Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Deuxième partie. Les institutions

Deuxième partie. Les institutions

Texte intégral

1Le grand antagonisme entre capitalisme et communisme n’est plus. Le communisme s’est effondré ; le capitalisme a gagné. C’est du moins ce que nous pensons. Mais si nous regardons de plus près la structure des nations capitalistes victorieuses, nous avons du mal à dire jusqu’où elles sont « capitalistes ». Au Canada, les dépenses gouvernementales comptent pour bien au-delà de 40 % du pib. Des programmes sociaux universels protègent le faible, le malade et l’invalide. Les pensions gouvernementales ont généré un énorme recul de la pauvreté parmi les aînés et l’instruction publique ouvre une large gamme de possibilités aux économiquement défavorisés. Si le principe central du capitalisme est la survie du plus apte, il semble que nous nous soyons largement écartés du sentier.

2Nous sommes tentés de percevoir les arrangements économiques du type de ceux qui prévalent au Canada comme une sorte d’hybride gênant, un compromis bancal entre socialisme et capitalisme. Nous apprécions la richesse que produit une économie capitaliste, mais nous sommes mal à l’aise avec certaines de ses autres conséquences, telle l’inégalité sociale. Nous avons donc greffé un État-providence sur l’économie de marché, de manière à redistribuer une partie de cette richesse et à rendre les conséquences du capitalisme moins désagréables à avaler aux moins riches. Nous parlons d’une « troisième voie » entre capitalisme et socialisme. Mais nous ne démêlons pas encore si une telle voie existe ou si nous cherchons simplement par là à nous engager simultanément sur deux routes différentes.

3Tout ça est une erreur de perception. Il existe une troisième voie. C’est le chemin que nous suivons depuis un bon moment. Le concept clé en est l’efficience. La fonction première de l’État-providence canadien n’est pas la redistribution de la richesse – il ne s’en occupe presque pas. Le gouvernement est engagé dans l’économie parce que, dans bien des cas, l’État est capable de livrer certains biens et services avec plus d’efficience que le marché. Le gouvernement s’acquitte mieux du travail en matière d’autoroutes et de désinsectisation, d’assurance maladie et de pensions. Par conséquent, loin d’être un compromis bancal entre capitalisme et socialisme, l’État-providence est un arrangement parfaitement logique – conçu pour promouvoir l’efficience globale de notre économie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search