Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Deuxième partie. En quête d'unité

10. Unité, spécificités

Texte intégral

1Ce chapitre reprend le texte d’une conférence donnée par l’auteur à Dijon, le 15 décembre 1998, à la Maison de la Rhénanie-Palatinat, sous le titre « 10 ans après, quelle identité pour les Länder de l’est de l’Allemagne ? ». Le texte est paru sous le même titre dans Documents. Revue pour les questions allemandes, no 1, 1999, p. 102-111.

2Les nouveaux Länder à l’est de l’Allemagne réunie ne cessent de confirmer leur double rôle : d’un côté celui de catalyseurs d’une nouvelle unité allemande miraculeusement réussie, toutes proportions gardées. De l’autre, leur rôle spécifique de société particulière et compliquée.

3S’il est indispensable de parler de l’aspect unitaire de l’Allemagne, tout en nuançant ses conditions de réalisation qui certes furent et sont encore difficiles, mais non tragiques, il faut aussi évoquer cette identité spécifique de l’est de l’Allemagne ; je le ferai ici à la lumière des élections spectaculaires du 27 septembre 1998, qui virent le pouvoir passer du chancelier de l’unité, le conservateur Kohl, au chancelier social-démocrate Schröder. Ce que ces élections ont bel et bien illustré, c’est que cette Allemagne de l’Est fait montre d’un caractère propre, d’un profil propre, mais d’un profil tellement flou qu’il est opportun de poser la question suivante : dix ans après, quelle identité pour les Länder de l’est de l'Allemagne ?

4Plus d’une décennie après la chute du Mur et la première fête de l’unification sous la porte de Brandebourg à Berlin, que reste-t-il de l’ancienne euphorie face au renouveau et à l’unité retrouvée, que l’on célébra à Leipzig en s’écriant : « Wir sind ein Volk », « nous sommes un peuple » ? Que reste-il du rêve de ces horizons pleins de promesses ? Ce qu’il en reste fut en quelque sorte illustré par les résultats des dernières élections : les lendemains qui déchantent à l’Est ont contribué largement à la chute du gouvernement Kohl et à l’arrivée au pouvoir de ces forces politiques qui – quelle ironie de l’Histoire – avaient manifesté en 1989 et 1990 la plus grande réticence envers l’unification allemande.

5Dès 1993, pour le troisième anniversaire de l’adhésion de l’ex-rda à la rfa, la Frankfurter Allgemeine Zeitung titrait à la une la phrase suivante : « Ce qui reste, c’est un quotidien encombrant ». C’était seulement quelques mois après que Günter Grass, critique de la Réunification dont les paroles portent des deux côtés du Rhin, eut écrit, dans son poème politique Pays de novembre : 13 sonnets, les vers suivants :

Divorcés sont le pays et les gens
Comme homme et femme après un bref mariage.
Pauvre était la moisson, riche le butin.
Ah ! La Treuhand (Agence fiduciaire) nous a plumés.
Celui qui décapite les tournesols sur un simple soupçon
Manquera de témoins, il sera pris par la meute.

6Aujourd’hui, le quotidien de ce pays est devenu encore plus encombrant : un salarié sur trois de plus de cinquante ans est au chômage ou en préretraite, c’est-à-dire qu’à l’Est, toute une génération potentiellement active est mise hors circuit. Des régions entières comptent jusqu’à 30 % de chômeurs. En 1998, dans des sondages, seule une personne sur deux se déclarait satisfaite de son sort ; un quart de la population avait le sentiment croissant d’être du « mauvais côté de la vie » ; 73 % des chômeurs se déclaraient déprimés et amers ; les plus heureux ont entre 18 et 29 ans.

