Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Troisième partie. Dans le miroir de l'autre

13. Le triangle Allemagne-France-Québec

Texte intégral

1Ce chapitre s’appuie sur le texte d’une conférence donnée par l’auteur à l’Université de Montréal, Faculté des arts et des sciences, le 15 avril 1993. Pour cette publication, le texte fut enrichi par quelques éléments de réflexion supplémentaires, sans pour autant changer le cadre du texte original. Il a été publié dans la revue L’Agora (Québec), vol. 2, no 3,1994, p. 24-27.

2Il ne peut pas s’agir ici de résumer et de comparer en détail la genèse et le développement historique de l’identité nationale, que ce soit en France, en Allemagne ou au Québec. Il n’en reste pas moins qu’il est bon de rappeler quelques grandes lignes de force en ce qui concerne le concept de nation dans ces trois pays. Ceci rapidement, de façon plus que préliminaire et quelque peu simplificatrice, car il nous serait sinon impossible de comprendre certains phénomènes du présent, tels qu’on a pu les vivre à l’occasion des débats sur Maastricht en Europe, et sur Charlottetown au Québec.

3Commençons par résumer quelques paramètres historiques des concepts d’identité nationale, indissociables de la formation de ces trois communautés, qui se sont réalisées de manière fort différente dans les trois espaces historiques considérés.

I

4D’un côté du Rhin, la France. Quelle évolution ! Du « beau pré carré » à l’hexagone actuel, du Royaume capétien séculier à l'État-nation républicain, de l’ancien régime centralisé à la Grande Révolution – cette Révolution qui remodèle la France et, sur son modèle d’État-nation, d’autres parties de l’Europe –, cette « République une et indivisible », dont le peuple s’élève au rang de nation et se dote d’un État propre. Quelle ligne de force pour ce pays qui a pu, en 1987, célébrer ses mille ans de continuité étatique et, deux ans plus tard, avec la même sérénité, le bicentenaire de sa Révolution !

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires d'espoir, Paris, Omnibus/Plon, 1994, p. 132.

5La plus grande crise récente de la nation française, la défaite de 1940 et les années noires du Régime de Vichy, a été certes une rupture. L’État français de Vichy brisa de sa propre volonté la filière républicaine ; de plus, face au jugement de l’histoire, son action trahit la patrie, discrédita profondément le nationalisme de la droite historique (maurrassienne) et créa le traumatisme de la « collaboration ». Mais l’existence de la « France libre », réclamant la continuité légitime des valeurs républicaines d’une « certaine idée de la France » (de Gaulle), et surtout sa victoire, voilà un contre-courant idéologiquement et psychologiquement puissant ! De Gaulle victorieux, qui incarne un consensus national, et repositionne la France, c’est-à-dire la nation française, à son « rang ». Comme il l’écrit lui-même dans ses Mémoires d’espoir1 :

Cependant, en fin de compte, elle [la nation française] était sortie du drame intacte dans ses frontières et dans son unité, disposant d’elle-même et au rang des vainqueurs. Rien ne l’empêche donc, maintenant, d’être telle qu’elle l’entend et de se conduire comme elle veut. D’autant mieux que, pour la première fois dans son histoire, elle n’est étreinte par aucune menace d’aucun voisin immédiat. L’Allemagne, démembrée, s’est effondrée en tant que puissance redoutable et dominatrice.

6Qui veut comprendre la France d’aujourd’hui ne le peut sans comprendre comment celui qui a lancé l’appel historique aux Français le 18 juin 1940, a pu sauver l’idée de la France. En rompant avec la France légale, de Gaulle sauva la France légitime et l’idée de la nation.

7De l’autre côté du Rhin, l’Allemagne. Quelle recherche perpétuelle d’une identité nationale et étatique au centre de l’Europe ! Quels bouleversements et effondrements territoriaux et politiques : du sacrum imperium romain germanique du Moyen Âge au Reich informe qui s’éclipsa en 315 territoires, 1500 ordres chevaleresques (Reichsritterschaften) et 51 villes libres, donnant aux Allemands comme seule identité commune celle de leur langue et de leur culture. De la « petite Allemagne » bismarckienne à la République de Weimar sans républicains, du Reich nazi à une Allemagne démembrée et effondrée, héritant d’une délégitimation politique, morale et historique du nationalisme allemand et de l'État-nation allemand, délégitimation d’ailleurs totale. L’Allemagne récente, allant de deux États antagonistes sur le sol allemand à la rfa « bis » d’aujourd’hui, devenue pour la première fois depuis 1949 un État pleinement souverain.

8Ce n’est donc qu’en octobre 1990, avec la disparition de la rda, que l’Allemagne reprend et achève son unité territoriale et étatique. L’Allemagne trouve ainsi pour la première fois dans son histoire une forme d’État-nation dans laquelle État, territoire et peuple sont considérés par les Allemands eux-mêmes et par leurs voisins européens comme étant identiques et achevés. L’État étant pour la première fois un État de droit, fédéral et démocratique. La question allemande, en tant que question territoriale, politique et européenne, semble être close.

9Cependant, la ruse de l’Histoire nous conduit à un retour de la nation. Non seulement en Europe de l’Est et en Europe centrale, où la nation et le nationalisme prennent leur revanche sur quarante ans d’amnésie historique, mais l’Allemagne elle-même redécouvre une entité nationale qu’elle croyait perdue depuis 1945 : elle se retrouve dans l’obligation et la difficulté de se prouver à elle-même et à ses voisins et alliés qu’elle est en train de devenir une nation normale, tout en sachant qu’elle tenait sa réussite antérieure de sa politique post-nationale.

  • 2 Robert Aron, « Unité allemande ou fédéralisme », La NEF, no 22, septembre 1946, p. 46-56, p.  46.

