Version classiqueVersion mobile

Lignes de fronts

 | 
Désiré Nyela
, 
Paul Bleton

Conclusion. Un statut culturel incertain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rendu au terme de ces lignes de fronts, il reste maintenant à en faire le bilan. Alors, que faut-il en retenir ? Que si, ailleurs, au Nord, le roman de guerre comme genre ne relève plus de l’hypothèse — le genre s’étant consolidé autour de balises claires —, l’atypicité de l’institution littéraire africaine en fait ici un concept sinon fragile, du moins instable. C’est pourquoi, au concept de genre, nous avons préféré celui d’air de famille, emprunté à Ludwig Wittgenstein. Concept bien plus rentable, dans la mesure où il a permis de regrouper des textes épars autour d’un fil rouge : la guerre. La guerre comme gélatine fédératrice de cette hétérogénéité romanesque, qui va du narratif épique au narratif romanesque ; des récits de guerres de conquête (constitution des grands empires, conquêtes coloniales) aux récits du génocide, point culminant de la guerre comme chaos civil. Air de famille comme concept dual, intégrateur à la fois de l’apparentement et de la singularité. Donc, fiction...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search