7D’un autre côté, une reconstruction massive et un gigantesque transfert technique, financier et industriel de l’Ouest vers l’Est, uniques dans l’histoire européenne, ont transformé les paysages urbains de l’est de l’Allemagne. Des centres-villes historiques, tels ceux de Dresde, Leipzig, Erfurt, Görlitz, Schwerin et autres renaissent aujourd’hui à une vie nouvelle. Ainsi la ville de Görlitz, véritable perle de l’âge baroque, fut-elle sauvée à la dernière minute de la ruine ; ce qui vaut également pour Erfurt, Leipzig ou Wismar, pour ne donner que quelques exemples. Mais parlons également des fausses reconstructions ! Sont-elles vraiment nécessaires, ces innombrables tours de bureaux post-modernes et autres constructions flambant neuves qui ne trouvent pas de locataires et ne se justifient que par les déductions fiscales auxquelles elles donnent droit à ceux qui investissent à l’Est ? Faut-il vraiment démolir les jardins d’école et les transformer en chantiers de futurs bâtiments destinés aux célibataires et aux couples sans enfants ? Faut-il vraiment tisser ce réseau de communication high-tech sophistiqué, avec ou sans fil, à l’heure où les gens perdent le sens et le loisir de se parler ? Faut-il vraiment construire à l’extérieur des villes des centres commerciaux géants qui n’ont rien à envier à leurs homologues américains, pour laisser s’éteindre, ou même pas naître, les petits magasins indispensables à des quartiers et à des centres-villes vivants, et tuer dans l’œuf une classe moyenne émergeant difficilement, dont la société est-allemande a pourtant tant besoin ?

8Depuis 1990, l’évolution est donc porteuse de grands paradoxes. D’un côté, on a rapidement aboli d’anciennes réalités et irréalités spécifiques de la rda communiste. D’innombrables domaines de la société se sont convertis en un temps record aux standings matériels et immatériels ouest-allemands. Tout a été importé de l’Ouest ou adapté aux normes de l’Ouest, et ce parfois d’un jour à l’autre : les systèmes économique, social et politique dans leur ensemble, y compris les partis, tous les niveaux de l’administration, l’enseignement – de l’école primaire à l’université, y compris l’enseignement religieux –, les caisses maladies, les assurances en tout genre, les impôts d’Église qui n’existaient pas dans la « laïque » rda, la consommation, les loyers, etc., et même les feux tricolores. Du berceau à la tombe, la vie de chacun fut politiquement, socialement et administrativement « occidentalisée ». On a changé les lignes de bus, les noms des rues et des places, les conditions de travail, les manuels scolaires... Bref, la vie quotidienne de chacun, quel que soit son âge, a été modifiée du tout au tout en un temps record. Ce fut un bouleversement dont l’ampleur sociale et psychologique demeure gravement sous-estimée, surtout en Allemagne de l’Ouest. On est allé jusqu’à légiférer sur la restitution d’anciennes propriétés privées, ce que même la Restauration monarchiste française de 1815 n’avait osé entreprendre. Ou pensons au retour de l’Alsace dans le giron de la République française : la République respecta certaines dispositions de l’ancien ordre ecclésiastique et social du pays réintégré.

9Sous cet aspect-là, le pays légal que fut la rda n’existe plus et ne réapparaîtra pas. Par conséquent, le terme « ex-rda » ou « ancienne rda », souvent employé pour désigner et identifier cette partie orientale de l’Allemagne, pose certains problèmes. Il met l’accent sur une vision passéiste des choses et ne correspond plus qu’en partie à la réalité de ces contrées orientales. Tant de choses nouvelles sont apparues, visibles même pour celui qui ne veut pas voir que ces mots, ne se référant qu’au passé, ne signifient plus grand-chose. Que peut faire une étudiante de Dresde âgée de vingt ans, qui en avait donc quatorze au moment du « tournant » et qui, en 1998, revient tout juste d’un séjour d’études à Madrid financé par une bourse européenne telle Erasmus ou Socrate ? Que peut-elle faire de l’étiquette d’« ancienne citoyenne de la rda » ? Sans parler de ceux qui aujourd’hui viennent d’entrer pour la première fois à l’école. Au risque de choquer, je pose la question en d’autres termes. Aurait-on eu le droit, à peine dix ans après l’écroulement du Troisième Reich, de nommer la RFA, l’Allemagne de l’Ouest, « ex-Troisième Reich » ? Ou pour le sud de la France, dix ans après la Libération, de parler de « ex-France de Vichy ». Bien sûr que non.

