Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Deuxième partie. En quête d'unité

7. La révolution démocratique

Note de l’éditeur

Ce chapitre reprend dans ses deux premières parties le texte d’une conférence donnée par l’auteur au Cercle franco-allemand de Paris le 29 mars 1990, sous le titre « Les bouleversements en rda. Origines et situation actuelle ». La troisième partie reprend un extrait d’une conférence donnée par l’auteur devant l’Association Liaison-Université, au Mans, le 19 décembre 1989.

Texte intégral

1Une seule année a suffi pour que s’écroule tout le statut allemand et européen d’après-guerre. L’année 1989 n’est plus seulement celle du Bicentenaire de la Révolution française, mais celle d’une nouvelle révolution en Europe.

2Parlons de la révolution en Allemagne. Quelle formidable évolution depuis les premiers trains de réfugiés est-allemands venant de Hongrie, de Prague et de Varsovie, jusqu’aux premières élections libres sur le territoire allemand entre l’Elbe et l’Oder depuis 1933, l’une pour le parlement à Berlin-Est, l’autre pour les communes. Je ne souhaite pas refaire l’itinéraire de ce mouvement complexe, dont la date clé suivante fut l’union monétaire dès le Ier juillet 1990. Voyons d’abord le résultat global de ce bouleversement, qui est celui des élections est-allemandes de mars et de mai 1990.

I

3La grande majorité des électeurs est-allemands a voté pour l’unité la plus rapide possible avec la rfa, l’Allemagne de l’Ouest. En peu de temps, la rda, l’Allemagne de l’Est, transformée par décret en souveraine « nation socialiste », a cessé d’exister. Le premier gouvernement démocratique est-allemand, dirigé par le chrétien-démocrate Lothar de Maizière, ne fut qu’un gouvernement provisoire qui organisa en commun avec le gouvernement de Bonn l'autodissolution de la rda.

4Dès lors, il n’y a plus qu’une seule Allemagne. Une nouvelle Allemagne fédérale allant du Rhin et de la Sarre jusqu’à l’Oder et la Neisse. La plus petite Allemagne qui ait jamais existé – d’ailleurs plus petite que la France, et plus encore que le Québec – mais également l’Allemagne la plus démocratique et la plus sereine qui fût.

5Regardons de près les leçons des élections du 18 mars, qui furent grosso modo confirmées par les municipales du 6 mai.

6Vingt-quatre partis se trouvaient le 18 mars sur la ligne de départ et il était vraiment difficile de retenir tous ces noms apparus en quelques semaines, allant de la section allemande de la 4e internationale (trotskiste) à « l’union des buveurs de bière allemande » via un parti homosexuel – même constellation d’ailleurs lors de la campagne municipale, en plus coloré. Toute une gamme de fantaisies politiques montrant que la rda était vraiment très loin du cliché de Prusse rouge et austère tant répandu. Néanmoins, les résultats ont fait surgir un paysage politique assez clairement structuré :

  • un courant conservateur en position majoritaire ; son noyau était le Parti chrétien-démocrate (cdu), qui a depuis fusionné avec la cdu occidentale (48 %) ;

  • un courant social-démocrate, en deuxième position (20 %). Ce spd-Est, dont le président d’honneur était Willy Brandt, a également fusionné avec le spd-Ouest ;

  • un modeste courant libéral (autour des 5 %), qui a très vite adhéré au FDP-Ouest, le parti de M. Genscher ;

  • un petit courant alternatif et pluriforme, riche laboratoire d’idées politiques et sociales (au total 5 %). Héritiers des premiers opposants au régime et derniers défenseurs de l’originalité particulière d’une rda non communiste, ils furent les derniers à fusionner avec leurs formations analogues en rfa, notamment les Verts ;

  • et finalement un courant cryptocommuniste, encore considérable à l’époque, incarné par le Parti du socialisme démocratique PDS, ex-SED, parti des potentielles victimes de l’unification. Le PDS a rapidement spéculé sur certaines ouvertures à l’Ouest, où il disposait de sympathisants (5 %) ;

  • notons encore le succès partiel de deux partis d’agriculteurs lors des municipales du 6 mai, où ils eurent des résultats locaux situés entre 10 et 20 % (15 % en moyenne), qui rassemblèrent plutôt les potentielles victimes de l’unification dans le secteur agricole.

7Force est de constater que les élections est-allemandes ont finalement confirmé la gamme des principales formations politiques ouest-allemandes, ce qui a renforcé le processus d’unification et stabilisé une évolution non sans difficultés.

