Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Commentaires sur les sources et suggestions de lectures

Texte intégral

Introduction

1Le Programme des Nations Unies pour le développement produit annuellement le « Rapport sur le développement humain », disponible en anglais à la fois sous forme imprimée et sur Internet (<www.undp.org>). Le classement repose sur trois critères : l’espérance de vie, l’instruction (basée sur les taux d’alphabétisation et de fréquentation scolaire) et le pib réel par habitant. Ce système se fonde sur le travail de l’économiste Amartya Sen.

2Chaque fois que le Canada se voit attribuer le premier rang, la réaction dans les médias du pays est invariablement acidulée. Une récente chronique de Jeffrey Simpson, intitulée « How do I measure thee ? Let me count the ways » (Globe and Mail, 9 octobre 2000, p. A-13), en fournit un exemple typique. Simpson affirme simplement, sans discussion, que l’indice « accorde moins de poids qu’il ne devrait au revenu par habitant » et, par conséquent, s’avère « un instrument de mesure à la fois limité et faussé ».

3Des personnes raisonnables peuvent, cela va de soi, ne pas s’entendre sur l’importance du rôle du revenu dans la qualité de vie globale. Je ne suis pas aussi pressé que Simpson de rejeter cavalièrement le travail d’économistes prix Nobel. Quiconque est intéressé à fouiller sérieusement la question devrait commencer par lire « The Income Component in the hdi – Alternative Formulations » de Sudhir Anand et Amartya Sen (New York, 1999). On trouvera une discussion plus générale sur les enjeux sous-jacents dans The Quality of Life, publié sous la direction de Amartya Sen et Martha Nussbaum (Oxford, Oxford University Press, 1993).

4Sur la question de l’inégalité, de récentes données de la Banque mondiale établissent le coefficient de Gini du Canada à environ 0,315 (World Development Indicators 2000 – Indicateurs de développement mondial 2000, Washington, DC, World Bank/Banque mondiale, 2000, p. 66-68). (Le coefficient de Gini est une mesure standardisée de l’inégalité de revenu – plus le résultat est élevé, plus grand est le degré d’inégalité.) Ce qui place le Canada légèrement devant l’Allemagne et juste derrière la France. Les États les plus sociaux-démocrates d’Europe du Nord, de même que le Japon, ont un Gini d’environ 0,25. Aux États-Unis, il se situe juste au-dessus de 0,4. Si le degré d’inégalité du revenu s’est brusquement élevé aux États-Unis ces deux dernières décennies, il est resté essentiellement inchangé au Canada. Voir à ce propos « Income inequality in North America : Does the 49th parallel still matter ? » de M. Wolfson et B. Murphy (Canadien Economic Observer, août 2000).

5Les statistiques sur les dépenses gouvernementales en soins de santé, exprimées en pourcentage, sont tirées de Universal Health Care de Pat Armstrong et Hugh Armstrong (New York, New Press, 1998, p. 106). Les données relatives au nombre de fonctionnaires sont extraites de la page 114. Sur les frais fixes, voir Hou ; to Choose ? A Comparison of the U.S. and Canadian Health Care Systems de Robert Chernomas et Ardeshir Sepehri (Amityville, ny, Baywood Publishing, 1998, p. 33-36 et aussi p. 13). Sur le volume de services médicaux rendus, voir p. 30.

6J’emprunte à The Economic Role of the State de Joseph Stiglitz (Oxford, Blackwell, 1989) la notion de « sophisme de contrôle ». Le chapitre 8 de l’ouvrage expose de façon plus détaillée la position générale que je défends. Quiconque s’intéresse à la réorientation des partis socialistes depuis les années 1970, en particulier aux problèmes entourant la nationalisation et la privatisation, devrait aussi consulter Whither Socialism ? de Joseph Stiglitz (Cambridge, ma, mit Press, 1996).

7Les statistiques concernant la faillite des petites entreprises proviennent de Failure Rates for New Canadian Firms (Taux d’échec des nouvelles entreprises canadiennes) de John Baldwin et al. (Ottawa, Statistique Canada, 2000).

8Pour une discussion plus générale sur la perversité du pib comme indicateur économique, voir « If the gpd is up, why is America down ? » de Clifford Cobb, Ted Halstead et Jonathan Rowe (Atlantic Monthly, octobre 1995, p. 59-78). La citation sur la calculatrice qui additionne, mais ne soustrait pas, se trouve à la page 62 du même article.

chapitre 1. Qu’est-ce qu’une société efficiente ?

9L’information sur Wal-Mart est tirée de Wal-Mart : A History qf Sam Walton’s Retail Phenomenon de Sandar S. Vance et Roy V. Scott (New York, Twayne Publishers, 1994) : son budget de publicité, de la page 72 ; ses frais généraux, de la page 89 ; sa technologie informatique, des pages 93-95. Pour un échantillon des nombreuses accusations lancées contre Wal-Mart, voir How Wal-Mart Is Destroying America and What You Can Do About It de Bill Quinn (Berkely, Ten Speed Press, 1998).

10Les statistiques sur la productivité et l’inégalité mondiales au XXe siècle proviennent de World Economic Outlook du Fonds monétaire international (Washington, dc, The Fund, 2000). Voir aussi Critical Trends : Global Change and Sustainable Development (New York, Nations Unies, 1997, p. 66). Selon ce rapport, la part du revenu mondial revenant aux 20 % les plus riches de la population est passée de 70 % à 85 %, entre 1960 et 1993. L’inégalité mondiale s’est accentuée parce que les pays riches sont devenus beaucoup plus riches, tandis que la plupart des autres ne sont devenus qu’un petit peu plus riches. L’inégalité de revenu au Canada est restée sensiblement inchangée pendant toute cette période.

11Quiconque brûle d’en connaître davantage sur la doctrine des quatre causes d’Aristote devrait consulter les livres 1 et 2 de sa Physique (trad. Pierre Pellegrin, Paris, GF Flammarion/Les Belles Lettres, 2000). Mon analyse étymologique du mot « efficient » est largement empruntée au toujours utile Oxford English Dictionnary.

12Mon examen du mouvement d’efficience doit beaucoup à The One Best Way (New York, Viking, 1997), cette biographie de Frederick Winslow Taylor due à la plume de Robert Kanigel. Le portrait de Frank Gilbreth, agrémenté de quelques anecdotes amusantes de briqueteurs, se trouve aux pages 414-415, et il est fait mention de la caricature de périodique à la page 514. Le dialogue entre Taylor et Schmidt est extrait de « The Principles of Scientific Management » de Taylor, dont le texte est reproduit dans Scientific Management (New York, Harper and Brothers, 1947, p. 44-46). Enfin, la longue citation de Kanigel est tirée de la page 18.

13Pour une introduction aux fondements évolutionnistes de l’altruisme, voir Unto Others de Elliot Sober et David Sloan Wilson (Cambridge, ma, Harvard University Press, 1998).

