Version classiqueVersion mobile

Le corps érotique dans la poésie française du XVIe siècle

 | 
David Dorais

Chapitre 4. Le temps érotique

Texte intégral

  • 1 Sur ces deux types de temporalité, voir respectivement Claude-Gilbert Dubois, La conception de l’H (...)

1Chez les poètes du XVIe siècle, l’érotisme, pour se manifester, prend prétexte de tous les types de temporalité. Suivant le rythme naturel du cosmos, il trouve son profit autant dans la lumière du jour que dans l’obscurité de la nuit. Il sait également tirer parti du cycle des saisons, choisissant les plus propices à l’amour charnel. S’adaptant au temps social qui détermine les âges de la vie, il confronte la jeunesse et la vieillesse. Surtout, l’érotisme s’infuse dans la vie individuelle. Il se fond au temps mesuré à l’échelle humaine. L’acte érotique peut ainsi se faire rapide comme l’éclair ou se plier à un art de la patience, du délai. C’est que l’érotisme est souvent relégué dans un hors temps, celui de l’attente, de la privation. Il doit alors trouver son salut dans le saisissement, dans la « cueillette » de l’instant, instant qui doit se goûter selon l’injonction du carpe diem ou se vivre de manière détournée, par le déploiement des modes et des temps verbaux. L’impératif, l’optatif ou le conditionnel donnent forme à des commandements, à des prières ou à des souhaits pressants. Lorsque l’érotisme se réalise, on cherche souvent à en prolonger la portée temporelle, à en préserver les suites par la grossesse, qui scelle de manière concrète l’union physique. Il n’y a guère que le temps de l’Histoire et le temps mécanique, mesuré par l’horloge, qui ne soient pas exploités1.

Le temps naturel : les jours et les saisons

  • 2 Properce, Élégies, II, 15, D. Paganelli (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1964 (1929), p. 54.
  • 3 Ovide, L’art d’aimer, Henri Bornecque (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1983 (1924), p. 89.

2Les poètes amoureux de la Renaissance héritent d’un débat traditionnel sur la valeur relative du jour et de la nuit dans l’expérience des plaisirs physiques. En effet, les élégiaques latins se sont prononcés sur le moment où il convient le mieux de pratiquer les jeux de Vénus. Properce, dans ses Élégies, estime que la nuit ne convient pas à l’amour puisqu’elle empêche de profiter de la nudité : « Mais, hélas ! c’est profaner Vénus que de se livrer à ses transports dans les ténèbres : en amour, sache-le, il n’y a de vrais guides que les yeux2. » Au contraire, Ovide conclut son Art d’aimer en enjoignant aux femmes de ne pas laisser la lumière pénétrer dans la chambre à coucher : bien des parties de leur corps gagnent à ne pas être vues en plein jour3.

  • 4 Olivier de Magny, Les gayetez, XVIII, « À Ambroise de La Porte », Alistair Mac Kay (éd.), Genève, (...)

3Chez les poètes du XVIe siècle, on trouve parfois une prédilection avouée pour le jour. L’amant et sa « nymfette », dans une des Gayetez de Magny, arrêtent de folâtrer sitôt que tombe la noirceur4. L’importunité de la nuit est qu’elle « [les] garde de rien plus voir » (v. 30). En ce sens, le jour est préférable, car il offre sa lumière, permettant de jouir de la vue du corps aimé. Il dévoile dans toute leur beauté les charmes de la dame, alors que la nuit n’en donne pas l’occasion :

  • 5 Rémy Belleau, La seconde journée de la bergerie (1572), XV-50, « A Monsieur Nicolas Secretaire du (...)

Sus donc pendant que le beau jour
Nous permet de faire l’Amour,
Soullons nos yeux des mignardises,
Des faveurs, des douces franchises
D’Amour, desrobons ce plaisir,
Aussi bien la longue nuittée
À grans pas s’ avance hastée
Qui n’en donra pas le loisir5.

  • 6 Françoise Joukovsky, Le bel objet : les paradis artificiels de la Pléiade, Paris, Champion, 1991, (...)
  • 7 Ibid., p. 14. Voir aussi Yvonne Bellenger, Le jour dans la poésie française au temps de la Renaiss (...)

4D’une manière plus précise, certains poètes montrent un goût délicat pour le matin. Le passage de la nuit au jour permet de mieux communiquer l’impression du dévoilement, de la découverte. Françoise Joukovsky a bien saisi cet attrait de la Pléiade pour le début, son « besoin de saisir le stade initial », sa « recherche de l’originaire », son « retour à une présence totale et sans médiation6 ». L’évocation de l’aube rend possible pour les poètes « un passage au point zéro, au moment initial dans le cycle de l’éternel retour », passage qui « fait renaître certaines forces, saisit l’instant où elles entrent en action7 ». Dans l’érotisme, le matin est le moment où la beauté du corps féminin apparaît encore intacte, se révèle au regard émerveillé de l’amant. Dans l’alternance inéluctable du jour et de la nuit, le matin est ce « point zéro » où se condensent les forces à l’œuvre dans la création de la beauté.

  • 8 Clément Marot, L’adolescence clémentine. Rondeaux, XLVI, « De celluy, qui entra de nuict chez s’am (...)

5C’est à l’aube que l’amant peut enfin voir le corps duquel il a pris « ung fruict savoureux » toute la nuit durant8. La naissance du jour couvre le lit de lumière et révèle à l’amant le corps qu’il a possédé. L’avènement de la beauté s’accompagne d’une sensualité plus épanouie, car au goût savouré dans le noir succèdent l’odorat, la vue et le toucher. C’est donc non seulement le corps de la femme qui se révèle, mais aussi le corps de l’homme qui prend conscience de lui-même, par l’entremise de son bonheur sensuel :

Au poinct du jour vy son corps amoureux
Entre deux draps plus odorans que Basme.
Mon Œil adonc, qui de plaisir se pasme,
Dict à mes Bras, vous estes bien heureux
De nuict, et jour. (v. 11-15)

  • 9 Jacques Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XC, dans Poésies complète (...)

6Malgré tout, c’est la nuit qui est le plus souvent célébrée par les poètes comme cadre des aventures érotiques. La peinture de nocturnes peut parfois leur inspirer des vers sublimes, comme dans tel sonnet de Tahureau qui tisse une atmosphère envoûtante de repos et de rêve9. Il s’agit d’une nuit très paisible, molle, moite, caressante, où les peines du jour sont compensées par un doux sommeil. Sa tête est couronnée de mille étoiles resplendissantes. Le silence épais n’est percé que par la voix criarde du grillon. « Et aux forestz jaunement palissante / D’un teint blafard la Lune rayonnoit » (v. 7-8). Dans cette ambiance blême, presque surnaturelle, une jeune femme accourt à cheval et se jette au cou du poète pour le contenter d’un baiser savoureux. Ce bonheur quasi onirique, d’une sensualité si aisée, dicte au poète un serment : « Devant le jour la nuit me soit premiere, / Plus chere aussi l’ombre que la lumiere » (v. 12-13).

  • 10 Voir Jonathan Saville, The Medieval Erotic Alba: Structure as Meaning, New York et Londres, Columb (...)

7Une telle préférence n’est peut-être pas étrangère au genre médiéval de l’aube, ce genre mineur de la poésie lyrique vernaculaire où les deux amants, après une furtive entrevue nocturne, sont réveillés à l’aube par le cri d’un oiseau ou du veilleur de nuit10. Ils maudissent alors le jour qui vient trop tôt. On peut sans doute situer dans cette lignée les vers suivants de Tahureau, qui figure au rang des grands poètes « nocturnes » :

  • 11 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XCVIII, dans Poésies complètes(...)

Ne vois tu pas comme l’Aurore,
Cette envieuse, recolore
Desja d’un éclat jaunissant L’avant-jour par tout blondissant ?
Helas ! helas ! que peu me dure
Cette tant heureuse avanture !
O combien m’est court le déduyt
De cette tant mignarde nuit11 !

8Le matin signale ici le moment de se dire adieu, mais il encourage aussi les amants à se toucher une dernière fois, l’homme tâtant le flanc et le sein de sa dame avant de la quitter pour de bon.

  • 12 Voir par exemple Jean-Antoine de Baïf, Diverses amours de Baif. Troisieme livre, dans Euvres en ri (...)

9Ces éloges adressés à la nuit ne doivent pas tromper : on apprécie son obscurité, mais à condition qu’elle soit tempérée de quelque lueur. Même pendant la nuit, le but est de voir le corps de l’aimée. De là les louanges formulées à la gloire du flambeau, compagnon des aventures amoureuses12. Le flambeau est l’un des seuls objets, avec le lit, à être admis comme témoin des ébats secrets : il se révèle un auxiliaire précieux lorsqu’il accepte de prêter sa lumière pour dénuder la femme. Au comble de l’adoration, c’est le sentiment de l’amant lui-même qui devient la source qui répand sa lumière dans la nuit. De cette façon, même dans la privauté érotique la plus ombreuse, l’amoureux voit. Le jour n’est plus un phénomène extérieur ; il devient la manifestation de la passion :

  • 13 C. Marot, Les epigrammes. Troisieme Livre, XCI, « De sa maistresse », dans Œuvres poétiques complè (...)

Quand je voy ma maistresse,
Le cler soleil me luyt.
S’ailleurs mon cueur s’adresse,
Ce m’est obscure nuit.
Et croy que sans chandelle
À son lit à minuyt
Je verroys avec elle13.

10Comme le matin encore à moitié obscur, la nuit mi-éclairée unit lumière et noirceur. Le moment érotique le plus prisé chez les poètes du XVIe siècle est le moment où l’ombre se fond à la clarté. C’est la coincidentia oppositorum caractéristique de la Renaissance. L’aurore est l’heure privilégiée à laquelle se manifeste cette harmonie entre le jour et la nuit, signe euphorique d’un commencement, mais la nuit éclairée au flambeau ou baignée par la lueur de la Lune harmonise elle aussi la douceur nocturne avec la lumière conquérante.

  • 14 Voir Michel Foucault, Histoire de la sexualité III : le souci de soi, Paris, Gallimard, coll. « Te (...)

11À la ronde quotidienne des heures se superpose, dans l’érotisme, le cycle des saisons. C’est un débat courant, au XVIe siècle, de déterminer à quel moment de l’année il faut ou ne faut pas faire l’amour. Ce type de questionnement, qui remonte à l’Antiquité14, permet en quelque sorte de prendre possession d’un temps qui autrement échappe à l’homme. En jaugeant, mesurant, comparant, on investit ces grands rythmes cosmiques d’un vouloir humain, on les plie à sa raison et à ses goûts. Envers quelle saison les amants montrent-ils une préférence ?

12Le temps hivernal glacial et rebutant n’est pas mis de côté chez les poètes, qui se plaisent à en exploiter les qualités particulières. Le froid permet ainsi de faire contraste avec la chaleur des ébats amoureux. L’homme prend prétexte de la froidure extérieure pour faire accepter par la dame un moyen agréable de se revigorer. L’évocation des gelées hivernales devient un subterfuge pour proposer quelque jeu roboratif. C’est ainsi que

  • 15 C. Marot, Les epigrammes. Troisieme Livre, LXXXVII, « De Robin et Catin », dans Œuvres poétiques c (...)

Un jour d’yver, Robin tout esperdu
Vint à Catin presenter sa requeste
Pour desgeler son chose morfondu15.

13La froideur de l’hiver est-elle la cause physique de la paralysie du membre de Robin ou seulement la transposition figurée de la froideur de la dame ? Sens littéral et sens métaphorique se confondent ici. Toujours est-il que Catin agrée prestement la demande de Robin. À force de se démener, les protagonistes sentent approcher la conclusion naturelle, qui leur inspire un échange facétieux : « Ha, dist Catin, le grand desgel s’approche. / Voyre, dist il : car il s’en va pleuvoir » (v. 9-10). La saison n’est pas qu’une toile de fond, elle devient le comparant de l’activité charnelle : le dégel signifie la revitalisation du membre viril et l’ondée printanière, jouant sur l’imaginaire aquatique de la jouissance, vient en confirmer la réalisation.

14Le plus souvent, les scènes érotiques semblent se dérouler au printemps ou à l’été. Cette constatation découle directement du type de lieu le plus propice aux jeux de Vénus, l’espace bucolique ou locus amœnus. Les amants s’unissent toujours dans un endroit où paraît régner le beau temps. Il faudrait peut-être parler de la fin de l’été, puisque les pommiers ou les cerisiers sont déjà lourds de fruits. Par contre, dans certains cas, on mentionne qu’il s’agit du printemps, avec ses ruisseaux gonflés et ses oisillons gazouillant. En réalité, cette nature semble ne connaître aucune époque précise, figée dans un état de perfection. C’est « la belle saison », un été idéal aux limites étendues et qui ne paraît pas devoir connaître de fin. Il s’agit moins, dans ce cas, d’une saison parmi d’autres que d’une sorte de jardin idyllique situé en dehors du temps.

  • 16 Voir Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, Paris, PUF, coll. « Écriture », 1985, p. 130. (...)

