Version classiqueVersion mobile

La langue de papier

 | 
Karim Larose

Chapitre 1. Du social au politique : néo-nationalisme et unilinguisme

Texte intégral

Les mots d’ordre qui ont longtemps guidé les générations précédentes n’éveillent plus d’écho. Ceux qui les invoquent ignorent que tout a changé autour d’eux. Les aînés parlent un langage que leurs cadets ne comprennent plus.
Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience » (1955)

Au cœur des Insolences, l’ombre d’une Cité libre

  • 1 Frère Untel, Les insolences du Frère Untel, Montréal, Éditions de l’Homme, 1960, p. 36. Désormais (...)

1« Sacré vieux Devoir, fraternel vieux Devoir, salut1 ! » À travers cette apostrophe familière, le Frère Untel, dont les interventions ont lancé la polémique sur le joual, évoque ce que pouvait représenter dans l’espace public le journal d’idées dont André Laurendeau, au début de la Révolution tranquille, était l’éditorialiste vedette. On se souviendra que, dans la dureté des années 1950, Le Devoir aura été l’un des seuls médias à s’opposer ouvertement et fermement au pouvoir autoritaire de Maurice Duplessis, ce en quoi il était d’autant plus méritoire qu’il défendait par ailleurs une position autonomiste proche de celle du parti de l’Union nationale. Espace de liberté, Le Devoir accueillait bien des dissidences. Un article sur le joual qu’écrit Laurendeau en 1959, amplifié par l’écho et le développement que lui donne le Frère Untel, y provoquera le début d’une crise du français restée célèbre dans l’histoire des idées au Québec. Se prêtant à toutes les interprétations, le joual, en tant que signifiant, servira de catalyseur et d’exutoire dans une réflexion qui mobilisera la société québécoise jusqu’en 1977, au moment de l’adoption de la Charte de la langue française.

  • 2 Écrit en 1951 et publié dans Cité libre en mai 1955, cet article est repris dans Jean Le Moyne, Co (...)
  • 3 À l’Université Laval, les discussions dans le cadre du cercle d’études dont il faisait partie s’ét (...)
  • 4 Yvan Lamonde, « La spécificité des intellectuels des années 1950 au Québec », Bulletin d’histoire (...)

2À bien des égards, les interventions du Frère Untel — pseudonyme de celui qu’on connaîtra bientôt sous son vrai nom, Jean-Paul Desbiens — signalent l’apparition d’un rapport nouveau à la langue, même si, comme on le verra plus loin, le sentiment d’urgence qui le caractérise remonte au milieu des années 1950. Avec la candeur et l’irrévérence de celui qui n’a rien à perdre, ce jeune frère enseignant qui n’est ni linguiste, ni écrivain, ni sociologue s’attaque au problème de l’enseignement du français d’une façon qui suscite passions et réactions de toutes sortes. Son aplomb n’est pas étranger au fait, peu remarqué, que les Insolences se situent dans la lignée de la réflexion sur la nature de la « chose sociale » (IFU, p. 10), diffusée notamment par l’équipe de Cité libre et dont l’héritage est explicitement revendiqué par Desbiens. Cette approche critique émergeant dans les années 1950 remet notamment en question l’emprise excessive et stérilisante du clergé sur l’évolution de la collectivité canadienne-française. Jean Le Moyne en fait une analyse célèbre dans l’« Atmosphère religieuse au Canada français2 », dont la lecture constitue un point tournant du cheminement de Desbiens3. Ses Insolences se font particulièrement précises et accusatrices quand il s’agit de dénoncer l’« autorité crispée et monolithique [de l’Église], qui croit ne pouvoir céder sur un point sans crouler tout entière » (IFU, p. 71), cela jusqu’à l’absurde, « comme si notre vice national, c’était l’insoumission ; comme si nous n’étions pas déjà un peuple de muets » (IFU, p. 68). Seule une insoutenable stérilité peut résulter d’une telle politique du silence : « on s’imagine qu’il n’y a qu’un seul moyen de marcher droit, ne jamais partir » (IFU, p. 55). Les pages condamnant la mainmise du sacré sur le profane sont sans aucun doute les plus fortes et les plus dures de l’ouvrage. Sur ce point aussi, Desbiens est absolument solidaire de la position des intellectuels libéraux et progressistes promouvant une « pensée laïcisée » qui, au-delà de l’athéisme et de la foi, « sépare les pouvoirs religieux et politiques4 ». Son essai témoigne d’un désir de parole, de vie et de renouvellement dont le tourbillon — c’est là ce qui m’intéresse — emporte aussi la question linguistique.

  • 5 Cité dans le « Dossier » de la nouvelle édition des Insolences du frère Untel, Montréal, Éditions (...)

3Il ira aussi loin que Cité libre dans la dénonciation de la sclérose des institutions, car, avec les Insolences, le ton se radicalise, devenant caustique et « brutal », comme le note Desbiens lui-même (IFU, p. 19). Un évêque, Mgr Camille Mercier, le voit aussi, qui écrit à l’auteur que son livre abonde « en assertions risquées et discutables », ce qui lui vaut d’appartenir à la catégorie des impertinents « qui décident tout et ne doutent de rien5 ». Ironiquement, le constat est des plus justes : jouant aux abords de la « ligne du risque », les attaques de Desbiens ont porté précisément parce qu’elles ont alimenté le sens de la liberté des lecteurs en suscitant la discussion. Elles se sont imposées à l’attention parce qu’elles manifestaient, de la part d’un modeste frère, une étonnante faculté de décision, faculté intellectuelle par excellence, capacité de choisir en toute conscience.

  • 6 Comme en fait foi cette remarque proche des travaux de Guy Frégault sur la Conquête, il y a chez D (...)

4Sans ce changement de ton qui signale une véritable traversée du Rubicon dans le rapport au discours public, l’histoire de la langue n’aurait certainement pas subi une transformation aussi radicale. Ainsi, le simple fait d’aborder des problèmes linguistiques en les rassemblant sous la bannière du « joual » est une provocation cinglante sur le plan symbolique, ne serait-ce que parce que cela revient à aborder une réalité crue sur un mode lui-même excessif : le joual sera représenté comme une « langue désossée », une « décomposition », une « absence de langue » (IFU, p. 24). Tout en manifestant par là un certain mépris qu’on lui reprochera plus tard, Desbiens se montre par ailleurs solidaire du plus grand nombre, puisqu’il reconnaît que cette langue est réellement celle de l’ensemble des Canadiens français, qu’on le veuille ou non. Symptôme de « notre inexistence » et de « notre inaptitude à nous affirmer », le joual possède une dimension sociale, dans la mesure où il porte trace d’une longue et complexe histoire : « nous avons eu les reins cassés il y a deux siècles, et ça paraît6 » (IFU, p. 25 et 27).

  • 7 Au tournant des années 1960, le libéralisme linguistique s’opposait notamment à ce qu’on appelait (...)

5À ses yeux, le joual est un véritable problème de civilisation dans la mesure où tout instituteur, « dès quatre heures de l’après-midi », dès la fin de ses cours, « commence d’avoir tort » auprès de ses élèves, car l’ensemble de la société nie l’autorité de son enseignement (IFU, p. 26). Pour Desbiens, le français ne sera à l’honneur que s’il devient une langue de prestige au Canada : autrement dit, tant qu’il ne sera pas « snob » de parler français, le joual continuera de s’imposer (IFU, p. 28). Qu’elles prennent la forme de campagnes de bon parler français ou de congrès sur la langue française, les solutions de jadis sont devenues douloureusement désuètes. Après d’autres, Desbiens avance la seule suggestion qui lui semble efficace sur cette question : le « dirigisme » de l’État, notamment par la mise sur pied d’un Office provincial de la linguistique7. Puisque la langue est un « bien commun », l’État se doit de la « protéger », en exigeant par exemple que la publicité soit faite dans un français correct (IFU, p. 29). Il s’agit là d’une question de réalisme, étant donné que « seul l’État [...] peut agir efficacement au niveau de la civilisation » (IFU, p. 34). Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille exiger des Canadiens français qu’ils emploient un « français parisien » ou un « français de la NRF » (IFU, p. 30). En accord avec la plupart des linguistes de l’époque, Desbiens rejette tout purisme, considérant qu’il y a un « apport canadien légitime » sur le plan lexical et qu’il est important d’en tenir compte (IFU, p. 31).

  • 8 Dans un texte extrêmement conservateur, Raymond Barbeau, en 1957, résume bien le point de vue trad (...)
  • 9 « Étudier une langue et toutes les manifestations dont elle est le signe, le symbole ou l’instrume (...)

6Ces positions diffèrent considérablement de celles des intellectuels traditionalistes ayant traité de la question linguistique, notamment Camille Roy, dont les essais sur la langue dominent la première moitié du XXe siècle au Québec. La distance de l’un à l’autre est mesurable non seulement dans le ton, mais aussi dans le geste critique consistant à situer la sphère linguistique à l’intérieur de la sphère sociale prise dans sa globalité8. Roy ne va pas aussi loin, même lorsqu’il réfléchit aux rapports entre langue et nation. Son point de vue est en effet purement théorique, se nourrissant de principes abstraits, tels que la primauté de la langue dans la différenciation de la nation. Chez lui, la langue est considérée comme le lieu où se sédimente l’histoire de la collectivité, où l’on peut venir se recueillir comme devant un monument dédié aux ancêtres9, toujours intégralement français malgré quelques inquiétudes, vives par moment, sans plus. La perspective se modifie cependant en raison de la poussée irrépressible des changements structurels vécus dans la société québécoise depuis la Seconde Guerre mondiale. De trésor préservé du passé de la nation, la langue devient au cours des années 1950 le stigmate vivant du présent d’une collectivité plus fragile que jamais, dont la situation ne peut être analysée que par un regard vif et sans complaisance. Mais la transposition des préoccupations sociales des citélibristes dans le champ de la réflexion sur la langue n’est pas seulement le fait des Insolences. Desbiens est aussi l’héritier d’une approche qui a été approfondie dans les années 1950 par quelques chroniqueurs linguistiques dynamiques et novateurs dans leur vision d’ensemble des processus langagiers.

Chroniques linguistiques : l’émergence de la question sociale10

  • 10 À strictement parler, cette naissance remonte au moins au début du siècle (voir Fernand Ouellet, « (...)
  • 11 Ils détiennent le record de longévité pour ce qui est des chroniques de langue : respectivement 19 (...)

7Contrairement aux idées reçues selon lesquelles le purisme régnait en maître dans le domaine de la réflexion sur le langage et particulièrement chez les chroniqueurs linguistiques, la réalité, sans qu’on puisse parler d’avant-gardisme, est heureusement plus nuancée. L’analyse de certains de leurs textes-clés permettra de mieux saisir les principaux enjeux qui sous-tendent les positions des chroniqueurs les plus importants de cette période, Pierre Daviault et Jean-Marie Laurence, qui ont tous deux une solide connaissance de la linguistique et qui la transmettent dans des articles de fond remarqués11. On voit apparaître chez eux, à des degrés différents, une pensée d’inspiration sociologique mettant en place le cadre discursif qu’exploitera avec éclat, quelques années plus tard, les Insolences du Frère Untel.

  • 12 Voir la discussion du concept dans La Nouvelle Revue canadienne, fondée par Daviault : notamment, (...)
  • 13 Pierre Daviault, « La langue, facteur capital du progrès intellectuel d’un peuple », La Presse, 23 (...)

8Apprécié des spécialistes pour sa longue expérience de traducteur et familier du grand public par ses interventions dans les journaux et dans les congrès sur la langue, le chroniqueur Pierre Daviault (1899-1964) offre un bon exemple de la transformation qui s’effectue dans la réflexion au cours des années 1950. Dans « La langue, facteur capital du progrès intellectuel d’un peuple », notamment, il contribue à mettre en place les éléments essentiels du rapport langue-culture que Camille Roy n’était pas parvenu à articuler — rapport qui, depuis la Révolution tranquille, sert de plate-forme théorique aux intellectuels indépendantistes. Marqué par l’envol de la réflexion sur le concept de culture entreprise dans la foulée de la Commission Massey sur les arts et les lettres au Canada, en 195112, Daviault développe l’idée selon laquelle la langue est absolument fondamentale pour l’acquisition de la culture dans la mesure où, en plus d’être un « instrument de communication », elle constitue le principal « instrument de pensée » de l’homme13. On retrouve ici une manifestation de la prégnance de l’expressivisme, produisant ses effets jusque dans les textes les moins marqués par la rhétorique nationaliste.

  • 14 Il faut cependant se garder ici de tout fétichisme lexical, car il peut bien sûr arriver que le mo (...)

9Si, dans la perspective romantique, la fonction de « communication » de la langue était novatrice par rapport à la fonction de « cognition » mise de l’avant par le rationalisme des Lumières, elle perd clairement ici sa dimension révolutionnaire. Axée sur l’efficacité et impliquant en dernière instance un utilitarisme réducteur, la communication est mise de côté au profit d’une théorisation des rapports entre langue et pensée dans une optique nouvelle. Chez Daviault, en effet, la pensée n’est pas abstraite : ainsi qu’il l’écrit, elle se « solidifie » nécessairement à travers le langage, sans quoi elle serait vouée à demeurer à l’état de pure « nébuleuse ». Le dépassement de ce cognitivisme passe ici par le brouillage de l’opposition signifiant-signifié : « Le langage n’est donc pas simplement l’expression de la pensée14. Il est la pensée même, [...] il appelle la pensée. » Seule une perspective expressiviste explique que la pensée soit à ce point assujettie à la langue : ici, la langue ne représente pas la pensée, elle la présente et sans elle la pensée ne verrait pas même le jour.

  • 15 Le linguiste Daniel Baggioni définit le concept de grammatisation comme le processus par lequel un (...)
  • 16 Ailleurs, Daviault écrit que « toute langue séparée de sa source évolue autrement que la langue-mè (...)

10De plus, sans une « langue de culture », c’est-à-dire une langue « intellectualisée », perfectionnée, grammatisée15, la pensée manque de vigueur et de fermeté. Daviault en conclut au peu d’intérêt du parler proprement canadien-français pour le développement de la culture, car les « deux états linguistiques » qui en constituent le fondement, soit la langue populaire traditionnelle (celle des campagnes) et la langue populaire des villes, ne sauraient tenir lieu de moyen d’expression évolué, pouvant donner corps à une langue écrite. Daviault ajoute cependant — nuance importante — que le « français canadien » est une réalité dont personne n’a à s’excuser : « aucune langue n’est identique parmi tous les groupes qui la parlent et le français n’échappe pas à cette règle ». Mieux vaut d’ailleurs l’accepter, puisque de toute façon il ne se parle en Amérique que des « langues émigrées, forcément différentes de celles qui sont au centre de diffusion16 ». Ces quelques textes plus théoriques montrent bien qu’on ne pourrait tenir Daviault pour un puriste, même s’il considère la langue populaire urbaine comme relevant d’un système linguistique inconnu — position évidemment tout à fait intenable d’un point de vue scientifique — et s’il s’échauffe au point de dénoncer le principe de la variation linguistique en affirmant brutalement qu’« il n’y a pas deux langues françaises », ce pour quoi on le stigmatisera quelques années plus tard (AC, p. 23).

  • 17 Léon Dion, Québec 1945-2000, tome 2, Les intellectuels et le temps de Duplessis, Sainte-Foy, PUL, (...)

11Chez Daviault, l’année 1957, durant laquelle se tient le Congrès de la refrancisation, symbolise un point tournant. On le voit alors évoquer, timidement il est vrai, le rapport entre langue et société et poser une question des plus pertinentes : « N’est-il pas symptomatique que les études dites sociales ne font aucune place à la langue, fait social s’il en est ? » (AC, p. 21) Ni la jeune et dynamique Faculté des sciences sociales de l’Université Laval ni les collaborateurs de Cité libre ne se sont en effet distingués par leur réflexion sur la langue. Le politicologue Léon Dion fait le même constat : « On s’étonne que les intellectuels modernistes antinationalistes aient négligé de traiter de la question linguistique jusqu’aux abords des années 1960. À Cité libre, on ne l’effleure que dans le contexte d’autres sujets17 ».

  • 18 Marcel Rioux, « Idéologie et crise de conscience du Canada français » [Cité Libre, décembre 1955, (...)
  • 19 Voir Gilles Bourque, « Société traditionnelle, société politique et sociologie québécoise (1945-19 (...)

12Il n’y a guère en effet que Marcel Rioux qui évoque la question dans les années 1950, bien que très brièvement, dans un texte fameux qui fait directement écho à un essai publié par Michel Brunet dans L’Action nationale. S’appuyant sur une conception « organique » de la culture, il soutient que « la France et le Canada français forment des entités culturelles distinctes parce que, dans chacun des touts que forment ces deux façons de vivre, les éléments constituants se sont structurés de façon différente18 ». Il s’inspire dans sa démarche du concept de « société globale » mis de l’avant par le sociologue français Georges Gurvitch, concept qui lui permet, suivant l’héritage de Marcel Mauss, de penser la culture comme une totalité19. Dans la perspective de Rioux, langue et culture sont intimement liées : « la langue est à la fois une condition de la culture, une partie de la culture et une résultante de la culture » et leur évolution est solidaire (IC, p. 286). C’est pourquoi il est légitime de penser qu’il existe, au Canada français, une « langue canadienne », globale, différente de celle de France.

  • 20 Christine Portelance en trace un portrait nuancé dans « Entre le joual de force et le joual de fie (...)
  • 21 Jean-Marie Laurence, « Méditation linguistique », L’École canadienne, no 8, avril 1952, p. 548. Dé (...)

13L’interrogation de Daviault sur les sciences sociales, quant à elle, demeure toutefois isolée et le chroniqueur ne pousse pas beaucoup plus loin son analyse. En s’en prenant dans son texte aux méthodes « progressistes » d’enseignement de la langue, il semble en fait davantage vouloir répondre (tout en y faisant écho) aux positions d’un autre chroniqueur, Jean-Marie Laurence (1906-1986), alors directeur-adjoint des écoles normales de la province de Québec. Laurence jouera d’ailleurs un rôle important dans la définition de la norme du français parlé au Comité de linguistique de Radio-Canada, institution devenue avec les années la référence du français québécois standard20. Considéré comme l’archétype du puriste hautain, surtout au début des années 1970, Laurence est pourtant le premier linguiste à insister vraiment sur l’importance des rapports entre langue et société. À l’orée des années 1950, il innove en rappelant qu’une langue possède des niveaux d’expression radicalement différents, dont on doit respecter la diversité : « La langue est un fait social, et de même que la société comprend des classes et des groupes (qu’on le veuille ou non), de même une langue possède plusieurs claviers ; ou plutôt un idiome, comme le français, comprend plusieurs langues21 ». Même si ces « langues » renvoient en fait à des registres de langue, la perspective sociolinguistique n’en demeure pas moins manifeste. Dans ce texte charnière, Laurence invoque la primauté de la fonction de communication, arguant que « le langage n’est pas une fin mais un moyen », c’est-à-dire « un outil d’usage courant, indispensable à la vie » (ML, p. 550). Il affiche résolument son aversion pour les esprits pointilleux en matière de langue : « à bas le purisme ; vive la correction », lance-t-il ! Il s’attaque même aux symboles de la standardisation linguistique : il faut, selon lui, aller jusqu’à « quitter l’idée d’une grammaire immuable, éternelle », car « tant qu’elle vit, une langue évolue ». L’observateur avisé ne doit pas se transformer en logicien imperturbable, mais a l’obligation de suivre pas à pas l’évolution de la langue parlée. Même si Laurence ne se conformera jamais entièrement aux principes qui y sont exprimés, ce texte marque un changement de cap important dans son abondante production à titre de linguiste.

  • 22 Jean-Marie Laurence, « L’enseignement de la langue orale », L’Enseignement secondaire au Canada, v (...)

14Jean-Marie Laurence écrit en effet ses premières chroniques et lettres aux journaux sur la langue dès les années 1930 et adopte, sur toutes les tribunes, un ton et des positions qui le distinguent des autres observateurs, de Daviault tout particulièrement. Dès 1942, il envisage la langue du double point de vue « social » et « national », même s’il s’agit pour lui en fait de réfléchir aux rapports entre « race » et langue dans la perspective ouverte par Mgr Pâquet22. Sans craindre la contradiction de son propos, Laurence peut alors avancer du même souffle que « les langues subissent le sort des sociétés, des peuples qui les parlent » et considérer que la « surveillance du langage » développe le « sens esthétique » et le « sens moral » des locuteurs (EL, p. 50-52). Coexistent chez lui l’intuition la plus juste et le lieu commun le plus éculé.

  • 23 Jean-Marie Laurence, « Discours de réception à la Société royale du Canada », L’Enseignement prima (...)

15Si sa perspective est alors celle d’une linguistique historique et diachronique proche d’Antoine Meillet, s’il écarte le carcan que peut représenter l’approche de Daviault, qui juge trop souvent les faits de langue à l’aune de la pensée et de la haute culture, il faut cependant attendre le milieu des années 1960 pour voir Laurence adopter le regard du sociologue du langage, désormais attentif à chercher des explications plus larges à cette profonde disjonction entre « langue du dimanche » et « langue de la semaine » qu’il relevait en 1952 (ML, p. 553). Notons, par exemple, l’ajout important qui apparaît chez lui au milieu des années 1950, alors que l’influence des sciences sociales se fait davantage sentir. À l’affirmation qu’il répète souvent in extenso — « les langues subissent le sort des sociétés, des peuples qui les parlent » — se greffe le passage suivant, inédit : « Quand deux peuples entrent en lutte ou en concurrence, celui qui l’emporte tente parfois d’imposer sa langue au concurrent malheureux23 ». Il se replie cependant aussitôt sur la position messianique traditionnelle : l’infériorité tant économique que politique du groupe canadien-français doit nous convaincre que « seule la dominance du facteur culturel est en notre pouvoir ».

  • 24 Jean-Marie Laurence, « L’anglicisme, problème social », La Presse, 22 juin 1957, p. 68. Paul Daous (...)

16Néanmoins, en 1957, il ira plus loin dans l’analyse dans un article au titre emblématique : « L’anglicisme, problème social24 ». D’entrée de jeu, il signale que le « phénomène le plus frappant » des dernières décennies, « c’est l’anglicisation de la masse », dont on doit trouver les raisons dans « l’invasion de l’industrialisme et les transformations de l’économie moderne ». C’est pourquoi l’intrusion de l’anglais dans le français doit être envisagée comme « un problème sociologique au sens le plus large du mot ». Contrairement à Daviault, Laurence dénonce souvent la séparation croissante entre la « langue de culture » parlée par l’élite et la langue de « contact » d’une masse en voie d’américanisation. Il pose même, dès 1942, le problème qui sera celui des littéraires à la fin des années 1950, aux prises avec une « langue littéraire » se distinguant mal d’une « langue morte » (EL, p. 52).

  • 25 Jean-Marie Laurence, ibid.

17Devant cette impasse linguistique, il amorce une véritable révolution pédagogique en proposant de se tourner vers l’enseignement de la langue courante afin de résorber le trop grand décalage entre les niveaux de langage. Il est sans doute l’un des premiers, dans les années 1940, à affirmer aussi clairement la prééminence de l’oral, reconnaissant notamment qu’elle suit une évolution distincte de celle de l’écrit. Est-il vraiment réaliste — argumente-t-il — de penser qu’un enseignant pourrait apprendre, par exemple, le mot oligarchie à un élève qui, dans la vie de tous les jours, emploie le mot switch au lieu de commutateur ? Il faut avant tout être apte à « parler proprement des choses qui nous entourent » et à faire les gestes quotidiens de la vie en société, comme la rédaction d’une demande d’emploi. Appuyant les « puristes » qu’il décrit comme les véritables « défenseurs du français25 », Laurence les distingue cependant des « épuceurs » ou des « censeurs », trop à cheval sur la lettre et sans égard pour l’esprit de la langue. Sa position sur ce point s’avère très proche de l’attitude qui sera celle du Frère Untel au début des années 1960 : soucieux d’amélioration, tout en restant solidaire du locuteur moyen.

  • 26 Jean-Marie Laurence, « La langue et la civilisation », Revue annuelle de la Société du Bon Parler (...)
  • 27 LC, p. 10. Cette partie de l’article est reprise intégralement d’un article publié originellement (...)

18On note que sa perspective est elle aussi de part en part expressiviste quand Laurence insiste, dans un texte théorique publié en 1959, sur le fait que le langage n’est pas, comme on le croit souvent, « une fonction accessoire de l’individu » et « un moyen purement utilitaire de communication entre les hommes26 ». S’il signale comme Daviault l’importance de la solidarité entre langue et pensée, qui avancent de concert en perfection et en précision, il s’en démarque en soutenant non plus simplement que « le langage est la pensée même », mais bien que « le langage c’est l’homme même », c’est-à-dire le principe de son humanisation. Il dépasse et délaisse ainsi la perspective cognitive pour insister sur le rapport de la langue avec la subjectivité. Après avoir rappelé avec le linguiste Albert Dauzat le lien entre langue et nation, Laurence invoque sur ce point précis l’autorité de Fichte, non sans avoir pris soin de le dénoncer comme un « philosophe détestable et lourdement germanique27 »...

  • 28 Johann Gottlieb Fichte, cité dans LC, p. 10.

19Ces réserves exprimées, il en cite un passage on ne peut plus explicite : la langue « suit l’individu jusqu’en ses pensées et ses désirs les plus secrets, aux profondeurs de son être », « elle fait de toute la nation qui la parle un tout compact, soumis à ses lois28 ». Ce recours à Fichte marque une insistance plus grande que par le passé sur l’importance du langage dans le développement intime de chaque individu, qu’on peut suivre jusqu’aux tréfonds non seulement de ses « pensées » (comme chez Daviault), mais aussi de ses « désirs ». C’est un tel point de vue qui permet de comprendre la profondeur de la perturbation de l’être intime que peut entraîner un bilinguisme institutionnel : « Le bilinguisme met en présence deux styles de civilisation et de culture, deux formes de pensée. L’individu ne peut intégrer parfaitement ces deux formes ; il doit en choisir une comme forme de base de sa personnalité » (LC, p. 52). On verra chez d’autres intellectuels des développements substantiels de cette thématique, sans nécessairement que soit avancée de façon aussi brutale et schématique l’idée qu’une langue impose au locuteur une forme de pensée.

Michel Brunet et le néo-nationalisme linguistique

  • 29 Léon Dion présente Brunet comme le « propagandiste » du mouvement et Séguin comme son « théoricien (...)
  • 30 Sur le plan langagier, la Norme du français écrit et parlé au Québec publiée par l’Office de la la (...)

20Ce renouveau remarquable de la réflexion, toutefois, n’est pas uniquement porté par l’intensification des interrogations touchant la question sociale envisagée sous toutes ses facettes, y compris dans sa dimension linguistique. Desbiens, on l’a vu, considérait aussi que l’état de langue n’était pas indifférent au fait que la collectivité canadienne-française avait eu les « reins cassés » par l’Histoire. Comme c’est souvent le cas au Québec, le changement de paradigme linguistique s’inspire davantage, en réalité, des bouleversements sensibles dans l’historiographie de l’époque, qui modifient radicalement au milieu des années 1950 le cadre général du discours social, notamment en ce qui touche l’interprétation des problèmes de langue. Sur le plan de l’action et de l’influence sociales, on peut soutenir sans crainte de se tromper, tant les textes le confirment avec force, que l’intellectuel qui devient alors le pôle de référence d’une grande partie de la génération montante est Michel Brunet, l’un des chefs de file de l’école néo-nationaliste, avec Maurice Séguin et Guy Frégault29. Ce petit groupe d’universitaires, qui lance ce qu’on a appelé l’École historique de Montréal, opposée à l’école de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval, met au cœur de sa conception de l’histoire deux éléments importants pour mon propos. Il insiste, d’une part, sur l’importance du concept de structure, utilisé dans l’étude des sphères sociale et politique aussi bien qu’économique. Ainsi, d’après le néo-nationalisme, la conquête de 1760 constitue l’exemple archétypique d’un événement historique ayant eu des conséquences structurelles. D’autre part, il considère que le principe de la lutte occupe une place centrale dans l’existence humaine, tant individuelle que collective : croire en la possibilité d’une harmonie sociale serait un leurre et le germe d’une justification de tous les excès. Tout comme il y a lutte des classes, il y a lutte politique. En ce sens, une histoire du Canada qui mettrait de l’avant le mythe persistant des « deux peuples fondateurs », censément unis dans une politique de la « bonne entente », trahirait sa visée idéologique. Le néo-nationalisme entend ainsi soulager les épaules des individus du poids de l’Histoire30 en soulignant la puissance écrasante des forces structurelles, ce qui remet dans une plus juste perspective la responsabilité et la liberté d’action des acteurs sociaux considérés individuellement.

  • 31 On pourra du reste en trouver un aperçu dans l’excellente synthèse de Jean Lamarre : Le devenir de (...)
  • 32 Au cœur des débats sur la langue des années 1960, Brunet préside le comité chargé de rédiger le mé (...)

21Je ne peux rendre compte, dans les limites de cette recherche, des significations diverses et de la complexité des thèses principales du néonationalisme31. Mon objectif sera plutôt ici de dégager ce qui intéresse la langue dans la réflexion de Michel Brunet, qui est le seul intellectuel de l’École historique de Montréal à se pencher sur la question linguistique, cela dès sa prime jeunesse32. Comme Groulx, avec qui il maintient des liens pendant un certain temps avant qu’une rupture prévisible se produise, Brunet était un historien engagé. On a même pu dire que, si Séguin était celui qui pense et Frégault celui qui écrit, Brunet était celui du groupe qui crie, en raison de son rapport particulier à l’espace public. Il défend avec force dans des conférences et des articles les idées maîtresses du néo-nationalisme sur l’histoire québécoise, dont l’influence sera profonde sur le changement de cap qui survient à cette époque dans la réflexion linguistique.

  • 33 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’Action (...)
  • 34 Il faut souligner ici que Brunet fait du « réalisme », revendiqué explicitement dans un grand nomb (...)
  • 35 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L’Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956 (...)

22D’une façon générale, les jeunes intellectuels des années 1950 retiennent avant tout de l’historiographie néo-nationaliste le nouveau langage critique qu’elle élabore et qui n’est pas sans rappeler le ton si particulier des Insolences du Frère Untel. Brunet insiste ainsi avec une fermeté peu commune sur la nécessité de se détacher de la vision de l’histoire canadienne-française fondée sur un « nationalisme messianique33 » qui ne peut mener qu’à une impasse. Dans son approche des faits sociaux, on retrouve un appel à l’objectivité qui passe par un réalisme radical34 : « savoir ce qui se passe et ne pas se leurrer soi-même35 », tel est l’impératif premier. Seule une analyse objective, lucide et courageuse peut permettre à une collectivité, quelle qu’elle soit, de prendre la pleine mesure du sens de son histoire.

  • 36 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse, 22 juin 1957, p. 57.

23Ce changement d’approche se manifeste dans un texte marquant qu’écrit Brunet sur la question linguistique à l’occasion du Congrès de la refrancisation. Dans ce court article intitulé « Pourquoi parlons-nous le français ? » et publié dans un dossier spécial de La Presse, l’historien n’a pas de mots assez durs pour fustiger l’optimisme béat et paralysant des intellectuels traditionalistes dont l’« idéalisme » se nourrit de vœux pieux et d’« éloquence stérile36 ». Ces attaques accablantes visent expressément « les principaux théoriciens du nationalisme canadien-français », parmi lesquels on doit évidemment ranger Lionel Groulx, qui pourtant avait appuyé, dans un premier temps du moins, l’effort de redéfinition de l’école néo-nationaliste. Son soutien met en évidence le fait que, même si Brunet et Groulx s’opposent sur l’essentiel, certains points précis les rapprochent par ailleurs.

  • 37 Lionel Groulx, « Il ne suffit pas de parler français, il faut être français » [Orientations, 1931] (...)
  • 38 Lionel Groulx, Le français au Canada, Paris, Delagrave, 1932, p. 122.

24Rejetant avec force le messianisme groulxiste assignant à la langue le rôle de gardienne de la foi, Brunet ne néglige pas pour autant, en effet, la part réellement novatrice de la réflexion de l’auteur d’Orientations, qui sait à l’occasion se faire pragmatique et s’attacher aux conditions de vie réelles du peuple dont il tente, dans ses livres, de retracer l’histoire. Pour Groulx, il ne saurait, par exemple, être question de miser sur un perpétuel héroïsme, culturel aussi bien que langagier : « il est clair que nous perdons notre temps à supplier nos gens » de ne rien renier si nous ne poursuivons en fait qu’une « chimère37 ». Groulx insiste aussi sur la nécessité que la conservation de l’esprit français soit liée à une réelle possibilité de vie, à des « avantages réels » (INS, p. 514). Autrement dit, il faut selon lui savoir choisir son utopie et, ce faisant, tenir compte de l’existence concrète des Canadiens français, car de toute façon « le peuple ne sera pas fidèle à une culture qui ne serait pas promesse de force et de progrès38 ». Tout en s’en distinguant de façon non équivoque, Brunet peut être considéré, sur ce point précis, comme un héritier paradoxal de Groulx, tout comme le seront d’ailleurs à certains égards plusieurs intellectuels souverainistes du début des années 1960.

  • 39 Cette foi dans les vertus de l’éducation explique sa tiédeur face à l’idée d’imposer l’unilinguism (...)
  • 40 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », op. cit., p. 57.

25La vie constitue le mot-clé du changement d’orientation qui se produit dans les années 1950. C’est ce qui explique que Groulx refuse de faire de la langue l’objet d’une vénération inconditionnelle, approche qui était celle de Camille Roy. Pour le chanoine, il serait vain, en effet, « de s’arrêter à la langue comme à un terme, comme à une force indépendante, transcendante, qui se suffit » (INS, p. 512). Cette insuffisance et cette immanence foncières exigent qu’on réfléchisse à la question linguistique en prenant en compte le cadre civilisationnel qui lui donne sens et vie : « la langue n’est qu’une fleur de choix qui suppose un terroir ». Tant comme « véhicule » que comme « créatrice » de culture, la langue suppose un « esprit français, des âmes françaises », donc « un milieu français » et une « éducation française39 ». C’est l’essentiel de ce que retient Brunet lorsque, à son tour, il insiste, en 1957, sur le fait que « la langue s’impose et rayonne dans la mesure où le peuple qui la parle prend l’initiative d’agir collectivement, de construire, de produire et de créer40 ».

26Seule une vie collective effervescente peut nourrir un rapport vivant à la langue : « La seule façon dynamique de servir celle-ci c’est de fournir aux Canadiens français les moyens politiques, intellectuels et financiers de jouer pleinement leur rôle comme membres d’une nationalité distincte en Amérique du Nord. » À l’intérieur de mon corpus, Brunet est d’ailleurs le seul dans les années 1950 à suggérer d’établir à cette fin une véritable « politique culturelle », ce en quoi il se démarque de Groulx, qui, tout en étant l’un des premiers intellectuels à comprendre l’importance du concept de culture, n’en appelle pas comme l’École historique de Montréal à une intervention vigoureuse du gouvernement provincial et n’insiste pas sur la nécessité de remettre à l’honneur le politique au sein de la société.

