Version classiqueVersion mobile

Cioran

 | 
Sylvain David

Bibliographie

Texte intégral

CORPUS

Œuvres

Cioran, Emil, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1995, 1818 p.
Ce volume contient :
Sur les cimes du désespoir [Titre original : Pe culmile Disperari]. Écrit en 1932 ; publié à Bucarest en 1934. Traduction d’André Vornic revue par Christiane Frémont.
Le livre des leurres [Titre original : Cartea Amagirilor]. Écrit en 1936 ; publié à Bucarest en 1936. Traduction de Grazyna Klewek et Thomas Bazin.
Des larmes et des saints [Titre original : Lacrimi si Sfinti]. Écrit en 1937 ; publié à Bucarest en 1937. Traduction de Sanda Stolojan.
Le crépuscule des pensées [Titre original : Amurgul gândurilor]. Écrit en 1938 ; publié à Sibiu en 1940. Traduction de Mirella Patureau-Nedelco revue par Christiane Frémont.
Bréviaire des vaincus [Titre original : Îndreptar Patimas]. Écrit en roumain à Paris entre 1941 et 1944 ; publié en français à Paris en 1993.
Précis de décomposition. Publié à Paris en 1949.
Syllogismes de l’amertume. Publié à Paris en 1952.
La tentation d’exister. Publié à Paris en 1956.
Histoire et utopie. Publié à Paris en 1960.
La chute dans le temps. Publié à Paris en 1964.
Le mauvais démiurge. Publié à Paris en 1969.
De l’inconvénient d’être né. Publié à Paris en 1973.
Écartèlement. Publié à Paris en 1979.
Exercices d’admiration. Publié à Paris en un volume en 1986.
Aveux et anathèmes. Publié à Paris en 1987.

Cioran, E. M., Tara mea/Mon pays, Bucarest, Humanitas, 1996, 217 p.

Cioran (dir.), Anthologie du portrait. De Saint-Simon à Tocqueville, Paris, Gallimard, 1996, 280 p.

Cioran, Emil, Cahiers 1957-1972, Paris, Gallimard, coll. « NRF », 1997, 999 p.

Cioran, Solitude et destin, Paris, Gallimard, coll. « Arcades », 2004, 420 p.

Articles et contributions

Cioran, E., « Préface », dans Machiavel, Le Prince, traduction de Charles-Philippe Toussaint, Paris, Delmas, 1955, p. 7-16.

Cioran, E. M., « Sur l’inutilité des révolutions (I) », La Nouvelle Revue française, no 233, mai 1972, p. 3-9.

Cioran, E. M., « Sur l’inutilité des révolutions (fin) », La Nouvelle Revue française, no 234, juin 1972, p. 29-42.

Cioran, E. M., « Ébauches de vertige », La Nouvelle Revue française, no 318, Ier juillet 1979, p. 1-18.

Cioran, E. M., « Tares », La Délirante, no 8, été 1982, p. 9-21.

Cioran, E. M., « Les Christs de George Apostu... », dans Jianou, lonel et Gabrielle Ionesco, Témoignages sur Apostu, Paris, Les amis de George Apostu, 1987, p. 13.

Cioran, E. M., « L’ermite de Vitry », dans Paul Valet, Paroxysmes, Paris, Le Dilettante, 1988, p. 5-6.

Cioran, E. M., « Manie épistolaire », La Nouvelle Revue française, no 489, 1er octobre 1993, p. 40-43.

Cioran, E. M., « Nicolas de Staël ou le vertige », Lire, no 235,1er mai 1995, p. 43.

Cioran, E. M., « Mon pays », Le Messager européen, Paris, Gallimard, 1996, no 9, p. 65-69.

Entretiens

Cioran, Emil, Entretiens, Paris, Gallimard, coll. « Arcades », 1995, 319 p.

Jakob, Michael, « Leçons de sagesse : propos recueillis par... », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 18-27.

Jocks, Heinz-Norbert, « Un primitif chez les sceptiques », Courrier international, no 244, 6 juillet 1995, p. 36-37.

Lucescu, Arta, « Fondane au-delà de la philosophie », Europe, no 824, mars 1998, p. 15-23.

Heinrichs, Hans-Jürgen, « Cioran : “Je ne suis pas un nihiliste : le rien est encore un programme” », Magazine littéraire, no 373, février 1999, p. 98-103.

Correspondance

Cioran, E. M., « Lettres à Constantin Noïca », Secolul 20, nos 328-329-330, 1988, p. 143-151.

