Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Troisième partie. Les défis

9. Inégalité

Texte intégral

1Saint Matthieu ne manque pas de bons mots. Mon préféré ? Son principe de justice quelque peu odieux : « Car à tout homme qui a, l’on donnera et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré. Quant à ce serviteur bon à rien, jetez-le dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents. » Ce passage se trouve dans ce qu’on appelle la « parabole des talents ». Jésus semble y avaliser plusieurs principes moraux très contestables. Il est difficile d’imaginer le fils de Dieu disant le plus sérieusement du monde : « Il te fallait donc placer mon argent chez les banquiers : à mon retour, j’aurais recouvré mon bien avec un intérêt. » Mais selon Matthieu, c’est ce qui se serait passé.

2Quoi qu’il en soit, bien des gens ont le sentiment que nous vivons dans une société gouvernée par la « justice selon saint Matthieu » : le riche devient plus riche, le pauvre devient plus pauvre. Et il y a des tas de gens que cette idée gêne plus qu’elle ne gênait Matthieu.

3Cette inégalité semble en grande partie résulter directement de notre attachement à l’efficience. Suivant la sagesse populaire, le meilleur moyen de créer la richesse est de mettre les ressources entre les mains de ceux qui réussissent justement le mieux à la créer. L’un des moyens les plus sûrs de déterminer qui réussit le mieux à créer de la richesse consiste à examiner les antécédents de chacun. Avec le résultat que les ressources auront tendance à aller massivement à ceux qui sont déjà dans l’opulence (d’où le vieux cercle vicieux de l’emprunt : le meilleur moyen d’obtenir un prêt est de convaincre le directeur de sa banque qu’on n’en a pas besoin).

4Ce qui soulève des doutes sérieux quant à la viabilité à long terme de notre société et de notre système économique. Si on ne peut concrétiser le développement économique qu’en accroissant le niveau d’inégalité, il semble inévitable que les démunis finiront par se sentir frustrés. On atteindra nécessairement un point où l’écart entre le riche et le pauvre deviendra si grand que le pauvre perdra carrément tout intérêt pour l’ordre économique existant et exigera une redistribution.

5Si cela se vérifie, l’extrême emphase que met présentement notre société sur l'efficience n’est donc au mieux qu’une étape. Un jour ou l’autre, il faudra mettre l’emphase sur d’autres valeurs, comme l’égalité, parce que l’efficience échoue à générer à elle seule un ordre social durable.

6Mais notre prémisse fondamentale est-elle exacte ? Les accroissements d’efficience doivent-ils nécessairement avoir pour corollaires des niveaux accrus d’inégalité ?

*

7On entend beaucoup parler de « difficile compromis » entre inégalité et efficience. Suivant la formulation la plus grossière de cette réalité, il faudrait choisir entre le capitalisme du libre marché, très efficient mais source d’effroyables inégalités, et le socialisme bureaucratique qui promeut l’égalité au prix toutefois d’une efficience caricaturale. On perçoit souvent l’État-providence moderne comme une pondération timide entre ces deux options. Le marché engendre la richesse, puis l’État intervient et assure une certaine redistribution. Cette intervention de l’État impose soi-disant des pertes d’efficience à l’économie, mais rend aussi moins désagréables les conséquences de la distribution.

8La gauche et la droite au Canada partagent pour l’essentiel cette représentation des faits. Les principales différences d’opinion se fixent autour de l’importance du compromis que sont prêts à accepter les gens. La gauche est disposée à tolérer beaucoup d’inefficience en retour d’une égalité accrue et, par conséquent, veut l’élargissement du rôle de l’État. La droite accuse la gauche de tuer la poule aux œufs d’or et réclame en conséquence la déréglementation de l’économie et le repli de l’État-providence.

9Le problème de ces deux visions est que leur postulat sous-jacent est totalement erroné. Loin de ralentir l’économie, l’État contribue énormément à son efficience. Et cela non seulement indirectement, en fournissant le contexte nécessaire à une économie de marché florissante, mais aussi directement, comme nous l’avons vu, en fournissant des biens et services que le secteur privé ne rend pas disponibles. L’État pond autant d’œufs d’or que le marché.

10Cela est d’une grande portée, parce que chaque fois que l’État s’engage directement dans la fourniture de biens aux citoyens – comme la fourniture de produits d’assurance que les marchés privés négligent d’offrir – il n’y a nul motif particulier de penser qu’il leur faille se résigner à un compromis entre égalité et efficience.

11En fait, dans l’atmosphère raréfiée des économies mathématiques, il est très normal de présumer que l’efficience et l’égalité sont complètement indépendantes l’une de l’autre et qu’absolument aucune raison n’empêche de jouir des deux. L’un des théorèmes les plus célébrés dans l’économie du bien-être montre qu’il n’y a pas de compromis nécessaire entre égalité et efficience. En outre, il n’y a aucune raison en principe pour qu’une économie de marché ne puisse engendrer une division parfaitement égale de la richesse.

12Comme tant de découvertes des économistes, cela va bien sûr à l’encontre de ce que nous dit le sens commun. Il vaut donc la peine de regarder d’un peu plus près les postulats sous-jacents de ce théorème.

13Première observation : le concept d’efficience ne fait peser aucune contrainte sur le niveau d’inégalité. En d’autres mots, une division scandaleusement inégale de la richesse peut être tout aussi efficiente qu’une division scrupuleusement égale de la richesse.

14Pour en comprendre la raison, considérez ce qui suit. Supposons que le Parlement canadien adopte une nouvelle loi spécifiant qu’à partir de ce jour toute propriété dans le pays appartiendra à une seule personne. Disons que je suis cette personne. Le lendemain, à notre réveil, très peu de choses ont changé, sauf que je suis maintenant fabuleusement riche et que tout le monde est radicalement pauvre. Naturellement, cela est merveilleux pour moi et triste pour tout le monde. Mais cette répartition est-elle inefficiente ? Non. En fait, elle est parfaitement efficiente.

15Pour démontrer que le fait que je possède tout est inefficient, il vous faudrait trouver une autre forme de répartition qui rende une personne plus heureuse sans que nulle autre n’en soit malheureuse. Mais comme je possède tout, n’importe quelle proposition de répartition différente de la richesse exigera obligatoirement que vous m’enleviez quelque chose pour le donner à un autre. Et cela me rendra malheureux. Il n’y a donc aucune manière dont vous puissiez accroître l’efficience de cet arrangement.

16Le fait que je sois celui qui a tout n’a pas la moindre pertinence quant à l’efficience de l’arrangement. Tout aurait pu aussi bien revenir à une autre personne, auquel cas n’importe quelle proposition de redistribution aurait rendu malheureuse cette personne et n’aurait donc pas été efficiente. Il faut donc en conclure que le principe d’efficience est – en soi – compatible avec des répartitions de la richesse complètement arbitraires. Si nous prenions le tout et le divisions de façon que chacun reçoive une part exactement identique, le résultat serait aussi complètement efficient : pour rendre une personne plus heureuse, il faudrait enlever quelque chose à une autre. L’efficience est donc compatible à la fois avec la parfaite égalité et l’inégalité scandaleuse.

17L’exemple employé pour illustrer cette thèse peut ne pas sembler plausible, mais c’est précisément ce qui est en cause. Il est très important de reconnaître que l’efficience – au sens strict – n’exclut pas cette sorte de scénarios insensés. Comme on dit en philosophie, il s’agit d’une faible contrainte normative. Parce qu’elle ne tient absolument aucun compte des questions de répartition, l’efficience ne pourra jamais être l’unique critère employé pour décider de la manière dont nous devrions organiser nos institutions.

