Version classiqueVersion mobile

Histoires de fantômes

 | 
Martine Delvaux

Troisième partie. Au bord de soi

Ophélie

Texte intégral

1 Au terme du parcours dessiné par ce livre, s’élève la voix du je qui écrit ici, qui se manifeste sans détours au sein d’un dialogue avec les textes étudiés, dans le but d’aller autrement à leur rencontre. Intimité ultime qui propose une autre façon d’écrire, de se pencher sur l’écriture, dans le but de la penser. Le moi qui rédige ces pages, l’universitaire qui tient dans la main le livre, se dévoile pour prendre une route autre que celle indiquée, une route qui détourne, pour faire, en somme, fausse route. Ainsi, après le spectre du roi et celui de Hamlet, c’est le fantôme d’Ophélie que ce livre convoque. Dernière figure du drame que le temps a figée en un cliché et rendue muette, Ophélie, en marge de Hamlet, la folle et la suicidée, demeure néanmoins au centre du récit. Sans mère, entourée d’hommes pour qui elle faitfonction d’écran — son père, son frère Laertes, et Hamlet, celui qui devait être son fiancé—, elle n’existe que bien peu, jusqu’à ce que les événements l’amènent à abandonner la vie. Ophélie, venue au saule « portant de fantasques guirlandes » qu’elle voulait y accrocher, en est tombée, « nouvelle sirène », flottant sur l’eau, sa robe en corolle autour d’elle.

  • 1 Nombreuses sont les critiques qui ont abordé le personnage d’Ophélie dans une perspective féminist (...)
  • 2 Dans « “As your daughter may conceive” : A note on the fair Ophelia », Erik Rosenkrantz Bruun affi (...)
  • 3 Hamlet, p. 109.
  • 4 Joan Montgomery Byles, « The problem of the self and the other in the language of Ophelia, Desdemo (...)
  • 5 Op. cit., p. 106.

2 Ophélie représente la solitude des commodités, de ces femmes dont la fonction est d’accompagner. Ne lui reste que la folie pour s’exprimer, pour dire ce qu’elle sait mais que personne ne semble savoir écouter 1. C’est ainsi quelle donne des fleurs funèbres à ceux qui vont bientôt mourir2, quelle chante des paroles qui décrivent des scènes passées et à venir. « Voici la pauvre Ophélie séparée d’elle-même et de ce noble jugement sans lequel nous sommes des images ou de simples bêtes3 », dit le Roi. Mais Ophélie est loin d’être une image ou une bête ; elle est plutôt une conscience totale, une sorte de devin, et ce que révèle sa « folie », ses danses et ses chansons, c’est son autonomie, la voix qui la définit4 : « son langage [...] fait réfléchir ceux qui l’écoutent : on en cherche la suite5 ».

  • 6 Lévesque, Par-delà le masculin et le féminin, p. 137.
  • 7 Derrida, « Chorégraphies », p. 100.

3 Les explorations présentées dans les pages qui suivent, qui tournent doublement autour des autobiographies de Derrida et du je de celle qui écrit, représentent la différence du style. « La déconstruction derridienne n’est-elle pas elle-même affaire de style6 ? » demande Claude Lévesque. Et qu’en est-il de la folie du style qui se manifeste ici ? Plus on avance, plus l’écriture se dégage du philosophe pour re-naître à elle-même, plongée dans une sorte de ruisseau qui échappe à la loi du père. En fin de compte, la femme, située en marge des lois de l’écriture, chanteuse, danseuse qui transgresse les genres littéraires et sexués, fait un pas qui « récus[e] une certaine pensée du lieu et de la place (toute l’histoire de l’Occident et de sa métaphysique) » afin « de danser autrement7 ».

4 Dans les dernières pages de ce livre, à partir des incursions autobiographiques de Derrida, un sujet s’écrit en marge. À la fin du parcours, le je de l’intime lui-même se spectralise, faisant apparaître par le biais d’un récit de naissance, une dernière histoire de fantôme.

Notes

1 Nombreuses sont les critiques qui ont abordé le personnage d’Ophélie dans une perspective féministe : Elaine Showalter, Carole Thomas Neely, Gabrielle Dane, Emi Hamana, Joan Montgomery Byles, etc.

2 Dans « “As your daughter may conceive” : A note on the fair Ophelia », Erik Rosenkrantz Bruun affirme que les fleurs choisies par Shakespeare indiquent qu Ophélie était enceinte. Paru cinq ans avant la première de Hamlet, l’ouvrage The Herbal or General History of Plants de John Gerard, ouvrage populaire auprès des Anglais, donne des propriétés abortives aux plantes choisies par le dramaturge (Hamlet Studies, vol. 15, nos 1-2, été-hiver 1993).

3 Hamlet, p. 109.

4 Joan Montgomery Byles, « The problem of the self and the other in the language of Ophelia, Desdemona and Cordelia », American Imago, vol. 46, no 1, 1989, p. 48.

5 Op. cit., p. 106.

6 Lévesque, Par-delà le masculin et le féminin, p. 137.

7 Derrida, « Chorégraphies », p. 100.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search