ÉTUDES ET DOCUMENTS

Monographies

Balan, George, Emil Cioran. La lucidité libératrice ?, Paris, Josette Lyon, 2003, 233 p.

Bollon, Patrice, Cioran l’hérétique, Paris, Gallimard, 1997, 307 p.

Dodille, Norbert et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, 107 p.

Jaccard, Roland, Cioran et compagnie, Paris, Presses universitaires de France, 2005, 114 p.

Jarrety, Michel, La morale dans l’écriture. Camus, Char, Cioran, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives littéraires », 1999, 164 p.

Jaudeau, Sylvie, Cioran ou le dernier homme, Paris, José Corti, 1990a, 173 p.

Jaudeau, Sylvie, Cioran : entretiens suivis d’une Analyse des œuvres, Paris, José Corti, 1990b, 92 p.

Kluback, William et Michael Finkenthal, The Temptations of Emile Cioran, New York, Peter Lang, 1997, 228 p.

Laignel-Lavastine, Alexandra, Cioran, Eliade, Ionesco : l’oubli du fascisme, Paris, Presses universitaires de France, 2001, 552 p.

Liiceanu, Gabriel, Itinéraires d’une vie : E. M. Cioran, suivi de Les continents de l’insomnie, Paris, Michalon, 1995, 143 p.

Modreanu, Simona, Le dieu paradoxal de Cioran, Paris, Rocher, 2004, 335 p.

Modreanu, Simona, Cioran, Paris, Oxus, coll. « Les étrangers de Paris. Les Roumains », 2003, 239 p.

Moret, Philippe, Tradition et modernité de l’aphorisme. Cioran, Reverdy, Scutenaire, Jourdan, Chazal, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 1997, 425 p.

Mutti, Claudio, Les plumes de l’archange. Quatre intellectuels roumains face à la Garde de Fer : Nae Ionescu, Mircea Eliade, Emil Cioran, Constantin Noïca, Chalon-sur-Saône, Éditions Hérode, coll. « Les deux étendards », 1993,143 p.

Noïca, Constantin, L’ami lointain — Paris Bucarest, Paris, Critérion, 1991, 76 p.

Parfait, Nicole, Cioran ou le défi de l’Être, Paris, Desjonquères, 2001, 248 p.

Sora, Mariana, Cioran jadis et naguère, suivi de Cioran : entretien à Tübingen, Paris, L’Herne, coll. « Méandres », 1988, 105 p.

Tiffreau, Phillipe, Cioran ou la dissection du gouffre, Paris, Henri Veyrier, coll. « Les plumes du temps », 1991,178 p.

Articles et contributions

Albérès, R. M., « Le penseur et la ciguë », Nouvelles littéraires, 17-23 juin 1974, p. 4.

Alexandrescu, Sorin, « Cioran ou les lendemains de la révolution », dans Henriette Ritter et Annelies Schulte Norfholt (dir.), La révolution dans les lettres : textes pour Fernand Drijkoningen, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1993, p. 41-55.

Alexandrescu, Vlad, « Un lieu d’identité : la haine de la Roumanie chez Cioran et Patapievici », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 91-100.

Amariu, C., « E. M. Cioran à la recherche de Dieu », La Nation roumaine, no 259, février 1973.

Amer, Henri, « Cioran, le Docteur ès décadences », NRF, no 92,1er août 1960, p. 297-307.

Arban, Dominique, « E. M. Cioran écrivain roumain est devenu un écrivain français », Le Figaro littéraire, 1er juillet 1950, p. 6.

Arnaud, Claude, « Cioran. Journal d’un écorché », Le Point, no 1316, 6 décembre 1997, p. 134-135.

Assouline, Pierre, « Insolences », Lire, no 235,1er mai 1995, p. 5-7.

Balota, Nicolas, « Exil linguistique et exil métaphysique », Euresis : Cahiers roumains d’études littéraires, Bucarest, 1993, nos 1-2, p. 12-21.

Berindeanu, Florin, « Emil Cioran. Tratat de descompunere (Précis de décomposition) », Euresis : Cahiers roumains d’études littéraires, Bucarest, 1993, nos 1-2, p. 214-215.

Bertoin, Jacques, « Le monde selon Cioran », Jeune Afrique, Paris, 1995, no 1820, p. 46-49.

Boisseau, Pierre-Yves, « Écrire pour effacer », dans E. M. Cioran, Tara mea/Mon pays, Bucarest, Humanitas, 1996, p. 155-199.