8Retenons dans cette même logique la résurgence des anciennes structures fédérales, la revitalisation des Länder historiques. Les campagnes électorales se sont de plus en plus fondées sur les forces vives des nouveaux Länder, qui cherchèrent très vite une coopération intensive avec les Länder ouest-allemands voisins : la Saxe avec la Bavière, la Thuringe avec la Hesse, le Mecklembourg avec le Schleswig-Holstein, etc. Cela montre qu’on assista au rejet des structures centralisées et artificielles, et par conséquent à la confirmation nette des structures fédérales de l’Allemagne historique. Voici donc une ouverture de plus sur la rfa, qui est comme son nom l’indique une République fédérale. La logique de cette confirmation prit corps quelques mois plus tard avec la recréation des cinq Länder sur le territoire est-allemand : le Mecklembourg-Poméranie antérieure, le Brandebourg, la Saxe, la Saxe-Anhalt, et le Thuringe. Cette recréation fédérale a constitué la véritable réalisation de l’unité allemande.

9La victoire des partisans en rda d’une unité allemande la plus rapide possible en a bouleversé les conditions d’établissement, qui ne dépendaient plus autant qu’auparavant du seul contexte international. La rfa est devenue elle aussi un pôle de décision pour l’unification allemande, sans que sa nature et son statut ne s’en altèrent. Ce qui apparaît dans le processus de négociation « 2 plus 4 ». Autrement dit : l’unité allemande ne se fait pas par une troisième voie. L’Allemagne unie ne peut plus être le résultat d’un enjeu complexe entre l’Est et l’Ouest, ni le fruit d’une tentation neutraliste allemande, ni l’enfant naturel d’une dérive ouest-allemande. L’unité allemande passe avant tout par la rfa, qui est restée ancrée dans ces intégrations et obligations ouest-européennes et occidentales telles que la cee, L'otan, l’Union de l’Europe occidentale. Ce que l’Union soviétique et ses anciens alliés, ainsi que les autres voisins de l’Allemagne, ont fini par accepter. Un tel dénouement aurait été inimaginable par le passé.

10Est-ce un bien ou un mal ? La communauté occidentale a toutes les raisons de se féliciter de cette évolution, car toute autre issue des élections aurait énormément compliqué la situation au sein de l’Alliance atlantique et de la Communauté européenne, sans parler des séquelles au sein même de l’Allemagne fédérale ; ce qui aurait pu mettre en danger son ancrage à l’Ouest et sa stabilité politique.

11Nous pouvons nous féliciter d’un autre dénouement : contrairement à beaucoup de spéculations et craintes, aucune fièvre nationaliste ne s’est saisie des Allemands, ni à l’Est ni encore moins à l’Ouest. Certes, d’aucuns se sont plaints du manque de patriotisme, mais les Allemands regardent de près leur portefeuille : à l’Ouest, on veille à ce que l’unité ne coûte pas trop cher ; à l’Est, on veille à ne pas perdre certaines commodités de l’économie d’État. Et pour ce qui est de la fameuse question de la capitale, le décentralisme allemand a abordé cette question avec décontraction. Les premiers à plier bagages à Bonn pour déménager à Berlin furent, en tant que bons centralistes, les représentants de la télévision parisienne.

II

12Examinons quelque peu les origines de ce bouleversement. Quels facteurs ont conditionné et accompagné cet effondrement de la rda, auquel très peu de gens, très peu de spécialistes et très peu de gouvernements s’étaient attendus ?

13Depuis l’avènement de Gorbatchev au pouvoir en 1985, la politique soviétique a entrepris une réévaluation de son glacis en Europe centrale. Cette réévaluation était liée au rapprochement entre les deux superpuissances et à la nécessité de réformer de l’intérieur le régime soviétique. Il en résulta une nouvelle marge de manœuvre pour les anciens pays satellites de ce glacis, ce qui favorisa les mouvements de réforme dans des pays clés comme la Pologne et la Hongrie, vers la formation d’une société civile démocratique.

14Sans nous arrêter sur ce processus d’interaction complexe, il est bon de le mentionner, pour expliquer le cas de la Hongrie. Sans cette dernière, les événements en rda, à commencer par l’effondrement du Mur, n’auraient pas eu lieu. Ce fut la Hongrie qui en été 1989 ouvrit ses frontières. Ce fut le début d’un véritable exode de plus en plus dramatique ; il serait inutile de rappeler les images inoubliables de cet été. Des conséquences énormes allaient en découler, conséquences que tous connaissent.