14L’« évaluation contemporaine » de la productivité comparée des travailleurs et des moteurs à vapeur est empruntée à The Twelve Principles of Efficiency de Harrington Emerson (New York, The Engineering Magazine, 1913, p. vii). Dans cet ouvrage, Emerson dévoile sans détour ses aspirations à une nouvelle morale fondée sur l’efficience : « L’âge de l’effort musculaire humain et du fouet est en voie de disparaître, et avec lui l’ancienne morale ; l’âge de la supervision, de l’impulsion coopérative, est en plein essor, et il accompagne une nouvelle morale suivant laquelle la Règle d’or peut être étendue, des relations entre individus, aux relations entre classes, nationalités et races » (p. xi). Notez que cette prédiction ne s’est pas révélée totalement fausse, même si elle mit longtemps à se réaliser.

15Les indications sur la manière d’améliorer son rasage proviennent de Human and Industrial Efficiency de Henry Chellew (Londres, University of London Press, 1919, p. 42). Et la réflexion d’Emerson sur le temps passé, assis dans une baignoire, est extraite de Efficiency as a Basis of Operation and Wages (New York, The Engineering Magazine, 1914, p. 20). La citation sur la nature d’une entreprise est tirée de la page 236.

16L’œuvre majeure de Vilfred Pareto est son Manuel d’économie politique (in Œuvres complètes, Genève, Droz, 1964) ; sa définition de l’« ophélimité maximale » figure au paragraphe 33 du chapitre 6. « Pareto a forgé le terme : “ophélimité élémentaire”, pour éliminer les sens accessoires des termes “valeur” et “utilité” » (J. Schumpeter, Esquisse d’une histoire de la science économique des origines jusqu’au début du XXe siècle, trad. G.-H. Bousquet, Paris, Librairie Dalloz, 1962, p. 203, note 3).

chapitre 2. Ce n’est peut-être pas parfait, mais c’est efficient

17Les vues perfectionnistes d’Aristote sont partout présentes dans sa Politique, mais plus explicites encore dans son Éthique de Nicomaque (trad. Jean Voilquin, Paris, Éditions Garnier Frères, 1961). Certains philosophes défendent encore le perfectionnisme, mais la doctrine a largement perdu de son mordant. Pour une bonne illustration de cela, voir Perfectionism de Thomas Hurka (New York, Oxford University Press, 1993). Le legs le plus persistant du perfectionnisme est l’opinion que la société garde sa cohésion grâce aux « valeurs partagées » (plutôt que simplement grâce aux institutions ou aux lois). Cette hypothèse a spécialement cours chez les critiques du multi-culturalisme. Pour la contestation classique de cette vision, voir « The Social Cohesion of Liberal Democracies » de Michael Mann (American Sociological Review, 35,1970, p. 423-439).

18Les faits relatifs à la poudre à canon, aux canons et aux cloches d’église sont empruntés à The Wealth and Poverty of Nations de David S. Landes (New York, W.W. Norton, 1998, p. 53ss). On en trouve aussi un intéressant examen dans Guns, Germs and Steel (De l’inégalité parmi les sociétés. Essai sur l’homme et l’environnement, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat) de Jared Diamond (New York, W.W. Norton, 1997, p. 247 ; Paris, NRF Gallimard, 2000). Diamond soutient que le christianisme et l’islam ont été essentiellement pris au piège d’une course aux armements pendant environ mille ans. C’est pourquoi, au moment où ils se sont aventurés au-delà de leurs frontières, ils étaient ridiculement suréquipés.

19Le cœur de la théorie hobbésienne du contrat social est exposé dans Léviathan ou Matière, forme et puissance de l’État chrétien et civil (trad. Gérard Mairet, Paris, Gallimard, 2000). Pour la version de John Locke, voir Traité du gouvernement civil (trad. David Mazel, Paris, GF Flammarion [1984], 1997). Je tempère peut-être ici un peu trop la pensée de Hobbes. En fait, c’était un autoritaire et il ne concevait donc meilleur moyen pour les gens d’échapper à l’état de nature que de donner à un monarque pouvoir absolu sur leurs vies.

20Quiconque s’intéresse à l’odyssée de Star Trek peut trouver, réunis dans Becoming Human : The Seven of Nine Scripts (New York, Pocket Books, 1998), les scénarios des épisodes pertinents. Je tire du Libéralisme politique de John Rawls (trad. Catherine Audard, Paris, Presses universitaires de France, 1995) ce que j’appelle la « pierre angulaire » de sa philosophie. Les vrais partisans de Rawls ne manqueront certainement pas de remarquer que j’ai adapté très librement sa remarque. En voici le texte littéral : « [...] le libéralisme politique présume que, d’un point de vue politique, une pluralité de doctrines exhaustives, raisonnables et cependant incompatibles, est le résultat normal de l’exercice de la raison humaine dans le cadre des institutions libres d’un régime démocratique constitutionnel » (p. xvi). Un enrobage à la Rawls de ce que je disais.

chapitre 3. Effets pervers

21L’information sur les camionneurs néerlandais vient de « Inhalen voor Vrachtauto’s Verder aan Banden » (De Telegraaf, 7 juin 1999). Quiconque n’apprécie pas cet exemple pourra choisir parmi des dizaines d’autres dilemmes du prisonnier qui gênent la circulation. Voici un exemple emprunté à Thomas Schelling dont le livre, Micromotives and Macrobehavior (New York, W.W. Norton, 1971), est un classique du genre : « Les automobilistes rentrant de Cape Cod, par un dimanche après-midi, furent ralentis au pas de tortue, pendant un mille ou plus, par un matelas tombé du toit de la familiale de quelque vacancier retournant chez lui. Personne ne sait combien de centaines de voitures, ralenties à un mille de là, une fois arrivées à hauteur du matelas cinq minutes plus tard, ont attendu que passent les véhicules venant en sens inverse et contourné l’obstacle avant de reprendre de la vitesse. Quelqu’un se sera sans doute à un moment donné arrêté sur le bas-côté, une fois passé le matelas, et sera revenu à pied sur ses pas pour le retirer de la chaussée. Sinon, il s’y serait peut-être encore trouvé le dimanche suivant » (p. 125-126).

22L’étude démontrant que plusieurs conducteurs doublent parce qu’ils sont victimes d’une illusion est de Donald A. Redelmeier et Robert J. Tibshirani ; elle s’intitule « Why cars in the other lane seem to go faster » (Nature, 2 septembre 1999, p. 35). Bien entendu, sur une route à deux voies où la circulation est lourde, sans être engorgée, il est inévitable que la plupart des gens se retrouvent dans la « voie lente », puisque c’est justement d’ordinaire celle-là même où circulent la majorité des conducteurs.

23L’expression « dilemme du prisonnier » et l’anecdote qui lui est associée sont d’Alfred Tucker, expert conseil auprès du rand Institute. Tucker a relaté cette anecdote dans une conférence prononcée en 1950, mais on ne l’a jamais publiée. On attribue souvent par erreur la paternité du dilemme du prisonnier à John Nash qui est, presque à tous autres égards, le fondateur de la moderne théorie des jeux.

