Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Troisième partie. Les défis

Troisième partie. Les défis

Texte intégral

1L’un des grands mérites d’un accroissement d’efficience est qu’il permet de différer des tas de conflits sociaux. C’est pourquoi une économie en expansion est la meilleure garantie de stabilité politique. Aussi longtemps que tout le monde reçoit davantage, on a tendance à ne pas se soucier autant de ce qu’on reçoit comparativement aux autres. C’est seulement lorsque cesse la croissance que commencent les ennuis. Sans croissance, ce que l’un gagne, l’autre le perd. Ce qui pousse les gens à jeter un œil scrutateur sur les possessions de leurs voisins.

2Comment résout-on ce problème ? En réalité, on ne le résout pas. On s’agite simplement pour relancer la croissance et ne pas avoir à s’occuper du problème.

3Mais peut-on agir indéfiniment de la sorte ? Plusieurs environnementalistes disent que non. Le mouvement « limites à la croissance » soutient que la croissance illimitée n’est pas viable, qu’on finira par épuiser les ressources. Cela signifie qu’il faudra s’habituer à vivre dans une économie à croissance zéro. Lorsque cela surviendra, un tas de problèmes qu’on s’est efforcé d’esquiver réapparaîtront. La question de l’inégalité sociale deviendra en particulier de plus en plus pressante.

4L’enjeu des « limites à la croissance » est étroitement lié à l’avenir de la société efficiente. Y a-t-il des limites à l’efficience à laquelle on peut atteindre ? Bien des gens pensent que la réponse à cette question est affirmative. De la même manière qu’un développement économique croissant impose un stress à l’environnement naturel, une efficience croissante semble faire peser d’énormes demandes sur les gens. La pression pour tout faire plus économiquement conduit à l’accélération constante du rythme de vie, à la fois au travail et au foyer. La saturation de l’environnement par les médias et la publicité menace d’anéantir notre capacité à porter un jugement critique sur notre monde. Et l’inégalité sociale – ce fléau persistant dans l’histoire de l’humanité – semble amorcer un retour en force.

5Tous ces problèmes posent des défis fondamentaux à l’avenir de la société efficiente. À moins que nous réussissions à y réagir effectivement, notre civilisation ne sera qu’une autre impasse, qu’une simple curiosité à inscrire dans le grand livre des expérimentations de la société humaine. L’efficience nous a très bien servis jusqu’à ce jour. Mais pendant combien de temps pourrons-nous surfer sur la vague ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search