  • 41 Jean-Marie Laurence, cité dans Michel Brunet, « Au-delà du nationalisme linguistique – Pas de salu (...)

27Brunet publie, en 1960, un deuxième texte important sur la langue, intitulé « Au-delà du nationalisme linguistique ». Il s’y insurge contre certains propos de Jean-Marie Laurence qui, après les dénonciations contenues dans les Insolences du Frère Untel, se trouve être au centre de tous les regards à titre de directeur de l’enseignement du français au Département de l’instruction publique. On peut imaginer le désarroi de l’ancien défenseur de la langue parlée et de la perspective sociologique pour qu’il en vienne, dans un retour de conservatisme, à interpréter la pauvreté linguistique des Canadiens français comme une conséquence de leur manque de « sens esthétique41 ». Ce regard élitiste sur l’état de langue ne pourrait être plus à l’opposé de la position de Brunet, qui considère qu’un tel point de vue empêche une analyse sérieuse de la situation. À ses yeux, toute collectivité est un « corps vivant » dont les parties sont interreliées, de sorte que la vigueur de la langue et l’éclat de la culture dépendent d’abord et avant tout de la « qualité de tout son agir collectif », de la « puissance d’action du groupe » dans son entier. Lorsqu’il cherche à comprendre la réalité linguistique, l’observateur ne peut, selon lui, faire abstraction du fait que la nation canadienne-française a été « vaincue, conquise et occupée ».

  • 42 Selon Brunet, « la langue parlée et écrite s’améliore constamment — contrairement à l’opinion des (...)
  • 43 On ne peut que s’étonner devant ce recyclage d’une expression lancée par Charles Maurras et très n (...)

28Un tel constat n’empêche pas pour autant de croire en ses chances d’avenir. C’est d’ailleurs la position de Brunet, qui ne cède en rien au pessimisme42, considérant seulement que le piège de l’idéalisme doit être évité à tout prix : « Ceux qui se contentent de défendre, en légistes bornés, les droits de la langue française ou de célébrer, tels des esthètes de tours d’ivoire, ses qualités supposées incomparables, manquent de réalisme. » Ces attitudes renvoient à un « nationalisme linguistique ou culturel » qui « date de l’ère du romantisme » et qui s’avère aujourd’hui totalement désuet. Refusant de cantonner son analyse à une sphère en particulier, Brunet invite à envisager la société dans sa globalité en pratiquant ce qu’il appelle un « nationalisme intégral43 », c’est-à-dire un nationalisme actif avant tout dans les champs économique et politique, traditionnellement délaissés par les élites canadiennes-françaises. Pour adhérer au point de vue de Brunet, il faut accepter de passer par une porte étroite : l’historien s’oppose en même temps aux nationalistes orthodoxes qui recourent à l’argument infructueux des droits historiques et aux « collaborateurs » qui se réfugient dans une francophilie désincarnée. Curieusement, ceux dont il est le plus proche, par le ton comme par le sentiment d’urgence, sont les néo-libéraux de gauche de Cité libre et les sociologues de l’Université Laval. Seule le sépare d’eux, mais irrémédiablement, l’importance qu’il accorde à la conquête anglaise et, plus largement, à la dimension politique. Ce fossé ne fera que s’agrandir avec le temps.

  • 44 Voir Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 418,445 et 458-463.
  • 45 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », op. cit. (...)

29À la suite de l’entrée remarquée de Brunet dans l’espace public grâce à une conférence célèbre, « Canadians et Canadiens » (1953), l’opposition idéologique à l’École néo-nationaliste s’exprime en effet avec de plus en plus de vigueur. La Faculté des sciences sociales de l’Université Laval y est particulièrement active ; Cité libre se joint à ce mouvement de réaction vers 1957. Quant aux intellectuels traditionalistes, après avoir tout d’abord manifesté une certaine curiosité, ils serviront une réplique concertée aux thèses néo-nationalistes vers la fin des années 1950 alors que se radicalisent les positions publiques de Michel Brunet et que les milieux conservateurs sont durement pris à partie, notamment dans le deuxième livre de l’historien, La présence anglaise et les Canadiens (1958), qui devient un véritable best-seller44. Contestée par l’élite de l’époque, l’attitude résolument critique défendue par Brunet est pourtant l’un des aspects majeurs qui attirent le futur journaliste Jean-Marc Léger, lui qui avait terminé en 1949 un mémoire de maîtrise sous la direction de Maurice Séguin, alors récemment engagé à l’Institut d’histoire de l’Université de Montréal. Léger est certainement à compter parmi les membres les plus importants de cette nouvelle génération vivant et éprouvant une puissante « crise de conscience45 », selon la formule de Brunet. De même, il fait clairement partie des nouveaux intellectuels qui témoignent de l’apparition d’un « nouveau langage » dont il s’agira ici d’étudier l’empreinte dans l’histoire des idées sur la langue.

Jean-Marc Léger, penser dangereusement

  • 46 Dans ses mémoires, Léger affirme être devenu souverainiste vers 1960, mais ne le révèle publiqueme (...)

30De 1956 à 1969, aux côtés d’André Laurendeau, on pouvait lire dans les colonnes du Devoir celui qui était devenu un journaliste renommé à la suite d’un passage à La Presse où il s’était distingué par sa plume vive, précise et mordante à souhait. Jeune, dynamique, nationaliste convaincu46, Jean-Marc Léger s’y occupera de langue et d’information internationale, fort entre autres d’une connaissance de l’Algérie et de l’Afrique noire acquise lors de deux voyages en 1950 et en 1956. Connu pour son engagement dans la cause de la francophonie, il n’apparaît pourtant que rarement dans les grandes synthèses consacrées à la question linguistique. Parmi les intellectuels souverainistes qui mentionnent son apport, on trouve Raymond Barbeau, intellectuel de droite, qui est le seul à faire preuve d’une connaissance relativement étendue des prises de position de Léger, et pour cause.

  • 47 Voir Raymond Barbeau, « Gauchisme, une forme de nationalisme ? », Tradition et progrès, vol. 1, no(...)
  • 48 Avant Raoul Roy, il est considéré comme l’un des principaux partisans d’un « nationalisme de gauch (...)

31En 1956, Barbeau, futur chef de l’Alliance laurentienne, s’est en effet livré à de dures attaques contre Léger47, dont la critique acerbe du « totalitarisme larvé » et de la corruption du parti de l’Union nationale lui avait valu une réputation, exagérée bien sûr, de dangereux gauchiste dont le dessein secret aurait été de noyauter L’Action nationale48 ! À l’époque, Léger est l’un des collaborateurs réguliers de cette revue fondée à l’origine par la Ligue des droits du français et qui, sous la direction de Pierre Laporte, retrouve un nouveau souffle en prenant ses distances avec l’orthodoxie nationaliste.

  • 49 L’association coordonne alors une vaste enquête sur la qualité de la langue des étudiants, dont le (...)
  • 50 Lionel Groulx, « La crise du français au Québec » [Le Devoir, 24 décembre 1960], repris dans Laure (...)
  • 51 Voir Jean-Marc Léger, Le temps dissipé, op. cit., p. 234,263 et 265.
  • 52 « Le français est devenu une langue morte au Canada. Et le mal n’est plus guérissable. Il faudrait (...)

32Œuvrant plus ou moins dans l’ombre, Jean-Marc Léger fut à l’évidence un éveilleur de premier plan, dont la grande passion est toujours restée la langue française. Au Devoir, il en suit l’évolution par la bande en couvrant les activités de certaines organisations canadiennes-françaises, comme l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF), qui sera l’une des premières à sonner l’alarme au sujet de la situation linguistique au début des années 196049. Son intérêt pour les entrevues de fond lui fournit aussi l’occasion de diffuser, à un moment critique, une importante réflexion de Lionel Groulx sur la « crise du français50 ». On oublie souvent aussi son bref passage, en 1962-1963, à l’Office de la langue française51 dont il devient le premier directeur à la suggestion de Guy Frégault. Au terme d’une année, Léger quitte cependant son poste pour protester contre le peu de moyens dont l’Office dispose : un seul collaborateur en tout et pour tout. Il faut cependant signaler que déjà à La Presse, en 1952, il se préoccupait des questions de langue, assistant par exemple au troisième Congrès de la langue française à l’occasion duquel Pierre Daviault provoque un certain remous et une prise de conscience durable en déclarant que le français au Québec devait être considéré comme une « langue morte52 ». Léger n’oubliera jamais ce constat catastrophique, qui s’accorde d’ailleurs avec le ton de ses propres convictions néo-nationalistes.

  • 53 Jean-Marc Léger, « Nous avons appris à défendre... mal, non à comprendre notre langue et notre cul (...)

33On peut en sentir la marque dans un article important publié en 1957, où Léger constate et encourage le « réveil du sens critique » au Canada français afin de répondre adéquatement à l’aggravation de la situation sociopolitique, dont le problème linguistique constitue d’après lui le « signe le plus clair53 ». Tout en rejetant l’accusation de pessimisme fréquemment lancée à l’École historique de Montréal, Léger ne cache pas son inquiétude. Si un tel reproche devait être pris au sérieux, il aurait un véritable effet d’étouffement : « certains diront qu’à un peuple comme le nôtre il faut de l’optimisme », mais une telle injonction — l’expérience le prouve — ne servirait que de prétexte pour « voiler la crise » et entretenir de dangereuses illusions. À ses yeux, cet appel à l’« optimisme frise parfois l’inconscience », comme en témoigne l’immense « distance entre la proclamation théorique et les abdications pratiques » chez les élites canadiennes-françaises elles-mêmes. Avant Desbiens, Léger se défend contre ceux qui, devant la critique, se contentent de « crier à l’ingratitude », et invoque le fait que le respect ne doit pas être confondu avec la servilité. Ses propos se situent très nettement dans la ligne de pensée de Michel Brunet ; toutefois, Léger, par moments, élargit encore davantage la perspective. En invitant ni plus ni moins à « dépasser le seul critère de la conformité au passé », il assume de plain-pied la modernité de son interprétation de la situation sociale : « Il nous a manqué comme individu et comme collectivité de vivre dangereusement. »

  • 54 Michel Brunet affirmait déjà dans un article de 1952 : « Être une nation minoritaire, c’est vivre (...)

34Avant que Vadeboncoeur écrive La ligne du risque et qu’Aquin en fasse autant avec son « Comprendre dangereusement », Léger met le doigt, dès 1957, sur ce qui sera l’une des dimensions fondamentales de la Révolution tranquille, soit un certain désir de faire face à la réalité et de s’inscrire dans l’histoire par l’invention de soi, tout en étant conscient des risques et des dangers de cette expérimentation totale54. Lucidité sans compromis et globalisation de l’analyse, telles sont les priorités du journaliste. Après ses nombreuses interventions incisives, il ne sera plus possible d’envisager la question linguistique à partir d’une perspective purement pédagogique. Le virage visible dans ses textes est contemporain de celui amorcé en linguistique, quoiqu’il représente un degré de complexité supplémentaire dans la mesure où le pivot de la réflexion n’est plus seulement social, mais aussi et surtout national, c’est-à-dire, chez lui, politique. À l’influence de Cité libre se surimpose celle de l’École historique de Montréal et leur conjonction, chez Léger notamment, aura une profonde incidence sur l’évolution de la réflexion sur la langue, en dépit du fait qu’aucune des têtes d’affiche qui s’y distinguent — à l’exception de Brunet — n’a véritablement traité du problème linguistique au Canada français. Une telle logique discursive est notable dans la mesure où elle montre que la façon de théoriser le rapport au collectif (social ou national) affecte la perception de la langue elle-même.

  • 55 Léger connaît Daviault de longue date ; en 1954, il l’avait d’ailleurs invité à collaborer à un ca (...)
  • 56 Jean-Marc Léger, « Le salut de la langue française chez nous est lié à celui du Canada français co (...)

35Seul le désir d’interprétations risquées et de solutions globales explique pourquoi, avec Léger, on cesse de croire en la pertinence des congrès sur la langue, des appels à la survivance et des campagnes de refrancisation et qu’on élabore dorénavant de nouvelles approches de la question linguistique. Ainsi Léger, par exemple, s’accorde-t-il avec Daviault pour dire que « les faiblesses de notre langage reflètent celles du milieu55 » (NA). Cependant, à ses yeux, l’analyse de l’évolution sociale, bien qu'elle ait l’utilité de penser la réalité d’une façon plus fine, ne va pas assez loin. Rappeler — comme Léger le fait lui-même — que la crise linguistique est née de l’accélération de l’industrialisme et de la révolution industrielle s’avère nécessaire, certes, mais insuffisant. Le néo-nationalisme fournira un cadre théorique plus complet qui permettra, par extension, de réfléchir à la question linguistique en termes politiques : « le problème de la langue est lié au problème du Canada français tout court56 ». Ce rapport de causalité constitue l’une des différences fondamentales entre Daviault et Léger. Pour ce dernier, il existe en effet une étroite « liaison entre la langue et la communauté nationale », dans la mesure où la langue est d’abord le « reflet », ensuite le « miroir » et le « témoin » de la dégradation de la collectivité (NA).

  • 57 De la même façon qu’un objet, pour se refléter dans l’eau, doit d’abord en être distant.

36Du « reflet » au « miroir », le passage révèle plus qu’une simple volonté de diversifier le vocabulaire et ce n’est pas pour rien que Léger les distingue soigneusement comme deux moments spécifiques. Sur le plan métaphorique, les deux termes se démarquent par de subtiles nuances. Dans la logique du reflet, la langue se présente comme une réalité foncièrement extérieure à la collectivité qui la parle57. Ce n’est que dans la distance qu’elle peut renvoyer à l’essence de la nation dont les lois chiffrées sont inscrites à même la matière de ses signes. La collectivité constitue ici l’unique et indiscutable centre de gravité, car la langue, simple reflet, se définit dès l’abord par la secondarité attribuable à son statut de pure archive, de document du passé désincarné et abstrait. Une telle perspective se rattache au point de vue canadien-français traditionnel incarné notamment par Camille Roy et par Lionel Groulx. Lorsque définie comme un miroir, la langue symbolise par contre le cadre dans lequel se fait la « réflexion » de la nation. Objet de curiosité comme d’angoisse, centre de tous les regards, elle représente alors elle-même un point de référence à part entière et devient le symptôme vivant, actif et troublant de l’évolution la plus contemporaine de la nation. Suivant cette logique, la langue constitue le miroir mobile et douloureusement révélateur de l’état de la collectivité.

  • 58 C’est pourquoi, chez d’autres intellectuels, le « reflet » n’aura pas le même sens puisqu’une tell (...)

37Dans le premier cas, la langue, instrumentalisée, renvoie à la nation le reflet de son passé, de son esprit, de son âme, déposés en elle. Dans le second cas, la langue est elle-même le miroir, c’est-à-dire le principe générateur du reflet et le cadre formel dans lequel la nation, médusée, s’observe avec inquiétude. Cette discrète différence d’accent est significative, dans le cas de Léger, en raison de sa récurrence dans les textes58. La métaphore du miroir est en effet l’une de celles qu’affectionne particulièrement le journaliste. Il la reprend dans de nombreux articles, dont un texte important de 1962, « L’état de la langue, miroir de la nation », qu’il écrit à titre de directeur de l’Office de la langue française.

38Dans cet essai qu’on peut considérer comme l’une des synthèses théoriques les plus représentatives de l’époque, Léger établit une distinction très nette entre les deux fonctions de la langue. Pour lui, il ne saurait y avoir d’ambiguïté : « la langue, avant d’être moyen de communication, est moyen d’expression » (EL, p. 42). Comme je l’ai déjà mentionné, ces deux fonctions sont toutes deux issues de l’expressivisme philosophique. Néanmoins, l’analyse du corpus oblige, tel qu’il est annoncé, à faire un certain nombre de nuances et de corrections. Avec l’évolution de la pensée sur la langue, en effet, l’expression et la communication, unies au départ par une même logique, se sont dissociées au point de former dans certains textes un véritable couple antithétique. Contrairement à Daviault, chez qui les deux fonctions étaient plutôt complémentaires, Léger choisit quant à lui d’établir une hiérarchisation où l’expression obtient la place d’honneur.

39À lire les nombreuses réserves émises à l’endroit des définitions de la langue axées sur la communication, il est aisé de comprendre que les intellectuels nationalistes y lisent une récupération utilitariste en faveur d’un monde absorbé par les valeurs exclusives de la grande bourgeoisie d’affaires. Expression et communication se séparent en fait au moment où la fonction de communication perd sa dimension révolutionnaire et ne rend plus compte que de l’efficacité des « rapports sociaux », ainsi que le signale discrètement Léger (EL, p. 42). On pourrait même avancer, en ce sens, que le déplacement du social vers le national qui se fait au tournant des années 1960 rend compte d’une volonté de contrer la récupération et le contrôle des forces sociales existantes à l’intérieur d’une structure économique dominante et paralysante. Rabattre la langue sur sa fonction de communication risque en effet de n’être que le signe avant-coureur de l’adoption de la langue de communication par excellence : l’anglais.

  • 59 Le terme ne renvoie pas seulement au « sens créateur » de la collectivité elle-même (EL, p. 49), m (...)

40Avant de clore cette parenthèse, il reste à préciser ce que le concept d’expression lui-même signifie chez Léger à l’intérieur de ce cadre nouveau. Dans l’introduction, j’ai mis en lumière le fait qu’il existe un expressivisme de création et un expressivisme de communication, du moins tant et aussi longtemps que la communication demeure dans l’orbe de l’expressivisme. Quand elle en est exclue, on peut reformuler cette distinction comme une opposition pure et simple entre expression (créatrice) et communication (utilitariste). Parfois l’accent est mis sur l’un de ces aspects, parfois sur l’autre. Tel qu’il est employé par les intellectuels québécois, le terme expression renvoie dans la majorité des cas à la création59 que permet la langue et désigne ce noyau dur qui seul peut contrebalancer la « tendance dangereuse à faire prévaloir » la fonction de communication sur toutes les autres dimensions de la langue (EL, p. 42). Chez Léger, la subjectivité créatrice l’emporte parce que le rapport de la pensée à la langue se fonde sur une immixtion radicale : « la langue est mêlée de plus en plus intimement à la vie intellectuelle du groupe comme de l’individu » dans « une alliance étroite, je dirais même une fusion, une inter-action permanente » (EL, p. 42). L’évocation de la pensée est avant tout ici une façon de mettre l’accent sur le sujet ; bien qu’il soit question de la fonction de cognition, nous sommes loin d’une vision instrumentaliste. Léger insiste sur le fait qu’il est impossible de dissocier l’homme de sa langue, car celle-ci joue un rôle fondamental dans son évolution. Il l’écrit d’ailleurs sans ambiguïté plus loin dans son texte : une « différence profonde » est inscrite dans les expressions « parler une langue » et « être d’une langue » (EL, p. 48).

Dans le premier cas, la langue est envisagée essentiellement comme un instrument de communication ; dans le second, elle est considérée d’abord comme un moyen d’expression, qui vient illustrer un mode de penser, de réagir, bref un mode d’être (EL, p. 48).

41Comme on peut le lire ici, il n’y a jamais présence exclusive de l’une ou l’autre des perspectives, mais bien hiérarchisation (« essentiellement », « d’abord »). Aucune des positions des intellectuels de mon corpus n’étant unidimensionnelle, l’intérêt est justement de réussir à interpréter les équilibres et les contradictions qui naissent de la coexistence de tendances parfois antagonistes.

42Chez Jean-Marc Léger, l'« expression » vient illustrer, c’est-à-dire mettre au jour un véritable « mode d’être ». Dans ce passage, l’émergence même du concept d’expression est d’ailleurs symptomatique ; le terme n’apparaît pas chez Daviault, par exemple. Affectant profondément l’être, la langue ne pourrait chez Léger être réduite à un quelconque instrumentalisme précisément parce que, loin justement d’être un instrument, elle dévoile un « mode » d’appréhension de l’existence. Dans la formule « être d’une langue », on peut de plus remarquer une métaphore territoriale sous-jacente : on est d’une langue comme on est d’un pays. Encore discrète pour le moment, cette comparaison sera reprise tout au long des années 1960 et 1970, avant de devenir un poncif dans les années 1980. Elle signale que la langue, territorialisée, est un lieu dont le locuteur relève et qui désormais l’englobe. On peut interpréter cette image — qui désigne le lieu « commun » d’une collectivité — comme une façon de redonner sens à l’idée d’une communauté de langue sans pour autant passer par une fonction de communication entachée par son caractère foncièrement utilitariste.

43Ainsi que je l’ai mentionné plus haut, l’expression, chez Léger, renvoie à un expressivisme de création puisque la langue y est le lieu d’une élaboration de réalités nouvelles et inédites sur lesquelles ni l’individu ni le groupe n’ont la main haute. En effet, la langue déborde de part en part : « on ne saurait empêcher que l’individu comme le groupe n’expriment quotidiennement, j’allais écrire “ne trahissent”, en parlant, leur réalité intellectuelle et sociale, ne se décrivent inconsciemment » (EL, p. 42). Autonome, la langue scelle sa trahison perpétuelle en portant et révélant des significations insoupçonnées des locuteurs mêmes. C’est en ce sens que la métaphore du miroir est une juste représentation des pouvoirs de la langue : « miroir impitoyable, la langue présente aux autres notre image et nous la renvoie » (EL, p. 42). Ici encore, il est significatif que le reflet, forme inerte où aller puiser des savoirs sédimentés, s’efface au profit de l’image, double homologique de la société, projection vivante et souffrante de la nation. Le reflet ne peut vivre sans l’objet du reflet, tandis que l’image toujours présente dans tout miroir possède une autonomie qui lui permet de circuler et, qu’on le veuille ou non, de se donner en représentation.

  • 60 Léger est représentatif des intellectuels de cette époque dans la mesure où, comme Raymond Barbeau (...)

44« L’état de la langue, miroir de la nation » révèle un autre aspect important de la pensée de Léger : son intérêt pour l’analyse géopolitique, qui n’étonne cependant pas vraiment de la part de celui qui fut président de l’Association internationale des journalistes de langue française, puis l’un des principaux artisans de la fondation de l’Agence de la francophonie. Il est, par exemple, le premier, dans mon corpus, à accorder une importance culturelle au fait que la minorité canadienne-française vit ceci de particulier qu'elle est « doublement minoritaire60 », dans le cadre national canadien et dans le cadre géopolitique du continent américain (EL, p. 43). Singulier destin géopolitique dont on ne trouve que peu d’exemples. Il poursuit dans la même veine en faisant remarquer « l’essor extraordinaire des relations internationales, politiques aussi bien que culturelles et économiques » dans le monde (EL, p. 39). Parmi ces trois formes de contact, l’économie détient une place prépondérante : pour Léger, « la pénétration massive des États-Unis dans la vie économique, puis dans la vie tout court » marque le début d’une « deuxième conquête », faisant suite à celle de 1760 (EL, p. 45).

  • 61 Jean-Marc Léger a été secrétaire général de l’Association des universités partiellement ou entière (...)
  • 62 Sur le sens qu’il donnait à cette expression, voir Jean-Marc Léger, « Dimensions de la liberté », (...)

45Pragmatique, Léger insiste de façon lucide sur « l’extraordinaire progrès des moyens de transport et de communication qui rend infiniment plus faciles les échanges de toutes sortes » (EL, p. 50). Cela débouche sur un péril autant que sur une chance, et oblige à redevenir « passionnément français » en s’appuyant sur la force culturelle de l’ensemble des pays de langue française qui deviendront d’ailleurs, en partie grâce à ses efforts, la « francophonie61 » (EL, p. 49). Comme Olivar Asselin et Victor Barbeau avant lui, Léger a toujours eu la certitude que « nous [les Québécois francophones] sommes tributaires du destin de la France [...], forts de sa puissance et de son rayonnement, faibles de sa faiblesse » (EL, p. 50). Mais pour donner le coup de barre nécessaire, il croit quant à lui en des « moyens radicaux », soit « la mobilisation des masses » et une authentique « révolution nationale62 (EL, p. 41).

  • 63 Jean-Marc Léger, « Pour l’unilinguisme », La Presse, 20 juin 1963, p. 4 ; désormais désigné par le (...)

46Vers la même époque, on voit justement apparaître certaines idées sur la langue qui feront « révolution », c’est le moins qu’on puisse dire, dans le ciel du Québec. Au premier chef, il faut penser ici au débat sur l’unilinguisme, dont la définition et les modalités sont, comme nous le verrons, moins claires qu’il n’y paraît. Peu avant sa démission de l’Office de la langue française, Léger s’y fera remarquer en demandant clairement que tout soit mis en œuvre pour que le Québec devienne unilingue63 En juin 1963, dans une lettre à La Presse, il s’inscrit ainsi en faux contre l’un des éditorialistes du journal, Vincent Prince, qui critiquait la résolution en ce sens prise par la Société Saint-Jean-Baptiste lors de la séance de clôture de son congrès précédent. Fustigeant Prince pour ce qu’il représente de « tradition d’orthodoxie épaisse et de résignation morbide » et rejetant un vain « apostolat linguistique », Léger défend une solution plus adéquate pour faire face aux problèmes linguistiques criants du Québec de l’époque : pour lui, en effet, « l’unilinguisme français au Québec est une question de vie ou de mort pour le Canada français » (PU, p. 4).

  • 64 Jean-Marc Léger, « Laisserons-nous l’unilinguisme anglais triompher au Québec ? », Le Devoir, 15 o (...)
  • 65 Cité dans Anonyme, « J.-M. Léger : “le bilinguisme peut se réaliser au niveau de l’État mais pas d (...)
  • 66 Jean-Marc Léger, « L’intervention de l’État pour le salut de la langue », Le Devoir, 21 décembre 1 (...)

47Léger a souvent affirmé, dans la foulée de Brunet, que le sentiment d’urgence de la dégradation de la langue nécessitait une action puissante et radicale, mais il entre rarement dans les détails avant 1963. S’il évoque en 1960 l’obligation que devraient avoir les entreprises de traiter avec leurs clients en français, il faut le considérer comme une relative exception64. Par contre, en 1963, il demande, lors d’une assemblée du Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN), qu’on adopte des « mesures pour rendre l’usage du français obligatoire dans le milieu du travail65 ». En prenant fait et cause pour l’unilinguisme la même année, il précise qu’il faut que le français devienne « la langue de l’activité quotidienne, du travail, du progrès économique et technique, de l’avancement social », c’est-à-dire « l’instrument normal d’expression, de communication et d’échanges dans tous les secteurs et à tous les niveaux » (PU, p. 4). En 1964, il note lui-même que « l’intervention de l’État par des mesures législatives pour assurer le respect, la conservation, le salut de la langue française au Québec est une idée relativement jeune qui étonne nombre de citoyens et en fait bondir d’autres66 ». Il y a donc un énorme travail de conscientisation à faire pour favoriser une telle évolution.

  • 67 L’idée de coercition, inscrite dans la nature de toute loi, a fait couler bien de l’encre, avant q (...)

48Convenant sans peine qu’on doit préférer la persuasion à la coercition, il n’en doute pas moins de son efficacité dans beaucoup de situations de la vie courante, de la lutte contre les monopoles à la sécurité sociale en passant par la circulation routière. Avec un brin d’ironie, il ajoute : « Certes, il faudrait mieux n’avoir pas [...] à sévir comme il vaudrait mieux que tous les automobilistes rivalisent de prudence et de courtoisie et qu’il ne faille pas de police ni de prison67 ». De tout temps, les hommes ont promulgué des lois, dont on peut regretter la nécessité, mais qui n’en sont pas moins légitimes dans la mesure où dans la plupart des cas elles tentent de protéger le bien commun et un idéal de justice. Léger suggère, quant à lui, en 1964, deux domaines d’intervention précis : faire du français la langue de travail et donner au français une « place prioritaire » dans l’affichage — mesures qui, par la suite, deviendront les fondements de la politique du Parti libéral.

  • 68 Jean-Marc Léger, « L’avenir du français et l’action nécessaire des pouvoirs publics », Le Devoir, (...)
  • 69 Jean-Marc Léger, « Pour rendre un avenir français au Québec », Le Devoir, 17 avril 1967, p. 4.

49En 1966, se réclamant du rapport Parent qui pourtant, à cet égard, fut relativement timide, Léger réaffirme que « le français doit être sous tous rapports et dans tous les domaines la langue usuelle, la langue normale et habituelle68 ». Il ne s’agit pas d’une simple « question de stricte justice » ou de « dignité », mais bien de la vie et de la mort d’une collectivité. Léger considère qu’on ressasse depuis trop longtemps ce problème épineux et qu’il faut désormais s’assurer que le français devienne « indispensable à quiconque vit et travaille au Québec ». En 1967, Léger évoque une ambitieuse politique linguistique globale qui devrait toucher l’école, l’administration, le milieu de travail, les médias et l’affichage « sous toutes ses formes69 ». Il rejoint ainsi la position de la plupart des organisations indépendantistes.

  • 70 Voir Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse 22 juin 1957, p. 57.

50Sa décision de se porter à la défense de l’unilinguisme, du reste, ne s’inspire pas avant tout de principes abstraits. Pour le comprendre, il est important de remonter au moment de sa genèse, car on verra que l’idée d’unilinguisme est née, au contraire, d’une situation concrète intenable, fondée sur l’expérience sociale d’un bilinguisme ravageur. Léger rappelle à cet effet que « l’institution généralisée du bilinguisme chez un groupe ethnique minoritaire est le premier temps de la disparition de la langue maternelle ». Il s’agit là d’une « loi d’airain » (PU, p. 4) et l’unilinguisme n’a de valeur à ses yeux que parce qu’il représente l’unique façon d’éviter ce que Brunet appelait en 1957 le « bilinguisme assimilateur70 ». Grâce à l’unilinguisme, on espère pouvoir faire en sorte qu’en matière de langue, le Québec accède à une « normalité » équivalente, ni plus ni moins, à celle que vivent les provinces unilingues anglaises, sans affres ni luttes perpétuelles.

  • 71 Paul Daoust, Vues et aperçus sur le français au Canada, Montréal, Observatoire du français moderne (...)

51Cet unilinguisme a un objet bien précis : le français universel (ou international), qui est l’idéal linguistique des premiers groupes de pression indépendantistes. Paul Daoust affirme que ce type de concept normatif naît vers 1965 ; en réalité, comme le note Chantal Bouchard, il commence à être diffusé plus largement dans l’espace public autour de 196071. Cela dit, sa genèse, quant à elle, remonte à plus loin encore. Si Raymond Barbeau réclame la paternité du « franglais », c’est Jean-Marc Léger qui, pour des raisons assez claires, lance le « français universel ». La formule tire une grande part de sa crédibilité et de sa popularité du fait qu’elle grandit à l’ombre des institutions naissantes de la « Francophonie », dont elle constitue le pendant linguistique.

52On le sait, Léger a joué un rôle absolument central dans le développement des principaux organismes de la Francophonie. Au début des années 1950, il défend ce qu’il appelle encore la « communauté spirituelle française » :

  • 72 Jean-Marc Léger, « C’est l’heure d’affirmer la fraternité française », L’Action nationale, vol. 38 (...)

Il nous faut [...] repenser notre [...] lutte nationale dans un cadre plus vaste, sur ce que j’appellerais le plan français international. La moindre victoire ici remportée sert la cause française, la cause de tous les Français au monde, comme la sert la lutte menée par les Wallons ou par tout autre groupe français. Pour nous Canadiens français, il importe particulièrement que nous ressentions notre appartenance à une vaste communauté française72.

  • 73 Jean-Marc Léger, « Pour une “Union culturelle française” », L’Action nationale, vol. 42, no 2, nov (...)
  • 74 Ibid., p. 161.
  • 75 Voir Jean-Marc Léger, « L’Union culturelle française communauté des “Parlant Français” », L’Action (...)

53En 1953, il en appelle à la création d’une « Union culturelle française », en invoquant le fait que, « sur le plan culturel, le monde français est un73 ». La mission d’un tel organisme serait de « promouvoir, dans le monde entier, la connaissance et la diffusion de la langue et de la culture françaises74 ». Cette Union est créée l’année suivante sous son impulsion directe et, en juin 1955, elle organise à Versailles son premier congrès international75. Jean-Marc Léger rappelle que l’idée de la fondation d’un tel organisme lui était venue alors qu’étudiant à Paris, il avait constaté

  • 76 Jean-Marc Léger, lettre à l’auteur, 9 août 2003.

la réalité de l’extension internationale de la langue française et la qualité du français parlé par tant d’étudiants africains, maghrébins, indochinois, proche-orientaux, etc. [Il estimait] qu’il y avait là un vaste ensemble dont nous [les Canadiens français] étions exclus pour d’évidentes raisons politiques et qu’il fallait inventer quelque chose qui permette à tous les francophones du monde [...] de se retrouver, sur la base de la langue commune et, pour une part, de la culture qui la sous-tend76.

  • 77 Jean-Marc Léger, « La langue française, langue universelle ou produit de luxe ? » [texte d’une con (...)

54C’est dans ce contexte très particulier qu’apparaît le concept de français universel au cours de l’année 1955. Dans un premier texte intitulé « La langue française, langue universelle ou produit de luxe ? », Léger rappelle d’abord le sujet du concours de 1784 de l’Académie de Berlin sur l’universalité de la langue française auquel Antoine Rivarol a consacré un texte devenu fameux, puis évoque les qualités selon lui incomparables de la langue française (mesure, pureté, simplicité, distinction, précision et bien sûr clarté) dans la lignée de ce discours bien connu sur le génie de la langue. Solennellement, Léger conclut sur la nécessité que le français retrouve sa « vocation à l’universel77 ».

  • 78 Je ne la retrouve nulle part dans mon corpus avant cette date : bien sûr, on peut repérer — dans l (...)
  • 79 Jean-Marc Léger, « La langue française menacée au Québec », L’Action nationale, vol. 45, no 1, sep (...)
  • 80 Ibid., p. 46.
  • 81 Voir Jean-Marc Léger, « Le journalisme de la langue française. À la pointe du combat », L’Action n (...)

55En septembre 1955, dans un second texte, on trouve la première occurrence de l’expression de « français universel78 ». Le journaliste évoque la menace de disparition qui plane sur la langue française au Québec et craint que « notre parler n’[ait] bientôt plus que de lointaines relations avec ce que l’on peut appeler le “français universel”79 ». Léger met le terme entre guillemets, ce qui montre bien qu’il s’agit d’une expression peu usitée à cette époque, même pour son auteur, qui le définit comme le français permettant de se faire « comprendre » aussi bien en Égypte qu’en Haïti, en France ou en Belgique80. Il s’agit donc d’un niveau de langue qui assure une intercompréhension entre tous les francophones. Notons aussi que tout juste après la parution de ce texte a lieu un autre congrès, qui se tient dans la ville de Québec, celui de l’Association internationale des journalistes de langue française (AIJLF), cofondée par un autre Canadien français, Dostaler O’Leary, et dans laquelle Léger s’est aussi beaucoup impliqué81. Il dispose donc d’un certain nombre de tribunes privilégiées pour diffuser l’expression, en l’occurrence les deux premières organisations internationales de langue française.

