Version classiqueVersion mobile

Histoires de fantômes

 | 
Martine Delvaux

Première partie. En regard de la loi

Le Roi

Texte intégral

1 Dans Hamlet, la loi semble être une affaire d’oreilles. C’est par l’ouïe que s’opère la trahison :

  • 1 Shakespeare, p. 27-28.

On a fait croire que, tandis que je dormais dans mon jardin, un serpent m’avait piqué. Ainsi, toutes les oreilles du Danemark ont été grossièrement abusées par ce récit menteur. [...] Je dormais dans mon jardin, selon ma constante habitude, dans l’après-midi. À cette heure de pleine sécurité, ton oncle se glissa près de moi avec une fiole pleine du jus maudit de la jusquiame, et m’en versa dans le creux de l’oreille la liqueur lépreuse1.

2 C’est aussi par elle qu’a lieu la transmission : « Écoute-moi bien », dit le père de Hamlet à son fils. « Hamlet, écoute ! » conjure-t-il. Mais si la mort de la loi, et le message de cette disparition, passe par l’oreille, sa survie, quant à elle, dépend du regard : c’est sous les yeux que le spectre apparaît, que s’énonce sa loi :

3Hamlet : Et il fixait les yeux sur vous ?

  • 2 Ibid., p. 17.

4Horatio : Constamment2

  • 3 Derrida, Spectres de Marx, p. 13-14.

5 Trahison, vengeance, devoir de mémoire : Hamlet a tout à voir avec le respect de la loi du père qui s’énonce par-delà l’armure et la visière, dans ce qui constitue une vision et une visitation. Panoptique, le père peut voir tout en demeurant invisible, sans que son regard ne puisse être croisé. Spectral, sa présence est incertaine, tout comme il n’est absent qu’à moitié, contre-corporéité qui a le pouvoir de rendre l’autre fou, de rendre Hamlet fou, ce fils dont la tâche est de remettre en ordre une époque détraquée. D’outre-tombe, le roi contrôle tout, loi impitoyable qui se sert au détriment de ceux qui lui sont proches, au détriment de son fils qui y perdra la vie. Loi du père, nom du père qu’il faut défendre comme s’il s’agissait, pour Hamlet (le fils qui partage avec son père le même nom), de son corps luimême, de ce qui lui est le plus propre. Car cette adresse de la loi « irréversible et dissymétrique, celle qui va le plus souvent du père au fils, du maître au disciple ou du maître à l’esclave 3 », est irréductible : on n’y échappe pas.

  • 4 Shakespeare, p. 91.

6 La justice est impensable, suggère Derrida, sans « le principe de quelque responsabilité, au-delà de tout présent vivant, dans ce qui disjointe le présent vivant, devant les fantômes » de toutes sortes, fantômes des morts et de ceux qui ne sont pas encore vivants, fantômes des victimes de toutes les formes de totalitarisme. C’est à ça qu’aura travaillé Derrida, comme Hamlet tâchant de démasquer son oncle incestueux, le « meurtrier », le « scélérat », le « coupe-bourse de l’empire et du pouvoir », celui qui se sera dérobé à la loi, le criminel qui a « volé sur une planche le précieux diadème4 ».

  • 5 Derrida, Parages, Paris, Galilée, 1986, p. 253.

7 À la manière de Hamlet, les récits étudiés dans cette partie se situent devant la loi, dans son regard. Les auteures racontent des histoires de loi, c’est-à-dire des histoires de pères, qui concernent le nom du père et ce qui en découle : le genre, sexuel et littéraire. Ainsi, c’est d’abord la loi du nom qui sera ici évoquée, loi paradoxale instituée par des pères présents/absents — des pères en pointillé — qui spectralisent leurs filles en les illégitimant, les rendant absentes à elles-mêmes, mi-mortes, mi-vivantes, par l’entremise de violences : celle de l’inceste, dans le cas de Kathryn Harrison, et de la non-reconnaissance, chez Sibylle Lacan. Puis, c’est de la loi du genre dont il sera question, cette loi qui dicte qu’il ne faut pas mêler les genres, que les genres ne doivent pas se mêler5. Et c’est bien le genre que Catherine Millet et Christine Angot s’amusent à transgresser, refusant de jouer selon les règles — ici, de l’autobiographie. Enfin, le récit autobiographique de Nelly Arcan s’en prend à la loi de l’aveu, cette loi pornographique qui dicte l’apparition du corps et de soi.

8 Jeux autour du genre de l’autobiographie : dans tous les cas, les récits des auteures abordées soulèvent la visière pour renvoyer au spectre son regard absent. Miroirs de la loi, elles sont comme Persée devant la Gorgone, poussant l’adversaire à s’autodétruire grâce à la force de leurs textes-boucliers.

Notes

1 Shakespeare, p. 27-28.

2 Ibid., p. 17.

3 Derrida, Spectres de Marx, p. 13-14.

4 Shakespeare, p. 91.

5 Derrida, Parages, Paris, Galilée, 1986, p. 253.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search