Version classiqueVersion mobile

La langue de papier

 | 
Karim Larose

Introduction

Texte intégral

Laissons-le décrire ce que nous avons tous vu, de sorte que son récit semble faire suite à un récit entendu déjà. Bernard dit qu’il y a partout des histoires.

*

Un vaste souffle lui balaya l’esprit, entraînant des branches mouvantes, des voix d’enfants, des raclements de pieds, et des gens qui passaient, et la circulation qui bourdonnait, s'amplifiait puis retombait.

*

Nous accueillons, semblait dire le monde.
Virginia Woolf

Réceptions

1Dans ces quelques mots de Virginia Woolf, il y a l’écho d’une certaine expérience de la littérature, du langage et surtout une idée de l’écriture, toujours risquée, je dirais même toujours mortelle, terriblement imprécise et usante, à contretemps du réel. Écrire l’histoire, écrire des histoires, n’est qu’une façon de donner du champ — de l’espace, de l’air — au contretemps des choses : accueillir et en recevoir les échos plutôt que rendre compte des discours officiels. Tout historien est une Mrs Dalloway qui s’ignore, lancée dans la préparation épuisante, invraisemblable et parfois saugrenue d’une réception « mondaine » sans cesse à venir, imparfaite et foncièrement, radicalement insatisfaisante. Il faudra qu’elle achète des fleurs, il faudra qu’il rassemble des faits et leurs sens. Sa mondanité le perd et le sauve.

2De fortes ruptures nous laissent impassibles et d’infimes différences de décors, de timbres et de langages nous transforment insensiblement, mais en profondeur. Pour cette raison, l’interprétation et son inscription dans l’histoire m’ont toujours semblé devoir être un geste des plus modestes. Pour autant, sa fragilité avouée n’en fait pas une « pensée faible » qui, trop souvent, se distingue mal d’un relativisme courant éludant tout débat et perpétuant un monologue serein. Il s’agit plutôt d’insister sur la difficulté d’en arriver à des conclusions absolues. Cela ne signifie pas seulement qu’il faut garder en tête — à tout moment, et non de façon circonstancielle — qu’un récit se fonde sur des mises en fiction extrêmement complexes et toujours discutables, mais aussi qu’il faut prendre le risque d’écrire une octave au-dessous, d’un ton moins haut. Interpréter, c’est avant tout provoquer des rencontres, imaginer des trajectoires probables et improbables, où l’errance et l’échec mêmes ont valeur heuristique et nous apprennent quelque chose des objets que nous avons faits nôtres.

  • 1 Jacques Rancière, Le partage du sensible, Paris, La fabrique, 2000, p. 12.

3Il semble important de revisiter l’histoire de la langue au Québec dans cette perspective, même si nous pouvons alors avoir — tant les études abondent — le sentiment d’avancer sur un terrain connu et très bien balisé, voire au cœur du heu commun par excellence de l’espace public québécois. Mais on juge d’une histoire en observant aussi bien ce qu’elle divulgue que ce qu'elle tait. En pareille matière, c’est le tracé de la frontière entre ces deux zones qui importe. Ainsi que le montre Jacques Rancière, le partage du « sensible » — c’est-à-dire des manières de penser, de voir, de dire et de produire une communauté de monde — se définit comme « un système d’évidences sensibles qui donne à voir en même temps l’existence d’un commun et les découpages qui y définissent les places et les parts respectives1 ». Autrement dit, la ligne de partage établit ce qui se situe à l’intérieur et ce qui est voué à demeurer à l’extérieur ainsi que le sort et la part précise de tout ce qui appartient à l’espace commun.

4Il pourra sembler hasardeux de passer par l’idée de partage du sensible pour réfléchir au mode de configuration théorique de la question linguistique québécoise. Rancière ne s’arrête pas en effet à expliciter le champ d’application du « sensible » : en quoi celui-ci pourrait-il, par exemple, circonscrire un partage d’ordre conceptuel, comme on en trouve dans les approches de la langue au Québec ? En fait, le passage du sensible au conceptuel n’est possible que parce que le philosophe accorde un statut tout à fait particulier à la pensée elle-même, en acte au cœur de la littérature comme dans tout geste esthétique. Dans un désir de fidélité radicale aux singularités des événements du monde, Rancière refuse de céder à la tentation de mettre la métaphysique au sommet de l’édifice de l’esprit. Des manifestations de la pensée, on en retrouvera donc, sous des formes différentes, diffuses ou concentrées, médiates ou immédiates, hiéroglyphiques ou pétrifiées, dans tous les actes sensibles imaginables dans le monde humain, de l’art à la philosophie en passant par la politique ou les luttes sociales.

  • 2 Ibid., p. 62-63.

5Un regard même rapide sur la question linguistique québécoise laisse aisément voir que le discours social, de même, propose à la lecture des « fictions », des « lignes de fracture », des « cartes » du visible, du pensable et du sensible extrêmement précises et détaillées2. Au fil du temps, des frontières souvent rigides ont été ainsi édifiées au cœur des représentations de la langue, tant dans l’espace public d’ailleurs qu’en aval, dans le monde de la recherche lui-même. Il est donc nécessaire de questionner le mode de mise en forme de nos objets d’étude ainsi que les perspectives théoriques qui le sous-tendent, car à force de se reposer sur des repères devenus familiers, la pensée sur la langue en est venue à longer et à consolider inlassablement un territoire toujours même. Il existe, par exemple, dans la littérature critique un intérêt qui semble inépuisable pour certains textes et auteurs, au détriment des autres et d’une vision plus juste de l’ensemble de la réflexion sur la langue au Québec. Sans nier l’intérêt et la pertinence d’approches qui, par le passé, ont produit d’excellents résultats, il s’agit donc, en tenant compte de l’évolution de la recherche, de dépayser des frontières trop bien tracées en faisant justement ressortir tout ce qu’elles présupposent dans l’ordre du spéculatif. Introduire des lignes de désincorporation dans le corps de la théorie en aménageant autrement les concepts et objets à l’étude, telle est à mon sens la tâche la plus urgente des travaux sur la question linguistique.

Le paradigme expressiviste

  • 3 Marie-Andrée Beaudet, « Quelle langue pour quelle histoire ? », Les Cahiers d’histoire du Québec a (...)

6De nombreux chercheurs ont observé l’existence d’une tradition proprement québécoise de réflexion sur la langue à laquelle appartiennent aussi bien Henri Bourassa et Régine Robin que Gaston Miron, Jacques Brault et Gérald Godin. Or, malgré la qualité des débats linguistiques tenus depuis plus d’un siècle, force est de constater que, s’il existe plusieurs travaux de synthèse importants sur la question linguistique, on n’en retrouve aucun qui soit consacré à l’évolution globale des idées sur la langue au Québec. Tant que cette lacune ne sera pas comblée, on ne voit guère comment pourrait apparaître, selon le vœu de Marie-Andrée Beaudet, une « véritable histoire de la langue française au Québec3 », dont l’absence est toujours d’actualité.

7La visée de cet ouvrage sera évidemment bien plus modeste. Tenant compte de ce silence, j’essaierai, dans une perspective à la fois synthétique et analytique, de proposer une lecture partielle de l’histoire de la spéculation linguistique au Québec. En m’appuyant sur un corpus représentatif, mon objectif sera d’étudier les idées et les positions sur la langue défendues par les porte-parole du milieu intellectuel québécois qui ont signé des textes décisifs sur la question au cours de la période 1957-1977. Hétérogènes, les figures importantes des débats sur la langue ne sont pas seulement des écrivains, comme la critique le laisse parfois croire, mais aussi des leaders d’opinion, des journalistes, des linguistes, des politiciens ou encore des historiens. Leur réflexion repose, nous le verrons, sur un large éventail de définitions et d’obsessions récurrentes, d’utopies, de stratégies et de parcours argumentatifs privilégiés, d’influences, d’emprunts et de filiations spécifiques. Des problématiques importantes traversent l’ensemble de leurs interventions, notamment la dialectique bilinguisme-unilinguisme, qui constitue le fil d’Ariane de ce livre. L’analyse tâchera d’en montrer la genèse, d’en suivre l’évolution et de mieux comprendre la façon dont elle a été approfondie avec les années ainsi que la manière dont elle a été modifiée au gré des interventions et des événements. Les textes étudiés ont été choisis précisément en fonction de leur importance relative dans la diffusion des principales idées sur la langue et dans la formulation des arguments de base de la réflexion des intellectuels québécois sur le sujet.

  • 4 J’entends le mot épiphanie au sens étymologique : la manifestation soudaine d’une réalité voilée.

8La dimension proprement spéculative de la question linguistique, parce qu'elle demeure trop peu étudiée, constitue sans nul doute le cœur de ce travail. Cela dit, le discours sur la langue ne s’incarne pas seulement dans des idées. Il ne faudra donc pas non plus sous-estimer l’importance bien connue de l’imaginaire dans l’évolution des débats, imaginaire qui n’est d’ailleurs pas synonyme d’irrationalité. Des micro-récits existentiels, chez Gérald Godin aussi bien que chez Gaston Miron, viennent ainsi parfois nourrir, à la façon d’épiphanies exemplaires4, les conceptions de la langue qui sont proposées. On s’apercevra, par exemple, qu’une anamnèse récurrente chez Ferron est au fondement de la prise de conscience linguistique des écrivains québécois dans les années 1960. Dans le même sens, l’étude minutieuse du corpus passe par l’interprétation de métaphores significatives jouissant parfois d’un statut de quasi-concept et qui sont autant de chemins de traverse à l’intérieur des argumentaires linguistiques. Il faudra notamment cerner le sens que pouvaient avoir des images aussi structurantes dans les débats des années 1950 que celle du français langue « morte » ou, dans les années 1970, celle du français langue « étrangère ».

