Version classiqueVersion mobile

Pièces d'identité

 | 
Ingo Kolboom

Avant-propos

Texte intégral

1Ces quelques « pièces d’identité » présentent des textes et des discours écrits et prononcés entre 1989 et 2000 à l’adresse d’un public français et québécois. Il s’agit d’une sélection effectuée parmi une multitude de textes témoignant des événements en Allemagne ou en Europe. Il s’agit en même temps d’un témoignage personnel, susceptible d’éclairer un public francophone sur certains problèmes et défis liés à mon pays.

2Être allemand, à mes yeux, a toujours renvoyé à la nécessité de m’expliquer face à Autrui, plus ou moins étranger à mes affaires allemandes. Dans ma prime jeunesse, cette nécessité représentait la contrainte de l’Autre, mon pays incarnant son problème, sur lequel il posait des questions qui m’étaient souvent trop douloureuses. Puis cette nécessité devint la mienne, car mon pays devint mon problème, et je commençai également à éprouver le besoin d’exposer mes doutes. Être allemand fut aussi pour moi une manière de chercher et de rencontrer l’Autre. Finalement, ce fut la fusion de ces deux nécessités, dans les deux sens que peut prendre le mot « témoin ». Témoigner de son propre pays, face à l’Autre, c’est une façon de le dé-couvrir, et être allemand fut une façon de le devenir.

3Il n’y a pas d’identité solitaire. Né accidentellement dans un pays nommé Allemagne, j’ai fini par m’y habituer. Mais, pour l’aimer, j’ai fait un long voyage à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières, l’un étant lié à l’autre. Tout au long de cet itinéraire, j’ai ramassé des pièces d’identité tantôt douces tantôt amères. J’ai apprécié les douceurs, j’ai fini par assumer les amertumes. Être né allemand après la guerre, c’est être né à l’ombre de l’Holocauste. Les heureuses certitudes de l’enfant s’estompent dans le miroir d’une histoire qui le dépasse. Il faut aller très loin pour retrouver, non vraiment les certitudes d’antan, mais au moins... mais quoi d’ailleurs ? Peut-être une certaine sérénité.

4Aucun de mes acquis identitaires et politiques liés à cette identité allemande n’a pu se statufier, le changement et la mise en question prenant toujours le dessus. Pendant une décennie, ma vie à Berlin-Ouest, alors ville sous statut d’alliés, me rappela un statut provisoire symbolisant la situation constitutionnelle de l’Allemagne divisée – qui n’existe plus depuis la Réunification, en 1990. Mais j’aime aujourd’hui encore garder cette impression d’éphémère, considérant toute identité nationale comme un processus d’identification inachevée. L’Allemagne elle-même se porte mieux depuis qu’elle se trouve en interface entre État-nation et intégration européenne. En ce sens, j’ai aussi le sentiment d’être un Européen provisoire, à l’image d’une Europe dont l’envol coïncide avec une heure de crépuscule.

5Les textes finalement retenus dans ce livre reflètent un itinéraire allemand, de la chute du Mur à l’aube d’un nouveau millénaire. Il ne s’agit pas d’analyses politiques au sens fort, mais de présentations rigoureusement personnelles, dans lesquelles s’exprime aussi le climat de la rencontre entre l’orateur/l’auteur et son public « étranger ». Chaque texte fut produit dans un contexte politique particulier, à l’échelle allemande et européenne. Tout en traduisant un moment historique donné, des faits et circonstances précises, ils cherchent à articuler des réflexions de longue durée. C’est cet équilibre qui a déterminé le choix final des contributions, même si certains constats qui y apparaissent furent dépassés par l’évolution historique et politique.

6Si je soumets ce recueil de textes portant sur l’Allemagne, marqués par moments d’empreintes franco-allemandes, à un public d’outre-Atlantique, plus précisément du Québec, ce n’est pas un hasard. Le Québec, qui occupe depuis 1992, lorsque j’ai enseigné l’histoire franco-allemande à l’Université de Montréal, une place aussi privilégiée que la France dans mon univers personnel et professionnel, s’est révélé être un élément fertile dans mes conjonctures sur mon propre pays. En outre, fidèle visiteur du Québec, j’ai eu l’occasion de donner une partie de ces conférences devant et pour un public québécois. Celui-ci, toujours fasciné par la France, m’est apparu beaucoup plus captivé par l’Allemagne que je ne l’avais préalablement pensé. Aussi aimerais-je inviter les Québécois à trouver dans mes propres passions franco-allemandes un créneau supplémentaire dans leurs réflexions européennes : la France et l’Allemagne ne sont pas des solitudes parallèles, elles ne l’ont jamais été ; elles sont ancrées l’une dans l’autre, pour le meilleur et pour le pire – aujourd’hui heureusement pour le meilleur. C’est d’ailleurs cette passion franco-allemande qui fut à l’origine de ma découverte tardive du Québec, où je fus invité il y a une décennie en tant qu’expert des affaires franco-allemandes. Celles-ci furent rapidement pour moi à l’origine d’une passion triangulaire entre la France, l’Allemagne et le Québec. C’est bien à ces trois pays que je dois le fil conducteur de ma propre quête identitaire. Les textes ici réunis en témoignent.

7Autre « fil conducteur » que je tiens à signaler, ma collaboratrice Claire Demesmay a eu la clairvoyance et la distance nécessaires pour sélectionner mes textes et les soumettre à un contrôle rigoureux. Elle a réussi à encourager l’auteur lui-même à faire passer sous presse des textes qui ne correspondent pas au profil strict des ses productions d’historien et de politologue. Je l’en remercie, tout en rappelant que la responsabilité des textes publiés relève de l’auteur seul.

8 Île d’Oléron, août 2000

© Presses de l’Université de Montréal, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search