Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Deuxième partie. Les institutions

6. Quand les marchés flanchent

Texte intégral

1Selon un ancien récit kwakiutl, Coureur Véloce et Dilapidateur étaient deux grands chefs amis de longue date. Un soir, à un banquet de cérémonie, Dilapidateur commit l’erreur de servir à Coureur Véloce des aliments dans des plats qui n’avaient pas été convenablement nettoyés. Coureur Véloce protesta et accusa son ami de mesquinerie. Pour prouver sa supériorité, Coureur Véloce prit l’un des « cuivres » cérémoniels (des objets de cuivre ouvragés) qu’il lança dans le feu – démontrant ainsi qu’il avait de l’argent à ne savoir qu’en faire. Dilapidateur répondit de la même manière, jetant sa pièce de cuivre dans les flammes. Coureur Véloce prit alors une autre pièce qu’il détruisit aussi. Dilapidateur n’en avait pas d’autre sous la main et fut incapable d’en emprunter une aux personnes assemblées, aussi fut-il forcé de se retirer.

2Le lendemain soir, Coureur Véloce avait prévu offrir un festin à Dilapidateur. Entre-temps, Dilapidateur s’était muni d’un autre « cuivre ». Et dès l’ouverture du banquet, Dilapidateur détruisit la pièce de cuivre. Coureur Véloce répondit en faisant démolir et brûler quatre canoës. Estimant cette réponse insuffisante, il fit aussi tuer et démembrer l’un de ses esclaves. Il en présenta ensuite le scalpe à Dilapidateur. Dilapidateur refusait toujours de reconnaître sa défaite, aussi Coureur Véloce ordonna-t-il de jeter deux jeunes esclaves dans les flammes. Cauteleux, il réussit à persuader Dilapidateur qu’il venait tout juste de brûler ses propres filles. Incapable d’égaler ce tour de force, Dilapidateur se retira finalement, humilié.

3Il s’agit là d’un exemple de concurrence qui a un petit peu déraillé.

4Dans la société traditionnelle kwakiutl, le rang social dépendait principalement de la capacité d’offrir des fêtes magnifiques – des potlachs – où l’on présentait des cadeaux à tous les convives assemblés. Plus étaient nombreux les présents, plus le chef gagnait en prestige et en rang. Quiconque recevait un cadeau était ensuite obligé d’en faire un de plus grande valeur quand venait son tour de tenir chez lui un potlach. Tout cela était parfaitement dans l’ordre des choses et constitue un exemple typique d’une économie de prestige. Mais, à un moment donné, pour montrer à quel point il était riche, un chef eut la brillante idée de brûler des biens plutôt que de les offrir. Comme la plupart des mauvaises idées, elle connut rapidement du succès. Le système du potlatch commença alors à générer un cycle de « gaspillage ostentatoire », chaque chef s’efforçant de surpasser les autres en révélant simplement quelle proportion de ses biens il était prêt à détruire.

5L’anecdote des deux chefs rivaux est peut-être vraie, ou peut-être fausse, mais des témoignages historiques font état de plusieurs exemples de potlatchs qui ont tourné en orgies de destruction. À la fin du XIXe siècle, par exemple, des observateurs d’un potlatch ont rapporté que les invités avaient jeté au feu, en vrac, sept canoës et quatre cents couvertures. Pour ne pas être en reste, l’hôte aurait fait verser sur les flammes tant d’huile de poisson-chandelle que le toit de sa maison longue avait pris feu ; le clan au grand complet serait resté assis, s’efforçant de paraître imperturbable, tandis qu’elle brûlait.

6À une certaine époque, le potlatch fut clairement une institution favorisant l’efficience : le désir d’amasser de grandes provisions de biens superflus stimulait considérablement la production à l’intérieur des clans et on lui attribua largement l’opulence de la société kwakiutl. Les gens travaillent bien plus fort quand l’honneur de leur famille est en jeu. Avec l’introduction de la concurrence dans la destruction, la course au sommet qui avait caractérisé l’ancienne économie de prestige tourna en une course à l’abîme.

7Ce qui illustre un principe très général : bien que la concurrence puisse fonctionner correctement, une supervision s’impose néanmoins toujours. Laissée à elle-même, la concurrence a tendance à s’emballer. Et cela n’est pas moins vrai pour nous que ce ne le fut pour les Kwakiutls.

*

8La plus grave erreur que commettent les gens, quand ils évaluent les effets de la concurrence, est de confondre les vertus de la concurrence dans son ensemble avec les vertus des individus en concurrence. Chaque fois que le processus global génère des conséquences bénéfiques, il est très tentant de penser que les individus spécifiquement engagés dans la concurrence sont d’une certaine manière des êtres d’exception pour avoir agi de la sorte. D’où notre tendance à glorifier les athlètes et les chefs d’entreprises. Mais il n’y a absolument aucune raison de penser que ces gens sont le moins du monde plus vertueux que l’individu moyen. Ils peuvent être hautement doués pour une activité qui génère d’énormes bénéfices pour la société dans son ensemble, mais cela ne signifie pas qu’ils se sont engagés dans cette activité pour dispenser ces bénéfices. Ils peuvent n’être intéressés qu’à gagner.

9Le fait que les concurrents ont à cœur des intérêts bien plus étroits se manifeste clairement chaque fois qu’est compromise l’intégrité de la concurrence. Prenons le cas des sportifs. Le sport génère une large gamme de bénéfices sociaux. Lorsqu’il est pratiqué avec excellence, le sport ménage un extraordinaire niveau de plaisir esthétique aux spectateurs. Les grands athlètes comme Wayne Gretzky ou Michael Jordan nous inspirent autant que le ferait n’importe quel virtuose. La concurrence a clairement beaucoup à voir avec la réalisation de leur superbe performance. Pour gagner dans les sports, il faut être plus que simplement bon, il faut être meilleur que tous les autres. Résultat : tout le monde doit s’entraîner juste un petit peu plus fort que les autres et se dépenser juste un peu plus. Mais cela ne fait que « monter la barre », de telle façon que quiconque veut gagner devra s’entraîner encore plus fort, se dépenser encore davantage. La compétition sportive nous force à nous surpasser.

10Mais cela ne signifie pas que les gens choisissent les sports pour améliorer la condition humaine. Ils le font le plus souvent pour la renommée, la gloire et l’argent. La clé du succès dans les sports réside dans le fait que les gens ne peuvent obtenir la renommée, la gloire et l’argent qu’en exécutant des performances supérieures à celles de tous les autres. Par conséquent, dans une compétition sportive adéquatement structurée, l’exercice et la performance sont le seul chemin qui mène à la victoire. Comme nous l’a rappelé le scandale Tonya Harding-Nancy Kerrigan en patinage artistique, les chemins détournés ne manquent toutefois pas. Au lieu de s’entraîner, des athlètes peuvent simplement engager des hommes de main pour blesser leurs concurrents. Ce qui augmente à coup sûr leurs chances de gagner, mais sape la raison d’être même de la compétition, du point de vue de la société. L’objectif du patinage artistique n’est pas de déterminer qui sera encore debout à la fin de la journée, mais qui peut exécuter sur glace les figures les plus élaborées.

11Les athlètes ne partagent pas les mêmes intérêts que les spectateurs, ou la société en général, mais la société attend souvent des premiers beaucoup plus que des simples mortels. On reprochait constamment à Michael Jordan de dilapider son argent aux jeux de hasard et au golf, au lieu de venir en aide aux enfants pauvres du ghetto qui ceinture le stade où jouent les Bulls de Chicago. Mais quel motif pourrait-on avoir de penser que Michael Jordan aurait dû être moins égoïste que l’individu moyen ? Le fait que son maniement du ballon ait inspiré les enfants du voisinage et les ait rendus heureux ne signifie pas que son désir premier était de les rendre heureux. Il s’agissait là d’une incidence positive de son désir authentique : remporter des parties de basket et, à la fin, des championnats.

12Une compétition est saine quand les incidences positives qu’elle génère l’emportent sur les effets négatifs de la compétition proprement dite. Une compétition devient malsaine quand ces incidences positives sont réduites au point qu’elles ne pèsent pas plus que les négatives. Une compétition devient tout bonnement vicieuse quand toutes ses incidences sont négatives. Généralement parlant, ce qui fait qu’une compétition reste saine, ce ne sont pas les bonnes intentions des concurrents, mais l’ensemble des règles qui l’encadrent. En d’autres mots, c’est l’organisation de la compétition qui lui garde sa valeur.

13Dans les sports, cela se manifeste le plus clairement dans le fléau des stéroïdes et autres drogues qui rehaussent les performances. Si un concurrent se met à prendre des stéroïdes, tous les autres sont presque forcés d’en faire autant, simplement pour rester dans la course. Mais cela modifie la nature de la compétition sportive de telle manière qu’elle détermine seulement qui a le meilleur médecin, au lieu d’établir qui est le plus doué. Cela peut générer des conséquences carrément monstrueuses. Malgré cela, les athlètes ne s’en priveront pas à moins que quelqu’un ne les y force.