15Le printemps constitue sans aucun doute la saison la plus prisée par les amants. On retrouve dans cette préférence le « fétichisme du commencement » propre à la Renaissance, déjà rencontré à propos de l’aurore16. En tant que recommencement, le printemps signale le début d’une nouvelle ère. C’est le moment où les êtres et les choses sortent de leur torpeur, où la nature est gorgée de sève et de semence, où tout est possible. Par l’animation fiévreuse dont il témoigne, le printemps est, dans l’esprit de l’amant, un exemple éclatant de ce à quoi devraient s’adonner sa maîtresse et lui. Le spectacle de la nature en éveil devrait provoquer chez la belle rétive un effet aphrodisiaque. En ce sens, l’invocation au printemps relève du thème plus général du carpe diem. « Puisque tout s’accouple en ce beau jour, baisez-moi, m’amie », dit en substance chacun des amoureux.

  • 17 Marc Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, « Chanson IX », Margo Manuella Callaghan (...)
  • 18 J.-A. de Baïf, Amour de Francine. Troisieme livre, dans Euvres en rime, t. 1, op. cit., p. 231.

16On cherche ainsi à tirer du tableau printanier une loi naturelle qui forcerait la dame à se montrer plus accueillante. Les exemples sont nombreux, qui devraient lui faire comprendre qu’elle seule ne participe pas à la joie du printemps : l’hirondelle, le passereau, la tourterelle, la colombe, l’abeille, toutes choses, en somme, « jouyssent du doux plaisir, / Fors que [l’amant], miserable homme17 ». Le poète redouble d’ardeur pour mettre sous les yeux de sa dame tout ce qui, dans la nature, engage à l’amour. Il multiplie les prières pour qu’elle constate que tous les éléments, des animaux aux végétaux, jouissent des dons d’amour. « Voy m’amie, voy, regarde », insiste l’amant de Francine18. Le « beau printemps vigoureux » exhibe tous les signes de vitalité primordiale, de « joieuse vie » : ciel radieux, fleurs blanchissant aux branches des arbres à fruits, parfums envahissants, ruisseaux trépignants, chants d’oiseaux. Ceux-ci s’apparient sous les yeux des amants. Les tourterelles se baisotent l’une l’autre en tremblant. On dirait qu’elles veulent s’avaler et, tout en roucoulant, de deux bêtes n’en faire qu’une. Les vignes aussi enserrent les ormes de leurs rameaux étroits. Ce n’est pas tout : le lierre embrasse amoureusement de son lien le tronc aimé du chêne. Devant une telle scène, l’amant ne peut qu’être ébahi par la froideur de sa mignonne :

Quoy ? folle, devant nos yeux
Verrons-nous que tout s’ébate,
Sans que leur jeu gracieux
À mesme plaisir nous flate ? (p. 231)

  • 19 Au retour cyclique des saisons, on peut superposer, sur le plan social, le retour annuel des fêtes (...)

17Bref, toutes les saisons sont bonnes à l’amant pour s’ébattre avec sa belle, à part peut-être l’automne, qui semble récolter peu de suffrages. Même l’hiver glacial offre des raisons de s’étreindre. Le bon accueil fait à toutes les saisons s’explique par la volonté de l’amant de conserver le plus d’arguments possible pour convaincre la dame de céder à ses avances19.

Le temps social : jeunesse et vieillesse

  • 20 Voir Ages of Woman, Ages of Man: Sources in European Social History, 1400-1750, Monica Chojnacka e (...)
  • 21 P. Ariès, « Les âges de la vie », dans L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, op. cit. (...)

18La pensée de la Renaissance distingue clairement les différents « âges de la vie » ou « âges de l’homme ». Il s’agit de catégories sociales communément admises, de notions connues, répétées, usuelles20. Elles sont d’origine savante et datent du Moyen Âge, mais elles sont vite passées dans le domaine de l’expérience commune. Les âges de la vie constituent des données du monde et, comme tels, sont en correspondance avec les autres éléments de la nature, tempéraments, saisons, planètes, etc. La vie de l’homme représente ainsi « une continuité inscrite dans l’ordre général et abstrait des choses21 ».

  • 22 Brantôme, dont les manières de penser sont très traditionnelles, consacre ainsi le quatrième disco (...)

19Il est à noter que cette catégorisation semble concerner les hommes avant tout. Même si les femmes sont présentes à chaque degré, leur vie paraît connaître moins d’étapes différentes et nécessiter moins de divisions. Elle se résume plutôt à trois états qui sont tous en rapport avec cet événement fondamental qu’est le mariage : la jeune fille, la femme mariée et la veuve. De manière moins stricte, le discours commun a également tendance à départager les femmes en vieilles et jeunes, comme il le fait avec les hommes22. Ces deux âges sont toujours placés en confrontation, chacun portant des traits antagonistes.

20Dans le registre érotique également, l’opposition entre la jeunesse et la vieillesse est fortement marquée, pour les deux sexes. Chacune est valorisée différemment et de manière exclusive. Cette distinction se caractérise par un état de possession présent chez les jeunes et un état de privation propre aux vieux ou aux vieilles. En d’autres mots, les jeunes possèdent tout ce que les vieux n’ont plus : beauté, gaieté, amour, vitalité. S’établit ainsi un double régime érotique : la jeunesse est apte aux jeux de Vénus, tandis que la vieillesse ne s’y qualifie plus ou n’y a plus droit.

  • 23 J.-A. de Baïf, I. Livre des passetems, « De Chaussebraye », dans Euvres en rime, t. 4, op. cit., p (...)

21L’antipathie érotique entre jeunes et vieux passe souvent par le thème médiéval de la « maumariée », c’est-à-dire de la jeune femme injustement mariée à un vieil homme. Le blâme qui tombe sur ces unions déséquilibrées repose sur un critère de convenance : il faut joindre « ses amours bien à poinct23 », c’est-à-dire saisir au bon moment l’occasion d’en profiter. En conséquence, il ne faut jamais unir la jeunesse avec la vieillesse, puisqu’il y aura toujours désaccord naturel, incapacité de la part de la vieillesse à assumer les responsabilités du lien conjugal. On doit marier le semblable avec le semblable. Cette conformité des âges permet d’éviter une disparité dans la pratique de l’érotisme et de mieux profiter des suites du mariage, soit la procréation. En effet, le Chaussebraye dont parle Baïf s’est deux fois mal marié : il a d’abord épousé une « vieille brehegne fame », puis, une fois veuf, s’est remarié avec une jeune dame. Ce faisant, il n’a jamais su profiter de ses amours,

Car jeune il cultivoit en vain
Le champ d’une terre sterile ;
Et vieil il n’avoit plus de grain
Pour ensemencer la fertile. (p. 223)

  • 24 Dans de rares cas, on a affaire à des personnages fabuleux qui arrivent à contrer la naturelle inc (...)

22Inadéquation dans les âges, mais surtout gaspillage de la « semence » et perte de la « fertilité ». La règle de l’harmonie dans le rapport entre les âges est conditionnée par un souci on ne peut plus orthodoxe en regard de la morale sexuelle de l’époque, celui de faire fructifier l’union conjugale24.

  • 25 Voir C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 25.

23Pris séparément, les deux âges ont des caractéristiques et des valeurs propres. Pour faire bref, on pourrait dire que chaque âge occupe une position antagoniste l’un par rapport à l’autre, autour de ce thème central qu’est le fugit irreparabile tempus virgilien. Ce topos est, au XVIe siècle, l’un des thèmes philosophiques dominants sur le temps25. Il s’agit de l’idée selon laquelle le temps fuit irrévocablement et détruit tout. Quelque solides, quelque glorieuses que soient les choses humaines, elles finiront par disparaître sous l’action du temps, qui apporte avec lui ruine, décadence et mort. Face à cette idée, le corps vieilli illustre de manière flagrante l’action destructrice du temps. Il est la preuve irréfutable que le temps fuit et emporte beauté et santé. Au contraire, le corps jeune permet de tenir imaginairement à distance la menace dissolutive du temps. Il constitue un antidote à l’inquiétude induite par l’impermanence des choses et par la décrépitude des corps.

  • 26 Voir C. Marot, Les opuscules, « Dialogue nouveau, fort joyeulx, composé par Clement Marot », dans (...)
  • 27 Pierre de Ronsard, Les amours diverses, XXXVII, dans Les amours, op. cit., p. 473, v. 5.
  • 28 P. de Ronsard, Le septiesme livre des poèmes (1569), XXIII, dans Les amours, op. cit., p. 327, v. (...)

24Les amants renaissants avouent couramment leur goût exclusif pour les jeunes filles, les pucelles de quatorze ou quinze ans26. La jeunesse est appréciée pour sa pureté, sa virginité, et aussi pour sa naïveté, puisqu’elle est « innocente et peu caute27 ». La pucelle est dépourvue de ruse, elle ne connaît pas encore les tromperies de l’amour. Contrairement à ce qu’on serait porté à penser, le but que poursuit l’amant n’est pas tant d’abuser et de se jouer de la jeune fille simplette que de se garantir une pureté de sentiments, un amour sincère et univoque de la part de son aimée : la naïve est celle qui n’aura pas l’idée ou les moyens de prendre un autre amant. De plus, l’attrait pour la jeunesse s’inscrit au cœur du schème imaginaire temporel du commencement. Il relève de l’attirance que manifeste l’érotisme renaissant envers tout ce qui est de l’ordre de la naissance, du début, de l’éclosion. Le corps jeune, celui de la fille à l’aube de sa vie, incarne l’énergie originelle. Le corps jeune et ferme manifeste la beauté à son état natif. Il arbore les traits les plus attrayants avant qu’ils ne soient corrompus par le temps qui passe, facteur de dégénérescence. L’énergie vitale de la jeunesse passe notamment par sa propension à l’amour charnel : elle est « le temps propre aux amoureux combaz28 ». Naturellement chauds de tempérament, les jeunes gens sont plus tentés par les jeux de Vénus. Ils sont les plus disposés à éprouver du désir sensuel et à goûter les plaisirs physiques et devraient donc en profiter avant que la mort ne les surprenne.

25Cependant, il ne faudrait pas croire que les poètes font de la jeunesse le temps de l’érotisme débridé. On ne doit pas, dès le début, tout faire, et ils recommandent de ne pas user de la pucelle comme d’une femme mûre. Il faut réfréner ses désirs. On doit savoir utiliser l’art érotique avec parcimonie, distinguant judicieusement les actes qu’il convient de poser en regard du statut ou de l’âge de sa maîtresse. Un poème de Baïf se montre particulièrement éclairant sur le « bon usage » à faire de la jeunesse. Il s’ouvre sur une lamentation qui pose d’emblée le thème du jeune âge et de sa relation conflictuelle avec l’amour :

  • 29 J.-A. de Baïf, Diverses amours de Baif. Premier livre, « Que Venus m’est contraire », dans Euvres (...)

Que Venus m’est contraire et favorable
En m’adressant mignonne si traictable :
Mais, las ! trop jeune d’ans29.

26Le problème ne vient pas de la pucelle elle-même, qui veut bien complaire au désir du poète, mais du trop peu d’années qu’elle compte ; si seulement le poète pouvait lui en donner cinq des siennes ! Car, pour le moment, ils ne peuvent échanger que de vains baisers, sans espérer obtenir rien d’autre qu’un désir encore plus cuisant ; c’est le thème, déjà étudié, du désir s’entretenant lui-même. Si elle était plus vieille,

[…] elle auroit ensemble le courage,
Et le moyen, et bien convenant l’âge
Au plaisir amoureux. (p. 317)

27Le poème montre que chaque âge détermine une certaine volonté (« le courage ») et une capacité physique (« le moyen ») qui portent vers certains contentements particuliers. Toutefois, la maturité apporterait en retour son lot d’inquiétudes pour l’amant, car les parents de sa maîtresse pourraient se montrer plus sévères et la tenir enfermée dans la maison. Et quand elle sera parfaite au jeu d’amour, peut-être changera-t-elle de sentiment et éconduira-t-elle celui envers qui elle se montre à présent bienveillante. On constate ici une ambiguïté à propos de la valeur relative de la jeunesse et de la plénitude de l’âge : laisser vieillir la pucelle comporte des avantages, mais aussi des risques. Néanmoins, se conforte l’amant, elle a un bon naturel et n’a pas l’esprit rusé. Alors, il est prêt à patienter jusqu’au moment où elle sera assez mûre pour lui donner la jouissance après laquelle il soupire. Il engage donc son aimée à se contenter des joies que leur permet son jeune âge :

Par les baisers vengeons nous de la perte
Que nous faisons pour ton âge trop verte,
Qui nuit à mon desir.
Sus baise moy, ò mon ame, ò ma vie,
Cent mille fois : encores mon envie
Ne s’en passera pas.
En attendant plus heureuses annees
Faisons couler les plaisantes journees
En ces petits ébas. (p. 318)

28Les baisers juvéniles ne font qu’attiser le désir du poète, mais ils permettent de bien mettre à profit le temps, en attendant mieux. Le « bon usage » des plaisirs doit se plier aux lois que dicte le cours du temps. On a affaire à une manière légitime de conduire son désir selon les circonstances, de jouir de chaque âge selon l’intensité qu’il demande. La jeunesse détermine un art érotique de la patience. Une telle modération empêche certaines pratiques — et en ce sens, elle nuit au désir —, mais elle permet en retour de donner libre cours aux pratiques permises. Le toucher ou le « dernier point » ne sont pas encore acceptables, mais rien ne s’oppose à jouir du baiser à satiété. Si « l’âge trop verte » n’est propre qu’à cette chose, il ne faut ni essayer d’aller plus loin ni s’abstenir de tout contact charnel, mais profiter au mieux de cette situation, par l’infinité des baisers (« cent mille fois »). Qui sait si la mignonne sera toujours disponible ? Qui sait si elle ne se fera pas enfermer au couvent ou si elle ne changera pas de sentiment ? Il vaut mieux saisir l’instant présent, sans chercher à sauter les étapes. Jouir au maximum de tout ce qui est permis n’équivaut pas à consommer d’avance tout ce qui sera disponible. L’amant sait se contenter de ce qu’il a, il s’accorde avec ce que lui offre la nature. Ce « bon usage » des plaisirs et de la jeunesse témoigne de la retenue fondamentale de l’érotisme renaissant. Il témoigne aussi d’une relative ouverture à l’Autre, puisqu’il importe de prendre en compte son âge et de s’adapter à ses inclinations et à ses dispositions.

