Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Conclusion. Nous avons vu l’avenir et il est... efficient

Texte intégral

1Naturellement, il est exagéré de dire que le Canada est aussi proche de l’utopie que l’humain puisse être. Le Canada pourrait bien être sur le point de toucher le plus haut degré de « développement humain » parmi toutes les sociétés du monde actuel, mais il y a encore amplement place à l’amélioration. Le fait que la vie ne se bonifie guère présentement ne signifie pas qu’elle ne se bonifiera pas un jour.

2Ce que je veux faire ressortir est un peu plus subtil. L’ordre économique et social, au Canada, comporte des imperfections dont l’existence s’explique en bonne partie. Nous avons déjà éliminé les problèmes élémentaires. Ceux qui restent sont beaucoup plus difficiles à résoudre, généralement parce qu’on ne peut s’y attaquer sans recourir à une certaine forme de compromis entre les diverses valeurs que nous chérissons.

3Cela est des plus évidents dans le cas de l’inégalité sociale. Plusieurs d’entre nous aimerions voir s’atténuer sensiblement l’écart de revenu entre riches et pauvres dans notre société. Nous aimerions aussi voir atteints plusieurs autres objectifs sociaux. Nous voulons promouvoir l’égalité des sexes et encourager les femmes à s’engager dans la main-d’œuvre active. Mais cela tend à amplifier l’inégalité de revenu puisque les gens se choisissent généralement un conjoint à l’intérieur de leur classe sociale. Nous voulons aussi que les gens économisent pour l’éducation de leurs enfants à qui ils assureront ainsi de meilleurs chances dans la vie. Mais ce transfert d’une génération à une autre exacerbe avec le temps les inégalités.

4Cela ne veut pas dire que les femmes ne devraient pas travailler hors du foyer ni que tout patrimoine devrait être confisqué. Cela signifie que nous sommes forcés de faire des compromis. Il nous est simplement impossible de répondre simultanément à nos diverses préoccupations en matière de justice sociale. Par conséquent, « aussi proche de l’utopie que l’humain puisse être » pourrait ne pas s’avérer le moindrement proche de l’utopie.

5Je pense qu’il vaut la peine de garder cela à l’esprit, parce que notre société souffre d’une multitude de lacunes douloureusement évidentes. Naturellement, nous n’avons pas besoin de trente-six variétés différentes de dentifrice Crest. Bien sûr, la qualité moyenne de la programmation télévisuelle est quelque peu médiocre. Et, oui, il est vrai que les politiques ne discutent presque jamais des « vraies questions ». Mais que pouvons-nous à tout ça ?

6Le caractère très manifeste de ces lacunes induit plusieurs critiques sociaux à penser que les gens doivent être stupides puisqu’ils les tolèrent. Ce qui en soi laisse entendre que résoudre tous ces problèmes ne serait pas plus difficile que de se réveiller en humant son café. Quand nous émergerons de notre état d’« inconscience », ou de notre stupeur consommatoire, grâce sans nul doute à l’humour tonique et au commentaire caustique de la critique sociale, nous nous débarrasserons de ces problèmes. Un jour, dans quelques années, nous regarderons peut-être derrière nous et nous demanderons : « Mais à quoi pensions-nous donc ? » C’est là pur fantasme. Des tas de problèmes non résolus restent non résolus simplement parce qu’ils représentent des compromis entre des valeurs franchement conflictuelles. Par exemple, au fil de la dernière décennie, on a agoni d’injures les sociétés privées pour leur obsession à développer des marques et des réputations de marques. Mais l’une des principales raisons pour lesquelles la marque est devenue si importante tient à ce que la concurrence s’est grandement intensifiée sur les marchés du commerce de détail. Il y a trente ans, la plupart de ces marchés étaient de quasi-monopoles régionaux : les fabricants automobiles américains vendaient des voitures en Amérique, les compagnies européennes vendaient des voitures en Europe, et les compagnies japonaises vendaient des voitures au Japon. L’un des effets majeurs de l’amélioration de la technologie des communications – par-dessus tout d’Internet – et de la mondialisation aura été d’avoir raison de plusieurs de ces monopoles de fait. Résultat : il y a beaucoup moins de différence maintenant, qu’il y avait coutume d’en avoir en matière de prix et de qualité, entre les biens de consommation. La différence de qualité entre les automobiles américaines et les japonaises, par exemple, a été presque entièrement comblée. Comment les compagnies convainquent-elles dès lors les consommateurs de choisir leur produit plutôt que celui d’une autre ? Un des moyens d’y arriver est de se doter d’une solide marque de commerce.

