Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Troisième partie. Dans le miroir de l'autre

11. Pour une Ostpolitik franco-allemande

Note de l’éditeur

Ce texte reproduit la contribution de l’auteur au colloque « Malentendus franco-allemands », journée de réflexion organisée par la Fondation Saint-Simon à l’hôtel Lutétia, à Paris le 7 octobre 1989. Le texte n’ayant pas trouvé à l’époque l’écho voulu (40e anniversaire de la rda), il n’a pas alors pu être publié. L’ambassadeur d’Allemagne de cette époque était lui-même parmi ceux qui contestaient l’analyse de l’auteur à propos d’une fin possible de la rda et d’une éventuelle unification allemande.

Texte intégral

  • 1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir 1, Le Renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970.

Ainsi serait garantie la sécurité de tous entre l’Atlantique et l’Oural et créé dans la situation des choses, des esprits et des rapports un changement tel que la réunion des trois tronçons du peuple allemand y trouverait sans doute sa chance1
Charles de Gaulle

1. pressentiments

I

  • 2 Alain Minc, La grande illusion, Paris, Grasset, 1989, p. 35-36.

1S’il y a un domaine où toutes sortes de malentendus franco-allemands sont plus ou moins focalisés, c’est bien celui d’Ostpolitik. Sans trop m’avancer ici dans le champ des craintes françaises, généralement ressenties du côté ouest-allemand – à tort ou à raison –, comme de simples projections franco-parisiennes sur l’Allemagne occidentale, je me bornerai à citer un exemple. Tirée d’un bestseller français, cette citation révèle une grande illusion, car elle propose au lecteur un véritable conglomérat d’associations diverses allant de la forêt allemande à Rapallo : « L’amour de la nature mène à la haine du nucléaire, celle-ci au pacifisme et celui-là au découplage. Voilà comment une société civile démocratique devient par sa vitalité même le meilleur allié de l’Union soviétique, le seul pays sans vraie société civile2. »

  • 3 Article tiré de la revue Gegenwart, cité dans Documents, no 2/3, février/mars 1953, p. 116.

2Je cite ce passage sans faire de procès d’intentions à l’auteur, avec lequel je ne suis pas d’accord, et dont les propos et conclusions en vue d’un « banco franco-allemand » me rappellent cette phrase malicieuse de Benno Reifenberg de 1953 : « L’Allemagne reste toujours le foyer d’infection qui provoque la fièvre de la France. La France voudrait enfermer les Allemands en Europe, comme dans une cage. Mais, pour y parvenir, il faudrait qu’elle s’y enfermât aussi. Car on ne peut trouver l’Europe que là où la France et l’Allemagne vont la main dans la main3. »

  • 4 Voir mon analyse plus approfondie « Du rôle des grandes incantations. Point de vue allemand à parti (...)

3L’Europe comme arrière-pensée ? Cette idée n’est pas si mauvaise, et Paul Valéry ne devait pas avoir tort lorsqu’il disait que les seuls traités valables sont conclus avec des arrière-pensées. Tout le problème serait donc de discerner les arrière-pensées ici en cause. En passant rapidement en revue certains clichés et préjugés français concernant le voisin ouest-allemand, on risque d’être pris de vertige face à un océan de contradictions4. Récapitulons quelques-uns de ces cauchemars français.

4Si les uns souffrent du proatlantisme ouest-allemand, les autres conjurent l’antiatlantisme du voisin d’outre-Rhin. Ce qui apparaît aux uns comme un mondialisme économique désengagé vis-à-vis de l’Europe se révèle être pour les autres le recentrage des exportations ouest-allemandes sur la Communauté européenne. Pour les uns, c’est l’hégémonie de la rfa sur la cee (désormais ue), pour les autres son découplage de la cee, son hégémonie sur la Mitteleuropa, sa dérive vers les plaines de l’Est. Les uns sont traumatisés par la vision d’une Allemagne unifiée comptant 60 plus 17 millions d’habitants créant à ce titre un déséquilibre en Europe, les autres craignent plutôt une Allemagne dont la population chuterait à 38 millions en l’an 2030 à cause du déclin démographique. Les uns sont tourmentés par l’image d’une rfa décadente minée par le doute, le pacifisme, un nouveau laxisme et l’hédonisme, les autres craignent une rfa heureuse et dynamisée, sûre d’elle-même, renforcée par des millions de réfugiés. Si les uns ont souffert du manque d’Ostpolitik de la rfa, les autres s’inquiètent de son Ostpolitik tout court.

5J’arrête là cette liste qui pourrait être beaucoup plus longue. Ce qui complique parfois la perception du problème, c’est que ce sont les mêmes personnes, à intervalles réduits et réguliers, parfois même simultanément, qui expriment ces cauchemars si contradictoires. Mais ne vaut-il pas mieux exprimer certains cauchemars que de les refouler ? Il faut en débattre et les surmonter en commun. En tout cas, nos exemples arbitraires montrent que « l’esprit cartésien » peut aussi être tourmenté de la même manière que « l’âme allemande ». Ceci est compréhensible tant l’objet qui nous occupe et nous préoccupe se révèle être compliqué.

  • 5 Robert Aron, « Unité allemande ou fédéralisme », La NEF, no 22, septembre 1946, p. 46-56, p. 46.

6L’Allemagne se retrouve là où elle est depuis ses origines : au centre de l’Europe, entourée de voisins, venue un peu trop tard pour prendre place dans le concert des nations modernes, toujours à la recherche d’elle-même car – d’après une phrase de Robert Aron écrite en 1946 : « Contrairement à l’homme français qui a été fait par la patrie française, l’homme allemand, par une opération inverse, a dû fabriquer et doit sans cesse refabriquer sa patrie5 » Tout le problème ne réside-t-il pas là ? Ou l’Allemagne dérange par son existence même, qui risque de créer un déséquilibre, ou elle dérange par sa non-existence, qui ne risque pas moins de provoquer un déséquilibre.

II

7Ce problème semblait résolu avec les conséquences de « Yalta ». L’Europe fut divisée en deux, deux États allemands furent soigneusement ancrés dans leur partie respective, l’un braqué contre l’autre, comme l’était l’Europe tout entière. Pour le premier, la rfa, cet ancrage a signifié une transformation profonde de la société civile et de la culture politique en une démocratie dite de type occidental. Ce fut un processus plus complexe et plus douloureux qu’on ne le pense souvent et une réalité quotidienne dans le sillon de l’intégration ouest-européenne du même type. Pour l’autre État, la rda, l’ancrage dans son propre monde a pris la forme d’une identité non moins complexe, mais assez artificielle et superficielle. Pour sa population, le slogan « go west » est resté et devenu beaucoup plus qu’une marque de cigarette.