  • 30 À ce titre, Brantôme constitue une exception notable, lui qui mentionne à plusieurs reprises, dans (...)
  • 31 C. Marot, Les epigrammes. Troisiesme livre, LI, « Dizain », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2,(...)

29La vieillesse, pour sa part, se situe tout entière du côté de l’absence. Alors que la jeunesse est gorgée de vie, pleine de concupiscence, disposée à des plaisirs charnels croissants, débordante d’énergie, la vieillesse n’est que la privation de tout cela30. Cette négation totale qui caractérise l’état de vieillesse se résume par son assimilation à la mort. Le vieux, la vieille sont ceux qui ont déjà trépassé. Que l’on réunisse une « dame du temps passé » et un vieillard à « la barbe chenuë », ils n’engendreront rien d’autre que la Mort31. L’adjonction de l’amour physique à la vieillesse est inconcevable : cette dernière exclut, d’emblée, l’érotisme, comme elle exclut la vie.

  • 32 C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 42-43. À ce titre, Jean Bouchet constitue une exception : p (...)

30Toutefois, il convient de faire une distinction en fonction des sexes : la vieillesse n’est pas représentée de la même manière selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme. En effet, comme le souligne Cathy Yandell après un survol des textes de l’époque, la plus grande menace qu’apporte la vieillesse est, pour l’homme, la perte de force, de virilité et, pour la femme, la perte de beauté32. De la sorte, en regard de la pratique des activités vénériennes, le vieux se définit d’abord comme impuissant et la femme, comme laide. Chacun expérimente différemment, à travers son corps, le passage du temps destructeur. Ce dernier ravale tout sans discrimination, mais les corps vieux ne se transforment pas de la même manière selon les sexes, et cet écart détermine une subtile différence de perspective : le vieux, possiblement impuissant, ne « peut plus » s’adonner aux jeux de Vénus, tandis que la vieille, nécessairement laide, ne « doit pas » le faire. On trouve entre l’homme et la femme la distance qui sépare l’incapacité de l’interdiction, le pouvoir du devoir. Nous avons déjà analysé, dans le chapitre sur le corps, l’image de la vieille femme, intrinsèquement liée à l’idée de laideur, association qui détermine un interdit formel posé sur l’exercice de la volupté. Aussi, nous n’y reviendrons pas. Nous étudierons plutôt l’image du vieil homme et sa relation avec l’amour physique, pour constater que, en ce qui le concerne, les poètes font preuve d’une sévérité beaucoup moins grande.

  • 33 P. de Ronsard, Pièces attribuées, « Autre du mesme. À la mesme dame », dans Œuvres complètes, t. 2 (...)

31Un vieillard, dans une pièce attribuée à Ronsard, prétend que son « cas » n’est pas son doigt et qu’il ne peut le lever à volonté33. « Enconner, r’enconner, / Ce sont tours de jeunesse » (v. 29-30), dit-il crûment. Son cheveu blanchissant chasse de son cœur la force et le courage. L’été fait place à l’hiver. Jadis, il ne serait pas resté de plomb si sa maîtresse s’était couchée nue entre ses bras et, dit-il,

Lors qu’un printemps de sang
M’eschauffoit tout le flang
À gaigner la victoire,
Bien dispos je rompois
Huict ou neuf fois mon bois,
Maintenant il faut boire. (v. 43-48)

32Malgré tout, s’il ne peut plus se battre en duel aussi vaillamment que du temps d’Henri II et s’il doit surtout se contenter de trinquer, il est encore capable de donner au moins « un coup » (v. 4). Demander plus, de toute façon, ne servirait à rien : on peut parfaitement trouver son plaisir de manière plus tranquille. L’inaptitude du vieil homme est donc toute relative. Alors que la vieille femme est d’une laideur absolue, touchant aux limites du supportable, le vieil homme peut encore parvenir à surmonter sa faiblesse et à retrouver un semblant de vigueur. Il ne souffre pas de paralysie complète, seulement d’une diminution de force. Il est exclu de certains types de joutes, mais il peut encore participer au tournoi.

  • 34 P. de Ronsard, Les odes, IV, 30, dans Œuvres complètes, t. 1, op. cit., p. 836, v. 7-8.

33La foi en la survivance de la virilité sénile peut même mener à un renversement du raisonnement habituel : c’est précisément parce qu’il est vieux que l’amant est apte à l’érotisme. La cruelle ne devrait pas fuir la tête blanche du poète, prétend-il : « Si j’ay la teste blanche en haut, / L’autre partie est assez franche34. » De plus, quel plus beau mariage peut-on faire que celui entre son chef blanc et le teint de rose de la belle ? Ne sait-elle pas que, pour bien faire une couronne de fleurs, on environne la rose de lis ? Le motif courant de l’alliance blanc-rose, toujours très connoté sensuellement, transforme de manière surprenante la vieillesse en un ingrédient essentiel à une union réussie.

Le temps humain I : l’instant de l’acte

  • 35 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 141.

34Nous avons entamé ce chapitre sur le temps avec l’étude des images cycliques : alternance du jour et de la nuit, et rythme des saisons. Nous nous sommes ensuite attaché à une image linéaire : le passage de la jeunesse à la vieillesse selon le cours naturel de la vie. Nous aimerions à présent nous tourner vers un temps ponctuel, le temps humain. Ponctuel, car il s’agit d’un temps infusé dans l’existence, perçu à hauteur humaine, sous la forme de l’instant. Le temps humain ne repose pas sur une perception qui serait fragmentaire par rapport à une totalité abstraite, puisqu’on y trouve intacte une impression de plénitude « non point saisie dans l’absolu, mais dans l’instantanéité d’une expérience éphémère35 ». La construction d’un temps humain qui s’opère à la Renaissance tente de résumer le macrocosme dans le microcosme, de verser la globalité d’une existence dans un moment réduit. À ce titre, l’érotisme se révèle particulièrement apte à manifester une telle philosophie du temps, puisque l’expérience de l’instant naît d’une épreuve subjective des plaisirs physiques. C’est un temps anthropocentrique, qui mesure les délices vénériennes à l’échelle humaine. La question qui gouvernera toute cette dernière portion de chapitre sera donc la suivante : comment l’amant perçoit-il le temps lorsqu’il est engagé dans des activités érotiques ?

35D’une part, l’érotisme renaissant développe un art de la patience. On fait de la lenteur une vertu. On apprend à économiser le désir, à le répartir également sur la ligne du temps, à gérer la jouissance de manière égale. Il s’agit d’incorporer le délai, d’en faire une partie constituante du jeu érotique. Cette valorisation de l’attente s’harmonise donc pleinement avec le principe de modération particulier à l’art érotique renaissant. La patience est surtout recommandée à propos de la jeunesse. Comme par un mouvement de compensation naturelle, la beauté la plus précoce doit inspirer la possession la plus tardive. Face à une jeune fille, il faut savoir réfréner ses désirs et n’user avec elle que de ce qui convient à son âge, en attendant qu’elle soit mûre. On ne doit pas chercher à obtenir plus que ce qu’elle peut offrir.

  • 36 P. de Ronsard, Les eclogues et mascarades, III, « ou chant pastoral sur les nopces de Monseigneur (...)

36Ainsi, on recommande à l’époux de ne pas prendre trop brusquement, lors de leur nuit de noces, cette « prime fleur encores toute tendre » qu’est son épouse36. Le nouveau mari ne doit, pour cette nuit, que tenter le plaisir. À mesure qu’il vieillira, sa femme prendra aussi de l’âge :

Lors d’elle à plein souhait [il] aur[a] jouyssance,
Et trouver[a] meilleur mille fois le plaisir :
Car l’attente d’un bien augmente le desir. (v. 330-332)

  • 37 P. de Ronsard, Sonets pour Helene (Livre II), VII, dans Les amours, op. cit., p. 422-423.
  • 38 D’une manière comparable, mais symétriquement inverse, c’est l’amie qui promet au poète, chez Maro (...)

37On le voit, la pleine possession n’est pas exclue. Le délai n’implique pas une atténuation infinie du désir, une frustration continue. Ce n’est pas la victoire du modèle courtois et pétrarquiste, dans lequel l’objet du désir doit demeurer inaccessible. Au contraire, l’amant pourra bel et bien, à un moment donné, jouir comme il l’entend de sa maîtresse. Il doit simplement attendre que l’occasion soit propice. Par conséquent, même à une nuit de noces ne convient pas la consommation totale des plaisirs. Elle viendra, mais au moment opportun. Cet art de l’attente repose, comme l’indique le dernier vers cité, sur une sorte d’éthique épicurienne : en prenant son mal en patience, en repoussant le bonheur, l’amant a pour but d’augmenter le désir et donc de rendre son plaisir mille fois plus sensible. Ici, cet art s’applique à la jeunesse. Ailleurs, la patience peut s’appliquer à l’érotisme en général. C’est la patience qui inspire une paisible résignation à l’amant d’Hélène et lui fait reconnaître qu’il est déjà depuis sept ans en servage37. Toutefois, cette longueur ne le découragera pas et c’est toujours la patience qui lui fait dire : « Servir encor sept ans de bon cœur je la puis, / Pourveu qu’au bout du temps de son corps je jouysse38 » (v. 10-11).

38D’autre part, malgré cette lenteur que prêchent les poètes, l’érotisme est parfois décrit dans sa fulgurance. La rapidité de l’acte pourrait avoir pour modèle le « coup en robbe » que célèbre Brantôme :

  • 39 Brantôme, Recueil des dames, II, 1, dans Recueil des dames, poésies et tombeaux, Étienne Vaucheret (...)

ceux qui se sont meslez de cet estat d’amour, ilz ont tousjours tenu cette maxime, qu’il n’y a que le coup en robbe. Aussi quand l’on songe que l’on brave, l’on foule, presse et gourmande, abat et porte par terre les draps d’or, les toilles d’argent, les clinquants, les estoffes de soye, avec les perles et pierreries, l’ardeur, le contentement s’en augmente bien davantage39.

  • 40 M. Daumas, Le système amoureux de Brantôme, op. cit., p. 173. Voir aussi p. 47-48, où il est dit q (...)

39Cette manière de faire l’amour a beaucoup à voir avec le plaisir du luxe et de la richesse, peut-être associé au plaisir transgressif de voir ce luxe jeté à bas. Toutefois, le « contentement » donné par les beaux atours et par le dénudement pourrait se savourer tranquillement, à l’aise dans un cabinet, en faisant durer le plaisir. Mais non, il faut que l’action soit emportée, dans un acte de saisie, presque un acte de guerre, sorte de blitzkrieg avant l’heure. La rapidité a une utilité : éviter à la dame d’être surprise avec un amant. Néanmoins, l’espèce de griserie procurée par la promptitude dépasse la sphère des stratégies de cour. Maurice Daumas identifie comme une particularité de la pratique du sexe chez Brantôme ce caractère rapide et expéditif, ce « galvanisme40 ». La prise de possession impétueuse qui caractérise l’amour charnel chez Brantôme fonctionne en coupant court aux traditionnelles étapes d’apprivoisement, d’adaptation à l’Autre. La lenteur est écartée au profit d’une accélération, et le désir, au profit d’une jouissance immédiate.

40Les poètes mentionnent eux aussi le plaisir que procure la soudaineté du commerce charnel. Marc Papillon utilise fort habilement le thème du désir furieux et le motif du feu pour insister sur le caractère pressant, ardent, dévorant de l’acte, plaçant de main de maître les mots-clés à la rime et construisant une gradation dans la rage érotique :

  • 41 M. Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, LXV, op. cit., p. 378, v. 5-8 ; nos italiq (...)

Sois plus prompte au combat, je trespasse d’envie,
Je ne veux amortir ta prochaine chaleur ;
Là donc, d’un bonds mignon incite ton ardeur,
Et d’un bransle poupin plein de douce furie41.

41La présence, dans ce quatrain, d’épithètes mignardes (« mignon », « poupin », « douce ») atténue la violence, la rudesse qu’on aurait pu trouver à l’action et lui prête un aspect plus « féminin », selon les critères de l’époque, rappelant que c’est la dame, ici, qui fait preuve de vigueur amoureuse. Au début du sonnet, l’agitation de l’homme passe plutôt par ses paroles. Il fait se succéder, en un vers, quatre injonctions insistantes : « Presse-moy, serre-moy, tiens-moy, joinct-moy mon cœur » (v. 2). Ces encouragements contribuent au caractère pressant de l’étreinte vécue tant par l’homme que par la femme.

  • 42 J.-A. de Baïf, Amour de Francine. Troisieme livre, « Ha, que tu m’es cruelle », dans Euvres en rim (...)

