Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Première partie. Introspection

3. La paix et l’environnement : du rôle des grandes incantations

Note de l’éditeur

Ce texte reprend une intervention de l’auteur au colloque international « L’Europe de la pensée – l’Europe du politique », Albi, 5-6 mai 1989, organisé conjointement par le Forum international de politique, Cosmopolitiques, le Messager européen et le Centre culturel albigeois. Il a été publié dans Cosmopolitiques, numéro spécial, août 1989, p. 41-54.

Texte intégral

Souvent j’ai jeté un appel d’alarme vers mes amis inconnus pour qu’ils m’aident à secourir des détresses humaines, et toujours ils ont entendu ma voix. Aujourd’hui il s’agit de secourir des arbres, de nos vieux chênes de France, que la barbarie industrielle s’acharne à détruire. Pierre Loti, Le château de la Belle-au-bois-dormant (1910)

1« Paix » et « environnement » – deux véritables incantations politiques qui ont envoûté depuis quelques années les échanges intellectuels en Europe. Il en est de même pour le débat en Allemagne fédérale, mais également sur cette Allemagne occidentale.

2Si je me prononce avec grand plaisir sur ce sujet, c’est surtout sur la base d’une expérience transnationale, dans l’intention d’élargir le dialogue transfrontalier au service d’une « Europe de la pensée et du politique ».

3Pour commencer, quelques réflexions brèves, à partir d’une pratique du dialogue franco-allemand, sur ces deux thèmes qui ont une tendance fatale à se « germaniser » soit dans le regard du voisin, soit par un certain nombrilisme alternatif en rfa même.

I

  • 1 Paris, Grasset, 1989.

4Je ne veux point recenser tous ces discours alarmistes sur la dérive politique et psychologique de l’Allemagne occidentale, ces cris de Cassandre sur le « pacifisme allemand » et les écologistes d’outre-Rhin, discours et cris qui, hélas, sont loin d’avoir disparu. Pensons tout simplement au livre d’Alain Minc La grande illusion1 dont les thèses ont fait des mois durant la « une », pendant que lui-même s’engageait dans une tournée de conférences et d’interviews tous azimuts.

5Écoutons ses observations claires et surtout simples, qui ont l’avantage de résumer ce que tant d’autres ont dit, écrit et projeté avant lui.

  • 2 Ibid., p. 34-36.

La société allemande n’est plus contestée par une minorité [...] Elle vit avec, lovée en son sein, une contre-société. Celle-ci a ses valeurs : la nature, l’écologie, la paix. [...] Elle a sa culture : un étrange melting-pot d’anarchie, de gauchisme, de mythes de la nature, de réflexes pacifistes. [...] Ainsi de l’écologie, qui dépasse de loin le fonds de commerce des seuls verts et des alternatifs. Résurgence du vieux culte germanique de la nature, sous-produit d’une société industrielle confinée sur un espace réduit, substitut idéologique pour un pays sans idéologie. [...] À travers la défense de l’environnement, c’est le modèle de société lui-même qui est enjeu. [...] Le cheminement est clair, qui va de l’écologie au refus du nucléaire et de celui-ci au pacifisme. [...] Un zeste d’évangélisme, un doigt d’écologie, quelques principes luthériens : les ingrédients sont là, qui font du « plutôt rouge que mort » une morale collective. [...] L’amour de la nature mène à la haine du nucléaire, celle-ci au pacifisme et celui-là au découplage. Voilà comment une société civile démocratique devient par sa vitalité même le meilleur allié de l’Union soviétique, le seul pays sans vraie société civile2 !

6Qui donc – toujours d’après Minc – s’étonne encore du « faible écho suscité en République fédérale par Tchernobyl » ? Écoutons son observation qui est renversante, au sens concret du mot.

  • 3 Ibid., p. 53.

Nul ne s’est étonné du faible écho suscité en République fédérale par Tchernobyl : le plus antinucléaire des pays européens s’est le moins ému de la première vraie catastrophe atomique ! Fallait-il une dose d’affection sans limites à l’égard des Ukrainiens et des Soviétiques ! [...] Cette soviétophilie n’est pas l’apanage d’une opinion publique jeune et gauchiste. Personne n’y échappe. [...] Jusqu’où ira l’Allemagne envoûtée3 ?

