Version classiqueVersion mobile

Histoires de fantômes

 | 
Martine Delvaux

Première partie. En regard de la loi

2. Au nom du père

Un père de Sybille Lacan

Texte intégral

  • 1 Sibylle Lacan, Un pire, Paris, Gallimard, 1994, p. 17.

1La figure paternelle présente/absente que met en scène le témoignage de Kathryn Harrison, tout comme la mort qu’elle porte et transmet, trouve des échos dans Un père, le récit « puzzle » de Sibylle Lacan, qui raconte sa vie auprès du célèbre Jacques. « Nous savions que nous avions un père, écrit-elle, mais apparemment les pères n’étaient pas là1. » Si le père fait la loi, il la fait ici comme le père de Hamlet : depuis son absence, à travers son inaccessibilité, son invisibilité, comme si un père, pour être père, n’avait pas à se faire corporellement présent, comme si son nom suffisait à le représenter et à incarner sa loi. Et tout est affaire de loi, de nom et de regard chez Sibylle Lacan : nom du père porté et exporté ; légitimité donnée mais dévaluée par la désertion d’un père qui préfère à sa fille une autre fille qui fait partie d’une deuxième famille adoptée ; coups d’œil, enfin, pris par lui mais regard jamais déposé... Ici, le père fait la loi de loin, d’un lieu mystérieux, bien caché derrière sa visière.

  • 2 Sibylle Lacan, Points de suspension, Paris, Gallimard, 2000, p. 81.

2Dans Points de suspension, ouvrage paru six ans après Un père, Sibylle Lacan écrit : « Je me disais, allongée auprès de mon compagnon de dix ans — un homme d’une rare bonté —, je me disais : “Au fond, les hommes m’ont toujours fait peur.” Entendez-moi bien. Je parle là d’une séparation originelle2. » Comme les fantômes, comme le roi dans la tragédie de Hamlet, le spectre fait la loi en faisant la part belle au père et à la peur...

*

  • 3 Marie Maclean, The Name of the Mother. Writing Illegitimacy, New York/Londres, Routledge, 1994, p. (...)

3Dans son ouvrage intitulé The Name of the Mother. Writing Illegitimacy, Marie Maclean — elle-même la fille d’une fille-mère dont elle porte le nom — avoue que, dans son travail, elle « mythologise » à partir de cette expérience intime d’une famille autre que nucléaire. Cette mythologisation l’amène à concevoir une position particulière qu'elle repère chez des auteures qui ont choisi de porter le nom de leur mère, de s’approprier positivement un statut (parfois fictif) d’enfant illégitime. Cet acte de « délégitimation », qu'elle décrit comme un « devenir-minoritaire3 », correspond à un désengagement de la loi du père. Le rejet initial de l’enfant par son père et l’absence d’un patronyme, plutôt que de représenter une souffrance, donnent lieu à l’expérience d’une liberté identitaire. Le nom n’est pas figé, écrit Maclean ; il est l’espace où s’inventent d’autres mondes possibles :

  • 4 Ibid., p. 8 et 10. Je traduis.

La flexibilité même du nom et le rejet de l’ordre patriarcal confèrent aux femmes la qualité de pouvoir changer. Elles sont capables, comme le dit Derrida, de mettre en scène leurs signatures4.

4Le cas de Sibylle Lacan, la fille de Jacques Lacan, est emblématique de cette réappropriation du patronyme sur la scène de l’écriture, car s’il n’est pas à proprement parler celui d’une « bâtarde », il se présente néanmoins comme celui d’une délégitimation, celui d’une fille qui a un père biologique, qui ne refuse pas de porter son nom sans toutefois coïncider avec lui. Ce nom est bien celui du père et, qui plus est, celui d’un père qui ne signifie rien d’autre qu’une absence. Le nom qui relie la fille au père ne le relie pas, lui, à elle. Avec Un père pour scène, Lacan tente d’inventer un autre monde que celui que nomme son nom, dans le but de se guérir du traumatisme originaire qui consiste à ne pas faire un avec ce père et son célèbre patronyme. Dans ce texte, elle tente de reprendre symboliquement possession d’un nom qui est et n’est pas le sien, de le signer sur la scène de son écriture afin qu’il ne la rende plus « malade » ou « folle ». Interpellant le père qui l’a nommée, Sibylle Lacan se réapproprie son nom et parvient à soigner la blessure de la nomination en accordant à ce nom de Lacan une autre dimension.