10En résumé, une chose devient certaine à regarder la France et l’Allemagne : à partir d’un héritage commun, ce sont deux voies fort divergentes qui aboutissent à la formation des deux nations. Et l’on pourrait citer à ce sujet Robert Aron, qui écrit en 1946 à la vue de la nation allemande brisée la phrase suivante : « Contrairement à l’homme français qui a été fait par la patrie française, l’homme allemand par une opération inverse a dû fabriquer et doit sans cesse refabriquer sa patrie2 »

11Par ailleurs, jamais dans l’histoire l’Allemagne n’a connu quelque chose qui ressemble de près ou de loin à cette identité de la nation et de l’État développée en France. Il n’y a jamais eu de « question française ». Avec le premier roi de France, Hugues Capet (987-996), la question française a été résolue avant même que l’histoire n’ait pu la poser. En revanche, les Allemands et les Européens ont vécu – au moins jusqu’au 3 octobre 1990, et encore aujourd’hui – avec la « question allemande ». Jamais, sur le sol allemand, la conception de la nation ne se confond étroitement avec celle de la République comme cela a été le cas en France, d’autant que la conception française de la République reste liée de manière indissoluble à l’événement clé qu’est la Révolution de 1789.

12Ce n’est que tardivement qu’apparaît en Allemagne fédérale une sorte d’équivalent au républicanisme, sous forme de « patriotisme constitutionnel » (Verfassungspatriotismus). Mais restant lié aux valeurs générales d’une démocratie occidentale, ce patriotisme politique est loin de remplacer la représentation du concept historique État-Nation-République. De plus, étant essentiellement l’affaire d’une poignée d’intellectuels, il est loin de représenter un consensus dit « national ». En même temps, ce patriotisme constitutionnel illustre plutôt une distance prise vis-à-vis de l’État, la constitution devenant ainsi la seule référence de la culture politique, au détriment de l’autorité de l’État. Il n’en reste pas moins que la formation de la nouvelle unité allemande, dès 1990, a changé certains paramètres historiques : l’unification a contribué au retour d’une certaine idée de la nation allemande, cette dernière ayant retrouvé un cadre étatique qui n’existait pas alors. Ce nouveau nationalisme allemand, cependant, ne se fonde plus sur la seule ethnicité allemande, comme au XIXe siècle, mais se rallie irréversiblement à l’idée d’une démocratie de type occidental – avec la spécificité du patriotisme constitutionnel, dans le cadre de l’intégration européenne. Nous constatons une évolution analogue en France, dans la mesure où « l’exception française », avec son idée de « République une et indivisible », se fissure sous l’impact des acquis européens, et se heurte de plus en plus à la mémoire de longue durée des identités régionales.

  • 3 Joseph Rovan, France-Allemagne, Julliard, Paris, 1993.

13Voici pour la France et l’Allemagne, dont les deux histoires, d’ailleurs, s’enchaînent pour le meilleur et pour le pire3 Reste le troisième pays de référence, le Québec. Quelle valse-hésitation depuis les premiers pas de la Nouvelle-France, allant de la baie d’Hudson au golfe du Mexique, du régime seigneurial au régime Duplessis, de la Révolution tranquille à la démission de René Lévesque, du Canada des deux peuples fondateurs au Canada multiculturel, des anciens Canadiens aux Canadiens français, de ces derniers aux Québécois, de l’appel pour l’indépendance québécoise à la demande d’une société distincte, de René Lévesque à Pierre Elliot Trudeau.

14Au fait, qu’est-ce que le Québec ? Une province canadienne ? Un peuple ? Une nation ? Un État-nation ? Une société distincte ? Le noyau ou l’ange-gardien du Canada francophone, voire de la francophonie en Amérique du Nord ? Une Acadie épargnée ? L’observateur d’Outre-Atlantique est confronté à une gamme de discours d’identité assez différents et troublants. D’un côté, un nationalisme québécois au sens romantique du terme de nation. Une « québécitude » (Jean Éthier-Blais) qui fait bande à part face au reste du Canada, qui représente une entité moderne, dans le sens volontariste et républicain du terme. De l’autre côté, un discours rationaliste sur une société dite distincte qui, tout en faisant partie du reste d’une nation canadienne, doit garder certains de ses aspects particuliers eu égard à sa société civile, sa langue et sa culture.

15En résumant ces quelques lignes de forces historiques, on constate non seulement la séparation physique, politique et idéologique entre la France et sa fille aînée, l’ancienne Nouvelle-France, depuis la blessure de la Conquête, mais aussi une séparation des acheminements au niveau de leurs identités collectives. D’un côté, la France qui se tourne vers un État-Nation-République bien limité sur le plan territorial et politique, avec une conception de la citoyenneté radicalement républicaine et laïque, non romantique, non organiciste et non historiciste. De l’autre côté de l’Atlantique, la Nouvelle-France, se réduisant après la Conquête au Canada, puis au Canada français, celui-ci se réduisant au Bas-Canada puis au Québec, avec une diaspora francophone plus ou moins moribonde dans d’autres provinces canadiennes et américaines. Ce pays qui n’aspire plus à l’indépendance, sur le modèle d’autres colonies, mais qui survit en tant qu’entité nationale grâce à sa conception historiciste de la nation, grâce à son idée de peuple héroïque et martyr à la fois, et grâce à un pacte de collaboration, un « pacte faustien », entre le Canada britannique et le clergé canadien, ce clergé seul représentant de la culture, de la conscience nationale, seule élite. Ainsi, après la Conquête, ce pays de « Province of Quebec » devient plus isolé et plus homogène qu’il ne l’avait jamais été jusque-là. Nous connaissons la suite : la houlette de Duplessis, qui s’efforce de garder la société et la culture québécoise telles quelles, à savoir dans sa forme extérieure préindustrielle, les contradictions qui en résultent, préparant le terrain de ce qu’on appelle la Révolution tranquille et l’avènement du Québec moderne.