9Afin de pouvoir rendre compte de changements de cap souvent discrets, cet ouvrage comprendra aussi l’examen d’un certain nombre de notions qui ont joué un rôle essentiel dans l’évolution de la réflexion sur la langue, notamment celles de culture, de société et de nation, et dont je tâcherai de faire ressortir tant la progression d’ensemble que les glissements de sens au fil du temps. À chaque mutation du champ discursif de l’identitaire, la langue est en effet investie de nouvelles valeurs et se voit intégrée à un nouvel imaginaire social, au sein duquel sont réinventés son rôle et sa signification. Ainsi, la question linguistique subit les contrecoups de la problématisation de la notion de culture, de l’apparition de la « question » sociale, puis de la redéfinition du nationalisme au cours des années 1950 et de la mise de l’avant de la « québécitude » dans les années 1970.

10Contrairement à une approche parfois adoptée, ce travail n’envisagera pas les idées comme des unités discrètes qui seraient soustraites de la réalité historique. En cherchant à mettre la spéculation sur la langue à l’avant-plan, je m’en voudrais de tomber dans le piège inverse d’une sacralisation de la pensée qui aurait pour effet de couper radicalement l’évolution de la réflexion du milieu où elle prend naissance. Ce qui semble à première vue une idée apparaissant par génération spontanée est souvent le produit d’un processus de recyclage et de détournement d’une idée ancienne, voire une dérive analogique à partir d’un cadre plus large dont il s’agit d’évaluer et de comprendre la prégnance. Ainsi, le concept de bilinguisme, dans les années 1960, n’est que la stricte transposition sur le plan linguistique de la logique du biculturalisme et de la « théorie des deux peuples fondateurs ». Sans lui donner plus d’importance qu’elle n’en possède, je tâcherai donc de prendre la juste mesure de cette annexion fréquente du linguistique par la sphère politique.

11Sur un dernier plan, enfin, je m’intéresserai à la configuration de l’espace public en faisant ressortir, entre autres, les relations d’opposition ou de complicité entre les intellectuels ayant abordé la question linguistique. D’où parlent-ils ? Comment se partagent-ils les idées, de quelle façon en jouent-ils et les travaillent-ils ? Quelles alliances naturelles ou contre-nature les réunissent, tissant entre littérature, linguistique et politique, surtout, des liens plus ou moins visibles ? À quelles motivations leurs interventions répondent-elles ? À travers quels réseaux — idéologiques ou médiatiques — intellectuels et écrivains prennent-ils la parole et en fonction de quelles appartenances ou de quelles solidarités générationnelles ? Il y a ainsi, dans l’espace social, tout un enchevêtrement d’argumentaires sur la langue dont il faut interroger le sens et les contresens en les recadrant dans leur espace propre.

  • 5 Voir Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, trad. par Charlotte M (...)
  • 6 Charles Taylor, « Le langage et la nature humaine », La liberté des modernes, trad. par Philippe d (...)

12Pour pouvoir répondre précisément à ces questions, il est utile d’établir un certain nombre de distinctions sur la conception de la langue et du langage qui s’impose progressivement en Occident depuis le XIXe siècle, elle-même en relation étroite avec l’évolution globale des idées, des valeurs et des mentalités. Dans Les sources du moi, Charles Taylor considère que le monde contemporain est dominé par un expressivisme diffus, qui s’est déployé et a laissé des traces dans toutes les sphères de la société et de l’existence humaine. Celui-ci définit notamment la conception du Sujet la plus répandue à l’époque moderne, où l’expression de chaque être humain est considérée comme un processus créateur qui introduit dans le monde quelque chose d’encore inouï et de proprement singulier. Ainsi, « l’expressivisme fournit la base d’une individualité nouvelle et plus pleine5 » et n’est pas sans avoir de fortes répercussions sur la pensée contemporaine sur la langue. Taylor aborde cette question dans un important essai intitulé « Le langage et la nature humaine », publié dans La liberté des modernes6.

13Les signes du langage comportent, rappelle Taylor, plusieurs dimensions complémentaires, mais à ses yeux, la dimension expressiviste détient sans l’ombre d’un doute la première place dans la modernité. Elle renvoie à la capacité qu’a le langage d’exprimer la pensée ou la perception de celui qui y a recours ; l’accent est ainsi mis sur le rapport entre le discours et le sujet qui le produit (LN, p. 25-26). Il ne s’agit donc pas de « re-présenter » le réel par l’intermédiaire d’une langue considérée comme un pur outil, une langue-objet. Loin de tout instrumentalisme, l’expression ne peut, à l’inverse, que « présenter » l’intériorité du sujet dans la mesure où la signification de sa parole ne peut être connue et manifestée qu’au moment de l’énonciation : « ce qu’une expression manifeste ne peut être manifesté que par une expression » (LN, p. 27). Autrement dit, l’expressivisme conçoit la langue non pas comme une façon de désigner le monde extérieur, mais comme un prolongement du sujet : ce qui est mis de l’avant est une langue-sujet.

14Que le paradigme expressiviste prévale aujourd’hui constitue un fait non négligeable, comportant un enjeu de taille. Chaque vision du langage est en effet solidaire d’une certaine idée de la subjectivité et de l’appréhension du réel. Ainsi, l’expressivisme se situe quant à lui aux antipodes des conceptions mécanistes de la langue, typiques d’une philosophie rationaliste ou atomiste promouvant un « démontage » patient, calculé, éclairé et systématique de l’univers. Suivant l’optique expressiviste, le mystère traverse toute parole, laquelle porte en elle de nombreuses zones d’ombre, d’abord et avant tout parce que la parole est inséparable du sujet et que le sujet lui-même se définit par la manifestation d’une intériorité secrète, foisonnante, indomptable et infinie.

  • 7 « Je ne puis penser la première pensée humaine, poser le premier jugement sensé sans dialoguer en (...)
  • 8 « Quelque chose de fondamental change à la fin du XVIIIe siècle. Le sujet moderne ne se définit pl (...)

15Deux notions en particulier illustrent bien la spécificité de l’optique expressiviste : la création et la communication. Ainsi, pour Taylor, l’expression langagière modifie la réalité dans la mesure où elle manifeste quelque chose qui, jusqu’alors, n’existait pas dans le monde commun. S’exprimer, ce n’est pas seulement transposer une pensée ou une émotion, car en la mettant au jour, en l’exposant, en la manifestant, on la modifie par le fait même. En s’exprimant, le sujet a l’occasion de prendre conscience de lui-même et se transforme profondément (LN, p. 46). L’expression recèle donc un puissant pouvoir de changement et de création de soi. Par ailleurs, un acte de langage ne se fait non plus jamais seul ; c’est là qu’intervient l’autre facette de l’expressivisme, qui met l’accent sur la communication. Le langage se développe en effet par le dialogue, au fil des conversations avec autrui et avec soi-même7 D’où, pour Taylor, cette conclusion essentielle : « le langage que je parle, [...] c’est toujours notre langage. » Mon expression est solidaire et indissociable de l’expression de tous, ne serait-ce que parce que l’initiation au langage se fait par l’intermédiaire d’une « communauté linguistique préexistante » (LN, p. 52). Il existe en somme, pourrait-on dire, un expressivisme de création8 et un expressivisme de communication qui représentent les deux voies d’accès possibles à une vision du langage centrée sur le sujet (individuel dans un cas et collectif dans l’autre).

  • 9 Voir « Paysages du sujet », Intérieurs du Nouveau Monde, Montréal, Boréal, 1998, p. 159. Pour pren (...)
  • 10 Gilles Gagné, « Tradition et modernité au Québec : d’un quiproquo à l’autre », dans Mikhaël Elbaz, (...)

16Cette conception expressiviste sous-tend l’essentiel de notre culture moderne marquée par une « fascination pour le langage » et une quête de sens (LN, p. 49). J’essaierai de montrer que le Québec n’échappe pas à cette tendance générale, malgré de nombreuses hésitations quant aux orientations à donner à la spéculation, à la politique et à la planification linguistiques. Mais si mon propos dans ce livre est entre autres de documenter, de décrire et d’analyser le changement de paradigme linguistique advenu à la fin des années 1950 au Québec, je tiens à préciser que la révolution de la subjectivité qui le fonde ne se produit pas, quant à elle, au même moment. Son antériorité ne fait pas de doute, comme l’a bien montré Pierre Nepveu dans Intérieurs du Nouveau Monde, en retraçant plusieurs des jalons importants grâce auxquels le sujet littéraire a trouvé « lieu » en terre d’Amérique, notamment à travers la réflexion de la génération de La Relève9. De ce point de vue, le Québec se rattache bien, comme le note avec justesse Gilles Gagné, aux collectivités « dont toute l’histoire appartient à la dynamique de la modernité10 ».

  • 11 Voir Denis Monière, « Le français et l’émergence du sentiment nationaliste », dans Michel Plourde (...)
  • 12 Voir Marie-Andrée Beaudet, Langue et littérature au Québec (1895-1914), Montréal, L’Hexagone, 1991 (...)