15En effet, cet exode massif via la Hongrie (et aussi via Prague, puis Varsovie) touchait à l’une des deux conditions d’existence de la rda : le Mur (l’autre étant le socialisme). Les dirigeants de la rda étaient loin de voir la portée de ce mouvement de fuite, et rataient encore d’autres trains de l’Histoire.

16La paralysie politique de Honecker, depuis son opération en été 1989, était l’image même de la rigidité et de l’immobilisme de l’appareil d’État et du parti tout entier, sous l’emprise de quelques grands fidèles de Honecker. C’était le règne de la loyauté aveugle, de l’opportunisme et de la peur. Dans le parti d’État, le sed communiste, il n’y avait pas de forces de renouvellement comme dans d’autres pays à l’Est, capables de le réformer à temps, avant le grand jour. Le parti de Honecker était un parti anti-perestroïka, et ses dirigeants caressaient même l’espoir d’un échec de Gorbatchev.

17Qu’en était-il de l’opposition politique en dehors du parti ? Bien sûr, elle existait ; mais la situation n’était pas comme en Pologne ou en Tchécoslovaquie. En rda, les grandes têtes intellectuelles de l’opposition étaient expulsées et privées de leur citoyenneté. Le reste de l’élite intellectuelle et artistique, en particulier les écrivains organisés dans leur association, vivaient dans un état de loyauté ambiguë, restaient à l’écart et redoutaient de s’engager. Quand ils s’y résolurent, en novembre 1989, pour défendre une révolution propre à la rda, c’était trop tard ; c’était après la révolution de palais au sein du SED, qui, elle aussi, venait trop tard pour sauver le parti. Le mouvement populaire, de plus en plus fort, était déjà plus avancé. Son credo n’était plus simplement « nous sommes le peuple », mais prit une tonalité interallemande : « nous sommes un seul peuple ».

18Concernant l’état de l’économie et de la société, il est utile de se rappeler ce que William Griffith, comme beaucoup d’autres à la même époque, écrivait encore à l’automne 1989 dans la revue française Géopolitique : « La rda est aujourd’hui, de tous les pays communistes, le plus prospère. Elle figure parmi les vingt premières puissances industrielles du monde... Elle doit son redressement à ses traditions industrielles, mais aussi au fait qu’elle est peuplée d’Allemands, habitués à la discipline, doués du sens de l’organisation, animés d’une éthique du travail, rare dans les pays communistes. » Cette phrase n’était peut-être pas fausse, mais elle n’était pas vraie non plus. Force est de constater que l’économie, et surtout la productivité de cette économie en rda, étaient fortement surestimées. Il paraît que 90 % des statistiques étaient falsifiées. L’éthique du travail était plutôt celle d’une frustration continue face à des blocages permanents dans la production, à des pénuries continues dans la consommation, à une mentalité de travail parfois préindustrielle, à un système sclérosé dont les dernières flexibilités avaient été tuées dans l’œuf dès 1972.

19À cette époque, le sed faisait détruire ce qui restait d’une économie mixte en expropriant les restes d’une classe moyenne indépendante. Le système de planification tous azimuts devint encore plus rigide. Et cette rigidité fut accélérée par une centralisation grandissante, qui regroupa l’économie industrielle en 40 « grandes unités économiques » (Großkombinate). Celle-ci renforça la collectivisation agricole et sépara par exemple la production agricole de l’élevage, ce qui créait dans un tel système de planification rigide d’insolubles problèmes d’approvisionnement en fourrage. En même temps, l’approvisionnement en produits agricoles, surtout dans le domaine des fruits et légumes, se dégradait rapidement. N’oublions pas non plus les obligations de livraison relativement élevées de produits industriels et technologiques, auxquels s’était engagée la rda envers l’Union soviétique (1500 contrats entre l’URSS et des firmes est-allemandes).

20En outre, la rda était tenue d’exporter le plus possible vers les pays occidentaux pour se procurer les devises fortes nécessaires à son équilibre commercial, économique et industriel. Les consommateurs devaient inévitablement faire les frais de cette politique et manquaient du strict nécessaire. Ils devaient par exemple attendre une quinzaine d’années la livraison d’une voiture de petite cylindrée, la fameuse « Trabant ».