18Il faut aussi noter que les exemples donnés n’illustrent que des répartitions statiques. On n’a rien dit de la façon dont, au fil du temps, ces répartitions toucheraient la production et, de là, l’efficience. L’addition de ces autres variables compliquerait bien davantage le tableau. En résumé, vouloir une société à la fois efficiente et égale ne se compare en rien à réclamer le beurre et l’argent du beurre. Il n’y a pas apriori conflit entre les deux principes ; il s’agit de problèmes purement pragmatiques.

19Dire que ces problèmes sont pragmatiques n’est en rien les minimiser. De fait, les problèmes pragmatiques peuvent être de très gros problèmes. Et il existe effectivement de fort bonnes raisons d’être très déprimés par les niveaux d’égalité auxquels nous pouvons concrètement espérer parvenir. Encore une fois, cela est attribuable à la perversité de la nature humaine, non à quelques problèmes liés à l’idéal d’efficience.

*

20Né en 1941, à Montréal, où sa mère était membre de la direction du Parti communiste du Canada, Jerry Cohen fut l’un des plus influents spécialistes du marxisme au XXe siècle. Il a, pourrait-on dire, été nourri au sein communiste. Très tôt, il reçut une éducation intensément politique. En 1949, à l’âge tendre de 8 ans, il rentrait de l’école avec un « A » en « Histoire de la lutte des classes ».

21De nos jours, Cohen n’est plus moralement parlant marxiste. Ce changement d’opinion a été l’aboutissement d’un très long processus. Ni les révélations sur Kroutchev, ni les charniers du Cambodge, ni la chute du mur de Berlin n’ont cependant été l’événement qui a le plus ébranlé sa foi dans le marxisme. Non, ce qui a ébranlé la foi de Cohen dans le marxisme, ç’a été l’« argument de Wilt Chamberlain ».

22Cela s’est d’abord présenté comme une simple rumeur, à la fin des années 1960. On rapportait qu’un jeune diplômé de Harvard, Robert Nozick, avait trouvé la réfutation finale du marxisme. Personne n’en avait lu le texte exact, mais des résumés informels se répandaient rapidement de bouche à oreille dans l’institution. Quand Nozick publia enfin son texte, en 1974, les universitaires de gauche dans tout le monde occidental se mirent en « mode de contrôle optimal des dommages ». Mais on ne put y opposer grand-chose. L’argument de Wilt Chamberlain s’avéra irréfutable.

23Quel est cet argument ? Comment a-t-il pu avoir un effet si puissant ? Et quel rapport existe-t-il entre le marxisme et Wilt Chamberlain ?

24Nozick nous demande de considérer le scénario suivant. Imaginez une société où on a éliminé la pauvreté et la richesse extrêmes. Tous mènent une confortable existence petite-bourgeoise et jouissent approximativement de la même quantité de richesses. Supposons que, dans cette société, bien des gens aiment regarder le basket-ball et que, conséquemment, les habiletés des joueurs de basket aussi talentueux que Wilt Chamberlain sont très en demande. Supposons maintenant que Wilt conclue le marché suivant : il n’accepte de jouer que si on impose un supplément de 25 cents sur le prix du billet pour les matches disputés à domicile et si ces revenus additionnels lui reviennent directement et en totalité.

25Et voici la pointe : « À supposer qu’un million de personnes assistent par saison aux matches disputés à domicile, Wilt Chamberlain encaissera 250 000 $ – une somme bien supérieure au revenu moyen, voire bien supérieure à ce que possède n’importe qui d’autre. A-t-il droit à ce revenu ? Cette nouvelle répartition est-elle injuste ? »

26Rappelez-vous que cela a été écrit dans les années 1970, une époque où il paraissait fort scandaleux que le salaire d’un athlète s’élève à 250 000 $. (Nous pourrions moderniser l’exemple en évoquant Michael Jordan qui empocha 33 millions de dollars pour sa dernière saison avec les Bulls.) Le fait est que le salaire de Chamberlain désorganisait complètement la division jusque-là égale de la richesse. Il y avait dès lors une personne beaucoup plus riche que toutes les autres.

27Mais il serait très difficile de reprocher quoi ce soit à cette nouvelle répartition. Tous les partisans assistant à un match de Chamberlain renonçaient volontairement à 25 cents pour voir jouer Wilt. Pour eux, c’était une bonne affaire. Ils étaient disposés à payer un peu plus pour admirer un magnifique athlète. Comme tous les échanges, celui-ci générait un gain d’efficience. Les spectateurs étaient plus heureux, Chamberlain était plus heureux. Alors qu’y avait-il là de répréhensible ? Ou plus spécifiquement : quel mal y avait-il à laisser se réaliser cet échange ?

28Nous voyons là à l’œuvre, dans sa forme la plus crue, une tension entre efficience et égalité. L’arrangement de Chamberlain menait certes à une violation du principe d’égalité ; mais, dans les faits, le procédé ne causait de tort à personne. Tout le monde ne s’en trouvait que mieux ; la différence est simplement que chacun des spectateurs s’en portait un tout petit peu mieux alors que Chamberlain, comme individu, s’en portait considérablement mieux. Malgré cela, tout le monde était plus heureux. Par conséquent, pour maintenir une division égale de la richesse, il faudrait empêcher les gens de conclure même des échanges mutuellement avantageux. Ou, comme l’énonce Nozick : « La société devrait alors interdire les rapports capitalistes entre adultes consentants. »

29La thèse de Nozick suscita une énorme controverse que, pour l’essentiel, il ne vaut pas la peine d’exposer. Les marxistes étaient particulièrement vulnérables, parce qu’un des postulats centraux de Marx est que les travailleurs ont pleinement droit au produit de leur travail (le capitalisme exploite les travailleurs en prélevant une portion de ce produit sous forme de profit). Suivant ce postulat, Chamberlain avait donc pleinement droit au produit de son travail et conséquemment droit à tous les gains qu’il pouvait en tirer.

30Dans une tentative de riposte à la thèse de Nozick, certains ont affirmé que Chamberlain était bien chanceux d’être né avec toutes les habiletés idéales pour jouer au basket-ball et n’était donc pas vraiment en droit d’exiger un supplément pour ses prouesses. Mais cela n’est pas très éclairant. Qu’il ait eu ou non de la veine (et, comme nous l’avons appris dans sa biographie, il n’en a pas manqué, même en amour), reste que Chamberlain devait encore choisir de jouer. Si l’arrangement qui prévoyait un supplément sur le billet n’avait pas été mis en application et si Chamberlain avait en conséquence refusé de jouer, tout le monde y aurait perdu. Les spectateurs auraient été malheureux, Chamberlain aurait été malheureux. Ç'aurait été une victoire à la Pyrrhus pour les champions de l’égalité.

31Une seule autre option serait restée : que la société force Chamberlain à jouer. Bien des gens auraient jugé inacceptable pareille coercition. Aussi longtemps que nous sommes attachés à l’idée fondamentale de toute société démocratique – que les gens doivent pouvoir faire tout ce qu’ils aiment dans la mesure où ils ne font de tort à personne d’autre – il est très difficile de prohiber des échanges comme celui conclu entre Chamberlain et ses admirateurs. Et aussi longtemps que nous refuserons de prohiber de tels échanges, il n’y a pas grand-chose que nous pourrons tenter pour empêcher des divisions extrêmement inégales de la richesse.

32Comme société, nous donnons souvent préséance à l’efficience sur l’équité ou l’égalité. Ce que montre l’argument de Wilt Chamberlain, c’est que nos raisons d’agir ainsi ne sont pas toujours mauvaises. Nous ne sommes pas uniquement des égoïstes immatures. De sérieuses considérations morales font effectivement pencher la balance du côté de l’efficience.

