Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Première partie. Introspection

5. Démons

Note de l’éditeur

Ce chapitre reprend la première partie du texte d’une conférence donnée par l’auteur devant le « Cercle Goethe » de Québec et « Les programmes d’Allemand » de l’université Laval, Québec, le 3 décembre 1992, ainsi qu’à l’Institut Goethe d’Ottawa et au Département d’allemand de l’Université d’Ottawa, le 5 décembre 1992.

Texte intégral

Conjurer ce qui a été fait : mais à quelle fin ? Non pour que la haine perdure. Il s’agit seulement d’ériger un signe dans l’obéissance envers le Signe de l’Éternel, qui veut dire : « jusqu’ici et point plus loin ». Un signe de commémoration, écrit, sur quelle matière et pour qui ? Ah, c’est dans l’air qu’écrit celui que se souvient d’eux, d’eux dont la part de vie terrestre est passée, poussière et cendres dans la terre et dans le vent. On a oublié. Et il est nécessaire que l’oubli se passe, car comment pourrait vivre celui qui ne peut oublier ?
Cependant quelquefois quelqu’un doit être là qui se souvient. Car ici il y a davantage que des cendres dans le vent. Une flamme est là. Le monde mourrait de froid si cette flamme là n’existait pas.

Albert Goes, Le sacrifice sur le bûcher

1Parler de l’Allemagne, en parler en tant qu’Allemand, c’est non seulement pouvoir parler de Goethe, d’une Allemagne belle, intéressante et présentable, et, partant, du plaisir d’être Allemand. Comme on pouvait encore le faire, à l’automne 1989, quand des millions d’Allemands chantaient une ode à la joie nationale et que la rencontre des deux Allemagne ressemblait à une orgie de plaisir. « La fête populaire devant le Mur. Des pieds qui pendaient et des policiers qui riaient. Nous l’avons vécue. L’histoire allemande peut aussi pour une fois bien se dérouler. Des pieds qui pendaient. Des policiers qui riaient. Des gens, qui ne s’étaient jamais vus, s’embrassaient. » Voici ce qu’écrivait Martin Walser à l’époque, en concluant sur une note de joie et d’espoir : « La politique doit maintenant correspondre à ce niveau. »

2Mais parler de l’Allemagne ne signifie pas toujours parler de pieds qui pendent, de policiers qui rient et de gens qui s’embrassent. Cela signifie aussi se prononcer sur des noms tels que Hoyerswerda, Hünxe, Rostock-Lichtenhagen, Mölln, c’est-à-dire xénophobie, néonazisme, racisme, et aussi sur des êtres humains humiliés, tués et brûlés, des tombes profanées, des hommes violentés. Ce ne sont pas des forfaits atroces, ce sont des faits, des faits très conscients, qui sont déjà bien terribles quand ils se passent ailleurs. Mais quand ils se passent en Allemagne, ils réveillent le souvenir particulièrement cruel d’un fardeau allemand. Ce fardeau a pour nom Auschwitz.

3Des personnes qui vivent à l’étranger, qu’ils soient allemands ou qu’ils aiment l’Allemagne, me demandaient lors de mon séjour à Montréal, alors que ces faits étaient à la une de l’actualité : « Est-ce vraiment si grave ? » Ils espéraient peut-être que je leur fasse croire que non, que je leur dise qu’il ne s’agit que de quelques monstres méchants qui traînent dans la boue la bonne Allemagne. Et après tout, les autres ne sont-ils pas eux aussi... ? Les autres ne font-ils pas eux aussi... ?

4Et ceux qui, à l’étranger, n’aiment pas trop l’Allemagne ou qui vivent avec leurs anciennes peurs, me demandent : En êtes-vous à nouveau là ? L’horrible ventre de l’être allemand est-il à nouveau fertile ?, celui dont une fois déjà était sorti l’abominable monstre grimaçant du fascisme ? Et ils attendent peut-être de moi des données et appréciations qui corroboreront l’éternelle noirceur.

  • 1 « Verfluchtes Volk ! Kaum bist du frei/So brichst du dich in dir selbst entzwei/War nicht der Not, (...)

5Que dois-je leur dire ? J’éprouve tout d’abord la même juste colère que Goethe : « Peuple maudit, à peine libéré tu te brises en toi-même – n’as-tu pas eu assez de détresse et assez de chance. Allemand ou Germain – tu ne t’assagiras donc jamais1 »

6Et je leur dis que j’ai honte de cette engeance néonazie, qui, dans son aveuglement décérébré, pratique, couverte par la nuit, la chasse à l’homme, mais qui reste aussi couverte, en pleine lumière du jour, par de secrètes connivences. Ils dénoncent leurs ennemis : ce sont les gauchistes, les homosexuels, les demandeurs d’asile, les juifs, les étrangers, les handicapés, les tziganes. Il y a eu dix-sept morts en 1992 dans l’Allemagne unifiée, dont dix dans l’ancien Ouest et sept dans l’ancien Est, parmi lesquels dix Allemands et sept étrangers.