14Déviance ou excès peuvent pervertir les compétitions. La déviance survient quand des gens contreviennent aux règles (par exemple, en embauchant des hommes de main). Le désir de contrôler la déviance est ce qui sous-tend notre insistance à faire preuve d’« esprit sportif » ou à ne pas adopter de « conduite antisportive ». (L’une des raisons pour lesquelles on estime que les sports forment le caractère tient de fait justement à qu’il est si difficile, dans le feu de l’action, de résister à la tentation d’enfreindre les règles.) Dans les cas d’excès, personne ne contrevient à des règles spécifiques, mais la compétition en vient à un point où elle perd toute valeur sociale de rédemption. La gymnastique féminine, par exemple, est pour l’essentiel devenue un défilé de toutes minuscules préadolescentes et d’entraîneurs sadiques. Bien des gens commencent à se demander à quoi rime tout cela.

15Conséquemment, trop idéaliser la compétition est une mauvaise idée. Comme disent les philosophes, la compétition est mauvaise prima fade (c’est-à-dire présumée mauvaise jusqu’à preuve du contraire), parce que toute issue de compétition est inefficiente pour les concurrents. À l’intérieur de cadres institutionnels très spécifiques, les incidences positives l’emporteront sur le tort que les concurrents s’infligent les uns aux autres. La compétition aura cependant toujours tendance à ouvrir une brèche dans ces barrières institutionnelles et à devenir une course à l’abîme. La saine concurrence nécessite donc des attentions et des soins de tous les instants.

*

16Que les athlètes prennent ou non des stéroïdes, qu’ils se tabassent ou pas hors des lieux de compétition n’est finalement pas catastrophique. Rien de vraiment important en dépend. C’est une toute autre affaire quand il s’agit de l’organisation de l’économie. Dans ce dernier cas, la tendance à idéaliser la concurrence peut avoir de désastreuses conséquences sociales.

17Ce sont paradoxalement souvent les gens de la droite, froidement réalistes et réfléchis, qui se montrent complaisants lorsqu’il est question de concurrence économique. Des gens qui jamais ne seraient assez naïfs pour suggérer que les athlètes puissent « volontairement » s’abstenir de stéroïdes font volteface et soutiennent l’« autorégulation de l’industrie » plutôt que l’intervention gouvernementale, comme si les entreprises pouvaient spontanément choisir de ne plus polluer ou de s’abstenir de publicité mensongère. Difficile d’imaginer plus totale méconnaissance de la dynamique sous-jacente du capitalisme.

18Le problème découle en partie de l’échec coutumier à distinguer les vertus du marché des vertus de firmes particulières présentes sur le marché. Quand la concurrence est correctement ordonnée, les entreprises développent d’incomparables niveaux d’efficience. Mais il n’est presque jamais dans l’intérêt d’une firme particulière de produire à un niveau qui générera des résultats efficients pour la société dans son ensemble. Les règles de la concurrence forcent les compagnies à une exploitation efficiente. Si elles peuvent trouver un moyen de contourner ces règles, elles ne s’en privent naturellement pas.

19En dépit donc du fait que les marchés offrent des rendements très efficients, le secteur privé n’est d’aucune manière intrinsèquement efficient. Ce n’est pas parce qu’elles sont de propriété privée que des firmes sont efficientes. Elles sont efficientes parce qu’elles sont forcées de concurrencer les unes avec les autres. Cela signifie que, lorsque les marchés ne sont pas organisés comme il se doit – si des firmes peuvent de quelque manière se soustraire aux rigueurs de la concurrence – le secteur privé n’a nullement tendance à livrer des résultats efficients.

20Cela est des plus évidents dans le cas des monopoles. Un bien est parfois d’un genre qu’on ne peut produire avec efficience qu’en très grandes quantités. Dans ce cas, le marché pourra ne pas être en mesure de soutenir plus d’une entreprise. La récente poursuite antitrust contre Microsoft illustre les problèmes qui peuvent surgir en pareils cas. Dans le marché de l’ordinateur personnel, il y a des avantages à ce que tous utilisent le même système d’exploitation. Avec le résultat qu’il est très difficile, pour de nouveaux concurrents, de s’introduire dans le marché. Dans ces conditions, il n’y a aucun motif de penser que le secteur privé s’avérera efficient.

21Le processus qui mena à l’accaparement, par Microsoft Windows, du marché de l’ordinateur personnel est parfois désigné comme le phénomène qwerty – d’après le nom du clavier classique des machines à écrire. Cette disposition des touches est devenue populaire à une époque où il arrivait régulièrement aux dactylos de « taper plus vite que leur machine » – de taper si vite que les touches se coinçaient. Spécialement conçue pour prévenir ce phénomène, la configuration qwerty dispose les voyelles et les consonnes les plus fréquemment employées à distance du centre, en plusieurs points inattendus. L’extrême rapidité de frappe n’est évidemment plus un problème depuis des décennies et pourtant la configuration qwerty se perpétue en dépit de la disponibilité de solutions de rechange plus efficientes. Pourquoi ? La plupart des gens ne peuvent apprendre qu’une seule méthode de dactylographie. Si vous devez en choisir une, mieux vaut donc choisir celle qu’utilisent la plupart des gens. Et c’est qwerty. L’avantage de pouvoir vous servir d’à peu près n’importe quel clavier qui vous tombe sous la main l’emporte aisément sur les désavantages d’une moins grande rapidité d’exécution.

22C’est exactement ainsi que le système d’exploitation Microsoft Windows en est venu à dominer le marché, malgré la disponibilité de solutions de remplacement supérieures. (Dire que vous aimez bien Windows en compagnie de gens à la fine pointe de la technologie, c’est comme commander un « plat cuisiné » à un comptoir de sushis. Cela laisse supposer que vous êtes irrécupérable.) Mais même dans la poursuite antitrust contre Microsoft, un déluge de critiques s’abattit sur le gouvernement, lui reprochant son « ingérence » dans les processus naturels du marché. En fait, on observe une forte tendance à penser que les marchés sont en quelque sorte « naturels » et que le gouvernement est « artificiel ». Suivant ce point de vue, le gouvernement n’a qu’une chose à faire pour que fonctionne le marché : laisser les gens libres d’agir, ou se retirer simplement d’un secteur particulier. Une fois cela fait, s’il faut les en croire, un marché surgira spontanément et fournira un approvisionnement efficient en biens et services. Les exemples de Windows et du clavier qwerty démentent clairement cette prétention. On fournira peut-être les biens en cause, mais rien ne garantit que cela se fera avec efficience.

23La thèse voulant que les marchés soient plus naturels que les gouvernements vient fondamentalement de John Locke. Contrairement à Hobbes, qui a saisi que la condition naturelle de l’humanité signifie l’échec total de la coopération, Locke soutenait que nous sommes tous nés avec un ensemble de droits naturels qui nous autorisent à commencer à accumuler des biens avant même d’accéder à la société politique ; nous avons aussi un mystérieux penchant à respecter les droits de propriété d’autrui et nous nous trouvons ainsi naturellement peu enclins à voler. (Quand venait le moment d’expliquer pourquoi nous aurions ces droits particuliers plutôt que d’autres, Locke se contentait d’agiter maintes fois l’air de la main. À la fin, il affirmait que c’était tout bonnement la manière dont Dieu avait voulu les choses. Attention ! quand un philosophe se met à en appeler à Dieu, on sait qu’il est à court d’arguments.)

24Quoi qu’il en soit, Locke soutenait que nous avons naturellement un ensemble de droits de propriété et que nous pouvons vaquer joyeusement à nos affaires en commerçant les uns avec les autres et en engendrant toutes sortes de prospérité. Beaucoup plus tard seulement, nous nous rassemblerons et nous formerons des gouvernements pour éliminer certains « inconvénients » associés à l’état de nature. Ce qui donnera lieu aux antithèses fondamentales : économie = nature ; gouvernement = artifice.

25Le contrecoup d’une réflexion de ce type peut s’avérer franchement désastreux. Personne ne le sait mieux que les planificateurs économiques d’Europe de l’Est qui jouèrent assez de malchance pour demander à une bande d’économistes américains leur avis sur la manière d’opérer la transition du communisme au capitalisme. Les Américains n’avaient naturellement aucune expérience en la matière, mais ils avaient une idéologie totalisante stipulant que les marchés ne sont que l’expression de notre naturelle « propension à troquer et à échanger ». Aussi leur conseil aux Européens de l’Est fut-il très simple : ne faites rien. Démantelez simplement toutes vos institutions publiques existantes ; les marchés fleuriront spontanément et les remplaceront. Rien de plus facile.