42Le goût que manifestent les amants renaissants pour la fulgurance de l’acte s’explique par le désir de ne pas perdre leur temps. Le délai, si souvent imposé par la dame, constitue une fuite stérile du temps, à laquelle il faut remédier en se saisissant immédiatement de son corps. La frénésie érotique effrénée est celle de l’amant qui entend bien tirer tout le suc du moment présent au lieu de le laisser vieillir et se dessécher. C’est pourquoi l’amant de Francine reproche à celle-ci de se montrer trop dure en faisant la rebelle et de ne jamais lui accorder de baiser42. Il se plaint de ce qu’elle trouve constamment mille prétextes pour éviter d’en « venir au point » (p. 222). Pendant ce temps, l’amant est contraint à une inactivité nuisible :

Tandis le temps s’enfuit.
Tandis s’envole l’heure
Emportant le plaisir,
Mais l’ennuy me demeure
En mon bruslant desir.
Tandis que tu delayes,
De mille et mille playes
Amour navre mon cœur. (p. 222)

43Le plaisir que l’amant pourrait prendre ici et maintenant lui est refusé par sa maîtresse et se voit donc emporté par les heures, par les jours qui s’écoulent, ne lui laissant que le désir, synonyme de douleur. Le poète s’oppose à ce gaspillage en arguant du jeu dialectique du désir et du plaisir. Selon lui, le plaisir est inversement proportionnel au désir : plus ce dernier croît, moins la volupté est grande. Bref, la dynamique du désir commande une abolition du retard et une satisfaction immédiate.

  • 43 L’instant est, pour l’épicurisme, une occasion d’obtenir de la jouissance, et l’attente augmente l (...)

44Cet « usage des plaisirs » basé sur la hâte et la précipitation apparaît en totale opposition avec l’art de la patience décrit précédemment et avec les principes de mesure et de modération qui le sous-tendent. Cependant, il semble possible de concilier lenteur et rapidité. La « médiocrité » de l’art érotique renaissant a pour but de savourer le plaisir le plus fort (en intensité et en durée). L’amant doit donc faire monter son désir, sans toutefois le laisser devenir excessif. En ce sens, l’art érotique renaissant repose sur un art de vivre épicurien, qui prône la mesure dans la recherche des plaisirs les plus pleins43.

45Ainsi, lenteur et rapidité s’allient, chez les poètes que nous avons étudiés, pour parvenir à ce résultat. Lorsque la fille qu’on courtise est trop jeune pour offrir le plaisir convoité, il vaut mieux laisser passer le temps. Mais lorsque l’occasion se présente, il ne faut plus temporiser, il faut jouir sans attendre, avec toute la fougue nécessaire. En somme, tout est question de moment opportun. C’est le kairos grec, l’occasion que l’on doit saisir promptement. Il faut savoir attendre lorsque c’est nécessaire ; agir lorsque cela s’impose. Si le plaisir n’est pas consommé à point nommé, il se perd avec le temps qui fuit et laisse le désir croître douloureusement. L’envie ne doit jamais être complètement lésée. Simplement, il faut savoir quand tirer sur les rênes et quand lui laisser la bride sur le cou. L’approche érotique demande parfois de la prudence, de la circonspection, parfois de la célérité, de la diligence, mais toujours du discernement, dans le but d’atteindre le plaisir le plus fort, c’est-à-dire celui qui est pris avec à-propos.

  • 44 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 146.

46Ce kairos revivifié se traduit, chez Ronsard et les poètes de la Pléiade, par une image parlante : celle de la cueillette. Comme le souligne à juste titre Claude-Gilbert Dubois, « cueillir la vie suppose à la fois cueillaison et recueillement44 ». En d’autres mots, cueillir suppose un mélange de violence et de douceur. Cueillir l’instant présent, l’instant où concordent le désir et son objet, c’est s’unir intrinsèquement à l’Autre, avec hâte, mais sans brusquerie. L’amant ne tire pas la dame dans son univers d’agressivité, comme avec le « coup en robbe ». Si la relation érotique renaissante présente parfois des marques d’inégalité foncière, elles témoignent, plus que d’une véritable volonté de domination, d’un pathétique besoin de contact, d’un désir exaspéré de fusion. Confronté à un temps stagnant où la jouissance demeure rigoureusement hors de portée, l’amant peut être amené à vouloir s’emparer de force de l’Autre, quitte à l’arracher. Mais dans le cas précieux où le moment opportun se présente, où une trop rare « fenêtre » temporelle s’ouvre pour permettre la juste satisfaction des désirs érotiques, l’amant ne se montre plus impérieux. Le « bon moment » fait s’effacer toutes les tentations de déracinement enragé et laisse place à la réciprocité, à la tendresse, au jeu, à la gaieté.

  • 45 Ibid., p. 143. Cet art de vivre sensuel est tout différent de la gestion du temps propre au libert (...)

47L’image de la cueillette mène au cœur même du temps humain de l’érotisme. En effet, celui-ci est fondé sur la notion d’instant. C’est à travers l’instant que l’amant renaissant expérimente la rencontre charnelle avec son aimée. Le baiser est instantané, la caresse est instantanée, la jouissance est instantanée. Rien n’existe en dehors de ce moment précis. Cette conscience de l’instant est la contrepartie d’une conception d’un temps qui fuit. Fugit irreparabile tempus, le temps est un flux permanent et irréversible, un écoulement que nul ne saurait arrêter, mais « sur ce fond labile, se détache comme seule réalité tangible l’instant45 ».

  • 46 « Carpe diem, quam minimum credula postero » (« Cueille le jour, sans te fier le moins du monde au (...)
  • 47 Voir C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 67. Sur l’histoire du carpe diem, voir p. 65-66 et sur (...)

48La concentration dans l’instant présent dérive directement du thème du carpe diem. L’expression exacte de ce thème remonte à l’ode à Leuconoé d’Horace46, mais l’esprit en est présent dans toute la poésie grecque et latine, puis renaissante. Les plaisirs dont on encourage la jouissance peuvent être de divers types : vin, nourriture, musique, poésie, amitié et, bien sûr, amour. Trois éléments constituent le genre du carpe diem amoureux ou érotique, plus précisément trois couples qui constituent autant d’oppositions47. Il s’agit de l’opposition entre l’image de la rose fanée et celle de la rose épanouie dans sa jeunesse ; de l’opposition entre le poète et son interlocutrice, dont il tente de vaincre la résistance ; et de l’opposition entre le futur (dont la menace est rendue sensible par la peinture du corps vieillissant de la femme) et l’instant présent (symbolisé par le corps resplendissant de la jeune fille).

  • 48 À ce sujet, voir Henri Weber, La création poétique au XVIe siècle en France : de Maurice Scève à A (...)
  • 49 J.-A. de Baïf, Amours de Meline. Second livre, « Ma petite Cytheree », dans Euvres en rime, t. 1, (...)

49Ces éléments se retrouvent couramment dans les poèmes de la Pléiade, qui jouent soit sur la beauté de la rose, soit sur son déclin vespéral48. L’image de la rose peut parfois être remplacée par celle de la végétation soumise aux saisons. Pour ne citer qu’un poème, au demeurant assez représentatif du genre, l’amant chez Baïf invite sa « petite Cytheree » à venir s’asseoir sur ses genoux pour s’adonner au jeu des baisers49. Il engage son amie à constater le cours irréversible du temps : il lui montre comment à l’enfance succèdent la jeunesse, la maturité, puis la vieillesse. Cela étant, il l’encourage à profiter du moment présent :

Uson de ceste verdure
Ce pendant qu’elle nous dure :
Trop helas l’hyver est proche !
Employon ce beau printemps,
Et gardon nous de reproche
D’avoir fait perte de temps. (p. 69)

50Cette injonction est suivie de sa conclusion logique, d’ordre évidemment sensuel : « Ca donc cent baisers, mignarde »…

51L’exhortation à « employer » sa jeunesse, comme l’écrit Baïf, et à éviter le « reproche » de perdre son temps caractérise toute une attitude de l’individu face à son existence, un art de vivre en quelque sorte. Celui-ci a un nom : le « passetemps ». Le terme, au XVIe siècle, peut désigner une activité amusante, mais peut aussi renvoyer à une activité édifiante, telle celle qui permet aux devisants de l’Heptaméron de rester à l’abri de l’oisiveté. Le but recherché dans le passe-temps est de ne pas encourir de perte de temps, de ne pas gâcher ses heures à ne rien faire :

  • 50 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 147-148.

L’objectif de cette méthode est celle [sic] de l’exploitation d’un patrimoine : elle procède d’une mise en valeur du temps, analogue à celle que les économistes prônent pour la mise en valeur de la terre. Il s’agit de ne rien laisser perdre et de faire produire les terres en friche. Il s’agit de ne pas laisser en friche les moments d’oisiveté50.

52Chez les poètes, le passe-temps érotique est un moyen de passer le temps plaisamment, mais non pas pour se divertir, au sens étymologique du mot, c’est-à-dire pour s’en détourner, pour s’en éloigner, plutôt pour l’exploiter à sa pleine valeur. Sans gravité, en souriant, le plaisir érotique donne du poids au présent. De cette manière, un moment unique peut contenir la plénitude d’une vie, et même d’un siècle. Combattre nus, se mordiller, se sucer les lèvres permet de rendre le présent « présent », si l’on peut dire. Cela permet d’en tirer une richesse telle que cent mornes années n’en fourniraient pas de pareille :

  • 51 R. Belleau, La seconde journée de la bergerie (1572), XV-50, « A Monsieur Nicolas Secretaire du Ro (...)

Un jour poussé de ceste sorte
Qui ces delices nous apporte
Vaut mieux qu’une montagne d’or,
Vaut trop mieux qu’un siecle d’années
Qui sans plaisir sont escoulées51.

53La saisie du moment opportun, la cueillette des plaisirs fugaces, l’injonction au carpe diem, la mise à profit du temps qui passe, tout cela ne resterait que vœux pieux s’il n’y avait pas jouissance effective. Quoique cette dernière soit souvent inaccessible, les poètes représentent à quelques occasions des scènes érotiques ayant bel et bien lieu, dans l’univers qui est celui de l’énoncé. Les exhortations répétées à savourer le moment présent trouvent leur accomplissement dans l’union charnelle mise sous les yeux du lecteur.

54Sur le plan langagier, la manifestation textuelle d’un acte charnel doit nécessairement passer par l’utilisation d’une forme verbale au temps présent. Celui-ci sert à décrire une action se produisant au moment même de la parole. Ainsi, le poète de la Bergerie, pour décrire une nuit d’amours, multiplie les adverbes de temps, qu’il couple avec des verbes à l’indicatif présent :

  • 52 Ibid., p. 236, v. 6-7 et 15-17.

Tantost nous nous faschons ensemble,
Tantost un baiser nous rassemble
[…]
Tantost nous, luttons bras à bras,
Dessus le lict, entre les dras,
Tantost nüe me veut combattre52.

55La suite des verbes d’action a pour effet d’enraciner chaque geste dans le présent. Ces gestes deviennent comme une série de moments ponctuels, chacun isolé, mais tous reliés par l’arabesque de l’art érotique. L’utilisation du « tantôt » renforce cette succession d’instantanés, faisant miroiter tour à tour les différentes facettes de l’action charnelle. Le verbe au présent cerne l’action dans la durée, en fait un lieu autonome, dans lequel l’individu est absorbé. Parallèlement à l’indicatif présent, le poète a recours au participe présent, exprimant une action qui progresse, en train de s’accomplir, elle aussi délimitée dans le temps. Le participe présent peut servir à créer un effet de simultanéité. En même temps ou peu de temps après qu’un geste est posé, un autre s’y superpose : « Puis se jettant sur moy follastre / Joint au mien son tetin d’albastre » (v. 48-49). En exprimant une action concomitante à une autre, cette forme verbale ancre un geste à un autre geste, lui-même ancré dans l’instant. Par le fait même, l’exploitation du temps est rendue encore plus profitable. Le passe-temps paie doublement.

  • 53 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XCVII, dans Poésies complètes,(...)

56Un autre procédé pour suggérer la concentration dans l’instant, procédé utilisé par Tahureau dans une de ses odelettes, est la construction du poème « en entonnoir »53. Il s’agit de partir d’une temporalité lente et très vaste pour graduellement se rapprocher d’un moment précis à partir duquel l’action se déploie. Le poème de Tahureau s’ouvre sur une atmosphère nocturne paisible et ensommeillée. Les deux premières strophes sont construites sur le même modèle : l’articulation « Quand… et que… » superpose au tableau de la nuit les gestes lents de l’amant. Quand il fait nuit et qu’il essaie de guérir nu la souffrance d’amour… Quand sa maîtresse s’endort et qu’il la baise tendrement… Le début du poème met en place, tranquillement, le premier terme d’une relation temporelle de concordance, de simultanéité. On ne sait pas encore ce qui se passe au même moment, mais cela se déroule dans la noirceur, à une heure indéterminée, alors que le demi-sommeil fait s’agiter la femme. La période comprise dans ces deux strophes est plutôt longue et les verbes à l’indicatif présent (« j’essaye nu à nu guerir la playe », « tendrement je baise »,) suggèrent des actions répétitives plutôt que singulières. Ce sont des gestes esquissés plusieurs fois, réitérés durant un temps incalculable, alors que la noirceur empêche de mesurer toute évolution.

