Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Première partie. Introspection

4. Le défi des nouvelles frontières

Note de l’éditeur

Ce texte est paru dans la revue Allemagne d’aujourd’hui, no 120, avril-juin 1992, p. 34-40. Il a été écrit en collaboration avec Valérie Guérin-Sendelbach.

Texte intégral

I

  • 1 Daniel Vernet, La renaissance allemande, Paris, Flammarion, 1992, p. 212.

1« Qu’est-ce qu’un Allemand ? » Cette question de Nietzsche sans cesse posée sous des formes diverses, par exemple par Daniel Vernet, qui en 1992 la condamnait lui aussi à rester sans réponse1 a fini par devenir un miroir tendu aux autres. Et nous savons qu’à la question « Qu’est-ce qu’un Européen ? », la réponse elle aussi manque d’évidence. L’Europe tout entière se retrouve aujourd’hui dans une situation singulière : les anciennes frontières s’étant effondrées, de nouvelles frontières surgissent.

2Tout en fermant l’une des parenthèses les plus douloureuses de son histoire récente, le continent retrouvé se met à la recherche de ses contours intérieurs et extérieurs, recherche qui se révèle plus controversée et douloureuse que prévue. Cela n’épargne pas l’Allemagne. La réalisation de l’utopie d’une Allemagne libre, démocratique, fédérale et européenne a engendré toute une série de contradictions. Il suffit d’en citer quelques-unes, chacune étant le reflet d’une préoccupation majeure.

3L’unification allemande et l’effondrement de ce qu’on appelle « l’ordre » d’après-guerre ont placé l’Allemagne et ses partenaires dans une situation paradoxale. D’une part, les responsabilités de l’Allemagne en tant que membre de la communauté européenne et internationale se sont élargies objectivement en raison de sa souveraineté retrouvée, de même que s’est accrue l’attente de ses partenaires, fondée sur sa réunification. Ces derniers, à l’Ouest comme à l’Est, au Nord comme au Sud, sont en droit d’attendre, eu égard au poids économique et politique de la RFA-bis, davantage qu’un engagement verbal, symbolique ou qu’un soutien purement financier. La crise du Golfe avait montré une première fois que la « diplomatie du carnet de chèques » ne répond plus à l’attente des alliés de l’Allemagne. D’autre part, l’Allemagne, comme ses partenaires, n’a qu’une conscience diffuse de ce que cette nouvelle situation implique sur le plan international. Où, comment et jusqu’à quel point l’Allemagne doit-elle s’engager ?

II

  • 2 C'est seulement après le dépôt le 15 mars 1991 des documents portant ratification du traité « 2+4 » (...)

4Depuis la Réunification, la politique allemande semble louvoyer entre un réel souci d’agir et une passivité latente. La guerre du Golfe a assez bien témoigné de sa difficulté à réagir, bien qu’il faille tenir compte du fait que le gouvernement allemand était alors handicapé par la procédure de ratification des traités sur l’unification, formellement close en mars 19912 seulement. Quelques années plus tard, la crise yougoslave illustra quant à elle le dilemme entre action et réaction ainsi que l’interrogation des autres États face à une Allemagne agissante. Ses tergiversations lui furent reprochées. Après avoir soutenu l’intégrité territoriale yougoslave jusqu’en juillet 1991, Bonn s’est fait l’avocat des Slovènes et des Croates dès le mois d’août, puis a fait volte-face, grâce à l’impulsion de la France, pour contribuer à définir une position communautaire et enfin reconnaître unilatéralement les seules Républiques Slovène et croate en décembre 1991. Sur le sol ex-yougoslave, les casques bleus furent présents dès 1989 pour éviter le pire, parmi eux se trouvaient entre autres des soldats français et kenyans, mais aucun soldat allemand. Difficile parcours d’un pays à la recherche de sa « normalité ».