17À partir du XIXe siècle, au Québec comme ailleurs, « la langue offre la base évidente d’une théorie du nationalisme fondée sur la notion expressiviste que chaque peuple possède un caractère particulier » (SM, p. 120). Ce rapport général à la langue évolue cependant avec le temps. D’une stratégie strictement politique de défense des droits linguistiques au Canada français11, on passera à l’élaboration des premières véritables spéculations sur la langue, chez des écrivains comme Arthur Buies et Octave Crémazie, notamment. De sensibilité romantique, ils donnent, dans le dernier tiers du XIXe siècle, le coup d’envoi d’une réflexion plus large et plus personnelle, souvent accompagnée et enrichie de considérations littéraires. Les travaux de Marie-Andrée Beaudet comme ceux de Lise Gauvin nous en brossent un tableau complet12. Ils montrent à quel point, à l’orée des années 1950, la question de la langue, loin d’apparaître par génération spontanée, occupe les esprits depuis de très nombreuses décennies.

18À l’occasion de crises graves, comme l’adoption du Règlement XVII en Ontario, qui limitait de façon radicale l’enseignement du français dans les écoles publiques, tous les intellectuels importants du Canada français abordent ce sujet de plus en plus épineux, d’Olivar Asselin à Claude-Henri Grignon en passant par Édouard Montpetit, Jules Fournier et Paul Bouchard. Trois grandes pensées sur la langue, par leur ampleur, se dégagent du lot : celles de Camille Roy, d’Henri Bourassa et de Lionel Groulx, qui prennent régulièrement position dans la première moitié du XXe siècle sur le rapport entre langue et esprit, langue et foi, langue et culture ou sur le problème de l’autonomie et de la spécificité du français canadien.

  • 13 En 1964, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal invite encore les francophones à ne parler que (...)
  • 14 Klaus Bochman, « La Société du Bon Parler français dans la Révolution tranquille. Discours de l’op (...)

19Klaus Bochman, dans un article récent, dépeint très bien, en quelques traits, le point de vue traditionnel sur la langue, en rappelant du reste qu’au début des années 1960, il n’a pas tout à fait disparu, même s’il est déjà largement discrédité. Il en retient trois éléments principaux : 1) l’impression d’une dégradation dans l’usage de la langue française et l’obsession, presque désespérée, d’une restauration linguistique ; 2) l’insistance sur les solutions correctives et pédagogiques (qui dépendent toujours d’une décision individuelle de chaque locuteur13, même si les rappels à l’ordre s’adressent à la collectivité) ; 3) l’exclusion systématique du politique (allant jusqu’au scepticisme face à la « démocratie électorale14 »). À ces trois éléments, on pourra ajouter un certain nombre de distinctions complémentaires. L’approche de Bourassa, de Roy et, jusqu’à un certain point, de Groulx pourrait en outre être qualifiée d’idéaliste, dans la mesure où elle met l’accent sur la dimension esthétique de la langue, en insistant sur sa beauté, son génie, son harmonie, sa douceur et, dans un autre ordre d’idées, sa saveur. Il s’agit d’une approche sectorielle et conservatrice, au sens le plus large du terme, c’est-à-dire que la langue, en dépit de la vénération dont on l’entoure, est appréhendée en réalité comme un objet considéré dans toute son extériorité. Qu’elle soit décrite comme un trésor ou comme un monument aux ancêtres, la langue n’a guère de rapport avec l’existence profonde et intime de chaque sujet individuel, du moins au sens expressiviste du terme.

  • 15 L’aménagement du corpus pose la question de la qualité, de la normalisation et de l’instrumentatio (...)
  • 16 Pour des analyses complémentaires sur la différence, dans les débats sur la langue, entre la Révol (...)
  • 17 Lise Gauvin, Langagement, op. cit., p. 50.

20Il faut aussi préciser, en reprenant une opposition conceptuelle classique, qu’avant la fin des années 1950, intellectuels et politiciens s’inquiètent du corpus et non du statut de la langue15. Autrement dit, ils pensent la langue non dans une perspective dynamique, historique et politique, mais comme un objet figé, un corps de mots et de termes : la perspective, en ce sens, est clairement réifiante. Par la suite, sans délaisser jamais complètement la question du corpus, qui réapparaît périodiquement à l’avant-scène, on s’intéressera davantage à savoir quel statut devrait avoir le français au Québec, décision d’ordre politique qui présuppose une révolution dans l’approche de la langue. Cette perspective nouvelle implique notamment que le corpus devienne secondaire, dans la mesure où c’est largement le statut d’une langue qui conditionne la qualité et la richesse des usages. Le statut prime, ce qui autorise qu’on laisse désormais le corpus dans l’ombre16. Ainsi, si la « surconscience linguistique17 » du monde intellectuel et littéraire s’amplifie durant l’entre-deux-guerres, il n’en reste pas moins qu’une coupure profonde dans le discours sur la langue apparaît dans les années 1950 alors que sont mises au jour les promesses cachées ainsi que certaines des contradictions souterraines de l’expressivisme.

21Ces contradictions souterraines tiennent au choc frontal entre un expressivisme de plus en plus puissant et les survivances d’une conception instrumentale et atomiste de la langue, héritée du XIXe siècle. De la Société du Bon Parler français (1902) à l’Office de la langue française (1961), il y a sur ce point une continuité remarquable. On voudrait pouvoir maîtriser la langue, en corriger le cours, à tout le moins sur le plan lexical ; on consent des efforts remarquables pour l’outiller davantage, c’est-à-dire pour enrichir et perfectionner le vocabulaire de manière à offrir à chaque locuteur un registre de langue varié et précis. Ce souci toujours présent met en lumière l’un des paradoxes de la réflexion sur la langue au Québec : alors même que la perspective expressiviste s’impose progressivement, l’obsession de la correction langagière et de l’aménagement du lexique demeure très présente sur la scène idéologique. Cette tension constitutive s’explique d’abord et avant tout par la crainte d’une dégradation généralisée de la langue et particulièrement par la hantise des anglicismes dans une société dépendante de l’économie nord-américaine, dont la lingua franca est l’anglais. Peut-il en être autrement ? Cette tension évolue-t-elle au fil des ans ? Comment modèle-t-elle et influence-t-elle les débats sur la langue ? J’essayerai d’exposer dans ce livre les différentes variables de ce problème.

  • 18 Ce phénomène est évident dans la pensée allemande, par exemple, dont les travaux d’Anne-Marie Thie (...)

22Cela exigera évidemment une application souple du concept d’expressivisme de façon à en permettre un usage approprié à la situation linguistique québécoise. Une nuance s’impose tout particulièrement. Il est frappant de voir que l’idée de communication et celle de communauté de langue ont perdu avec le temps la valeur positive qu’elles avaient au départ18, notamment parce que l’État, agent historique de leur avènement, a lui-même perdu une part de sa légitimité au cours du XXe siècle. Dans la modernité avancée, au Québec en particulier et de façon explicite dans mon corpus, la communication n’est pas, ou n’est plus, l’alliée de la création dans le contexte d’une conception expressiviste de la langue. Au contraire, la communication est très souvent associée à certaines caractéristiques parfois jugées négativement, comme l’idéal de maîtrise abstraite et la dimension instrumentaliste. Par le fait même, la gratuité propre à l’expressivisme semble refluer tout entière dans la création, jusqu’à faire en sorte qu’un « expressivisme de création » devienne, pour ainsi dire, une formule pléonastique.

Corpus, réseaux et périodisation

23Constitué de deux volets complémentaires, mon corpus comprend, d’une part, des essais littéraires et politiques publiés sous forme de recueil et, d’autre part, un ensemble d’articles représentatifs publiés dans le cadre de débats marquants menés dans les journaux et les revues. Chacun de ces volets me semble indispensable. Si l’essai nourrit le débat social en introduisant de nouvelles références idéologiques, le périodique impose en retour les impératifs de l’actualité et par le fait même influence la réflexion essayistique. Il apparaît donc essentiel de porter une attention particulière aux points de passage discursifs dans l’espace public, notamment entre les domaines de l’histoire, de la littérature et de la politique. Dans le cas de Jacques Ferron, par exemple, le soin apporté à la collecte et à la lecture des « feuilles volantes » que la postérité n’a pas recueillies a été particulièrement révélateur.

24Au Québec, en raison de l’exiguïté du champ intellectuel, les structures médiatiques souples, comme certains journaux ou revues, ont traditionnellement constitué des lieux privilégiés pour l’expression de vues originales en prise directe sur l’histoire et l’actualité de la collectivité. Par le fait même, l’intellectuel et l’écrivain occupent une place importante dans la diffusion d’idées, dans la mesure où la distribution et la spécialisation des fonctions de parole ne sont pas établies de façon aussi tranchée qu’ailleurs. La multiplicité des tribunes médiatiques où interviennent les mêmes interlocuteurs a pour effet d’accélérer considérablement la vitesse de circulation des interventions publiques. L’équipe de Parti pris, par exemple, s’est très rapidement constituée sous l’impulsion d’articles publiés par André Major, d’abord dans Cité libre en 1962, où ce dernier expose son idée de lancer une revue, puis en 1963, dans le numéro spécial que Liberté consacre à la « jeune littérature », où Major fait paraître un texte sur la jeune génération.

