Version classiqueVersion mobile

Lignes de fronts

 | 
Désiré Nyela
, 
Paul Bleton

Chapitre 1. L’inspiration épique et ses destins

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La geste des pères fondateurs

Soundjata ou l’épopée mandingue (1960) de Djibril Tamsir Niane, Chaka. Une épopée bantoue (1981 [1940]) de Thomas Mofolo et La guerre des Mekemeze (1980) de Mevoula Olinga : air de famille, là aussi ? Aussi singulière que soit chacune de ces trois voix (Tamsir Niane n’est pas Mofolo, qui lui-même, par certains côtés, se situe aux antipodes de Mevoula Olinga), les œuvres n’en semblent pas moins toutes relever plutôt d’un genre traditionnel : l’épopée. S’il est un genre qui sied à la guerre, c’est bien elle. Consubstantielle à la guerre, l’épopée au sein de la littérature de guerre se distingue par sa dimension subjective. Qu’elle se manifeste sous la forme du poème ou d’un récit en prose, l’épopée construit, propulse et offre à l’admiration un héros dont le barde ou le griot, indépendamment des aires culturelles, célèbre les exploits1. Il s’agit donc d’une saisie particulière du phénomène guerrier dans la mesure où elle dépend de la po...

© Presses de l’Université de Montréal, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search