7Le fait est que l’insistance mise sur la marque constitue de bien des façons, plutôt qu’une faille du système capitaliste, un signe que le capitalisme fonctionne maintenant mieux que par le passé. Dans un marché parfaitement concurrentiel, les marchandises seraient complètement indiscernables : même prix, même qualité. Dans un marché pareil, les consommateurs n’auraient aussi aucune bonne raison de choisir le produit d’un fabricant plutôt que celui d’un autre. C’est précisément ce qui crée l’occasion d’introduire la marque de commerce comme moyen d’influencer les décisions d’achat. Par conséquent, le fait que les consommateurs se soucient tellement des marques reflète en partie le fait que la qualité des biens manufacturés est relativement uniforme et élevée.

8Nous pouvons donc concéder que, dans notre société, nous gaspillons une énorme quantité de ressources à créer et à soutenir des marques de commerce. Cela peut sembler un défaut évident. Après examen attentif, le tableau se révèle beaucoup plus indécis. Il n’y a littéralement que les gens heureux qui voient un problème dans le pouvoir de la marque.

9On peut en dire autant de la plupart des sphères de la vie publique. Nous trouvons tous frustrantes les bureaucraties et les hiérarchies. Nous savons qu’elles ne sont pas sans problèmes. Mais essayez simplement d’organiser n’importe quelle sorte d’entreprise coopérative à grande échelle sans les bénéfices du contrôle bureaucratique. Tout le monde devrait être tenu, dans le cadre de sa formation générale, de vivre dans une commune pendant un mois, simplement pour apprendre ainsi à apprécier plus pleinement les avantages des structures institutionnalisées d’autorité.

10Par-dessus tout, nous savons que le système de marché présente d’énormes imperfections. Nous savons, par exemple, qu’il néglige souvent de faire couler le « lait de la tendresse humaine ». En fait, les marchés tendent à encourager l’inégalité, la consommation ostentatoire, la cupidité et un large éventail d’attitudes antisociales. Mais les marchés nous permettent aussi d’atteindre des niveaux de productivité qui autrement resteraient inaccessibles. Cette productivité ne se canalise pas totalement en voitures de luxe et en billets pour l’opéra. Elle se canalise aussi en plomberie domestique pour la classe ouvrière, en soins de santé pour les personnes âgées, en technologie de reproduction pour les femmes, etc.

11Chaque fois qu’on considère le côté négatif de la vie dans une société de marché, il est important de garder un œil sur le côté positif. Les marchés étoffent grandement notre capacité à organiser la coopération. Avec le résultat que nous sommes capables d’accomplir quelque chose dont nous aurions été autrement incapables. Les êtres humains manquent tout bonnement d’habileté organisationnelle pour bâtir une société industrielle avancée sans recourir à des marchés pour organiser une part importante de leurs activités. En retour, ils dépendent de cette habileté organisationnelle pour mener à bien leur plus intégral ordre du jour humanitaire. Il faut une foule de ressources et une subtile compétence à les déployer pour pouvoir même considérer la poursuite d’objectifs, dont fournir un toit aux Canadiens à faible revenu ou envoyer de quoi soulager une famine qui sévit de l’autre côté du globe.

