Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Deuxième partie. En quête d'unité

8. Un État - deux peuples ?

Note de l’éditeur

Ce chapitre reprend en partie le texte d’un discours prononcé par l’auteur à la Maison de Rhénanie-Palatinat, à Dijon le 3 octobre 1996, à l’occasion du jour de la Fête nationale allemande, paru dans Documents. Revue des questions allemandes, no 5,1996, p. 71-79, sous le titre « Lettre d'outre-Elbe. Un État — deux peuples ? ».

Texte intégral

  • 1 « Am Ende muß die Vereinigung der beiden getrennten Teile Deutschlands stehen. Sie wird aber nicht (...)

À la fin doit avoir lieu l’unification des deux parties séparées de l’Allemagne. Mais elle ne pourra pas se produire comme « annexion » de la plus petite par la plus grande. Des choses ont été créées, que l’on ne peut plus ignorer. L’Est ne voudra pas renoncer aux « conquêtes sociales » de la rda. Il faudra s’entendre sur ce que cela signifie. Nous pourrons reprendre aisément de nombreux acquis.
Paul Sethe, Öffnung nach Osten1

I

1Tandis que l’on fêtait le bicentenaire de la Révolution française, une autre véritable révolution se déroulait au cœur de l’Europe, à Varsovie, Budapest, Prague, Bucarest, Leipzig et Berlin-Est. Il est bon de se souvenir du rythme et de la fièvre de ces événements pour éviter que ne disparaissent à jamais ces sentiments de stupéfaction, d’euphorie, de gratitude, laissant place à un nouvel état d’âme empreint de normalité, de grisaille et de routine « d’après-après-guerre ».

2Comme beaucoup d’autres, j’ai vécu tous ces événements dans des perspectives différentes, voire contradictoires. Je fus un « concerné euphorique ». Je fêtai la chute d’un mur sur le Mur même, à Berlin, dans la célèbre nuit du 9 au 10 novembre 1989. Je changeai de vie à la suite de ces événements, d’un fleuve à l’autre, du Rhin aux bords de l’Elbe, pour retourner dans la ville de ma famille maternelle, à Dresde. Aujourd’hui j’y vis, j’y travaille et j’y suis devenu un heureux « outre-elbien ». Mais je fus aussi un observateur distancé. Par la force des choses, j’ai également vécu les événements dans la perspective des autres. À travers l’inquiétude de mes amis étrangers, du regard pleurnichard de certains de mes compatriotes, des soucis concrets de mes amis en Saxe. Est-ce un hasard si j’ai assisté à l’événement tant espéré, l’unification le 3 octobre 1990, à quelques milliers de kilomètres de là, en plein été indien, devant un poste de télévision à Montréal ?

II

3Pourquoi est-il nécessaire de rappeler ces deux perspectives, celle de l’intérieur et celle de l’extérieur, celle de la joie et celle de la crainte ? Il est peu de choses en Europe qui n’aient attiré autant de sentiments contradictoires que la « Deutsche Frage », la « question allemande », que les manuels d’histoire en France avaient l’habitude d’appeler « le problème allemand ». Étant le problème des Allemands et celui des autres, il représentait le problème européen par excellence.

4La tragédie de l’Histoire fit que l’un n’allait pas sans l’autre. Quand les Allemands eux-mêmes se mirent à résoudre leur problème, c’est-à-dire l’architecture politique de leur maison commune – et ceci dans la logique des temps modernes, à savoir dans la logique de la centralisation étatique et du consensus national –, ce fut en général contre l’avis et les intérêts des autres nations en Europe.

5Quand les voisins se mirent à régler la question allemande, d’après leur interprétation de l’équilibre européen, cela ne plut point aux Allemands. Cela engendra la fureur européenne, indissociable de ce siècle abhorré qui connut deux guerres mondiales atroces, des tranchées de Verdun aux camps d’Auschwitz. Mais aussi la formidable réconciliation entre Allemands et Français, qui fut le véritable miracle d’après-guerre.