I

7J’ai honte pour les gens qui ont assisté muets aux premiers excès perpétrés contre les foyers des demandeurs d’asile et qui – comme à Hoyerswerda – sont même allés jusqu’à applaudir, car les victimes n’étaient que des « demandeurs d’asile », des êtres humains donc, qui de toute façon n’avaient rien à faire là. Le goût d’applaudir leur est-il passé à cette claque ouverte ou clandestine ? Que les photos des cadavres d’enfants carbonisés de Mölln aient au moins eu cette signification ultime, superflue et désespérée !

8Je critique nos institutions étatiques, qui ont assisté trop longtemps sans rien faire à ces agissements criminels et qui ont renoncé à appliquer la loi. La Constitution allemande interdit tout étalage de signes et symboles nazis. Et selon l’article 1 de la Loi fondamentale : « La dignité de l’homme est inviolable. Son respect et sa protection constituent une obligation pour tout pouvoir étatique. » Chaque skinhead vociférant Heil Hitler enfreint donc la loi et est un ennemi de la Constitution. Il y eut une époque où la police était moins douce vis-à-vis des manifestants. La puissance étatique s’est laissée enlever depuis peu le monopole de l’emploi de la force, qui est pourtant un principe juridique sacro-saint de l’État moderne.

9Je critique les photographes de presse, qui courent après chaque skinhead criant Heil Hitler et le prennent en gros plan – et parfois le poussent à l’action - pour lui faire la publicité qu’il recherche, au lieu d’utiliser cette photo comme preuve pour susciter une dénonciation, au lieu de prendre les devants pour faire naître cette résistance, dont ils déplorent hypocritement l’absence dans la population.

10Je critique les juges, qui paraissent borgnes de l'oeil droit et qui dans leurs jugements manifestent plus de compréhension pour les assassins haineux que pour les victimes. Le cas de l’Angolais Amadeus, tué dans le Brandebourg, qui laisse derrière lui une amie allemande et un enfant, et dont le meurtre a été banalisé en « délit typique de jeunes », n’est pas un cas isolé. De tels jugements encouragent l’usage de la terreur !

11Je suis déçu par un pays qui se plaint davantage de ses grands problèmes économiques et sociaux qu’il ne plaint la Somalie où les gens meurent de faim et où des bandits pillent et tuent. Qui se plaint, au lieu d’être conscient de l’énorme richesse et des énormes potentiels qu’il possède et au lieu de faire quelques sacrifices, qui en outre s’avéreraient intéressants à long terme. Comment se fait-il qu’un peuple qui était si disposé à faire de grands sacrifices pour des guerres insensées désespère si vite de cette nouvelle paix ?

12Je prends mes distances vis-à-vis des hommes politiques et des chefs d’entreprise qui se soucient uniquement de la xénophobie dans leur pays quand l’image de l’Allemagne à l’étranger, c’est-à-dire les chiffres des exportations allemandes, en pâtit.

13Je suis attristé par l’attitude de beaucoup de gens de ma génération qui, pénétrés de grands idéaux, voulaient en 1968 rendre heureuse la moitié de l’humanité par un communisme de l’âge de pierre et qui, aujourd’hui, se retranchent derrière leur villa de professeurs ou d’avocats, tout en tenant des discours intelligents et irresponsables sur le droit universel d’asile. Selon la devise : laissons venir tous les enfants du Tiers monde, mais s’il vous plaît, pas dans les jardins alternatifs qui fleurissent devant nos portes.

14Je suis irrité par les pédants ouest-allemands et les experts mal informés, qui sont si prompts à faire de la « banalité du mal », comme le dit Hannah Arendt, un problème purement est-allemand et ne veulent pas voir que la rupture-sortie hors de la communauté humaine de la société, la marginalisation de groupes entiers de jeunes constitue également un défi ouest-allemand et, en réalité, un défi qui concerne toute l’Allemagne. Ces moralistes qui reprochent aux Allemands de l’Est de refouler leur histoire et ne veulent pas voir avec quelle résistance et avec quelle tristesse, dans quelle solitude et dans quel abandon, ces derniers essayent d’oublier les tortures et les traumatismes moraux que les communistes leur ont infligés.

15Je critique un système scolaire qui a rompu les ponts entre les générations, qui n’embauche plus de jeunes professeurs depuis quinze ans, si bien que les plus jeunes professeurs qui affrontent les écoliers sont des soixante-huitards grisonnants, de jeunes vieillards en jeans. Ce sont là des économies qui nous coûtent bien cher !