7Ou écoutons – pour en finir – une autre thèse chère à l’auteur et liée à la première constatation.

  • 4 Ibid., p. 174.

Tues au nom de la sacro-sainte complicité franco-allemande, ces divergences correspondent a de légitimes conflits d’intérêts et non à une inversion de philosophies, entre une France hier nationaliste et désormais communautaire, et une Allemagne auparavant militante européenne et maintenant désireuse de conduire à son tour une politique tous azimuts. [...] Mais ce n’est pas un hasard si l’avenir de la construction européenne se joue sur l’Allemagne, de même que la dérive du continent se fait autour de l’Allemagne. Il n’existe pas de question européenne ; il n’existe qu’une question allemande4

  • 5 Ibid., p. 51-54.

8Il est temps de s’arrêter en cet endroit, pour ne pas faire trop d’honneur à un livre sur le « Drang [allemand] nach Osten5 » et dont la méthode consiste à intenter un procès d’intention sans analyse, sans preuve, voire sur la base d’omissions ou de falsifications pures et simples dans l’intention de singulariser, voire de « germaniser », certains phénomènes 47 qui en fait concernent beaucoup de pays et de sociétés, non la seule Allemagne occidentale.

9Une Allemagne occidentale, d’ailleurs, dont les avant-gardes politiques des années 1960 avaient été à l’écoute d’un certain discours gaullien qui les invitait à relativiser un occidentalisme jugé trop unilatéralement atlantiste, voire pro-américain ; à suivre le message d’une politique de détente, d’une politique de normalisation et de banalisation vers l’Europe de l’Est, voire l’Union soviétique ; et à partager finalement une vision européenne ayant pour but de « surmonter Yalta » et d’établir un règlement de paix embrassant ce continent de « l’Atlantique à l’Oural ».

10Une Allemagne occidentale d’où d’ailleurs les marginaux et les jeunes d’après 68 s’étaient jadis rués en France pour y entendre – par exemple au plateau du Larzac - leurs premières leçons d’antimilitarisme et de protection de l’environnement ; pour y entendre – par exemple chez Lip à Besançon - leurs premiers cours d’utopie sociale ; pour y entendre – par exemple devant les centrales de Malville et de Plogoff ainsi que dans les programmes des partis de gauche - leurs premiers cours antinucléaires ; pour y écouter – par exemple dans les paroles d’un Denis de Rougemont, d’un Bertrand de Jouvenel ou d’un premier candidat « vert » a la présidentielle – en 1974 – leurs premières leçons écologistes.

11Bref, pour y apprendre dans la culture d’une gauche française hégémonique des leçons de pratique, d’utopie et d’imagination politiques qui semblaient totalement étrangères à une société civile ouest-allemande dont, en France, on déplorait alors l’étroitesse politique, le social-démocratisme technocrate, le matérialisme social, l’obsession anticommuniste, l’industrialisme militarisé, le manque d’utopie et d’imagination... bref, le devoir-vivre allemand.

12Une Allemagne occidentale, d’ailleurs, où les jeunes francophiles des années 1960 et 1970 avaient essayé de se réconcilier avec leur propre identité – historiquement brisée – grâce aux messages d’un humanisme pacifique et universel qu’ils avaient cru lire dans un certain trésor : la poésie et la chanson françaises rayonnant au-delà des frontières de l’Hexagone. Par exemple dans les paroles d’un Arthur Rimbaud (Dormeur du Val), d’un Jacques Prévert (Chanson dans le sang, Discours sur la paix ou Sur le champ), d’un Saint-Exupéry (Le Petit Prince), d’un Eugène Bizeau ou d’une Barbara (Göttingen). Et ne parlons pas d’un Boris Vian dont le Déserteur a été la fierté de tant de grands interprètes.

13Toute une génération de jeunes Allemands qui cherchait – à tort ou à raison – en France et à travers la France, celle des années 1960 et 1970, un moyen de penser mieux et d’aimer plus la vie.

