Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Troisième partie. Dans le miroir de l'autre

12. Espérances et défis européens

Note de l’éditeur

La première partie de ce chapitre s’appuie sur une conférence que l’auteur a donnée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le 24 septembre 1994, sous le titre « Le rôle de l’Allemagne unie dans la nouvelle Europe ». La seconde partie de ce texte est parue dans Vendredi-Idées, en décembre 1993.

Texte intégral

I

1Contrairement à ce que désiraient certains, la synchronisation des unifications allemande et européenne n’a pas eu lieu ; la dynamique de l’implosion est-allemande invalidait de toute façon cette possibilité. Mais l’unification allemande a fini par accélérer le processus d’intégration européenne, étant donné que les gouvernements, y compris celui de Bonn, n’ont pas pu et voulu imaginer une Allemagne unifiée laissant derrière elle le cadre européen. La vieille et bonne recette « l’Allemagne oui, mais à condition qu’elle soit européenne » a tenu bon. La suite de la recette aussi (« celui qui enferme l’autre dans la cage de l’intégration s’y enferme également »), ce qui fait que les États-nations réunis à Maastricht ont fini par s’engager dans une dynamique européenne originale, qui engage tout le monde et met en cause ses propres créateurs nationaux.

2Malgré le succès des Britanniques à empêcher « le pire », le train de l’union économique et monétaire s’est mis en marche, entraînant plutôt mal que bien celui de l’union politique. Voilà que tous les pays concernés, qui dans le passé n’ont encore jamais permis aux autres de douter de leur zèle européen, connaissent de véritables déboires. Le désenchantement n’épargne pas ceux qui ont su s’imposer pendant longtemps comme les maîtres de la pensée intégrationniste. Y avait-il plus européens que les Allemands ? L’unité et la souveraineté nationales furent achevées grâce à une politique d’intégration de longue durée, les Allemands se trouvant pour la première fois depuis 1949 au même point névralgique que leurs voisins ouest-européens en ce qui concerne le transfert d’une souveraineté acquise. La perspective brutale de la disparition du Deutschemark a créé soudain une vaste alliance d’eurosceptiques, qui unit pêle-mêle tout un ensemble de chapelles et de courants différents.

  • 1 Dans la philosophie de M. Genscher, ces deux composantes ne sont pas dissociables.

3Retenons d’abord un fait de base : la confession européenne officielle de la classe politique n’a pas changé. À part Monsieur Gauweiler, enfant terrible de la CSU bavaroise, les conservateurs des CDU et CSU ne se mettent pas en position de désavouer leurs propres dirigeants (le chancelier Kohl et Monsieur Waigl, ministre des finances), alors responsables des acquis européens et des « abandons » nationaux de Maastricht. Cela vaut également pour les libéraux, qui se gardent de prendre leurs distances vis-à-vis du testament politique de Monsieur Genscher, dont l’engagement pour la CEE est parfois sous-estimé, en France, en faveur de son Ostpolitik1 Les sociaux-démocrates de leur côté n’ont pas envie d’apparaître comme le parti « anti-européen » après avoir critiqué le « nationalisme » de Monsieur Kohl aux heures de l’unité allemande. Restent les néo-nationalistes, tels « les Républicains » et le DVU (Union du peuple allemand), qui ont enregistré entre 6 et 11 % des voix lors des élections régionales de 1992 dans le nord et le sud-ouest grâce à leurs tirs contre les étrangers et l’oligarchie de Bruxelles.

4Si la réalité s’arrêtait à ce « pays légal », la rfa serait l’un des plus beaux mondes européens – malgré la triste entrée en scène de l’extrême-droite – ou l’un des plus hypocrites. Le pays réel est bien différent du discours officiel, dont l’attrait politique et pédagogique laisse de toute façon à désirer. Les forces vives du pays ont du mal à avaler une pilule dont on a passé sous silence les effets secondaires, renforcés par une crise inattendue de l’économie et de la société allemandes. Tout en se gardant de proclamer une politique ouvertement anti-Maastricht, les critiques de toutes les couleurs politiques s’orchestrent pour une stratégie d’« amendement ». Comment « améliorer » à posteriori Maastricht ? Voilà la tonalité générale du débat.