24Pour une défense plus complète du point de vue que l’état de nature hobbésien est réellement un dilemme du prisonnier et que ce point de vue ne présuppose donc pas de mobiles sinistres, voir The Logic of Leviathan de David Gauthier (Oxford, Clarendon, 1969). Le fait que des sociétés de bienfaisance dépensent des tas d’argent pour s’arracher les unes les autres des contributions et finissent conséquemment par donner moins aux nécessiteux en offre un bon exemple. Leurs motifs altruistes ne les mettent nullement à l’abri d’un comportement collectivement autodestructeur. Les lecteurs intéressés seront peut-être tentés de consulter le très important ouvrage de Gauthier, intitulé Morals by Agreement (Oxford, Clarendon, 1986 ; Morale et contrat, trad. Serge Champeau, Sprimont, Mardaga, 2001).

25L’histoire du casque protecteur de hockey est un peu plus compliquée que je ne le laisse entendre, puisque la règle est depuis devenue une clause de droits acquis. Pour une analyse du dilemme du prisonnier dans un cas semblable, voir Micromotives and Macrobehavior de Thomas Schelling (New York, W.W. Norton, 1971, p. 211-243).

26L’étude sur la sécurité des quatre-quatre dont je fais état est « The trouble with sport utility vehicles » de James L. Gilbert, Stuart A. Ollanik et Paul J. Komyatte (Trial, 32, 1, 1996). Les lecteurs intéressés pourront aussi prendre connaissance de « The Safest Cars on the Road » de Robert L. Simison (The Wall Street Journal, 12 novembre 1999). L’un des points culminants de l’étude est la conclusion que la nouvelle coccinelle VW est plus sûre que la Jeep Cherokee.

chapitre 4. L’économie morale

27Sur la critique de la « solution » hobbésienne à l’état de nature, voir The Possibility of Cooperation de Michael Taylor (Cambridge, Cambridge University Press, 1987). Quiconque prend le moindrement au sérieux l’anarchisme devrait lire cet ouvrage.

28Tout le développement sur « et si tout le monde en faisait autant » prend racine dans la Métaphysique des mœurs d’Emmanuel Kant (Paris, Flammarion, 1994). J’ai simplifié les vues de Kant dans ma présentation. Dans les faits, le principe moral suprême est : « Ne mets en pratique que la maxime dont tu peux vouloir simultanément qu’elle devienne loi universelle. » (Nous traduisons de l’anglais NDT.) Kant interprète ensuite cela comme un empêchement à faire de soi une exception.

29L’affirmation que nous n’avons pas besoin d’un « policier à nos côtés » pour nous empêcher de commettre un crime est une expression courante en philosophie du droit. Je l’ai empruntée à Equality, Responsability and the Law d’Arthur Ripstein (Cambridge, Cambridge University Press, 1990). Ce livre est une excellente ressource pour quiconque cherche à comprendre la manière dont les idées centrales de la philosophie pratique de Kant peuvent être appliquées à la réglementation, par le droit, de la société.

30La croyance selon laquelle les Canadiens ne transporteraient un rebut que sur douze pas avant de l’abandonner est tirée du périodique Shift (vol. 6, no 5,1998, p. 9). Le sens dans lequel j’emploie le mot « confiance » doit beaucoup à Trust de Francis Fukuyama (Londres, Penguin, 1995 ; paru en français sous le titre La confiance et la puissance, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Plon, 1997). Il y est écrit : « La confiance est l’attente, qui se manifeste au sein d’une communauté, d’un comportement coopératif, honnête, rangé et fondé sur des normes communément partagées, de la part des autres membres de ladite communauté » (p. 26).

31Le portrait des Iks auquel je fais référence est celui que dessine The Montain People de Colin Turnbull (New York, Simon and Schuster, 1972). Les générations subséquentes d’ethnographes ont laissé entendre que Turnbull était simplement tombé sur les Iks un mauvais jour et que ces derniers n’étaient pas vraiment si désagréables. Je ne suis franchement pas en position de juger de la question.

32L’anecdote concernant le bowling à Jamestown est extraite de « Property in Land » de Robert C. Ellickson (Yale Law Journal, 102, 1993, p. 1315-1397). C’est une version de la tragédie dite des communes. Voir « Tragedy of the Commons » de Garrett Hardin (Science, 13 décembre 1968, p. 1243-1248). Elle est très ancienne la thèse selon laquelle les biens de propriété commune tendent à être détériorés et que la récompense collective engendre le manquement aux obligations. On peut la trouver, par exemple, dans la Politique d’Aristote (aux paragraphes 3-5 du livre deuxième).

33La discussion classique sur l’économie du don est celle de I’« Essai sur le don » de Marcel Mauss (Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950). Voir aussi La grande transformation.Aux origines politiques et économiques de notre temps de Karl Polanyi (trad. Catherine Malamoud et Maurice Angeno, Paris, Éditions Gallimard [1983], 1996). Pour une discussion des fonctions d’assurance que jouent les dons entre chasseurs, voir The Hunters de Elman R. Service (2e éd., Englewood Cliff, NJ, Prentice Hall, 1979, p. 16-22). Il n’est pas très juste de dire que rien, en dehors du poids de l’obligation morale, n’oblige les gens à faire un don en retour. À l’intérieur d’un système de prestige, quiconque néglige de faire des dons en retour est couvert de honte, ce qui peut réduire les occasions futures de satisfaction ou de récompense. Il existe aussi généralement un éventail de croyances religieuses qui incitent à la conformité. Ce qu’il faut retenir, c’est que, lorsque vient le moment décisif, personne n’a le pouvoir de contraindre à faire un don en retour. Par conséquent, le système en totalité ne peut fonctionner sans une puissante dose de conformité volontaire.

34L’affirmation qu’aucune société dans l’histoire humaine n’a réussi à construire un système d’irrigation à grande échelle sans avoir d’abord créé un État est empruntée à Guns, Gems and Steel de Jared Diamond (New York, W.W. Norton, 1997, p. 283). Pour une évaluation pondérée des mérites relatifs de la bureaucratie, voir Bureaucracy de James Q. Wilson (New York, HarperCoIlins, 1991). On peut y trouver une discussion plus complète de la connexion entre les tracasseries administratives et la nécessité de rendre des comptes.

35La citation de Marx est extraite du Manifeste du communisme (Œuvres, trad. M. Rubel, Paris, Flammarion, « La Pléiade »). Ma phrase préférée la précède de peu. À propos de la bourgeoisie, Marx écrit : « [...] sons sacrés et pieuses ferveurs, enthousiasme chevaleresque, mélancolie béotienne, elle a noyé tout cela dans l’eau glaciale du calcul égoïste » (p. 36). Naturellement, Marx approuve cette évolution.

chapitre 5. Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer le marché

36La complexité de la tâche exécutée par les marchés a été pour la première fois portée à mon attention par Alec Nove dans The Economics of a Feasible Socialism Revisited (Londres, HarperCoIlins, 1991). Nove fournit plusieurs exemples de choses qui tournaient généralement mal dans l’ancienne Union soviétique et dont je ne m’étais jamais imaginé qu’elles puissent mal tourner. L’exemple de l’aéroport et les renseignements sur la planification soviétique sont empruntés à l’analyse de Nove, en page 37.

