Version classiqueVersion mobile

La societé efficiente

 | 
Joseph Heath

Introduction

Texte intégral

1Les Canadiens jouissent présentement d’une des meilleures qualités de vie qui soit au monde. Année après année, l’Indice de développement humain des Nations unies classe le Canada parmi les pays où il fait le mieux vivre sur la planète. En fait, pendant sept années consécutives, le Canada s’est classé bon premier (jusqu’en 2001, où il est tombé au deuxième rang). Comment avons-nous réussi à atteindre un niveau de « développement humain » si extraordinaire ? Pourquoi occupons-nous un rang aussi élevé ?

2Est-ce parce que nous sommes riches ? Non. La richesse ne nuit pas, mais les populations de tas de pays sont plus riches que nous le sommes. Pour le revenu exprimé en dollars et en cents, l’Américain moyen est de loin plus riche que le Canadien moyen, et pourtant le second jouit d’une qualité de vie supérieure au premier.

3Est-ce parce que nous avons tellement de ressources naturelles ? Non. Nous avons certes d’abondantes ressources, mais d’autres pays dans le monde en ont encore davantage. La Russie, par exemple ; et la qualité de vie du Russe n’a rien d’enviable.

4Est-ce parce que nous vivons dans une société juste ? Peu probable. Le Canada est très bien gouverné, mais il tolère une considérable inégalité dans la répartition du revenu. La disparité du revenu est plus grande au Canada que dans la plupart des pays européens.

  • * Pour comprendre notre choix du substantif « efficience » et de l’épithète « efficient » dont Le Ro (...)

5Alors pourquoi fait-il si bon vivre au Canada ? La réponse est, en fait, assez simple. C’est parce que le Canada est une société* peut-être la plus efficiente de la planète. Notre marge de manœuvre est mince. Nous obtenons le maximum en réduisant l’effort et le gaspillage.

6À question simple, réponse simple. Malheureusement, la plupart des gens ont bien du mal à croire à cette réponse. Les Canadiens ne se sentent pas très efficients. Ils se sentent un brin indolents, léthargiques. Les Japonais semblent mieux que nous organiser les choses, les Américains sont certainement plus forts que nous en affaires et les Allemands... À quoi bon même aborder le sujet de l’efficience allemande ?

7Mais c’est en grande partie une illusion. L’économie américaine semble efficiente, mais les États-Unis ne sont pas fondamentalement une terre dédiée à la poursuite de l’efficience. Quand ils ont à choisir entre liberté et efficience, les Américains choisissent invariablement la liberté, même si cela leur rend la vie plus difficile.

8Les gens raisonnables s’entendent tous pour dire que le secteur public, par exemple, est le véhicule le plus efficient pour dispenser les soins de santé. En 1995, le gouvernement canadien a dépensé pour les soins de santé approximativement 6,9 % de son pib. (L’usage courant veut que l’on délaisse la notion de pnb, produit national brut, au profit de celle de PIB, produit intérieur brut. Avec cet argent, il a dispensé des soins de santé à tous les Canadiens. La même année, le gouvernement américain a dépensé 6,6 % de son pib pour les soins de santé. Avec cet argent, il n’a dispensé de soins qu’à moins de trente pour cent des Américains. Et en dépit de dépenses totales inférieures en matière de soins de santé, les Canadiens sont en moyenne en meilleure santé que les Américains. Cela en partie peut-être parce que le système canadien de soins de santé livre dans les faits une plus grande quantité de services médicaux par habitant que sa contrepartie américaine.

9L’une des principales raisons pour lesquelles les Américains retirent si peu de leur investissement tient à ce que le système privé d’assurance maladie génère d’énormes frais fixes. L’écart entre les dépenses pour les soins de santé au Canada et aux États-Unis peut être pour moitié environ attribué à la bureaucratie géante requise pour traiter toutes les réclamations faites aux États-Unis et en assurer le suivi. Avec pour conséquence que, chaque année, les Américains gaspillent deux pour cent de leur pib pour une inutile bureaucratie des soins de santé. On évalue à 1,4 million le nombre d’Américains employés à des tâches administratives superflues dans le domaine des soins de santé. Ces personnes pourraient vaquer à quelque occupation bien plus utile.