*

33Dans les années 1970, il existait un jeu de stratégie que mon frère et moi adorions et qui s’appelait « Land Grab ». Ce jeu se composait seulement d’une carte géographique divisée en lots vacants. Dans les premières manches, les joueurs pouvaient acheter tout terrain sans propriétaire pour une somme relativement minime. À mesure que progressait la partie, on pouvait construire des ensembles immobiliers sur son terrain ou même vendre aux enchères une partie de son portefeuille à d’autres joueurs. L’objectif était d’employer les revenus de ses propriétés à l’achat de terrain adjacent, à la construction de plus gros ensembles immobiliers, etc.

34Le jeu était amusant. Imaginez maintenant comment vous vous débrouilleriez si vous vous joigniez à la partie après la prise de possession initiale des terrains. Même si vous entamiez la partie avec un peu d’argent, vous n’auriez pas une chance égale. Les gens qui auraient mis la main sur le butin, au cours de la manche initiale de répartition, auraient une longueur d’avance ; les derniers arrivés ne seraient jamais en mesure de les rattraper. Le jeu ne serait plus amusant.

35C’est exactement à quoi ressemble la vie, dans notre société, pour la vaste majorité des gens. En ce pays, la « prise de possession du territoire » s’est conclue il y a plus de cent ans. Certains ont pu s’en approprier une partie, d’autres non. Ceux qui y sont arrivés, de même que tous leurs héritiers, ont une longueur d’avance dans la vie. Ceux qui en ont été empêchés, et tous leurs héritiers, sont désavantagés dès le départ dans la vie. Ils peuvent toujours vendre leurs services et ainsi ne pas être entièrement tenus à l’écart. Mais ils sont désavantagés.

36Qu’est-ce qui peut justifier cet état de fait ? Je suis enclin à répondre que rien ne le peut. C’est carrément injuste. Le problème est qu’il est très difficile d’y changer quoi que ce soit, parce qu’il est difficile de redistribuer la richesse sans engendrer des inefficiences – des inefficiences parfois tellement graves que nous nous portons tous mieux si nous laissons subsister les inégalités.

37Cela ne signifie pas qu’on doive rester les bras croisés. Mais que, quand on essaie d’atteindre des objectifs particuliers de répartition, il faut se montrer extrêmement circonspect quant au mécanisme qu’on choisit d’utiliser. Par exemple, l’un des moyens les plus évidents d’« égaliser les conditions » et de donner à chacun une honnête chance dans la vie consiste à imposer des restrictions sur le patrimoine. Les impôts de succession sont un moyen populaire d’y réussir.

38Malheureusement, les restrictions sur le patrimoine peuvent avoir toutes sortes de conséquences perverses. Pour leur donner du mordant, il est nécessaire d’imposer d’importantes limites aux dons. Sans de telles restrictions, il n’y a aucun moyen d’empêcher les gens de donner simplement tout ce qu’ils possèdent à leurs enfants, quelque temps avant de mourir. Mais, ce faisant, on prohibe aussi des tas de dons parfaitement innocents. En outre, cela encourage nettement les gens à transférer leur richesse par des voies qui ne peuvent être imposées – par exemple, en inscrivant leurs enfants dans des écoles privées très coûteuses.

39Même quand il est possible de les percevoir, les impôts de ce genre génèrent d’étranges incitations. Assurer l’avenir de leurs enfants est l’un des principaux motifs pour lesquels les gens économisent de l’argent. Mais les épargnes génèrent aussi des bénéfices pour la société dans son ensemble. Si nous consommions toujours tout ce que nous produisons, l’économie ne croîtrait jamais parce que nous ne mettrions jamais rien de côté pour engager des capitaux (par exemple dans l’amélioration de l’outillage d’une usine). C’est seulement parce que certaines personnes économisent que des sommes sont disponibles à ces fins. Voilà pourquoi nous tenons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour encourager une épargne raisonnable. Les limites imposées au patrimoine éliminent malheureusement une des plus importantes incitations à l’épargne. En empêchant les gens de transmettre des bénéfices à leurs enfants, nous les décourageons aussi de transmettre des bénéfices aux générations futures en général.

40Quand vient le moment décisif, les gens se montrent très attachés à leur argent, peu importe qu’ils aient ou non beaucoup travaillé pour le mériter. La redistribution exige de retirer de l’argent à certaines personnes pour le donner à d’autres. Les gens qui perdent à la redistribution dépenseront bien évidemment beaucoup de temps et d’énergie à tenter d’éviter ces pertes. Toute cette agitation est vaine.

41Compte tenu des problèmes associés à une franche redistribution, on a souvent la tentation de poursuivre plus indirectement des objectifs de redistribution en tripatouillant les prix. Quand des gens sont sans abri, par exemple, c’est généralement parce qu’ils ne peuvent pas se payer un logement On peut considérer cette réalité sous l’un des deux angles suivants : ou leur revenu est trop faible ou le prix du logement est trop élevé. Il est possible de remédier à ce problème urgent soit en augmentant leur revenu soit en réduisant le prix du logement. Malheureusement, pour mettre en œuvre des mesures de soutien au revenu, le gouvernement doit de fait lever des fonds. Par ailleurs, un décret administratif peut imposer la réglementation des prix et le coût de cette mesure n’apparaîtra pas alors dans la comptabilité gouvernementale. Il sera entièrement externalisé. Résultat : dans la résolution des questions relatives au logement, la protection des locataires est généralement la voie qui soulève le moins de résistances.

42Le problème de la protection des locataires est qu’elle génère toutes sortes de conséquences perverses. L’objection classique veut que, lorsque l’on maintient bas le prix du logement, cela envoie aux fournisseurs le signal qu’il y a « bien trop » de logements. Les promoteurs immobiliers qui doivent choisir entre investir dans des immeubles d’habitation au cœur de la ville ou dans des lotissements pavillonnaires en banlieue optent tous pour les seconds. Semblablement, les propriétaires choisissent de ne pas investir dans l’entretien ou l’amélioration de leurs immeubles parce qu’ils ne pourront récupérer leur investissement. Résultat ? Tant la quantité que la qualité des habitations en location sont à la baisse.

43Il y a bien entendu divers moyens de contourner ces problèmes et la plupart des politiques de protection des locataires comportent des incitations spéciales destinées à les atténuer. Reste toutefois un problème inévitable. L’objectif fondamental de toute politique de protection des locataires est de ramener les prix sous les niveaux marchands pour rendre le logement plus abordable. Le hic, c’est que la baisse des prix rend le logement plus abordable pour tous, pas seulement pour les pauvres. Avec le résultat que plus de gens, de toutes les tranches de revenus et pas seulement des plus basses, se précipitent sur le marché de l’habitation en location. Ceux qui pourraient se permettre aisément d’acheter une maison continuent de vivre à loyer parce que c’est meilleur marché. Et si un propriétaire doit choisir entre louer à un jeune professionnel ou à un assisté social, il choisit invariablement le jeune professionnel. De la sorte, les pauvres sont tout autant qu’auparavant susceptibles d’être évincés du marché locatif.

44Cette dynamique est nettement manifeste à Montréal où la politique de protection des locataires (dite de « contrôle des prix du logement » et mise en application par la Régie du logement) rend souvent plus attrayante la location que la propriété. Le scénario le plus aberrant se joue à New York où les appartements soumis à une forme de protection des locataires on pratiquement disparu du marché. On fait état de riches du monde entier qui gardent inoccupés des appartements du genre à New York pour y habiter seulement lorsqu’ils sont de passage, parce qu’il est souvent plus économique de louer un appartement à l’année que de loger à l’hôtel pendant une semaine. Par conséquent, la protection des locataires à New York n’est pas seulement inefficiente – elle est cause de l’inoccupation d’habitations dont on a désespérément besoin – et elle a manifestement exacerbé la crise du logement.