II

16Il n’y a jamais eu de « question française ». Il y a toujours eu une « question allemande ». Qu’est-ce que la question allemande ? En termes abstraits, c’est d’abord le complexe de l’organisation territoriale et nationale, ainsi que de la constitution politique, sociétale et économique des Allemands dans l’espace de l’Europe centrale. C’est ensuite la position précaire des Allemands dans « l’équilibre européen » et dans le système international des États. Ce sont finalement tous les problèmes et défis qui en résultent. Bref, c’est la recherche perpétuelle et – jusqu’à 1990 – non résolue par les Allemands de leur identité territoriale et politique, régionale et nationale, nationale et européenne.

17Une analogie fort intéressante existe entre l’Allemagne et le Québec. Certes, toute analogie a ses limites. Mais, pour ainsi dire, il y a une « question allemande », il y a une « question du Québec ». Cette quête d’identité territoriale, politique et nationale n’accompagne-t-elle pas les Allemands du Saint Empire jusqu’aux Allemands d’après-guerre, comme cela a été le cas pour les Canadiens français jusqu’aux Québécois ? Ne parlons pas des différences dans le détail, dans les proportions et dans le résultat, elles sont évidentes. Regardons plutôt la parenté du destin. Il y avait une « question allemande » en tant que question nationale ; on ne la clôt qu’en 1990, et encore... Il y avait et il y a toujours une « question québécoise ».

18Pendant des siècles, les populations de langue allemande furent aussi éparpillés en Europe centrale que les gens de langue française en Amérique – toutes proportions gardées, bien entendu. Chaque communauté avait son coffre-fort territorial qui garantissait sa survie, mais la morphologie territoriale et politique dans son ensemble restait confuse, floue, non définie. Les deux communautés ont été marquées par des blessures historiques qui ont forgé leurs identités collectives, nationales, et que les pays, une fois adultes, portent toujours en eux-mêmes.

19D’un côté, une guerre longue et terrible, l’abandon de la mère patrie française et, par la suite, la Conquête par l’Angleterre. Les anciens Canadiens survivent en tant que communauté culturelle, linguistique et spirituelle grâce à ce pacte faustien entre le conquérant et le conquis. De l’autre côté, en Allemagne ou dans les Allemagnes, la guerre de Trente Ans, qui laisse derrière elle un pays en décombres territoriaux, politiques, culturels et spirituels, un coup quasi mortel à la nation allemande avant la lettre. Les Allemands survivent en tant que communauté linguistique et culturelle, en tant que Kulturnation, vivant dorénavant en otages d’un système de « supervision internationale » mis en place par ses voisins, notamment la France et la Suède.

20D’une part, la situation allemande lors des campagnes napoléoniennes. Sur les ruines du Saint Empire se déroula – en accéléré – un processus de désillusion après toute une période de sympathie avec la Révolution française. N’oublions pas le respect et l’admiration que Goethe porta à Napoléon depuis leur rencontre à Erfurt en 1807. La conquête française démantela les structures féodales afin de mettre en place un rationalisme territorial et politique, introduisit avec le Code civil l’État de droit et l’égalité politique, et « importa » l’idée de la nation issue de la mouvance de la Révolution française. Napoléon Bonaparte créa ainsi les conditions d’une identité nouvelle, nationale, des Allemands. Lorsque le pouvoir vira en domination étrangère ouverte, il fut perçu comme tel ; dans le miroir des « guerres de libération » face à Napoléon fut créé le souvenir d’une domination étrangère présente dès le commencement ; ainsi furent façonnés les paramètres historiques de la « haine du Français », qu’éprouvèrent les Allemands au XIXe siècle. Les romantiques nationaux allemands identifièrent rapidement le caractère politique des mouvements allemands d’émancipation, et y joignirent l’invention d’une nostalgique et moyenâgeuse idée du Reich. Bref, le régime français dans une Allemagne à la recherche d’elle-même produisit - malgré la France - les fondements matériels et idéologiques d’une Allemagne moderne in statu nascendi.

  • 4 En Grande-Bretagne, les Canadiens bénéficiaient non du droit de vote censitaire, qui valait unique (...)

21D’autre part, un processus étonnamment analogue au Québec. N’oublions pas que ce fut le vainqueur britannique de 1763 qui - en apportant le rationalisme politique anglais, en créant un territoire limité, la « Province of Quebec », dans laquelle les Canadiens français restèrent largement entre eux – créa au profit des Canadiens français les premières conditions d’un nation building. Ce qui signifie que les fondements de leur propre société civile franco-canadienne – limitée, et donc définie, par des données territoriales et ethniques – dotée de leur propre classe politique (clergé, hommes politiques, etc.) et, pour la première fois, de leurs propres instruments d’impression ou d’opinion publique (presse, etc.). Ce nation building précoce fut renforcé par le Quebec Act de 1774 et le Constitutional Act de 1791, qui dotèrent les Canadiens de la toute première démocratie du monde et de droits parlementaires plus étendus que ceux dont jouissaient les Britanniques en Grande-Bretagne4 Ainsi germa – sous le contrôle des vainqueurs historiques – une culture politique des Canadiens permettant, à côté du clergé, l’émergence d’un libéralisme qui se sentait plus proche de la Grande-Bretagne parlementaire britannique que de la France absolutiste puis révolutionnaire, ou encore de l’Amérique puritaine. Toutefois, ce libéralisme contenait également en puissance une insubordination face aux Britanniques qui éclata lorsque les (Franco-)Canadiens, à partir de 1820, revendiquèrent avec plus de voix des droits de contrôle parlementaire plus étendus et qu’ils ne purent se faire entendre.