II

14Était-ce donc un simple « vertige allemand » qui avait saisi depuis la fin des années 1970 les jeunes Allemands et même les moins jeunes ? À quelle « force de vertige » donc devons-nous cette « peur allemande » de la « mort » dans la nature et dans la société internationale ?

15Arrêtons tout d’abord un propos simpliste, anhistorique et médiatique qui a nourri et continue de nourrir certains préjugés et stéréotypes nationaux trop souvent chers aux besoins d’identité. Sortons des schématismes nationaux là où les problèmes, questions et défis sont relatifs à une menace globale et planétaire.

16La France politique et médiatique, celle des années 1990, a aussi fini par se retrouver devant cette vérité de La Palisse. Environ 8 % de ses électeurs – toutes différences gardées - viennent de démontrer que les nuages de Tchernobyl ne s’arrêtaient pas au Rhin. Eh oui ! Monsieur Minc, il y a deux ans encore, on se moquait à Paris parce que nous étions préoccupés par Tchernobyl.

17Depuis des années, nombre d’analyses et de sondages faisaient pressentir que le souci de l’environnement, une certaine méfiance envers un progrès incontrôlé et la peur d’une destruction globale n’étaient guère une obsession d’outre-Rhin – ni danoise, ni suisse, ni néerlandaise, ni américaine, ni autrichienne, ni italienne, ni suédoise d’ailleurs – et que la population française ne faisait pas, ne faisait plus, cavalier seul en Europe.

18Et nombreux étaient ceux en rfa qui furent - lors du succès des verts français et desdits « républicains » allemands (l’extrême-droite) – brutalement et doublement réveillés dans leur chauvinisme alternatif. Combien il a été facile et agréable de montrer d’un doigt « éclairé » - à partir d’une Allemagne apparemment doublement « propre » – une France apparemment volontairement polluée et à l’assaut du Front national...

19Quoi qu’il en soit, ne commettons pas l’erreur de singulariser certains mouvements ou de confondre l’existence des « verts », des « écologistes » ou des « pacifistes » avec l’existence même des problèmes et des défis à la base de ces mouvements.

20Regardons par exemple des pays entiers antinucléaires, voire a-nucléaires, tels la Suède, l’Italie, la Suisse, sans que ceux-ci n’aient de mouvement « vert » – contrairement à cette rfa qu’Alain Minc appelle le pays « le plus antinucléaire des pays européens » et qui, parsemé de centrales nucléaires – les plus sûres paraît-il, à qui la faute ? – dispose pourtant d’une des industries nucléaires les plus fortes en Europe – après la France. Et regardons de près un mouvement comme celui de « SOS Loire vivante », dont les dimensions sont loin de se réduire à des « écolos » purs et simples. Ne parlons pas de Monsieur Lévy, PDG de Renault, qui a demandé des voitures proprement « vertes » !

21Observons dans nombre de pays hautement industrialisés ce fléau d’industries nouvelles spécialisées dans les techniques d’environnement. L’industrie des « techniques d’environnement » n’est-elle pas devenue un marché de plusieurs milliards ? Dans la seule rfa, on compte plus de 4000 entreprises spécialisées dans les techniques de protection de l’environnement ; leur chiffre d’affaires représentait en 1986 plus de 30 milliards de Mark. Le marché du capital lui-même a découvert le créneau des « investissements alternatifs et éthiques ». Ne parlons pas des projets bancaires et financiers proprement « verts » ou « écologistes », mais plutôt d’un nouveau courant plus important sur le marché financier international – commencé aux États-Unis et en Grande-Bretagne – créant des « fonds d’investissement alternatifs » sur la base de certains principes éthiques (Stewardship Unit, NM Conscience, Abbey Ethical, Merlin Ecology, Bank für Sozialwirtschaft, Secura-Rent « R » et « K », etc.).

22II en est de même pour les « pacifistes ». Faut-il forcément être « pacifiste » pour avoir une opinion quasi « pacifiste » ? Et ces mêmes Allemands qui sont pour l’intégration militaire dans l’otan, à plus de 70 % d’ailleurs, seraient-ils « pacifistestes » pour être en même temps en faveur du désarmement et de la détente - conformément au « rapport Harmel » de l’otan ? Comme d’ailleurs la grande majorité des Français, si les sondages ne nous trompent pas.