  • 82 Jean-Marc Léger, « La Presse de langue française et le français universel », Vie et langage, no 10 (...)
  • 83 « Remercions Vie et langage d’avoir fait naître la formule : le français universel », s’exclame un (...)

56Ainsi, en 1960, à titre de président de l’Union canadienne des journalistes de langue française, Léger livre un discours sur le français universel devant les membres de l’AIJLF : « nous devons tous prendre conscience de l’universalité du fait français » et nous unir « autour d’une langue et d’une culture prestigieuses, qui ne sont la propriété ni d’un peuple ni d’un pays en particulier82 ». Or, le texte de cette allocution est publié dans Vie et langage, revue fondée par Alain Guillermou, dont on a parfois dit qu’elle avait lancé l’idée du « français universel83 », ce qui nécessite une petite mise au clair.

  • 84 Voir Vie et langage [Alain Guillermou], « Pour le français universel », Vie et langage, no 102, 19 (...)

57En fait, cette idée n’apparaît dans la revue qu’au début de l’année 1960 et les arguments que Vie et langage invoque alors sont, malgré une certaine différence de ton, les mêmes que ceux que Léger développe quant à lui depuis le début des années 1950. On le voit bien dans l’éditorial que la revue consacre à rendre compte des derniers développements de l’Office du vocabulaire français (OVF), né en 1957, et qui décide alors de militer désormais pour l’unité du français dans le monde, refusant par là que « notre langue commune se diversifiât au point de devenir incompréhensible pour les nationaux de tel autre pays » francophone84 La « sauvegarde du français universel » a donc le sens du maintien d’un lien linguistique fort entre les différents « embranchements » français, ce qui correspond tout à fait à l’objectif que s’était fixé Léger.

  • 85 Georges Gougenheim, « La défense de la langue française », Vie et langage, no 102, 1960, p. 468.
  • 86 Georges Gougenheim, « Pour un “français universel” », Vie et langage, no 106,1961, p. 233.
  • 87 Georges Gougenheim, « Les buts et les moyens de l’OVF », Vie et langage, no 114, 1961, p. 488.

58On pourra même avoir l’impression que Vie et langage se fait alors le porte-parole de l’insécurité linguistique des pays francophones périphériques, au premier rang desquels se range le Québec. Alors que le danger de différenciation linguistique en France est nul, Gougenheim, président du Conseil linguistique de l’OVF, reprend lui aussi ce credo, en y ajoutant une touche de paternalisme qu’on ne trouve pas chez Léger, lorsqu’il affirme la nécessité de « veiller à ce que les français du dehors, les français lointains, ne s’appauvrissent pas, en restant repliés sur eux-mêmes85 Dans un second texte, en 1961, Gougenheim se fait plus neutre, appelant comme Léger à « un effort commun pour maintenir l’unité de cette communauté linguistique » francophone à travers la promotion du français universel, dont le « nom n’implique aucune visée conquérante, mais uniquement l’établissement d’une langue unique pour tous ceux qui parlent français86 ». Il n’en reste pas moins que l’action de l’OVF, puriste par vocation et axée sur l’éradication des termes étrangers et des néologismes, reste entachée d’une ambiguïté certaine. Si Gougenheim précise qu’il n’est pas question de porter le « rêve follement ambitieux de faire du français la langue de l’univers », il désire néanmoins que tous les francophones « effacent les particularismes locaux et réagissent de la même façon à l’égard des innovations linguistiques87.

59Mais si l’idée et l’argumentaire du français universel sont d’abord proposés par Léger, il est indéniable qu’à partir de 1960 la revue Vie et langage en assure une diffusion d’une extraordinaire efficacité par le biais de l’Office du vocabulaire français (où Gérard Dagenais fera un stage en 1960) et de la Fédération du français universel (dont fait partie le Comité de linguistique de Radio-Canada, dans lequel œuvre Jean-Marie Laurence). En 1963, le « français universel » fait ainsi son apparition dans le bulletin C’est-à-dire, de Radio-Canada, qui relaie un certain nombre d’initiatives d’Alain Guillermou en faveur de la défense du français. Quant au bulletin de l’Office de la langue française (OLF), Mieux dire, créé au moment où Jean-Marc Léger en est le directeur, il rend compte de certains débats à Vie et langage et utilise alternativement les expressions de français universel et de français international.

  • 88 Maurice Lebel, alors doyen de la Faculté des lettres de l’Université Laval, met encore l’expressio (...)

60Il n’est pas innocent que la première formulation, aux accents rivaroliens et quelque peu expansionnistes, se soit éclipsée avec le temps au profit de celle de français international, plus neutre et dont le concept deviendra vite très populaire88. Le fait que Léger lui-même ait été le premier responsable de l’OLF a sans doute également favorisé son entrée dans l’usage. Un texte publié en janvier 1963 dans Mieux dire porte clairement la marque des idées de son directeur :

  • 89 Anonyme, Mieux dire, no 3, janvier 1963, p. 1.

Parmi les principes qui doivent inspirer et guider l’action de restauration de la langue au Canada français, l’un des plus importants est assurément celui-ci : il n’existe qu’une langue française, ce qu’on appelle aujourd’hui le « français universel » ou international. En dépit de différences d’ordre secondaire ou de particularités régionales, le français parlé quotidiennement à Liège, à Paris, à Lausanne, à Dakar et à Beyrouth est fondamentalement le même89.

61Comme dans les textes de Léger, le terme de « français universel » demeure entre guillemets, signe que l’expression ne va pas encore de soi. À l’époque, elle a encore pour concurrents le français « de Paris », « officiel », « métropolitain », « académique », « authentique » ou « véritable ». Après le départ de Léger de l’OLF en 1963, le terme de « français international » s’impose dans le premier document important que produit l’organisme, en 1965, sa Norme du français écrit et parlé au Québec :

  • 90 Document cité dans Louis-Jean Rousseau, « Évolution de la conception de la norme à l’Office de la (...)

L’Office estime que, pour résister aux pressions énormes qu’exerce sur le français du Québec le milieu nord-américain de langue anglaise, il est indispensable de s’appuyer sur le monde francophone : cela veut dire que l’usage doit s’aligner sur le français international, tout en faisant la place à l’expression des réalités nord-américaines90.

  • 91 La critique que fait Ian Lockerbie du français international est tout à fait représentative des ré (...)

62Signalons que, dans l’esprit de la plupart des intellectuels, le terme de français international renvoie au français hexagonal, ce pour quoi il a été systématiquement rejeté. On critique généralement le fait que l’expression, laissant entendre que tout pays francophone participe à l’invention du français, ne renvoie dans les faits qu’à un français hégémonique, à la norme parisienne. Des littéraires, mais aussi des linguistes comme Gilles Bibeau91, critiquent ce concept plus politique que scientifique, qui n’en connaîtra pas moins une grande vogue dans les institutions du gouvernement québécois.

  • 92 Une koinè désigne un fonds linguistique commun.
  • 93 Jean Marcel, « Quel français enseigner ? », dans Alain Baudot, Jean-Claude Jaubert et Ronald Sabou (...)
  • 94 Daniel Baggioni, Langues et nations en Europe, op. cit., p. 87.

63C’est chez Jean Marcel qu’on retrouve la défense la plus intéressante du « français international » : sans esquiver les objections, il revendique au contraire la comparaison avec le français de Paris, qui a constitué selon lui « une sorte de lieu abstrait où s’est formée historiquement, à même les parlants venus de divers horizons, une koinè92 linguistique aussi complexe que celle du grec antique, qui n’était ni d’Athènes, ni de Thèbes, ni de Delphes93 ». Daniel Baggioni a bien montré, en prenant notamment les exemples du français, de l’anglais et de l’espagnol, le processus par lequel une langue commune s’édifie, souvent en s’appuyant sur un corpus littéraire. Il rappelle lui aussi que le français de l’Île-de-France, le francien, tient plus du « fantasme de romanistes » que de la réalité linguistique94. Jean Marcel, quant à lui, souligne à sa façon qu’une langue est toujours une fiction, un lieu de rassemblement, le témoin d’une histoire qui est loin d’être close. À ses yeux, les Québécois

  • 95 Jean Marcel, « Quel français enseigner ? », op. cit., p. 91.

ne renoncent en rien à leur jalouse originalité en adoptant un véhicule qui a historiquement autorisé toutes les identités. Car c’est bien là la fonction capitale d’une langue référendaire : elle permet la libre circulation de l’information dans un véhicule répondant à toutes les exigences de la communication sans jamais oblitérer le contenu, qui est la seule véritable originalité et qui fonde, seul, l’identité. Le français dit « international » ou « commun » est une langue à apprendre, comme on apprend le code de la route tout en restant libre de circuler où l’on veut95.

  • 96 Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, traduction de Dominique Peters, Paris, Gallima (...)
  • 97 Martel et Cajolet-Laganière le définissent comme le « noyau de la langue » française « largement e (...)

64Reconsidérant le concept de français international, il ne serait pas inutile d’en repenser la visée dans l’optique que propose Éric Hobsbawm et que documente abondamment Bagionni : « Les langues nationales sont presque toujours des constructions semi-artificielles et parfois, comme l’hébreu moderne, pratiquement inventées. Elles sont à l’opposé de ce qu’imagine la mythologie nationaliste, qui les prend pour le fondement primordial de la culture nationale et la matrice de l’esprit national96. » Cela permettrait d’une part de relativiser l’argument souvent invoqué de l’enracinement de toute politique linguistique dans la « langue maternelle », dont la naturalité peut être ici utilement nuancée. D’autre part, cela signifierait également que le français international, en réalité, a constitué une utopie de langue au même titre que le projet de nationalisation du « français québécois » et qu’il se situe sur le même plan. On peut enfin se demander si on peut vraiment se passer au Québec de ce type de concept quand on le voit réapparaître ces dernières années sous la forme du « français de référence », sans doute plus neutre mais qui n’en reste pas moins, quant au contenu, un équivalent du français international97.

Raymond Barbeau, unilinguiste de droite

65Le cadre argumentatif de l’unilinguisme, Léger ne l’invente pas. Comme l’a très bien vu Vincent Prince et comme le sait pertinemment l’ancien directeur de l’Office de la langue française, l’idée de l’unilinguisme est née dans l’esprit de quelques intellectuels indépendantistes, les tout premiers d’ailleurs à défendre cette option politique dans le Québec contemporain. À l’époque, les plus connus sont Raymond Barbeau et André d’Allemagne. Même si on a oublié aujourd’hui qu’ils ont même joué un rôle dans l’élaboration d’approches nouvelles sur la question linguistique, il n’en demeure pas moins qu’ils sont au principe de la réflexion des dernières décennies sur la langue.

  • 98 On pourra trouver une définition du corporatisme (idéal d’une société sans classes, division en co (...)

66On sait que Raymond Barbeau s’est illustré à la fin des années 1950 par la création du premier groupement séparatiste moderne, l’Alliance laurentienne. Fondé en 1957, la même année que l’organe qui en diffuse les idées, Laurentie, ce rassemblement de militants et d’intellectuels convaincus se fait remarquer par ses positions de droite et son programme social d’inspiration corporatiste, voire salazariste98 Héritier de la tradition du « mysticisme chrétien » et appelant à l’instauration d’un « État catholique », le chef de l’Alliance laurentienne prend néanmoins ses distances avec le nationalisme traditionaliste sur un élément essentiel : « l’acceptation pleine et entière du principe des nationalités et de sa traduction au XXe siècle, le droit à l’autodétermination des peuples. Barbeau reprend ainsi un des dogmes du nationalisme libéral du XIXe siècle, héritier de la Révolution française » (RB, p. 70,110 et 15). Son dogmatisme indubitable est en outre nuancé par son parti pris non moins certain en faveur du système républicain et de l’interventionnisme de l’État (notamment par le biais de la création d’un ministère de l’Éducation) ainsi que par son refus de l’« esprit de soumission » prôné par un certain catholicisme (RB, p. 41 et 91). Qui plus est, avec le temps, l’intransigeance de Barbeau s’affaiblit : on peut en voir un signe dans le dialogue qu’il accepte finalement d’engager avec Jean-Marc Léger, jadis bête noire des nationalistes orthodoxes.

  • 99 On trouve dans ces deux revues qui pourront sembler obscures des collaborateurs aussi connus que J (...)
  • 100 Raymond Barbeau, « Enquête sur la qualité de notre français parlé et écrit. Nos étudiants écrivent (...)

67Il n’est pas anodin que le chef de l’Alliance laurentienne ait à l’origine reçu une formation littéraire. Titulaire d’une thèse de doctorat sur Léon Bloy qui sera rédigée et publiée à Paris, Barbeau reçoit en 1956 la médaille de l’Académie canadienne-française pour cet ouvrage qui provoque la controverse. En 1959, le président de l’Académie, l’intellectuel de renom Victor Barbeau, le recrute d’ailleurs pour enseigner la langue et la littérature françaises à l’École des hautes études commerciales. À titre de professeur, il prend position sur la question linguistique à maintes reprises dans la Revue annuelle de la Société du Bon Parler français et dans Alerte, la revue de la Fédération des sociétés Saint-Jean-Baptiste99. Dans les débats sur la langue, Barbeau se distingue plus par sa constance et son assiduité que par son originalité. Il rejoint sur plusieurs points l’approche plus traditionnelle des porte-parole de la vieille génération, qu’il s’agisse de Pierre Daviault ou de Victor Barbeau. Peu après la crise du joual, il s’élève ainsi de façon très rigide contre la futilité des campagnes de refrancisation, la supercherie de la « pédagogie moderne » en matière d’apprentissage des langues et l’existence d’une prétendue « langue canadienne » comparable au français de France100.

  • 101 Il traitera davantage du joual dans son livre de 1965, notamment en rejetant la littérature qui y (...)
  • 102 Voir Raymond Barbeau, « Pour un manuel de stylistique », Alerte, avril 1961, p. 140-143 et « Enquê (...)
  • 103 Il reproduit cependant en annexe de son livre un long passage des Insolences du Frère Untel ; voir (...)

68En mai 1961, il rectifie cependant sa position au sujet du joual, remettant en question sa condamnation de jadis pour la raison très simple que le terme lui semble désormais impropre à rendre compte de la réalité langagière québécoise101. En effet, le mot joual, d’une part, renvoie à un type de prononciation qu’on ne trouve que dans les campagnes, lesquelles ne vivent pourtant quant à elles aucun problème langagier particulier. D’autre part, si l’on veut dénoncer la langue populaire des villes, il faut avouer qu’au lieu du joual, il serait plus pertinent et moins équivoque d’utiliser le terme que propose Barbeau : le « franglais », soit un état de langue résultant d’une collision violente entre l’anglais et le français qu’illustre la concaténation des deux mots, à l’image de la réalité linguistique. En 1965, son inventeur en revendiquera d’ailleurs la paternité mondiale (QBU, p. 80-81), en ayant effectivement proposé le terme102 bien avant qu’Étiemble en popularise l’usage en France dans son célèbre ouvrage de 1964, Parlez-vous franglais ? S’il n’est pas certain qu’Étiemble l’ait repris de Barbeau103 et que ce vocable ait « fait le tour du monde » après avoir été diffusé dans la revue Alerte, éditée à Saint-Hyacinthe, il est exact qu’il a d’abord été créé dans le contexte de la situation linguistique québécoise (QBU, p. 80).

69Dans son ouvrage synthèse de 1965, Le Québec bientôt unilingue ?, Raymond Barbeau s’attribue également la paternité de l’idée d’unilinguisme, qu’il aurait lancée dès 1956, puis reprise en 1957-1958 dans des discours publics dont il ne reste aucune trace (QBU, p. 130). Dans l’état actuel de la recherche, il est impossible de vérifier le bien-fondé d’une telle revendication et je m’en suis donc tenu à l’examen des documents écrits. Le premier texte auquel Barbeau renvoie son lecteur est un communiqué de l’Alliance laurentienne censé comporter une résolution en faveur de l’unilinguisme et émis à l’occasion de son assemblée annuelle en février 1959 (QBU, p. 130). Or, vérification faite, on ne trouve dans le journal dont Barbeau fournit la référence qu’un compte rendu de l’assemblée sans la moindre allusion à l’unilinguisme. On peut supposer que le journaliste couvrant l’événement aurait évoqué un sujet aussi explosif s’il y avait occupé une place notable. Cette imprécision dans l’exposé des faits invite à rester circonspect devant les prétentions de Barbeau. D’ailleurs, en admettant qu’elles soient justifiées, le simple fait que le premier texte traitant de l'unilinguisme aurait été écrit, dans le meilleurs des cas, en février 1959 laisse à penser qu’il ne s’agissait pas d’une idée phare du mouvement entre 1957 et 1959.

70Il faut en outre relever que Barbeau n’a pas toujours été aussi catégorique sur ce point. Dans un article de mai 1960 publié dans la Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, il écrit en effet : « J’ai proposé, à la suite de plusieurs personnalités, la francisation intégrale de l’État français d’Amérique. Il suffirait d’une seule loi du Québec pour que le français devienne la seule langue officielle sur tout le territoire québécois » (EQ, p. 27). Puisque Barbeau prend position sur le sujet pour la première fois en 1959, il ne peut pas ici faire allusion aux intellectuels dont les premiers textes sur la question datent de la même année. On peut donc se demander de quelles personnalités il est question dans cet article. Plusieurs possibilités sont envisageables. Dans un numéro de 1936 de La Nation, revue fascisante « ayant fortement inspiré Barbeau par un style polémique et emporté », son fondateur, Paul Bouchard, met de l’avant sa conviction que seule une situation d’unilinguisme permettra au Canada français de vivre une situation linguistique saine et normale (RB, p. 58) :

  • 104 Paul Bouchard, « Le bilinguisme, agent de dénationalisation » [La Nation, 24 septembre 1936], cité (...)

Nous sommes partisans de Tunilinguisme. Le bilinguisme, c’est le droit pour les citoyens d’un pays composite de rester unilingues, mais le devoir pour l’État qui les régit d’être bilingue. Ce n’est pas autre chose. C’est une obligation pour les fonctionnaires et non pour chacun des citoyens d’apprendre la langue du voisin104.

  • 105 Du moins, de la première mention d’un unilinguisme français : tout au long du XXe siècle, divers t (...)

71Il s’agit à ma connaissance de la plus ancienne mention du terme d’unilinguisme, toutes époques confondues105. On peut cependant très bien voir ce qui la sépare radicalement de la position de Barbeau et, plus encore, de celle des indépendantistes des années 1960. Se montrant intraitable en ce qui touche l’unilinguisme individuel, Paul Bouchard reprend l’idée courante selon laquelle on ne peut exiger d’une population entière qu’elle parle deux langues et, pour cette raison, on n’a pas le droit de s’appuyer sur un tel postulat pour imposer un insidieux bilinguisme scolaire. Il n’est pas question pour lui de proposer que le français devienne, au niveau collectif, la langue officielle, l’État ayant à ses yeux le devoir de demeurer bilingue. L’idée d’unilinguisme n’est donc chez lui qu’une occasion de rappeler le droit qu’a chacun de ne parler que sa langue maternelle s’il le désire. Abstraction faite de cette différence fondamentale, je n’ai en outre rien trouvé dans les textes de mon corpus, dans la revue Laurentie notamment, qui permette de croire que Bouchard a inspiré Barbeau sur cette question précise. Compte tenu du fait que le chef de l’Alliance laurentienne ne cache pas sa sympathie pour les convictions indépendantistes prônées à la Nation, on peut imaginer qu’il aurait mentionné une telle filiation si elle avait existé.

72La seule autre « personnalité » ayant abordé la question avant février 1959 est l’écrivain Jacques Ferron, qui, en tant que candidat du Parti social-démocrate, propose en 1958 l’unilinguisme au Québec au cours d’une intervention télévisée, avant d’être désavoué en 1960 lors du congrès du parti. Cette hypothèse m’apparaît plus plausible que la première, puisque l’écrivain, contrairement à Bouchard, considère l’unilinguisme dans une optique collective et politique. Malgré une forte sensibilité de gauche, Ferron a très bien pu influencer Raymond Barbeau sur ce sujet, étant donné qu’à cette époque celui-ci établit des contacts avec des intellectuels venant de tous les horizons idéologiques. Durant les premières années d’existence de l’Alliance laurentienne, il rencontre ainsi à plusieurs occasions l’activiste Raoul Roy, fondateur en avril 1959 de La Revue socialiste.

  • 106 Raoul Roy, « Manifeste politique. Propositions programmatiques de La Revue socialiste », La Revue (...)
  • 107 Raoul Roy, « L’unilinguisme », L’indépendantiste, no 2, juin 1966, p. 13. Désormais désigné par le (...)

73Dans son premier numéro, celui-ci publie un « Manifeste politique » où il plaide en faveur de la création d’un « État français unilingue106 ». Mais un article ultérieur de Roy remet dans sa juste perspective la nouveauté de ce texte, élaboré tout de suite après les élections de mars 1958, en y confirmant l’indiscutable paternité de Ferron : « Lorsqu’à l’été 1958, je proposais le lancement de la Revue socialiste à l’écrivain Jacques Ferron, il me suggéra à la lecture d’un aphorisme du manifeste, “il n’y a pas de peuple bilingue qui dure”, d’inclure la revendication de l’unilinguisme dans les cent propositions programmatiques de notre premier numéro107 ». Il est à noter que l’article où Roy fait cette mise au point, paru peu après la publication de la généalogie de l’unilinguisme établie dans Le Québec bientôt unilingue ?, s’insurge contre les prétentions de Barbeau. Selon son auteur, « la revue Laurentie commença à en parler [de l’unilinguisme] à l’automne 1959, six mois après son lancement dans notre manifeste » (U, p. 14). Cela n’est pas exact du reste, puisqu’il est avéré que Barbeau aborde la question en avril et en mai 1959, mais ce flou montre bien que, chez Roy également, l’exactitude n’est pas au rendez-vous.

74Sur la foi des déclarations de Roy lui-même, mais sans qu’il soit possible d’être absolument catégorique sur ce point, on peut raisonnablement penser, en s’appuyant en outre sur le nombre et le contenu de ses textes, que Ferron a été à la Revue socialiste le véritable porte-flambeau de l’unilinguisme. L’auteur de La nuit est en effet très actif au sein de la revue et publie lui aussi, en avril 1959, en même temps que Roy, un court texte sur le sujet. On verra au chapitre suivant ce qui motivait les convictions de Ferron, mais le fait qu’il continue à défendre l’unilinguisme de façon encore plus ferme en 1960 et surtout en s’appuyant pour ce faire, dès le début, sur un argumentaire détaillé milite en faveur de son importance dans l’élaboration de cette proposition. À titre de comparaison, Roy et surtout Barbeau ne font pour ainsi dire qu’en appeler à l’unilinguisme, sans véritablement articuler une réflexion sur les raisons profondes justifiant leur prise de position.

  • 108 Lettre de Raoul Roy [1935], citée dans Mathieu Lapointe, Nationalisme et socialisme dans la pensée (...)

75Il est vrai cependant que Roy fait de la langue une véritable obsession. Dès les années 1930, lorsqu’il arrive à Montréal, ce Beauceron d’origine vit un choc linguistique en constatant l’omniprésence et la domination de l’anglais dans la métropole, langue qu’il en viendra à « détester108 ». Au cours d’un long voyage de découverte du Québec, où il rend visite aux rédacteurs de La Nation de Paul Bouchard, il s’indigne pareillement de voir, même à Québec, des affiches en anglais seulement. Après son adhésion au Parti communiste canadien, il découvre en 1957 la revue de Raymond Barbeau, Laurentie, qui l’intéresse même s’il rejette les positions sociales réactionnaires du fondateur de L’Alliance laurentienne. Lors de la fondation de la Revue socialiste, Roy aborde à plusieurs reprises la question linguistique. Dans le manifeste incorporé au premier numéro, il propose trois mesures assez novatrices pour l’époque : que soient francisées les « sources d’emploi », que l’affichage devienne unilingue français et que les écoles anglophones, réservées à la minorité de langue anglaise, prodiguent un enseignement obligatoire et efficace de la langue de la majorité (PP, p. 25 et 33).

  • 109 La Revue socialiste, no 6, automne 1962, p. 32 ; article désormais désigné par le sigle IF. Dans u (...)

76Sous le pseudonyme de Roger Beausoleil, il écrit en 1962 un second texte important, « Il nous faut un Québec unilingue », où il conteste les droits d’auteur de Barbeau : « Notre idée de l’unilinguisme français a fait pas mal de chemin depuis 1959. Aujourd’hui nous avons la joie de la voir reprise par de nombreux individus et groupements109. » On y trouve l’idée bien ferronienne qu’« une langue divorcée de la vie est condamnée à la mort lente » (IF, p. 29). Ce dépérissement se poursuivra tant que le français standard sera perçu par la majorité des Franco-québécois comme une curiosité ; pour signaler la prolétarisation des francophones, Roy compare le Québécois à « un vidangeur à qui on offrirait un complet de tissu fin [le français] pour faire son travail » (IF, p. 28). Roy, dans ce texte, introduit également l’idée d’une loi contraignante pour modifier en profondeur les tendances de fond dans l’évolution de la langue française au Québec. Selon lui, la persuasion ne donnera rien : « nous aurons un unilinguisme français imposé par l’État ou nous aurons un unilinguisme anglais imposé par les forces occupantes » (IF, p. 32). C’est pourquoi, devant cette alternative, la coercition lui semble inévitable.

  • 110 Dans un article de 1968, il prône la « décolonisation des noms de famille des Canadiens français q (...)

77À partir du milieu des années 1960, la trajectoire intellectuelle de Raoul Roy devient de plus en plus erratique, alors qu’il adopte des positions très conservatrices110, fondant diverses revues dont il est à peu de choses près le seul collaborateur (L’Indépendantiste, Les Cahiers de la décolonisation du Franc-Canada, La Revue indépendantiste). Il publie en outre de nombreux ouvrages polémiques où il prend à partie ou à témoin des groupes et des individus, de Pierre Bourgault à René Lévesque en passant par l’équipe de rédaction du journal Le Jour et la communauté juive, dans un livre aux forts relents antisémites. La question linguistique demeure centrale chez lui jusqu’à son décès dans les années 1990 ; ses nombreux articles sur le sujet en font foi. Il commente ainsi tant la Crise de Saint-Léonard que l’adoption de la Charte de la langue française, aussi bien les positions de Raymond Lemieux (qu’il approuve) ou de Gérald Godin (trop modéré, qui devient vite sa tête de Turc) que celles de Gaston Miron.

  • 111 Voir Alliance laurentienne [Raymond Barbeau], « Résolutions » [censément formulées pour la premièr (...)
  • 112 La recherche en archives à partir des références contenues dans la rubrique « Pour l’unilinguisme  (...)
  • 113 Procès-verbal d’une réunion du 18 novembre 1959 ; Centre de recherche Lionel-Groulx, Fonds Raoul-R (...)

78Contemporain des prises de position de Raoul Roy, le plus ancien texte de Raymond Barbeau portant sur F unilinguisme date lui aussi d’avril 1959111. Le seul fait que les prises de position des intellectuels de gauche comme de droite soient aussi rapprochées dans le temps permet de penser que l’idée était dans l’air, pour des raisons que je tâcherai de circonscrire. En somme, dans l’histoire du Québec moderne, l’idée d’unilinguisme naît en 1958 si l’on se fie aux témoignages de Ferron et de Roy ou, de façon plus documentée, au début de l’année 1959112. À la fin de cette même année, un éphémère Mouvement pour la liberté du Québec, qui rassemble aussi bien Raoul Roy que Jacques Ferron, Raymond Barbeau et André d’Allemagne (alors à l’Alliance laurentienne) adopte deux résolutions unilinguistes : « que la langue française soit proclamée par le gouvernement du Québec langue officielle du Québec » et « que la langue française prévale au Québec dans les domaines où le français et l’anglais sont reconnus113 ». Cette conviction est partagée alors par les indépendantistes de toutes tendances. Durant les années 1959-1960, l’histoire s’accélère en fait de façon vertigineuse au point où tous les mouvements indépendantistes existants, sans exception et presque dès leur naissance, prennent officiellement position en faveur de l’unilinguisme. Pour donner une juste impression de la rapidité de la circulation des idées, dans un milieu culturel exigu de surcroît, il faut tenir compte du fait qu’à peine quatre ans plus tard, en 1963, l’ensemble du milieu nationaliste se prononce en faveur de l’unilinguisme. Quatre ans à peine pour provoquer un bouleversement majeur dans l’horizon idéologique.

  • 114 Raymond Barbeau, J’ai choisi l’indépendance, Montréal, Éditions de l’Homme, 1961, p. 54.
  • 115 Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), « Introduction », Le choc des langues au Québec 1760-1970, (...)

79Dans l’immédiat, essayons simplement de voir ce que signifie concrètement une telle proposition dans l’esprit de celui qui en fut le promoteur infatigable, à partir, surtout, du moment où d’autres mouvements indépendantistes l’ont pris au sérieux et imposé à l’ordre du jour au début des années 1960. Il est symptomatique qu’en 1961, dans J’ai choisi l’indépendance, Barbeau puisse encore avancer qu’« il n’est pas vrai que le français soit la préoccupation dominante des souverainistes ; elle ne l’a jamais été. Elle est importante certes mais n’est ni la seule, ni la plus urgente, ni la plus absorbante114. Ce serait un contresens de penser, comme le font Bouthillier et Meynaud, que Barbeau signifie par là que le français n’a pas pour lui une importance particulière115. Là n’est pas le sens de sa remarque, ainsi que le montre clairement la suite de cette citation. En fait, comme Léger à la même époque et dans la foulée du néo-nationalisme, Barbeau s’applique à disqualifier catégoriquement toute solution à la crise qui ne serait que linguistique. Il cherche avant tout à attirer l’attention sur la valeur d’une solution plus globale, dont la portée serait politique et nationale. Néanmoins, ce passage, en ouvrant la porte au malentendu, témoigne d’une certaine insouciance face à la question linguistique que perdra Barbeau par la suite.

  • 116 Alliance laurentienne [Raymond Barbeau], « Résolutions » [censément formulées pour la première foi (...)

80Au départ, l’unilinguisme, enjeu parmi tant d’autres, semble être dans son esprit une simple question de principe. En avril 1959, les « Résolutions » de l’Alliance laurentienne, dont il assume la rédaction, affirment simplement que « le Québec doit refuser la propagande du bilinguisme qui tente d’assimiler les Canadiens français, et il doit déclarer que la langue française est officielle sur le territoire du Québec116. Comme on le voit, il est théoriquement toujours admis qu’il y ait plus d’une langue officielle : l’important est que le français détienne impérativement ce statut. On remarque également que, dans son inspiration première, l’unilinguisme se présente comme une réaction de défense face à un bilinguisme pernicieux et non une mesure offensive de prise de contrôle politique.

  • 117 Raymond Barbeau, « Où va le Canada français ? L’exercice de la pleine souveraineté est essentiel à (...)
  • 118 Raymond Barbeau, « La constitution de la République de Laurentie », Laurentie, no 107, janvier 196 (...)

81En mai 1959, dans une entrevue accordée à Jean-Marc Léger, les choses se précisent un peu : Barbeau croit désormais nécessaire « que la langue française seule soit officielle sur le territoire québécois117 ». Une étape de plus est franchie. Par la suite, dans la « constitution » laurentienne publiée en janvier 1960, une nouvelle déclaration de principe sur l’unilinguisme est faite, sans qu’il soit question d’exclusivité : « La langue officielle de la Laurentie est la langue française118. » Enfin, en mai 1960, la dimension législative, et donc la responsabilité du politique, est mise de l’avant, alors que Barbeau insiste, cette fois-ci de façon définitive, sur l’importance d’attribuer un statut particulier et exclusif à la langue française : « Il suffirait d’une seule loi du Québec pour que le français devienne la seule langue officielle sur tout le territoire québécois » (EQ, p. 27).

  • 119 Pierre Elliott Trudeau [en 1976], cité dans Michel Vastel, Bourassa, Montréal, Éditions de l’Homme (...)

82Il s’agirait de redonner vigueur et visibilité au français en le consacrant langue « officielle » d’une part et « seule » langue officielle d’autre part, tout en respectant sans ambiguïté les droits de la minorité anglophone. Dans un premier temps, Barbeau est clair sur ce point : « l’anglais conserverait ses droits de langue seconde pour les Canadiens français et de langue première pour les anglophones du Québec » (EQ, p. 27). L’objectif n’est donc pas d’imposer le français à la minorité anglophone. Cela est d’ailleurs d’autant plus évident qu’aucune mesure concrète n’est encore envisagée, hormis une loi sur la langue officielle qui aurait valeur de symbole, assurant un prestige plus grand à la langue de la majorité. Symbole, certes, mais efficace, car il s’enfonce comme un coin dans l’ordre du langage, ainsi que le saisit très bien Trudeau lorsque enfin, en 1974, le gouvernement Bourassa décide d’inclure une déclaration en ce sens dans sa loi sur le statut du français au Québec : « si encore on avait dit la principale langue, ou la langue de travail, la langue nationale, si on y tient119 », proteste le Premier ministre du Canada, bien conscient qu’en fait le français langue officielle porte un rude coup à sa politique de bilinguisme officiel.

  • 120 Raymond Barbeau, J’ai choisi l’indépendance, op. cit., p. 54.
  • 121 Raymond Barbeau [lors d’une allocution devant la FSSJB], cité dans « Les SSJB de St-Jean optent po (...)

83La pensée de Barbeau sur l’unilinguisme se précise avec le temps. Ainsi, en 1961, il introduit la spécification suivante : « tout le Québec serait intégralement français, comme tout le Canada anglais est de langue anglaise120 ». Cette affirmation laisse entendre que les institutions publiques seront touchées par la future législation et que le Québec serait remodelé en profondeur sur le plan linguistique. De quelle façon ? Aucune précision n’est apportée. Ce n’est qu’en 1965, dans Le Québec bientôt unilingue ?, que Barbeau clarifiera sa position, donnant alors autant la mesure de sa propre évolution que celle de l’avancée de la réflexion indépendantiste durant les quatre armées précédentes. Au même moment, on le voit se radicaliser aussi de façon très nette : « Il n’est pas question de dévaloriser les Anglo-Québécois. Nous allons les assimiler. Le bilinguisme est un accident dans notre histoire, par rapport à notre destin national121. » Sa naïveté politique, qui a été souvent montrée du doigt, transparaît davantage au fur et à mesure que les principaux intellectuels et partis politiques qui réfléchissent à la question commencent, eux, à envisager de mettre en place une véritable politique linguistique, réaliste et cohérente :

  • 122 Barbeau [lors d’un dîner-causerie de la Société nationale populaire], cité dans Anonyme, « L’unili (...)