10Pourtant, comme le dit le philosophe Alain, la vérité est dans la nuance. Le terme « ex-rda » demeure une expérience collective pour le moins étrange, en ce qu’elle continue à forger une identité et un lien social singuliers, à travers différentes expériences, différents souvenirs et faits donnés.

11Prenons l’architecture urbaine tels les Plattenbauten en béton type rda, dans le style des hlm, qui marquent les banlieues des villes d’une tout autre manière que les banlieues de l’Ouest. Prenons les villages, les paysages et les allées encore à l’abri d’une rationalisation moderniste, et qui se démarquent agréablement des campagnes rationalisées et urbanisées d’Allemagne de l’Ouest.

12Prenons l’absence de religion ou plutôt la majoritaire non-appartenance des populations est-allemandes à l’une des grandes Églises chrétiennes, héritage direct de la politique de déconfessionnalisation de la rda. Oui, les nouveaux Länder sont des pays majoritairement non chrétiens, en tout cas d’esprit laïc. La Jugendweihe (consécration de la Jeunesse), cette ancienne célébration officielle d’initiation des jeunes à la société dite socialiste, quasi obligatoire du temps de la rda, existe toujours, mais aujourd’hui avec un rite purement laïc, et ce à titre volontaire. Celui-ci remplace la confirmation des protestants ou la première communion des catholiques, et est maladroitement interprété aujourd’hui par les Allemands de l’Ouest comme un rite communiste. Loin de là ! ce rite s’est tout simplement installé à la place du vide laissé par l’absence d’Églises officielles, motivé par le besoin qu’ont les jeunes et les familles d’un rite d’initiation, surtout lorsque celui-ci s’accompagne d’un flot de cadeaux. Et il témoigne de ce sens de la laïcité qui rend par exemple incompréhensible que l’État ait le droit de prélever des « impôts » au bénéfice des Églises (Kirchensteuern).

13Prenons les institutions sociales comme la Volkssolidarität (Solidarité populaire), organisme de charité sociale auquel les organismes ouest-allemands, tels la Caritas ou la Arbeiterwohlfahrt (Bien-être ouvrier), n’ont pas pu enlever la position centrale qu’elles occupaient parmi les œuvres sociales. Ou encore le cas du Schulhort (Abri scolaire), cette institution inexistante à l’Ouest qui, pour les jeunes écoliers, est à la fois une cantine le midi et une garderie l’après-midi.

14Prenons les valeurs. Tous les sondages des dernières années ont confirmé que l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est ne se réfèrent pas toujours aux mêmes valeurs politiques et idéologiques. L’Est ne partage pas avec l’Ouest le catalogue de valeurs classiques de ce dernier, axé sur des notions telles celles de liberté ou d’État de droit. À l’Est, les gens donnent la priorité à des valeurs et à des fins telles que celles de justice sociale (soziale Gerechtigkeit), d’égalité (Gleichheit) ou de solidarité (Solidarität). Ces mots ont certes une valeur en soi, mais ils furent aussi des points d’ancrage dans l’arsenal idéologique et constitutionnel de la rda.

