Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Troisième partie. Les défis

10. L’efficience commence à la maison

Texte intégral

1Sur le lieu de travail, l’efficience est nettement la valeur dominante. Les employés sont constamment bombardés de demandes d’accroissement d’efficience : accroissement d’efficience organisationnelle, accroissement d’efficience de rendement, accroissement d’efficience personnelle. On leur a tant de fois rebattu les oreilles de l’« évangile de l’efficience » que la plupart des gens expérimentent une réaction voisine de l’allergie chaque fois qu’ils entendent ce mot.

2Pourtant, bien des personnes sont toujours disposées à tolérer cette sorte de pression au travail. Après tout, on n’est pas au travail pour se détendre et s’amuser. On y est pour faire un boulot. Et aussi longtemps qu’on y est pour faire un boulot, il n’est que sensé de le faire avec le plus d’efficience possible. En outre, si on le fait de manière plus efficiente, cela devrait dégager plus de temps pour d’autres activités. Plus tôt on finit son travail, plus tôt on peut rentrer à la maison. Ou c’est ce qu’on veut bien croire.

3Malheureusement, les choses se passent rarement ainsi. L’accroissement de productivité au travail n’a pas entraîné la réduction des heures de travail. En fait, au cours des vingt dernières années, le nombre moyen d’heures travaillées a augmenté en Amérique du Nord. Constatation encore plus troublante, loin de dégager du temps pour d’autres occupations, la quête de l’efficience semble s’insinuer dans toutes les sphères de la vie quotidienne. Non seulement la vie sur le lieu de travail devient-elle plus trépidante, mais toute l’existence semble aussi s’accélérer. Au lieu de générer plus de temps de loisir pour pouvoir se concentrer sur ce qui tient le plus à cœur, l’efficience semble devenir une fin en soi. Les gens ne recherchent plus l’efficience pour réaliser leurs objectifs, ils la poursuivent pour elle-même.

4C’est dans l’organisation du foyer que cette transformation se manifeste le plus clairement. Les parents se promettent souvent de passer des « moments de qualité » avec leurs enfants. Ce qui est essentiellement un concept d’efficience. Alors que le parent d’hier avait coutume de passer plus de temps avec ses enfants, le parent moderne manque chroniquement de temps et n’a plus le luxe désormais de tuer un après-midi avec eux. Pour compenser, les parents s’efforcent maintenant d’employer, de la manière la plus efficiente, le temps dont ils disposent. Au lieu de passer un long moment avec leurs enfants à une activité de faible intensité, les parents passent maintenant avec eux un plus court moment qu’ils occupent à quelque activité plus concentrée et d’une plus grande intensité. La « qualité » accrue du moment est censée compenser la quantité réduite.

5De la même manière que les gens s’efforcent constamment de devenir des employés plus efficients, ils s’efforcent donc aussi de devenir des parents plus efficients. Selon la sociologue Arlie Hochschild, « une partie étonnante de la vie de famille se résume à réunir avec efficience des gens à l’intérieur de créneaux d’activités “préfabriquées” ». Cela semble pousser dans une seule direction : un stress accru et un déficit chronique de temps. Si c’est là que conduit notre attachement à l’efficience, alors il ne peut guère y avoir d’avenir en elle. Nous finirons tous, un jour ou l’autre, par souffrir d’épuisement.

*

6Malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’expérience en ces matières. Le travail de philosophe n’est pas dans les faits très stressant. Et je n’ai pas d’enfants. Courir à gauche et à droite avec un téléphone et un ordinateur portables ou un téléavertisseur, entrer en communication avec des clients tout en conduisant les enfants à un entraînement de hockey, cela m’est totalement étranger. Mais c’est un problème manifestement important pour bien des gens et on ne peut donc l’ignorer. Comme j’aurais du mal à me mettre à leur place, j’ai décidé de faire ce qui s’en rapproche le plus : procéder à une simulation par ordinateur pour voir ce que deviendrait ma vie si j’avais des enfants.

7La première étape dans la mise en place de la simulation fut de me procurer un exemplaire de The Sims, populaire « simulateur de personne » qu’on doit à Will Wright, créateur de SimCity. Comme l’explique le manuel, le jeu permet de créer un groupe de personnes artificielles. « Vous créez l’essence même de ces êtres, leur attribuez de subtils traits de caractère et les installez dans une maison de votre conception. » Cela me paraissait l’outil idéal pour ce travail.

8Je me suis alors mis en frais de créer un Simjoe et une Simalice. Après avoir repéré de raisonnables répliques de ma femme et de moi-même, j’ai dû choisir leurs traits de caractère. Le simulateur offre cinq caractéristiques : ordonné, sociable, actif, enjoué, sympathique. Cela soulevait une certaine difficulté puisque je ne me reconnaissais pas réellement dans aucun de ces traits. Aussi ai-je décidé de composer nos deux personnalités en recourant aux « valeurs par défaut » de nos signes astrologiques : la balance et le verseau.

9Une fois que j’eus fixé les traits de caractère fondamentaux, j’installai Simjoe et Simalice dans une modeste première maison et les établis dans des carrières appropriées. Simalice se retrouva en médecine. Malheureusement, la philosophie ne figurait pas parmi les carrières disponibles, aussi établis-je Simcoe dans la carrière scientifique, ce qui – estimai-je – était presque aussi peu pragmatique. Puis je m’attelai à la tâche de les initier avec bienveillance à la vie de famille.

Ier jour. Simjoe et Simalice ont la situation bien en main, malgré un peu d’agitation. Ils doivent tous deux être debout à 6 h et partir pour le travail à 8 h. Simjoe se douche pendant que Simalice avale son déjeuner, puis chacun prend la place de l’autre. Ils ont exactement une minute pour causer avant de devoir prendre le chemin du travail. Pendant leur absence, toutes les fleurs de la cour arrière dépérissent. À leur retour à la maison, Simjoe passe toute la soirée à les replanter. Simalice s’ennuie et allume la télé.

2e jour. Les gestes rituels du matin se font un peu plus mollement. La faim les travaille cependant encore un peu. Ni Simjoe ni Simalice ne savent réellement cuisiner, aussi mangent-ils souvent sur le pouce ou mettent-ils en vitesse quelque chose au four à microondes. L’évier est bouché. Simalice passe la moitié de la soirée à le déboucher. Quand elle en a terminé, Simjoe lui masse le dos. Les choses s’annoncent plutôt bien.

3e jour. Aujourd’hui, Simjoe est déprimé. Tout va bien au travail, mais Simalice et Simjoe n’ont pas le temps de voir leurs amis entre le travail et l’entretien de la maison. Cela ne dérange pas autant Simalice ; de nature sociable, Simjoe commence à en souffrir. J’essaie de l’amener à étudier, à améliorer un peu ses habiletés de cuisinier, mais il s’y refuse. Il est trop déprimé. Il regarde plutôt la télé.