37L’information sur la conduite des étudiants en économie, en cas de dilemme du prisonnier, provient de « How do you mean “fair” ? » (The Economist 29 mai 1993). Pour être juste, je devrais faire observer que ces rapports ne démontrent pas que l’étude de l'économie fasse de vous une personne mauvaise. Il se pourrait simplement que les personnes mauvaises soient plus susceptibles d’être attirées par l’étude de l’économie. Quoi qu’il en soit, la vérité loge probablement quelque part entre les deux.

38L’étude citée sur la concurrence a été rendue publique par le Groupe de Lisbonne dans Limits to Competition (Cambridge, ma, mit Press, 1995 ; Les limites de la compétitivité, Montréal, Boréal, 1995). Les passages cités sont extraits de la page 90 (de l’édition anglaise originale que nous traduisons directement – NDT).

39L’observation qu’un athlète peut « sortir du rang » en s’entraînant n’est pas invraisemblable. Je suis récemment tombé sur l’exemple suivant : « Le film Chariots of Fire, gagnant d’un Oscar, dépeint des étudiants britanniques, concourant à des épreuves d’athlétisme de niveau universitaire, qui se donnent graduellement une norme implicite limitant leur temps d’entraînement et d’exercice. Puisque, semblent-ils se dire, le coureur le plus talentueux l’emportera, peu importe que tous s’entraînent péniblement ou que nul ne le fasse, il apparaît raisonnable qu’aucun ne s’entraîne très fort. » Ce petit résumé de l’action est de Robert H. Frank et Philip J. Cook dans The Winner-Take-All Society (New York, Penguin, 1995, p. 172).

40Les données sur Cuba proviennent de The New Cuba de Ronald Radosh, éd. (New York, William Morrow & Co., 1976), y compris les citations de Castro (p. 100) et de Guevara (p. 92).

41L’idée que l’échange se fit d’abord avec l’étranger avant d’être en usage à l’intérieur d’une société est de Karl Polanyi dans La grande transformation (trad. Catherine Malamoud et Maurice Angeno, Paris, Éditions Gallimard [1983], 1996). Mon raisonnement voulant que les économies de marché émergent d’économies morales est un thème qui a trouvé son expression la plus célèbre dans ce même ouvrage de Polanyi. Je pense toutefois que Polanyi exagère le niveau d’intégration sociale à l’intérieur des économies morales. Il s’exprime comme si les agents, dans une économie morale, n’avaient absolument aucune incitation à l’opportunisme, alors qu’ils y étaient simplement soumis à des systèmes plus informels de contrôle social. C’est une caractéristique notoire des économies morales traditionnelles que les individus y sont soumis à une surveillance extrêmement étroite – de leurs voisins, par exemple.

42La citation de Nietzsche est tirée du paragraphe intitulé « Des mouches de la foire » dans Ainsi parlait Zarathoustra (trad. Marthe Robert, Paris, CLF [1958], 10/18,1972, p. 51).

chapitre 6. Quand les marchés flanchent

43George Hunt a enregistré l’anecdote des « Chefs rivaux » et l’a reproduite dans Anthropological Papers : Written in Honor of Franz Boas (New York, G.E. Stechert, 1906). Les autres données relatives au potlatch sont de Ruth Benedict (Patterns of Culture, Boston, Houghton Mifflin, 1934).

44Pour une plus ample discussion sur le phénomène qwerty, voir Peddling Prosperity de Paul Krugman (New York, W.W. Norton, 1994, p. 221-244). On dit d’un produit, dont la valeur est en partie fonction du nombre de ses usagers, qu’il génère des « externalités de réseau ». Michael L. Katz et Carl Shapiro ont introduit cette expression dans « Product Introduction with Network Externalities » (Journal qf Industrial Economics, 40,1992, p. 55-83). Pour un examen plus accessible de la question, voir Information Rules : A Strategic Guideto the Network Economy de Carl Shapiro et Hal Varian (Boston, Harvard Business School Press, 1999).

45Sur la théorie de la propriété de Locke, voir Second Treatise qf Government (Traité du gouvernement civil, trad. David Mazel, GF Flammarion [1984], 1992) et A Discourse on Property de James Tully (Cambridge, Cambridge University Press, 1999).

46Sur la Russie, voir Sale of the Century de Chrystia Freeland (Toronto, Doubleday, 2000). Freeland écrit : « On dit souvent du capitalisme qu’il est sans cœur ; pourtant, comme l’a découvert la Russie, il est remarquablement difficile de le construire sur des Tin Men. Le marché impersonnel est en fait un système organique impressionnable, largement dépendant de la confiance mutuelle de ses participants » (p. 18). Tin Man, on s’en souviendra, est – comme son nom l’indique – le personnage de fer blanc et sans cœur dans Le Magicien d’Oz.

47L’idée que les marchés affranchissent de la morale est de David Gauthier dans Morals byAgreement (Oxford, Clarendon, 1986). Il n’est pas sûr que Gauthier parie réellement de marchés dans le sens où nous l’entendons. Si c’était le cas, il aurait certainement dû être mieux au fait que tout échange est manifestement compromis par un dilemme du prisonnier sous-jacent. Voir aussi Fable of the Bees de Bernard Mandeville (Harmondsworth, G.-B., Penguin, 1970).

48Certains apologistes d’Ayn Rand tentent de faire passer les scènes de viol pour une simple « sexualité fruste ». Il est très difficile d’y croire. Voyez le passage suivant de The Fountainhead (New York, Bobbs Merrill, 1943) : « Il s’y livra comme à un geste de mépris. Non d’amour, mais de profanation. Et à cause de cela, elle resta allongée, immobile et soumise. Un geste de tendresse de sa part – et elle serait restée froide, insensible à ce qu’on faisait de son corps. Mais le geste d’un maître prenant dédaigneusement, scandaleusement possession d’elle, voilà le genre de ravissement qu’elle désirait » (p. 218). Sur l’origine de tout cela, voir Par-delà le bien et le mal de Nietzsche (op. cit.).

49C’est pourquoi, incidemment, des érudits conservateurs comme Allan Bloom ont tant de mépris pour Ayn Rand – voir à ce propos Closing of the American Mind (New York, Simon and Schuster, 1987). Ils ont lu suffisamment pour savoir qu’elle est nietzschéenne. À la fin du XXe siècle, les critiques néoconservateurs de la culture tenaient Nietzsche responsable du constructivisme et du relativisme qui sapaient soi-disant, à l’époque, la civilisation occidentale. On considérait donc que Rand partageait presque à coup sûr la couche de l’ennemi.

50Sur notre tendance à surestimer nos capacités personnelles, voir How We Know What Isn’t So de Thomas Gilovich (New York, Free Press, 1991). Parmi les découvertes les plus intéressantes rapportées par Gilovich, mentionnons le fait que, dans une extravagante proportion de 94 %, les professeurs d’université se croient meilleurs que leurs collègues.

51Le commentaire de Russell Hardin sur le « dos de la main invisible » est extrait de Collective Action (Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1982). À ce même propos, voir aussi Bezbakh et Gherardi, sans oublier Guerrien. Il n’est pas très juste de dire que la société encaisse « deux coups » sur le front de l’efficience lorsque les prix ne reflètent pas pleinement le coût social. Il s’agit dans les faits du même coup, vu sous deux angles différents.