15Ou prenons la langue. Nous avons affaire à toute une gamme d’expressions employées dans les domaines officiel et privé en rda, qui ont survécu à la chute du régime et qui restent monnaie courante dans le langage. Aux oreilles ouest-allemandes, elles prennent une résonance exotique, voire incompréhensible. Havane pour « panne technique », Dispacher pour « coodinateur-contrôleur », Theateranrecht pour « abonnement au théâtre », Objektleitung pour « comité de direction », Goldbroiler pour « poulet rôti », Winkelemente pour les petits drapeaux que l’on tient à la main, par exemple pour les défilés du 1er mai. Ou Jahresendfiguren mit Flügeln pour les anges de Noël en bois. Dans la ville de Halle, il existe un centre linguistique qui s’est spécialisé dans les idiomes de l’ex-rda. Il sert même d’interprétariat en cas d’urgence. Pour le mot de Trabbi on n’en a certes pas besoin ; dans ce nom de voiture résonne toute la légende de l’ancienne rda, mais aussi de la Wende. Il y a aussi de nouveaux termes, liés à l’existence de la rda et créés après son implosion : par exemple la Gauck-Behörde (Administration Gauck – du nom de son directeur), ce centre de documentation spécialisé dans la gestion des dossiers de la Stasi, ou la Treuhand, grande agence fiduciaire de redistribution des propriétés et des entreprises d’État de la rda.

16Prenons maintenant la mémoire. Il y a toujours, et il y aura encore pour longtemps une « mémoire rda », incarnée dans la mémoire de plusieurs générations. Et cela ne concerne pas seulement la rda telle qu’elle continue à exister dans la mémoire de ses anciens sujets et dignitaires, ses anciens partisans et anciennes victimes. Cela concerne toute l’histoire allemande, surtout celle de ce siècle sanglant : cet État qui se vantait d’être le « premier État allemand ouvrier et paysan », ou « premier État allemand socialiste », ne s’est jamais reconnu officiellement responsable de la « Shoah ». En est résulté un « anti-fascisme » officiel qui fut le paravent idéologique commode du totalitarisme rouge et qui a en quelque sorte protégé ces Allemands nés pendant ou après la guerre, mais nés sur le futur sol « anti-fasciste », contre les peines de la Vergangenheitsbewältigung et de la Trauerarbeit, cet effort consistant à faire son deuil du passé, à le surmonter. Cette absence de conflit séculaire entre la génération des pères et des fils, qui a douloureusement imprégné les années 68 en Allemagne de l’Ouest- donc capitaliste, donc responsable-, cette absence de conflit marquait et marque encore, elle aussi, la « mémoire ex-rda ».

17Pour un Allemand de l’Est comme pour un Allemand de l’Ouest, tout cela se ramène toujours à la rda, mais pour les deux, la connotation est différente. Est-ce uniquement une affaire d’identité de l’ex-rda ? Pour la langue, peut-être. Mais pour le reste ? Un Français arrivant dans cet univers de l’« ex rda » ne se sent-il pas un peu chez lui en découvrant ce sens de la laïcité et de l’égalité, les banlieues en béton mais aussi le vieillissement visible des bâtiments en ville comme à la campagne, une campagne encore loin de la ville, parsemée de vieilles allées et de villages qui ressemblent plus à la France profonde qu’aux villages systématiquement « embellis » en Allemagne de l’Ouest. Il y retrouvera aussi le chômage excessif des jeunes, les problèmes des jeunes banlieusards, un certain sens du centralisme, ainsi que cette supportable légèreté du passé, drapée dans la bonne conscience de l’« anti-fascisme » historique.

18Mais là où il y a aussi persistance de l’ancienne rda, c’est dans une curieuse et brutale absence. Chez nombre de gens, le passé a subi un refoulement très rapide, comme s’il n’avait jamais existé, comme si la Trauerarbeit, le « travail de deuil » sur le passé, ne s’imposait pas. C’est de façon comparable que les Allemands de l’Ouest des années 1950 gérèrent le souvenir de la dictature nazie, ou que de nombreux Français occultèrent le régime de Vichy.

19À long terme, ce refoulement réclamera son tribut au travail d’assimilation, voire de deuil qui, s’il a lieu un jour, restera une affaire strictement liée à l’héritage identitaire de l’ancienne rda. Mais ce refoulement de la réalité vécue au temps de la rda, y compris des petites et grandes mesquineries, humiliations, se prête facilement à un mouvement inverse, aussi illusoire que le premier : c’est-à-dire à la glorification nostalgique du passé, qui est l’inverse d’un travail de deuil non accepté.