12Cela étant dit, nous ne devrions pas nous dérober à l’observation que les marchés imposent de très réelles contraintes sur le degré de justice sociale auquel nous pouvons prétendre. En adoptant un système économique qui s’appuie sur une prise de décision décentralisée pour organiser la production, nous avons en effet perdu en grande partie notre capacité de déterminer l’issue de ces décisions. La lnh fixe les règlements du hockey professionnel en ce pays, mais elle ne détermine pas qui gagne la coupe Stanley. Semblablement, le gouvernement fixe les règles de l’économie de marché, mais n’exerce que très peu d’influence sur la détermination du vainqueur et l’ampleur de sa marge de victoire.

13Parce que le marché impose aussi de nettes restrictions à leur capacité de parvenir à des résultats socialement désirables, il y aura toujours des gens pour penser que se débarrasser du marché améliorera leur situation. Mais si cette ligne de pensée est tentante, c’est fondamentalement un cul-de-sac. Renverser le capitalisme n’est plus désormais à l’ordre du jour, ni ne devrait l’être. La raison en est simple : il n’y a pas de solutions de rechange plausibles.

14De nos jours, très peu de gens sont disposés à défendre la planification centralisée comme forme d’organisation économique. Cela signifie que toute économie proposée, peu importe comment elle traite la propriété, s’en remettra à l’échange pour organiser la distribution des biens. Mais c’est là une concession fatale. Dès que vous introduisez l’échange, vous décentralisez la prise de décision. Une fois la prise de décision décentralisée, vous perdez la capacité de spécifier directement les résultats. Et réapparaissent les traditionnels fléaux du capitalisme : chômage, inégalité, défaillance du marché et même société de consommation. Pour tempérer ces effets, il faut quelque chose de très ressemblant à l’État-providence. Difficile de savoir à la fin comment la solution de remplacement proposée différera de la situation existante.

15Il existe, bien sûr, une vaste littérature sur la question du socialisme marchand qui explore les façons dont on peut préserver le mécanisme du marché, tout en modifiant les structures de propriété, de manière à promouvoir des issues plus égalitaires. Réussir une manœuvre de ce genre s’avère bien plus difficile qu’on pourrait s’y attendre à première vue. À titre d’exemple parmi tant d’autres, il est très important de s’assurer que toute la richesse produite dans notre économie n’est pas consommée, mais qu’une certaine portion est économisée et investie. C’est ainsi que nous entretiendrons le stock d’équipement et de machinerie dont nous nous servirons dans les années à venir pour reproduire cette richesse. Par conséquent, nous voulons fournir aux individus des incitations à ne pas dépenser en totalité leur revenu, mais plutôt à en épargner tout ce dont ils sont capables. En d’autres mots, nous voulons leur payer des intérêts sur leurs épargnes. Mais d’où viendront ces intérêts ? Puisque les économies seront investies dans quelque entreprise profitable – c’est le but de l’exercice – les intérêts payés représenteront le rendement sur l’investissement. Tout cela semble parfait et il est difficile d’imaginer une autre façon d’organiser les choses. Quand des gens investissent leurs économies personnelles dans des entreprises profitables dont ils reçoivent comme rendement une portion des profits, on appelle ça tout naturellement du capitalisme.

16Et c’est pourquoi, lorsque des gens comme Francis Fukuyama prétendent que le capitalisme de l’État-providence représente la « fin de l’histoire », nous sommes forcés d’en tenir compte. Cela peut ne pas beaucoup nous plaire, mais le fait est que nous sommes à court de solutions de rechange. Fukuyama a été accablé d’injures en bonne partie parce qu’il semblait un peu trop satisfait de l’état des choses. Plusieurs théoriciens, pourtant unanimement salués par la gauche, ont tenu sensiblement le même discours. Jürgen Habermas, par exemple, en arrive presque à la même conclusion que Fukuyama dans sa discussion de « l’épuisement des énergies utopiques ».

17La seule autre option, pour ce qui est de la pensée utopique, est d’espérer une certaine transcendance de la rareté matérielle. Il est possible d’imaginer, comme le fit Marx, que des améliorations de la productivité faciliteront un jour la production de tant de biens que les gens cesseront de veiller sur leurs parts avec autant de vigilance.