Boisseau, Pierre-Yves, « La transfiguration du passé », Le Monde, 28 juillet 1995.

Bollon, Patrice, « Cioran : la révélation de l’insignifiance universelle », Magazine littéraire, no 400, juillet-août 2001, p. 58-59.

Bollon, Patrice, « Le principe de style », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 31-34.

Bollon, Patrice, « Cioran, l’art du rien », Magazine littéraire, no 279, juillet-août 1990, p. 65-66.

Bollon, Patrice, « Cioran : une théorie du suicide différé », Magazine littéraire, no 256, juillet-août 1988, p. 62-63.

Bollon, Patrice, « Cioran, l’aristocrate du doute », City Magazine, no 19, février 1986, p. 94-96.

Bosquet, Alain, « Cioran, antéchrist ou prophète ? », La Revue des deux mondes, novembre 1995, p. 135-140.

Bosquet, Alain, « Les délices de l’absurde », Le Quotidien de Paris, no 1062, 26 avril 1983.

Bosquet, Alain, « Cioran, orfèvre de l’absurde », Magazine littéraire, no 158, mars 1980, p. 67-68.

Bosquet, Alain, « E. M. Cioran, un moraliste impitoyable », Injustice, Paris, Table Ronde, 1969, p. 139-142.

Bosquet, Alain, « L’homme et ses contradictions », Le Monde, 28 juin 1969.

Bosquet, Alain, « À propos de La chute dans le temps. Un cynique fervent : E.-M. Cioran », Le Monde, 12 décembre 1964.

Bott, François, « Le métier de misanthrope », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 44.

Bott, François, « Éloge d’un prétendu pessimiste », Le Monde des livres, 26 octobre 1979

Bott, François, « Un homme discret », Le Fou parle, no 9, 1979, p. 46.

Boué, Simone, « Interview », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 11-42.

Braga, Mircea, « Entre une effigie construite (Émile Cioran) et une effigie par le concret (Mircea Vulcanescu) », Cahiers roumains d’études littéraires : revue trimestrielle de critique, d’esthétique et d’histoire littéraires, Bucarest, 1987, no 1, p. 118-113.

Brault, Jacques, « Mesure de Cioran », La poussière du chemin, Montréal, Boréal, 1989, p. 65-76.

Brulotte, Gaëtan, « La déréliction de Cioran », Liberté, no 221, octobre 1995, p. 153-168.

Buican, Denis, « La terre des Carpates et le peuple des Daces », Le Quotidien de Paris, no 1062, 26 avril 1983.

Bussy, Christian, « Le friand du pire », Le Nouvel Observateur, no 1324, 22 mars 1990, p. 68-69.

Cahn, Zilla Gabrielle, « Suicide in the Work of Albert Camus and Emile Cioran : a Question of Nihilism » dans Suicide in French Thought from Montesquieu to Cioran, New York, Peter Lang, 1998, p. 363-394.

Calinescu, Matei, « Tears, History, Gall, and the Trouble with Identity », Partisan Review, Boston (Mass.), vol. LXVII, no 1, hiver 2000, p. 155-161.

Calinescu, Matei, « “How Can One Be What One Is ?” : Reading the Romanian and the French Cioran », Salmagundi, Saratoga Springs (NY), Skidmore College, no 112, automne 1996, p. 192-215.

Calinescu, Matei, « “How can One be a Romanian ?” : Modern Romanian Culture and the West », Southeastern Europe/L’Europe du Sud-Est, vol. X, no 1, 1983, p. 25-36.

Canadas, Serge, « L’écart suprême », Critique, no 524-525, janvier-février 1991, p. 25-41.

Casanova, Nicole, « Le paradoxe de Cioran. Cahiers 1957-1972 », La Quinzaine littéraire, no 727,16-30 novembre 1997, p. 6-7.

Casanova, Nicole, « Quel paradis pour Cioran ? », La Quinzaine littéraire, no 674, 16-31 juillet 1995, p. 9-10.

Casanova, Pascale, « Cioran, de l’inconvénient d’être né en Roumanie », La République mondiale des Lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 296-298.

Cessole, Bruno de, « De l’admiration aux anathèmes », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 59-60.

Chalon, Jean, « Cioran. Un La Rochefoucauld du XXe siècle », Le Figaro, 23 avril 1977.

Chopin, Jean-Pierre, « Urgence valéryenne ou Cioran face à ses idoles », Les Temps modernes, Julliard, vol. XLII, no 489, avril 1987, p. 157-167.