8Une situation s’était donc installée dans l’Europe entière qui, dans l’optique de l’histoire européenne millénaire, paraissait d’autant plus absurde qu’elle servait en même temps de garant à la stabilité, à la « non-guerre » et à une nouvelle normalité. Qui aurait pu imaginer une telle évolution ? Pas même ceux qui en France, avec en tête le souvenir de la division de leur pays en une zone occupée et une zone non occupée, rêvaient d’un démembrement total du voisin allemand. À l’époque, Maurice Duverger, l’un des rares partisans français de l’unité allemande, essayait de faire comprendre à ses compatriotes une situation qui commençait à se stabiliser et qui n’en paraissait pas pour autant moins absurde :

  • 6 « Une seule Allemagne », Le Monde, 12 avril 1949.

Supposez que la France soit coupée en deux par une frontière allant de Nantes à Genève, qu’un État du Sud y soit constitué, absolument séparé du Nord ; que cependant une dizaine d’arrondissements de Paris soient placés sous la juridiction de l’État du Sud, unis seulement à lui par une communication aérienne et ravitaillés par cette seule voie : vous jugeriez qu’une telle division est absurde, qu’une situation pareille est intolérable ; et si quelqu’un prétendait la consolider et la pérenniser vous auriez des doutes sur son équilibre mental. Or ce n’est qu’une transposition fidèle de la solution qu’on prétend apporter aujourd’hui au problème allemand6.

  • 7 Alain Clément, « Les Allemands ne croient plus à Rapallo », Le Monde, 7 mai 1949.

9Nous savons tous que ce fut cette même « solution du problème allemand » qui s’est consolidée par la suite. La pérennité est là. Elle a pu intervenir, non seulement parce qu’elle était voulue par ceux qui entendaient cerner leurs chasses gardées européennes respectives, mais encore parce que la solution satisfaisait à sa manière les aspirations de ceux qui préféraient deux Allemagnes à une seule. Cependant, elle a surtout pu s’installer parce qu’au fond, les Allemands des zones occidentales ont eux-mêmes volontairement fait – certes sans enthousiasme, mais avec conviction – un choix historique : ils ont préféré la liberté à l’unité nationale de type classique et ont de cette manière rejeté en majorité toute tentation de « Rapallo », comme le relatait le correspondant du Monde à Francfort le 6 mai 19497. Mais ne nous trompons pas sur le fond : ce choix n’a jamais signifié un accord de principe à une véritable division organique absurde, que ce soit du corps allemand ou du corps européen.

10En se prononçant pour l’Occident et contre la tentation d’un double jeu puéril entre l’Est et l’Ouest au risque de perdre son premier printemps démocratique, les Allemands des zones occidentales ont pourtant espéré que la division de l’Europe en deux parties, y compris de leur nation au centre du continent, ne serait qu’une parenthèse dans l’histoire, et tout un chacun les a confirmés dans cette option. Pour mieux comprendre et ne pas se résigner à un fatalisme historique, il leur a parfois fallu certains coups de main amicaux. Il leur a par exemple fallu un grand Français ne cessant de porter l’appel de l’Est à Bonn pour que la rfa ne s’enferme pas sur un balcon ouest-européen donnant sur l’Atlantique risquant d’approfondir la division européenne et allemande, pour que ces Allemands de l’Ouest comprennent que l’intégration ouest-européenne et atlantique ne doit pas forcément être un ghetto occidental et que l’identité européenne, y compris allemande, ne s’arrête pas à l’Elbe.

11Cette Ostpolitik d’abord française, puis ouest-allemande, ouest-européenne et atlantique, n’a pas seulement aidé à redessiner l’identité européenne et à rappeler aux Allemands de l’Ouest que les pères fondateurs de l’Europe, sur les ruines même de la Deuxième Guerre mondiale, n’avaient jamais conçu une Europe amputée de son autre moitié. Elle a aussi contribué à changer profondément la culture politique en rfa, en réconciliant les jeunes générations contestataires avec leurs gouvernants, leur offrant la chance d’un nouveau dialogue. Elle a surtout, à long terme, contribué à rapprocher les deux Europes et les deux Allemagnes et, par des effets divers et complexes, à changer le climat politique et humain dans les pays de l’Est. Elle a ainsi contribué à refaire l’identité de l’Europe centrale dont François Mitterrand disait, dans une interview accordée le 23 novembre 1988 à Libération, qu’elle a toujours été l’Europe centrale : « Y a-t-il une ville plus européenne et plus centrale que Prague ? »

  • 8 Cf. Jean-Paul Picaper, « Le triomphe de Genscher », Le Figaro, 2 octobre 1989, et Luc Rosenzweig, « (...)

12Les changements intervenus en urss depuis 1985 ne se sont pas révélés comme un piège de propagande. En Pologne et en Hongrie ils ont conduits à un point de non-retour toléré par une Union soviétique elle-même prise dans une tempête de réformes, et à laquelle on a vite reproché, parfois en cachette, de ne pas intervenir en Roumanie. Le « genscherisme » jusqu’ici suspect n’est plus à la une. La parole est maintenant à la « méthode Genscher », dont on souligne dans les journaux parisiens le « triomphe »8 Le rapprochement des deux Europes tant souhaité et souligné, notamment par le président Mitterrand qui le mentionnait dans tous ses grands discours de politique extérieure, est devenu un fait accompli. Mais ce rapprochement ne s’est fait ni par la dérive de l’Europe occidentale vers l’Est, ni par une dérive ouest-allemande comme la cheville ouvrière d’un « Munich européen ». Elle s’est faite – et ceux qui avaient toujours gardé l’esprit serein l’avaient prédit – par une spectaculaire dérive de l’Est vers l’Ouest : l’Europe centrale fut reconstituée, non pas par cette « Mitteleuropa allemande » sur laquelle spéculaient tant de spécialistes franco-parisiens, mais tout simplement par les Européens de l’Est qui ont commencé à rejeter eux-mêmes le statu quo. L’Europe de l’Est et du centre s’est ainsi repositionnée. Un défi et une chance énorme s’offre à l’Europe de l’Ouest pour développer une Ostpolitik dont le vocable pourrait, un jour proche, perdre son ancienne signification et devenir une politique tout simplement européenne.

III

  • 9 Voir mon article « Mitterrands weltpolitischer Bauplan. Das gemeinsame Haus : die Gallizisierung ei (...)

13Le président Mitterrand, par exemple, a relevé ce défi en demandant à la France de devenir « le grand architecte d’une maison commune européenne ». Il l’a fait dans des termes qui lui sont propres et qui font honneur à son nom, dont la transformation en idéogrammes chinois signifierait : « énigme parfaitement claire »9 A l’Élysée, la maison commune n’est plus interprétée comme un piège soviétique ou un mirage allemand, mais elle est devenue un concept de la nouvelle Ostpolitik française. Comme jamais dans le passé, celle-ci renoue avec le grand dessein gaulliste des années soixante, mais elle attend encore avec impatience son interprétation et sa mise en pratique franco-allemande.

  • 10 Voir par exemple le sondage IFOP de juin 1989 (Le Monde, 4 juillet 1989) : À la question « La réuni (...)