45La morale de l’histoire, c’est qu’exercer des pressions à la baisse sur les prix est un moyen hasardeux de poursuivre une politique sociale. Quand le marché sous-jacent est raisonnablement concurrentiel, une intervention de ce genre n’occasionne pas seulement des pertes d’efficience, elle peut même échouer à atteindre les objectifs de répartition qui ont donné naissance à la motivation initiale d’intervention.

*

46Face à ces problèmes, on peut être tenté de baisser les bras et d’accepter l’inégalité comme le prix à payer pour la prospérité. Le meilleure façon de parvenir à l’efficience est de laisser les gens libres de gérer leurs affaires. Cette liberté inclut la liberté d’acheter et de vendre sur les marchés privés. Aussi longtemps que diffèrent les ressources ou dotations initiales – qu’il s’agisse de ressources naturelles comme le talent ou de ressources artificielles comme la propriété – les échanges privés généreront de l’inégalité. Et le marché résistera obstinément à toute tentative de corriger cette inégalité. D’où le « difficile compromis » : on peut avoir l’égalité ou avoir l’efficience – pas les deux.

47Mais les choses ne sont pas aussi simples. Si la poursuite empressée de l’égalité génère des inefficiences, de trop nombreuses inégalités peuvent aussi générer des inefficiences. Dans un marché idéal, cela ne se produirait pas. Dans la réalité, toutefois, les inégalités extrêmes dans la division de la richesse peuvent exacerber la défaillance du marché et engendrer par conséquent des inefficiences dans l’économie.

48Examinons le simple cas d’une entreprise qui cherche à décider si elle installera ou non des filtres antipollution dans ses cheminées. Installer des filtres coûte de l’argent et diminue conséquemment les profits de la firme. Mais ne pas installer de filtres génère aussi un coût. Ce coût n’est toutefois pas à la charge de l’entreprise. Il prend la forme de pollution de l’air – une externalité négative, ou un « mal public ». La firme installera-t-elle les filtres ?

49Pour résoudre cette question il faut, en fait, un peu plus d’informations. En simplifiant quelque peu, disons que la firme installera des filtres si ses propriétaires considèrent dans leur intérêt de le faire. Comme citoyens, ils souffrent autant que tous les autres du mal public généré par la firme. Nous respirons tous le même air. Mais comme propriétaires, ils visent à obtenir un accroissement de la rentabilité de la firme. Pour décider de ce qu’ils feront, ils doivent décider de ce qu’ils préfèrent : des profits accrus ou de l’air pur.

50C’est ici qu’entre en jeu l’inégalité. Supposons que la propriété de la firme soit extrêmement diffuse, qu’elle relève de milliers de petits actionnaires. Cela signifie que la valeur monétaire de l’accroissement des profits encaissés par chaque actionnaire sera très minime. Elle pourra être si minime que la valeur négative du mal public généré par la firme pèsera davantage. En pareil cas, les propriétaires estimeront qu’il est dans leur intérêt d’installer des filtres. Par ailleurs, si la propriété est extrêmement concentrée, les bénéfices découlant de la rentabilité accrue pèseront alors facilement plus lourd que la valeur négative du mal public. Et on n’installera donc pas les filtres.

51Incidemment, c’est pourquoi les petits investisseurs sont plus susceptibles que les gens riches d’investir dans des fonds communs de placement « éthiques ». Les chroniqueurs de la finance expriment souvent de l’horreur à l’idée que ces fonds puissent rapporter deux ou trois point de moins, en pourcentage, que leurs concurrents (comme si nulle personne sensée choisirait jamais de gagner moins quand elle peut gagner davantage). Ils omettent généralement d’observer que la valeur de ces pourcentages dépend de la somme investie. Pour un petit investisseur, cela peut se traduire par une perte annuelle d’environ cent dollars. Des tas de gens sont prêts à sacrifier une centaine de dollars pour préserver leur intégrité morale (sans parler de l’environnement). Mais pour un gros investisseur, la perte annuelle pourrait être beaucoup plus considérable. L’intégrité morale peut dès lors devenir trop onéreuse.

52Le problème de l’inégalité sociale est, par conséquent, qu’elle engendre une classe de gens qui s’emploient à profiter de la production de maux publics. La dégradation de l’environnement, la production de biens dommageables (comme la cigarette), l’érosion des normes de santé et de sécurité, de plus longues heures de travail – toutes ces pratiques occasionnent des pertes de bien-être pour la société dans son ensemble, mais accroissent la rentabilité de certaines firmes en particulier. Quand la classe possédante est peu nombreuse, le revenu que ses membres retirent d’une rentabilité accrue pèse plus que les pertes directes de bien-être que leur infligent ces pratiques. Non seulement cela conduit-il les entreprises à générer de hauts taux de « maux publics rentables », mais cela crée une classe de personnes qui résistent activement à toute intervention gouvernementale visant l’élimination de ces maux.

53C’est pourquoi le lobby des affaires s’oppose toujours aux réglementations gouvernementales, même quand ces réglementations promeuvent indéniablement l’efficience. Tant l’industrie automobile que l’industrie pétrolière, par exemple, se sont opposées à l’introduction de l’essence sans plomb. Mais pourquoi s’y sont-elles opposées ? Si le gouvernement avait dit à une seule société pétrolière qu’elle ne pouvait désormais produire que de l’essence sans plomb, cela aurait manifestement placé cette compagnie dans une position concurrentielle désavantageuse. La même chose se serait vérifiée si un seul fabricant automobile avait été forcé d’installer des pots catalytiques. Mais puisque toutes les compagnies étaient forcées d’obtempérer, qu’avaient-elles à redouter ? L’accroissement des coûts serait alors refilé au consommateur et les compagnies ne seraient pas touchées.

54Dans un marché convenablement structuré, les firmes devraient donc être indifférentes à la réglementation environnementale. Le problème tient à ce que, souvent, les marchés ne sont pas convenablement structurés. Aussi longtemps que les sociétés pétrolières produisaient de l’essence additionnée de plomb, elles ne défrayaient pas le coût réel que la fabrication de leur produit imposait à la société. Cela à cause de l’externalité négative : les émissions de plomb dans l’air. Résultat ? La société consommait beaucoup « trop » d’essence. L’élimination de cette externalité devait conséquemment réduire la demande totale d’essence et accroître la demande pour d’autres sources de carburant. Voilà qui explique l’opposition des sociétés pétrolières et des raffineurs de pétrole. Ils profitaient de ce mal public. Par conséquent, l’opposition du monde des affaires à une réglementation est souvent un signe que cette réglementation est une bonne idée susceptible d’améliorer l’efficience globale de l’économie.

55Conclusion plus générale ? La concentration de la propriété a beaucoup à voir avec le comportement des firmes. Quand un petit groupe de gens possèdent la plus grande partie des ressources, cela leur donne une incitation à externaliser leurs coûts – à subvertir le mécanisme du marché – chaque fois que c’est possible. Dans une société où la propriété est plus largement répartie, les firmes sont moins susceptibles de se comporter de façon aussi exécrable.

*

56Nous nous trouvons finalement dans une sorte d’impasse. Il est très difficile de promouvoir l’égalité sans faire de sérieux compromis sur d’autres plans. Mais nous ne pouvons non plus accepter tout bonnement les inégalités extrêmes que le marché peut générer. La concentration de la richesse entre les mains de quelques-uns peut engendrer ses propres inefficiences. Aussi, avons-nous le sentiment d’être condamnés si nous promouvons l’égalité et de l’être également si nous n’en faisons rien.

