Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Troisième partie. Les défis

12. Infotopie

Texte intégral

1Nous sommes en l’an 2020. La mondialisation de l’économie est chose faite. La logique de l’avantage comparatif domine maintenant toute l’activité économique. Chaque pays du monde s’est hautement spécialisé et ne produit qu’une chose ou deux qu’il réussit le mieux. Avec pour résultat que toute l’économie américaine s’est concentrée sur la fourniture de quatre biens : la musique, le cinéma, les logiciels et la livraison ultrarapide de pizzas.

2Tel est le futur imaginé par Neal Stephenson dans son roman Snow Crash, au rayonnement énorme. Dans le futur imaginé par Stephenson, la logique de la mondialisation de l’économie a supplanté toute autre forme d’organisation sociale. On a commercialisé et, dans le processus, déterritorialisé même la nationalité, assise moderne des anciennes loyautés tribales. Moyennant une modeste cotisation, les gens peuvent devenir membres de toute Entité quasi nationale organisée selon le modèle de la franchise, à la manière du Grand Hong Kong de M. Lee, qui offre une variété de services juridiques, politiques et de sécurité par toute l’Amérique du Nord.

3Dans ce monde, l’information est une devise. Quiconque veut savoir n’importe quoi se branche sur le fichier central de la Central Intelligence Corporation, un gigantesque centre de triage de renseignements de toute nature. Des millions de correspondants pigistes recueillent chaque parcelle d’information qui pourrait être utile à quiconque et la transmettent au fichier central. Chaque fois que quelqu’un le consulte, les correspondants concernés touchent en contrepartie une petite redevance.

4Une vision différente du futur prévaut dans Distraction de Bruce Sterling. Dans le futur selon Sterling, l’économie américaine s’est entièrement effondrée. Dans le cadre d’une stratégie plus générale de guerre économique contre les États-Unis, la Chine s’est emparée de chaque composante de propriété intellectuelle détenue par les Américains – chaque pièce de musique, chaque film, chaque progiciel – qu’elle a rendue aisément accessible à tout le monde sur Internet. Du jour au lendemain, l’essentiel de la richesse en propriété privée de l’Amérique a perdu toute valeur.

5Dans le monde de Sterling, les gens ont été forcés de réintégrer une forme d’économie morale. Dans certaines communautés, la confiance est entretenue par le moyen de la banque de données d’un ordinateur central qui vérifie les réputations. Une conduite responsable vous vaut un « coefficient de confiance » élevé et augmente vos chances de trouver des collaborateurs dans l’avenir. De cette façon, les gens sont en mesure de contrôler les problèmes d’opportunisme sans s’en remettre obligatoirement au système de plus en plus inutile des droits de propriété privée.

*

6Chacun de ces deux scénarios est à sa manière plausible. Stephenson reste confiant que l’économie de marché s’adaptera aux changements technologiques. Il n’est peut-être pas optimiste quant aux conséquences que cela aura sur notre société, mais il ne pense pas qu’il existe la moindre tension entre la technologie moderne et la logique du marché.

7C’est peut-être trop candide. Même en Amérique du Nord, où les réglementations sur les droits de propriété intellectuelle sont hautement détaillées et vigoureusement appliquées, plus d’un quart de tous les logiciels en usage sont piratés. En Europe de l’Est, ce nombre atteint plutôt les 75 %, alors qu’en Chine les logiciels en circulation sont piratés dans une proportion renversante de 96 %. En 1997, on estimait à 11,4 milliards de dollars les pertes mondiales attribuables à la piraterie pour la seule industrie du logiciel. Dans l’industrie de la musique et de la vidéo, les pertes étaient tout aussi impressionnantes. En 1995, 88 % des quarante millions de disques audionumériques achetés en Chine étaient des disques piratés. On avait aussi fabriqué en Chine, pour les exporter, plusieurs fois le nombre de disques compacts piratés pour le marché local.

8Cela n’étonnera guère quiconque a passé un peu de temps en Asie. La première fois que j’ai loué une vidéocassette à T’ai-pei, j’ai été surpris de découvrir que j’étais libre de la retourner au moment de mon choix et qu’il n’y avait pas d’amende en cas de retard. Dès que je l’ai insérée dans le magnétoscope, j’ai compris pourquoi. C’était une copie. En fait, cela ressemblait davantage à une copie de troisième génération. Je suis sûr que, dès l’instant où je suis sorti du magasin, le commis a enregistré une nouvelle copie pour regarnir le rayon. Pas étonnant qu’on ne se souciait pas du moment où je la rapporterais.

9Le défi que pose à la propriété intellectuelle le piratage est devenu de plus en plus pressant. Une plus grande efficience de la production a généré une baisse constante de la quantité d’heures et d’efforts qu’il faut consacrer à la production de biens matériels. Suivant certaines évaluations, la propriété intellectuelle compte pour plus de 25 % des exportations des États-Unis. Le problème de cette dépendance grandissante de l'« économie du savoir » est qu’elle repose sur un système extrêmement fragile de droits. Il a toujours été difficile de faire respecter ces droits, mais le développement de la technologie informatique – en particulier d’Internet – a rendu cette tâche encore plus problématique.

10Neal Stephenson est certainement au courant de cette réalité. Son récent intérêt pour la cryptographie pourrait refléter certains doutes à cet égard. Il reconnaît – de manière prémonitoire – que la possibilité d’exercer des droits de propriété sur l’information dépendra bientôt entièrement de la disponibilité d’un encodage sûr. Après tout, à moins de ne pouvoir assurer son intimité – et de la sorte éliminer les opportunistes – nul ne détient aucune propriété intellectuelle.

11Même avec une solide cryptographie, il n’est pas certain que le respect des droits de propriété sur l’information soit viable à long terme. Après tout, qu’est-ce qui empêche les gens de couler ou de revendre de l’information après l’avoir décodée ? Mais si le système de droits de propriété flanche, cela signifie qu’il faudra trouver une autre façon d’organiser la production et l’échange de biens. Le capitalisme pourrait s’avérer impropre à servir d’assise à l’économie de l’information.

*

12Jusqu’ici, il a été question en des termes relativement vagues de la « propriété intellectuelle ». Il serait utile d’être plus précis. Tout bien manufacturé comporte à la fois un contenu matériel et – à défaut de meilleurs mots – un contenu conceptuel. Une chaise de cuisine ordinaire, par exemple, est faite d’un matériau quelconque : plastique, bois ou métal. Les gens dépensent beaucoup de temps et d’énergie à rassembler les matériaux pertinents et à les transformer en quelque chose d’utilisable. Mais la chaise comporte aussi une composante conceptuelle : son esthétique. Quelqu’un a dû s’asseoir et réfléchir sur ce à quoi ressemblerait la chaise, sur la manière de s’assurer qu’elle ne s’effondrerait pas, sur la façon de la construire le plus économiquement possible, etc. Les deux composantes contribuent à la valeur de la chaise pour les consommateurs.

13Les ressources physiques composent l’essentiel de la valeur d’une banale chaise. L’élément conceptuel compose cependant une plus grande portion de la valeur de certains biens. La valeur d’un livre, par exemple, est en partie constituée par la valeur du papier, de l’impression et de la reliure, mais son contenu intellectuel – ce qu’on y dit – compte pour une part plus importante. C’est ce qui fait que les gens sont prêts à payer pour l’obtenir. Dans certains cas, la valeur d’un bien repose entièrement sur son contenu conceptuel. La valeur d’une prévision météorologique, par exemple, consiste entièrement dans l’information qu’elle contient.