  • 5 Judith Butler, Excitable Speech, New York/Londres, Routledge, 1997, p. 38.

5Si on doit être nommé pour entrer dans le langage, dans le symbolique et le social, cet acte, suggère Judith Butler, est, en tant que tel, le lieu d’un traumatisme, puisqu’il ne relève pas de ma volonté, puisqu’il me fait arriver malgré moi dans le monde du langage. Mais si les noms qu’on nous donne sont rarement des noms qu’on choisit, ceux-ci représentent néanmoins la possibilité d’une agentivité, la répétition d’une subordination originaire dans un autre but, dans l’horizon d’un autre avenir5. De fait, quel est le pouvoir qu’exerce un nom ? Que peut-il nous faire ?

*

  • 6 Ibid., p. 27.

6Dans sa réflexion sur la violence des injures et la peur qu’elles génèrent chez celui ou celle qui en est l’objet, Butler suggère que le nom porte la garantie de l’existence. Ainsi, toute violence verbale qui prend appui sur l’interpellation contient une menace de mort qui reflète négativement la dénomination première qui met l’individu au monde. Ce que la violence verbale met en lumière, c’est l’assujettissement — le devenir-sujet — qui accompagne tout acte de nomination, qu’opère aussi l’absence d’interpellation, ce silence qui, selon Butler, peut avoir pour effet de mettre quelqu’un à sa place, de lui conférer une place, même si c’est celle de l’absence, ce qui devient douloureusement clair quand on se surprend à préférer être insulté plutôt que de ne pas être du tout appelé6.

  • 7 Lacan, Un père, p. 15.
  • 8 Ibid., p. 48.

7Le drame de Sibylle Lacan repose sur le fait que ce nom du père, reçu à la naissance, au lieu de lui conférer l’existence, s’est révélé créateur d’absence. Absence physique et psychologique de ce père-fantôme « intermittent, en pointillé », causé par la séparation des parents — « Quand je suis née, mon père n’était déjà plus là7 » —, et qui se transforme chez la fille en une maladie, en ce manque à soi qui semble faire écho à ce qu'elle subit comme la non-reconnaissance de son père. Lacan précise que sa maladie (symptômes de fatigue, de « coton » dans la tête, idées de suicide...) n’est pas l’objet de son livre ; néanmoins, celle-ci occupe une place centrale, la part de mort à l’intérieur du récit de vie : « Toujours le même épuisement, le même état “cotonneux”, une étrange absence d’émotion. Ma vie était un enfer8. » Cette maladie, c’est moins la psychanalyse que l’écriture — témoignage que constitue Un père — qui servira à la contrer :

  • 9 Ibid., p. 46.

écrire alors que je ne pouvais plus lire, fixer les jours alors que je n’avais plus de mémoire, attraper les mots avant qu’ils ne m’échappent, trouver un reflet, une preuve de mon existence sur des bouts de papier... Tenter de survivre, c’est tout9.

  • 10 Jacques Derrida, Demeure, p. 54. Derrida renvoie ici à l’étymologie du mot témoignage, dont la rac (...)

8Tout témoin est un survivant, suggère Jacques Derrida10. Shoshana Felman abonde en ce sens, reliant toute autobiographie de femme à une pratique testimoniale :

  • 11 Shoshana Felman, What Does a Woman Want? Reading and Sexual Difference, Baltimore/Londres, Johns H (...)