22Cette insubordination libérale, comparable au Vormärz allemand préparant la révolution allemande en 1848, trouva son paroxysme dans la Rébellion des patriotes, qui tourna en échec – comme la révolution allemande. Pour les Canadiens français, ce fut la genèse d’un traumatisme historique. La répression des patriotes et les sanctions des Franco-canadiens, qu’institutionnalisa l’Union Act de 1840, constituèrent leur véritable défaite historique, dans la mesure où ces derniers ressentirent ces événements comme une déception traumatisante envers les Britanniques, qui se révélèrent être les conquérants de 1763. Les Canadiens français revécurent à travers les sanctions de 1840 la défaite de 1760. Cette double déception suscitée par les Britanniques fit que la relation avec la France, jusqu’alors lointaine et plutôt distanciée, se transforma en une nostalgie jusqu’à présent inconnue de la vieille France et de ses colonies d’Amérique du Nord perdues à jamais. Le pays d’origine, qui avait laissé tomber sa « fille aînée » en 1763, avait soutenu les Américains dans leurs guerres contre les Canadiens à deux reprises, en 1775 et 1812-1814, et avait vendu la Louisiane en 1804 aux États-Unis, eut la chance d’être réhabilité dans le prisme de la déception de 1840 et de devenir ce qu’il fut dorénavant : la mère-patrie idéalisée.

23La France et la Nouvelle-France firent alors leur entrée dans la culture mémorielle des Franco-canadiens, en tant que références centrales de leur affirmation culturello-linguistique, et prirent la place ambivalente qu’avait jusqu’alors l’Angleterre, autrefois considérée par Voltaire comme modèle politique. L’intensité de cette complexe déception suscitée par la Grande-Bretagne toucha toute une génération, celle qui s’apprêtait au milieu du XIXe siècle à rédiger la mémoire de la nation franco-canadienne et à lui apposer le diktat d’un passé réinterprété. Ce qui fut en Allemagne le mirage nostalgique du Reich moyenâgeux dans le prisme d’une distance prise vis-à-vis de la France fut, au Canada français, le mirage nostalgique d’une Nouvelle-France idéalisée, dans une prise de distance vis-à-vis de la Grande-Bretagne.

24En analogie avec l’émergence des nouvelles énergies nationales en Allemagne et leur transfert en romantisme politique, nous constatons comme conséquence de la défaite des patriotes, le transfert de l’énergie nationale des Canadiens français du domaine du libéralisme politique et de l’autodétermination nationale aux valeurs spirituelles et intellectuelles associées à un catholicisme messianique et à un romantisme national. Dans les pays allemands, l’échec des aspirations démocratiques et unitaires après le soulèvement contre Napoléon, l’échec du Vormärz et de la révolution de 1848 aboutit au transfert de l’énergie du libéralisme politique au domaine culturel et spirituel, avec comme résultat la machtgeschützte Innerlichkeit, l’exil intérieur de la bourgeoisie allemande libérale. Dans les deux cas, les certitudes identitaires ont ainsi pu être sauvegardées ; mais dans les deux cas est apparue une impuissance à trouver un équilibre national, au-delà des allures de rêves dans le politique.

25Les deux communautés, Allemands et Canadiens français, à la recherche de leur identité au cours de l’histoire, se sont défendus en ayant recours à une définition du peuple et de la nation qui obéissait plutôt à une logique romantique et organiciste, historiciste et collective, bref ethnique, qui renvoie à l’idée de nation-génie et d’âme collective, aux empreintes héroïques et martyrologiques à la fois. Le nationalisme allemand et le nationalisme québécois, tout en marchant dès 1871 dans deux directions radicalement différentes, se présentent longtemps tous les deux comme un nationalisme romantique défensif, dont les éléments constitutifs sont la langue, la culture, la descendance et le sang, ainsi qu’une certaine idée d’héroïsme de peuple élu sacrifié. Sans aller trop loin dans la comparaison, nous nous permettons de dire avec Robert Aron que, dans la perspective historique du moins, la question qui se posait aux Allemands et aux Québécois était « à tout instant, d’être héroïque ou de n’être pas ». Admettons cependant que cette idée d’héroïsme prit finalement, dans les deux pays, une tournure différente, et que la version allemande déboucha sur une réalisation fatale, tragique et démoralisante, celle du peuple-bourreau.

26Dans les deux communautés, traditionnellement et à quelques exceptions près, l’ancien nationalisme avait été de droite – une différence supplémentaire avec le nationalisme républicain français ; le mouvement ouvrier allemand et québécois s’est plutôt méfié de ce nationalisme parce que ses tenants n’ont jamais particulièrement défendu les ouvriers, faisant passer la défense de la cause allemande ou francophone avant la question sociale.

27Aujourd’hui, il y a dans les deux communautés un débat contradictoire sur la nationalité. Des débats qui, sous la pression de l’immigration et de la mondialisation, mettent en cause, en Allemagne, la pratique même du code de la nationalité et, au Québec, la vision traditionnelle de l’identité québécoise. Des débats qui ont à ce propos également commencé en France, d’ailleurs dans le sens inverse du débat allemand. N’allons pas plus loin dans notre comparaison à ce niveau, car les différences entre les deux pays sont trop évidentes. En tout cas, l’ancienne vision allemande de la nationalité, de source organiciste, reste plutôt une exception dans le reste de l’Europe des Douze, dans la même mesure que la vision traditionnelle de la nation québécoise fait cavalier seul dans le Canada anglophone. Les deux communautés ont un mal historique à définir leur référence nationale dans leur contexte respectif, le Québec au sein du Canada, l’Allemagne au sein d’une Europe qui se veut intégrée.