14L’un des faits les plus facilement observables en ce qui touche au développement économique est que, avec l’accroissement de la richesse, le contenu conceptuel a tendance à constituer une part chaque jour grandissante de la valeur des biens que nous consommons. Les biens matériels sont de moins en moins chers à cause de l’essor de l’industrialisation. On peut se procurer une simple chaise de plastique, parfaitement fonctionnelle, pour cinq dollars, tout comme on peut se procurer un pantalon convenable pour dix dollars. Ce qui laisse les gens avec de plus en plus de revenu disponible et ils sont ainsi davantage disposés à dépenser pour des extras comme l’esthétique.

15Le problème le plus fondamental de l’économie dite de l’information est qu’il est très difficile d’exercer un contrôle sur le contenu conceptuel. Quand il s’agit de chaises, il est très facile d’empêcher les gens d’en faire usage sans autorisation. Il suffit de les entreposer dans une pièce fermée à clé. Mais il est beaucoup plus difficile d’exercer un contrôle sur la composante conceptuelle. D’où l’apparition d’imitations de presque tout dessin industriel qui a du succès. Il est extraordinairement facile de reproduire des idées. Elles ont un caractère presque viral.

16On trouve des tas d’exemples de ce phénomène dans l’histoire de l’architecture. Prenons, entre autres, celui de l’arc. Lorsqu’on le dessine à grands traits sur papier, l’arc donne l’impression de ne pas être réalisable. Notre expérience quotidienne avec des objets empilés nous incline à penser que la clé de voûte provoquera l’effondrement de tout l’arc. Résultat : les arcs ne sont pas une innovation architecturale qui va de soi. Et pourtant, l’arc est bel et bien fonctionnel.

17Le premier arc construit le fut dans l’Égype ancienne. Une fois que cet arc fut construit, l’innovation commença à se répandre. Quiconque examine un arc peut en comprendre le principe et le fait qu’il représente une innovation utile (spécialement si on tente de construire un toit avec de la pierre). Des voyageurs venus de Grèce virent donc des arcs et, de retour chez eux, se mirent à en construire à leur tour. De là, l’idée se diffusa jusqu’à Rome où les architectes commencèrent à en faire usage à grande échelle. De cette manière, l’arc se propagea dans le monde antique de la même manière qu’un virus informatique se répand dans un réseau.

18En un sens, nos esprits sont comme des machines à copier incroyablement actives. Apercevoir un arc (une étrave, un étrier, une charrue ou ce que vous voulez) et en comprendre le principe équivaut à se faire une copie de l’idée dans son esprit. Lire un livre revient à créer, dans son esprit, une copie de l’intrigue ou des personnages – ce qui laisse libre de révéler son contenu à la première personne qu’on croise. Écouter les prévisions météorologiques permet de dire, à toute personne de sa connaissance, s’il pleuvra.

19Tout cela rend très difficile l’exercice des droits de propriété sur des idées. Presque quiconque prend connaissance d’une idée a la capacité de la reproduire à peu de frais, ou sans frais. Si quelqu’un voit une chaise que vous avez fabriquée, il lui faudra s’affairer un peu pour se procurer les matériaux nécessaires en vue de la reproduire. Mais quand vient le moment de reproduire l’idée, son cerveau a déjà en réserve toutes les ressources nécessaires. Avec le résultat que, si la composante conceptuelle compte pour la plus grande part de la valeur d’un bien, il sera plus difficile au propriétaire d’origine de se prévaloir de tous les bénéfices que ce bien génère.

20Il n’y aurait pas de problème si les bonnes idées tombaient du ciel. Les difficultés viennent de ce que produire de bonnes idées demande du temps, des efforts et des ressources. Les scientifiques travaillent tout aussi fort dans leurs laboratoires à produire de l’information que les ébénistes dans leur atelier à créer des chaises. Les ébénistes sont toutefois en mesure de récupérer leur investissement en exigeant, des éventuels utilisateurs, le paiement de la juste valeur des biens produits. Si les scientifiques sont incapables d’exiger la juste valeur de l’information qu’ils produisent, ils seront incapables de recouvrer leurs coûts. Résultat : la société aura tendance à produire moins de recherche scientifique qu’elle n’en veut. Nous aurons plus de chaises que nous n’en avons réellement besoin et pas assez de science, uniquement parce qu’il est plus facile de faire payer les gens pour des chaises. Ce qui est inefficient.

*

21Compte tenu de tout le battage qu’on a entendu sur l’économie de l’information, il vaut la peine de garder à l’esprit qu’il n’est pas présentement possible, dans notre société, d’exercer des droits de propriété sur des idées ou de l’information. Pareille catégorie de possession n’existe pas, tout bonnement. Les deux grandes catégories de propriété intellectuelle que nous connaissons – les brevets et les copyrights – ne protègent pas directement les idées. Les brevets ont pour but de protéger uniquement les applications pratiques d’une idée, alors que les copyrights protègent uniquement des expressions particulières d’idées. Permettre aux gens d’exercer des droits sur des idées conduirait à une évidente absurdité. Si Isaac Newton avait « fait breveter » ses lois de la gravitation, quiconque s’en servirait dans ses calculs serait forcé de lui verser une redevance. Les conséquences en seraient non seulement grossièrement inefficientes, mais positivement inapplicables. Les coûts de transaction à eux seuls seraient consternants.

22Naturellement, le glissement vers un accroissement de la valeur conceptuelle a créé une considérable pression pour étendre, des applications pratiques d’idées aux idées elles-mêmes, le système de brevets. Dans les dernières années de l’administration Reagan, un service un peu trop enthousiaste des brevets et des marques de commerce se mit à délivrer, aux États-Unis, des brevets pour toutes sortes de requêtes qui avaient été jusque-là rejetées du revers de la main. Mais une avalanche de contestations devant les tribunaux, combinée à une opposition de presque chaque secteur des industries concernées, a mené à l’annulation de plusieurs d’entre eux.

23Certains des brevets délivrés par les États-Unis dans les années 1990 illustrent souverainement l’absurdité qu’il y a à tenter de se servir des marchés privés pour coordonner la production et la distribution du savoir. À la fin des années 1980, le gouvernement américain commença à délivrer des brevets pour des méthodes thérapeutiques et des techniques chirurgicales (la plupart des pays du monde, y compris le Canada, interdisent spécifiquement ce genre de brevets). Chercheur à San Diego, Mark Bogart nota une connexion entre le niveau de gonadotrophine chorionique chez la femme enceinte et l’incidence de syndrome de Down (trisomie 21). On aurait pu utiliser aisément cette information pour développer un test diagnostique du syndrome de Down. Au lieu de développer un test spécifique, Bogart déposa une demande de brevet qui couvrirait en bloc cette méthode de détection du syndrome. Le service des brevets y consentit, faisant de Bogart une des premières personnes du monde à être propriétaire d’un fait.

24De pires absurdités suivirent. En 1993, la compagnie de logiciel Compton réussit à persuader le service des brevets américains de lui reconnaître la propriété exclusive du concept de logiciel multimédia. À l’avenir, toute compagnie qui voudrait produire un fichier central comportant des sons, des graphiques et du texte, devrait lui verser des droits de 1 % à 3 %. Une autre firme réussit à faire breveter l’idée du commerce électronique ; ainsi toute firme effectuant une transaction financière sur Internet serait forcée de lui payer une redevance. Il n’est pas certain que les représentants du service des brevets aient réellement saisi la portée de leur geste lorsqu’ils délivrèrent l’un et l’autre brevet.

25Finalement, les gens ont commencé à se demander jusqu’où le service des brevets était prêt à aller. Un mathématicien de Californie, Roger Schlafy, réussit à obtenir un brevet sur deux grands nombres premiers. Quiconque voudrait utiliser ces nombres devrait désormais obtenir son consentement Ces bourdes ont conduit à une érosion significative de la crédibilité et de la réputation du service des brevets et des marques de commerce des États-Unis et provoqué un tollé de protestations d’autres pays. Plusieurs de ces brevets furent finalement annulés ou révoqués par les tribunaux, fait significatif, le secteur privé a souvent pris l’initiative de contester ces brevets. L’Àmerican Medical Association a pris la tête d’un mouvement pour presser le Congrès de décréter une législation restreignant l’ordonnance de brevets sur des méthodes thérapeutiques et Kaiser Permanente contesta devant les tribunaux le brevet de Bogart. L’American Association of Trial Attorneys est le seul groupe qui, logiquement d’ailleurs, a soutenu le service des brevets. Cela est à lui seul on ne peut plus révélateur des effets anticipés de ces brevets, en matière d’efficience, sur l’économie.