10Pourquoi les Américains tolèrent-ils cette sorte d’« inefficience » ? Surtout parce qu’ils auraient l’impression que, si le gouvernement devait dispenser les soins de santé, cela empiéterait sur leurs droits en leur niant la liberté de se procurer le type de services de santé de leur choix. Ils sont de ce fait disposés à ce sacrifice. Les Canadiens sont pour leur part plus pragmatiques. Si le gouvernement est capable d’offrir une assurance maladie plus efficiente que le secteur privé, ils sont heureux de laisser le gouvernement s’en charger. C’est pourquoi même la droite au Canada se présente comme un fervent défenseur du régime public d’assurance maladie.

11Bien entendu, si on n’envisage l’efficience que d’un point de vue strictement économique, la solution américaine peut sembler efficiente. Tous les gratte-papier, qui adressent des factures et traitent des réclamations d’assurance, contribuent substantiellement à l’économie américaine. Le PIB mesure la valeur des biens et services achetés et vendus chaque année dans un pays donné. Il ne fait aucune distinction entre dépenses utiles et dépenses inutiles. Conséquemment, les statistiques économiques ne trahissent pas le fait que, pour l’essentiel, le travail d’écritures d’un système privé de soins de santé n’est pas nécessaire. Mais imaginez seulement ce que ce million quatre cent mille personnes pourraient produire si elles ne perdaient pas leurs journées à gérer un système médical irrémédiablement « inefficient ».

12En Allemagne, la situation est tout à l’opposé. Alors que les Américains idolâtrent les libres marchés et tiennent à les utiliser pour organiser leurs activités, même lorsque d’autres types d’arrangements institutionnels seraient plus efficients, les Allemands souffrent de méfiance chronique à l’égard du secteur privé. Cela résulte en partie d’un plus profond attachement à la promotion de l’égale répartition de la richesse, mais découle pour l’essentiel du sentiment fallacieux d’avoir directement prise sur la réalité. Les Allemands ont tendance à croire que la seule manière de garantir des résultats socialement optimaux passe par une administration centrale. Ils ont donc du mal à lâcher prise. En conséquence, ils sous-estiment chroniquement la force des systèmes décentralisés, comme les marchés.

13Les effets les plus saisissants de ces façons de voir se font sentir dans le marché du travail. Le nombre de règles et de réglementations qui régissent les rapports de l’État, des syndicats et des employeurs, en matière d’emploi, donnent au Canada l’air d’un Far West. Les Allemands en paient le prix sous la forme d’un chômage excédant chroniquement les dix pour cent. Chaque jour, au moins quatre millions d’Allemands valides restent inactifs, disposés à travailler mais sans rien à faire. C’est un énorme gaspillage de ressources humaines.

14Au Japon, les problèmes sont similaires. L’une des raisons pour lesquelles les économies de marché favorisent l’efficience tient à ce qu’elles réussissent si bien à récompenser le succès. Mais elles ont leur revers, également important. Une économie de marché efficiente doit aussi pénaliser l’échec. Au Canada, par exemple, 25 % de toutes les petites entreprises font faillite dans leur première année d’exploitation, et 80 % d’entre elles dans les dix ans suivant leur création. C’est une correction plutôt impitoyable.

15Les sociétés japonaises sont très efficientes, en partie parce qu’elles sont en mesure de commander la loyauté de leurs employés et de leurs partenaires en affaires. En période de prospérité, cela fonctionne très bien. Mais en période de récession, cette loyauté se transforme en une formidable entrave. Des établissements auxquels on devrait permettre de déclarer faillite sont maintenus artificiellement en vie par d’autres firmes ; de la même manière, on continue à verser leur salaire à des employés qui n’accomplissent plus de tâche utile. Personne ne ferme jamais le robinet.

16Tout cela aide à protéger la culture et la société japonaises de changements sociaux déstabilisateurs. Mais le pays encaisse en contrepartie un énorme coup sur le front de l’efficience. L’économie japonaise est complètement paralysée depuis maintenant dix ans. Comme société, les Japonais se sont montrés particulièrement allergiques à prendre les dispositions nécessaires pour corriger la situation. De telle sorte que, si l’économie japonaise réussit très bien à augmenter ses exportations et à accaparer des parts de marché en pays étrangers, elle ne réussit guère à améliorer la qualité de vie du Japonais moyen.

