Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Première partie. Introspection

2. Un demi-siècle d’imaginaire politico-imaginaire

Note de l’éditeur

Ce chapitre reprend en grande partie un texte paru sous le titre « Comment la République fédérale perçoit le monde depuis 1949 », dans L’état de l'Allemagne, Paris, Éditions La Découverte, 1994, p. 365-366.

Texte intégral

1La question de savoir comment un pays perçoit le monde et comment il y définit son rôle dépend de la situation même de ce pays. Force est de constater que depuis 1949, la situation allemande a bien changé, et ceci à plusieurs reprises. Néanmoins, il y a quelques lignes de force d’une étonnante continuité de 1949 à aujourd’hui.

I

2Le point de départ de l’Allemagne d’après-guerre était celui d’un peuple battu, morcelé, désarmé, dépourvu d’honneur et de fierté. En tant que territoire et État, la nouvelle rfa était un fragment d’État sous contrôle de puissances étrangères, sans souveraineté extérieure jusqu’en 1955, en marge de l’un des deux blocs qui commençaient à exercer leur impact sur un monde divisé en deux. Rien de plus. Mais grâce à cette nouvelle partition du monde et de l’Europe, ce pays fragmenté se trouva rapidement, du point de vue stratégique et géopolitique, dans une position clé, comme jamais il ne l’avait été dans son histoire.

3Face à une nouvelle présence russe en Europe centrale et en Allemagne, se forma sous l’égide des États-Unis, la barrière de l’Alliance atlantique. Ce nouveau pôle de force prit le relais de l’ancien système politique européen, avec ses lois concurrentielles et précaires fait d’équilibre et d’hégémonie, et dont la faillite totale avait annulé toute option de « troisième force » entre les deux géants mondiaux. L’ancrage de l’Allemagne de l’Ouest en tant que glacis continental dans ce pôle occidental devint une raison d’être de ce dernier. Elle devint le symbole même de la « résistance » occidentale et atlantique.

  • 1 Ludwig Dehio, Deutschland und die Weltpolitik im 20. Jahrhundert, Munich, R. Oldenbourg, 1955, p. i (...)

4Lorsque le maire de Berlin-Ouest, ville encerclée en pleine zone d’occupation soviétique, à la situation hautement symbolique, s’est écrié en 1948, lors du blocus soviétique de Berlin-Ouest, face au monde entier : « Regardez cette ville », il a exprimé la vision que les Allemands de l’Ouest se faisaient à l’époque de leur place dans le monde :1e monde entier les regardait, ils étaient donc au centre du monde. L’Amérique et Berlin-Ouest : dans l’imaginaire collectif ouest-allemand, deux noms représentaient à eux seuls les « affaires du monde ». Il s’agissait d’un « mondialisme occidental » bien paradoxal de la part d’un pays qui avait pris une place clé dans le monde grâce à son statut de victime, grâce à son absence de puissance politique. Le réarmement de la rfa, son intégration militaire dans l'otan, ne firent que renforcer ce sentiment d’importance accrue. C’est ce genre de mondialisme occidental qui a permis de dire dès 1951 à Ludwig Dehio, historien et observateur politique lucide, que « l’Allemagne retourne après des années de passivité politique de nouveau dans la zone de responsabilité la plus directe1 ». Telle est la première ligne de force.

5Cette responsabilité propre ne fut pas cependant le prolongement d’un Sonderweg, d’une voie particulière à l’Allemagne, déchirée entre l’Est et l’Ouest. Bien que cette tentation ait existé comme ce fut d’ailleurs également le cas en France, elle ne réussit à l’emporter ni dans la classe politique ni dans la population. « Les Allemands ne croient plus à Rapallo », titrait Le Monde dès 1949 (7-5-1949). Un sondage Gallup de la même époque confirma d’ailleurs que 53 % des Allemands dans les zones occidentales se prononçaient pour l’établissement d’un Weststaat, d’un « État occidental », par définition fragmenté, face à 23 % qui optaient pour une Allemagne « neutre », mais unie. Tertium non datur. Telle est la deuxième ligne de force qui, en partant d’une situation globale, fit son chemin pour s’enraciner au fur et à mesure profondément dans les esprits d’une société ouest-allemande en formation.