52L’exemple du contrôle des moustiques provient de The Economics of Collective Choice de Joe Stevens (Boulder, Westview, 1993).

53La littérature sur les opérations à terme et les marchés d’assurances est un tant soit peu technique. « Externalities in Economics with Imperfect Information and Incomplete Markets » de Bruce C. Greenwald et Joseph E. Stiglitz (Quarterly Journal of Economies, 101, 1986, p. 229-264) est le plus important article sur la défaillance du marché en ce domaine et ses répercussions sur l’économie. Pour une introduction au risque moral et à l’antisélection, voir Games and Information d’Eric Rasmusen (2e éd., Oxford, Blackwell, 1995, p. 195-248).

chapitre 7. La grosse entreprise

54L’exemple de l’usine d’épinglettes figure dans An Inquiry in the Nature and Causes of the Wealth of Nations d’Adam Smith (Oxford, Oxford University Press, 1976, p. 15). La remarque voulant que la division du travail ne soit pas un effet de la sagesse se trouve en page 25. Mon appréciation de Smith est peu indulgente, dans la mesure où il dit en fait que la division du travail n’est pas « à l’origine » un effet de la sagesse humaine. Il n’affirme pas vraiment, par conséquent, que les marchés génèrent la division du travail, mais seulement que cette idée nous serait originellement venue de là. Cependant cette thèse plus faible est complètement dénuée d’intérêt. Qui se soucie de savoir d’où est venue l’idée ?

55Il est utile de comparer le commentaire de Smith avec une autre analyse classique, celle de Peter Drucker dans The Corporation (New York, Mentor, 1972). Selon Drucker, la production de masse repose sur « un ordre planifié, délibéré, conscient, des relations entre homme et homme, et entre homme et procédé mécanique. La structure sociale de l’entreprise est donc la seule chose qu’on ne peut improviser dans l’industrie moderne, mais que l’on doit plutôt soigneusement et préalablement développer » (p. 34).

56L’exemple de gm et de Fisher Body est tiré de The Economie Institutions of Capitalisalism d’Oliver E. Williamson (New York, Free Press, 1985). Il s’agit du commentaire classique et de l’ouvrage fondateur en ce qui a trait à la théorie dite « des coûts de transaction » de la firme. (De pair avec « The Economie Theory of the Firm » de Ronald Coase [Economica, 4, 1937, p. 386-405].) La seule faiblesse de la théorie de Williamson est son incapacité à observer que les coûts de transaction grimpent à cause du dilemme du prisonnier sous-jacent à tout échange économique. Sur le « salaire d’efficience », voir Games and Information d’Eric Rasmusen (2e éd., Oxford, Blackwell, 1995, p. 206-207).

57« Metaphor of a Corporate Display : “You Work, and Then You Die” » (Wall Street Journal, ii août 1996, p. B-i) décrit la colonie de fourmis de la Stellcase. Les propos du formateur en gestion d’entreprise se plaignant de la stratégie de jeu de Rich, dans Survivor, sont rapportés dans « Survivor’s millionnaire gives corporate trainers a bad name » (Globe and Mail, 28 août 2000, p. B-9). L’observation selon laquelle la littérature traitant de gestion serait indiscernable de l’idéologie des années 1960 est de Thomas Frank dans « Why Johnny Can’t Dissent » (Commodify Your Dissent, New York, W.W. Norton, 1997). Pour l’exemple central sur cette question, voir The 7 Habits of Highly Effective People de Stephen R. Covey (New York, Simon and Schuster, 1989).

58Seth Shulman cite dans Owning the Future (Boston, Houghton Mifflin, 1999, p. 15) les statistiques du Brookings Institute sur le rapport avoirs physiques-avoirs cognitifs. « High rollers : How Trilogy Software trains its raw recruits to be risk takers » (The Wall Street Journal, 21 septembre 1998, p. A-i) décrit le camp de formation de Trilogy Software. Clive Thompson est l’auteur de « Why your fabulous job sucks » (Shift, vol. 7, no 1,1999). Sur le programme de formation de Scient, voir « Do you have the courage to be legendary ? » de Noah Hawley (Shift, vol. 8, no 3, 2000). Plusieurs de ces stratégies de formation sont suffisamment « apparentées aux techniques d’endoctrinement » pour que des théoriciens chrétiens de la gestion aient commencé à exprimer leur inquiétude à leur propos. Pour un exemple intéressant en ce sens, voir Corporate Cuits de Dave Amott (New York, Amacom, 2000).

59Les données sur les appareils de mammographie excédentaires proviennent de Pat Armstrong et Hugh Armstrong dans Universal Health Care (New York, The New Press, 1998, p. xiii). Le commentaire qui suit, sur les hmo, est nécessairement schématique. On vend un nombre incroyable de contrats globaux différents sous la rubrique générale de « soins gérés ». Pour un survol utile de ces différents arrangements, voir Managed Care de Wendy Knight (Gaithersburg, ma, Aspen, 1998). Sur la part relative de marché qu’occupent les hmo, voir page 10. Il faut signaler que toutes les hmo ne sont pas verticalement intégrées comme l’est Kaiser Permanente. Il vaut aussi la peine de souligner que les problèmes de risque moral sont endémiques dans tout arrangement qui prévoit la rétribution à l’acte des médecins, y compris le modèle canadien. L’intégration verticale réduit ces problèmes – en éliminant le problème d’action collective en ce qui touche la supervision du médecin – mais elle ne les élimine pas entièrement. On connaît sous l’appellation de capitation la stratégie la plus efficace pour réduire le risque moral. Il n’existe toutefois pas de connexion intrinsèque entre le modèle hmo et l’usage de la capitation : on a fait l’expérience d’arrangements semblables dans le régime public canadien. Mes remerciements à Peter Nixon de Kaiser Permanente pour des échanges utiles sur le sujet

chapitre 8. Big Brother

60Sur la qualité de l’air, voir After the Rights Revolution de Cass Sustein (Cambridge, ma, Harvard University Press, 1990, p. 77).

61Dans sa campagne pour éliminer l’essence additionnée de plomb, la Banque mondiale avance le chiffre de trois cents le litre. Les statistiques sur la consommation canadienne d’essence sont tirées du Rapport annuel de Transport Canada (1998, p. 69). Soit dit en passant, quand on calcule les gains d’efficience associés au passage à l’essence sans plomb, il est très important de ne pas tomber dans le piège de ne relever que les gains indirects. Il n’est pas rare, par exemple, que les commentateurs comptabilisent, dans les « coûts » de l’essence additionnée de plomb, le coût des soins de santé administrés aux gens atteints de maladies reliées au plomb. Ce qui est invalide, dans la mesure où les gens qui ne meurent pas de maladies reliées au plomb finiront par mourir d’une autre chose, et il n’y a aucune raison de penser que cette autre cause engendrera moins de frais. Le gain d’efficience se manifeste sous forme d’air pur. Comme l’air pur n’a pas de valeur marchande, il est impossible de procéder à une analyse directe des coûts et des rendements. Y substituer quelque autre bénéfice indirect qui a une valeur marchande ne pourra que brouiller les cartes.