17Peu de ces problèmes touchent le Canada. La blague éculée selon laquelle les Canadiens ne seraient guère plus que des Américains sans armes, munis cependant d’une assurance maladie, est très proche de la vérité. Notre économie ressemble à l’économie des États-Unis plus qu’à celle de tout autre pays. La différence centrale est que la majorité des Canadiens ne nourrissent aucune hostilité idéologique envers le gouvernement. Nous ne sommes pas entichés de l’État, mais nous ne le craignons pas. Conséquemment, nous profitons de tous les avantages d’une économie mollement réglementée tout en jouissant des formidables progrès en matière de qualité de vie que seul un gouvernement peut ménager et instaurer. Une formule qui s’est avérée gagnante.

18Mais quelle sorte de valeur sous-tend la réussite canadienne ? Si les Américains valorisent la liberté, les Allemands l’égalité et les Japonais la loyauté, que valorisent les Canadiens ? Il serait facile de répondre : « Rien. » Nous ne sommes que des pragmatistes, prêts à aller dans le sens où le vent souffle.

19Il y a peut-être un soupçon de vérité dans cette réponse, toutefois peu indulgente. Je soutiendrais plutôt que nous sommes attachés à un principe : l’efficience. Le problème, c’est que nous confondons souvent cet attachement à l’efficience avec une absence de valeurs. Et parce que nous ne cernons pas clairement la nature de cet attachement, nous ne cernons pas non plus clairement les raisons pour lesquelles la société canadienne fonctionne si bien. Parfois, nous ne nous rendons même pas compte qu’elle fonctionne bien. En fait, lorsque les Nations unies publient chaque année leur classement sur la base du développement humain, les Canadiens ont tendance à réagir par un sentiment d’embarras mêlé de dénégation. La plupart d’entre nous n’avons pas la moindre idée de la raison pour laquelle nous nous classons si avantageusement. Résultat : nous courons le risque de détruire par inadvertance ce que nous avons construit. À moins de découvrir comment nous sommes devenus à ce point efficients, il est peu probable que nous le demeurions.

20Paradoxalement, c’est le programme de la droite au Canada qui menace le plus gravement l’efficience de notre économie. Cela en grande partie parce que l’hostilité irraisonnée envers le gouvernement qui prévaut au sud de notre frontière a exercé ici, au sein de la droite, une influence considérable. Rien ne peut illustrer plus clairement ce danger que le déplorable scandale de l’eau contaminée à Walkerton, en Ontario. L’une des grandes différences entre la vie dans un pays du Premier Monde et la vie dans un pays du Tiers Monde tient à ce que, dans le Premier Monde, boire de l’eau du robinet est censé ne présenter aucun danger. En Ontario, comme dans plusieurs autres juridictions, veiller à la qualité de l’approvisionnement en eau relève de la responsabilité d’un ministère de l’Environnement. Le gouverne ment Conservateur de l’Ontario ne se souciait guère toutefois des environnementalistes. De son point de vue, le ministère de l’Environnement abritait des bureaucrates fouineurs qui passaient leurs journées à harceler l’industrie et à accumuler des montagnes de paperasses. On retrancha donc 40 % du budget de ce ministère, ce qui conduisit à des réductions de personnel de l’ordre de 30 %.

21Difficile d’imaginer exemple plus patent de pseudo-économie. Il s’avéra que plusieurs employés du ministère faisaient effectivement un travail très utile. L’une de ces petites besognes utiles consistait à s’assurer que les gens ne sont pas empoisonnés par l’eau du robinet. Quand on réduisit le personnel de surveillance de la qualité de l’eau, le ministère perdit sa capacité de superviser adéquatement l’approvisionnement en eau des municipalités. En juin 2000, un foyer de contamination bactérienne rendit malades des milliers de personnes et fit au moins six morts dans la ville de Walkerton. Plusieurs de ceux qui éprouvèrent des malaises se retrouvent aujourd’hui avec des reins affaiblis et certains redoutent de devoir passer le reste de leur vie en dialyse.