57Les premiers vers de la strophe suivante opèrent une rupture brutale par rapport à cette atmosphère d’alanguissement, en introduisant le deuxième terme de la concomitance. Il y a contraction du temps, fondation d’un point de départ, entrée dans l’action :

Alors tout mon corps s’alonge,
Et un pront desir me plonge
En mille pensers divers. (v. 13-15)

58Promptitude, confusion des idées, mouvements exacerbés d’étirement et de plongée, tout connote la fureur érotique. L’adverbe « alors » indique un moment précis, tiré hors de la nuit et à partir duquel se déploie le corps de l’amant, maintenant prêt à passer à l’action. À point nommé, sur fond d’étreintes et de baisers ininterrompus, le désir se manifeste dans sa vivacité. L’entreprise érotique prend désormais un caractère plus immédiat :

Tost me panchant sus ta face,
Tost sus ton corps que j’embrasse,
Tost me voltant à l’envers :
Tost mignardant tout folâtre
Ce flanc rebondi d’albâtre,
Cette cuisse, ce beau sein,
Cette molle lévrelette,
Cet œil, cette mammelette,
Ce poil, ce front, cette main :
Tost regardant ta minette,
[…]
Tost t’apellant ma deesse. (v. 16-25, 31)

59Le corps masculin se montre ici totalement surexcité, oscillant d’un côté à l’autre, se cambrant dans des postures impossibles, caressant follement un corps féminin si présent qu’il en sature six vers de suite. Cependant, une telle urgence est tempérée par l’emploi du participe présent, qui fournit à chaque geste la durée nécessaire à sa réalisation. Le mode utilisé allonge juste un peu le temps pris par chaque action, histoire de montrer que l’impétuosité n’exclut pas l’application, et que l’érotisme, même s’il est vif, sait prendre son temps.

Le temps humain II : hors temps et temps imaginaires

  • 54 Voir Raymond Klibansky, Erwin Panofsky et Fritz Saxl, Saturne et la mélancolie, Fabienne-Durand-Bo (...)

60L’accomplissement de l’acte charnel est rarissime dans le corpus que nous avons étudié. Un tel bonheur ne paraît accessible que dans des occasions précieuses, mais quasi inexistantes. Généralement, triomphe le modèle courtois : suspension du temps, infinitude du délai, attente interminable. Le désir reste inassouvi et l’amour conserve son essence, qui est la carence, le défaut. L’amant est confiné à une sorte de « hors temps », période de stagnation où rien ne semble devoir changer. Il se retrouve témoin d’un temps perdu qui prive son désir de la présence de la dame. C’est, proprement, le temps de la mélancolie : Saturne étant la planète la plus lente de toutes, sa lenteur a depuis longtemps été associée à la tristesse et à la langueur du tempérament mélancolique54.

  • 55 P. de Ronsard, Livret de folastries, III, dans Œuvres complètes, t. 5, Paul Laumonier (éd.), Paris (...)

61Le meilleur exemple de l’établissement d’un hors temps, en lien avec la demande érotique, est sans doute la troisième Folastrie de Ronsard55. Ce long poème rassemble une variété de thèmes temporels : opposition entre jeunesse et vieillesse, jouissance du présent, dynamisme érotique, attente intolérable et bannissement du temps. Il se découpe en trois moments qui proposent différents modèles d’utilisation du temps.

62Le premier moment est celui de la jeune Catin (v. 1-40), où elle exploite à satiété le temps de sa jeunesse en couchant avec tous les hommes. Elle vit tout entière au rythme accéléré d’une copulation effrénée. Le deuxième moment opère un renversement temporel total (v. 41-94) : la mise à profit maximale du temps par l’érotisme s’est transformée en une dévotion inutile, pratiquée par une Catin vieillie et enlaidie. Le poète décrit une journée dans la vie de Catin, longue période de temps figé où elle demeure inactive à l’église, presque paralysée, reprenant d’heure en heure les mêmes prières. Le troisième et dernier moment montre l’influence grandissante du hors temps, qui étend son empire d’inertie (v. 95-174). Catin s’est mise en tête de convertir la pucelle que convoite le poète. Pour ce faire, elle rejette tout ce qui évoque la jeunesse : elle la dissuade d’aimer « les jouvenceaux » (v. 105) et lui recommande de fuir les gais plaisirs (banquets, danses, beaux atours). Elle a si bien convaincu la jeune fille que celle-ci se met à son tour à renier le temps passé, qui était, pour elle aussi, fait d’érotisme :

Si autrefois aveques vous
M’abandonnant j’ay fait la folle,
Je ne veux plus que l’on m’acolle. (v. 134-136)

63La jeune fille préférerait même « estre morte » au lieu d’être touchée charnellement (v. 143) : comme Catin, elle glisse vers la mort. Pour la poète, par contre, le temps devient plus sensible. Si Catin vit dans un présent stationnaire et si la pucelle s’est mise à l’imiter, l’amant, lui, a une claire conscience du temps qui passe. La durée de l’attente le torture :

Ainsi depuis une semeine,
La longue roydeur de ma veine,
Pourneant rouge et bien enpoint,
Bat ma chemise et mon proupoint. (v. 151-154)

64Le décompte exact des jours est clairement lié à l’inconfort et à la frustration du désir (« pourneant »). Le temps compte lorsqu’on est en train de le perdre. À cause de Catin, le temps se dessèche et devient improductif. Le poème se termine sur un rappel du bannissement du temps auquel procède Catin : « Et si ne veut se souvenir / Qu’encependant que la jeunesse […] » (v. 166-167). Ce rappel laisse croire à la victoire du modèle atemporel, repoussant le moment présent et imposant le délai. L’amant semble destiné à tomber sous la coupe de Catin et à voir ses plaisirs différés pour toujours.

  • 56 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 139-140.

65Dans le registre amoureux, l’amant confiné au temps mélancolique oscille entre, d’une part, le découragement et, d’autre part, l’espoir que sa situation finira par connaître une mutation, comme tout ce qui est soumis à l’action du temps. Dans le registre érotique, cette dernière attitude est nettement plus affirmée : l’amant s’accroche à son désir et n’y renonce jamais. L’aiguillon de la concupiscence le taraude toujours et le pousse à rêver intensément d’une embrassade qu’il croit encore possible. On pourrait parler, de manière figurée, d’un « millénarisme érotique », au sens où l’amant attend avec ardeur l’avènement de la récompense sensuelle, qu’il imagine à portée de main. Il vit toute son espérance sur le mode de l’immédiateté, et cette espérance possède une importance au moins aussi grande que l’isolement dont elle naît. C’est ainsi que Claude-Gilbert Dubois écrit, à propos du millénarisme et de l’apocalyptisme proprement historiques, tels que vécus au XVIe siècle : « la focalisation des désirs concentrés dans l’immédiat fait du présent un instant de richesse quasi infini où se conjoignent les contraires pour la mise en œuvre d’une dialectique explosive qui, en même temps qu’elle emplit le présent, le fait exploser56 ». Alors que, dans l’érotisme concret, l’amant s’immerge dans l’instant par le biais de l’acte, dans l’érotisme souhaité, il s’y plonge grâce au désir. C’est ce désir qui, à défaut d’action, lui permet de s’ancrer dans l’immédiat.

  • 57 Ibid., p. 140.

66D’une manière semblable, si l’acte charnel effectif s’exprime verbalement par le temps présent, l’acte uniquement souhaité se manifeste par des modes signifiant l’hypothèse. L’écrivain a donc recours, dans l’évocation d’un érotisme non encore advenu, à des formes verbales qui se réfèrent à la volonté du personnage plutôt qu’à la réalité de l’énoncé. En effet, en réaction contre le hors temps auquel l’amant est confiné, l’érotisme se vit sur le mode de l’intention, du souhait, de l’espoir. À partir de l’instant du désir se déploient des temporalités virtuelles, hypothétiques, comme des strates plus ténues qui se superposeraient à un substrat en creux, fait de défaut, de carence. Les convoitises qui tendent vers l’avenir sont rassemblées dans l’immédiat, qui resterait inoccupé sans cela. À ce propos, Claude-Gilbert Dubois parle de « l’instant présent, auquel sont suspendues toutes les représentations du passé et du futur, de la mémoire et du désir, sorte de racine accrochée au réel qui vivifie la fantasmagorie des temps imaginaires57 ». Ce sont ces « temps imaginaires » que nous nous proposons d’observer de plus près.

  • 58 J.-A. de Baïf, Amours de Meline. Second livre, « Ma petite Cytheree », dans Euvres en rime, t. 1, (...)

67Les amants peuvent projeter leurs vœux vers le futur, appelant des choses qui ne se sont encore jamais produites. Ils peignent alors des faits dont la certitude est contestable, mais qu’ils investissent de leur désir pour en rendre l’acuité plus vive. Se réclamant de l’exemple des tourterelles qui s’embrassent bec contre bec, l’amant de Méline demande qu’on le baise de telle sorte58. Cette requête ayant valeur de moment fondateur, le poète se lance ensuite dans une description de l’allure que prendront leurs ébats :

Lors te tenant embrassee,
D’un tiede estomach pressee,
De froid ta poitrine pleine,
Peu à peu rechauferay,
Et revivre par l’aleine
D’un long baiser te feray :
Jusques à tant que mon ame
En ces baiserets de bâme
Me laissera tout en glace. (p. 70)

68Outre l’anticipation, l’érotisme imaginaire peut emprunter la forme de la prière, qui devient un prétexte à la peinture d’une scène érotique. L’amant s’adresse à quelque divinité pour lui demander de rendre la dame plus amène. De cette manière, il peut d’ores et déjà se figurer à quoi ressemblera leur rencontre. Un tel vœu se formule sur le mode optatif, variante du subjonctif qui exprime un véritable élan de l’âme dirigé vers un fait incertain :

  • 59 O. de Magny, Les souspirs, XCIII, op. cit., p. 96, v. 1-4.

Pleust-il à Dieu qu’ores entre mes bras
Je tinsse à nu ma gaillarde Cyprine,
Dans ce beau lict, où clos d’une courtine,
Et seul et seur, je pers dix mille esbats59.

69Bien entendu, il n’est pas innocent que le poète joigne à sa prière la description de son malheur présent, perte de temps stérile qui le prive d’une infinité de plaisirs. Le lieu secret où languit l’amant est tout désigné pour les jeux de Vénus, mais il y manque la maîtresse ; au lieu d’être signe d’intimité, la courtine est signe de solitude. En se tournant vers Dieu, l’amant tente donc de rendre ce lit habité, y faisant apparaître, par la force presque magique du souhait, la physionomie déjà dévêtue de son aimée. Absente de l’univers de l’énoncé, la femme nue est néanmoins convoquée par le biais de l’énonciation.

70L’utilisation de l’optatif rend possible le passage au mode conditionnel, autre forme verbale du souhait. L’union est toujours hypothétique et son accomplissement découle, cette fois, de la réalisation du vœu. Le mode conditionnel permet au poète, toujours dans le même sonnet de Magny, de peindre le tableau de ce qu’il ferait avec sa belle si Dieu lui était secourable :

Je me paistroy de mille doux aspasts,
Ore en baisant sa levre coraline,
Ore embrassant son espaule yvoirine,
Et redoublant mille amoureux combats. (v. 5-8)

71Également, il lui « donroy parmy sa mignardise / Des passetens en si diverse guise » (v. 12-13) qu’il la dissuaderait de faire la rebelle. L’utilisation des modes subjonctif et conditionnel démontre bien que les scènes que décrit le poète sont purement fictives, n’existant qu’en puissance.

72Tous ces temps fantasmagoriques servent non seulement à donner une certaine plénitude au présent, mais ils parviennent à le recréer littéralement. La succession des gestes qu’ils proposent, pareille à celle de l’érotisme véritable, arrive à faire oublier les différences de terminaison des verbes et à faire croire que l’on assiste réellement à une scène d’amour physique. L’illusion dressée par la prière, la conjecture, la supposition, le souhait a le pouvoir de faire apparaître des ombres de corps, qui jouent une pantomime d’accouplement sans que jamais l’amant ne cesse d’être seul. L’imagination, dans ce cas, est investie d’un pouvoir colossal. Prenant sa source dans les passions humaines et dans les appétits corporels, elle dresse le mirage érotique et fait coïncider corps charnel et corps rêvé, présence concrète et vaine absence.

73Le poète fait parfois usage de procédés verbaux plus subtils pour simuler le temps présent. Le premier procédé consiste en l’utilisation du « présent enchâssé ». Le raisonnement est simple : si le participe présent, surtout, évoque l’érotisme dans toute sa longueur, il suffit de l’utiliser tel quel, enchâssé dans une temporalité qui, elle, est conjecturale, pour arriver à décrire une scène gaillarde dans toute sa réalité sans qu’elle soit vécue effectivement par ses protagonistes. Si on ne fait pas attention au cadre, on prendra le faux-semblant du tableau pour un assemblage de corps authentiques.

  • 60 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, LXXVIII, dans Poésies complète (...)

74Par exemple, l’amant chez Tahureau se décrit « tetant goulu cette vermeille frayse », « tastant, pressant ces doiz longuetz rosins », « embouchant cette vermeille braize60 ». Pourtant, l’évocation érotique se situe uniquement dans un souhait. En effet, Tahureau utilise trois fois l’interrogation au futur « Mais quand viendra que… ? », suivie de trois verbes au subjonctif : « que j’embrasse à mon aise », « que je morde et rebaise », « que je puisse […] payer ma rançon » (v. 1, 5, 12, 14). Le temps de l’acte charnel demeure indéfini, projeté dans un éventuel avenir, mais, grâce à l’inclusion du participe présent, il se réalise au moyen de la parole. D’une manière encore plus flagrante, l’amant de Noémie dresse une longue liste d’actions érotiques. Il se décrit, en compagnie de sa maîtresse, en train de

  • 61 M. Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, LIII, op. cit., p. 358, v. 2-8.