26Tout pays assez insensé pour suivre ce conseil découvre rapidement qu’en grignotant sur le rôle du gouvernement il se retrouve avec une criminalité galopante plutôt qu’avec des marchés disciplinés. En un sens, l’expérience démontre simplement une fois de plus que Hobbes avait raison et que Locke avait tort. « Violence et fraude » sont plus innées que « troc et échange ». Même de nos jours, des observateurs avancent que les deux tiers environ de l’économie russe sont contrôlés par des gangs de criminels.

27L’épisode de ce qu’on a appelé le « capitalisme goulache », en Hongrie, offre une illustration patente de ce problème. En 1994, peu après la privatisation de la production agricole et alimentaire, une épidémie d’empoisonnement au plomb balaya le pays. Après en avoir cherché de tous côtés la cause, les médecins et les scientifiques dépistèrent finalement la source du problème. Les fabricants de paprika – un produit de base en cuisine hongroise – avaient moulu de la vieille peinture, souvent à base de plomb, qu’ils avaient ajoutée à l’épice pour en améliorer la couleur. Le procédé était si répandu que les autorités hongroises furent forcées d’ordonner qu’on retire des rayons et détruise tout le paprika du pays.

28À l’époque, nulle loi n’existait pour prévenir pareille catastrophe, simplement parce qu’il n’était venu à l’esprit de personne que ce genre de chose pouvait survenir. Sous le régime communiste, où les firmes n’étaient pas soumises à la concurrence, personne n’avait d’incitation à empoisonner ses clients et des lois de la protection du consommateur n’étaient donc pas nécessaires. Dans le passage à l’économie de marché, les décideurs politiques avaient présumé que les producteurs se feraient concurrence pour produire le paprika de la meilleure qualité. Ils n’avaient pas conçu que les producteurs ne rivaliseraient que pour produire le paprika ayant la meilleure apparence.

29Bien entendu, empoisonner les consommateurs n’est pas vraiment à longue échéance dans l’intérêt d’une firme. Tout le monde peut voir combien il est naïf de penser que des athlètes s’abstiendront volontairement de prendre des stéroïdes parce qu’ils sont mauvais, au bout du compte, pour la santé ou pour le sport Il est aussi naïf de penser que les compagnies s’abstiendront volontairement d’empoisonner les consommateurs pour la simple raison que cela serait à la longue mauvais pour l’entreprise ou pour la société. Penser autrement, c’est foncièrement se méprendre soit sur la structure de la concurrence soit sur la nature humaine.

30La vérité, c’est que notre économie de marché est un régime moral et légal minutieusement réglé qui s’est développé sur des centaines d’années. Il ne s’agit pas d’un état naturel, mais d’une construction institutionnelle extrêmement subtile qui requiert une surveillance et une mise en application constantes. Le système de droits de propriété nécessite à lui seul un imposant apparat bureaucratique et judiciaire simplement pour dépister qui possède quoi et qui doit quoi à qui. Les lois de protection du consommateur, qui établissent les règles fondamentales destinées à garantir le maintien d’une « saine » concurrence, sont aussi d’énormes apparats judiciaires. (On a évalué, par exemple, qu’après la « révolution de velours », la République tchèque avait dû adopter quatre-vingt mille pages de législation pour hausser ses normes de production aux niveaux minima de celles de l’Union européenne.) En outre, il faut augmenter le nombre de réglementations chaque fois qu’une personne trouve un moyen plus ingénieux de contourner les anciennes (de la même manière que le nombre de règles régissant le sport augmente chaque fois qu’un individu trouve un nouveau moyen de tricher).

31Il est important, par conséquent, de toujours garder une perception pondérée des marchés. Il y a quelque chose d’extrêmement élégant dans la manière dont ils répartissent les biens et les ressources, et dans la manière dont le système des prix règle automatiquement le système de production en réaction aux fluctuations de la demande. On a nettement le sentiment que les marchés parviennent à un niveau de coordination et d’efficience qu’aucune autre forme d’organisation sociale n’est à même de dispenser. Toutefois, les marchés n’ont rien de magique et ne résoudront pas tous nos problèmes. Ils ne fonctionnent adéquatement que dans des contextes institutionnels spécifiques.

*

32Puisque j’en suis à l’à-propos de garder une perception « ponpondérée » des marchés, j’en profite pour ajouter quelques mots sur certaines des perceptions les plus sérieusement bancales qui aient cours. Le succès du capitalisme a engendré ses propres souches de conviction utopique. Comme les utopistes de la gauche sont enclins à penser que les incitations morales peuvent suffire à fournir une assise adéquate à l’économie, les utopistes de la droite maintiennent que la morale est devenue complètement obsolète et que l’intérêt personnel débridé est tout ce dont il est besoin pour que les choses continuent d’aller rondement.

33Le philosophe David Gauthier a très joliment exprimé l’idée au cœur de cette vision utopique en suggérant que les marchés « libèrent de la morale ». Il y a quelque chose de très séduisant dans cette idée. Après tout, chacun peut reconnaître que la morale est un boulet. Devoir se soucier des autres, s’inquiéter constamment de leurs sentiments, tenir ses promesses et dire la vérité – cela finit par peser. La vie serait bien plus amusante si on pouvait faire tout ce qu’on veut. C’est justement ce qu’on peut faire selon les utopistes de la droite. Grâce au capitalisme, on peut se comporter en parfait crétin et s’en tirer très bien malgré tout. Cela parce que le marché transforme miraculeusement l’intérêt personnel en bénéfices publics.

34Cette idée est dans l’air depuis un bon moment. Bernard Mandeville l’a popularisée, lui dont la « Fable des abeilles » insinue que les vices personnels sont en fait des « vertus publiques ». Les auditoires modernes connaissent mieux la thèse que « la cupidité est bonne », thèse qu’expose le désormais classique discours de Gordon Gekko dans le film Wall Street (où Gekko réussit à convaincre un groupe d’actionnaires un peu crédules que son enrichissement personnel est en fin de compte dans leur intérêt). Plusieurs agents de change peuvent citer de mémoire son exorde triomphaliste : « Le fait est, Mesdames et Messieurs, que la cupidité est, à défaut d’un meilleur mot, bonne en soi. La cupidité est juste. La cupidité produit des résultats. »

35On peut trouver une version spécialement extrémiste de cette utopie dans les écrits d’Ayn Rand, dont les romans Atlas Shrugged et The Fountainhead continuent d’être le plat de résistance du régime littéraire des adolescentes. (Assez étrangement, cette popularité ne s’est pas démentie même si, dans les deux livres en cause, l’héroïne se fait violer et en jouit. Et cela n’est pas l’effet du hasard. Rand croyait que les femmes ont un désir « naturel » de se soumettre aux hommes. Que bien des gens ne remarquent même pas ces viols et moins encore les jugent choquants, voilà une preuve de la fascination qu’exerce la forme littéraire. En dépit même du fait que Roark – le noble architecte – s’introduit, dans un cas, effectivement, de nuit par la fenêtre, dans la chambre à coucher d’une femme.)

36Selon Rand, le triomphe du capitalisme nous montre non seulement que la morale n’est pas nécessaire, mais qu’elle est en fait une chose mauvaise. La vertu cardinale, selon Rand, est l’égoïsme. L’idée que nous devrions nous soucier d’autrui est en fait une pernicieuse supercherie perpétrée par des gens trop faibles ou trop paresseux pour mettre de l’avant leurs intérêts personnels. Ce sont des opportunistes, des parasites qui cherchent à abaisser tout le monde à leur niveau.

37L’idée fondamentale de Rand – que la morale est une conspiration fomentée par le faible contre le fort – est en fait empruntée à Nietszche. On le sait, Nietszche ne s’est pas caché d’imputer tout cela aux juifs et à leur « morale d’esclave ». Depuis lors, la droite a été forcée d’adopter un vocabulaire plus subtil auquel elle recourt souvent devant un auditoire pluraliste. Quoi qu’il en soit, la célèbre injonction de Nietszche à aller « par delà le bien et le mal » n’est qu’invitation pressante à mettre fin à cette supercherie et à l’appeler par son nom.

38Il y a manifestement quelque chose de fascinant dans cette thèse, spécialement parce que presque tous les lecteurs de Nietzsche semblent s’imaginer être des forts, non des faibles. (Semblablement, plus de 80 % des gens croient que leur compétence au volant dépasse la moyenne, ou qu’ils sont plus productifs que l’employé moyen.) Cette fascination a cependant quelque chose de profondément adolescent. Nietzsche tend à être une « phase » que traversent les gens. Devenir adulte, c’est en partie trouver un moyen de se réconcilier avec les responsabilités d’adulte qui incluent des obligations morales.

39Quoi qu’il en soit, la tendance de Rand à édulcorer l’hostilité nietzschéenne à l’égard de la morale par une vénération servile pour le capitalisme engendre à la fin une doctrine plus plausible. Quand vient le moment décisif, on peut en fait trouver quelque chose à dire en faveur de son point de vue (bien moins cependant que ce qu’imaginent beaucoup de gens). L’une des particularités perverses de la vie en société capitaliste est que non seulement agir dans son intérêt personnel entraîne souvent des conséquences bénéfiques pour la société dans son ensemble, mais que le contraire se vérifie aussi : ne pas agir dans son intérêt personnel génère souvent des effets pernicieux.