J’ai intitulé ma conférence : Le coût de l’unilinguisme. Alors qu’est-ce que ça coûterait ? Je réponds en un seul mot : rien. Nos députés n’ont qu’à passer une loi, ça prend une demi-heure. On avise le reste du monde par une dépêche de la Presse canadienne, qui se fera un plaisir de faire connaître le fait aux quatre coins du Canada. On donne un an ou deux pour écouler leur stock de papeterie bilingue ou anglaise et hop ! Ça y est122.

84Il ne fait pas mystère, à cette époque, de sa volonté de ni plus ni moins assimiler les anglophones du Québec, ce dont rendent compte les derniers mots de ce passage. Mais le sens de l’idée même d’unilinguisme demeure assez vague sous sa plume. On trouve peu de textes qui en spécifient la portée, à l’exception d’un essai de définition, en 1966 :

  • 123 Raymond Barbeau, « L’unilinguisme ou le français prioritaire », Revue annuelle de la Société du Bo (...)

L’unilinguisme c’est d’abord cette obligation pour tout citoyen de parler la langue nationale, de respecter la langue nationale, d’utiliser la langue nationale le plus souvent possible dans ses rapports avec l’État national, avec ses compatriotes de langue française. L’anglophone du Québec, si l’unilinguisme devient obligatoire, devra apprendre, et bien apprendre, la langue du Québec, la langue officielle du Québec, le français. [...] L’État du Québec, le gouvernement, les institutions politiques, les cours de justice, les organismes nationaux, toutes les structures économiques, sociales et culturelles doivent se franciser. Toute la nation doit devenir française officiellement123.

85Même si Barbeau s’en défend, il y a indéniablement chez lui un ressentiment mal dissimulé. Dans cette citation, il est perceptible à travers l’énumération tous azimuts des champs d’application de l'unilinguisme qui, parce qu’elle entend traiter de l’entièreté de l’expérience de la vie en société, reste trop générale et laisse une impression de flou persistante.

86Si on excepte les propositions radicales qu’il exprime peu avant de quitter les devants de la scène politique, on peut dire que Barbeau, sans être un véritable théoricien de la langue, réalise une synthèse efficace d’idées proposées par ses prédécesseurs, tels Jean-Marc Léger et Michel Brunet. C’est le cas en ce qui touche la politisation de la langue, qui représente un pas au-delà de la socialisation de la langue. Même si son évaluation de la situation reste schématique, Barbeau saisit très bien la nouveauté de sa position : « on peut dire que le problème de la langue au Québec a toujours été considéré soit comme un problème personnel ou scolaire, soit comme un problème social ». Cependant, grâce à son action personnelle et à la montée de l’indépendantisme, « la question de la langue française s’est politisée » (QBU, p. 11). Précisons dès l’abord que l’approche sociale n’a pas l’ancienneté que semble lui conférer Barbeau : elle n’apparaît qu’au moment précis où, au Québec, la « question » sociale commence à se poser, c’est-à-dire lorsque disparaissent progressivement, dans les années 1950, l’unanimité et la cohésion de la collectivité québécoise traditionnelle.

87Il est vrai, par contre, que les solutions individuelles ou institutionnelles de la question linguistique ont toujours été très populaires au Québec depuis la seconde moitié du XXe siècle ; l’unilinguisme de Paul Bouchard s’y rattache clairement, par exemple. Pour évaluer l’apport de Barbeau, il faut cependant se rappeler qu’il publie son livre sur l’unilinguisme au milieu des années 1960 et que l’urgence d’une politisation, à ce moment, n’est plus qu’un lieu commun au sein de l’intelligentsia. Sur ce sujet, Barbeau se démarque peut-être un peu lorsqu’il réactualise le thème ancien de la « nationalisation » de la langue qu’on trouve chez Camille Roy : « Au Québec, l’État comme partout ailleurs doit nationaliser la langue nationale. Il a vu ses citoyens consacrer un temps énorme à la défense des droits de leur langue, et cela sans succès. [...] Il est temps que l’État s’en mêle, autrement aucun résultat définitif ne sera acquis dans ce domaine. » (QBU, p. 129) Cette nationalisation est nécessaire, selon lui, dans la mesure où elle permettra de donner une assise solide et surtout définitive au français dans l’ensemble du Québec. La volonté de ne pas continuer à s’enliser pendant des décennies autour de la question linguistique joue pour beaucoup dans les raisons motivant le passage du social au politique au tournant des années 1960. Ce qu’on a longtemps appelé la « survivance » française n’est, pour les indépendantistes de l’époque, qu’une « sousvivance » dont le refus contraint à choisir sans louvoyer entre vie et mort collectives.

  • 124 Le mémoire d’Éric Bouchard propose une synthèse intéressante des enjeux liés au néo-nationalisme m (...)

88Sur la genèse de cette politisation comme sur l’importance nouvelle que revêt le politique à la fin des années 1950, l’interprétation doit absolument tenir compte, comme je l’ai déjà souligné, de la progression fulgurante des idées néo-nationalistes, au point qu’il devient impossible, en 1960, de vraiment départager les différents groupes ou individus qui s’en réclament. Si Jean-Marc Léger se distingue par l’antériorité de ses prises de position sur la sclérose des élites traditionnelles, il est moins aisé de montrer qui, de Raymond Barbeau ou d’André d’Allemagne notamment, prend les devants dans la récupération, l’appropriation et le développement des idées de Brunet sur le plan linguistique. Alors que Léger, dans un premier temps, retient surtout de l’historien la virulence et le « réalisme » du sens critique, Barbeau et d’Allemagne iront plus loin en tirant les conséquences de sa conception de l’histoire sur la dynamique langagière124.

  • 125 « De cette défaite découlent tous nos malheurs, et tant que nous n’aurons pas mis fin aux effets d (...)
  • 126 Voir Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’A (...)
  • 127 Michel Brunet, Canadians et Canadiens, Montréal, Fides, 1954.

89Un point en particulier attire leur attention, soit la réorientation de l’interprétation de l’histoire du Québec en fonction des conséquences structurelles du traumatisme premier que constitue la conquête de la Nouvelle-France : « nous sommes linguistiquement colonisés ; le fait majeur qui pèse encore sur nous après deux siècles, c’est la Conquête125 », écrit Barbeau (QBU, p. 98). L’indéniable infériorité économique et sociale des Canadiens français n’est pas due à des raisons psychologiques ou culturelles, mais bien à des causes extérieures et structurelles. Selon le néonationalisme, la conquête a infléchi durablement l’évolution du Canada français et continue à faire en sorte que, dans le présent, l’égalité théorique des deux peuples fondateurs ne constitue qu’une mystification sans fondement concret dans la réalité126. C’est la conclusion que tirent Barbeau et d’Allemagne du premier livre important de Brunet, Canadians et Canadiens127, dont le titre indique bien que la confédération repose en réalité sur la juxtaposition abstraite de deux groupes nationaux distincts et antagonistes.

  • 128 Autrement dit, le politique conditionne l’économique (Jean Lamarre, Le devenir de la nation québéc (...)
  • 129 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L'Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956 (...)
  • 130 Raymond Barbeau, Le Québec est-il une colonie ?, op. cit., p. 13.

90Dès lors, il apparaît impossible d’entretenir l’illusion : la fondation même du Canada a reconduit les conditions dans lesquelles le Canadien français continue de subir une domination globale faisant de lui un citoyen de seconde zone sur le territoire qu’il habite128. Suivant cette optique néonationaliste, une interprétation réaliste et lucide exige de prendre conscience du fait que, faute de changements substantiels, cette cohabitation inégale ne peut que mener à une lente et inexorable « assimilation129 » — un terme clé de la réflexion de Brunet. À elle seule, cette conséquence justifie de même que l’on refuse le « discours de bonne entente » voulant qu’un Canada harmonieux et respectueux de tous se définisse par le binationalisme et le biculturalisme. C’est la révolte contre la soi-disant normalité d’une dualité canadienne affaiblissant toujours davantage, dans les faits, la collectivité de langue française qui nourrit la lutte contre le bilinguisme. Comme le signale Barbeau, la croyance au « pan-canadianisme » est solidaire de l’illusion d’un « bilinguisme généralisé » et d’une « grande patrie bi-ethnique, bi-nationale, franco-anglo-canadienne130 ». Tout comme le biculturalisme, le bilinguisme, qui en est la transposition sur le plan linguistique, ne peut constituer la situation normale d’un peuple qui cherche à prendre en main son propre destin.

  • 131 La distance qui les sépare ne pourrait être plus claire que dans cette protestation énergique de G (...)
  • 132 Lionel Groulx, « La crise du français au Québec » [Le Devoir, 1960], Laurentie, no 111, février 19 (...)

91On a souvent dénoncé, aussi bien dans L’Action nationale que dans Cité libre, le fait qu’il semble y avoir au cœur du néo-nationalisme un pessimisme foncier condamnant la collectivité canadienne-française à une perpétuelle survivance marquée par la petitesse. Dans une entrevue de 1960 qui aborde le problème de la « crise du français » provoquée par la polémique sur le joual, Lionel Groulx reprend lui aussi le couplet et en profite pour rendre à Brunet la monnaie de sa pièce à cause de ses critiques à son endroit, qui portent non pas tant sur des questions de contenu que sur des questions de méthode131. C’est sur ce terrain que Groulx se place en remettant en cause le cercle vicieux où conduit d’après lui le néo-nationalisme, qui ne donne le choix qu’entre la « disparition » et la « médiocrité132 » du peuple canadien-français. Selon Groulx, cette « vue désespérante » portée par de « beaux esprits » est une véritable « trahison des clercs », célèbre formule de Julien Benda que recyclera Trudeau dans une tout autre perspective.

  • 133 Léon Dion résumait ainsi la désespérante alternative que proposait l’interprétation néo-nationalis (...)
  • 134 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse, 22 juin 1957, p. 57.
  • 135 Gaston Saint-Pierre, « Trois écrivains parlent de la critique » [dont Ferron], Le Devoir, 23 mai 1 (...)

92Or, il semble particulièrement injuste de réduire le néo-nationalisme au pessimisme par lequel on le décrit souvent. S’il est certain que l’accusation fait parfois mouche, surtout quand on pense à la situation très sombre dans laquelle Maurice Séguin, tout particulièrement, voit le Canada français133, il n’en demeure pas moins qu’elle est tout à fait excessive, dans le cas de Brunet du moins. N’est-ce pas lui qui lance cet appel à l’action dans son article de 1957 sur la langue : « groupons toutes nos forces intellectuelles et matérielles134 » afin de trouver une solution aux graves problèmes que traverse la société canadienne-française ? En fait, comme chez Ferron, le pessimisme de Brunet, si on tient à le marquer de cette étiquette, est essentiellement un « pessimisme de combat135 ». Il est, à l’époque, la butée même qui oblige à rompre avec les lieux communs et donne un nouvel élan à la réflexion sur la langue, l’histoire et la nation.

  • 136 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’Action (...)
  • 137 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L’Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956 (...)
  • 138 André Laurendeau, « Le séparatisme ressuscité provoquera-t-il une étude sérieuse ? » [août 1961], (...)
  • 139 Voir Le RIN, réalisé par Jean-Claude Labrecque, Productions Virage, Québec, 2002, 78 min.

93Déjà en 1955, Brunet évoque cette « nouvelle génération » dynamique « qui refuse de se complaire dans la médiocrité136 », puis il rappelle en 1956 l’importance du « refus de se soumettre aveuglément au déterminisme de l’histoire » et la nécessité de « croire en la vie et en l’action collectives137. Vivre et non plus survivre. Il est assez clair, et plusieurs à l’époque l’ont très bien compris, que les thèses néo-nationalistes ont représenté pour la jeune génération un affranchissement idéologique et une incitation au renouveau. André Laurendeau voit juste sur ce point. Dans un éditorial de 1961 qui évoque la montée récente du séparatisme, il souligne d’abord « l’influence » indéniable de l’École historique de Montréal dans l’évolution politique récente, elle qui « prétend prouver que la Conquête nous a brisés » et que seule l’intervention de l’État peut permettre un relèvement. Il ajoute ensuite : « Ce langage en désespère quelques-uns. Il irrite les autres. [Mais, de son côté,] l’homme d’action refuse le rôle de retardateur d’agonie. Il opte pour la vie, pour ce qui a été décrit comme une condition de vie : l’État souverain138. » Dans le documentaire de Jean-Claude Labrecque sur le RIN, Andrée Ferretti, qui a suivi les cours de Maurice Séguin au milieu des années 1950, confirme tout à fait cette analyse : pour les jeunes intellectuels qui allaient constituer plus tard le RIN, l’impasse décrite par Séguin n’est pas même une possibilité envisageable, la jeunesse devait faire plier la théorie139.

94Sur le plan linguistique, la condition de vie, la normalité, la lucidité exigent le refus d’un bilinguisme aux effets dévastateurs : André d’Allemagne sera l’infatigable avocat de cette idée centrale dans l’intelligentsia québécoise jusqu’à l’adoption de la Charte de la langue française en 1977. On ne peut comprendre les positions d’un Gaston Miron, d’un Jean Marcel, d’un Hubert Aquin si on ne les replace pas dans le contexte plus global de cette élaboration théorique lancée et poursuivie au début des années 1960 avec le plus de force et de persévérance par celui qui fut le discret cofondateur du RIN et son théoricien de l’ombre.

André d’Allemagne, le bilinguisme meurtrier

  • 140 Voir André d’Allemagne, Le colonialisme au Québec, Montréal, Éditions RB, 1966, p. 158 ; désormais (...)

95André d’Allemagne est certainement l’un des intellectuels les plus importants de cette période. Membre dans les années 1950 avec Raymond Barbeau du très conservateur Centre d’information nationale (CIN) fondé par l’historien Robert Rumilly, il est également, dès 1957, partie prenante de l’aventure de l’Alliance laurentienne. À l’occasion de conférences données par Raymond Barbeau, il rencontre, à Hull, le chimiste Marcel Chaput avec qui il décide de fonder un nouveau mouvement indépendantiste, le RIN, où il impose et diffuse ses idées sur la langue. D’Allemagne est un souverainiste de conviction qui croyait que, d’un point de vue stratégique, l’indépendance devait primer sur toute autre considération. C’est sans doute ce qui explique qu’on le retrouve un temps avec Barbeau, malgré le fait que ses idées, ainsi qu’on le verra au RIN, le placent sans ambiguïté du côté du centre-gauche et de la social-démocratie. Rapidement, D’Allemagne prend la mesure du manque de souplesse et de la rigidité idéologique du chef de l’Alliance laurentienne. Lorsqu’il revient sur ce sujet, il critique notamment le fait que Barbeau était trop doctrinal, trop autoritaire et trop près du catholicisme140.

  • 141 Anonyme, présentation d’André d’Allemagne, « Américanismes », repris dans Le Devoir, 22 octobre 19 (...)
  • 142 André d’Allemagne, Antagonismes linguistiques chez le bilingue, Mémoire de maîtrise, Département d (...)

96Considéré par Pierre Bourgault, le grand orateur du RIN, comme un véritable maître politique, D’Allemagne côtoie plusieurs générations d’écrivains, Hubert Aquin, Claude Jasmin et Jacques Renaud notamment, qui militent au RIN. Au début des années 1960, il est déjà connu pour sa réflexion sur la langue, puisque nous savons que Victor Barbeau lui demande une contribution aux Cahiers de l’Académie canadienne-française portant sur la « Linguistique » ; son article, plus engagé que ceux des autres collaborateurs, ne passe pas inaperçu. Présenté comme un texte « particulièrement significatif141 », il sera reproduit dans Le Devoir, vitrine naturelle des idées nouvelles. Il sera par la suite souvent cité. L’intérêt que manifeste D’Allemagne pour la langue ne lui vient cependant pas de son travail de militant. Traducteur de formation, il s’intéresse dès 1952 à la question linguistique québécoise, comme en témoigne son mémoire de maîtrise sur les « antagonismes linguistiques chez le bilingue142 », une problématique appelée à connaître une diffusion phénoménale à compter de la première moitié des années 1960.

97Au moment crucial de l’élaboration théorique de l’unilinguisme, D’Allemagne est celui qui se consacre avec le plus de constance à la mise en lumière des enjeux et des dangers liés au bilinguisme, qu’il soit individuel ou collectif. Il prend parti sur le sujet non seulement en 1952, mais aussi sans relâche de 1959 à 1962, puis en 1966 dans son livre sur Le colonialisme au Québec, et enfin en 1980 dans un colloque sur l’identité culturelle. Ses nombreuses interventions font de lui un interlocuteur incontournable au début des années 1960. Pourtant, rares sont les chercheurs qui mentionnent son apport aux discussions sur le bilinguisme, ce qui est d’autant plus étonnant que D’Allemagne est l’un des acteurs les plus actifs dans le débat linguistique au moment de la Révolution tranquille. On peut même le considérer comme l’intellectuel ayant le mieux réussi, grâce au RIN, à faire connaître dans l’espace public les propositions et préoccupations fondamentales des indépendantistes en matière de langue. De ceux qui fondent et animent le groupe, il est le premier à avoir pris position, avant Marcel Chaput et bien avant Pierre Bourgault.

  • 143 Marcel Chaput, Pourquoi je suis séparatiste, Montréal, Éditions du Jour, 1961, p. 37. Désormais dé (...)

98Dans Pourquoi je suis séparatiste, qui paraît en septembre 1961, quelques mois après les premières prises de position publiques du RIN en faveur de l’unilinguisme, Chaput dénonce l’obligation faite aux francophones, dans les usines ou au bureau, de se dépouiller chaque matin de leur langue comme d’« un vulgaire manteau143 ». Il met l’accent sur l’importance de la langue de travail et sur l’impasse à laquelle mène le bilinguisme, car en réalité « plus nous devenons bilingues, moins il est nécessaire d’être bilingues », l’anglais étant amplement suffisant pour toutes les opérations du quotidien (PS, p. 39).

  • 144 « Un universitaire d’Ottawa » [Marcel Chaput], « Le français est banni comme langue de travail : l (...)

99Déjà, dans un article anonyme, qu’il publie en 1960, il démonte avec précision la logique unilingue du monde de la fonction publique fédérale où il est employé. Chaput y relève que le francophone qui veut travailler dans sa langue se fait rapidement dire que « du point de vue de l’efficacité administrative, il n’est pas opportun d’utiliser le français comme langue de travail144 ». Cette suavité devient vite insidieuse : « Pourquoi faire bande à part : vous êtes seul de votre avis... pourquoi nous compliquer la tâche ? » lui répond-on souvent. Chaput débusque le moment précis où le désir de travailler dans sa langue devient une forme de sédition : « Le français n’est plus une chose normale, découlant d’un droit officiel mais devient une provocation, un délit, une manifestation de mauvais esprit. » Tôt ou tard, la sanction survient, en vertu du critère d’efficacité de départ : par son manque « d’esprit de collaboration », le francophone revendiquant ses droits en faisant fi des consignes non écrites devra subir les conséquences des rapports négatifs rédigés par ses supérieurs.

  • 145 Voir Pierre Bourgault, « Le retour du cow-boy » [sur Jean Lesage ; L’indépendance, octobre 1965] e (...)

100Au Canada anglais l’unilinguisme domine, tandis qu’au Québec la qualité de la langue pose chaque jour un problème de plus en plus criant. Aux yeux de Chaput, on ne pourra contrer la propagation du joual que par une série d’actions précises : 1) choisir la souveraineté du Québec « afin d’appliquer une solution globale » ; 2) décréter que le français est la seule langue officielle ; 3) faire en sorte que le français devienne « nécessaire et rentable » (PS, p. 45). Cette esquisse de plan de redressement linguistique demeure très floue et Chaput ne reviendra guère sur la question. Quant à Bourgault, s’il peut faire au passage une critique cinglante du bilinguisme, il ne prend cependant que rarement position de façon substantielle avant le milieu des années 1960 lorsqu’il devient président du RIN, mais à un moment où l’essentiel du projet d’unilinguisme est déjà relativement bien balisé. Du reste, ses premiers textes sur la question, traitant de l’irréalité du bilinguisme ou de la langue de travail, restent alors le fait d’un bravache145, volontiers provocateur et peu porté sur les réflexions de fond. Au RIN, D’Allemagne demeure donc jusqu’en 1965 le professionnel des questions de langue.

  • 146 André d’Allemagne, « Américanismes », Cahiers de l’Académie canadienne-française, vol. 5, 1960, p. (...)
  • 147 André d’Allemagne, Le bilinguisme qui nous tue, Montréal, Rassemblement pour l’indépendance nation (...)
  • 148 Des dizaines d’exemples peuvent confirmer ce fait, mais retenons simplement que d’Allemagne, dans (...)

101Le choc des langues est le problème central à ses yeux. À la suite de Jean-Marc Léger, il fait le constat que « le bilinguisme et la centralisation fédérale [...] ont fait du français une langue secondaire au pays du Québec146 » ; il considère cette secondarité structurelle comme la principale cause de l’émergence du parler joual147. De son approche de la question ressortent d’abord des prémisses néo-nationalistes, qui apparaissent chez lui avec beaucoup plus de clarté que chez Raymond Barbeau : on les repère dans tous ses textes et ce, dès 1958. Michel Brunet y constitue l’une des références théoriques les plus importantes, voire la plus importante en nombre absolu de citations148. On voit bien chez D’Allemagne comment s’opère la transposition, déjà évoquée, de la logique du binationalisme à celle du bilinguisme, dont les argumentaires sont solidaires. Le refus de l’une et de l’autre ainsi que les positions prises par Brunet sur l’histoire canadienne teintent le jugement que pose D’Allemagne sur la dégradation de la langue française au Québec.

  • 149 André d’Allemagne, « Américanismes », Cahiers de l’Académie canadienne-française, vol. 5, 1960, p. (...)
  • 150 « Le Canada français présente actuellement le cas à peu près unique dans l’histoire d’une nation q (...)
  • 151 André d’Allemagne, « Bilinguisme individuel et bilinguisme collectif » [1980], IS, p. 214.

102« Fait social » à l’évidence et souvent « fait national », écrit-il, une langue donnée évolue habituellement au contact d’une autre langue, la plupart du temps à la suite d’une « invasion militaire149 ». On pense évidemment ici à une conquête comme celle de la Nouvelle-France, d’autant plus que ce contact est dès le départ interprété dans les termes d’une « concurrence » menant à l’assimilation graduelle, mais jamais complète, dont traitent si souvent Brunet et Séguin150. Pour D’Allemagne, le bilinguisme ne peut se faire sur une base égalitaire. Inévitablement, une langue tend à s’imposer à l’autre dès le moment de la rencontre initiale, tuant dans l’œuf tout espoir de « coexistence pacifique151 ». D’Allemagne conçoit mal comment une politique de bilinguisme pourrait être mise en place sans dommages dans la mesure où l’utilisation de deux langues chez un même locuteur, loin d’être indifférente, met en jeu des représentations du monde qui entrent nécessairement et substantiellement en conflit (IS, p. 213). Il s’ensuit une situation d’anormalité langagière pour les locuteurs de la langue dont le statut social est inférieur.

  • 152 André d’Allemagne, « Le RIN à Paris » [octobre 1963], IS, p. 124.

103Sur le plan historique, l’application du bilinguisme à l’échelle d’une collectivité ne peut s’expliquer que par une situation de « colonisation » ou du moins de « domination » d’un groupe de locuteurs sur un autre (BT, p. 6). C’est ce qui ressort de l’approche « globale » des phénomènes de langage que D’Allemagne privilégie (IS, p. 213). Chez lui, la globalité de la langue renvoie à la globalité de la nation elle-même, qu’un bilinguisme collectif ne peut que miner. Les arguments avancés en faveur d’une telle politique suivent la même logique que ceux voulant que le Canada soit une nation fondée sur le principe du biculturalisme, c’est-à-dire qu’ils masquent selon lui un colonialisme larvé. Pour D’Allemagne, le bilinguisme n’est autre chose qu’un principe abstrait, qu’un vœu pieux relevant, si on y regarde bien, de ce messianisme utopique tenace dont le néo-nationalisme avait cherché à débarrasser le terrain de la réflexion critique152. Habilement, D’Allemagne renverse ici une accusation lancée fréquemment aux intellectuels nationalistes.

  • 153 Henri Boyer, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod, 2001, p. 18.
  • 154 Dans le même but, en 1966, Gilles Bibeau oppose bilinguismes individuel et national (collectif) et (...)
  • 155 Voir Henri Boyer, Introduction à la sociolinguistique, op. cit., p. 53.
  • 156 Ibid.
  • 157 André d’Allemagne, « Notre langue : Où en est-elle ? Où va-t-elle ? », Le Québec libre, cahier no (...)

104Dans les termes de la sociolinguistique contemporaine, on pourra dire, en suivant la conceptualisation d’Henri Boyer, que la perspective de Léger, de Barbeau, de Ferron et surtout d’André d’Allemagne propose en fait une analyse des « conflits diglossiques153 ». Il s’agissait, chez les intellectuels québécois, non seulement de faire la preuve des rapports étroits entre langue et société, mais surtout d’arriver à distinguer entre deux types de situations plurilingues. On a ainsi parfois tenté d’opposer bilinguisme et polyglossie ou encore bilinguismes individuel et collectif154. Quant à lui, Boyer rend très bien compte de l’antagonisme que cherchaient à cerner les intellectuels néo-nationalistes quand il oppose un modèle bilinguiste, consensuel et microsociolinguistique (c’est-à-dire centré sur l’individu) à un modèle diglossique, conflictuel, macrosocio-linguistique, qui est bien celui qui joue dans le cas du Québec. Suivant le modèle diglossique, il ne saurait être question de soutenir qu’il y a au Canada de simples « langues en contact », car une telle formule masque la violence de la réalité de « langues en conflit155 ». C’est bien l’argument d’André d’Allemagne qui rappelle qu’aucune paix linguistique n’est possible au Québec tant qu’on reconduira et qu’on renforcera le type de plurilinguisme inégalitaire qui y existe. Seulement, pour prendre la mesure d’un tel déséquilibre, l’approche du fait linguistique doit être diachronique : ainsi, « le conflit est envisagé dans la durée et dans sa globalité, car on ne peut en percevoir la dynamique “linguicide” que sur plusieurs décennies156 ». Ainsi, pour D’Allemagne, « deux langues, donc deux cultures, ne peuvent pas coexister dans un même territoire sans qu’une des deux s’en trouve minée » ; « les valences n’étant pas égales, c’est à la longue l’idiome le plus fort qui l’emporte157 ».

  • 158 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience », L’Action nationale, vol. 44 (...)
  • 159 André d’Allemagne, « Visage du colonialisme » [1965], IS, p. 35.
  • 160 Voir aussi André d’Allemagne, « Un Québec souverain ? » [1958], IS, p. 143 et 147-148.

105Il ne fait pas de doute que l’historiographie néo-nationaliste a joué un rôle important dans l’élaboration théorique de l’idée d’un colonialisme anglo-canadien et, par le fait même, dans la mise en lumière de la marque d’une colonisation linguistique au Québec, métaphore politique qui m’intéresse plus particulièrement. Dès 1955, Brunet évoque l’étrange « ressemblance » des Canadiens français avec les « peuples colonisés158, ce que corrobore tout son argumentaire axé sur la subordination et l’infériorité des francophones. Comme le résume D’Allemagne en 1958, « la théorie économique a remplacé l’ancienne approche sentimentale » chez « les adeptes du nouveau nationalisme159 » dont il se réclame lui-même. Sur cette base, une frange importante de l’intelligentsia arrivera à la conclusion, au début des années 1960, que le Québec est bien dans la situation d’une « dépossession » fondamentale (CQ, p. 44), visible d’abord et avant tout dans ses conditions de vie économique160.

  • 161 Gaston Miron, « Un long chemin » [Parti pris, janvier 1965], L’homme rapaillé, Montréal, Typo, 199 (...)
  • 162 Dans les lettres à Claude Haeffely, le mot colonisation n’apparaît pas. S’il reconnaît la pertinen (...)

106Grâce au témoignage de Gaston Miron, nous savons que le champ littéraire n’était pas en reste dans cet effort de redéfinition : « la première fois que j’entendis pénétrer en moi le mot “colonisé”, ce fut vers les années 1955 ou 1956161 ». Un collaborateur d’Esprit lui rapporte alors que, dans les textes du numéro spécial que la revue consacre au Canada français en 1952, son directeur de l’époque, Albert Béguin, avait lu l’écho d’une « conscience colonisée ». Les effets de cette perception sur le poète seront profonds : « À cette époque, ce mot me scandalisa, mais il ne cessa de m’obséder par la suite. Je me mis à regarder autour de moi, et en moi, avec d’autres yeux ; je me mis à déchiffrer avec voracité ma réalité ambiante, à m’expliquer et à vouloir expliquer le monde dans lequel je vivais » (HR, p. 195). Cependant, chez Miron, la volonté d’élucidation se fait dans un corps à corps avec soi-même : « longtemps, [...] j’ai refusé d’admettre, tout en l’admettant, que le phénomène colonial m’avait touché » (HR, p. 196). Cette ambivalence et cette lutte intérieure expliquent peut-être que Miron n’ait pas écrit à l’époque d’essais s’appuyant sur cette perspective162, contrairement à Raymond Barbeau et André d’Allemagne.

  • 163 André d’Allemagne, « Visage du colonialisme » [1965], IS, p. 49.

107D’abord de façon marginale, puis de manière de plus en plus appuyée, D’Allemagne, tout particulièrement, recourt à la comparaison avec les pays colonisés. Si le Québec possède simplement en 1959 une « mentalité de peuple colonial », il est expressément décrit en 1962 comme un « pays colonisé » (JS, p. 85), tandis qu’en 1965, dans un article charnière intitulé « Visage du colonialisme », la décolonisation se présente désormais comme la « tâche la plus urgente » du Québec163. Au milieu des années 1960, on assiste à une montée en force de l’affirmation nouvelle d’une solidarité avec les nations dominées du monde entier. En 1966 enfin, D’Allemagne confirme la portée de cette argumentation en publiant son premier livre, Le colonialisme au Québec, dans lequel il décrit les différentes facettes du colonialisme, économique aussi bien que politique, culturel et linguistique. De nouveau, la langue est intégrée à une analyse politique globale où elle ne figure que comme un élément parmi d’autres.

  • 164 Voir son excellente synthèse L’une et l’autre indépendance (1954-1964). Les médias au Québec et la (...)

108Outre le néo-nationalisme lisant l’histoire à travers une grille d’interprétation économique, l’éclatement concret des anciens empires coloniaux britannique et français — bouleversement historique majeur du XXe siècle — a également une influence énorme sur la suite des événements au Québec. Selon l’historienne Magali Deleuze, les luttes en Algérie, à la fin des années 1950, ont, d’une part, permis de redéfinir le rapport des intellectuels canadiens-français avec l’Hexagone164 et, d’autre part, servi de levier dans une comparaison dialectique Algérie-Québec servant à protester contre le socialisme abstrait et désincarné régnant alors aussi bien au Parti social-démocrate (PSD) que parmi la génération de Cité libre. Dans la réflexion sur le colonialisme, c’est là sans aucun doute l’argument qui, à partir de 1959, revient le plus souvent : « il est remarquable que la pseudo-gauche, en même temps qu’elle préconisait l’assimilation du Québec au système colonial d’Ottawa, se réclamait d’un internationalisme socialisant et défendait la cause de l’indépendance algérienne » (CQ, p. 105).

  • 165 Pour une discussion de cette question, voir Gilles Bourque et Gilles Dostaler, « On n’est pas le C (...)

109Malgré tout, le rapprochement avec les pays colonisés, qui se fonde sur un appel à l’équité et à la justice sociale, a fait l’objet de plusieurs mises au point, notamment chez D’Allemagne lui-même : « Le Québec — et cela complique fort les choses — n’est ni l’Irlande, ni l’Algérie, ni Cuba. Son cas se situe presque au niveau de l’histoire-fiction165 » (CQ, p. 189). Parce que les « possibilités d’action » politique des Québécois sont bien plus grandes qu’ailleurs, le cofondateur du RIN préfère mettre l’accent, dans la foulée des écrits de Memmi, sur l’argument de la colonisation psychologique, qui serait visible de façon particulièrement claire au Québec, ce qui le conduit à dire qu’« en fin de compte, leur libération [celle des Québécois] ne dépend guère que d’eux, de leur ressort intérieur » (CQ, p. 189). Ce motif du sursaut de volonté sera pourtant l’un de ceux qui, au fil des ans, s’essouffleront le plus vite.

  • 166 RIN, [Publicité], Le Devoir, 30 juin 1961, p. 14.

110Chez la plupart des intellectuels, le phénomène de la colonisation est en général évoqué comme un point de repère extrême sur l’échelle des rapports de domination entre nations. On s’en sert par exemple avec humour, comme un tonique pour mettre en lumière l’absurdité du fonctionnement du système politique canadien de même que l’anormalité du refus d’un dialogue constructif de la part du gouvernement fédéral : « En 1951... le Dahomey [...] était une colonie et le Canada français réclamait des chèques bilingues. En 1961... le Dahomey est une République indépendante et le Canada français réclame toujours des chèques bilingues », indique une publicité du RIN parue dans Le Devoir en 1961166. En plus du constat d’une dépossession économique et d’une perturbation psychologique, l’argumentaire de la décolonisation trouve son dernier point d’ancrage dans l’idée de libération, dont le principe des nationalités est la pierre d’angle sur le plan de la théorie politique :

  • 167 « Manifeste » du RIN [octobre 1960], reproduit dans Le RIN de 1960 à 1963, p. 140.

De nos jours, les peuples n’ont plus besoin d’excuse pour vouloir être libres. Car si la liberté nationale n’est pas une fin en soi, elle est la condition essentielle à tout épanouissement réel des hommes et des peuples. [...] La seule raison d’être du RIN est de favoriser et d’accélérer l’instauration de l’indépendance nationale au Québec, sans haine ni hostilité envers quiconque, mais dans un esprit de justice et de liberté pour tous167.

111L’indépendantisme s’articule alors autour des idées d’émancipation et de liberté, dont la décolonisation linguistique n’est qu’une conséquence plus ou moins lointaine. La comparaison avec les nations dominées est d’ailleurs mise en relief dans les quelques textes que certains penseurs de la décolonisation consacrent au Québec.

  • 168 Raoul Roy, « Une lutte réelle de décolonisation » [entrevue avec Jacques Berque], La Revue sociali (...)
  • 169 Jacques Berque, « Les révoltés du Québec » [Nouvel Observateur, 1963], La Revue socialiste, no 7, (...)