14Il y a donc, depuis dix-huit mois, une nette convergence franco-allemande dans le domaine de la politique vis-à-vis de l’Est. Et l’on peut même constater que, depuis un an, les voix françaises alarmistes qui craignaient une dérive ouest-allemande vers l’Est ont nettement diminué. Les quelques observateurs qui guettaient, véritable idée fixe, les signes du prétendu « Drang (allemand) nach Osten » font finalement cavalier seul dans un paysage politique où la compréhension constructive pour la situation interallemande a fini par l’emporter. Quelle évolution heureuse de l’opinion publique et politico-médiatique, qui ne fait que confirmer l'attitude de la France « silencieuse », telle qu’elle apparaît à travers de nombreux sondages portant sur l’opinion des Français sur l’urss, son voisin d’outre-Rhin et la « question allemande » : une majorité croissante ne craint plus ni l’urss, ni l’Ostpolitik de Bonn ni même la perspective d’une seule Allemagne10

15Convergence objective donc sur un sujet qui, dans le passé, a toujours consisté en un chapitre assez épineux. Mais y a-t-il pour autant une politique, une action commune de Bonn et de Paris vers l’Est ? Je ne vais pas jusqu’à parler d’une Ostpolitik « franco-allemande », idée utopiste tant qu’il s’agit de deux États, voire de nations différentes avec des intérêts pas toujours identiques. Mais parlons tout simplement d’une action qui prolonge la convergence objective. Certes, il y a les consultations plus ou moins rituelles. Il y a même certains gestes symboliques dont je ne veux pas contester les bonnes intentions, tels que ce plan d’une ambassade commune dans les steppes asiatiques, à Ulan Bator – malheureusement le dossier semble bloqué au Conseil d’État – ainsi que l’intention de Madame Süssmuth et Monsieur Fabius de se rendre ensemble à Moscou, respectivement à titre de présidente du Bundestag et de président de l’Assemblée nationale. Mais au-delà, que se passe-t-il ? Si l’on prête l’oreille, au Quai d’Orsay comme au Auswärtiges Amt, à la chancellerie et à Matignon, à quelques décideurs sincères prêts à parler franchement, force est de constater que les rites et gestes dissimulent mal un grand malaise : on attend encore une véritable démarche commune. À chacun de dire son « oui, nous voulons bien mais les autres n’en veulent pas... », à chacun sa dose de frustration poliment cachée.

  • 11 « Les États-Unis et l’Allemagne », Le Monde, 23 avril 1949.

16Je ne veux pas insister ici sur les responsabilités qu’engendrent un tel blocage et un tel décalage entre les paroles et l’action. Mais je tiens à insister sur la nécessité et sur l’urgence même d’une démarche commune qui bien sûr respecterait les intérêts de chacun. Que la rfa comprenne et respecte les craintes françaises pour l’équilibre européen, équilibre dont le fonctionnement est lié à la position géographique de l’Allemagne, qu’elle cultive sa compréhension pour le juste fondement historique d’une méfiance formulée jadis, en 1949, par le médiéviste Étienne Gilson : « L’opposition contre une Allemagne trop puissante est une des bases de la politique française11 » Mais que la France ne reste pas clouée à un mode de pensée politique qui reste soumis au calcul formel de la balance of power des siècles, des dynasties et des puissances nationales classiques. Qu’elle ne sous-estime pas la transformation profonde ni de la société civile allemande née, espérons-le, des cendres d’une dernière guerre totale, ni de l’Europe occidentale tout entière dont la rfa fait aujourd’hui partie intégrante. Et que Paris ne se montre pas schizophrène dans son propre discours politique sur les droits de l’homme, l’auto-dermination et la démocratisation en Europe centrale – pour ne citer que quelques exemples : on ne peut prêcher la maison commune européenne fondée sur les valeurs universelles de 1789 et réserver en même temps aux Allemands, au sein de cette même maison, un appartement bien spécial dont l’architecture ressemble plutôt à celle d’une Realpolitik à la Metternich, voire à la Bismarck.

17Ce dont nous avons d’urgence besoin aujourd’hui, c’est d’une réflexion qui aboutirait à une politique cohérente vers l’Est, une marche commune vers la maison commune européenne et, liée à cela, à une tentative commune de trouver une solution à la « question allemande ». Nous sommes témoins d’un changement fondamental en urss et en Europe centrale. Le règlement de l’après-guerre dans lequel nous étions habitués à voir un statu quo définitif vit ses dernières heures. Nous sommes témoins, mais sommes-nous encore acteurs ?

18En quelque sorte, l’ancienne Ostpolitik occidentale ne s’éclipserait-elle pas devant la nouvelle Westpolitik de certains pays de l’Est, notamment de la Pologne et de la Hongrie, qui s’ouvrent vers l’Ouest ? L’Ouest semble être dépassé par ce changement de paradigme politique et sa réaction fait penser à celle d’un individu qui voit brusquement se réaliser ses désirs longtemps chéris sans être préparé, et se montre par conséquent incapable de s’en réjouir et d’en profiter. Ce qui est vrai pour la situation européenne globale ne l’est pas moins pour la question allemande.

IV

19L’écroulement rapide du statu quo n’est pas sans conséquences pour cette nation divisée en deux États, dont l’un reste dirigé contre l’autre. Certes, l’Allemagne orientale est restée, au moins jusqu’à ce jour, un vase clos post-stalinien qui refuse le changement au sein même d’un monde en transformation. Mais sa société civile a changé. Dans son for intérieur et dans les rangs de sa jeunesse, elle s’est beaucoup plus « occidentalisée » qu’on ne l’aperçoit au premier abord. C’est surtout le mouvement brusque des réfugiés est-allemands en Hongrie, à Prague et à Varsovie qui a donné à cette question allemande une nouvelle dimension humaine que nos conceptions de normalisation et de stabilité européenne n’avaient pas prévue. La rfa elle-même, sa classe politique – soucieuse de ne pas déranger l’équilibre européen donc interallemand, ou si l’on préfère l’équilibre interallemand donc européen, et de ne pas effaroucher nos voisins – fut surprise par cet exode et par son contenu politique. Nous avons tous fait le calcul politique sans penser aux surprises dont l’histoire reste riche.

20À Leipzig, Dresde, Berlin-Est, à Prague, à Budapest et à Varsovie, s’est mis en mouvement un flux humain qui ne respecte plus les subtiles règles politico-diplomatiques établies par les chancelleries de l’Ouest et de l’Est. Le changement du climat et des structures politiques en Pologne et en Hongrie, sans mentionner l’urss, ainsi que l’ouverture du rideau de fer à la frontière austro-hongroise, ont mis le système politique de la rda dans une situation qui contraste de plus en plus avec le changement intervenu en profondeur dans sa société civile, notamment au sein de sa jeunesse. Ce que les sociétés occidentales avaient vécu à leur tour dans les années 1960 sous le sigle simplificateur de « mai 68 », comme conséquence de leur propre décalage entre la pétrification politico-étatique et la mutation de la société, la rda devait le vivre à sa manière sous le signe du socialisme d’État, ce qui risque de menacer son identité même, étant donné qu’elle n’a pas réussi à en créer une autre en dehors de ce type de socialisme. Plus l’incapacité de ses élites politiques de laisser vivre et d’intégrer les aspirations des nouvelles générations sera grande, plus le choc et l’exode seront importants. Ceci se révèle être d’autant plus vrai que le monde est-européen change radicalement autour de la rda.