6Le miracle de 1989/1990, ce fut la manière avec laquelle les Allemands et les Européens, les populations et les États, réussirent à régler le problème allemand en commun. Guidée par la volonté des peuples, l’action rapide des États et des diplomates permit non seulement l’unification, mais surtout son ancrage dans les systèmes occidentaux existants – et ceci sans la prétendue « dérive allemande », le « Sonderweg », tant dénoncée en France, parfois avec une volontaire hypocrisie.

7Lorsque l’accord « 2 plus 4 » fut concrétisé pour le 3 octobre 1990, ce fut sur le plan allemand et européen le premier règlement pacifique, démocratique et heureux du problème allemand depuis la bataille de Sadowa. L’Europe tout entière a raison de se féliciter d’un tel processus, au cours duquel la diplomatie et les populations montrèrent d’une façon inouïe un degré de maturité inhabituel dans une telle alliance.

8Une vision anticipée de Jean-Paul Sartre, un 3 octobre justement, a pu se réaliser. Le 3 octobre 1950, il déclarait dans la Stuttgarter Zeitung qu’« une nation française qui aspire à l’union des pays européens devrait soutenir une Allemagne européenne dans sa reconstruction, en particulier dans la reconstruction de l’unité allemande, dans le cadre de la perspective internationale. » Et de continuer : « Je suis fermement convaincu que nous, en France, malgré l’occupation et la résistance, nous nous sommes fortement éloignés de cette “haine sainte des Allemands” qui s’était si violemment manifestée au cours de la Première Guerre mondiale. Celui qui affirme que tout mal provient de l’Allemagne exprime une opinion quasi préhistorique. »

9L’unification du 3 octobre 1990 a confirmé l’existence des Allemands en tant que peuple, ce qui n’allait pas de soi après douze ans de fascisme et 45 ans de division. Et ce peuple s’est reconstitué en tant que nation sur la seule base du plébiscite de tous les jours, uni dans la mémoire, dans un espoir commun et le soutien des voisins, et ce de la façon la plus convaincante et la plus sympathique qui fût, sans coups de feu ni tués. Ce qui ne veut pas dire qu’une telle confirmation ne se réalise pas sans problèmes ni remise en question. Les Français en savent quelque chose ; comme si la nation modèle que l’on nomme France n’avait ni problèmes ni passages à vide.

10Aujourd’hui, nous vivons en Europe et dans la communauté internationale une normalité spectaculaire : l’Allemagne unie est redevenue l’Allemagne tout court, ne provoquant chez nos voisins aucune de ces craintes ou incertitudes que la seule perspective d’une unification dans les années 1980, avant la chute du Mur, aurait été capable de provoquer.

11Les craintes auxquelles nous sommes encore confrontés en dehors de notre pays sont celles que l’ancienne rfa a pu provoquer. Peut-être même sont-elles moins nombreuses qu’auparavant. Aurions-nous pu imaginer avant 1990 - en toute sérénité - des soldats allemands défiler sur les Champs-Elysées le 14 juillet, ou se déployer à titre de force de pacification en ex-Yougoslavie ? Les aurions-nous vu se joindre aux manœuvres militaires entre Français et Polonais ? Aurions-nous pu imaginer un débat tout à fait raisonnable et sobre sur un siège permanent allemand à l’onu ?

12L’évolution qui a eu lieu entre la chute du Mur et aujourd’hui est tellement révolutionnaire que toute réflexion sur l’actualité se doit de rappeler ces changements. Nous courons sinon le risque de surévaluer les problèmes actuels. Notre perception médiatique est telle que nous sommes de fiévreux nombrilistes face à notre actualité respective, tout en oubliant le respect du passé.

III

13Toutefois, un discours sur l’Allemagne unie ne peut se contenter de rappeler les moments heureux et héroïques. Il y a quelque temps, après avoir exprimé ma joie personnelle, j’en aurais appelé à la quiétude. J’aurais invité les autres, les voisins-amis, à se rassurer sur le rôle, le poids et l’état de cette nouvelle Allemagne au cœur de l’Europe. J’aurais rappelé les grandes continuités européennes, occidentales et atlantiques, malgré et avec les changements évidents. J’aurais affirmé que la nouvelle Allemagne ne serait pas plus nationaliste et pas moins européenne que ses voisins, que les changements et les défis qu’elle connaîtrait seraient ceux de l’Europe tout entière.