23Prenons – pour être volontairement un peu caricatural – le cas de la France. Dans la réalité, a-t-elle jamais été, à quelque moment, moins « pacifiste » et même moins « dériviste » que la rfa ? Cette France dont la classe politique avait refusé dès 1959 l’installation des fusées nucléaires américaines sur son sol ; cette France qui lançait le mot d’ordre d’une « Europe de l’Atlantique à l’Oural » et dont le gouvernement avait quitté l’intégration militaire de L’otan dès 1966 par méfiance envers les États-Unis, L’otan et la complicité des supergrands et par souci de son indépendance nationale, autre incantation politique ; cette France dont la doctrine militaire est depuis 1966 une des plus « pacifiques » – celle de la non-guerre et in extremis du suicide national – et dont le caractère potentiellement neutraliste est incontesté ; cette France dont la société civile et le paysage sont beaucoup moins militarisés que la rfa et qui – de toute façon – se trouve en deuxième ligne de défense. Cette France, à l’écart, avait-t-elle besoin d’un « mouvement de pane » pour exprimer son souci de la paix et de la survie de l’intégrité du sanctuaire national ?

III

24Pour faire une parenthèse, j’aimerais ici rappeler les tilleuls plantés en France le 21 mars 1989.

25Je ne parle pas de ce seul tilleul planté par Antoine Waechter au beau milieu du terrain occupé par « SOS Loire vivante ». Je parle des 20 000 arbres plantés par les maires de France. Ces tilleuls n’étaient-ils pas plus que des arbres de la liberté dans la tradition révolutionnaire, car proposés en même temps comme un signe de conscience nouvelle de l’environnement et de la « paix » avec la nature ? Est-ce une contradiction ? N’est-ce pas renouer aussi avec une autre tradition révolutionnaire, celle qui a voulu retrouver la nature ?

26Rappelons-nous le projet du « temple de la nature » conçu par l’architecte Molinos en 1794 pour le Musée d’histoire naturelle. Un temple qui devait contenir toutes les richesses de la nature et devait exprimer l’idée d’une harmonie universelle de l’ordre naturel omniprésent dans l’histoire. Le débat sur ce « temple de la nature » et sur le Musée d’histoire naturelle révélait, d’une façon exemplaire pour toute une nouvelle conception de la science et de la nature, trois buts clés de ce mouvement d’idées : le développement des sciences sous l’aspect de leur utilité et application pratiques pour améliorer les conditions de vie générale dans la République ; les études objectives et scientifiques de la nature ; la « libération » de la nature (celle des plantes et des animaux).

27Objectivité scientifique et libération de la nature étaient donc deux buts liés entre eux. La tâche future de l’humanité serait de réunir et de réconcilier sa propre histoire avec celle de la nature pour y retrouver l’harmonie de l’ordre suprême. L’aurore de la liberté et de la raison annoncerait un ordre dans lequel l’homme et la nature auraient retrouvé une nouvelle harmonie. Harmonie selon laquelle a été établi le calendrier révolutionnaire dont les cycles étaient celui des décades et celui de l’agriculture...

28Dès 1790, les municipalités naissantes se lancèrent dans la plantation d’arbres dont la symbolique est explicitée par les écrits de l’abbé Grégoire, cet homme qui proposait de faire de la France entière un jardin et dont le transfert des cendres au Panthéon fut d’ailleurs proposé par François Mitterrand dans les années 1980. Les propos de l’abbé Grégoire ont été de nouveau exposés dans Le Monde lors de la plantation des arbres dans 20 000 communes : « La nature vivante et protectrice, qui se fortifie et répand ses bienfaits, doit être l’image de la liberté qui agrandit son domaine et mûrit les destinées de la France pour la placer au premier rang sur la scène de l’univers. » Et si donc un « Minc allemand » prenait plaisir à vouloir discréditer le souci d’environnement en France en parlant d’une - admettons - « résurgence du vieux culte révolutionnaire de la nature, sous-produit d’une société à la recherche de son identité perdue » par exemple, serait-ce un argument convaincant contre ce souci d’environnement au seuil du XXe siècle ? Et la raison du XXe siècle peut-elle se permettre de se passer complètement de la mémoire collective de son environnement spécifique ? Combattre l’utilitarisme avec les armes seules de l’utilité ?