62J’emprunte l’expression « biens mutualistes » à The Theory of Externalities, Public Goods and Club Goods de Richard Cornes et Todd Sandler (2e éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1996). Déterminer si les biens mutualistes sont ou non correctement comptabilisés dans le pib est une question assez délicate. Certains des biens fournis par des entreprises, comme la protection que la diversification procure contre le risque, ne sont pas du tout comptabilisés. Dans d’autres cas, le coût de la fourniture d’un service en sera considéré comme le bénéfice.

63Sur les problèmes que soulève le pib comme indicateur économique, voir « If the gdp is up, why is America down ? » de Clifford Cobb, Ted Halstead et Jonathan Rowe (Atlantic Monthly, octobre 1995). Les auteurs se permettent la cinglante affirmation suivante sur l’économie américaine : « Ce que nous appelons aujourd’hui croissance du pib n’est de fait, en grande partie, qu’un travestissement d’une des trois réalités suivantes : la réparation des bévues et du délabrement social hérités d’hier ; l’emprunt sur les ressources de demain ; le transfert de fonctions relevant traditionnellement des sphères du ménage et de la communauté à la sphère de l’économie monétisée » (p. 72). Les données sur les effectifs policiers sont du Globe and Mail (24 mai 2000, p. A-4).

64Les statistiques sur les dépenses gouvernementales au Canada et aux États-Unis, exprimées en pourcentage du pib, sont tirées de The Public Sector in Canada de John C. Strick (Toronto, Thompson, 1999, p. 65). Sur le filet de sécurité sociale comme réponse à la défaillance du marché dans le secteur de l’assurance, voir The Economics qf the Welfare State de Nicholas Barr (3e éd., Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 108-127).

65« The Market for “Lemons” : Quality Uncertainty and the Market Mechanism » de George A. Akerlof (Quarterly Journal of Economics, 84, 1970, p. 488-500) est l’analyse classique de l’antisélection. Dans cet article, Akerlof s’emploie, entre autres choses, à expliquer pourquoi les aînés éprouvent tant de difficulté à se procurer une assurance maladie. Pour un aperçu plus général de l’antisélection, voir Strategies and Games de Prajit K. Dutta (Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 108-127).

66L’information sur les frais généraux d’assurance et les dépenses en recherche, au Canada et aux États-Unis, provient de Retooling the Welfare State de John Richards (Toronto, C.D. Howe Institute, 1997, p. 122). On trouvera en page 124 une comparaison, fondée sur l’espérance de vie et la mortalité infantile, des conséquences de ces données sur la santé. Sur la tarification des soins médicaux au Canada et aux États-Unis, voir How to Choose ? A Comparaison of the U.S. and Canadian Health Care Systems de Robert Chernomas et Ardeshir Sepehri (Amityville, NY, Baywood Publishing, 1998, p. 29). Les chiffres concernant le prix des colonoscopies sont tirés de Universal Health Care de Pat Armstrong (New York, The New Press, 1998, p. 107).

67Le rapport du Business Council on National Issues, « Winning the Human Race – Developping and Retaining World Class Talent » (30 mai 2000), est disponible sur Internet, à l’adresse <www.bnci.com>. L’étude de Statistique Canada sur l’exode des cerveaux, intitulée « Brain Drain or Brain Gain : The migration of knowledge workers from and to Canada », est l’oeuvre de Doug Drew, T. Scott Murray et John Zhoa ; elle a été publiée dans Education Quarterly Review (vol. 3, no 6, 2000).

68Sur l’appui des pauvres aux réductions d’impôt, voir « Poorer voters support Ontario cuts, pollsters say » (Globe and Mail, 23 octobre 1999, p. A-6). Les statistiques sur la répartition du fardeau fiscal sont extraites de Tax Facts de Joel Ernes et Michael Walker (Vancouver, Fraser Institute, ii, 2000).

chapitre 9. Inégalité

69La « parabole des talents » se trouve dans Matthieu (25, 14-30). La réplique où il est dit de confier l’argent aux banquiers n’est pas de Jésus lui-même, mais plutôt du « maître » de la parabole. Néanmoins, Jésus semble l’avaliser. Bien entendu, je ne suis pas un exégète biblique.

70 Equality and Efficiency, The Big Tradeoff d’Arthur M. Okun (Washington, Brookings Institute, 1975) est l’ouvrage classique sur la compensation entre égalité et efficience. Personnellement, je n’ai pas la moindre idée de ce que les gens admirent dans ce livre. La « découverte » qu’il n’y a pas de compromis entre efficience et égalité est une conséquence du second théorème de l’économie du bien-être. On peut trouver un peu partout des discussions et des preuves de ce théorème. Je me reporte à Public Economics de Gareth D. Myles (Cambridge, Cambridge University Press, 1995).

71De G.A. Cohen, voir If You’re an Egalitarian, How Corne You’re So Rich ? (Cambridge, ma, Harvard University Press, 2000). De Robert Nozick, voir Anarchy, State and Utopia (New York, Basic Books, 1974 ; Anarchie, État et utopie, trad. Evelyne d’Auzac de Lamartine révisée par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, PUF, 1988). La première citation de Nozick, légèrement retouchée, est extraite de la page 161. Le commentaire sur les adultes consentants est tiré de la page 163. Cohen a rassemblé dans un volume intitulé Self-Ownership, Freedom, and Equality (Cambridge, Cambridge University Press, 1995) tous les articles où il se penche sur les arguments de Nozick.

72L’expression « maux publics rentables » est de A Future for Socialism de John Roemer (Cambridge, ma, Harvard University Press, 1994, p. 57). Toutes mes observations sur la manière dont l’inégalité peut générer de l’inefficience doivent énormément à l’analyse de Roemer. Sur l’opposition de l’industrie à l’essence additionnée de plomb, voir « epa Orders Leading in Gas Cut by 90 % » de Cass Paterson (Washington Post, 5 mars 1985).

73Le calcul de la quantité de services gouvernementaux que reçoit le Canadien moyen est quelque peu approximatif. Il se fonde sur des données datant de 1994-1995 et ne prend donc nullement en compte les fluctuations passées ou à venir des dépenses gouvernementales. L’information sur les dépenses gouvernementales annuelles est tirée de The Public Sector in Canada de John C. Strick (Toronto, Thompson, 1999, p. 32). J’ai divisé le total par la population et multiplié le résultat par l’espérance de vie moyenne. Notez que le calcul se rapporte au coût de la fourniture de ces biens et services, pas à leur valeur pour le consommateur, qui pourrait être bien supérieure.

74Quant aux effets de la progressivité de l’impôt sur l’effort de travail, voir The JoylessEconomy de Tibor Scitovsky (éd. revue, New York, Oxford University Press, 1992, p. 100). La citation concernant le dollar non dépensé est extraite de la page 165 du même ouvrage.

75La théorie voulant que les impôts progressifs soient source de stratégies de carrière plus risquées figure dans « A Theory of the Welfare State » de Hans-Werner Sinn, article publié dans The Future of the Welfare State (sous la direction de Torben M. Andersen, Karl O. Moene et Agnar Sandmo Cambridge, ma, Blackwell, 1996). Voir aussi, dans le même ouvrage, l’intéressant article « Why are taxes so high in egalitarian societies ? » de Mats Persson.