22Les Conservateurs avaient oublié une règle cardinale du bon sens : on ne répare pas ce qui n’est pas défectueux. On ne pouvait rien reprocher au ministère de l’Environnement en matière de contrôle de la qualité de l’eau, et il n’y avait certainement pas le moindre motif de réduire son budget. Il est évidemment plus efficient de dépenser un peu d’argent pour la protection de l’environnement que de laisser les gens tomber malades et de dépenser ensuite une fortune en soins médicaux pour les traiter. Le problème, c’est qu’il est très difficile de quantifier les bénéfices découlant d’une réglementation environnementale. Et licencier une multitude de bureaucrates peut avoir l’air d’un gain d’efficience.

23C’est là le problème le plus fondamental de la conception que la droite se fait de l’efficience et l’un des motifs pour lesquels l’efficience a mauvaise réputation. La droite a nettement tendance à ne penser l’efficience qu’à l’intérieur de paramètres très étroits – à la mesurer en fonction de la valeur totale des biens produits par le marché. Ce qui est profondément injustifié. Notre économie n’est pas efficiente parce qu’elle produit un tas de marchandises. Elle est efficiente parce qu’elle satisfait à nos besoins. Mais la vie est très complexe et les humains ont une multitude de besoins très différents. Les marchés sont efficients quand il s’agit de satisfaire certains de ces besoins, mais tout à fait inefficients quand il s’agit d’en satisfaire d’autres. Les marchés ignorent généralement notre besoin d’air pur, de beaux environnements, de savoir, même de protection contre le danger, besoins que l’État peut souvent satisfaire.

24Les Nations unies ont créé l’Indice de développement humain pour plusieurs raisons, l’une étant précisément de corriger ce préjugé dans notre compréhension de l’efficience. Les indicateurs économiques standards comme le PIB présentent un tableau très approximatif de ce à quoi ressemble la vie dans un pays donné. Les désastres naturels, par exemple, relancent énormément l’économie. Si votre maison est emportée dans une inondation, personne ne soustraira du PIB la valeur du bâtiment Mais si vous embauchez quelqu’un pour en construire une autre, la valeur de la nouvelle maison sera ajoutée au pib. Même si l’inondation s’est conclue par une perte nette de temps, d’énergie et de ressources, les statistiques économiques donneront ainsi l’impression qu’elle a rendu tout le monde plus riche. Conséquemment, l’indicateur économique central d’un pays « fonctionne comme une calculatrice qui additionne, mais sans pouvoir soustraire ».

25Ce qui est complètement pervers. Mais il y a pire encore : par exemple, lorsqu’on évalue une politique gouvernementale à partir de son effet sur le pib. La meilleure façon de lutter contre une inondation, c’est d’empêcher qu’elle se produise. Mais un gouvernement qui perçoit des taxes pour investir dans le contrôle des inondations sera pénalisé par une économie moins robuste. Un gouvernement imprévoyant qui ignore le problème jusqu’à ce que frappe la catastrophe sera récompensé par une poussée de croissance économique.

26La solution n’est certainement pas d’ignorer l’économie ou de ne pas nous demander avec quelle efficience nous employons nos ressources. Après tout, la raison première pour un gouvernement d’investir dans le contrôle des inondations est précisément qu’il s’agit du moyen le plus efficient de protéger les maisons des gens. La solution, c’est de définir une conception plus large de ce qui rend une société efficiente, une conception qui prenne dûment en considération les diverses composantes du bien-être humain, une conception qui ne mette pas indûment l’emphase sur l’étroite variété de biens produits et échangés sur les marchés privés. C’est ce à quoi tend l’Indice de développement humain.

27Quand nous parlons d’efficience, il nous faut garder tout cela à l’esprit. Le Canada ne peut se vanter d’un énorme pib par habitant. Ce que réussit à faire le système canadien, c’est livrer une large gamme de biens, de services et d’avantages que désirent les gens – non seulement des automobiles et des maisons, mais aussi une sécurité personnelle et une immunité contre le crime, un environnement sain et des villes habitables. La raison pour laquelle nous sommes à même d’assurer un panier de biens pareillement équilibré tient à ce que nous recourons à une combinaison de formes d’organisation : non seulement des marchés, mais aussi des grandes entreprises et des gouvernements. Chaque type d’organisation contribue à sa façon singulière à notre qualité de vie générale.