5Un certain nombre de voix cherchent à tirer un profit politique – à tort ou à raison – du fait que le chancelier a « sacrifié » le Deutschemark sur l’autel européen, en faveur d’un ECU exotique. Il n’y pas de geste plus profond et plus symbolique que cet « abandon » qui met le pays réel devant un véritable point de non-retour. Les Länder, c’est-à-dire les grands prêtres des principes du fédéralisme et de la subsidiarité, se rebiffent quand il s’agit de transferts de compétences à Bruxelles. Dans les nouveaux Länder à l’Est, on réclame entre l’Est et l’Ouest du pays la même cohésion socio-économique que celle exigée par le gouvernement fédéral comme critère pour l’Union économique et monétaire au niveau européen. Partout, on critique une Union européenne qui aurait du mal à être reconnue par la CEE elle même – par manque de légitimation démocratique. Les démocrates de tous les horizons sont d’accord pour critiquer l’absence du Parlement européen. Des courants antimodernistes et régionalistes mettent en cause la conception technocratique de l’Europe. Ils plaident en faveur d’une conception européenne qui se présente en habits « arcadiques », particularistes et identitaires mais qui peut cacher un tribalisme primaire, dangereux pour les acquis de l’État de droit libéral. Et les répliques ne se font pas prier non plus.

6Bref, après le premier choc de Maastricht, un véritable débat politique et intellectuel sur le thème de l’Europe a eu lieu en Allemagne : sur sa morphologie, ses institutions, ses légitimations, ses responsabilités, ses contenus. Le débat dépasse le pour et le contre, il orchestre les nuances, les contradictions. Débat qu’on aurait dû mener avant Maastricht, à une époque où il y avait une véritable « compétition » de confessions européennes, et ce pas seulement en rfa. Débat dont la construction européenne, devenant de plus en plus la chasse gardée des spécialistes, aurait eu besoin bien avant. Mais soyons réalistes, ne fallait-il pas Maastricht pour en parler ouvertement ?

7Le débat général actuel a lieu sur arrière-plan de conscience collective qui est loin d’être défavorable à l’Europe. Certes, nous sommes loin de l’euphorie européenne des Allemands des années 1950, dont la seule « patrie » était l’ersatz européen ; nous ne sommes pas non plus à la hauteur des bons sondages des années 1980. Les effets accessoires de l’unification allemande ont réorienté l’attention des populations, non pas en faveur de la « nation » (l’état d’âme national en fut plutôt endommagé), mais au profit des occupations matérielles et parfois de plaintes de pleurnichards. Bruxelles ne fait pas battre les cœurs, surtout quand les gouvernants s’en servent comme d’un prétexte pour faire avaler aux gens certaines pilules coûteuses, telles que l’augmentation de la TVA. Les Allemands, anciens Saint-Just du discours européen, ont regagné la moyenne européenne.

8Regardons de près cette moyenne européenne, dans la nouvelle Allemagne entre le Rhin et l’Oder. Il y a une nette identification politique des Allemands avec la Communauté européenne ; d’après un sondage récent de la Rand Corporation réalisé fin 1991, donc après le sommet de Maastricht, 59 % des Allemands plaident pour une cee qui joue le rôle de contrepoids vis-à-vis des États-Unis sur la scène internationale. Mais ils y voient d’abord une institution politique et économique dont les tâches principales sont le maintien de la prospérité économique, le rapprochement des différents niveaux de vie entre les membres de la cee et le soutien des jeunes démocraties en Europe de l’Est. Confrontés à la question cruciale et trop simple, « Approfondissement ou élargissement ? », 49 % des Allemands de l’ancienne RFA plaident pour l’élargissement, tandis que 44 % des Allemands de l’Est préfèrent « l’approfondissement » de la cee. Le plaidoyer pour l’élargissement est assez hiérarchique : d’abord les pays neutres et prospères, donc les moins compliqués tels que la Suède, la Suisse et l’Autriche, suivis de loin des nouvelles démocraties en Europe de l’Est y compris les pays baltes (tout à la fin vient la Turquie).

9La cee est donc acceptée comme modèle et règle de conduite du développement européen. Mais, toujours d’après le sondage américain cité, les Allemands hésitent à y voir – voilà une différence avec les accords politiques de Maastricht – une plate-forme de défense et de politique militaire ; leur consentement à l’Alliance atlantique reste constant et surprenant. Quand l'otan n’est pas mentionnée dans les questions de la Rand Corporation, il y a une nette préférence pour une option telle que la csce (Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe). Mais en aucun cas il n’y a de chances pour l’option de la neutralité et d’une alliance ouest-européenne sans les États-Unis.