29Les tilleuls de la liberté et de la nature plantés dans cette France qui fêtait alors le bicentenaire de sa Révolution, le cri d’alarme d’un Pierre Loti pour secourir « nos vieux chênes de France » contre « la barbarie industrielle », ou l’« hymne aux arbres » de son contemporain symboliste Adolphe Retté (« Louons les arbres d’être beaux et de bruire... »), ne témoignent-ils pas, à leur manière, de la spécificité nationale d’une mémoire collective ? Mais, en même temps, une telle préoccupation aux couleurs nationales se réfère à des soucis et défis qui sont loin d’être un patrimoine national. Ce qui est vrai pour la France devrait-il l’être moins pour la rfa ?

IV

30S’il y a un thème qui se prête à une référence commune, à un consensus transnational et global, n’est-ce pas aujourd’hui celui de la « paix » ? La paix aux hommes et – parlant de l’environnement - la paix à la nature ; ni mort par la guerre, ni mort par l’empoisonnement ou l’asphyxie. La guerre en Europe – et à l’âge nucléaire ce mot ne se traduit-il pas par la destruction générale tout court ? – serait globale et sans frontières ; ses destructions seraient globales et sans limites, dans l’espace et dans le temps. La destruction de la nature a de plus en plus de conséquences globales, voire planétaires.

31À partir de cette expérience il n’y a qu’une conclusion : une paix sans frontières – un environnement sans frontières ! Ce double danger de destruction sans sanctuaires protégés ne met pas seulement la France et l’Allemagne devant une responsabilité commune, mais l’Europe tout entière.

32Ceci est vrai pour l’Europe de l’Ouest qui a déjà commencé à vivre, à consommer, à respirer, à s’organiser et aussi à détruire. Ceci n’est pas moins vrai pour l’Europe de l’Est qui reste également le symbole de la destruction de l’environnement. À ceci près que d’un côté ce sont la prospérité et le profit qui détruisent l’environnement, et de l’autre la pénurie et la désorganisation qui en ont fait une victime.

33Ceci est vrai pour l’ensemble du continent qui a été coupé artificiellement en deux pour dresser les deux parties l’une contre l’autre, comme deux frères ennemis. Quand nous parlions de politique de sécurité en Europe, dans l’ensemble de l’Europe, nous étions habitués à parler de paix et de guerre, de non-guerre ou de détente, de stabilité conventionnelle, d’arms control, de vérification, etc. C’était surtout une vision de sécurité dont la référence était d’abord de nature militaire et politique. Ceci n’est pas une critique. Au contraire.

34Mais pensons au processus de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (csce) depuis Helsinki, un des plus heureux développements depuis la guerre sur ce continent déchiré et une entreprise de premier secours commune – n’était-ce pas dans le sens du général de Gaulle qui conseillait : « Si l’on ne veut pas faire la guerre, il faut conclure tôt ou tard la paix » ? Son credo « détente – entente – coopération » n’a-t-il pas fini par y trouver une première réalisation collective et, sans solliciter sa pensée complexe, n’aurait-il pas été le premier à saluer cette entreprise de rassemblement des Européens de « l’Atlantique à l’Oural » ?

35Le point de départ intentionnel de ce processus était la sécurité militaire et politique. Mais il est allé bien au-delà. Les autres « corbeilles » – coopérations économique, scientifique et technique et coopération dans le domaine humanitaire – font la démonstration d’une compréhension plus complexe de ce qui est ou pourrait être « sécurité » voire « paix », donc beaucoup plus qu’un état de « non-guerre ».

36La prise de conscience de la menace sur la paix extérieure par les armes a été reliée à la prise de conscience de la menace sur la paix intérieure au sein même des sociétés civiles. La paix est plus que la non-guerre. La paix est un devenir dont les buts sont la liberté de l’homme, le respect de sa dignité, la reconnaissance et la réalisation des droits de l’homme, l’absence de faim et l’absence de peur.