76Pour un aperçu général de la taxe sur la congestion de la circulation à Singapour et des propositions d’arrangements semblables mises en œuvre en Europe, voir « Living with the car » (The Economist, 6 décembre 1997, p. 21-23).

77Sur l’origine des taxes pigoviennes, voir The Economics of Welfare de A.C. Pigou (Londres, Macmillan, 1948). Ces taxes ne sont pas, bien entendu, un remède miracle. Pour un rapide survol de leurs limitations, voir Political Economy of Fairness d’Edward E. Zajac (Cambridge, ma, mit Press, 1995, p. 41-42).

78La citation comparant équité et efficience est extraite de Economics de Richard G. Lipsey, Douglas D. Purvis et Peter O. Steiner (6e éd., New York, Harper & Row, 1988, p. 478). Le motif classique invoqué, pour affirmer que les jugements d’efficience ne sont pas normatifs, est qu’on peut les poser en s’appuyant uniquement sur des préférences subjectives. On présume souvent, par ailleurs, que les jugements d’équité exigent des comparaisons interpersonnelles d’utilité. Ce qui était vrai autrefois, compte tenu de l’état de la science dans les années 1950, mais ne l’est plus. Pour un survol de ces enjeux, voir Theories of Distributive Justice de John Roemer (Cambridge, ma, Harvard University Press, 1996). On trouvera ma conception préférée de l’égalité dans Superfairness de William J. Baumol (Cambridge, ma, mit Press, 1986).

chapitre 10. L’efficience commence à la maison

79Pour un exposé sommaire et accessible des tendances en matière de travail aux États-Unis, voir The Overworked American de Juliet Schor (New York, Basic Books, 1992). Selon une étude récente de l’Organisation mondiale du travail, le nombre moyen d’heures travaillées au Canada est resté substantiellement inchangé pendant toute la dernière décennie (et sensiblement inférieur à celui enregistré aux États-Unis). Voir « Key Indicators of the Labour Market 1999 » (Genève, Organisation internationale du travail, 1999). La citation d’Arlie Hochschild est extraite de The Time Bind (New York, Metropolitan, 1997, p. 212).

80Un merci tout spécial à Jim Preston de Imagine Media/DailyRadar. com pour son assistance au jeu des Sims. J’ai spécialement tiré profit de son guide stratégique des Sims (PC Gamer, vol. 7, no 4, avril 2000, p. 150-152). Les deux citations du manuel des Sims sont respectivement extraites des pages 3 et 45 (The Sims © 2000 Electronic Arts Inc.).

81On peut trouver dans A Treatise on the Family de Gary S. Becker (Cambridge, ma, Harvard University Press, 1991) l’analyse classique des propriétés efficientes de la division des tâches domestiques.

82Comme je l’ai mentionné dès le début, j’ai peu d’expérience directe de la gestion du ménage. Une bonne partie de l’analyse exposée dans ce chapitre est empruntée à Kidding Ourselves de Rhona Mahony (New York, Basic Books, 1995). Cet ouvrage – brillant – surpasse de loin toute autre publication dans le domaine. Quiconque a des doutes sur l’argumentation que je développe devrait consulter la présentation indiscutablement plus convaincante de Mahony. Sur l’abîme qui sépare l’expertise des pères et des mères – ce que Mahony appelle l’« effet longueur d’avance » – voir les pages 76-77. Sur la tolérance au risque physique, voir page 108. Le passage cité figure à la page 3.

83Thomas W. Harrell a conduit l’étude sur les détenteurs d’une maîtrise en administration de Stanford, intitulée « Women with mbas marry up while men with mbas marry down » (Psychological Reports, 72,1993, p. 1178). Alors que 33,7 % des hommes interrogés étaient mariés à une femme d’intérieur, seulement 1 % des femmes avaient pour mari un homme d’intérieur.

84Les citations de The Time Bind de Hochschild sont tirées des pages 25 et 26. En page 27, sans mention de source, Tauteure fait état de l’étude sur les taux de participation à des arrangements parallèles de travail dans les compagnies de Fortune 500. En ce qui a trait à la préférence accordée au travail plutôt qu’au foyer, Hochschild a découvert que 59 % des parents s’estimaient « bons ou exceptionnellement bons » au foyer comparativement à 86 % au travail.

85Pour une discussion sur la compensation entre beauté et richesse dans les familles noires, voir Black Families at the Crossroads de Robert Staples et Leanor Boulin Johnson (San Francisco, Jossey-Bass, 1993, p. 111-112). Voir aussi Kidding Ourselves, pages 111-112. Sur les femmes qui montrent du désintérêt pour les hommes d’intérieur, voir Hard Choices : How women decide about work, career, and motherhood de Kathleen Gerson (Berkeley, University of California Press, 1985). Quant aux femmes de carrière avec lesquelles s’est entretenue Gerson, « l’énorme importance qu’elles accordent au travail fait en sorte qu’il leur est difficile d’accepter la légitimité de la vie domestique tant pour leur partenaire masculin que pour elles-mêmes » (p. 175).

86Enfin, le court passage de Man Descending de Guy Vanderhaeghe (Toronto, Macmillan, 1982) est extrait de la page 213.

chapitre 11. Magasiner pour vivre, vivre pour magasiner

87La citation de Kalle Lasn sur la signification, pour notre époque, du brouillage culturel est extraite de la page xi de Culture Jam (New York, William Morris, 1999). Pour toute information sur Adbusters, aussi bien que pour la liste complète d’articles Adbusters, voir <www.adbusters.org/magazine/>.

88La citation de Joseph Schumpter est tirée de Capitalism, Socialism and Democracy (3e éd., New York, Harper, 1950, p. 66). La critique classique de la société de consommation – à savoir que la création de nouveaux produits engendre de nouveaux appétits et ne génère ainsi aucune hausse de la satisfaction globale – est de John Kenneth Galbraith dans The Affluent Society, 2e éd., Boston, Houghton Mifflin, 1969). À simple titre informatif : ce n’est pas là une vue à laquelle je souscris.

89La longue citation de Mark Kingwell est extraite de Better Living (Toronto, Penguin, 1998, p. 178-179). La seconde citation de Kingwell se trouve à la page 304. Voir aussi Kalle Lasn (Culture Jam, p. 12). La métaphore de l’aiguille de seringue est à ce point surexploitée que le critique James Twitchell qualifie même de « théorie hypodermique » un certain ensemble de vues sur la publicité (AdcultUSA, New York, Columbia University Press, 1966, p. 14).

90Sur les appétits inauthentiques, voir le Discours sur les origines et les fondements de l’inégalité parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau. Je ne suis certainement pas le premier à signaler cette parenté. Twitchell l’exprime fort bellement : « L’idée que la publicité crée des appétits artificiels repose sur une profonde ignorance de la nature humaine, sur le sentiment nébuleux qu’il aurait existé un âge fabuleux de nobles sauvages aux besoins purement naturels, sur des balivernes romantiques d’abord répandues par Rousseau et conservées vivantes dans des institutions imperméables à la réalité » (AdcuItUSA, p. 12).