Compagnon, Antoine, « Éloge des sirènes », Critique, no 396, mai 1980, p. 457-473.

Cossé, Laurence, « Les soubresauts d’une existence intérieure », Le Quotidien de Paris, no 1062, 26 avril 1983.

Crouzet, François, « Le point de vue d’un nihiliste : Cioran et la “faculté de se tuer” », dans Pierre Sipriot (dir.), Montherlant et le suicide, Paris, Le Rocher, 1988, p. 195-200.

Delbourg, Patrice, « Coupures de Cioran », L’Événement du jeudi, Paris, no 681, 20-26 novembre 1997, p. 78-79.

Desbiens, Jean-Paul, « Syllogismes de l’amertume », L’Analyste, no 22, été 1988, p. 75-76.

Dodille, Norbert, « Sur Cioran : esquisse de défragmentation », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997. p. 73-90.

Dupont, Jacques, « Cioran : le vide, l’ortie et le saxophone », dans Jean-Claude Mathieu (dir.), Territoires de l’imaginaire : pour Jean-Pierre Richard, Paris, Seuil, 1986, p. 115-126.

Duvignaud, Jean, « Le mur de la détresse. E. M. Cioran : Histoire et utopie », Preuves, no 120, février 1961, p. 78-80.

Edde, Dima, « Cyanure », Le Fou parle, no 9,1979, p. 44-45.

Enthoven, Jean-Paul, « La deuxième mort de Cioran », Le Point, no 1281, 5 avril 1997, p. 99.

Enthoven, Jean-Paul, « L’extase selon Cioran », Le Nouvel Observateur, no 1158, 16 janvier 1987, p. 52-53.

Ezine, Jean-Louis, « Je souffrais tant d’être roumain », Le Nouvel Observateur, no 1312, 28 décembre 1989, p. 43.

Fejtö, François, « Je doute, donc je suis », dans E. M. Cioran, Tara mea/Mon pays, Bucarest, Humanitas, 1996, p. 211-218.

Fernandez, Dominique, « Cioran dans ses terres », Rhapsodie roumaine, Paris, Grasset, 1998, p. 246-259.

Fernandez, Dominique, « Les extases d’un nihiliste », Le Nouvel Observateur, no 1466, 10 décembre 1992, p. 52.

Ferrua, Pietro, « Exil et aliénation dans l’œuvre de Cioran », Revista de Istorie si Teorie Literara, Bucarest, vol. XLI, nos 1-2, janvier-juin 1993, p. 187-194.

Ferrua, Pietro, « Les racines roumaines de Cioran », Romanistiche Zeitschrift für Literaturgeschichte/ Cahiers d’histoire des littératures romanes, vol. XI, nos 3-4, 1987, p. 430-435.

Ferrua, Pietro, « The Romanian Roots of Cioran », Balkanistica, no 6, 1980, p. 88-95.

Ferrua, Pietro, « Présence de Pascal dans l’œuvre de Cioran », Culture française, no 4, hiver 1974, p. 6-16.

Finkielkraut, Alain, « Itinéraires de Cioran » (Débat entre Pierre-Yves Boisseau et Gabriel Liiceanu, animé par Alain Finkielkraut, diffusé le 18 novembre 1995 dans l’émission radiophonique « Répliques » de France Culture), retranscrit dans E. M. Cioran, Tara mea/Mon pays, Bucarest, Humanitas, 1996, p. 155-199.

Finkielkraut, Alain, « Cioran mort et son juge », Le Messager européen, Paris, no 9, 1996, p. 63-64.

Fumaroli, Marc, « Cioran ou la spiritualité de la décadence », Commentaire, Plon, vol. III, no 11, automne 1980, p. 471-476.

Garcin, Jérôme, « Cioran : “Écrire, c’est me venger” », Le Nouvel Observateur, no 1721, 30 octobre 1997, p. 50-52.

Gautier, Jean-François, « Cioran ou la mystique de l’ennui », Autrement/Série mutations, Paris, no 175, janvier 1998, p. 111-115.

George, François, « L’époque de Cioran », Critique, no 479, avril 1987, p. 267-282.

Grosjean, Jean, « Cioran : Écartèlement », NRF, no 324, 1er janvier 1980, p. 112-114.

Gruzinska, A., « E. M. Cioran et la littérature : destruction et création », Kwartalnik neofililigiczny, Varsovie/Poznan, vol. XXXVII, no 2, 1990, p. 159-169.