Étant donné le fait que toute vie de femme est une existence traumatisée, l’autobiographie au féminin ne peut se présenter que comme un témoignage : à la survie. Et comme d’autres témoignages de survivants, la lutte qui s’y trouve mise en jeu concerne l’acte de témoigner à la fois de la vie et de la mort — du mourir — que la survie implique11.

9Sibylle Lacan tente de survivre par l’écriture d’Un père, la mise en récit de ce père bien connu et dont elle révèle l’intimité, elle qui tâche, dans ce texte « puzzle » de réincarner ce père « intermittent, en pointillé », calquant son écriture sur l’aller-retour constant de ses présences et absences répétées.

  • 12 Ibid.

Le témoignage, écrit aussi Felman, est composé des morceaux d’une mémoire qui a été surchargée par des événements qui n’ont pas encore été compris ou remémorés, des actes qui ne peuvent pas être reconstruits ou assimilés en tant que savoir, des événements qui excèdent nos points de référence12.

  • 13 Lacan, Un père, p. 9.
  • 14 Ibid., p. 41.
  • 15 Ibid., p. 15. Je souligne.

10Lacan présente son récit comme une œuvre entièrement subjective, écrite en fragments dont la juxtaposition a pour but « de faire surgir de ma mémoire tout ce qui s’est passé d’important, de fort... entre mon père et moi13 ». Ce texte met en scène ce qu’il y avait entre Lacan et son père, ce qui s’est passé, ou plutôt ce qui, de l’un à l’autre, n’est jamais passé, n’a jamais été légué. Car ce que Un père vient nommer, c’est bien une « séparation originelle », une filiation coupée, une rencontre dont l’échec est dû à un défaut de nom : ce que Lacan raconte ne pas avoir eu (et qu'elle a remplacé somatiquement par une maladie — elle écrit : « “j’avais” quelque chose14 » —), ce qu'elle n’a jamais vraiment eu, c’est ce nom qui est par ailleurs le sien, le nom de « Lacan » qui est aussi celui de Thibault son frère, et de Caroline, sa sœur décédée au moment de l’écriture, « les seuls à [le] porter. Et c’est bien de cela qu’il s’agit15. » Ce dont il s’agit, c’est ce nom qui lui a été dérobé symboliquement par la séparation originelle de celui qui le lui a conféré, et qui a eu pour conséquence l'effacement littéral de la fille, son illégitimation.

  • 16 Ibid., p. 55.
  • 17 Judith est la fille que Jacques Lacan a eue avec Sylvia Bataille, née presque en même temps que Si (...)
  • 18 Ibid., p. 37.
  • 19 Ibid.

11Vers l’âge de 30 ans, Lacan apprend de la bouche d’un ami que dans le dictionnaire des gens célèbres — le Who’s Who ? —, son père « n’a qu’une fille : Judith16 », cette fille-là proprement illégitime puisqu’elle porte le nom d’un autre homme, celui de « Bataille17 ». Judith est le double héroïque : « Elle était si aimable, si parfaite et moi, si maladroite, si gauche. Elle était la socialité, l’aisance, j’étais la paysanne du Danube. Elle avait l’air d’une femme, j’avais encore une allure enfantine18. » Elle incarne le « qui » dans le Who’s Who ? dont Sibylle, ses frère et sœur seront exclus. À côté d’elle sur les lignes de son texte, Lacan se met entre parenthèses, en aparté, s’ignorant comme elle a été elle-même ignorée : « Combien de fois à la Sorbonne [Judith] m’a-t-elle croisée en faisant semblant de ne pas me reconnaître19 ? »

  • 20 Ibid., p. 57.
  • 21 Ibid., p. 61.
  • 22 Ibid., p. 65.