26Tout cela incline à penser qu’il est en fin de compte impraticable de breveter des idées. Les marchés ne sont tout simplement pas un outil efficient pour organiser la production et la distribution du savoir. Mais cela ne règle en rien nos vieux problèmes. La recherche a toujours besoin de ressources. On peut s’opposer aux brevets sur la base qu’ils créent effectivement un monopole. Il est facile d’oublier qu’une invention aurait pu ne jamais voir le jour sans espoir de profits (de la même manière qu’une carotte aurait pu ne jamais avoir été plantée si un fermier n’avait entretenu un certain espoir de pouvoir la vendre après l’avoir récoltée). Si les marchés négligent de fournir les incitations idoines, il faudra alors inventer quelque autre arrangement institutionnel.

*

27En principe, les copyrights sont plus faciles à traiter que les brevets. Il n’est pas illégal de révéler à quelqu’un le contenu d’un livre ou le dénouement d’un film. Il est seulement illégal de photocopier le livre ou de copier le film sur vidéocassette. Ces limites étroites auraient dû rendre les copyrights plus faciles à interpréter et à faire valoir. Malgré cela, d’importants problèmes ont surgi.

28La plupart des copyrights agissent pour ainsi dire indirectement, en contrôlant le support sur lequel on reproduit l’idée. Cette stratégie indirecte devient de plus en plus inefficiente à mesure que les développements technologiques facilitent de plus en plus la reproduction. Internet a, en particulier, pour effet de « dématérialiser » toute propriété intellectuelle. Ce qui en rend beaucoup plus difficile le respect.

29Internet fonctionne sensiblement de la même manière que le cerveau humain. Quoi que vous regardiez sur Internet, cela s’enregistre sur votre ordinateur personnel. En d’autres mots, cela vous procure une copie personnelle (sensiblement de la même manière dont se fait, dans votre esprit, une copie d’un article de journal que vous lisez). Une fois qu’une personne a sa copie personnelle, il est très difficile de contrôler ce qu’elle en fera. Tout cela pose un très sérieux défi à la possibilité d’utiliser les copyrights pour organiser l’achat et la vente d’information.

30La première industrie à éprouver, en Amérique du Nord, de réels problèmes à une grande échelle a été l’industrie de la musique. Du point de vue des entreprises concernées, l’unique grâce salvatrice d’Internet aura été, à ce jour, sa lenteur. On peut transmettre du texte à une vitesse raisonnable, mais les médias étoffés – tout ce qui comporte des images, du son ou de la vidéo – peuvent faire l’expérience de vitesses de transmission d’une inacceptable lenteur. Dans le cas de la musique enregistrée, cela a en grande partie changé avec l’invention du format mp3. Les convertisseurs mp3 prennent un fichier sonore, le dépouillent de tout ce qui excède le champ auditif normal de l’humain, puis lui font subir une compression algorythmique. Le fichier qui en résulte a environ le dixième de la taille de la piste originale sur disque audionumérique.

31Le développement du format mp3 a permis la transmission aisée de fichiers musicaux par Internet. Il est devenu possible aux utilisateurs de télécharger, voire de s’adresser les uns les autres, des chansons par courriel. Une fois qu’une personne a ces fichiers en sa possession, il lui suffit d’un « graveur » peu coûteux pour les reporter sur disque audionumérique. Résultat : la mise au point du mp3 a rendu extrêmement difficile l’exercice de droits de propriété sur la musique.

32La première réaction de l’industrie de la musique prit la forme d’une poursuite judiciaire contre la société Napster. Napster ne procédait pas elle-même à la distribution de musique. La version originale de son logiciel créait un petit répertoire de toute la musique présente sur le disque dur de l’utilisateur. Quand l’utilisateur se branchait sur un serveur Napster, tous ces fichiers devenaient accessibles à tous les autres utilisateurs simultanément en ligne ; en retour, l’utilisateur avait accès à tous les dossiers sur les disques durs de tous les autres utilisateurs. Par conséquent, Napster n’offrait en soi qu’un service de catalogage – les utilisateurs échangeaient directement les fichiers entre eux.

33C’est précisément ainsi que Napster choisit d’assurer sa défense, mais sans succès. Des observateurs avertis avaient prévu toutefois que l’issue de la poursuite contre Napster n’aurait pas de pertinence. Une nouvelle flopée de programmes d’échange, d’utilisateur à utilisateur, offre exactement les mêmes capacités de troc de fichiers, sans même recourir à des serveurs centraux. Les gens peuvent ouvrir le contenu de leur disque dur à n’importe qui dans un réseau et fureter, en retour, dans les disques durs de tous les autres utilisateurs en quête de fichiers intéressants à copier. Les recherches sont menées en diffusant une requête sur le réseau plutôt qu’en interrogeant un serveur central. Cela rend le système absolument impossible à contrôler. Ces réseaux, comme Internet lui-même, sont conçus pour résister à une guerre nucléaire.

34En bref, les gens peuvent dorénavant repérer et copier à peu près tout ce qui peut être mémorisé en mode numérique. L’industrie de la musique fut la première frappée, seulement parce que la transmission de son produit requiert moins de largeur de bande. (De plus petites industries ont cependant formulé des plaintes semblables. Il semble, par exemple, que plusieurs aficionados de dentelle au fuseau aient échangé des patrons sur Internet au lieu de les acheter, provoquant ainsi une chute des ventes.) Ce n’est plus qu’une question de temps avant que l’industrie cinématographique ne doive relever un défi semblable – inévitable, vu la popularité grandissante des films tournés en dvd.

35Plusieurs utilisateurs de Napster se considèrent eux-mêmes comme des hors-la-loi du « far west numérique » en se dressant contre les entreprises géantes qui contrôlent la production musicale et en tirent profit. Pour ce qui est de cela, il n’y a rien à redire. L’inquiétude réelle est que pareil opportunisme conduise à une baisse de production du contenu. Si on détruit le marché pour un bien particulier, rien n’assure que quelque autre arrangement institutionnel jaillira spontanément pour gérer la fourniture de ce bien. La société pourrait simplement négliger dès lors d’en produire. Nous sommes si habitués au rendement du marché – et aux résultats efficients qu’il promeut – que nous avons perdu de vue la possibilité d’un retour à l’état de nature, un état où on ne produit rien du tout.

36C’est pourquoi plusieurs musiciens se sont associés aux compagnies d’enregistrement pour s’attaquer au piratage par Internet. La plus grande partie des rentrées d’argent dans l’industrie de la musique provient encore de la vente de cd. S’il devient impossible de faire de l’argent de cette façon, les marchés privés généreront de moins en moins de musique. Cela pourrait ne pas être une si mauvaise chose à court terme : comme la structure du marché de la musique veut que « le gagnant empoche toutes les billes », elle attire indubitablement trop de débutants. Mais si les gens ne peuvent plus désormais gagner leur vie en enregistrant de la musique, en créant des logiciels ou en écrivant des articles de magazine, il y aura lieu de s’inquiéter davantage. Ce n’est pas inévitable, mais c’est un grave danger.