21Ces hommes, femmes et jeunes Est-Allemands qui campaient dans les ambassades ouest-allemandes à Prague et à Varsovie, et qui ont traversé la frontière austro-hongroise ne pratiquent-ils pas à leur manière ce « plébiscite de tous les jours » dont parlait jadis Ernest Renan pour définir la « nation » ? En chantant dans le jardin du palais Lobcovisc à Prague l’hymne national ouest-allemand, « unité et droit et liberté pour la patrie allemande », n’ont-ils pas balayé d’un simple mouvement physique toutes les théories sur la constitution de deux nations différentes et de deux consciences nationales divergentes ? Et ceux qui restent, afin de transformer la vie chez eux, ne changent-ils pas ainsi à leur manière et à long terme plus radicalement encore le statu quo interallemand ?

V

  • 12 « L’autre Europe », Le Monde, 6 juillet 1989.

22Sommes-nous prêts à relever ce défi ? « Nous », cela ne signifie pas seulement les Allemands de l’Ouest mais aussi les Français et les autres Occidentaux, c’est-à-dire la communauté ouest-européenne tout entière. Et ce « nous » exclut toute voie séparatiste allemande que rejette la grande majorité des Allemands de l’Ouest qui a compris que son sort est intimement lié à celui de l’Europe, que sa vie est une vie européenne. Mais entendons-nous bien : ce « nous » refuse de voir une contradiction entre la volonté de réaliser et de vivre une intégration de la communauté européenne orientée au-delà de la séparation de l’Europe et celle de vivre une intégration de la communauté allemande à l’intérieur de cette Europe. Ce « nous » refuse de voir une contradiction entre la volonté de rapprocher d’une part les deux Europes et de l’autre les deux parties séparées de la nation allemande. S’il s’agit dès aujourd’hui « d’effacer Yalta, c’est-à-dire non pas d’accrocher un morceau d’Est à l’Ouest, mais d’effacer la division de l’Europe », comme a écrit l’éditorial du Monde12 il ne se révèle guère possible par conséquent d’exclure l’Allemagne d’une telle vision.

23La rfa est loin de vouloir déstabiliser la rda. Elle a même tout fait, et elle continue à le faire, pour ne pas la déstabiliser : sans son apport économique et financier, l’Allemagne orientale irait beaucoup plus mal. On reproche ainsi souvent à la rfa de refuser de reconnaître la rda comme pays « étranger », ce qui supprime les barrières douanières, ce qui fait de la rda une sorte de membre indirect de la cee. Que faire cependant si cette rda continue à se déstabiliser d’elle-même ? Que faire si les populations ne suivent plus la « raison d’État interallemande » ? Que faire si la stratégie à long terme, dite du « changement par le rapprochement et dans la stabilité (européenne) » mise en avant par l’Ostpolitik de Bonn, finit par être dépassée par un rapide changement à l’intérieur de la société est-allemande ? Les conséquences politiques d’un tel changement ébranleraient l’identité même de ce « premier État socialiste sur le sol allemand » (étiquette officielle de la rda).

24Ni la rfa, ni la France, ni aucun autre voisin européen, ne sont prêts en ce moment à relever ce défi et à développer une perspective politique pour l’Europe. Les Allemands de l’Ouest ont peur eux-mêmes de troubler le concert des nations européennes – y compris cette amitié franco-allemande dont le secret serait, selon l’historien allemand Golo Mann, la division de l’Allemagne. En outre, ils sous-estiment largement la valeur réelle de leur propre société civile qui n’est précisément plus celle du badigeonnage démocratique des années 1950. Cette dernière exerce aujourd’hui un impact silencieux, pacifique et efficace sur la rda. Cet impact ne serait-il pas le garant même d’une transformation pacifique de l’Allemagne orientale et d’une ouverture de l’Europe occidentale vers ces terres outre-elbiennes et dont le prolongement au-delà de l’Oder connaît déjà aujourd’hui une ouverture qui dépasse tous les espoirs d’hier ?

25Existe-il un danger de recentrage et de repositionnement de la rfa au centre de l’Europe comme le craignent certains experts du « Drang (allemand) nach Osten » ? Quelle absurdité d’interpréter la dérive de l’Est vers l’Ouest comme un mouvement inverse. Et quel manque d’imagination politique que de voir dans un repositionnement de l’Europe tout entière un simple repositionnement allemand ! Au lieu de pleurnicher sur le statu quo menacé et de craindre une Allemagne « trop puissante », mieux vaudrait placer ses espoirs dans un élargissement de la démocratie à l’Allemagne tout entière et faciliter en outre l’ouverture d’une Pologne démocratique à l’Europe occidentale, créer par là même le cadre d’une vraie réconciliation entre Polonais et Allemands, sans laquelle l’Europe ne trouvera jamais de paix civile. Au lieu de continuer à penser l’Europe et l’Allemagne en termes de balance of power du XIXe siècle, comme si ni l’Europe ni l’Allemagne n’avaient changé depuis 1945, il vaudrait mieux se réjouir d’une chance inouïe : l’architecture d’une Europe entièrement pacifiée, la réalisation d’une communauté démocratique européenne dont le peuple allemand uni et au complet ferait partie intégrante.

26Pourquoi ne pas plutôt se féliciter du retour de pays tels que la Pologne et la Hongrie, et pourquoi pas un jour l’Allemagne orientale, la Tchécoslovaquie et d’autres pays de l’Europe centrale et de l’Est – tous authentiques terres de culture européenne, dans l’entité européenne en tant que communauté de valeurs occidentales ? La redécouverte française du Maghreb, son engagement en Afrique francophone, son action pour la Francophonie à l’échelle mondiale ne se sont pas traduits par une dérive de la France vers l’Afrique, voire vers le monde. Ceci ne l’a pas empêché d’approfondir son engagement en faveur d’une intégration européenne accrue. Nous autres voisins en Europe ne pouvons que nous en réjouir, car les engagements spécifiques de la France nous servent d’intermédiaire. Il faut citer par exemple ceux de l’Espagne ou du Portugal, véritables ponts vers les autres cultures latines de ce monde. Cette spécificité n’empêche pas ces pays de s’engager avec acharnement dans la bataille pour une Europe intégrée.

  • 13 Se référer à mon article « L’histoire et l’avenir des politiques respectives à l’égard des pays de (...)
  • 14 « Un pont entre l’Est et l’Ouest », Le Monde, 13 juin 1989.