10Cette conscience collective européenne va de pair – pour la première fois dans l’histoire de la rfa – avec un oui certes vague, mais considérable (59 %), pour que l’Allemagne assume une responsabilité accrue au sein de la communauté internationale. Le manque de zèle pour des actions de caractère militaire reste pourtant constant. On peut le critiquer comme un « hédonisme apolitique », mais c’est en fait le fruit d’une rééducation politique et civile, que tout le monde a souhaitée, et qu’un article dans le plus grand quotidien conservateur d’Allemagne vient de présenter comme la preuve d’un fait fondamental : l’Allemagne s’est définitivement tournée vers l’Occident. L’Allemagne s’est finalement « normalisée », tout en respectant les leçons de son histoire singulière. Néanmoins, il faut se garder d’un nouveau « provincialisme » dans une Allemagne aux habits cosmopolitiques ; il peut difficilement constituer un remède efficace pour empêcher les Allemands de bouder certaines nouvelles responsabilités internationales et européennes qui leur incombent depuis l’unification.

11La conscience européenne des Allemands est moins fixée sur une idée de l’Europe-Nation ; chaque peuple formant sa vision de l’Europe et cherchant son chemin vers une plateforme commune selon les critères issus de son histoire. Cette préférence pour le flou peut être considérée comme un défaut si l’on recherche l’efficacité et la rationalité institutionnelles. Mais n’est-ce pas un fondement réel pour continuer à créer une Europe démocratique, fédérale et pragmatique qui n’est pas une forteresse, mais un ensemble solidaire envers les voisins, et ne coupant pas les ponts transatlantiques ? Quoi qu’il en soit, ce n’est pas « au peuple » de trouver et de présenter les formules institutionnelles pour que l’Europe réussisse. Le problème actuel, et pas seulement en Allemagne, ne réside pas dans le débat contradictoire sur l’Europe et un certain désenchantement européen parmi quelques fractions de la population, mais plutôt dans le manque de présence des forces et des avant-gardes politiques face à ce débat, et dans leur incapacité évidente à le guider, à expliquer, à anticiper, à mettre en scène une « pédagogie européenne » convaincante.

12L’Europe, cela a été longtemps un « machin » qui allait de soi. Il ne fallait plus expliquer et convaincre, le succès était sa meilleure publicité et les « experts » se chargeaient du reste. Ceci a profondément changé avec la disparition de la division de l’Europe ; le retour à l’Occident des pays de l’Est met tous les Européens, pas seulement les Allemands, dans la position et la nécessité de repenser les paramètres politiques et institutionnels de la construction européenne. Cela ne veut pas dire revenir sur les décisions de Maastricht, mais travailler plus sur la rencontre entre les accords de Maastricht et l’acceptation publique. Cela veut dire aussi combler l’écart entre une « Europe bruxelloise » de plus en plus éloignée de la vie pratique des citoyens, renforcer la légitimation démocratique de la cee et éviter une politique qui réserve les solutions négatives, surtout aux yeux des contribuables et des consommateurs, aux instances européennes. Cela veut dire également œuvrer au profit d’une rationalisation institutionnelle des structures européennes, dont les différentes apparitions et appellations (cee, parlement européen, Conseil de l’Europe, csce, Union européenne, Confédération européenne, etc.) ont créé, aux yeux des populations, une véritable tour de Babel. Cela veut dire en dernière instance reparler du sens profond de la construction ouest-européenne pour éviter le retour des anciens principes de l’histoire de l’Europe, qui étaient équilibre et hégémonie.