28L’allusion à l’Europe nous invite à repenser une autre analogie entre le Québec et l’Allemagne fédérale, analogie qui nous rapproche des enjeux liés aux noms de Maastricht et de Charlottetown. L’Allemagne fédérale d’après-guerre vivait son absence d’État-nation, sa dé-légitimation totale du nationalisme allemand au profit de l’Europe, définie par certains – par la suite – comme une sorte de patriotisme de remplacement. L’Europe se définissait dans la rfa d’après-guerre comme la nouvelle donne prometteuse au détriment d’une nation en suspens et d’un nationalisme discrédité. L’Allemand de l’Ouest se mettait en position supranationale, prêt à éduquer ses voisins vers une Europe intégrée. La France, on l’aimait bien, mais on se moquait aussi de son culte de l’État-nation que l’on jugeait rétrograde.

29En même temps, l’Europe se prêtait aux Allemands de l’Ouest comme le meilleur cadre pour articuler leurs intérêts nationaux, c’est-à-dire se réintégrer politiquement, économiquement, moralement dans la communauté internationale, tout en voulant résoudre par l’intermédiaire européen la question nationale : la question allemande.

30Les Allemands vivaient donc dans une double structure, allemande et européenne, et pouvaient ainsi facilement passer de l’une à l’autre et retenir certains éléments de l’une et de l’autre. Cela leur facilitait la vie, stabilisait leur situation politique et leur permettait d’exprimer des ambitions propres par l’intermédiaire de l’Europe, de se présenter comme les meilleurs Européens tout en étant de bons Allemands et tout en refusant de définir ouvertement leurs « intérêts nationaux » – mot malsain dans le discours politique allemand. L’Europe et le nationalisme économique constituaient pour l’identité ouest-allemande deux moyens de s’affirmer.

31Résultèrent de cette double structure certaines ambiguïtés ouest-allemandes entre un passé national, un avenir européen et – pour une certaine génération – un mythe américain. Le chancelier Konrad Adenauer n’avait pu mettre sur rail sa politique d’intégration européenne, donc anti-nationale, qu’en démontrant que cette politique supranationale était la seule voie vers la réunification nationale. Toute une ligne de force européenne dans la politique ouest-allemande restait dans cette logique. D’un autre côté, toute politique dite nationale ne pouvait se vendre aux Allemands de l’Ouest qu’en argumentant qu’elle était bonne pour l’Europe, bonne pour la paix, car, d’après une définition connue de l’historien allemand Karl-Dietrich Bracher datant de 1986, l’Allemagne occidentale était « une démocratie postnationale parmi des États-nations ».

32Une telle double structure se retrouve également au Québec. Marcel Rioux, dans son livre Un peuple dansle siècle, évoque la double structure sociale et la double culture anglaise et française des Québécois ; celle-ci se traduirait selon lui par l’ambiguïté et l’ambivalence parce qu’il n’y aurait pas d’opposition perçue entre des choix ou des aspects qui devraient ou pourraient s’exclure. Cette « double ouverture des Québécois », terme de Marcel Rioux, peut être « sortie » et « exutoire » au niveau des individus, celui de la société humaine, de l’État et même du ciel.

  • 5 Marcel Rioux, Un peuple dans le siècle, Montréal, Boréal, 1990, p. 36-38.

Québec ou Ottawa ou les deux. Si une organisation n’obtient pas ce qu’elle veut de l’État du Québec, elle peut aujourd’hui déchirer le fleurdelisé pour embrasser la feuille d’érable ; le contraire peut arriver. Maintenir une sorte d’équilibre entre les deux a toujours été une manière de sport national. [...] Enfin, au Québec, a toujours existé chez certaines fractions de classe une double ouverture vers l’Amérique du Nord et vers l’Europe, la France particulièrement5

33Double ouverture aussi vers le « French Power » et le nationalisme québécois, admirablement décrit par Christian Dufour dans ses Défis québécois. Voter pour Lévesque au provincial et pour Trudeau au fédéral, croyant que c’était là la meilleure façon de défendre l’intérêt québécois, voilà une belle démonstration de cette « double ouverture » de l’identité québécoise, et en même temps, de son art de survivre, ainsi que du blocage politique qui en résulte.

34Après ces quelques analogies germano-quécécoises, on peut certes se quereller sur les détails et les proportions. Mais ce qui frappe, c’est de découvrir cette analogie majeure : dans les deux cas, les pays adultes portent en eux les blessures de drames vécus dans l’histoire, celles qui les ont empêchés et les empêchent encore de devenir une nation normale. Ceci dit, force est de constater que la France ne rentre pas dans ces analogies. Cela n’exclut certes point d’autres analogies entre le Québec et sa mère patrie française, ou entre l’Allemagne et la France, ou encore entre les trois.

35Prenons l’exemple de l’Allemagne comme dénominateur commun entre le Québec et la France. La guerre de Sept Ans (1756-63), qui s’acheva en marquant la fin de la Nouvelle-France, n’eut-elle pas pour point de départ le conflit entre les deux puissances allemandes rivales, la Prusse et la Saxe, qui devint une guerre européenne et mondiale (dans le théâtre militaire des colonies britanniques et françaises) ? Cette guerre ne mit pas seulement fin à une France à cheval sur le continent européen et l’Amérique du Nord, mais provoqua cette histoire sans fin d’une certaine « Province of Quebec » à la merci des Britanniques et des Canadiens anglais.

  • 6 Rappelons le fait souvent passé sous silence que la France napoléonienne était alors l’alliée des (...)