  • 3 Voir Karl Kaiser et Klaus Becher, Deutschland und der Irak-Konflikt. Internationale Sicherheitsvera (...)

5Quelle normalité ? L’Allemagne retrouve certes le statut d’un État « normal », mais normal dans la mesure où elle essaie comme chaque État de pratiquer une politique tenant compte de ses intérêts propres et de ses conditions spécifiques. Cela n’implique pas forcement pour elle « d’envoyer » des soldats là où le monde est en crise, comme peuvent le faire ses partenaires ; l’impact de l’histoire et la continuité de la mémoire collective font en sorte qu’une telle action militaire dépend, dans son cas, d’un consensus à la fois intérieur et extérieur, c’est-à-dire du consentement des Allemands eux-mêmes et de leurs voisins au sens le plus large. Par conséquent, c’est moins un problème « constitutionnel » qu’un problème de culture politique et d’acceptance3.

6Quoi que fasse l’Allemagne unifiée, elle est jugée et elle-même doit se juger en regard de son histoire, qui inclut aussi celle d’après 1949 ! Elle doit donc se garder d’être frappée d’amnésie historique, pour ne pas céder au vertige de la puissance. Pour ce faire, il convient d’éviter les entrechats gênants dans la politique du fait accompli et un néfaste sans-gêne diplomatique fondé sur une surestimation de sa propre puissance. Une telle politique ne ferait qu’éveiller les soupçons de ses voisins et nuirait à sa crédibilité.

III

  • 4 Voir entre autres Michel Colomès, « L’Europe sera-t-elle allemande ? », Le Point, 22 février 1992, (...)

7Étant donnée la rapidité des bouleversements récents, il n’est pas étonnant que l’Allemagne ait certaines difficultés à maîtriser sa puissance fraîchement acquise. Sa politique de reconnaissance de la Slovénie et de la Croatie, les spéculations autour d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies ou bien encore sa demande pour que l’allemand devienne la troisième langue de travail à la Commission européenne, sont perçues à l’étranger et en particulier en France4 comme l’expression d’une nouvelle volonté de puissance, alors qu’elles seraient en d’autres circonstances - pour le moins en ce qui concerne la dernière de ces revendications – considérées comme légitimes. Alors que dans le débat politique intérieur en Allemagne, tout laisse à penser que ni le monde politique ni l’intelligentsia ne sont à la hauteur de ces nouveaux défis. Un véritable débat sur la politique étrangère et de sécurité tenant compte des évolutions récentes et du rôle de l’Allemagne n’a pas encore eu lieu. En 1992, le SPD restait encore pudiquement cloué sur ses positions passées ; quant aux conservateurs chrétiens, ils semblaient disposés à suivre la politique des alliés de l’Allemagne et à engranger les effets bénéfiques sans avoir à en supporter les inconvénients.

8Le travail de conception du côté politique semblait se réduire au one-man-show du ministre des Affaires étrangères, H.D. Genscher, le maître à penser en la matière. Depuis la démission de ce dernier le 17 mai 1992, ce fût la tâche de son successeur, Klaus Kinkel, puis Joschka Fischer, le premier Vert à remplir cette tâche. Quant aux intellectuels, leurs différentes attitudes témoignent plutôt d’un abstentionnisme trompeur, comme si l’Allemagne était devenue une sorte de Suisse. Ni le dessein de l’unification allemande, ni celui de la construction européenne, ni les problèmes de l’immigration ou de l’asile politique, ni les nouvelles frontières qui s’avancent dans l’Europe de l’Est et du Sud, ne les poussent à un sursaut vital collectif.

IV

  • 5 Voir Werner Eggert, « Volk der Euro-Muffel », Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, no 13, 27 mars 1 (...)