Nager à [son] plaisir dedans l’amoureuse onde,
Pignotant, frisottant [sa] chevelure blonde,
Pressottant, suçottant [sa] bouchette d’œillets ;
Mignottant, langottant, amorcillant l’accès,
Mordillant ce teton (petite pomme ronde),
Baisottant ce bel œil (digne soleil du monde),
Follastrant dans ces draps delicatement nets61.

75Pourtant, malgré l’apparence de facilité qu’elle communique, cette énumération traduit l’impossibilité de l’union charnelle, car elle est incluse à l’intérieur d’une construction interrogative. Le premier vers, qui chapeaute toute cette suite de gestes langoureux, se lit ainsi : « Jamais ne me verray-je après tant de regrets » (v. 1)… Et le dernier vers cité se termine, en réalité, par un point d’interrogation. C’est donc le doute, et non la satisfaction, qui préside à tous ces mignotages et les encadre.

  • 62 À propos de l’impératif, André Gendre écrit : « Ce mode verbal représente la volonté, franche et d (...)

76Le deuxième procédé qui permet de contrefaire le présent est l’utilisation de l’impératif. Ce mode de conjugaison est fondamental dans l’érotisme renaissant et son importance s’explique de plusieurs façons. D’abord, c’est l’un des plus importants en termes quantitatifs : la grande majorité des épisodes érotiques comportent leurs « Baisezmoy », « Vivons », « Embrassons-nous, mignonne » et autres. Il est presque impensable que l’attrait physique s’exprime sans passer par ce mode, qui suggère autant le commandement autoritaire que la prière désespérée ou l’exhortation énergique. Ensuite, si, dans l’univers de l’énoncé, il y a une différence cruciale entre les situations décrites par les propositions « nous jouissons » et « jouissons », différence qui est celle entre la réalité et le vœu, entre la possession et le manque, cette différence s’amenuise sur le plan de l’énonciation, pour ne se réduire qu’à un jeu de personnes. Ainsi, la forme verbale de l’impératif mime la conjugaison au présent. Par le fait même, il évoque ce présent, comme sous l’action d’une étroite sympathie qui les relierait, et permet, mieux que tous les autres procédés analysés jusqu’ici, de créer un simulacre d’érotisme62.

  • 63 En ce sens, le contact créé par l’impératif appartient au premier des différents degrés de communi (...)

77De plus, l’impératif assure une liaison entre l’amant et sa maîtresse rebelle, par le truchement de l’interlocution. En s’adressant à elle aussi directement, aussi promptement et aussi fermement, le poète semble vouloir la ralentir dans sa fuite ou, au moins, s’assurer qu’elle est encore là pour l’écouter. Ce mode verbal a ainsi une importante fonction phatique : il cherche à créer ou à maintenir un contact. Bien sûr, le rapport de communication établi par l’impératif est en bonne partie factice : le pôle de la réception ne joue qu’une faible part dans le procès d’élocution et ne le détermine aucunement. Le discours de l’amant, concentré dans l’intimation, demeure autonome et la destinataire n’y participe pas vraiment63. L’impératif ne tient compte que faiblement de la dame, si ce n’est pour espérer la soumettre à son vouloir, mais il permet du moins de retenir l’attention pour contrer la menace d’abandon.

78Enfin, l’impératif permet d’exercer un semblant d’autorité sur la dame. Si elle l’écoute, l’amant peut espérer l’émouvoir, la convaincre, la faire changer d’idée. Il y a bien entendu une part de pouvoir impérieux, presque tyrannique, qui s’exerce dans ces sommations. Pourtant, en général, il nous semble plutôt y déceler le contraire, soit une large part d’appel pathétique, de supplication misérable. Ces ordres ne sont pas lancés d’une voix tranchante, mais avec des gémissements et des sanglots dans la voix.

79Pour résumer, le temps humain de l’érotisme est avant tout ancré dans le présent. En ce qui concerne les plaisirs charnels comme pour la vie de l’individu,

  • 64 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 152.

le temps est inséparable de l’intuition vitale et de la perception instantanée. Il s’instantanéise, se subjectivise, mais ce qu’il perd en ordre et en extension il le gagne en profondeur et en plénitude d’existence. La richesse polyphonique des sensations, des pensées et des souvenirs, rassemblée et harmonisée dans l’instant, constitue un art de vivre dont la conception et l’élaboration sont une marque distinctive de la Renaissance64.

80Le présent érotique peut donc être le présent avéré de l’action concrète. Ce peut aussi être le présent du désir, temps souhaité, simulé, mais tout de même dense et concentré. Ces deux pans du temps humain se conjoignent dans le « Vivons » du carpe diem, si puissant dans son injonction à vivre le jour, à cueillir l’instant, mais révélant aussi, par le besoin qu’il manifeste, que la récompense n’est pas acquise.

Le temps humain III : l’enfantement

  • 65 Cette association naturelle est pourtant un fait propre à la poésie de la Renaissance. La littérat (...)
  • 66 Sur la grossesse et l’enfantement dans une perspective médicale, voir Évelyne Berriot-Salvadore, U (...)

81L’érotisme renaissant propose une manière tangible de donner une suite au plaisir, sans qu’il subisse les affres du temps. C’est l’enfantement. En effet, la grossesse est parfois incluse dans les poèmes et mentionnée comme une conséquence directe de l’amour physique65. L’érotisme renaissant, axé sur l’instantanéité de l’expérience charnelle, a pourtant l’habitude d’escamoter les suites de l’union physique. Le résultat le plus souvent mentionné est également le plus immédiat, c’est-à-dire la jouissance. Sinon, l’acte est ponctuel. On reste dans le présent. L’après n’est pas nié ; il est simplement omis et comme effacé par le présent en dilatation. Mais il peut arriver que les rapports physiques aient comme conséquence la conception d’un enfant66.

  • 67 Catulle, Poésies, LXI, Georges Lafaye (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1984 (1923), p. 46, v. 2 (...)
  • 68 Voir Philip Ford, « Salmon Macrin’s Epithalamiorum Liber and the Joys of Conjugal Love », dans Éro (...)

82Dans la majorité des cas, la mention de la procréation se fait en relation avec la célébration du lien conjugal. Dans les louanges consacrées aux mariages de nobles, le poète inclut toujours une description de la nuit de noces, se terminant sur le souhait qu’un enfant vienne récompenser une union si glorieuse. La plus belle conséquence de l’amour nuptial ne peut être que la naissance d’un héritier. Il s’agit d’un cas rare où le mariage est propice à l’érotisme, alors qu’il représente habituellement, dans la topique courtoise, un obstacle. Notons que la nuit de noces, première nuit passée ensemble pour les époux et première expérience charnelle pour la jeune épousée, constitue en quelque sorte un début, une naissance et participe ainsi de l’imaginaire du commencement, dont on a souligné l’importance dans l’érotisme renaissant. On peut voir dans ce thème l’influence d’une tradition antique : dans les épithalames de la poésie latine, par exemple chez Catulle ou chez Claudien, le poète invite couramment les époux à savourer les joies de l’amour sensuel et souhaite que la nuit de noces résulte en la naissance d’un enfant67. Cette tradition est reprise chez les poètes néo-latins, par exemple dans l’œuvre de Salmon Macrin, chez qui la femme aimée est érotiquement disponible et est en même temps l’épouse du poète68.

  • 69 Comme l’indique Jean Verdon (Le plaisir au Moyen Âge, Paris, Perrin, coll. « Pluriel », 1996, p. 6 (...)
  • 70 La pensée d’Érasme sur le mariage est développée notamment dans l’Encomium matrimonii et dans l’In (...)

83On peut aussi voir là l’influence d’un courant de pensée évangélique. Ainsi, pour Érasme, qui se place en opposition avec la doctrine quasi millénaire de l’Église catholique, le sacrement du mariage et l’union physique qui en est le corollaire obligé sont supérieurs au célibat imposé dans le clergé et à la virginité proposée comme idéal69. Il va même jusqu’à laisser une grande place à la sexualité dans le mariage. Cependant, il prend peu en considération le plaisir des époux, qui doit toujours être subordonné au caractère saint, chaste et vertueux de leur union. Par conséquent, si Érasme s’écarte quelque peu des dogmes reçus, cette nouveauté s’inscrit tout de même dans le cadre établi par la doctrine de l’Église, selon laquelle les époux n’ont que peu droit au plaisir et doivent avant tout viser à la procréation. La raison d’être du mariage consiste à se doter d’une postérité70.

  • 71 C. Marot, Blason du tetin, dans Les blasons anatomiques du corps femenin. Ensemble les contreblaso (...)
  • 72 Pour l’opposition entre corps grotesque et corps canonique, voir Mikhaïl Bakhtine, L’Œuvre de Fran (...)
  • 73 On peut déceler un mouvement similaire dans un sonnet des Amours de Ronsard : « Heureux le filz do (...)

84Le thème de l’enfantement dans le mariage se retrouve dans un poème aussi connu que le Blason du tetin71. En effet, le poète y montre que le bonheur de l’érotisme repose dans la procréation. On passe, du début à la fin du texte, d’un corps à la beauté canonique, corps bien proportionné et corps métaphorique où les substances naturelles et luxueuses (satin, rose, ivoire, lait) ont une fonction esthétisante, à un corps plus « grotesque » si l’on reprend la terminologie de Bakhtine72, c’est-à-dire un corps enflé (« [t]etin qui renfles et repoulses / Ton gorgias de deux bons poulces », fo C4 ro) et un corps rempli (« heureux on dira, / Celuy qui de laict t’emplira », fo C4 vo), corps plus « naturel » aussi, puisque le lait n’est plus pris comme un simple comparant, mais compris littéralement comme la substance qui gonfle le sein de la femme qui allaite. Bref, le poème trace, de manière synecdochique, le mouvement qui mène la femme du statut de jeune fille à celui de femme mûre, « faisant du tetin de pucelle, / Tetin de femme entiere et belle » (fo C4 vo)73. Une telle transition s’opère dans le cadre précis du mariage. Comme l’indique Lance K. Donaldson-Evans,

  • 74 Lance K. Donaldson-Evans, « Le blason du beau tetin : une relecture », dans Clément Marot : « Prin (...)

il devient tout de suite évident que l’appel du tétin : « Mariez moy » se rapporte non pas à l’acte sexuel en soi, mais littéralement au mariage et à la sanctification qu’il apporte, ce qui fait que le tétin représente maintenant l’union conjugale et son résultat. […] Crescite, et multiplicamini : il ne s’agit pas, on le voit, de séduire la femme au beau tétin, mais de l’épouser, de ne former qu’une seule chair avec elle, de la rendre grosse et capable de nourrir un enfant, fin de tout mariage légitime74.

  • 75 P. de Ronsard, Les eclogues et mascarades, III, « ou chant pastoral sur les nopces de Monseigneur (...)
  • 76 R. Belleau, « Épithalame sur les nosses de René Dolu […] », dans Œuvres poétiques, t. 3, op. cit.,(...)

85On retrouve tout à fait la pensée érasmienne, qui fait de la procréation la finalité d’un mariage chaste et vertueux. Toutefois, cette idée se rencontre chez d’autres poètes moins proches du courant évangélique ou réformé. Le poète d’une églogue nuptiale de Ronsard encourage les époux à s’ébattre et à profiter de ces passe-temps pour faire naître autant d’enfants que leur vieillesse comptera d’années75. Il souhaite à la jeune épousée que son ventre devienne fertile et puisse produire des fils aussi forts et vertueux que leur père et des filles aussi belles et gracieuses que leur mère. La construction textuelle de ce passage fait que le thème de l’enfantement ouvre et ferme la partie érotique décrivant la nuit de noces. De même, chez Belleau, après que le poète a chanté les louanges de la nuit, du lit nuptial et des étreintes des nouveaux époux, il souhaite au couple la naissance d’un enfant qui héritera des vertus de ses grands-pères et de ses grands-mères76.

86Inscrit à l’intérieur du cadre conjugal, le thème de la grossesse sert à parler de la condition de la femme, plus précisément de sa transition d’un âge à l’autre. Il dénote sa transformation de fille à femme mûre. La relation charnelle n’est alors pas un rapport strictement physique et n’est plus la source d’un plaisir ponctuel. Elle constitue plutôt une sorte de rite de passage, qui fait entrer la femme dans une nouvelle étape de sa vie et l’oblige à prendre de nouvelles responsabilités. Cela montre que, dans certains cas, l’acte d’amour physique n’a pas tant une valeur en lui-même que par rapport à un ensemble plus large. Il vaut pour le plaisir que l’on prend pour la première fois, dans la chambre nuptiale, mais il signifie aussi l’entrée dans une nouvelle vie, celle d’épouse et de mère. Le commerce charnel peut donc parfois avoir des conséquences durables, entraînant la naissance d’un enfant et l’adoption d’un nouveau rôle pour la femme.