14Une telle tonalité s’imposait à l’époque, car les inquiétudes à l’étranger, surtout en France, envers les fameuses « incertitudes allemandes » étaient grandes. De tels sentiments se sont heureusement estompés entre-temps. Si inquiétude il y a, elle est aujourd’hui dirigée contre l’Europe, à savoir l’Union européenne, qui n’est plus à la mesure des rêves de ses fondateurs et pas encore à la hauteur des nouveaux défis.

15En 1996, nous avons affaire à un problème différent, et je souhaiterais le placer au cœur de mes préoccupations. Celles d’antan tournaient autour du rôle, de la force et du poids de l’Allemagne, dont les atouts extérieurs avaient été renforcés par l’unification. Sur les réflexions d’aujourd’hui pèse le poids des préoccupations « intérieures », jadis capables de remettre en question tout espoir d’unité allemande.

16La fin de l’État providence et d’un système économique et social fondé sur la croissance et la prospérité touche toute la société allemande ; elle freine surtout les mirages et espérances est-allemands d’un nouveau miracle économique, « Wirtschaftswunder », à la portée de tous, et ceci dans des milliers et des milliers de cas d’une manière brutale. La masse des déçus du capitalisme dans les nouveaux Länder provoque l’avènement d’une certaine nostalgie de l’ex-rda, non de son appareil politique et étatique, mais de certaines sécurités dont profitaient tous ceux qui ne s’opposaient pas ouvertement au régime communiste.

17Je parle de cette sécurité fondamentale sur le lieu du travail, dans les hlm, dans les rues la nuit, dans les crèches, dans tout le train-train quotidien, une sécurité du berceau au cimetière, derrière le mur d’une grande Bastille nommée rda. Et ceci, avec le recul du temps, perd tout le caractère d’étouffement qu’il pouvait avoir auparavant, en particulier pour les moins jeunes.

  • 2 Voir Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Éditions Gérard Lebovici, 1998, p (...)

18Quelle fièvre engendrent les grandes transformations économiques et infrastructurelles dans les nouveaux Länder ! La renaissance des villes, le renouveau des réseaux de transports et de communication, l’assainissement des eaux et des forêts, le sauvetage spectaculaire du patrimoine architectural, la mise à neuf des industries et des services : toutes ces transformations spectaculaires et inouïes imposent le respect. Mais, aussi admirables qu’elles soient, elles n’ont pas transformé la majorité des citoyens des nouveaux Länder en acteurs, mais plutôt en spectateurs-consommateurs. Et ces derniers découvrent que la liberté et le bien-être tant demandés s’accompagnent de ce qui apparaît de plus en plus comme une « société du spectacle » : « le règne autocratique de l’économie marchande ayant accédé à un statut de souveraineté irresponsable, et l’ensemble des nouvelles techniques de gouvernement qui accompagnent ce règne », comme l’a définie le philosophe français Guy Debord2

19En effet, ne peut-on pas constater une nouvelle division dans les sentiments, les témoignages, les commentaires ? La plaisanterie de Lothar de Maizière, premier et dernier chef de gouvernement librement élu de la rda, depuis député chrétien-démocrate du Bundestag, est révélatrice : « Vorher waren wir ein Volk in zwei Staaten. Heute sind wir ein Staat, der zwei Völker hat. » (« Auparavant nous étions un peuple dans deux États. Maintenant, nous sommes un État qui a deux peuples »).

20Une telle conception fait vite effet boule de neige, surtout dans les milieux qui cultivent par nature et par culture une certaine idée post-romantique de la rda, chez eux mais aussi ailleurs. J’ai pu le constater à Paris, à la Maison de l’Europe, à l’occasion d’une table ronde sur l’Allemagne. Le titre de la manifestation était « Un État – deux nations ? », et une bonne partie des contributions françaises tournèrent autour du constat de l’échec de l’unification allemande.