20À l’identité quasi naturelle de l’ex-rda s’est donc ajoutée, en restant inscrite à l’intérieur des frontières de l’ancienne rda, une propre conscience identitaire, liée dans ce cas à la mémoire de la rda OU à une mémoire peut-être faussée, mais complétée par d’autres valeurs. En implosant, l'« identité rda » avait peu à peu mis l’accent sur une particularité quasi « régionale », dans laquelle continue à peser l’héritage de la rda en tant que pays réel. C’est ce que révèle la continuité indiscutable du pds (Parti du socialisme démocratique), successeur direct du parti d’État communiste de la rda, qui a juste changé de nom ; cette continuité en tant que parti presque exclusivement est-allemand renforce l’image d’une particularité ex-rda dépassant aujourd’hui les seules frontières de l’ex-rda. Actuellement, non seulement le pds figure à part entière ou comme partenaire silencieux dans des gouvernements de certains nouveaux Länder, mais depuis les élections de 1998, il est également devenu un parti politique reconnu en tant que groupe parlementaire au Bundestag. Ce succès politique du pds est lié à une certaine reconsidération de feu la rda. Tout n’était pas aussi mauvais, déclare un certain discours « ostalgique », c’est-à-dire nostalgique de l’Est au sens de la rda. Cette reconsidération positive de feu la rda motive même la proposition d’une parlementaire pds au Bundestag : amnistie et indemnisation des fonctionnaires et agents Stasi de la rda condamnés depuis 1990, proposition qui provoqua peu de violentes protestations outre-Rhin.

21Ce nouveau phénomène, qui consiste à se distinguer consciemment et même politiquement de « ceux de l’Ouest » a des causes diverses : on refuse en partie de ne pas assumer son passé, ce que je ne condamne pas mais que je tente d’expliquer. On est frustré par les nouvelles conditions de vie, apparues parfois trop rapidement, liées aux espoirs déçus ou même aux promesses non tenues ; on est déçu par un capitalisme survenu au moment où il perdait son caractère social ; on réagit avec une fierté blessée vis-à-vis de Wessis dont le comportement ou le désintérêt font en quelque sorte sursauter, donnent aux « Ossis » l’impression de ne pas être pris au sérieux à l’Ouest – ou simplement la sensation d’être « différents » des autres. Et aujourd’hui, les anciens citoyens de la rda n’ont plus aucun problème à se qualifier, avec une certaine fierté teintée de provocation, d’Ostdeutsche, d’Allemands de l’Est, d’Ossis. En même temps, et plus que par le passé, on a bien le sentiment d’être allemands, mais moins Bundesbürger, « citoyens de la République fédérale ».

22En tout cas, qu’on l’accepte ou non, ce qui est le plus fort, c’est le sentiment de ne pas vivre en phase avec les anciens espoirs, les anciennes attentes, et surtout le sentiment que le discours ouest-allemand passe à côté d’expériences, d’émotions et de souvenirs liés à 40 ans de rda. « Ils ne nous comprennent pas », « nous sommes différents »... Voici ce à quoi se résument ces signes de différenciation. Cette dernière reste confirmée par les Allemands de l’Ouest Le 7 décembre 1998, la Frankfurter Allgemeine Zeitung titrait à la une : « Kein glückliches Land » - « Un pays qui n’est pas heureux ». Pour dire entre autres : « L’économie n’est pas tout. Tant que des Allemands de l’Ouest - et ceci concerne surtout les jeunes - seront vexés quand on les prend pour des “Ossis”, l’unité intérieure ne sera pas achevée, l’Allemagne ne sera pas un pays heureux. »