57Résultat : tout plan que nous élaborerons nécessitera quelques compensations. Dans le monde entier, des gens ont fait l’expérience de différents moyens de contrôler l’inégalité avec plus ou moins de succès. De tous ces efforts, l’impôt progressif est la solution la plus populaire à avoir émergé. Bien que l’impôt sur le revenu soulève encore la controverse dans certains cercles, tout pays industrialisé y recourt comme moyen de redresser l’inégalité sociale.

58L’idée de base est simple. Les marchés ne fournissent pas certains biens en raison de problèmes insurmontables d’opportunisme. Les entreprises privées n’ont tout simplement pas le pouvoir de forcer ceux qui en profitent de payer pour ces avantages. Le gouvernement intervient alors ; il procure ces bénéfices à tous et force chacun, par le truchement de quelque forme de taxe, à payer pour les consommer. Aussi longtemps que le gouvernement perçoit des taxes, pourquoi ne s’en servirait-il pas pour apporter des correctifs à la répartition de la richesse ? Et s’assurer ainsi que le riche contribue un peu plus que le pauvre. De cette façon, on ferait d’une pierre deux coups.

59Cette solution exerce un attrait universel. En dépit d’une apparence de controverse, il existe en fait un large consensus quant à l’utilisation de l’impôt sur le revenu pour redistribuer la richesse. Les partis politiques de gauche et du centre tendent à favoriser l’impôt progressif – où le taux marginal d’imposition augmente à mesure qu’augmentent les revenus – alors que l’extrême droite favorise souvent l'impôt de quotité – où chacun est soumis au même taux d’imposition, peu importent ses revenus. On observe rarement que ces structures d’imposition sont toutes deux des outils de redistribution. L’impôt progressif assure simplement une meilleure redistribution que l’impôt de quotité.

60À sa naissance, chaque citoyen canadien accède à un panier de biens publics. Le Canadien moyen obtient gratuitement accès, pendant sa vie, à de l’instruction évaluée à 120 000 $, à des soins de santé évalués à 125 000 $, à des services policiers et juridiques évalués à plus de 65 000 $ et à des réseaux de transport et de communication évalués à 40 000 $. Il ne s’agit là que des biens les plus chers. Naturellement, quelqu’un devra bien payer pour tout cela. Mais si chaque Canadien reçoit grosso modo le même panier de biens (quoique tout le monde ne mette pas à profit toutes les occasions qui se présentent), tout le monde ne paye pas pour cela le même montant. Cela se vérifie même dans le cas d’un impôt de quotité. Si tout le monde est imposé exactement au même taux sur ses revenus, ceux qui gagnent en moyenne 10 000 $ par année ont peu à payer, certainement pas assez pour couvrir les coûts des bénéfices qu’ils reçoivent. Ceux qui gagnent 100 000 $ doivent payer plus que ne coûtent les bénéfices qu’ils reçoivent (quoique la valeur des bénéfices qu’ils reçoivent pourrait s’avérer encore supérieure aux impôts qu’ils paient). Même un impôt de quotité a donc des effets de redistribution.

61Cette redistribution passe souvent inaperçue pour la même raison que passent souvent inaperçues les contributions du secteur public à l’économie. On reçoit en nature, pas en argent, la plupart des bénéfices gouvernementaux. Ils prennent la forme de biens publics. Une personne qui ne paie pas d’impôt reçoit néanmoins tous ces bénéfices. Ainsi, par exemple, une personne qui reste à la maison pour élever ses enfants jouit toujours de la protection des Forces armées canadiennes, a toujours accès à l’information colligée par Statistique Canada, a toujours le droit de voyager à bord des transports publics, etc. En faisant usage de ces services, cette personne reçoit dans les faits un transfert d’autres contribuables. Comme il ne s’agit tout simplement pas d’un transfert en argentcomptant, on ne considère pas cela comme de la redistribution.

62L’introduction de la « progressivité » est un moyen de développer la propriété de redistribution de l’impôt sur le revenu. L’impôt progressif est un impôt qui comporte un certain nombre de « catégories » d’imposition. Chaque tranche de revenu est imposée à un taux différent, selon la catégorie à laquelle elle correspond. Le régime fédéral canadien d’imposition compte, par exemple, quatre catégories (dans la plupart des cas, l’impôt provincial se calcule ensuite en pourcentage de l’impôt fédéral). Au moment de la rédaction de ces pages, les individus ne payaient pas d’impôt sur la première tranche de 7000 $ de leur revenu, payaient 16 % sur les 23 000 $ suivants, 22 % sur les 30 000 $ subséquents, 26 °/o sur les 40 000 $ subséquents et 29 % sur tout ce qui excédait ces quatre tranches. (Je m’appesantis un peu sur le sujet parce qu’un nombre étonnant de Canadiens ne comprennent pas le principe de l’imposition marginale et s’imaginent donc que, lorsqu’ils passent à une catégorie supérieure d’imposition, le nouveau taux s’applique rétroactivement, pourrait-on dire, à la totalité de leur revenu. C’est ce qui a donné naissance au mythe urbain du contribuable qui obtient une augmentation de salaire et se retrouve à rapporter à la maison un salaire inférieur net. Il serait intéressant de voir dans quelle mesure l’appui populaire à une structure plus proche de l’impôt « de quotité » découle de ce sophisme largement répandu.) L’argument usuel en faveur de la progressivité résulte de l’utilité marginale décroissante de l’argent. Pour être clair : les défenseurs de l’impôt de quotité et les défenseurs de l’impôt progressif acceptent tous le principe que le système d’imposition devrait servir à redistribuer la richesse. (Un impôt qui n’assure pas de redistribution ressemblerait à la « poll tax » que Margaret Thatcher a tenté d’instaurer au Royaume-Uni et qu’on a fini par retirer parce qu’elle perturbait l’ordre social.) La capacité de redistribution de l’impôt est le seul enjeu. Les défenseurs de l’impôt progressif font valoir que le fait de payer 20 ou 30 cents d’impôt sur chaque dollar est un plus grand sacrifice, pour qui a un revenu de 20 000 $, que ce l’est pour qui a un revenu de 200 000 $. Par conséquent, l’impôt de quotité, s’il garantit que chacun paie le même taux, fait effectivement peser un plus lourd fardeau sur les classes moyenne et populaire. Par ailleurs, l’impôt progressif est à même d’assurer que chacun supporte approximativement un fardeau égal.

*

63L’objection classique à l’impôt sur le revenu est qu’il serait un frein à l’économie en décourageant les gens de travailler. Selon ce point de vue, les gens décideraient du temps qu’ils travaillent en mettant en balance la valeur de leurs appointements et la valeur des loisirs qu’ils auraient envisagés. L’imposition diminuerait la valeur de ces appointements et les encouragerait donc à travailler moins (de la même façon qu’une taxe sur l’alcool incite les gens à moins boire).