16Je m’inquiète d’une évolution en Allemagne qui aboutit, selon un sondage, à ce que seulement 35 % des jeunes interrogés en Allemagne de l’Est associent l’effondrement de la RDA à la victoire de la démocratie, alors qu’ils sont 54 % à le lier à l’insécurité quant à leur avenir professionnel, 51 % à des charges et à des peurs individuelles et 23 % à des conflits et des problèmes dans leur propre famille.

17Je suis atterré quand mes meilleurs étudiants à Montréal modifient leur séjour en Allemagne, désiré depuis longtemps, et rayent certaines villes et régions de leurs projets. Ils ont peur parce qu’ils pensent ne pas avoir l’air « assez allemands ».

18J’ai honte de ce qui est advenu de mon pays, ce pays qui à l’automne 1989 paraissait encore être le pays le plus heureux de la terre et qui, quelques années plus tard, rappelle les dures paroles de Hölderlin :

  • 2 « Ich kann kein Volk mir denken, das zerrissener wäre wie die Deutschen. Handwerker siehst du, aber (...)

Je ne puis imaginer aucun peuple qui soit plus déchiré que le peuple allemand. Tu vois des artisans, mais point d’êtres humains. Des penseurs, mais point d’êtres humains. Des poètes, mais point d’êtres humains. Des seigneurs et des valets, des jeunes et des gens expérimentés, mais point d’êtres humains - n’est-ce pas là un champ de bataille où des mains et des bras, et tous les membres, gisent entremêlés pendant que le sang répandu de leur vie s’écoule dans les sables2 ?

II

19Ce sentiment de honte, personne ne me l’enlèvera.

20Et si un jeune réfugié de la guerre yougoslave est refoulé du Canada, menottes aux poings, parce que 360 réfugiés bosniaques c’est manifestement trop pour le Canada, alors ce n’est pas mon problème, mais celui des Canadiens. Mais, si ce réfugié refoulé se retrouve en Allemagne, à côté des 235 000 autres réfugiés yougoslaves, et s’il devient la cible de la xénophobie dans cette même Allemagne, alors cela devient mon problème.

21Car comme disait le poète : « Je ne parle pas de la honte des autres, mais de la mienne. »

22Mais je parle aussi de ma fierté.

23Je suis également fier d’un pays qui, à lui tout seul, accueille plus de 50 % de tous les réfugiés politiques en Europe – en chiffres, cela a atteint environ un demi million en 1992.

24Je suis également fier d’un pays qui, malgré les problèmes évidents que posent les réfugiés, ne les ramène pas collectivement aux frontières, comme c’est le cas en Italie, en France, aux Pays-Bas et en Angleterre, mais qui au contraire respecte le droit d’asile et examine encore chaque cas particulier suivant la procédure légale exigée par l’État de droit.

25Je suis également fier d’une démocratie qui ne jette pas à la corbeille le droit fondamental de la Constitution, simplement parce que la situation a rendu ce droit inconfortable et qu’il pourrait faire l’objet d’abus. Au lieu de cela, cette démocratie allemande se débat dans un processus politique douloureux en se demandant comment modifier le processus d’asile pour en limiter les abus, sans pour autant toucher au droit fondamental ?

26Je suis également fier d’un Président de la République fédérale, qui a dit préférer être bombardé d’œufs plutôt que de supprimer le droit à la liberté d’opinion. Fier également d’un gouvernement régional qui préserve de la disparition le seul théâtre tzigane en Europe, peut-être la seule institution culturelle des Rom subventionnée par l’État.

27Je suis fier des centaines de milliers d’Allemands qui descendent – enfin – dans la rue pour clamer que nous sommes tous des étrangers, qui condamnent leurs hommes politiques pour leur manque de détermination dans la lutte contre les néonazis et se battent aussi pour le droit fondamental d’asile.

28Je suis également fier des milliers d’Allemands qui, loin des caméras de télévision et des reporters, envoient de la nourriture et des vêtements en Russie, en Roumanie ou en Croatie et hébergent des réfugiés de Bosnie.

29Je m’incline devant ce préretraité de Wuppertal qui fut brûlé par des skinheads parce qu’il avait dit : « Salauds de nazis ! » Il fut tué parce qu’il a fait de la résistance, à l’instar du commandant de la marine marchande Gustav Schneeclaus, tué à coups de latte par deux skinheads parce qu’il avait qualifié Hitler de criminel.