25Cette réalité explique que l’on retrouve côte à côte, dans ce livre, des publications modestes comme La Revue annuelle de la Société du Bon Parler français et des journaux à grand tirage comme La Presse. Il ne s’agit pas de laisser croire que ces périodiques ont tous deux la même portée et le même impact, mais de relever que l’exiguïté du champ culturel fait en sorte que les intellectuels investissent l’entièreté de l’espace médiatique, sans discrimination. Même peu connue, la Société du Bon Parler français réussit ainsi à s’adjoindre des collaborateurs influents : on y verra, par exemple, Roger Duhamel, Félix-Antoine Savard et Mgr Alphonse-Marie Parent côtoyer un vieux routier de la linguistique comme Pierre Daviault. Qu’un article publié dans la Revue annuelle soit peu lu n’empêche en rien son auteur d’en diffuser les idées sur les autres tribunes existantes, où il suscitera des réactions plus immédiates. En outre, la soif de lecture fait en sorte que les petites revues adoptent une stratégie de phagocytose. Ainsi en est-il de Laurentie, organe de l’Alliance laurentienne, qui republie tel texte de Lionel Groulx d’abord paru dans Le Devoir ou qui décide de transcrire une conférence télévisée et de la reproduire sous forme d’article. La revue possède alors une influence accrue dans la mesure où elle devient un creuset de textes soigneusement choisis, une sorte de recueil thématique composé en fonction des intérêts de l’équipe de rédaction.

26Il me faut dire un mot, également, au sujet du choix des intellectuels étudiés. Ont été considérés comme représentatifs de la période 1957-1977 tous ceux dont les noms reviennent sans cesse dans les textes sur la langue (à titre d’autorité ou de repoussoir) et dont les propos servent de pivot argumentatif. C’est ainsi que, sans m’y attendre, j’ai été mené à Raymond Barbeau, Michel Brunet, Jacques Ferron, sans compter Jean-Marc Léger, dont on ne mesure pas bien l’importance dans l’histoire de la réflexion sur la langue, même si son engagement en faveur de la francophonie et du français est notoire. Tous les intellectuels auxquels ce livre est consacré constituent les maillons essentiels de cercles fort hétérogènes qui réfléchissent activement à la question linguistique. J’ai du reste essayé, en me penchant sur leurs positions, de tenir compte des pensées individuelles, mais aussi des appartenances à des groupes plus larges : à lui seul, André d’Allemagne n’est pas le Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN), par exemple, et il est donc nécessaire d’évoquer, rapidement, les positions des Marcel Chaput et Pierre Bourgault, ce qui permet de brosser un portrait de groupe plus complet.

27Les archives des journaux ont également été fort utiles pour reconstituer les pensées des hommes politiques de l’époque, qui n’ont pas toujours laissé d’œuvre écrite (Jean Lesage en serait le parfait exemple). Il arrive souvent que les intellectuels québécois réagissent à leurs déclarations éparses, telles celle de Trudeau et de son Lousy French ; il fallait donc en tenir compte à l’aide d’un dépouillement minutieux. Certains noms moins connus, comme Louis Landry et Giuseppe Turi, m’ont paru importants en ce que leur pensée permet de mieux connaître les points de vue non indépendantistes sur la langue, sur lesquels peu d’études existent. Chacun d’entre eux, du reste, joue un rôle non négligeable dans l’apparition même du concept de « québécois ». Enfin, un mot sur les absents dans ce livre, évidemment innombrables en raison de l’immensité du sujet que j’aborde. Paul Gouin, qui fut président du Conseil de la Vie française en Amérique, en fait notamment partie. La raison de leur mise à l’écart est simple : leurs textes, peu cités, repris ou récupérés, transitent moins souvent dans l’espace public et, moins originaux que d’autres, ne semblent pas avoir occupé une place significative dans l’évolution des débats.

28Tenant compte de l’état de la recherche, j’ai également préféré ne pas insister sur la pensée sur la langue des intellectuels ayant déjà fait l’objet d’études spécifiques, qu’il s’agisse de Jean-Paul Desbiens, d’André Laurendeau ou de Claude Ryan. De même, certains groupes (comme le Mouvement Québec français) et l’ensemble des partis politiques, à l’exception du RIN, ont eux aussi fait l’objet de travaux tout à fait convaincants ; je ne suis donc pas revenu en détail sur leur apport au débat linguistique.

  • 19 Afin de situer aussi précisément que possible les textes dans leur contexte discursif propre, j’in (...)

29Si l’analyse de ces réseaux complexes par lesquels se fait la circulation des idées s’avère importante, ce n’est cependant que dans la mesure où elle permet une plus grande exactitude dans l’établissement des ruptures significatives dans la réflexion sur la langue. Saisissant mieux l’interrelation des individus et la naissance de leurs divers engagements19, on suivra avec plus de netteté les rapports d’intertextualité entre les pensées singulières qui s’élaborent au fil des années. Au-delà de ces réseaux divers, dont la description pourrait sembler anecdotique, l’objet réel demeure en effet la spéculation elle-même, dont on pourra mieux prendre la mesure après s’être assuré de pouvoir en suivre les trajets concrets.

30Quant à la périodisation, elle constitue en elle-même un objet de première importance dans l’étude de la question linguistique, comme on le verra tout au long de cet ouvrage. Dans la littérature critique, on situe habituellement le tournant majeur dans l’histoire contemporaine des idées sur la langue en 1960, avec les interventions du Frère Untel, ou en 1964, avec celles de Parti pris et de Liberté. On peut en réalité se demander sur quelle base on a pu faire de ces moments, certes importants, l’alpha et l’oméga d’un changement d’approche dans le rapport à la langue. N’est-ce pas attribuable en grande partie au fait qu’ils ont donné lieu à des débats spectaculaires et, par conséquent, clairement visibles et aisément récupérables ? Si l’on veut comprendre en profondeur les dessous de la querelle du joual du milieu des années 1960, il me semble plus juste de considérer que l’émergence discrète d’un nouveau paradigme et d’un nouveau partage du sensible dans la spéculation linguistique se produit vers le milieu des années 1950. S’il est bien sûr impossible d’identifier dans l’absolu un moment inaugural, on peut néanmoins juger l’année 1957 comme un tournant décisif en s’appuyant sur un certain nombre de signes.

31D’abord, la date de 1957 est le témoin d’une intensification de la réflexion sur la langue : après le Congrès de la langue française de 1952, qui faisait suite aux congrès de 1912 et de 1937, se tenait en 1957 le Congrès de la refrancisation. Il est significatif que l’intervalle entre chacun de ces moments se resserre et qu’en 1957 le nom même du congrès change, devenant plus militant, plus actif et moins neutre. Mais s’il offre l’occasion de donner un nouveau souffle aux débats sur la langue, le Congrès de la refrancisation est surtout remarquable par les réactions qu’il suscite dans l’espace public. La jeune génération d’intellectuels avait suivi de près le congrès de 1952. La comparaison et l’évaluation des progrès et des reculs en matière de langue sont d’autant plus aisées en 1957 que les problèmes soulevés en 1952 sont encore frais dans les esprits. Pour cette raison, le congrès de 1957 marque le prélude d’une réflexion de plus en plus rigoureuse et exigeante sur ce que la société canadienne-française peut espérer de l’évolution naturelle du français au Québec. Témoins de cette volonté nouvelle de compréhension, deux cahiers spéciaux, dans La Presse et Le Devoir, passent au crible le problème linguistique au Canada français au moment du congrès. Nombreux sont les articles non complaisants, qui tranchent avec les élans d’éloquence habituels.

32L’extrême mobilité des idées — des spécialistes de la langue aux journalistes culturels, puis à l’ensemble de l’espace public — est le signe d’un appel d’air tout à fait nouveau. Le congrès de 1957 marque une date aussi bien pour les intellectuels, qui y trouvent un objet de réflexion connu dans un contexte idéologique renouvelé, que pour les acteurs sociaux en général, qui y voient une impulsion pour aller plus loin, telle l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF), qui organisera, en 1960, un nouveau congrès tout aussi déterminant dans la réflexion au tournant de la Révolution tranquille. Autrement dit, le Congrès de la refrancisation semble avoir déclenché un mouvement en chaîne, en engageant les esprits, en récupérant le meilleur des réflexions passées sur la langue et en tenant compte des avancées les plus récentes dans le champ idéologique, notamment la réflexion sur la « question sociale » lancée au début des années 1950 par les intellectuels néo-libéraux et récupérée par un certain nombre de linguistes québécois.

  • 20 L’Alliance laurentienne est le premier mouvement politique à proposer un programme d’action qui co (...)

33Parallèlement à ce congrès marquant par sa portée dans l’espace public, l’année 1957 voit également naître le premier groupement indépendantiste, dont le chef, Raymond Barbeau, accorde une place tout à fait inédite à la question linguistique. Dans les premières années d’activité de l’Alliance laurentienne, Barbeau prendra position de plus en plus vigoureusement sur la situation de la langue, jusqu’à exiger, à la fin des années 1950, l’adoption d’une loi faisant du français la seule langue officielle au Québec. Compte tenu du poids des intellectuels indépendantistes dans la réflexion sur la langue, l’apparition de ce groupe militant au sein duquel elle tient une place centrale doit être considérée comme le signe d’un changement d’orientation dans la façon d’aborder la question linguistique20. Cette simultanéité ne doit rien au hasard : préparé et nourri tant par Cité libre que par la jeune École historique de Montréal, un rapport nouveau à la critique et à la réalité sociopolitique se déploie insensiblement à partir du milieu des années 1950 et entraîne la question linguistique dans son sillage.