36Il n’est pas non plus inintéressant de rappeler les interférences politiques entre la France, l’Allemagne et le Bas-Canada (ainsi que l’Angleterre) lors du Congrès de Vienne en 1814. Le retour en force de l’Angleterre à ce Congrès de Paix, pour délimiter la nouvelle hégémonie d’une Prusse victorieuse, pour sauver la Saxe, alliée de Napoléon, contre les ambitions prussiennes, pour empêcher l’isolement de la France défaite, bref pour veiller sur l’équilibre allemand et européen, ne put-il pas également se réaliser grâce à sa victoire sur les Américains envahissant le Canada (1812-14), victoire que rendit possible le soutien des Canadiens français6 ?

37Sans trop vouloir simplifier les faits, pensons en outre à l’impact direct et indirect qu’exerça l’Allemagne sur le Québec et la France à travers les deux guerres mondiales ; à y regarder de plus près et à relire les manuels d’histoire sous cet angle, ce que l’on perçoit comme évident pour la France le devient également pour le Québec.

38Il existe un autre événement allemand qui marqua les deux pays à sa manière. Il va de soi que la chute du Mur à Berlin en 1989 a changé les relations franco-allemandes en profondeur ainsi que les données de la société française et de la France. Qu’il me soit également permis ici de pointer un phénomène peut-être moins immédiatement perçu comme évident, à savoir les rapports occultes entre l’Allemagne et le Québec. Certes, la « question allemande » fut close et laissa la « question du Québec » orpheline, mais ce n’est ici qu’un aspect secondaire. Le véritable impact est à chercher ailleurs : la réunification allemande fut le moteur vital d’une nouvelle phase de l’intégration européenne, entamée par le processus de Maastricht dès 1992, condition préalable de l’accord français à l’unité allemande. Le traité de Maastricht ne donna pas seulement un nouveau relief au débat franco-français sur l’État-nation, mais également au débat canado-québécois et québécois sur la question du Québec. Pour les uns, ce fut un argument en faveur du fédéralisme canadien unitaire ; pour les autres, cela justifia de corriger ce même fédéralisme en faveur d’une plus forte « régionalisation » intra-canadienne.

39Ainsi, tout le débat sur l’indépendance québécoise échappa-t-il pour la première fois depuis « Maastricht » aux apories québéco-canadiennes et au nombrilisme québécois. Voilà qui nous amène à une dernière considération politique sur le triangle France-Allemagne-Québec, en mettant « Maastricht » en relation avec l’accord de Charlottetown, avorté dans l’année même de la signature du traité européen.

III

40Le traité de Maastricht qui prévoit l’union économique et monétaire, et en second lieu l’union politique des Douze, puise dans deux sources : la première est le traité de Rome avec sa logique d’intégration européenne supranationale et intergouvemementale. La deuxième source est l’unité allemande de 1990, divine surprise pour les voisins de l’Allemagne et pour les Allemands eux-mêmes qui avaient fini par renvoyer un tel événement aux calendes grecques. Dans un réflexe historique pratiqué depuis 1949, la France, le voisin occidental le plus sensible au défi d’une éventuelle unité allemande, demandait d’accélérer la construction européenne. Ceci pour mieux compenser cette nouvelle force allemande au centre de l’Europe, pour « l’ancrer mieux à l’Ouest ». Comme dans le passé, la France a voulu ancrer dans l’Ouest et dans l’Europe le nouveau potentiel économique politique et militaire de la jeune RFA et endiguer en même temps un atlantisme trop poussé de la part de Bonn.

41Passons les détails et résumons le véritable défi de cette entreprise mise en œuvre par les élites politiques en Europe de l’Ouest représentant l’européanisme libéral.

42 Premier défi : « Maastricht », le premier pas concret vers la dissolution de la souveraineté nationale en Europe a lieu au moment même où l’Allemagne cesse d’être une démocratie postnationale et redevient un État national, en quelque sorte plus homogène encore que celui de 1871 créé par Bismarck.

43 Deuxième défi : la ratification des traités de Maastricht se déroule au moment même où le mouvement d’intégration, qui semblait devenir la nouvelle loi fondamentale en Europe, est contredit par un mouvement dramatique de désintégration à l’Est. Ce dernier entraîne une véritable réhabilitation de la nation et du nationalisme, comme dernier bastion face à une fragmentation quasi totale des sociétés. Mais ces mouvements de renationalisation ne sont pas le privilège de l’Europe de l’Est. On observe des courants analogues également à l’Ouest, notamment en France et en Allemagne, et ces courants traduisent un malaise profond des sociétés civiles occidentales.

44 Troisième défi : « Maastricht » est mis en avant par un pays, à savoir la France, qui représente en Europe l’État-nation par excellence. En prenant l’avant-garde d’un processus d’intégration dont le but logique est une communauté européenne postnationale, la classe politique française pro-européenne, c’est-à-dire pro-Maastricht, déclenche une sorte de guerre civile idéologique entre d’un côté les gagnants de l’Europe, les acteurs d’une modernisation et d’une mondialisation économiques et, d’autre part, les perdants de l’Europe, les victimes de ces modernisation et mondialisation. La désintégration de la société civile en une « France tribale » y ajoute des accents de crise. Tout cela débouche sur un « mal français » sans précédent, dont les socialistes devinrent les principales victimes.

45La France se trouve en effet confrontée à une heure de vérité certes à prévoir, mais à laquelle la société française était mal préparée. D’un côté, la France était pour des raisons diverses l’un des acteurs les plus remarqués de la construction européenne. L’européanisation de la société française et des élites françaises a été l’une des transformations les plus marquantes des années 1980 : elle a mis fin, pour employer le jargon des experts, au « sonderweg français ».