27Je ne veux pas faire un procès d’intention à ceux qui ne suivent pas ma démarche. Je ne souhaite pas jeter la pierre à ceux qui repoussent l’idée d’une Ostpolitik dans le contexte d’une Allemagne transformée, d’une Europe centrale à la recherche d’elle-même et qui tient finalement compte des intérêts et des craintes légitimes de nos deux pays respectifs13 Mais l’Allemagne n’est pas la seule à avoir changé. La France aussi, et elle commence à développer à l’égard de son voisin des idées autres que celles qui continuent à prolonger certains cauchemars de l’Histoire. Daniel Vernet a salué dans Le Monde la chance pour la France de profiter de l’Allemagne comme « un pont entre l’Ouest et l’Est14 ». Et à Jean Boissonnat de dissiper bien avant les événements actuels certaines craintes classiques implantées rive gauche et de réhabiliter une Allemagne dont la transformation profonde passe aujourd’hui trop souvent comme une chose banale :

  • 15 « Quelle Allemagne ? », La Croix, 18 avril 1989.

Il est vrai, en revanche, que la déstabilisation – probablement durable – de l’Europe de l’Est, replace l’Allemagne au centre de notre continent. Faut-il le regretter ? Sans aucun doute, s’en réjouir. Il est bon pour l’ensemble de l’Europe, que la vitrine de l’Occident tournée vers un monde communiste en crise, soit celle d’un pays qui est sorti de la nuit de la misère et du totalitarisme. Si un pays incarne la non-fatalité en histoire, c’est bien l’Allemagne. On peut relever ses ruines. Elle l’a fait15.

  • 16 « Liberté et patrie », Le Figaro, 2 octobre 1989.

28Et écoutons Jacques Jacquet-Francillon qui, dans Le Figaro, commentant les cris de joie des réfugiés de Prague et de Varsovie au moment de leur départ : « Pourquoi rejetterions-nous frileusement l’idée que ce “Heimat” ne signifiera pas demain “Europe” pour ces hommes rendus à la liberté ? [...] Y voir un danger, au lieu d’une force nouvelle [...] serait marcher à contre-courant de l’histoire16. »

VI

  • 17 Publié dans Politique étrangère, no 6, 1967, p. 519-541. Voir le commentaire « Frankreich und die d (...)

29Au lieu de remuer le mélange connu des malentendus franco-allemands, mettons-nous donc à l’œuvre afin de faire converger les nouvelles idées qui s’expriment des deux côtés du Rhin et de la Sarre. Relevons ensemble de leurs ruines les autres parties de l’Europe. Bien avant l'Ostpolitik ouest-allemande, en 1967, le Centre d’études de politique étrangère à Paris, prédécesseur de l’actuel Institut français des relations internationales (ifri), avait essayé de lever certains tabous de la question allemande en imaginant quelques hypothétiques « modèles de sécurité pour l’Europe » qui allaient jusqu’au projet concret d’une confédération allemande17 N’insistons pas sur les détails de cette réflexion qui baignait dans une politique extérieure gaulliste riche en visions courageuses et vigoureuses vis-à-vis du destin d’une Europe allant « de l’Atlantique à l’Oural ». Insistons toutefois sur une heureuse initiative française qui, à l’époque, n’avait trouvé en rfa qu’un écho discret et timide mais qui devrait aujourd’hui servir d’exemple à une réflexion et à une démarche franco-allemande sur le destin de l’Allemagne et de l’Europe entières.

30Au lieu de faire des procès d’intention, cultivons réflexion et démarche commune dans le sens des propos de Daniel Vernet et de Jean Boissonnat. Allons au devant d’un règlement de paix en Europe qui n’aurait plus pour seule signification celle de la simple non-guerre. Dans cette démarche, ne pensons pas seulement dans le court terme où l’Allemagne a été un danger pour l’Europe mais souvenons-nous aussi de cette Allemagne qui jadis, en 1715, avait inspiré un Français, l’abbé de Saint-Pierre, pour un projet d’union européenne. Son argument principal avait de quoi faire réfléchir : pourquoi l’Europe ne s’unirait-elle pas, puisque les pays allemands se sont jadis unis pour constituer l’Empire qui, observait-il, dure depuis six cents ans ? En effet, aux yeux de l’abbé de Saint-Pierre, le modèle d’une Europe unie se trouvait dans ce qu’il nommait tantôt « le Corps germanique », tantôt la « Société germanique », véritable fédération entre faibles et forts, dont le fonctionnement était assuré par le respect d’une convention et le recours à l’arbitrage permanent dans chaque cas litigieux. Ce fut d’ailleurs Étienne Gilson, de l’Académie française, qui rappela en janvier 1949, à l’heure de l’établissement de ce statu quo qui vacille aujourd’hui, cette vision française d’un prolongement européen de l’Empire germanique. Sa conclusion en vue d’un règlement de paix entre l’Allemagne et l’Europe :

  • 18 « L’Allemagne et l’Europe », Le Monde, 27 janvier 1949.

Victorieux, Hitler eût annexé la France, et pas un des Allemands qui crient aujourd’hui à la persécution n’eût élevé la voix pour protester. Nous voulons au contraire une Allemagne dans l’Europe, et une Allemagne libre, mais d’une liberté qui soit européenne, comme le sera la nôtre. La sagesse seule, non la force, pourra nous la donner18

31Aujourd’hui, quarante ans plus tard, l’ébranlement de « l’ordre de Yalta » nous fait revenir en quelque sorte à une situation qui, comme après 1945, exige un effort de réflexion visionnaire et sage sur le fonctionnement de l’Europe et du rapport entre cette Europe et l’Allemagne. Mais contrairement à l’époque d’Étienne Gilson, l’Allemagne « d’une liberté qui soit européenne » est devenue une réalité – au moins pour ce qui est advenu des zones occidentales d’alors. Pour ce qui est du reste entre l’Elbe et l’Oder, et c’est sur l’Oder que s’arrête l’Allemagne d’aujourd’hui et de demain, nous assistons à des moments historiques dont les germes prometteurs sont susceptibles de faire naître des espérances communes.

  • 19 « Le destin de l’Allemagne. Une même déchirure », Le Monde, 22 février 1989.

32Depuis sa deuxième visite à Moscou, en novembre 1988, le président Mitterrand a beaucoup parlé de la maison commune européenne, il a même – je l’ai mentionné – proposé à la France d’en devenir « le grand architecte ». Ne parlons pas des grands discours sur les valeurs universelles de 1789 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française. Mais pourquoi la France officielle s’est-elle aussi longtemps tue face aux événements dramatiques qui se déroulaient dans la partie est-allemande de cette maison européenne. Pourquoi est-elle demeurée silencieuse face à l’exode massif des réfugiés est-allemands et aux mouvements contestataires en rda, sauf pour confirmer une visite officielle du président français à Berlin-Est ? La déchirure de l’Allemagne est-elle vraiment perçue dans la France officielle, ainsi que le voudrait André Fontaine, comme « une même déchirure19 » ? Pauvre François Mauriac, dont la petite phrase sur l’heureuse existence des deux Allemagnes continue, à tort, de nourrir certains soupçons allemands sur les intentions de la mère-patrie des droits de l’homme concernant le destin de l’Allemagne en Europe. Mais n’accusons pas non plus Mauriac, avocat engagé de l’Ostpolitik avant la lettre et d’une grande Europe dont la dynamique de rapprochement aurait à peine exclu l’Allemagne :

  • 20 Le nouveau bloc-notes 1965-1957, Paris, Flamarion, 1970, p. 63-65.