*

37La direction de Nike Town, à Seattle, devait avoir compris qu’elle était dans de beaux draps. À la fin de novembre 1999, des dizaines de milliers de protestataires commencèrent à défiler dans la ville, prêts à interrompre avec fracas la réunion annuelle de l’Organisation mondiale du commerce. Nike avait déjà essuyé des critiques virulentes pour les conditions de travail dans ses usines outre-mer et on pouvait maintenant voir des manifestants qui tournaient en rond en brandissant des pancartes où on lisait « Plutôt nu qu’en Nike » ou « Gauchisants unis du monde, vous n’avez rien d’autre à perdre que vos Nike ». Nike canalisait en grande partie le mécontentement contre la nouvelle économie mondiale.

38Quand la poussière et les gaz lacrymogènes se dissipèrent, Nike Town Seattle était saccagée. Les protestataires avaient fracassé les vitrines et vaporisé de peinture en aérosol les murs extérieurs. On en photographia même un qui s’enfuyait en emportant le T de l’enseigne « Nike Town ». Les dommages auraient été encore pires sans l’intervention de dernière minute d’un groupe de pacifistes qui avaient formé une chaîne devant la façade, pour empêcher le pillage du magasin.

39Si la direction de Nike Town eut le sentiment d’avoir été injustement visée, elle n’avait pas entièrement tort. Il ne fait pas de doute que les travailleurs, dans les ateliers du Tiers Monde où l’on fabrique les Nike, sont maigrement payés et qu’ils peinent dans des conditions inhumaines et dangereuses. Mais n’importe quelle paire d’espadrilles sans marque de fabrique, prise au hasard chez Wal-Mart, est presque certainement manufacturée dans des conditions identiques. Ce qui ne fait pas l’ombre d’un doute si vous achetez des espadrilles dans les pays mêmes du Tiers Monde où on les produit. Alors pourquoi s’en prendre à Nike ?

40Là différence est que les chaussures « sans nom » coûtent environ 20 $ alors qu’il faut débourser plus de 150 $ pour des Nike haut de gamme. Nike semblerait faire des profits exorbitants, obscènes sur le dos de ses travailleurs, alors que la compagnie « sans nom » se contenterait de payer les factures. Mais c’est une illusion. Nike n’est pas une compagnie spécialement rentable – son titre est à la baisse depuis 1997. Pourquoi les chaussures Nike coûtent-elles si cher ? La compagnie n’emploie pas que de la main-d'œuvre bon marché du Tiers Monde, elle embauche aussi une nombreuse main-d'œuvre extrêmement onéreuse du Premier Monde. Des milliers d’Américains instruits, grassement payés, passent leurs journées à dessiner des chaussures, à inventer des slogans accrocheurs et à cultiver autrement la marque Nike.

41Les chaussures Nike illustrent parfaitement la manière dont, avec l’accroissement de l’abondance, l’équilibre entre valeur matérielle et valeur conceptuelle penche désormais du côté du conceptuel. La valeur des chaussures Nike ne tient pas au caoutchouc, à la toile ni à Dieu sait quoi d’autre qui entre dans leur fabrication. Leur valeur tient à des symboles culturels associés avec la marque. Cela se résume pour beaucoup à une question de prestige : ces chaussures sont cool et ceux qui en portent se rendent ainsi plus cool que tout le monde. Les gens de tous les milieux sont prêts à payer ce qu’il faut pour être cool. Ils achètent des chaussures Nike pour la même raison que d’autres achètent des chaussures Gucci, en dépit de la disponibilité d’imitations bon marché. (Bien entendu, personne ne se soucie de ce que les riches Blancs font de leur argent, et c’est pourquoi d’ailleurs personne ne vandalise de boutiques Gucci pour avoir encouragé cette sorte de consommation concurrentielle. Par ailleurs, les clients de Nike sont souvent des gens qui, suivant les critiques, devraient réellement dépenser autrement leur argent. On ne peut s’empêcher de se demander dans quelle mesure cette attitude paternaliste à l’endroit de clients de Nike a partie liée avec l’hostilité à l’égard de la firme.)

42La motivation est l’autre contenu important qu’achètent les gens quand ils choisissent une paire de Nike. L’exercice physique est exigeant. Personne n’a le goût de se lever à 6 h du matin pour aller faire son jogging. Les riches embauchent des entraîneurs personnels dont la première tâche est de motiver leurs patrons. Mais tout le monde ne peut pas se payer un entraîneur. Aussi les gens achètent-ils plutôt une belle paire de chaussures de course. Et quand ils regardent leurs chaussures à 6 h du matin, ils s’imaginent marathoniens ou encore coureurs de 100 m comme Bruni Surin. Si cela est psychologiquement efficace et si les gens sont prêts à payer pour cela, il est difficile d’y voir alors quoi que ce soit de mal. Vu sous cet angle, l’unique crime de Nike serait d’avoir rendu disponible aux masses un panier de biens culturels traditionnellement réservés à l’élite.

43Personnellement, je ne m’intéresse guère aux chaussures de course. Mais je comprends la psychologie du client type de Nike à partir de mon expérience des ordinateurs. Ce livre aurait pu aisément être écrit sur une vieille machine déglinguée. Au lieu de cela, il l’a été sur un rutilant iMac indigo. Inutile de dire que le iMac coûte nettement plus cher que les autres ordinateurs parce que le prix de vente couvre non seulement le coût des travailleurs qui l’ont assemblé en usine, mais aussi les services plus onéreux de gens comme le styliste britannique Jonathan Ive qui lui a donné si fière allure.

44J’étais prêt à payer plus cher pour le simple motif que j’adore le iMac. Quand je m’assois devant, j’éprouve une sensation agréable. Ce qui me rend plus susceptible de m’asseoir pour écrire et, quand je m’assois effectivement, j’écris généralement davantage. Compte tenu du temps que je passe à écrire et du temps que je passe à essayer de me convaincre d’écrire, tout ce qui embellit cette expérience et me rend plus productif vaut pour moi beaucoup d’argent.

45Nous sommes ici témoins du déplacement type de la valeur matérielle à la valeur conceptuelle. Souvent, nous ne prenons cependant pas conscience de toute la précarité de cette seconde sorte de valeur. Moins de deux ou trois mois après le lancement du iMac, plusieurs contrefaçons meilleur marché de plateforme Windows faisaient leur apparition. C’est depuis toujours un problème pour Apple (la compagnie a déjà tenté une fois, sans succès, de poursuivre Microsoft pour avoir plagié « l’allure et la touche » de son interface graphique de l’utilisateur. C’est la principale raison pour laquelle le secteur de la haute technologie connaît une évolution si notoirement rapide. Parce que les firmes sont incapables d’assurer une protection adéquate de leur propriété intellectuelle, elles réagissent en accélérant leur rythme d’innovation. De cette façon, lorsque leurs concurrentes mettent sur le marché une imitation, elles sont déjà prêtes à dévoiler une nouvelle version améliorée.

46Le cas des compagnies qui se reposent largement sur la réputation de leur marque est comparable. « Swoosh », cette onomatopée qui est la marque de commerce de Nike, véhicule à merveille la valeur conceptuelle de ses produits. N’importe quelle autre compagnie peut facilement apposer un « swoosh » sur un article vestimentaire et s’approprier ainsi toute la valeur que Nike y a investie. Bien sûr, maints consommateurs ne veulent que d’authentiques produits Nike – exactement pour la même raison que les collectionneurs d’art veulent de vrais Gauguin, pas des faux brillamment réussis. Dans le cas des chaussures, la contrefaçon est beaucoup plus difficile à déceler. Seul le mécanisme légal relativement fragile, qui fait respecter la marque de commerce, protège par conséquent la valeur conceptuelle.