*

87L’érotisme renaissant se montre sensible au temps. Contrairement à la littérature libertine et pornographique, qui réduit le temps aux dimensions de l’acte sexuel, la poésie du XVIe siècle semble admettre la primauté d’un temps extérieur à l’union charnelle : alternance du jour et de la nuit, des saisons, des âges. Plutôt que de lui tourner le dos, l’érotisme renaissant prend prétexte de ce temps collectif pour le détourner à son profit. Il guette le moment, la saison, l’époque de la vie où il est le plus facile et le plus agréable de s’adonner aux jeux de l’amour. Le plus souvent, c’est un temps qui marque fortement un début, une naissance ou un nouveau départ : aube, printemps, prime jeunesse.

88Toutefois, quand l’occasion ne se présente pas, l’amant renaissant a à sa disposition les pouvoirs de l’imagination. Il crée ainsi des époques parallèles, des univers temporels imaginaires plus propices à l’expression de ses désirs concupiscents. Le temps hypothétique développé par la prédiction, le souhait, la prière donne la possibilité au poète d’évoquer des scènes voluptueuses totalement présentes sur le plan de l’énonciation, mais complètement fictives dans le monde de l’énoncé. L’amant esseulé parvient de cette manière trompeuse à combler le vide qui le sépare de sa dame.

89On cherche autant qu’on le peut à combattre la monotonie du hors temps. En effet, le mot d’ordre de l’érotisme renaissant est de cueillir l’instant présent. On doit saisir l’occasion lorsque les conditions s’y prêtent ou sinon garder le désir vif en l’infusant dans l’immédiat. Contrairement au temps libertin qui aligne des instants égaux et répétitifs, le temps érotique renaissant entend savourer chaque instant comme s’il était unique, parvenant à trouver, dans ce microcosme, la plénitude du plaisir. Le « passetemps » sensuel devient une des meilleures manières pour l’individu d’être présent au monde et à soi-même. Ici, ce n’est pas encore l’acte charnel qui gouverne tyranniquement le temps. C’est plutôt le temps qui, rendu plus consistant par la volonté de ne pas le laisser fuir, révèle toute sa richesse à l’amant. Ainsi, on pourrait proposer le commencement et l’instant présent comme les deux temporalités fondamentales de l’érotisme dans la poésie du XVIe siècle. Ils ne sont pas contradictoires : tous deux indiquent des moments gorgés d’énergie, des moments de concentration maximale qui offrent toutes les possibilités de réalisation du désir.

90Enfin, l’érotisme renaissant peut démontrer un sens de la continuité, contrairement au libertinage qui est amnésique. La conception d’un enfant dans le cadre du mariage assure un prolongement plutôt qu’un obstacle à l’amour physique. Dans tous les cas, le temps des amours légères s’intègre à un temps supérieur, plus global : rythme cosmique, schémas sociaux, art de vivre ou lien conjugal.

Notes

1 Sur ces deux types de temporalité, voir respectivement Claude-Gilbert Dubois, La conception de l’Histoire en France au XVIe siècle (1560-1610), Paris, Nizet, 1977, et Jean Delumeau La civilisation de la Renaissance, Paris, Arthaud, 1967, p. 199-200. Dans une perspective plus large, on pourra consulter Le temps et la durée dans la littérature au Moyen Âge et à la Renaissance, Yvonne Bellenger (dir.), Paris, Nizet, 1986.

2 Properce, Élégies, II, 15, D. Paganelli (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1964 (1929), p. 54.

3 Ovide, L’art d’aimer, Henri Bornecque (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1983 (1924), p. 89.

4 Olivier de Magny, Les gayetez, XVIII, « À Ambroise de La Porte », Alistair Mac Kay (éd.), Genève, Droz, 1968, p. 55-57, v. 27-40. On peut définitivement classer Magny parmi les poètes érotiques « diurnes » puisqu’il affirme, ailleurs dans le même recueil, son désir que Phébus, dès qu’il s’éveille, puisse voir sa maîtresse et lui « folastrans […] du matin jusques au soir » (ibid., VI, « À s’amie », p. 24, v. 105-108).

5 Rémy Belleau, La seconde journée de la bergerie (1572), XV-50, « A Monsieur Nicolas Secretaire du Roy », dans Œuvres poétiques, t. IV, Guy Demerson (dir.), Paris, Champion, 2001, p. 238, v. 71-78. Le poème, cependant, fait aussi l’éloge de la nuit (v. 3-5), ce qui a pour effet de suggérer le pouvoir de l’érotisme, permettant aux amants de folâtrer des heures durant.

6 Françoise Joukovsky, Le bel objet : les paradis artificiels de la Pléiade, Paris, Champion, 1991, p. 15.

7 Ibid., p. 14. Voir aussi Yvonne Bellenger, Le jour dans la poésie française au temps de la Renaissance, Paris/Tübingen, Jean-Michel Place/Gunter Narr, coll. « Études littéraires françaises », 1979, p. 122 : « Signe de la vie qui renaît, le matin l’est aussi de celle qui naît pour la première fois : symbole donc du renouveau, de la naissance et de la jeunesse. Dans la mesure où il se rapporte à l’image des commencements, c’est un symbole particulièrement riche. On sait quelle est l’importance des commencements dans la pensée mythique et traditionnelle : commencements du monde et de l’humanité sous le signe de l’âge d’or ou du paradis, commencement de la vie dans la grâce de l’enfance, commencement de l’année dans la joie du renouveau, commencement de l’amour dans un transport de ferveur et d’enthousiasme […] ! Le matin conjugue en lui ces diverses significations. »

8 Clément Marot, L’adolescence clémentine. Rondeaux, XLVI, « De celluy, qui entra de nuict chez s’amye », dans Œuvres poétiques complètes, t. 1, Gérard Defaux (éd.), Paris, Bordas, coll. « Classiques Garnier », 1993, p. 162.

9 Jacques Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XC, dans Poésies complètes, Trevor Peach (éd.), Genève, Droz, 1984, p. 340.

10 Voir Jonathan Saville, The Medieval Erotic Alba: Structure as Meaning, New York et Londres, Columbia University Press, 1972.

11 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XCVIII, dans Poésies complètes, op. cit., p. 360, v. 51-58.

12 Voir par exemple Jean-Antoine de Baïf, Diverses amours de Baif. Troisieme livre, dans Euvres en rime, t. 1, Charles Marty-Laveaux (éd.), Genève, Slatkine Reprints, 1965 (Paris, A. Lemerre, 1881-1890), p. 374 (l’éloge du flambeau commence à la p. 373), et O. de Magny, Les odes amoureuses de 1559, XLII, « Description d’une nuict amoureuse. Ode », Mark S. Whitney (éd.), Genève, Droz, 1964, p. 141-142, v. 57-88.

13 C. Marot, Les epigrammes. Troisieme Livre, XCI, « De sa maistresse », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2, op. cit., p. 335.

14 Voir Michel Foucault, Histoire de la sexualité III : le souci de soi, Paris, Gallimard, coll. « Tel », p. 176-177. Danielle Jacquart et Claude Thomasset précisent que la tradition remonte à Hippocrate et transite par les auteurs arabes (Pantegni d’‘Ali ibn-al-‘Abbâs, Xe siècle et Canon d’Avicenne, XIe siècle) avant d’être reprise telle quelle par les médecins médiévaux (voir Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Paris, PUF, coll. « Les chemins de l’Histoire », 1985, p. 200-201).

15 C. Marot, Les epigrammes. Troisieme Livre, LXXXVII, « De Robin et Catin », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2, op. cit., p. 333, v. 1-3.

16 Voir Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, Paris, PUF, coll. « Écriture », 1985, p. 130. À ce titre, il est symptomatique que Symphorien Champier recommande comme meilleur temps de l’année et comme meilleur moment de la journée pour « vacquer à generation » le printemps et la matinée avant le petit déjeuner (Symphorien Champier, La nef des dames vertueuses, cité dans Cathy Yandell, Carpe Corpus : Time and Gender in Early Modern France, Newark/Londres, University of Delaware Press/Associated University Press, 2000, p. 30). Dans la poésie, le cadre temporel de l’érotisme peut aussi connoter doublement le commencement en alliant l’aurore et le printemps (voir Étienne Jodelle, « Chanson », dans Œuvres complètes, t. 1, Enea Balmas [éd.], Paris, Gallimard, 1965, p. 311-316, surtout couplets I-VIII).

17 Marc Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, « Chanson IX », Margo Manuella Callaghan (éd.), Genève, Droz, 1979, p. 363-363, v. 14-15.

18 J.-A. de Baïf, Amour de Francine. Troisieme livre, dans Euvres en rime, t. 1, op. cit., p. 231.

19 Au retour cyclique des saisons, on peut superposer, sur le plan social, le retour annuel des fêtes religieuses. Moments de régénérescence, de renouvellement, elles sont souvent l’objet d’une distorsion gaillarde de la part des poètes. L’aspect collectif des fêtes, donc le rapprochement qu’elles favorisent ou la diversion qu’elles offrent, et l’espèce de folie qui y préside souvent servent à justifier un comportement lascif que les jours réguliers s’emploient à régir, voire à interdire. Sur la nuit de Noël, voir C. Marot, L’adolescence clémentine. Elegies, XII, dans Œuvres poétiques complètes, t. 1, op. cit., p. 251-252. Sur la fête des Innocents, voir C. Marot, Les epigrammes. Premier livre, VI, « Du jour des Innocents », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2, op. cit., p. 205-206. Sur Pâques, voir É. Jodelle, « Chaque temple en ce jour », dans Œuvres complètes, t. 1, op. cit., p. 418-419.

20 Voir Ages of Woman, Ages of Man: Sources in European Social History, 1400-1750, Monica Chojnacka et al. (dir.), Londres, Longman, 2002 ; Elizabeth Sears, The Ages of Man : Medieval Interpretations of the Life Cycle, Princeton, Princeton University Press, 1986 ; Philippe Ariès, « Les âges de la vie », dans L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1973, p. 29-52. Voir également Hélène Cazes (dir.), Histoires d’enfants : représentations et discours de l’enfance sous l’Ancien Régime, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008.

21 P. Ariès, « Les âges de la vie », dans L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 40.

22 Brantôme, dont les manières de penser sont très traditionnelles, consacre ainsi le quatrième discours des Dames galantes à la comparaison entre l’amour des jeunes filles, des femmes mariées et des veuves et le cinquième discours à la comparaison entre l’amour des vieilles et l’amour des jeunes.

23 J.-A. de Baïf, I. Livre des passetems, « De Chaussebraye », dans Euvres en rime, t. 4, op. cit., p. 223.

24 Dans de rares cas, on a affaire à des personnages fabuleux qui arrivent à contrer la naturelle incapacité érotique des vieillards et vieillardes. Il en va ainsi de Frère Pierre, chez Jodelle, et d’Alix, chez Marot (É. Jodelle, Epitaphe du membre viril de Frère Pierre, dans Œuvres complètes, t. 1, op. cit., p. 428-431, et C. Marot, La suite de l’adolescence. Le cymetiere, XXVI, « D’Alix », dans Œuvres poétiques complètes, t. 1, op. cit., p. 388-389).

25 Voir C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 25.

26 Voir C. Marot, Les opuscules, « Dialogue nouveau, fort joyeulx, composé par Clement Marot », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2, op. cit., p. 49, et P. de Ronsard, Nouvelle continuation des amours, VIII, « Chanson », dans Les amours, Henri et Catherine Weber (éd.), Paris, Garnier Frères, 1963, p. 224, v. 1-2.

27 Pierre de Ronsard, Les amours diverses, XXXVII, dans Les amours, op. cit., p. 473, v. 5.

28 P. de Ronsard, Le septiesme livre des poèmes (1569), XXIII, dans Les amours, op. cit., p. 327, v. 14.

29 J.-A. de Baïf, Diverses amours de Baif. Premier livre, « Que Venus m’est contraire », dans Euvres en rime, t. 1, op. cit., p. 317-318.

30 À ce titre, Brantôme constitue une exception notable, lui qui mentionne à plusieurs reprises, dans son quatrième discours des Dames galantes portant sur l’amour des vieilles et des jeunes, que les vieilles femmes peuvent souvent se révéler fort belles et plus enclines aux plaisirs de la chair. Sur cette conception particulière du temps, selon laquelle la laideur, la vieillesse et la mort se voient abolies sous l’action de l’érotisme, voir Maurice Daumas, Le système amoureux de Brantôme, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces littéraires », 1998, p. 89-91 et 177-185. Sur le personnage de la vieille femme, voir Jacques Bailbé, « Le thème de la vieille femme dans la poésie satirique du seizième et du début du dix-septième siècles », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 25, 1964, p. 98-119 ; Brenda Dunn-Lardeau, « La vieille femme chez Marguerite de Navarre », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, vol. 61, no 2, 1999, p. 375-398 ; Madeleine Lazard, Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris, PUF, 1985, chap. 2.

31 C. Marot, Les epigrammes. Troisiesme livre, LI, « Dizain », dans Œuvres poétiques complètes, t. 2, op. cit., p. 316.

32 C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 42-43. À ce titre, Jean Bouchet constitue une exception : pour lui, la luxure est répréhensible chez toutes les vieilles personnes, hommes ou femmes (voir Jean Bouchet, Epistres morales, I, 14, « Epistre de l’estat de vieillesse envoyée par maistre Jehan Bouchet Procureur a Poictiers a maistre Jehan Maigne, seigneur des Aleuz, son seigneur et amy », dans Epistres morales et familieres du Traverseur, Jennifer Beard [éd.], East Ardsley, S. R. Publishers, 1969, fo 40 ro et vo).