112Auteur du fameux Dépossession du monde (1964), Jacques Berque est professeur invité au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal en 1962. Il en profite pour se familiariser avec la situation politique du Québec, sur laquelle il écrit par la suite plusieurs articles où il prend clairement position en faveur de l’option indépendantiste et amorce un dialogue avec la gauche québécoise de l’époque. Il insiste sur le fait que les Québécois constituent un « peuple colonisé » subissant une lente « dépersonnalisation ». S’il y avait une comparaison à faire avec le Maghreb, ils seraient « les Algériens de l’Amérique et non ses colons168 ». Malgré les différences, le Québec subit les effets d’un « impérialisme » canadien aux « formes insidieuses », visibles notamment à travers le « piège du prétendu bilinguisme169 », illusoire et impraticable. À ses yeux, le Québec est bien aux prises avec une « lutte de décolonisation » qui doit être envisagée avec sérieux, car elle « engage la liberté » (RQ, p. 8). Ces « étranges colonisés » s’interrogent et cherchent à travers l’« émancipation » une sortie hors de l’« aliénation doucereuse » qui les immobilise. Berque, on le voit, reprend quelques-unes des analyses défendues par les intellectuels québécois eux-mêmes : impérialisme larvé, lutte de libération, désir d’émancipation, dépersonnalisation aliénante, culture en déperdition et, sur le plan linguistique, refus du bilinguisme. Ces traits, par effet de cumulation, peuvent être associés à une situation de type colonial.

  • 170 « Demi-colonisés, comme il y a des demi-civilisés et des demi-vierges, quelques raisons nous avaie (...)
  • 171 Albert Memmi, Portrait du colonisé, suivi de Les Canadiens français sont-ils des colonisés ?, préf (...)

113Albert Memmi joue sans doute un rôle plus important que Berque dans le Québec des années 1960. Juif tunisien, il se considère lui-même à mi-chemin entre le colonisateur et le colonisé, ni français ni arabe, dans un entre-deux qui rappelle le propos de Ferron, dans « La soumission des clercs », sur le statut de « demi-colonisés170 » qui définirait les Québécois. Sa pensée, pour cette raison sans doute, a trouvé au Québec une diffusion rapide au point qu’une version québécoise du Portrait du colonisé a été publiée en 1963 aux Éditions du Bas-Canada et en 1972 aux Éditions L’Étincelle, accompagnée cette fois-ci d’une préface à l’intention des lecteurs québécois et suivie d’un entretien mené par des étudiants de l’École des hautes études commerciales et intitulé « Les Canadiens français sont-ils des colonisés ? ». Tant André d’Allemagne et Hubert Aquin que les membres de Parti pris, qui ont tous rencontré Memmi, ne pouvaient pas ne pas connaître ses positions sur les rapports de force entre langues : « la possession de deux langues n’est pas seulement celle de deux outils, c’est la participation à deux royaumes psychiques et culturels171 ». Il dénonce lui aussi le bilinguisme insidieux qui cache mal une domination unilatérale de la langue du colonisateur ayant pour effet d’humilier et d’écraser les langues indigènes. On ne peut non plus s’étonner, à son avis, de voir le peu d’œuvres dans la langue du colonisé, compte tenu des conditions de culture qui sont les siennes.

114Selon Léger et Barbeau, l’évolution de la langue, on l’a vu, ne peut pas être dissociée de la dynamique de la sphère sociale, dont les perturbations ne peuvent être elles-mêmes comprises sans le renvoi à une histoire interprétée avant tout en termes politiques. Dans ce paysage, D’Allemagne approfondit quant à lui un aspect moins connu de la vision politique du néo-nationalisme, en l’occurrence le fait de définir le Québec comme une « colonie » du Canada anglophone, interprétation que cautionnent Jacques Berque et Albert Memmi à la suite d’une frange importante de l’intelligentsia québécoise. Dans ses articles, D’Allemagne donne à cet argumentaire une crédibilité supplémentaire sur le plan théorique en s’appuyant explicitement sur une grille de lecture inspirée par la sociologie de la décolonisation et en popularisant la métaphore de la « colonisation linguistique », qui apparaît de plus en plus fréquemment dans les textes à partir du milieu des années 1960.

115Mais il contribue également à imposer dans le débat sur la langue une autre notion incontournable, celle de culture, qui a elle aussi son histoire propre et qui ne devient vraiment un mot fétiche au Québec que dans les années 1950 et 1960. En effet, si la langue représente pour D’Allemagne un enjeu absolument primordial, elle n’a pas d’autonomie par rapport à la culture prise dans son ensemble : « les conflits linguistiques ne sont que des reflets des conflits culturels qui eux-mêmes s’inscrivent dans le contexte global du colonialisme » économique et politique (CQ, p. 85). Des premiers promoteurs de l’unilinguisme, D’Allemagne est d’ailleurs celui qui donnera la plus grande part à la culture, puisqu’elle joue chez lui le rôle d’un concept médiateur assurant le passage théorique entre nation et langue. Ainsi que le montre ce passage du programme du RIN auquel souscrit D’Allemagne, la culture constitue une composante essentielle de la nation :

  • 172 « Programme du RIN » adopté en octobre 1962, cité dans André d’Allemagne, Le RIN de 1960 à 1963, o (...)

La nation est essentiellement une communauté historique et culturelle. Elle est pluraliste par ses éléments ethniques, sociaux, politiques et religieux, qui s’allient dans une culture commune à laquelle doivent s’assimiler les apports nouveaux172.

  • 173 Voir CQ, p. 111 et IS, p. 43.
  • 174 Manifestement, il est question ici de culture première et non de culture seconde, pour reprendre l (...)

116Il apparaît clairement que le RIN refuse de définir son option politique suivant les termes d’une division ethnique. D’Allemagne lui-même a souvent insisté sur l’idée que le nationalisme qu’il prône est culturel, ouvert à tous et centré sur l’émancipation, et non pas impérialiste et fondé sur une discrimination ethnique à l’exemple — disait-il avec une malice certaine — de celui du gouvernement fédéral173. Quant à la culture, D’Allemagne la définit comme le produit de l’histoire : « On ne saurait trop insister sur le caractère global de toute culture, moule qui façonne les individus et modèle les sociétés. [...] Une culture, c’est une façon de voir l’homme et le monde, et les rapports entre l’homme et le monde » (CQ, p. 79). Globale, non divisible, la culture d’une nation est conçue, à la façon de la sociologie de Marcel Rioux, comme un creuset imposant une vision du monde à tous ceux qui la partagent174. Expression du peuple, d’une part, la culture est d’autre part engagée elle-même dans un rapport d’expression avec la langue : « Toute culture [...] ne peut vivre que dans la mesure où le peuple, dont elle est l’expression, continue de faire son histoire » (CQ, p. 79 ; je souligne). De même, « toute langue se rattache à une culture dont elle est à la fois le véhicule et l’expression » (A, p. 57 ; je souligne). Visible en amont et en aval de la culture, ce double lien expressif avec la langue et la nation montre bien à la fois le rôle médiateur de la culture et l’importance de l’expressivisme chez l’auteur.

  • 175 Pour une discussion récente de ses thèses et notamment de l’hypothèse dite de Whorf-Sapir sur le r (...)

117S’appuyant entre autres sur les travaux célèbres de l’anthropologue Benjamin Whorf175, D’Allemagne avait dès 1952 développé l’idée selon laquelle la langue ne pouvait être conçue comme une « collection » de mots, un répertoire ou un inventaire dont on pourrait faire un décompte abstrait et mécanique, ce qui renverrait à une conception instrumentale et atomiste du langage. Pour lui, la langue représente au contraire une « structure psychologique », un véritable « mode de pensée » (AL, p. 18) : non seulement elle conditionne l’élaboration des idées et des concepts, mais elle « façonne la pensée de l’individu » (AL, p. 22). D’Allemagne nuance plus loin cette formulation pour le moins abrupte en soulignant plus simplement que « l’homme ne pense que dans le cadre de sa langue » (AL, p. 78).

  • 176 « Si Whorf a eu des formulations excessives à propos du parallélisme entre le système grammatical (...)

118Dans la même veine, il écrit qu’on ne possède pas le « génie », l’esprit, l’essence d’une langue, on en est possédé, de sorte que « chaque langue exerce sur l’individu une influence insondable » (AL, p. 22). Là encore, l’apport de Whorf est perceptible, lui qui, selon D’Allemagne, considère « la langue comme un maître dont l’homme est l’esclave », comme une véritable philosophie et une « conception de l’univers » (AL, p. 56). Évidemment, ces vues sur le langage, même si elles n’ont pas disparu, ont aujourd’hui vieilli176, notamment l’idée qu’il existe une « pensée » de la langue ou encore la force de la contrainte des structures du langage sur la liberté de pensée du locuteur. Dans les années 1950, elles étaient cependant très populaires, avant que leur manque de nuances et leur utilisation parfois dogmatique soient dénoncés. Remarquons du reste que le constat d’une possession du sujet par sa langue reste d’une modernité théorique indéniable ; il s’agit là d’un aspect de l’expressivisme qui est resté très actuel.

  • 177 Voir notamment André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, (...)
  • 178 Chantal Bouchard, linguiste de formation, montre elle-même une certaine hésitation : « de même qu’ (...)

119Parce que la langue manifeste un esprit propre et qu'elle possède le locuteur qui la parle, le bilinguisme, en dernière analyse, constitue un risque dans la mesure où il provoque le choc de deux structures de pensée : chaque langue est en effet indissociable « de phénomènes psychiques extrêmement complexes qui [lui] sont caractéristiques » (AL, p. 54). Prenant soin de s’appuyer sur l’avis des spécialistes de cette question difficile, D’Allemagne se montre prudent. Malgré une ambiguïté qu’il manifestera aussi dans ses textes postérieurs177, il semble anticiper les dangers et les incohérences d’une position aussi extrême. Comme c’est souvent le cas pour ce qui est du délicat problème des rapports entre langue et culture, qui est loin d’être aujourd’hui résolu ou dépassé178, tout est une question de degré et de nuance dans l’application des principes théoriques. D’Allemagne, quant à lui, ne fait pas de ses positions un corps figé de doctrines.

120En effet, l’expressivisme n’occupe pas tout l’espace chez lui. Sa pensée véhicule aussi un certain instrumentalisme, justifié par le fait que la vigilance face à la qualité de la langue est au Québec un réflexe toujours vivant. À tort ou à raison, une grande partie des locuteurs francophones considère que la situation et l’état de la langue française doivent être améliorés. Cette préoccupation, sensible chez D’Allemagne, l’oblige à mettre de l’avant, ne serait-ce que minimalement, la nécessité d’une objectivation de la langue : « La langue, en effet, est un outil de précision. Bien employée, elle favorise l’épanouissement de l’intelligence en obligeant sans cesse la pensée à se préciser et s’approfondir à mesure qu’elle s’exprime » (A, p. 56). Pour ce faire, la langue ne doit alors plus soumettre le locuteur, mais se soumettre à lui, comme un objet utilitaire. Au lieu d’être la forme dans laquelle il se coule, elle est l’outil que le locuteur se doit de mouler à sa pensée avec toute la finesse possible. D’ailleurs, l’appel que fait le RIN, et D’Allemagne le premier, à une intervention de l’État dans la sphère linguistique va aussi, si on y pense bien, dans le sens d’une perspective instrumentaliste où le sujet doit prendre en main la langue afin d’en assurer l’épanouissement. La prise en charge politique de la question linguistique sera, tout au long des années 1960, un contrepoids à l’expressivisme radical consistant à voir dans la langue le mode d’« idéation » propre à un peuple, pour reprendre les termes du linguiste Izhac Epstein, que D’Allemagne aime citer (BT, p. 4).

121Outre la question de l’expressivisme, l’examen de son mémoire est d’un grand intérêt en raison du fait qu’il est écrit au début des années 1950. On sait tout ce que la pensée de cette décennie doit à l’essor des sciences sociales à l’Université Laval et à la réflexion de Cité libre sur la question sociale, et D’Allemagne ne fait pas exception à la règle. Ainsi, dans ce texte de 1952, le concept de nation n’apparaît pas et, par conséquent, ne sert pas de fondement pour définir une communauté de langue. Ce sont des « facteurs sociaux » qui impriment leur marque sur la « situation » linguistique en établissant, avec le temps, une hiérarchie des langues suivant des critères culturels (AL, p. 80 et 54). Mais alors que le milieu est social en 1952, il sera « national » en 1959. Dans l’intervalle, il y a eu l’apparition du néo-nationalisme, qui se fait sentir très nettement dans le premier texte que D’Allemagne écrit sur la langue depuis la fin de ses études. Pour des raisons que j’ai indiquées au début de ce chapitre, un grand nombre d’intellectuels considère qu’il est nécessaire d’amender le type d’analyse recourant aux concepts de « situation » linguistique et de « milieu social ». S’ils ont été féconds pendant un certain temps, ils empêchent maintenant de trouver des solutions réalistes à des problèmes urgents. Il serait déplorable, croient-ils, que le regard critique sache désormais identifier l’obstacle tout en restant empêtré dans un idéalisme qui nuit à l’action.

  • 179 André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, p. 355.

122La conviction que la langue est liée de façon essentielle à la culture et que la culture québécoise elle-même est marquée par l’emprise d’un système économique de nature coloniale conduit D’Allemagne à revendiquer l’unilinguisme. Dès l’automne 1959, il défend l’idée selon laquelle « le français doit être la langue officielle, la seule, de la nation québécoise, tout comme l’anglais dans les autres provinces179 », dans un article qu’on peut considérer comme le premier texte de fond sur la langue publié dans la revue Laurentie de Raymond Barbeau. D’où la nécessité de s’interroger sur la possibilité qu’au sein de l’Alliance laurentienne elle-même, D’Allemagne ait été en fait le véritable initiateur de l’unilinguisme. À la lecture de son texte, il apparaît en effet clairement qu’il a alors davantage approfondi la question que Barbeau lui-même, dont la proposition d’unilinguisme semble surgir de nulle part et n’est à l’origine, comme nous l’avons vu plus haut, qu’une mesure parmi tant d’autres à l’intérieur d’un programme politique en cours d’élaboration ; c’est ce qui ressort tant des « Résolutions » (1959) que de la « Constitution » (1960) de l’Alliance laurentienne.

123À l’inverse, chez D’Allemagne, l’idée d’unilinguisme répond à une exigence interne dans la mesure où elle est nourrie par une réflexion de longue haleine sur l’impossibilité du bilinguisme. À supposer qu’il n’en soit pas l’instigateur au sein de l’Alliance, il se l’approprie en tout cas avec efficacité et l’intègre très rapidement à sa vision globale de la langue, dont elle représente l’aboutissement et la conclusion logiques. De même, quand D’Allemagne fonde le RIN avec Marcel Chaput en 1960, c’est tout naturellement qu’il 7 transporte ses convictions sur la langue, sans doute affinées au contact des positions très tranchées de Barbeau lui-même.

  • 180 André d’Allemagne fut le premier président du RIN, de septembre 1960 à octobre 1961.
  • 181 RIN, « Pour l’unilinguisme », Le Devoir, 6 janvier 1961, p. 4.

124Son importance est confirmée par le fait que c’est sous sa présidence qu’est prise au RIN, en janvier 1961, la décision de faire campagne en faveur de l’unilinguisme180. La lettre alors envoyée aux journaux porte l’empreinte évidente de ses opinions et de ses connaissances, notamment la référence à la science linguistique et au problème théorique du bilinguisme. La solution proposée est la même qu’en 1959 : une « reconnaissance du français comme langue officielle181 », ce qui d’après le RIN suppose que le Québec quitte le cadre confédératif. Comme Raoul Roy, D’Allemagne ne croyait pas que l’unilinguisme était réalisable tant et aussi longtemps que le Québec serait soumis aux règles de la constitution canadienne. Dans ce texte, les arguments contre le bilinguisme se concentrent autour de trois points principaux : concrètement, le bilinguisme constitue la cause principale de la détérioration de la langue française ; il peut engendrer de « graves dangers psychologiques » chez les locuteurs ; son emprise est trop forte au Québec, tandis qu’à l’inverse, il n’est reconnu nulle part ailleurs au Canada, ce qui en fait une supercherie intellectuelle. Ces éléments concordent tout à fait avec les idées personnelles de D’Allemagne.

  • 182 RIN, [Publicité], Le Devoir, 24 juin 1961, p. 21.

125Quelques mois plus tard, toujours sous sa présidence, le RIN réclame non seulement que le français soit déclaré seule langue officielle, mais aussi qu’il soit « obligatoire182 ». Une grande proportion de francophones est à l’époque contrainte d’employer l’anglais en milieu de travail et le RIN cherche à renverser cette logique. Certaines études affirment que la préoccupation pour la langue du travail est apparue au tournant des années 1970, lors des travaux menés par la Commission Gendron, chargée d’enquêter sur la situation de la langue française au Québec, mais l’examen des textes montre bien qu’il n’en est rien. Dès la fin de 1962, D’Allemagne (pour ne mentionner que lui) en traite abondamment dans une petite brochure éditée au RIN, Le bilinguisme qui nous tue, notamment dans la section intitulée « Le bilinguisme, injustice sociale » : « Dans tous les pays démocratiques, la langue du travail est la langue des travailleurs. Il n’en est pas ainsi au Québec [...]. En un mot, la langue du patronat est imposée aux travailleurs et aux employés, alors que normalement ce devrait être l’inverse » (BT, p. 9-10). La conclusion du document intègre explicitement cette idée et va plus loin qu’auparavant : « Si nous sommes prêts à accepter [notre] sort, alors soyons logiques : devenons Américains tout de suite et cessons de perdre du temps ! Ou bien, au contraire, mettons fin à ce bilinguisme assimilateur et foisons du français la langue du travail, la langue de la vie, la seule langue officielle au Québec » (BT, p. 12).

  • 183 Voir « Voici les résolutions adoptées par l’assemblée générale au congrès annuel du RIN les 28 et (...)
  • 184 RIN, « Le programme du RIN » [octobre 1962], IS, p. 243-250.
  • 185 Le comité politique central du RIN, « Le programme du RIN. Résolution 1 », L’Indépendance, janvier (...)

126Lors de son premier congrès annuel du RIN, à la fin du mandat d’André d’Allemagne, on exige alors que l’État se proclame unilingue français, en attendant qu’à l’indépendance, toute la province de Québec puisse le devenir183. Le mouvement en inscrit de nouveau le principe dans son programme en octobre 1962184. Dans le programme de 1963, l’unilinguisme français devient la « résolution n° 1 » du RIN185. La même année, une campagne à laquelle D’Allemagne est étroitement associé est organisée pour mieux foire connaître l’idée ; sa brochure sur Le bilinguisme qui nous tue en constitue le fer de lance.

  • 186 Anonyme [André d’Allemagne], « Campagne en faveur de l’unilinguisme », L’Indépendance, vol. 1, no (...)
  • 187 André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, p. 356.

127D’Allemagne signe d’ailleurs sans doute le court texte anonyme qui en signale les objectifs au lecteur de L’Indépendance, organe du RIN. Soulignant que l’unilinguisme n’a évidemment pas pour but « de bannir l’enseignement des langues étrangères au Québec », il insiste alors de façon très pragmatique sur la dignité qu’une telle mesure pourrait apporter à chaque francophone. L’unilinguisme n’est pas une proposition abstraite, il vise à faire du français une langue « rentable » afin « qu'elle puisse faire vivre celui qui la parle et [faire] mieux vivre celui qui la parle mieux186 ». Dans son article de 1959, D’Allemagne en appelait déjà à un passage au politique pour mettre en place une telle mesure : « Seul un gouvernement véritablement national [...] peut donner à un tel programme l’ampleur nécessaire pour permettre à notre langue, et par elle à notre culture, la possibilité de vivre et non plus de survivre187. »

  • 188 Aries, « Que deviendront les minorités du Québec ? », L’Indépendance, octobre 1964, p. 8.
  • 189 Cité dans Alain Combres, La question linguistique et les partis politiques québécois (1960-1990), (...)

128C’est seulement en 1964 qu’on voit apparaître au RIN l’idée centrale et controversée selon laquelle l’État québécois ne financerait pas d’écoles publiques de langue anglaise188. Cette position avait été esquissée dans un mémoire déposé en 1964 au Comité parlementaire de la Constitution. Le RIN y demandait que le français devienne la « seule langue officiellement reconnue et employée par l’État » et que le gouvernement opère le passage du « bilinguisme actuel » à « l’unilinguisme généralisé189. Puis, à l’approche des élections québécoises de 1966, fouetté par l’ardeur du Parti libéral, le mouvement tâche, dans un article synthèse, de résumer sa politique linguistique et de se distinguer des autres formations politiques :

  • 190 « L’unilinguisme, la seule solution », L’Indépendance, 15 novembre 1965, p. 4. Déjà en mai 1965, l (...)

L’unilinguisme, que le RIN est le seul parti politique à offrir, veut dire que : 1. L’État québécois utilisera seulement le français dans ses services, son administration, ses lois, son parlement et pour tous ses rapports avec les citoyens et le monde extérieur, sauf dans des cas d’exception bien définis (tourisme, diplomatie, etc.) ; 2. Toutes les entreprises québécoises ou étrangères établies au Québec devront employer le français dans leurs bureaux, leurs usines, leurs contrats avec leurs employés et leur clientèle (ce qui ne les empêche pas d’employer en supplément d’autres langues si elles le désirent) ; 3. L’enseignement financé par l’État sera donné en français ; 4. La langue juridique sera le français190.

129Langue de l’État, langue de travail, langue de l’enseignement public et langue de la justice, le français doit s’affirmer dans tous les domaines ; telle est la politique linguistique du RIN en 1965, fondée sur un unilinguisme exclusif. La tâche attribuée ici à l’État, seul capable de s’attaquer à des problèmes systémiques, sera du reste réaffirmée dans Le colonialisme au Québec, dernier texte important publié par un riniste sur la question linguistique avant la dissolution du RIN.

130Dans cet ouvrage qui obtient un succès d’estime, D’Allemagne livre une synthèse de la conception de l’unilinguisme défendue au RIN, ce qui a pour effet de mieux la faire connaître du grand public (CQ, p. 85). Au fil des ans, on voit donc qu’il joue un rôle non négligeable dans l’élaboration et la diffusion des premières propositions linguistiques concrètes des intellectuels souverainistes dont certaines, en juin 1968, effraient René Lévesque lors des discussions visant à accomplir la fusion en un seul mouvement politique de l’ensemble des forces indépendantistes.

  • 191 Jean-Marc Léger rappelle ainsi qu’à la fin des années 1950, on pouvait à la rigueur avoir une cert (...)
  • 192 On mesure le chemin parcouru en relisant les premiers commentaires publics d’Alerte, revue liée à (...)

131Contrairement à un lieu commun tenace, le concept d’unilinguisme est loin d’aller de soi. Ce n’est qu’au terme d’un parcours tortueux et d’argumentations passionnées, et non par génération spontanée, qu’il s’impose dans l’espace public191, avec des nuances importantes du reste. Résumons les différentes étapes de cette évolution sinueuse avant de les examiner plus en détail dans les pages et les chapitres qui suivent. Le monde littéraire, hypersensible à cette question, est le premier à réagir, en la personne de Jacques Ferron. Celui-ci fait cependant partie d’un réseau d’intellectuels très politisés, de toutes allégeances, qui se fréquentent plus ou moins et qui se connaissent tous. Ils ont en commun leurs convictions indépendantistes et reprennent rapidement l’idée d’unilinguisme, qui devient un enjeu politique au tournant des années 1960. Des livres très publicisés contribuent aussi à faire connaître cette proposition : Pourquoi je suis séparatiste (1961), de Marcel Chaput, Le Québec bientôt unilingue ? (1965), de Raymond Barbeau, et La colonisation au Québec (1966) d’André d’Allemagne. De nombreux écrivains, les Miron, Aquin, Major, Renaud, gravitent autour de ces premiers mouvements de pression souverainistes — le RIN surtout — et diffusent à leur tour cette idée nouvelle. Une résolution appuyant officiellement l’unilinguisme est adoptée lors de la Rencontre des écrivains en 1961 ; la revue Liberté publie un dossier sur le bilinguisme en 1964. Des noms prestigieux appuient le mouvement, parmi lesquels il faut signaler Jean-Marc Léger en 1963, directeur démissionnaire de l’Office de la langue française, possédant une très grande crédibilité et à qui toutes les tribunes sont ouvertes, du RIN à la Société Saint-Jean-Baptiste, où l’idée fait aussi son chemin. Principale organisation nationaliste au Québec, celle-ci prend position en 1962192.

132Sur le plan plus strictement politique, la popularité de l’idée d’unilinguisme compte parmi les causes qui provoquent un mouvement de réflexion au Parti libéral fédéral et qui l’incitent, en 1963, à mettre sur pied une Commission d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. Le Parti libéral provincial, quant à lui, se distingue au Québec en ce que, le premier, il reconnaît une certaine légitimité au dirigisme linguistique et transporte le débat sur la langue dans le champ du politique en créant l’Office de la langue française en 1961, respectant en cela une promesse électorale de 1960. En 1965, à l’approche des élections qui l’opposent à l’Union nationale et au RIN, qui, se jetant dans la mêlée, ne fait pas mystère de ses positions unilinguistes et, de la sorte, fait monter les enchères, le Parti libéral ira beaucoup plus loin en proposant de faire du français la « langue prioritaire » du Québec. Pour la première fois, la question linguistique est un enjeu dans une élection québécoise. L’unilinguisme joue ensuite un rôle important lors d’événements historiques de premier plan en 1967-1968, comme la tenue des États généraux du Canada français et le congrès d’orientation du Mouvement souveraineté-association.

  • 193 Camille Laurin, « Résumé du discours prononcé par le Ministre d’État au développement culturel Mon (...)

133En 1977, Camille Laurin, ministre chargé du dossier linguistique dans le premier gouvernement du Parti québécois, reconnaît l’importance du RIN et d’André d’Allemagne pour l’ensemble des intellectuels souverainistes et dans son propre cheminement sur la question : « Ce résultat [l’adoption de la Charte] est dû en très grande partie au travail persévérant du RIN dont les idées sur la question de la langue ont pénétré toutes les couches de la société193. » Non seulement le RIN a-t-il réussi à convaincre que « la situation normale pour un peuple, c’est de parler librement sa langue dans toutes les situations de sa vie collective », mais il a aussi « diffusé cette autre idée très simple que les divers aspects de la vie et de l’épanouissement d’une langue ne se taillent pas en morceaux, qu’ils forment un ensemble inséparable ». Il est donc clair que le RIN a joué un rôle de premier plan, mais il ne faudrait pas pour autant négliger l’entrée en scène, dans ce débat, d’un certain nombre d’interlocuteurs sans lesquels il est impossible de penser la question de l’unilinguisme.

Unilinguisme et nationalisme traditionnel

  • 194 Si la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), traditionnellement plus militante, joue gén (...)
  • 195 SSJBM, « Mémoire à la Commission Parent » [1962], dans François-Albert Angers, Les droits du franç (...)
  • 196 SSJBM, « Congrès » [mars 1962], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, p.  (...)
  • 197 Voir Jean-V. Dufresne, « La SSJB veut que le Québec soit unilingue », La Presse, 10 juin 1963, p.  (...)

134Au début des années 1960, la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB)194 dépose un mémoire abordant la question linguistique devant la Commission royale d’enquête sur l’éducation, dirigée par Mgr Alphonse-Marie Parent. Dans le document qu’elle prépare, elle demande qu’on cesse de voir dans la langue un « simple moyen de communication », mais « l’instrument naturel de formation de l’esprit », qu’on fasse du français la « seule langue authentique195 » (lire « officielle ») des tribunaux, qu’on oblige les entreprises anglaises à adopter une raison sociale française, que la connaissance de la langue française soit conditionnelle à l’obtention de tout diplôme scolaire, enfin que les écoles anglaises deviennent aussi bilingues que les écoles francophones en Ontario (c’est-à-dire qu’elles accordent une certaine place au français). La même année, la SSJBM lance un appel à la revalorisation du français lors de son congrès annuel et adopte une résolution en faveur du français langue officielle196. Elle demande dès lors que la langue française soit intégrée davantage à la « vie quotidienne ». Elle suggère en outre d’encourager l’usage de la langue française par le biais de l’administration publique, tant au fédéral qu’au provincial ; de faire pression sur les entreprises à travers des choix de consommation conséquents, de reconnaître et d’encourager les entreprises qui reconnaissent le français comme langue de leurs employés. Lors de son congrès, à l’été 1963, la FSSJB demande à son tour l’adoption de l’unilinguisme français au Québec et exige que le français devienne la langue de travail197.

  • 198 SSJBM, « Mémoire à la Commission fédérale sur le bilinguisme et le biculturalisme » [juillet 1964] (...)

135À partir de 1963, les initiatives se multiplient. Au début de l’automne se tient une journée d’étude sur la question linguistique, à laquelle est invité le linguiste Gilles Lefebvre. Puis, en octobre de la même année, la FSSJB organise la neuvième session des Cours de formation nationale où prennent la parole aussi bien Gilles Lefebvre que Jean-Marc Léger sur le thème de la « langue parlée ». En 1964, au Congrès général annuel de la SSJBM, intervient, en plus de Léger et Lefebvre, le linguiste Jean-Claude Corbeil, qui sera plus tard l’un des artisans du projet de loi 101 et l’un de ses fins interprètes. Il y est résolu de faire de Montréal une ville aussi française que Toronto est anglaise — une ambition tout à fait nouvelle pour un organisme traditionaliste comme la SSJB. En 1964, la SSJBM fait de même devant le Comité parlementaire de la constitution du Québec et devant la Commission d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. Elle met l’accent, dans ses exposés, sur l’importance de l’intervention étatique, ce qui témoigne de sa propre prise de conscience à ce sujet, héritage flagrant du néo-nationalisme de l’École historique de Montréal : « Ce fut l’erreur — erreur inévitable — des générations précédentes de s’imaginer que la collectivité canadienne-française parviendrait à relever les lourds défis de son histoire et à s’épanouir sans avoir un État à son service198 ». Tout en précisant que son objectif n’est pas de contraindre les Québécois à se contenter de l’unilinguisme français, elle précise qu’il est absolument essentiel que la « priorité » soit accordée à la langue de la majorité (MC, p. 172). Sans s’inquiéter cependant outre mesure, la SSJB suggère aussi de trouver des moyens de favoriser l’accueil en français des nouveaux arrivants.

  • 199 SSJBM [En collaboration avec la FSSJB du Québec], Statut de la langue française au Québec [mémoire (...)

136C’est en 1967, dans un mémoire, que la SSJB réclame pour la première fois des dispositions législatives plus claires permettant d’assurer l’intégration des néo-Québécois à la majorité francophone. Manifestement influencée par les idées de Jean-Marc Léger, qui en est l’influent corédacteur, la position de la SSJB rejoint l’ensemble des arguments néo-nationalistes des 10 années précédentes : 1) l’État doit jouer un rôle accru dans un monde qui foule aux pieds le principe d’un « bien commun », car l’ampleur de la tâche « dépasse les possibilités d’action de l’initiative privée » ; 2) la langue est un miroir de l’état de la nation ; 3) devant l’aggravation du problème linguistique, il est nécessaire de mettre en place une « politique de la langue », expression nouvelle encore en 1967 ; 4) de cette façon, on pourra faire en sorte que le français s’impose « dans tous les secteurs de la vie quotidienne », ce qui justifiera son existence et donnera des motifs légitimes de le parler et de le perpétuer199. Par conséquent, la SSJB recommande « l’école publique française pour tous les Québécois », mais permet d’une part la création d’un type particulier d’écoles pour les minorités qui désirent transmettre leur langue maternelle tout en apprenant également la langue officielle, et d’autre part le maintien du système d’éducation anglophone, à condition que tous les élèves qui le fréquentent acquièrent une connaissance suffisante du français (SLF, p. 19-20).

  • 200 À la suite cependant du ministère des Affaires culturelles en 1965 (voir Livre blanc sur la politi (...)

137Elle exige également de nouveau que le français soit la langue officielle de l’administration publique, en soulignant que tout citoyen pourra obtenir les documents nécessaires en anglais sur demande (SLF, p. 22). Quant à l’affichage, la loi devra stipuler que le français doit y obtenir la première place. Dans le secteur privé, où l’on préconise (sans trop s’y attarder) que le français devienne la langue de travail, le « dirigisme » de l’État devra être plus évident qu’ailleurs, étant donné la difficulté de la tâche (SLF, p. 25). Reprenant une idée qu’elle formulait déjà en 1966200 la SSJB suggère enfin que le gouvernement institue « une Commission d’enquête provinciale en vue d’étudier la situation du français au Québec » — suggestion qui sera retenue par l’Union nationale en 1968 (SLF, p. 23).

  • 201 FSSJB, Mémoire au Comité de l’éducation de l’Assemblée nationale. Le bill 85 compromet l’avenir du (...)
  • 202 Jean-Marc Léger, « L’intervention de l’État pour le salut de la langue », Le Devoir, 21 décembre 1 (...)

138Le principal objectif de la future politique linguistique consiste à faire disparaître « l’unilinguisme de fait et systématique de la minorité » anglophone, et non pas d’imposer un unilinguisme français exclusif (SLF, p. 24). De ce fait, l’anglais, en cessant d’être un « outil de nécessité pratique », deviendra enfin « une forme d’enrichissement » souhaitable et désirable pour tous (SLF, p. 28). De par sa position sur le plan géopolitique, l’anglais détiendra toujours, malgré une politique en faveur de la langue française, une place non plus écrasante, mais néanmoins importante au Québec. Aux yeux de la SSJB, seul un équilibre linguistique relatif permettrait d’assurer à tous les locuteurs une « égalité de chances ». En effet, dans une situation où l’anglais détient une force disproportionnée, « on ne peut qu’appliquer le principe de Lacordaire : “dans la concurrence entre le faible et le fort, c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui affranchit”. Au Québec, en matière de langue et d’éducation, c’est le laisser-faire et le libéralisme culturel qui engendrent l’injustice et l’iniquité201 ». Ce principe fondateur, dont on dit parfois qu’il a inspiré les principes des droits de l’homme, est maintes fois cité au cours des ans au Québec et est indispensable pour comprendre le point de vue québécois sur la politique linguistique. On le retrouve aussi bien chez Jean-Marc Léger que chez Claude Ryan et Camille Laurin, dont les vues divergent sur tant de points, mais s’accordent sur le principe de Lacordaire202.

  • 203 Jean Tournon, « Langue et politique linguistique aux États généraux du Canada français (1967) », É (...)

139Au Québec, l’année 1967 s’inscrit dans l’histoire non seulement en raison de la tenue de l’Exposition universelle, à Montréal, mais aussi parce qu’a lieu un événement historique de grande importance : les assises préliminaires des États généraux du Canada français, au cours desquels on abordera le problème de la langue et les solutions politiques pouvant y remédier. Dans une étude sur le sujet, Jean Tournon considère à tort qu’en matière de législation linguistique, « les remèdes à appliquer seront repris des travaux de 1967 et mis en œuvre par les gouvernements québécois203 », comme si la réflexion sur la langue commençait au Québec avec les États généraux. Il faut au contraire se rappeler que l’idée d’un tel événement avait été en fait lancée par la Fédération des sociétés Saint-Jean-Baptiste et que celle-ci y défend les idées élaborées par le néo-nationalisme depuis de nombreuses années.