4e jour. Simalice a une promotion ! Sa carrière de médecin commence à rapporter. Non seulement obtient-elle une augmentation, mais on vient la cueillir, pour l’amener au travail, dans une voiture de luxe qui n’a rien à voir avec le vieux tacot que conduisent les collègues de Simjoe. Quelque peu surexcitée, Simalice suggère de faire un enfant. Simjoe acquiesce.

5e jour. Le bébé arrive ! Simjoe et Simalice décident de le prénommer Damien. Comme il n’y a qu’une chambre à coucher dans la maison, ils placent le lit d’enfant au beau milieu de la cuisine. Cela ne semble pas trop tracasser le petit Damien. Simjoe et Simalice le nourrissent à tour de rôle. Simjoe décide de commencer à travailler de nuit pour pouvoir être à la maison le jour.

6e jour. Les démons se déchaînent. Le matin, Simjoe rentre du travail et passe deux heures à essayer de calmer les pleurs du bébé. Après quoi, il sommeille pendant une heure, jusqu’à ce que le bébé le réveille. Quand Simalice rentre du travail, elle prend la suite. Mais le bébé continue de pleurer. Simjoe dort mal et ne trouve pas le moyen de manger avant de partir pour sa nuit de travail. Il est en retard au boulot.

7e jour. Simalice est debout la moitié de la nuit pour prendre soin du petit Damien et n’arrive pas à se doucher avant d’aller au travail. Le matin, Simjoe rentre à la maison et s’effondre d’épuisement sur le plancher de la cuisine. Le bébé braille. Comme Simjoe a oublié de payer les factures, arrive un avis d’une agence de recouvrement. Les fleurs dans la cour arrière ont encore dépéri, faute de soins.

8e jour. Il y a longtemps que Simjoe et Simalice n’ont eu l’occasion d’échanger. Leur relation commence à en souffrir. Simalice a besoin de temps pour étudier et mousser ainsi sa carrière. Mais elle n’en a jamais l’occasion. Une fois le bébé endormi, elle est trop fatiguée. Ils envisagent d’embaucher une nounou, mais découvrent qu’ils n’en ont pas les moyens.

9e jour. Simjoe et Simalice touchent le fond. Une assistante sociale leur rend visite à l’improviste pour leur servir un avertissement. On néglige l’enfant. Simjoe et Simalice se sentent piteux. Ils ont leur première dispute. Simjoe arrive encore en retard au boulot. Les toilettes sont bouchées, mais Simalice n’a pas le temps de s’en occuper avant de filer au travail. Contrôler sa vessie devient problématique.

*

10À ce point, j’ai interrompu la simulation. Le temps de relire le manuel. Après tout, c’était censé n’être qu’un jeu. Censé être une simulation de la vie, pas de l’enfer.

11Le manuel contenait de fait quelques conseils utiles. La clé de la simulation, y lisait-on, est la gestion du temps. Les gens ont des tas de besoins divers et rarement assez de temps pour les satisfaire tous. Ainsi, pour les Sims, efficience est « un bon mot d’ordre à garder en tête. Vous voulez que vos Sims réalisent de la manière la plus efficiente possible leurs objectifs – qu’il s’agisse de décrocher une augmentation de salaire ou d’aller aux toilettes. »

12Cela à l’esprit, j’examinai la façon dont Simalice et Simjoe organisaient leurs affaires. Quelque chose devait manifestement changer. Une journée ne compte simplement pas assez d’heures pour s’occuper de tous les aspects d’un foyer. Il fallait faire quelque chose pour dégager un peu plus de temps.

13De toute évidence, la solution était que l’un d’eux quitte son emploi. Et il n’était pas trop difficile de déterminer lequel ce devait être. Grâce à sa récente promotion, Simalice faisait beaucoup plus d’argent que Simjoe. Que Simjoe reste à la maison pour prendre soin du bébé était donc clairement l’arrangement le plus efficient.

10e jour. Simjoe décide d’ignorer la sonnerie du réveil. Ce qui lui vaut d’être congédié. Le lendemain matin, au réveil, il prépare le déjeuner pendant que Simalice prend une douche. Comme il n’a pas à se presser, Simalice et lui ont le temps de causer avant qu’elle parte pour le travail. Après son départ, il nettoie la cuisine, nourrit le petit Damien, puis se douche. Il règle les factures en souffrance et plante de nouvelles fleurs dans la cour.

11e jour. L’après-midi, Damien fait la sieste et Simjoe n’a donc pas grand-chose à faire. Il passe l’avant-midi à étudier la cuisine. Il commence à se sentir très seul ; alors, il téléphone à un ami et bavarde une heure avec lui dans l’après-midi. Avant le retour de Simalice, il prépare le souper. Ils peuvent ainsi manger tôt et passer la soirée ensemble à jouer avec le bébé. Ils se massent mutuellement le dos.

12e jour. Simalice avait coutume de manger souvent sur le pouce, mais ce n’est plus nécessaire. Simjoe a affiné à ce point ses habiletés de cuisinier qu’il y a toujours sur la table un repas copieux. Et comme le lit d’enfant est au milieu de la cuisine, c’est pour lui l’endroit tout indiqué où passer son temps. Des amis débarquent à l’improviste pour le souper. Ils distraient Simjoe et Simalice peut se retirer en douce pour étudier un peu avant d’aller au lit.

13e jour. Le bébé se réveille encore la nuit, mais Simjoe se lève toujours pour le nourrir. De cette façon, Simalice est bien reposée quand elle part pour le travail. Simjoe peut toujours faire une sieste dans l’après-midi, s’il ressent une baisse d’énergie. Simjoe passe l’après-midi à nettoyer la salle de bains. C’est la première fois qu’on la nettoie depuis qu’ils ont emménagé.

14e jour. Simalice obtient une nouvelle promotion. Grâce à l’influence de leurs « nouveaux amis communs », elle gravit rapidement les échelons de la réussite. Et les heures d’étude commencent à rapporter. Simjoe est ravi et fait les magasins pour acheter de nouveaux électroménagers. Il achète une jolie cuisinière à gaz et un lave-vaisselle. Ce qui accélère les choses à l’heure des repas.

*

14À ce point, j’interrompis une nouvelle fois la simulation. Le modèle d’organisation domestique qui se dessinait commençait à me sembler étrangement familier. Ce qui avait commencé comme un ménage moderne de deux conjoints menant carrière se métamorphosait lentement en quelque chose de bien plus traditionnel. Sous la pression pour subvenir aux besoins du ménage avec un seul revenu, Simalice investissait tout son temps et toutes ses énergies dans son travail. Entre-temps, Simjoe ne se limitait pas à prendre soin à plein temps de l’enfant, il se chargeait aussi de la cuisine, de l’entretien ménager et du jardinage. Il assumait même la responsabilité de l’organisation des activités sociales de la famille. Pour parler net, Simjoe était devenu « ménagère ».

