Version classiqueVersion mobile

Le cannabis

Troisième partie. Politiques et pratiques au Canada

17. Pratiques de soins

Texte intégral

1La dépendance au cannabis est-elle un phénomène fréquent ? En fait, la dépendance physique au cannabis est rare et mineure. Certains symptômes d’accoutumance et de tolérance sont identifiables chez les usagers chroniques de longue date, mais la plupart d’entre eux n’ont aucun mal à arrêter et n’ont pour la plupart pas besoin de sevrage.

2Quant aux formes de dépendance psychologique, les études sont encore incomplètes, mais les données internationales tendent à indiquer que de 5 % à 10 % des usagers réguliers (au moins au cours du dernier mois) ont un risque de développer une dépendance au cannabis. En nous rappelant que chez les adultes, environ 3 %, soit 600 000 Canadiens, auraient consommé du cannabis au cours du dernier mois et que 0,5 % d’entre-eux, soit environ 100 000 Canadiens, en feraient un usage quotidien, nous avons estimé que de 30 000 à 40 000 en feraient un usage à risque et que de 5 000 à 10 000 en feraient un usage excessif. Chez les jeunes de 16 et 17 ans, de 50 000 à 70 000 seraient à risque, et de 8 000 à 17 000 feraient un usage excessif. Nous avions aussi vu que la période de consommation la plus intensive se produirait de 17 à 25 ans. C’est donc dire que c’est à l’intérieur de ces paramètres qu’il faut chercher à prévenir la dépendance au cannabis et offrir les services de réadaptation nécessaires.

3Quelle forme prend la dépendance au cannabis ? La plupart des auteurs s’entendent pour dire que la dépendance psychologique au cannabis est relativement mineure. En fait, elle n’aurait rien de comparable avec la dépendance au tabac ou à l’alcool, et serait même moins importante que la dépendance à certains médicaments psychotropes. La cessation de consommation durant deux à quatre semaines, qui s’accompagne de certains symptômes semblables à ceux de la cessation de la nicotine (insomnie, irritabilité, transpiration, etc.), suffirait généralement à faire disparaître les symptômes. Lorsque certaines formes de traitement s’imposent, pour un certain nombre de personnes, elles sont moins longues et moins difficiles que celles pour combattre la dépendance à l’alcool ou aux drogues « dures ». Il est aussi à noter que les demandeurs de traitement pour dépendance au cannabis sont plus jeunes que ceux qui suivent un traitement pour dépendance aux autres drogues. Divers facteurs peuvent expliquer cet état de fait : la consommation de cannabis est davantage un phénomène de jeunesse que les autres substances, elle atteint son pic au début de la vingtaine et diminue significativement après la fin de la vingtaine ; remarquons aussi que les jeunes qui ont besoin d’un traitement manifestent aussi des problèmes de polytoxicomanie, le cannabis n’étant pas la seule drogue consommée.

4La sortie de la dépendance ou d’une consommation que l’usager en vient à considérer comme abusive, se fait souvent par choix personnel et ne requiert pas nécessairement une intervention thérapeutique.

5Il y a de bonnes raisons de penser que, pour ce qui est du cannabis, la majorité des usagers à problème n’ont pas recours aux diverses formes de traitement, et qu’ils n’en ont vraisemblablement pas besoin. D’abord parce que les effets du cannabis ne sont pas aussi prononcés que ceux d’autres drogues.

  • 1 Roberts, G. et A. Ogborne (1999), Meilleures pratiques — Alcoolisme et toxicomanie. Traitement et r (...)

6Ensuite parce que les usagers de cannabis sont plus souvent des personnes socialement intégrées que les usagers de drogues dures, ce qui leur permet de compter sur leurs réseaux naturels d’entraide. Troisième raison qui, selon nous, expliquerait que la majorité des usagers de cannabis peuvent se sortir d’une trajectoire de dépendance : l’usage n’est pas associé à la « toxicomanie », à la déchéance dans les représentations sociales et dans l’imaginaire collectif, comme peut l’être la consommation d’héroïne, par exemple. De plus, une étude canadienne a indiqué que « seulement 3 % des consommateurs de drogues illicites ont déclaré avoir demandé une aide quelconque pour leurs problèmes de toxicomanie1 ».