Gruzinska, Aleksandra, « E. M. Cioran et la civilisation : le barbare et le décadent », Southeastern Europe/L’Europe du Sud-Est, 1983, vol. X, fasc. i, p. 37-47.

Guillermou, Alain, « E. M. Cioran », Culture française, 1962, no 1, p. 3-11.

Guillot, Matthieu, « Cioran et la musique : le déchirement de l’Absolu », Études, no 3925, mai 2000, p. 669-678.

Heinrich, Werner, « Les venus de la Douleur dans l’œuvre aphoristique de Cioran », dans C. Biondi, C. Imboscio, M.-J. Latil et al. (dir.), La quête du Bonheur et l’expression de la Douleur dans la littérature et la pensée française : mélanges offerts à Corrado Rosso, Genève, Droz, 1995, p. 343-354.

Henriot, Émile, « Le prix Rivarol », Le Monde, 5 juillet 1950.

Herne, Claude, « Cioran, le “radical néant” adulé », La Revue nouvelle, vol. LXXXVI, juillet-décembre 1987, p. 539-547.

Huston, Nancy, « Libre comme un mort-né : Emil Cioran », Professeurs de désespoir, Paris/Montréal, Actes Sud/Leméac, 2005, p. 97-125.

Hutchens, Benjamin, « Emil Cioran: Tears and Saints, Literature and Theology », Oxford, vol. XI, no 3, septembre 1997, p. 317-319.

Ianosi, Ion, « Emile Cioran sur le dépassement de la philosophie par la poésie », Cahiers roumains d’études littéraires : revue trimestrielle de critique, d’esthétique et d’histoire littéraires, Bucarest, 1987, no 1, p. 63-68.

Jaccard, Roland, « Le philosophe et l’impératrice », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 47-49.

Jarrety, Michel, « Cioran et le ressassement dédoublé », dans Éric Benoît, Michel Braud, Jean-Pierre Moussaron et al. (dir.), Ecritures du ressassement, Modernités, no 15, 2001, p. 157-168.

Jaudeau, Sylvie, « Cioran ou l’élégance de l’anxiété », Europe, nos 691-692, novembre-décembre 1986, p. 174-178.

Jaudeau, Sylvie, « En hommage nocturne à E. M. Cioran », ORACL, no 6,1983, p. 29-32.

Jaudeau, Sylvie, « Cioran. De l’inconvénient d’être né », ORACL, no 6, 1983, p. 81-82.

Julliard, Jacques, « Exercices de méchanceté. L’art du portrait selon Cioran », Le Nouvel Observateur, no 1634, 29 février 1996, p. 60-61.

Kimball, Roger, « The Anguishes of E. M. Cioran », dans Experiments Against Reality. The Fate of Culture in the Postmodem Age, Chicago, Ivan R. Dee, 2000, p. 258-273.

Laignel-Lavastine, Alexandra, « Le jeune Cioran : de l’inconvénient d’avoir été fasciste », Le Débat, Paris, Gallimard, no 93, janvier-février 1997, p. 102-120.

Le Grand, Eva, « Inclassable Cioran », Spirale, no 151, novembre-décembre 1996, p. 3.

Leroy, Claude, « Dracula moraliste : Cioran vampire de la langue française », dans Convergences et divergences dans les littératures francophones : actes du colloque (8p février 1991), Université Paris X — Nanterre, Centre de recherches interdisciplinaires sur les textes modernes, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 145-155.

Leroy, Claude, « L’abiographie (Nerval, Cendrars, Pessoa, Cioran) », dans Philippe Lejeune (dir.), Le désir biographique, Cahiers de sémiotique textuelle, no 16, 1989, p. 227-237.

Lévy, Bernard-Henri, « Bloc-notes : Cioran et le statut des “erreurs de jeunesse’’ », Le Point, no 1281, 5 avril 1997, p. 122.

Liiceanu, Gabriel, « E. M. Cioran, puni par les dieux », Courrier international, no 506, 13 juillet 2000, p. 42.

Marcel, Gabriel, « Un allié à contre-courant », Le Monde, 28 juin 1969.

Marenko, Erica, « Bibliographie », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 61.

Marenko, Erica, « Repères biographiques », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 27-30.

Marks, Elaine, « The limits of Ideology and Sensibility : J. R Sartre’s Réflexions sur la question juive and E.M. Cioran’s Un peuple de solitaires », The French Review, vol. XLV, no 4, mars 1972, p. 779-788.

Matzneff, Gabriel, « xxx », dans Maîtres et complices, Paris, J. C. Lattès, 1994, p. 301-311.