15Comment cela s’était-il produit ? Avais-je décidé de condamner Simjoe à une vie de servitude domestique ? Certainement pas. Les choses avaient simplement tourné de cette façon.

16En fait, la servitude domestique de Simjoe avait été une conséquence directe de mon désir d’organiser de manière plus efficiente le foyer. Le meilleur moyen d’accroître l’efficience globale est d’instaurer une division du travail. C’est peut-être la stratégie la plus commune, mais cela ne la rend pas moins efficace. Quand les Sims menaient tous deux carrière, la duplication d’efforts à la maison était considérable. Outre le fait qu’ils devaient tous deux se rendre au travail, chacun s’efforçait de développer à la fois des compétences en cuisine et au boulot. Depuis que Simjoe se spécialisait en cuisine, Simalice avait davantage de temps libre pour étudier la médecine. Ainsi, au lieu de deux personnes qui gagnaient des revenus modiques et cuisinaient leur souper au four à micro-ondes, le jeu mettait-il en présence une personne au salaire substantiel et une autre cuisinant des repas copieux. À la fin, toutes deux ne s’en portaient que mieux.

17Le fait que Simjoe ait fini par se charger aussi de l’entretien ménager et du jardinage n’était pas fortuit. Une multitude d’activités domestiques sont hautement compatibles avec la garde d’un enfant. Il est impossible de rentrer à la maison chaque fois que le bébé se met à geindre. Mais si vous êtes en train de nettoyer la salle de bains, de préparer le souper ou de bavarder au téléphone, il vous est facile d’abandonner votre occupation pour prendre soin de l’enfant. Une fois que le bébé s’est rendormi, vous pouvez reprendre où vous aviez laissé.

18Inutile de dire que la décision de Simjoe de rester à la maison améliora aussi la qualité de sa relation avec Simalice. Comme il préparait le souper avant le retour de Simalice, ils pouvaient manger plus tôt et passer ensuite le reste de la soirée à causer et à s’amuser. En d’autres mots, ils pouvaient passer ensemble beaucoup plus de « moments de qualité ».

*

19Tout cela paraîtra très familier à quiconque a quelque expérience de la vie de couple. La dynamique qui a conduit Simjoe à se charger de toutes les responsabilités du ménage est tout aussi souveraine dans le vrai monde que dans le monde simulé.

20La division du travail au foyer avait coutume d’être déterminée par un ensemble très rigide de normes sociales. On qualifiait de tâches féminines les travaux d’entretien ménager et de cuisine ; tondre la pelouse et réparer la clôture étaient des tâches dites masculines. Cette division du travail fut soumise à une vive critique à partir de la fin des années 1960 et s’est depuis lentement érodée. Mais l’écroulement de cette « économie morale » traditionnelle a créé un vide. Dans la plupart des ménages canadiens, la culture ne fournit plus désormais de plan détaillé ni de manuel des opérations pour l’organisation du foyer. Des milliers de détails doivent être maintenant chaudement négociés.

21Avec le résultat que les couples modernes s’engagent dans quantité de négociations serrées : « Aussi longtemps que tu feras la lessive, je nettoierai la cuisine. » Les féministes qui ont sonné la charge contre les normes sexistes traditionnelles avaient espéré que le principe d’égalité, ou d’équité, aiderait les couples à décider de la manière de répartir ces tâches. Malheureusement on a plutôt eu tendance à retenir l’efficience, non l’équité, comme valeur dominante au sein du ménage.

22Il n’y aurait rien à y redire, si ce n’était qu’il n’existe aucune garantie qu’une division en parts égales du travail sera très efficiente. Et au moment critique, les gens forcés de choisir entre efficience et équité tendront à choisir l’efficience.

23Cette préférence pour l’efficience est l’un des facteurs qui renforcent la séculaire division du travail entre « soutien de famille » et « femme d’intérieur ». En dépit du fait que nous ne considérons plus comme allant de soi que les femmes devraient rester à la maison et les hommes occuper un emploi, un nombre étonnant de familles sont encore organisées de la sorte. Les gens ne sont pas nécessairement des inconditionnels de la division sexuelle des tâches. Mais l’élimination de la division sexuelle des tâches n’entraîne pas automatiquement l’élimination de la division des tâches.

24Prenons l’exemple de l’épicerie. Bien des jeunes couples font ensemble l’épicerie. Une fois qu’ils ont des enfants et que le temps les presse, l’inefficience de cet arrangement commence à soulever un problème. Après tout, il n’est pas vraiment nécessaire qu’ils s’y rendent ensemble ; une personne seule peut s’acquitter aussi bien de cette tâche. Mais qui s’en chargera ? L’arrangement le plus efficient est que la personne qui cuisine la plupart des repas fasse aussi les courses. Le cuisinier sait bien de quels ingrédients il a besoin et il est aussi en mesure de changer ses plans « à la volée », si un ingrédient particulier n’est pas disponible.

25Cela n’est qu’un exemple de la façon dont les tâches domestiques peuvent être liées les unes aux autres. (Autre exemple : si une personne est responsable de prendre les enfants après l’école, il pourrait être aussi logique que cette même personne fasse quelques commissions sur le chemin du retour – peut-être s’arrêter à la pharmacie ou à la banque.) Des tas de gens s’engagent dans une relation en s’imaginant qu’ils se partageront également les responsabilités domestiques, mais c’est rarement le cas. La manière la plus efficiente de se partager les tâches domestiques ressemble souvent davantage à un rapport de 90 à 10. Une division égale des tâches peut tenir aussi longtemps que le couple est sans enfant et sans soucis. L’arrivée d’un premier bébé perturbe l’équilibre. Et plutôt que de le perturber presque insensiblement, elle reporte souvent tout le fardeau sur une seule personne. Les spécialistes des sciences humaines désignent ce phénomène comme un « déversement ».

26Bien entendu, la grande différence entre le monde réel et le monde simulé tient à ce que, dans le monde réel, les femmes sont bien plus susceptibles que les hommes d’être victimes d’un « déversement ». Au jeu des Sims, il n’existe pas de modèles sexuels. Chaque personne simulée est fonctionnellement bisexuelle et également disposée à assumer n’importe quel rôle sexuel ou corvée domestique. Il s’agit bien sûr d’un choix politique de la part des créateurs du jeu. La simulation n’en intègre pas moins certaines normes sociales. Par exemple, les Sims peuvent se montrer très chatouilleux quand il s’agit de faire respecter leur intimité. L’absence de modèles sexuels est donc un choix éminemment intentionnel. Le jeu met en scène une certaine forme d’utopie sexuelle où hommes et femmes sont interchangeables.