18Cela pourrait arriver. Il est aussi possible que le Christ revienne dans la gloire. Personnellement, je ne retiens pas mon souffle.

19Les raisons pour lesquelles les conditions d’une post-rareté ont peu de chances de se concrétiser sont devenues fort évidentes dans le cours du XXe siècle. Outre les augmentations de population, qui ont la propriété d’absorber tout surplus, il y a aussi le simple fait que bien des préférences des gens sont de nature comparative. Par conséquent, notre notion de ce dont nous avons « besoin » est soumise à une constante surenchère. Il n’y a aucun moyen de corriger cette propension sans prendre des mesures passablement autoritaires.

20Finalement, il vaut la peine de noter qu’une large gamme de biens sont intrinsèquement rares. Parfois, ce phénomène est naturel – il n’y a qu’une quantité limitée de propriétés riveraines dans le monde ; nous devrons, pour la plupart, nous en passer. Parfois la rareté est le produit de la dynamique sociale qui a engendré à l’origine le bien. Les biens immobiliers au centre de la ville, par exemple, sont toujours rares simplement parce que tout le monde veut se trouver là où se trouve tout le monde. Les routes non congestionnées et la nature inviolée sont rares pour la raison opposée : parce que tout le monde veut se trouver là où ne se trouve personne d’autre. Il faudra rationner de quelque manière ces deux types de biens pour prévenir des problèmes d’action collective. Et comment mieux y réussir qu’au moyen d’un système des prix ?

21Nous avons toujours la possibilité de revenir à notre point de départ. Si le marché est l’unique façon de soutenir une société industrielle, alors peut-être la société industrielle n’en vaut-elle pas la peine. Peut-être nous porterions-nous tous mieux si nous retournions à la terre et essayions de récupérer le mode de vie des paysans du XVIIIe siècle.

22Un élément distingue cette proposition des autres. Elle est cohérente. Elle est aussi malheureusement fort peu alléchante. Presque personne n’est prêt à sacrifier tous les gains qui ont résulté de l’efficience accrue de l’économie. Nous nous sommes habitués au pouvoir que nous donne la société industrielle : pouvoir de guérir la maladie, d’alléger la souffrance, de nourrir l’affamé, de contrôler la reproduction. Nous nous y sommes trop engagés pour faire maintenant volte-face. Nous sommes dépendants de l’efficience.

23Aussi longtemps que l’efficience demeure une valeur centrale dans notre culture, le projet institutionnel fondamental de la société canadienne – le capitalisme de l’État-providence – ne risque guère d’être surclassé. En dépit d’un million de lacunes, l’arrangement global que nous avons est simplement le meilleur.

24Alors que reste-t-il à la pensée utopique ? Les propositions les plus séduisantes de réforme sociale présentement élaborées proviennent toutes d’un champ de l’économie appelé mechanism design. Plutôt que de simplement tenter d’édicter des solutions sociales désirables, l’objectif du mechanism designer est de mettre au point un ensemble de règles qui guideront indirectement la conduite des individus de telle manière qu’il sera dans leur intérêt de promouvoir la solution désirable. On connaît sous l’appellation de compatibilité incitative (incentive compatibility) le principe selon lequel les intérêts privés doivent être en cohérence avec le bien public. Le meilleur exemple d’un modèle semblable est la proposition des permis négociables de polluer.

25Le mechanism design et la compatibilité incitative sont l’avenir de la pensée utopique. L’utopisme ne peut plus désormais consister en propositions globales de réforme fondamentale. Il faut une fois pour toutes laisser derrière nous le spectre de la Révolution française. Toute amélioration passera par des détails. La pensée utopique ne peut consister qu’en efforts quotidiens pour apporter de petites améliorations au bien-être humain à l’intérieur d’un plus large ensemble de contraintes imposées par l’économie de marché. Cela exigera qu’on se préoccupe de politique et de questions de mise en œuvre. C’est une besogne frustrante et peu prestigieuse. Une seule chose plaide en sa faveur : elle pourrait s’avérer utile.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search