12L’annonce de la paternité refoulée de Jacques Lacan, lancée au cœur même du livre (à la 55'page sur 106), en constitue le noyau traumatique : « Le noir se fit dans ma tête. La colère ne vint qu’après. [...] J’ai haï mon père pendant plusieurs années20. » Le souvenir de cet événement provoque, dans l’écriture, le retour sur un épisode de l’adolescence au cours duquel Jacques Lacan surprend Sibylle nue dans la salle de bains : « un coup d’œil, écrit-elle, c’est toujours ça de pris... (J’étais furieuse)21. » C’est de ce même regard qu’elle souffre, mais cette fois par son absence, lorsqu’elle aperçoit, 5 rue de Lille, une seule photo d’enfant : Judith, dont la ressemblance au père est frappante. « À ses patients, à nous, à moi, pendant plus de vingt ans, mon père a semblé dire : Voici ma fille, voici ma fille unique, voici ma fille chérie22. »

  • 23 Ibid., p. 15.
  • 24 Ibid., p. 43.
  • 25 Ibid., p. 38.

13« Je suis le fruit du désespoir, d’aucuns diront du désir, mais je ne les crois pas23 », écrit Lacan. Son père vivait toutefois ce désir pour des femmes autres que sa mère, pour des filles autres que la sienne... Comme dans cet épisode où, l’attendant sur le balcon de la maison maternelle, rue Jadin, pour une consultation « professionnelle », Sibylle le voit sortir, à quelques mètres d’où elle se tient, d’une maison de rendez-vous : « Comment avait-il pu m’imposer ce supplice pour satisfaire d’abord son désir24 ? » Ou encore, dans cette scène où elle décrit son père dansant avec Judith, « comme des amoureux [...] Mais dans quel monde étais-je tombée ? Un père n’était-il pas un père25 ? »

  • 26 Ibid., p. 93.
  • 27 Ibid., p. 27.

14Les dernières années de la relation entre « un père » et sa fille seront marquées par une absence de plus en plus grande et par des « non » multipliés : « non » aux demandes d’argent de Sibylle, « non » à Thibault qui demande si Jacques Lacan, alors qu’il est en train de mourir, veut voir sa fille... Pourtant, écrit Sibylle Lacan, « je suis sûre que si j’avais été là, il m’aurait, à un moment où à un autre, reconnue, et les années qui ont suivi auraient été pour moi moins pénibles26 ». C’est en écrivant (et en publiant) son texte près de 10 ans après la mort de son père, et en reprenant publiquement son nom, que Lacan accomplit un acte de deuil grâce auquel elle trouve justice. « Et si un père servait d’abord à cela : à rendre la justice27 ? » écrit-elle. Et si Un père servait d’abord à cela ?...

*

  • 28 Derrida, Demeure, p. 54.
  • 29 Ibid., p. 51.
  • 30 Lacan, Un père, p. 9.
  • 31 Ibid., p. 135.
  • 32 Ibid., p. 149.

15Le témoin se rend justice : il se singularise, révèle sa parole comme unique, « irremplaçable ». Le témoin est celui qui certifie avoir été présent lors d’un événement, et « cette parole survivante, écrit Derrida, doit être aussi exemplairement irremplaçable que l’instance de l’instant depuis laquelle elle parle28 ». Ce qui est dit est donné et doit être reçu comme étant toute la vérité, rien que la vérité. « Un témoignage ne doit pas être, en droit, une œuvre d’art ni une fiction29... » De fait, Sibylle Lacan précise que son récit « ne contient pas une once de fiction30 » et atteste ainsi la vérité de ce qu'elle raconte. Et si la vérité demeure de façon ultime à jamais invérifiable (« on ne peut que témoigner là où le témoignage ne témoigne que pour l’absence d’attestation31 »), son attestation est néanmoins le lieu d’un appel fait au public : appel à sa foi en elle. Cet appel se trouve dans la dédicace : « à tous ceux qui ont cru en moi », de même que dans la figure du premier amant : « Il était la première personne qui m’écoutait et me croyait sans chercher à comprendre, sans mettre un instant ma parole en doute32. »

  • 33 Antoine Vergote, « L’avènement du sujet dans l’événement de la vérité », Interprétation du langage (...)

