la rébellion séculaire de l’expressivisme contre toute imitation passive, elle se présente comme sa reformulation sur des bases nouvelles. Tel un « accident » à la fois contingent et nécessaire, la traduction y inscrit en effet, dès l’abord, l’empreinte de l’autre dans le cadre d’un dialogue ininterrompu fait de multiples hasards. Sur la question de la langue, Brault évite toute logique d’opposition ou de dépassement ; il n’écarte ainsi ni le propre, ni l’identité, ni l’expression. Il entend plutôt les problématiser et les travailler par le biais d’une pensée située qui, à l’image de « Sur le bout de la langue », ne peut être envisagée sans un passage par de multiples stations qui sont la ponctuation temporelle d’une histoire personnelle aussi bien que collective.

26Le concept d’histoire, chez Brault, rappelle que l’expressivisme, qui est apparu au Québec comme une stratégie spéculative visant à redonner dignité au locuteur à travers l’usage de sa langue, ne doit pas s’enliser dans une logique existentielle où celle-ci serait mesurée par sa conformité à l’image du sujet. Dès lors, la langue ne représenterait plus en effet un miroir que l’on consulte, mais deviendrait un objet que l’on ramène à soi, pour soi, sur soi comme un décalque, en espérant qu’il épouse nos propres contours. Ce renversement du processus de formation à travers lequel la langue française, jugée étrangère, doit se former au contact du sujet s’avère encore plus problématique au Québec qu’ailleurs. La réflexion sur la langue y est en effet structurée par une tension constitutrice entre expressivisme et instrumentalisme de laquelle, comme on l’a vu tout au long de ce livre, doivent naître de délicats équilibres entre l’individuel et le collectif, entre le propre et l’étranger, entre la déprise et la maîtrise, entre la liberté de parole et l’horizon de langue.

Notes

1 Jean Marcel, notamment, définit la culture comme la source même du dépassement du principe d’identité présent dans toute société en s’appuyant sur Jean Baudrillard (« Sur la notion d’identité » [1989], dans Pensées, passions et proses, op. cit., p. 139).

2 Avant que s’amorce le début d’une contre-offensive généralisée à l’égard des idées de l’École historique de Montréal, Brunet espère encore pouvoir compter sur une collaboration fructueuse avec les intellectuels de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval (voir Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 418-419).

3 Il serait cependant faux de penser que l’optique moralisante disparaît entièrement de la vision des intellectuels indépendantistes (dans les textes de Barbeau, notamment, elle reste très présente) ; l’opposition avec le politique n’est donc pas aussi franche qu’on pourrait le croire.

4 Comme je l’ai souligné au premier chapitre, il s’agit là du terme qu’emploient expressément les intellectuels néo-nationalistes pour défendre leur approche critique ; il désigne un empirisme historique attentif à la réalité la plus concrète, aussi sombre soit-elle.

5 C’est cette approche du temps long, conjuguée à un profond réalisme, qui le distingue des considérations vagues et optimistes des néo-libéraux de l’époque : la « survie [du français] est très probablement d’ores et déjà inscrite dans l’avenir. [...] Si donc on écarte l’hypothèse d’un cataclysme ou d’un génocide, il semble certain que dans ce coin d’Amérique, et indépendamment de tout chambardement constitutionnel, on parlera toujours le français » (Pierre Elliott Trudeau, « Le Québec est-il assiégé ? », Cité libre, no 86, avril-mai 1966, p. 8). Voir le commentaire très juste que fait Alain Combres de ce passage (La question linguistique et les partis politiques québécois, op. cit., p. 211).

6 Exemple donné par Maurice Séguin et rapporté par Jean-Pierre Wallot, cité dans Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 139.

7 Jacques Brault, « Débats » [octobre 1974], Liberté, vol. 17, nos 97-98, janvier-avril 1975, p. 285.

8 Ibid.

9 Gaston Miron, « Décoloniser la langue » [Maintenant, avril 1973], L’homme rapaillé, op. cit., p. 217.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search