  • 204 États généraux du Canada français, Exposés de base et documents de travail, 1967 [novembre], Montr (...)

140On y présente donc des propositions qui s’inspirent de la philosophie de la FSSJB : 1) imposer l’unilinguisme officiel dans l’administration et les organismes relevant de l’État québécois ; 2) faire du français la langue de travail du Québec ; 3) trouver une solution pour empêcher la « mainmise » de l’école anglaise sur les autres minorités linguistiques ; 4) faire en sorte que l’affichage soit unilingue français ou, à tout le moins, clairement prioritaire. On peut noter d’ailleurs qu’avant même la crise de Saint-Léonard de 1968, on fait le constat très grave que « le français n’a plus aucun attrait pour les immigrants néo-québécois et ne joue plus de rôle de facteur d’intégration204 ». On propose en conséquence d’introduire davantage de français dans le secteur d’éducation anglais afin que tous aient une connaissance du français.

  • 205 Ibid., p. 35-36.

141On peut voir ici deux différences importantes avec les positions du RIN : il n’y a pas dans ces propositions de plan d’ensemble pour faire avancer la cause du français sur le plan scolaire et on ne considère pas qu’il faille supprimer les écoles anglaises subventionnées. Dans les documents de travail préparatoires aux États généraux, la prudence est aussi de mise : on se demande si, dans l’éventualité de la promulgation de l’unilinguisme, les commissions scolaires et les municipalités qui le désirent pourraient utiliser l’anglais ; on considère que dans les entreprises où les employés sont en majorité anglophones il ne peut être question d’imposer le français ; on envisage de permettre aux néo-Québécois un enseignement, en plus du français, de leur langue maternelle, « là où un nombre suffisant d’écoliers le désirent205 ». Ces quelques considérations montrent bien le ton modéré des États généraux par rapport aux militants du RIN. En outre, les États généraux ne réunissent pas seulement des délégués québécois, mais aussi des délégués francophones venus de tous les coins du Canada. C’est sans doute ce qui explique que l’on prenne la peine d’exiger, également, que l’administration publique fédérale soit entièrement bilingue — une utopie à laquelle peu de nationalistes, au sein de la SSJB, croient encore.

Au Parti libéral, le français prioritaire

142Il faut dire un mot au sujet de l’approche du problème linguistique dans les programmes des différents partis politiques québécois. On sait que, jusqu’à la fin des années 1950, il n’en avait tout simplement jamais été question. Ce n’est qu’avec l’apparition de l’Alliance laurentienne, de La Revue socialiste et surtout du RIN que les attitudes se modifient sur ce plan. Leurs dirigeants seront les premiers, au Québec, à aborder la question du statut de la langue française — langue officielle, nationale, prioritaire ou encore langue de travail, d’usage, de communication en société ? — et ce en élaborant une réflexion sur l’unilinguisme.

  • 206 Georges-Émile Lapalme [1959], cité dans Alain Combres, La question linguistique et les partis poli (...)
  • 207 Pierre Elliott Trudeau, « Le Québec et le problème constitutionnel » [1965], Le fédéralisme et la (...)

143On ne peut considérer comme un hasard le fait qu’au début des années 1960, le Parti libéral commence à réfléchir au problème de la langue en posant la question du statut du bilinguisme au Canada. Anticipant les intentions des futurs gouvernements Pearson puis Trudeau, Georges-Émile Lapalme, alors chef de l’opposition libérale à Québec, souligne ainsi la nécessité absolue de « ne pas se contenter de reconnaître le caractère bi-ethnique du Canada », mais « de déclarer que le Canada est un pays bilingue206 ». La mise en place de la Commission Laurendeau-Dunton peut être également interprétée dans cette perspective, c’est-à-dire comme une réponse aux propositions indépendantistes qui cherchent à reconsidérer le statut des deux principales langues au Québec. C’est du moins ce que suggère un texte de Trudeau lui-même : « La communauté canadienne doit investir, dans la défense et l’illustration de la langue française, la somme de temps, d’énergie et d’argent requise pour empêcher le pays de se disloquer207. »

144Dans le paysage politique provincial, le Parti libéral constitue une exception (mais à certains égards seulement), dans la mesure où, par la voix de Lapalme d’abord, il se fait le porte-parole des inquiétudes au sujet de l’évolution du français au Québec. Les mesures proposées lors de l’élection de 1960 ne touchent cependant que le problème de la qualité de la langue et, avec la création d’un Office de la langue française, ne se font donc l’écho que de la vision traditionaliste de la langue. Cette proposition est d’ailleurs la plus ancienne en matière d’intervention linguistique ; le Bloc populaire l’avait déjà formulée en 1942, à la suite de plusieurs organismes et individus isolés.

  • 208 La première mention dans mon corpus de cet objectif — le français prioritaire — se trouve dans l’é (...)
  • 209 C’est ce que note Réjean Pelletier dans « Les militants du RIN et les autorités politiques québéco (...)
  • 210 Voir Alain Combres, op. cit., p. 158.

145Rien n’est dit sur la question linguistique aux élections de 1962, mais trois ans plus tard, la politique du Parti libéral sera fondée sur l’objectif du français prioritaire208, en dépit de l’opposition de certains députés importants, comme Claude Wagner ou Claire Kirkland-Casgrain. Cette fois, il est bien question du statut de la langue française au Québec. Signe des temps, on émet même des doutes, au ministère des Affaires culturelles, sur la pertinence et l’utilité des campagnes de bon parler. En d’autres termes, l’intérêt pour le corpus faiblit à mesure que s’impose une réflexion sur le statut de la langue. Cette politique controversée à l’époque est une façon de renouveler les positions du parti et de réagir aux idées neuves comme celle de l’unilinguisme. En effet, tout le monde, à l’époque, se situe par rapport à cette question209, même les Jeunes libéraux, au moment où le Parti libéral comporte une frange importante de membres farouchement autonomistes. À leur congrès de novembre 1964, ceux-ci débattent de la possibilité d’adopter l’unilinguisme au Québec210. Les Étudiants libéraux reviennent à la charge en 1965. À chaque fois, la résolution est discutée puis rejetée, parfois grâce à l’intervention de Jean Lesage.

  • 211 Ministère des Affaires culturelles, Livre blanc sur la politique culturelle [1965], cité dans Guy (...)
  • 212 Evelyn Gagnon, « Lesage : primauté du français sans unilinguisme », Le Devoir, 2 mars 1965, p. 5.

146L’idée du français prioritaire, proposée par Pierre Laporte, ancien directeur de L’Action nationale, fait partie intégrante d’un important Livre blanc sur la politique culturelle du Québec. On y insiste sur l'effectivité d’une politique cohérente et réaliste ; ce sera d’ailleurs ce détail qui séparera l’Union nationale du Parti libéral en 1969, au moment de l’adoption de la première loi sur la langue. Pour Laporte, le français langue prioritaire renvoie au fait qu’il devra être la principale « langue de pensée, d’expression et de communication dans toutes les activités collectives de la majorité francophone211 ». Ce point établi, il n’est pas question pour lui de nier le fait que le français et l’anglais sont les langues officielles du Québec ; en cela, le Parti libéral se distingue des positions qui seront celles du Parti québécois. Dans une allocution en mars 1965, le Premier ministre Jean Lesage montre cependant à quel point le français prioritaire, même s’il refuse de l’inscrire dans une loi, ouvre la porte à de nouvelles attitudes face à la langue lorsqu’il souligne que « la primauté du français au Québec — son usage quotidien le plus étendu possible — est une condition essentielle au bilinguisme et au biculturalisme au Canada212 ». On voit très bien ici que le français prioritaire permet de présenter la situation linguistique québécoise comme un cas d’exception devant l’idéal d’un bilinguisme généralisé. On y retrouve aussi un repli implicite sur le territoire québécois : sans le Québec, nulle possibilité de vie pour la langue seconde au Canada.

  • 213 Discours prononcé au cours de la campagne électorale, à Saint-Georges de Beauce, en mai 1966, cité (...)

147Enfin, en 1966, le programme libéral s’enrichira d’un nouvel élément qui, à vrai dire, était déjà présent en 1965, mais devient l’année suivante plus explicite : le français doit devenir la langue de travail, l’accent étant mis sur la dimension économique, à l’instar de la Revue socialiste et de la Société Saint-Jean-Baptiste. Jean Lesage trouve des formules particulièrement éloquentes pour défendre le français et rejoint alors tout à fait le sentiment de la majorité des francophones sur la question linguistique au Québec : « Sur le plan culturel, sur celui de notre personnalité propre, nous devons prendre les moyens pour que la langue française [...] devienne la principale langue de travail et de communication [...]. Cela est normal. Si nous voulons vivre dignement, cela est nécessaire. Si nous voulons vivre pleinement, cela est essentiel213. »

  • 214 Programme de l’Union nationale, cité dans Alain Combres, op. cit., p. 167.
  • 215 Ibid., p. 169.
  • 216 Voir ses déclarations contradictoires à ce sujet : Daniel Johnson, en 1966, cité par Paul Gros d’A (...)

148Dans son programme électoral de 1962, l’Union nationale, sans s’engager concrètement, se fait quant à elle plus ambitieuse sur le plan linguistique : elle veut ni plus ni moins « assurer, par l’État du Québec, le rayonnement de la culture et de la langue françaises214 ». Néanmoins, il ne faut pas se fier aux apparences. Même s’il doit lui aussi faire face à l’enthousiasme de certains de ses membres pour l’unilinguisme, le parti de l’opposition — parti le plus nationaliste au Québec, en théorie du moins — adopte en réalité une position très timide sur la question linguistique, même dans son programme de 1966. Non seulement l’Union nationale considère, contrairement au RIN et à la SSJB, que le français et l’anglais constituent les « langues officielles » du Québec, mais son ambition de faire du français la langue « nationale » véritable et la « langue d’usage » de la province ne s’accompagne d’aucune proposition concrète215. Puisqu’elle défend elle aussi la « primauté » du français sur l’anglais, sa position n’est guère différente, quant aux principes, de celle du Parti libéral. En fait, tout se joue dans le sérieux accordé aux principes. Il est indéniable que le Parti libéral, par son expérience du pouvoir et par la présence en son sein des Lapalme, Laporte, Lesage et Lévesque, ne peut être que beaucoup plus attentif aux problèmes linguistiques que l’Union nationale, qui, empêtré dans l’héritage du nationalisme traditionaliste de Maurice Duplessis, ne prend conscience que tardivement de la révolution linguistique des années 1960 au Québec. D’ailleurs, si Daniel Johnson a, un moment, pensé proclamer le français langue nationale du Québec au moyen d’une loi, il a vite changé d’avis une fois arrivé au pouvoir216.

  • 217 Jean-Noël Tremblay, [allocution prononcée lors de la séance inaugurale, 6 septembre], Biennale de (...)

149Dans le discours qu’il prononce à la Deuxième Biennale de la langue française, en septembre 1967, le nouveau ministre des Affaires culturelles, Jean-Noël Tremblay, représente bien l’attitude habituelle des nationalistes traditionalistes de l’Union nationale, soucieux du « lignage » français comme de la « pureté » de la langue, avec une naïveté surprenante217. On en mesure l’ampleur quand Tremblay, représentant du gouvernement, signale l’utilité d’un tel congrès, qui « ancrera dans l’opinion l’idée que le Québec appartient à la communauté francophone et qu’il n’est plus seul à garder foi en lui-même ». Maladresse d’expression, détresse inconsciente, pragmatisme éhonté ou, sans doute, tout cela à la fois, on ne peut que s’étonner de ce désir purement rhétorique d'ancrer dans l’opinion, de persuader et de se persuader que l’on est bien de langue française. Ce n’est en outre que du bout des lèvres qu’il évoque l’intérêt qu’il y aurait à faire du français la langue de travail des Québécois.

  • 218 Jean-Noël Tremblay, [conférence de presse, 11 septembre], Biennale de la langue française. Textes (...)

150Dans une conférence de presse, quelques jours plus tard, Tremblay prend position avec plus de fermeté et aborde franchement cette fois la question du statut du français au Québec. Selon lui, il y aurait au Québec un véritable « phénomène d’aliénation collective » dû au fait que le monde des affaires et du commerce vit à l’heure de l’anglais, ce qui provoque « reniement », « lassitude » et « abâtardissement national218 ». Il réclame donc des employeurs un changement d’attitude radical sur ce point. Cela ne signifie pas qu’il faille promulguer l’unilinguisme, idée que le ministre rejette explicitement. Tremblay dit favoriser non pas le français « langue prioritaire », formule vague et floue qui peut se prêter à des interprétations sans fin, mais le français « langue d’usage » ou « langue commune », c’est-à-dire « langue nationale » des Québécois.

151Ainsi, on pourra protéger le français sans renoncer au bilinguisme, dont les avantages restent indéniables à ses yeux, que ce soit sur le plan culturel ou professionnel (mais seulement lorsque des collègues se parlent dans leurs langues respectives et sont compris de leurs interlocuteurs). Le Québec, lui, va plus loin encore puisqu’il pratique un bilinguisme officiel et administratif auquel l’Union nationale ne renoncera pas, même s’il est aisé de voir que les francophones ont obtenu pour leur générosité peu de concessions de la part des anglophones. Là où le discours de Tremblay — très remarqué à l’époque — s’embourbe, c’est lorsqu’il est question des moyens à employer pour redresser la situation. « Revaloriser l’enseignement du français à tous les paliers de l’éducation » obtient la première place dans la liste de ses priorités. Cela en dit long sur l’incapacité du ministre de penser la langue dans une perspective politique. Le reste de ses propositions est à l’avenant. On n’est donc nullement surpris de voir une autre section de sa conférence consacrée à « la tâche des citoyens » en matière de langue. Ils auront la responsabilité de persuader et de convaincre, de porter la « bonne parole » de la langue française chez les anglophones et même chez les francophones, suivant un messianisme diffus qui n’a pas encore tout à fait disparu.

Le RIN dans la bergerie

  • 219 Sur ce point et pour avoir un excellent aperçu des débats autour de la Charte de la langue françai (...)
  • 220 « Le français de la loi des mines » [25 juin 1963], dans René Lévesque, René Lévesque par lui-même (...)
  • 221 Réal Pelletier, « Contre l’unilinguisme, Lévesque retient néanmoins l’indépendance comme solution  (...)
  • 222 Voir Jean-Marc Léger, « Lévesque : en termes vigoureux, des revendications élémentaires », Le Devo (...)

152Les propositions du RIN, qui figurent en bonne place aux États généraux dont les assises préliminaires et nationales se tiennent en 1966, 1967 et 1969, ne convainquent qu’à demi le futur président du Parti québécois, qui n’appuie dans leur intégralité que les plus mesurées d’entre elles. René Lévesque s’est résigné assez tard, et avec un profond sentiment d’humiliation, à la nécessité de légiférer sur la langue219. S’il est, comme ministre des Richesses naturelles du gouvernement libéral, préoccupé par la question220, il s’élève dans un premier temps contre l’idée d’imposer l’unilinguisme au Québec, signe d’un « nationalisme négatif » qui croit à la vertu des lois au lieu de miser sur la « force » propre de la majorité francophone221. Devenu ministre des Affaires sociales, il adopte, en 1966, la politique du Parti libéral sur ce point ; il souscrit donc à l’objectif d’établir le français prioritaire au Québec. Il se signale cependant par la vigueur avec laquelle il défend la position de son parti devant des auditoires anglophones222.

  • 223 René Lévesque, Option Québec [texte remanié et considérablement augmenté d’une conférence donnée e (...)
  • 224 Selon Michel Plourde, ancien président du Conseil de la langue française, c’est « le milieu de tra (...)
  • 225 « René Lévesque au Jour. La campagne du référendum démarrera à l’automne » [27 mai 1977], René Lév (...)

153Sur la question linguistique, Lévesque adopte néanmoins souvent une position de retrait, laissant le soin à d’autres d’en dire l’essentiel. Dans son premier livre, Option Québec, il n’est à peu près pas fait mention du problème linguistique, sinon pour indiquer, de façon générale, que les Québécois de langue française, comme des égaux et non comme des inférieurs, doivent avoir sur le plan social une « place convenable » et dans « notre langue223 ». Concrètement, cela signifie qu’il doit devenir possible, pour chaque citoyen, de « gagner sa vie et faire carrière en français224 ». Comme pour Gérald Godin, la langue de travail est le premier souci de Lévesque dans ce dossier complexe où il sera bientôt plongé, un peu malgré lui. Ne disait-il pas en 1977 qu’« être obsédé par la question de la langue, c’est presque comme ne pas être indépendantiste225 », dans la mesure où la politique implique une foi fondamentale en l’avenir.

154Sa participation au débat se fait en plusieurs temps qui seront autant de croisées de chemins sur le plan de l’histoire de la langue au Québec : d’abord lors du congrès d’orientation du Mouvement souveraineté-association (MSA), en 1968, puis lors de la discussion du projet de loi 85 sur la langue en novembre-décembre 1968, projet bien vite abandonné par l’Union nationale pour être réintroduit et adopté par la suite sous un nouveau nom — le projet de loi 63 — lors des débats d’octobre-novembre 1969 à l’Assemblée nationale. Quelques années plus tard, René Lévesque, alors chroniqueur au Journal de Montréal, prend aussi position au sujet du projet de loi 22, ratifié en 1974 par le Parti libéral de Robert Bourassa, et défend aussi évidemment, de juillet à août 1977 à l’Assemblée nationale, la Charte de la langue française promulguée par son propre gouvernement, sous la responsabilité de Camille Laurin, ministre des Affaires culturelles.

  • 226 Ce débat resurgit quelques années plus tard, lors du 3'Congrès du Parti québécois en 1971 ; Lévesq (...)
  • 227 Signalons que le président du RIN de l’époque, Pierre Bourgault, sans doute en raison de la crise (...)
  • 228 Quelques années plus tard, Lévesque lui-même, en rappelant le fonctionnement du système d’éducatio (...)
  • 229 Sur cet épisode, voir Pierre Godin, René Lévesque. Héros malgré lui (1960-1976), Montréal, Boréal, (...)
  • 230 Voir Graham Fraser, Le Parti québécois, op. cit., p. 60.

155Le premier choix crucial de Lévesque se fait dès avril 1968, lorsqu’au cours d’un douloureux bras de fer226, il somme les délégués du MSA réunis en congrès d’accepter sans équivoque, contre l’avis de François Aquin, premier député souverainiste, proche des positions du RIN227, le principe des droits historiques de la minorité anglophone du Québec, qui doit pouvoir bénéficier du financement de l’État pour assurer le bon fonctionnement de son système d’éducation de langue anglaise. Pierre Godin, qui radicalise cependant quelque peu la position d’Aquin (la qualifiant de « raciste228 »), en a brossé un excellent tableau dans René Lévesque. Héros malgré lui229. Je n’y reviendrai donc pas en détail, sinon pour rappeler qu'Aquin allait cependant très loin, proposant notamment des mesures injustifiables, comme la suspension de la sécurité sociale des immigrants qui n’inscriraient pas leurs enfants aux écoles françaises230.

  • 231 André d’Allemagne, Le RIN de 1960 à 1963, op. cit., p. 130. Voir aussi Pierre Godin, La poudrière (...)
  • 232 René Lévesque, « Le Parti québécois et la langue » [mars 1971], Chroniques de René Lévesque, op. c (...)
  • 233 René Lévesque, Attendez que je me rappelle..., Montréal, Québec/Amérique, 1986, p. 305. Pierre Bou (...)

156La divergence de position porte en fait sur un point précis. Ainsi que le résume D’Allemagne, Lévesque considère que la minorité anglophone doit « conserver ses écoles et universités, ainsi que ses postes de radio et de télévision, bénéficiant du financement de l’État sous réserve de diverses modalités limitatives ». De son côté, tout comme Aquin, « le RIN rejette le principe des “droits acquis” qu’il considère comme des “privilèges” sans fondement valable231 ». Soulignons que la différence entre les deux options ne touche à aucun moment la légitimité, le droit d’expression ou la présence de la minorité anglophone, mais seulement le rapport que l’État entretient avec elle et particulièrement la question du financement public des institutions d’une minorité, quelle qu’elle soit. Partageant la même conception de la culture et de la nation, Aquin et D’Allemagne croient que l’intégration linguistique doit l’emporter sur toute autre considération et surtout sur ce qu’ils considèrent être de lointains privilèges de conquête. À l’inverse, Lévesque soutiendra sa vie durant que la majorité francophone doit, en faisant preuve d’ouverture et de générosité à cet égard, faire la preuve de sa « maturité232 » politique et de sa confiance en l’avenir et en elle-même. Il est donc hors de question que l’intervention du gouvernement en matière de langue s’aligne sur un « unilinguisme intégral233 ».

  • 234 René Lévesque et al., Ce pays qu’on peut bâtir [env. mai 1968], Montréal, Mouvement souverainté-as (...)

157Ces positions se retrouvent transposées dans le programme du MSA, rendu public dans un document du printemps 1968 et qui sera, jusqu’en 1977, la plate-forme de réflexion du Parti québécois sur la question linguistique. La section sur la langue insiste sur un certain nombre de points bien connus et développés au fil des ans par les premiers partisans de l’unilinguisme. D’abord, le refus de tout idéalisme : on ne parle une langue donnée qu’à partir du moment où des « motivations économiques et sociales234 » nous invitent à le faire. Si elles viennent à disparaître ou à perdre de leur pertinence en raison de la présence d’une langue concurrente et plus rentable, la langue dominée est vouée à une extinction plus ou moins lente. C’est là le constat premier — pragmatique et matérialiste — à partir duquel, au MSA, on entend aborder la question linguistique.

158Vient ensuite la justification de son importance sur le plan social : « la langue est le facteur premier d’identité, la base et l’expression de sa culture, une patrie spirituelle ». Cette formulation, encore une fois, s’avère assez proche des réflexions de D’Allemagne : la langue y est présentée comme à la fois l’alpha et l’oméga de la culture, son appui le plus sûr et son symbole le plus vrai. En outre, elle incarne aussi, pour le MSA, le cœur de l’« identité » collective du Québec, un terme encore nouveau en 1968 et appelé à se populariser jusqu’à en devenir un lieu commun dans les années 1970. Enfin, l’évocation de la « patrie », métaphore lyrique, montre bien qu’en esprit, la langue est anticipation, délimitation et préfiguration du territoire rêvé, avec tous les problèmes philosophiques et idéologiques que pose un tel amalgame. Il s’agit ni plus ni moins, sous une forme figurée, d’une revendication de l’unité consubstantielle de la langue, du peuple et de l’État, c’est-à-dire d’une reformulation du principe des nationalités.

159Parmi les mesures proposées par le MSA, signalons la première de toutes : que le français devienne la seule langue officielle, celle de l’État et des « institutions de caractère public ». Il est important de noter ici que l’unilinguisme se situe sur le plan institutionnel, tout comme le bilinguisme proposé par Trudeau pour l’ensemble de l’administration fédérale canadienne. Encore faut-il, par ailleurs, préciser que cet unilinguisme n’est que de principe, puisque, dans les faits, tout citoyen anglophone aura le droit « de communiquer dans [sa] langue avec l’administration publique » et dans les municipalités bilingues. Il serait donc plus juste de dire que l’unilinguisme s’applique avant tout au statut des langues, le français étant l’unique langue officielle du Québec.

  • 235 De même, en 1977, Lévesque insistera pour « éviter toute inutile coercition » dans ce dossier, pou (...)

160Outre cela, le MSA évoque deux autres actions cruciales : faire en sorte que le français devienne la langue « normale » de travail au Québec et que les enfants des immigrants soient systématiquement inscrits dans des écoles de langue française. Mais dans ce dossier il y a aussi une question de ton, et c’est aussi cela qui différencie Lévesque de ses opposants proches du RIN. Le programme du MSA insiste, par exemple, sur « l’importance de prévoir des périodes de transition dictées par le sens commun235 ». Ce souci de trouver le compromis le plus juste et le plus libéral, sans être infidèle à ses principes, sera constant chez Lévesque, jusque dans son discours de présentation de la Charte de la langue française.

  • 236 Jean-Marc Léger, « Le français, langue seconde au Québec ? », Le Devoir, 7 août 1958, p. 4.

161Si elles s’opposent d’abord et avant tout à la politique du bilinguisme, les mesures que les indépendantistes préconisent au milieu des années 1960 servent en même temps de réplique au point de vue défendu par le Parti libéral du Québec et plus particulièrement par le ministre des Affaires culturelles, Pierre Laporte. Le Parti libéral réagit à l’idée d’unilinguisme, mais il est clair que la proposition du français prioritaire fouette les énergies et pousse, en retour, les divers mouvements souverainistes à se faire plus concrets et plus précis. Lorsque Laporte propose que le français devienne prioritaire, c’est-à-dire premier au Québec, il semble tirer les conséquences des remarques de son ancien collègue à L’Action nationale, Jean-Marc Léger, qui, en 1958, dans un article remarqué, se demandait si le français ne devenait pas petit à petit une « langue seconde236 ». D’Allemagne, qui avait médité ce texte, en tire des conclusions évidemment plus tranchées et se moque de Laporte dans son essai sur le colonialisme (CQ, p. 116).

  • 237 Pour un excellent aperçu de cette question, consulter l’étude devenue classique de Jean-Claude Cor (...)

162Pour lui, comme on l’a vu, deux langues ne cohabitent jamais dans la paix : l’une est forcément prépondérante et l’autre, secondaire. Mais, somme toute, c’est bien ce même constat qui est à la base de la position de Laporte : si une langue doit l’emporter sur l’autre, croit ce dernier, il faut que ce soit le français, dans un territoire où c’est la langue de la majorité. D’Allemagne dirait cependant que Laporte s’arrête en chemin et ne comprend pas la complexité de la situation historique et géopolitique du Québec237, qui ne peut espérer régler le problème linguistique à l’aide de mesures dont la portée est avant tout symbolique.

163Sur l’échelle des possibilités, l’unilinguisme se présente donc comme la voie la plus radicale par rapport aux trois autres positions existantes sur l’échiquier politique, soit l’unilinguisme anglais (présent en milieu de travail et dans l’affichage, par exemple), le bilinguisme (statu quo) ou le français prioritaire (revalorisation par le biais de mesures incitatives et non coercitives). Toutefois, l’unilinguisme lui-même comporte en outre de nombreuses nuances, suivant qu’il s’agit d’un unilinguisme intégral ou relatif. Celui de Barbeau, plus schématique, se concentre avant tout sur la reconnaissance du français langue officielle. Celui du RIN et d’André d’Allemagne entend promouvoir l’idée d’un État québécois exclusivement français. Celui du MSA, puis du Parti québécois, passe par le refus catégorique d’une remise en cause des droits historiques de la minorité anglophone, en tenant compte du fait qu’une telle mesure serait du reste en contradiction flagrante avec la constitution canadienne.

*

  • 238 Gilles Vigneault disait la même chose dans une entrevue accordée à Jean Royer, « Gilles Vigneault (...)

164Ce chapitre avait pour objectif central de mettre en évidence et de décrire le saut décisif de la sphère sociale à la sphère politique se produisant à l’intérieur de la réflexion sur la langue. L’analyse de cet événement discursif plus ou moins discret, mais lisible aux détours des argumentaires, permet de mieux distinguer le cadre dans lequel apparaît l’idée d’unilinguisme et par lequel s’impose un expressivisme qui donne la première place au sujet et à ses maux de langue. Ce n’est pas par hasard si cet expressivisme s’est accentué au fur et à mesure que la dimension politique (et nationale) prenait plus d’importance. Sans que la perspective instrumentaliste disparaisse pour autant, on a pu voir qu’il s’incarnait dans une métaphorisation puissante et pour le moins explicite. On se souviendra notamment de l’image de la patrie linguistique chez Léger238 (on est « d’une » langue) et celle de la possession par la langue chez D’Allemagne, encore plus saisissante. Cet imaginaire révèle le sentiment de proximité que vit le sujet par rapport à sa langue, sentiment exacerbé dans un lieu géographique où la situation linguistique est marquée par l’incertitude et la vulnérabilité. On peut interpréter ce recours réfléchi à l’expressivisme comme une façon de résister à la toute-puissance d’une société dominée sur le plan idéologique par des valeurs libérales d’efficacité et d’utilité qui, poussées à leurs limites, invitent à instrumentaliser le sujet ainsi que sa langue. Contre cette tendance, un nombre croissant d’intellectuels canadiens-français proposent l’unilinguisme — mesure qui produit des effets tant dans la sphère sociale que dans la sphère politique.

  • 239 Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, « De la question sociale à la question nationale : la revu (...)

165L’étude du corpus de ce chapitre me conduit à adopter sans réserve substantielle la conclusion des sociologues Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, qui considèrent qu’en fait « le néo-nationalisme québécois [au sens large] découle d’un projet politique légitimé par les impératifs de la question sociale239 ». Cela n’est pas seulement vrai du cheminement de plusieurs collaborateurs de l’équipe de Cité libre, tels Pierre Vadeboncoeur, Fernand Dumont et Marcel Rioux (ainsi que les auteurs le montrent avec clarté et pertinence). Même chez les héritiers naturels du nationalisme québécois, l’influence de la réflexion sur la question sociale est prégnante, aussi bien pour un intellectuel de l’École historique de Montréal comme Michel Brunet que pour Raymond Barbeau et pour André d’Allemagne ou même, plus discrètement, pour Jean-Paul Desbiens. Cette alliance des préoccupations sociales et du sentiment national est une constante que l’on peut discerner dans l’ensemble des textes étudiés. Tant le volet social que le volet national s’avèrent indispensables pour comprendre le développement ultérieur de l’idée d’unilinguisme, dont l’acmé sur le plan spéculatif se situe dans les années 1959-1963. Il était donc important de voir en quoi ces deux sphères se recoupent et se distinguent à la fois et ce qui explique que l’intelligentsia québécoise ait choisi de quitter le terrain des interprétations traditionnelles en matière de langue.

166La situation linguistique constitue en fait une excellente illustration des interrogations extrêmement vives que suscite la rapide évolution socioéconomique de la collectivité canadienne-française depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. L’analyse que j’en fais montre à quel point la question sociale et la grille sociologique furent un passage obligé pour l’ensemble des observateurs de la réalité quotidienne des Canadiens français. Une telle question inscrit en effet à l’ordre du jour de la réflexion un ensemble d’impératifs, tant chez Jean-Marie Laurence que chez Jean-Marc Léger ou André d’Allemagne. Devant la radicalisation des effets de l’industrialisation, de l’urbanisation et des moyens de communication, pour ne mentionner que les facteurs les plus cités, l’état de la langue commence à être évalué de plus en plus négativement, ce qui place les acteurs sociaux devant un choix crucial. Comme nous l’avons vu, Pierre Daviault, lors du troisième Congrès de la langue française, fera ainsi le constat que le français est désormais pratiquement une « langue morte ». Sur le plan de la spéculation linguistique, l’accélération de l’évolution sociale pose bel et bien, dans les esprits, une question de vie ou de mort. Cette opposition métaphorique hante littéralement le corpus de la fin des années 1950 et invite à trouver des idées nouvelles pour une situation inédite et jugée dangereuse.

167Avec le renforcement des tendances centralisatrices du gouvernement fédéral qui se fait sentir durant ces années, et dont la mise sur pied en 1953 de la Commission Tremblay sur les problèmes constitutionnels est l’un des symptômes, on voit apparaître des interprétations globales de plus en plus tournées vers la réalité la plus concrète, critiquant la défense plus ou moins subtile d’un bilinguisme aux effets dévastateurs ainsi que les conséquences tangibles du rapport du français et de l’anglais. Signe des temps, Jean-Marie Laurence recourt par exemple à l’expression tout à fait neuve à l’époque de « langue de contact » pour l’opposer à une « langue de culture » qui apparaît de plus en plus comme le fantasme d’une élite coupée de la réalité. L’influence de la pensée de Cité libre et de la Faculté des sciences sociales de l’Université Laval n’a pu que stimuler une réflexion sur l’état présent des choses et mettre l’accent sur la nécessité des changements à apporter aux problèmes du Québec contemporain.

168Mais la grille d’inspiration sociologique a aussi ses limites. Les changements surviennent si rapidement et remettent si profondément en question le statut du français que la réflexion sur la langue prend alors un virage encore plus radical, à la mesure de la gravité de la situation. Le passage au politique est imposé par le silence total des sciences sociales sur la question linguistique. Il est significatif que Pierre Daviault lui-même, appartenant pourtant à la vieille garde, se sente justifié de poser la question : pourquoi les intellectuels s’intéressant à l’étude des phénomènes sociaux évitent-ils systématiquement d’aborder la dimension proprement linguistique des changements structurels de la société ? D’autres prendront donc le relais, au premier chef les intellectuels néo-nationalistes.

169Ils transposent le principe dualiste de la « lutte » sociale — patrons/syndicats ou laïcité/cléricalisme — dans le champ de la « lutte » des langues (anglais/français), ce qui a pour conséquence de marginaliser l’approche traditionnelle de la langue, basée non pas sur le court terme, le contemporain et le présent, mais bien sur l’héritage, l’histoire et la fidélité. Un tel renouveau est d’autant plus nécessaire que les appels à la fierté et à l’héroïsme quotidien n’ont de toute façon aucun impact sur l’amélioration de l’état de la langue. Tout cela justifie qu’on envisage désormais le problème de façon structurelle, en portant attention à la cause et non plus aux effets. Si la cause de l’évolution linguistique est avant tout d’ordre social, les phénomènes sociaux, selon les néo-nationalistes, sont quant à eux structurés par les interventions, les avancées, les reculs ou les silences du monde de la politique. Les métaphores de la vie et de la mort des langues ne viennent pas tant d’une vision organiciste des problèmes de langue que d’un sentiment d’urgence, sentiment vital touchant la perception des impasses, qu’elles soient de nature syndicale, éducative ou langagière, dans lesquelles semble se trouver la société canadienne-française.

  • 240 Cité dans Raymond Barbeau, « La langue franglaise : un patois de trahison », Alerte, juin-juillet (...)
  • 241 Jean-Marc Léger, « Le français, langue seconde au Québec ? », Le Devoir, 7 août 1958, p. 4.
  • 242 Déjà à la fin des années 1940, Jean-Marc Léger, alors étudiant à l’Université de Montréal, partici (...)