27Il est par conséquent hautement significatif que, même dans un tel cadre, la division du travail à la maison continue d’apparaître comme une stratégie gagnante. Deux éléments structurent un ménage traditionnel : d’abord, la division du travail entre le rôle de soutien de famille et celui de ménagère ; ensuite, l’ensemble des modèles sexuels qui assignent le rôle de soutien de famille à l’homme et celui de ménagère à la femme. Le deuxième élément n’est pas nécessairement efficient, le premier l’est souvent. Conséquemment, le séculaire arrangement familial n’était pas une totale imposture. Il pouvait être injuste pour les femmes, mais sa structure sous-jacente avait un solide fondement économique.

28Au jeu des Sims, les hommes sont tout aussi susceptibles de devenir des hommes d’intérieur que les femmes de devenir des femmes d’intérieur. Les hommes ne souffrent pas davantage d’y perdre leur emploi et les femmes ne sont pas plus inquiètes du fait d’y être séparées de leurs enfants. Dans le monde réel, les choses ne se passent pas souvent ainsi. C’est pourquoi l’élimination des modèles sexuels, tout en maintenant la division du travail, s’est avérée extrêmement peu commode.

*

29Tout cela aide à expliquer un petit mystère familier à quiconque évolue dans des cercles largement gauchisants. Presque toute femme de ma génération que je connais se décrit comme une féministe. Presque toutes détiennent des diplômes universitaires. Quand elles se sont engagées dans une relation, ce fut invariablement avec un homme affectueux, à l’esprit éclairé et d’une irréprochable rectitude politique. Et malgré cela, un nombre déplorable de ces femmes ont fini par devenir ménagères.

30Comment cela est-il arrivé ? Que dire de couples censément « progressistes » qui finissent par reproduire la traditionnelle division patriarcale du travail ?

31Devant des situations comme celle-ci, les gens ont instinctivement la réaction de présumer qu’une certaine forme d’inauthenticité est en cause. Peut-être ces femmes se payaient-elles simplement de mots et ont-elles « trahi la cause » dès l’arrivée d’un premier bébé. Ou peut-être ces hommes ne soutenaient-ils que du bout des lèvres les valeurs féministes – le prix à payer pour attirer au lit une femme instruite – et leurs véritables opinions ont-elles refait surface avec le temps. J’ai entendu colporter toutes ces accusations.

32Chaque fois qu’on se met à imputer ces sortes de vils motifs à d’honnêtes personnes, c’est habituellement un signe de désespoir. Dans ce cas précis, je pense qu’il s’agit d’un signe qu’on est franchement dépassé par la situation. Comment des femmes qui avaient juré sur tous les tons de ne jamais se laisser piéger dans la même situation que leur mère se sont-elles retrouvées dans une situation justement des plus semblables ?

33Bien sûr, plein de gens s’accrochent encore aux vieux rôles sexuels et croient que les femmes devraient rester au foyer avec les enfants. Et un nombre scandaleux d’hommes refusent encore simplement d’assumer leur juste part des tâches domestiques. D’autres ne veulent rien savoir d’une femme qui gagnerait plus qu’eux ou qui mènerait une carrière plus accaparante que la leur.

34Quand les hommes adoptent ce genre d’attitude, il n’est pas surprenant que les femmes qui les épousent finissent par assumer la part du lion des responsabilités domestiques. Mais il y a plus difficile à comprendre : comment des couples qui se sont fortement engagés pour l’égalité des sexes peuvent-ils néanmoins finir par reproduire la division traditionnelle du travail ?

35La réponse a rapport à l’efficience. Avoir des enfants impose d’incroyables exigences en matière de temps et de ressources. Lorsqu’ils ont un bébé, les couples se mettent donc à rechercher des moyens d’en gagner. Parce que la société en général s’organise encore autour du postulat que les femmes sont les premières éducatrices des enfants, le moyen le plus facile ou le plus efficient de procéder consiste souvent à voir à ce que les femmes endossent le rôle de ménagère. Les gens ne prévoient généralement pas cela parce qu’ils ont du mal à imaginer comm sont énormes les besoins d’un bébé. Résultat : ils arrêtent toutes sortes de choix malavisés, tôt dans leur vie et dans leur relation de couple, parce qu’ils ne soupçonnent pas comment cela les touchera à la longue. (Et leurs parents sont habituellement incapables de les conseiller, parce qu’ils n’ont aucune expérience en ce sens.)

36Prenons l’exemple le plus patent. La garde d’enfants est extrêmement coûteuse. En outre, les services de garde sont toujours de deuxième qualité dans l’esprit des parents (je n’ai jamais connu de parent estimant qu’un étranger pouvait éduquer mieux que lui son enfant). Résultat : la tentation pour un parent de réduire ses heures de travail ou de quitter tout bonnement son emploi est souvent irrésistible. Si une personne cesse de travailler, cela se traduit, bien sûr, par une baisse substantielle des revenus du ménage. Bien des gens ne peuvent se permettre de moins travailler. Parmi ceux qui le peuvent, le conjoint au revenu le plus faible sera invariablement celui qui quittera son emploi.

37À l’intérieur d’un couple, cela peut sembler un critère absolument non sexiste. Dans le monde des Sims, cela était parfaitement neutre, avec le résultat que Simjoe quitta son emploi. Dans le monde réel, les femmes qui travaillent à plein temps gagnent moins, en moyenne, que les hommes. Aussi est-ce plus souvent la femme qui quitte son emploi ou réduit peu à peu ses heures de travail. (Cela devient un cercle vicieux dans la mesure où, à cause de cela, les compagnies sont plus réticentes à offrir aux femmes des cours de perfectionnement, une promotion, ou à leur confier des postes de responsabilité par crainte de les voir rogner sur leurs heures de travail ou quitter carrément leur emploi quand survient une naissance.)

38Pire encore, les femmes choisissent souvent de poursuivre des carrières dans des domaines qui admettent la flexibilité des horaires, précisément parce qu’elles se gardent la possibilité d’avoir des enfants. (Elles peuvent, par exemple, s’engager dans l’enseignement parce que cela leur permet de rentrer tôt à la maison et d’être en congé tout l’été.) Cette flexibilité finit toutefois souvent par réduire leurs options, une fois qu’elles ont enfanté, parce qu’elle les désavantage dans leurs négociations domestiques. Si le mari a un horaire de travail inflexible, il pourra décliner toute invitation qu’on lui fera à prendre soin de l’enfant – « J’aimerais bien, chérie, mais il m’est humainement impossible d’être à la maison à cette heure-là. » Si son horaire flexible permet à l’épouse de se charger de certaines tâches, comme passer prendre les enfants après l’école, elle pourra découvrir qu’on se « décharge » également de tout le reste sur elle.

39Plusieurs des autres mécanismes qui reportent sur les femmes les responsabilités premières de la garde des enfants sont plus subtils. Par exemple, on a énormément insisté ces dernières années sur l’importance de l’allaitement maternel. Cela est peut-être parfaitement bel et bon, mais tend à consacrer un certain stéréotype féminin en matière d’éducation dont il pourra être très difficile de se défaire. Quand le bébé se met à pleurer au milieu de la nuit, c’est naturellement la mère, si elle allaite, qui doit se réveiller. Son mari pourrait aussi se lever, pour lui tenir compagnie et l’aider. Mais ce serait extrêmement inefficient. Pourquoi devraient-ils tous deux se priver de sommeil quand il n’est besoin que de l’un d’eux ? L’efficience tire dans le sens de la division inégale du travail.