34Pour ce qui est du choix de la date butoir de 1977, il se justifie plus simplement, ainsi qu’on peut le deviner. Il s’agit de l’année de l’adoption de la Charte de la langue française (ou projet de loi 101). On constate un certain essoufflement des prises de position sur la question linguistique de 1975 à 1977, alors que s’achèvent tout juste les débats passionnés entourant l’adoption du projet de loi 22 par le gouvernement libéral. Il ne faut pas oublier non plus que les années 1971-1975 voient paraître un véritable feu d’artifice d’essais sur la langue en raison de la popularité croissante, chez certains intellectuels, du joual et du vernaculaire québécois. De nombreuses répliques leur sont faites au cours de cette courte période, sur laquelle se clôt la querelle du joual. À moins que le feu ne couve, tout simplement. Quoi qu’il en soit, peu de textes sur la langue paraissent en 1976 et 1977, les intellectuels se faisant plus silencieux au fur et à mesure que le politique prend davantage position dans l’espace public sur cette question. Apparu en 1957, au début de la période dont il est question dans cet ouvrage, l’unilinguisme s’impose peu à peu sur le plan législatif avec le projet de loi 22 (très partiellement), puis avec la Charte de la langue française en 1977. Une page est donc tournée. En même temps, dans d’autres milieux, de nouvelles voix se font entendre, particulièrement du côté des femmes écrivains et de la gauche radicale, où surgissent des visions de la langue tout à fait originales. Les années 1975-1977 se distinguent aussi par l’apparition de travaux savants significatifs et neufs sur la question linguistique (Lise Gauvin, Jean-Claude Corbeil) et par les premières critiques importantes du nationalisme linguistique. Un certain désir de prendre du recul semble donc suivre la période mouvementée correspondant aux deux décennies précédentes.

Lectures stéréophoniques

Mais les guenilles, le rebut, je ne veux pas en faire l’inventaire, mais leur permettre d’obtenir justice de la seule façon possible : en les utilisant.
Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle

35Suivant l’esprit de Benjamin, les points d’appui de mon travail rendent compte de ma préoccupation pour les espaces discursifs négligés, marginaux, voire oubliés, au sein desquels se dissimulent souvent les petits faits qui forment l’horizon de sens où se cristalliseront les lieux de mémoire. À la fois analytique et critique, mon approche des textes cherche à être attentive aux généalogies, aux héritages multiples et discordants, aux apories et aux replis conceptuels des représentations de la langue au Québec.

  • 21 Henri Meschonnic, De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Paris, Hachette, 2001, p.  (...)

36Une logique de la « distinction » différente de celle privilégiée par la sociologie me conduira à m’arrêter tout particulièrement aux discrètes affinités électives entre les diverses positions sur la langue de même qu’à leurs différends plus ou moins implicites. De tels distinguos permettront, je l’espère, de présenter sous un angle nouveau certains lieux communs de la question linguistique ; trop souvent, en effet, un « thème n’est banal que parce qu’on ne distingue pas assez un aspect futile et un aspect plus secret21 ». Brisant ce secret, il faut trouver le prisme pouvant exposer l’objet du regard aux éclairages les plus variés. Cette perspective analytique contribuera à donner lieu et visibilité aux nuances des différentes conceptualisations de la langue en faisant ressortir la singularité des parcours, des sensibilités et des priorités de chaque auteur étudié.

  • 22 Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, traduction de Dominique Peters, Paris, Gallima (...)

37De Raymond Barbeau à Jean-Marc Léger et Jacques Ferron, on pourra par exemple discerner bien des décrochages : de la droite corporatiste à la promotion de la francophonie jusqu’à la surconscience du matériau linguistique, le milieu indépendantiste — pour ne mentionner que celui-ci — ne présente rien d’homogène. Il faudra notamment garder à l’esprit le fait que « l’identification nationale, avec ce qu'elle est censée sous-entendre, peut changer et se modifier au fil du temps, même au cours de périodes assez brèves22 ». Loin d’être un inventaire, une description de faits ou une synthèse historique, ce livre cherche à donner corps aux événements singuliers — discursifs pour l’essentiel — laissés pour compte hors de la mémoire collective. Discriminante par définition, l’opération de lecture y joue un rôle fondamental, non seulement à travers la détermination des objets d’étude eux-mêmes, mais aussi par l’importance accordée au travail critique. Les éclairages ne varient en effet que si la lecture, devenant critique, distingue des césures souterraines, fait ressortir des historicités, marque des enjeux et des modes de fonctionnement textuels significatifs. Dans son principe, elle est appelée à faire la différence en dévoilant les lignes de partage entre différentes visions et versions d’un même objet de savoir.

  • 23 Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle. Le livre des passages, trad. par Jean Lacoste, Pa (...)

38Il s’agit de faire éclater les tableaux trop léchés de l’histoire officielle en faisant figurer côte à côte le petit et le grand, le majeur et le mineur, l’archive et le déchet, d’« édifier les grandes constructions à partir de très petits éléments confectionnés avec précision et netteté [et de] découvrir dans l’analyse du petit moment singulier le cristal de l’événement total23 ». Ainsi en sera-t-il, par exemple, des images du miroir chez Jean-Marc Léger et du décalque chez Gérald Godin. L’interprétation des textes pourrait ainsi, me semble-t-il, être conçue comme un art de la trajectoire, grâce auquel l’opération de lecture réussit à unir et à croiser — le temps d’un instant, instant critique — le détail et l’horizon, l’informe et le rebattu, le consacré et l’anonyme. Elle suppose alors un jeu sur les changements d’échelle qui oblige le lecteur à ajuster le foyer de son regard en passant d’un objet textuel à un autre, que séparent l’éclat, la visibilité et le volume.

  • 24 Suivant bien sûr le très beau titre de l’essayiste André Belleau.
  • 25 Voir sur ce point Arlette Farge et sa réflexion sur le décalage entre mémoire et histoire dans Des (...)

39Surprendre les voix24, tel pourrait être résumé le projet méthodologique de cet ouvrage : écouter les textes de façon stéréophonique, c’est-à-dire en faisant ressortir la sédimentation, la profondeur et le relief de chacune des dimensions du passé. Partager autrement ce qui, dans la réflexion sur la langue, définit le bruit et la parole, ce qui peut être entendu et ce qui ne l’est pas encore, ce qui, du mutisme, peut être porté au témoignage25. Ce qui, de murmure initial, devient une voix surprise dans sa lancée fragile, avant de basculer dans le silence, d’être porté par les clairons de l’idéologie ou de suivre des avenues plus discrètes dans l’espace public.

40De nombreuses raisons justifient que ce travail soit placé sous le signe de la lecture et de la littérature. Non seulement y a-t-il dans les études littéraires un courant de recherche important sur la question linguistique (Gauvin, Beaudet, Grutman), mais la pensée sur la langue s’est développée tout d’abord chez des écrivains et des essayistes (Crémazie et Buies). Dès l’origine, le littéraire a donc été une voie d’accès privilégiée à la spéculation sur le langage. Quoique ce livre ne s’intéresse pas au traitement de la langue au sein des œuvres littéraires elles-mêmes, auquel d’innombrables travaux se sont consacrés, il n’en demeure pas moins essentiel de s’interroger sur ce que des littéraires peuvent avoir à dire de la réflexion sur la langue.

  • 26 Dans le contexte de ce livre, une telle remarque s’applique tout particulièrement au concept d’exp (...)

41Qui plus est, ce projet s’appuie sur la conviction que les changements historiques véritables sont aussi, et peut-être d’abord, des mutations de langage. Il ne saurait y avoir de parcours critique attentif à l’historicité et aux logiques singulières des discours sans une sensibilité au langage, laquelle ouvre la porte tant à la plongée dans l’interprétation qu’à la défiance devant la surface miroitante des mots26. Savoir considérer un texte dans sa complexité exige que le lecteur soit réceptif à la profondeur des effets de langage, sans céder pour autant au fétichisme : un mot, un motif, un concept n’ont de sens que par et dans leur diffraction à l’intérieur d’un discours donné, à travers des marques textuelles précises. Une véritable interprétation passe donc par une attention réelle aux procédures textuelles, narratives, rhétoriques par lesquelles le sens manifeste sa cohérence ou son incohérence. Ce livre est de part en part littéraire du fait qu’il est centré sur l’opération de lecture et parce qu’aujourd’hui plus que jamais il semble important que ceux que passionne l’acte interprétatif se mêlent de la dimension spéculative des textes. Il y va d’un enjeu disciplinaire qui concerne au premier chef les littéraires.

42Un certain nombre d’études abordent encore la question linguistique sur le mode de la certitude positive sans justement prendre en compte l’épaisseur et la matérialité de la langue. Leur intérêt s’avère par là même limité dans la mesure où, me semble-t-il, les moments les plus féconds de l’analyse se jouent lorsque, dans la lecture, les contours de l’objet d’étude se brouillent et se confondent. C’est alors qu’apparaît le plus nettement l’intérêt d’une réflexion sur les chemins de traverse de l’histoire de la réflexion sur la langue, sur les filiations oubliées, sur les complicités inavouées. Et si l’écriture de l’histoire est un mode d’exposition et de narration des trajectoires inattendues empruntées par les objets de savoir, alors elle nécessite un travail de rapprochement et de dissociation des mots et des idées auquel l’approche littéraire, plus que toute autre, nous a rendus sensibles. Pour ces raisons, ce travail ne se définit pas avant tout comme une histoire de la langue, mais comme une poétique de la langue, au sens premier du terme, c’est-à-dire une étude portant sur la façon de faire (poïein) la langue au Québec, sur la manière dont cet objet spécifique s’est constitué sur le plan discursif. Le rapport au langage est précisément ce qui peut aider à envisager sous un jour différent l’histoire ou, plutôt, la fabrique de cette « langue de papier » qui se constitue au Québec, texte après texte, depuis plus d’un siècle.

