Version classiqueVersion mobile

Histoires de fantômes

 | 
Martine Delvaux

Deuxième partie. Devant l'événement

Hamlet

Texte intégral

  • 1 Genèses, généalogies, genres et le génie. Les secrets de l’archive, p. 94.
  • 2 Shakespeare, Hamlet, p. 29.

1 Si l’archive recèle quelque chose du tombeau, demeure ultime de ceux qui sont disparus, c’est bien d’elle qu’il est question dans Hamlet. Histoire de deuil, d’ontologisation des restes, de présentification des absents, la tragédie concerne ce qui reste des défunts, ce qui demeure, ce qui revient, leur(s) mémoire(s) et leur(s) souvenir(s). « Souviens-toi de moi ! » enjoint le père de Hamlet à son fils. « Adieu, souviens-toi de moi ! » Intimation intime que celle du fantôme qui fait jurer aux témoins de ne rien révéler de sa traversée. Le mystère demeure : fantômes et humains ne doivent pas se fréquenter. Le prince mélancolique, fou de douleur après la mort de son père, fou d’amour pour Ophélie ; le prince lecteur, tenant un livre entre ses mains, ou encore, comme l’imagine Derrida, tenu sur des remparts de livres1 : Hamlet est un passeur, un tiers inclus exclu de l’événement dont on l’enjoint d’être le témoin. Venger son père, défendre son nom : voilà la tâche de Hamlet. L’ordre vivant de son père remplira les feuillets du livre de son cerveau2.

  • 3 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 280.

2 Mais qu'est-ce que cela signifie ? Quelle responsabilité est-ce que cela implique ? Être témoin, n'est-ce pas, dans tous les cas, faire parler les morts, faire parler la mort ? Laure Adler, Annie Emaux et Anne-Claire Poirier, chacune à sa façon, rendent la parole à la disparition. Si, comme le suggère Michel de Certeau, le mourant est jeté hors du pensable et hors du nommable, c’est-à-dire à l’extérieur de ce qui peut être fait, ces auteures redonnent une place non seulement à la mort comme ce qui se situe en marge du langage, mais à ces morts particulières que l’Histoire et la littérature ont rarement prises en compte : mort de l’enfant, expérience de la mort telle qu’elle se trouve mise en jeu dans l’avortement. Témoins d’événements, Adler, Emaux et Poirier posent leur parole entre. Comme le suggère De Certeau : « Entre la machine qui s’arrête ou crève, et l’acte de mourir, il y a la possibilité de le dire. » Possibilité du dire qui permet la « possibilité de mourir3 », c’est-à-dire la possibilité de sortir la mort du silence, de l’aveuglement, pour la révéler comme événement. Spectralisées par la douleur, ces trois auteures traversent le mutisme pour donner voix à l’indicible, pour faire parler les fantômes.

3 C’est ainsi que, cherchant à rendre justice aux femmes, à insérer une histoire de femme dans la grande histoire écrite au masculin, Emaux fait le récit de son avortement clandestin. C’est pour cette même raison — pour défaire le silence — qu’Adler raconte la disparition de son nourrisson. C’est enfin dans cette perspective qu’il faut lire le film d’Anne-Claire Poirier, témoignage sur la vie et la mort que cause la toxicomanie. Ces récits refusent la loi tacite qui dicte l’effacement de la mort, l’oubli de la douleur et l’accomplissement de ce travail impossible qu’est le deuil.

4 Les morts ne meurent jamais, ils demeurent ; le deuil n’est jamais fait et on n’atteint jamais le fond originel des choses : voilà le chemin que nous intiment à prendre les témoignages étudiés, témoignages de l’indicible, paroles impossibles qui avouent leur impossibilité... Le texte qui clôt cette partie, par la forme particulière qu’il prend — structure en miroir où se côtoient l’analyse de texte et un témoignage de la part de celle qui l’effectue ; inscription de ce moi qui se sera depuis le début frayé un chemin au travers des lectures —, représente l’inscription d’un commentaire sur l’enjeu éthique que comporte la lecture du témoignage, lecture qui serait elle-même toujours, de façon explicite ou implicite, testimoniale.

Notes

1 Genèses, généalogies, genres et le génie. Les secrets de l’archive, p. 94.

2 Shakespeare, Hamlet, p. 29.

3 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 280.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search