21Notons une autre décision grave, qui eut des conséquences désastreuses : après les chocs pétroliers des années 1970, le régime, sous la pression des prix pétroliers soviétiques d’ailleurs facturés aux prix du marché mondial, donna la priorité à l’autarcie et au lignite indigènes. Nous en connaissons les conséquences catastrophiques. Après la chute du Mur, l’environnement en rda était parmi les plus pollués d’Europe sur le plan atmosphérique, alors que des régions entières furent brutalement éventrées. Des villages et des villes entiers, dans un état désastreux, avaient atteint au niveau de l’environnement un point de non-retour, sauf énergique décision de faire machine arrière. Ne parlons pas du sol, des fleuves, des rivières et des ressources en eau potable. Ne parlons pas non plus du retard technologique dans les industries de pointe, et des conséquences qui en résultèrent pour la compétitivité. La productivité de l’économie est-allemande correspondait à un tiers de la productivité ouest-allemande. Les dettes des entreprises est-allemandes s’élevaient en 1989 à 260 milliards de marks. Elles ont dû payer 205 milliards de marks à l’État, et n’ont eu que 4 milliards de retour pour les investissements. C’était ce que Karl Schiller, ancien ministre ouest-allemand de l’économie, a appelé « le processus de la destruction créatrice ».

22L’écart entre la rda et la rfa, dans tous les domaines, devenait de plus en plus visible pour les habitants de la rda, informés par les médias occidentaux et les contacts familiaux. La possibilité restreinte de quitter la rda, de voyager et d’aller librement en rfa, pesait de plus en plus lourdement sur les esprits des Allemands de l’Est, qui restaient soumis à un droit de circulation beaucoup plus dur que les Polonais ou les Hongrois par exemple. Rappelons qu’ils vivaient sous le contrôle d’une Stasi omniprésente, avec environ 200 000 collaborateurs et six millions de dossiers, sur un total de 16 millions d’habitants. 1989 fut ainsi marquée par un relatif déclin économique et technique et par un mécontentement grandissant de la population. Tout cela dans le contexte de la singularité de la rda, de ses relations complexes avec l’Allemagne libre, plus riche et plus prospère.

23Une chose est sûre : il fallait choisir entre d’une part la résignation, et d’autre part la fuite et la contestation. En effet, depuis 1989, l’émigration difficile, sinon impossible, depuis la construction du Mur en 1961, redevenait praticable via la Hongrie. Il est utile de rappeler ici que deux millions six cent mille Allemands de l’Est étaient déjà passés à l’Ouest avant la construction de ce mur, entre 1950 et 1961. En outre, huit cent mille autres avaient suivi le même chemin entre 1961 et novembre 1989, dont la plupart la dernière année.

24Finalement, les Allemands de l’Est ont choisi la seconde option : la contestation.

III

25Comment évoquer mon identité allemande sans parler de cet été qui a vu tout un peuple en mouvement, d’abord ces milliers de réfugiés est-allemands passés par la Hongrie, la Tchécoslovaquie et la Pologne, mais surtout par la Hongrie, ce pays courageux. Enfin tout un peuple en mouvement en Allemagne de l’Est faisant la première révolution démocratique et pacifique de l’histoire allemande ! Comment puis-je parler de mon identité allemande sans me souvenir de ces trains d’espoir, de ces larmes de joie, que j’ai partagées avec des milliers de compatriotes des deux côtés de l’Elbe et du mur de Berlin ? Sans me rappeler que l’écroulement du statu quo – état de non-guerre en Europe, mais non d’une vraie paix civile – est aussi l’écroulement du statu quo dans nos têtes, têtes figées qui avaient si longtemps accepté et intériorisé une situation pétrifiée et anormale, parce qu’il n’y avait pas alors d’alternative ?

26La parenthèse que constitue désormais dans l’histoire la division du continent européen et de l’Allemagne s’est fermée après quatre décennies ; ce que tous les pays occidentaux affirmaient souhaiter. Ce fut un moment heureux, mais pas toujours aisé, du retour à l’Europe. Les Allemands de l’Ouest avaient été obligés en 1949 de faire un choix brutal : choisir entre la démocratie et l’unité nationale. Ils avaient choisi la première et ont ancré cette démocratie à l’intérieur d’une communauté ouest-européenne démocratique. Ceci leur semblait être la meilleure façon de développer leur identité et à long terme sauvegarder les valeurs de leur unité nationale, dans la lignée des mouvements démocratiques et libéraux de 1848 et d’avant. Notre patrie, ce ne fut pas la rfa, mais la démocratie allemande suspendue pendant quatre décennies au-dessus de l’Elbe. La guerre froide pour les Allemands a aussi été une guerre civile. La détente rendait cette guerre civile plus supportable, sans toutefois lui apporter de solution. Ayant vécu moi-même pendant douze ans à Berlin, à l’ombre du Mur, je n’ai jamais pu avaler avec aisance cette pilule de l’histoire, tout en ayant appris mes leçons sur la stabilité et l’état de non-guerre en Europe. Depuis cet automne, la guerre civile au cœur de l’Allemagne a pris fin. Pour la première fois depuis 1933 se réalise dans la partie Est de la nation allemande, entre l’Elbe et l’Oder, une nouvelle démocratie. Dorénavant, l’ancienne frontière sur l’Elbe et sur le Mur n’existe plus. Pour la première fois existe sur le sol allemand tout entier une démocratie voulue par les populations elles-mêmes.

