Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Quatrième partie. Options de politique publique

20. Approches dans d’autres pays

Texte intégral

1La vaste majorité des Canadiens ont entendu parler de la « guerre à la drogue » que mènent les États-Unis et de son approche prohibitionniste, mais plusieurs seront étonnés de constater les variations importantes entre États, voire entre villes, de la fédération. Moins nombreux sont ceux qui savent que la Suède suit une politique d’interdiction au moins aussi rigoureuse, mais par d’autres moyens. Beaucoup d’entre nous ont déjà entendu parler, d’une manière ou d’une autre, de l’approche « libérale » implantée aux Pays-Bas depuis déjà 1976. Moins auront entendu parler des approches espagnole, italienne, luxembourgeoise ou suisse qui sont, à certains égards, encore plus libérales. Plus récemment, les Canadiens ont pris connaissance de la décision du ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni de « déclasser » le cannabis au tableau C ; mais il n’est pas certain que nous sachions bien ce que cela signifie. En se basant sur les préconceptions que l’on se fait de la France par rapport au vin, plusieurs pourront être étonnés d’apprendre que la politique de ce pays en matière de cannabis semble plus « conservatrice » que ne le serait celle, par exemple, de son voisin belge.

  • 1 Considérant qu’il aurait été impossible de résumer en quelques pages les complexités des politique (...)

2On voit qu’une fois posé le cadre global du casse-tête par la communauté internationale, les manières d’en agencer les morceaux varient largement entre les États, parfois même entre les régions d’un même État. Évidemment, nous avons dû faire des choix. Nous nous sommes limités aux pays occidentaux du Nord ; c’est une faiblesse, nous en convenons, mais nos ressources étaient limitées. De surcroît, voulant mettre les politiques publiques en relation avec des données sur les tendances d’usage et les pratiques judiciaires, nous étions contraints de choisir des pays disposant d’une base de renseignements. Quant aux entrevues auprès des représentants des pays, nous étions limités surtout par le temps. Le chapitre décrit donc la situation dans cinq pays européens soit en France, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse, ainsi qu’en Australie et aux États-Unis1.

Notes

1 Considérant qu’il aurait été impossible de résumer en quelques pages les complexités des politiques publiques des divers États examinés tout en leur rendant justice, les éditeurs préfèrent renvoyer au texte original du rapport du Comité, disponible sur son site : <www.parl.gc.ca/drogues-illicites.asp>.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search