40Quand les consommateurs veulent un bien d’un type rare, ce qu’il leur convient de faire, dans une économie de marché, c’est de commencer à se le disputer. Leurs agissements feront grimper les prix, envoyant ainsi aux producteurs le signal qu’ils devraient en offrir davantage. Mais supposons qu’au lieu de se faire concurrence ils décident d’être gentils et de partager. Cela peut sembler la conduite « morale » à adopter, mais ses conséquences s’avéreront finalement mauvaises. Sans concurrence, les prix ne changeront pas et les producteurs n’auront aucune incitation à accroître leur production. Résultats : une rareté de ce bien et une surproduction de biens dont les gens ne veulent pas tellement.

41Par conséquent, l’une des particularités les plus singulières du capitalisme est que nous avons souvent raison de nous abstenir d’agir suivant nos impulsions « morales ». Un excellent exemple nous en a été donné pendant la crise du verglas au Québec. Quand des millions de personnes se retrouvèrent soudain sans électricité, au plus fort de l’hiver, la demande pour des génératrices augmenta rapidement. Les gens qui vendaient des génératrices réagirent naturellement en haussant les prix. Bien entendu, cela sembla à l’époque un comportement de pur profiteur – on abusait de gens dans le besoin. En réaction à ces doléances, le gouvernement intervint et interdit aux vendeurs de gonfler les prix.

42Cela parut une bonne idée à bien des gens. Mais examinons-en les conséquences plus larges. De vieilles génératrices inutilisées pendant tout l’hiver dormaient à la maison de campagne des milliers d’Ontariens. Plusieurs auraient pu s’y rendre en voiture, y prendre leur génératrice et la vendre à des Québécois au désespoir. Mais si les génératrices usagées se détaillaient aux environs de 500 $, cela aurait à peine valu le déplacement. Par ailleurs, si les Québécois avaient été disposés à payer 2000 $, le déplacement en aurait peut-être valu le coup. Semblablement, des montagnes de génératrices dormaient peut-être dans les arrière-boutiques de quincailleries de la Floride. À juste prix, cela aurait peut-être valu la peine de les expédier au Québec. Le fait que les Québécois étaient disposés à payer plus pour des génératrices reflétait la réalité qu’ils avaient à l’époque davantage besoin de génératrices que la plupart des gens. Dans ce cas précis, l’intervention gouvernementale dans le système des prix mina la volonté que plusieurs auraient pu avoir d’aider à satisfaire ce besoin. Si des Québécois continuèrent à obtenir des génératrices à des prix raisonnables, la population dans son ensemble n’a presque certainement pas mis la main sur autant de génératrices qu’elle l’aurait voulu.

43Naturellement, il s’agit là d’une arme à deux tranchants. Si nous ne voulons pas que les consommateurs se partagent des biens, nous ne voulons pas non plus que les fournisseurs deviennent trop bons copains. Il est important que les entreprises soient en concurrence. Toute contrainte morale – comme celle de ne pas acculer son concurrent à la faillite si l’occasion se présente – est en fin de compte mauvaise pour le consommateur. Cela permet à une firme inefficiente de rester en affaires, de continuer à consommer des ressources qu’on pourrait mieux employer ailleurs. C’est pourquoi les gouvernements doivent continuellement exercer une surveillance des marchés pour s’assurer que les entreprises ne sont pas de connivence, ne s’entendent sur les prix ou sur quoi que ce soit d’autre.

44Le fait est que les marchés ne permettent pas seulement une conduite concurrentielle, ils requièrent pareille conduite pour fonctionner correctement. La morale est un mécanisme utilisé principalement pour résoudre des problèmes d’action collective. Elle aide à nous tirer de dilemmes du prisonnier. Dans un marché, nous voulons toutefois que les acheteurs comme les vendeurs restent coincés dans leurs respectifs dilemmes du prisonnier, et cela suppose souvent qu’ils résistent à leurs impulsions morales. Cette évidente perversité est responsable de quantité de scrupules moraux qu’entretiennent bien des gens à l’égard du capitalisme.

45Quoi qu’on en dise, cela ne suggère aucunement que nous puissions nous passer entièrement de morale. Quand nous cherchons à gagner une compétition, nous n’en avons en un sens que pour notre intérêt personnel. Mais la compétition ne restera saine que dans la mesure où nous nous conformerons à un ensemble de règles auxquelles il n’est généralement pas dans notre intérêt personnel d’obéir. De la même manière que le « bon esprit sportif » est essentiel en tout sport, le « bon esprit civique » est également essentiel à la bonne marche du capitalisme. De même qu’il est dans l’« intérêt » des patineurs artistiques d’estropier leurs concurrents, de même il est dans l'« intérêt » des compagnies de faire sauter les usines de leurs concurrentes ou d’assassiner leurs respectifs P.D.G. – ce que les Russes ont découvert de première main. La première ligne de défense contre cela est tout bonnement la contrainte morale. Si la morale échoue, alors intervient la loi.

46Pour que le capitalisme fonctionne sans à-coups, il faut nous abstenir de voler, d’user de violence pour parvenir à nos fins, de produire des bilans frauduleux, etc. La liste s’allonge encore et encore. Il s’agit dans tous les cas d’obligations légales et morales. Si les gens ne respectaient pas ces règles de base, le système entier se désintégrerait. La course au sommet deviendrait une course à l’abîme. Le paradoxe de la position d’Ayn Rand est que, si trop de gens la prenaient au sérieux, elle saperait rapidement les fondements du capitalisme. L’altruisme n’est peut-être pas nécessaire à l’intérieur des marchés. Mais le système de marché dans son ensemble s’appuie sur le seul comportement moral.

47Par conséquent, le système capitaliste requiert encore beaucoup de contrainte morale. Il en requiert simplement un peu moins que certaines autres formes d’organisation économique.

*

48Comme nous l’avons vu, les vertus de la concurrence découlent de l’ensemble des règles qui régissent l’épreuve, non des intentions des concurrents. Le caractère sain ou malsain d’une économie de marché dépendra donc de l’élaboration de ces règles. Malheureusement, il n’est souvent pas des plus faciles d’élaborer un ensemble de règles qui fonctionnent bien. Les marchés ont tendance à donner de très bons résultats quand il s’agit d’échanger des marchandises sèches de dimension moyenne. Il peut s’avérer beaucoup plus difficile – parfois impossible – d’organiser d’autres types d’échanges.

49Quand les marchés ne fonctionnent pas bien, ils génèrent des résultats inefficients. On qualifie ce phénomène de défaillance du marché (que certains appellent « échec du marché »). La défaillance du marché est la clé de la compréhension de l’entière macrostructure du capitalisme de l’État-providence.

50La forme la plus commune de défaillance du marché résulte de l’impossibilité de faire valoir certains types de droits de propriété. La fonction des prix dans une économie de marché est essentiellement de rationner les biens rares. Par exemple, ce serait bien si nous pouvions tous utiliser autant d’essence que nous le voulons. Malheureusement, il n’y a en circulation qu’une quantité donnée de pétrole, et il faut beaucoup d’efforts pour l’extraire du sol et le raffiner en un produit utilisable. Cela signifie que, chaque fois que nous utilisons un peu de pétrole, nous imposons des coûts à d’autres. Chaque litre d’essence que je consomme est un litre que personne d’autre ne pourra consommer et que d’autres personnes ont mis beaucoup de temps et d’énergie à produire. C’est pourquoi je dois donner en échange quelque chose qui m’appartient. Il faut que je paie pour cela.

51Pour assurer que l’économie produise exactement la quantité « idoine » d’essence du point de vue de l’efficience, il importe que le prix reflète très précisément le coût qu’impose aux autres la consommation de pétrole. C’est ce qui nous retient de consommer trop de choses dont nous n’avons pas réellement ni le besoin ni le désir. Le système de droits de propriété nous force à couvrir ces coûts. Quand nous faisons le plein à la pompe, les droits de propriété du patron de la station-service l’autorisent donc à exiger de nous paiement.

52Malheureusement, certains des coûts qui découlent de notre consommation de pétrole ne sont jamais recouvrés et ne se reflètent pas en conséquence dans le prix demandé. Chaque fois que nous consommons de l’essence, cela crée des plus manifestement de la pollution atmosphérique. Il s’agit clairement d’une mauvaise conséquence qui impose un coût à autrui. Ceux qui en sont touchés ne sont toutefois pas à même d’exiger rétribution pour ce droit de polluer l’air qu’ils respirent, parce qu’il est trop difficile de faire valoir un droit de propriété de cette nature. Les économistes appellent cela une « externalité » négative. Il s’agit d’un coût que l’on ne considère pas dans l’établissement du prix.

