Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Première partie. La culture

Première partie. La culture

Texte intégral

1L’efficience est notre meilleure amie et notre pire ennemie. Quand le prix de l’essence augmente, je me réjouis de l’efficience énergétique de ma voiture. Quand je supporte une autre réunion interminable, je me dis qu’il existerait peut-être une manière plus efficiente de prendre des décisions. Quand je fais toutes mes emplettes en moins de temps que prévu, je tire fierté de l’efficience avec laquelle j’organise mes affaires. Ces jours-là, je me dis que l’efficience est une grande chose. D’autres jours, je suis moins optimiste. Je prends le journal et j’y lis qu’une autre grosse compagnie a procédé à une nouvelle vague de licenciements en vue d’améliorer son efficience. Au travail, des rumeurs veulent que l’administration ait pour projet d’éliminer la période de fermeture estivale pour utiliser avec plus d’efficience ses installations. J’entends des gens soutenir que le Canada doit revoir à la baisse ses programmes sociaux pour promouvoir l’efficience économique. Ces jours-là, je me dis que notre obsession de l’efficience n’en vaut parfois pas la peine.

2Cette ambivalence n’a rien d’exceptionnel. L’efficience, comme valeur, s’est insinuée dans tous les coins et recoins de notre culture. Nous apprécions certaines conséquences de cette réalité. Dans l’ensemble, les choses vont bien mieux. Cela nous aide à mener notre existence avec un minimum d’embêtements. Mais certaines conséquences sont moins agréables. Cela rend les choses plus uniformes et impersonnelles. Tout le monde se plaint des chaînes de restauration rapide où l’on sert exactement la même nourriture dans le même décor, partout dans le monde. Mais qui n’a pas connu l’expérience d’errer sans but dans quelque ville étrangère, las et affamé, désespérément tenaillé par le besoin de se soulager, et de ressentir un profond sentiment de délivrance en apercevant soudain, en tournant le coin de la rue, un McDonald ? Comme le sait tout voyageur aguerri, où qu’on se trouve dans le monde, les toilettes d’un McDonald sont toujours gratuites, en bon état et raisonnablement propres.

3Des expériences de ce genre résument en quelques mots notre attitude à l’égard de l’efficience. Nous craignons que cet attachement à l’efficience nous rende frivoles, superficiels et matérialistes. Mais nous ne pouvons pas nier que, certains jours, il est aussi extrêmement utile.

4Bienvenue dans la culture de l’efficience. Elle n’est pas parfaite, mais elle n’est pas non plus si mauvaise.

5Ce compromis est au cœur même de notre société. Le monde dans lequel nous vivons ne réussit nettement pas à satisfaire plusieurs de nos besoins et de nos aspirations les plus intimes. Et cependant, toute tentative sérieuse de le changer semble imposer un sacrifice encore plus grand. Il se pourrait que nous soyons parvenus aussi près de l’utopie que nous pouvons l’être. La question cruciale devient alors : comment avons-nous abouti ici plutôt qu’ailleurs ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/9235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search