37Mais la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe avait compris également que la coopération dans la protection de l’environnement fait partie elle aussi de ce concept de sécurité globale. La destruction de l’environnement, une fois déchaînée, ignore les clôtures, celles des États, celles des blocs, celles des idéologies. La civilisation européenne tout entière est menacée par ce Prométhée déchaîné. La civilisation européenne tout entière est appelée à réagir.

38Voilà pourquoi la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe s’est inspirée de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (ECE) et a inséré dès le début dans la « corbeille » la coopération dans le domaine de la protection de l’environnement. Le chemin parcouru depuis 1975, date du premier document final, s’est ouvert de plus en plus non seulement sur les droits de l’homme mais aussi sur la protection de l’environnement. En témoigne le document final de Vienne de janvier 1989, avec la décision d’organiser en 1989 une conférence sur les droits de l’homme à Paris et une conférence sur la protection de l’environnement à Sofia. Voici un exemple de cette communauté européenne de valeurs au-delà des divisions politiques, au-delà de la Communauté de Bruxelles et du Marché Unique, au-delà de la séparation artificielle du continent.

39De toute façon, il est grand temps que cette Europe tout entière sache que l’« économie », ne parlons pas de l’homo œconomicus, ne peut pas vivre à long terme sans la « nature ». Et que cette Europe tout entière, qui fut jadis le berceau de la civilisation industrielle mais qui enchaîna également le monde entier dans la logique industrielle, comprenne sa responsabilité particulière envers l’univers qui s’étend autour de son petit pré carré.

V

40Ceci ayant été dit sur les défis et les responsabilités globaux, je me demande néanmoins s’il n’y a pas une responsabilité nationale particulière.

41Si j’ai insisté au début de mes observations sur la « banalisation » de ces préoccupations, c’est-à-dire le refus de leur « germanisation », je l’ai fait pour éviter la résurgence de faux mythes et autres stéréotypes nationaux. Je ne veux certainement pas dire par là que la culture, l’histoire et la mentalité d’un peuple particulier, certains modes de perceptions et d’expression de discours nationaux n’y jouent aucun rôle. Au contraire, et je suis loin de vouloir escamoter cette réalité intra muros en faveur d’un mondialisme transnational. Seulement, ne faisons ni de l’un ni de l’autre un lit de Procuste.

42Je ne veux pas juger ici les responsabilités des autres, mais en ce qui concerne la situation allemande, je veux croire, vivant sur le territoire allemand ou étant allemand, qu’il existe ou devrait exister en face des deux sujets « paix » et « environnement » une responsabilité allemande particulière.

43C’est évident pour la « paix ». Mettons-nous en face d’un pays :

  • dont le territoire et la politique ont été dans ce siècle deux fois le point de départ d’une guerre mondiale et le théâtre du plus grand crime contre l’humanité dans l’histoire ;

  • dont la mémoire collective est marquée par les traces d’une guerre totale sur son propre territoire et contre la population civile ; dont la culture politique a été dans le passé, d’une façon néfaste, militariste et antidémocratique voire expressément « anti-occidentale » ;

  • dont la société civile a subi, après la guerre, de longues leçons de « rééducation » antimilitariste et de badigeonnage démocratique mais dont le ciment idéologique resta, pendant un large temps un « antibolchévisme », qui était d’ailleurs beaucoup plus un héritage fasciste qu’un jugement critique basé sur l’intériorisation des valeurs de démocratie occidentale ;

  • dont les jeunes générations successives ont finalement compris, dans leur quasi majorité, les leçons de ce passé, moins par une « rééducation » superficielle que par une intégration croissante dans le système des valeurs dit occidental, dans une entité sociétale du type européo-occidentale ; grâce aussi à une rupture avec un goût fatal de l’autorité et à une démocratisation effective dans la pensée et les mœurs politiques ;

  • dont le territoire occidental est la première ligne de défense, et serait anéanti à jamais à la moindre escalade militaire, même si celle-ci reste limitée dans le cadre d’une stratégie qui se veut « riposte graduée » - nous l’avons bien vu à l’occasion du scénario de L’otan, « Wintex 89 » ;