9L’internationalisme militant de toute une génération s’est-il transformé en un nouveau « provincialisme », mot cher à Karl Heinz Bohrer, directeur du Merkur, seule revue allemande/européenne ayant survécu, parmi les multiples revues de l’esprit nouveau d’après-guerre. Wolf Biermann, jadis déjà condamné – avec Robert Havemann – à se singulariser au sein de l’intelligentsia allemande (à l’Est comme à l’Ouest) par sa résistance antistalinienne, semble une nouvelle fois devoir porter seul le fardeau d’un engagement impopulaire. Le nouveau « provincialisme » aux habits cosmopolites des dirigeants politiques et des avant-gardes culturelles en Allemagne peut difficilement constituer un remède efficace pour empêcher les Allemands de bouder l’Europe5

  • 6 Voir chapitre 4 de cet ouvrage.

10Aussi la nouvelle Allemagne présente-t-elle des images contradictoires. Les voix xénophobes contribuent à renforcer un nouveau discours sur l’Allemagne6 Ainsi, l’Allemagne aurait – à un moment donné – modifié en un tournemain son discours européen. Autant celle-ci était favorable à l’intégration européenne qui en 1989-1990 devait encadrer son processus d’unification, autant elle semblerait, après le sommet de Maastricht, remettre en cause la réalisation de l’union monétaire parce qu’elle fera disparaître le deutschemark. En effet, en Allemagne, on met volontiers l’accent, depuis la Réunification, sur le coût de l’intégration, et on rappelle quelle est sa participation financière au budget européen, faute de pouvoir faire comprendre, d’une manière beaucoup plus énergique et convaincante, la nécessité d’une Europe unie. La situation a depuis évolué, mais le désenchantement européen n’a pas épargné les autres populations d’Europe.

11Le revers de la médaille n’est point un patriotisme introverti prêt à consentir aux sacrifices nécessaires à l’unification, patriotisme qui exigerait des Allemands une solidarité partagée. Bien au contraire, on relève à l’Ouest les craintes de ceux qui ne veulent renoncer en rien à leur bien-être acquis et à l’Est l’envie de ceux qui s’estiment lésés. Face au décalage matériel entre l’ancienne RFA et l’ancienne rda, les hédonistes de l’Ouest et les nationaux-allemands de l’Est finissent par se fondre à distance dans l’uniformité d’un petit égoïsme. Pire encore, à l’Ouest, les néo-nationalistes ne savent même plus prêcher la générosité d’une nation tout entière et les anciens internationalistes ne savent même plus élargir leur tiers-mondisme au village voisin. Force est de constater qu’un tel provincialisme hybride fait tache d’huile en Europe. En faire une singularité allemande ou française ou italienne serait éluder la nature du problème. Néanmoins, en nier les spécificités nationales serait tout bonnement naïf.

Notes

1 Daniel Vernet, La renaissance allemande, Paris, Flammarion, 1992, p. 212.

2 C'est seulement après le dépôt le 15 mars 1991 des documents portant ratification du traité « 2+4 » par l’union soviétique, la dernière des quatre puissances à l’avoir ratifié, que celui-ci est entré officiellement en vigeur. Il était alors mis fin aux limitations apportées après 1945 à la souveraineté allemande. Sur le contexte international, voir Karl Kaiser, Deutschlands Vereinigung. Die internationalen Aspekte. Mit den wichtigen Dokumenten, bearbeitet von Klaus Becher, Bastei-Lübbe, Bergisch Gladbach, 1991.

3 Voir Karl Kaiser et Klaus Becher, Deutschland und der Irak-Konflikt. Internationale Sicherheitsverantwortung Deutschlands und Europas nach der deutschen Vereinigung. Arbeitspapiere zur Internationalen Politik, vol. 68, Bonn, 1992, p. 96 et sv.

4 Voir entre autres Michel Colomès, « L’Europe sera-t-elle allemande ? », Le Point, 22 février 1992, p. 19.

5 Voir Werner Eggert, « Volk der Euro-Muffel », Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt, no 13, 27 mars 1992, p. 1.

6 Voir chapitre 4 de cet ouvrage.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search