IV

21Sommes-nous, nous autres Allemands, redevenus « deux peuples », toutes ces années après la réunification ? L’état économique, social, mental des Allemands dans leur ensemble ne permet point de parler d’une unité à tous les niveaux, surtout quand il s’agit du concret et de la psychologie de la vie quotidienne. La reconstruction des nouveaux Länder, des villes, des quartiers historiques, des routes et des chemins de fer tient du miracle, de même que les nouvelles constructions tous azimuts. Nous assistons à la naissance d’une nouvelle forêt est-allemande, celle des grues !

22Mais hélas, cette gigantesque transformation se fait trop souvent sans ceux qui sont concernés au premier point, et elle se fait trop souvent sans leur contribution. Elle est en effet devenue l’affaire des grands investisseurs, des grandes banques, des grandes entreprises et des grands ensembles, qui sont dans la plupart des cas d’origine ouest-allemande. Outre-Elbe, nous assistons partout, dans les grandes villes telles que Leipzig ou Dresde, à une abondance de nouveaux grands complexes de bureaux. Ils sont chers, à moitié vides, et leurs propriétaires – basés à l’ouest – font des profits par le biais de réductions d’impôt et de subventions diverses, tandis qu’une nouvelle couche moyenne de PME et de professions libérales d’origine est-allemande a du mal à démarrer, voire même à survivre, coincée entre le marteau des impôts et l’enclume des crédits.

23Il faut ajouter qu’une partie considérable des nouvelles élites, des petits assistants universitaires aux grands investisseurs et ministres, vivent toujours et trop souvent en navette entre leurs familles domiciliées à l’Ouest et leurs bureaux situés à l’Est, refusant ainsi toute implantation humaine, sociale et culturelle à long terme dans les nouveaux Länder. Au fond, nous sommes loin de cette situation de reconstruction historique dans les zones d’occupation occidentales après la guerre, où il y avait de plus en plus de travail pour de plus en plus de personnes, et où celui qui travaillait pouvait former l’espoir que tout investissement personnel valait la peine, au moins pour ses enfants. Et où chacun, sur son lieu de travail, assumait pleinement sa vie.

24Il ne s’agit pas seulement d’un problème de clivages matériels et sociaux au détriment des populations dans les nouveaux Länder, dissonances compréhensibles, car le coup de baguette magique pouvant transformer l’ex-rda en « blühende Landschaften », en paysages fleurissants, n’a jamais existé. C’est aussi trop souvent un problème de mésentente, d’ignorance et d’arrogance mutuelles.

25Quelle est la conséquence « outre-Elbe » de ce processus ? C’est le retour d’une certaine nostalgie de l’ancien Est, nach gewissen Verhältnissen im alten « Osten », exprimé par le néologisme allemand « Ostalgie ». Ce retour provoque, à des niveaux et degrés différents, des scissions que n’avaient pas prévues les acteurs de l’unification. Comme inévitable conséquence psychologique, renforcée par certaines attitudes d’ignorance ouest-allemandes envers cette nouvelle grande inconnue dans leurs provinces orientales, il y eut la récupération d’une mémoire est-allemande. Comme le décrit le directeur du Théâtre de la ville de Halle en Saxe-Anhalt : « Niemand will die ddr wiederhaben. Aber keiner will sie sich nehmen lasssen » (« Personne ne veut retrouver la rda, mais personne ne veut se la faire enlever »).

26Un processus comparable se déroule à l’Ouest, où règne une certaine nostalgie de l’ancienne République de Bonn, cette rfa avec son charme provincial à l’abri du monde, son charme de minorité et d’irresponsabilité politique au niveau mondial. Cette nostalgie étant de préférence véhiculée – divine surprise – par une certaine classe d’intellectuels et de médiateurs culturels qui, dans le passé, n’avait jamais éprouvé beaucoup de sympathie pour cette ancienne brd, la rfa des autres.