  • 27 Michel Foucault, L'archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1999 [1966].
  • 28 Voir Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, (...)

43Ne serait-ce qu’en raison du soupçon porté sur le langage et la volonté de maintenir, voire d’afficher le tremblé des interprétations proposées, cet ouvrage n’entend pas se ranger du côté de l’histoire classique des idées. On en connaît les chausse-trappes, décrites jadis par Foucault en quelques pages bien senties27. Il ne s’agit pas non plus de renoncer à cerner le monde des idées, mais de le faire de manière moins exclusive en l’abordant autrement Ce livre tentera d’en éviter les principales impasses : réduction du monde des idées aux discours des élites, importance démesurée accordée à la force des événements sociopolitiques, déterminisme trop strict au détriment d’explications plurielles, causalité mécaniste, évolutionnisme et historicisme diffus. L’idée ne revêt pas la forme d’une entité abstraite, mais est prise dans la gangue d’une « rumeur latérale » à laquelle il faut également porter attention. D’où l’importance de tenir compte non seulement de ce qui est dit et des énoncés de principe, mais aussi de ce qui est fait et de la signification des menus actes et des inflexions d’attitude du quotidien. Plus qu’une histoire des idées, une histoire intellectuelle à la fois internaliste et externaliste, analytique et synthétique, faite de lectures critiques et de contextualisations28, voilà ce qui décrirait davantage la visée de cet ouvrage.

44Si j’insiste ainsi sur la perspective théorique que j’entends emprunter, c’est avant tout pour rendre compte des sauts que j’ai cherché à pratiquer tout au long de cette recherche : sauts d’un auteur à l’autre, par des chemins souvent détournés, où il faut surprendre des voix qui conversent dans un souffle ; sauts d’un texte au cadre idéologique qui lui donne autorité, où il s’agit de laisser voir comment, malgré les changements d’échelle et le passage du macro au microstructurel, on se trouve malgré tout dans la continuité d’une même logique ; sauts enfin à l’intérieur d’une même œuvre essayistique, où on tente alors d’invoquer dans un même élan l’ensemble des passages pertinents pour l’analyse en suivant les multiples lignes de fuite d’un concept, d’un motif, d’un argument éclairant le traitement de la question linguistique. Ce sont quelques illustrations des discontinuités que j’ai tenté d’inscrire au cœur même d’un travail que je conçois à la fois comme une patiente déambulation au cœur de la question linguistique et comme une circulation dans ses franges et ses marges, près de tout ce qui la touche, s’y accroche, s’y perd, y aboutit, en déborde, pour autant que cela soit appelé par les impératifs de la lecture.

Outils de recherche et dépouillement

45D’innombrables textes sur la langue ont été publiés depuis plus d’un quart de siècle et l’un des traits les plus frappants de ce champ de recherche est l’absence relative de dialogue interdisciplinaire. Non seulement maints articles savants, thèses et mémoires restent dans l’ombre en dépit de leur qualité, mais des cloisons étanches séparent chacune des disciplines qui touchent, par un aspect ou l’autre, la réflexion sur la langue : la linguistique, les études littéraires, la sociologie, les sciences politiques, l’histoire, l’anthropologie, le droit. Les travaux des spécialistes semblent trop souvent élaborés en vase clos, à l’exception de quelques rares points carrefours, toujours les mêmes, notamment les textes de Jean-Claude Corbeil, autour desquels réussissent, par exemple, à dialoguer linguistes et littéraires. Des pans entiers de la littérature critique ne sont jamais cités, au point où la constitution d’une bibliographie non pas exhaustive, mais simplement représentative devient une condition du renouvellement des études sur la langue.

  • 29 André Clas (dir.), Matériaux pour l’étude du français au Canada. Bibliographie des chroniques de l (...)
  • 30 Une recherche exhaustive sur la question linguistique a pu ainsi être faite à partir du CD-ROM Bib (...)
  • 31 Le site Internet L’île permet notamment de consulter un certain nombre de textes intégraux concern (...)
  • 32 On trouvera la liste complète des revues de presse et des périodiques dépouillés dans la bibliogra (...)
  • 33 Si l’on exclut l’anthologie éditée par Noël Corbett, constituée pour l’essentiel de travaux savant (...)
  • 34 Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), Le choc des langues au Québec 1760-1970, 2e édition, Montré (...)

46Certes, le chercheur peut compter sur quelques bibliographies spécialisées sur la question linguistique québécoise29, sur plusieurs répertoires bibliographiques généraux d’une valeur inestimable30 ainsi que sur d’importants outils de référence sur la littérature québécoise31. De même, des revues de presse circonstancielles, ignorées d’ailleurs de la plupart des travaux savants, permettent d’avoir accès à de nombreuses informations indispensables touchant les interventions publiques des principaux intellectuels ayant traité de langue ; j’ai bien sûr mis à contribution l’ensemble de ces instruments de travail, dont j’ai tiré le plus profit32. Néanmoins, les bibliographies sérieuses des travaux savants sur la langue, toutes disciplines confondues, sont à peu près inexistantes. De surcroît, la seule anthologie de textes de référence remonte à 197233. Il s’agit de celle de Guy Bouthillier et Jean Meynaud, Le choc des langues au Québec, qui avait pour objectif de présenter au lecteur un survol des textes emblématiques de la pensée sur la langue au Québec depuis 176034. Mis à part le fait qu'elle s’arrête à 1970, cette anthologie volumineuse comporte les défauts de ses qualités : voulant donner une vue d’ensemble des débats, l’ouvrage n’a pu accorder qu’une place limitée aux textes tirés des journaux et n’a pas donné lieu à un dépouillement significatif des archives journalistiques, ce qui prive le lecteur d’une part importante de la réflexion sur la langue.

  • 35 Annick Farina estime qu’« une des principales failles de la lexicographie québécoise actuelle » es (...)

47Outre l’absence étonnante de dialogue dans un champ d’étude pourtant réputé pour sa complexité et son potentiel polémique, absence sans doute attribuable en partie aux très nettes polarisations des débats, mais aussi à la rareté et aux défauts des outils de référence, on peut dégager un autre trait particulier des travaux sur la langue, soit la perpétuation de la confrontation entre le monde des littéraires et celui des linguistes. Elle dure depuis plusieurs décennies et s’est durcie avec le début de la principale querelle du joual, celle de 1971-1974, qui se caractérise précisément par la mise en place des paradigmes et des arguments qui vont définir la rivalité entre linguistes et littéraires. Cet antagonisme persistant est marqué par de nombreux malentendus empêchant depuis longtemps, et pour les mauvaises raisons, une discussion véritable. D’une polémique à l’autre, on assiste à la réédition des mêmes arguments, sans qu’il y ait évolution marquante ou compréhension des principes sous-jacents à la position défendue par l’autre parti. On ne compte plus les textes de littéraires où transparaît une méfiance tenace envers la réflexion menée dans le champ de la linguistique ; le camp adverse accusera, avec le même esprit partisan et le même schématisme, les « élites » littéraires d’être enferrées dans une quête de capital symbolique qui les définirait tout entier35. On le sait, la querelle du joual est aujourd’hui close, mais curieusement la rivalité linguistes-littéraires est restée vivace, jusqu’aux derniers rebondissements des années 1990.

48Cependant, depuis maintenant plusieurs années, de nombreux travaux sur la langue, de linguistes surtout il faut bien le dire, se sont efforcés de prendre plus sérieusement en compte les préoccupations portées par les littéraires et par une grande partie de l’espace public, notamment en ce qui concerne l’instrumentalisation de la langue par dictionnaires interposés. On doit accorder le plus grand crédit à ce tournant qui s’est accentué au cours de la dernière décennie dans certains travaux de portée générale comme ceux des linguistes Jacques Maurais, Jean-Claude Corbeil, Claude Poirier, Pierre Martel et Hélène Cajolet-Laganière. On ne peut que souhaiter que la recherche s’engage plus avant dans cette voie, non seulement en encourageant la prise en compte des réserves de part et d’autre, mais aussi en exposant encore davantage les différences fondamentales de chacune des positions afin de dégager le débat des ornières profondes dans lesquelles il s’est souvent enlisé. Il existe ici, de toute évidence, une frontière dont il faut, sans la gommer, prendre la mesure et saisir la signification.

49De façon plus générale, on peut dire qu’en ce qui concerne la période 1957-1977, l’approche de la majorité des travaux sur la langue est restée sectorielle. Peu de chercheurs se sont risqués à se lancer dans des travaux de synthèse, la plupart étudiant de préférence des objets précis, bien circonscrits dans la visée et dans le temps. Parmi les sujets de prédilection, on trouve des problématiques aussi diverses que la question de la norme, la réflexion sur la variation linguistique, la lexicographie, la langue des œuvres littéraires, l’examen des différentes législations linguistiques, les stratégies d’aménagement de la langue, etc. De plus, si les domaines du droit, de la littérature et de la linguistique ont donné lieu à de nombreux travaux spécialisés, il n’en va pas de même en ce qui concerne mon objet d’étude, soit la spéculation sur la langue. Signalons cependant plusieurs exceptions, notamment les études remarquables de Lise Gauvin, Ginette Michaud, Paul Daoust et, plus récemment, Alain Combres et Olivier Marcil. En fait, dans la littérature critique, on trouve de nombreux survols sociopolitiques, mais étonnamment peu de travaux savants, même sectoriels, s’attaquant aux idées dans le débat linguistique, en dépit de l’ampleur et de l’intérêt de ce champ d’investigation.

  • 36 Chantal Bouchard, La langue et le nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Montréal, Fides, 1 (...)