53Les externalités, dont les effets peuvent être de très grande portée, sont la source la plus commune de défaillance du marché. Il y a plusieurs années de cela, ma tante est devenue follement angoissée quand son voisin, dans la campagne saskatchewannaise, a décidé de se lancer dans l’élevage du porc. Les porcheries peuvent être une source d’énormes tensions parce qu’elles empestent. Ce ne serait pas tellement un problème s’il était possible d’obtenir rétribution de l’éleveur de porcs. Malheureusement, aucun mécanisme du marché n’est disponible pour organiser cet échange.

54Si l’éleveur de porcs avait voulu déverser du fumier sur la terre de ma tante, le système de droits de propriété aurait protégé ma parente. Parce qu’elle était propriétaire de la terre, elle aurait pu l’empêcher d’agir ainsi, ou au moins demander rétribution pour ce privilège. Mais l’air autour de sa ferme n’appartient à personne et il n’existe donc aucun moyen d’empêcher son voisin d’y « déverser » des effluves délétères.

55Considérons maintenant les conséquences à long terme de cette défaillance du système de droits de propriété. L’éleveur de porcs cherche à gérer une exploitation profitable. Le nombre de porcs qu’il élève sera déterminé par le coût de leur élevage et leur prix de vente. La société s’assure ainsi que sera élevé le nombre « idoine » de porcs – en équilibrant coût de production du porc et demande de côtelettes de porc. Toutefois, tous les coûts ne se reflètent pas dans les coûts de production de l’éleveur. Il lui faut payer pour disposer du fumier, mais il n’a pas à payer pour disposer des miasmes. Avec le résultat que l’équilibre sera rompu entre ceux qui reçoivent les bénéfices (les consommateurs de côtelette de porc) et ceux qui en supportent les coûts (ceux qui dépensent temps et énergies à entretenir les porcs). Le fermier produira beaucoup plus de porcs qu’il ne serait justifié de le faire. En raison de l’externalité négative, la société se retrouvera avec un surplus de porcs et de miasmes. Cela signifie qu’on pourrait encore réaliser des gains d’efficience en retirant des ressources à l’élevage des porcs pour les employer à autre chose. Mais on ne peut compter que le marché procédera à ce changement ; en fait, il luttera activement contre pareil changement.

56Cela est d’une énorme importance. Cela signifie que, chaque fois que surviennent des externalités négatives, les marchés surproduisent obstinément les biens qui engendrent ces externalités comme sous-produits. Pire encore, les producteurs ont une incitation constante à trouver de nouveaux moyens encore meilleurs d’externaliser leurs coûts. Les éleveurs de porcs doivent payer pour disposer de leur fumier seulement parce que les droits de propriété protègent les terres contre des déversements. Mais s’ils brûlent le fumier, ils peuvent alors s’en débarrasser gratuitement parce que les marchés ne réglementent pas l’utilisation de l’air. Alors, même si brûler le fumier est bien plus nuisible à la société que de l’enfouir, les lacunes du marché peuvent donner aux fermiers une incitation à en disposer de cette manière. Ce qui est d’une absurde inefficience.

57Les problèmes dits « environnementaux » sont pour la plus grande part de semblables défaillances du marché. Si les firmes n’ont pas à payer pour disposer de leurs déchets, elles en générent beaucoup trop. Cette sorte de pollution n’est manifestement pas souhaitable. Toutefois, quand une firme pollue, cela laisse aussi supposer qu’on produit trop d’un certain bien. Le fait que cette firme pollue démontre que sa structure de coûts n’est plus en synchronie avec le coût social. Par conséquent, la société encaisse deux coups du point de vue de l’efficience : d’abord, par la pollution en soi ; ensuite, par la surproduction de biens non désirés. Russell Hardin qualifie brillamment ce phénomène de « dos de la main invisible ».

58L’objectif d’une société efficiente et de notre économie en général est de satisfaire les besoins des gens, ou de satisfaire autant de besoins que possible compte tenu des ressources disponibles. L’avantage du système des prix est qu’il propose une « image » observable de ces besoins. Encore une fois, rappelez-vous l’exemple de la caméra infrarouge qui détecte des fréquences normalement invisibles à l’œil nu et les transforme en spectre visible. Le système des besoins, comme le rayonnement infrarouge, est invisible. Le marché prend ces besoins et les transforme en quelque chose d’observable : des prix. Mais chaque fois que surviennent des externalités, l’image se fausse un peu. Certains des besoins sont négligés. Résultat : l’image qui émerge est déformée ; il peut même en manquer des portions entières. Comme cette image est ce dont on se sert pour décider de ce que l’on produira, les imperfections dans l’image induiront à des inefficiences systématiques. Nous gaspillerons des ressources à produire des choses dont nous ne voulons pas vraiment au lieu d’autres dont nous voulons.

59Le système des prix réussit extrêmement bien à jauger notre demande en marchandises sèches de dimension moyenne. S’il s’agit là du genre de biens qui vous rendent heureux – si votre voiture, votre chaîne stéréo ou votre maison sont le centre de votre existence – alors l’économie de marché vous servira bien. Mais si, malheureusement, vous êtes une personne dont les demandes se concentrent sur des biens plus intangibles – comme une randonnée dans la nature par une radieuse journée d’été – alors le marché ne vous servira pas aussi bien. En fait, il vous servira plutôt médiocrement puisqu’il aura tendance à retirer des ressources à la production du type de biens qui vous plaisent.

*

60Tous les sous-produits de l’activité économique ne sont pas nuisibles. De la même manière que nous générons parfois des coûts pour autrui, nous sommes aussi parfois capables d’engendrer des bénéfices. Si vous allez planter des carottes dans un champ, vous venez de créer du coup un bien social généralisé en accroissant la provision globale de vivres disponibles pour consommation humaine. Dans deux mois, n’importe qui passant par là pourra cueillir une de ces carottes et savourer une succulente collation.

61Malheureusement, les gens ne courent pas habituellement ici et là en faisant pleuvoir coup sur coup les bénéfices. Ils ne révèlent généralement ce côté de leur personnalité qu’en des circonstances particulières. Bien sûr, nous faisons tous à l’occasion des gestes altruistes – certains d’entre nous plus que d’autres. Mais nous passons le plus clair de nos journées à faire des choses qu’il est dans notre intérêt de faire.

62Quand les gens se bornent à leur seul intérêt, cela génère des problèmes d’action collective. À cause de cela, il ne manque pas de situations où nous voulons que les gens produisent des biens pour les autres. Nous voulons que les gens plantent des carottes. Nous voulons qu’ils s’abstiennent de se promener avec des armes de poing. Les droits de propriété n’ont pas pour unique fonction de permettre aux gens d’exiger rétribution pour des coûts qui leur sont imposés, mais aussi de permettre aux gens d’exiger rétribution pour les bénéfices qu’ils engendrent. Les droits de propriété vous permettent en effet de « vous saisir » d’une partie des bénéfices que vos gestes entraînent pour autrui. Par conséquent, le fait que vous possédiez des carottes vous autorise à les vendre et conséquemment à avoir part aux bénéfices que vos carottes génèrent pour ceux qui finalement les mangent. C’est ce qui au départ vous fournit une incitation à planter les carottes et c’est ainsi que les droits de propriété vous aident à vous dégager d’une large gamme de problèmes d’action collective susceptibles d’advenir quand les gens manquent d’incitation à aider autrui.

63Une externalité positive survient chaque fois que les gens sont incapables de se saisir d’une fraction non négligeable des bénéfices que leurs activités génèrent pour toute la société. Répétons-le, les externalités positives surviennent là où le système de droits de propriété est incomplet. Le contrôle des moustiques en est un exemple qui me tient à cœur. J’appartiens à cette école de pensée selon laquelle seul un moustique mort est un bon moustique. Ce qui, selon moi, fait de la guerre aux moustiques un bien absolu. (Quiconque n’a pas de sentiment aussi arrêté à propos des moustiques devrait se sentir libre de modifier quelque peu l’exemple en substituant, disons, le mot « rats » au mot « moustiques » du début à la fin.) Quoi qu’il en soit, chacune de mes victoires sur un moustique ne profite pas qu’à moi, mais à toute autre personne que le moustique en question aurait pu piquer. Mon piège à moustiques confère en conséquence un léger bénéfice à tous mes voisins. Malheureusement, il est si difficile de mesurer ce bénéfice que retirent mes voisins de mes efforts de désinsectisation que je ne peux pas vraiment en exiger rétribution. C’est une externalité positive.

64Chaque fois qu’un bien présente une externalité positive, les marchés ont tendance à le produire en quantité insuffisante. Résultat : le système de droits de propriété dans son ensemble néglige de résoudre une certaine catégorie de problèmes d’action collective.