23Le terme « ancienne » ou « ex-rda » couvre donc toujours, ou de nouveau, les réalités et les expériences, visibles ou sousjacentes, d’outre-Rhin ; mais seulement en partie. En fin de compte, il ne couvre qu’une identité limitée, passéiste et liée à un héritage spécifique. Ce sont donc d’autres termes qui ont à co-couvrir l’identité de notre champ d’investigation. L’un de ces termes pourrait être celui d’Allemagne de l’Est. Ostdeutschland, avec le préfixe Ost, terme qui en réalité évoque des données aussi bien géographiques que politiques, mais d’une façon plus neutre. Terme pratique pour la politique, l’administration et le service public qui gèrent le AufbauOst, la reconstruction de l’Est, l’Osthilfe, l’aide pour l’Est, et le bat-ost, les conventions collectives pour les employés à l’Est. On parle également d’Ostbeauftragte pour désigner le plénipotentiaire chargé de l’Est, ou même d’Ostgaumen (palais oriental), comme le fit récemment un article en indiquant que les Menschen im Osten, les Allemands de l’Est, ont un palais plus sensible aux sucreries que leurs voisins de l’Ouest – ce qui d’ailleurs est très vrai pour les Saxons, mais depuis toujours.

24Dans cette région même, en cette Allemagne de l’Est, une nouvelle identité, loin d’être négative, s’affirme à travers des mots, tels Ostprodukte, produits de l’Est ; il s’y manifeste une fierté nouvelle pour le travail accompli. D’autant plus qu’aujourd’hui l’utilisation du mot « ouest-allemand » ne suscite plus de sentiment de jalousie plus ou moins camouflé. Il est né une sensibilité propre aux Allemands de l’Est qui, au dire des sondages, révèle l’existence de profils différents, mais qui tous se démarquent de l’Ouest. Or cette sensibilité « est-allemande » devient artificielle quand on ne l’analyse pas en fonction de l’âge et des catégories professionnelles, car des contradictions flagrantes surgissent entre les différents groupes de population. Retenons généralement que les jeunes en dessous de trente ans ressentent de moins en moins la nécessité de s’affirmer à travers une identité « est-allemande ». Ce sont surtout les campus universitaires qui sont devenus des lieux où le métissage entre « est » et « ouest » est en avance sur tous les autres secteurs de la société. Mais gare aux illusions ! Le haut pourcentage de jeunes chômeurs en Allemagne de l’Est, beaucoup plus élevé qu’à l’Ouest, et donc comparable à celui de la France, correspond aussi à un courant de jeunes se réclamant de l’Est ; ceux-ci se réfugient dans la frustration, la protestation et la provocation, et lorsqu’ils se qualifient d’ostdeutsche Jugendliche (jeunes est-allemands), cela peut prendre une teinte particulièrement militante.

25Gare aussi à la fausse homogénéité que risque de projeter le terme ostdeutsch, « allemand de l’Est ». Malgré son lien unificateur, l’actuelle Allemagne de l’Est dispose d’une expérience collective indiscutablement plurielle. Berlin-Est et la Lusace (Lausitz) sont bel et bien deux mondes différents qui ne partagent pas une commune Ostalgie. Et comment mettre sur le même plan le Mecklembourgeois avec son dialecte platt (Plattdeutsch, l’allemand du pays plat, le dialecte du Nord), le Sorabe (Sorbe) de la Haute Lusace parlant sa langue slave, ou le Saxon de Chemnitz avec son parler saxon ? Il y a donc une autre réalité incontournable. Précisément celle de la diversité, qui différencie les uns des autres, Saxons, Mecklembourgeois, Thuringeois, Brandebourgeois, Saxons-Anhalt ou Sorabes. Cette réalité régionale, nouvelle et ancienne à la fois, est partout fondamentalement présente, même si elle est vécue de manière moins prégnante à l’Ouest de l’Allemagne ou en France.