  • 2 Ibid., p. 65.

7Au demeurant, comme pour toute substance psychoactive, un certain nombre de personnes choisissent un traitement ou en ont besoin. La décision de suivre un traitement serait notamment déterminée par l’accroissement des difficultés sociales et personnelles que poserait la consommation de la substance, et par une comorbidité avec des troubles d’ordre psychiatrique2. Les femmes font systématiquement moins demande de services de traitements spécialisés pour drogues et alcoolisme ; on peut expliquer cette situation par le fait que l’offre de service est moins grande et que les femmes sont prises en charge autrement par des services psychiatriques traditionnels.

8Mais les personnes ne choisissent pas toujours, ou du moins pas totalement. Les pressions familiales ou du milieu de travail, et dans certains cas les exigences judiciaires, sont autant de facteurs qui mènent au traitement. De surcroît, on connaît peu de choses des trajectoires des personnes qui consomment des drogues de manière excessive, a fortiori de celles qui demandent un traitement. Par exemple, on ne sait pas dans quelle mesure le fait d’aboutir en traitement serait davantage le fait d’autres problèmes antérieurs — problèmes familiaux, problèmes psychiatriques — que de la consommation de la substance elle-même. Pour les usagers de drogues qui ont par ailleurs des démêlés avec la justice et une trajectoire délinquante, les comportements déviants et délinquants précèdent souvent le début d’une trajectoire de dépendance aux drogues. La demande de traitement dans ces cas sera au moins autant motivée par le fait de devoir, ou de vouloir, mettre fin à une carrière criminelle qu’aux effets de l’usage de substances.

9Peut-on, doit-on forcer quelqu’un à suivre un traitement ? C’est l’une des questions soulevées par l’apparition en France de l’obligation de soins dans la Loi sur les stupéfiants de 1970, devenue depuis l’injonction thérapeutique, et des tribunaux spéciaux sur les drogues (drug courts) aux États-Unis d’abord et maintenant au Canada.

10Au Canada, certains articles du Code criminel portent sur l’obligation pour certains contrevenants de suivre des traitements lorsqu’ils ont des problèmes reliés à l’alcool ou aux drogues. Ainsi, dans le cadre d’une ordonnance de probation, la cour peut ordonner :

  • que le contrevenant, s’il y consent, et sujet à l’approbation du responsable de l’organisme visé, suive un traitement approuvé par la province ;

    • 3 Code Criminel, par. 732.1(3)(g) et (g.1).

    que le contrevenant se présente à un organisme pour évaluation et traitement curatif pour consommation d’alcool ou de drogues (lorsque la province a établi un tel programme)3.

  • 4 Code Criminel, par. 742.3(2)(e).

11De plus, lorsque le tribunal impose une sentence conditionnelle, l’une des options lui permet d’ordonner que le contrevenant suive un traitement auprès d’un organisme approuvé par la province4.

12Sauf exception, un tribunal n’ordonnera pas un traitement pour des problèmes reliés à l’alcool ou aux drogues si la personne n’a pas été trouvée coupable d’une infraction criminelle. L’une de ces exceptions concerne la détention des personnes ayant des problèmes de santé mentale en vertu de la législation provinciale sur la santé mentale. Ces lois prévoient dans quelles conditions une personne peut être détenue aux fins de traitement contre son gré.

FORMES DE TRAITEMENT

  • 5 Single, E. et al. (1996), op. cit. (chap. 15, note 2), p. 42.

13L’étude de Single, en 1992, sur les coûts de la consommation abusive d’alcool et de drogues avait estimé à environ 290 millions de dollars les dépenses relatives au traitement spécialisé de ces dépendances. Il convient toutefois de préciser que la majeure partie de ces dépenses concerne le traitement de la dépendance à l’alcool : pour le traitement résidentiel, 181 millions de dollars étaient dépensés pour l’alcool, contre 21 millions de dollars pour les drogues illicites, et pour le traitement ambulatoire, 82 millions de dollars pour l’alcool et 8 millions de dollars pour les drogues5.