65Imaginez un groupe de personnes vivant toutes à un jet de pierre d’une mare, terrain idéal de reproduction pour les moustiques. Toutes pourraient s’épargner un tas d’embêtements en vaporisant un peu d’insecticide sur cette eau stagnante. Malheureusement, les marchés privés ne donnent à personne une incitation à agir de la sorte. L’achat du poison et sa vaporisation engagent des dépenses et un effort importants – sans parler de l’exposition personnelle à des produits chimiques suspects. Imaginez qu’une personne aille acheter le produit et se charge du travail. Et que, le lendemain, elle fasse le tour de ses voisins et tente de recueillir un peu d’argent pour défrayer ces coûts. Leurs réactions seront, bien entendu, des plus prévisibles. Deux ou trois gentilles personnes paieront leur part et les autres lui diront d’aller se faire voir. (Les futés refuseront de payer, prétextant des objections d’ordre « environnemental » à la vaporisation d’insecticides. Ils pourront de cette manière jouer les opportunistes tout en invoquant un motif hautement moral.) Elle peut bien tenter de les convaincre, mais ne peut en pratique les forcer à payer parce que le système des droits de propriété ne couvre pas la « réduction du risque d’être piqué par un moustique ».

66Comme cette issue est entièrement prévisible, personne ne se souciera même, dans la plupart des cas, de procéder à l’épandage. On laissera simplement les moustiques se reproduire. C’est pourquoi les espaces publics ou les biens sur lesquels aucun individu n’a de titre clair de propriété ont tendance à se dégrader quand on les abandonne au marché – un phénomène auquel on fait souvent référence comme étant la tragédie des communes. L’important à noter ici est que cette tragédie n’est rien d’autre qu’un dilemme du prisonnier. C’est un problème d’action collective que les marchés négligent de résoudre.

67Quels autres biens ont aussi de considérables externalités positives ? L’éducation en est un exemple extrêmement important. La capacité de lire génère manifestement d’immenses bénéfices pour la personne qui lit. Mais elle génère aussi d’immenses bénéfices pour les autres. Si vous savez lire et écrire, les gens n’ont pas à vous dire en personne ce qu’il faut faire, ils peuvent simplement le mettre par écrit. Le fait que nous vivons dans une société où le niveau d’éducation générale est élevé génère d’énormes bénéfices pour tous. Cependant, parce qu’ils sont incapables d’exiger rétribution des gens pour tous les bénéfices que leur éducation confère aux autres, les individus n’optent pas toujours pour un niveau d’éducation socialement optimal. Malgré le fait que l’éducation soit massivement subventionnée, plein de jeunes gens abandonnent encore leurs études à l’adolescence. Cette décision est peut-être raisonnable sur le plan individuel, mais elle impose d’énormes coûts à la société – dont le plus évident est une diminution de productivité. C’est pourquoi nous devons user de toutes sortes de mécanismes non marchands pour les garder aux études.

68En règle générale, la plupart des biens « symboliques » ont de considérables externalités positives. Cela parce qu’il est très difficile de contrôler leur reproduction. Une nouvelle, une bonne idée, un air entraînant – tous ces biens sont reproduits dès l’instant que quiconque en prend connaissance. Si vous composez une chanson et l’exécutez, quiconque l’entend peut se hâter de la reproduire. Et quiconque entend cette reproduction peut la reproduire à son tour. Il est très difficile de « se ressaisir » de plus d’une fraction de ces bénéfices parce que le droit de propriété en ce cas est fort difficile à exercer. Chercher à posséder ces biens, c’est comme chercher à posséder un feu. Vous pouvez exiger rétribution des gens pour une flamme, mais ce qui advient après coup à « votre » feu vous échappe totalement.

*

69Le concept de défaillance du marché est extrêmement utile, mais peut aussi s’avérer très trompeur. Le manuel typique d’initiation à l’économie présente d’abord le modèle idéalisé de la parfaite économie de marché. Pareille économie est aussi parfaitement efficiente. On y aborde ensuite la défaillance du marché comme un à-côté, un peu comme une concession au « monde réel ». Cela crée l’impression que l’efficience est la norme et la défaillance, l’exception. En outre, on y décrit souvent la défaillance du marché comme une conséquence de « marchés manquants » ou d’un système de droits de propriété « incomplet », comme si un système « complet » de droits de propriété était concevable, voire praticable.

70Cette façon de voir est complètement insensée, car la défaillance du marché est la règle. C’est la condition humaine foncière. L’état de nature hobbésien n’est en réalité qu’un état de défaillance totale du marché. À partir de cet état de nature, nous avons été capables d’édifier un ensemble d’institutions qui promeuvent la coopération et améliorent donc l’efficience. Les marchés sont une institution de ce type. Mais ils sont extrêmement limités dans leur portée puisque les droits de propriété ne s’appliquent qu’à une minuscule fraction des ingrédients nécessaires à une vie bonne.

71Le meilleur moyen de se représenter les choses n’est pas d’imaginer un système complet de marchés, atteint ici et là de petites défaillances. Il vaut mieux commencer par imaginer un état de nature dans lequel prévaut la défaillance totale du marché. Imaginez environ dix milliards de dilemmes du prisonnier. Chacun de ceux que nous résolvons rend la société juste un petit peu plus efficiente. L’introduction des marchés résout peut-être une centaine de millions d’entre eux. Les autres n’en sont même pas touchés.

72La vaccination est un exemple de problème d’action collective que les marchés ne peuvent résoudre. Dans certaines provinces canadiennes, il est obligatoire que les écoliers soient vaccinés. À première vue, cela peut sembler étonnant. Après tout, qui ne voudrait pas que son petit soit vacciné contre des maladies mortelles ? C’est comme les lois contre le suicide. L’intérêt personnel devrait à lui seul pourvoir à cela.

73La raison pour laquelle nous avons une loi en ce sens, c’est que la vaccination génère un problème d’opportunisme. Quand une personne reçoit un vaccin, cela lui rapporte certains bénéfices : elle est moins susceptible d’être malade. Mais cela crée aussi une externalité positive. Une personne vaccinée n’est pas seulement moins susceptible d’attraper la maladie, elle est aussi moins susceptible de la transmettre. Cela signifie que, si la majorité des gens a été vaccinée dans votre communauté, vous êtes moins susceptible de tomber malade, que vous ayez ou non été vous-même vacciné.

74Voici le problème : quand vous vous faites vacciner contre plusieurs maladies, vous courez un faible risque que le vaccin lui-même vous rende malade. Une fois qu’une bonne quantité de gens ont été vaccinés, le risque que le vaccin rende malade peut être plus grand que celui d’être infecté par la population en général. Dans ce cas, il devient possible de réduire votre risque d’être malade en refusant d’être vacciné et en jouant l’opportuniste avec toutes les autres personnes qui ont été vaccinées. Ce qui, bien sûr, est un comportement antisocial puisque votre conduite vous rend non seulement plus susceptible de tomber malade, mais plus susceptible d’infecter les autres. Mais cela n’empêche pas les gens d’agir de la sorte.

75Livrées à elles-mêmes, les populations humaines ont tendance à choisir des niveaux inefficients de vaccination. Les premiers temps que sévit une maladie, tout le monde court se faire vacciner. La maladie commence ensuite à régresser. Quand cela survient, les gens se mettent à jouer les opportunistes et plusieurs choisissent de se passer du vaccin. Environ une décennie plus tard, un nombre suffisant de personnes seront sans protection et la maladie réapparaîtra. Une épidémie se déclarera et, une fois de plus, tout le monde se précipitera pour être vacciné. Ce qui relance simplement encore le même cycle. Malgré le fait que tout le monde se porterait mieux si tous étaient vaccinés, l’intérêt personnel ne suffit pas à lui seul à garantir pareil résultat.

76On peut interpréter cela comme une sorte de défaillance du marché. Si le système de droits de propriété était « complet », les gens pourraient exiger rétribution les uns des autres pour les bénéfices que confère l’immunisation. De cette façon, une personne qui a décidé de ne pas se faire vacciner devrait compenser celles qui ont été exposées au danger que cette décision faisait peser sur elles. Cela devrait éliminer l’incitation à user d’opportunisme. Mais un tel système serait extravagant et impossible à organiser. Pourquoi ? Parce que l’immunité à la maladie n’est pas une marchandise sèche de dimension moyenne. Dans ce cas particulier, il est beaucoup plus efficient de voter tout bonnement une loi qui oblige les gens à faire ce qu’ils choisiraient de faire dans un système complet de marchés. S’il est permis de se représenter cela comme une défaillance du marché, le penser effectivement trahit certaines attentes irréalistes quant à ce que les marchés sont à même de réaliser.