170Sur le plan linguistique, on peut trouver une illustration du passage parfois subtil du social au politique dans deux images employées la même année, en 1958, par deux intellectuels importants en ce qui touche la réflexion sur la langue. Ainsi Victor Barbeau, de l’Académie canadienne-française, décrit-il la langue française comme une langue « étrangère240 » dans le contexte d’une critique des perceptions individuelles du français, tandis que Jean-Marc Léger, dans une perspective tout autre, parle quant à lui du français devenu langue « seconde241 » au sein d’une province où il s’agit de la langue de la majorité des citoyens. La première image est plus familière et met l’accent sur le rapport d’étrangeté avec la langue que ressent trop souvent le locuteur canadien-français. Portée par le sentiment d’urgence déjà évoqué, la deuxième image insiste sur la cause concrète de ce sentiment de distance, en l’occurrence le fait que la « priorité » est accordée à la langue anglaise (ce qui explique l’impression de « proximité » qu’elle peut donner, à l’inverse du français). Cette brève comparaison illustre le fait que la perspective nationaliste, ici chez Léger mais aussi dans mon corpus en général, n’est en porte-à-faux par rapport à la perspective sociale que parce qu'elle l’intègre tout en la dépassant242.

171Le néo-nationalisme, qui met le concept de lutte au centre de sa réflexion, refuse le postulat fédéraliste autant que traditionaliste d’une définition de la collectivité fondée en sous-main sur l’utopie d’une harmonie sociale. C’est d’ailleurs cette parenté paradoxale entre les élites conservatrices canadiennes-françaises et le gouvernement central qui explique qu’un Michel Brunet puisse comparer la politique du bilinguisme officiel qui se renforce à partir de la fin des années 1950 à un messianisme ancien et rétrograde que l’on doit à tout prix refriser. Pour le néo-nationalisme, les pressions des structures sociales et économiques sur les individus isolés sont beaucoup trop fortes et, quand elles s’exercent sur les éléments les plus fragiles de la société, elles s’avèrent injustes, inhumaines et foncièrement invivables. Cette situation justifie ainsi l’intervention de l’État et c’est tout le sens de l’appel général, durant les années 1958-1968, à des mesures législatives établissant un unilinguisme de fait. Seul le politique, en effet, peut, selon cette vision des choses, résister durablement à des faits de structure et faire en sorte que la société demeure un principe de vie et un lieu d’action et non l’espace précaire d’une pure et simple survie.

Notes

1 Frère Untel, Les insolences du Frère Untel, Montréal, Éditions de l’Homme, 1960, p. 36. Désormais désigné par le sigle IFU.

2 Écrit en 1951 et publié dans Cité libre en mai 1955, cet article est repris dans Jean Le Moyne, Convergences, Montréal, HMH, 1961, p. 46-66.

3 À l’Université Laval, les discussions dans le cadre du cercle d’études dont il faisait partie s’étaient souvent cristallisées autour de ce texte important. Voir Alain Fournier, Un best-seller de la Révolution tranquille. Les insolences du Frère Untel, Québec, Centre de recherche en littérature québécoise, Université Laval, 1988, p. 50.

4 Yvan Lamonde, « La spécificité des intellectuels des années 1950 au Québec », Bulletin d’histoire politique, vol. 3, no 1,1994, p. 21.

5 Cité dans le « Dossier » de la nouvelle édition des Insolences du frère Untel, Montréal, Éditions de l’Homme, 1988, p. 173-174.

6 Comme en fait foi cette remarque proche des travaux de Guy Frégault sur la Conquête, il y a chez Desbiens une véritable veine nationaliste. Le cléricalisme est loin d’être a ses yeux la cause de tous les maux comme le croit Chantal Kirsch (voir Langue française, identité collective et pouvoir symbolique. Étude comparative du Québec et de la Belgique, Thèse de doctorat, Département d’anthropologie, Université de Montréal, 1988, tome 1, p. 61).

7 Au tournant des années 1960, le libéralisme linguistique s’opposait notamment à ce qu’on appelait alors, dans la foulée de la réflexion sur la création longtemps différée de l'Office de la langue française, le « dirigisme ». Pourtant, avant de disparaître des esprits en raison de la popularité de plus en plus grande de l’idée d’unilinguisme, qui l’englobait en le rendant désuet, ce dirigisme a été pensé, même chez les intellectuels nationalistes, comme la responsabilité d’un État-providence issu en droite ligne d’un libéralisme politique auquel la gauche fédéraliste, parmi bien d’autres, prêtait allégeance.

8 Dans un texte extrêmement conservateur, Raymond Barbeau, en 1957, résume bien le point de vue traditionaliste dans sa critique des gauchistes (dont il partagera pourtant par la suite plusieurs des préoccupations) : « Leurs doctrines [celle des gauchistes] se résument en un mot : le pragmatisme [...]. Rivés à la matière, ils ont partie liée avec les matérialismes historiques ou évolutionnistes. Primat de l’économique et du “social” dans l’histoire » (« Gauchisme, une forme de nationalisme ? », Tradition et progrès, vol. 1, no 1, mars 1957, p. 26).

9 « Étudier une langue et toutes les manifestations dont elle est le signe, le symbole ou l’instrument, c’est [...] descendre jusque dans la conscience même du peuple qui la parle, et c’est en rapporter des documents qui serviront à la fois aux philologues et aux psychologues ; c’est étudier, préciser, et définir, avec le verbe qui exprime les idées, l’esprit, la mentalité qui les conçoit » (Camille Roy, « Pour la langue française » [1906], Propos canadiens, Québec, Imprimerie de l’Action sociale, 1912, p. 152-153).

10 À strictement parler, cette naissance remonte au moins au début du siècle (voir Fernand Ouellet, « La question sociale au Québec, 1880-1930. Perspectives historiographiques et critiques », dans Ginette Kurgan-van Hentenryk [dir.], La question sociale en Belgique et au Canada, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1988, p. 45-80). Cependant, il est clair qu’après la Seconde Guerre mondiale et avec le développement rapide des sciences sociales, une coupure survient, ressentie comme telle par les intellectuels de l’époque ; « on a découvert le social, ce qui est bien, mais on a oublié le national, ce qui est un désastre », note un observateur en 1957, regrettant notamment l’influence américaine accompagnant cette évolution (Jean-Marcel Deslauriers, « Nos nouveaux maîtres », Tradition et progrès, vol. 1, no 1, mars 1957, p. 10).

11 Ils détiennent le record de longévité pour ce qui est des chroniques de langue : respectivement 19 ans et 17 ans (voir Paul Daoust, « Les chroniques de langue », dans Michel Plourde, dir., avec la collaboration de Hélène Duval et de Pierre Georgeault, Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, Québec, Conseil de la langue française, 2000, p. 200). Laurence et Daviault se distinguent aussi des autres chroniqueurs en ce qu’ils considèrent la linguistique comme une science autonome et, de ce fait, prétendent avoir une perception moderne des faits de langue (voir sur cette question, Jean-Marie Laurence, « L’enseignement de la langue orale », L’enseignement secondaire au Canada, vol. 22, no 1, octobre 1942. p. 48).

12 Voir la discussion du concept dans La Nouvelle Revue canadienne, fondée par Daviault : notamment, René Garneau, « À la recherche d’une notion de la culture. En marge du rapport Massey », La Nouvelle Revue canadienne, vol. 1, no 4, septembre-octobre 1951, p. 20-29 ; Pierre Daviault, « Langue et culture », La Nouvelle Revue canadienne, vol. 1, no 1, février-mars 1951, p. 3-14.

13 Pierre Daviault, « La langue, facteur capital du progrès intellectuel d’un peuple », La Presse, 23 juin 1954, p. 50.

14 Il faut cependant se garder ici de tout fétichisme lexical, car il peut bien sûr arriver que le mot « expression » ne renvoie pas à l’expressivisme philosophique, mais soit simplement employé comme un synonyme de « représentation » (dans cette citation même, par exemple). Le contexte permet habituellement de trancher sans trop de difficultés.

15 Le linguiste Daniel Baggioni définit le concept de grammatisation comme le processus par lequel une langue est dotée d’outils métalinguistiques, du dictionnaire à la grammaire (Langues et nations en Europe, Paris, Payot, 1997, p. 93).

16 Ailleurs, Daviault écrit que « toute langue séparée de sa source évolue autrement que la langue-mère ». Son réalisme s’applique aussi à l’emprunt linguistique, qu’il considère comme un « procédé légitime », naturel et normal. Il faut donc savoir faire preuve de discernement : « vouloir s’élever contre l’usage universel dans ce domaine, c’est se battre contre des moulins à vent » (Pierre Daviault, « Au Congrès de la refrancisation. Anglicismes et canadianismes » [1957], Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, juin 1958, p. 15 ; désormais désigné par le sigle AC).

17 Léon Dion, Québec 1945-2000, tome 2, Les intellectuels et le temps de Duplessis, Sainte-Foy, PUL, 1993, p. 339. Ce n’est qu’à la publication des Insolences du Frère Untel que certains collaborateurs, toujours des seconds violons, s’interrogent sur le phénomène, en insistant d’ailleurs plus sur les sanctions imposées à l’auteur qu’aux propos qu’il tient. Préconisant l’unilinguisme officiel, le premier texte consacré exclusivement à la question linguistique n’est publié qu’en 1964, durant la brève période où Cité libre est codirigé, dans la controverse, par Pierre Vallières. D’anciens collaborateurs, dont plusieurs se rapprocheront du nationalisme, publient par la suite d’importants textes sur la langue ; pensons notamment à Fernand Dumont, Pierre Vadeboncoeur et Léon Dion lui-même.

18 Marcel Rioux, « Idéologie et crise de conscience du Canada français » [Cité Libre, décembre 1955, vol. 1, no 29], dans Yvan Lamonde (éd.), en collaboration avec Gérard Pelletier, Cité libre. Une anthologie, Montréal, Stanké, 1991, p. 286 ; désormais désigné par le sigle IC, suivi de la page.

19 Voir Gilles Bourque, « Société traditionnelle, société politique et sociologie québécoise (1945-1980) », Cahiers de recherche sociologique, vol. 20,1993, p. 57 et Jacques Coenen-Huther, « Parsons et Gurvitch : exigence de totalité et réciprocité de perspectives », Sociologie et sociétés, vol. 21, no 1,1989, p. 88.

20 Christine Portelance en trace un portrait nuancé dans « Entre le joual de force et le joual de fierté : un joual de combat », dans André Gervais (dir.), Emblématiques de l’époque du joual, Outremont, Lanctôt, 2000, p. 21-23.

21 Jean-Marie Laurence, « Méditation linguistique », L’École canadienne, no 8, avril 1952, p. 548. Désormais désigné par le sigle ML.

22 Jean-Marie Laurence, « L’enseignement de la langue orale », L’Enseignement secondaire au Canada, vol. 12, no 1, octobre 1942, p. 49. Désormais désigné par le sigle EL.

23 Jean-Marie Laurence, « Discours de réception à la Société royale du Canada », L’Enseignement primaire, vol. 13, no 8, avril 1954, p. 532-536.

24 Jean-Marie Laurence, « L’anglicisme, problème social », La Presse, 22 juin 1957, p. 68. Paul Daoust fournit des indications intéressantes sur les ambiguïtés de sa position en matière de langue, qui demeure cependant novatrice dans l’ensemble (voir Les perceptions du français dans les périodiques pédagogiques québécois [1857-1985], Thèse de doctorat, Département des sciences de l’éducation, Université de Montréal, 1991, p. 126 et 188).

25 Jean-Marie Laurence, ibid.

26 Jean-Marie Laurence, « La langue et la civilisation », Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, mai 1959, p. 9. Désormais désigné par le sigle LC.

27 LC, p. 10. Cette partie de l’article est reprise intégralement d’un article publié originellement en 1942 ; sans doute la guerre explique-t-elle cette remarque qui, en 1959, paraît quelque peu déplacée (EL, p. 49).

28 Johann Gottlieb Fichte, cité dans LC, p. 10.

29 Léon Dion présente Brunet comme le « propagandiste » du mouvement et Séguin comme son « théoricien » (voir Québec 1945-2000. Les intellectuels et le temps de Duplessis, op. cit., p. 299). Sur la faiblesse de l’apport proprement scientifique de Brunet, voir les travaux bien connus de Ronald Rudin et les polémiques qu’ils ont engendrées.

30 Sur le plan langagier, la Norme du français écrit et parlé au Québec publiée par l’Office de la langue française en 1965 est un bon exemple de cette approche traditionnelle : « si les Québécois veulent continuer à parler français, ils doivent s’imposer une discipline linguistique rigoureuse et de tous les instants ». À propos de la langue de travail, René Lévesque protestait justement lors de débats à l’Assemblée nationale en 1969 contre l’attitude consistant à laisser aux travailleurs l’entière responsabilité de l’évolution de leur milieu : « C’est inhumain de demander [...] à des gars qui se disent : “C’est bien beau, on va aller voir quelques experts académiques de l’Office de la langue française. On va aller leur dire qu’on n’est pas contents. On va faire ça publiquement. Eux autres, ils ne risquent rien, les fonctionnaires. [...] Nous autres, on va retourner [au travail] après et on va se faire écœurer. Mystérieusement, on risque de perdre notre emploi. Ah oui, on aura de belles occasions de se battre à la place d’un Parlement qui ne veut pas agir” » (documents cités dans Gaston Cholette, L’Office de la langue française de 1961 à 1974. Regard et témoignage, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993, p. 24 et 69).

31 On pourra du reste en trouver un aperçu dans l’excellente synthèse de Jean Lamarre : Le devenir de la nation québécoise selon Maurice Séguin, Guy Frégault et Michel Brunet (1944-1969), Sillery, Septentrion, 1993.

32 Au cœur des débats sur la langue des années 1960, Brunet préside le comité chargé de rédiger le mémoire de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal présenté devant la Commission Laurendeau-Dunton, y imprimant la marque du néo-nationalisme. En 1969, il s’oppose en outre publiquement au projet de loi 63 ; de même, en 1974 et en 1976, il prend position sur la portée du projet de loi 22. Il faut signaler qu’en tant que mandarin du gouvernement québécois, Guy Frégault joue lui aussi un rôle — secondaire il est vrai — dans l’histoire de la langue au Québec, à titre de secrétaire de la Commission d’enquête sur la situation de la langue française au Québec en 1968 et par son implication dans le refus du ministère des Affaires culturelles d’accorder, en 1972, une bourse à l’auteur « joualisant » Michel Tremblay.

33 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’Action nationale, vol. 44, no 7, mars 1955, p. 600.

34 Il faut souligner ici que Brunet fait du « réalisme », revendiqué explicitement dans un grand nombre de textes, un concept à part entière, représentatif de l’approche des faits historiques qu’il cherche à mettre en place ; le terme revient plus de 50 fois dans son premier recueil d’essais, Canadians et Canadiens, publié en 1954.

35 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L’Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956, p. 395.

36 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse, 22 juin 1957, p. 57.

37 Lionel Groulx, « Il ne suffit pas de parler français, il faut être français » [Orientations, 1931], dans Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), Le choc des langues au Québec 1760-1960, 1re édition, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1971, p. 513. Désormais désigné par le sigle INS.

38 Lionel Groulx, Le français au Canada, Paris, Delagrave, 1932, p. 122.

39 Cette foi dans les vertus de l’éducation explique sa tiédeur face à l’idée d’imposer l’unilinguisme au Québec par le biais d’une loi (voir Lionel Groulx, « Faut-il décréter l’unilinguisme par une loi ? », L’Information nationale, mars 1969, p. 8).

40 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », op. cit., p. 57.

41 Jean-Marie Laurence, cité dans Michel Brunet, « Au-delà du nationalisme linguistique – Pas de salut de la langue sans le salut du Canada français “global” », Le Devoir, 22 juin 1960, p. 23.

42 Selon Brunet, « la langue parlée et écrite s’améliore constamment — contrairement à l’opinion des pessimistes qui ignorent quelle était la situation autrefois » (Michel Brunet, « Servitudes du bilinguisme » [octobre 1960], Cahiers de l’Académie canadienne-française, vol. 5, 1960, p. 70).

43 On ne peut que s’étonner devant ce recyclage d’une expression lancée par Charles Maurras et très négativement connotée depuis la deuxième moitié du XXe siècle. À la fin des années 1950, elle est loin d’être oubliée : proche de la droite ultra-conservatrice, Jean-Marcel Deslauriers, en 1957, rappelle son origine en critiquant la condamnation de Maurras (voir « Nos nouveaux maîtres », Tradition et progrès, vol. 1, no 1, mars 1957, p. 8). Chez Brunet, cependant, cette « intégralité » n’a rien de commun avec celle du maurassisme, ne serait-ce qu’en raison du refus explicite du nationalisme orthodoxe que manifeste l’historien et de son respect absolu de la démocratie, pour ne mentionner que deux aspects particulièrement évidents. Dans ce texte, l’historien insiste plutôt sur le fait qu’une action politique, pour être efficace, doit tenir compte de la pluralité des facettes de la vie sociale.

44 Voir Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 418,445 et 458-463.

45 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », op. cit., p. 593.

46 Dans ses mémoires, Léger affirme être devenu souverainiste vers 1960, mais ne le révèle publiquement qu’en 1967, après la déclaration fracassante du général de Gaulle ; il perd alors son statut d’éditorialiste en raison d’un désaccord de principe avec le nouveau directeur du Devoir, Claude Ryan (voir Jean-Marc Léger, Le temps dissipé. Souvenirs, Montréal, Hurtubise HMH, 1999, p. 427-428 ; pour un autre point de vue sur cet épisode, voir André Laurendeau, Journal tenu pendant la Commission d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Outremont, VLB, 1990, p. 246-247).

47 Voir Raymond Barbeau, « Gauchisme, une forme de nationalisme ? », Tradition et progrès, vol. 1, no 1, mars 1957, p. 23. Voir aussi Xavier Gélinas, « La droite intellectuelle et la Révolution tranquille : le cas de la revue Tradition et progrès, 1957-1962 », The Canadian Historical Review, vol. 77, no 3, septembre 1996, p. 356.

48 Avant Raoul Roy, il est considéré comme l’un des principaux partisans d’un « nationalisme de gauche » qui apparaît à la droite comme une contradiction dans les termes.

49 L’association coordonne alors une vaste enquête sur la qualité de la langue des étudiants, dont les résultats seront catastrophiques (voir Chantal Bouchard, La langue et le nombril, Montréal, Fides, 1998, p. 236) ; l’ACELF organise aussi à la fin des années 1950 des colloques que suit volontiers Léger et qui lui permettent de donner dans ses articles une place de choix à la réflexion sur la langue.

50 Lionel Groulx, « La crise du français au Québec » [Le Devoir, 24 décembre 1960], repris dans Laurentie, no 111, février 1961, p. 577-584. On en trouvera de larges extraits dans les mémoires de Groulx (Mes mémoires [1940-1967], tome 4, Montréal, Fides, 1974, p. 320-323).

51 Voir Jean-Marc Léger, Le temps dissipé, op. cit., p. 234,263 et 265.

52 « Le français est devenu une langue morte au Canada. Et le mal n’est plus guérissable. Il faudrait chambarder toute une civilisation » (Pierre Daviault, cité dans Jean-Marc Léger, « Le maintien de la langue, base de notre survivance », La Presse, 21 juin 1952, p. 49).

53 Jean-Marc Léger, « Nous avons appris à défendre... mal, non à comprendre notre langue et notre culture », Le Devoir, 22 juin 1957. Désormais désigné par le sigle NA.

54 Michel Brunet affirmait déjà dans un article de 1952 : « Être une nation minoritaire, c’est vivre dangereusement. Ne l’oublions pas » (« Une autre manifestation du nationalisme Canadian : le rapport Massey », Canadians et Canadiens, Montréal, Fides, 1954, p. 58).

55 Léger connaît Daviault de longue date ; en 1954, il l’avait d’ailleurs invité à collaborer à un cahier spécial de La Presse à l’occasion de la fête de Saint-Jean-Baptiste.

56 Jean-Marc Léger, « Le salut de la langue française chez nous est lié à celui du Canada français comme tel », L’Action nationale, vol. 49, no 1, septembre 1959, p. 57. Dans un texte ultérieur, il écrira de façon plus directe que, dans le cas du Québec, le salut de la langue est dépendant de celui de la nation (« L’état de la langue, miroir de la nation », Meta, vol. 7, no 2, avril-juin 1962, p. 41. Désormais désigné par le sigle EL).

57 De la même façon qu’un objet, pour se refléter dans l’eau, doit d’abord en être distant.

58 C’est pourquoi, chez d’autres intellectuels, le « reflet » n’aura pas le même sens puisqu’une telle opposition discursive n’y existe pas ; c’est le cas notamment d’André d’Allemagne.

59 Le terme ne renvoie pas seulement au « sens créateur » de la collectivité elle-même (EL, p. 49), mais aussi, sur le plan individuel, à la possession du « génie de sa langue », dont l’usage doit manifester une « vitalité créatrice » (Jean-Marc Léger, « Pour l’unilinguisme », La Presse, 20 juin 1963, p. 4). La création est une modulation du motif du génie, auquel Léger reste attaché, contrairement à d’autres intellectuels de l’époque.

60 Léger est représentatif des intellectuels de cette époque dans la mesure où, comme Raymond Barbeau entre autres, il passe plus ou moins sous silence le fait que le Québec se définit également comme une minorité à l’intérieur du monde francophone et particulièrement dans son rapport à la France.

61 Jean-Marc Léger a été secrétaire général de l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (AUPELF) depuis sa création en 1962 jusqu’à 1978, puis premier secrétaire général de l’Agence de coopération culturelle et technique de la francophonie de 1970 à 1974.

62 Sur le sens qu’il donnait à cette expression, voir Jean-Marc Léger, « Dimensions de la liberté », La Revue socialiste, no 3, hiver 1959-1960, p. 6.

63 Jean-Marc Léger, « Pour l’unilinguisme », La Presse, 20 juin 1963, p. 4 ; désormais désigné par le sigle PU. Il adhère discrètement au RIN en 1961. En 1963, les membres du mouvement pourront d’ailleurs entendre le journaliste sur la question linguistique lors d’une de leurs assemblées publiques (L.B., « Le bilinguisme, c’est l’existence de deux unilinguismes – J.-M. Léger » [compte rendu d’une conférence], La Presse, 30 septembre 1963). D’Allemagne, dans son étude sur le RIN, rappelle que dès 1962, Léger y a été conférencier invité. Léger publie aussi en 1963 dans la revue du RIN, L'Indépendance, un article sur la Communauté française. En 1967, enfin, Léger fera une conférence lors d’une assemblée ayant pour but de préparer les militants du RIN à la fusion avec le MSA (André d’Allemagne, Le RIN de 1960 à 1963. Étude d’un groupe de pression au Québec [1971], préf. de Marcel Rioux, Montréal, L’Étincelle, 1974, p. 72,90-91,97 et 129).

64 Jean-Marc Léger, « Laisserons-nous l’unilinguisme anglais triompher au Québec ? », Le Devoir, 15 octobre 1960, p. 4.

65 Cité dans Anonyme, « J.-M. Léger : “le bilinguisme peut se réaliser au niveau de l’État mais pas de l’individu” » [compte rendu d’une conférence devant les membres du RIN], Le Devoir, 1" octobre 1963, p. 9.

66 Jean-Marc Léger, « L’intervention de l’État pour le salut de la langue », Le Devoir, 21 décembre 1964, p. 4.

67 L’idée de coercition, inscrite dans la nature de toute loi, a fait couler bien de l’encre, avant que l’ensemble de l’intelligentsia québécoise ne s’y rallie ; Claude Ryan constitue un bon exemple de cette évolution (voir Olivier Mardi, « La question linguistique dans la pensée de Claude Ryan au Devoir (1962-1978) : la difficile conciliation de principes nationalistes et libéraux », Mens, vol. 2, no 2, printemps 2002, p. 202).

68 Jean-Marc Léger, « L’avenir du français et l’action nécessaire des pouvoirs publics », Le Devoir, 12 octobre 1966, p. 4.

69 Jean-Marc Léger, « Pour rendre un avenir français au Québec », Le Devoir, 17 avril 1967, p. 4.

70 Voir Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse 22 juin 1957, p. 57.

71 Paul Daoust, Vues et aperçus sur le français au Canada, Montréal, Observatoire du français moderne et contemporain, Département de linguistique et philologie, Université de Montréal, 1975, p. 96 ; Chantal Bouchard, La langue et le nombril, op. cit., Montréal, 1998, p. 254.

72 Jean-Marc Léger, « C’est l’heure d’affirmer la fraternité française », L’Action nationale, vol. 38, no 1, février 1951, p. 90-91.

73 Jean-Marc Léger, « Pour une “Union culturelle française” », L’Action nationale, vol. 42, no 2, novembre-décembre 1953, p. 158.

74 Ibid., p. 161.

75 Voir Jean-Marc Léger, « L’Union culturelle française communauté des “Parlant Français” », L’Action nationale, vol. 45, no 1, octobre 1955, p. 146-151.

76 Jean-Marc Léger, lettre à l’auteur, 9 août 2003.

77 Jean-Marc Léger, « La langue française, langue universelle ou produit de luxe ? » [texte d’une conférence devant le Cercle juif de langue française], L'Action nationale, vol. 44, no 6, février 1955, p. 518.

78 Je ne la retrouve nulle part dans mon corpus avant cette date : bien sûr, on peut repérer — dans la bibliographie de Clas, par exemple — de nombreux plaidoyers en faveur du français, langue universelle, mais la concaténation, qui seule est significative et dépasse le simple rivarolisme, n’apparaît qu’avec Léger. Une interrogation de la base de données des chroniques de langue ChroQué, base encore incomplète cependant, confirme pour l’instant ce fait <http://www.tlfq.ulaval.ca/lexique/chroque>.

79 Jean-Marc Léger, « La langue française menacée au Québec », L’Action nationale, vol. 45, no 1, septembre 1955, p. 45.

80 Ibid., p. 46.

81 Voir Jean-Marc Léger, « Le journalisme de la langue française. À la pointe du combat », L’Action nationale, vol. 45, no 4, décembre 1955, p. 332-342.

82 Jean-Marc Léger, « La Presse de langue française et le français universel », Vie et langage, no 104, 1960, p. 562-563. Léger devient le président de l’AIJLF la même année.

83 « Remercions Vie et langage d’avoir fait naître la formule : le français universel », s’exclame un collaborateur en 1962 (Camille Dudan, « Français universel et français marginal en Suisse romande », Vie et langage, no 126,1962, p. 141).

84 Voir Vie et langage [Alain Guillermou], « Pour le français universel », Vie et langage, no 102, 1960, p. 451. Le dynamisme de Guillermou égale celui de Léger : quelques années après qu’a été fondée l’Union culturelle française en 1954, Guillermou met sur pied l’Office du vocabulaire français, puis anime l’émission radiodiffusée À l’écoute du français universel à partir de 1961, avant de constituer en 1964 la Fédération du français universel, qui sera chargée de l’organisation des biennales de la langue française, dont la dernière a eu lieu à La Rochelle en 2003 (voir Fédération du français universel, Le français, langue sans frontières, préface de Maurice Genevoix et avant-propos d’Alain Guillermou, Paris, Roger Maria, 1973, p. 36).

85 Georges Gougenheim, « La défense de la langue française », Vie et langage, no 102, 1960, p. 468.

86 Georges Gougenheim, « Pour un “français universel” », Vie et langage, no 106,1961, p. 233.

87 Georges Gougenheim, « Les buts et les moyens de l’OVF », Vie et langage, no 114, 1961, p. 488.

88 Maurice Lebel, alors doyen de la Faculté des lettres de l’Université Laval, met encore l’expression « français international » entre guillemets en 1960, signe qu’elle commence tout juste à entrer dans l’usage (rapporté dans Jean-Marc Léger, « La situation de la langue parlée au Canada français », Le Devoir, 18 août 1960, p. 8). On trouve la première occurrence de l’expression dans un texte du chroniqueur linguistique québécois René de Chantal (« Problèmes canadiens », Vie et langage, 1957, p. 57). Cette variante est d’ailleurs associée au contexte canadien : « Il existe un “français universel” ou français “international”, comme disent nos amis Canadiens » (Alain Guillermou, « Français universel et français marginal », Vie et langage, 1962, p. 317). Convaincue que le « français universel » apparaît lors de la Biennale de la langue française à Québec en 1967, Bouchard considère de son côté qu’avec le temps il s’impose au détriment du « français international », mais tout dans les textes des années 1960 montre un mouvement inverse, surtout à partir de la publication de la Norme de l’OLF en 1965 (Chantal Bouchard, La langue et le nombril, op. cit., p. 259).

89 Anonyme, Mieux dire, no 3, janvier 1963, p. 1.

90 Document cité dans Louis-Jean Rousseau, « Évolution de la conception de la norme à l’Office de la langue française : petite histoire des idéologies par les textes (1961-2000) », Terminogramme, nos 101-102, 2001, p. 68.

91 La critique que fait Ian Lockerbie du français international est tout à fait représentative des réserves des linguistes québécois : pour lui, le terme est « trompeur en ce qu’il sous-entend l’existence d’une forme standard du français qui serait partagée par tous les locuteurs et se distinguerait du français utilisé en France » (« Le débat sur l’aménagement du français au Québec », Globe, vol. 6, no 1, 2003, p. 129).

92 Une koinè désigne un fonds linguistique commun.

93 Jean Marcel, « Quel français enseigner ? », dans Alain Baudot, Jean-Claude Jaubert et Ronald Sabourin (dir.), Identité culturelle et francophonie dans les Amériques III [Colloque, 1976], Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1980, p. 90.

94 Daniel Baggioni, Langues et nations en Europe, op. cit., p. 87.

95 Jean Marcel, « Quel français enseigner ? », op. cit., p. 91.

96 Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, traduction de Dominique Peters, Paris, Gallimard, 2001 [1992], p. 105. Benedict Anderson parle quant à lui de l’importance des « langues d’imprimerie » dans l’agrégation des vernaculaires (Benedict Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002 [1983], p. 55).

97 Martel et Cajolet-Laganière le définissent comme le « noyau de la langue » française « largement employé par les francophones », ce qui correspond bien au sens qu’on donnait au français international dans les années 1960 (Pierre Martel et Hélène Cajolet-Laganière, Le français québécois. Usages, standard et aménagement, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1996, p. 18). Le « français commun », que les auteurs évoquent plus loin, reconduit la même équivoque (p. 73). Gilles Gagné en avait proposé, en 1983, une définition fondée sur la notion d’intercompréhension (comme le français international) ; le français commun serait ainsi une « sorte de français neutralisé », correspondant à « la moyenne des emplois actuels, une fois rejetés les écarts les plus grands » (Jean Dubois, cité dans Gilles Gagné, « Norme et enseignement de la langue maternelle », dans Édith Bédard et Jacques Maurais (dir.), La norme linguistique, Québec, Conseil de la langue française/Le Robert, 1983, p. 469).

98 On pourra trouver une définition du corporatisme (idéal d’une société sans classes, division en corporations, principe de subsidiarité) dans le remarquable mémoire d’Éric Bouchard, Raymond Barbeau et l’Alliance laurentienne : les ultras de l’indépendantisme québécois, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 1997, p. 14 et 52 ; désormais désigné par le sigle RB. Quant au salazarisme, Bouchard le décrit comme une « dictature sociale d’inspiration catholique », qui ne doit d’ailleurs pas être confondue avec le fascisme (RB, p. 9).

99 On trouve dans ces deux revues qui pourront sembler obscures des collaborateurs aussi connus que Jean-Claude Corbeil, Paul Gouin, Roger Duhamel, Félix-Antoine Savard, Jean-Marie Laurence et Pierre Daviault, pour ne mentionner que quelques noms marquants. En plus d’être une revue, Alerte est aussi une maison d’édition publiant notamment des textes de Lionel Groulx et de Jean-Marc Léger. Ces réseaux ne sont donc pas isolés de l’espace public.

100 Raymond Barbeau, « Enquête sur la qualité de notre français parlé et écrit. Nos étudiants écrivent-ils en français ? », Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, mai 1960, p. 13 et 27 ; désormais désigné par le sigle EQ.

101 Il traitera davantage du joual dans son livre de 1965, notamment en rejetant la littérature qui y a recours (voir Raymond Barbeau, Le Québec bientôt unilingue ?, Montréal, Éditions de l’Homme, 1965, p. 63, 73 et 75. Désormais désigné par le sigle QBU).

102 Voir Raymond Barbeau, « Pour un manuel de stylistique », Alerte, avril 1961, p. 140-143 et « Enquête sur notre français parlé. Le “joual” et le Franglais », Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, mai 1961, p. 109 et 127.

103 Il reproduit cependant en annexe de son livre un long passage des Insolences du Frère Untel ; voir « Contre l’anglicisation du canadien-français », dans René Étiemble, Parlezvous franglais ?, Paris, Gallimard, 1964, p. 367-371.

104 Paul Bouchard, « Le bilinguisme, agent de dénationalisation » [La Nation, 24 septembre 1936], cité dans Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), Le choc des langues au Québec 1760-1960, 1er édition, p. 582.

105 Du moins, de la première mention d’un unilinguisme français : tout au long du XXe siècle, divers textes évoquent, en le déplorant, l’unilinguisme anglais des Canadiens et des anglophones vivant au Québec.

106 Raoul Roy, « Manifeste politique. Propositions programmatiques de La Revue socialiste », La Revue socialiste, no 1, printemps 1959, p. 33. Désormais désigné par le sigle PP. 

107 Raoul Roy, « L’unilinguisme », L’indépendantiste, no 2, juin 1966, p. 13. Désormais désigné par le sigle U.

108 Lettre de Raoul Roy [1935], citée dans Mathieu Lapointe, Nationalisme et socialisme dans la pensée de Raoul Roy, 1935-1965, Mémoire de maîtrise, Département d’histoire, Université de Montréal, 2002, p. 40.

109 La Revue socialiste, no 6, automne 1962, p. 32 ; article désormais désigné par le sigle IF. Dans un article de 1966, il avoue être l’auteur de ce texte (U, p. 14). Sur la pratique du pseudonymat chez Roy, voir Mathieu Lapointe, Nationalisme et socialisme dans la pensée de Raoul Roy, 1935-1965, op. cit., p. 102-103.

110 Dans un article de 1968, il prône la « décolonisation des noms de famille des Canadiens français qui portent des noms anglais » et met en demeure Pierre Elliott Trudeau et Daniel Johnson « de choisir leur appartenance culturelle » (« Pour un indépendantisme inconditionnel et urgentiel », L’Indépendantiste, no 3, printemps 1968). En 1977, il considère même qu’il est nécessaire non seulement de cesser de subventionner des écoles publiques de langue anglaise, mais de refuser l’enseignement en anglais dans les institutions privées du Québec (Raoul Roy, « La lutte pour la langue, l’école et la culture françaises », La Revue indépendantiste, nos 1-2, printemps 1977, p. 26). De semblables divagations ne sont suivies de personne. Dans sa correspondance, Jacques Ferron trace de Roy, qui joue les prophètes, un portrait lucide : « L’ennui avec les prophètes, c’est qu’ils ne tiennent qu’à eux-mêmes [...], et ça finit qu’il vont chercher l’investiture divine. [...] On l’avait vite écarté parce qu’il n’était pas montrable. Le voilà proclamé grand prophète par Laurendeau [Marc Laurendeau qui, dans un livre, avait rendu compte de l’influence idéologique de Roy au début des années 1960]. Il exulte. Et le revoilà reparti. Je vous envoie sa prose parce qu’il risque de devenir très amusant » (« 1er janvier 1975 », Une amitié bien particulière. Lettres de Jacques Ferron à John Grube, Montréal, Boréal, 1990, p. 104).