13Le débat allemand se prend à ces questions, dans les pages politiques, économiques et culturelles des journaux. Effet salutaire d’une crise d’identité allemande et européenne qui permet et exige une réflexion sur l’Europe beaucoup plus publique et anticipée qu’auparavant. Une telle articulation, si cacophonique soit-elle, n’a pas seulement l’effet purgatoire que l’on connaît, elle est la condition sine qua non pour que les accords de Maastricht trouvent un large consensus au-delà d’une passion angélique, d’une réticence frileuse et d’une instrumentalisation utilitariste, dans la sérénité. Une telle constatation n’a rien de spécifique à l’Allemagne. La phrase de Jacques Jacquet-Francillon, commentant dans Le Figaro du 2 octobre 1989 les cris de joie des réfugiés est-allemands de Prague et de Varsovie, n’a perdu ni sa beauté ni son sens : « Pourquoi rejetterions-nous frileusement l’idée que ce “Heimat” ne signifiera pas demain “Europe” pour ces hommes rendus à la liberté ? Y voir un danger, au lieu d’une force nouvelle serait marcher à contre-courant de l’histoire. » Les accords de Maastricht ont déclenché un débat qui peut contribuer lui aussi à ce que le « Heimat » de chacun signifie « Europe » pour tous. À nous tous d’orienter ce débat dans la bonne direction.

II

14Bien des différends ont pesé en cette année 1993 sur le tandem franco-allemand, et les médias s’en sont fait largement l’écho. Les grandes questions de la politique européenne ont presque toutes, un moment donné, des pommes de discorde ou se prêtent du moins à des « brouilles » bilatérales. De plus, les opinions publiques des deux côtés, surtout en France, n’ont pas favorisé, la solidarité – par exemple, la « Buba » (la Banque fédérale allemande) servit facilement de prétexte aux Français, au-delà des problèmes réels qu’elle causait, pour excuser une bonne partie des problèmes intérieurs.

15Certes, pour celui qui se souvient du long passé de coopération entre Bonn et Paris, aucun des dossiers ne paraissait en lui-même assez important pour faire grincer la machine franco-allemande. Encore faut-il aussi rappeler que beaucoup de problèmes sont non seulement le résultat de contraintes communes, mais témoignent aussi paradoxalement du souci permanent de coordonner les politiques. La France a moins de problèmes avec le Royaume-Uni, par exemple, parce qu’elle cherche moins à dégager avec ce pays des positions communes. En outre, l’appareil politique de la coopération franco-allemande n’a jamais été aussi efficace qu’actuellement, la volonté politique de surmonter les obstacles restant une donnée fondamentale. Cependant, ce qui rend la crise inédite, c’est une véritable condensation de toute une série de problèmes. C’est ce qui désoriente la classe politique des deux côtés du Rhin, confrontée par ailleurs à de considérables problèmes intérieurs d’ordre social et économique.

16Ce qui complique encore l’affaire et lui donne un aspect singulier, c’est la profonde désorientation dans laquelle se retrouvent les deux pays suite au bouleversement de l’« ordre » d’après-guerre en Europe. Malgré eux, ils ont perdu leurs statut et rôle d’antan : l’Allemagne s’est retrouvée réunifiée avec une unité nationale que les uns acceptent comme le début d’une « normalisation » en Europe et dans le monde, et que d’autres considèrent comme un cadeau empoisonné ; la France se retrouve de son côté parfaitement « désingularisée », au détriment de son statut de grande moyenne puissance à part.

17Quelle nouvelle Allemagne ? Quel nouveau rôle pour la France ? Dans les deux pays règnent la même question et la même fin des certitudes d’après-guerre, sans qu’on n’ait trouvé des réponses et des nouvelles certitudes. En outre, cette même désorientation structurelle se retrouve aggravée par une même récession qui a mis fin aux acquis économiques et sociaux des dernières décennies, le printemps du marché unique s’étant transformé en automne européen.

18Ce problème de la définition du rôle respectif de la France et de l’Allemagne n’est cependant que la variante nationale d’une interrogation globale. L’Europe entière, une fois retrouvée son unité, a du mal à définir son destin politique. Tout en poursuivant son ancienne logique d’intégration, avec la création de l’Union européenne, la dynamique communautaire se trouve bloquée : en effet, les contraintes de l’élargissement d’un côté, et une nette lassitude européenne des populations concernées de l’autre, ont provoqué une « eurosclérose » préoccupante. Dans cette situation, les deux pays leaders de la politique européenne et communautaire, la rfa et la France, bien qu’ils aient joué un rôle déterminant dans l’élaboration du traité de Maastricht, n’ont toujours pas de vision commune de l’Europe, c’est-à-dire une vision concrète de ce que doit devenir le continent, des modalités de son évolution future, des limites géographiques de la construction européenne.