33 P. de Ronsard, Pièces attribuées, « Autre du mesme. À la mesme dame », dans Œuvres complètes, t. 2, Jean Céard, Daniel Ménager et Michel Simonin (éd.), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1993, p. 1243-1245, surtout v. 25-48.

34 P. de Ronsard, Les odes, IV, 30, dans Œuvres complètes, t. 1, op. cit., p. 836, v. 7-8.

35 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 141.

36 P. de Ronsard, Les eclogues et mascarades, III, « ou chant pastoral sur les nopces de Monseigneur Charles duc de Lorraine, et Madame Claude, fille deuxiesme du Roy Henri II », dans Œuvres complètes, t. 2, op. cit., p. 190, v. 325. La section qui nous intéresse ici se trouve aux v. 325-332.

37 P. de Ronsard, Sonets pour Helene (Livre II), VII, dans Les amours, op. cit., p. 422-423.

38 D’une manière comparable, mais symétriquement inverse, c’est l’amie qui promet au poète, chez Marot, qu’il obtiendra satisfaction, si seulement il se montre patient (C. Marot, L’adolescence clémentine. Chansons, IV, dans Œuvres poétiques complètes, t. 1, op. cit., p. 181). Voir également, chez Magny, cette profession de foi en la patience, si elle se voit récompensée : « Si tu veulx d’un regard mon cueur favoriser, / J’attendray douze mois pour avoir un baiser, / Pourveu qu’au bout du terme un baiser tu me bailles : / Et si tu veux après que j’attende en langueur / Six ans le dernier poinct, j’attendray de bon cueur, / Pourveu qu’au bout du terme aussi tu ne me failles » (O. de Magny, Les souspirs, LVI, David Wilkin [éd.], Genève, Droz, 1978, p. 66-67, v. 9-14).

39 Brantôme, Recueil des dames, II, 1, dans Recueil des dames, poésies et tombeaux, Étienne Vaucheret (éd.), Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1991, p. 402.

40 M. Daumas, Le système amoureux de Brantôme, op. cit., p. 173. Voir aussi p. 47-48, où il est dit que, toujours chez Brantôme, l’acte sexuel échappe « à la durée, au déroulement, à la diachronie », qu’il est « réduit à son acmé ».

41 M. Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, LXV, op. cit., p. 378, v. 5-8 ; nos italiques.

42 J.-A. de Baïf, Amour de Francine. Troisieme livre, « Ha, que tu m’es cruelle », dans Euvres en rime, t. 1 op. cit., p. 222-223.

43 L’instant est, pour l’épicurisme, une occasion d’obtenir de la jouissance, et l’attente augmente le plaisir, mais ni l’expectative ni la volupté ne doivent submerger la conscience. Sur la conception du temps dans l’épicurisme antique et sur l’influence de celle-ci sur la pensée de Montaigne à propos de l’instant et du plaisir, voir F. Joukovsky, Montaigne et le problème du temps, Paris, Nizet, 1972, p. 53-67 et 192-197. Sur l’épicurisme au XVIe siècle, voir Le retour des philosophies antiques à l’âge classique, t. 3 « L’épicurisme au XVIe et au XVIIe siècle », Pierre-François Moreau (dir.), Paris, Albin Michel, 1999.

44 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 146.

45 Ibid., p. 143. Cet art de vivre sensuel est tout différent de la gestion du temps propre au libertinage. Dans celui-ci, on privilégie aussi l’instant, au détriment d’un temps transcendant et totalisateur : on donne préséance à la clause d’immédiateté du désir, contre la loi de l’attente, de la patience, du délai. Pourtant, il ne s’agit pas d’un instant unique, de « cet » instant, comme chez les amants renaissants, mais d’une enfilade d’instants tous pareils, d’un temps répétitif. Le continuum temporel se trouve donc brisé ; il ne reste qu’un temps sans cohérence, en coupes, débité. Sade propose « le modèle d’un temps conçu comme un enchaînement sériel des jouissances » (Marcel Hénaff, Sade : l’invention du corps libertin, Paris, PUF, 1978, p. 141).

46 « Carpe diem, quam minimum credula postero » (« Cueille le jour, sans te fier le moins du monde au lendemain »). Horace, Odes et épodes, I, 11, F. Villeneuve (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1976 (1929), p. 20.

47 Voir C. Yandell, Carpe Corpus, op. cit., p. 67. Sur l’histoire du carpe diem, voir p. 65-66 et sur ce thème dans la poésie de Ronsard, voir p. 67-72.

48 À ce sujet, voir Henri Weber, La création poétique au XVIe siècle en France : de Maurice Scève à Agrippa d’Aubigné, t. I, Paris, Nizet, 1956, p. 333-356.

49 J.-A. de Baïf, Amours de Meline. Second livre, « Ma petite Cytheree », dans Euvres en rime, t. 1, op. cit., p. 69-70.

50 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 147-148.

51 R. Belleau, La seconde journée de la bergerie (1572), XV-50, « A Monsieur Nicolas Secretaire du Roy », dans Œuvres poétiques, t. 4, op. cit., p. 238, v. 79-83.

52 Ibid., p. 236, v. 6-7 et 15-17.

53 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, XCVII, dans Poésies complètes, op. cit., p. 356-358.

54 Voir Raymond Klibansky, Erwin Panofsky et Fritz Saxl, Saturne et la mélancolie, Fabienne-Durand-Bogaert et Louis Évrard (trad.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque illustrée des Histoires », 1989 (1964), p. 222.

55 P. de Ronsard, Livret de folastries, III, dans Œuvres complètes, t. 5, Paul Laumonier (éd.), Paris, Didier, 1968, p. 21-29.

56 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 139-140.

57 Ibid., p. 140.

58 J.-A. de Baïf, Amours de Meline. Second livre, « Ma petite Cytheree », dans Euvres en rime, t. 1, op. cit., p. 70.

59 O. de Magny, Les souspirs, XCIII, op. cit., p. 96, v. 1-4.

60 J. Tahureau, Sonnetz, odes, et mignardises amoureuses de l’Admirée, LXXVIII, dans Poésies complètes, op. cit., p. 323, respectivement v. 4, 6 et 8.

61 M. Papillon de Lasphrise, L’amour passionnée de Noémie, LIII, op. cit., p. 358, v. 2-8.

62 À propos de l’impératif, André Gendre écrit : « Ce mode verbal représente la volonté, franche et directe, du poète, d’entraîner celle qu’il aime, de gré ou de force, dans l’amour souhaité. L’espace entre le projet et sa réalisation a considérablement diminué mais il n’a pas disparu » (A. Gendre, Ronsard poète de la conquête amoureuse, Neuchâtel, La Baconnière, 1970, p. 411-412).

63 En ce sens, le contact créé par l’impératif appartient au premier des différents degrés de communication que Michel Jeanneret repère dans la stratégie dialogique mise en place par Ronsard dans sa poésie amoureuse. Il s’agit du degré qui laisse le moins de place à la présence discursive de l’Autre, celui qui permet le moins le dialogue (voir Michel Jeanneret, « Les Amours de Marie : inscription de la deuxième personne et stratégies dialogiques », dans Sur des vers de Ronsard 1585-1985, actes du colloque international (Duke University), Paris, Aux amateurs du livre, 1990, p. 61-70).

64 Cl.-G. Dubois, L’imaginaire de la Renaissance, op. cit., p. 152.

65 Cette association naturelle est pourtant un fait propre à la poésie de la Renaissance. La littérature libertine des XVIIe et XVIIIe siècles manifeste une haine de la grossesse et du nouveau-né qui passe par la promotion de pratiques contraceptives, abortives et infanticides. À ce sujet, voir notre contribution intitulée « Contre Lucine : contraception, avortement et infanticide dans trois œuvres pornographiques de la deuxième moitié du XVIIe siècle », dans Histoires d’enfants, op. cit. Notons que les abortifs sont aussi mentionnés dans la poésie érotique du XVIe siècle. Dans les Divers jeux rustiques, Du Bellay fait parler une courtisane de « la caulte médicine, / Qui [l]’a gardé de réclamer Lucine » (XXXIV, « La Courtisanne repentie », dans Œuvres poétiques, t. 2, Daniel Aris et Françoise Joukovsky [éd.], Paris, Bordas, coll. « Classiques Garnier », 1993, p. 235, v. 89-90). Sur les substances contraceptives et abortives proposées par la médecine ou la superstition au Moyen Âge et à la Renaissance, voir Thomas G. Benedek, « Beliefs about Human Sexual Function in the Middle Ages and Renaissance », dans Human Sexuality in the Middle Ages and Renaissance, Douglas Radcliff-Umstead (dir.), Pittsburgh, Center for Medieval and Renaissance Studies, 1978, p. 113-116.

66 Sur la grossesse et l’enfantement dans une perspective médicale, voir Évelyne Berriot-Salvadore, Un corps, un destin : la femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Champion, 1993, p. 109-196. Sur l’accouchement et la maternité dans l’estampe du XVIe siècle, voir Sara F. Matthews-Grieco, Ange ou diablesse : la représentation de la femme auXVIe siècle, Paris, Flammarion, 1991, p. 165-197.

67 Catulle, Poésies, LXI, Georges Lafaye (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1984 (1923), p. 46, v. 211 et suiv. Pour la référence à Claudien, voir Nicolas James Perella, The Kiss Sacred and Profane : An Interpretative History of Kiss Symbolism and Related Religio-Erotic Themes, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1969, p. 191.

68 Voir Philip Ford, « Salmon Macrin’s Epithalamiorum Liber and the Joys of Conjugal Love », dans Éros et Priapus : érotisme et obscénité dans la littérature néo-latine, Ingrid de Smet et Philip Ford (dir.), Genève, Droz, 1997, p. 65-85.

69 Comme l’indique Jean Verdon (Le plaisir au Moyen Âge, Paris, Perrin, coll. « Pluriel », 1996, p. 69-70), la période qui sépare les temps primitifs du christianisme de son triomphe au IVe siècle voit grandir l’opposition entre l’esprit et la chair, cette dernière de plus en plus imaginée sous son aspect corruptible et strictement sexuel, en même temps que se développe le respect de la virginité. Ce culte de la virginité s’élabore dans des ouvrages comme ceux de Tertullien, de Cyprien ou de Méthode d’Olympe et culmine au IVe siècle. Les évêques, à partir de cette époque, mettent en valeur la gloire associée à la virginité et les désagréments du mariage, pour dissuader les jeunes filles de prendre époux. Érasme, au contraire, se déclare contre le vœu de chasteté, loi inhumaine et paravent à la luxure, notamment dans l’Encomium matrimonii et dans son traité sur les veuves (voir In Praise of Marriage et The Christian Widow, dans Erasmus on Women, Erika Rummel [éd.], Toronto, Buffalo et Londres, University of Toronto Press, 1996, p. 57-77 et 187-229).

70 La pensée d’Érasme sur le mariage est développée notamment dans l’Encomium matrimonii et dans l’Institutio christiani matrimoni (voir In Praise of Marriage et The Institution of Marriage, dans Erasmus on Women, op. cit., p. 57-77 et 79-130). Voir également les colloques Proci et pullae (L’amoureux et sa belle, dans Les Colloques d’Érasme, Léon-E. Halkin [éd.], Québec, Presses de l’Université Laval, 1971, p. 57-70) et Uxor mempsigamos sive conjugium (La femme qui se plaint du mariage, ou le mariage, dans Érasme, Claude Blum, André Godin, Jean-Claude Margolin et Daniel Ménager [éd.], Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1992, p. 274-293). Pour une source critique, voir Émile Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement : étude d’évangélisme matrimonial au XVIe siècle et contribution à la biographie intellectuelle d’Érasme, Genève, Droz, 1954.

71 C. Marot, Blason du tetin, dans Les blasons anatomiques du corps femenin. Ensemble les contreblasons de nouveau composez et aditionnez. Avec les figures, le tout mis par ordre, Paris, Nicolas Chrestien, 1554, fo C3 vo-C4 vo.

72 Pour l’opposition entre corps grotesque et corps canonique, voir Mikhaïl Bakhtine, L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Andrée Robel (trad.), Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1970, chap. 5, notamment les pages 315-322 relatives à la grossesse.

73 On peut déceler un mouvement similaire dans un sonnet des Amours de Ronsard : « Heureux le filz dont grosse elle sera, / Mais plus heureux celuy qui la fera/Et femme et mere, en lieu d’une pucelle » (P. de Ronsard, Les amours [1552-1553], CXXXIV, dans Les amours, op. cit., p. 84, v. 12-14).

74 Lance K. Donaldson-Evans, « Le blason du beau tetin : une relecture », dans Clément Marot : « Prince des poëtes françois » 1496-1996, actes du colloque international de Cahors-en-Quercy (1996), Gérard Defaux et Michel Simonin (dir.), Paris, Champion, 1997, p. 653. Cet article passionnant développe en détail la même hypothèse que nous avons esquissée ici.

75 P. de Ronsard, Les eclogues et mascarades, III, « ou chant pastoral sur les nopces de Monseigneur Charles duc de Lorraine, et Madame Claude, fille deuxiesme du Roy Henri II », dans Œuvres complètes, t. 2, op. cit., p. 191-192, v. 375-376 et 413-426.

76 R. Belleau, « Épithalame sur les nosses de René Dolu […] », dans Œuvres poétiques, t. 3, op. cit., p. 150, v. 133-138.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search