46En même temps, la continuité nationale marquait toutes les grandes lignes de la politique européenne de la France. Au fond, il s’agissait de prolonger le « mythe national » vers un « mythe européen », de rendre à la nation française une dimension européenne. En termes de politique de puissance, il s’agissait de considérer l’Europe comme une sorte de domaine réservé et l’instrumentaliser pour la poursuite du rang de la France dans le monde. Autrement dit, la politique européenne de la France cherchait à ancrer l’Allemagne à l’Ouest, conformément à ses ambitions historiques, mais surtout à compenser – entre autres – la perte de son rang mondial, la perte de ses colonies, la dégradation de sa chasse gardée qu’était la francophonie.

47Ce concept avait certes sa logique confédérale ; il était contraire à toute philosophie supranationale. Mais la construction européenne en matière économique et monétaire avait sa propre dynamique : l’économie française avait et a encore besoin du marché commun unique pour se moderniser. Mitterrand et son premier gouvernement socialiste eux non plus ne purent échapper à ces contraintes économiques, monétaires et politiques. Et ils se donnèrent à cette nouvelle tâche, après une première valse-hésitation, avec le zèle du converti.

48Tout cela a mis en lumière un dilemme qui touche la France plus encore que les autres pays : elle est coincée entre l’État national, la supranationalité et son « rang dans le monde ». Maastricht a accéléré de façon imprévue un débat qui touche au for intérieur de l’État-nation et de l’identité nationale. Force est de constater que le pays dans son ensemble est mal préparé à cette heure de vérité.

49La France n’est pas seule à se trouver dans le dilemme d’une heure de vérité en ce qui concerne certaines contradictions entre identité nationale d’un côté et ambitions et logique européennes de l’autre. L’Allemagne, le meilleur élève de la classe européenne supranationale depuis 1950, signa le traité de Maastricht au moment même où elle achevait malgré elle sa période postnationale. Et elle se retrouva dans le statut d’un État-nation qui dispose pour la première fois depuis 1945 de la pleine souveraineté. En même temps, elle doit à cette unité nationale fraîchement acquise une crise sociale et économique qui s’est transformée en crise de société civile, bref, en une crise nationale sans précédent depuis 1949. Et gare s’il y avait eu en Allemagne un référendum sur Maastricht comme ce fut le cas au Danemark, en Irlande et en France.

50Deux éléments constitutifs du zèle allemand supranational se trouvent soudain mis en cause : son état d’âme postnational, ainsi que sa stabilité et sa prospérité intérieures. Les partis politiques établis subissent une profonde crise de légitimation et de capacité d’intégration ; d’où résulte la renaissance d’une droite nationaliste. Ce courant nationaliste exprime une nouvelle tonalité anti-européenne axée sur l’image négative, bureaucratique et même non démocratique de Bruxelles, ainsi que sur le mythe d’un Deutschemark menacé.

51En même temps, l’unité allemande qui entraîne une nouvelle responsabilité du pays dans les affaires internationales renforce une sorte de « cryptonationalisme » pacifiste de gauche libérale. Cela signifie que c’est le courant pacifiste qui – pour des raisons hautement morales eu égard au cauchemar nazi – insiste sur une position de désistement dans les affaires internationales et proclame ainsi un sonderweg allemand qui revient à une position de national-neutralisme. À part les considérations très générales sur l’issue de l’intégration européenne, qui entraîne des responsabilités partagées, des responsabilités collectives, il convient de se demander comment l’Allemagne peut rester un allié fiable dans les structures d’intégrations militaires et politiques actuelles, dont elle s’était toujours considérée comme le meilleur élève, tant qu’elle refuse de mettre en œuvre un engagement signé.

52La situation devient d’autant plus paradoxale qu’un tel cryptonationalisme pacifiste s’appuie sur des acteurs qui ont été les plus fidèles avocats de la démocratie postnationale. Ce « crypto-nationalisme pacifiste » ne rappelle-t-il pas la querelle canado-québécoise sur la conscription ?

53Ces quelques propos sur le défi de Maastricht ne sont pas sans évoquer l’entente de Charlottetown, sans que l’on cherche bien entendu à les assimiler.

54Mais remarquons d’abord que cela fut dans les deux cas une gifle pour la classe politique qui avait pris un engagement politico-normatif, mais qui fut par la suite désavouée par sa population, au Canada d’ailleurs plus clairement qu’en Europe. Il y a dans ce comportement électoral un signe de crise commune de la société civile et de la culture politique. Mais cette analyse dépasserait le cadre de ce texte.

55Constatons en deuxième lieu que pour tous les trois pays, cela a représenté une heure de vérité et la révélation de dilemmes historiques qui s’ensuivent.

56Maastricht a été lancé dans le but suprême de l’unité européenne, idéal attendu par la majorité des Européens. Concrètement, le traité est la tentative de réorganiser les rapports de force entre les divers éléments de la construction européenne, d’équilibrer la logique supranationale et intergouvemementale. Mais ceci – finalement – au détriment de l'État-nation.

57Charlottetown a été lancé dans le but suprême de débloquer une situation constitutionnelle qui depuis 1982 laisse en suspens la définition de l’identité canadienne et québécoise. Concrètement, cela a été la tentative de redéfinir les éléments constitutifs du Canada moderne : Ottawa et les provinces, le Canada anglophone et le Québec, les franco-canadiens et les allophones, les « premières nations » et les immigrants, l’ancienne dualité culturelle et le nouveau multiculturalisme, les droits individuels et les droits collectifs.