40Un contact précoce plus étroit rend souvent la mère plus experte que le père à répondre aux besoins du bébé. Pour cette raison, le père mettra peut-être deux fois plus de temps à endormir le bébé. Le père mettra peut-être une heure pour calmer les pleurs du bébé, alors que la mère y arriverait en quelques minutes. Il n’est donc pas extraordinaire, même dans les couples fortement égalitaires, de voir le père tenter un moment d’apaiser le bébé, puis le déposer dans les bras de la mère quand ses premiers efforts se sont avérés infructueux.

41Plus subtilement encore, des mères ont tendance à se montrer bien plus allergiques au risque que les pères dès qu’il est question de la sécurité physique de leurs enfants. Combien de fois avons-nous vu un père lancer son enfant en l’air pendant que la mère jetait sur la scène un regard inquiet et murmurait entre les dents : « J’aimerais mieux que tu ne fasses pas ça » ? Un tas de femmes ne font aucunement confiance à leur mari quand il s’agit de prendre soin des enfants et refusent de rester les bras croisés pendant que leur conjoint fait son apprentissage en la matière. Forcées de choisir entre le principe abstrait d’égalité et la sécurité physique de leur enfant, la plupart des femmes mettront de côté leur souci d’égalité.

42Tout cela est une amère bénédiction. La mère est habituellement la première à se définir elle-même comme une experte en soins des enfants. Cette expertise peut être source d’une énorme fierté. Mais le problème, quand vous êtes l’experte, c’est que les gens se tournent vers vous dès que surgit un problème. Par conséquent, en se décrétant experte, la femme se met elle-même dans une position où les préoccupations d’efficience la refoulent toujours dans le rôle de première éducatrice. Il n’existe, bien entendu, aucune raison pour laquelle l’homme ne pourrait atteindre au degré d’expertise de la femme. Mais cela requerra souvent un effort spécial, et requerra initialement une diligence à écarter les considérations d’efficience.

*

43Que peut-on y faire ?

44D’abord, il faut prendre conscience qu’il y a deux façons différentes de parvenir à l’égalité des sexes dans notre société. L’une d’elles est d’abolir la division traditionnelle du travail dans chaque foyer, de telle façon que tous les hommes et toutes les femmes se partagent également les responsabilités domestiques. L’autre, de préserver la division du travail dans chaque foyer en s’assurant toutefois que, dans l’ensemble de la société, le même nombre d’hommes et de femmes tiennent le rôle de conjoint au foyer. Il s’agit de deux stratégies complètement différentes et qu’on ne distingue pas d’habitude adéquatement. Il est important de les différencier parce que la première est souvent en totale contradiction avec notre attachement à l’efficience, ce qui n’est pas le cas de la dernière.

45Les gens qui manquent gravement de temps en sont généralement arrivés là parce qu’ils ont choisi la première solution : un ménage où les deux conjoints font carrière. Ils ont choisi de rejeter l’essentielle division du travail au foyer et les considérables gains d’efficience qui l’accompagnent. Il leur est alors très difficile de soutenir la concurrence, en matière de qualité de vie, des couples qui adoptent une division du travail. Ils finissent par être accablés parce qu’ils cherchent à compenser cette lourde perte d’efficience en générant des gains d’efficience dans toutes les autres sphères de l’existence : sauter le déjeuner, persuader la nounou de faire la lessive, commander de la pizza pour le souper, etc.

46La solution évidente, pour les femmes, consiste à s’assurer les mêmes avantages que les hommes « secondés » par une femme d’intérieur. Pour que l’égalité des sexes devienne réalité, il faudra que beaucoup plus de femmes épousent des hommes d’intérieur.

47Comme de raison, peu d’hommes entretiennent le désir de devenir des hommes d’intérieur. Dans la relation, les femmes doivent donc réellement se placer en situation de tenir en mains de meilleures cartes que l’homme lorsque vient le moment de négocier qui sera premier responsable de l’éducation des enfants. Le meilleur moyen pour elles d’y arriver est de s’assurer d’être mieux instruites que leurs maris et de faire plus d’argent qu’eux. Mais comment y arriver compte tenu de la discrimination sexuelle persistante entre hommes et femmes ? Facile. Les femmes n’ont qu’à choisir d’épouser des hommes moins ambitieux qu’elles. Comme le dit l’auteure féministe Rhona Mahony, les femmes doivent « s’instruire davantage et épouser un inférieur ».

48Malheureusement, c’est plus facile à dire qu’à faire. La plupart des gens envisagent le mariage comme un moyen de s’élever dans l’échelle sociale. Le type de partenaire que vous êtes capable d’attirer en dit long sur vous-même. Avoir un partenaire manifestement imparfait, sous quelque angle que ce soit, suggère que vous êtes aussi d’une certaine façon imparfait. Avoir un partenaire qui est d’évidence un « bon parti » laisse supposer, d’autre part, que vous devez avoir des talents cachés. Tout homme qui a une jolie femme ou une jolie compagne s’attire typiquement le respect des autres hommes. Et une femme qui a un partenaire intelligent ou riche, s’attire typiquement l’admiration des autres femmes.

49Le problème de ce système fondé sur le prestige, c’est qu’il renforce la division du travail au foyer. Les intellectuels aiment en diminuer l’importance, mais la réalité brutale est que plusieurs femmes cherchent encore un homme capable de « pourpourvoir » à leurs besoins. Par ailleurs, l’idée d’épouser des femmes pour leur seule beauté ne répugne pas totalement aux hommes. Entrez dans s’importe quel bar bien fréquenté par des célibataires et vous verrez se dérouler sous vos yeux ce genre d’échange. L’émission de télévision Who Wants to Marry a Millionnaire ?, dans laquelle de jolies femmes rivalisaient entre elles pour avoir la chance d’épouser un homme riche et laid, a scandalisé les gens, non parce que sa prémisse sous-jacente semblait creuse, mais parce que ce spectacle étalait au grand jour un arrangement que la plupart des gens auraient préféré garder tacite.