19Les deux pays ne sont pas non plus parvenus à une conception commune de l’organisation interne de l’Union européenne, des équilibres à établir entre composantes nationales/régionales, supranationales/communautaires, gouvernementales/intergouvemementales. Sans parler de la place de l’Union européenne dans le monde.

20Ainsi retrouvons-nous au niveau européen des clivages analogues à ceux que l’on peut constater concernant la définition de la nation. Non seulement l’Allemagne et la France ne rêvent pas de la même Europe, mais les Allemands et les Français eux-mêmes, chacun dans leur cadre national, ne partagent pas le même rêve européen.

21L’ensemble de ces facteurs de crise, à différents niveaux, entraîne la coopération franco-allemande dans un engrenage de complications rarement vécues auparavant (bien qu’il faille se garder de ce genre de qualificatif « historique »). La volonté politique est là, dans les deux pays, pour que la machine de coopération ne grince pas trop, et cette volonté est aussi remarquable que l’ampleur des problèmes ! Mais ce n’est pourtant qu’une volonté qui se borne au règlement des difficultés de la routine quotidienne, c’est-à-dire la volonté d’une administration, pas plus. Ce n’est pas la volonté d’une élite créatrice prête à renverser le cours de la bataille européenne et à passer de la retraite à l’offensive.

22Le risque que nous courons des deux côtés du Rhin pour les affaires franco-allemandes est le même que celui que nous vivons déjà pour les affaires européennes : que le consensus qui soutient la machine franco-allemande se brise de la même manière que s’est brisé le consensus européen autour de la machine euro-communautaire. Tant qu’il est à la mode d’être « franco-allemand », nous vivons encore dans le meilleur des mondes entre Paris et Bonn. Mais gare lorsque les adversaires de l’intégration européenne commenceront à s’en prendre au Traité de l’Élysée, quand les nostalgiques de la Nation se révolteront contre le tandem Paris/Bonn. Une telle révolte ne prendra pas forcément la forme d’une « phobie » de l’un contre l’autre. La mise en question la plus dangereuse, car véritable poison doux, sera le plaidoyer pour une « division des responsabilités » entre Paris et Bonn/Berlin : à la France le Sud et la Méditerranée, à l’Allemagne l’Est (et le Nord ?). Non seulement un tel argument méconnaîtrait toute une histoire contraire à une division de travail aussi simpliste que fausse, mais en plus, elle ne ferait que réveiller certains démons de l’histoire récente européenne et franco-allemande.

23Une mise en question de l’esprit de l’Élysée (ou de Reims où de Gaulle et Adenauer avaient célébré leur messe de réconciliation), à la manière de la contestation du traité de Maastricht, serait d’autant plus néfaste que le tissu franco-allemand est beaucoup plus fragile qu’on ne le pense. Regardons de près dans nos institutions, partis, groupes, entreprises, etc. et comptons les personnes à parler vraiment la langue de l’Autre, à connaître vraiment la culture, l’histoire et la civilisation de l’Autre, à comprendre vraiment l’héritage commun de notre destin politique. Ils ne sont pas nombreux, ni vip ni vrp, en tout cas pas assez pour contrebalancer une éventuelle dégradation de l’esprit du traité de l’Élysée.

24Certes, il pourrait parfois être tentant de vouloir compter les amis en période de tempêtes, pour renforcer l’esprit de résistance. Mais nos acquis sont trop précieux pour les mettre en péril avec de tels motifs. Il ne faut pas seulement serrer les rangs, il faut surtout les élargir. Il nous faut recréer un esprit d’union franco-allemande qui puisse faire face à une dégradation de la coopération européenne.

25Il est bien beau de saluer les identités tribales en France, en Bavière, en Wallonie, etc. Mais n’oublions pas que, dans le passé, nous avons payé cher nos « tribalismes », et n’oublions pas non plus que l’Europe, au niveau mondial, n’est qu’une tribu. Comme l’a dit Paul Valéry lors d’un entretien avec des physiciens, à l’Université de Strasbourg, à propos de l’esprit européen fin 1918 : « Cela se complique, cela devient intéressant. »

Notes

1 Dans la philosophie de M. Genscher, ces deux composantes ne sont pas dissociables.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search