64Cet argument est en fait plus contestable qu’il n’y paraît et les données empiriques sur lesquelles il se fonde sont obscures. Une augmentation de l’impôt sur le revenu peut générer un « effet de substitution » : les gens travaillent plus fort pour compenser le revenu perdu. En outre, la plupart des gens ne choisissent pas leurs heures de travail. De toute évidence, il n’existe pas, pour les travailleurs salariés, de connexion directe entre la rémunération et le nombre d’heures travaillées. En conséquence, les taux d’imposition ne devraient avoir aucune incidence sur leur effort au travail. En outre, les gens qui ont des revenus élevés ont une plus forte propension à aimer leur travail que les petits salariés. Cela pourrait contrebalancer l’effet démotivant d’une hausse des taux marginaux d’imposition. Finalement, le fait que la plupart des Canadiens ont recours aux reer non imposables comme principal instrument d’épargne signifie que la progressivité du système d’impôt sur le revenu a peu d’effet sur ceux qui veulent travailler plus fort pour accroître leurs économies. En réalité, la personne touchée est celle qui veut consommer davantage.

65Le fait qu’il génère des inefficiences sous forme d’évasion fiscale est un argument populaire contre l’impôt sur le revenu. Les gens embauchent des fiscalistes et des comptables pour trouver des moyens de se soustraire au paiement d’impôts. Cela crée une course classique à l’abîme. D’une manière ou d’une autre, il faut que les services gouvernementaux soient payés. Si tout le monde embauche un comptable astucieux et réussit à payer moins d’impôt, il faudra alors simplement relever le taux d’imposition de base pour maintenir les services gouvernementaux. Les gens réagiront en dépensant encore plus d’argent pour les services de comptables ingénieux, etc. Tout le temps et l’énergie investis à cela sont pur gaspillage.

66Cela constituerait un bon argument contre l’impôt uniquement si la redistribution était la seule fonction de l’imposition. La fonction première de l’imposition n’est toutefois pas de redistribuer la richesse, mais de corriger les défaillances du marché et de fournir des biens publics. Les marchés privés ne fournissent pas, par exemple, certains types d’information. Nous pourrions rester à attendre jusqu’à la semaine des quatre jeudis, aucune compagnie privée intelligemment gérée ne se porterait jamais volontaire pour effectuer un recensement. Elle ne pourrait tout simplement pas couvrir ses frais. Et pourtant un recensement fournit de l’information incroyablement précieuse. Il est impossible, par exemple, de mettre au point un plan de mise en marché sans avoir quelque idée du nombre de clients potentiels et de l’endroit où ils vivent. Aussi le gouvernement embauche-t-il des gens pour effectuer des recensements. Le gouvernement est capable de le faire parce qu’il est capable de forcer tout le monde à payer pour cela par le truchement des taxes. L’imposition génère évidemment des pertes d’efficience : des gens perdent temps, énergie et ressources à essayer d’échapper aux impôts. Mais quand la valeur du bien public – dans ce cas-ci, un recensement – financé grâce à l’imposition pèse plus que les pertes imputables à l’évasion fiscale, le résultat net est un gain d’efficience.

67Conséquemment, le fait que certaines personnes gaspillent des ressources à essayer d’éviter de payer leurs impôts n’est pas davantage un argument contre l’imposition que le fait que des gens gaspillent des ressources à essayer de voler n’est un argument contre la propriété privée. Dans les deux cas, on adopte une loi conçue expressément pour éliminer un problème d’action collective. Malgré la loi, certaines personnes tenteront toujours de jouer les opportunistes. Ce faisant, elles gaspillent des ressources. Mais est-ce là une raison de mettre la loi au rancart ? Bien sûr que non. Cela ne prouve que davantage la nécessité de la loi.

68Quand on examine les pertes d’efficience que la redistribution impose à l’économie, on ne devrait donc pas choisir pour point de référence un monde hypothétique où n’existeraient pas les taxes et les impôts. Pour l’essentiel, les pertes d’efficience qui découlent de l’imposition sont déjà « amorties » par les gains d’efficience concrétisés dans la fourniture, par le gouvernement, de biens publics. Reste à déterminer si ces pertes d’efficience sont aggravées quand on rend plus progressif le régime d’imposition existant. Aussi longtemps que les impôts ne tournent pas à la confiscation, il est difficile d’imaginer que la progressivité à elle seule puisse induire de très sérieuses pertes accablantes. L’explication à cela a encore rapport avec l’utilité marginale décroissante de l’argent. Personnellement, je suis heureux d’admettre que payer 35 % ou 45 % d’impôts sur la dernière tranche de 10 000 $ de mon revenu ne fait aucune différence perceptible sur ma qualité de vie et absolument aucune différence sur la somme de travail que j’abats.

*

69Peu de pays se sont attelés à résorber l’inégalité sociale plus sérieusement que ne l’a fait la Suède. Même après une succession de gouvernements « conservateurs », le régime d’imposition y reste extrêmement progressif avec un taux supérieur moyen de 56 % au voisinage des 55 000 $ de revenu. Cet effort a quelque chose de louable. Mais il faut reconnaître du même coup qu’un impôt de ce genre a toutes sortes de drôles de conséquences.

70Prenons le cas d’Ikea. On vante souvent ses meubles comme un exemple de l’« ingéniosité suédoise ». Mais on pourrait tout aussi bien les citer comme une conséquence des impôts suédois. La plupart des gens ne sont pas de très habiles monteurs. Avec pour conséquence qu’ils paient habituellement quelqu’un pour assembler leurs meubles. Des impôts élevés font cependant grimper le prix de la main-d'œuvre et il devient plus coûteux d’embaucher du personnel. Ikea s’amène alors avec des concepts de mobilier que le client peut assembler chez lui et transfère ainsi, dans les faits, du marché au foyer – là où on ne peut les taxer – une partie des coûts de main-d'œuvre. Cela donne des résultats mitigés. Nous avons tous vécu l’expérience de plancher des heures durant sur d’incompréhensibles directives d’assemblage pour monter un meuble qu’un expert aurait pu assembler en moins de deux minutes.

71L’impôt sur le revenu « rend la valeur d’un dollar non dépensé grandement plus estimable que celle d’un dollar gagné ». Par conséquent, des impôts élevés sont une bénédiction pour l’industrie du bricolage, même quand mettre soi-même la main à la pâte n’est pas vraiment la manière la plus efficiente d’obtenir des résultats. Cela peut sembler banal, jusqu’à ce qu’on s’arrête à réfléchir à certaines des choses que les gens sont tentés de faire eux-mêmes. L’un des meilleurs moyens d’épargner de l’argent est de veiller soi-même sur ses enfants au lieu de payer quelqu’un d’autre pour le faire. Des impôts plus élevés rendent plus coûteuse l’embauche d’une éducatrice professionnelle et encourage conséquemment les gens à rester au foyer avec leurs enfants. Si les personnes qui restent à la maison sont très majoritairement des femmes, il faut en déduire que des impôts élevés peuvent aggraver l’inégalité entre les sexes.

72Et ce n’est que le début. La conséquence la plus perverse de l’expérience suédoise n’a commencé à se manifester qu’à long terme. Les économistes ont noté que le niveau d’inégalité de revenu avant impôts en Suède avait, au fil du temps, tendance à s’accentuer. Avec le résultat que la progressivité du régime d’imposition devait être continuellement revue à la hausse, simplement pour garder constante la répartition du revenu.

73Des tas de gens ont offert toutes sortes d’explications diverses à ce phénomène. La théorie la plus convaincante veut, toutefois, que l’augmentation de l’inégalité avant impôts soit une conséquence directe du régime d’imposition lui-même. Combiné à des mesures de soutien au plus faible revenu, l’impôt hautement progressif agit de la même manière qu’une police d’assurance contre l’échec professionnel. De la même manière que l’assurance automobile vous protège en cas d’accident, l’État-providence vous protège en cas d’incapacité à vous trouver un emploi. Ces deux types d’assurance génèrent un problème de risque moral. Dans le cas de l’assurance automobile, cela se traduit par une incitation à conduire plus témérairement. Dans le cas de l’État-providence, cela se traduit par une incitation à choisir des stratégies de carrière présentant des risques plus élevés. Au lieu d’aspirer à une solide formation professionnelle préparant à une modeste carrière comme cadre intermédiaire, les gens seront enclins à opter pour des diplômes présentant de hauts risques et à s’inscrire dans des champs où la structure de récompense veut que le « gagnant ramasse toutes les billes ». Ils agissent ainsi parce que le prix de l’échec est alors beaucoup moins élevé.