14La majorité de ces sommes proviennent des provinces et des territoires. Le gouvernement fédéral finance directement la réadaptation des membres des Premières Nations vivant en réserve, des membres de la grc et des Forces armées, des détenus en institution fédérale, et des personnes n’ayant pas vécu assez longtemps dans une province pour être admissibles au régime provincial d’assurance-santé.

15Ceci dit, les ressources limitées consacrées au traitement des dépendances, de même que des pressions à la hausse en raison du nombre et de la diversité des bénéficiaires, limitent la disponibilité des services.

16Il n’est probablement pas exagéré de dire que le champ des traitements pour toxicomanie est un champ complètement écartelé entre la pratique individuelle de thérapeutes, les groupes de soutien et d’entraide, tels les narcomanes anonymes, ou les communautés thérapeutiques, entre les approches pharmacologiques, cognitives et behaviorales, psychanalytiques, humanistes et systémiques, entre les tenants du libre choix de l’usager et ceux qui favorisent le traitement imposé. C’est toute la variété des approches et des formes qui y est pratiqué.

17Les trois formes principales de réadaptation sont les centres de désintoxication, les établissements de courte durée et les établissements de longue durée. Les personnes ayant une dépendance à l’alcool forment de 60 à 70 % de la clientèle.

  • 6 Roberts, G. et A. Ogborne (1999), op. cit. (chap. 17, note 1), p. 20.

18Quant aux approches thérapeutiques, 31 % des personnes recourent à la confrontation et 40 % à la psychothérapie, mais il existe une grande disparité entre les provinces et territoires ainsi qu’à l’intérieur d’une même province6.

L’EFFICACITÉ DES TRAITEMENTS

19La plupart des auteurs qui ont examiné les programmes de traitements aux dépendances s’entendent pour dire qu’au-delà des dimensions humanistes du traitement, il existe un bassin de connaissances permettant de conclure qu’ils sont relativement efficaces.

20Plus précisément, la plupart des études, notamment des études menées au Québec, démontrent que les personnes qui demandent de l’aide dans les centres de réadaptation s’améliorent.

21Sur le plan technique, les études ne permettent pas de conclure qu’une approche est plus efficace qu’une autre. Les études ne nous permettent même pas de conclure que c’est le traitement en soi qui fait la différence et, pour certains auteurs, la décision de s’inscrire dans une démarche de traitement, quelle qu’en soit la forme, serait plus déterminante. Les études ne permettent pas non plus de préciser la durée idéale du traitement, mais il semble qu’au-delà de 9 à 12 mois, les effets plafonnent. Par ailleurs, il est difficile de déterminer l’impact de l’intensité du traitement (combien d’heures par jour, et de jours par semaine).

22Enfin et surtout, les impacts positifs portent principalement sur les habitudes de consommation et sur l’état psychologique général. Les traitements auraient cependant peu d’effets sur la réinsertion sociale des personnes, dimension particulièrement importante lorsqu’il s’agit de détenus.

23Finalement, le traitement est plus efficace et certainement moins dispendieux que l’incarcération. Au Canada, on estime que le traitement ordonné par un tribunal sur les drogues coûte environ 4 500 $ par personne, tandis que l’incarcération coûte en moyenne 45 000 $. Même avec un taux de succès de 15 %, il ne fait pas de doute qu’il s’agit d’une mesure à la fois économique pour la société et plus en phase avec les besoins réels des contrevenants qui ont des problèmes de dépendance. Plus généralement, on admet que le rapport coût-bénéfice du traitement a été bien démontré.

Notes

1 Roberts, G. et A. Ogborne (1999), Meilleures pratiques — Alcoolisme et toxicomanie. Traitement et réadaptation, Ottawa, Santé Canada, p. 64.

2 Ibid., p. 65.

3 Code Criminel, par. 732.1(3)(g) et (g.1).

4 Code Criminel, par. 742.3(2)(e).

5 Single, E. et al. (1996), op. cit. (chap. 15, note 2), p. 42.

6 Roberts, G. et A. Ogborne (1999), op. cit. (chap. 17, note 1), p. 20.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search