91Sur la société de consommation comme dilemme du prisonnier, voir The Overspent American de Juliet Schor (New York, Basic Books, 1998) et Luxury Fever de Robert H. Frank (New York, Free Press, 1999). Ces deux auteurs recommandent un impôt sur le revenu plus progressif comme solution au problème de la consommation concurrentielle.

92J’emprunte à Pierre Bourdieu (La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit [1979], 2002) le concept de distinction que j’utilise ici. L’importance de la distinction, dans la perspective de Bourdieu, se manifeste largement par des préférences négatives. « [E]n matière de goût, plus que partout, toute détermination est négation ; et les goûts sont sans doute avant tout des dégoûts, faits d’horreur ou d’intolérance viscérale (« c’est à vomir ») pour les autres goûts, les goûts des autres » (p. 60). La société de consommation est commandée, dans les classes supérieures, par le mépris de la culture populaire et la volonté d’éviter tout ce qui y est associé.

93J’ai emprunté à The Conquest qf Cool de Thomas Frank (Chicago, University of Chicago Press, 1997) l’expression « consommateur rebelle » et l’observation que le désir d’être cool est le moteur de la société de consommation. En voici un bon exemple : dans les premières pages de son livre No Logo (Toronto, Alfred A. Knopf, 2000 ; No logo, trad. Michel Saint-Germain, Montréal, Leméac, 2000), Naomi Klein déplore qu’on convertisse les vieux immeubles industriels de son voisinage en « logements style loft » et les vende en copropriété immobilière. Quel est ici le sous-texte ? Klein fait clairement comprendre au lecteur que son appartement est un authentique loft – du genre de ceux que seuls habitent des gens cool. Ce bien agit conséquemment comme une source de distinction. Les projets de copropriété immobilière rendent ce mode de vie – jadis l’apanage exclusif des élites culturelles dont fait partie Klein – disponible à des gens simplement fortunés. Cela signifie qu’elle devra trouver un autre endroit où vivre si elle veut maintenir son rang social.

94Le « manuel type » dont je cite la définition de la pollution est The Economics of Regulation and Anti-Trust de Giles H. Burgess (New York, HarperCollins, 1995, p. 402). Les statistiques sur les dépenses brutes de publicité aux États-Unis sont de Klein (No Logo, p. 11). À propos des effets de la publicité sur la taille du marché et la portion de marché, voir The Joyless Economy de Tibor Scitovsky (édition revue, New York, Oxford University Press, 1992, p. 204-205). Dans AdcultUSA, Twitchell observe que les budgets de publicité sont les premiers sur lesquels on rogne en période de récession (p. 75) ; si la publicité moussait vraiment le produit, cette constatation serait difficile à expliquer. Les statistiques sur la bière sont tirées de « Younger Drinkers Snub Molson, Labatt » (National Post, 9 mars 1999). La part de marché de Molson et de Labatt, qui s’établissait à 85 % en 1997, est à la baisse.

95Ma prétention – que l’apport de revenus publicitaires dans une source d’information est déterminé par la facilité avec laquelle les gens peuvent faire preuve d’opportunisme – me semble franchement ne pas soulever de controverse. Considérez les rapports suivants entre revenus publicitaires et frais de l’utilisateur final pour les différents médias : journaux – 80/20 ; périodiques – 63/37 ; chaînes de télé câblées –18/82 ; cinéma – 5/95. Ces données sont empruntées à The Future of Advertising de Richard Adler (Washington, dc, Aspen Institute, 1997, p. 17).

96 Modem Primitives (San Francisco, RE/Search, 1989) est l’ouvrage qui dicte les tendances en matière de modification corporelle. Pour plus de détails sur la proposition d’une taxe progressive à la consommation comme remède à la société de consommation, voir Luxury Fever de Robert H. Frank (New York, Free Press, 1999). Le rapport entre impôts sur le revenu et taxes à la consommation y est aussi discuté en long et en large.

chapitre 12. Infotopie

97Neal Stephenson, Snow Crash (New York, Bantam, 1992). Les vrais fans sont vraisemblablement au courant que les événements relatés dans ce livre ne sont pas datés. L’année 2020 n’est qu’une conjecture de ma part. Bruce Sterling, Distraction (New York, Bantam, 1998). Voir aussi Cryptonomicon de Neal Stephenson (New York, Avon, 1999).

98Les statistiques sur le piratage international de logiciels proviennent de « Software piracy » (The Economist, 11 mai 1996). Sur l’importance de la propriété intellectuelle dans l’économie américaine d’exportation, voir Owning the Future de Seth Shulman (Boston, Houghton Mifflin, 1999, p. 18). Les exemples de délivrance de brevets douteux sont tous tirés de ce livre. Voir aussi, également de Seth Shulman : « Cashing in on medical khowledge » (Technology Review, vol. 101, n° 2,1998).

99J’ai beaucoup appris sur l’économie de l’information en flânant dans les bureaux de Organic Online Canada. Mes remerciements au directeur Troy Young, qui m’a laissé observer la scène à mon aise, et à Idris Mootee pour quelques suggestions intéressantes sur la propriété intellectuelle et le secteur de la haute technologie. J’ai puisé dans Free for All de Peter Wayner (New York, Harper Business, 2000) de l’information additionnelle sur l’importance du domaine public ou les logiciels « de code ouvert » pour Internet.

100Sur le sujet de l’action assiégée de Nike, voir « Investors not running after Nike » (Globe and Mail, 11 février 2000, p. B-15).

  • * En français dans le texte (NDT).

101Concernant le capitalisme sauvage* voir Capitalisme contre capitalisme de Michel Albert (Paris, Éditions du Seuil, 1991).

  • Nous traduisons le passage retenu (NDT).

102La dernière citation de Hobbes provient de Leviathan (éd. Richard Tuck, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 129 ; l’ouvrage a paru en français sous le titre de Léviathan, trad. Gérard Mairet, Paris, Gallimard, En ce qui me concerne, cette phrase exprime à elle seule tout ce qu’il est besoin de dire sur le sujet de la taxation.

conclusion. Nous avons vu l’avenir et il est... efficient

103Le livre de Francis Fukuyama s’intitule The End of History and the Last Man (New York, Avon, 1992 ; La fin de l’histoire et le devenir de l’homme, trad. Denis-Armand Canal, Paris, Flammarion, 1997). Dans le sillage de la controverse que provoqua cet ouvrage, Fukuyama fit très astucieusement observer que, même si ses critiques avaient proposé, comme contre-exemples de sa thèse centrale, de nombreuses solutions de remplacement au capitalisme de l’État-providence, aucun d’eux n’avait vraiment donné son adhésion à l’une ou l’autre de ces solutions. L’essai de Jürgen Habermas dont il est question s’intitule « The new obscurity : The crisis of the welfare State and the exhaustion of utopian energies » (The New Conservatism, trad. Shierry Weber Nicholsen, Cambridge, ma, mit Press, 1989).

104Pour une plus ample discussion sur le mechanism design, voir Strategies and Games de Prajit K. Dutta (Cambridge, ma, mit Press, 1999, p. 349-365).

Notes

* En français dans le texte (NDT).

Nous traduisons le passage retenu (NDT).

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search