74Quand les gens commencent à prendre de plus gros risques, le nombre de grands gagnants augmente, mais augmente aussi le nombre de grands perdants. Même si les récompenses moyennes restent constantes, la répartition des récompenses devient de plus en plus inégale. Si on devait réagir à cela en confisquant certains gains et en les transférant aux perdants, on ne ferait qu’encourager les gens à prendre de plus grands risques encore – d’où l’aboutissement pervers que l’impôt progressif peut promouvoir l’inégalité sociale.

*

75À ce point-ci, j’aimerais dire quelques mots du film Demolition Man. C’est du cinéma particulièrement mauvais, alors permettez-moi d’introduire mes remarques par une brève justification. Ce que bien des gens ne comprennent pas à propos de la science-fiction, c’est qu’elle ne concerne pas vraiment le futur. En fait, la science-fiction présente des scénarios plausibles du futur comme moyen de commenter le présent En changeant quelques variables et en explorant ensuite leurs plus larges conséquences sociales, la science-fiction nous donne un moyen de réfléchir sur ce que nous faisons de bien et sur ce que nous faisons de mal. La science-fiction ainsi conçue est une forme de critique sociale – d’où mon intérêt pour le genre.

76S’il ne s’agit pas d’un bon film, Demolition Man repose néanmoins sur une prémisse amusante. L’histoire se passe en 2031, dans la ville de Los Angeles. Sylvester Stallone joue un policier du XXe siècle qu’on ranime de sa « cryostase » pour qu’il traque un criminel désaxé. Quand il s’éveille, il découvre toutefois à sa consternation que la Californie est inféodée à une sorte de fascisme bienveillant. Les difficultés qu’il éprouve à s’adapter à ces nouveaux arrangements composent une espèce de blague récurrente tout le long du film.

77L’une des particularités les plus fâcheuses de cette nouvelle Californie « plus accueillante et plus courtoise », c’est que les gens n’y ont plus la permission de jurer dans les lieux publics. Chaque fois que Stallone profère un juron, un petit dispositif installé dans le mur pousse ses bips sonores et émet une contravention. Ces appareils, qui ont pour fonction de symboliser tout ce qui cloche dans les nouveaux arrangements, contribuent à motiver Stallone à joindre finalement les forces de résistance.

78Personnellement, cet élément de l’intrigue me laisse froid. L’émission d’une contravention pour un juron devait représenter, dans l’esprit des réalisateurs, une violation intolérable des libertés individuelles, mais cela ne me semble pas une si mauvaise idée : on n’interdit pas la vulgarité, on se contente de la taxer. Le personnage incarné par Stallone est fondamentalement un crétin et j’ai toujours pensé que les crétins méritent d’assumer une plus grande part du fardeau que leur comportement impose à la société. La levée de taxes sur des agissements contrariants pour autrui est une façon d’y parvenir.

79Examinons maintenant un autre exemple, cette fois tiré de la vraie vie. À Singapour, toute voiture est équipée d’une carte à puce et d’un transpondeur à micro-ondes. Si vous entrez dans le cœur de la ville de Singapour ou en sortez, aux heures d’affluence, le matin ou l’après-midi, on vous facture automatiquement ce déplacement. Le prix varie en fonction de l’heure exacte où vous traversez la zone. Aux heures de pointe, il vous en coûtera environ trois dollars.

80La logique du système de circulation routière à Singapour est assez transparente. Conduire une automobile impose aux gens qui vous entourent toutes sortes de coûts : des externalités négatives. L’une des externalités les plus importantes est la congestion. Votre présence sur la route ralentit tous les autres : ils mettent donc beaucoup plus de temps pour parvenir à destination. Mais parce que le système des marchés est incomplet, les autres sont dans l’impossibilité de vous demander dédommagement pour vous trouver sur leur chemin. Résultat : le « libre marché » engendre toujours de la congestion sur les routes parce que les gens n’ont pas à payer le juste prix de leur décision de conduire.

81Le système de contrôle de la circulation à Singapour impose une légère « taxe » sur la conduite automobile aux heures d’affluence. Il force les conducteurs à payer un montant plus proche du coût réel de leurs actions et « internalise » conséquemment l’externalité négative. De ce point de vue, il n’y a pas de différence avec les petits appareils qui pénalisent Stallone pour ses jurons. Proférer des vulgarités diminue la qualité de vie de ceux qui vous entourent (si vous ne le croyez pas, rendez-vous dans une station de métro bondée, mettez-vous à débiter des grossièretés et observez le malaise des gens autour de vous). Une petite taxe sur les jurons internalise cette externalité.

82Dans le milieu, on appelle ça des taxes pigoviennes (d’après Cecil Pigou, économiste britannique). Ce qui les rend si intéressantes, c’est que, contrairement aux impôts, les taxes pigoviennes rendent en soi l’économie plus efficiente, peu importe comment on dépense le revenu qu’elles génèrent. En fait, il est un petit peu curieux qu’on les appelle des taxes puisqu’elles remplissent exactement la même fonction que les droits de propriété. On pourrait facilement se les représenter comme une sorte de droit de propriété « négatif ». Quand vous créez un « bien », le système de droits de propriété vous permet de récupérer une partie des bénéfices de ce bien qui débordent sur les autres. Quand vous créez un « mal », les taxes pigoviennes veillent à ce qu’une partie de ce mal s’attache à vous de manière à ce que vous ne puissiez le refiler à d’autres.

83Pour l’heure, notre gouvernement ne lève guère de taxes pigoviennes. Certaines des taxes dites « sur le vice » sont pigoviennes. Pareilles taxes génèrent des gains d’efficience sur deux fronts. D’abord, la taxe dissuade en soi les gens de s’engager dans des activités qui ont des externalités négatives. Ainsi, la taxe sur l’essence génère des gains d’efficience en réduisant simplement la quantité d’essence que consomment les gens. Le second gain d’efficience survient après la perception de cette taxe. L’argent perçu se retrouve dans les fonds publics généraux et peut être employé pour fournir toutes sortes de biens publics. Ainsi, par exemple, l’argent des taxes sur l’essence peut être utilisé pour subventionner les transports publics. Cela génère un deuxième gain d’efficience, puisque les consommateurs ont ainsi accès à des biens et services que les marchés négligent de dispenser.

84Notez que les taxes pigoviennes n’ont pas pour fonction d’éliminer l’activité réglementée, mais simplement d’en réduire l’incidence. Les gens critiquent parfois les taxes sur l’alcool sous prétexte qu’elles rendent le gouvernement dépendant des revenus de la vente d’alcool et lui donnent conséquemment un intérêt à promouvoir l’alcoolisme. Ce qui est un peu tordu. L’objectif des taxes sur l’alcool n’est pas d’éliminer l’ivrognerie, mais plutôt d’en arriver à un niveau de consommation d’alcool socialement optimal. Semblablement, taxer la pollution n’a pas pour but d’éliminer toute pollution puisque, sans une certaine pollution, aucune économie n’existerait. Et sans aliments dommageables pour la santé ni sports dangereux, la vie vaudrait à peine d’être vécue. Ce dont nous avons besoin, c’est de trouver simplement un juste équilibre. Certaines personnes aiment tellement boire, conduire vite ou pratiquer le surf des neiges hors piste, qu’elles sont prêtes à payer tous les coûts que ces activités imposent à la société. Dans ce cas, il vaut mieux les laisser libres de s’y adonner en leur en faisant payer le prix. Les taxes pigoviennes devraient ainsi générer un apport constant de revenu.