Matzneff, Gabriel, « Cioran : l’immense écrivain que vous ne connaissez pas », Le Figaro-Magazine, 31 janvier 1987, p. 13-20.

Mauriac, Claude, « La nuit obscure de Cioran », Le Figaro, 24 novembre 1973.

Mauriac, Claude, « E. M. Cioran », L’Allitérature contemporaine, Paris, Albin Michel, 1969, p. 159-168.

Mauriac, Claude, « Précis de décomposition, par E. M. Cioran », La Table ronde, janvier 1950, p. 125-130.

Maurois, André, « Pavane pour une civilisation défunte », Opéra, 14 décembre 1949.

Messmer, Michael W., « In Complicity with Words : The Asymptotic Consciousness of E. M. Cioran », dans W. Warren Wagar, The Secular Mind. Transformations of Faith in Modem Europe, New York, Holmes & Meier, 1982, p. 220-238.

Mihailescu, Dan C., « L’impardonnable Cioran », Euresis : cahiers roumains d’études littéraires, Bucarest, nos 1-2, 1994, p. 297-298.

Mobailly, Dominique, « Cioran : dormir, enfin, en toute liberté », La Vie, no 2600, 29 juin 1995, p. 32, 49.

Morello, André-Alain, « Des “Maximes” aux modernes », Littératures, no 39, automne 1998. p. 73-85.

Nadeau, Maurice, « Un penseur crépusculaire : E. M. Cioran », Littérature présente, Paris, Corréa, 1952, p. 252-256.

Nadeau, Maurice, « Un penseur crépusculaire », Combat, 29 septembre 1949.

Nedelcovici, Bujor, « La leçon de scepticisme de Cioran », Esprit, no 165, octobre 1990, p. 10-24.

Nepveu, Pierre, « Cioran ou la maladie de l’éternité », Etudes françaises, vol. XXXVII, no1, 2001, p. 11-22.

Nimier, Roger, « Avez-vous lu Cioran ? », Arts, 1er au 7 juin 1960, p. 4.

Nucéra, Louis, « Précis de recomposition », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 45-47.

Nucéra, Louis, « Cioran : le salut par le rire », Magazine littéraire, no 259, nov. 1988, p. 66-69.

Nucera, Louis et Alexandre Vialatte, « Et c’est ainsi que Cioran est grand », Magazine littéraire, no 241, avril 1987, p. 97.

Nucéra, Louis, « Rencontre avec Cioran », Magazine littéraire, no 83, décembre 1973, p. 44-46.

Patapievici, H. R., « E. M. Cioran : entre le “démon fanfaron” et le “barbare sous cloche” », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 61-68.

Pereda, Rosa Maria, « Cioran l’étranger », Magazine Littéraire, no 204, février 1984, p. 80-84.

Petreu, Marta, « Schopenhauer et Cioran. Philosophies parallèles. », traduit du roumain par Anca Maniutiu, dans Jean Lefranc (dir.), Schopenhauer, Paris, Les Cahiers de l’Herne, no 69,1997, p. 419-428.

Piatier, Jacqueline, « Les colères d’E.-M. Cioran », Le Monde, 30 mai 1970.

Plazy, Gilles, « Cioran le troglodyte », Combat, 17 juillet 1969.

Poirot-Delpech, Bertrand, « Cioran et le lait maternel », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 52-60.

Popescu, Iulian, « Cioran ou la tentation de l’achronie », Euresis : cahiers roumains d’études littéraires, Bucarest, nos 1-2, 1993, p. 114-118.

Popescu, Nicolae, « Le catafalque de Cioran », Liberté, no 202, août 1992, p. 48-54.

Poulet, Robert, « De la satisfaction d’être né », Rivarol, 31 janvier 1974.

Queffélec, Yann, « Et c’est ainsi que Cioran parle », Le Nouvel Observateur, no 1595, 1er juin 1995, p. 44-45.

Revel, Jean-François, « Cioran l’incommentable », L’Express, no 1479,10-16 novembre 1979, p. 80-82.

Rinaldi, Angelo, « Cioran et le “mouvement de Paris” », L’Express, no 2418, 6-12 novembre 1997, p. 122-124.

Rinaldi, Angelo, « La médecine Cioran », L’Express, 24-30 janvier 1986, p. 108-109.

Rinaldi, Angelo, « Le procureur Cioran », L’Express, 18-24 mars 1974, p. 117-118.