16« Le témoignage contredit radicalement la tendance à concevoir toute vérité comme a-subjective. [...] Il introduit un autre type de vérité : celle d’un dévoilement historique qui passe par un rapport intersubjectif. » Antoine Vergote décrit ce rapport intersubjectif comme un « processus de vérité parce que l’adressé écoute et parle non pas à partir du lieu qui est sien, mais depuis le lieu de la vérité dont lui-même est le témoin et non pas le dépositaire33 ». Ainsi, c’est en affirmant cette réalité, sa vérité, son nom et son non par rapport au Nom-du-Père (et contre les « non » — les refus et les absences — répétés de son père) que Sibylle Lacan prend Jacques Lacan en défaut. Elle retrouve une humanité en devenant une locutrice singulière.

  • 34 Lacan, Un père, p. 29.

17Cette écriture, dit-elle, est le résultat d’un « effort de mémoire épuisant » qui s’oppose aux trous de mémoire tout au fond desquels son père l’oubliait. Effort qui lui permet de devenir « une personne à part entière34 », comme lorsque ce père lui était réellement présent, qu’il la voyait et l’écoutait, qu’il s’arrêtait (au lieu de simplement « passer ») et qu'elle devenait, tout à coup, dans ce regard et contrairement à sa destinée, un être désiré. C’est ce regard que nous sommes appelés à poser, interpellés à notre tour dans la reconstruction de cette histoire. De fait, en s’écrivant, Lacan se décharge d’une existence marquée par l’absence d’interpellation. Au fil des pages, elle se nomme, et le deuil qui se tisse du père désormais disparu coïncide avec la renaissance de la fille dans la légitimité du nom qui lui appartient, et à l’intérieur d’une histoire dont elle prend possession, une histoire qu'elle a... enfin (au lieu de sa maladie). Car c’est bien de cela qu’il s’agit, du nom qui n’était qu’à moitié celui de Sibylle Lacan symboliquement illégitime.

*

  • 35 Jacques Lacan, Écrits I, Paris, Seuil, 1966, p. 157-158.
  • 36 Lacan, Un père, p. 87.
  • 37 Ibid., p. 42.
  • 38 Ibid., p. 58.

18Dans le discours de Rome, Jacques Lacan annonce un concept qui deviendra capital : le « nom du père », c’est-à-dire la fonction symbolique qui identifie le père à la figure de la Loi35, père empirique qui représente un père imaginaire, le gardien de cette Loi. La « folie, dit alors Jacques Lacan, constitue une forclusion du nom du père » ; c’est un état qui se situe hors la loi paternelle et dans l’imaginaire maternel. N’est-ce pas cette « folie » qui détermine la « maladie » et l’écriture de Sibylle Lacan : état situé à l’extérieur de la loi du père analyste qui n’arrive pas à l’expliquer, état qui se situe même hors du lieu de l’analyse : « presque rien ne bougeait malgré l’analyse36 » ? « Maladie » qui imite l’absence du père et tente ainsi de lui imposer sa propre loi, obligeant Lacan à se pencher sur sa fille, l’obligeant à « passer » : « Si tous ces médecins stupides n’avaient pu me guérir, qui d’autre que mon père — cet éminent psychanalyste dont déjà je ne mettais pas en doute le génie — pouvait m’entendre, me sauver37 ? » Contre ce père qui « vivait sa vie, son œuvre », l’enfant, dont la vie « semblait un accident de son histoire38 », parvient à s’imposer.