Nos « européens », note-t-il le 22 mai 1965, qui accusent de Gaulle de torpiller l’Europe et pour qui l’Europe c’est six nations plus l’Angleterre, feignent de ne pas voir que cette Europe-là n’est pas l’Europe, qu’ils l’amputent froidement des pays qui nous sont les plus proches par la culture et par le cœur. Entre la Roumanie et nous, entre la Pologne et nous, entre les Yougoslaves, les Tchèques et nous, pendant 20 ans un rideau de fer a pu être artificiellement maintenu par la force, il ne s’y trouve rien de comparable à ce que nous avons depuis longtemps pardonné mais non oublié : le bûcher de Rouen, le rocher de Sainte-Hélène ; et pour ce qui concerne l’Allemagne, mieux vaut se taire. [...] Me souvenant de la parole fameuse sur l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, je me disais que chez de Gaulle, ce qui apparaît quelques fois, même à ses admirateurs, comme une simplification ou une outrance, comme une boutade qu’il faut prendre au pied de la lettre, correspond en fait presque toujours à la réalité la plus évidente20

33Bien que n’étant point en tout un disciple des idées de Mauriac, je lui suis néanmoins reconnaissant d’avoir rappelé à ses compatriotes les liens profonds unissant la France à l’autre partie de l’Europe. Si ces liens dans le passé avaient servi surtout à contenir l’Allemagne ou les Habsbourg, ils pourraient aujourd’hui servir, au contraire, de pont supplémentaire, non seulement pour rapprocher les deux Europes mais aussi pour aider les Allemands à se réconcilier avec les peuples de l’Europe centrale et orientale sans provoquer leur méfiance. Ensemble, nous disposons d’un modèle politique et humain convaincant à leur offrir, celui de la réconciliation et de la coopération franco-allemandes.

  • 21 Cité dans Documents, no 10-11, oct.-nov. 1950, p. 1123 (« Des intellectuels français se prononcent (...)

34Une Ostpolitik semblable doit être améliorée. Une telle politique de la Grande Europe devrait être le meilleur garant d’une politique d’intégration européenne qui n’exclut pas non plus la voie pacifique menant à une intégration interallemande dont le but serait que l’Elbe subisse le même sort heureux que le Rhin : ne plus être une ligne de séparation mais, comme disait le poète et romancier Alexandre Arnoux en 1950, devenir « une rivière provinciale21 ». L’image d’une Elbe redevenue provinciale au cœur d’une Allemagne réconciliée avec elle-même et avec ses voisins, ne fait-elle pas partie de ce tableau de la Grande Europe qui connaîtra aussi un cours d’eau nommé Oder, devenu rivière provinciale entre Allemands et Polonais ?

35À nous, Allemands de l’Ouest et Français, de jeter en commun les bases réelles d’une telle entreprise européenne vers l’Est, d’autant plus que l’Europe n’est plus, pour reprendre la phrase de Benno Reifenberg, ressentie ni par les uns ni par les autres comme « une cage ». L’Europe est redevenue l’espace naturel de notre liberté commune, une même nécessité.

2. les nécessites communes1

  • 1 Ce texte reproduit la deuxième partie d’une conférence prononcée par l’auteur devant l’assemblée an (...)

36Alors que le Mur était tombé, qu’un large mouvement de fuite avait saisi la rda, on avait bien du mal à trouver un homme politique européen qui se serait prononcé contre l'unification allemande. Ils étaient tous pour, mais énonçaient aussitôt certaines conditions préalables : l’unité allemande n’était acceptable que dans la mesure où elle ne remettait pas en cause « l’équilibre européen ».

37Il suffit de prendre, par exemple, les grands discours et textes de François Mitterrand, dont les phrases clé ménageaient subtilement cette notion d’équilibre. Le président français n’a pas manqué une occasion de se prononcer sur le lien quasi organique existant à ses yeux entre la question allemande et l’équilibre européen et d’exprimer ainsi son souci d’y veiller. Il n’a pas non plus hésité, le 22 novembre 1988, à présenter à la télévision soviétique la France et l’URSS comme « presque toujours [...] du même côté en raison de la situation de nos deux pays [...] deux bouts de l’Europe, forces de l’équilibre qui est un des axes de l’équilibre européen », et de décrire, lors de son séjour en rda en décembre 1989, le premier ministre intérimaire de la rda, Hans Modrow, comme l’un des hommes sur lesquels allait alors reposer l’équilibre européen. Aux étudiants de Leipzig, il alla même jusqu’à conseiller de réfléchir à l’équilibre européen lorsqu’ils iraient voter.

38À écouter les discours politiques sur le nouvel ordre européen, il est difficile de ne pas penser aux hommes d’États européens des XVIIIe et XIXe siècles qui pratiquaient avec une rare finesse « l’équilibre », le « Gleichgewicht », la « balance of power », ce principe instauré par la paix d’Utrecht et caractérisé par Metternich, l’architecte de la « Sainte Alliance », comme l’intérêt commun des États à maintenir leur sécurité commune. Mais chaque pays, que cela fût la France, l’Angleterre, la Russie ou plus tard le Reich bismarckien, n’avait-il pas sa propre façon de percevoir et de définir ce qu’il entendait par équilibre européen ? L’enjeu en était la « nation tardive allemande ». L’homme d’État anglais Disraeli commenta sa proclamation en tant que Reich uni comme « une destruction totale de l’équilibre des puissances en Europe ». Nous connaissons la suite néfaste de ce jeu d’équilibre entre États nationaux concurrents et atomisés, chacun ambitionnant de s’imposer comme maître du jeu : le résultat fut finalement une Europe qui n’était plus capable de survivre à un pareil mode statique d’équilibre, de plus en plus instable, et qui se déchira, finalement jusqu’à l’épuisement, dans de sanglantes « querelles d’Allemands ». Ce qui entraîna l’intervention des deux puissances « semi-européennes » (sur le terrain européen), les États-Unis et l’Union soviétique, les nouveaux maîtres du jeu européen.