111 Voir Alliance laurentienne [Raymond Barbeau], « Résolutions » [censément formulées pour la première fois lors de l’assemblée publique du 22 février 1959], Laurentie, no 5, avril 1959, p. 325-326.

112 La recherche en archives à partir des références contenues dans la rubrique « Pour l’unilinguisme » de la Bibliographie des chroniques de langage d’André Clas ne nous apprend rien de neuf sur ce sujet. Dans la totalité des articles écrit avant 1959, il est question en réalité d’unilinguisme anglais (voir André Clas [dit.], Matériaux pour l’étude du français au Canada. Bibliographie des chroniques de langage publiées dans la presse au Canada, Montréal, Département de linguistique et philologie, Université de Montréal, 1975-1976). Il est fort vraisemblable, cependant, que l’idée ait été formulée avant cette date dans divers milieux lors de discussions à bâtons rompus, sans cependant être retenue. C’est ce que soutient Jean-Marc Léger, qui se souvient avoir évoqué et défendu l’unilinguisme lors de réunions de la Ligue d’Action nationale au début des années 1950, mais d’avoir été alors taxé d’irréalisme (lettre de Jean-Marc Léger à l’auteur, 9 août 2003).

113 Procès-verbal d’une réunion du 18 novembre 1959 ; Centre de recherche Lionel-Groulx, Fonds Raoul-Roy, P64/B1.13.

114 Raymond Barbeau, J’ai choisi l’indépendance, Montréal, Éditions de l’Homme, 1961, p. 54.

115 Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), « Introduction », Le choc des langues au Québec 1760-1970, op. cit., 2e édition, p. 653.

116 Alliance laurentienne [Raymond Barbeau], « Résolutions » [censément formulées pour la première fois lors de l’assemblée publique du 22 février 1959], Laurentie, no 5, avril 1959. p. 325.

117 Raymond Barbeau, « Où va le Canada français ? L’exercice de la pleine souveraineté est essentiel à l’épanouissement du Québec » [entrevue menée par Jean-Marc Léger], Le Devoir, 18 mai 1959, p. 1-2.

118 Raymond Barbeau, « La constitution de la République de Laurentie », Laurentie, no 107, janvier 1960, p. 391.

119 Pierre Elliott Trudeau [en 1976], cité dans Michel Vastel, Bourassa, Montréal, Éditions de l’Homme, 1991, p. 83.

120 Raymond Barbeau, J’ai choisi l’indépendance, op. cit., p. 54.

121 Raymond Barbeau [lors d’une allocution devant la FSSJB], cité dans « Les SSJB de St-Jean optent pour l’unilinguisme », article de journal non identifié, 26 novembre 1965, Centre de recherche Lionel-Groulx, Fonds Raymond-Barbeau, P31/B.36.

122 Barbeau [lors d’un dîner-causerie de la Société nationale populaire], cité dans Anonyme, « L’unilinguisme, besoin physiologique – Raymond Barbeau », La Presse, 15 décembre 1965, p. 22.

123 Raymond Barbeau, « L’unilinguisme ou le français prioritaire », Revue annuelle de la Société du Bon Parler français, mai 1966, p. 29 et 40.

124 Le mémoire d’Éric Bouchard propose une synthèse intéressante des enjeux liés au néo-nationalisme même s’il fournit des indications parfois contradictoires quant à son influence sur l’Alliance laurentienne (RB, p. 137-141). On sait que Laurentie, dirigée par Barbeau, publie en 1962 un inédit de Maurice Séguin constitué à partir de la transcription d’une intervention télévisée : « Genèse et historique de l’idée séparatiste au Canada français », Laurentie, no 119, juin 1962, p. 964-996.

125 « De cette défaite découlent tous nos malheurs, et tant que nous n’aurons pas mis fin aux effets de la guerre de Conquête, c’est-à-dire tant que nous n’aurons pas proclamé la République dans le Québec, nous resterons un peuple d’ilotes, de serviteurs » (Le Québec est-il une colonie ?, Montréal, Éditions de l’Homme, 1962, p. 149).

126 Voir Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’Action nationale, vol. 44, no 7, mars 1955, p. 597.

127 Michel Brunet, Canadians et Canadiens, Montréal, Fides, 1954.

128 Autrement dit, le politique conditionne l’économique (Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 381). Contrer l’infériorité économique exige donc de suivre le même chemin, c’est-à-dire de passer par l’action politique.

129 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L'Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956, p. 388 et 390.

130 Raymond Barbeau, Le Québec est-il une colonie ?, op. cit., p. 13.

131 La distance qui les sépare ne pourrait être plus claire que dans cette protestation énergique de Groulx en 1962 : « je n’admets point que soit close l’ère des héros et des saints » (cité dans Jean Lamarre, Le devenir de la nation québécoise, op. cit., p. 463). Elle rappelle qu’il existe entre le néo-nationalisme et la pensée de Groulx une « nette coupure épistémologique » sur le plan historiographique (Pierre Tousignant, « Maurice Séguin et l’historiographie québécoise revisitée par Ronald Rudin », dans Pierre Tousignant et Madeleine Dionne-Tousignant [éd.], Les Normes de Maurice Séguin. Le théoricien du néonationalisme, Montréal, Guérin, 1999, p. 253).

132 Lionel Groulx, « La crise du français au Québec » [Le Devoir, 1960], Laurentie, no 111, février 1961, p. 577-584.

133 Léon Dion résumait ainsi la désespérante alternative que proposait l’interprétation néo-nationaliste : « impossible assimilation, impossible indépendance, accentuation d’un provincialisme inéluctable, c’est-à-dire condamnation à la médiocrité perpétuelle » (Québec 1945-2000. Les intellectuels et le temps de Duplessis, op. cit., p. 300).

134 Michel Brunet, « Pourquoi parlons-nous le français ? », La Presse, 22 juin 1957, p. 57.

135 Gaston Saint-Pierre, « Trois écrivains parlent de la critique » [dont Ferron], Le Devoir, 23 mai 1964, p. 9.

136 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience du Canada français », L’Action nationale, vol. 44, no 7, mars 1955, p. 594.

137 Michel Brunet, « Qu’est-ce que l’assimilation ? », L’Action nationale, vol. 45, no 5, janvier 1956, p. 395.

138 André Laurendeau, « Le séparatisme ressuscité provoquera-t-il une étude sérieuse ? » [août 1961], Ces choses qui nous arrivent, Montréal, Hurtubise HMH, 1970, p. 27-28.

139 Voir Le RIN, réalisé par Jean-Claude Labrecque, Productions Virage, Québec, 2002, 78 min.

140 Voir André d’Allemagne, Le colonialisme au Québec, Montréal, Éditions RB, 1966, p. 158 ; désormais désigné par le sigle CQ. Voir aussi André d’Allemagne, « Le RIN et l’indépendance nationale » [mai 1961], dans Une idée qui somnolait. Écrits sur la souveraineté du Québec depuis les origines du RIN (1958-2000), préface de Pierre Bourgault, anthologie préparée par Michel Martin, Montréal/Marseille, Comeau et Nadeau/Agone éditeur, 2000, p. 63-64 ; désormais désigné par le sigle IS. Voir aussi les réserves de Marcel Chaput, dans J’ai choisi de me battre. Petite histoire très personnelle du séparatisme québécois, Montréal, Club du livre du Québec, 1965, p. 58 et 60 ainsi que RB, p. 85-88.

141 Anonyme, présentation d’André d’Allemagne, « Américanismes », repris dans Le Devoir, 22 octobre 1960, p. 15.

142 André d’Allemagne, Antagonismes linguistiques chez le bilingue, Mémoire de maîtrise, Département de linguistique, Université de Montréal, 1952. Il s’agit d’un des premiers mémoires soutenus dans cette discipline à l’Université de Montréal. Désormais désigné par le sigle AL.

143 Marcel Chaput, Pourquoi je suis séparatiste, Montréal, Éditions du Jour, 1961, p. 37. Désormais désigné par le sigle PS.

144 « Un universitaire d’Ottawa » [Marcel Chaput], « Le français est banni comme langue de travail : le “système” semble écarter tout espoir de modifier la situation à Ottawa », Le Devoir, 22 juin 1960, p. 18.

145 Voir Pierre Bourgault, « Le retour du cow-boy » [sur Jean Lesage ; L’indépendance, octobre 1965] et « La révolution tranquille et le cheval-vapeur » [sur Jean Lesage ; L’indépendance, novembre 1965], Écrits polémiques 1960-1981. La politique, Montréal, VLB, 1982, p. 74-80.

146 André d’Allemagne, « Américanismes », Cahiers de l’Académie canadienne-française, vol. 5, 1960, p. 57.

147 André d’Allemagne, Le bilinguisme qui nous tue, Montréal, Rassemblement pour l’indépendance nationale, env. 1962, p. 10. Désormais désigné par le sigle BT.

148 Des dizaines d’exemples peuvent confirmer ce fait, mais retenons simplement que d’Allemagne, dans son étude sur le RIN publiée en 1974, confirme le fait que le groupe reprenait à son compte « les thèses des historiens Guy Frégault, Michel Brunet et Maurice Séguin, selon lesquelles le Canada est composé de deux nations dont l’une a son gouvernement et son État à Ottawa et l’autre à Québec » (Le RIN de 1960 à 1963. Étude d’un groupe de pression au Québec, op. cit., p. 36).

149 André d’Allemagne, « Américanismes », Cahiers de l’Académie canadienne-française, vol. 5, 1960, p. 51 ; désormais désigné par le sigle A.

150 « Le Canada français présente actuellement le cas à peu près unique dans l’histoire d’une nation qui, après avoir été conquise puis occupée pendant deux siècles, a réussi à ne pas être assimilée sans cependant réussir à se libérer » (ibid., p. 52).

151 André d’Allemagne, « Bilinguisme individuel et bilinguisme collectif » [1980], IS, p. 214.

152 André d’Allemagne, « Le RIN à Paris » [octobre 1963], IS, p. 124.

153 Henri Boyer, Introduction à la sociolinguistique, Paris, Dunod, 2001, p. 18.

154 Dans le même but, en 1966, Gilles Bibeau oppose bilinguismes individuel et national (collectif) et introduit l’idée d’un inévitable « conflit » lors du contact de deux langues (Gilles Bibeau, Nos enfants parleront-ils français ?, Montréal, Éditions Actualité, 1966, p. 35-39). Jacques Brazeau, en 1968, propose quant à lui une distinction entre le bilinguisme du minoritaire et celui du majoritaire en opposant le « bilinguisme de promotion » du « bilinguisme de concession » (cité dans Jean-Paul Vinay, « Le français en Amérique du Nord : problèmes et réalisations » [1970], Carrent Trends in Linguistics : North America, vol. 10, La Haye, Mouton, 1973, p. 382). Plus connue est l’opposition entre bilinguisme individuel et bilinguisme institutionnel, qui ne rend cependant pas tout à fait compte du même phénomène. Vinay note par ailleurs qu’avec les travaux de William F. Mackay sur le bilinguisme, à la fin des années 1960, la sociolinguistique québécoise trouve son terrain de prédilection. Enfin, Jean-Claude Corbeil dépliera cette opposition dans Langues et usage des langues (1986).

155 Voir Henri Boyer, Introduction à la sociolinguistique, op. cit., p. 53.

156 Ibid.

157 André d’Allemagne, « Notre langue : Où en est-elle ? Où va-t-elle ? », Le Québec libre, cahier no 1,1959, p. 35.

158 Michel Brunet, « Les crises de conscience et la prise de conscience », L’Action nationale, vol. 44, no 7, mars 1955, p. 598.

159 André d’Allemagne, « Visage du colonialisme » [1965], IS, p. 35.

160 Voir aussi André d’Allemagne, « Un Québec souverain ? » [1958], IS, p. 143 et 147-148.

161 Gaston Miron, « Un long chemin » [Parti pris, janvier 1965], L’homme rapaillé, Montréal, Typo, 1996, p. 194-195. Désormais désigné par le sigle HR.

162 Dans les lettres à Claude Haeffely, le mot colonisation n’apparaît pas. S’il reconnaît la pertinence d’un parallèle entre sa poésie et celle des « Noirs » (américains, antillais, africains ?), Miron le situe sur le plan de l’« émancipation », concept relativement neutre et beaucoup moins connoté que celui de « colonisation » (« Lettre du 11 mai 1958 », dans À bout portant. Correspondance de Gaston Miron à Claude Haeffely, 1954-1965, Montréal, Leméac, 1989, p. 96).

163 André d’Allemagne, « Visage du colonialisme » [1965], IS, p. 49.

164 Voir son excellente synthèse L’une et l’autre indépendance (1954-1964). Les médias au Québec et la guerre d’Algérie, Montréal, Points de fuite, 2001, p. 173.

165 Pour une discussion de cette question, voir Gilles Bourque et Gilles Dostaler, « On n’est pas le Congo » [1968], dans Socialisme et indépendance, Montréal, Boréal Express, 1980, p. 89-92.

166 RIN, [Publicité], Le Devoir, 30 juin 1961, p. 14.

167 « Manifeste » du RIN [octobre 1960], reproduit dans Le RIN de 1960 à 1963, p. 140.

168 Raoul Roy, « Une lutte réelle de décolonisation » [entrevue avec Jacques Berque], La Revue socialiste, no 7, hiver 1963-1964, p. 1.

169 Jacques Berque, « Les révoltés du Québec » [Nouvel Observateur, 1963], La Revue socialiste, no 7, hiver 1963-1964, p. 4 ; désormais désigné par le sigle RQ. Énonçant plus loin un point de vue proche de celui de Léger, il soutient que « la dialectalisation de la langue, devenue dans les couches incultes ce patois qu'on nomme le joual, n’est que le signe le plus apparent de la dérive sociale ».

170 « Demi-colonisés, comme il y a des demi-civilisés et des demi-vierges, quelques raisons nous avaient empêchés d’aller jusqu’à l’entier, à savoir notre appartenance à une culture souveraine, l’éloignement de l’Angleterre, les communications difficiles que l’hiver suspendait, le voisinage américain. Et il y en avait une autre : notre rôle d’intermédiaires entre le colonisé par excellence, qui l’a été à en crever, l’Amérindien, et le colonisateur. Nous tenions de l’un et de l’autre » (« La soumission des clercs », Liberté, vol. 5, no 27, mai-juin 1963, p. 200).

171 Albert Memmi, Portrait du colonisé, suivi de Les Canadiens français sont-ils des colonisés ?, préface de Jean-Paul Sartre, nouvelle édition québécoise, revue et corrigée, Montréal, Éditions L’Étincelle, 1972 [1957], p. 102-103.

172 « Programme du RIN » adopté en octobre 1962, cité dans André d’Allemagne, Le RIN de 1960 à 1963, op. cit., p. 41. Il est d’ailleurs possible qu’il en soit le rédacteur. On peut comparer avec ses propres définitions, dans un texte datant de la même année : « La nation [...] ne se fonde pas sur “la race” ni “le sang” mais sur la culture. Une nation, c’est avant tout un groupe d’êtres humains qui, sur un territoire donné, partagent la même culture et la même langue et ont leurs propres institutions sociales » (BT, p. 4).

173 Voir CQ, p. 111 et IS, p. 43.

174 Manifestement, il est question ici de culture première et non de culture seconde, pour reprendre la distinction de Fernand Dumont.

175 Pour une discussion récente de ses thèses et notamment de l’hypothèse dite de Whorf-Sapir sur le rapport entre langue et culture, voir Regna Darnell, « Benjamin Lee Whorf et les fondements boasiens de l’ethnolinguistique contemporaine », Anthropologie et Sociétés, vol. 23, no 3,1999, p. 53-68.

176 « Si Whorf a eu des formulations excessives à propos du parallélisme entre le système grammatical et les conceptions philosophiques des peuples, les vues de Sapir sur le lexique considéré comme un reflet de la société ont plus résisté aux analyses » (Paul Daoust, Les perceptions du français dans les périodiques pédagogiques québécois, p. 19). En accord quant à lui avec Whorf, Mounin défend encore en 1971 l’idée selon laquelle toute langue reconfigure « les données de l’expérience » et impose une « vision du monde » (Georges Mounin, Clefs pour la linguistique, Paris, Seghers, 1971, p. 72 et suivantes).

177 Voir notamment André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, p. 350 ; « Bilinguisme individuel et bilinguisme collectif » [1980], IS, p. 213 et BT, p. 3-4.

178 Chantal Bouchard, linguiste de formation, montre elle-même une certaine hésitation : « de même qu’une langue est chargée de l’histoire sociale de ses locuteurs, on peut dire que la culture, selon toute vraisemblance, est partiellement déterminée par la langue qui la sous-tend » (La langue et le nombril, op. cit., p. 32).

179 André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, p. 355.

180 André d’Allemagne fut le premier président du RIN, de septembre 1960 à octobre 1961.

181 RIN, « Pour l’unilinguisme », Le Devoir, 6 janvier 1961, p. 4.

182 RIN, [Publicité], Le Devoir, 24 juin 1961, p. 21.

183 Voir « Voici les résolutions adoptées par l’assemblée générale au congrès annuel du RIN les 28 et 29 octobre 1961 », Bulletin du RIN, no 5, octobre-novembre 1961, p. 3 et 5.

184 RIN, « Le programme du RIN » [octobre 1962], IS, p. 243-250.

185 Le comité politique central du RIN, « Le programme du RIN. Résolution 1 », L’Indépendance, janvier 1963, p. 5.

186 Anonyme [André d’Allemagne], « Campagne en faveur de l’unilinguisme », L’Indépendance, vol. 1, no 9, juin 1963, p. 5. Voir les similitudes évidentes avec un autre de ses textes, publié dans le même numéro : « Le RIN trace la voie... Où vont nos idées ? » [L’Indépendance, juin 1963], IS, 104-108.

187 André d’Allemagne, « Le mythe du bilinguisme », Laurentie, no 106, septembre 1959, p. 356.

188 Aries, « Que deviendront les minorités du Québec ? », L’Indépendance, octobre 1964, p. 8.

189 Cité dans Alain Combres, La question linguistique et les partis politiques québécois (1960-1990), Thèse de doctorat, Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, 1996, p. 182-183.

190 « L’unilinguisme, la seule solution », L’Indépendance, 15 novembre 1965, p. 4. Déjà en mai 1965, les délégués réunis au congrès du RIN adoptent une résolution appelant à instaurer l’unilinguisme dans le système d’éducation subventionné ; elle sera inscrite dans le Programme politique du RIN. Mais en dehors de cette mesure, le programme du RIN, en 1965, reste curieusement assez vague sur la question linguistique ; voir RIN, Programme politique du RIN [adopté au congrès de mai 1965], Montréal, s.é., 1965, p. 37.

191 Jean-Marc Léger rappelle ainsi qu’à la fin des années 1950, on pouvait à la rigueur avoir une certaine sympathie pour l’unilinguisme dans le milieu du journalisme comme dans les réseaux nationalistes, mais que l’immense majorité des intellectuels considéraient l’idée parfaitement irréalisable (Jean-Marc Léger, Entretien avec l’auteur, juillet 2003).

192 On mesure le chemin parcouru en relisant les premiers commentaires publics d’Alerte, revue liée à la SSJB, sur l’idée d’unilinguisme, jugée intéressante, mais tout à fait irréalisable (La Rédaction, « Quel français ? », Alerte, vol. 17, no 160, août-septembre 1960, p. 194-195).

193 Camille Laurin, « Résumé du discours prononcé par le Ministre d’État au développement culturel Monsieur Camille Laurin à l’occasion du 17e anniversaire de la fondation du RIN » [septembre 1977], Le français, langue du Québec, Montréal, Éditions du Jour, 1977, p. 118.

194 Si la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), traditionnellement plus militante, joue généralement un rôle moteur au sein de la Fédération des sociétés Saint-Jean-Baptiste (FSSJB), leurs positions, bien qu’un peu décalées parfois, ne diffèrent jamais sur l’essentiel.

195 SSJBM, « Mémoire à la Commission Parent » [1962], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, Montréal, Éditions du Jour, 1971, p. 167-168.

196 SSJBM, « Congrès » [mars 1962], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, p. 155-157.

197 Voir Jean-V. Dufresne, « La SSJB veut que le Québec soit unilingue », La Presse, 10 juin 1963, p. 1.

198 SSJBM, « Mémoire à la Commission fédérale sur le bilinguisme et le biculturalisme » [juillet 1964], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, op. cit., p. 171 ; désormais désigné par le sigle MC. Le comité de rédaction de ce mémoire avait été présidé par Michel Brunet, réintégré dans la grande famille nationaliste, après avoir été durement pris à partie au tournant des années 1960.

199 SSJBM [En collaboration avec la FSSJB du Québec], Statut de la langue française au Québec [mémoire présenté au Premier ministre du Québec], 18 avril 1967, p. 6-8. Désormais désigné par le sigle SLF.

200 À la suite cependant du ministère des Affaires culturelles en 1965 (voir Livre blanc sur la politique culturelle, dans G. Bouthillier et J. Meynaud, Le choc des langues, op. cit., p. 691).

201 FSSJB, Mémoire au Comité de l’éducation de l’Assemblée nationale. Le bill 85 compromet l’avenir du français au Québec et l’avenir du Québec français, 4 février 1969, p. 13. La citation exacte est : « Sachent donc ceux qui l’ignorent, sachent les ennemis de Dieu et du genre humain, quelque nom qu’ils prennent, qu’entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit. Le droit est l’épée des grands, le devoir est le boucher des petits » (Henri-Dominique Lacordaire, « 45'conférence » [1848], Conférences de Notre-Dame de Paris, Paris, Poussielgue, 1861).

202 Jean-Marc Léger, « L’intervention de l’État pour le salut de la langue », Le Devoir, 21 décembre 1964, p. 4 et « Saint-Léonard ou l’honneur du Québec », Le Devoir, 14 juin 1968, p. 9, où il attribue la citation à Montalembert. Claude Ryan écrit quant à lui : « le principe de la concurrence tout à fait libre vaut pour des concurrents à peu près égaux et [...] en l’absence de cette condition préalable, la concurrence abandonnée à elle-même ne peut que favoriser ceux qui ont pris une solide avance dans la course » (Claude Ryan [30 octobre 1968], cité dans SSJBM, « Mémoire de la SSJBM à la Commission d’enquête sur la situation de la langue française et sur les droits linguistiques au Québec » [1969], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, op. cit., p. 119). Voir enfin Camille Laurin, « Histoire nationale et devenir linguistique », dans Une traversée du Québec, préface de Jacques Parizeau, Montréal, L’Hexagone, 1999, p. 125 et « Discours lors de l’étude en deuxième lecture du projet de Loi no 101 » [19 juillet 1977], Le français, langue du Québec, op. cit., p. 88-89 et suivantes.

203 Jean Tournon, « Langue et politique linguistique aux États généraux du Canada français (1967) », Études canadiennes/Canadian Studies, no 45,1998, p. 190.

204 États généraux du Canada français, Exposés de base et documents de travail, 1967 [novembre], Montréal, Éditions de l’Action nationale, 1967, p. 33.

205 Ibid., p. 35-36.

206 Georges-Émile Lapalme [1959], cité dans Alain Combres, La question linguistique et les partis politiques québécois (1960-1990), op. cit., p. 128. Sur toute la question du rapport entre langue et politique au Québec, je me permets de renvoyer à l’impressionnante synthèse de Combres. Les pages qui suivent mettent à profit les résultats de ce travail en le complétant avec un nombre important de documents qui n’y sont pas analysés, tirés notamment de la presse quotidienne.

207 Pierre Elliott Trudeau, « Le Québec et le problème constitutionnel » [1965], Le fédéralisme et la société canadienne-française, Montréal, HMH, 1967, p. 39.

208 La première mention dans mon corpus de cet objectif — le français prioritaire — se trouve dans l’énoncé du thème d’une des réunions de la Revue socialiste de Raoul Roy : en octobre 1960, on y réclame que le français « soit décrété langue officielle, prioritaire et obligatoire » (cité dans Mathieu Lapointe, Nationalisme et socialisme dans la pensée de Raoul Roy, 1935-1965, op. cit., p. 117-118). En décembre, certains membres de l’ASIQ font du piquetage devant les bureaux de La Presse afin que la direction fasse pression auprès du gouvernement Lesage pour atteindre un tel objectif. Cinq ans plus tard, elle devient la politique officielle du Parti libéral. Ce détail importe dans la mesure où il signale que l’unilinguisme qu’on a essayé de promouvoir au Québec correspondait en fait à une vigoureuse politique de français prioritaire. André Laurendeau privilégie lui aussi nettement la politique du français prioritaire plutôt que celle du bilinguisme à Montréal (voir le compte rendu d’une conversation en juin 1964 avec le directeur du Devoir, Claude Ryan, rapportée dans le Journal tenu pendant la Commission d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, op. cit., p. 247-248). C’est d’ailleurs aussi ce que demande la SSJBM en 1964.

209 C’est ce que note Réjean Pelletier dans « Les militants du RIN et les autorités politiques québécoises », Réjean Pelletier (dir.), Partis politiques au Québec, Montréal, Hurtubise HMH, 1976, p. 261-263.

210 Voir Alain Combres, op. cit., p. 158.

211 Ministère des Affaires culturelles, Livre blanc sur la politique culturelle [1965], cité dans Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), Le choc des langues au Québec 1760-1970, op. cit., 2e édition, p. 691. Notons que le français prioritaire concerne ici les seuls francophones et non la collectivité québécoise dans son entier.

212 Evelyn Gagnon, « Lesage : primauté du français sans unilinguisme », Le Devoir, 2 mars 1965, p. 5.

213 Discours prononcé au cours de la campagne électorale, à Saint-Georges de Beauce, en mai 1966, cité dans FSSJB, Mémoire au Comité de l’éducation de l’Assemblée nationale, Le bill 85 compromet l’avenir du français au Québec et l’avenir du Québec français, 4 février 1969, p. 5. Voir aussi Gilles Daoust, « Le français deviendra la langue principale de travail au Québec — Lesage », La Presse, 24 mai 1966, p. 1.

214 Programme de l’Union nationale, cité dans Alain Combres, op. cit., p. 167.

215 Ibid., p. 169.

216 Voir ses déclarations contradictoires à ce sujet : Daniel Johnson, en 1966, cité par Paul Gros d’Aillon, Daniel Johnson, Montréal, Stanké, 1979, p. 137 et l’importante conférence de presse tenue la veille de sa mort, dont on trouvera un compte rendu dans Le Devoir et La Presse du 26 septembre 1968.

217 Jean-Noël Tremblay, [allocution prononcée lors de la séance inaugurale, 6 septembre], Biennale de la langue française. Textes et allocutions, Québec, inédit, 1967, p. 1.

218 Jean-Noël Tremblay, [conférence de presse, 11 septembre], Biennale de la langue française. Textes et allocutions, Québec, inédit, 1967, non paginé.

219 Sur ce point et pour avoir un excellent aperçu des débats autour de la Charte de la langue française, voir Graham Fraser, « Camille Laurin et la politique de la langue », Le Parti québécois, trad. par Dominique Clift, Montréal, Libre Expression, 1984, p. 113-132 et Pierre Godin, René Lévesque. L’espoir et le chagrin (1976-1980), Montréal, Boréal, 1994, p. 171-196.

220 « Le français de la loi des mines » [25 juin 1963], dans René Lévesque, René Lévesque par lui-même, 1963-1984, recherche, mise en ordre et commentaires de Renald Tremblay, Montréal, Guérin littérature, 1988, p. 23-25.

221 Réal Pelletier, « Contre l’unilinguisme, Lévesque retient néanmoins l’indépendance comme solution », Le Devoir, 4 novembre 1963, p. 1 et 10. Sa position, fondée sur l’importance du rapport de force politique du Canada français, n’a rien en commun avec le rejet de l’unilinguisme par les fédéralistes qui, au contraire, insistent comme Pierre Elliott Trudeau sur le fait que les francophones, misant sur la séduction, doivent rendre leur langue attrayante, point de vue libéral s’il en est.

222 Voir Jean-Marc Léger, « Lévesque : en termes vigoureux, des revendications élémentaires », Le Devoir, 27 janvier 1966, p. 4.

223 René Lévesque, Option Québec [texte remanié et considérablement augmenté d’une conférence donnée en septembre 1967], Montréal, Éditions de l’Homme, 1968, p. 24.

224 Selon Michel Plourde, ancien président du Conseil de la langue française, c’est « le milieu de travail et le secteur des entreprises » qui est le « centre » de la Charte (« La Charte de la langue française du Québec » [1981], La langue française au Québec. Conférences et allocutions [1980-1985], Montréal, Éditeur officiel du Québec, 1985, p. 21).

225 « René Lévesque au Jour. La campagne du référendum démarrera à l’automne » [27 mai 1977], René Lévesque : textes et entrevues, 1960-1987, textes colligés par Michel Lévesque avec la collaboration de Rachel Casaubon, préface de Claude Morin, Sillery, Presses de l’Université du Québec, 1991, p. 208 ; désormais désigné par le sigle TE.

226 Ce débat resurgit quelques années plus tard, lors du 3'Congrès du Parti québécois en 1971 ; Lévesque y rapporte la discussion d’une « résolution » qu’il qualifie d’« unilinguiste », entendant par là qu’elle réclamait l’abolition du financement public des institutions anglophones et confirmant, par le fait même, que déjà, à l’époque, unilinguisme rimait avec radicalisme. À ses yeux, une telle résolution « serait littéralement celle du désespoir : cette sorte d’aveu d’impuissance qu’est l’abolition de l’autre » (voir « Le Parti québécois et la langue » [4 mars 1971], Chroniques de René Lévesque, Montréal, Québec/Amérique, 1987, p. 138-140). La même division se manifestera aussi au congrès du parti en 1974, mais cette fois le point de vue de Lévesque s’imposera en quelques minutes de discussion.

227 Signalons que le président du RIN de l’époque, Pierre Bourgault, sans doute en raison de la crise linguistique de Saint-Léonard, s’est alors radicalisé : « le système d’éducation [unilingue français] est le meilleur moyen d’assimilation et [...] notre but avoué a toujours été d’assimiler les anglophones du Québec » (Pierre Bourgault, « L’unilinguisme français », L’Indépendance, 16-31 mai 1968, p. 2). On ne retrouve pas d’équivalent d’une telle déclaration parmi les dirigeants du RIN et dans d’autres textes de Bourgault lui-même.

228 Quelques années plus tard, Lévesque lui-même, en rappelant le fonctionnement du système d’éducation en Belgique, unilingue en Flandre et en Wallonie, signale qu’« en logique parfaitement linéaire, cartésienne, il aurait été parfaitement normal et conforme aux droits fondamentaux de dire désormais [comme en Belgique] qu’on respecte les droits de tous en donnant l’enseignement public, qui est supporté [sic] par les contribuables, uniquement en français au Québec, pourvu que tout le monde y ait le même droit ». Si le Parti québécois n’a pas suivi cette voie, c’est par respect pour l’enracinement de la communauté de langue anglaise (voir « La complémentarité des droits individuels et des droits collectifs » [25 mai 1978], TE, p. 246).

229 Sur cet épisode, voir Pierre Godin, René Lévesque. Héros malgré lui (1960-1976), Montréal, Boréal, 1994, p. 362-365 et, du même auteur, La poudrière linguistique, Montréal, Boréal, 1990, p. 13-19.

230 Voir Graham Fraser, Le Parti québécois, op. cit., p. 60.

231 André d’Allemagne, Le RIN de 1960 à 1963, op. cit., p. 130. Voir aussi Pierre Godin, La poudrière linguistique, op. cit., p. 39 et 43-53.

232 René Lévesque, « Le Parti québécois et la langue » [mars 1971], Chroniques de René Lévesque, op. cit., p. 139.

233 René Lévesque, Attendez que je me rappelle..., Montréal, Québec/Amérique, 1986, p. 305. Pierre Bourgault lui donnera d’ailleurs raison beaucoup plus tard devant les effets positifs de la Charte de la langue française : « Oui j’ai changé d’idée. Il me semble que la loi 101 soit suffisante. Je ne tiens pas à faire mal aux gens. Avec la loi 101 on est allé assez loin pour que les Québécois francophones se sentent confortables [sic], qu’ils trouvent la sérénité. » Du reste, « l’unilinguisme total n’a jamais voulu dire un pays où on ne parle pas d’autres langues. Un pays unilingue français ça veut dire un pays où la langue officielle est le français, un pays où on travaille en français et aussi un pays où on enseigne la langue seconde le mieux possible » (Pierre Bourgault, Le plaisir de la liberté. Entretiens, propos recueillis par Andrée LeBel, Montréal, Nouvelle optique, 1983, p. 32-33).

234 René Lévesque et al., Ce pays qu’on peut bâtir [env. mai 1968], Montréal, Mouvement souverainté-association, 1968, p. 16-17.

235 De même, en 1977, Lévesque insistera pour « éviter toute inutile coercition » dans ce dossier, pour « doser l’affichage » et appliquer la loi « avec bon sens et sans brimer les petits » (« René Lévesque au Jour. La campagne du référendum démarrera à l’automne » [27 mai 1977], TE, p. 208).

236 Jean-Marc Léger, « Le français, langue seconde au Québec ? », Le Devoir, 7 août 1958, p. 4.

237 Pour un excellent aperçu de cette question, consulter l’étude devenue classique de Jean-Claude Corbeil intitulée « Essai sur l’origine historique de la situation linguistique du Québec » [1974], dans Albert Valdman (dir.), Le français hors de France, Paris, Champion, 1979, p. 21-31.

238 Gilles Vigneault disait la même chose dans une entrevue accordée à Jean Royer, « Gilles Vigneault Paris-Québec. Mon pays c’est peut-être un langage » [entrevue], L’Action, 24 mai 1969, p. 21.

239 Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, « De la question sociale à la question nationale : la revue Cité libre (1950-1963) », Recherches sociographiques, mai-décembre 1998, vol. 39, nos 2-3, p. 313.

240 Cité dans Raymond Barbeau, « La langue franglaise : un patois de trahison », Alerte, juin-juillet 1959, p. 165.

241 Jean-Marc Léger, « Le français, langue seconde au Québec ? », Le Devoir, 7 août 1958, p. 4.

242 Déjà à la fin des années 1940, Jean-Marc Léger, alors étudiant à l’Université de Montréal, participe activement à la fondation d’une dynamique Équipe de recherches sociales dont l’objectif avoué était de « faire la synthèse de la préoccupation sociale et de la préoccupation nationale » (Jean-Marc Léger, Entretien avec l’auteur, juillet 2003).

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search