77Incidemment, l’exemple de la vaccination montre encore une fois à quel point peut être profondément ancrée notre tendance à nous enferrer dans des problèmes d’action collective. Pour ma part, je connais un certain nombre de personnes qui se sont opposées à la vaccination de leurs enfants. La vaste majorité d’entre elles sont du type hippie ; elles réagissent ainsi à quelques divagations de marchands de la peur sur l’institution médicale ou sur les maux de la technologie moderne. Il faut surtout retenir qu’il ne s’agit pas d’égoïstes endurcis ; ce sont des êtres compatissants et soucieux du bien de leur communauté. Cela ne semble pourtant pas les empêcher de faire preuve d’opportunisme avec autrui. Pourquoi courir le risque de faire immuniser ses enfants quand on peut reporter le risque sur ceux de ses voisins ? Bien entendu, ce n’est pas ainsi qu’ils réfléchissent sur la question, mais c’est pourtant la logique qui sous-tend leur choix.

78Comme Hobbes l’a vu clairement, pas besoin d’être méchant pour s’empêtrer dans des problèmes d’action collective. Suffit d’être humain.

*

79Il y a plusieurs années, je sillonnais l’Écosse en voiture et je décidai de visiter la distillerie de scotch Glenlivet. Je m’y rendis avec l’espoir d’en rapporter quelques échantillons gratuits, ou à tout le moins des produits à rabais, mais je me trouvai happé malgré moi dans un groupe en visite guidée. Ce qui me gêna un peu, spécialement lorsque je découvris que tous les membres du groupe étaient, croyez-le ou non, des professeurs d’université. (Ce qui est en fait très révélateur de la construction sociale du goût.) Après un petit moment, je me mis à me divertir en abordant de parfaits étrangers et en leur demandant : « Alors, où est-ce que vous enseignez ? »

80Le cicérone était un très charmant jeune homme. Naturellement, c’était un étudiant diplômé en philosophie. Il avait probablement accepté cet emploi pour pouvoir se faire des relations. Il nous donna des tas de renseignements intéressants sur la distillerie. Trois équipes se relayaient toutes les huit heures dans l’usine, comme c’est le cas pour la plupart des procédés de fabrication continue. Chaque équipe comptait quatre employés, pour un grand total de douze travailleurs. Vous avez bien lu. Tout le Glenlivet du monde n’est produit que par douze personnes.

81Vous pourriez croire alors que la distillerie Glenlivet ne contribue que marginalement à l’économie locale. Mais vous auriez tort. Pourquoi ? Parce que la distillerie embauche aussi une petite armée de guides touristiques et d’employés à sa boutique de souvenirs, un personnel bien plus nombreux que celui engagé dans la production même de l’alcool.

82Cela illustre la mutation des plus radicales subie par notre économie dans les quatre dernières décennies. Il est devenu facile de fabriquer l’objet physique, réel. La fabrication est devenue si hautement automatisée que l’intervention humaine est presque superflue. C’est le fondement de notre société, l’assise de notre qualité de vie. Et c’est pourquoi les tout nouveaux membres du corps professoral – même les étudiants diplômés – peuvent maintenant se payer du whisky écossais de pur malt.

83Cela signifie aussi qu’à mesure que notre intervention était écartée de la fabrication, elle se reportait de plus en plus sur la production de biens plus intangibles. Les deux exemples les plus notables sont les services et l’information. C’est une réalité très familière, une réalité qui a été disséquée et analysée ad nauseam sous les slogans de l’« âge de l’information », de la « société postindustrielle », de l’« industrie du savoir », etc. Ce qu’on mentionne rarement dans la discussion, c’est à quel point il est difficile de contrôler ces biens intangibles. À mesure que nous nous éloignons de la fabrication d’objets physiques, le système de droits de propriété devient de plus en plus difficile à faire respecter. L’information est, en particulier, un bien incroyablement difficile à mettre sur le marché. Le « champ du savoir » est en conséquence l’un des domaines les plus prédisposés à la défaillance du marché.

84La raison pour laquelle il est difficile d’acheter ou de vendre de l’information saute aux yeux. Pour que les marchés soient parfaitement efficients, toutes les parties à un échange doivent être parfaitement informées de la qualité des biens échangés et des prix auxquels se transigent tous les autres biens dans l’économie. Si elles ne disposent pas de cette information, d’autres échanges plus avantageux pourraient leur échapper.

85Par conséquent, le fonctionnement adéquat des marchés requiert que cette information soit non seulement complète, mais symétrique. Il ne faut pas qu’un des participants à la transaction en sache plus que l’autre. Mais alors comment quelqu’un peut-il acheter et vendre de l’information ? Si vous êtes en position de vendre à quiconque de l’information, par définition vous devez avoir plus d’information qu’en ont les autres.

86Quand vous achetez une paire de chaussures ou un téléviseur, vous souhaitez d’abord en vérifier la qualité. C’est le seul moyen de vous assurer que ces biens valent en fait la somme que vous débourserez. Comme toute transaction ne promeut l’efficience que si les deux parties sont heureuses après coup, l’efficience requiert que l’acheteur soit très bien informé de la qualité du produit avant d’en faire l’achat.

87Il est parfois très difficile à un néophyte de juger de la qualité d’un bien. Dans ce cas, il faut embaucher un expert. C’est ainsi que nous payons un mécanicien qui examinera une voiture usagée avant que nous ne l’achetions, ou un inspecteur en bâtiments qui examinera une maison avant que nous ne finalisions le marché. Les coûts de ces renseignements limitent de manière importante le niveau d’efficience accessible dans le cas de pareilles transactions. À titre d’exemple, l’acheteur de maison n’en visite en moyenne que six ou sept avant de procéder à l’achat, alors qu’on peut facilement examiner vingt ou trente cafetières avant d’en choisir une. Il est donc presque certain que des gains d’efficience pourraient être réalisés si les gens pouvaient plus facilement échanger des maisons.

88Ce qui limite en partie ces transactions c’est qu’il en coûte assez cher de faire intervenir un expert pour juger de la qualité des biens en cause. L’inspection d’une maison peut coûter plus de 500 $. Bien entendu, si la maison coûte des centaines de milliers de dollars, cela peut en valoir la peine. Parfois, les frais encourus pour une inspection sont cependant aussi élevés que la valeur des biens transigés : par exemple, un avocat vous vend des conseils de nature juridique ; comment savoir s’il s’agit de bons conseils ? Le seul moyen de s’en assurer, c’est de les soumettre à l’évaluation d’un autre avocat. Mais ces services vous coûteront probablement autant que ceux du premier avocat ; vous aurez donc avantage à vous en tenir au conseil reçu. Dans des cas comme celui-là, la concurrence entre vendeurs devient presque inexistante, et les prix déterminés par le libre marché sont donc très peu susceptibles d’être de « justes » prix du point de vue de l’efficience.

89Le problème se complique encore dans le cas de l’achat et de la vente d’information factuelle. Pour juger de la qualité de l’information que vous êtes sur le point d’acheter, il vous faut y jeter un coup d’œil. Mais une fois cela fait, vous savez de quoi il retourne et vous n’avez donc plus aucune incitation à payer pour l’obtenir. Aucun vendeur qui a toute sa tête ne vous laissera jamais y jeter un œil. Il faudra vous contenter d’en subodorer la valeur. Résultat : cette transaction n’est pas plus susceptible de promouvoir l’efficience que n’importe quel autre procédé aléatoire.

90C’est pourquoi les marchés de l’information ne fonctionnent pas comme les marchés de biens matériels. La plupart du temps, ils ne fonctionnent pas du tout. Plusieurs innovations, comme les copyrights et les brevets, tentent d’élargir le système de droits de propriété pour couvrir l’information, mais ils n’offrent au mieux qu’une couverture partielle. La vaste majorité des marchés de l’information flanchent tout simplement. Bien entendu, il existe des tas de moyens imaginatifs de contourner ce problème. Néanmoins, l’expression « économie de l’information » est un oxymoron lorsqu’on la prend au pied de la lettre. Les mécanismes institutionnels que nous utilisons pour organiser la production et la distribution de l’information ne sont presque jamais des marchés.

91C’est là l’une des plus persistantes méprises de notre époque sur sa nature propre. À mesure que l’information devient une composante plus cruciale de notre économie, les marchés deviennent de plus en plus problématiques comme forme d’organisation économique.

*

92Dernier détail, mais non le moindre, pour avoir un système de marchés parfaitement efficient, il faut un ensemble complet de marchés à terme. La plupart des biens vendus et achetés le sont dans le présent. Vous achetez un téléviseur et l’apportez à la maison. Dans un marché à terme, on vend et on achète des biens dans le futur. Pour que le capitalisme fonctionne avec un maximum d’efficience, il faudrait qu’il existe un marché complet pour chaque type différent de bien, à chaque instant possible dans le futur. Non seulement cela, mais le prix auquel on vendra à chaque instant chaque bien dans le futur devrait être aujourd’hui connu de tous.