39Pourquoi ce rappel du passé pour parler du présent et du futur ? C’est qu’il faut savoir de quel équilibre il est question. Qui parle « d’équilibre européen » se doit de définir ce qu’il entend par là. Le terme ne veut rien dire s’il n’est pas mis en relation avec la nouvelle réalité acquise en Europe occidentale, depuis la guerre au moins, et qui n’a plus rien à voir avec la notion d’équilibre avancée par les cabinets diplomatiques des XVIIIe et XIXe siècles ou par ceux dont l’instrument d’équilibre n’était autre que la volonté de puissance ou la violence. La nouvelle réalité ouest-européenne est celle d’un équilibre dont le mode d’existence se fonde sur le principe et la pratique de l’intégration mutuelle, y compris une politique commune active visant à compenser les différences et les clivages qui sont des germes sérieux de conflits. Son instrument d’intégration n’est ni la puissance ni la violence mais le droit, la confiance et la légitimité démocratique. Sa base commune est la société civile, l’État de droit et une communauté de valeurs démocratiques. Ce mode d’équilibre ouest-européen évite par sa propre dynamique – peu importe les arrière-pensées de chacune des puissances intégrées – l’isolement, la discrimination et l'affaiblissement des uns par rapport aux autres. Si l’Europe a finalement pu redevenir maîtresse de son destin, n’est-ce pas grâce à cette politique d’« équilibre intégré » entamée depuis 40 ans ? Elle a aidé l’Europe de l’Ouest à surmonter ses nationalismes, à se doter d’une profonde dimension transnationale, à assurer la paix entre les nations et à donner ainsi au monde un modèle de société civile. Elle s’est relevée de ses ruines et a retrouvé un poids dans le monde qu’un pays européen n’aurait jamais pu à lui seul acquérir. Et elle a contribué à donner à la solution au problème allemand la seule structure d’accueil possible, celle d’une intégration qui a su mettre sur un pied d’égalité les vainqueurs, les vaincus et les autres, les grands, les moyens et les petits, les forts et les faibles.

40Ne soyons pas dupes : le processus d’unification allemande entraînera des problèmes sociaux et économiques à l’intérieur de l’Allemagne. Mais de façon générale, l’unité allemande aura pour résultat de renforcer l’Allemagne et d’accroître son poids politique et économique ainsi que son rôle en Europe. Faut-il le redouter ? Non, car pour la première fois dans l’histoire allemande, ce sera le poids et le rôle d’un pays républicain, d’un peuple de démocrates et d’un État fiable et intégré en Europe. C’est la différence fondamentale trop longtemps négligée par certains commentateurs qui ont du mal à percevoir la différence qu’il y a entre le Reich de 1871 et l’Allemagne démocratique de 1990. Vu les options du passé, nous avons toutes les raisons de nous réjouir de cette situation.

41Toutefois, il serait naïf de nier le changement du « rapport de forces » entre la future Allemagne et ses voisins. Et ce sont bien entendu les voisins les plus proches et les plus intimes qui seront les premiers à percevoir ce changement Envisageons donc avec la sérénité nécessaire le changement du rapport de forces internes dans les relations entre Bonn et Paris dans la perspective de l’unité allemande. Nous allons des rapports franco/ouest-allemands aux rapports – au vrai sens du mot – franco-allemands. Aucune personne sérieuse en rfa n’est enivrée par l’unité allemande au point de tenter de négliger la relation privilégiée avec la France. D’un autre côté, aucune personne sérieuse en France ne pense plus que l’unité de l’Allemagne doive conduire la France à négliger les liens que les deux pays ont su créer depuis la guerre. Au contraire. Après une période compréhensible de désorientation, la France a fini par voir l’avantage qu’il y avait à renforcer ces liens dans le cadre ouest-européen, tout en ouvrant des nouvelles perspectives vers l’Est. Tout le défi sera d’étendre ces liens transnationaux, non seulement sur le territoire est-allemand, mais dans les esprits et dans les cœurs des Allemands de l’Est.

42Si, d’après le mot de Golo Mann du début des années 1960, le secret de l’amitié franco-allemande était la division de l’Allemagne – et pourquoi en faire le reproche aux Français ? – le secret de la nouvelle amitié franco-allemande devra être l’acceptation sereine d’un nouveau rapport de forces qui sera celui de deux pays et de deux États sur un pied d’égalité : l’acceptation d’une Allemagne « normalisée », en possession de sa pleine souveraineté, et l’acceptation d’une France dont la « grandeur » ne repose plus sur le statut et les droits d’une puissance victorieuse tardive, mais plutôt sur les acquis et les succès réels d’une puissance moyenne, certes nucléaire, mais « normalisée » elle aussi.

43L’ancienne relation entre puissance tutélaire et pays protégé n’existera plus. La menace provenant de l’Est ne servira plus de ciment à l’intégration. Le retour de l’autre Europe, si longtemps « kidnappée », redéfinira à l’Ouest la morphologie européenne dont l’ancien État était celui d’un petit monde rassurant, mais inacceptable et qui a d’ailleurs cessé d’exister. Est-ce un bien ou un mal ? À vrai dire, nous n’avons plus l’occasion de nous poser la question, car l’histoire précède la réflexion. A nous d’en tirer le meilleur parti. Les conclusions qui s’imposent sont les suivantes :

  • Il faut organiser et vivre l’unité allemande pour qu’elle serve au salut de l’Europe. Ceci passera par le renforcement de la démocratie allemande et par une politique d’intégration et de non-discrimination qui évitera tout isolement de l’Allemagne future en Europe. L’organisation de l’unité allemande doit se faire sans que le vieux débat de la « balance of power » en Europe, question clé du machiavélisme et des nationalismes d’antan, ne l’emporte sur un raisonnement politique qui a laissé derrière soi la politique des petits blocs et des contrepoids.

  • Les Allemands devront avoir un intérêt fondamental à ce que l’unité allemande serve à la France. Une France victime de son complexe de déclin ne serait d’aucune utilité pour une Allemagne unie. Nul ami ne devient plus fort en affaiblissant l’autre. Seule une France forte et sûre d’elle-même peut être le partenaire généreux d’une Allemagne unifiée. Cette générosité française est d’une importance capitale pour l’Allemagne, afin que celle-ci reste sereine ; ce qui est à son tour fondamental pour la générosité de la France.

  • Il faut ménager la coopération franco-allemande de façon à ce qu’elle ait les mêmes effets salutaires pour l’Europe entière, tout comme auparavant la coopération franco/ouest-allemande a œuvré en faveur de l’Europe de l’Ouest et est devenue le moteur de l’intégration européenne. La construction d’une telle relation franco-allemande en tant que moteur de la construction européenne induit des responsabilités particulières envers les autres voisins européens. Déjà le spectre d’un « axe Bonn-Paris » invitait dans le passé plusieurs voisins plus petits à s’interroger à sa façon sur l’équilibre. Car ne l’oublions pas : la question de « l’équilibre » ne se posera pas seulement sur fond du rapport entre la nouvelle Allemagne et le reste de l’Europe, mais également sur celui de l’existence de cette superpuissance « qu’est Berlin-Paris ».

  • Les Allemands devront s’imposer une certaine réserve et résister à la tentation de mesurer les autres en fonction de leurs seules sympathies pour l’unité allemande. Une attitude contraire entraînerait une pétrification de la politique allemande. Même une Allemagne « normalisée » et souveraine n’aura pas le droit d’oublier son histoire, son double message qui consiste à être l’héritière de Goethe et d’Auschwitz. Il n’y pas de place en Allemagne pour quelque complaisance et autosatisfaction que ce soit. L’Allemagne, dont la mémoire collective et le sens des responsabilités restera intacte, deviendra ainsi le modèle de celui qui a pu se relever non seulement de ses ruines matérielles mais encore morales.