  • 39 Ibid., p. 67.
  • 40 Cette contestation du nom du père implique aussi pour Sibylle Lacan un autre refus, analogue, celu (...)
  • 41 Ibid., p. 68.
  • 42 Maclean, The Name of the Mother, p. 14.
  • 43 Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 161.
  • 44 Geoffrey Bennington et Jacques Derrida, Jacques Derrida, Paris, Seuil, 1991, p. 101-102.

19Mais Sibylle voulait-elle être la fille de Jacques Lacan ? « Était-il agréable, demande-t-elle, de n’être, aux yeux de certains, que “la fille de”, c’est-à-dire personne39 ? » En fait, l’écriture d’Un père, si elle permet à Sibylle Lacan de reprendre à son compte le « nom de son père », participe aussi de la maîtrise du « nom du père », d’un apprivoisement thérapeutique du statut de hors-la-loi, du statut (lui-même illégitime puisque aux yeux de la loi Sibylle ne l’est pas) de « bâtarde40 », ce qui l’amènera à conclure : « aujourd’hui j’ai foi en moi et peu importe qui est mon père41 ». Conçue quasi magiquement dans l’absente présence de son géniteur pour être ensuite élevée par sa mère, Sibylle Lacan porte les traits du bâtard mythique doté d’une qualité liminaire42. Elle se tient en marge. Des coulisses, elle regarde la scène, et à son tour, elle passe, elle ne s’arrête pas, elle ne fait que passer. C’est par l’écriture qu'elle met en scène sa scène, dans cette différance de l’identité que Marie Maclean associe à une généalogie du matronyme, du hors-la-loi phallique. La légitimation de la fille repose sur son témoignage, son œuvre vivante (qui ne comporte pas « une once de fiction »), qu'elle signe du nom de son père. Ainsi, elle confère à ce nom une dimension différentielle, puzzling, à l’image de son écriture, et actualise ce que Derrida avance au sujet du nom propre : « Quand dans la conscience, le nom se dit propre, il se classe déjà et s’oblitère en s’appelant. Il n’est déjà plus qu’un soi-disant nom propre43. » Le nom propre donne l’illusion de « pointe[r] directement vers l’individu qu’il nomme » et se présente ainsi comme le « prototype même du langage », la « clef de voûte du logocentrisme44 ». Malheureusement, et c’est ce que Derrida nous apprend, il n’y a pas de nom propre :

  • 45 Ibid.

Ce qu’on appelle du nom commun générique « nom propre » doit bien fonctionner, lui aussi, dans un système de différences : tel ou tel nom propre plutôt qu’un autre désigne tel ou tel individu plutôt qu’un autre et donc se trouve marqué par la trace de ces autres, dans une classification, ne fut-ce qu’à deux termes. On est déjà dans l’écriture avec les noms propres. Pour qu’il y ait un nom vraiment propre, il faudrait qu’il n’y ait qu’un seul nom propre45.

20Chaque nom renvoie aux nombreux noms exclus dans l’acte même de nommer. Il n’y a pas de propre, seulement une trace, un spectre de nom, la marque de l’impropre.

  • 46 Lacan, Un père, p. 10.
  • 47 Ibid., p. 46.
  • 48 Ibid., p. 92.
  • 49 Ibid., p. 98.

21C’est par l’entremise du texte de Sibylle Lacan que le nom de « Lacan » apparaît comme celui à la fois d’une enfant et d’un père délégitimés dont le patronyme ne coïncide pas plus avec le nom de Sibylle qu’avec celui de Judith — Bataille — qui est en fait le nom d’un autre. Son texte permet ainsi à Sibylle Lacan de revoir la topographie familiale des noms. Le procédé d’écriture « à l’aveugle », « sans dess(e)in précis » et par « bouts46 » a pour objectif de suivre, non plus le chemin que cette topographie indique, mais celui d’une mémoire de la douleur. À la manière du journal qu'elle a tenu, malade, lors d’un voyage en URSS, Un père sert en quelque sorte à Lacan de garde-fou : « C’était là, pour moi, la seule manière de ne pas sombrer tout à fait, de ne pas me perdre tout à fait47. » Calendrier, dictionnaire, passeport, miroir : l’écriture cerne la douleur du traumatisme. Les phrases se forment autour de la page 55, traçant le contour de la blessure, nommant le mal innommable, l’inimaginable absence du nom du père : « La mort de son propre père est inimaginable48. » Chez Sibylle Lacan, survivre à cette « maladie » signifie entre autres arriver à se concevoir comme « la fille de » sans pour autant porter un nom qui n’en est pas un. Survivre consiste à être cette fille illégitime, cette bâtarde qui a un père, en réussissant à faire le deuil de celui qui était toujours déjà mort et qu'elle interpelle à son tour au cimetière : « Enfin j’étais avec lui. Cher papa, je t’aime. Tu es mon père, tu sais. Il m’a sûrement entendue49. »