50Si une femme a réellement pour unique objectif d’épouser un homme riche, grand bien lui fasse. Le problème surgit quand des femmes qui ont des ambitions professionnelles s’accrochent à ce modèle et épousent des hommes aux salaires plus élevés que le leur ou aux carrières plus exigeantes. Une étude sur des étudiants détenteurs d’une maîtrise en administration (mba) de Stanford a démontré, par exemple, qu’après l’obtention de leur diplôme les hommes gagnaient en moyenne un salaire de 144 461 $, alors que celui des femmes était de 101 204 $. On peut y voir une « discrimination sexuelle » type en matière de rémunération. Mais la différence est encore plus flagrante quand on compare les revenus de leurs conjoints. Le mari d’une détentrice de mba gagnait 120124 $ en moyenne, alors que l’épouse d’un détenteur de mba gagnait en moyenne seulement 30 323 $. Le message est on ne peut plus clair : malgré leurs salaires extrêmement élevés, la plupart des détentrices de mba dans cette étude se débrouillaient néanmoins pour épouser des hommes gagnant encore plus qu’elles.

51En rendant compte de leurs découvertes, les auteurs de l’étude laissaient supposer que les détentrices d’un mba « épousaient un supérieur » alors que les détenteurs d’un mba « épousaient une inférieure ». Conclusion très captieuse. Détenir un mba de Stanford fait de vous un concurrent très solide sur le marché des conjoints, aussi toutes ces personnes avaient-elles probablement une bonne chance « d’épouser un supérieur ». Je soupçonne que bien des hommes ont épousé une supérieure en choisissant de jolies femmes (sans égard à leurs aspirations professionnelles), alors que les femmes ont épousé des hommes aux carrières plus exigeantes. Dans cet échange, chaque groupe a gagné en prestige. Mais les hommes créaient aussi une situation au foyer qui relevait leur capacité de soutenir la concurrence au travail, alors que les femmes créaient une situation qui menaçait de miner leur capacité de se concentrer sur leurs objectifs de carrière.

52On a consacré, avec un certain succès, beaucoup d’énergie pour amener les hommes à cesser d’agir de la sorte. Il y a maintenant dans l’opinion publique une tendance à ridiculiser les hommes aux « épouses trophées ». Une très nombreuse cohorte de femmes n’a cependant pas d’objection particulière à l’idée d’épouser un homme riche, puis à rester à la maison pour s’occuper des enfants. Et aussi longtemps que des femmes seront disposées à accepter cet arrangement, il y aura des hommes disposés à les prendre au mot. Après tout, l’échange est mutuellement profitable pour les gens qui ont ces sortes de préférences.

53Au lieu de chercher à amener les hommes à cesser d’épouser des femmes d’intérieur, peut-être dépenserions-nous mieux nos énergies en tentant d’amener les femmes à se mettre à épouser des hommes d’intérieur.

*

54L’idée que les femmes désireuses de faire carrière devraient se mettre en quête d’hommes prêts à rester à la maison et à élever les enfants va à l’encontre de la sagesse conventionnelle. Le discours féministe usuel soutient que les femmes peuvent mener de front carrière et famille, sous réserve de trois conditions : un service de garde accessible, un horaire de travail flexible et un partenaire disposé à diviser en parts égales les responsabilités domestiques. Résultat : ces deux dernières décennies, la pression s’est généralement exercée sur les gouvernements, les sociétés privées et les hommes pour qu’ils ménagent de tels arrangements.

55S’il ne fait pas de doute que la réalisation de ces objectifs entraînerait une profonde amélioration de la qualité de vie des femmes dans notre société, certaines auteures féministes de premier plan ont commencé à se demander si ces changements suffiraient à eux seuls à garantir l’égalité des femmes. Les services de garde, par exemple, sont loin d’être le remède miracle. Rhona Mahony soutient que bien des femmes « s’illusionnent » quand elles exposent leurs plans pour concilier travail et famille. Même si elles voient d’autres femmes se laisser enchaîner à la responsabilité de première éducatrice, elles se disent : « Oh, ça ne m’arrivera pas, j’ai plein d’énergie et mon mari m’aidera. » Ou : « Ma mère jouera les gardiennes et je serai chef de bureau en un rien de temps. » Selon Mahony, « nous nous illusionnons quand nous tenons pareils discours, parce que nous éludons une arithmétique élémentaire. Il y a vingt-quatre heures dans une journée. Il y a sept jours dans une semaine. Cela signifie qu’il y a cent soixante-huit heures dans une semaine. Si grand-maman, le centre de service de garde ou la bonne d’enfants s’occupe des petits une cinquantaine d’heures par semaine, cela laisse encore cent dix-huit heures. Nos enfants ont besoin de nous pendant un nombre étonnant, impressionnant et précieux de ces cent dix-huit heures. »

56Reste toujours la possibilité d’acheter plus que les quarante à cinquante heures normales de garde. (Certains commentateurs ont même identifié un phénomène qu’ils qualifient de renaissance de la maisonnée « édouardienne » avec sa domesticité complète : bonne à tout faire, jardinier, cuisinière et, bien sûr, nounou.) Mais à partir d’un certain point, cela devient peu économique. Il est axiomatique que les éducatrices et les éducateurs en garderie, et tout comme les nounous, gagnent moins que leurs employeurs. Si ces travailleurs ne gagnaient pas moins, les parents seraient dans l’impossibilité de retenir leurs services – il serait moins coûteux de veiller soi-même sur ses enfants. En outre, comme tout le monde, les éducatrices et les éducateurs en garderie ne sont généralement intéressés à travailler que quarante heures par semaine. Un chirurgien de ma connaissance a contourné la difficulté en embauchant rien de moins que trois nounous : une « nounou de jour », une « nounou de soir » et une « nounou de week-end ». Mais employer trois personnes à plein temps seulement pour élever ses enfants frise le ridicule. On se demande à quoi rime tout cela. L’acte reproducteur en soi commence alors à prendre des allures de plus en plus narcissiques. Quoi qu’il en soit, ce modèle d’organisation domestique ne sera jamais accessible qu’au très riche.

57Si le service de garde ne constitue pas une aide suffisante, une solution patente de remplacement consiste à faire en sorte que son travail soit un peu moins exigeant. Des sociologues comme Arlie Hochschild ont toutefois émis de sérieux doutes quant à la possibilité d’améliorer, par l’horaire flexible ou le travail à mi-temps, le sort des travailleuses. Le premier livre de Hochschild, The Second Shift, contribua à attirer l’attention sur les inégalités entre hommes et femmes dans la division des tâches domestiques. Le ton général de l’ouvrage était plutôt optimiste. Dès que les hommes commenceraient à faire leur part, estimait-elle, tout le reste se mettrait en place. Son plus récent ouvrage, The Time Bind, a des accents bien plus pessimistes. Elle est manifestement troublée par l’inefficacité de plusieurs remèdes traditionnels. Si The Second Shift laisse le lecteur indigné, The Time Bind est plus susceptible de le laisser déprimé.