6Ce nouvel occidentalisme allemand avait son côté atlantique, d’où l’impact des États-Unis dans l’imaginaire mondial allemand ; mais il eut dès le début, et de plus en plus, son côté « européen ». Car le prix qu’avaient à payer les Européens, en particulier les Allemands, en échange du Plan Marshall et de leur sécurité, était l’intégration de l’Europe occidentale ; contrainte objective vivifiée par l’aspiration des populations à la paix, favorisée par l’incapacité d’agir des anciennes puissances continentales et soutenue du côté des Allemands par le vide d’identité nationale. L’européanisme occidental fut donc le deuxième axe du mondialisme allemand, et de loin le plus important. Car la politique d’intégration européenne offrait aux Allemands de l’Ouest un champ d’identité post-nationale (la nation n’existant plus) ; elle offrait à la nouvelle rfa d’une façon concrète le premier forum d’action en termes de politique « étrangère », la porte de sortie pour quitter son ghetto de vaincu et pour s’avancer toujours un peu plus vers une reconnaissance politique et morale, vers l’égalité politique, vers la souveraineté d’État et – quelle ruse de l’histoire – vers le rétablissement de l’unité nationale dans la perspective d’une union européenne. Telle est la troisième ligne de force : le champ européen, auquel s’appliqua avec une dimension de véritable Realpolitik la politique d’intégration et la bilatéralité franco-allemande.

7Le transfert d’un nationalisme politique dépourvu d’objet propre vers l’Europe fut accompagné d’un transfert parallèle vers le champ de l’économie. La force de cette dernière devint un ersatz de puissance, qui fit dire dès les années 1950 à Carlo Schmid, homme politique, homme de lettres franco-allemand et dirigeant social-démocrate éminent : « Nous sommes certes puissants, mais nous n’en parlons plus. » Cette force économique reposait de plus en plus sur les capacités d’exportation de l’Allemagne vers le monde entier ; moyennant quoi le mondialisme allemand n’était pas seulement influencé par le schisme global et soutenu par la pierre de voûte européenne, mais de plus en plus par une vision économique mondialiste, voire libre-échangiste, renforcée par les besoins de profil bas en matière de politique internationale. Il n’était donc plus question de Weltpolitik, de politique internationale, ni en termes politiques ni encore moins en termes militaires. Mais de Welthandel, de commerce international, sans pour autant en parler en termes de commerce et de profit, plutôt en termes d’humanisme économique. D’autant plus que l’Allemagne vivait alors sans charge colonialiste et pouvait ainsi affronter le Tiers monde sans complexe de culpabilité ; enfin un domaine qui ne vivait pas sous l’impact direct du jeune passé allemand.

8Mais cette fois-ci, c’était le présent allemand qui compliquait l’affaire, du moins pendant ces quelques longs moments de la division allemande. La doctrine « Hallstein » invitait, dès 1955, le gouvernement de Bonn à rompre les relations diplomatiques avec les gouvernements reconnaissant l’existence de la rda comme deuxième État allemand, problème qui touchait les nouveaux États du Tiers monde. Il va de soi que Bonn savait utiliser à des fins diplomatiques sa politique commerciale internationale, à laquelle appartenait la politique de coopération, pour que soit respectée la doctrine Hallstein. Jusqu’au jour, à la fin des années 1960, où cette doctrine tomba dans son propre piège, celui du chantage : l’humanisme économique de la rjfa eut donc bien un côté utilitariste, motivé par les besoins de la politique allemande interne face au problème de la division, de la Deutschlandpolitik. La ligne de partition se prolongeait donc dans le Tiers monde, partition entre les « bons », ceux qui étaient pour l’unité allemande, et les « truands », ceux qui étaient censés être contre. Malgré son caractère provisoire, cette ligne de force « bis » témoigne d’une caractéristique de longue durée du mondialisme allemand, à savoir de sa capacité à moraliser certains intérêts de puissance pour les éclipser dans un discours de profil bas, sans que cela ne joue beaucoup sur la vigueur de la défense de ses intérêts.