Rosset, Clément, « Post-scriptum : le mécontentement de Cioran », La force majeure, Paris, Minuit, 1983, p. 93-102.

Rouart, Jean-Marie, « L’amour du néant », Le Quotidien de Paris, no 1062, 26 avril 1983.

Roudaut, Jean, « E. M. Cioran : De l’inconvénient d’être né », Les Cahiers du chemin, no 26,15 janvier 1976, p. 150-162.

Said, Edward W., « Amateur of the Insoluble. On E. M. Cioran », dans Rejlections on Exile and Other Essays, Cambridge, Harvard University Press, 2000, p. 24-30.

Saint-Martin, Valérie, « Cioran : vivre parmi les autres », Nuit blanche, no 64, automne 1996, p. 9-12.

Saint-Robert, Philippe de, « La fascination d’une littérature sans public », Le Quotidien de Paris, no 1062, 26 avril 1983.

Sénécal, Didier, « Cioran, le flâneur aux idées noires », Lire, no 235, 1er mai 1995, p. 38-42.

Sigaux, Gilbert, « Cioran ou la vocation métaphysique », Figaro littéraire, 6 août 1960.

Sloterdijk, Peter, « Le revanchiste désintéressé : note sur Cioran », L’heure du crime et le temps de l’œuvre d’art, Paris, Calmann-Lévy, 2000, p. 151-161.

Sontag, Susan, « Thinking against Oneself », Styles of Radical Will, 1969 (« Penser contre soi : réflexions sur Cioran », dans Sous le signe de Saturne, traduction par Philippe Blanchard, Paris, Seuil, 1985, p. 46-75.)

Sora, Mihai, « L’autre Cioran », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 69-72.

Sorescu, Marin, « Triste avec méthode », Lettre internationale, no 24, printemps 1990, p. 35-39.

Stefaneanu, Viorel, « La critique de la raison et du rationalisme chez les auteurs roumains d’expression française », Euresis : cahiers roumains d’études littéraires, 1994, nos 1-2, p. 35-42.

Stolojan, Sanda, « Cioran ou le devoir de cruauté », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 43-50.

Stolojan, Sanda, « La seconde naissance de Cioran », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 38-41.

Tacou, Constantin, « Eliade, Cioran : vies parallèles », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 42-44.

Tanner, Michael, introduction de : E. M. Cioran, A Short History of Decay, trad. du français par Richard Howard, Londres, Quartet, 1990, p. vii-xi.

Tertulian, Nicolas, « La période roumaine de Cioran », La Quinzaine littéraire, no 351, 1er juillet 1981, p. 12-13.

Tismaneanu, Vladimir, « Romania’s Mystical Revolutionaries », Partisan Review, Boston, vol. LXI, no 4, hiver 1994, p. 600-609.

Von der Heyden-Rynsch, Verena, « Entre Thérèse d’Avila et Don Quichotte », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 49-50.

Von der Heyden-Rynsch, Verena, « Maître à douter », Le Nouvel Observateur, no 1107, 24 janvier 1986, p. 4-5.

Vuarnet, Jean-Pierre, « L’école du vertige », Magazine littéraire, no 327, décembre 1994, p. 35-38.

Vuarnet, Jean-Noël, « Cioran, les larmes et les saints », NRF, no 411, 1er avril 1987, p. 67-77.

White, Kenneth, « E. M. Cioran. Un fanatique de la vacuité », La Quinzaine littéraire, no 315,16 décembre 1979, p. 9-10.

Worms, Jeannine, « De la tentation d’exister à la quête du vide : des steppes de fin du monde », Le Monde, 28 juin 1969.

Zaharia, Constantin, « Corps, douleur, maladie : l’éthique de la souffrance selon E. M. Cioran », Représentations du corps : Rapports-Het Franse Boek, vol. LXX, no 1, 2000, p. 13-19.

Zaharia, Constantin, « L’écriture fragmentaire de la mélancolie. E. M. Cioran, Cahiers, 1957-1972 », Critique, octobre 1998, no 617, p. 644-657.

Zimmer, Fabrice, « Cioran : voyage au centre du moi », Magazine littéraire, no 360, décembre 1997, p. 84-85.

Zografi, Vlad, « Le tonneau musical », dans Norbert Dodille et Gabriel Liiceanu (dir.), Lectures de Cioran, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 101-107.

Art, littérature et société

Adorno, Theodor W., Théorie esthétique, Paris, Klincksieck, 1995, 518 p.