58 The Time Bind s’appuie sur l’étude faite par Hochschild d’une grande entreprise américaine – désignée sous le nom de « Amerco » pour préserver l’anonymat des sources de Tauteure – aspirant à créer un lieu de travail qui accommoderait mieux ses employés ayant des responsabilités parentales. La compagnie endossait clairement un rôle de chef de file en la matière et on la classait chaque année parmi les dix sociétés les plus « sympathiques à la famille » aux États-Unis. En dépit du fait qu’elle offrait à ses employés une large gamme de programmes du genre, les taux de participation étaient inexplicablement faibles. Hochschild s’employa à découvrir comment pouvaient coexister les trois phénomènes suivants : « Premièrement, les travailleurs d’Amerco déclaraient, sondage après sondage, être tendus à l’extrême. Deuxièmement, la compagnie leur proposait des politiques qui leur permettaient de réduire leurs heures. Troisièmement, presque personne ne réduisait ses heures. »

59Ce schéma n’est pas propre à Amerco. Une étude menée en 1990 sur les 188 compagnies de « Fortune 500 » montra que, lorsque ces compagnies offraient des arrangements de travail « alternatifs », les taux de participation étaient très faibles parmi les employés admissibles : de 3 % à 5 % pour le travail à mi-temps, 1 % pour le temps partagé, 10 % pour l’horaire flexible et moins de 3 % pour le travail à domicile. Chez Amerco, la participation en 1990 à chacun de ces programmes était inférieure à 1 %, à l’exception de l’horaire flexible, « une politique permettant aux travailleurs de quitter tôt le travail ou d’y entrer tard ». Ce programme, comme le signale Hochschild, « réaménage les heures passées au travail, sans en réduire le nombre ». Pour couronner le tout, Hochschild découvrit que les travailleurs parents de jeunes enfants passaient, en moyenne, plus d’heures au travail que leurs collègues sans enfants : 56 % d’entre eux travaillaient même régulièrement les week-ends.

60Après enquête, Hochschild fut rapidement à même d’écarter les explications courantes à ces faibles taux de participation. Il n’existait aucune corrélation, par exemple, entre le niveau de revenu et le taux de participation ; il était dès lors difficile de prouver que les employés choisissaient de ne pas travailler à mi-temps parce qu’ils ne pouvaient se le permettre. Hochschild découvrit aussi que les politiques n’étaient pas que « façade », mais qu’on avait consenti de bonne foi un effort pour y donner suite. Et fait peut-être plus important encore, la majorité des employés croyaient que la compagnie consentait un effort de bonne foi.

61Ce que Hochschild découvrit à la fin, c’est que la plupart des employés ne mettaient pas à profit les arrangements de travail parallèles parce qu’il n’était pas dans leur intérêt d’y recourir. C’est une chose d’opter pour le mi-temps quand votre travail consiste à empiler des cartons dans un entrepôt. Dans ce cas, vous recevez sûrement un tarif horaire pour chaque heure travaillée. Mais ce modèle « marchand » de contrat de travail est clairement inapplicable à la plupart des emplois. Dans la plupart des sociétés privées, les employés ne reçoivent pas de l’argent contre des unités discrètes de temps ; ils sont payés pour devenir membres d’une équipe. On leur verse un salaire en échange de leur coopération, de leur empressement à placer l’intérêt de la firme au-dessus de leur intérêt personnel. Une fois conclu cet échange, on s’attend des employés qu’ils se lancent dans n’importe quel projet avec toute l’énergie et tout l’enthousiasme dont ils sont capables.

62Si nous nous représentons l’emploi comme un travail d’équipe – et la société privée, comme une économie morale – il est alors facile de voir pourquoi le travail à mi-temps n’est pas une solution. Le problème du travail d’équipe est qu’il ne laisse pas place aux nuances : ou vous êtes de la bande ou vous n’en êtes pas ; ou vous êtes là pour les autres ou vous n’y êtes pas. Pour constituer un groupe cohésif, les gens ont besoin de savoir qu’ils peuvent compter les uns sur les autres dans les moments difficiles. Quand une personne choisit de travailler à mi-temps, cela n’envoie aux autres que de mauvais signaux. Cela suggère qu’elle n’est pas « réellement » dévouée à l’équipe et que, dans les moments critiques, les autres ne pourront pas compter sur elle.

63Le fait que l’avancement dans les grandes compagnies dépend souvent du degré d’engagement dont fait preuve un employé exacerbe le problème. Le rendement réel peut être difficile à évaluer, spécialement quand les gens travaillent en équipe. En outre, une fois que les gens se sont hissés jusqu’à un certain échelon dans la hiérarchie d’une société privée, l’incompétence flagrante devient de plus en plus rare. Résultat : les directeurs se mettent à se référer à des qualités plus intangibles – par exemple, le dévouement – comme guides dans l’attribution des promotions.

64Malheureusement, le degré d’engagement d’un employé n’est pas directement observable. Ce qu’on peut relever, c’est la quantité d’heures qu’un employé passe au travail. En conséquence, les directeurs considèrent souvent le temps comme un indice du degré d’engagement de l’employé et donnent de l’avancement sur la seule base de la quantité d’heures passées au travail. Si le moyen d’obtenir de l’avancement est de travailler plus d’heures que tout le monde, il en découle rapidement une course à l’abîme. Bientôt tout le monde finit par travailler de plus nombreuses heures qu’il ne le voudrait. Personne ne peut rien y changer parce que, dans cette sorte de climat, rogner sur ses heures de travail équivaut à un suicide professionnel.

65Finalement, et c’est peut-être le point le plus important, bien des gens aiment travailler. Les compagnies modernes se donnent beaucoup de mal pour s’assurer que les bons employés sont adéquatement récompensés et se sentent appréciés. À la maison, il n’y a pas de gestionnaires professionnels qui s’assurent que chacun se sent bien quand l’équipe de travail se sépare. Résultat : bien des gens – des femmes comme des hommes – se sentent beaucoup plus appréciés au boulot qu’au foyer pour le travail qu’ils font. Les gens ont aussi tendance à se faire davantage d’amis sur leur lieu de travail que dans leur quartier. Tout cela est exacerbé par la présence de jeunes enfants. Bien des gens – hommes comme femmes – ont confié à Hochschild qu’ils éprouvaient souvent, en entrant au boulot, le sentiment de « s’évader » du foyer.

66Le tableau qui émerge est quelque peu désolant. Les couples dont les deux conjoints font carrière renoncent à tous les gains d’efficience qui résultent de la division du travail domestique. Ils essaient de compenser cela en achetant des services ménagers et en récupérant du temps dans d’autres sphères de l’existence. Mais il y a des limites à ce qu’on peut accomplir de la sorte. À moins que les deux membres du couple ne fassent beaucoup d’argent, ils finiront par se laisser distancer – au travail comme à la maison. Les services de garde n’apportent qu’un allégement partiel et on n’a souvent pas la latitude de réduire ses heures de travail. Résultat ? Un manque chronique de temps. Ces couples auront du mal à rivaliser avec les couples qui adoptent une division du travail. Pareille situation pourra conduire au stress, au surmenage et, dans bien des cas, au divorce.