50Par exemple, dans La langue et le nombril, de Chantal Bouchard36, qui constitue très certainement la synthèse la plus ambitieuse touchant l’histoire du difficile rapport à la norme qu’entretiennent les Québécois, il n’est pas question de la réflexion sur la langue. L’ouvrage s’intéresse à la « perception » collective de la qualité du français québécois et fait l’impasse sur la dimension spéculative du problème linguistique. Bouchard entend plutôt retracer l’évolution d’une attitude, d’une hypersensibilité à la norme en étudiant le discours métalinguistique, notamment à partir de chroniques linguistiques tirées des journaux. Cette étude, dans laquelle on puisera une foule d’informations d’ordre sociohistorique, m’apparaît en fait comme la somme critique d’une tradition déjà ancienne de recherche sur la norme. Les travaux appartenant à cette lignée sont très nombreux et s’avèrent d’ailleurs de loin les plus rigoureux sur le plan scientifique. Il n’en reste pas moins qu’au-delà de leur qualité, on doit s’interroger sur le fait qu’ils constituent une part absolument démesurée des études sur la langue, au détriment d’autres conceptualisations tout aussi complexes de la question linguistique.

51Dans ce domaine, l’essentiel reste à découvrir. On peut même s’étonner du peu de curiosité des chercheurs québécois à l’égard de la dimension spéculative de la question linguistique tant sont nombreuses les questions encore sans réponse. Y avait-il une pensée sur la langue à Cité libre et à l’École historique de Montréal, qui ont été les fers de lance du renouveau idéologique au Québec dans les années 1950 en introduisant avec force néo-libéralisme et néo-nationalisme ? Quelle était la vision globale de la langue défendue par certains des premiers linguistes québécois, les Pierre Daviault, Jean-Marie Laurence, Gilles Lefebvre, Gilles Bibeau, Gilles Des Marchais, etc. ? Est-il légitime d’avancer qu’il existe des liens spécifiques entre l’allégeance politique et la position sur la langue ? D’où vient l’unilinguisme et comment une idée aussi forte et révolutionnaire a-t-elle pu naître et s’imposer au Québec ? A-t-elle été mise en œuvre ? Dans quelle mesure ? On pourrait multiplier les interrogations, dont certaines ne pourront d’ailleurs être prises en compte dans ce livre. Le chantier est beaucoup trop vaste et appelle d’autres travaux. On ne peut que se réjouir que plusieurs recherches récentes se tournent vers ce domaine encore peu exploré que constitue l’histoire des idées et de la pensée sur la langue ; on en trouvera l’essentiel dans la bibliographie.

52Mon travail, quant à lui, est structuré suivant une perspective chronologique, de manière à mettre en valeur l’individualité des parcours. À l’occasion, cependant, des anticipations ou des retours en arrière dans la pensée d’un auteur pourront être ménagés afin d’en faire ressortir plus clairement la cohérence. De même, la réflexion de chacun des auteurs de mon corpus sera examinée dans sa globalité et non artificiellement détachée, à partir de l’année 1977, des développements qui lui sont postérieurs. Si des éléments importants ont trouvé des échos ou ont fait l’objet d’approfondissements dans les années 1980 ou 1990, j’en ferai donc aussi l’analyse, surtout dans les cas où, en retour, ils éclairent d’un jour nouveau la période 1957-1977. Ainsi, la présence de rapports discrets de filiation, de phénomènes d’intertextualité et d’événements discursifs aux répercussions plus ou moins lointaines ne sera pas occultée par la mise en valeur, d’un chapitre à l’autre, d’une continuité chronologique globale dans la progression de la réflexion sur la langue.

  • 37 À ma connaissance, seuls Guy Bouthillier (1981, 1994), Alain Combres (1996) et Jean-Claude Corbeil (...)

53Consacré à la courte période qui voit naître et se développer l’idée d’unilinguisme, le premier chapitre de ce livre s’intéresse au tournant social et politique qui se produit vers la fin des années 1950 et au début des années 1960 dans la spéculation sur la langue. Les raisons de ce passage du social au politique, de la perspective néo-libérale de Cité libre à la perspective néo-nationaliste de l’École historique de Montréal, seront-elles-mêmes l’une des interrogations principales de cette section. Après un bref examen des positions tenues d’une part par Jean-Paul Desbiens et d’autre part par les deux chroniqueurs linguistiques les plus importants de cette époque, Pierre Daviault et Jean-Marie Laurence, j’accorderai l’essentiel de mon attention à l’étude de la réflexion d’intellectuels de premier plan : Michel Brunet, Jean-Marc Léger, Raymond Barbeau et André d’Allemagne, dont on a aujourd’hui, à des degrés divers, oublié l’importance primordiale dans l’évolution des débats sur la langue37.

54Après avoir ainsi campé le cadre idéologique qui configure les argumentaires linguistiques jusqu’au milieu des années 1970, j’analyserai l’apport des littéraires aux débats au cours de la même période, principalement durant la première moitié des années 1960. Une figure centrale se dégage du tableau d’ensemble, celle de Jacques Ferron, dont la théorie des langues complètes est unique, à l’époque, dans la réflexion des écrivains sur la question linguistique. On verra qu’il joue un rôle cardinal, d’une part, dans l’articulation de la triade langue-littérature-politique, qui naît avec lui et, d’autre part, dans sa transmission aux autres générations d’écrivains, celles de Parti pris et de Liberté, dont j’examine par ailleurs les spéculations les plus caractéristiques (André Major, Gérald Godin, André Langevin, Jacques Godbout et Fernand Ouellette).

55Explorant le tournant des années 1970, le troisième chapitre sera l’occasion d’aborder le délicat problème des origines de la théorisation du « français québécois », de la présence de l’idéologie de la québécitude dans les débats linguistiques et de l’impact de la querelle du jouai sur l’esprit des intellectuels de l’époque. Cette section s’ouvre sur l’étude de la pensée atypique de Henri Bélanger, premier défenseur du français québécois, dont la réflexion, marginale à maints égards, passe par un refus radical de la grille de lecture néo-nationaliste. En dépit de son apolitisme apparent, sa position aura des conséquences importantes sur l’évolution de la spéculation linguistique, notamment chez Michel Tremblay, Jean Marcel, Louis Landry et Victor-Lévy Beaulieu, qui, suivant des voies différentes, auront à se situer par rapport à elle. La querelle se conclut sur les interventions de Hubert Aquin et de Michèle Lalonde, dont les conceptions de la langue, l’une tranchée et l’autre conciliante, apparaissent avec le recul comme deux stratégies différentes et complémentaires pour mettre fin à la plus longue crise linguistique de l’histoire du Québec. Prenant son essor au milieu des années 1970, la réflexion sur la langue des intellectuels marxistes et féministes, quant à elle, s’articule étroitement à la perspective sociolinguistique développée depuis le milieu des années 1960 au Québec.

56Les spéculations sur la langue de Gaston Miron et de Jacques Brault constituent l’objet exclusif du quatrième chapitre. Pour être fidèle à la complexité de leur réflexion et aux concepts spécifiques que les deux poètes mettent en place dans leur œuvre essayistique, le propos de cette section se situe à un niveau plus théorique et, par le fait même, tranche nettement avec le ton des premiers chapitres. Dans des analyses de texte serrées qui convoquent l’ensemble de leurs essais sur la langue, j’essaie notamment de faire ressortir l’importance du motif de la langue natale chez Miron et de l’horizon de parole chez Brault. Très différents et malgré tout si proches, les deux poètes inscrivent l’altérité au cœur de leur vision de la langue. Une lecture attentive de Miron le montre bien, malgré les ambiguïtés de sa conceptualisation. Chez Brault, par contre, la fonction de la médiation par l’autre est telle, sur le plan théorique, qu’elle appelle un changement de paradigme complet dans la réflexion linguistique. Sa critique rigoureuse du nationalisme en témoigne, de même que l’émergence chez lui, au milieu des années 1970, d’une problématique de la traduction que l’on peut interpréter comme un détournement stratégique de l’expressivisme et d’une reformulation du rapport à l’appropriation et à la subjectivité.

57Ces différents parcours permettront, je l’espère, d’évaluer plus clairement l’importance, la diversité et l’originalité de la spéculation sur la langue chez les intellectuels québécois sur la base d’analyses minutieuses, attentives aux logiques proprement discursives et soucieuses de ne pas les envisager en dehors du contexte historique qui permet d’en cerner les enjeux souterrains. Une part significative des textes et des auteurs qui sont étudiés dans ce livre n’a pas, jusqu’à maintenant, trouvé place dans les histoires officielles de la langue au Québec ou n’a pas donné lieu à des travaux spécifiques et substantiels. C’est pourquoi ce travail se présente également, par la marge, comme une réflexion sur la façon dont la critique constitue ses objets d’étude privilégiés, bientôt devenus canoniques. Accueillir le « vaste souffle » des choses, en ce sens, c’est aussi écouter, en stéréophonie, avec leur plein relief, le concert de ces voix mineures ou majeures ayant marqué le cours des événements sans toujours s’inscrire dans l’Histoire.

Notes

1 Jacques Rancière, Le partage du sensible, Paris, La fabrique, 2000, p. 12.

2 Ibid., p. 62-63.

3 Marie-Andrée Beaudet, « Quelle langue pour quelle histoire ? », Les Cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, no 5, printemps 1996, p. 43. Consulter au sujet des mêmes doléances, exprimées plus récemment, l’excellent article de Claude Poirier, « De la défense à la codification du français québécois : plaidoyer pour une action concertée », Revue québécoise de linguistique, vol. 26, no 2, 1998, p. 131 et 141.