44Le noyau d’intégration germano-française ne tentera pas seulement d’étendre son esprit constructif à l’ancienne Allemagne orientale pour l’ancrer dans la construction européenne, mais aussi à ses voisins est-européens immédiats. Ceci interviendra, ou bien dans le cadre d’une intégration directe via l’adhésion à la cee – ce qui serait préférable, sur le modèle de ce qui a été proposé avec succès à la Grèce, à l’Espagne et au Portugal autrefois pour renforcer leur début de démocratisation –, ou bien dans le cadre d’une intégration indirecte par une sorte d’association à la cee, aujourd’hui UE. En dehors de cela, il n’y aura que le risque de provoquer une emprise trop allemande sur l’Europe de l’Est, avec les retombées douteuses que l’on peut imaginer, et surtout le risque d’une revitalisation des nationalismes et des « balkanismes » est-européens – ne sont-ce pas ces derniers qui ont jadis entraîné l’Europe dans sa première catastrophe, au même titre que « l’équilibre européen » déséquilibré par la « nation allemande tardive » ou par les rivalités franco-allemandes ? Voici une leçon à retenir.

45Peu importe le degré de cette intégration « élargie », elle ne pourra en aucun cas se faire au détriment des acquis de l’intégration ouest-européenne. C’est cette dernière qui a déterminé le pouvoir d’attraction de l’Ouest sur l’Est, elle restera le seul modèle d’un futur ordre de paix en Europe. Renforcer ces acquis, les approfondir, insister de façon permanente sur la responsabilité particulière germano-française dans ce processus, c’est là la meilleure garantie contre un néfaste retour en arrière vers une histoire qui faisait dire jadis au Bordelais François Mauriac : « Quand les deux morceaux de l’Allemagne seront recollés, il faudra redevenir ce lièvre qui dort les yeux ouverts. » Mauriac avait raison. Mais la raison de l’histoire subit ses propres changements, dont F. Mitterrand se fit l’interprète quand il dit : « [...] il y a quelque chose que je ne comprends pas. On raisonne comme si on était à l’époque des diplomaties de balances [...] Est-ce que nous en sommes encore là, alors que la Communauté de l’Europe a déjà quelques décennies derrière elle ? [...] Au nom de quoi accuserait-on le peuple allemand de désirer se retrouver, dès lors qu’il s’agit strictement d’un appel qui monte vers nous tous, qui vient de l’Est et qui en appelle aux valeurs qui sont les nôtres ? Bref, cette conclusion est simple, il faut tirer cette leçon qui consistera à renforcer et à accélérer la construction politique de l’Europe, seule réponse au problème qui nous est posé. » (Libération, 27 juillet 1989)

46Comment relever ce défi ? Après tant de moments mouvementés, je ne peux que souhaiter, à mon pays, aux pays voisins, à l’Europe entière, des hommes et des femmes qui ont cette qualité qu’appelle Hölderlin Heilige Nüchternheit, la sobriété sainte, propre aux hommes et aux femmes qui ont une claire conscience des tâches du jour et le sens de leur réalisation.

Notes

1 Charles de Gaulle, Mémoires d’espoir 1, Le Renouveau, 1958-1962, Paris, Plon, 1970.

2 Alain Minc, La grande illusion, Paris, Grasset, 1989, p. 35-36.

3 Article tiré de la revue Gegenwart, cité dans Documents, no 2/3, février/mars 1953, p. 116.

4 Voir mon analyse plus approfondie « Du rôle des grandes incantations. Point de vue allemand à partir d’une expérience transnationale », dans Cosmopolitique, Actes du colloque « L’Europe de la pensée, l’Europe du politique », Albi, 5-6 mai 1989, numéro spécial, août 1989, p. 41-54, et 175-177.

5 Robert Aron, « Unité allemande ou fédéralisme », La NEF, no 22, septembre 1946, p. 46-56, p. 46.

6 « Une seule Allemagne », Le Monde, 12 avril 1949.

7 Alain Clément, « Les Allemands ne croient plus à Rapallo », Le Monde, 7 mai 1949.

8 Cf. Jean-Paul Picaper, « Le triomphe de Genscher », Le Figaro, 2 octobre 1989, et Luc Rosenzweig, « Le triomphe de la méthode Genscher », Le Monde, 2 octobre 1989.

9 Voir mon article « Mitterrands weltpolitischer Bauplan. Das gemeinsame Haus : die Gallizisierung einer sowjedschen Formel », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 9 octobre 1989.

10 Voir par exemple le sondage IFOP de juin 1989 (Le Monde, 4 juillet 1989) : À la question « La réunification de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Est constituerait un grave danger politique pour l’Europe » 29 % des Français répondaient, en juin 1989, « tout à fait d’accord/plutôt d’accord » (11/18 %) (rappel 1985 : 28 % (11/17 %)), 53 % répondaient « plutôt pas d’accord/pas d’accord du tout » (20/33 %) (rappel 1985 : 49 % (15/33 %)), 18 % ne se prononçaient pas (rappel 1985 : 33 %). 44 % des Français sont d’avis que les réformes en cours en URSS « marquent un changement profond et durable dans le système socialiste soviétique », et 47 % pensent que « l’évolution actuelle de l’Union soviétique aboutira à terme à faire de ce pays une société démocratique comme celle des pays occidentaux ».

11 « Les États-Unis et l’Allemagne », Le Monde, 23 avril 1949.

12 « L’autre Europe », Le Monde, 6 juillet 1989.

13 Se référer à mon article « L’histoire et l’avenir des politiques respectives à l’égard des pays de l’Est » dans A. Brigot et al. (dir.), Défense, désarmement et politiques à l’Est, Paris, Fondation pour les études de défense nationale, 1989, Dossier no 26, p. 117-149.

14 « Un pont entre l’Est et l’Ouest », Le Monde, 13 juin 1989.

15 « Quelle Allemagne ? », La Croix, 18 avril 1989.

16 « Liberté et patrie », Le Figaro, 2 octobre 1989.

17 Publié dans Politique étrangère, no 6, 1967, p. 519-541. Voir le commentaire « Frankreich und die deutsche Frage » de Nikolaus Benckiser dans Frankfurter Allgemeine Zeitung, le 30 janvier 1968.

18 « L’Allemagne et l’Europe », Le Monde, 27 janvier 1949.

19 « Le destin de l’Allemagne. Une même déchirure », Le Monde, 22 février 1989.

20 Le nouveau bloc-notes 1965-1957, Paris, Flamarion, 1970, p. 63-65.

21 Cité dans Documents, no 10-11, oct.-nov. 1950, p. 1123 (« Des intellectuels français se prononcent sur le problème des rapports franco-allemands », p. 1123-1130).

Notes de fin

1 Ce texte reproduit la deuxième partie d’une conférence prononcée par l’auteur devant l’assemblée annuelle des Rotariens d’Aquitaine, le 19 mai 1990, à Bordeaux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search