27Je parlais de scissions. D’un côté, nous trouvons les nouveaux déçus du capitalisme, vrais ou faux, les anciens profiteurs de la défunte rda, les nostalgiques pleurant une niche nommée rda. De l’autre côté, les anciens et nouveaux profiteurs, ceux qui défendent leurs acquis, les Besitzstandswahrer, les nostalgiques pleurant une niche nommée rfa. Nous vivons toujours dans des parties différentes d’Allemagne et nous allons continuer à le faire. N’est-ce pas là une nouvelle scission Est-Ouest, laissant la voie libre à la question de savoir si l’unification allemande a vraiment eu lieu dans les têtes et dans les cœurs ?

V

28Sommes-nous pour cela en droit de constater l’échec de l’unité allemande et d’en tirer des arguments contre ce formidable processus menant de la chute du Mur le 9 novembre à l’unification du 3 octobre ? Sommes-nous pour autant redevenus deux peuples ? Posons-nous la question autrement, à la lumière de l’Histoire :

  • Souffrons-nous des divisions de religion qui avaient séparé pendant des siècles – jusqu’aux années 1960 – les Allemands protestants des Allemands catholiques ? Non !

  • Souffrons-nous des éclatements territoriaux et étatiques qui ont caractérisé les Allemagnes centrifuges pendant des siècles ? Non !

  • Souffrons-nous de la société de classe de l’Empire ? Non !

  • Souffrons-nous de la guerre civile de la République de Weimar ? Non !

  • Souffrons-nous de la terreur du IIIe Reich contre nos propres populations et minorités ? Non !

  • Sommes-nous toujours déchirés dans nos familles entre une génération marquée par une socialisation nazie et une génération de fils et de filles en révolte ? Non !

  • Sommes-nous divisés entre Allemands de croyance « antifascistes » et Allemands de croyance « anti-communistes » ? Non !

  • Les Allemands ont-ils jamais dans l’Histoire dépensé, voire sacrifié, en si peu d’années autant d’argent, quelques centaines de milliards de Deutschemarks, au profit de leur reconstruction commune, par le biais des impôts, la « Solidaritätszuschlag », l’impôt dit « de solidarité » en faveur de l’unification ? Non !

29Autre série de questions, auxquelles je répondrai tout aussi brièvement :

  • Sommes-nous unis dans les mêmes principes fondamentaux politiques à savoir une république démocratique, à mi-chemin entre l'État-nation et l’Europe ? Oui, plus qu’auparavant !

  • Sommes-nous unis dans les mêmes affinités culturelles (y compris linguistiques) ? Oui, plus qu’auparavant !

  • Sommes-nous unis dans le même sillon d’une histoire qui va de 1817 à 1989, via 1933 et 1945, et qui nous lègue une commune responsabilité particulière ? Oui, plus qu’auparavant.

  • Sommes-nous unis dans le même cadre étatique, administratif et culturel ? Oui, plus qu’auparavant.

30Réponse sommaire : jamais auparavant dans leur Histoire, les Allemands n’ont été plus unis qu’aujourd’hui, unis par l’Histoire, qu’ils assument désormais entre un État-nation pas encore éteint et une intégration européenne pas encore menée à terme.

31Que cela plaise ou non, la recherche d’une pensée unique sur l’unité « intérieure », au-delà de ces dénominateurs communs, reste un mythe. Si ce mythe est véhiculé par des Allemands, il réside bel et bien dans l’idée romantique d’une « Kulturnation » orientée – par l’expérience de l’échec – vers l’idée d’un Reich uni. Si le mythe est cultivé par des Français ou d’autres francophones, il est axé sur une idée de l’État-nation enfermée dans ce paradigme d’un État qui forge lui-même sa nation, formant à son tour ses citoyens.

32Tout discours qui souligne le non-achèvement de l’unité nationale afin d’en démontrer l’impossibilité risque de reproduire l’idéologie unitariste par la négative. L’essentiel ne porte pas sur le verbe achever, l’achèvement étant impossible en soi. Mais sur le verbe assumer. L’essentiel ne porte pas sur la pensée unique de l’unité, mais sur une communauté de destin concrète, unie dans la diversité à tous les nivaux de la société.