II

9Ces caractéristiques de longue durée ne mettent pas en cause changements, contradictions et nuances. Le plus grand d’entre eux étant intervenu avec le tournant de 1989, dont l’événement marqua la fin de la division allemande et européenne, ainsi que la fin de l’Empire soviétique. Le schisme Est/Ouest ayant disparu, le mondialisme allemand n’en conserve pas moins aujourd’hui son côté occidental et ouest-européen. Il a de plus perdu définitivement son sentiment du rôle clé dans la stratégie mondiale, qui en réalité s’était effiloché depuis longtemps : le monde ne nous regarde plus comme « l’autel » du conflit Est/Ouest. Mais la mise en cause de ce nombrilisme mondial fut – au moins objectivement – compensé par le nouveau poids d’un État-nation réuni et pleinement souverain pour la première fois depuis 1945.

10Quant aux caractéristiques occidentales et ouest-européennes du mondialisme allemand, elles ont pu sortir plutôt renforcées du grand tournant de 1989 ; toute tentation de Sonderweg politique ayant été écrasée par la faillite du modèle « oriental » et par les circonstances extérieures de l’unification. Cet acquis n’est pourtant pas éternellement assuré, car il ne dépend pas seulement des Allemands eux-mêmes, mais des relations transatlantiques, les Américains restant une garantie face au retour des démons de « recontinentalisation » des Européens, et intereuropéennes. Les Européens ont tout intérêt à ne pas lâcher leur politique d’intégration, seul moyen de faire obstacle au vieux jeu d’hégémonie et d’équilibre, ayant provoqué au moins par deux fois la faillite du continent dans notre siècle.

  • 2 Rappelons que ce texte a été écrit bien avant l’engagement des Allemands en Bosnie et au Kosovo, en (...)

11En ce qui concerne le nouveau poids de l’État-nation réunifié et pleinement souverain, dans le cadre de l’Union européenne, force est de constater qu’il ne révèle en rien la façon dont l’Allemagne ou les Allemands perçoivent leur nouvelle puissance et son usage dans le monde. Il est évident, et ceci est une leçon de la deuxième guerre du Golfe, que les jours où la rfa a pu se présenter dans le monde comme puissance purement économique, financière et civile, avec un code de pudeur morale particulière dû à son histoire, sont révolus. Même si elle est tentée de continuer dans cette voie, elle se heurtera inévitablement aux attentes de ses partenaires. Que la rfa « bis » se normalise, et qu’elle prenne une part active à côté de ses alliés, dans un cadre onusien, européen ou otanien, pour intervenir à titre de puissance politique et militaire, ces injonctions sont en effet plutôt formulées au-delà des frontières allemandes. Cette évolution n’est pas sans rappeler le réarmement de la rfa dans les années 1950, finalement opéré par la complicité des circonstances : menace extérieure, contrainte des alliés, habileté politique du gouvernement, et soutenu par la minorité des forces vives du pays2

III

12Le débat en cours porte sur un mondialisme allemand qui se veut aussi occidental et européen que par le passé ; qui est en même temps moins pudique et politiquement plus engagé, tout en veillant à assumer certaines responsabilité de longue durée issues du passé nazi. Sur le plan de la praxis, cette évolution implique une présence allemande permanente au siège de sécurité de l’ONU et un engagement militaire dans des cadres internationaux, par exemple onusiens. Ce qui ne veut absolument pas dire que les voix qui réclament aujourd’hui une responsabilité mondiale accrue de la rfa crieront de joie quand la rfa sera prête à l’assumer pleinement N’oublions pas non plus le poids de l’opinion publique dans l’ancienne rda, dont les velléités pacifistes, voire anti-américaines, restent un facteur avec lequel il faut compter.

13Ne nous lassons donc pas d’être complice des circonstances, de corriger la fortune et de chercher la « baraka » dont nous avons besoin pour imposer à l’Histoire une telle politique allemande de responsabilité mondiale domestiquée. Celle-ci aura à satisfaire un maximum de critères d’acceptation dans le pays même et chez ses voisins. Cela veut dire travailler à une Allemagne européenne, mais cela veut également dire travailler à une Europe encore moins déchirée.

Notes

1 Ludwig Dehio, Deutschland und die Weltpolitik im 20. Jahrhundert, Munich, R. Oldenbourg, 1955, p. ii ; il s’agit d’un texte d’une conférence de Dehio, prononcée en septembre 1951.

2 Rappelons que ce texte a été écrit bien avant l’engagement des Allemands en Bosnie et au Kosovo, engagement militaire décidé par un gouvernement formé par le parti social-démocrate (spd) et le parti des Verts, jadis farouchement pacifistes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search