28Malheureusement, quand vient le moment de défendre cet arrangement, la gauche canadienne s’avère traditionnellement presque aussi peu utile que la droite. Dans sa défense du rôle du secteur public, la gauche invoque immanquablement le principe d’égalité ou d’équité – plutôt que d’efficience – comme raison d’être sous-jacente. Ce qui n’est pas faux en soi, mais tend à perpétuer le mythe que le gouvernement est une entrave à l’économie. En réalité, le gouvernement est la source d’énormes gains d’efficience. La qualité de vie dont jouissent aussi bien le riche que le pauvre est, dans ce pays, en très grande partie l’œuvre du gouvernement. On peut aisément défendre, par exemple, le tant vanté « filet de sécurité sociale » en invoquant aussi bien le principe d’efficience que celui d’équité.

29En conséquence de quoi, l’efficience est un peu un orphelin politique. Même si notre qualité de vie est largement le produit de l’efficience de nos institutions sociales, très peu de gens se portent en ces termes à la défense de ces institutions. En fait, bien des gens ne considèrent même pas l’efficience comme une valeur et reconnaissent encore moins le rôle central qu’elle joue dans l’organisation de la société canadienne.

30Dans les interminables débats sur la sécession du Québec, on a systématiquement accusé les fédéralistes d’avoir échoué à « produire un argument valable » en faveur du Canada. Alors que les nationalistes québécois peuvent invoquer des valeurs robustes – préservation de la langue, communauté et solidarité – les fédéralistes sont plus enclins à signaler les bénéfices économiques que le Québec retire de son appartenance au Canada : paiements de péréquation, assurance chômage et adhésion à l’alena. Ces considérations peuvent ne pas sembler palpitantes, mais on aurait tort de dire qu’en les invoquant les fédéralistes échouent à définir des valeurs canadiennes partagées. Car s’y expriment justement des valeurs. Les fédéralistes soutiennent, en effet, que nous fonctionnons avec plus d’efficience comme pays unifié que nous y réussirions comme États-nations partiellement associés. Et les Québécois se rendent majoritairement à cet argument. C’est en partie la raison pour laquelle, en dépit d’un attachement sentimental à l’idée d’un Québec indépendant, ils ont rejeté deux fois l’option souverainiste.

31L’efficience est une valeur. Et que nous en ayons conscience ou non, c’est la valeur centrale de la société canadienne. Elle a largement supplanté la religion, l’ethnie et la langue comme source de loyauté populaire. Il y a beaucoup à dire de cette évolution. En fait, notre attachement grandissant à l’efficience est un signe de progrès. L’efficience n’est pas nécessairement une vertu froide, intéressée, ni un simple masque de l’égoïsme. L’efficience est une valeur noble, humaniste, intimement liée à de nombreuses autres valeurs que nous chérissons, comme la diversité culturelle, le respect des droits des individus, et le soulagement de la souffrance. Au lieu d’essayer de dissimuler notre attachement à l’efficience, nous devrions l’afficher.

32C’est en tout cas ce que je m’efforcerai de démontrer.

33On utilise abondamment le mot « efficience », mais le sens de ce mot est loin d’être clair. Et, fait plus important encore, les économistes et les spécialistes des sciences humaines emploient le mot « efficience » dans un sens particulier qui semble n’avoir aucun rapport avec notre compréhension au quotidien de cette notion. Aussi le premier pas consiste-t-il à clarifier le concept d’efficience et à comprendre comment les institutions sociales en général servent à promouvoir l’idéal qu’il sous-tend. Une fois cela fait, il sera plus facile de voir comment les arrangements de l’État-providence, du type de ceux qui prévalent au Canada, servent à promouvoir l’efficience économique. Ce n’est qu’à partir de cette perspective qu’il est possible de comprendre les défis majeurs qui se posent à nous, des défis qui menacent notre capacité de nous appuyer sur l’efficience comme principe central d’organisation de notre société.

Notes

* Pour comprendre notre choix du substantif « efficience » et de l’épithète « efficient » dont Le Robert critique l’emploi, voir : Dictionnaire d’analyse économique de Bernard Guerrien (Paris, Éditions La Découverte, 1996), Dictionnaire de l’économie de Pierre Bezbakh et Sophie Gherardi (Paris, Larousse/HER, 2000) et Multidictionnaire des difficultés de la langue française de Marie-Éva de Villers (Montréal, Éditions Québec/Amérique, 1988), NDT.

© Presses de l’Université de Montréal, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search