33L’unification allemande eut comme corollaire la différenciation. Il ne s’agit pas seulement de différences entre ex-rfa et ex-rda, mais de diversités tout court. La diversité des provinces telles que la Bavière et la Saxe, le Mecklembourg et la Sarre, le Schleswig-Holstein et le Brandebourg, Bonn et Berlin. La diversité des croyances et des laïcités. La diversité des critiques de notre société et de nos engagements en sa faveur. La diversité de nos déceptions et de nos espoirs.

34Mais au sein de cette diversité, nous sommes aussi unis dans une crise commune et dans une nouvelle désorientation. Le doute sur l’avenir de notre société, sur la répartition du travail, de la pénurie et de la richesse, sur l’avenir de notre système social et de l’État providence, sur le devenir de la jeunesse et des personnes âgées, sur l’équilibre entre économie et écologie. Mais cette nouvelle désorientation n’a rien à voir avec l’unification en tant que telle. Elle est le corollaire de notre société, dont le modèle de production et de reproduction, de mise en valeur et de spectacle grince, en Allemagne comme ailleurs.

35Voilà donc un défi transnational dont le seul élément « national » consiste finalement en la représentation et la réaction des personnes concernées. Et ceci est une problématique profondément culturelle, au sens le plus large du terme. Elle nous invite à entrer dans le concret de nos cultures politiques respectives en Europe, au-delà des mises en scène, et à envisager une réflexion commune à tous les niveaux.

VII

36Mais ceci est un autre sujet. En revenant sur l’espoir exprimé par un grand Allemand au-dessus de tout soupçon nationaliste, Johann Wolfgang von Goethe qui, en 1828, a fait un rêve tant de fois enterré, j’aimerais conclure sur l’Allemagne :

  • 3 « Mir ist nicht bange,/ Daß Deutschland eins werde,/ vor allem/ Sei es in Liebe untereinander – /Un (...)

Cela ne m’effraye pas que l’Allemagne devienne une, surtout si c’est dans l’esprit de l’amour de chacun, et si elle est à jamais une, afin que le Thaler allemand et le Groschen aient la même valeur dans l’Empire. Une, afin que ma valise puisse traverser les pays allemands sans être ouverte3

Notes

1 « Am Ende muß die Vereinigung der beiden getrennten Teile Deutschlands stehen. Sie wird aber nicht als ‘Anschluß’ des kleineren Teils an den größeren sich vollziehen können. Es sind Tatsachen geschaffen worden, über die wir nicht mehr hinweggehen können. Der Osten wird auf die ‘sozialen Errungenschaften’ der ddr nicht verzichten wollen. Was das bedeutet, wird ausgehandelt werden müssen. Vicies werden wir ruhig übernehmen können. » Paul Sethe, Öffnung nach Osten. Weltpolitische Realitäten zwischen Bonn, Paris und Moskau, Scheffler, Francfort-sur le-Main, 1966, p. 190-191. Paul Sethe fut l’un des grands historiens-essayistes et journalistes conservateurs allemands de l’après-guerre.

2 Voir Guy Debord, Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Éditions Gérard Lebovici, 1998, p. 12.

3 « Mir ist nicht bange,/ Daß Deutschland eins werde,/ vor allem/ Sei es in Liebe untereinander – /Und immer sei es eins,/ Daß der deutsche Thaler und Groschen/Im ganzen Reiche gleichen Wert habe – / Eins, daß mein Reisekoffer/ durch alle deutschen Länder ungeöffnet/ passieren könnte. » Le Thaler, aujourd’hui Taler, est une pièce d’argent frappée à partir du début du XVIe siècle jusqu’en 1871. Le nom vient de la ville minière de St. Joachimsthal dans les Monts Métallifères (Erzgebirge) ; il a été exporté en Amérique sous forme de « dollar ». Le Groschen est une pièce de valeur moyenne le plus souvent en laiton, synonyme en langage parlé, de la pièce de 10 Pfennig. Le mot vient du latin Grossus. Le terme reste valable en Autriche où 100 Groschen font un Schilling.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search