93En matière d’idéalisations économiques, il s’agit là d’une hypothèse des plus fantaisistes. Cela équivaut à exiger que rien d’inattendu ne survienne jamais. Si quoi que ce soit d’inattendu survenait, le prix à terme pourrait alors changer et cela induirait de l’inefficience. Par exemple, à cause de quelque événement inattendu, quelqu’un peut découvrir qu’il a opté pour un trop faible taux d’épargne en vue de répondre à ses besoins futurs de consommation. Un autre peut avoir opté pour un taux trop élevé. Un réaménagement de ces ressources pourrait en conséquence produire un gain d’efficience.

94Naturellement, des événements inattendus surviennent et il est donc inconcevable qu’on puisse un jour disposer d’un ensemble complet de marchés à terme. Mais tout n’est pas perdu. Un moyen de contourner le problème des marchés à terme « manquants » consiste à se doter de marchés complémentaires d’assurance. Il est très hypothétique qu’une tornade frappe le champ d’un fermier particulier, mais on peut facilement calculer le nombre de tornades à s’abattre sur une vaste région donnée. C’est la loi des grands nombres. L’assurance permet à un groupe de personnes, devant une quelconque incertitude, de tirer avantage de cette loi en mettant en commun les risques. Cela leur permet de mettre précisément de côté la « juste » somme requise pour composer avec les dégâts d’une tornade et prévenir en conséquence une mauvaise répartition des ressources qui aurait pu autrement survenir en ce domaine.

95Malheureusement, l’assurance est aussi un produit très incommode. Pour atteindre à l’efficience, il faudrait être capable d’acheter de l’assurance contre tout événement fortuit. En réalité, nous ne pouvons acheter de l’assurance que contre un nombre infime de risques. Cela, parce que les ventes d’assurances sont spécialement sujettes à la défaillance du marché.

96Le problème fondamental en est un d’information. Si les gens qui achètent de l’assurance ont plus d’information que les gens qui en vendent, alors vendre de l’assurance devient un moyen facile de perdre de l’argent. Prenons l’exemple suivant : les gens qui se servent beaucoup des ordinateurs savent qu’une perte de données peut constituer un grave problème. Pour une compagnie qui dépend de bases de données ou de fichiers électroniques, une panne du disque dur peut être catastrophique. S’il est facile d’acheter de l’assurance contre l’incendie pour un immeuble, il est difficile de s’assurer contre la perte de données. Aux États-Unis, cela coûte très cher et, dans bien d’autres pays, ce produit n’est même pas disponible. Pourquoi cela ?

97Supposons que vous décidiez de vous assurer contre la perte de données. La première chose qu’il vous faut faire, c’est d’évaluer le prix à demander aux gens pour ce service. À cette fin, vous pouvez prendre un échantillonnage représentatif de clients potentiels, calculer la valeur monétaire des dommages qu’ils ont subis à la suite de pertes de données l’année précédente et diviser le résultat par le nombre de personnes retenues dans l’échantillonnage. Vous pouvez ensuite arrondir un brin ce nombre pour couvrir vos frais d’administration, y ajouter le profit que vous souhaiteriez encaisser et retenir le total comme niveau de prime.

98Que se passera-t-il si vous vous mettez à vendre de l’assurance à ce prix ? Vous perdrez de l’argent – c’est garanti. Pourquoi ? Parce que les gens qui jugent attrayant d’acheter de l’assurance à ce prix escomptent que leurs pertes excéderont le coût de la prime. Certaines personnes sont extrêmement prudentes avec leurs ordinateurs et font toujours un double de leurs fichiers. Pour elles, votre assurance ne vaudra pas le prix demandé. D’autres personnes sont extrêmement négligentes. Non seulement ne font-elles jamais de double de leurs fichiers, mais elles renversent du café sur le clavier, soufflent de la fumée de cigarette sur l’unité centrale de traitement, etc. Pour ces gens, votre assurance sera une bonne affaire. Malheureusement, si eux se connaissent, vous, vous ne les connaissez pas. Avec pour résultat que, quand vous vous mettrez à vendre l’assurance, vous attirerez automatiquement le type de client dont vous ne voulez justement pas. On appelle ça l’antisélection.

99Le principal problème de l’assurance, c’est qu’elle a tendance à attirer des clients cauchemardesques. Mais davantage de problèmes surgissent après la vente. L’un des motifs pour lesquels les gens précautionneux avec leurs données le sont à ce point tient à ce qu’ils veulent éviter les dommages associés aux pertes de données. Une fois pleinement assurés contre ces dommages, ils perdent en partie leur incitation à se montrer précautionneux. Donc, même des clients très méticuleux avant d’acheter l’assurance peuvent devenir téméraires après coup. C’est ce qu’on appelle le risque moral (expression qui convient mieux que « aléa moral » parce que le risque – pour reprendre les mots de Bezbakh et Gherardi – est « probabilisable et quantifiable »).

100Quiconque doute que les gens se comportent témérairement après s’être assurés est invité à mener l’expérience suivante : allez louer une voiture et refusez l’assurance contre les dommages matériels. Vous savez maintenant que toute petite bosselure et égratignure sur la voiture se traduira par une ponction dans votre portefeuille. Observez comme vous conduisez beaucoup plus prudemment. Qu’est-ce que cela prouve ? Cela montre que votre manière habituelle de conduire est de fait très téméraire et que vous conduisez témérairement parce que vous êtes assuré.

101Le risque moral génère des dilemmes du prisonnier. Quand les gens achètent de l’assurance, ils se comportent plus témérairement. Le nombre d’accidents s’en trouve accru, phénomène qui à son tour provoque une hausse des primes. Nous pouvons ainsi nous retrouver avec de trop nombreux accidents et devoir débourser plus que nous ne le souhaiterions pour l’assurance. C’est là un type de défaillance du marché.

102Dans certains cas, il est possible de compenser ces difficultés. On peut éviter l’antisélection en présélectionnant les clients potentiels, en leur faisant remplir des questionnaires compliqués ou en envoyant un inspecteur enquêter sur leur compte. On peut ensuite ajuster les taux de prime pour refléter le risque posé par un client particulier. Des inspections périodiques et des abattements pourront atténuer le risque moral. Parfois cela réussit ; d’autres fois, non. Dans le second cas, le marché pour ce type d’assurance s’effondrera complètement. C’est pourquoi nous sommes dans l’incapacité d’acheter de l’assurance pour nous protéger contre tant de petites surprises de l’existence. Et quand ces marchés de l’assurance flanchent, toute l’économie en ressent l’onde de choc. Cela nous empêche de prendre des décisions pleinement efficientes en matière d’investissement et de consommation.

*

103Tous ces exemples montrent que la défaillance du marché n’est pas l’exception, mais la règle. Cela signifie que les marchés ne sont, au mieux, qu’une solution partielle aux problèmes d’action collective auxquels nous devons faire face. Cela ne signifie pas qu’ils ne fonctionnent pas du tout. Quand ils fonctionnent, ils fonctionnent brillamment. Mais il importe de ne pas perdre de vue leurs limites.

104La plus grande défaillance du système de marchés découle de la variété très restreinte de biens auxquels s’applique le système de droits de propriété. Si vous avez le sentiment de vivre dans une société bassement matérialiste, c’est parce que c’est le cas. Les marchés fonctionnent au mieux quand on les utilise pour coordonner la production et la distribution de biens matériels discrets. Résultat : les marchés produisent davantage de ces biens que nous en voulons effectivement.

105Là se trouve la clé de la compréhension de certains des traits les plus pervers de la vie en régime capitaliste. Par exemple, même si les États-Unis sont la société la plus scandaleusement riche dans l’histoire du monde, les régions américaines les plus peuplées sont aussi d’une laideur exécrable, absurde et brutale. Les villes américaines semblent souvent ne se composer, kilomètre après kilomètre après kilomètre, que d’échangeurs autoroutiers, de centres commerciaux en bord de route et de zones résidentielles d’une esthétique affligeante. Difficile d’imaginer quelque autre civilisation, dans l’histoire du monde, qui a si systématiquement négligé d’investir sa richesse dans la création de la beauté. Il ne s’agit pas là purement de préjugés d’un étranger. Les Américains s’en plaignent tout autant. Alors pourquoi agissent-ils ainsi ?

106L’explication est simple. La prospérité matérielle des Américains est le fruit du fonctionnement relativement libre de restrictions de leur économie de marché. Construire de beaux édifices peut coûter beaucoup d’argent. Une fois qu’ils sont construits, quiconque passe par hasard à proximité peut jouir gratuitement de leur beauté. Par conséquent, la jouissance que nous tirons tous de beaux environnements est largement une externalité positive. Comme nous l’avons vu, les économies de marché pèchent systématiquement par sous-production de biens dotés d’externalité positive. Et la beauté en souffre.

107Bien entendu, cela n’est pas une raison valable pour renverser le capitalisme. Il y a beaucoup à dire sur le matérialisme crasse. Quoi qu’il en soit, nous avons de la chance que l’histoire ne s’arrête pas là. Le simple fait que les marchés aient à l’occasion des ratés ne nous laisse pas pour autant sans ressource. Nous avons à notre disposition d’autres remèdes institutionnels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search