*

47Les États-Unis se sont montrés spécialement déterminés dans leur campagne en faveur d’ententes internationales pour protéger les copyrights, les marques de commerce et autres formes de propriété intellectuelle. Mais c’est une cause extrêmement difficile à défendre. L’accroissement de la consommation de biens intellectuels et de la valeur conceptuelle est largement le fruit d’une plus grande abondance. Le premier souci des gens est d’atteindre à la satisfaction matérielle : de la nourriture dans leur assiette et un toit au-dessus de leur tête. Une fois qu’ils ont ces choses, et seulement alors, ils commencent à développer un goût pour la fine cuisine ou les maisons de grand style. Par conséquent, la protection de la propriété intellectuelle est presque entièrement une préoccupation du Premier Monde. Les pays du Tiers Monde n’ont presque aucune incitation à respecter ces droits. Résultat : le seul moyen qu’ont les États-Unis de les faire respecter consiste à forcer la main de leurs partenaires commerciaux.

48Le problème, ce faisant, dans un contexte de mondialisation, est qu’il n’existe aucune agence investie du pouvoir de faire vraiment observer ces conventions. Ce qui impose de très sérieuses limites à la protection qu’on peut assurer. Sans règle de droit, pas moyen d’éliminer tous les opportunistes.

49La plupart des pays permettent à des bateaux de naviguer sous leur pavillon seulement s’ils répondent à des critères très stricts. Ce qui crée l’occasion... Le Liberia, minuscule pays africain, a découvert qu’il pouvait empocher des devises étrangères précieuses en acceptant de prêter son pavillon à n’importe quel navire - contre de l’argent. Sous le régime dit du « registre ouvert », des firmes n’ont qu’à enregistrer au Liberia leurs sociétés privées et à payer les redevances exigées ; elles recevront ensuite leur licence. (Le régime n’est même pas géré par le gouvernement du Liberia ; on l’a confié en sous-traitance à une firme américaine.) Peu disposés à voir tout cet argent affluer au Liberia, d’autres pays, comme le Panama et le Honduras, lui ont bientôt emboîté le pas. Le résultat est, bien sûr, une totale incapacité à faire observer les normes de sécurité maritime dans le contexte international.

50On peut aisément imaginer la création d’un « Liberia des internautes » si devait se concrétiser un effort concerté pour contrôler les droits de propriété intellectuelle. Les bénéfices, pour un pays qui refuserait tout bonnement de faire respecter les droits internationaux de propriété, pourraient aisément l’emporter sur toutes formes de sanctions que la communauté internationale serait susceptible de requérir. (Des casinos sur Internet ont déjà ouvert dans les Caraïbes à seule fin de se soustraire aux lois américaines et canadiennes qui encadrent les jeux de hasard. Il est impossible aux gouvernements de contrôler les transactions traitées par cartes de crédit.) Le scénario de Bruce Sterling, dans lequel un pays voyou décide de « faire cadeau » de toute la propriété intellectuelle des États-Unis, n’est pas si tiré par les cheveux.

51Le cas des droits de propriété intellectuelle peut sembler ne pas soulever un si grave problème. Après tout, compte tenu des inégalités criantes de richesse entre le Premier Monde et le Tiers Monde, que les pays du Tiers Monde puissent ici et là faire preuve d’opportunisme pourrait ne pas être une mauvaise chose. Dans d’autres domaines, les problèmes pourraient se révéler beaucoup plus sérieux. Cela est des plus perceptibles dans le cas des législations du travail et de l’environnement. L’un des griefs légitimes exprimés par les manifestants à Seattle concernait le fait que le commerce international avec des pays dotés de piètres politiques régulatrices ou d’une faible infrastructure publique peut aisément déclencher une course à l’abîme. Un pays qui a de strictes réglementations environnementales force, en effet, ses sociétés privées à « internaliser » davantage leurs coûts de production. Avec le résultat que les biens produits sont plus coûteux et moins concurrentiels sur le marché mondial. Bien sûr, la solution adéquate – celle qui garantirait une issue efficiente – serait que tous les pays adoptent de strictes réglementations. Mais comme les citoyens d’un pays n’ont aucun contrôle sur ce que font leurs voisins, ils pourraient plutôt choisir d’assouplir leurs réglementations pour éviter d’être les dupes. Le résultat final serait inefficient.

52Quand se développe pareille situation, la libéralisation du commerce peut dans les faits nuire à l’efficience globale de l’économie. Mais cela ne se produira que si les pays baissent les bras et consentent à assouplir leurs politiques régulatrices, ou sabrent dans les biens publics fournis par l’État-providence. Une complaisante réglementation environnementale et de plus bas salaires au Mexique peuvent expliquer que certains biens qu’on y produit soient meilleur marché que leurs contreparties produites aux États-Unis. Mais ces biens sont meilleur marché parce que le peuple mexicain en général – pas les acheteurs de ces biens – assume une partie des coûts de production sous la forme d’externalités négatives. En fin de compte, il n’est pas dans son intérêt d’agir de la sorte. La seule solution est d’améliorer la réglementation à l’intérieur du Mexique, pas de l’assouplir ailleurs.

53Je m’appesantis sur ce point parce que le Canada est dans une situation très semblable, par rapport aux États-Unis, à celle où se trouvent les États-Unis par rapport au Mexique. Des impôts moins élevés aux États-Unis, tant des sociétés que des personnes, font que le coût de production y est généralement inférieur à ce qu’il est dans plusieurs parties du Canada. Ce qui exerce une pression considérable pour réduire les impôts au Canada de façon à ce qu’ils se comparent à ceux payés aux États-Unis. Agir de la sorte ne servirait qu’à précipiter la course à l’abîme. Bien des Américains en voient de dures à cause de l’insuffisance de leur secteur public. Si nous réagissions en réduisant nos impôts, cela ne mènerait qu’à une compétition sans gagnant.

*

54On perçoit souvent la mondialisation du commerce comme une menace au pouvoir de l’État. Ce serait plutôt le contraire. La mondialisation de l’économie érode peut-être le pouvoir des États-nations, pris individuellement, mais elle achemine aussi inexorablement vers la création d’un gouvernement mondial.

55La première chose à observer concernant la mondialisation est que, même si on la présente souvent comme une force impersonnelle et implacable, elle est dans les faits une conséquence directe d’un choix que nous avons arrêté. Notre attachement à la mondialisation est entièrement conditionné par notre attachement à l’efficience. Nous prenons part à l’économie mondiale parce que nous voulons les bénéfices des échanges commerciaux. Nous pourrions choisir de fabriquer nous-mêmes nos espadrilles, nos vêtements ou nos magnétoscopes. Malheureusement, les Canadiens ne sont pas très doués pour ce genre de choses. Nous ne nous en portons que mieux de les acheter tout simplement de gens doués pour cela, en échange de choses que nous réussissons mieux qu’eux : du papier, des productions cinématographiques, des services financiers, etc.

56Nous pourrions choisir de mettre fin à ces échanges à n’importe quel moment et vivre en complète autarcie. Mais il faudrait alors nous atteler à toutes ces tâches pour lesquelles nous ne sommes pas très doués. Il en résulterait une dramatique baisse de notre niveau de consommation, que nous soyons riches ou pauvres.

57Le Canada prend part au commerce mondial parce que les Canadiens veulent les gains d’efficience qui en découlent. (En fait, nous avons déjà épuisé les gains patents d’efficience réalisables dans le cadre de notre économie ; il faut donc nous tourner vers les échanges internationaux pour de nouvelles sources de croissance.) Mais pour avoir part à ce système, il faut aussi jouer selon les règles. Nous regimbons parfois contre les restrictions que les institutions des échanges internationaux nous imposent – comme lorsqu’on nous informe que notre système de gestion des approvisionnements laitiers est inéquitable. Mais ce n’est qu’un simple quid pro quo. Le gouvernement canadien est tout aussi actif sur le front international, exerçant des pressions sur d’autres pays pour qu’ils éliminent leurs subsides intérieurs. Si nous voulons les bénéfices des échanges, nous devons nous ajuster aux exigences des autres pays de la même manière qu’ils doivent s’ajuster aux nôtres.