30Je suis heureux quand des maires français et européens se rendent dans leur ville jumelée hanséatique au bord de la mer baltique, après les troubles xénophobes de Rostock, non pour prêcher la morale ou protester, mais pour parler avec leurs collègues en fonction à Rostock, parce qu’ils considèrent qu’ils ont les mêmes problèmes.

31Je suis ému quand François Brousseau écrit dans le quotidien de Montréal Le Devoir « Ne tirez pas sur les Allemands » (16 novembre 1992) et qu’il évoque précisément cette communauté liée par des défis.

III

32Dans de telles circonstances, la question suivante revient sans cesse : « Bonn est-elle Weimar ? »

33Nous ne devons pas répondre à la légère à cette question, mais examiner de très près, de manière très critique et attentive, les éléments qui favorisent le danger d’une répétition.

34La démocratie allemande n’est pas la République de Weimar. Celle-là était méprisée par son propre peuple et par ses voisins, et personne n’est intervenu pour la secourir. C’était une république sans républicains, pire encore : sans démocrates, dans une Europe dont la majorité des pays n’était pas démocrate.

35Elle fut à plusieurs reprises renvoyée à sa propre faiblesse par ses voisins européens et ses anciens adversaires de guerre. Et cette faiblesse était le prétendu « Diktat de Versailles », qui ne fut pas imputé au parti de la guerre, mais à la jeune République.

36La nouvelle République allemande est une démocratie avec des démocrates et avec une société démocratique. Elle s’est développée pendant quarante ans à l’Ouest comme part de l’Europe occidentale. Elle a été construite de haute lutte à l’Est, grâce à la première révolution allemande qui fut couronnée de succès.

37La nouvelle République allemande est ancrée dans une Communauté européenne qui certes connaît des problèmes, mais dont l’histoire est la plus grande « success story » du XXe siècle. Chacun des pays membres sait très bien que les problèmes de l’un sont aussi ceux de l’autre. Il leur faut parfois du temps pour le réaliser, mais ils finissent tous par en être convaincus.

38Les faiblesses de mon pays proviennent aussi du fait que l’État redoute de se comporter de manière restauratrice et autoritaire, et du fait également que les citoyens empêchent leur État de redevenir un État dominateur.

39Cette constatation ne signifie pas pour autant qu’on puisse revenir à l’ordre du jour pur et simple et attendre tranquillement la suite des événements, en espérant que le calme soit bientôt rétabli en Allemagne. Ne fut-ce pas déjà le cas après les succès électoraux du parti d’extrême droite NPD (National-Démocrate), à la fin des années 1960, quand le cauchemar, ayant suscité une grande inquiétude, s’effaça très vite ?

40Il est vrai qu’en Allemagne nous n’avons pas le droit de nous assoupir tranquillement. En cela, nous nous distinguerons toujours des autres. Non pas que nous soyons plus mauvais ou plus méchants, mais parce que nous devons être plus vigilants. Tel un homme qui a provoqué un grave accident de voiture et après cela conduira toujours autrement.

  • 3 Buchenwald signifie « la forêt de hêtres »

41Ce devoir de vigilance nous l’avons, parce que nous ne pouvons plus seulement invoquer le nom de Weimar pour définir notre image de l’Allemagne. Celui qui parle aujourd’hui de Weimar doit aussi parler de Buchenwald. Sur le mont Ettersberg, là où Goethe se promenait autrefois, se trouva plus tard ce camp de concentration au nom si romantique3

42« Nous devons toujours nous souvenir. Il n’est pas possible de demeurer silencieux », disait Thomas Bernhard dans Avant la retraite, sa comédie si cruelle.

Notes

1 « Verfluchtes Volk ! Kaum bist du frei/So brichst du dich in dir selbst entzwei/War nicht der Not, des Glücks genugl Deutsch oder Teutsch, du wirst nicht klug. » Johann Wolfgang von Goethe : « An die T... und D... » (1814), dans J.W.v. Goethe, Über die Deutschen [Au sujet des Allemands], Francfort-sur-le-Main, Insel taschenbuch, n° 325,1982, p. 38.

2 « Ich kann kein Volk mir denken, das zerrissener wäre wie die Deutschen. Handwerker siehst du, aber keine Menschen, Denker, aber keine Menschen, Priester, aber keine Menschen, Herrn und Knechte, Jungen und gesetzte Lente, aber keine Menschen - ist das nicht ein Schlachtfeld, WO Hände und Arme und alle Glieder zerstückelt untereinander liegen, indessen das vergossene Lebensblut im Sande zerrinnt ? » Friedrich Hölderlin, Hyperion oder Der Eremit in Griechenland, Francfort-sur-le-Main, insel Taschenbuch, n° 365,1979, p. 190.

3 Buchenwald signifie « la forêt de hêtres »

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search