85Le scénario de Demolition Man et le système singapourien de circulation montrent tous deux que la capacité du gouvernement à lever pareilles taxes dépend du niveau de technologie atteint. Tout comme elles permettent de faire respecter des droits de propriété qui jadis pouvaient être impossibles à faire valoir, la surveillance et la facturation électroniques mettent en état de percevoir des taxes sur des activités qui pouvaient jadis échapper à la vigilance. De la même façon dont nous nous servons de la technologie pour créer des marchés là où il n’en existait aucun jusque-là, nous pouvons nous en servir pour imposer des taxes là où il n’en existait aucune jusque-là. La tendance à recourir aux taxes pigoviennes est déjà amorcée. Plusieurs pays européens commencent à appliquer des variantes du système singapourien. La tarification des déchets en fonction du volume produit s’y compare et on l’applique d’ailleurs déjà dans plusieurs municipalités d’Amérique du Nord. On pourrait user de la même stratégie pour réduire une variété de désagréments urbains courants – comme la pollution par le bruit ou par la lumière artificielle, la malpropreté, voire la conduite dangereuse. Nous commençons à peine à en entrevoir les possibilités. Si nous continuons à tendre vers une efficience accrue, nous pouvons toutefois être confiants qu’il en découlera non seulement l’expansion des marchés, mais un système de taxes pigoviennes bien autrement étendu.

*

86Comme on l’a vu, il n’y a souvent aucune nécessité de choisir entre efficience et égalité. On peut profiter des deux et les taxes pigoviennes offrent un exemple limpide d’harmonisation possible de ces deux objectifs.

87Il est néanmoins inévitable que se présentent certaines circonstances dans lesquelles on est forcé de choisir entre les deux. La question est alors de décider auquel des deux principes on attribue la plus grande importance. Il peut s’avérer extrêmement difficile d’arrêter son choix. Malheureusement, comme société, nous ne sommes pas en général très outillés pour réfléchir sur ces sortes de situations ou pour arrêter des choix de cette nature.

88Le conflit type naît quand on veut imposer quelque règle qui favoriserait une plus grande équité, mais inciterait certaines gens à une onéreuse manœuvre d’évitement. (Par exemple, on pourrait souhaiter augmenter les impôts des plus hauts salariés en étant conscient que, ce faisant, on poussera des gens à plier bagage et à déménager aux États-Unis.) Comme on est incapable d’éliminer l’option de la stratégie opportuniste, cette règle engendrera certaines pertes d’efficience. Alors que faire ?

89La gauche est énormément tentée d’ignorer carrément les pertes d’efficience. Après tout, les gens ne devraient pas jouer les opportunistes. C’est un comportement immoral. Et si on refuse de mettre en œuvre ladite règle, on donnera l’impression d’excuser tacitement leur conduite. Consentir la moindre concession au nom de l’efficience commence donc à ressembler à une trahison.

90C’est clairement ce qui motive en bonne partie l’opposition de principe de la gauche à la prise en considération des effets de l’efficience. Mais poussée à sa logique extrême, cette position s’effrite rapidement. Après tout, les principes n’ont pas de valeur intrinsèque. Le bien-être des humains est la seule chose qui ait une valeur intrinsèque. Les principes tirent en fin de compte leur valeur de leurs effets sur les gens. Imaginons deux scénarios : l’un dans lequel tous soient exactement égaux ; l’autre dans lequel les gens soient fortement inégaux, mais où le niveau de bien-être du plus pauvre surpasse le niveau moyen de bien-être dans le premier scénario. Lequel des scénarios est préférable ? On est tenté de répondre que, comme tout le monde y est plus heureux, le second est préférable. Le premier scénario ne pourrait s’avérer meilleur que dans le cas où l’on priserait l’égalité pour elle-même, sans égard à ses effets sur le bien-être des humains. Mais quel serait l’intérêt d’un principe qui relèverait davantage du fétiche que du plausible précepte de justice ?

91Il ne s’agit pas, cela va de soi, d’un exemple hypothétique. Ces deux scénarios correspondent grosso modo à l’alternative qui s’est présentée aux citoyens de l’ancien bloc communiste, à la fin du XXe siècle. Ils ont eu à choisir entre une société où tous étaient relativement égaux, mais où la plupart étaient très pauvres, et une société où existeraient de bien plus grandes disparités de richesse, mais où chacun pourrait finalement jouir d’une qualité de vie supérieure. Une écrasante majorité d’entre eux a opté pour la seconde. Bien sûr, les choses ne se sont pas passées exactement comme ils l’avaient espéré. Le fait est simplement que les gens se préoccupent davantage de leur qualité de vie personnelle que de principes abstraits. Ils sont souvent prêts à tolérer que d’autres deviennent beaucoup plus riches qu’eux, dans la mesure où leur revient au moins une partie du gain. Par conséquent, même le pauvre peut manifester une préférence pour une plus grande inégalité matérielle.

92Des considérations de cet ordre ont amené certaines personnes à penser qu’on pouvait simplement ignorer l’équité. L’un des motifs les plus communément invoqués pour ignorer l’équité est qu’elle serait un principe entièrement « subjectif », tandis que l’efficience serait un critère « objectif ». Comme l’énonce mon vieux manuel d’économie de premier cycle, « il est possible de traiter de répartition efficiente et inefficiente, mais pas de meilleure ou de pire répartition du revenu, sans faire intervenir des considérations normatives ». Dans cette phrase, les auteurs font montre d’une totale inintelligence aussi bien de l’efficience que de l’équité (et probablement même de l’épithète « normative »). L’efficience et l’équité sont des critères normatifs et l’une n’est pas plus « objective » ou « subjective » que l’autre. L’équité tend seulement à être plus controversée.

93Mais cela ne signifie pas qu’on puisse ou qu’on doive pour autant ignorer l’équité. La société est fondamentalement un réseau géant de coopération. Comme nous l’avons vu, la seule manière de nous extraire de l’état de nature consiste à instituer un ensemble de règles et à convaincre les gens de s’abstenir volontairement de poursuivre leur intérêt personnel d’une manière franchement individualiste. Cette réserve est l’assise même de la confiance, ce « ciment » qui tient ensemble toutes les autres institutions sociales, y compris le marché. En s’appuyant sur la confiance, les institutions sociales fonctionnent en douceur à condition que l’on persuade les gens de jouer selon les règles. Si les institutions sont injustes ou si, à la fin du compte, elles génèrent de choquantes inégalités, il devient d’autant plus difficile de persuader les gens de continuer à jouer le jeu. Impossible, donc, de ne tenir aucun compte de l’équité. Sans elle, on ne peut établir de modèles stables de coopération.

94La morale de l’histoire, c’est que les choses sont complexes. On ne peut accorder inconditionnellement la priorité à l’efficience, pas plus qu’on peut faire abstraction des questions d’équité. Ce dont on a besoin, c’est d’une formule qui aiderait à négocier des compromis raisonnables entre les deux. À quoi pourrait ressembler une telle formule ? Voilà une question plus complexe. C’est pour ça qu’il y a des philosophes de profession : pour répondre aux questions complexes comme celle-ci.

95Si cela peut vous être de quelque réconfort, soyez assuré que nous sommes à l’oeuvre. Nous vous reviendrons quand nous aurons trouvé la réponse.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search