58La libéralisation des échanges impose des contraintes sur ce que les États-nations peuvent faire, mais toutes ces restrictions n’en sont pas moins commandées par un choix que nous avons arrêté : le choix de poursuivre des gains d’efficience par le moyen des échanges internationaux. Cela signifie que la vigueur des forces de mondialisation est à la mesure des gains d’efficience qu’offre les échanges mondiaux. Si la mondialisation cessait de générer des gains d’efficience, alors tous les pays concernés perdraient toute incitation qu’ils pouvaient avoir à se conformer aux restrictions.

59Cela est important, parce qu’en même temps que la mondialisation engendre des gains par les échanges, elle engendre aussi un tout nouveau faisceau de problèmes d’action collective. Toutes sortes de dilemmes du prisonnier – dont l’État-providence, croyions-nous, nous avait une fois pour toutes débarrassés – reviennent nous hanter sur la scène internationale. La réglementation environnementale n’en est qu’un exemple. L’État a le pouvoir, à l’intérieur d’un pays, de faire payer les pollueurs. Mais si la pollution a son origine de l’autre côté d’une frontière internationale, le pays touché n’a pas le pouvoir de faire payer les pollueurs et son voisin n’a pas d’incitation à le faire. Les différends entre le Canada et les États-Unis à propos d’émissions d’anhydride sulfureux, et entre le Canada et l’Espagne à propos de pêche, sont franchement des dilemmes du prisonnier. Ces situations ne seraient jamais tolérées à l’intérieur d’un État-nation (c’est précisément pourquoi nous nous sommes pourvus de contrôles d’émissions et de quotas de pêche). Mais parce qu’il n’y a pas d’État mondial, on ne peut trouver de solution à ces problèmes que par des négociations apparemment interminables et souvent sans effet.

60La perte de souveraineté associée avec la mondialisation advient donc en partie quand des réglementations nationales sont sapées par des problèmes d’action collective qui surviennent au niveau international. Mais cela ne rend pas pour autant le gouvernement obsolète. Il n’existe pas de réel substitut à la règle de droit. Les marchés réalisent des gains d’efficience par les échanges. Les gouvernements réalisent des gains d’efficience en exerçant des pouvoirs de contrainte : en levant des impôts et en imposant des réglementations. Les économies nationales sont précisément efficientes quand est atteint le juste équilibre entre les deux. L’économie mondiale ne sera efficiente que lorsque sera atteint ce même équilibre. Si le développement du droit international commence à trop se laisser distancer par le développement des échanges, les gains d’efficience associés à la mondialisation commenceront à décliner et les pays perdront leurs incitations à prendre part au système.

61La règle de droit requiert une application digne de foi, qui elle-même requiert la création d’un État supranational. Les mêmes forces qui ont conduit à l’épanouissement de l’État-providence national – la nécessité de faire respecter les droits, de corriger les défaillances du marché, de limiter les externalités négatives, etc. – conduisent à l’épanouissement des agences internationales. Par conséquent, le capitalisme mondial donnera naissance à un État-providence mondial, aussi sûrement que le capitalisme national a donné naissance à l’État-providence national.

62C’est pourquoi les protestations antimondialisation sont hâtives. Plusieurs des personnes qui y participent semblent plus chavirées par le remède que par la maladie. S’il y a un moyen de serrer la bride au capitalisme mondial, ce ne peut être que par les agences transnationales, telles l’Organisation mondiale du commerce, le Parlement européen et, un jour peut-être, les Nations unies. On peut ne pas apprécier la manière dont sont présentement gérées ces organisations ou certaines des politiques qu’elles ont adoptées. Mais il y a un monde entre s’opposer à des politiques et s’opposer aux organisations qui les défendent. Les agences internationales peuvent être impersonnelles et bureaucratiques, et on peut juger cela aliénant, mais la solution de rechange à la bureaucratie est carrément le capitalisme sauvage. Et le capitalisme sauvage fera certainement beaucoup plus de tort que de bien.

63Vivre sous un gouvernement mondial conduira, bien sûr, au déclin de la souveraineté des gouvernements nationaux. On prendra de plus en plus de décisions sur le plan international plutôt que national. Mais si les organisations mondiales exercent leur autorité de façon responsable, la seule liberté que perdront les pays sur le plan individuel sera celle de jouer les opportunistes.

*

64Ces réflexions donnent à entrendre que le gouvernement – l’État – a encore devant lui un brillant avenir. Si les services spécifiques que rendent les gouvernements peuvent changer, et si l’équilibre du pouvoir entre autorités nationales et supranationales peut se transformer, rien ne peut simplement dans les faits suppléer aux réalisations organisationnelles que le gouvernement est seul capable de ménager.

65Même dans le milieu indépendant de la haute technologie, où les fortunes privées se font et se défont en un seul après-midi, c’est à l’action lente et soutenue de la recherche subventionnée par le gouvernement que l’on doit les grandes innovations technologiques. Les problèmes d’opportunisme liés à la technologie de l’information sont simplement trop importants. Les firmes privées manquent d’incitation à investir dans le genre de recherche fondamentale qui génère les révolutions technologiques.

66Internet en est lui-même l’exemple le plus évident : d’abord un projet de l’armée américaine, il fut développé dans les universités. À ce jour, toute la technologie de grande puissance en matière de logiciels qui assure le fonctionnement d’Internet – comme unix, tcp/ip ou Apache – a été produite dans le secteur public ou se trouve maintenant dans le domaine public. Les firmes privées comme Microsoft ont connu beaucoup de succès dans la fourniture, à l’utilisateur final, d’un logiciel emballé sous pellicule plastique. Mais les gens qui ont absolument besoin de garder en fonction des serveurs ne sont guère entichés de Windows. Plus de la moitié d’entre eux lui ont préféré des solutions de remplacement non brevetées comme Linux. Même Apple, l’une des compagnies qui a le plus jalousement protégé ses droits de propriété intellectuelle, s’est résignée à incorporer dans son nouveau Mac os x des segments importants de Freebsd (un système dit de « code ouvert »). Ce faisant, Apple reconnaît tacitement que le secteur privé est incapable de faire mieux que le secteur public en ce domaine.

67Considérez les milliards et les milliards de dollars de capitaux privés que les firmes Internet ont reçu ces cinq dernières années. Qu’est-ce que cela a donné ? Quel a été, pour la société, le rendement de cet investissement ? Comparez cela aux misérables millions de fonds gouvernementaux qui ont été acheminés vers le département d’informatique de Berkeley ou le labo des médias du mit (ou, quant à cela, vers le programme finlandais de prêt étudiant). Le rendement dans ces derniers cas a été incommensurablement plus important. Parce qu’ils prennent la forme de biens publics, il est beaucoup plus difficile d’en mesurer avec précision la valeur. Mais cela n’en rend pas moins réels les bénéfices.

68Les agences publiques (ou parapubliques) ont tenu le premier rôle en haute technologie pour une simple raison. Souvent, les firmes privées ne sont pas prêtes à payer des gens pour qu’ils s’assoient et accouchent de bonnes idées, parce qu’elles n’ont aucune garantie qu’elles seront à même de se saisir de plus qu’une petite fraction de la valeur que ces idées généreront. D’où l’occasion pour le secteur public... Comme le public en général jouit de ces bénéfices, le gouvernement peut employer une parcelle de ses recettes fiscales pour embaucher les bonnes personnes et leur donner le temps nécessaire pour exercer leurs talents. Une fois les résultats produits, tous peuvent y avoir aisément accès.