4 J’entends le mot épiphanie au sens étymologique : la manifestation soudaine d’une réalité voilée.

5 Voir Charles Taylor, Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, trad. par Charlotte Melançon, Montréal, Boréal, 1998, p. 470. Désormais désigné par le sigle SM.

6 Charles Taylor, « Le langage et la nature humaine », La liberté des modernes, trad. par Philippe de Lara, Paris, PUF, 1997, p. 21-66. Désormais désigné par le sigle LN. Dans la traduction française, le mot anglais language (qui comprend ce qu’en français on distingue par langue et langage) est souvent traduit par langage, mais dans les faits renvoie le plus souvent à la langue proprement dite.

7 « Je ne puis penser la première pensée humaine, poser le premier jugement sensé sans dialoguer en mon âme, ou sans tendre à dialoguer » (Johann Gottfried Herder, Traité sur l’origine de la langue, introduction, traduction et notes de Pierre Pénisson, Paris, Aubier-Montaigne, 1977, p. 88).

8 « Quelque chose de fondamental change à la fin du XVIIIe siècle. Le sujet moderne ne se définit plus simplement par le pouvoir de maîtrise rationnelle désengagée, mais aussi par ce nouveau pouvoir d’autoformulation expressive — pouvoir qui a été attribué à l’imagination créatrice depuis l’époque romantique » (SM, p. 489).

9 Voir « Paysages du sujet », Intérieurs du Nouveau Monde, Montréal, Boréal, 1998, p. 159. Pour prendre un exemple plus récent, on pourrait aussi invoquer la poétique exploréenne de Claude Gauvreau, dans laquelle l’œuvre d’art doit être portée par « l’extrême fine pointe de la tension subjective » (Claude Gauvreau et Jean-Claude Dussault, Correspondance 1949-1950, présentation de J.-C. Dussault et notes d’André-G. Bourassa, Montréal, L’Hexagone, 1993, p. 150).

10 Gilles Gagné, « Tradition et modernité au Québec : d’un quiproquo à l’autre », dans Mikhaël Elbaz, Andrée Fortin et Guy Laforest (dir.), Les frontières de l’identité, Sainte-Foy/Paris, PUL/L’Harmattan, 1996, p. 68.

11 Voir Denis Monière, « Le français et l’émergence du sentiment nationaliste », dans Michel Plourde (dir.), avec la collaboration de Hélène Duval et de Pierre Georgeault, Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, Québec, Conseil de la langue française, 2000, p. 104-110.

12 Voir Marie-Andrée Beaudet, Langue et littérature au Québec (1895-1914), Montréal, L’Hexagone, 1991 ; Lise Gauvin, Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000.

13 En 1964, la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal invite encore les francophones à ne parler que leur langue maternelle dans la métropole, dans un sursaut de volonté et de fierté, pour transformer à l’avantage du français le rapport de force entre les langues (Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, « Congrès » [mars 1964], dans François-Albert Angers, Les droits du français au Québec, Montréal, Éditions du Jour, 1971, p. 164).

14 Klaus Bochman, « La Société du Bon Parler français dans la Révolution tranquille. Discours de l’opposition et de l’adaptation aux changements glottopolitiques », dans Ingo Kolboom, Maria Lieber et Edward Reichel (dir.), Le Québec : sociétés et cultures. Les enjeux identitaires d’une francophonie lointaine, Dresden, Dresden University Press, 1998, p. 207.

15 L’aménagement du corpus pose la question de la qualité, de la normalisation et de l’instrumentation de la langue elle-même, tandis que l’aménagement de son statut implique la mise en œuvre d’une politique linguistique qui explicite son statut officiel à l’intérieur des institutions d’une collectivité donnée (voir Pierre Martel et Hélène Cajolet-Laganière, Le français québécois. Usages, standard et aménagement, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1996, p. 15-16).

16 Pour des analyses complémentaires sur la différence, dans les débats sur la langue, entre la Révolution tranquille et la période qui l’a précédée, voir Michel Plourde, « La politique et la législation linguistique du Québec » [1982], La langue française au Québec. Conférences et allocutions (1980-1985), Montréal, Éditeur officiel du Québec, 1985, p. 118-119.

17 Lise Gauvin, Langagement, op. cit., p. 50.

18 Ce phénomène est évident dans la pensée allemande, par exemple, dont les travaux d’Anne-Marie Thiesse et de Charles Taylor, notamment, ont bien montré le rôle éminent dans l’évolution de la philosophie du langage en Europe. De même, Pierre Caussat rappelle l’importance qu’avait, pour Leibniz, la densité du réseau d’hommes et de femmes parlant la langue allemande, condition sine qua non d’une féconde « communication du savoir » s’appuyant sur une véritable communauté de langue (Pierre Caussat, dans Marc Crépon et al., La langue, source de la nation. Messianismes séculiers en Europe centrale et orientale [du XVIIIe au XXe siècle], Paris, Mardaga, 1996, p. 46). Voir aussi, sur un certain désenchantement, Alain Touraine, Critique de la modernité, Paris, Fayard, 1992, p. 10-12.

19 Afin de situer aussi précisément que possible les textes dans leur contexte discursif propre, j’indiquerai entre crochets, lorsque cela est pertinent, leur date de rédaction ou de première diffusion (écrite ou orale s’il s’agit d’une conférence) ainsi que leur lieu de publication. Signalons par ailleurs le léger problème de présentation que posait le renvoi, dans ce livre, à plusieurs centaines de textes, pour ne parler que du corpus principal. C’est ce qui explique le nombre important de notes infrapaginales, que j’ai essayé de limiter néanmoins par le recours à des sigles désignant les ouvrages fréquemment cités. Le lecteur tiendra en outre pour acquis que les citations qui ne sont pas accompagnées de leurs références sont tirées du dernier texte identifié en note.

20 L’Alliance laurentienne est le premier mouvement politique à proposer un programme d’action qui concerne la question linguistique (voir Guy Bouthillier, « Aux origines de la planification linguistique québécoise », dans André Martin [dir.], L’État et la planification linguistique II. Études de cas particuliers, Québec, Éditeur officiel du Québec, 1981, p. 8).

21 Henri Meschonnic, De la langue française. Essai sur une clarté obscure, Paris, Hachette, 2001, p. 65.

22 Éric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, traduction de Dominique Peters, Paris, Gallimard, 2001 [1992], p. 30.

23 Walter Benjamin, Paris, capitale du XIXe siècle. Le livre des passages, trad. par Jean Lacoste, Paris, Éditions du Cerf, 1989, p. 477.

24 Suivant bien sûr le très beau titre de l’essayiste André Belleau.

25 Voir sur ce point Arlette Farge et sa réflexion sur le décalage entre mémoire et histoire dans Des lieux pour l’histoire, Paris, Seuil, 1997, p. 88-94.

26 Dans le contexte de ce livre, une telle remarque s’applique tout particulièrement au concept d’expressivisme, qu’on ne retrouve évidemment pas tel quel dans les textes de mon corpus. Il faudra donc faire ressortir ce que les intellectuels québécois entendent par des mots aussi familiers qu’expression, instrument, véhicule ou encore miroir pour saisir l’intérêt et la pertinence de la théorisation de Taylor.

27 Michel Foucault, L'archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1999 [1966].

28 Voir Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003.

29 André Clas (dir.), Matériaux pour l’étude du français au Canada. Bibliographie des chroniques de langage publiées dans la presse au Canada, Montréal, Département de linguistique et philologie, Université de Montréal, 1975-1976 ; Claude-Marie Gagnon, Bibliographie critique du jouai, 1970-1975, Québec, Institut supérieur des sciences humaines, Université Laval, 1976 ; Lise Gauvin (dir.), Langues et littératures : dossier bibliographique, Montréal, Centre d’études québécoises, Université de Montréal, 1997.

30 Une recherche exhaustive sur la question linguistique a pu ainsi être faite à partir du CD-ROM Bibliothèque québécoise, recensant les articles publiés dans les principaux quotidiens québécois entre 1966 et 1998.

31 Le site Internet L’île permet notamment de consulter un certain nombre de textes intégraux concernant les principaux écrivains québécois. De même, l’imposante série de dossiers de presse sur des personnalités publiques importantes (des écrivains, pour l’essentiel) éditée par Claude Pelletier m’a été d’un grand secours.

32 On trouvera la liste complète des revues de presse et des périodiques dépouillés dans la bibliographie, ainsi que les détails du mode de dépouillement.

33 Si l’on exclut l’anthologie éditée par Noël Corbett, constituée pour l’essentiel de travaux savants (Langue et identité. Le français et les francophones d’Amérique du Nord, Québec, Presses de l’Université Laval, 1990).

34 Guy Bouthillier et Jean Meynaud (éd.), Le choc des langues au Québec 1760-1970, 2e édition, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 1972.

35 Annick Farina estime qu’« une des principales failles de la lexicographie québécoise actuelle » est son « dédain » pour les littéraires, « qui auraient pu être considérés comme des utilisateurs non négligeables de la langue française au Canada » (Dictionnaires de langue française du Canada. Lexicographie et société au Québec, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 184).

36 Chantal Bouchard, La langue et le nombril. Histoire d’une obsession québécoise, Montréal, Fides, 1998.

37 À ma connaissance, seuls Guy Bouthillier (1981, 1994), Alain Combres (1996) et Jean-Claude Corbeil (1980) relèvent l’importance de certains de ces intellectuels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search