Adorno, Theodor W., « L’essai comme forme », Notes sur la littérature, Paris, Flammarion, 1984, p. 5-29.

Angenot, Marc, D’où venons-nous ? Où allons-nous ? La décomposition de l’idée de progrès, Montréal, Trait d’union, 2001, 176 p.

Angenot, Marc, « Pour une théorie du discours social : problématique d’une recherche en cours », Littérature, no 70, mai 1988, repris dans Jacques Pelletier, Jean-François Chassay et Lucie Robert, Littérature et société, Montréal, VLB, 1994, p. 367-390.

Arendt, Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, 368 p.

Arendt, Hannah, La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972, 380 p.

Benjamin, Walter, « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2000, p. 427-444.

Benjamin, Walter, Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, Paris, Payot, 2002, 291 p.

Biron, Michel, L’absence du maître, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2000,164 p.

Denis, Benoît, Littérature et engagement, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 2000, 316 p.

Duchet, Claude, « Pour une socio-critique ou variations sur un incipit », Littérature, 1971, no 1, p. 5-14.

Habermas, Jürgen, Le discours philosophique de la modernité. Douze conférences, Paris, Gallimard, 1988, 484 p.

Horkheimer, Max, et Theodor W. Adorno, La dialectique de la raison, Paris, Gallimard, 1974, 281 p.

Huntington, Samuel P., et al, Le choc des civilisations, Paris, O. Jacob, 1997, 402 p.

Kojève, Alexandre, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, (1947) 1963, 597 P.

Lukács, Georg, « À propos de l’essence et de la forme de l’essai », L’âme et les formes, Paris, Gallimard, 1974, p. 9-33.

Nietzsche, Friedrich, « De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie », Considérations inactuelles II, Paris, Gallimard, 1990, p. 91-170.

Nietzsche, Friedrich, Le gai savoir, traduit de l’allemand par Pierre Klossowki, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1982, 384 p.

Nietzsche, Friedrich, Par-delà bien et mal, traduit de l’allemand par Cornélius Heim, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1971, 248 p.

Sábato, Ernesto, L’écrivain et la catastrophe, traduit de l’espagnol par Claude Couffon, Paris, Seuil, 1986,139 p.

Sartre, Jean-Paul, « Qu’est-ce qu’écrire ? », Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1988, p. 13-44.

Taguieff, Pierre-André, Du progrès, Paris, Librio, 2001,186 p.

Taguieff, Pierre-André, L’effacement de l’avenir, Paris, Galilée, 2000, 483 p.

Varia

Balzac, Honoré de, La comédie humaine I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1951, 1574 P.

Baudelaire, Charles, Les fleurs du mal, Paris, José Corti, 1968,192 p.

Baudelaire, Charles, Mon cœur mis à nu, Fusées, Pensées éparses, Paris, Le livre de poche, 1972, 273 p.

Camus, Albert, Le mythe de Sisyphe, Paris, Gallimard, 1942,186 p.

Céline, Louis-Ferdinand, Voyage au bout de la nuit, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1952, 505 p.

Cortázar, Julio, Marelle, Traduit de l’espagnol par Laure Guille-Bataillon, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », (1963) 1966, 590 p.

Dostoïevski, Fedor, Les frères Karamazov, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1952, 1268 p.

Kundera, Milan, Le livre du rire et de l’oubli, Paris, Gallimard, 1979, 260 p.

Maupassant, Guy de, Contes et nouvelles II, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1979,1824 p.

Pascal, Biaise, Pensées, Paris, Gallimard, 1977, 758 p.

Proust, Marcel, À la recherche du temps perdu I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1954,1003 p.

Sábato, Ernesto, Alejandra, traduit de l’espagnol par Jean-Jacques Villard, Paris, Seuil, 1982, 376 p.

Sartre, Jean-Paul, L’âge de raison, Paris, Gallimard, 1945, 315 p.

Soares, Bernardo (Fernando Pessoa), Le livre de l’intranquillité, traduit du portugais par Françoise Laye, Paris, Christian Bourgois, 1999, 571 p.

Unamuno, Miguel de, Le sentiment tragique de la vie, traduction de Marcel Faure-Beaulieu, Paris, Gallimard, 1937, 348 p.

Valéry, Paul, « Le cimetière marin », dans Bernard Delvaille (éd.), Mille et cent ans de poésie française, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1991, 1929 p.

Wilde, Oscar, The Picture of Dorian Gray, The Works of Oscar Wilde, Leicester, Galley Press, 1987, 1114 p.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search