69Par conséquent, l’économie de l’information est encore fondamentalement une économie morale. C’est à coup sûr un modèle plus attrayant et plus efficient. Ces dernières années, les universités se sont toutefois orientées dans la direction opposée. Au sein de l’enseignement supérieur s’est exercée une pression énorme pour développer des partenariats avec le secteur privé et pour mener des recherches qui déboucheront sur le développement de technologies brevetées. Les universités cherchent de plus en plus à acquérir des brevets et à les utiliser comme source de revenus pour financer d’autres recherches. Elles ont aussi commencé à défendre leurs brevets plus énergiquement devant les tribunaux.

70La motivation pour ces changements s’explique en partie par les pressions de la mondialisation. Si les citoyens du Canada subventionnent le réseau universitaire canadien, les bénéfices de ce réseau débordent de plus en plus sur d’autres pays. Des compagnies étrangères commercialisent souvent la recherche réalisée dans les universités canadiennes. Les étudiants qui reçoivent une éducation subventionnée par les contribuables plient souvent bagage et déménagent aux États-Unis.

71C’est là un exemple classique de « mauvaise » mondialisation qui réintroduit des problèmes d’action collective jadis résolus par l’État-providence. Le savoir est un bien public. Pour assurer la fourniture de ce bien qu’il rend abondamment disponible, l’État taxe tous les citoyens. Mais l’État ne peut taxer que ses citoyens. Cela donne l’occasion à d’autres pays, qui investissent moins en éducation, de jouer les opportunistes avec le système canadien en s’emparant d’idées et de gens, sans contribuer cependant aux recettes fiscales du Canada.

72Mais quelles sont ici les solutions de rechange ? Réduire la contribution publique pour écarter les opportunistes n’est pas une option souriante. Le secteur privé manque tout bonnement d’outils nécessaires pour organiser la production et la diffusion du savoir. Un robuste secteur public est le seul moyen à notre disposition pour générer un résultat apparenté à un niveau efficient de production du savoir. Si les problèmes d’opportunisme international menacent cet arrangement, l’unique solution consiste dès lors à élaborer des conventions internationales et à conférer à des autorités internationales le pouvoir d’atténuer ces effets.

73Par conséquent, la pression pour une meilleure collaboration du privé et du public dans les universités est au mieux une mesure bouche-trou. Elle n’a pas d’avenir, à tout le moins en ce qui concerne la production et de la diffusion de la recherche. La manière la plus efficiente de s’y prendre avec le savoir est de le traiter comme un classique bien public.

*

74Les vingt dernières années n’ont pas été faciles pour la gauche.

75Voici comment on nous relate habituellement les faits : dans les années 1980, les gouvernements néoconservateurs d’Angleterre, des États-Unis et du Canada inaugurèrent une vague de privatisations qui provoqua un important recul de l’État-providence. La chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Union soviétique ébranlèrent la crédibilité du communisme comme solution de remplacement au capitalisme. Les gouvernements de centre gauche prirent le pouvoir dans les années 1990, mais pour se rendre compte qu’ils avaient les mains liées, tant par des électorats hostiles aux impôts que par les forces de la mondialisation. À la fin du siècle dernier, le gouvernement était dans une situation de repli intégral. Le capitalisme du laisser-faire triomphait.

76Mais ce triomphe est complètement illusoire. Si les tâches spécifiques dont le gouvernement s’acquitte ont pu changer, la raison d’être fondamentale de l’intervention gouvernementale dans l’économie reste indestructible. L’État-providence existe pour corriger la défaillance du marché. Les changements technologiques ont modifié la structure de nos marchés. Parfois, cela a eu pour effet d’éliminer des défaillances du marché, d’autres fois cela en a engendré de nouvelles. L’État-providence s’est ajusté en conséquence, évacuant les secteurs où ses services n’étaient plus requis, mais affirmant aussi davantage sa présence dans des domaines où l’on faisait appel à ses capacités organisationnelles. Loin d’être un symptôme de déclin, ces changements ont en fait contribué à garantir la viabilité continue de l’État-providence.

77Si vous vous promenez dans n’importe quelle vieille ville d’Amérique du Nord, vous verrez fréquemment des bâtiments qui étaient jadis des bains publics. La plupart d’entre eux sont maintenant fermés. Les gouvernements se sont universellement retirés du marché des bains publics. Pourquoi cela ?

78Il y a une centaine d’années, bien des gens ne pouvaient s’offrir de plomberie domestique, moins encore d’eau chaude. Ce qui faisait du bain une affaire très coûteuse en temps et en argent. Malheureusement, la plupart des bénéfices des bains prenaient la forme d’externalités positives. Les gens ont tendance à s’habituer à leur odeur personnelle. S’ils choisissent de ne pas se baigner, le coût de cette décision est supporté d’abord par leurs voisins. Quand le coût d’un bain est élevé, les marchés privés ont tendance à produire un niveau inefficient d’hygiène personnelle.

79Cela donne aux gouvernements l’occasion idéale d’intervenir. En fournissant des installations de bains publics subventionnées, l’État fut en mesure d’inciter les gens à se baigner un tant soit peu plus souvent qu’ils ne l’auraient fait autrement. Le résultat fut un bénéfice public dont tous jouirent (sans mentionner les gains d’efficience évidents associés au fait que plusieurs personnes partageaient la même eau de bain).

80Une baisse radicale du coût de la plomberie et de l’eau chaude changea tout cela. Avec le temps, les baignoires sont devenues une commodité courante dans tout foyer. Cela a éliminé la raison d’être des bains publics subventionnés par les contribuables.

81Quelqu’un est-il bouleversé par le déclin des bains publics ? Ce fut peut-être le cas à une certaine époque, mais aujourd’hui cette question n’est plus du tout à l’ordre du jour. La raison en est que les gens sont parfaitement satisfaits du rendement du marché en ce domaine. On a même commencé à apprécier certains des bénéfices que la privatisation a apportés, dont celui de pouvoir se baigner dans l’intimité de son foyer.

82Par conséquent, loin de marquer un « recul » des services publics, la privatisation des bains marquait simplement un changement de la façon dont le gouvernement choisissait d’investir ses ressources. Le gouvernement se retirait d’un champ d’activité, où ses services n’étaient plus désormais requis, pour concentrer son attention sur d’autres domaines.

83Plusieurs des privatisations qui se sont opérées dans les vingt dernières années sont exactement du même type, sans vouloir nier que certaines privatisations furent commandées par une idéologie de droite et menées sans la moindre attention à leurs effets en matière d’efficience. La privatisation de la fourniture d’eau potable en Angleterre (ou celle du contrôle de la qualité de l’eau en Ontario) est un cas d’espèce. Mais ces privatisations sont généralement impopulaires et donc souvent renversées quand il apparaît clairement que le secteur privé est moins efficient que le secteur public en la matière.

84Quoi qu’il en soit, les privatisations de nature idéologique furent davantage l’exception que la règle. Dans la plupart des cas, la privatisation est intervenue parce que la technologie rendait possible la création de marchés concurrentiels là où il n’en existait pas auparavant. Et d’ici une centaine d’années, la plupart des privatisations seront aussi peu controversées que l’est aujourd’hui la privatisation des bains.

85La fourniture d’électricité en offre un bon exemple. Le branchement des maisons au moyen de câbles électriques est un monopole naturel. Une fois qu’a été branchée la maison d’une personne, il n’en coûte presque rien pour brancher celle de ses voisins. Avec le résultat qu’aucun concurrent ne pourrait offrir un service égal à un prix compétitif. Il est logique que ce monopole appartienne à l’État, ou qu’il soit à tout le moins fortement réglementé pour empêcher l’adoption d’inefficientes politiques des prix. Une fois les lignes installées, il n’y a toutefois aucune raison pour que l’électricité qui y circule ne puisse être fournie par différentes compagnies. Il y a vingt ans, vouloir connaître la quantité d’énergie injectée dans le réseau par chaque compagnie et l’identité de la compagnie avec laquelle traitait chaque client aurait représenté un cauchemar logistique. Mais la technologie informatique change tout cela, en ménageant une réduction massive des coûts de transaction. Résultat : il devient possible d’organiser un marché concurrentiel pour l’électricité, même si le réseau de distribution reste un monopole de la Couronne.