  • dont la société civile et la culture politique ont accepté une des plus importantes charges militaires au sein de L'otan et une militarisation de l’espace et de la vie quotidienne comme rarement dans son histoire (mis à part évidemment le temps des deux guerres mondiales), cela non pas comme un but en soi, mais dans le seul souci de préserver la paix et de faire vivre un État dont la raison d’être serait sa transition. En pleine période de paix – mieux, en pleine période d’armistice – se trouvent sur son territoire six armées étrangères et 4000 armes nucléaires étrangères dont les deux tiers ont une portée ne pouvant atteindre que le seul territoire ouest-allemand. (Un million de soldats dans la seule rfa, ne sont-ils pas plus nombreux qu’en 1914 ou qu’en 1939 mais cette fois sur le tiers du territoire de l’ancien Reich ? Dans la seule rfa la concentration d’armes n’est-t-elle pas plus dense que dans le Reich allemand au moment de l’invasion de l’Union Soviétique en 1941 ?)

44Je rappelle ces données sans mea culpa pleurnichard et sans nombrilisme national. Seulement, en tant qu’Allemand vivant sur le sol allemand, il n’est guère possible de faire abstraction de cet héritage historique et de cet environnement particulier. Peu importent les réponses politiques et stratégiques qui en résultent et que chacun est libre de donner aux défis stratégiques ; il nous faut assumer cet héritage et cet environnement.

45Se méfier des Allemands quand ils se questionnent démocratiquement sur leur sort, ne serait-ce pas à la rigueur malhonnête envers soi-même après tant d’efforts de « rééducation » et de « démocratisation » ? L'Europe dans son ensemble et cette Allemagne elle-même, qui est et qui se veut occidentale, devraient se féliciter de vivre avec une société civile ouest-allemande qui a pris ses distances envers des traditions et des réflexes militaires et totalitaires, qui voyaient par exemple dans le civisme une expression méprisable de la dite « Verwestlichung » et « décadence occidentale », une société civile ouest-allemande qui a fini par apprendre et par accepter qu’un consensus national n’exclut pas le dialogue conflictuel.

46Pour ce qui est de l’environnement, nous voilà là aussi confrontés à certaines responsabilités particulières. Je ne parle ni du « fondamentalisme écologiste », credo de l’anti-progrès, ni de l’« affairisme éco-économique », credo du profit « soft ».

47Mais tenons compte de certains faits.

48La rfa est un des pays les plus riches du monde et elle se trouve au premier rang des pays exportateurs. Elle a une des industries les plus prospères sur un territoire qui fait la moitié de la France et avec une population supérieure de dix millions à celle de la France. C’est un territoire largement urbanisé et bétonné tous azimuts. Cette fameuse « forêt allemande » n’est-elle d’ailleurs pas que le fruit artificiel d’une industrialisation forcée et systématique ? Elle est cernée par d’autres pays industrialisés. Pas plus que ses voisins elle n’est à l’abri des déchets et de la pollution, qu’ils soient « home-made » ou non.

49La rfa est donc un pays qui fut confronté très tôt aux problèmes résultant d’un traitement irresponsable de la nature, d’une destruction sans mesure de l’environnement, bref d’une large ignorance de l’interdépendance complexe entre l’économie et l’écologie, en tout cas plus tôt que la France dont l’immense « jardin hexagonal » quasiment encore intact ne l’a pourtant pas empêché d’instaurer au début des années 1970 le premier secrétariat d’État à l’environnement en Europe.

50Venons en à un aspect plutôt éthique.

51La rfa est aussi un pays dont la civilisation industrielle ne peut pas se permettre de réduire sa mémoire collective aux seuls exploits de son progrès technique. Cela n’a rien à voir avec une quelconque « Fortschrittsfeindlichkeit ». Mais l’industrialisation de la mort et du crime aux dimensions du génocide ancrée dans cette mémoire reste une expérience pénible dont la charge morale n’est pas moindre pour un Allemand né après ou depuis la guerre.

52Si le secret de la libération de l’homme est sa mémoire, nous sommes appelés à garder cette mémoire intégralement. L’expérience de la destruction et de la responsabilité dans la destruction, l’expérience d’être responsable et victime à la fois sont valables pour la menace envers la paix entre les hommes ainsi que pour les dangers courus par l’univers, dont font partie les hommes.