*

67Si les femmes veulent rivaliser avec les hommes qui ont des femmes d’intérieur, le moyen le plus facile pour elles d’y arriver sera de s’associer des hommes d’intérieur. Malheureusement, c’est beaucoup plus facilement à dire qu’à faire. Si de nombreux hommes expriment une certaine gêne à l’idée d’épouser une femme qui gagne plus qu’eux, les attitudes des femmes elles-mêmes peuvent aussi constituer un obstacle majeur. Le plus gros problème est que les femmes très fortement orientées vers la carrière tendent à vouloir un homme qui partage cette valeur. Les femmes peuvent dire qu’elles veulent un homme chaleureux, aimant et protecteur. Quant à savoir si elles choisissent de fait pareil homme – plutôt qu’un autre qui soit impudent, ambitieux et arrivé – c’est une toute autre histoire.

68Le problème plus général est que le féminisme, en dépit de ses protestations du contraire, a eu pour effet de dévaluer le rôle de femme d’intérieur. Les jeunes femmes de carrière pensent souvent que devenir femme d’intérieur est signe d’échec. Difficile de ne pas projeter sur les hommes les mêmes attitudes. Quiconque pense que les femmes d’intérieur sont des perdantes est probablement encore plus susceptible de penser que les hommes d’intérieur le sont aussi. Avec le résultat que ce genre de personne n’est guère susceptible de respecter un homme qui a pour objectif de rester à la maison pour élever les enfants.

69Les femmes de carrière ont peu d’incitations à épouser un homme pour son argent. Mais parce qu’elles tendent à valoriser la réussite professionnelle, les qualités qu’elles recherchent chez un homme tendent aussi à être des qualités récompensées sur le marché du travail. Résultat : plusieurs femmes de carrière finissent par épouser un homme qui gagne plus qu’elles, même si elles n’en avaient pas l’intention.

70L’unique solution à ce problème semblerait être que les femmes commencent à valoriser d’autres qualités chez les hommes. Il n’est malheureusement pas évident qu’un simple renversement de l’échange traditionnel beauté-richesse réussirait aux femmes. Certains ont cherché de l’inspiration dans l’analyse des modèles de mariage chez les Afro-américains. Des études ont montré que les femmes noires jugent bien plus importante l’apparence physique de leur partenaire que ne l’estiment la plupart des autres Américaines. Beaucoup pensent que cela est économiquement inféré. Alors que les Noirs détenteurs d’un diplôme de premier cycle gagnent aux États-Unis, en moyenne, substantiellement moins que les Blancs dans le même cas, les Noires détentrices d’un diplôme de premier cycle gagnent approximativement le même salaire que les Blanches dans le même cas. Conséquemment, au sein des couples noirs, la femme est plus susceptible de rapporter de l’argent et d’incarner le potentiel financier du ménage. Les hommes noirs ont en moyenne moins à offrir sous le rapport de la sécurité financière. Ce qui aurait généré un soi-disant renversement des rôles et provoqué le développement d’un culte de la beauté physique chez les hommes noirs.

71Que cela soit vrai, ou faux, et que l’on puisse généraliser le modèle est affaire d’opinion. Je ne suis pas spécialement optimiste. Pour l’heure, il me semble que la vaste majorité des hommes se soucient bien davantage que les femmes de l’apparence physique de leur partenaire. Conséquemment, il n’est pas évident que les femmes aient tellement à gagner, sur le plan personnel, d’un renversement de l’échange beauté-richesse. Est-il possible de changer cela ? La question reste pendante.

72S’il y a quelque espoir à l’horizon, je pense qu’il pourrait venir d’une plus grande propension des femmes à épouser des hommes « créatifs ». L’un des plus grands attraits des poètes, des sculpteurs, des écrivains, des peintres et peut-être même des philosophes est que, si leurs occupations confèrent un énorme prestige culturel, elles n’ont presque aucune valeur marchande. En outre, leurs emplois du temps tendent à être extrêmement flexibles. Ce qui en fait des candidats au mariage fort alléchants pour les femmes qui aspirent à une carrière. Leur manque de potentiel comme pourvoyeurs les désigne à l’évidence comme premiers éducateurs. Et grâce au prestige associé à l’art et à la culture, les femmes qui s’assortissent avec de tels hommes ne subiront aucune perte de prestige. Je le concède, il n’y a pas assez d’hommes de ce genre pour satisfaire à la demande, mais cela pourrait changer si le niveau général de prospérité continue d’augmenter comme par le passé.

73Les hommes sont peut-être en train de saisir cela, eux aussi. L’un des personnages les plus mémorables de Man Descending de Guy Vanderhaeghe est cet homme qui admet : « Après avoir été au chômage pendant douze mois complets, j’ai dû m’inventer une occupation plausible. Les gens me demandaient toujours ce que je faisais. Je ne faisais rien. J’étais simplement au chômage... Un jour, en réponse à l’inévitable question sur ce que je faisais, j’ai répondu que j’étais écrivain. Ça m’est venu spontanément à l’esprit. Et les questions embarrassantes ont cessé. »

74Les artistes deviendront peut-être dans l’avenir des époux trophées.

*

75Bien des gens sont perturbés par les changements survenus dans la famille. Le foyer ressemble de plus en plus au lieu de travail : des parents chroniquement à court de temps dirigent une petite armée de sous-traitants et tentent de se réserver des « moments de qualité », en fin de soirée. À la longue, les parents se sentent coupables et les enfants – eh bien, qui sait ce qui arrive aux enfants. Cela dépend à qui vous le demandez.

76Dans ce climat d’inquiétude s’est manifestée une tendance à blâmer notre attachement à l’efficience pour la situation qui s’est développée. Hochschild, par exemple, établit une comparaison entre les parents modernes et les experts du « temps et du mouvement » (time-and-motion) du début du XXe siècle, laissant entendre que les parents cherchent à obtenir plus de rendement de leurs enfants comme le ferait un directeur d’usine. Elle avance que nous vivons à l’ère de la « famille taylorisée ».

77L’ennui avec cette charge est qu’elle confond les symptômes avec la cause. Le problème central de la famille moderne découle du rejet de la division du travail et de la perte d’efficience que cela entraîne. Toutes les autres actions qu’entreprennent les parents – les stratégies organisationnelles « tayloriennes » – constituent simplement des efforts pour compenser cette perte. On confond la source du problème avec les efforts pour le régler.

78Bien entendu, il n’est gravé nulle part dans la pierre que les parents doivent compenser cette perte d’efficience. Si les gens avaient pour seuls objectifs de nourrir leur famille et de lui garantir un toit, cela pourrait se faire en un laps de temps relativement court. Mais ce n’est généralement pas tout ce que veulent les gens. Ils cherchent plutôt à maximiser le revenu du ménage ou sa consommation. Une fois qu’ils ont fait ce choix, l’efficience devient un souci majeur dans l’organisation du foyer et commence à créer une pression pour que soit réintroduite la division traditionnelle du travail.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search