*

22Comme la performance paternelle d’exclusion, d’oubli et d’absence, le témoignage de Sibylle Lacan agit à son tour sur l’existence. Il lui permet de survivre à son père, de le reconnaître et de se remettre au monde. Si Sibylle Lacan a été (à son tour) absente aux côtés de son père (à son tour) malade dans les derniers moments de sa vie, elle le reconnaît néanmoins dans les dernières pages du Jacques Lacan d’Elizabeth Roudinesco, et se reconnaît à travers lui, dans cette vision de lui, furieux devant la mort qu’il a vu approcher avec la piqûre ultime de morphine :

  • 50 Ibid., p. 106.

Sa fureur à cet instant, sa non-acceptation du lot commun à tous les hommes me le rendaient plus cher, car je le reconnaissais là complètement : “obstiné”, selon les derniers mots qu’on lui prête. C’est ce jour, je crois, que je me suis sentie le plus proche de lui. Depuis, je n’ai plus pleuré en pensant à lui50.

23Jamais la fille n’aura été plus proche de son père que durant ce moment de refus face à la mort, dans cette obstination qu'elle reconnaît parce qu'elle signifie aussi une forme de survie. Comme si, à ce moment-là, quand le père meurt, quand la loi et la peur s’effacent, son non/nom devenait véritablement celui de celle qui écrit.

24C’est d’ailleurs comme une naissance que Sibylle Lacan décrit la parution de son livre dans Points de suspension, répondant à des questions hypothétiques de la part des lecteurs sur la souffrance et le doute, c’est-à-dire aussi la peur, qui ont accompagné l’écriture de Un père :

  • 51 Ibid., p. 73.

Quand on met au monde un enfant désiré depuis si longtemps [...], [l]e bébé sort de vos entrailles et c’est la délivrance, la paix enfin avec vous-même. L’enfant est là et, quel que soit le destin qui l’attend, vous avez accompli votre tâche. Vous avez créé le monde51.

25Renversement de la filiation : c’est le livre, mis au monde par la fille, qui réussit à la nommer. Par l’écriture, celle que le père aura mise au monde réussit à incarner ce dernier.

  • 52 Lacan, Points de suspension, p. 94.
  • 53 Ibid, p. 93-94.

26Monde parcellaire, monde fragmenté : le dernier ouvrage de Sibylle Lacan, souvenirs d’enfance qui font suite au récit de Un père, se termine par des points de suspension, livre porté au monde avant d’être complété. L’écriture, la « seule chose qui me remplisse52 », naît ainsi comme un enfant prématuré, inachevé mais néanmoins nommé. Interrompu, son dernier « projet » lui est apparu comme « derrière [elle] » : « [C]e livre fait partie désormais du passé53. » Est-ce là une coupure ultime avec l’histoire du père, un retrait par rapport à la « séparation originelle » que venait rejouer l’écriture fragmentée, remettant au monde un père de papier, un père en pointillé, et sa fille nommée innommée ?