53Être un Allemand libre aujourd’hui, c’est garder une mémoire intacte, assumer une patrie difficile et aller au-delà, dans le sens de Gustav Heinemann, résistant évangélique, social-démocrate et troisième président de la rfa, qui disait : « Il y a des patries difficiles, par exemple l’Allemagne. Mais c’est notre patrie. C’est ici que nous vivons, ici que nous travaillons. Nous voulons donc apporter notre contribution à cette humanité unique, avec ce pays et par ce pays qui est le nôtre. »

54Cette responsabilité allemande n’inclut d’ailleurs pas moins la solution du « problème allemand » – car comment parler de « paix » en Europe sans aborder à long terme une situation qui, plus d’un demi-siècle après la guerre, était restée un état d’armistice et continuait à vivre dans les formes juridiques et politiques issues directement de la défaite ?

  • 6 Convention entre la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne avec la rfa, en 1954.

55Ne parlons pas ici de la responsabilité des autres, des « puissances victorieuses » dont les trois alliés occidentaux se réservent toujours « les droits et les responsabilités antérieurement exercés ou détenus par elles en ce qui concerne Berlin et l’Allemagne dans son ensemble, y compris la réunification de l’Allemagne et un règlement de paix6 ». Ne parlons pas non plus de la responsabilité constitutionnelle de la rfa qui l’oblige à ne pas perdre de vue l’unité allemande dans la liberté.

56Parlons plutôt de cette responsabilité allemande de concilier les besoins pour une paix en Allemagne avec les nécessités de la paix en Europe, d’harmoniser l’intégration ouest-européenne dont la rfa est une pierre angulaire, avec son besoin de résoudre la « chose allemande », et d’harmoniser ce besoin avec l’équilibre et la confiance politique dans l’ensemble de l’Europe.

57Le chemin qui a permis de réconcilier les Français et les Allemands de l’Ouest ne pourrait-il pas avoir un prolongement vers les hommes et les peuples vivant au-delà de l’Elbe ?

58Les Allemands, qui gardent la mémoire dans son intégralité, devront assumer cette responsabilité multilatérale ; ils font confiance à une Europe occidentale unifiée qui chercherait à rassembler l’Europe entière dans un futur règlement de paix et, ce faisant, à résoudre aussi ce problème allemand au-delà des voies nationales révolues. Mais ils n’auraient pas confiance dans une politique dont le paradoxe consisterait à « surmonter Yalta » et à « rapprocher les deux Europe » tout en maintenant une situation interallemande dont même certains de nos amis préféraient surtout le statu quo ! En vertu de la pensée de François Mauriac : « J’aime tant l’Allemagne que je me réjouis qu’il y en ait deux. »

59Ici même, la responsabilité allemande n’était-elle pas inséparablement liée à celle de ses voisins vis-à-vis de leurs propres visions politiques ?

60Évoquer les termes « paix » et « environnement » en tant qu’« incantations » n’a-t-il pas un côté « magique » ? Pourquoi pas. La magie incantatoire ne fait-elle pas appel à une dimension de rapports entre homme et nature, entre homme et univers, que nulle raison et nulle rationalité ne sauraient expliquer pleinement ? Un rapport qui seul protège l’homme contre son alter ego, contre la tentation de croire que la terre n’appartient qu’à ceux qui l’occupent et l’exploitent en ce moment donné ?

61Le continent européen a, pour l’essentiel, inventé la civilisation industrielle avec son énorme capacité de produire, de créer et de détruire. Ce même continent, tout entier, a également donné naissance à une culture, une communauté de valeurs culturelles et spirituelles qui seule serait censée gérer cette civilisation afin de ne pas la réduire à un simple mode de production et de destruction.

62Ne serait-ce pas là le véritable défi de ces deux grandes incantations qui ont pour nom « paix » et « environnement » ?

Notes

1 Paris, Grasset, 1989.

2 Ibid., p. 34-36.

3 Ibid., p. 53.

4 Ibid., p. 174.

5 Ibid., p. 51-54.

6 Convention entre la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne avec la rfa, en 1954.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search