26Ce qui a renforcé et institutionnalisé cette diversité naturelle, c’est le rétablissement le 22 juillet 1990 des cinq Länder de Saxe, Thuringe, Saxe-Anhalt, Brandebourg et Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Cette œuvre de la première Chambre du Peuple librement élue en rda répondait au besoin de forte identité régionale qu’avait la population, ce qui peut surprendre un observateur extérieur. Entre l’implosion de l’ancienne rda, dont elle seule fut responsable, et la mainmise de la RFA sur la rda, organisée par la Treuhand et les cadres de l’Ouest, s’est affirmée la nouvelle identité de ces anciens Länder que la rda avait abolis en 1952 en faveur d’un nouveau découpage artificiel en districts, inspiré par le jacobinisme communiste. Et cette régionalisation, dans la tradition du fédéralisme allemand, a également rencontré un écho chez les plus jeunes, qui n’avaient pourtant aucun souvenir de cette époque où les Länder avaient une existence réelle, avant 1933.

27Ces Länder ne se sont pas contentés d’avoir recours à leurs anciennes constitutions de 1946-1947, restées valables jusqu’à leur abolition. La Thuringe, la Saxe-Anhalt, le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, le Brandebourg et la Saxe ont préféré créer de nouvelles constitutions fédérales ; celles-ci ont fait de larges concessions à leurs propres conceptions de l’État, de la démocratie et de leurs objectifs, énoncées en 1989-1990 par les mouvements des droits du citoyen (Bürgerbewegungen) et marquées par l’expérience de la rda. La troisième Constitution de la rda de 1974 assignait en effet à l’État des objectifs sociaux assez considérables, qui sont demeurés étrangers à la Loi fondamentale de la RFA, marquée quant à elle par le seul droit constitutionnel. Il s’agit là de revendications, telles que le droit au travail ou le droit au logement, qui ne peuvent effectivement donner lieu à une action en justice. Ces objectifs devaient en outre se voir entérinés par d’éventuels plébiscites qui eux non plus ne sont pas prévus par la Loi fondamentale.

28Voilà pourquoi la diversité des constitutions régionales a laissé apparaître une dimension rarement saisie, par les Allemands de l’Ouest comme par les Français ; cette dimension concourt à une nouvelle identité n’obéissant à aucun raisonnement politique. On l’a bien vu, par exemple, lorsque les Brandebourgeois se sont opposés à la fusion pourtant logique de leur Land avec Berlin, la mal-aimée. On se sent donc tout d’abord brandebourgeois ou saxon, puis allemand, puis européen, et ensuite seulement citoyen de la République fédérale.

29C’est ainsi que s’est formé un nouveau terme, censé rendre compte des réalités et des sensibilités est-allemandes, à la fois variables et globales : celui de « Nouveaux Länder », devenu une formule quasi officielle et terriblement efficace, indispensable aujourd’hui à tout travail statistique ou à n’importe quel ouvrage spécialisé. Idéologiquement et politiquement neutre, ce terme de « nouveaux Länder » (neue Länder) souligne la différence d’avec l’ancienne rfa ; il n’a aucune connotation péjorative, mais laisse apparaître la diversité des Länder comme une donnée ouverte.

30Si l’unification allemande, telle qu’elle s’est faite, est un miracle politique, un heureux événement dans l’histoire allemande et européenne, et qu’il y a de nouveau un État et toujours un peuple, il faut bien voir les distinctions, les différences, les clivages et les spécificités. La notion de peuple en Allemagne diffère de la notion française. Elle ne décrit nullement un ensemble homogène, surtout pas dans l’histoire du peuple allemand, qui existe depuis longtemps en tant que peuple, mais qui a toujours dû et pu vivre dans des sous-ensembles régionaux, qu’ils soient territoriaux ou culturels, voire linguistiques. Avant 1990, nous avions affaire à deux États allemands, avec un même peuple ; dès 1990, nous avons eu affaire à un seul État avec un même peuple. Mais d’autres spécificités ont supplanté les anciennes spécificités régionales allant du nord danois au sud bavarois, et du Rhin romantique aux marches pomméraniennes : un clivage suprarégional est-ouest, fondé sur les résidus et les souvenirs de 40 ans de rda. Ni plus ni moins...

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search