Notes

1 Sibylle Lacan, Un pire, Paris, Gallimard, 1994, p. 17.

2 Sibylle Lacan, Points de suspension, Paris, Gallimard, 2000, p. 81.

3 Marie Maclean, The Name of the Mother. Writing Illegitimacy, New York/Londres, Routledge, 1994, p. ix.

4 Ibid., p. 8 et 10. Je traduis.

5 Judith Butler, Excitable Speech, New York/Londres, Routledge, 1997, p. 38.

6 Ibid., p. 27.

7 Lacan, Un père, p. 15.

8 Ibid., p. 48.

9 Ibid., p. 46.

10 Jacques Derrida, Demeure, p. 54. Derrida renvoie ici à l’étymologie du mot témoignage, dont la racine est trei. Les mots « témoignage » et « testament » proviennent du latin testis qui signifie « témoin ». Par ailleurs, testis signifie aussi les gonades masculines (de son diminutif testiculus), ces autres témoins que repésentent les descendants.

11 Shoshana Felman, What Does a Woman Want? Reading and Sexual Difference, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1993, p. 16. Je traduis.

12 Ibid.

13 Lacan, Un père, p. 9.

14 Ibid., p. 41.

15 Ibid., p. 15. Je souligne.

16 Ibid., p. 55.

17 Judith est la fille que Jacques Lacan a eue avec Sylvia Bataille, née presque en même temps que Sibylle. Au début de son texte, dans ce qu’elle nomme un « avertissement », Sibylle Lacan décrit la « topographie familiale » de la façon suivante : « “Blondin” est le nom de jeune fille de ma mère, qu’elle reprit dès qu'elle eut divorcé de mon père. Maman est la première femme de Jacques Lacan, mon père. Elle eut de lui trois enfants : Caroline, Thibault et moi-même. “Bataille” est le nom de la seconde femme de mon père. Ils eurent ensemble une fille, Judith, qui porta le nom de famille de Bataille, car ses parents n’étaient pas encore, ni l’un ni l’autre, divorcés de leurs premiers conjoints lorsqu’elle vint au monde » (Ibid., p. 10-11).

18 Ibid., p. 37.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 57.

21 Ibid., p. 61.

22 Ibid., p. 65.

23 Ibid., p. 15.

24 Ibid., p. 43.

25 Ibid., p. 38.

26 Ibid., p. 93.

27 Ibid., p. 27.

28 Derrida, Demeure, p. 54.

29 Ibid., p. 51.

30 Lacan, Un père, p. 9.

31 Ibid., p. 135.

32 Ibid., p. 149.

33 Antoine Vergote, « L’avènement du sujet dans l’événement de la vérité », Interprétation du langage religieux, Paris, Seuil, 1974, p. 166 et 169.

34 Lacan, Un père, p. 29.

35 Jacques Lacan, Écrits I, Paris, Seuil, 1966, p. 157-158.

36 Lacan, Un père, p. 87.

37 Ibid., p. 42.

38 Ibid., p. 58.

39 Ibid., p. 67.

40 Cette contestation du nom du père implique aussi pour Sibylle Lacan un autre refus, analogue, celui du nom de l’époux : « Je me vois, jeune adolescente, comme si le temps n’existait pas, venir déjeuner à la table familiale et, encore debout, m’écrier, proclamer (personne ne m’avait rien demandé) : “Je ne me marierai jamais« » (Ibid., p. 31).

41 Ibid., p. 68.

42 Maclean, The Name of the Mother, p. 14.

43 Derrida, De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967, p. 161.

44 Geoffrey Bennington et Jacques Derrida, Jacques Derrida, Paris, Seuil, 1991, p. 101-102.

45 Ibid.

46 Lacan, Un père, p. 10.

47 Ibid., p. 46.

48 Ibid., p. 92.

49 Ibid., p. 98.

50 Ibid., p. 106.

51 Ibid., p. 73.

52 Lacan, Points de suspension, p. 94.

53 Ibid, p. 93-94.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search