27Aussi bien n’y a-t-il rien à réunir, car cela impliquerait une sorte de retour en arrière. Il n’y a qu’une progression vers l’avenir, vers une nouvelle unité. Mais c’est un processus fort compliqué et cela fait partie de cette responsabilité particulière de l’Allemagne.

28Néanmoins, depuis le 9 novembre, il est évident que l’Allemagne retourne à elle-même en même temps que se retrouve l’Europe tout entière. Ceci n’est pas une contradiction, plutôt un défi et une chance pour nous tous, car la stabilité et l’épanouissement de l’Europe ne peuvent guère être fondés sur une instabilité allemande causée par des divisions artificielles.

29Quand j’ai assisté aux retrouvailles des populations des deux cotés du mur, en voyant leurs larmes de joie et en entendant leurs rires, j’ai eu la certitude que la nation allemande, dans son sens le plus démocratique, n’avait pas cessé d’exister. Car une nation n’est-ce pas, selon la définition même d’Ernest Renan, « un plébiscite de tous les jours », la volonté de vivre en commun ? Et voilà un plébiscite qui a balayé toutes les prévisions et tous les calculs des architectes politiques du statu quo en Europe.

30Nous n’avons heureusement pas empêché cette évolution à la fois naturelle, démocratique et pacifique. Nous avons su guider ce mouvement vers l’Europe. Les Allemands de l’Est ne sont pas seulement venus à la démocratie et à l’Allemagne, ils sont aussi revenus vers l’Europe. Et n’oublions pas, nous autres pères, enfants et acteurs de la réconciliation et de l’amitié franco-allemandes, que cette réconciliation et amitié ne furent jamais conçues seulement pour la partie ouest des pays allemands. Nous qui avons vécu cette expérience heureuse sommes appelés à l’élargir aux Peter, Helga et Hans de Leipzig, Greifswald ou Francfort sur l’Oder.

31Quand Joseph Rovan fut libéré du camp de concentration de Dachau, il a lancé aux Français un appel émouvant à la réconciliation et à la responsabilité pour une nouvelle Allemagne démocratique. L’Allemagne future, écrivait-il le1er octobre 1945, dans la revue Esprit, sera ainsi « l’Allemagne de nos mérites ». Et il concluait : « Si la devise de la République n’exprime plus la vocation universelle de la France, en quel nom la Résistance a-t-elle résisté ? L’épouvantable plaie que l’Allemagne étale maintenant au cœur de l’Europe jugera l’œuvre des Nations. L’Allemagne de demain sera la mesure de nos mérites. » L’Allemagne de demain, du siècle qui s’ouvre à nous, celle qui ira du Rhin et de la Sarre à l’Oder et la Neisse, sera également celle de nos mérites communs.

32Le 9 novembre 1989, devant la porte de Brandebourg, j’ai pensé que tous les Allemands devraient commémorer le 9 novembre comme une journée nationale pour tous. Avec une triple signification, puisque ce jour nous rappelle trois moments de notre histoire :

  • le 9 novembre 1989, la fête des retrouvailles démocratiques en Allemagne et le début de la première révolution démocratique et pacifique sur le sol allemand ;

  • le 9 novembre 1938, quand les nazis mirent le feu aux synagogues juives du Reich, avant d’exterminer les meilleurs éléments de la culture allemande et européenne, sans que leurs projets ne rencontrent de résistance significative ;

  • le 9 novembre 1918, jour de la proclamation de la première République allemande, dont on sait qu’elle a échoué parce qu’elle n’a été soutenue ni par le peuple allemand ni par ses voisins européens.

33Cette triple expérience a la valeur de trois messages : celui du bonheur, celui du deuil et celui de la vigilance. Pour l’ensemble des Allemands, je souhaiterais un nouvel hymne national : la musique du chœur final de la neuvième symphonie de Beethoven, « l’ode à la joie », mais sur les paroles de Bertolt Brecht, composées après la guerre : « Que la paix, la liberté et l’amitié entre les peuples soient le serment de fidélité des Allemands/Avec les peuples de l’Europe nous bâtissons la nouvelle époque/De la mer aux Alpes, de l’Oder au Rhin doivent régner à jamais dans les pays allemands la paix et la liberté. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search