58L’enjeu majeur pour le Québec fut la nouvelle philosophie constitutionnelle, lancée avec l’Accord avorté du Lac Meech. Au fond, celle-ci ne fait que sanctionner la nouvelle réalité canadienne multiforme en transformation précaire. Mais, aux yeux des Québécois, elle s’attaque à une image historique qui renvoie à la blessure de la Conquête. C’est l’image historique de la dualité culturelle et politique du Canada, l’image des « deux peuples fondateurs », image erronée qui cache – en termes de « roman d’amour » entre vaincus et conquérants – le fait qu’il n’y avait véritablement qu’un seul peuple fondateur de la nation canadienne : ces Canadiens francophones largement majoritaires qui, par la suite, vivant sous l’Acte de Québec (1774), ne se sont pas engagés à fond du côté du soulèvement américain.

59« Charlottetown » a été donc, eu égard au Québec, une tentative formelle de redéfinir l’unité canadienne, et ce au détriment de l’image traditionnelle de l’identité québécoise, donc au détriment de la nation québécoise au sens du nationalisme québécois. L’ersatz accordé, depuis l’Accord du Lac Meech, fut le concept de « société distincte ». D’après Christian Dufour, celui-ci possède, un contenu minimal : une majorité française, une minorité anglaise, des liens avec le reste du Canada. Pour le reste, le concept se définit avant tout par sa frontière entre cette société et celle du reste du Canada. Contrairement aux minorités franco-canadiennes et au French power fédéral (Mulroney), les Québécois l’ont refusé dans leur grande majorité ; ils ont cette fois-ci pris l’autre sortie de la « double ouverture », sans pour autant renforcer le souverainisme qu’ils avaient refusé en 1980. En même temps, toute l’énergie nationale cherchant durant les années 1980 à refaçonner le référendum souverainiste, prévu pour le 26 octobre 1992, a été anéantie.

  • 7 Cette stratégie reste le secret de la survie de l’identité québécoise dans les conditions du conqu (...)

60La stratégie de la « double ouverture7 » a une fois de plus contribué à créer une impasse dont la sortie reste à trouver. Ceci ne dépasse pas seulement le cadre de nos réflexions, mais également les capacités des élites en place, confrontées à une entité québécoise post-nationale, pré-nationale et seminationale à la fois, et qui ne jouit pas de la souveraineté nationale étant donnée son implantation dans le fédéralisme canadien.

61Un tel dilemme ne reste spécifique ni aux Québécois ni au reste du Canada. Rappelons la situation de l’Allemagne fédérale entre 1949 et 1990 : c’était un État-nation provisoire-transitoire, également post-national, pré-national et semi-national à la fois. Post-national, car l’idée nationale fut un résidu du passé ; pré-national, car le potentiel national continua à sombrer dans la question allemande non résolue ; semi-national, car l’Allemagne se reconstruit dans le cadre d’une construction européenne supranationale et intergouvemementale. Les contradictions ne furent pas résolues avec l’unification allemande, bien que celle-ci ait redonné à l’Allemagne unie son identité d’État-nation. Il y a aussi l’Europe, mise en marche par le processus de Maastricht.

62L’Europe de Maastricht se trouve également dans une impasse, que ne règle nul européanisme verbal. L’État-nation, avec son côté d’identité nationale, son côté d’État de droit, son côté cadre-protecteur contre toute fragmentation et désintégration intérieure, reste le forum des citoyens et de la société civile. De même, la mondialisation et l’interdépendance des phénomènes politiques et économiques ont fait de la souveraineté nationale une belle chimère. Mais cette image a gardé une force qui reste supérieure à celle des acquis supranationaux. L’Europe ne peut pas se permettre de renoncer au but de l’unité, le Canada ne peut pas se permettre de renoncer à son unité acquise. Dans les deux cas, c’est une question de survie, pour l’entité en question, mais aussi pour les éléments constitutifs de cette entité. Chaque entité – ici le Canada, là-bas l’Europe – rencontre ses propres difficultés dans sa quête de la formule clé et de la pratique correspondante pour équilibrer les différents éléments de l’unité.

63Mais dans les deux cas, le défi majeur est commun : comment équilibrer deux besoins contradictoires et complémentaires à la fois, l’intégration et l’identité ? Comment dépasser la frontière pour réussir l’intégration, comment garder la frontière pour respecter, voire protéger l’identité ? Le problème se pose moins entre le Manitoba et l’Alberta. Mais il se pose entre le Québec et le reste du Canada. Il se pose entre l’Allemagne et la France, entre le Luxembourg et la France, entre le Danemark et l’Allemagne, etc. Les Européens ont intérêt à observer l’impasse canadienne pour mieux comprendre leur propre dilemme.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires d'espoir, Paris, Omnibus/Plon, 1994, p. 132.

2 Robert Aron, « Unité allemande ou fédéralisme », La NEF, no 22, septembre 1946, p. 46-56, p.  46.

3 Joseph Rovan, France-Allemagne, Julliard, Paris, 1993.

4 En Grande-Bretagne, les Canadiens bénéficiaient non du droit de vote censitaire, qui valait uniquement pour les hommes, mais du droit de vote pour les « chefs de famille » ; cette définition introduisit le vote des femmes – au grand déplaisir du clergé catholique. Supprimé en 1840, ce n’est qu’au XXe siècle que ce dernier fut réintroduit.

5 Marcel Rioux, Un peuple dans le siècle, Montréal, Boréal, 1990, p. 36-38.

6 Rappelons le fait souvent passé sous silence que la France napoléonienne était alors l’alliée des États-Unis, auxquels Napoléon venait de vendre la Louisiane.

7 Cette stratégie reste le secret de la survie de l’identité québécoise dans les conditions du conquis et la raison majeure du blocage politique permanent du nationalisme québécois.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search