86Il n’y a par conséquent rien de particulièrement « droitiste » à privatiser les grands services publics d’électricité. En fait, plusieurs environnementalistes sont très heureux de ce développement, puisque cela donnera aux consommateurs la possibilité de choisir des fournisseurs « écologiques » et de se passer des énergies fossiles ou du nucléaire. Il y a même une vogue grandissante parmi les utilisateurs de sources parallèles d’énergie aux États-Unis pour l’établissement d’échanges bilatéraux avec les compagnies d’électricité. Quiconque dispose d’installations personnelles pour générer de l’énergie solaire est ainsi à même, par temps ensoleillé, d’injecter son énergie excédentaire dans le réseau et d’en retirer par temps nuageux. Il ne paie alors que pour sa consommation nette. La technologie nécessaire est déjà en place, puisque les aiguilles du compteur usuel d’électricité peuvent avancer et reculer, suivant le sens dans lequel circule le courant. Les principaux obstacles sont tous institutionnels. Aussi longtemps que l’État exerce le monopole de la fourniture d’électricité, personne d’autre n’est autorisé à alimenter le réseau. La privatisation change tout cela, non seulement pour les sociétés privées, mais aussi pour les individus.

87Il est extrêmement fallacieux de parler, à propos de pareilles privatisations, de « réduction de la taille » du gouvernement ou de recul de l’État-providence. La frontière entre l’État et le marché est simplement mouvante. L’État est en train d’assumer un rôle différent, pas un rôle diminué.

88Dans le même temps que le gouvernement se retirait de certains secteurs, il commençait aussi à investir bien davantage dans de nouveaux. Les gouvernements progressistes, dans tout le monde occidental, ont en particulier lourdement investi dans le champ du savoir. Aux États-Unis, les agences gouvernementales ont rendu aisément accessibles, par la voie d’Internet, des mines d’information comme le Human Genome Project (fruit de la recherche sur le génome humain) et Medline (un service d’information médicale). Au Canada, le gouvernement fédéral a engagé plus de cinq milliards de dollars pour la création, dans diverses universités sur l’ensemble du territoire, de chaires de recherche dotées. Ces investissements sont susceptibles de se répéter dans la mesure où les changements technologiques rendent les droits de propriété intellectuelle de plus en plus difficiles à faire respecter.

89La résistance à l’impôt a certainement empêché plusieurs gouvernements d’intervenir dans ces secteurs aussi vigoureusement qu’ils l’auraient souhaité. Mais les gouvernements jouissent d’une latitude considérable en matière de perception de taxes et l’évolution technologique leur crée toutes sortes d’occasions. En général, la technologie facilite toute forme de dépistage. Elle permet la création de marchés là où il n’en existait pas auparavant. C’est en partie grâce aux perfectionnements technologiques des systèmes de comptabilité qu’il a été possible de taxer les services, pas seulement les biens.

90Les occasions les plus intéressantes touchent la possibilité de créer de nouveaux systèmes de taxes pigoviennes. Un champ que les gouvernements ont à peine effleuré jusqu’ici. La technologie informatique rend possible le contrôle de toutes sortes d’activités socialement pernicieuses qu’il était impossible de réguler dans le passé. Les principales cibles ont été jusqu’à ce jour la pollution et l’étalement urbain. Plusieurs pays européens expérimentent des variantes de la taxe singapourienne sur la congestion de la circulation. Et des taxes pigoviennes sur la pollution – y compris les gaz à effet de serre – y recueillent une faveur grandissante. Les seules frontières sont les limites de l’ingéniosité humaine.

91Compte tenu de toutes les nouvelles occasions qui se présentent, l’idée que l’État-providence connaisse un recul est entièrement erronée. La gauche a tendance à sous-estimer la robustesse de l’État, à le présumer plus vulnérable qu’il n’est en fait. Cela résulte pour l’essentiel de la perception que le rôle fondamental de l’État-providence serait de promouvoir une plus grande équité, ou égalité. Si c’était là sa première fonction, la charge de la Droite constituerait une grave menace. Si l’État-providence existe pour promouvoir l’égalité et si sont élus des gens qui ne se soucient guère d’égalité, il n’y a pas grand-chose qu’on puisse faire pour les empêcher de le réduire en pièces. Après tout, cela n’affectera pas vraiment ces élus, non plus d’ailleurs que les riches électeurs qui les appuient.

92Mais ce n’est pas ainsi que vont les choses. Nous l’avons vu, l’État-providence existe d’abord et avant tout pour promouvoir l’efficience. S’il est réduit en pièces, cela affectera tout le monde. Priver de fonds le système de transport public crée sur les routes de la congestion qui ralentit tout le monde. Les riches ne peuvent pas davantage se rendre à leur maison de campagne que les pauvres à leur rendez-vous chez le dentiste. Réduire les dépenses pour la protection de l’environnement contamine l’air que nous respirons tous (et comme il devient plus difficile de s’évader de la ville, cela finit par affecter tout le monde).

93Naturellement, les riches sont en mesure de contourner plusieurs de ces problèmes. Ils peuvent embaucher des agents de police privée pour leur sécurité, boire de l’eau embouteillée et s’envoler vers des îles isolées. Contrairement aux pauvres qui n’ont d’autre choix que de compter sur les biens publics, les riches peuvent se tourner vers des fournisseurs privés. Cela leur impose néanmoins une lourde dépense. Au contraire de certaines personnes, ils ne sont pas privés de ce bien, même s’ils se trouvent à le payer beaucoup plus cher qu’il ne leur en aurait coûté autrement. La baisse de leur qualité de vie n’est pas aussi dramatique, mais elle est néanmoins tangible.

94C’est pourquoi l’État-providence devrait jouir de la faveur universelle de l’électorat. Le problème est que nous ne nous rendons pas souvent compte de la quantité des bénéfices que nous en tirons. Les gens jugent raisonnable de verser 30 % de leur revenu chaque mois pour payer leur hypothèque. Mais, pour une raison ou pour une autre, ils estiment déraisonnable de verser la même somme chaque mois en impôts pour le pontage coronarien dont ils auront probablement besoin un jour, même si ce pontage coronarien pourrait coûter autant que leur maison.

95Le principal danger qui menace l’État-providence n’est pas qu’il soit réduit en pièces par malice ou par indifférence, mais qu’il le soit par ignorance. Si nous n’arrivons pas à mesurer la contribution de l’État à notre qualité de vie, nous pourrions par inadvertance détruire ce que nous avons construit. La menace la plus persistante est que nous nous laissions entraîner dans une course à l’abîme avec les États-Unis. Nous serions bien avisés d’éviter cela. Les Américains ont démontré, à maintes reprises, qu’ils seront toujours insurpassables quand il s’agit de tolérer l’inefficience. La liberté ne nous importe tout simplement pas assez pour que nous nous donnions la peine de rivaliser avec eux sur ce plan.

96Alors comment mener notre barque ? Quand vient le temps de réfléchir sur le gouvernement et les marchés, sur les impôts et les échanges, nous n’avons rien de mieux à faire que d’écouter l’avertissement de Hobbes :

Tous les hommes sont par nature pourvus de remarquables verres grossissants (à savoir leurs passions et leur égoïsme) à travers lesquels chaque petit paiement prend l’allure d’un grave tort ; mais ils sont dépourvus de verres prospectifs (nommément la science morale et civique) pour voir de loin les malheurs qui les menacent et qu’il est impossible d’éviter sans ces paiements.

97Les sciences « morale et civique » ont assez progressé depuis le xviie siècle pour que nous puissions, avec un peu de chance, nous conduire avec plus de sagesse que les contemporains de Hobbes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search